Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

La foi et la guerre : 1914-1918 Union sacrée ou revanche sur la Séparation pour les catholiques bretons ?

Didier Guyvarc’h

Texte intégral

  • 1 Une telle étude ne peut prétendre à l’exhaustivité. La très grande dispersion des sources, l’état (...)

1D’août 1914 à novembre 1918, l’Union sacrée est le thème de la mobilisation sociale. Affirmant faire une guerre défensive au nom « du droit et de la justice », la France prétend mettre entre parenthèses ses divisions antérieures. La guerre abolirait, transcenderait les divisions sur le régime, sur les choix sociaux, idéologiques et religieux. La Bretagne, où les tensions entre cléricaux et laïcs ont été vives dans la décennie précédente, est un terrain de choix pour l’observation de l’impact de la guerre sur ce clivage. Cette étude, qui prend pour matériaux la presse catholique et les rapports préfectoraux sur l’opinion publique1, participe à la tentative d’évaluation de la portée d’un événement souvent considéré comme matriciel par l’historiographie contemporaine.

Le verbe : les conceptions catholiques de la guerre

  • 2 Cité par Patrick Mougenet, 1914-1918 en Ille-et-Vilaine. Des traits de l’attitude et du comporteme (...)
  • 3 Archives départementales du Finistère, 1 M 201, Rapport du préfet du 7 juin 1915 dans Nicolas Tann (...)
  • 4 « Lettre pastorale de Monseigneur l’évêque de Nantes sur la Guerre et le Retour à Dieu », dans Sem (...)
  • 5 Cité par Alain Breteau, dans Bretagne 14-18. Recherches et études historiques sur la vie des Breto (...)
  • 6 Le Patro, 29 août 1914, cité par Olivier Le Dall, On prie. Vous souffrez. On les aura. La Grande G (...)

2L’analyse, même partielle, des prises de position de la hiérarchie catholique bretonne sur l’origine de la guerre montre que celle-ci n’a pas renoncé à mettre en cause un régime coupable envers Dieu. Le 10 août 1914, Mgr Dubourg, l’archevêque de Rennes, déclare que « la France a mérité les châtiments qui la frappent, par son indifférence grandissante, par son goût immodéré du luxe, par sa passion effrénée de la jouissance et du plaisir, par ses actes de sectarisme et d’impiété contre Dieu et contre les âmes2 ». Un discours de même nature est tenu par Mgr Duparc, évêque de Quimper, qui rappelle en chaire 1905 et la « faute » de la République3. Dans une lettre pastorale de 1916, Mgr Le Fer de la Motte, évêque de Nantes, prône « le retour à Dieu » car « en nous donnant un moyen de sanctification, la guerre nous montre que nous aurions été meilleurs et plus forts en reconnaissant le domaine souverain de Dieu et en étant fidèles à sa loi4 ». Cette condamnation de la République laïque, impie, est prononcée aussi au plus profond des campagnes bretonnes par des prêtres dans les bulletins paroissiaux. En octobre 1914, le curé de Gourin explique le déclenchement de la guerre car « Dieu et ses saints ont été légalement chassés du pays. […] À son tour, Dieu nous fait comprendre qu’il est toujours le souverain Maître de tout, que nous le voulions ou non, et que, si nous ne voulons pas avoir ses bonnes grâces, nous aurons ses châtiments5 ». Le vicaire de Ploudalmézeau, René Cardaliaguet, qui anime le bulletin des patronages de la paroisse adressé aux soldats au front, est rallié à la République, mais il écrit cependant que « La France paie sa dette à la justice divine ; dette effroyable, châtiment idem6 ».

  • 7 Arch. dép. du Morbihan, 1 M 4540, Lettre du maire de Groix au préfet, 9 février 1915.
  • 8 Arch. dép. du Morbihan, 1 M 4540, Surveillance des ecclésiastiques.
  • 9 Arch. dép. du Morbihan, 1 M 4540, État d’esprit de la population, rapport du sous-préfet de Pontiv (...)

3Cette interprétation des origines de la guerre suscite des protestations et ravive parfois les tensions antérieures. En février 1915, le maire de Groix écrit au préfet pour se plaindre des agissements du curé : « Ce triste monsieur fait œuvre d’antipatriotisme et au lieu de relever le courage de ses fidèles ne fait que le diminuer car il ne se passe pas de dimanche sans qu’il ne dise en chaire que la guerre est un châtiment pour la France7 ». Il est difficile d’évaluer l’ampleur et la fréquence de ce type de discours. Dans le Morbihan, de septembre 1914 à novembre 1915, le préfet reçoit plaintes ou rapports de gendarmerie contre huit ecclésiastiques, deux seulement sont contraints à se rétracter8. Pour le sous-préfet de Pontivy, il ne fait pas de doute que « le clergé a maintes fois, par l’organe de ses prêtres infirmiers prêchant en breton, affirmé que la guerre serait longue et qu’elle était une juste punition du ciel puisqu’on nommait de mauvais représentants qui votaient des lois criminelles pour expulser les religieuses et voler les prêtres9 ».

  • 10 Olivier Le Dall, op. cit.
  • 11 L’Express de l’Ouest, 23 novembre 1917.

4Si la mise en place de la censure limite les critiques à l’égard de la République laïque, elle n’empêche pas l’expression d’autres conceptions catholiques de la guerre comme l’idée de croisade. Celle-ci est utilisée lors de l’expédition des Dardanelles, en mars 1915, à laquelle participent de nombreux soldats bretons. L’Express de l’Ouest, journal catholique régional, créé en 1906 et diffusé en Loire-Inférieure, Morbihan et Vendée, titre sa une du 1er mars « La dernière croisade ». Le Patro de Ploudalmézeau publie plusieurs lettres de « marins croisés » se lançant à l’assaut du Turc en 1915. L’abbé Cardaliaguet semble prolonger les chroniqueurs du Moyen Âge pour annoncer à ses lecteurs la prise de Jérusalem en 1917 : « L’Immaculée a fait délivrer la ville sainte au jour de sa fête de la souillure de la Turquie […], la dernière croisade a réussi. Dieu en soit mille fois béni10 ! ». Cette finalité chrétienne revendiquée permet à la presse catholique bretonne la plus intransigeante de justifier la guerre au nom des mêmes principes que les républicains, le droit et la justice, et de s’inscrire ainsi dans l’Union sacrée, tout en mettant derrière ces principes des valeurs et des fondements différents. C’est bien au nom du message évangélique, source de la liberté et de la justice, que L’Express de l’Ouest justifie les événements militaires du Proche-Orient, pour lui de Terre Sainte : « La guerre actuelle est celle de l’indépendance des nations luttant contre la barbarie ; celle de la Liberté contre les peuples qui veulent asservir le monde. Et voilà qu’associés à cette nouvelle croisade nous voyons aujourd’hui les armées libératrices s’avançant vers Jérusalem à travers cette Terre Sainte qui fut le berceau de la civilisation chrétienne et de l’affranchissement moral du monde11 ».

  • 12 Cité par Patrick Mougenet, op. cit., p. 155.
  • 13 Semaine Religieuse du diocèse de Nantes, « Lettre pastorale de Monseigneur l’évêque de Nantes sur (...)

5Punition divine, rédemption, la guerre est aussi présentée par le clergé comme une régénération. Mgr Dubourg, l’archevêque de Rennes, voit dans le conflit l’occasion de revenir à la situation d’avant 1905. Il écrit dans sa lettre pastorale du 8 février 1917 : « Nous affirmons que c’est dans l’idée chrétienne, qui fut longtemps l’idée française, que nous trouverons plus que jamais l’idée régénératrice de notre relèvement patriotique et de notre grandeur nationale12 ». Ce rejet de la Séparation et le retour souhaité de l’alliance entre le trône et l’autel sont au cœur de la lettre pastorale de l’évêque de Nantes ; en février 1915, il souhaite « que la France, dont le sol est imprégné de christianisme, redevienne suivant ses destinées, la fille aînée de l’Église, et que, bientôt, elle fléchisse le genou pour remercier Dieu de l’avoir rendue plus chrétienne en la rendant victorieuse13 ! ».

  • 14 SRN, « Nos soldats du XIe corps », 19 décembre 1914.
  • 15 SRN, « Les Frères de Ploërmel et la guerre », 2 octobre 1915 : « […] La belle page que tracent en (...)
  • 16 SRN, « Les Fêtes de Sainte-Anne d’Auray », 7 août 1915.

6Pour la presse catholique, la ténacité, la bravoure voire l’héroïsme des soldats bretons sont l’expression de leur conviction religieuse. Ils font figure d’exemples et de précurseurs dans cette régénération de la France par la guerre. Le slogan « catholique et breton toujours », formulation de la fidélité et de l’opiniâtreté, peut même prendre une valeur nouvelle dans cette guerre de tranchées et d’usure physique et morale. La Semaine religieuse du diocèse de Nantes établit, dans 9 livraisons entre 1914 et 1918, ce lien entre une identité régionale marquée par le religieux et les vertus guerrières des soldats du xie corps d’armée. L’aumônier Girousse justifie l’action du clergé, « malgré mille difficultés », qui conduit à « surnaturaliser le métier des armes et à faire de nos jeunes gens des soldats chrétiens prêts à tous les sacrifices pour Dieu et la Patrie14 ». Les faits d’armes les plus glorieux des Bretons sont utilisés pour mettre en avant l’éducation catholique. Ainsi la résistance des fusiliers marins à Dixmude est expliquée par l’enseignement que beaucoup d’entre eux auraient reçu des Frères de Ploërmel15. Le compte rendu du pèlerinage de Sainte-Anne d’Auray en 1915 est l’occasion de magnifier « la Bretagne catholique, sa piété communicative » ; elle doit devenir un exemple et par « l’autorité morale que la valeur de nos soldats bretons donnera à notre petite patrie, elle pourra influencer avec avantage sur l’état religieux de la grande16 ».

7Le verbe de guerre des ecclésiastiques bretons est bien mis au service de l’Union sacrée et du patriotisme, mais ces mots d’ordre sont présentés comme des manifestations de la foi. La guerre fournit aussi un cadre pour une tentative de renouvellement et d’élargissement des pratiques et des œuvres à l’adresse de toute la société bretonne.

Les œuvres : la guerre et le retour à Dieu

  • 17 14-18. Aujourd’hui. Pour une histoire religieuse de la guerre, Noêsis, 1998.

8L’Église s’adapte aux bouleversements d’une guerre totale qui semble accroître la sensibilité religieuse ou tout au moins la religiosité17. Elle s’efforce de maintenir son apostolat en direction des soldats. L’étude de cas portant sur Ploudalmézeau, menée par Olivier Le Dall, montre bien les efforts des prêtres de la paroisse pour maintenir le lien avec les Poilus. Un quart des 600 Ploudalméziens mobilisés fait parvenir des lettres au Patro, le bulletin des combattants, entre 1914 et 1917. Les lettres qui sont publiées s’inscrivent dans une vision chrétienne, militante, du conflit. L’union des Français peut se faire dans le cadre de la République, mais son ciment doit être la religion. Elle s’exprime essentiellement contre l’ennemi, « le Boche », mais elle ne gomme pas les divisions antérieures : les anticléricaux, les socialistes internationalistes, les francs-maçons demeurent des adversaires stigmatisés dans certaines lettres. Le Patro, sous le contrôle de l’abbé Cardaliaguet, est un outil pour maintenir la solidarité et la sociabilité communales ou paroissiales, mais il est aussi un véritable guide spirituel pour le soldat. Le sens de la vie et de la souffrance au front est présenté comme une imitation de la vie de Jésus. Au fil des pages du bulletin, le Poilu trouve conseils et exemples pour pratiquer au mieux une religion dont il doit être fier et qu’il doit être capable de défendre loin du Léon natal et de la « terre des prêtres ».

  • 18 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 M 250, Rapports du préfet, 25 janvier 1917.
  • 19 L’Express de l’Ouest. 5 mars 1916 et 8 février 1917.
  • 20 L’Express de l’Ouest, 9 avril 1915.
  • 21 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M 646.

9Aumôniers, bulletins, correspondances assurent la pérennité de l’encadrement religieux des Bretons sur le front. Il se prolonge, pour les militaires blessés, dans les infirmeries et hôpitaux. Ce terrain apparaît, de façon assez feutrée, comme un enjeu entre laïcs et cléricaux ; parfois, il est objet de polémique. En 1917, le sous-préfet de Dinan note pour le préfet des Côtes-du-Nord que « le clergé […] d’ordinaire si agité, se préoccupe, avant tout, du placement et du maintien de ses membres dans les formations sanitaires18 ». En 1916, la révision de la loi affectant les prêtres au service de santé a fait rejouer les failles d’avant-guerre. En pleine bataille de Verdun, L’Express de l’Ouest dénonce dans ce projet « une guerre au clergé » ; un an plus tard, après le vote de la loi, son éditorial a pour titre : « Est-ce cela l’Union sacrée19 ? ». Suspicion ou soupçon des uns et des autres montre que la présence d’ecclésiastiques auprès des hommes souffrants est une question sensible. La presse catholique dénonce les applications trop strictes, selon elle, de la laïcité qui incite certains médecins à refuser tout signe religieux dans les services de soins20. À l’inverse, des agents de l’État expriment leur méfiance à l’égard des prêtres infirmiers soupçonnés de prosélytisme religieux mais aussi politique. En septembre 1915, le préfet de Loire-Inférieure fait part au ministre de l’Intérieur de son inquiétude dans une note confidentielle. Des infirmiers ecclésiastiques seraient responsables du pessimisme de toute la population rurale en les convainquant que « la France a été punie par la Séparation de l’Église et de l’État, qu’elle est entre les mains des Allemands et des francs-maçons, qu’au lieu de faire la guerre aux curés, le gouvernement aurait mieux fait de s’occuper des munitions et des armements, que s’il a fallu du temps pour chasser les curés de leurs presbytères, les Boches se chargent, en ce moment, d’en faire voir de cruelles aux soldats français, qu’enfin, il pourrait se faire qu’après la guerre, une révolution éclate et qu’un changement de gouvernement s’opère21 ».

  • 22 Arch. dép. du Morbihan, 1 M 4540, Lettre de l’instituteur public de Guégon, 18 juillet 1915.
  • 23 L’Express de l’Ouest, 25 septembre 1916, 3 octobre 1916, 1er avril 1917, 13 avril 1917.
  • 24 SRN, 27 mars 1915, 13 janvier 1917, 18 août 1917, 5 janvier 1918.

10À l’arrière, « l’autre front », l’Église n’a pas renoncé à maintenir ou élargir son encadrement. La question scolaire reste une préoccupation importante même si son expression publique est moins violente qu’à la fin du xixe siècle. La scolarisation des enfants des populations du Nord de la France ou de Belgique réfugiées en Bretagne est un enjeu entre école publique et école privée. Des instituteurs publics mettent en cause des prêtres qui profiteraient de l’absence des pères mobilisés pour inciter les mères à inscrire leurs enfants dans les écoles religieuses22. Des journaux catholiques réclament, à maintes reprises, qu’au nom de l’Union sacrée les élèves de l’enseignement privé reçoivent les mêmes aides financières que ceux de l’enseignement public23. Ils revendiquent aussi, la guerre montrant que l’éducation catholique nourrit le patriotisme, la levée de l’interdiction de 1901 à l’encontre des congrégations24.

  • 25 Créées dès 1916 pour la Loire-Inférieure, SRN, 31 décembre 1916.
  • 26 Clarisse Quignard, L’image de la femme de 1914 à 1920 à travers la presse d’Ille-et-Vilaine, mémoi (...)
  • 27 Didier Guyvarc’h, « La guerre de 14-18 et les représentations du féminin et du masculin en Bretagn (...)

11La modification du rôle social des femmes entre 1914 et 1918 suscite également l’attention des autorités catholiques. Elles participent, parallèlement à l’État, à la mise en place d’œuvres spécifiques, par exemple les associations diocésaines des victimes de guerre25. La presse bretonne d’inspiration catholique à grand tirage s’érige au fil de ses articles et de ses éditoriaux en véritable guide de conduite26. Elle incite les femmes à assurer leur rôle d’épouse, de mère fidèle aux valeurs chrétiennes, admirative de la vie du Christ souvent mise en parallèle avec celle du soldat au front27. Selon Ouest-Éclair et Le Nouvelliste de Bretagne, ces valeurs s’expriment au mieux dans la charité, la compassion de l’infirmière ; par contre ces deux quotidiens restent silencieux sur les nouvelles fonctions occupées par les femmes dans les usines, un mal nécessaire sans doute. Ils n’éludent pas, en revanche, la question du droit du vote des femmes : Ouest-Éclair émet des réserves, alors que le très conservateur et très clérical Nouvelliste de Bretagne est favorable à son principe, perçu comme un moyen de « régénération » politique de la France.

  • 28 Alain Le Noach, « La guerre vécue à Loudéac à travers le cahier de paroisse et les registres ecclé (...)
  • 29 SRN, « Vœux chrétiens exprimés dans les assemblées des conseils généraux des départements de l’Oue (...)
  • 30 SRN, « La Fête de Sainte Anne à Sainte-Anne d’Auray », 21 juillet 1917.
  • 31 L’Express de l’Ouest, 8 juillet 1918, 10 juillet 1918, 18 juillet 1918, qui compare le I. Day au 1 (...)
  • 32 L’Express de l’Ouest, 12 juillet 1918. À propos de YMCA (Union chrétienne des jeunes gens américai (...)

12Au centre de cette « régénération », les catholiques les plus intransigeants placent la question des rapports entre l’État et leur Église. Ils formulent de multiples demandes pour que soit restauré le rôle officiel du culte catholique. Dans son cahier de paroisse, le curé de Loudéac déplore que l’État français ne participe pas le 1er janvier 1915 aux prières internationales pour la victoire organisées à l’initiative du roi d’Angleterre28. C’est en 1917, « l’année trouble », que l’offensive cléricale paraît la plus forte. En avril, la majorité du conseil général de Loire-Inférieure émet le vœu « que les membres du gouvernement, quand ils parlent au nom du peuple de France, fassent appel au secours de Dieu29 ». Une motion de même nature est repoussée à une voix près par le conseil général d’Ille-et-Vilaine. En juin, les députés et sénateurs du Morbihan adressent à l’évêque une demande de prière publique pour la victoire ; ils proposent que celle-ci ait lieu lors du pèlerinage de Sainte-Anne d’Auray le 26 juillet. Dans sa réponse, l’évêque, Mgr Gouraud, insiste sur l’enjeu de cette cérémonie où « dans la personne de leurs représentants, il apparaîtra à tous nos concitoyens que quelque chose du pouvoir national s’incline devant Dieu, et répond ainsi aux aspirations d’un si grand nombre de Français30 ». Le dépassement de la crise morale de 1917 ne met pas fin aux espoirs et aux tentatives de la hiérarchie catholique bretonne de remettre en cause les principes de la loi de Séparation de 1905. L’entrée en guerre des États-Unis et la présence de troupes américaines dans le pays nantais et à Brest sont ainsi utilisées pour affirmer, comme le fait L’Express de l’Ouest, que l’invocation de Dieu n’est pas incompatible avec la démocratie 31 ou que la mobilisation patriotique est renforcée par la reconnaissance de son caractère religieux32.

  • 33 SRN, 3 octobre 1914.
  • 34 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 2 R 240, Rapport du préfet de la Loire-Inférieure au ministre de l (...)

13La guerre pose aussi en termes nouveaux la question des relations entre l’État, les catholiques et le pape. Comment concilier la fidélité et l’allégeance au pape, porte-parole de la paix, et l’adhésion à la guerre patriotique du droit et de la justice ? Si des journaux catholiques bretons évoquent leur trouble lors des appels à la paix du pape Benoît XV, les plus ultramontains placent la parole du pape au-dessus de celle de la République même en guerre. L’évêque de Vannes, Mgr Gouraud, défie ouvertement en 1915 les autorités de l’État. Le ministre de l’Intérieur décide, le 30 janvier 1915, de n’autoriser la publication du texte de la prière pontificale que s’il est assorti d’un commentaire des évêques préconisant que pour la France la paix doit être « une paix victorieuse basée sur la justice et le triomphe du droit ». La Semaine religieuse du diocèse de Vannes du 6 février publie la prière en breton, un commentaire en français et informe les lecteurs que l’évêque ne s’exprimera plus dans la revue car ses actes et avis ne peuvent être « exposés à la censure d’une autre autorité ». La tension entre le préfet du Morbihan et l’évêque aboutit à la censure de La Semaine religieuse du 1er mai 1915, qui tente de publier la prière sans le commentaire exigé. Cette crispation morbihannaise de 1915 s’inscrit en fait dans un mouvement plus large de suspicion à l’égard du clergé. Dès les premiers mois du conflit, la presse diocésaine dénonce « les calomnies contre le clergé33 », accusé, ainsi que le pape, d’être responsables de la guerre. Ce qui devient, pour les catholiques, la « rumeur infâme » atteint son paroxysme en 1915. Elle touche plusieurs départements français dont le Finistère et la Loire-Inférieure. Le sous-préfet de l’arrondissement de Châteaubriant doit faire une lettre publique pour la dénoncer. Cette lettre est publiée dans LÉcho de Paris à l’initiative du sénateur du Morbihan Lamarzelle et elle sert à nourrir la contre-offensive catholique34.

  • 35 L’Express de l’Ouest, 21 décembre 1915. Formule utilisée aussi par le curé de Merdrignac selon Rom (...)
  • 36 Par exemple, La Voix de Saint-Pol. Pour Dieu et la France, du 31 janvier 1915 : « Le Populaire, pl (...)
  • 37 SRN, 22 janvier 1916, p. 89.
  • 38 SRN, 4 août 1917.
  • 39 SRN, 23 janvier 1915, 13 et 27 janvier 1917, 30 avril 1917.

14Cette riposte catholique vise tout d’abord les inspirateurs supposés de la rumeur. L’Express de l’Ouest, dans douze éditoriaux de 1915 à 1918, fait flèche contre les radicaux et socialistes anticléricaux. Ils sont accusés de rompre l’Union sacrée, voire d’être des complices des Allemands, d’être des « Boches de l’intérieur35 ». Ces attaques sont parfois assorties de considérations antiprotestantes et, très rarement, d’allusions antisémites36. À ces traîtres sont opposés des soldats catholiques héroïques. La presse diocésaine publie les notices nécrologiques édifiantes de tous les ecclésiastiques tués au combat, mais aussi des hagiographies de laïcs tels Ernest Psichari ou Guy de Robien. Le premier, le petit-fils d’Ernest Renan, tué en août 1914, est présenté comme ayant « donné sa vie pour réparer l’offense que son grand-père avait faite à l’Église37 » ; le second, tué en 1917, comme ayant renoncé à sa carrière militaire avant 1914 pour préserver sa foi chrétienne face à la République38. La voix de l’épiscopat ne se contente pas de défendre et d’illustrer l’engagement patriotique des catholiques mais demande à l’État de le reconnaître en rétablissant les relations diplomatiques avec le Vatican, la guerre apportant la preuve de l’absence de contradiction entre fidélité au pape et sentiment national39.

  • 40 L’Express de l’Ouest, 30 septembre 1916 : » Les Jacobins ont créé les départements, détruit les pr (...)
  • 41 Ibid., 26 décembre 1916.
  • 42 L’Express de l’Ouest, 11 novembre 1918.

15En mettant en exergue la foi des Bretons comme fondement de leur mobilisation patriotique, la presse catholique induit ou suggère une compatibilité entre le sentiment d’appartenance régionale et l’adhésion à la France. Elle met ainsi en cause un certain modèle jacobin40. La valorisation de l’identité bretonne est utilisée pour promouvoir une reconnaissance régionale dont l’Église pense pouvoir tirer parti. Le quotidien nantais L’Express de l’Ouest, dont la diffusion est autant vendéenne que bretonne, devient ainsi au cours de la guerre le chantre d’une certaine bretonnité et le défenseur des « franchises provinciales41 ». La perspective de la récupération de l’Alsace et de la Lorraine, avec leurs spécificités linguistiques et religieuses, donne à ce thème une force particulière en 1918. Le jour de l’armistice, dans un long article consacré à la langue bretonne, L’Express de l’Ouest dévoile les revendications d’une partie de la droite cléricale : « Qu’on ne fasse plus la guerre à la foi, aux coutumes et au langage de nos provinces. Qu’on renonce au dessein monopoland et à la tradition jacobine et césarienne […]. Est-ce que la Bretagne n’a pas donné assez de preuves de son loyalisme et de sa fidélité sur les champs de bataille, pour qu’on abandonne l’idée de la faire rentrer, bon gré mal gré, dans le moule centralisateur ? Tel est le grand bienfait que va nous apporter la récupération de l’Alsace-Lorraine. Pas un jour où elle ne mettra obstacles aux reprises de politique jacobine et sectaire. Le dialecte alsacien, par un effet indirect mais efficace, sauvera le dialecte breton42 ».

  • 43 Par exemple, la SRN du 8 août et du 5 décembre 1915, L’Express de l’Ouest du 1er mai 1915.
  • 44 Le Finistère, 2 octobre 1918.
  • 45 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 M 401.
  • 46 Didier Guyvarc’h, « La presse bretonne, la guerre et l’identité régionale de 1914 à 1939 », dans R (...)
  • 47 Dans Feiz ha Breiz, n° 9, 1932, cité par Francis Le Squer, Les espoirs, les efforts et les épreuve (...)

16L’épreuve que fut la Grande Guerre est donc une source possible de « régénération » et il importe d’en construire la mémoire. C’est autour de l’idée d’un holocauste que se cristallise la mémoire catholique bretonne de 14-18. Le mot est employé dès la période de la guerre43, il devient d’usage fréquent dans l’entre-deux-guerres au-delà même des milieux cléricaux : en 1933, le ministre des Affaires étrangères Paul Boncour, inaugurant un monument à la mémoire d’Aristide Briand, évoque « les 240 000 morts, holocauste de la Bretagne une et indivisible ». Pour rendre hommage à ces morts, une véritable compétition mémorielle s’ouvre en 1918. L’hebdomadaire radical de Quimper, Le Finistère, publie le projet d’un monument à édifier sur un point culminant de la Bretagne44. En 1921, le conseil général des Côtes-du-Nord se prononce pour une telle construction, mais son vœu n’est pas suivi par les autres départements bretons. Dans sa réponse, le conseil général du Morbihan explique que « depuis le vœu des Côtes-du-Nord, la quasi-unanimité s’est faite en Bretagne pour l’emplacement de Sainte-Anne d’Auray45 ». Le souvenir des Poilus bretons appartient largement à l’Église catholique qui participe à un établissement inflationniste du nombre des victimes. En janvier 1924, les cinq Semaine religieuse appellent les fidèles à souscrire à l’édification d’un mémorial à Sainte-Anne d’Auray aux « 200 000 Bretons tués ». En 1932, l’inauguration du mémorial « aux 250 000 soldats et marins morts pour la patrie » est annoncée46. La même année, à Vannes, l’évêque de Quimper, Mgr Duparc, fait un discours pour le quatrième centenaire de l’union de la Bretagne à la France ; il y rappelle « l’énorme sacrifice consenti sans hésitation pour la France entre 1914 et 1918 » ; c’est au nom de cette offrande de la vie « qu’il interpelle son « pays de France » : « Si tu veux une Bretagne digne de toi, pourquoi ne nous aides-tu pas à lui garder sa foi, sa langue, son esprit ? Pourquoi lui refuses-tu les moyens de grandir elle-même par l’âme ? Car tu les lui refuses en enlevant aux religieux et aux religieuses qui ont formé cette âme le droit de former aussi celle des générations nouvelles47 ».

17La tentation de certains catholiques bretons, et surtout de la hiérarchie catholique, d’utiliser 14-18 comme une revanche sur 1905 et ses effets a été grande. En proposant une lecture chrétienne de la guerre, ils se vengent d’une République sans dieu. En mettant en valeur leur mobilisation pour

18la Grande patrie, à l’avant comme à l’arrière, ils donnent la preuve de leur loyauté à l’égard d’un régime qu’ils jugent injuste à leur endroit. En affirmant leur identité bretonne, ils défient la République une et indivisible. En considérant la guerre comme une régénération et une restauration possible de « la fille aînée de l’Église », ils interrogent le pacte républicain. La guerre n’abolit pas le temps long et les héritages : Bleus et Blancs de Bretagne gardent leurs convictions, mais ont trouvé pendant 52 mois des raisons nouvelles de vivre ensemble.

Notes

1 Une telle étude ne peut prétendre à l’exhaustivité. La très grande dispersion des sources, l’état très variable des archives préfectorales d’un département à l’autre donnent à cette enquête un caractère exploratoire.

2 Cité par Patrick Mougenet, 1914-1918 en Ille-et-Vilaine. Des traits de l’attitude et du comportement des populations civiles et des écoles de pensée d’un département de l’arrière, DEA, 1990, p. 151.

3 Archives départementales du Finistère, 1 M 201, Rapport du préfet du 7 juin 1915 dans Nicolas Tanneau, L’opinion publique à Quimper durant la Première Guerre mondiale, mémoire de maîtrise, Université de Bretagne Occidentale, 2000.

4 « Lettre pastorale de Monseigneur l’évêque de Nantes sur la Guerre et le Retour à Dieu », dans Semaine religieuse du diocèse de Nantes, n° 12, 18 mars 1916, p. 208.

5 Cité par Alain Breteau, dans Bretagne 14-18. Recherches et études historiques sur la vie des Bretons dans la Grande Guerre, n° 10, 1999, p. 6.

6 Le Patro, 29 août 1914, cité par Olivier Le Dall, On prie. Vous souffrez. On les aura. La Grande Guerre au miroir du Patro, bulletin des patronages de Ploudalmézeau, mémoire de maîtrise, UBO, 2001.

7 Arch. dép. du Morbihan, 1 M 4540, Lettre du maire de Groix au préfet, 9 février 1915.

8 Arch. dép. du Morbihan, 1 M 4540, Surveillance des ecclésiastiques.

9 Arch. dép. du Morbihan, 1 M 4540, État d’esprit de la population, rapport du sous-préfet de Pontivy au préfet, 19 février 1916.

10 Olivier Le Dall, op. cit.

11 L’Express de l’Ouest, 23 novembre 1917.

12 Cité par Patrick Mougenet, op. cit., p. 155.

13 Semaine Religieuse du diocèse de Nantes, « Lettre pastorale de Monseigneur l’évêque de Nantes sur la religion chrétienne et les événements de la guerre », 20 février 1915, p. 182.

14 SRN, « Nos soldats du XIe corps », 19 décembre 1914.

15 SRN, « Les Frères de Ploërmel et la guerre », 2 octobre 1915 : « […] La belle page que tracent en ce moment les petits Frères dans les annales de la France ne nous étonne nullement à vrai dire ; ne sont-ce pas eux qui, de concert avec nos instituteurs libres, ont façonné en majeure partie cette âme héroïque qui s’est manifestée dans les fusiliers marins à Dixmude ? […] Je saisis mieux actuellement pourquoi les Frères, et avec eux tous les prêtres et religieux, eurent tant d’ennemis dans le passé. C’est que ces hommes de foi, par leur enseignement et par leurs exemples, contrecarraient trop fortement l’œuvre néfaste des antimilitaristes, des antipatriotes, des partisans du drapeau dans le fumier et de l’affaiblissement moral de la France ».

16 SRN, « Les Fêtes de Sainte-Anne d’Auray », 7 août 1915.

17 14-18. Aujourd’hui. Pour une histoire religieuse de la guerre, Noêsis, 1998.

18 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 M 250, Rapports du préfet, 25 janvier 1917.

19 L’Express de l’Ouest. 5 mars 1916 et 8 février 1917.

20 L’Express de l’Ouest, 9 avril 1915.

21 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M 646.

22 Arch. dép. du Morbihan, 1 M 4540, Lettre de l’instituteur public de Guégon, 18 juillet 1915.

23 L’Express de l’Ouest, 25 septembre 1916, 3 octobre 1916, 1er avril 1917, 13 avril 1917.

24 SRN, 27 mars 1915, 13 janvier 1917, 18 août 1917, 5 janvier 1918.

25 Créées dès 1916 pour la Loire-Inférieure, SRN, 31 décembre 1916.

26 Clarisse Quignard, L’image de la femme de 1914 à 1920 à travers la presse d’Ille-et-Vilaine, mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1992. Les deux sources sont Le Nouvelliste de Bretagne et Ouest-Éclair.

27 Didier Guyvarc’h, « La guerre de 14-18 et les représentations du féminin et du masculin en Bretagne » dans Luc Capdevila et alii, Le genre face aux mutations. Masculin et féminin du Moyen Âge à nos jours, PUR, 2003.

28 Alain Le Noach, « La guerre vécue à Loudéac à travers le cahier de paroisse et les registres ecclésiastiques », dans Mémoire du pays de Loudéac, hors série n° 2, 2e semestre 1995.

29 SRN, « Vœux chrétiens exprimés dans les assemblées des conseils généraux des départements de l’Ouest », 28 avril 1917.

30 SRN, « La Fête de Sainte Anne à Sainte-Anne d’Auray », 21 juillet 1917.

31 L’Express de l’Ouest, 8 juillet 1918, 10 juillet 1918, 18 juillet 1918, qui compare le I. Day au 14 juillet 1789, « négation de 8 siècles d’histoire ».

32 L’Express de l’Ouest, 12 juillet 1918. À propos de YMCA (Union chrétienne des jeunes gens américains) : « Est-ce qu’il est permis, en France, à une association de se manifester, à titre de chrétienne, dans la chose militaire ? YMCA ! Voilà qui fait la preuve. La preuve décisive, convaincante, aveuglante, qu’il n’y a aucune incompatibilité entre une grande démocratie et la foi chrétienne ».

33 SRN, 3 octobre 1914.

34 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 2 R 240, Rapport du préfet de la Loire-Inférieure au ministre de l’Intérieur, 22 février 1916.

35 L’Express de l’Ouest, 21 décembre 1915. Formule utilisée aussi par le curé de Merdrignac selon Romain Choat, « Le bulletin paroissial de Merdrignac. Reflet d’une mentalité pendant la Grande Guerre », dans Mémoire du Pays de Loudéac, ouv. cit. p. 15.

36 Par exemple, La Voix de Saint-Pol. Pour Dieu et la France, du 31 janvier 1915 : « Le Populaire, plutôt que de tomber sur Benoît XV, devrait recourir aux Pasteurs Protestants et aux Rabbins, les huguenots et les juifs étant ses amis comme ils sont les amis de Guillaume, il y aurait là un moyen de rétablir la paix […] ». L’Express de l’Ouest, 29 avril 1916 : « […] Disons tout de suite que le signataire de cette ignominie [un article dénonçant le retour clandestin des congrégations] est un juif : Alfred Nathan Oulmann ».

37 SRN, 22 janvier 1916, p. 89.

38 SRN, 4 août 1917.

39 SRN, 23 janvier 1915, 13 et 27 janvier 1917, 30 avril 1917.

40 L’Express de l’Ouest, 30 septembre 1916 : » Les Jacobins ont créé les départements, détruit les provinces. Or Joffre dans un communiqué vante « l’héroïsme des soldats de Bretagne et de Normandie […]. Nos provinces ont survécu aux départements […]. L’originalité de nos provinces se manifeste juste au moment où l’unité française s’est resserrée sous la menace d’un grand danger ».

41 Ibid., 26 décembre 1916.

42 L’Express de l’Ouest, 11 novembre 1918.

43 Par exemple, la SRN du 8 août et du 5 décembre 1915, L’Express de l’Ouest du 1er mai 1915.

44 Le Finistère, 2 octobre 1918.

45 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 M 401.

46 Didier Guyvarc’h, « La presse bretonne, la guerre et l’identité régionale de 1914 à 1939 », dans Rémy Cazals et alii, La Grande Guerre. Pratiques et expériences, Privat, 2005, p. 102.

47 Dans Feiz ha Breiz, n° 9, 1932, cité par Francis Le Squer, Les espoirs, les efforts et les épreuves du mouvement breton catholique de 1891 à 1941, Septentrion, 1997.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540