Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Troisième partie. L'accommodation (1918-2005)

Les démocrates-chrétiens bretons et la laïcité dans le premier xxe siècle : une accommodation ambiguë

David Bensoussan

Texte intégral

1Dans un monde catholique breton longtemps hostile, à l’instigation de ses élites, aux valeurs républicaines, l’attitude des démocrates-chrétiens à l’égard de la laïcité se singularise par une logique d’accommodation dont il importe de mesurer la portée et la complexité. Si son impact se révèle d’importance, la dualité d’intention qui la sous-tend détermine en effet certaines ambiguïtés.

2Le travail d’accommodation des catholiques à l’idée de laïcité qu’effectuent, non sans mal, les démocrates-chrétiens s’insère tout d’abord dans leur volonté d’œuvrer à la réconciliation du monde catholique avec la République. La difficulté de la tâche renvoie alors aux rapports de force internes au catholicisme – loin d’être dans un premier temps à leur avantage – eux-mêmes surdéterminés par l’état des relations entre le monde catholique dans son ensemble et les gouvernements républicains. La juste perception de l’attitude des démocrates-chrétiens bretons oblige ainsi à étudier la place spécifique qu’ils occupent dans l’espace politique régional, dans la période qui court de la Séparation au « second ralliement » des années vingt lorsque la question de la laïcité est au cœur des enjeux politiques. La contextualisation de leurs prises de position montre alors qu’elles s’inscrivent dans des configurations politiques qui les conditionnent par le champ des possibilités qu’elles leur offrent. Pour autant, les ambiguïtés qui en résultent recouvrent également des considérations doctrinales qui ne sont pas, elles-mêmes, sans équivoques tant la culture politique démocrate-chrétienne apparaît en pleine mutation.

3C’est pourquoi la logique d’accommodation qui caractérise l’attitude des démocrates-chrétiens face à la laïcité doit se percevoir dans une double dimension sémantique. Outre la volonté de favoriser l’adaptation des catholiques bretons à l’idée même de laïcité, ce travail d’accommodation s’effectue aussi dans le sens d’une réappropriation qui vise à l’investir pour mieux la modifier.

La place des démocrates-chrétiens dans le monde catholique breton

  • 1 Pour une évocation de ces figures, voir les notices les concernant dans Michel Lagrée (dir.), Dict (...)
  • 2 Sur ce point, je me permets de renvoyer à ma thèse, dont la version abrégée vient de paraître aux (...)

4Dès la fin du xixe siècle, la Bretagne s’est imposée comme une des terres d’élection de la démocratie chrétienne avec la victoire électorale retentissante, en 1897, de l’abbé Gayraud dans la troisième circonscription de Brest. Quoique circonscrit à certaines zones géographiques, le phénomène prend corps, par la suite, dans la mouvance des abbés démocrates dont l’impact est considérable dans le monde catholique breton. Les figures des abbés Bridel, Crublet, Mancel et surtout de l’abbé Trochu, pour ne prendre que les plus connues, confirment au passage la forte dimension cléricale de la démocratie chrétienne bretonne1. L’émergence et le vigoureux essor du Sillon, dans la première décennie du xxe siècle, montrent cependant le rôle croissant des laïcs au sein d’un courant qui s’enracine socialement dans la région et infléchit son action vers un engagement de plus en plus politique. Loin de réfréner cette évolution, la condamnation du Sillon par Pie X en 1910 la confirme, comme en témoigne la création de la Fédération des républicains démocrates du Finistère (FRDF) en 1911. Au lendemain de la Grande Guerre, la naissance du Parti démocrate populaire (PDP), en 1924, inscrit cette évolution dans un cadre désormais national au sein duquel les Bretons jouent un rôle essentiel. Sans surévaluer son importance dans la région, ce parti connaît néanmoins des succès éclatants lors des élections de 1928 qui constituent un tournant dans l’histoire politique du catholicisme breton2.

5Plus qu’à cette dimension partisane et électorale, la très grande visibilité de la démocratie chrétienne en Bretagne reste liée à la place considérable qu’occupe L’Ouest-Éclair dans le paysage éditorial régional. Forts du succès croissant de leur quotidien, créé en 1899, l’abbé Trochu et Emmanuel Desgrées du Loû, qui en sont les fondateurs et les dirigeants jusqu’au début des années trente, en ont fait le fer de lance de l’action démocrate-chrétienne dans la région, soutenant d’abord le Sillon avant de participer à la naissance du PDP et de l’appuyer très activement dans ses premiers développements.

6Confrontée à l’hostilité de la hiérarchie épiscopale et des notables traditionnels du monde catholique breton, la démocratie chrétienne se forge dans un combat militant d’une rare intensité pour afficher sa singularité. La dissidence qu’elle représente doit ainsi se percevoir au regard de l’intransigeance professée par les élites catholiques bretonnes, cléricales ou laïques, à l’encontre des valeurs républicaines. Dans ce cadre, il s’agit pour les démocrates-chrétiens d’affirmer la nécessité d’une autre stratégie pour le monde catholique breton que celle du repli obsidional et de la contre-société catholique. Sans négliger la virulence de l’anticléricalisme d’une partie du monde républicain, ils pointent, en effet, sans concessions les responsabilités du monde catholique dans la situation difficile qui lui est faite au début du siècle. L’intransigeance catholique et son obstination à se lier aux courants politiques les plus réactionnaires sont ainsi analysées par Emmanuel Desgrées du Loû comme les raisons majeures de ces difficultés, tant elles ont conforté les milieux républicains dans l’idée d’une hostilité de principe des catholiques à l’égard du régime. Partisans résolus d’une stratégie d’intégration dans la France républicaine, les démocrates-chrétiens bretons proclament leur volonté de faire triompher une logique d’apaisement. Pour cela, il leur faut tenter de rompre les blocs en présence, notamment dans le cadre des affrontements politiques régionaux particulièrement vifs entre les « Blancs » et les « Bleus ». Ils s’efforcent ainsi avec constance de dissocier le catholicisme du conservatisme d’obédience monarchique et sont, de ce fait, des adversaires déterminés de l’Action française dont ils observent, désolés et révoltés, l’influence croissante dans le monde catholique d’avant-guerre.

7Cette stratégie poursuivie obstinément s’avère difficile à mener en Bretagne au vu de l’intensité des antagonismes et de la force des clivages politiques hérités du passé. En butte à la méfiance des milieux républicains pour lesquels ils restent d’impénitents cléricaux, les démocrates-chrétiens bretons sont l’objet des foudres de la hiérarchie épiscopale attachée à maintenir l’unité du monde catholique derrière le clergé et la notabilité traditionnelle. C’est donc dans ce cadre éminemment contraignant que doivent s’analyser leurs prises de position à l’égard des lois laïques et du principe de laïcité. Leur adhésion revendiquée à la République n’enlève rien, en effet, à leur appartenance au monde catholique.

L’attitude des démocrates-chrétiens lors de la Séparation

8Dans un premier temps, alors que la Séparation n’est encore qu’à l’état de réflexion, Emmanuel Desgrées du Loû affiche dans L’Ouest-Éclair une acceptation de principe plutôt enthousiaste. N’ayant de cesse de dénoncer les « abjections du combisme », il voit à l’évidence dans la rupture du concordat la possibilité pour l’Église de conquérir une nouvelle liberté. La liberté de nomination des évêques et curés qui en résulterait est notamment analysée comme le moyen d’une « marche ascensionnelle irrésistible » :

  • 3 « Pas de Séparation », L’Ouest-Éclair, 26 mai 1904.

Et qui ne voit que de tels hommes ajoutant à l’esprit de prudence de l’administration l’esprit d’entreprise de l’apostolat auraient vite fait de conquérir dans notre démocratie une influence considérable ? Ah ! Soyez-en sûr, l’insolence maçonnique serait bientôt refoulée, la tyrannie des pouvoirs publics bientôt inopérante et tout ce que la France contient encore de sève catholique recommencerait à causer des surprises à ceux qui se sont persuadés que le vieil arbre est mort3.

9C’est, du reste, parce qu’il est convaincu que les « blocards » sont bien conscients des avantages que donnerait à l’Église la Séparation qu’il doute, en mai 1904, de leur détermination à vouloir briser le concordat.

  • 4 « Les catholiques et la Séparation », L’Ouest-Éclair, 9 avril 1905.

10Un an plus tard ou presque, alors que le projet de loi est en discussion à la Chambre, la position du directeur politique de L’Ouest-Éclair s’infléchit pourtant sensiblement. Dénonçant certaines dispositions du projet de loi, « contraire à la liberté et à la justice4 », il anticipe les réactions du monde catholique et un « possible retour de la guerre religieuse ». L’opinion du grand quotidien rennais se partage alors, durant plusieurs mois, entre les mises en garde nuancées d’Emmanuel Desgrées du Loû et l’écho donné aux appréciations plutôt favorables au projet de la part d’un certain nombre de personnalités catholiques. Cette ambivalence est significative. Si elle se justifie par des positions de principe, elle renvoie également, et sans aucun doute, à la volonté des dirigeants du journal de ménager leur lectorat et d’éviter d’accroître les tensions, déjà vives, avec la hiérarchie ecclésiastique bretonne.

  • 5 Cf. « Sur la Séparation », L’Ouest-Éclair, 22 décembre 1905.

11Quoi qu’il en soit, une fois la loi votée et en attente de la décision de Rome, L’Ouest-Éclair se classe résolument parmi les partisans de l’essai loyal de la loi conformément à l’attitude de la plupart des démocrates-chrétiens bretons5. Outre l’évocation des risques que ferait peser sur le culte catholique le refus de la loi, c’est surtout le thème des libertés offertes à l’Église de France par la rupture du lien concordataire qui est le plus largement repris.

  • 6 « La résistance et l’épiscopat », L’Ouest-Éclair, 2 février 1906.
  • 7 « La résistance et le gouvernement », L’Ouest-Éclair, 3 février 1906.

12La mobilisation catholique face à la loi et aux inventaires qui en sont la conséquence change partiellement la donne pour Emmanuel Desgrées du Loû car il lui faut prendre en compte l’état d’esprit d’une partie de son lectorat. Tout d’abord, pourtant, le directeur politique de L’Ouest-Éclair se déclare humilié dans sa fierté de catholique face aux récits des premiers incidents. Il parle d’une « exaltation funeste », d’une « transgression odieuse des préceptes de justice, de charité et de modération dont notre Évangile est rempli6 ». Dès le lendemain cependant, son point de vue s’infléchit face à l’intensité d’un conflit qui l’oblige à choisir son camp. Il souligne alors la nécessité pour le gouvernement de surseoir aux inventaires et prévient que, dans le cas contraire, « la résistance deviendra générale et sous peine de faillir à nos devoirs les plus certains de solidarité et de fraternité religieuse, il faudra bien que nous lui apportions, nous aussi, un concours actif et résolu7 ».

13La radicalisation du monde catholique, notamment dans l’Ouest, n’est donc pas sans effets sur les prises de position du directeur politique de L’Ouest-Éclair. Elle dévoile les ambiguïtés d’une attitude qui doit sans cesse être replacée dans le cadre des rapports de force qui opposent alors les catholiques français au gouvernement et, conséquemment, dans les logiques politiques dominantes au sein du monde catholique.

14Pour autant, s’en tenir à cet aspect, aussi important soit-il, reste insuffisant. Car ces ambiguïtés dévoilent aussi l’ambivalence doctrinale qui caractérise la démocratie chrétienne du début du siècle. Si la thématique réitérée de la liberté utilisée pour analyser la loi traduit l’influence croissante du libéralisme catholique, elle ne dissimule pas la prégnance d’un intransigeantisme qui a fortement marqué les milieux démocrates-chrétiens bretons, particulièrement la génération des années 1890 à laquelle appartient Emmanuel Desgrées du Loû. La mobilisation contre les inventaires, en leur renvoyant l’image du peuple catholique en action pour défendre sa foi, est sans conteste propice à la réactivation de cette matrice intransigeante. C’est ce qui ressort distinctement de l’éditorial rédigé par le directeur politique de L’Ouest-Éclair, le 25 février 1906, intitulé « la conscience et la foi ». Relatant le refus de certains officiers d’obéir aux consignes d’assaut d’une église, Emmanuel Desgrées du Loû affirme avec conviction la primauté de la conscience individuelle sur la loi républicaine pour justifier ce refus d’obéissance. Dans ce contexte singulièrement troublé, c’est donc bien la figure du catholique qui l’emporte sur celle du citoyen, délimitant en cela le cadre du ralliement à la République de nombreux démocrates-chrétiens bretons.

15Spécifique d’un moment d’intense affrontement, ce type de réaction reste néanmoins ponctuel. Les élections de 1906 et l’échec des droites obligent les démocrates-chrétiens bretons à une meilleure perception des rapports de force politiques, faisant prévaloir à nouveau la logique d’apaisement qui, au vrai, continue de les caractériser. Leur déception est donc vive face à la décision du Saint-Siège de refuser, par l’encyclique Gravissimo officii du 10 août 1906, tout accommodement avec la loi. Outre qu’elle place l’Église de France dans une situation difficile, la décision de Pie X engage le monde catholique dans une épreuve de force dont ils perçoivent nettement la dynamique anti-républicaine.

  • 8 L’élection de Paul Simon comme député de la seconde circonscription de Brest, en avril 1913, est l (...)

16De fait, la conjoncture nouvelle s’avère difficile pour les démocrates-chrétiens bretons confrontés à un épiscopat qui relaie avec empressement le raidissement pontifical. L’Ouest-Éclair est ainsi l’objet d’attaques répétées, accusé de neutralité et sa ligne politique est publiquement rejetée. La condamnation du Sillon, dont l’influence était grande en Bretagne, semble fragiliser irrémédiablement la vitalité de la démocratie chrétienne dans la région. Elle n’est, du reste, pas sans conséquences sur le visage qu’elle peut présenter car elle accentue sa décléricalisation et renforce le processus de déconfessionnalisation déjà à l’œuvre précédemment. C’est d’ailleurs dans cette évolution que le courant démocrate-chrétien trouve l’occasion de rebondir tant elle le libère, du moins partiellement, des contraintes imposées par l’autorité ecclésiastique. La création de la FRDF en 1911 témoigne ainsi de l’affirmation d’un catholicisme républicain qui s’affiche clairement et dont le succès est quasi immédiat8. En proclamant avec force « La République c’est la liberté », les dirigeants de cette organisation ont bien conscience de la dimension provocatrice que peut prendre, au sein du monde catholique breton, cette prise de position.

Les démocrates-chrétiens bretons et la question de la laïcité dans les années vingt

17Au lendemain de la Grande Guerre, la volonté de pérenniser l’Union sacrée s’exprime au sein d’une bonne partie de l’opinion publique et des forces politiques du pays. Elle suppose la continuité de l’apaisement religieux qui avait prévalu, non sans mal parfois, durant la guerre. Avec l’accord du cardinal-archevêque de Paris, Mgr Amette, la reconnaissance du « fait de laïcité » s’inscrit comme base du compromis politique qui s’établit alors autour du Bloc national. Il s’en faut pourtant que cette situation s’applique à l’ensemble du territoire national. En Bretagne, où les évêques remettent en cause les lois laïques et en font un enjeu électoral central, la réconciliation entre catholiques et laïques s’avère toujours difficile pour ne pas dire impossible.

18Dans ce contexte, l’attitude des démocrates-chrétiens bretons s’inscrit de manière significative dans l’acceptation du compromis politico-religieux sur le fait de laïcité. La poursuite de l’Union sacrée oblige, selon eux, à oublier les querelles du passé, stériles et mortifères pour le pays. Il s’agit alors pour les militants de ce courant et, en premier lieu, pour L’Ouest-Éclair de créer les conditions favorables au « second ralliement » en dégageant les républicains modérés de l’alliance avec les radicaux-socialistes afin de rompre l’unité du « bloc laïque » breton. À partir de là, sous couvert d’une modération des exigences catholiques, il sera possible, disent-ils, de faire avancer les revendications catholiques sur les points les plus importants que sont le retour d’une ambassade française au Vatican et l’obtention d’un statut légal pour l’Église. Défendue avec fougue et constance, non sans résultats comme le montrent les décisions prises sous la législature du Bloc national, cette position n’est pas sans interroger, une nouvelle fois, sur l’attitude des démocrates-chrétiens à l’égard de la laïcité, entre stratégie politique clairement affichée et convictions doctrinales sous-jacentes.

19Leur acceptation du fait de laïcité ne les empêche en effet nullement de revendiquer l’abrogation de certaines lois laïques. Cette ambiguïté, qui les place dans une situation souvent inconfortable tant au sein du monde catholique que face aux milieux républicains, est particulièrement perceptible dans le fameux Mémoire confidentiel d’Emmanuel Desgrées du Loû. Rédigé à la demande de Rome, et envoyé au cardinal Dubois pour être distribué à l’épiscopat français lors de son Assemblée générale de février 1923, ce Mémoire définit ce que doit être la stratégie des catholiques français dans la perspective des élections législatives de 1924. Le directeur politique de L’Ouest-Éclair y insiste alors nettement sur la nécessaire prudence qui, selon lui, s’impose aux catholiques :

  • 9 Mémoire confidentiel, p. 30.

L’ambassade du Vatican rétablie, l’affaire du statut de l’Église de France résolue, les congrégations qui se consacrent aux missions et aux œuvres charitables pourvues de l’autorisation légale : c’était pour l’instant le maximum de ce que l’on pouvait raisonnablement attendre de l’état de l’opinion publique9.

20Mais cette prudence, posée en contrepoint d’une intransigeance qu’il lui semble observer dans certains milieux catholiques, ne dissimule pas une certaine équivoque sur les objectifs poursuivis :

  • 10 Ibid., p. 29.

Malgré toutes les clauses de style sur l’intangibilité des lois de combat, l’opinion républicaine s’engageait dans la voie du compromis. Les principes laïques restaient saufs, et même, jusqu’à un certain point, les textes destinés à les faire vivre. En fait, on les vidait de leur substance, c’est-à-dire de la passion et de l’esprit de représailles qui les avaient consacrés10.

  • 11 Outre ma thèse, je renvoie ici à l’article que j’ai rédigé pour la revue Vingtième Siècle, « Le ré (...)

21L’ambiguïté des démocrates-chrétiens face à la question de la laïcité s’observe avec encore plus d’acuité face aux projets jugés antireligieux du Cartel des gauches lorsque près de 270 000 Bretons, du moins si l’on s’en tient aux chiffres donnés par les organisateurs, manifestent leur opposition à cette politique11. Cette mobilisation, relayée à l’échelle nationale, s’accompagne bien vite d’une dynamique politico-religieuse qui débouche sur la déclaration de l’assemblée des cardinaux et archevêques du 25 mars 1925 dont la teneur montre la persistance de l’intransigeantisme catholique au sein de l’épiscopat français. Dénonçant avec virulence la malfaisance des lois laïques et du principe de laïcité, la déclaration réfute aussi avec force la politique de conciliation qui semblait s’être imposée en 1919.

22Or, à cette occasion, l’attitude des dirigeants bretons du PDP, récemment créé, s’avère, là encore, équivoque. Dans le cadre de la mobilisation catholique, ils participent, en effet, aux manifestations et sont présents à la tribune lorsque les lois laïques sont vigoureusement vilipendées. Certes, leur refus, maintes fois énoncé, du principe de l’intangibilité des lois laïques, au nom même des vertus du régime démocratique, peut justifier leur présence tout comme la revendication du droit commun pour les catholiques. Il n’en reste pas moins que leur participation à la tribune, comme orateurs, à l’occasion de manifestations où l’intransigeance catholique s’exprime avec ferveur comporte un risque évident de confusion. Lorsque Mgr Duparc, l’évêque de Quimper et Léon, réclame, à l’occasion de la manifestation du Folgoët en décembre 1924, l’abrogation de toutes les lois qui constituent, selon lui, « la France en état d’apostasie nationale : loi de Séparation, loi de l’École neutre, lois contre les congrégations, loi du divorce », la présence à ses côtés des députés du PDP Paul Simon et Pierre Trémintin peut d’autant plus donner le sentiment de leur communion de pensée qu’ils fustigent eux aussi les « ignobles lois laïques ». Sans doute faut-il voir dans leur attitude le fruit d’une certaine forme de radicalisation politique exprimée dans l’exaltation de grandes manifestations. Sans doute aussi aurait-il été suicidaire politiquement et électoralement de faire preuve à ces occasions d’un quelconque désaccord. Néanmoins, on peut voir également dans leurs propos l’expression d’espérances intégralistes qui caractérisent toujours les milieux démocrates-chrétiens de cette époque. Après tout, anciens sillonnistes, ils gardent en eux la volonté d’une rechristianisation de la société dont les foules rassemblées sous leurs yeux peuvent leur donner le sentiment.

23La nécessaire contextualisation des prises de position des démocrates-chrétiens bretons, dans le cadre des rapports de force politiques qui prévalent tant à l’intérieur du monde catholique que dans ses relations avec les gouvernements républicains, ne dispense donc nullement, on le voit, de réfléchir à leur option doctrinale sur la question de la laïcité.

La question de la laïcité comme révélatrice des ambiguïtés doctrinales des démocrates-chrétiens

24Si les ambiguïtés des démocrates-chrétiens bretons face à la laïcité tiennent à la coexistence de considérations stratégiques et doctrinales, elle renvoie également aussi, et de façon plus complexe pour l’historien, au concept de laïcité et aux multiples façons dont on peut l’entendre.

25La nécessité s’est imposée bien vite pour les militants démocrates-chrétiens de préciser leur conception de la laïcité tant cette dernière semblait dresser un écran rédhibitoire entre le monde catholique et l’idée républicaine. Dès la première décennie du xxe siècle, leur position s’est établie autour de la distinction entre laïcité, entendue comme la juste neutralité de l’État dans les affaires religieuses, et laïcisme, dénoncé comme une doctrine d’irréligion. Dans un monde catholique où la hiérarchie épiscopale et une grande partie du clergé condamnent de la même façon laïcité, laïcisme et neutralité religieuse, ils défendent donc une opinion originale qui, quoique restrictive, nous le verrons par la suite, n’en a pas moins une grande portée.

  • 12 C’est la définition donnée par Marcel Prélot dans Histoire des idées politiques, Paris, Dalloz, ré (...)
  • 13 Voir Yves Palau, Contribution à l’étude du catholicisme social : le cas de la revue Politique (192 (...)

26Le principe de la laïcité de l’État est, en effet, non seulement admis mais revendiqué par les démocrates-chrétiens. Articulée autour de la distinction du temporel et du spirituel, cette revendication fonde leur refus de tout cléricalisme et leur rejet de tout combat pour la restauration d’institutions chrétiennes. Elle peut parfois donner le sentiment de déboucher sur une dissociation du catholique et du citoyen comme le laissent penser les propos de l’abbé Trochu à Paul Simon, au lendemain de son élection en 1913, lorsqu’il lui écrit : « Vous n’êtes pas républicain catholique. Vous êtes républicain dans la vie publique, catholique dans votre vie privée. » C’est, du reste, cette virtualité qui a déterminé les accusations de « libéraux » proférées à leur encontre par leurs adversaires catholiques intransigeants. Et il est vrai que l’attitude des démocrates-chrétiens défendant la religion au nom de la liberté de conscience et de culte, réclamant l’abrogation des « lois sectaires » votées en 1901 et 1904 au nom du droit commun peut donner l’impression que la figure du citoyen l’emporte, chez eux, sur celle du chrétien. Pour autant, cette caractérisation de leur attitude par l’étiquette du libéralisme catholique ne prend sens que si on définit, ce dernier comme l’encadrement du libéralisme par l’éthique du catholicisme12. Elle vient malgré tout interroger l’idée, communément admise, d’une matrice intransigeante pour l’ensemble des démocrates-chrétiens. Il faut sur ce point replacer leur caractérisation politique dans le cadre d’évolution sur le moyen terme, au regard des rythmes générationnels. Il est clair que la génération démocrate-chrétienne qui éclôt dans l’activisme du Sillon ne présente pas tout à fait le même profil que celle qui est apparue dans la foulée des encycliques de Léon XIII. Outre la déconfessionnalisation de la démocratie chrétienne qu’elle met en œuvre, d’autant plus nettement après la condamnation de 1910, la génération forgée dans l’engagement sillonniste réfléchit activement, à l’instigation de Marc Sangnier, aux modalités d’investissement de l’idée républicaine par l’idéal chrétien. Au lendemain de la Grande Guerre, l’influence de l’œuvre philosophique de Maurice Blondel au sein de la démocratie chrétienne ouvre des perspectives en ce sens. La compénétration blondélienne de l’homme simultanément chrétien intégral et citoyen complet permet de dépasser les apories d’un catholicisme qui tout en se voulant intégral affiche clairement sa réconciliation avec le siècle. Sans surestimer l’influence de la philosophie blondélienne, qui trouve néanmoins les instruments de sa vulgarisation dans la revue Politique et dans l’action d’un Paul Archambault13, son écho est certain parmi les dirigeants bretons du PDP qui, souvent issus de milieux juridiques et intellectuels, sont à même d’en saisir les intentions. Républicains convaincus et catholiques intégraux, nul doute qu’ils ne trouvent ici le moyen de penser une compénétration déjà mise en œuvre dans le cadre du Sillon.

27L’acceptation de la laïcité de l’État par les démocrates-chrétiens implique aussi un refus implicite de poser l’unité de la Nation autour des valeurs catholiques. C’est d’ailleurs sur ce point que doit se mesurer la portée de leur dissidence dans un monde catholique qui continue, pour l’essentiel, d’envisager l’identité nationale exclusivement de cette façon, légitimant ainsi les prétentions de l’Église à régenter la vie du pays.

28On peut néanmoins s’interroger sur leur conception de la laïcité tant elle apparaît restrictive au regard de la conception républicaine du moment. En la définissant comme l’impartialité de l’État entre les différentes confessions, les démocrates-chrétiens investissent la laïcité républicaine pour en proposer une définition a minima dont la valeur positive est ainsi singulièrement restreinte. De plus, leur définition de l’État républicain comme un « État respectueux des forces morales et religieuses » ne dissimule pas leur volonté de laisser libre cours au dynamisme clérical dans la société ni même l’affirmation implicite que le catholicisme est un instrument essentiel et nécessaire de stabilité et d’ordre social.

  • 14 Sur cette question, voir Yves Déloye, École et citoyenneté. L’individualisme républicain de Jules (...)

29Du fait de cette définition restrictive, les démocrates-chrétiens bretons peinent alors à se distinguer des autres courants du catholicisme sur la question si fondamentale, notamment en Bretagne, de l’école. En 1911, le programme de la FRDF revendique ainsi le « libre épanouissement » des écoles privées sans jamais poser la question du contenu de l’enseignement qui y est professé. Or, cet enseignement contient un fort contenu normatif, prétendant que seule l’éducation religieuse peut former des hommes respectueux de l’ordre social et politique et plaçant ainsi les valeurs catholiques au cœur de l’identité nationale14. C’est ce que souligne, par exemple, l’abbé Madec, ancien partisan du Sillon, lors de la manifestation du Folgoët : « L’école nationale, c’est vraiment l’école libre où l’on n’enseigne que le patriotisme et le respect des droits de Dieu et de l’ordre social. » Si l’abbé Madec par son évolution n’est pas la figure la plus représentative de la démocratie chrétienne bretonne, l’hostilité que comportent implicitement ses propos à l’égard de l’école laïque n’en est pas moins symptomatique d’un état d’esprit auquel les démocrates-chrétiens bretons n’ont pas toujours échappé. C’est que pour eux, comme pour la plupart des catholiques, l’éducation renvoie aux fondements même d’une identité religieuse qui s’accommode mal de la laïcité républicaine. Si cette dernière est caricaturée, sous le couvert du laïcisme, comme une apologie de l’irréligion, n’est-ce pas, finalement, parce que les démocrates-chrétiens ne peuvent, eux non plus, accepter la laïcisation de la morale et refusent de penser l’émancipation et la réalisation de l’homme en dehors du religieux ?

***

30Souligner les ambiguïtés persistantes des démocrates-chrétiens bretons sur la question de la laïcité n’empêche nullement de mettre en évidence le rôle majeur qu’ils ont joué dans ce travail d’accommodation, si fondamental, des catholiques à une idée qui s’était définie, dès les débuts de la IIIe République, dans une forte dimension conflictuelle. La réussite, partielle il est vrai comme le montrera l’épisode de Vichy, de cette entreprise doit cependant se replacer dans le cadre d’un « second ralliement » dont ils sont loin d’être les seuls acteurs. Elle ne prend sens d’ailleurs que si on la replace dans leur capacité à ramener la laïcité à une simple neutralité de l’État dans les affaires religieuses. Nullement achevé à la veille de la Seconde guerre mondiale, cet autre aspect du travail d’accommodation entrepris par les démocrates-chrétiens s’affirmera de manière encore plus prononcée avec l’avènement du MRP. La consécration de la liberté de l’enseignement par plusieurs dispositions législatives des IVe et Ve Républiques peut ainsi être analysée comme le succès d’une stratégie qui visait à vider la laïcité républicaine de son contenu idéologique.

Notes

1 Pour une évocation de ces figures, voir les notices les concernant dans Michel Lagrée (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 3, La Bretagne, Paris-Rennes, Beauchesne-Institut culturel de Bretagne, 1990, 418 p.

2 Sur ce point, je me permets de renvoyer à ma thèse, dont la version abrégée vient de paraître aux éditions Fayard sous le titre : Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres.

3 « Pas de Séparation », L’Ouest-Éclair, 26 mai 1904.

4 « Les catholiques et la Séparation », L’Ouest-Éclair, 9 avril 1905.

5 Cf. « Sur la Séparation », L’Ouest-Éclair, 22 décembre 1905.

6 « La résistance et l’épiscopat », L’Ouest-Éclair, 2 février 1906.

7 « La résistance et le gouvernement », L’Ouest-Éclair, 3 février 1906.

8 L’élection de Paul Simon comme député de la seconde circonscription de Brest, en avril 1913, est la manifestation la plus éclatante de ce succès.

9 Mémoire confidentiel, p. 30.

10 Ibid., p. 29.

11 Outre ma thèse, je renvoie ici à l’article que j’ai rédigé pour la revue Vingtième Siècle, « Le réveil des catholiques bretons (1924-1926) », Vingtième Siècle, 1998, n° 57, p. 57-75.

12 C’est la définition donnée par Marcel Prélot dans Histoire des idées politiques, Paris, Dalloz, rééd. 1990, p. 578.

13 Voir Yves Palau, Contribution à l’étude du catholicisme social : le cas de la revue Politique (1927-1940), thèse de doctorat de sciences politiques, IEP de Paris, 1994, 568 p.

14 Sur cette question, voir Yves Déloye, École et citoyenneté. L’individualisme républicain de Jules Ferry à Vichy : controverses, Paris, PFNSP, 1994, 432 p. Voir également Yves Lambert, Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, Cerf, 1985, 452 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540