Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

Le combisme en Bretagne vu par Charles Le Goffic dans son roman Madame Ruguellou

Jean André Le Gall

Texte intégral

  • 1 Charles Le Goffic, Madame Ruguellou, Paris, Plon, 1927, p. 5.

1La fondation de l’Union Régionaliste Bretonne (URB) à Morlaix en août 1898 avait pu faire croire les Bretons capables de se rassembler pour la défense d’un idéal commun hors de toutes préoccupations politiques, philosophiques ou religieuses : « sous les apparences d’une simple contestation d’ordre juridique entre partisans de la révision du procès de l’ex-capitaine Dreyfus et partisans du respect de la chose jugée venait de renaître brusquement l’éternel conflit entre les deux grandes interprétations de l’univers. La République n’avait jamais nourri de tendresse bien vive pour l’Église catholique, et le fameux article 7 de Jules Ferry, quoique séparé par plusieurs années de la première loi Waldeck (Rousseau) sur le régime des congrégations fut le préambule de cette loi1. »

  • 2 Ibid.
  • 3 Ibid.

2C’est pourquoi Charles Le Goffic considère l’élection du président Loubet (le 18 février 1899) comme le début de « l’ère démagogique du régime2 » : « jusque-là, même au plus fort de l’accès (sic) dreyfusien, la solidité des anciens cadres officiels et la présence à l’Élysée d’un républicain de tendances conservatrices (Félix Faure) voire quelque peu autocratiques avaient maintenu un semblant d’équilibre entre les factions qui se disputaient le pouvoir. Mais déjà il n’était pas malaisé de distinguer la faction qui l’emporterait, le jour prochain où cet équilibre serait rompu3. »

  • 4 Ibid., p. 82.
  • 5 Ibid. p. 5.

3Le raz de marée du roman prend alors valeur de symbole : la rupture d’une digue mal entretenue pour cause d’incurie municipale détruit une partie de la flottille de pêche : « les hommes, trop ivres pour se concerter » en sont réduits à assister « d’un œil hébété à l’engloutissement de leur gagne-pain4. ». La rupture politique opposa « d’un côté les anciennes forces conservatrices et réalistes du pays, l’Église, l’armée, les hommes d’ordre ; de l’autre, l’immense cohue des démolisseurs, postérité de l’Encyclopédie et de Rousseau […] ou simples bourgeois voltairiens, protestants, juifs, libres-penseurs, métèques, […] fédérés par la commune horreur du catholicisme et conduits par un état-major de doctrinaires, comme Waldeck, d’anciens séminaristes, comme Émile Combes, de jacobins, comme Clemenceau, de rêveurs magnifiques comme Jaurès5 ». Or la majorité de l’URB, dont faisait partie Charles Le Goffic, était catholique, monarchiste et antidreyfusarde. Armand Dayot, originaire de Paimpol, fut un des premiers à dénoncer le risque d’une dérive politique. Dès fin 1898, il fonda, à Paris, les « Bleus de Bretagne », association républicaine, littéraire et artistique. Confortés par la politique d’Émile Combes, les Bleus créèrent une revue, La Bretagne Nouvelle, qui prit pour cible les « chouans », ces Bretons passéistes, routiniers, « abêtis par les prêtres et l’alcool. » Cette initiative parisienne ne rencontra que peu d’écho en Bretagne où l’essentiel des forces était à droite. Des actions spectaculaires furent donc décidées pour occuper le terrain : statue de Hoche à Quiberon (manifestation antimonarchique), statue de Renan à Tréguier (manifestation anticatholique), monument Luzel à Plouaret (synthèse des deux précédentes).

4Les cérémonies de Tréguier, présidées par Émile Combes (les 12, 13 et 14 septembre 1903) donnèrent lieu à des affrontements entre « chouans » et Bleus. Quelques mois plus tard, le 19 mai 1904, les catholiques locaux organisèrent, en guise de réparation, une bénédiction solennelle du calvaire de Tréguier. La police et les troupes reparurent face à des Léonards et des Trégorois qui les attendaient le pen baz à la main. Et l’émeute, à nouveau gronda… Le maire de Tréguier, monsieur de Kerguézec, fit alors planter d’arbres le petit square autour du « calvaire du pardon », pour en masquer la vue au public.

  • 6 Charles Le Goffic, L’Ame bretonne, deuxième série, Paris, Champion, réédition de 1912, p. 84.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.

5Dans un article de cette époque intitulé « Les deux Tréguier », Charles Le Goffic oppose l’ancien Tréguier de Renan « vaste monastère où nul bruit du dehors ne pénétrait, où l’on appelait vanité ce que les autres hommes poursuivent et où ce que les laïcs appellent chimère passait pour la seule réalité6 » au nouveau Tréguier de monsieur de Boisville, alias monsieur de Kerguézec : « la ville n’aura bientôt plus que des laïcs dans ses murs : on vient d’expulser les Ursulines ; on en expulsera demain quelque autre congrégation7 », avant de conclure : « Tréguier se sécularise : mais Tréguier en carmagnole, est-ce encore Tréguier8 ? »

6C’est cette situation de crise qui inspira à Charles Le Goffic un roman, La Pieuvre, que, prudent, il renonça à publier, jugeant sans doute le sujet trop polémique, donc trop risqué pour l’époque.

  • 9 Charles Le Goffic, L’Ame bretonne, troisième série, Paris, Champion, réédition de 1910, p. 64.
  • 10 Ibid., p. 69.
  • 11 Ibid., p. 64.

7Un récit, « Deux républicains », publié dans L’Ame Bretonne fut sans doute extrait de ce projet. L’action est située en 1878, à Plouriec, dans la Cornouaille finistérienne. Elle met en scène Yves-Marie Guyomar, un maire comme monsieur Ruguellou qui « passait pour n’avoir pas la conscience bien nette9. ». Veuf, sans enfant, il vit avec sa nièce, Anaïs, « infirme qui tenait sa maison et mangeait avec les domestiques10 », première esquisse du personnage de Suzic de Madame Ruguellou. Opposé au député de droite monsieur d’Aurelles, il est lui-même victime des malversations de son secrétaire de mairie, pratiques qui, précise l’auteur, « sont aujourd’hui si courantes mais que l’état des mœurs n’autorisait pas encore11. » Révoqué, discrédité, le maire décline tant moralement que physiquement (tuberculose). Attaqué par le docteur Larose, il ne trouve qu’un seul défenseur, Pierre Garmès, conseiller municipal de Quimperlé (promu secrétaire général de sous-préfecture dans Madame Ruguellou). Celui-ci intervient pour tenter de réconcilier Larose et Guyomar. Il sera devancé par monsieur d’Aurelles qui accepte de prendre la défense du maire contre l’assurance de sa neutralité politique. Pierre Garmès finira par convaincre Guyomar de se réconcilier avec le docteur dont il assurera même, avant de mourir, la victoire sur les forces de la réaction.

  • 12 Madame Ruguellou, op. cit., p. 7
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 285.

8Avec l’arrivée au pouvoir du cartel des gauches, en 1924, Charles Le Goffic put se croire revenu aux années sombres du combisme qu’il n’hésite pas à dépeindre comme un retour à la pire époque révolutionnaire : la Terreur. On a frôlé une seconde terreur : on a eu une « terreur sèche12 ». Il parle alors d’une croisade à rebours contre les « puissances du passé13 », c’est-à-dire contre Dieu. La laïcité est devenue synonyme d’ignorance, elle travaille « délibérément à faire de la France une nation d’athées14 ». Le parti laïc ne parle-t-il pas d’une lutte contre ce qu’il appelle « la réaction nationaliste et cléricale hypocritement déguisée sous le nom d’Action libérale15 »

9À soixante ans, mûri par l’expérience, Charles Le Goffic s’est affranchi de cette prudence qui l’avait fait renoncer vingt ans plus tôt. Il reprend donc son ancien projet, bien décidé à ne pas plus ménager les susceptibilités de ses adversaires de gauche que celles de ses alliés de droite : « Je crois, confie-t-il à son collaborateur Auguste Dupouy, que Madame Ruguellou n’aura pas bonne presse et même probablement qu’elle n’en aura pas du tout. Elle ne peut satisfaire aucun des camps politiques. »

  • 16 Lettre à Auguste Dupouy (correspondance privée).
  • 17 Madame Ruguellou, op. cit., p. 8.

101927 : le gouvernement d’union locale mis en place lui paraît le moment propice pour publier ce roman, « le plus sévère réquisitoire qui eût été dressé jusqu’ici contre la politique gouvernementale suivie depuis 1899, date […] qui inaugura l’ère démagogique du régime16 ». Ce régime s’exprima « avec des modalités différentes, selon qu’on le prend au centre ou dans la périphérie : des régions à fort esprit traditionnel comme la Bretagne, ne purent, par exemple, être entraînées dans le mouvement qu’à la faveur d’une organisation qui n’était pas sans rapport avec celle du Moyen Âge et qui faisait des maires de villages, sous le contrôle du « délégué », des sortes de petits barons féodaux à peu près indépendants du pouvoir central : l’État républicain ne posait d’autre condition à cette indépendance qu’une adhésion nette et sans réserve à son programme de laïcisation intégrale17. »

  • 18 Ibid., p. 62.

11C’est ainsi que les fonctionnaires en place avaient compris tout le parti qu’ils pouvaient tirer de l’ambitieuse et cupide madame Ruguellou, savoyarde devenue bretonne par son mariage, et qui avait su profiter des faiblesses de son époux pour s’installer solidement aux commandes de la commune comme à celles de son ménage : « le receveur buraliste […] était un cousin du maire ; le facteur chef son frère de lait ; le garde-champêtre un de ses neveux ; le brigadier des douanes du poste le plus proche son filleul.18 »

12Dès lors, tout leur était permis pour arriver à leurs fins : fraude électorale, corruption, faux en écriture, calomnies, étouffements de scandales grâce à la partialité des tribunaux, sans oublier l’enrichissement personnel par les pires moyens (trafics, contrebande, crimes). Ce n’est pas par hasard que Charles Le Goffic a fait des Ruguellou des marchands de vins en gros. La lutte contre l’alcoolisme fut l’un de ses combats les plus importants.

  • 19 Ibid., p. 142.
  • 20 Ibid., p. 201.

13Dans ce roman de crise politique et sociale, Charles Le Goffic a nettement choisi son camp et ses adversaires. Certains confinent à la caricature comme madame Ruguellou, le sous-préfet Gratiani, originaire de Corse, Valbreuse, « épave du journalisme parisien », condottiere de la plume, au service « des rancunes électorales de député local radical-socialiste19 ». On notera qu’il s’agit de personnages tous étrangers à la Bretagne. Sans doute faut-il y voir plus qu’une coïncidence… Il n’en faudrait pas pour autant conclure que l’auteur nous offre une vision manichéenne de la société : les conservateurs, comme monsieur Romagnac, ne sont pas exempts de reproches, puisqu’il n’hésite pas à soutenir son adversaire, monsieur Ruguellou, sous prétexte qu’entre deux maux politiques, il faut choisir le pire. Monsieur Kerfaouet « ancien maire conservateur, avait passé insensiblement du blanc le plus pur à l’écarlate le plus foncé20. »

14Ce roman permet aussi à son auteur, membre fondateur du premier syndicat d’initiatives (Perros-Guirec), ardent défenseur du patrimoine local, de stigmatiser les exploiteurs touristiques de la Bretagne, comme cette Marcelle Jousset (la belle Outero du roman), comédienne parisienne qui défraya la chronique trégoroise. En 1900, elle apparut sur la côte de Perros où elle se rendit acquéreur d’abord de la villa Silencio, qui deviendra la propriété du peintre Maurice Denis, après qu’elle l’eut vendue pour acheter, à l’ouest de Trestignel, la villa Frou- frou ( !), puis de la villa de Henbron où elle voulut installer un casino. Moins douée sans doute pour les affaires que pour le théâtre, elle devait rapidement faire faillite.

  • 21 Ibid., p. 32.
  • 22 L’Ame bretonne, deuxième série, op. cit., p. 6.

15Face à de telles entreprises qu’il condamne, Charles Le Goffic se plaît à souligner les efforts louables entrepris par des vrais humanistes tel Alain Domaguet qui, sensible aux périls encourus par les marins propose de créer sur la côte « un poste de secours dans chaque hameau de pêcheurs avec une ligne Brunel, des ceintures de sauvetage et des ballons d’oxygène21. » Charles Le Goffic, à cette époque, contribue activement à l’initiative privée de monsieur de Thézac pour multiplier dans nos ports les Abris du marin. Il s’agissait d’offrir « un toit autre que celui du cabaretier qui est pour eux (les marins) un requin à terre22. »

16Dans cette chronique d’une petite ville bretonne au début du xxe siècle, l’auteur démonte, avec un réel talent, les ressorts de la politique mise en place par le régime et pratiquée par le couple Ruguellou. À travers celui-ci, c’est tout le combisme qui est mis en accusation, moins pour ce qu’il est que pour ses méthodes déplorables. Mais s’il s’attaque au régime et à ses représentants, il n’en critique pas moins les membres de l’opposition, complices malgré eux du système mis en place. Au fond les Ruguellou auraient été des escrocs sous n’importe quel régime, celui de Combes a tout au plus facilité voire favorisé leur entreprise. Et c’est principalement parce qu’il a permis de tels comportements qu’il semble à Charles Le Goffic condamnable.

Notes

1 Charles Le Goffic, Madame Ruguellou, Paris, Plon, 1927, p. 5.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Ibid., p. 82.

5 Ibid. p. 5.

6 Charles Le Goffic, L’Ame bretonne, deuxième série, Paris, Champion, réédition de 1912, p. 84.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Charles Le Goffic, L’Ame bretonne, troisième série, Paris, Champion, réédition de 1910, p. 64.

10 Ibid., p. 69.

11 Ibid., p. 64.

12 Madame Ruguellou, op. cit., p. 7

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Ibid., p. 285.

16 Lettre à Auguste Dupouy (correspondance privée).

17 Madame Ruguellou, op. cit., p. 8.

18 Ibid., p. 62.

19 Ibid., p. 142.

20 Ibid., p. 201.

21 Ibid., p. 32.

22 L’Ame bretonne, deuxième série, op. cit., p. 6.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540