Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

La Séparation des Églises et de l’État, accélérateur de la mutation politique du Trégor

Yann Forestier

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment Yves Bruley, 1905, la Séparation de l’Église et de l’État : les textes fondateurs, P (...)
  • 2 En particulier Henri Pena-Ruiz, Qu’est-ce que la laïcité ?, Paris, Gallimard, 2003 ; Émile Poulat, (...)
  • 3 À noter toutefois le livre de Christian Sorrel, La République contre les congrégations : histoire (...)
  • 4 Sur la notion d’événement-matrice, cf. Emmanuel Le Roy-Ladurie, « Événement et longue durée dans l (...)

1Les ouvrages publiés à l’occasion du centenaire de la loi de Séparation de 1905 sont généralement de deux ordres. On trouve d’une part des récits, à visée commémorative ou du moins documentaire, du processus d’élaboration de la loi, projet perçu par ses promoteurs comme le parachèvement des institutions républicaines1. Fleurissent par ailleurs les essais et les travaux mettant en perspective la loi et les débats de l’époque, avec l’enjeu de la laïcité en France, voire dans le monde2. L’historiographie récente est singulièrement peu étoffée en ce qui concerne le vécu des populations, sur le terrain, lors de la querelle dans laquelle s’est inscrite la Séparation3. La querelle religieuse des années 1901-1906 fait pourtant partie de ces « événements-matrice », moments où l’importance des tensions a provoqué une rupture structurant durablement la vie politique nationale, en contribuant à la fois à la construction d’une identité républicaine et à l’élaboration pour la droite d’un projet de substitution, autour de la « défense religieuse », à l’heure où la confrontation entre monarchie et République perd de son sens4.

  • 5 André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, Ar (...)

2On se propose ici d’aborder la crise de la Séparation en tant qu’étape de l’intégration d’une part non négligeable de la population à un espace politique national, mal construit au sein d’une République encore jeune. Le Trégor, de ce point de vue, offre un terrain d’observation privilégié. L’ancien évêché de Tréguier, dans les premières années du xxe siècle, connaît d’importantes mutations, qui font dire à André Siegfried, dans son Tableau politique de 1913, que « c’est là que se manifeste la transformation profonde de la Bretagne contemporaine5 ». Nous verrons ici que la querelle religieuse, compte tenu des caractères originaux de la perception de la religion par la population, accélère ces changements et joue un rôle décisif dans la construction de son identité politique.

Les années 1900 : le Trégor en mutation

3Comme le reste de la Bretagne, le Trégor, au tournant du siècle, est bouleversé par les effets sociaux, culturels et politiques d’un mouvement très rapide de modernisation tant de l’économie que de la société.

  • 6 Eugen Weber, La fin des terroirs, Stanford University Press, 1976, trad. Fayard, 1983, p. 19.
  • 7 Patrick Pierre, Les Bretons et la République. La construction de l’identité bretonne sous la trois (...)
  • 8 Statistique agricole de 1892, citée par Bernard Trégon, in Aspects du monde agricole du départemen (...)

4Cette mutation est d’autant plus ressentie que le Trégor partait de loin. Les travaux d’Eugen Weber, publiés en 1976, ont rappelé l’importance de la misère économique, sanitaire et culturelle de la paysannerie française à la fin du xixe siècle, et mis en évidence l’énorme retard de la Bretagne par rapport au reste du pays. À l’isolement, dû à un réseau routier très médiocre et à la dispersion de l’habitat, s’ajoutent la barrière de la langue et l’analphabétisme, qui atteint, dans l’arrondissement de Lannion, le taux le plus élevé du département en 1882. Les campagnes vivent dans une relative autarcie et dans la pauvreté6. La précarité du quotidien (épidémies, mortalité du bétail, incendies, mauvaises récoltes…) nourrit une culture de la résignation. L’importance de la grande propriété nobiliaire (le taux de faire-valoir direct est l’un des plus faibles de Bretagne7) et la survivance de certains régimes de propriété archaïques (la quévaise, le domaine congéable) entretiennent pour leur part la dépendance du monde paysan (qui représente 69,84 % de la population des Côtes-du-Nord en 18928).

  • 9 Élise Cillard, Le développement du tourisme sur la Côte de Granit rose, 1919-1960, mémoire de maît (...)

5Dans ces conditions, les transformations les plus spectaculaires sont celles qui ouvrent la région sur le reste du monde. C’est le cas du chemin de fer (à Lannion en 1881), de l’émigration, qui fait baisser la population de l’arrondissement de Lannion de 15 % en quarante ans, du tourisme9, du service militaire (dans les années 1900, plus de la moitié des hommes ont été sous les drapeaux) et, bien entendu, de l’école : en 1900, les enfants ayant bénéficié de la scolarité obligatoire accèdent à la majorité sociale et politique. Beaucoup mieux que leurs parents, ils savent lire, écrire et parler français.

6Les conditions de vie changent aussi sous l’effet du progrès économique. Entreprise dans les années 1880-1890, la modernisation de l’agriculture aboutit au développement de l’élevage, de la culture du froment et de la pomme de terre. La politique protectionniste des années 1890 contribue à l’élévation du niveau de vie : le paysan trégorrois aspire désormais à un plus grand confort. Beaucoup s’émancipent, accédant à la propriété et mettant fin à leur dépendance à l’égard des gros propriétaires.

7Ces transformations économiques et sociales ont des conséquences politiques considérables, qui mettent brutalement au jour les ressorts de la puissance des notables.

  • 10 Alain Garrigou, Le vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, Paris, FNSP, 199 (...)
  • 11 Yann Forestier, Droite et vote de droite dans l’arrondissement de Lannion, 1871-1914, mémoire de m (...)

8La situation rendait ésotériques les raisonnements institutionnels des républicains des années 1870, bourgeois guindés venus de la ville, mal à l’aise dans les chemins creux d’un bocage où on ne parlait pas français et où le cadre de solidarité était bien plus la paroisse (ou le hameau) que la nation. Le politique était essentiellement affaire de renforcement des solidarités intraparoissiales, rendues indispensables par la précarité des conditions de vie, sacralisées par des rituels ancestraux. Produit de cette société d’insécurité, le notable incarnait l’unité de la communauté et réunissait sur sa personne le consensus dont le maintien devait mobiliser l’énergie de tous10. De fait, cet unanimisme inégalitaire se traduisait, dans l’arrondissement de Lannion, par des victoires électorales écrasantes des grands propriétaires nobles. Occasion supplémentaire d’affirmer l’unité de la communauté paysanne (Ferry parlait à son propos de « paysan collectif »), le vote servait à ratifier la position dominante de ceux qui en étaient les garants et semblaient, aux yeux de tous, devoir la représenter dans les institutions11.

  • 12 Profession de foi du docteur Le Rolland, candidat républicain aux élections cantonales de 1901 (ca (...)

9Ce sont ces bases que la modernisation ébranle. D’abord parce que les progrès relativement rapides de l’économie, réduisant la vulnérabilité aux aléas de la vie, l’ouverture du monde rural sur l’extérieur et l’accroissement de l’indépendance de nombreux paysans rendent inutile le maintien de ce consensus unanimitaire. Ensuite parce que de nouveaux venus prennent une place grandissante dans la communauté villageoise. Fonctionnaires, postiers, gardes champêtres, juges de paix, buralistes et surtout instituteurs (mais aussi, sur la côte, douaniers, fonctionnaires de l’inscription maritime, gardiens de phare, retraités de la marine…) sont autant d’éléments perturbateurs des coutumes locales. Ils peuvent jouer un rôle d’intermédiaires entre les habitants et le reste du monde, concurremment au notable local, qui perd le monopole du contrôle des contacts avec l’extérieur. Au sein de ces « couches nouvelles » apparaissent d’ailleurs des autorités alternatives, comme le médecin, « l’ami de la maison, toujours prêt à répondre à votre appel, ne ménageant pas sa peine, heureux quand il a réussi à vous rendre service et à mériter votre reconnaissance12 ».

  • 13 Yann Forestier, « La “fin des notables” dans le Trégor ? », Kreiz 10, Études sur la Bretagne et le (...)
  • 14 Alain Garrigou, op. cit.

10Face à ces notabilités concurrentes, l’électeur est désormais sommé de choisir, de prendre une décision personnelle plus que de rechercher un consensus, dont la nécessité est d’ailleurs moins évidente. Dans les années 1890, le politique, dans le Trégor, devient affaire de choix13. Les candidats doivent aller au contact de l’électeur lui proposer un programme politique et faire jouer leur pouvoir de conviction plus que d’influence14.

  • 15 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 190.
  • 16 Le rôle du débat agricole dans le processus de problématisation du politique a été étudié dans les (...)
  • 17 Alain Garrigou, op. cit.

11Mais cet usage de la conviction, condition de la réussite de cette problématisation du politique, est subordonné à l’ouverture de débats ayant du sens aux yeux des électeurs. Dans la région de Lannion, c’est justement le débat sur le protectionnisme, qui s’ouvre au milieu des années 1880, qui fait office de catalyseur et permet de déplacer le cadre de référence du politique du local vers le national. Alors que Charles Huon de Pénanster, député puis sénateur, a pu entamer en 1871 une carrière parlementaire sans jamais publier de profession de foi, Droumaguet, candidat conservateur aux élections cantonales de 1886 à La Roche-Derrien, se présente comme le « candidat de la protection agricole » et explique en détail sur ses affiches la responsabilité de la Chambre des députés dans la fixation des tarifs douaniers15. La crise agricole qui s’ouvre à ce moment accroît l’intérêt pour ces problèmes16 : l’utilité de l’action de l’État semble désormais reconnue par tous. Le rôle de l’élu est plus clair et des questions résolues jusque-là par la communauté locale se politisent, ce qui contribue à recentrer l’intérêt du citoyen sur les élections et à modifier les motivations de son vote. Le paternalisme des grands propriétaires, en 1900, fait pâle figure face aux lois sociales, à la protection agricole, à l’instruction, au chemin de fer, aux engrais et bientôt aux retraites qu’apporte la République. L’électorat s’approprie le choix qui lui est proposé et comprend que les consultations électorales sont une occasion à saisir pour faire valoir ses intérêts17.

  • 18 Yann Forestier, « 1830-1889 : les notables du Trégor finistérien, de l’apolitisme au militantisme  (...)

12Or, après des décennies de domination sans partage d’une droite qui, très tard, ne fait pas mystère de ses préférences monarchistes, c’est au profit des républicains que s’opère cette transformation du rapport au politique. Le phénomène est plus précoce dans le pays de Morlaix : les électeurs du petit Trégor choisissent très tôt leurs élus au sein d’une société politique diversifiée et défendant des opinions tranchées. Mais comme dans l’arrondissement de Lannion, c’est la question du protectionnisme agricole qui permet de dépasser les querelles de personnes et de relier vraiment les consultations électorales aux débats politiques nationaux18.

13La conversion de la région de Lannion au républicanisme est finalement révélée lors des élections législatives de 1893, par la défaite, dans la deuxième circonscription de l’arrondissement (c’est de la côte que vient le changement), de Louis Le Provost de Launay, châtelain de Pommerit-Jaudy, chef du parti monarchiste dans le département. Son adversaire, Paul Le Troadec, maire de Lézardrieux et conseiller général depuis 1889, est cultivateur. Les unes après les autres, les mairies passent à gauche. En 1901, c’est le canton de Tréguier qui est enlevé au même Le Provost de Launay par Gustave de Kerguézec, élu député radical de Guingamp en 1906. Chaque fois, ce basculement frappe les contemporains, qui ne le croyaient pas possible, tant les positions de la droite semblaient solidement installées.

14Mais au moment où la « Défense républicaine » se met en place autour de Waldeck-Rousseau, prélude au « Bloc des gauches », l’arrivée des questions religieuses sur le devant de la scène donne à certains l’espoir d’un réveil de la mouvance traditionaliste.

Religion et politique : la rencontre improbable

15Quelques années après le ralliement de la droite monarchiste à l’idée républicaine, la soumission des congrégations à autorisation législative (1901), l’interdiction de l’enseignement congréganiste et la fermeture de milliers d’écoles (congrégations non autorisées en 1902, sécularisation complète en 1904), puis la crise des inventaires des biens ecclésiastiques (1906), perçues comme autant de provocations, pouvaient en effet fournir à ses chefs et à ses électeurs, en quête d’identité, une occasion de se rassembler autour de l’idée forte de la défense religieuse, par un resserrement des liens entre clergé, notables et population. Une telle réaction suppose toutefois une grande vitalité de la vie religieuse et un ascendant considérable du clergé sur la population, conditions qui ne sont guère réunies dans le Trégor.

  • 19 Georges Minois, La Bretagne des prêtres en Trégor d’Ancien Régime, Brasparts, Beltan, 1987.

16On sait depuis les travaux de Georges Minois que dans la foulée du concile de Trente (1545-1563), la dynamique réformatrice de l’Église catholique s’est heurtée, dans le pays de saint Yves, à l’énorme différence culturelle existant entre les projets dont elle est porteuse et les réalités de la vie religieuse locale. Le haut-clergé ne parlait pas toujours breton et, pénétré des très hautes exigences de la piété post-tridentine, s’est isolé au sein d’un pays de pratique religieuse souvent fruste. Au xixe siècle, le monde clérical est coupé de la société trégorroise et n’est pas en mesure de jouer un rôle dirigeant dans la population, sur laquelle il n’a plus guère d’influence19.

  • 20 Jean-Clément Martin, La Vendée et la France, Paris, Le Seuil, 1987.
  • 21 Jean-Louis Le Floc’h, « Réfractaires et jureurs dans le Trégor finistérien : une douloureuse réuni (...)
  • 22 Emmanuel Le Roy-Ladurie, op. cit.

17Les péripéties révolutionnaires, contrairement à la Vendée 20 ou au Léon voisin, n’ont pas joué dans le Trégor un rôle d’événement-matrice. Ni le serment constitutionnel et ses suites21, ni la conscription, ni la chouannerie 22 n’ont été des épreuves apportant une justification historique à la représentation organique d’une société nécessairement solidaire de ses prêtres.

18L’origine sociale de ces derniers, enfin, accroît leur isolement. L’évêché de Tréguier fournit fort peu de vocations de prêtres, et son clergé, souvent d’extraction nobiliaire, en partie originaire d’autres évêchés, se trouve en fait mis en tutelle par une noblesse puissante, et ne parvient pas à jouer le rôle de trait d’union entre peuple et notables qui est le sien dans le Léon, où les recteurs, issus de familles de paysans riches, incarnent mieux que personne l’unité de la paroisse. Le fait que le débat sur le Ralliement à la République, au milieu des années 1890, ait eu un écho minime dans la région en témoigne : il ne se trouve pas, dans le Trégor, de prêtres capables d’imposer aux nobles la création d’une droite modérée, acceptant de jouer le jeu des institutions républicaines. En même temps, le clergé est incapable de faire admettre au peuple que la vision organique de la société, génératrice de l’unanimisme qui a longtemps garanti le triomphe des notables conservateurs, a une véritable justification religieuse et n’est pas purement utilitaire, subordonné aux circonstances du moment.

  • 23 Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 68.

19Conséquence de ce divorce, le Trégor est classé par Michel Lagrée dans les pays de « christianisme bleu », ces régions qui, du centre de l’Ille-et-Vilaine aux Monts d’Arrée en passant par la côte morbihannaise, associent une pratique religieuse régulière au refus de subir la tutelle du prêtre hors de l’église23.

  • 24 Mona Ozouf, « Quelques remarques sur l’acte de vote dans une commune bretonne », in L’Acte de vote (...)
  • 25 Michel Lagrée, op. cit.

20La messe dominicale, les missions, les retraites et les pardons (en particulier celui de saint Yves, chaque 19 mai), y rassemblent certes les foules dans une communion sincère. Mais la pratique religieuse des Trégorrois, pour régulière qu’elle soit, ne correspond en rien à l’idéal de piété défendu par le clergé. Le taux de messalisants, par exemple, est parfois supérieur au taux de pascalisants : la messe dominicale, moment clé de la vie sociale, unique moment de la semaine où la communauté paroissiale peut se retrouver dans ce pays d’habitat dispersé, ne serait manquée pour rien au monde, mais les événements plus spécifiquement religieux sont l’objet d’un empressement moindre24. Cette tiédeur religieuse apparaît également à travers la faible fréquence des vocations de prêtres ou de la faiblesse des dons aux œuvres. Surtout, on ne voit pas s’y développer, à la différence encore une fois du cas exemplaire du Léon, les confréries, patronages, associations et mouvements divers encadrant la vie sociale sous la direction du clergé25. Le recteur est bien incapable d’exercer dans sa paroisse un magistère qui dépasse ses attributions strictes.

  • 26 Georges Minois, op. cit. et Michel Lagrée, op. cit., p. 298.

21C’est que s’est développée, dans le pays de Tréguier, une conscience aiguë de la Séparation entre profane et sacré. Les ambitions contradictoires de la Contre-Réforme (promouvoir une religion intériorisée, libérée de ses attaches terrestres et matérielles et accroître l’encadrement de la société par le clergé) n’ont pu être conciliées dans le Lannionnais. Les initiatives cléricales de moralisation de la vie sociale (contre les fêtes et les danses, les pardons ou le culte des saints) n’y ont pas trouvé un terrain favorable26. Beaucoup de fidèles réagissent d’ailleurs en se réappropriant les pratiques sociales condamnées et en en évacuant le religieux, voire en assumant eux-mêmes, indépendamment du clergé, la direction de certaines pratiques religieuses. C’est le cas des paroissiens de Botsorhel en 1831 : contraint par le maire et le brigadier de supprimer les fleurs de lys (emblème interdit par le nouveau pouvoir orléaniste) du dais devant servir à la procession du Saint-Sacrement organisée à l’occasion de la fête patronale, le curé s’exécuta mais

  • 27 Sous-préfet à préfet, 1er mai 1831, Arch. dép. du Finistère, 1 M 326.

« il signifia en même temps qu’il n’y aurait pas de procession de St Sacrement puisqu’il n’y avait plus de dais en état. En effet il ne fit point cette procession s’imaginant sans doute, beaucoup punir ses paroissiens ou exciter par là quelque rumeur parmi eux. Il n’en fut rien. Ces bonnes gens, loin de se fâcher, surent bien vite prendre leur parti. À la suite des vêpres, ils firent entre eux, le maire en tête, trois fois le tour de l’église dans le silence et le plus parfait ordre, puis se retirèrent tranquillement pour se livrer aux divertissements ordinaires sans s’inquiéter du curé boudeur27. »

22Cette tendance à la désobéissance aboutit logiquement à l’anticléricalisme. Brocardés dans les contes traditionnels des teilleurs de lin, les prêtres n’ont pas bonne presse et ne semblent respectés que dans la mesure où ils ont un pouvoir sur le salut des âmes. L’ordre social qui se délite à la fin du xixe siècle sous l’effet de la modernisation n’a guère de chances de susciter un repli nostalgique : le fait que l’Église s’en soit fait le garant et ait dépensé beaucoup d’énergie pour en être la caution morale et spirituelle jouerait plutôt contre lui. Une politique ouvertement anticléricale ne risque d’ailleurs de provoquer contre elle une mobilisation populaire que si elle est particulièrement agressive.

La crise de la Séparation : une occasion de radicalisation

  • 28 Le Provost De Launay, cité par Le Gaulois, 19 avril 1896, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 M 386.
  • 29 Sous-préfet à préfet, 30 juillet 1902, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V3974.

23Ouvertement anticléricale, la ligne suivie par les gouvernements radicaux des années 1901-1906 a pu légitimement être perçue comme très agressive, faisant espérer à la droite traditionaliste trégorroise qu’elle reprendrait la main, au moment où elle tremble sur ses bases. Considérant qu’il n’est pas admissible que l’Église catholique ne soit pas « un des grands corps de l’État28 » et souhaitant profiter de cette occasion d’en découdre, ce sont les notables conservateurs, beaucoup plus que les membres du clergé eux-mêmes, qui, dans le Trégor, prennent la direction du mouvement de résistance à cette politique29.

  • 30 Sous-préfet à préfet, 21 juillet 1902, ibid.

24On remarque en effet que les quelques communes qui se sont distinguées par une véritable résistance populaire aux fermetures d’écoles et aux inventaires sont celles où l’aristocratie propriétaire est la plus puissante. Buhulien, Brélévenez, Pleumeur-Bodou ou Ploubezre, où on se mobilise en 1902 pour défendre l’école congréganiste ou en 1906 pour barricader les portes de l’église, sont justement les derniers bastions tenus en main par les notables traditionnels. L’identité des meneurs, d’ailleurs, ne trompe pas : fermiers, domestiques ou ouvriers des grands propriétaires pour la plupart30, ils animent la résistance, assimilée par la presse cléricale à la geste héroïque des chouans. C’est au fond un véritable travail d’orchestration qui est à l’œuvre dans le Trégor :

  • 31 Sous-préfet à préfet, 12 juillet 1902, ibid.
  • 32 Sous-préfet à préfet, 19 juillet 1902, ibid.

« À Lannion », rapporte le sous-préfet, « bien qu’aucun établissement ne tombe actuellement sous le coup de ces mesures [de fermeture d’écoles], la plupart des congréganistes adonnés à l’enseignement ont annoncé à leurs élèves leur très prochain départ ; on affecte, en présence des élèves, de s’at tendre à une dispersion imminente, et ces racontars, colportés par les enfants dans leurs familles, n’y produisent que trop l’effet qu’on y escomptait31. »
« Les préparatifs de cette résistance se manifestent publiquement, et leurs auteurs semblent même y mettre une certaine affectation, en vue de frapper l’esprit des populations et de pousser au pire les excitations répandues ces derniers jours par la presse de droite32. »

  • 33 Profession de foi, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 177.

25Cette dramatisation trouve un écho dans les professions de foi des candidats conservateurs aux élections : en 1905, Henri de Champagny, châtelain de Pleumeur-Bodou se présentant aux élections cantonales, soutient que « la liberté de l’enseignement était déjà enlevée aux nécessiteux ; aujourd’hui, ce sont nos églises que l’on veut nous voler pour rendre impossible l’exercice du culte33 ».

  • 34 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V3974.
  • 35 Préfet à Intérieur, 9 décembre 1903, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 128.
  • 36 Sous-préfet à préfet, 9 décembre 1903, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 3973.

26Or, sur le terrain, la catastrophe annoncée ne se produit pas. Aux termes de la loi de 1905, en effet, « la République assure la liberté de conscience [et] garantit le libre exercice des cultes ». La loi de 1904, interdisant l’enseignement congréganiste, n’est pas appliquée. Quant aux fermetures d’écoles dirigées par des congrégations non autorisées, elles concernent en 1902 douze établissements dans l’arrondissement de Lannion, mais une vingtaine d’écoles illicites sont encore ouvertes en 190634. Le préfet peut ainsi juger en 1903 que la région de Lannion « n’a pas été notablement impressionnée par les fermetures d’école illicites, ni par les mesures prises contre la caractéristique bretonne35 ». Quelques radicales qu’aient pu être les décisions législatives, c’est la modération qui préside à leur application, au point que le sous-préfet de Lannion, constatant la virulence de la résistance cléricale, déplore que dans certaines communes, « les mesures prononcées contre les congrégations n’ont eu jusqu’ici d’effet que contre les républicains36 ». Le caractère hyperbolique des prédictions catastrophistes des notables conservateurs apparaît au grand jour, et la population, qui était en train de remettre en cause les liens l’unissant à eux, est en mesure de constater leur décalage avec la réalité.

  • 37 Cité par Jean Pascal, in Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983.

27D’autant que la République radicale, dans ces années où elle commence à se manifester dans le quotidien, ce n’est pas, comme l’annonçait Émile de Forsanz, député de Morlaix trente ans plus tôt, un régime mettant au pouvoir « des brigands qui enfoncent les portes et tuent pour entrer dans les maisons37 ». Le 13 septembre 1903, Émile Combes vient en personne à Tréguier pour inaugurer une statue d’Ernest Renan au pied de la cathédrale. Au-delà du caractère éminemment politique du projet, initié par Gustave de Kerguézec, c’est la dimension festive de l’événement qui compte : banquet de 1 500 couverts, représentation théâtrale, feu d’artifice, fête nautique… Même si une pluie battante refroidit les ardeurs, la République à laquelle les Trégorrois donnent désormais un visage n’a plus rien de sectaire ou de révolutionnaire.

28Entre républicains et conservateurs du pays de Lannion, les événements de la querelle religieuse ont justement l’intérêt d’entériner une inversion des rôles qui était déjà en germe dans les années 1890.

  • 38 Supplément à L’indépendance bretonne, 10 septembre 1903.
  • 39 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 441.

29Trente ans plus tôt, les républicains, réclamant un grand changement, que les candidats monarchistes s’empressaient d’associer à des visées révolutionnaires, paraissaient menaçants pour un ordre social à la préservation duquel tout le monde avait intérêt, et se perdaient en de laborieuses justifications opposant le « drapeau blanc » au « drapeau tricolore ». Au-delà de l’émergence d’arguments de campagne à la faveur de la crise agricole des années 1890, la querelle religieuse des années 1901-1906 fait changer de camp à l’ésotérisme des idées et à l’aventurisme des politiques. Dénonçant l’érection de la statue de Renan, les conservateurs puisent un vocabulaire nouveau dans la terminologie nationaliste (« les Jacobins, les Juifs et les Dreyfusards […]38 »), oubliant qu’ils sont dans un pays où l’Affaire Dreyfus n’a rencontré aucun écho. De même, en se rendant aux cérémonies à la tête de bandes armées de bâtons, en couvrant les discours à l’aide de sifflets, ces traditionalistes, qui se veulent les héritiers du « parti de l’Ordre » contre « l’anarchie », sont apparus comme des fauteurs de trouble et des aventuriers, capables de comportements indignes de leur position sociale et peut-être même menaçants pour la paix sociale, désormais républicaine. À l’inverse de la droite, qui avait répondu massivement à la provocation que constituait le monument Renan, les républicains ne réagissent pas à la construction d’un « calvaire de protestation » (ou « de réparation »), dont l’inauguration, le 19 mai 1904, n’apparaît que comme une Saint-Yves un peu plus brillante qu’à l’habitude, alors qu’elle avait été conçue par ses organisateurs comme un moment de lutte politique. Aux élections municipales suivantes, la liste républicaine est élue dans sa totalité à Tréguier ; à Plougrescant, où le monarchiste Roquefeuil est révoqué pour avoir multiplié les vexations à l’encontre de l’école publique39, c’est Kerguézec, le député radical de Guingamp, qui est élu maire.

  • 40 Sous-préfet à président du Conseil, 20 novembre 1903, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 128.

30La droite, dès lors, ne pouvant plus compter ni sur les ressorts traditionnels de la domination de ses notables, ni sur le pouvoir mobilisateur des arguments de la défense religieuse, en est réduite à recourir à des manœuvres peu conformes aux principes qu’elle prétend défendre. En 1895, déjà, Louis Le Provost de Launay, chef de la droite dans le département, sentant son siège de conseiller général lui échapper, semait la confusion en passant in extremis du canton de La Roche à celui de Tréguier. En 1903, la campagne électorale de Raymond de Rosanbo, royaliste intransigeant, pour l’élection législative partielle de la première circonscription de Lannion, donne aux traditionnels actes de corruption, pots-de-vin et pressions diverses une dimension inédite (on a parlé de centaines de milliers de francs), impressionnant beaucoup plus le Trégor que la partialité de l’administration combiste et le clientélisme qu’elle a pu développer40. Le développement de ces manœuvres politiciennes tout comme l’ampleur gigantesque prise par la corruption témoignent de la fragilisation des positions de la droite et ne grandissent pas ses représentants. Le Provost de Launay est battu aux élections cantonales de 1901 et Rosanbo est chassé du Palais-Bourbon en 1910.

31Au terme de la querelle religieuse, le Trégor est durablement enraciné à gauche. La concomitance de cet événement, de l’émergence d’un nouveau rapport au politique de la majorité de l’électorat et de l’apparition de notabilités alternatives produit une synergie confirmant la vocation républicaine de la région.

32La droite est manifestement aux abois et ne se relève pas. Lors des législatives de 1910, le très conservateur Journal de Lannion en est réduit à soutenir, dans la deuxième circonscription de l’arrondissement, le socialiste Jahan, dans le but de fragiliser le radical Le Troadec ! En 1912, à Lannion, les conservateurs présentent aux élections municipales une liste comprenant neuf « républicains libéraux » et… quatorze membres de la liste républicaine. Loin de la dénonciation de « l’école sans Dieu » des années 1880 et de la radicalité des discours tenus seulement dix ans auparavant, ils réclament

  • 41 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 350.

« l’égale répartition des subventions municipales entre tous les enfants des écoles publiques et privées ; l’égalité dans la répartition des secours entre tous les nécessiteux ; l’égalité dans l’encouragement aux œuvres sociales, aux sociétés sportives ou autres41. »

33L’avenir appartient désormais aux nouveaux notables, tous républicains. Solidement installés, ceux qui entrent au Palais-Bourbon ou au conseil général à la faveur de la crise agricole ou de la querelle religieuse ne les quittent plus. Modérés, ils incarnent très bien l’aspiration du pays à l’ordre : en 1920, les radicaux Le Troadec et Kerguézec sont réélus sous l’étiquette du Bloc national.

34Événement-matrice orientant de façon durable les opinions, la querelle religieuse a également contribué à façonner l’économie générale des débats politiques trégorrois, faisant la synthèse entre la persistance d’une vie politique fortement personnalisée, l’appropriation de l’acte de vote par l’électeur et l’outrance parfois simpliste des débats tels qu’ils ont eu lieu durant ces quelques années. Choisissant entre des candidats présentant un programme relatif à des débats politiques nationaux, comme ceux générés par la crise agricole, par exemple, les électeurs trégorrois sont aussi très attachés à leurs élus en tant qu’ils sont capables de défendre les intérêts particuliers auprès de l’administration. La profession de foi de Paul Le Troadec, candidat aux élections législatives de 1898, en témoigne :

  • 42 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 126.

« M. Le Troadec, comme ami du gouvernement, a partout dans les administrations de puissantes relations qu’il utilise volontiers au profit de son pays et de ses concitoyens. […] Il est bien vu et bien écouté partout42. »

  • 43 Lettre au préfet, 2 février 1908, 3 M 190.
  • 44 Yann Forestier, Droite et vote de droite…, op. cit.

35Cette « politique d’arrondissement » est associée à des personnalités, dont le sous-préfet reconnaît souvent qu’elles seraient « difficiles à remplacer », si elles venaient à disparaître43. Précisément, la crise de la Séparation, par les tensions qu’elle a suscitées, a facilité l’émergence et la promotion de politiciens hauts en couleurs, se démarquant par la radicalité de leur discours (sans renier la modération de leurs idées). C’est le cas de Gustave de Kerguézec, dont les campagnes électorales voient les insultes et les slogans faciles submerger les idées. Démagogue, populiste, il trouve dans l’intransigeance de la période 1901-1906 l’occasion de prendre la tête du parti républicain local et de faire des émules44. Dans la région de Morlaix, l’atmosphère est la même : on s’injurie et on brocarde l’adversaire, et le débat de fond est bien souvent réduit à sa plus simple expression.

***

36Survenant au moment où un nouveau rapport au politique se met en place, provoquant à la surprise générale un basculement des votes de la droite la plus traditionaliste vers la gauche radicale, la crise de la Séparation accélère cette mutation vers la domination des républicains, en attendant le relais socialiste dans les années 1930. En même temps, la querelle religieuse favorise la mise en place des principaux caractères de la vie politique trégorroise.

37Les tensions produites à cette occasion agissent en fait comme le révélateur de déterminants plus ou moins latents de celle-ci : l’émancipation progressive des paysans vis-à-vis des notables traditionnels, l’émergence de notables alternatifs, l’anticléricalisme et la pratique très distanciée de la religion, l’impuissance du clergé à agir sur le peuple comme sur la noblesse, l’intransigeance du conservatisme de cette dernière, le caractère très utilitaire de l’attachement aux hiérarchies et aux structures sociales traditionnelles… On est en 1905 à un moment-charnière de l’histoire politique du Trégor, qui explique que cette région constitue un exemple particulièrement pertinent de l’action de la Séparation des Églises et de l’État comme événement-matrice.

Notes

1 Cf. notamment Yves Bruley, 1905, la Séparation de l’Église et de l’État : les textes fondateurs, Paris, Perrin, 2004 ; Maurice Larkin, L’Église et l’État en France : 1905, la crise de la Séparation, Toulouse, Privat, 2004 (traduction d’une thèse soutenue en 1958) ; Jean-Paul Scot, L’État chez lui, l’Église chez elle : comprendre la loi de 1905, Paris, Le Seuil, 2005.

2 En particulier Henri Pena-Ruiz, Qu’est-ce que la laïcité ?, Paris, Gallimard, 2003 ; Émile Poulat, Notre laïcité publique, Berg international, 2003 ; Jean Baubérot, Laïcité 1905-2005, entre passion et raison, Le Seuil, 2004 ; Jean Baubérot et Michel Wieviorka (dir.), De la Séparation de l’Église et de l’État à l’avenir de la laïcité, Paris, l’Aube, 2005 ; Yves-Charles Zarka, Faut-il réviser la loi de 1905 ? La Séparation entre religions et État en question, Paris, PUF, 2005.

3 À noter toutefois le livre de Christian Sorrel, La République contre les congrégations : histoire d’une passion française, 1899-1904, Paris, Cerf, 2003.

4 Sur la notion d’événement-matrice, cf. Emmanuel Le Roy-Ladurie, « Événement et longue durée dans l’histoire sociale : l’exemple chouan », in Le Territoire de l’historien, Paris, Gallimard, 1973, p. 169-186.

5 André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, Armand Colin, 1913, p. 213.

6 Eugen Weber, La fin des terroirs, Stanford University Press, 1976, trad. Fayard, 1983, p. 19.

7 Patrick Pierre, Les Bretons et la République. La construction de l’identité bretonne sous la troisième République, Rennes, PUR, 2001.

8 Statistique agricole de 1892, citée par Bernard Trégon, in Aspects du monde agricole du département des Côtes-du-Nord, 1880-1900, mémoire de maîtrise d’histoire, 1975, p. 26.

9 Élise Cillard, Le développement du tourisme sur la Côte de Granit rose, 1919-1960, mémoire de maîtrise d’histoire, Rennes 2, 1997, p. 21.

10 Alain Garrigou, Le vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, Paris, FNSP, 1992.

11 Yann Forestier, Droite et vote de droite dans l’arrondissement de Lannion, 1871-1914, mémoire de maîtrise d’histoire, Brest, Université de Bretagne Occidentale, 1994.

12 Profession de foi du docteur Le Rolland, candidat républicain aux élections cantonales de 1901 (canton de La Roche-Derrien), Archives départementales des Côtes-d’Armor, 3 M 190.

13 Yann Forestier, « La “fin des notables” dans le Trégor ? », Kreiz 10, Études sur la Bretagne et les pays celtiques, 1999, p. 123-143.

14 Alain Garrigou, op. cit.

15 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 190.

16 Le rôle du débat agricole dans le processus de problématisation du politique a été étudié dans les Deux-Sèvres par François Miquet-Marty, Des noblesses aux capacités, les mutations notabiliaires. Cas des Deux-Sèvres, 1815-1880, mémoire de DEA de sociologie, Paris, EHESS, 1992.

17 Alain Garrigou, op. cit.

18 Yann Forestier, « 1830-1889 : les notables du Trégor finistérien, de l’apolitisme au militantisme », Kreiz 14, Études sur la Bretagne et les Pays Celtiques, 2000, p. 343-366.

19 Georges Minois, La Bretagne des prêtres en Trégor d’Ancien Régime, Brasparts, Beltan, 1987.

20 Jean-Clément Martin, La Vendée et la France, Paris, Le Seuil, 1987.

21 Jean-Louis Le Floc’h, « Réfractaires et jureurs dans le Trégor finistérien : une douloureuse réunion », in La Révolution dans le Trégor, Saint-Brieuc, Trégor 89, 1988, p. 395.

22 Emmanuel Le Roy-Ladurie, op. cit.

23 Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 68.

24 Mona Ozouf, « Quelques remarques sur l’acte de vote dans une commune bretonne », in L’Acte de vote en question : expériences françaises et étrangères de la pratique électorale, Paris, Centre Malher, 1992, p. 4.

25 Michel Lagrée, op. cit.

26 Georges Minois, op. cit. et Michel Lagrée, op. cit., p. 298.

27 Sous-préfet à préfet, 1er mai 1831, Arch. dép. du Finistère, 1 M 326.

28 Le Provost De Launay, cité par Le Gaulois, 19 avril 1896, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 M 386.

29 Sous-préfet à préfet, 30 juillet 1902, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V3974.

30 Sous-préfet à préfet, 21 juillet 1902, ibid.

31 Sous-préfet à préfet, 12 juillet 1902, ibid.

32 Sous-préfet à préfet, 19 juillet 1902, ibid.

33 Profession de foi, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 177.

34 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V3974.

35 Préfet à Intérieur, 9 décembre 1903, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 128.

36 Sous-préfet à préfet, 9 décembre 1903, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 3973.

37 Cité par Jean Pascal, in Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983.

38 Supplément à L’indépendance bretonne, 10 septembre 1903.

39 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 441.

40 Sous-préfet à président du Conseil, 20 novembre 1903, Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 128.

41 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 350.

42 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 M 126.

43 Lettre au préfet, 2 février 1908, 3 M 190.

44 Yann Forestier, Droite et vote de droite…, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540