Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Troisième partie. L'accommodation (1918-2005)

Les voix plurielles de l’anticléricalisme dans La Terre des Prêtres

Pierre-Jean Dufief

Texte intégral

  • 1 Léon Cladel raconte les méfaits de la noblesse sous l’Ancien Régime pour rallier les paysans au vo (...)

1Yves Le Febvre, homme de progrès, défenseur des idéaux laïcs et républicains, occupe une place un peu à part dans le monde des écrivains régionalistes ; ceux-ci défendent d’ordinaire une conception volontiers fixiste de la société ; ils veulent maintenir le statu quo, conserver l’ordre ancien et les vieilles traditions : Maurice Barrès, Hervé Bazin, Charles Le Goffic chantent l’enracinement, la vie champêtre et provinciale et ils envisagent avec inquiétude le changement et le progrès. À ce régionalisme conservateur plutôt frileux vient faire écho un régionalisme de gauche, sensible lui aussi aux beautés de nos provinces, mais qui défend les acquis de la Révolution et prône l’évolution des mentalités. Léon Cladel 1 exalte son Quercy natal tout en dénonçant avec violence les forces d’oppression toujours menaçantes que sont à ses yeux la noblesse et le clergé. Yves Le Febvre, même s’il a pris ses distances avec le socialisme, peint une Bretagne violente et déchirée dans La Terre des prêtres (1924) ; sa représentation, qui rompt avec toute une tradition idéaliste et folklorisante, porte la marque du naturalisme ; sans être aussi critique et amer que Henry Céard dans Terrains à vendre au bord de la mer (1905), Yves Le Febvre peint une province encore archaïque, soumise à toutes les superstitions, qui entre progressivement en contact avec les forces émancipatrices du progrès technique, économique et intellectuel. La religion est un enjeu essentiel dans ce combat du passé et de l’avenir en marche, thème central de l’œuvre de Le Febvre.

  • 2 Patrick Galliou rappelle les avatars de cette pièce de théâtre, qu’Yves Le Febvre et Augustin Hamo (...)
  • 3 La Terre des prêtres, La Pensée française, Paris, 1924. La Société des amis d’Yves Le Febvre, les (...)

2Romancier réaliste et engagé, Yves Le Febvre prend parti dans les luttes en faveur de la laïcité. Dès 1911, il esquisse une pièce de théâtre, Le Manoir, où les prêtres tentent de convertir un riche propriétaire du Léon athée alors qu’il est à l’agonie ; Le Febvre reprendra l’histoire et les dialogues de cette pièce jamais terminée dans une nouvelle, Une Conversion2. Le ton se fait beaucoup plus âpre dans un roman composé plus tard, La Terre des prêtres3, une œuvre qui s’inscrit à bien des égards dans la continuité des textes antérieurs. L’histoire se déroule toujours dans le Léon, dans le monde clos d’une grosse ferme ou d’un manoir ; les héros sont des paysans aisés ou de gros propriétaires terriens qui aiment profondément leur région. Ces récits s’organisent selon une structure antagonique et racontent un conflit qui a la religion pour objet. Les personnages s’opposent en clans ; d’un côté le groupe majoritaire mais composite des défenseurs du catholicisme, qui rassemble des recteurs conciliants, des vicaires sectaires, des fidèles soumis par respect atavique, mais aussi des catholiques guidés par l’intérêt, comme l’avocat d’Une Conversion, soucieux de se concilier le clergé pour se faire élire ; de l’autre côté, quelques fortes figures isolées d’athées comme le riche propriétaire d’Une Conversion ou de plus fragiles personnalités de catholiques libéraux comme le médecin de La Terre des prêtres. La confrontation des forces opposées du cléricalisme et de la laïcité, qui conservait un tour mondain dans Une Conversion est dotée d’une dimension tragique dans La Terre des prêtres ; le roman raconte le drame d’une jeune paysanne riche du Léon, qui a été séduite par un vicaire ; pour protéger son image, l’Église lui fait épouser un valet de ferme sale et ivrogne ; celui-ci poignarde la mère de la malheureuse héroïne dans un accès de démence éthylique.

  • 4 Yves Le Febvre présente une peinture tragique de sa province dans ses deux romans bretons : La Ter (...)
  • 5 Yves Le Febvre note dans « Bretagne tragique », texte qui sert de préface à son roman : « La seule (...)
  • 6 Yves Le Febvre a tiré une pièce de théâtre du roman. Les dialogues restent malgré tout, à notre av (...)

3Cette histoire mélodramatique4 exprime une montée des tensions entre laïcs et cléricaux, liée notamment au contexte politique. Le Bloc national au pouvoir au lendemain de la guerre avait suspendu la politique anticléricale, reprenant les relations diplomatiques avec le Vatican et témoignant beaucoup de tolérance à l’égard des congrégations. Mais le Cartel des gauches avait relancé la lutte contre l’Église à l’occasion des élections législatives du 11 mai 1924 et l’on revécut alors les moments difficiles de 1905. La Terre des prêtres s’inscrit dans ce contexte tendu qui rappelle les pires moments de la Séparation ; c’est l’œuvre d’un militant mais celui-ci prétend à l’objectivité5. Le roman délivre assurément un message mais il ne se réduit pas à une thèse, à une leçon d’anticléricalisme simpliste. Ce qui semble caractériser La Terre des prêtres, ce roman théâtral, où les dialogues 6 sont aussi importants que les descriptions poétiques, c’est la pluralité des voix, la diversité des points de vue, la polyphonie de ces dénonciations d’un clergé omnipotent au cœur du Léon, la « terre des prêtres ».

Pluralité des énonciations

  • 7 Le roman établit tout un jeu de parallélismes et de contrastes entre les paysages et les situation (...)

4Le critique russe Bakhtine considérait qu’un grand roman ne devait pas faire entendre au lecteur la seule voix du romancier ou de son porte-parole mais la pluralité des voix d’une époque. Il n’est pas question bien sûr d’assimiler notre auteur à Rabelais ou à Cervantès, dont Bakhtine prend les œuvres comme exemples. Yves Le Febvre est l’observateur d’un microcosme ; il n’étudie pas la Bretagne comme une vaste entité abstraite mais il s’intéresse à la diversité des terroirs : le Léon d’abord dans Une Conversion et La Terre des prêtres, les Monts d’Arrée dans Clauda Jegou ; il nous dépeint donc une petite société circonscrite à un cadre limité qui se caractérise pourtant par la diversité de ses points de vue, échos de la variété des paysages et des variations climatiques7.

  • 8 Suarès lui répond le 17 octobre 1924 : « Si vous n’avez pas voulu faire un pamphlet, vous avez pou (...)
  • 9 Yves Le Febvre, La Terre des prêtres, présentation de Bernard Duchatelet, réédition Le Bouquiniste (...)
  • 10 La Terre des prêtres, « Bretagne tragique », op. cit.
  • 11 Ibid., p. 83.
  • 12 Ibid., p. 96.
  • 13 « Son exaltation grandissait de seconde en seconde. La vision de l’enfer la fit frissonner des pie (...)

5Yves Le Febvre réaffirme constamment une volonté d’objectivité qui n’est sans doute pas simplement une précaution oratoire. Il écrit ainsi à André Suarès : « J’ai d’ailleurs voulu écrire un roman, un drame et non un pamphlet 8… » S’il fait assez largement entendre sa voix dans La Terre des prêtres, il tient aussi à présenter d’autres regards sur la religion que sa seule vision très critique. Le romancier franc-maçon expose ses idées personnelles en voix off dans une série de formules catégoriques. Il intolérante qui constitue une redoutable force politique. C’est d’abord son pouvoir, ses réseaux, « la végétation touffue des patronages » « l’enrégimentement des populations » qu’il reproche au clergé du Léon. Mais il veut aussi faire entendre les réserves venues de l’autre bord et les critiques que les catholiques eux-mêmes adressent à l’institution cléricale. Aussi Yves Le Febvre prend-il bien soin de se démarquer de personnages comme le docteur Moreau qui aurait pu passer pour son porte-parole et à propos duquel il écrit : « Il n’avait rien d’un athée ou d’un libre-penseur9. » Le médecin incarne le catholicisme libéral contre le fanatisme intolérant des hautes figures du clergé léonard (les pères Le Nobletz et par extension, Maunoir) honnies par Yves Le Febvre. Ce disciple de Lamennais et de Renan reprend les critiques classiques des anticléricaux même si Le Febvre s’en défend : « Je n’ai pas voulu écrire un livre à thèse, ni renouveler le vieux procès du libéralisme contre le célibat des prêtres ou contre la confession, bien que j’en fasse état incidemment10. » Pourtant le docteur Moreau s’intéresse tout particulièrement à ces deux questions : « Sa raison avait secrètement gardé ses droits. Elle se réservait en particulier le droit d’examiner certaines choses, qui ne relevaient nullement du dogme, comme le célibat des prêtres que le christianisme avait si superbement ignorées et qui lui paraissaient à lui, médecin, une violence inutile faite à la nature. Il était également hostile et pour des raisons du même ordre à la confession11. » Yves Le Febvre s’inscrit ainsi dans la tradition des écrivains naturalistes si critiques à l’égard du catholicisme. La Terre des prêtres dramatise la question du célibat des prêtres, traitée notamment par Zola dans La Faute de l’abbé Mouret (1875). Quant au problème de la confession, condamnée par Michelet dans Du Prêtre, de la femme, de la famille (1845), par les Goncourt dans Madame Gervaisais (1869), par Zola dans La Conquête de Plassans (1874), il est aussi évoqué par Yves Le Febvre qui y voit une pratique dangereuse parce qu’elle établit un contact intime entre des femmes faibles et délicates et des prêtres rustiques frustrés sexuellement. Le choix du personnage du médecin comme acteur et comme observateur amène Yves Le Febvre à privilégier la physiologie dans l’étude du phénomène religieux. La religion devient alors, chez ce disciple de Zola, une pathologie. Elle plonge les individus dans un état second, aliénant la personnalité et le libre arbitre. Mone Abjean, totalement sous l’emprise des prêtres, se résout à sacrifier sa fille : « Elle se fit farouche. La tristesse et la douceur de ses yeux s’éteignirent. Sa voix blanche semblait être celle d’une autre femme, l’écho d’un cœur autre que le sien12. » Le docteur Moreau constate chez la jeune fille qui accepte l’odieux mariage des symptômes de folie et d’hystérie, cette hystérie à laquelle les adversaires de la religion veulent alors réduire le mysticisme13. Le pouvoir de la religion nous est présenté comme absolu ; il est à la fois social et le médecin finit par s’incliner devant le vicaire intransigeant mais il est surtout psychologique et l’Église est d’abord critiquée parce qu’elle exerce une emprise aliénante.

6Le roman nous fait entendre les voix diverses des athées et celles des catholiques libéraux, finalement assez proches, celles des classes cultivées et celles des gens simples. Yves Le Febvre confronte aussi les pratiques religieuses des divers évêchés bretons : la piété sombre d’un Léon dominé par les prêtres et la gaieté peu respectueuse du clergé en Cornouaille. Mais le romancier ne limite pas son observation du terroir au moment très limité de la Séparation et des luttes laïques de 1924 ; Yves Le Febvre se veut écrivain et romancier de la longue durée. Le drame de Mac’harit trouve de lointaines racines dans les ténèbres et les violences médiévales avec la gwerz des moines rouges, où l’on peut voir une mise en abîme du récit moderne. La chanson transcrite par La Villemarqué donne au drame une profondeur historique ; elle montre que les choses n’ont pas changé en Bretagne depuis le Moyen Âge et que les jeunes filles y sont toujours les victimes et les proies d’un clergé minotaure. C’est contre ce blocage, cet arrêt tragique du temps qu’Yves Le Febvre entend se battre et remettre en marche l’histoire en faisant évoluer les mentalités.

La diversité des tons : du comique au tragique

7La Terre des prêtres s’ouvre sur une scène de comédie ; le sacristain fait la quête du beurre et il est accueilli par les railleries d’une paysanne, par ailleurs bonne chrétienne. Le ton est gai et la dérision porte sur la gourmandise et la paresse du clergé, deux péchés véniels par rapport à la faute charnelle du vicaire, personnage d’ailleurs totalement absent du roman, qui nous fait basculer dans le monde du drame. Le roman est divisé en trois sections qui constituent trois actes comme dans une pièce de théâtre Au titre de la première partie, « Le Drame » répond en écho celui de la troisième : « Le Meurtre » ; ces deux parties, placées sous le signe du tragique, enchâssent significativement le chapitre intitulé « Le Prêtre ».

  • 14 Il semble, d’après les témoignages que j’ai pu recueillir, que l’observation des rapports entre le (...)
  • 15 La Terre des prêtres, op. cit., p. 28.
  • 16 Ibid., p. 32

8Tandis que la pièce esquissée sous le titre Le Manoir peignait un clergé en position de sujétion par rapport au notable athée14, La Terre des prêtres donne aux religieux un pouvoir absolu, une puissance funeste. La religion devient dans ce roman en forme de tragédie une puissance fatale ; comme la fatalité, elle transcende les âges et plonge dans la nuit des temps, se trouvant ainsi associée aux forces antiques de la race : « Le christianisme n’y a vaincu le druidisme qu’en annexant les anciens sanctuaires, et le paganisme se perpétue au fond des âmes, dans le culte des saints comme une végétation secrète et puissante15. » Le pouvoir clérical se renforce de l’amnésie de populations qui ont oublié les moments de liberté et d’émancipation ; tandis que le grand propriétaire athée reste fidèle, dans Une conversion, à l’esprit des Bleus, ses aïeux, le maître de Kermouster ne sait plus que sa classe doit sa richesse à une Révolution que les siens ont soutenue : « On étonnerait sans doute ces hommes en leur rappelant le passé de leur clan et les sources de leur fortune16. »

  • 17 Ibid., p. 90-91

9Les romanciers régionalistes soulignent le pouvoir bénéfique de la terre d’origine, force régénératrice pour l’individu. La Bretagne d’Yves Le Febvre, disciple d’Auguste Comte et de Taine, apparaît parfois néfaste, rivant les personnages dans leurs archaïsmes et leurs superstitions. La ferme de Kermouster est décrite comme un lieu clos, tragique, prédestiné au drame qui va y éclater ; bâtie sur l’emplacement d’un ancien monastère, elle conserve une haute porte ogivale qui « évoquait pour les imaginations vives », le souvenir demeuré si tragique en Basse-Bretagne des « Moines rouges17 ».

  • 18 Ibid., p. 33

10Ce lieu tragique est bien le reflet d’une religion sombre, austère, fanatique. Le Febvre dénonce le radicalisme du clergé du Léon hostile à la modernité : « Tout en faisant des concessions à l’esprit démocratique, sous l’équivoque bannière du Sillon, son idéal secret de gouvernement demeure l’Inquisition et son bréviaire le Syllabus18. » Cette foi austère est symbolisée par le crucifix avec son Christ janséniste qui trône dans la ferme des Abjean ; elle n’envisage l’existence que sous la forme d’une épreuve douloureuse. Le clergé du Léon fait surtout planer sur les fidèles la terrible menace de l’Enfer et l’angoisse de la damnation. Le docteur Moreau récuse cette religion de la terreur au nom d’un christianisme de l’amour et de la charité prôné par L’Imitation et les Évangiles. Le médecin condamne donc une

« religion toute formulaire, pleine de terreurs superstitieuses, où il n’y avait plus rien de ces discrètes vertus qui faisaient le charme des Évangiles et l’humaine grandeur du christianisme. »

  • 19 Yves Le Febvre étudie et cite l’article de Clémence Royer, « Le Temple de Sérapis », extrait des J (...)

11Cette représentation de la religion comme force tragique a une fonction polémique mais aussi une portée esthétique. Elle s’inscrit dans le dessein d’un romancier qui entend rompre avec les images mièvres d’un régionalisme idéaliste et folklorisant. Yves Le Febvre a une vision dramatique de la Bretagne et il écrit La Terre des prêtres hanté par le modèle de Shakespeare. Il a lu les études de Suarès sur le dramaturge anglais et il écrit à propos de son poète tragique : « Une chose nous intéresse : c’est le rapprochement que fait Suarès entre le génie de Shakespeare et le génie celtique. » ; il est aussi marqué par Les Jumeaux d’Hellas de Clémence Royer qui déclare que « Shakespeare est le plus grand de tous les Celtes19. » Dans son étude sur La Bretagne tragique, Le Febvre revient sur l’idée, renforcée par son expérience de juge que « la Bretagne est shakespearienne. » Il y rappelle qu’elle fut le théâtre, dans les temps anciens, des amours tragiques de Tristan et Yseult, immortalisées par la littérature et, à l’époque récente, de multiples affaires criminelles : l’affaire Seznec, l’affaire Kerninon. La religion catholique fait partie de ces forces implacables du destin qui s’imposent à l’individu et servent de ressort tragique. Le mariage de Mac’harit avec le valet ivrogne, imposé par les prêtres, déchaîne les forces mauvaises et le roman se termine sur un meurtre et un suicide. Les récits de Yves Le Febvre se caractérisent tous par un imaginaire de la violence ; ses romans historiques nous plongent dans un monde de luttes sanglantes : Les Féodaux, Les Barbares, La Franque aux yeux d’or, La Gaule conquérante montrent la récurrence d’une même barbarie. Les romans régionalistes se structurent sur des tableaux identiques. Les deux romans du cycle breton se concluent sur des scènes atroces mais d’une inspiration bien voisine. Un drame familial dans les deux cas : un gendre ivre poignarde sa belle-mère dans La Terre des prêtres puis il se pend. Clauda Jegou va encore plus loin dans l’horreur, décrivant des corps broyés, celui d’un fils que son père assomme dans son sommeil à coups de maillet, celui du père ensuite qui se jette sous un train. Dans Clauda Jegou, la violence destructrice et les fatalités de l’instinct couvaient au cœur de la famille tandis que dans La Terre des prêtres elles y sont introduites par un clergé présenté comme une puissance mortifère. Mais c’est toujours sur une scène d’horreur tragique que se clôt l’histoire.

12La lecture parallèle des deux romans bretons de Le Febvre amène à relativiser sinon sa vision pessimiste de l’histoire mais tout au moins son anti-cléricalisme. La Terre des prêtres ne saurait être lue comme un simple pamphlet même si le romancier choisit un sujet particulièrement brûlant et délicat en traitant de la question de la chasteté du clergé. Ce roman tragique possède une vraie dimension poétique grâce à la présence en arrière-plan ou au premier plan de la nature. Violente, déchaînée, elle est alors le visage sombre, dramatique, d’une Bretagne dominée par une religion intolérante et archaïque. Mais Le Febvre pense que le progrès est possible ; les embellies laissent espérer le triomphe des valeurs sereines de l’humanisme, en faveur duquel milite le romancier engagé.

Notes

1 Léon Cladel raconte les méfaits de la noblesse sous l’Ancien Régime pour rallier les paysans au vote républicain, notamment dans son roman régionaliste N’a-qu’un œil, Paris, Librairie du Progrès, 1882.

2 Patrick Galliou rappelle les avatars de cette pièce de théâtre, qu’Yves Le Febvre et Augustin Hamon avaient envisagé d’écrire ensemble, dans Yves Le Febvre et Augustin Hamon en « Terre des prêtres », Cahiers du CRBC, Université de Bretagne occidentale, p. 111-315.

3 La Terre des prêtres, La Pensée française, Paris, 1924. La Société des amis d’Yves Le Febvre, les remarquables articles et rééditions de Bernard Duchatelet ont beaucoup fait pour la connaissance de l’œuvre de l’écrivain morlaisien.

4 Yves Le Febvre présente une peinture tragique de sa province dans ses deux romans bretons : La Terre des prêtres et Clauda Jegou, paysan de l’Arrée, Les cahiers d’un breton, 1936. Il s’agit dans les deux cas de l’histoire d’une famille en proie à une violence meurtrière, qui s’auto-détruit. La religion déclenche le drame dans La Terre des prêtres mais elle ne joue aucun rôle dans Clauda Jegou. On retrouve dans les deux romans le même imaginaire post-décadent d’un écrivain hanté par les scènes sanglantes.

5 Yves Le Febvre note dans « Bretagne tragique », texte qui sert de préface à son roman : « La seule chose que je puisse dire pour ma défense, c’est que je me suis efforcé de la (la matière du livre) traiter avec modération et impartialité. Le roman est vrai et demeure dans la vraisemblance ».

6 Yves Le Febvre a tiré une pièce de théâtre du roman. Les dialogues restent malgré tout, à notre avis, parfois convenus et stéréotypés et le talent de l’écrivain se manifeste plutôt dans l’art de la description.

7 Le roman établit tout un jeu de parallélismes et de contrastes entre les paysages et les situations. La nature est tour à tour cause (option naturaliste), reflet (optique romantique), contrepoint de l’histoire des personnages.

8 Suarès lui répond le 17 octobre 1924 : « Si vous n’avez pas voulu faire un pamphlet, vous avez pourtant introduit un dur réquisitoire ; et d’autant plus cruel que vous vous êtes défendu du parti pris », Cahiers de Bretagne occidentale, n° 5, p. 197.

9 Yves Le Febvre, La Terre des prêtres, présentation de Bernard Duchatelet, réédition Le Bouquiniste, Morlaix, 1999, p. 83.

10 La Terre des prêtres, « Bretagne tragique », op. cit.

11 Ibid., p. 83.

12 Ibid., p. 96.

13 « Son exaltation grandissait de seconde en seconde. La vision de l’enfer la fit frissonner des pieds à la tête. Le docteur qui l’écoutait avec une vive attention et qui suivait sur son visage la trace de ses émotions et de ses terreurs, percevait au coin de ses lèvres un peu de salive, tandis que ses yeux demeuraient secs, desséchés à force d’avoir pleuré. Il y avait de l’hystérie dans son cas. » La Terre des prêtres, op. cit., p. 128.

14 Il semble, d’après les témoignages que j’ai pu recueillir, que l’observation des rapports entre le clergé et les gros propriétaires du Léon soit plus juste dans Le Manoir et Une conversion que dans La Terre des prêtres, où Le Febvre exagérerait la puissance des prêtres.

15 La Terre des prêtres, op. cit., p. 28.

16 Ibid., p. 32

17 Ibid., p. 90-91

18 Ibid., p. 33

19 Yves Le Febvre étudie et cite l’article de Clémence Royer, « Le Temple de Sérapis », extrait des Jumeaux d’Hellas où l’auteur déclare : « Shakespeare est le plus grand des Celtes », c’est le parfait Breton (La Pensée Bretonne, 15 novembre 1921, p. 8).

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540