Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Troisième partie. L'accommodation (1918-2005)

L’acceptation des lois laïques par les évêques bretons (1902-1936)

Dominique Beloeil

Texte intégral

  • 1 SRN, 13 janvier 1906, p. 25-31 : « La loi de Séparation, est par son esprit, ses tendances et ses (...)

1Le vote de la loi de Séparation des Églises et de l’État en décembre 1905 et son entrée en application en janvier 1906 n’ont suscité que critiques et réprobations au sein de l’épiscopat breton. Les propos de l’évêque de Nantes, Mgr Rouard, adressés aux prêtres de son diocèse en janvier 1906, illustrent bien cette hostilité épiscopale1. Cette opposition radicale des évêques bretons au régime de la Séparation n’est plus de mise aujourd’hui. Notre travail entend donc étudier le basculement de l’épiscopat breton de la condamnation à l’acceptation de la loi de 1905.

2Au début du xxe siècle, après avoir lutté pour le maintien du régime concordataire, les évêques n’hésitent pas à s’engager personnellement et avec la plus grande détermination lors des campagnes électorales contre les radicaux. S’agit-il pour eux de faire barrage à de nouvelles lois « laïques » ou bien de parvenir à remettre en cause la loi de Séparation ?

3Après la Grande Guerre, les évêques concentrent leurs revendications sur trois points : le rétablissement de relations diplomatiques entre la France et le Vatican, la mise en place d’un statut juridique donnant une existence légale à l’Église et le subventionnement des écoles catholiques. Les gouvernements issus de la « Chambre bleu horizon » leur donneront satisfaction sur les deux premiers points. Cela contribue à l’apaisement des tensions mais, sur le fond, la loi de Séparation est-elle vraiment acceptée ?

4Tout semble remis en cause en 1924 par le ministère dirigé par Édouard Herriot. À la suite des catholiques alsaciens, les évêques bretons mobilisent leurs fidèles pour faire barrage au Cartel. Jusqu’où vont les revendications épiscopales ? Espèrent-ils en fin de compte la fin des « lois laïques » ?

5À partir de 1926, et jusqu’en 1936, on peut observer un effacement général des évêques bretons dans le champ politique. S’agit d’un choix pastoral ou ecclésiologique ? d’une obligation tactique à la suite de la condamnation de l’Action française ? d’une habileté politique visant à mettre en avant les laïcs afin d’obtenir une meilleure efficacité tactique ? ou bien d’une véritable Séparation de l’Église et de l’État ?

La lutte contre la loi de Séparation (1902-1914)

Contre « la tyrannie du Midi »

  • 2 SRR, 12 avril 1902, p. 447 : « Voter mal, c’est donner son suffrage à des hommes qui seraient pas (...)
  • 3 SRSBT, 18 avril 1902, p. 246.
  • 4 SRSBT, 25 avril 1902, p. 257 : « Les prochaines élections sont pour nous une question de vie ou de (...)
  • 5 SRSBT, 2 mai 1902, p. 273 : « Il est temps que notre patrie secoue le joug de la secte qui l’oppri (...)

6Lors des élections législatives du 27 avril 1902, les cinq Semaine Religieuse bretonnes se mobilisent contre les radicaux et leurs alliés2. Il s’agit le plus souvent d’appel à la prière s’appuyant sur le catéchisme3. Bien qu’aucun nom de candidats ne soit cité dans ces articles, l’enjeu et les objectifs de la consultation sont clairement exposés4. Un ennemi est explicitement désigné : la franc-maçonnerie5.

  • 6 SRSBT, 3 mars 1905, p. 139.
  • 7 SRN, 4 mars 1905, p. 197-198, Ordonnance pour le carême (11 février 1905) : « Les incessantes épre (...)
  • 8 SRSBT, 3 mars, 10 mars & 17 mars 1905.
  • 9 SRQ, 10 mars & 17 mars 1905.
  • 10 SRN, 1er avril 1905, p. 289-291 : « Le projet de Séparation conduit nécessairement à la persécutio (...)
  • 11 SRQ, 21 avril 1905 : 83 132 signatures – SRR, 20 mai : 96901 – SRSBT, 14avril : 75000.

7La mobilisation de l’épiscopat breton contre le projet de loi de Séparation de l’Église et de l’État remonte au printemps 19056. Les évêques de Nantes7, Saint-Brieuc 8 et Quimper 9 sont les premiers à réagir publiquement. Ils soutiennent avec un certain enthousiasme la position intransigeante de l’Assemblée des Cardinaux et des Archevêques de France (ACA10). Les évêques bretons lancent aussi de vastes campagnes de pétitions en faveur du maintien du concordat. Plus de 100 000 signatures sont recueillies en Loire-Inférieure11.

  • 12 SRR, 8 avril, p. 473 – 15 avril, p. 491 – 22 avril, p. 507 – 29 avril, p. 529-530 – 6 mai, p. 547.
  • 13 Voir notamment SRV, 1er juillet 1905, p. 510-512 & SRV 8 juillet 1905, p. 531-535.
  • 14 SRSBT, du 19 mai 1905 au 7 juillet 1905.

8La discussion parlementaire et les votes du projet de loi sont suivis avec attention par la presse diocésaine. La Semaine Religieuse du Diocèse de Rennes rend compte des débats chaque semaine12. Celle de Vannes instaure même une chronique régulière rendant compte des débats sur la Séparation intitulée « À la Chambre13 ». Les articles du projet de loi sont intégralement reproduits dans l’organe de presse de l’évêque de Saint-Brieuc et Tréguier14.

  • 15 SRQ, 3 novembre 1905, p. 719 – SRR, 28 octobre, p. 74-76 – SRV, 4 novembre, p. 862-863.
  • 16 SRSBT, 8 décembre 1905, p. 778-782 – SRV, 9 décembre 1905, p. 972-976 – SRQ, 15 décembre 1905, p. (...)
  • 17 SRR, 15 juillet 1905, p. 713-714.
  • 18 SRN, 13 janvier 1906, p. 25-31.
  • 19 SRSBT, 15 décembre 1905, p. 785-786.

9En dépit de leurs efforts et de leurs prières15, les catholiques apprennent avec consternation le vote définitif de la loi en décembre 190516. La légitimité même de la loi est souvent remise en cause par les Semaines Religieuses, qui dénoncent « la tyrannie du Midi17 ». Mgr Rouard écrit : « la loi de Séparation a proclamé l’athéisme en France ; c’est un blasphème contre lequel une immense majorité proteste assurément18 ». Mgr Fallières dénonce aussi une « loi néfaste qui rompt définitivement le lien officiel de la France avec l’Église et consomme l’apostasie nationale19 ».

L’entrée en vigueur de la loi

  • 20 SRN, 13 janvier 1906, p. 25-31 – SRV, 3 février 1906, p. 82-91 – SRQ, 22 décembre 1905.
  • 21 SRN, 13 janvier 1906, p. 25-31 : « Nous subirons l’inventaire en question, mais nous entendons n’y (...)
  • 22 SRN, 13 janvier 1906, p. 30 – SRV, 23 décembre 1905, p. 1002 : « Ils ne doivent en aucun cas se pr (...)

10Les inventaires prévus par la loi de Séparation inquiètent plus particulièrement la hiérarchie catholique20. Des consignes très précises sont adressées aux membres des conseils de fabrique afin qu’ils se déroulent dans le calme mais sans leur collaboration21. La question de l’ouverture des tabernacles suscite tout particulièrement l’indignation des évêques22.

  • 23 SRQ, 2 février 1906, p. 70.
  • 24 SRQ, 9 février 1906, p. 85.

11Dans le diocèse de Quimper, l’évêque fait preuve d’une extrême modération. « Les opérations de l’inventaire prescrit par la loi de Séparation ont eu lieu lundi, à la cathédrale Saint-Corentin et, mardi, à Saint-Mathieu. MM. les agents de l’administration des Domaines ont agi, hâtons-nous de la dire, avec une discrétion et un tact auxquels nous rendons hommage […]23. » Les inventaires se déroulent donc comme prévu (sauf à Saint-Polde-Léon, Quimperlé et Concarneau) et sans violence24.

  • 25 SRSBT, 26 janvier 1906, p. 49-50.
  • 26 SRSBT, 9 février (p. 84-91), 16 février (p. 99), 23 février (p. 127) et 9 mars 1906 (p. 160-168).
  • 27 SRSBT, 16 février 1906, p. 99.
  • 28 SRV, 3 février 1906, p. 91.
  • 29 SRR, 24 février 1906, p. 375-386.

12La situation est radicalement différente dans le diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. La Semaine Religieuse mobilise le clergé dès le mois de janvier 1906. Le 26 janvier, Mgr Fallières répond ainsi à trois questions d’un curé, dont les réponses invitent clairement à la résistance : « Peuvent-ils [les curés] fermer aux enquêteurs la porte de l’église ou de la sacristie ? Rien dans les instructions ne le défend. En leur recommandant de ne coopérer en rien à ces préliminaires de la spoliation, ces instructions leur tracent suffisamment leur devoir25. » Chaque semaine, l’hebdomadaire diocésain montre que dans le diocèse de Saint-Brieuc la mobilisation des catholiques rend impossible les inventaires sans le recours à un dispositif policier voire militaire conséquent26. « Ainsi dans les six églises de notre diocèse où l’on a tenté d’appliquer la loi, jusqu’à présent, le gouvernement n’a trouvé ni prêtres ni fabriciens pour se prêter à l’enquête dont les causes et les effets nous sont suspects à tant de titres27. » À Vannes 28 et à Rennes 29 également, les Semaines Religieuses poussent implicitement les fidèles à se mobiliser pour empêcher les inventaires.

L’espoir d’une revanche électorale

  • 30 SRN, 24 février 1906, p. 169-178 : « Qu’il faille séparer l’État de l’Église, c’est une thèse abso (...)
  • 31 SRQ, 9 mars 1906, p. 163 – SRN, 28 avril 1906, p. 385-387.
  • 32 SRV, 3 février 1906, p. 91.
  • 33 SRN, 5 mai 1906, p. 416-417.
  • 34 SRQ, 11 mai 1906, p. 310 – SRN, 12 mai, p. 445 – SRR, 1er mai, p. 568 – SRV, 12 mai, p. 364.

13La condamnation de la loi de Séparation de l’Église et de l’État par Pie X dans l’encyclique Vehementer nos (17 février 190630) confirme les catholiques français dans l’opposition au gouvernement radical et incite les évêques bretons à renforcer leur engagement lors de la campagne électorale précédant les élections législatives d’avril 190631. L’espoir des catholiques est clairement d’obtenir d’une nouvelle législature l’abrogation de la loi de 190532. L’engagement des Semaines Religieuses est alors total. À Nantes, l’organe de l’évêché n’hésite pas à lancer un appel nominatif à battre un candidat33. Les élections de 1906 sont pourtant un cuisant échec pour les évêques bretons34.

  • 35 SRN, 25 août 1906, p. 796 : Lettre encyclique aux archevêques et évêques de France (10 août 1906)  (...)
  • 36 SRN, 25 août 1906 – SRR, 18 août, p. 804-807 – SRV, 25 août, p. 663 – SRQ, 24 août, p. 554-558.
  • 37 SRV, 22 décembre 1906, p. 1002 & 5 janvier 1907, p. 3 – SRQ, 8 février 1907, p. 91 – SRSBT, 21 déc (...)
  • 38 SRSBT, 20 avril 1906, p. 253-254.
  • 39 SRR, 2 février 1907 – SRV, 2 février – SRSBT, 1er février – SRQ, 1er février – SRN, 2 février.
  • 40 SRN, 2 novembre 1907, p. 1033 : Formule de bail approuvée par l’administration civile pour les pre (...)

14Le rejet des associations cultuelles par le pape Pie X dans l’encyclique Gravissimo officii 35 suscite en Bretagne une adhésion enthousiaste de l’épiscopat36. Après les expulsions des séminaires37, qui ravivent une nouvelle fois les tensions, les évêchés bretons s’efforcent de se réorganiser. Le denier de la foi est ainsi mis en place afin de remplacer les traitements versés au clergé concordataire38. En 1907, la mise en place des « contrats de jouissance39 » des églises et des baux des presbytères 40 assure officiellement la poursuite de la vie paroissiale. Les tensions entre catholiques et laïques connaissent alors un apaisement sensible.

  • 41 SRQ, 8 avril 1910, p. 222-223 – SRN, 16 avril 1910, p. 361-365.
  • 42 SRR, 2 avril 1910, p. 514.
  • 43 SRV, 9 avril 1910, p. 282-284.

15Lors des élections législatives de 1910, les évêques de Nantes et de Quimper renouvellent comme en 1906 leurs traditionnels appels à voter pour les candidats catholiques, mais il s’agit principalement d’appels à la prière et leurs critiques des lois laïques demeurent très pondérés41. Les craintes d’une nouvelle vague législative anticléricale l’emportent sur tout espoir d’abrogation des lois laïques. À Rennes 42 et à Vannes43, les évêques préfèrent même s’en remettre aux laïcs de leur diocèse.

  • 44 SRQ, 3 avril 1914, p. 220 : Intention générale d’avril 1914.
  • 45 SRSBT, 27 mars 1914, p. 206.

16À l’approche des élections législatives de 1914, les évêques de la province de Tours adressent une lettre pastorale aux fidèles de leurs diocèses, qui critique les lois laïques. Cette déclaration singularise le diocèse de Nantes des autres diocèses bretons, dont les évêques ne se sont pas engagés dans la bataille électorale. Les Semaines Religieuses de Quimper 44 et de Saint-Brieuc 45 reproduisent cependant l’appel de l’Apostolat de la Prière qui invite les fidèles à prier pour « le triomphe de la cause catholique en France ».

De la Chambre bleu horizon au Cartel des gauches (1919-1926)

Le retour des catholiques au pouvoir en 1919

  • 46 SRSBT, 13 juin 1919, p. 325 – SRN, 7 juin 1919, p. 353 – SRV, 7 juin 1919, p. 354-361 – SRR, 31 ma (...)

17Le 7 mai 1919, les cardinaux, archevêques et évêques de France adressent aux catholiques français une lettre qui est lue en chaire dans toutes les églises de France et reproduite dans toutes les Semaines Religieuses46. L’épiscopat français reconnaît officiellement pour la première fois la loi de 1905 : « Le régime de la Séparation de l’État d’avec l’Église est de soi contraire à l’ordre voulu de Dieu. Si cependant certaines circonstances semblent l’imposer, la Séparation doit se faire selon les règles de la justice, et l’État reste toujours tenu de respecter les droits et les libertés de l’Église. »

  • 47 SRQ, 21 novembre 1919, p. 664 : « Les partis de désordre social et de haine religieuse sortent de (...)
  • 48 SRV, 14 mai, p. 318 : « Ainsi prend fin une situation que l’opinion française trouvait, à bon droi (...)
  • 49 SRN 2 février 1924, p. 65 – SRV 2 février 1924, p. 66 – SRR 26 janvier 1924, p. 65 – SRQ 1er févri (...)
  • 50 SRN, 14 mai 1921, p. 305-306.

18L’élection de la « Chambre bleu horizon » est saluée avec un certain enthousiasme par les Semaines Religieuses bretonnes47. La reprise des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège constitue une des trois grandes revendications électorales des catholiques en 191948. Un accord entre le gouvernement français et le pape Pie XI permet en janvier 1924 de donner un statut juridique à l’Église de France, en réglant la question de la propriété des lieux de culte49. D’autres initiatives sont perçues par les catholiques comme des gestes d’apaisement. L’évêque de Nantes est ainsi autorisé en mai 1921 à reprendre la procession de la Fête-Dieu dans sa ville épiscopale après près de vingt ans d’interdiction50.

Les élections de 1924

  • 51 SRR, 1er mars 1924, p. 185 – SRQ, 22 février – SRV, 8 mars – SRN, 1er mars – SRSBT, 7 mars.

19Renouvelant leur initiative de 1919, qui avait été couronnée de succès, l’épiscopat français décide à la veille des élections législatives de 1924 de s’adresser aux catholiques « sur quelques graves devoirs du temps présent51 ». Dans cette lettre, les évêques s’intéressent davantage au divorce, à la question de l’enseignement, aux associations diocésaines qu’aux élections, auxquelles ils ne consacrent que quelques lignes.

  • 52 SRN, 10 mai 1924, p. 297 – SRQ, 25 avril – SRR, 3 mai – SRV, 3 mai.
  • 53 SRV, 17 mai 1924, p. 311-312.

20Les Semaines Religieuses, comme celle de Quimper, Vannes ou Rennes, se contentent de publier des appels à la prière, en invitant les fidèles à se rendre aux urnes sans insister, comme précédemment sur la nécessité de voter pour un candidat catholique52. Aucun évêque breton ne publie de lettre pastorale. En Bretagne, seul l’organe diocésain de Vannes commente le scrutin : « Les résultats d’ensemble des élections du 11 mai, tels que nous les fournissent les journaux, sont franchement mauvais53. »

La mobilisation de l’Alsace

  • 54 SRR, 5 juillet 1924, p. 628 – SRN, 5 juillet 1924, p. 427 – SRV, 5 juillet 1924, p. 428 – SRQ, 4 j (...)
  • 55 SRV, 2 août 1924, p. 482 – SRSBT, 1er août 1924, p. 483 – SRR, 26 juillet 1924, p. 689.

21Les premières critiques du gouvernement du Cartel des gauches apparaissent dans la presse diocésaine lorsque l’évêque de Strasbourg, Mgr Ruch, manifeste son opposition au discours d’investiture d’Édouard Herriot et organise la défense des libertés religieuse et scolaire en Alsace54. Les évêques de Vannes, Saint-Brieuc et Rennes font alors paraître dans leur Semaine Religieuse une lettre de soutien à Mgr Ruch55.

  • 56 SRR, 4 octobre 1924, p. 929-932. Idem : SRN, 4 octobre 1924, p. 625.
  • 57 SRR, 4 octobre 1924 : Lettres des évêques de Vannes (28 septembre) et de Saint-Brieuc (30 septembr (...)

22La protestation des cardinaux français adressée au président du Conseil Édouard Herriot achève de mobiliser les catholiques bretons contre le gouvernement. « Apôtres de la paix et la charité, nous ne connaissons pas la haine. Nous ne cherchons pas la guerre. Si elle nous était imposée, nous la subirions avec regret, mais non pas sans résistance, obligée, par conscience, de revendiquer pour les catholiques, prêtres, religieux et fidèles, le droit de vivre en sécurité dans le respect pratique de leur foi et la jouissance de toutes les libertés légitimes56. » Les évêques de Vannes et de Saint-Brieuc écrivent aussitôt à Mgr Charost, l’archevêque de Rennes, pour le féliciter57.

Les réactions en Bretagne

  • 58 SRR, 25 octobre 1924 – SRN, 11 octobre, p. 651 : 15 à 18 000 Vendéens le 5 octobre.
  • 59 SRQ, 7 novembre, 14 novembre, 12 décembre – SRR, 13 décembre – SRN, 13 décembre – SRV, 13 décembre
  • 60 SRV, 4 octobre 1924, p. 636.
  • 61 SRR, 13 décembre 1924, p. 1076 – SRN, 13 décembre 1924, p. 797 – SRV, 13 décembre 1924, p. 798.

23Encouragés par les mobilisations diocésaines qui se multiplient en France, notamment à La Roche-sur-Yon 58 en Vendée, 20 000 hommes manifestent à Quimper derrière leur évêque, le dimanche 7 décembre 1924. Le lendemain, 50 000 hommes se retrouvent au Folgoët59. Les motivations affichées officiellement concernent uniquement les projets du Cartel mais certaines déclarations comportent certaines ambiguïtés quant aux intentions épiscopales. Mgr Duparc déclare ainsi que les manifestants « réclament l’abrogation de toutes les lois injustes qui oppriment leur conscience60 ». De quoi s’agit-il ? À la lecture des différents commentaires parus dans les Semaine Religieuses61, qui insistent principalement sur « la résistance à la persécution religieuse », il semble que les catholiques demandaient davantage un abandon des projets annoncés le 24 juin par Édouard Herriot qu’une éventuelle abrogation des lois laïques du début du xxe siècle.

  • 62 SRSBT, 12 décembre 1924, 19 décembre 1924, 2 janvier 1925, 9 janvier, 16 janvier, 23 janvier, 30 j (...)
  • 63 SRR, 22 novembre 1924, 17 janvier 1925, 31 janvier, 14 février, 21 février, 28 février, 7 mars. SR (...)
  • 64 SRN, 24 janvier 1925, 31 janvier, 21 février, 28 février, 7 mars, 14 mars, 21 mars, 28 mars. SRQ, (...)
  • 65 SRV, 29 novembre 1924, 20 décembre, 27 décembre 1924, 10 janvier 1925, 17 janvier, 24 janvier, 31 (...)
  • 66 SRN, 24 janvier 1925, p. 49-52.

24D’autres journées de mobilisation se succèdent alors en Bretagne, à Saint-Brieuc (30 000 hommes le 1er février 192562), Rennes (45 000 hommes le 15 février 192563), Nantes (80 000 hommes, le 1er mars 192564) puis Vannes (45 000 hommes le 29 mars 192565), qui mobilisent 200 000 catholiques derrière leur évêque en moins de deux mois. À Rennes comme à Vannes, l’archevêque de Rennes défend l’enseignement catholique sans évoquer la question de la Séparation. À l’inverse, à Nantes, Mgr Le Fer de la Motte s’en prend ouvertement au régime de la Séparation de l’Église et de l’État dans sa lettre au clergé et aux fidèles de son diocèse pour annoncer la grande journée diocésaine du 1er mars 1925 : « Est-il possible, en effet, d’admettre que les lois laïques, odieuses et intolérables en Alsace et en Lorraine, soient intangibles chez nous ? Non !…. Nous sommes persécutés au nom des lois laïques : nous voulons briser cet instrument de persécution66. » Passée l’euphorie de la chute du gouvernement Herriot, la mobilisation retombe très rapidement et les déclarations remettant en cause des lois laïques disparaissent de la même façon.

Vers un apaisement ? (1926-1936)

La condamnation de l’Action française

  • 67 Lettre de Pie XI au cardinal Andrieu, archevêque de Bordeaux (5 septembre 1926) : SRR, 18 septembr (...)
  • 68 SRSBT, 8 octobre 1926, p. 649 : Un acte du magistère pontifical. – SRSBT, 14 janvier – SRSBT, 18 m (...)
  • 69 SRV, 19 novembre 1927, p. 740-742.
  • 70 SRQ, 29 octobre 1926, p. 739-740 & SRQ 18 novembre 1927, p. 751-752.

25La condamnation de l’Action française heurte les convictions personnelles des nombreux catholiques bretons67. Si les évêques de Saint-Brieuc68, Vannes 69 et Quimper 70 se rallient sans état d’âme à l’interdiction pontificale, ceux de Nantes et de Rennes sont beaucoup plus embarrassés.

  • 71 SRR, 15 janvier 1927, 2 avril 1927, 19 novembre 1927.
  • 72 SRR, 19 novembre 1927, p. 756.

26L’archevêque de Rennes, Mgr Charost, est selon l’historien Michel Lagrée « royaliste de cœur ». Une partie de son clergé est aussi fortement influencée par l’Action française. Mgr Charost affiche donc une certaine compassion en janvier 192771 mais au fil de l’année celle-ci cède la place à une plus grande fermeté : « Et enfin, Messieurs et chers Coopérateurs, montrez ce qui se cache de cette résistance déplorable. C’est la lutte de l’esprit moderniste envahissant même des âmes jusqu’ici bonnes et dévouées aux saintes causes, la lutte contre le principe d’autorité sur lequel Jésus-Christ a établi sur l’Église, et qui seul dans tous les siècles a fait son unité et sa force72. »

  • 73 SRN, 23 octobre 1926, p. 637 : « Nous avons reçu avec plaisir, mais sans surprise, cette affirmati (...)

27L’évêque de Nantes, Mgr Le Fer de la Motte, qui partage les mêmes sentiments que l’archevêque de Rennes fait preuve de la même complaisance que lui lors de la première condamnation de 192673. En revanche, il ne publie aucun durcissement de son discours au cours de l’année 1927, au fur et à mesure que se multipliaient les condamnations de la Pénitencerie apostolique.

Le retrait des évêques du champ politique

  • 74 À Nantes, Mgr Le Fer de la Motte, décédé en juillet 1936, est remplacé par Mgr Villepelet en octob (...)

28Après la parenthèse du Cartel des gauches, la paix religieuse est aussitôt restaurée. Le retrait des évêques des discussions politiques est particulièrement spectaculaire par rapport à l’importance de leur engagement contre le gouvernement Herriot. Plusieurs explications peuvent être avancées, comme la condamnation de l’Action française, la mise en place de l’action catholique spécialisée ou l’accession aux sièges épiscopaux bretons de prélats n’ayant pas exercé de responsabilités lors des combats du début du siècle74.

  • 75 SRQ, 6 avril 1928, p. 227 : « Ils prieront avec instance pour que les électeurs votent en vrais ca (...)
  • 76 SRV, 7 avril 1928, p. 214 : une douzaine de lignes « en vue du succès des élections prochaines ».
  • 77 SRR, 5 mars 1932, p. 219-220. Idem : SRN, 19 mars – SRV, 5 mars – SRQ, 25 mars – SRSBT, 11 mars.

29Lors des élections de 1928, l’évêque de Quimper est le seul en Bretagne à intervenir directement auprès de ses diocésains, dans un simple communiqué75. De son côté, La Semaine Religieuse du Diocèse de Vannes se contente de publier un appel à la prière76. De même, en 1932, l’ACA se contente d’inviter les catholiques français à prier afin d’obtenir « de bonnes élections77 ». Comme en 1928, les intentions comme les attaques sont très générales et ne peuvent donner lieu à une remise en cause des lois laïques du début du siècle. La déclaration des cardinaux appelle seulement les fidèles à la vigilance face à de nouvelles persécutions.

  • 78 SRR, 18 avril 1936, p. 400-402 – SRSBT, 24 avril 1936, p. 290-294.
  • 79 SRQ, 3 avril 1936, p. 215-216.

30Les élections législatives de 1936 se déroulent dans le même climat. Les organes diocésains de Nantes et de Vannes ne publient pas une ligne. Les Semaines Religieuses de Saint-Brieuc et de Rennes se contentent de reproduire un extrait de l’ouvrage Principes catholiques d’Action civique 78 qui ne comporte aucune allusion politique précise. L’évêque de Quimper est encore une fois le seul à s’exprimer personnellement. Comme en 1932, sa « note lue en chaire » ne comporte aucune remise en cause des lois laïques ni attaque contre le Front populaire79.

***

  • 80 SRR, 17 juillet 1937, p. 662-666 – SRN, 31 juillet 1937, p. 523 : « Le cardinal légat a reçu du ch (...)

31Après s’être opposé de toutes leurs forces à la loi de Séparation de l’Église et de l’État, les évêques bretons se sont donc ralliés après la Grande Guerre aux « lois laïques », si l’on excepte la brève mais violente parenthèse du Cartel des gauches. En 1936, le climat politique semble être apaisé, les revendications catholiques se limitant désormais aux seules questions scolaires. L’accueil réservé par le gouvernement du Front populaire au cardinal Pacelli, légat du Saint-Siège pour le Congrès eucharistique de Lisieux de 193780, témoigne bien de cet apaisement et du chemin parcouru depuis 1905…

Notes

1 SRN, 13 janvier 1906, p. 25-31 : « La loi de Séparation, est par son esprit, ses tendances et ses dispositions principales, en opposition formelle avec la doctrine et les droits de l’Église catholique, avec les droits des pasteurs et des fidèles de cette sainte Église. » Dans un souci de lisibilité des notes en bas de page, nous avons utilisé cinq abréviations pour les Semaines Religieuses dépouillées : SRN (Semaine Religieuse du Diocèse de Nantes), SRR (Semaine Religieuse du Diocèse de Rennes), SRQ (Semaine Religieuse du Diocèse de Quimper et du Léon), SRV (Semaine Religieuse du Diocèse de Vannes) et SRSBT (Semaine Religieuse du Diocèse de Saint-Brieuc et de Tréguier).

2 SRR, 12 avril 1902, p. 447 : « Voter mal, c’est donner son suffrage à des hommes qui seraient pas résolus à défendre les intérêts de la Religion et de la Société. En agissant ainsi, on se rend responsable du mal que peut faire celui dont on a favorisé l’élection. »

3 SRSBT, 18 avril 1902, p. 246.

4 SRSBT, 25 avril 1902, p. 257 : « Les prochaines élections sont pour nous une question de vie ou de mort ; ou nous en sortirons libres et catholiques, ou nous deviendrons une nation athée, divisée, morcelée par le socialisme, asservie à la franc-maçonnerie. Au fond, c’est la grande lutte, éternellement brûlante, entre les deux cités, où le Christ et Satan se disputent les âmes et les peuples. »

5 SRSBT, 2 mai 1902, p. 273 : « Il est temps que notre patrie secoue le joug de la secte qui l’opprime et qui sert d’instrument occulte à l’étranger. »

6 SRSBT, 3 mars 1905, p. 139.

7 SRN, 4 mars 1905, p. 197-198, Ordonnance pour le carême (11 février 1905) : « Les incessantes épreuves de l’Église et de la France, particulièrement les tristesses de nos communautés religieuses, la ruine d’écoles chrétiennes, les menaces dirigées contre celles qui survivent, nous font un devoir de recourir encore à la prière. »

8 SRSBT, 3 mars, 10 mars & 17 mars 1905.

9 SRQ, 10 mars & 17 mars 1905.

10 SRN, 1er avril 1905, p. 289-291 : « Le projet de Séparation conduit nécessairement à la persécution religieuse et n’est pas l’expression de la volonté nationale. »

11 SRQ, 21 avril 1905 : 83 132 signatures – SRR, 20 mai : 96901 – SRSBT, 14avril : 75000.

12 SRR, 8 avril, p. 473 – 15 avril, p. 491 – 22 avril, p. 507 – 29 avril, p. 529-530 – 6 mai, p. 547.

13 Voir notamment SRV, 1er juillet 1905, p. 510-512 & SRV 8 juillet 1905, p. 531-535.

14 SRSBT, du 19 mai 1905 au 7 juillet 1905.

15 SRQ, 3 novembre 1905, p. 719 – SRR, 28 octobre, p. 74-76 – SRV, 4 novembre, p. 862-863.

16 SRSBT, 8 décembre 1905, p. 778-782 – SRV, 9 décembre 1905, p. 972-976 – SRQ, 15 décembre 1905, p. 829-830 – SRV, 16 décembre 1905, p. 982 – SRN, 13 janvier 1906, p. 25-31.

17 SRR, 15 juillet 1905, p. 713-714.

18 SRN, 13 janvier 1906, p. 25-31.

19 SRSBT, 15 décembre 1905, p. 785-786.

20 SRN, 13 janvier 1906, p. 25-31 – SRV, 3 février 1906, p. 82-91 – SRQ, 22 décembre 1905.

21 SRN, 13 janvier 1906, p. 25-31 : « Nous subirons l’inventaire en question, mais nous entendons n’y prêter aucune coopération, et y assister, seulement comme témoins et gardiens des intérêts de l’Église. » – SRV, 23 décembre 1905, p. 1002 – SRSBT, 5 janvier 1906, p. 5 : « Mais si on ne s’abstient pas systématiquement, on ne prend pas une part active, on ne va pas au-devant, on n’aide pas : on subit en surveillant efficacement. » – SRR, 6 janvier 1906, p. 247 – SRQ, 26 janvier 1906, p. 50.

22 SRN, 13 janvier 1906, p. 30 – SRV, 23 décembre 1905, p. 1002 : « Ils ne doivent en aucun cas se prêter à ce qu’elle soit comprise dans l’inventaire. » – SRR, 20 janvier 1906, p. 280 : « Nous avons cru rêver – rêver dans les affres d’un cauchemar – quand nous avons lu les lignes prescrivant, au nom de la loi, au nom du peuple français, le plus monstrueux attentat sacrilège, l’ouverture des Tabernacles. » – SRSBT, 12 janvier 1906, p. 20.

23 SRQ, 2 février 1906, p. 70.

24 SRQ, 9 février 1906, p. 85.

25 SRSBT, 26 janvier 1906, p. 49-50.

26 SRSBT, 9 février (p. 84-91), 16 février (p. 99), 23 février (p. 127) et 9 mars 1906 (p. 160-168).

27 SRSBT, 16 février 1906, p. 99.

28 SRV, 3 février 1906, p. 91.

29 SRR, 24 février 1906, p. 375-386.

30 SRN, 24 février 1906, p. 169-178 : « Qu’il faille séparer l’État de l’Église, c’est une thèse absolument fausse, une très pernicieuse erreur. » – SRR, 24 février 1906, p. 371 – SRV, 24 février 1906, p. 142 – SRQ, 23 février 1906, p. 114-125 – SRSBT, 2 mars 1906, p. 137-138.

31 SRQ, 9 mars 1906, p. 163 – SRN, 28 avril 1906, p. 385-387.

32 SRV, 3 février 1906, p. 91.

33 SRN, 5 mai 1906, p. 416-417.

34 SRQ, 11 mai 1906, p. 310 – SRN, 12 mai, p. 445 – SRR, 1er mai, p. 568 – SRV, 12 mai, p. 364.

35 SRN, 25 août 1906, p. 796 : Lettre encyclique aux archevêques et évêques de France (10 août 1906) : « C’est pourquoi, relativement aux associations culturelles, telles que la loi les impose, Nous décrétons qu’elles ne peuvent absolument pas être formées, sans violer les droits sacrés qui tiennent à la vie elle-même de l’Église. »

36 SRN, 25 août 1906 – SRR, 18 août, p. 804-807 – SRV, 25 août, p. 663 – SRQ, 24 août, p. 554-558.

37 SRV, 22 décembre 1906, p. 1002 & 5 janvier 1907, p. 3 – SRQ, 8 février 1907, p. 91 – SRSBT, 21 décembre 1906, p. 827 & 25 janvier 1907, p. 58 – SRR, 15 décembre 1906, p. 197 – SRN, 22 décembre 1906, p. 1201.

38 SRSBT, 20 avril 1906, p. 253-254.

39 SRR, 2 février 1907 – SRV, 2 février – SRSBT, 1er février – SRQ, 1er février – SRN, 2 février.

40 SRN, 2 novembre 1907, p. 1033 : Formule de bail approuvée par l’administration civile pour les presbytères – SRSBT, 25 octobre 1907, p 689 – SRV, 2 novembre 1907, p. 862.

41 SRQ, 8 avril 1910, p. 222-223 – SRN, 16 avril 1910, p. 361-365.

42 SRR, 2 avril 1910, p. 514.

43 SRV, 9 avril 1910, p. 282-284.

44 SRQ, 3 avril 1914, p. 220 : Intention générale d’avril 1914.

45 SRSBT, 27 mars 1914, p. 206.

46 SRSBT, 13 juin 1919, p. 325 – SRN, 7 juin 1919, p. 353 – SRV, 7 juin 1919, p. 354-361 – SRR, 31 mai 1919, p. 338-348 – SRQ, 6 juin (p. 274-278) & 13 juin 1919 (p. 290-293).

47 SRQ, 21 novembre 1919, p. 664 : « Les partis de désordre social et de haine religieuse sortent de la lutte considérablement amoindris. » – SRV, 22 novembre & 29 novembre – SRN, 22 novembre – SRR, 29 novembre.

48 SRV, 14 mai, p. 318 : « Ainsi prend fin une situation que l’opinion française trouvait, à bon droit, inacceptable et indigne d’une grande nation comme la France. » – SRSBT, 27 mai – SRR, 21 mai SRN, 21 mai – SRQ, 10 juin.

49 SRN 2 février 1924, p. 65 – SRV 2 février 1924, p. 66 – SRR 26 janvier 1924, p. 65 – SRQ 1er février 1924, p. 67 – SRSBT, 1er février 1924, p. 67.

50 SRN, 14 mai 1921, p. 305-306.

51 SRR, 1er mars 1924, p. 185 – SRQ, 22 février – SRV, 8 mars – SRN, 1er mars – SRSBT, 7 mars.

52 SRN, 10 mai 1924, p. 297 – SRQ, 25 avril – SRR, 3 mai – SRV, 3 mai.

53 SRV, 17 mai 1924, p. 311-312.

54 SRR, 5 juillet 1924, p. 628 – SRN, 5 juillet 1924, p. 427 – SRV, 5 juillet 1924, p. 428 – SRQ, 4 juillet 1924, p. 461 – SRSBT, 11 juillet 1924, p. 444 – SRN, 12 juillet 1924, p. 444.

55 SRV, 2 août 1924, p. 482 – SRSBT, 1er août 1924, p. 483 – SRR, 26 juillet 1924, p. 689.

56 SRR, 4 octobre 1924, p. 929-932. Idem : SRN, 4 octobre 1924, p. 625.

57 SRR, 4 octobre 1924 : Lettres des évêques de Vannes (28 septembre) et de Saint-Brieuc (30 septembre).

58 SRR, 25 octobre 1924 – SRN, 11 octobre, p. 651 : 15 à 18 000 Vendéens le 5 octobre.

59 SRQ, 7 novembre, 14 novembre, 12 décembre – SRR, 13 décembre – SRN, 13 décembre – SRV, 13 décembre.

60 SRV, 4 octobre 1924, p. 636.

61 SRR, 13 décembre 1924, p. 1076 – SRN, 13 décembre 1924, p. 797 – SRV, 13 décembre 1924, p. 798.

62 SRSBT, 12 décembre 1924, 19 décembre 1924, 2 janvier 1925, 9 janvier, 16 janvier, 23 janvier, 30 janvier, 6 février, 13 février – SRQ, 6 février 1925 – SRN, 20 décembre 1924 – SRV, 14 février 1925.

63 SRR, 22 novembre 1924, 17 janvier 1925, 31 janvier, 14 février, 21 février, 28 février, 7 mars. SRV, 21 février 1925.

64 SRN, 24 janvier 1925, 31 janvier, 21 février, 28 février, 7 mars, 14 mars, 21 mars, 28 mars. SRQ, 6 mars 1925 – SRV, 7 mars 1925 – SRSBT, 6 mars 1925.

65 SRV, 29 novembre 1924, 20 décembre, 27 décembre 1924, 10 janvier 1925, 17 janvier, 24 janvier, 31 janvier, 7 février, 28 février, 7 mars, 28 mars, 4 avril – SRN, 3 janvier – SRR, 4 avril, 11 avril, 18 avril – SRSBT, 3 avril.

66 SRN, 24 janvier 1925, p. 49-52.

67 Lettre de Pie XI au cardinal Andrieu, archevêque de Bordeaux (5 septembre 1926) : SRR, 18 septembre 1926, SRQ, 24 septembre 1926, SRV, 25 septembre 1926, SRSBT, 8 octobre 1926, SRN, 23 octobre 1926. Décret du Saint – Office (29 décembre 1926) : SRQ, 14 janvier 1927, SRN, 22 janvier 1927, SRV, 15 janvier, SRSBT, 14 janvier 1927. Sentence de la Pénitencerie du 8 mars 1927 : SRQ, 1er avril 1927, SRN, 23 avril 1927, SRSBT, 1er avril 1927, SRSBT, 11 mars 1927, SRV, 2 avril 1927. Sentence de la Pénitencerie du 11 octobre 1927 : SRSBT, 18 novembre 1927, SRN, 19 novembre 1927, SRV, 19 novembre 1927, SRSBT, 18 novembre 1927, SRQ, 18 novembre 1927.

68 SRSBT, 8 octobre 1926, p. 649 : Un acte du magistère pontifical. – SRSBT, 14 janvier – SRSBT, 18 mars.

69 SRV, 19 novembre 1927, p. 740-742.

70 SRQ, 29 octobre 1926, p. 739-740 & SRQ 18 novembre 1927, p. 751-752.

71 SRR, 15 janvier 1927, 2 avril 1927, 19 novembre 1927.

72 SRR, 19 novembre 1927, p. 756.

73 SRN, 23 octobre 1926, p. 637 : « Nous avons reçu avec plaisir, mais sans surprise, cette affirmation. Car, à Nantes, beaucoup de catholiques d’Action française comptent parmi les plus dévoués de nos diocésains. »

74 À Nantes, Mgr Le Fer de la Motte, décédé en juillet 1936, est remplacé par Mgr Villepelet en octobre 1936. La même année, Hippolyte Tréhiou devient évêque de Vannes.

75 SRQ, 6 avril 1928, p. 227 : « Ils prieront avec instance pour que les électeurs votent en vrais catholiques. »

76 SRV, 7 avril 1928, p. 214 : une douzaine de lignes « en vue du succès des élections prochaines ».

77 SRR, 5 mars 1932, p. 219-220. Idem : SRN, 19 mars – SRV, 5 mars – SRQ, 25 mars – SRSBT, 11 mars.

78 SRR, 18 avril 1936, p. 400-402 – SRSBT, 24 avril 1936, p. 290-294.

79 SRQ, 3 avril 1936, p. 215-216.

80 SRR, 17 juillet 1937, p. 662-666 – SRN, 31 juillet 1937, p. 523 : « Le cardinal légat a reçu du chef de l’État, des membres du gouvernement, de notre Conseil municipal, de toutes les notabilités civiles et militaires l’accueil le plus déférent et le plus cordial. Tour à tour, l’Élysée, le ministère des Affaires Étrangères, l’Hôtel de Ville, les Palais de notre belle Exposition ont vu et fêté celui qui représente si bien le Père de la chrétienté. L’hymne pontifical et notre hymne national ont retenti dans tous nos palais, sur toutes nos places publiques, aux applaudissements de la foule émerveillée. » SRV, 17 juillet 1937, p. 474-477 : « Le gouvernement français, rompant à juste titre avec les faux prétextes de neutralité, de laïcité, si souvent invoqués pour excuser son abstention en des circonstances analogues, s’est honoré en réservant au représentant du pape régnant les honneurs dus à un chef d’État. »

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540