Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Troisième partie. L'accommodation (1918-2005)

La manifestation catholique (1902-1950)

Frédéric Le Moigne

Full text

  • 1 P. Cabanel en a fait l’autopsie précise dans « La révolte des inventaires », in J.-P. Chantin et D (...)
  • 2 P. D’hollander (dir.), L’Église dans la rue. Les cérémonies extérieures du culte en France au xixe(...)

1Le vingtième siècle a été marqué – dans l’Ouest plus qu’ailleurs en France – par la visibilité de la manifestation de défense catholique. La carte postale, au moment des inventaires, a immédiatement imposé cette représentation. La force même de l’image de protestation captée ou mise en scène venait du fait qu’elle parvenait à fixer pour le plus grand nombre plusieurs résurgences de la longue durée : les émotions rurales et religieuses de l’Ancien Régime1, les soulèvements anti-révolutionnaires et, de manière moins nette, les démonstrations de rue du xixe siècle2. La Séparation fait également écran et conduit le regard à se porter, hors du cadre concordataire, sur le seul vingtième siècle dès lors qu’il cherche à repérer la véritable invention de la manifestation de défense catholique. On tentera donc de radiographier les trois campagnes de protestation jusqu’à 1950 pour mieux les articuler entre elles et découvrir ainsi un véritable cycle revendicatif.

L’extraction concordataire et les attroupements de défense

  • 3 M. Lagrée, « Processions religieuses et violence démocratique dans la France de 1903 », Religion e (...)
  • 4 2 000 personnes protestent à Vannes contre l’expulsion des jésuites.
  • 5 B. Dumons, « Mobilisation politique et ligues féminines dans la France catholique du début du sièc (...)

2Au commencement du siècle, les piqûres anti-congréganistes et les tensions municipales liées aux processions 3 ont provoqué une poussée de fièvre catholique. Dès l’été 1902, la réaction a été spontanée autour des expulsions des religieux locaux comme elle avait pu se faire jour ponctuellement en 18804. La logique de rupture de l’anticléricalisme d’État créa ensuite les conditions mécaniques d’une riposte d’ampleur, extériorisant en quelque sorte la position désormais périphérique intégrée par les catholiques. La clé de la campagne de mobilisation réside dans l’abandon du concordat. Il n’est qu’à regarder vingt ans plus tôt, au temps de la Séparation de l’Église et de l’école : la sauvegarde du contrat concordataire voulue par le pape et les évêques explique fondamentalement l’absence d’encouragement à la manifestation de catholiques par ailleurs peu structurés et divisés. En 1906, la cristallisation populaire n’a pas été contrariée par les discours hiérarchiques. Il suffit d’évoquer l’encyclique Vehementer nos du 11 février, contemporaine des inventaires et qui leur faisait résonance. Si les appels de Pie X comme de la majorité de l’épiscopat donnaient aux catholiques une mission de croisade, ils n’ont pas fixé les modalités de la mobilisation. Il convient donc de chercher le dynamisme directement chez les acteurs qui ont été capables de provoquer le mouvement. On ne manquera pas d’insister sur les deux ligues féminines catholiques 5 dont le développement associatif – permis par la loi de 1901 – accompagne la résistance. Nulle démonstration moderne n’existe en effet sans l’ébauche d’une structure militante et c’est la particularité de celle du début du siècle que de minorer le rôle des hommes.

  • 6 Voir la communication éclairante de M.-T. Cloître.
  • 7 P. Cabanel reprenant la classification de J.-M. Mayeur, op. cit., p. 95.
  • 8 À Sainte-Anne d’Auray, marquée par une veille nocturne de l’évêque avec ses ouailles dans la basil (...)

3Le prisme féminin aide à mieux lire les manifestations de la Séparation6. En particulier dans l’Ouest, le rôle joué par les dames fixe bien la typologie de la manifestation régionale marquée par la connivence des élites et du peuple7. Plus fondamentalement, il révèle l’originalité de cette campagne dans laquelle l’espace symbolique de la résistance a été modifié par les femmes. Lors des inventaires, le cadre préétabli veut que ces dernières soient dans l’église à prier et à chanter tandis que les hommes protègent l’édifice face aux forces de l’ordre8. Or dans de nombreux cas, ce sont les dames titrées, souvent accompagnées de leurs descendants, qui dynamisent la scène de confrontation en allant au contact. L’applaudissement masculin, que ces actes conduisant parfois en correctionnelle ne manquent pas de provoquer, paraît être le vrai révélateur d’une certaine reconnaissance féminine. Le discours anticlérical va à sa façon dans le même sens : l’hystérie perçue étant la traduction péjorative et inversée du dynamisme constaté.

  • 9 Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 22 décembre 1906, 52, p. 1009.

4Comme chez les acteurs, la question de l’espace peut être abordée de biais. Pour complexe qu’il soit au sein du monde rural, notamment dans le rapport entre rumeur ancestrale et circulation moderne de l’information, le mouvement de protestation dans l’espace urbain pose davantage de questions. La résistance reste toujours enserrée par l’ordre républicain et la dynamique catholique ne produit pas la conquête de la rue, élément constitutif de la manifestation. Quand bien même l’Église serait en pouvoir de contrôler l’espace, je pense en particulier aux journées vannetaises d’expulsion de l’évêché, à la mi-décembre 1906, lorsque les nombreux manifestants errent nerveusement dans les rues, l’évêque ne sait pas quoi faire de cette foule et est obligé de la renvoyer sans lui avoir donné de station finale pour concrétiser son anarchique défilé9.

  • 10 G. Provost, « Le rituel du pardon de Saint-Yves (xvie-xxe siècles) », Saint Yves et les Bretons, P (...)
  • 11 Y. Tranvouez, « La Séparation vue des régions de chrétienté : un triomphe ? L’attitude de Mgr Dupa (...)
  • 12 M. Lagrée, Histoire du diocèse de Rennes, Beauchesne, 1979, p. 220.

5Cette stérilité ou du moins cette timidité spatiale renvoie directement à l’usage sémantique. Ne conviendrait-il pas d’effacer le terme de manifestations dans ce qui apparaît comme des attroupements de la communauté paroissiale répondant aux appels de défense du tocsin ou du journal et strictement limités aux lieux menacés (écoles, églises, évêchés, séminaires, congrégations) ou répressifs (tribunal) ? En laissant de côté les forts regroupements rennais ou nantais rassemblant jusqu’à 7000 personnes, on pourrait dès lors réserver ce terme de manifestations catholiques à de rares cas, tels que la bénédiction à Tréguier du calvaire de protestation le 19 mai 1904, ou le rassemblement contre les inventaires de Sainte-Anne d’Auray des 13-14 mars 1906, lorsque l’Église mobilise dans le cadre large du diocèse, voire de la région. Le cadre de la protestation s’inscrit naturellement dans le temps long de mobilisation populaire des catholiques bretons, revivifiée à la fin du xixe siècle, autour du pardon de Saint-Yves 10 et du pèlerinage morbihannais, mais aussi de toutes les possibilités d’expression cléricale nombreuses dans la région (congrès marials, intronisations d’évêques11). Ce paysage familier convient mieux à la hiérarchie que l’espace politique de la manifestation. En ouvrant les portes de la cathédrale de Rennes lors des inventaires 12 pour éviter la violence ligueuse, le modéré cardinal Labouré signifiait à sa manière que la démonstration catholique ne saurait se réduire à sa lecture nationaliste.

6Au final, on peut penser que la hiérarchie catholique, trop occupée à ramasser les vitraux cassés du concordat durant la tempête de la Séparation,

  • 13 Pour l’action catholique, Beauchesne, 1913, 411 p.
  • 14 Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 8 décembre 1906, 49, p. 969.
  • 15 Sur le plan national voir le travail important de C. Sorrel, « Les congrès diocésains et la mobili (...)

7a manqué son but en ne convertissant pas immédiatement l’élan populaire en structure de masse du militantisme masculin. Certes, celle-ci a été voulue rapidement en aval. Dès la fin de 1906, celui qui fut l’un des promoteurs et théoriciens de l’Action catholique en France13, l’évêque de Vannes, Mgr Gouraud, mobilisait ainsi ses ouailles : « À vous de restaurer l’union séculaire de l’Église et de la France, en substituant au concordat de l’État ce que l’on a si heureusement appelé le concordat du peuple et de l’Église14 ». Le timide grossissement des Comités diocésains ou la fréquentation – ne dépassant guère la centaine de participants – des multiples congrès cantonaux ou diocésains 15 et conférences dans l’espace presque toujours fermé des années d’avant-guerre prouvent que l’élan pourtant fortement encouragé de la mobilisation passée ne s’est pas concrétisé.

Les démonstrations de la FNC (1924-1927)

  • 16 Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 22 octobre 1927, 43, p. 683.

8C’est une toute autre campagne, celle menée contre le programme laïque du Cartel des gauches, au milieu des années 1920, qui permit la véritable structuration populaire du militantisme masculin, avec la Fédération Nationale Catholique et ses relais diocésains des Unions catholiques. Quelle est alors la lecture de la hiérarchie catholique ? En catimini, elle célèbre le travail de l’ombre de l’élite militante, celui modeste des années de l’après-Séparation, celui fructueux des semaines de recrutement et de préparation des manifestations. Ce sont bien des méthodes longuement éprouvées de conférences, de congrès cantonaux et de pressions paroissiales qui ont été efficaces. D’ailleurs, le vocabulaire qui présente ces grands rassemblements comme des congrès diocésains et les manifestants comme des congressistes souligne bien cette continuité avec le passé. Mais l’heure de la visibilité exige de sonner plus fort les trompettes, d’autant que la leçon de la Séparation a été retenue. Le rassemblement de masse se voit donc paré de toutes les vertus fondatrices. À Sainte-Anne d’Auray, Gouraud déclare tout de go « Notre Union catholique fut le fruit de votre manifestation16 » vannetaise, faisant ainsi oublier la date de sa création vingt ans plus tôt. Duparc, témoin indiqué et celtisant de cette ivresse multitudinaire, trouve alors comme référence le réveil irlandais de 1840 et les grands meetings de la Repeal Association de Daniel O’Connell.

  • 17 Semaine religieuse de Quimper et de Léon, 20 mars 1925, 12, p. 207.
  • 18 D. Tartakowsky, Les manifestations de rue en France 1918-1968, Publications de la Sorbonne, 1997, (...)
  • 19 Le Ploërmelais, 7 décembre 1924, n° 43.
  • 20 B. Cabanes, La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Le Seuil (...)

9L’inventivité du discours, tout comme la modernité des moyens (hautparleurs, commissaires), signale l’invention de la manifestation catholique. Le souvenir de la mobilisation du début du siècle se trouve absent des discours, alors que référence est faite, dans la célèbre déclaration de l’ACA du 10 mars 1925 rédigée par le dominicain d’origine bretonne, Émile Janvier, aux méthodes de rue contemporaines des « socialistes, communistes, fonctionnaires, ouvriers, commerçants17 ». La FNC, contribuant à faire rejaillir sur l’Église la dynamique associative du mouvement ancien combattant, joua de fait le rôle structurant du parti ou du syndicat dans la constitution de la manifestation de gauche18. Sur le terrain, la référence aux adversaires joue également de manière dynamique. À Ploërmel, on oppose ainsi la démonstration locale au transfert des cendres de Jaurès au Panthéon19. Cette prise de conscience spatiale est l’une des clés pour la compréhension du mouvement. Les villes moyennes de l’Ouest (Quimper, Saint-Brieuc, Vannes), alimentées par leurs campagnes, qui connaissent leurs premières manifestations de masse dépassant toujours les 20 000 participants, deviennent ainsi capables de rivaliser avec le pavé parisien. Depuis Strasbourg, œil du cyclone de protestation, l’espace urbain régional n’est désormais plus périphérique. C’est la Grande Guerre qui lui a donné cette centralité, puisque la petite patrie a été l’échelle du consentement national. À ce titre, les manifestations contre le Cartel se lisent comme des répétitions des défilés de la victoire de 1919-192020. Elles en épousent parfaitement les rites en surexposant les porte-drapeaux, la géographie urbaine autour des récents monuments aux morts, la scénographie martiale du défilé au pas cadencé. La coloration patriotique et laïque de ces démonstrations – qui mérite d’ailleurs d’être soulignée dès lors qu’on fait de cette campagne l’acte de naissance de la manifestation catholique – est partout perceptible : tribune pavoisée de tricolore, garde d’honneur des évêques ou des drapeaux du congrès composée des anciens combattants les plus gradés, slogans de l’UNC. La Marseillaise, sans effacer les cantiques régionaux et le Nous voulons Dieu, devient chant de ralliement. Les paroles, celles-là même qui étaient lancées par les anticléricaux nantais pour accueillir les pèlerins de Lourdes en 1887, sont appropriées par les catholiques. La guerre de 1914-1918 fait bien frontière, comme le prouve l’absence de toute Marseillaise durant la campagne de protestation du début du siècle.

  • 21 Il y avait risque d’altercation puisque le même jour était organisée une contre-manifestation de g (...)
  • 22 On remarquera la continuité des JMJ parisiennes dont l’organisation fut confiée à l’évêque aux arm (...)
  • 23 Religion et cultures en Bretagne, Fayard, 1992, p. 195.
  • 24 Interdiction est notamment faite de fumer, ce qui renvoie à la traditionnelle maîtrise des corps l (...)

10C’est incontestablement par cette identité combattante que les catholiques ont retrouvé droit de cité dans les rues de la République. Force est cependant de reconnaître que tout l’espace urbain breton n’a pas été conquis : Brest et Lorient n’ont pas connu de manifestations sinon anticléricales ; Nantes, trop marquée par le souvenir de 1903 est restée sans défilé21 mais a connu un imposant meeting réunissant 70 000 personnes dans la cour du Grand Séminaire. L’Église a donc été parfois contrainte de se retrancher sur le terrain sécurisé de ses sanctuaires (Folgoët), surtout dans la deuxième vague des manifestations à partir de 1926 (Pontchâteau, Sainte-Anne d’Auray). Il n’empêche que l’emprise spatiale reste impressionnante et peu contestée. Clercs et militaires représentés par ces colonels organisateurs ont mis en commun leur savoir-faire dans l’organisation et la représentation publique des masses22. Michel Lagrée avait très bien mis en valeur le contraste entre les anarchiques bandes chouannes de 1906 et l’ordonnancement rigoureux de 192523. La Grande Guerre a domestiqué le corps rural qui est ainsi mieux à même, quoiqu’en pensent les feuilles anticléricales, de s’affirmer dans l’espace urbain, d’autant que le clergé imposait lui aussi sa discipline 24 perçue comme une nouvelle contrainte par les adversaires de l’Église.

  • 25 « Quand les francs maçons viendront faire la guerre en Bretagne, nous les cognerons », crie ainsi (...)
  • 26 Gouraud cité dans D. Bensoussan, « Le réveil des catholiques bretons (1924-1926) », Vingtième Sièc (...)
  • 27 J.-M. Guillon, « La Légion française des combattants ou comment comprendre la France de Vichy », A (...)
  • 28 Charost lors de la manifestation vannetaise (Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 4 avril 1925 (...)
  • 29 Le Populaire de Nantes, 9 décembre 1924.

11La maîtrise de la violence semble avoir progressé ; et les parapluies ont remplacé les gourdins du début du siècle. Cette identité policée est un autre indice de l’invention de la manifestation. Néanmoins, on peut penser que la démonstration, par la gravité des visages toujours soulignée dans les témoignages sur les anciens combattants, restait intrinsèquement violente. Certains échos glanés par la police dans les cortèges25, tout comme d’ailleurs les paroles épiscopales appelant à la « guerre sainte26 », le confirment. Son identité combattante fait donc de la manifestation un témoignage de la brutalisation de l’après-guerre dont les continuités se repèrent jusqu’au régime de Vichy27. Le discours hiérarchique surenchérit d’ailleurs dans la représentation martiale en faisant des manifestants des héritiers des « zouaves pontificaux28 » – référence forte dans l’Ouest catholique – ou des « croisés » selon Duparc. Face à cette identité combattante fortement légitimée dans la société du temps, le discours anticlérical s’est trouvé quelque peu désarmé, comme il l’avait été durant la Grande Guerre, en dénonçant sans cohérence les prêtres embusqués et la militarisation de l’Église29. L’effacement de la cible traditionnelle féminine rendait de surcroît sa dénonciation plus difficile. À l’inverse, le discours catholique joua à profusion de ce renversement. Les manifestations masculines étaient vécues comme une rupture fondamentale mettant fin au respect humain. Il est logique que la virilisation, tant appliquée sur le terrain, ait laissé des traces dans les discours, à l’instar de ce commentaire du Nouvelliste de Bretagne lisant, dans son numéro du 9 décembre 1924, une « mâle énergie » sur le « visage » des Léonards réunis au Folgoët, « la plupart à carrure d’athlètes ».

  • 30 L’identité masculine à l’ombre des femmes de la Grande Guerre à la Gay Pride, Hachette, 2004, p. 1 (...)
  • 31 « La manifestation catholique du 29 mars 1925 à Vannes », Loc. cit., p. 219.
  • 32 Le discours catholique retenait en effet jusqu’à 1925 le chiffre des 200 000 morts pour mieux l’as (...)
  • 33 D. Guyvarc’h, « Guerre de 14 », Dictionnaire du patrimoine breton, Apogée, 2000, p. 458.
  • 34 C. Bonafoux-Verrax, À la droite de Dieu. La Fédération Nationale Catholique, Fayard, 2004, p. 46.

12Participation des femmes non tolérée lors des cortèges combattants, présence non mentionnée lors des meetings alors que les ligueuses s’étaient déplacées, sont les signes d’une exclusion qui s’inscrit dans la marginalisation générale constatée par André Rauch pour les années 1920 autour des monuments aux morts30, ainsi que dans la tendance à la dévalorisation féminine propre à l’Action catholique d’avant la spécialisation. D’actrices au début du siècle, les femmes sont devenues spectatrices ; ce qui constitue un nouvel indice du nivellement entre sociabilité catholique et républicaine provoqué par la Grande Guerre. Le fait que les jeunes et les vieillards aient connu – de manière atténuée – le même ostracisme convainc que la mobilisation combattante se suffisait à elle-même. Cette totalisation s’exprime dans le discours des évêques. À l’heure de l’édification du mémorial de Sainte-Anne d’Auray, Gouraud et Serrand multiplièrent le nombre des protestataires de 1924-1925 en associant aux 250 000 manifestants les « 250 000 » morts bretons de la guerre31. Ce nouveau seuil place la construction symbolique catholique au cœur de l’inflation mémorielle 32 propre à la région33. Le décompte se doit d’enregistrer plus réalistement la mobilisation de 1926-1927, et le grand meeting de Landerneau réunissant 100 000 participants, puis ses succédanés de Pontchâteau (40 000) et de Sainte-Anne d’Auray (25 000 selon la préfecture, 50 000 selon l’Église). Cette continuité de la mobilisation, alors que le Cartel a retiré son programme, prouve la réussite de la structuration en profondeur de la FNC, soucieuse d’occuper le terrain jusqu’aux législatives de 1928. Il manquait cependant à cette démonstration l’appui romain, soucieux de maintenir les relations avec la République puisque cette dernière ne les a jamais rompues. Il existait de fait un profond décalage entre l’épiscopat de combat nommé par Pie X après la Séparation, et la stratégie de Pie XI. Parler comme le faisait la déclaration de mars 1925 des lois de laïcité « œuvre de l’impiété » avec le ton de 1906, alors que les associations diocésaines avaient été acceptées en 1923, paraît anachronique. À ce propos, le maintien des manifestations après le départ d’Herriot n’a pas été bien vu du Vatican, comme le prouvent les pressions du nonce Cerretti sur le cardinal Charost pour lui faire annuler la grande manifestation de Landerneau de 192634.

  • 35 F. Le Moigne, Les évêques français de Verdun à Vatican II. Une génération en mal d’héroïsme, Renne (...)
  • 36 Y. Tranvouez, « Le rétablissement des processions sur la voie publique à Lambézellec (1932-1938) » (...)
  • 37 L’épiscopat s’est alors investi dans les « démonstrations de conquête » de la JAC et de la JOC plu (...)
  • 38 Semaine religieuse du diocèse d’Évreux du 10 janvier 1942.

13Les années 1930 constituent en ce sens une rupture que marque l’avènement d’une nouvelle génération épiscopale en phase avec Pie XI35. Ces évêques, promoteurs d’une autre stratégie que celle – défensive – de la FNC avec l’Action catholique spécialisée, entretenaient une relation plus apaisée avec la République que leurs prédécesseurs de combat. La décennie, pourtant conflictuelle sur le terrain politique ou social et qui reste marquée par des affrontements locaux très durs entre catholiques et anticléricaux36, connaît une pause dans les manifestations de défense 37 et donc un certain endormissement militant du fait de l’absence d’affaire nationale. L’Occupation accentue cette léthargie tout en redéfinissant fortement, du fait de l’épisode Vichy, les frontières de la laïcité, en particulier sur le terrain scolaire. « Nous avions le concordat sans concorde, nous avons la concorde sans concordat38 », se félicite l’évêque d’Aire et de Dax comme aurait pu le faire n’importe quel évêque breton. La Bretagne est en effet choisie comme région test pour l’application des nouvelles lois de subvention de l’enseignement catholique. Ce qui entraîne force relations entre préfets et évêques ; et une entente réciproque mise en scène – de manière spectaculaire pour la zone occupée – le 26 juillet 1942 à Sainte-Anne d’Auray.

La Libération, fin du cycle protestataire ?

  • 39 F. Le Moigne, « 1945-1950 : les manifestations du militantisme scolaire catholique de l’Ouest », M (...)

14La question scolaire devint logiquement l’un des enjeux de la Libération. On remarquera que le réveil catholique s’est structuré en Bretagne, comme souvent dans le passé, autour d’une campagne de pétitions accompagnant à partir du mois de mars 1945 le débat législatif sur la fin des subventions de Vichy et celui des municipales marqué par la visibilité laïque de la gauche résistante. Il est cependant à noter que la région n’a pas connu de manifestations durant l’année 1945, contrairement au Maine-et-Loire et à la Vendée. Dans l’Ouest intérieur, le militantisme de défense masculin (FNAC, CALS39), mieux encouragé par les évêques, y était en effet plus opérationnel. L’archevêque de Rennes, rompu à la stratégie de l’Action catholique spécialisée et très lié au milieu dirigeant MRP (Teitgen, Fréville) avec lequel il avait sérieusement négocié sur la question scolaire durant les premiers mois de la Libération, freinait les démonstrations. Elles furent moins contenues, lors de la première campagne référendaire de 1946 qui vit une forte mobilisation du MRP pour le « Non ». Les relais catholiques furent ensuite fortement mobilisés à cause de ce préambule de la constitution définissant pour la première fois la République comme « laïque ».

  • 40 Voir la communication de D. Bensoussan.

15Cela donnait un objectif clair de contestation, même si les discours épiscopaux se voulaient nuancés entre le refus catégorique du laïcisme et l’acceptation négociée d’une laïcité neutre gage de tolérance. L’épiscopat paraissait avoir changé par rapport à 1925 en reprenant à son compte la distinction des démocrates-chrétiens. Mais, de même qu’il convient de signaler l’ambiguïté de la position régionale de ces derniers40, de même convient-il de dire que l’épiscopat n’était pas entendu sur cette démonstration constitutionnelle ni sur le respect publiquement témoigné aux instituteurs publics (Villepelet). À force de répéter que l’enseignement catholique était matériellement en danger de mort et d’appeler les catholiques à la « résistance » (Le Bellec), les prélats indiquaient clairement la voie de la rue. L’appel fut entendu à Nantes, là où l’évêque – Villepelet – était le plus décidé et les structures militantes les plus actives ; et à Quimper et au Folgoët, là où les APEL et la JAC étaient les plus fortes en Bretagne. La singularité de l’Ouest apparaît sur une carte de France vierge de toute autre démonstration catholique si l’on excepte les manifestations ponctuelles du Gard contre la nationalisation des houillères. Ces meetings rassemblant plus de 200 000 personnes firent jeu égal avec ceux des années 1920 (en s’y référant d’ailleurs clairement et en reproduisant ses chants). À cela, il convient d’invoquer, outre des choix stratégiques de calendrier (lundi de Pâques dans le Finistère, foire de Nantes), la répétition des recettes de 1924-1925.

16Cela se constate dès la préparation, avec les nombreuses conférences cantonales où intervenaient orateurs professionnels et régionaux, témoins d’un certain renouvellement militant. La manifestation en elle-même redonne un rôle aux colonels en retraite, revoit des commissaires (500 par exemple à Nantes), joue sur le patriotisme (Marseillaise, prières devant les monuments commémoratifs), même si l’on peut remarquer un peu moins de rigueur dans les défilés. Si les femmes, désormais électrices, sont bienvenues dans le Finistère et acceptées lors du meeting nantais, elles n’ont cependant pas le droit de défiler avec les hommes dans cette dernière ville. La cause en est peut-être moins la frilosité masculine que la sécurité. En effet, Nantes connaît le 7 avril 1946 sa première véritable manifestation catholique et il existe un sérieux climat de défiance entre l’évêché et la municipalité de gauche qui rappelle le début du siècle. Il n’empêche : les conditions du défilé et le succès populaire (60 000 manifestants, là où le préfet en attendait 35 000) consacrent la victoire spatiale des catholiques dans une cité emblématique que leurs adversaires ne sont plus en mesure de contester. Cette constatation peut être étendue à l’ensemble de la région.

  • 41 « Égaux devant le guichet du percepteur pour verser et pour toucher ! », entend-on à Quimper (Sema (...)

17La dynamique de ces manifestations, telle qu’elle apparaissait dans les mots d’ordre et les discours, résidait dans l’exaspération antifiscale des catholiques41. Elle trouva un prolongement, durant la période 1947-1949, dans la vingtaine de « procès des kermesses » quadrillant tout l’Ouest (de Morlaix à Nantes). Les évêques tirèrent parti de ces obscures tracasseries de correctionnelle sur les taxes non payées aux contributions indirectes après les fêtes des écoles, pour en faire des journées maîtrisées de mobilisation populaire. La comparaison avec 1909-1910, lorsque les prélats étaient poursuivis par la justice notamment sur l’affaire des manuels scolaires, révèle d’incontestables progrès dans l’exploitation de la victimisation. L’unité. – répétée – d’action, de lieu et de temps, autour de la déposition de l’évêque comme témoin, puis le défilé, les discours et la bénédiction hiérarchique, donne sa respiration à des démonstrations fortement suivies pour des jours de semaine (15 000 manifestants à Nantes et à Vannes). Le relais de Ouest-France consacre l’emprise régionale de l’Église, tandis que le militantisme scolaire se fortifie en Bretagne à partir de 1948.

***

  • 42 Celle-ci put s’investir, comme ce fut le cas en 1961, dans la manifestation agricole.

18Le théâtre de l’Ouest devait connaître une scène d’embrasement final. Le 23 avril 1950, année anniversaire de la loi Falloux sur la liberté de l’enseignement secondaire, étaient en effet organisés 4 rassemblements pour diffuser le mot d’ordre de grève de l’impôt, point de rupture et d’aboutissement symbolique de ces années de lutte régionale. Jamais l’organisation ne fut plus rodée et la presse mieux mobilisée pour couvrir cette journée de 200 000 manifestants. Dès avant le 23 avril pourtant, la chance avait tourné pour les organisateurs. Une tenace loi de l’histoire mit en avant la résistance de Lorient et de Brest. Sainte-Anne d’Auray ne put ainsi accueillir de rassemblement car l’évêque de Vannes se devait d’être présent à Lorient pour accueillir le président Auriol. De même, le préfet interdit la manifestation de Brest encore marquée par la mort d’un ouvrier lors des grèves. Le Folgoët vit donc l’unique démonstration bretonne de 80 000 personnes, consacrant le déséquilibre de la région par rapport à l’Ouest intérieur (Saint-Laurent sur Sèvre réunissant 100 000 manifestants, Pontmain 50 000 et Château-la-Vallière 10 000). Ces circonstances fortuites ne sauraient cacher le véritable sabotage de ces journées. Il est à trouver, aussi paradoxal que cela puisse paraître, chez le primat de Bretagne, le cardinal Roques, absent de la manifestation de Pontmain par hostilité déclarée à la grève de l’impôt voulue par son rival de Luçon, Mgr Cazaux. Cette division hiérarchique fondamentale opposant le camp des modérés, parmi lesquels Fauvel de Quimper, à celui des ultras, représenté par Le Bellec de Vannes, se termina par la victoire des premiers car le Vatican, alerté par le MRP au pouvoir et agissant directement par le nonce Roncalli, intervint pour tuer le mouvement de protestation. Cet échec de la manifestation, signifié par la réussite de la tactique d’influence parlementaire avec les lois Barangé et Marie de 1951, consacre un changement de perspective. De fait, en 1956, malgré une préparation très active contre le Front républicain de Guy Mollet, les manifestations de l’Ouest, comme celle de Nantes du 11 novembre où 200 000 personnes étaient attendues, furent retenues au dernier moment par le Vatican et l’épiscopat négociant un concordat. Trois ans plus tard, la loi Debré du régime gaullien qui symbolisait la signature d’un contrat républicain, fit que la génération catholique des années 1960 fut la seule du siècle à ne pas inventer sa manifestation42, en brisant le rythme duodécennal constaté. Le cycle reprit cependant avec l’intensité que l’on connaît dans les années 1980. Songèrent-ils à leurs devanciers, les Bretons qui défilèrent devant les caméras de télévision avec leurs chapeaux ronds de kermesse, dans les rues de Paris le 24 juin 1984 ?

Notes

1 P. Cabanel en a fait l’autopsie précise dans « La révolte des inventaires », in J.-P. Chantin et D. Moulinet (dir.), La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Atelier, 2004, p. 91-108.

2 P. D’hollander (dir.), L’Église dans la rue. Les cérémonies extérieures du culte en France au xixe siècle, Limoges, PULIM, 2001, 330 p.

3 M. Lagrée, « Processions religieuses et violence démocratique dans la France de 1903 », Religion et modernité. France, Rennes, PUR, 2002, p. 147-168.

4 2 000 personnes protestent à Vannes contre l’expulsion des jésuites.

5 B. Dumons, « Mobilisation politique et ligues féminines dans la France catholique du début du siècle », Vingtième Siècle, 73, janvier 2002, p. 39-50.

6 Voir la communication éclairante de M.-T. Cloître.

7 P. Cabanel reprenant la classification de J.-M. Mayeur, op. cit., p. 95.

8 À Sainte-Anne d’Auray, marquée par une veille nocturne de l’évêque avec ses ouailles dans la basilique, Le Progrès du Morbihan laisse à l’extérieur les hommes et parle de « saturnales » entre le clergé « et les pimbêches en mal de maris qui gardent le sanctuaire » (numéro du 17 février 1906).

9 Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 22 décembre 1906, 52, p. 1009.

10 G. Provost, « Le rituel du pardon de Saint-Yves (xvie-xxe siècles) », Saint Yves et les Bretons, PUR, 2004, p. 257-272.

11 Y. Tranvouez, « La Séparation vue des régions de chrétienté : un triomphe ? L’attitude de Mgr Duparc de 1908 à 1914 », dans La Séparation et les Églises de l’Ouest, colloque UCO.

12 M. Lagrée, Histoire du diocèse de Rennes, Beauchesne, 1979, p. 220.

13 Pour l’action catholique, Beauchesne, 1913, 411 p.

14 Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 8 décembre 1906, 49, p. 969.

15 Sur le plan national voir le travail important de C. Sorrel, « Les congrès diocésains et la mobilisation des catholiques après la Séparation », Vingtième Siècle, 87, septembre 2005, p. 85-100 ; et celui en cours de J.-L. Marais sur l’Ouest.

16 Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 22 octobre 1927, 43, p. 683.

17 Semaine religieuse de Quimper et de Léon, 20 mars 1925, 12, p. 207.

18 D. Tartakowsky, Les manifestations de rue en France 1918-1968, Publications de la Sorbonne, 1997, 869 p.

19 Le Ploërmelais, 7 décembre 1924, n° 43.

20 B. Cabanes, La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Le Seuil, 2004, p. 97-180.

21 Il y avait risque d’altercation puisque le même jour était organisée une contre-manifestation de gauche.

22 On remarquera la continuité des JMJ parisiennes dont l’organisation fut confiée à l’évêque aux armées, Mgr Dubost, et au général Morillon.

23 Religion et cultures en Bretagne, Fayard, 1992, p. 195.

24 Interdiction est notamment faite de fumer, ce qui renvoie à la traditionnelle maîtrise des corps lors des pardons imposée par le clergé. Les photographies montrent cependant quelques cigarettes allumées.

25 « Quand les francs maçons viendront faire la guerre en Bretagne, nous les cognerons », crie ainsi un groupe devant les halles de Ploërmel (Archives départemantales du Morbihan, M 1720).

26 Gouraud cité dans D. Bensoussan, « Le réveil des catholiques bretons (1924-1926) », Vingtième Siècle, 57, janvier 1998, p. 69.

27 J.-M. Guillon, « La Légion française des combattants ou comment comprendre la France de Vichy », Annales du Midi, 245, janvier 2004, p. 5-24.

28 Charost lors de la manifestation vannetaise (Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 4 avril 1925, 14, p. 222).

29 Le Populaire de Nantes, 9 décembre 1924.

30 L’identité masculine à l’ombre des femmes de la Grande Guerre à la Gay Pride, Hachette, 2004, p. 18-19.

31 « La manifestation catholique du 29 mars 1925 à Vannes », Loc. cit., p. 219.

32 Le discours catholique retenait en effet jusqu’à 1925 le chiffre des 200 000 morts pour mieux l’associer aux 200 000 pèlerins annuels de Sainte-Anne d’Auray.

33 D. Guyvarc’h, « Guerre de 14 », Dictionnaire du patrimoine breton, Apogée, 2000, p. 458.

34 C. Bonafoux-Verrax, À la droite de Dieu. La Fédération Nationale Catholique, Fayard, 2004, p. 46.

35 F. Le Moigne, Les évêques français de Verdun à Vatican II. Une génération en mal d’héroïsme, Rennes, PUR, 2005, 373 p.

36 Y. Tranvouez, « Le rétablissement des processions sur la voie publique à Lambézellec (1932-1938) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2, 1983, p. 137-169. Cette référence est d’autant plus utile que la décennie 1930 a été peu étudiée.

37 L’épiscopat s’est alors investi dans les « démonstrations de conquête » de la JAC et de la JOC plus ouvertes à la présence féminine.

38 Semaine religieuse du diocèse d’Évreux du 10 janvier 1942.

39 F. Le Moigne, « 1945-1950 : les manifestations du militantisme scolaire catholique de l’Ouest », Militants catholiques de l’Ouest, PUR, 2004, p. 199-211.

40 Voir la communication de D. Bensoussan.

41 « Égaux devant le guichet du percepteur pour verser et pour toucher ! », entend-on à Quimper (Semaine religieuse de Quimper et de Léon, 19 avril 1946, 16, p. 125).

42 Celle-ci put s’investir, comme ce fut le cas en 1961, dans la manifestation agricole.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540