Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

La guerre des écoles et les expulsions de Quimperlé vues par Jeanne Nabert (1883-1969)

Joëlle Edon-Le Goff

Texte intégral

1Jeanne Nabert mérite droit de cité dans l’univers des lettres depuis la publication en 1932 de son premier roman Le Cavalier de la mer porté par la gloire d’un prix littéraire, unie au scandale d’un procès en diffamation. La fille du docteur Neis de Pont-Croix a des penchants pour l’écriture poétique mais ne résiste pas à chatouiller la satire qui depuis des lustres trouve dans la politique un domaine de prédilection jamais démenti.

2Jeanne Nabert a vécu sa jeunesse à Pont-Croix où elle naît en 1883 et à Quimperlé où elle a été l’élève des Ursulines de 1895 à 1901, à l’époque où l’institution était dirigée par sa propre tante. L’empreinte autobiographique marque fortement les œuvres de la romancière.

  • 1 Alors que les cantons côtiers de la Cornouaille maritime votent massivement pour les républicains, (...)

3Les noms romanesques de Bourg-le-Cap dans Le Cavalier de la mer et de Saint-Avit dans Les Termagies, un second roman paru en 1936, masquent à peine la petite ville vieillissante de Pont-Croix où la peinture de la vie sociale est indissociable de celle de la politique telle qu’elle se vivait dans les petites villes bretonnes sous la Troisième République. À l’époque, le clivage politique entre les Blancs et les Rouges est vif à Pont-Croix car l’écart entre les deux blocs politiques est serré1. Comme dans tout le pays breton, les antagonismes épousent la querelle des écoles.

  • 2 La Cavalier de la mer, in Le Cavalier de la mer et autres romans, Spézet, Coop Breizh, 2002, p. 87

4La mairesse de Bourg-le-Cap, à l’image de Mme Ruguellou dans le roman de Charles Le Goffic, bénéficie par procuration du pouvoir du maire son mari et, en vrai tyran en jupons, fait la loi dans la ville. Le député Touchard, le propriétaire d’une usine d’agro-alimentaire à Saint-Avit, a alcoolisé les électeurs pour « entrer au Parlement autrement qu’au buffet sous l’espèce de ses conserves ».Tous deux sont des Bleus qu’on appelait aussi des Rouges. Fidèle à la politique de Jules Ferry, la mairesse a « fait bâtir à Bourg-le-Cap la première école laïque, l’école du diable, comme on disait, à cause de laquelle la moitié de la population fut sur le point d’exterminer l’autre et les enfants de se tuer à coups de pierre2 ». Lors des élections municipales de 1888, à sa liste s’oppose celle de l’abbé Le Fur qui met beaucoup de politique dans ses sermons et promet le paradis et l’enfer dans ses discours électoraux. Rien ne sépare les adversaires politiques dans la manière de mener campagne : calomnies, pots-de-vin et autres délicatesses.

5Mais dans Le Cavalier de la mer, une chronique qui multiplie les figures pittoresques, le fameux clivage qui occasionna la guerre des écoles reste en arrière-plan au profit de la critique de l’opportunisme. La politique menée par la mairesse qui excelle à cumuler les bénéfices de la religion et ceux de la République en comptant les voix de son parti sur son chapelet ne s’embarrasse pas de cohérence idéologique.

6Dans Les Termagies, le drapeau rouge du député Touchard déteint également sans scrupule sous l’atmosphère du Parlement, mais importe davantage le rôle majeur que les enseignants jouent dans le paysage politique breton du début du xxe siècle, alors que les mesures combistes font de l’école le champ clos des affrontements.

7Dans la première moitié du siècle, de Jean Coste ou l’Instituteur de village le roman d’André Lavergne (1901) au Sagouin de François Mauriac (1951), la figure littéraire de l’instituteur laïque correspond à son statut dans la société française, à une époque où son influence concurrençait celle du curé et du maire du village. S’il existe quelques auteurs qui font le procès de l’école et de l’enseignement, plus nombreux sont les romanciers qui confrontent l’instituteur à la fois aux représentants de l’Eglise et à ceux du pouvoir politique ; et le personnage de l’instituteur « rouge » devient un stéréotype littéraire.

  • 3 L’allégorie prend les traits d’une grande femme en noir au physique de répugnant batracien, qui se (...)
  • 4 Les libres-penseurs qui se définissent par le refus du baptême, le mariage et l’enterrement civils (...)
  • 5 Les Termagies, op. cit., p. 436.

8Élisabeth Hélias, l’héroïne des Termagies, est l’objet de toutes les surveillances suspicieuses à Saint-Avit où l’avis de La Réprobation générale3 est sanctifié. D’abord elle est la nièce de la directrice de l’école primaire laïque. Puis elle se met carrément au ban de la société de Saint-Avit, le jour où elle épouse le maître d’école Jules Pensec, syndicaliste et libre-penseur4. Leur mariage civil est ressenti comme une provocation impardonnable : « C’était plus qu’un concubinage : un insupportable défi à la religion5 » qui expose le couple d’instituteurs à « une grêle de cailloux en cadeau de noces » et à un charivari qui fait chorus au « cri d’indignation de la Réprobation générale ». Plus tard, l’enterrement civil de leur petit garçon donnera lieu à un affrontement de même nature avec les gens de leur village.

9L’instituteur Pensec est d’abord l’ennemi des curés, le « chantre des idées avancées », si bien qu’on l’appelle le Communiste, quand ce n’est pas l’Antéchrist.

  • 6 On nommait ainsi les Frères de la Doctrine Chrétienne parce qu’ils laissaient flotter sur leurs ép (...)
  • 7 C’est en 1906 que naît le journal anticlérical La Calotte. L’histoire racontée dans Les Termagies (...)
  • 8 Les Termagies, op. cit., p. 295.

Il avait été l’un des premiers instituteurs nommés dans le pays après l’expulsion des frères Quatre-Bras6. Chassé à coups de pierres à travers la lande, assiégé dans son école par une population furieuse, il gardait de ces persécutions la haine farouche de la « calotte », comme on disait alors7, et une foi de charbonnier en la libre pensée qui devait remplacer dans les campagnes les absurdes superstitions entretenues par les recteurs8.

  • 9 Ibid., p. 283.

10Mais la caricature que Jeanne Nabert dessine de Pensec qui rêve du Grand Soir rejoint l’image particulièrement négative que bon nombre de romanciers régionalistes bretons offrent de la gauche de l’époque. Si Charles Le Goffic s’en prend aux républicains, Auguste Dupouy dans La Paix des champs (1925) et François Ménez dans Le Pays perdu (1931) vilipendent les communistes qu’ils montrent tantôt opportunistes, tantôt haineux. De même dans Les Termagies, l’instituteur Pensec qui prénomme son fils Marx, à cause du grand Karl, est une espèce de saint dévoyé de la religion marxiste, un missionnaire zélé qui « ne parle que par sentences et laisse les gens pleins de méfiance comme s’il avait dissimulé dans ses poches quelque bombe à retardement9 »

  • 10 Dans le roman d’André Lavergne, le maire radical incite aussi vivement l’instituteur Jean Coste à (...)

11Face à l’intransigeance dogmatique de Pensec, sa collègue, Mme Hélias, une ancienne pensionnaire des Ursulines devenue institutrice à l’école laïque, attire les sympathies du lecteur. Elle a épousé l’un des meilleurs agents électoraux des Rouges 10 mais elle demeure croyante et pratiquante. L’esprit de tolérance qui anime la directrice de l’école, son refus de prendre parti dans les conflits politiques lui attire les reproches de tous les bords. Elle est « sans défense contre les attaques des Rouges et des Blancs à la fois ».

  • 11 Les Termagies, op. cit., p. 271.

Si pour les uns elle gardait un relent d’eau bénite parce qu’elle allait à la messe, elle était cependant pour les autres, la directrice de l’école du diable qui avait chassé les sœurs du Saint-Esprit11.
Ainsi elle n’avait plus la considération d’aucun parti. On l’accusait de ménager la chèvre et le chou.

  • 12 Maurice Le Lannou rapporte comment les instituteurs dans le département des Côtes-du-Nord avant 19 (...)
  • 13 Marcel Launay, « Histoire religieuse de la Bretagne à l’époque contemporaine xixe/xxe siècles » (...)
  • 14 Les Davidées du Finistère sont traitées de « brebis galeuses qu’il convient de mettre en quarantai (...)

12On sait que les chrétiens et les chrétiennes minoritaires de l’enseignement public étaient suspects à la fois pour l’Église catholique, pour leurs collègues et pour l’administration tatillonne12. Il faudra attendre 1916 pour que naissent des bulletins à leur intention « afin de créer un lien d’amitié, une aide mutuelle de foi et de prières13 » et que les institutrices disposent de leur propre publication, Aux Davidées, dont le nom se calque sur celui de Davidée Birot l’héroïne du roman que René Bazin publie en 1912, une institutrice qui se dégage peu à peu de sa formation rationaliste et retrouve la foi. Mais au début du siècle comme entre les deux guerres, le sectarisme jette le discrédit sur toute tentative de compromission14. Madame Hélias en fait les frais :

  • 15 Les Termagies, op. cit., p. 287.

Le conseil municipal lui avait adressé un blâme pour avoir laissé chanter dans les rondes enfantines le séditieux refrain :
Vive le roi, la reine,
Vive la royauté !…
tandis que le curé s’indignait au prône d’avoir entendu, dans la cour de l’école laïque, un affreux chant révolutionnaire qui avait tout l’air de la Marseillaise15.

  • 16 L’expression est de Béatrice Compagnon et Anne Thévenin, Histoire des instituteurs et des professe (...)
  • 17 En mettant les instituteurs sous la dépendance du curé, en supprimant toute amovibilité, la loi Fa (...)
  • 18 Les Termagies, op. cit., p. 297.
  • 19 La loi du 14 juin 1854 donne au préfet l’autorité suprême sur l’enseignement. Il nomme les institu (...)
  • 20 Les Termagies, op. cit., p. 420.

13L’hostilité dont sont victimes les enseignants dans Les Termagies révèle combien ils sont encore à l’époque sous la tutelle de « politicaillons de village16 ». La suppression de la loi Falloux 17 ne les délivre pas du favoritisme politique et de l’arbitraire administratif. Pour avoir déplu aux instances au pouvoir, Mme Hélias devra quitter la direction de son école. Au début du roman qui correspond à l’époque où la République laïque a besoin du soutien et de la coopération dévouée des instituteurs pour asseoir ses principes, Pensec n’a « qu’un mot à dire à la préfecture18 » afin d’obtenir satisfaction. Mais pour le punir d’un activisme hostile aux mesures gouvernementales, les autorités mutent l’instituteur à Plouescant, un village perdu sur la côte sauvage. C’est bel et bien une révocation déguisée, « une espèce de déportation19 ». « On pensait que les pêcheurs et les paysans y seraient aussi invulnérables aux doctrines du marxisme que les galets aux flots rongeurs20. »

14Ainsi Jeanne Nabert combat les sectarismes, réprouve la guerre des écoles, condamne l’arbitraire des réseaux d’influence et choisit le parti de la tolérance contre les querelles idéologiques. Pourtant l’auteur s’en prend aussi aux mesures coercitives du début du xxe siècle.

  • 21 En 1879 la création d’une école laïque des filles met fin au monopole jusqu’alors détenu par les U (...)
  • 22 Les Termagies, op. cit., p. 420.
  • 23 Ibid., p. 326.
  • 24 Ibid., p. 328.

15Dans Les Termagies, Jeanne Nabert place l’Ecole normale des filles, située en réalité à Quimper depuis 1884, dans une ville anonyme mais dont on devine qu’il s’agit de Quimperlé. La question scolaire y focalise toutes les attentions depuis la fin du xixe siècle, ne serait-ce que parce que la petite ville abrite l’unique École supérieure des filles du Finistère, qui concurrence alors les Ursulines installées depuis 165221. L’Ecole normale du roman a pris place dans les locaux de leur couvent. L’aménagement entrepris par « l’invisible et froide déesse de la laïcité » semble « une insulte aux ombres endormies, auxquelles suffisaient, jadis, pour la purification de leur corps les eaux du baptême et de la pénitence22 ». Mais le « froid positivisme » sur lequel repose le programme des études résiste mal à l’élan des pierres grises ; les cartes de géographie et les affiches de chemin de fer ne parviennent pas à profaner les arceaux de granit rose du long cloître23. Dans le vieux monastère lui-même construit sur les vestiges superposés de plus anciennes religions, « le sortilège mystique et la libre-pensée ne parviennent pas à se détruire24 ».

16Cependant le saccage est complet, lorsque la narratrice d’une nouvelle ultérieure, Mère de l’Incarnation, s’en retourne sur les mêmes lieux laïcisés dont elle déplore la profanation irréversible. Ancienne élève du vieux couvent transformé cette fois-ci en une école primaire supérieure qui a chassé de leurs niches les vieux saints de pierre, elle retrouve la vieille tourière, Marie Le Naour, qui lui raconte l’histoire d’une religieuse atteinte d’une étrange folie puis « l’exode pitoyable des pauvres nonnes qu’un régiment de cavalerie était venu expulser ». L’épisode s’inspire des circonstances de l’expulsion des Ursulines de Quimperlé, dont témoigne un article non signé de L’Union Agricole et Maritime, l’hebdomadaire républicain démocratique et régionaliste qui fut imprimé à Quimperlé de 1884 à 1942.

  • 25 Annales de la ville de Quimperlé, p. 308.

17La loi promulguée le 9 décembre 1905 n’est notifiée aux Ursulines que le 14 juillet 1906 avec effet au 1er septembre. Passant outre l’interdiction, les sœurs ouvrent leur pensionnat et leur externat en octobre. Le mercredi 3 avril 1907 au matin, une centaine de gendarmes tant à cheval qu’à pied se présentent à l’entrée du couvent. Ils sont accompagnés du sous-préfet, du procureur de la République, du commissaire de police et du liquidateur M. Combe « homonyme du pourfendeur de l’instruction catholique25 ».

18Les soixante-neuf religieuses, la supérieure sœur Dosithée et l’aumônier Fortin se sont réfugiés dans la chapelle qu’entoure « une foule de parents d’élèves estimés à une bonne centaine de personnes […] La supérieure répond au sous-préfet qu’elle ne délogera pas du couvent où elle est chez elle, qu’elle ne cédera qu’à la force et qu’elle ne partira que la dernière, mais qu’elle pardonne au nom de la religion à ces agresseurs ! »

19Le sous-préfet fait donner la force armée. Les portes derrière lesquelles les récalcitrantes se sont barricadées sont si nombreuses et si solides qu’il faut recourir à trois serruriers munis de haches et de barres de fer pour réussir à les débusquer. Bravant la loi de ceux qu’elles considèrent comme des mécréants, les Ursulines apparaissent comme des insoumises, des rebelles.

20Dans Mère de l’Incarnation, la version que donne Marie Naour est d’un ton différent. Il ne s’agit plus de montrer la Mère supérieure plaidant avec obstination sa cause devant les autorités, mais de dénoncer l’outrage dont des religieuses bien inoffensives sont les victimes. Le texte de Jeanne Nabert se veut pathétique et, quitte à avoir recours à l’exagération, appelle le lecteur à condamner la répression infligée.

  • 26 C’est inexact, il a duré 3 heures : le mercredi 3 avril, les forces de l’ordre en provenance de Qu (...)
  • 27 Mère de l’Incarnation, tapuscrit inédit, p. 18.

Le siège avait duré deux jours 26 pendant lesquels on s’était battu sous les murs du couvent où les dames pieuses du pays priaient enfermées avec la communauté. Lorsqu’un serrurier étranger à la région eut enfin fait sauter les verrous, les religieuses, prieure en tête, la traîne déployée comme aux jours d’apparat, sortirent par le grand portail, couvertes jusqu’aux pieds de leur voile noir. Tout le monde pleurait autour d’elles, même ceux qui les mettaient dehors. Les plus jeunes donnaient le bras à celles que la vieillesse ou la maladie empêchaient d’aller seules. Il pleuvait à torrents depuis la veille. Aucune n’avait de parapluie. Leur en eût-on donné que la plupart d’entre elles n’auraient plus su s’en servir. Elles descendirent ainsi lentement la colline entre deux haies de curieux jusqu’à l’église de la ville où elles attendirent que des âmes charitables vinssent leur offrir l’hospitalité jusqu’au jour du départ27.

21Selon l’article de L’Union Agricole et Maritime, loin de se traîner comme des condamnées, les religieuses sont autorisées à accompagner « processionnellement le Saint-Sacrement jusqu’à l’église Notre-Dame de l’Assomption », située à une centaine de mètres de leur couvent. Et « c’est sous le regard bienveillant et solidaire d’une population qui leur fait une haie d’honneur et que retiennent difficilement les gendarmes, qu’elles défilent jusqu’à l’église où les accueille une foule de fidèles ».

22Les sœurs chassées de leur couvent sont recueillies par différentes familles pendant quelques semaines. Elles doivent ensuite s’embarquer pour l’Angleterre et trouvent refuge au couvent de Beaconfield, près de Plymouth. Leur intention est de reconstituer leur pensionnat où nombre de leurs élèves pensent les suivre. Dans la nouvelle, l’ancienne tourière du couvent déplore cet exil et souligne combien les conditions du voyage furent un supplice pour celles qui s’étaient retirées du monde depuis longtemps.

Pensez-donc ! Quelques-unes des plus vieilles n’avaient jamais vu le train ! Monter là-dedans était pour elles pire que la mort ! Malgré leur résistance, il fallut les hisser comme un troupeau dans les wagons. Elles faillirent devenir folles. Il y a comme cela des oiseaux en cage qui, mis en liberté, se laissent mourir !

***

23Le regard que porte Jeanne Nabert sur ceux qui utilisent la religion à des fins politiques se révèle toujours sévère d’un écrit à l’autre. L’auteur assimile de manière récurrente la politique à une fabrique de mensonges, à une lanterne magique dangereuse aux mains des illusionnistes de toutes tendances, à gauche comme à droite. C’est parce qu’elle s’insurge contre tout pouvoir qui use et abuse de sa force que Jeanne Nabert se range au côté des religieuses dont elle a été l’élève respectueuse. Aujourd’hui à Quimperlé, l’ancien couvent des Ursulines abrite le collège Jules-Ferry ; mais à Pont-Croix, on a refusé, il y a quelques années, de donner à l’école communale le nom de Jeanne Nabert, la célébrité littéraire locale, parce que, petite fille, elle avait appris à lire et à écrire chez les « sœurs blanches » de la ville.

Notes

1 Alors que les cantons côtiers de la Cornouaille maritime votent massivement pour les républicains, les cantons plus en retrait du littoral sont moins enthousiastes : à Pont-Croix les républicains n’ont que six points d’avance sur les conservateurs.

2 La Cavalier de la mer, in Le Cavalier de la mer et autres romans, Spézet, Coop Breizh, 2002, p. 87.

3 L’allégorie prend les traits d’une grande femme en noir au physique de répugnant batracien, qui se délecte de médisances et de calomnies tout en fréquentant assidûment église et presbytère.

4 Les libres-penseurs qui se définissent par le refus du baptême, le mariage et l’enterrement civils tendent à constituer au début du siècle une véritable Contre-Église. La Raison et L’Action, qui sont les organes de l’Association nationale des libres-penseurs de France, soutiennent avec force la politique d’Émile Combes. Mais les libres-penseurs sont peu nombreux en Bretagne. En tant que l’un des foyers du syndicalisme révolutionnaire de l’Ouest avec le Maine-et-Loire et les Deux-Sèvres, le département des Côtes-du-Nord fait exception.

5 Les Termagies, op. cit., p. 436.

6 On nommait ainsi les Frères de la Doctrine Chrétienne parce qu’ils laissaient flotter sur leurs épaules les manches vides de leur manteau noir. Les frères étaient présents à Pont-Croix depuis 1750. Une école y fut créée en 1787 par le Bureau diocésain, en vue de recruter et de préparer des candidats destinés aux Ordres. On y enseignait la lecture, l’écriture, le calcul. Cette école semble être à l’origine du Petit Séminaire qui s’est par la suite développé.

7 C’est en 1906 que naît le journal anticlérical La Calotte. L’histoire racontée dans Les Termagies se déroule durant les années qui précèdent la Première Guerre mondiale : l’appellation est bien d’actualité.

8 Les Termagies, op. cit., p. 295.

9 Ibid., p. 283.

10 Dans le roman d’André Lavergne, le maire radical incite aussi vivement l’instituteur Jean Coste à se transformer en agent électoral et à oublier ses scrupules lors des élections municipales pour assurer la défaite de la réaction.

11 Les Termagies, op. cit., p. 271.

12 Maurice Le Lannou rapporte comment les instituteurs dans le département des Côtes-du-Nord avant 1914 se laissaient « porter par un enthousiasme républicain que renforçaient chaque jour les démêlés avec le curé du village » « L’armature scolaire de la République restait solide et sans failles, surtout dans la partie bretonnante de la circonscription, où la querelle religieuse obligeait l’instituteur à oublier tous ses fondements spirituels et sentimentaux les plus personnels. » Un Bleu de Bretagne, Paris, Hachette, 1979, p. 118.

13 Marcel Launay, « Histoire religieuse de la Bretagne à l’époque contemporaine xixe/xxe siècles » Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 1986, p. 181-297.

14 Les Davidées du Finistère sont traitées de « brebis galeuses qu’il convient de mettre en quarantaine » dans le Bulletin de défense et d’action laïque de mars 1934, p. 3.

15 Les Termagies, op. cit., p. 287.

16 L’expression est de Béatrice Compagnon et Anne Thévenin, Histoire des instituteurs et des professeurs de 1880 à nos jours, Perrin, coll. « Terre d’Histoire », 2001, p. 98.

17 En mettant les instituteurs sous la dépendance du curé, en supprimant toute amovibilité, la loi Falloux du 11 janvier 1850 les livrait à l’arbitraire local.

18 Les Termagies, op. cit., p. 297.

19 La loi du 14 juin 1854 donne au préfet l’autorité suprême sur l’enseignement. Il nomme les instituteurs et est habilité à donner des peines disciplinaires, en principe sur le rapport de l’inspecteur d’académie qui lui est soumis. Au moment de la mise en place des lois républicaines de la laïcité, il s’agissait de réserver les faveurs aux maîtres « dévoués aux institutions ». Le système s’est maintenu, bon moyen pour le gouvernement d’obtenir la docilité du corps enseignant, parfois soumis à des déplacements sans motif légitime.

20 Les Termagies, op. cit., p. 420.

21 En 1879 la création d’une école laïque des filles met fin au monopole jusqu’alors détenu par les Ursulines. En 1889, Quimperlé voit l’installation de l’unique Ecole primaire supérieure de filles du Finistère et l’une des quatre Écoles primaires supérieures de garçons du département, les trois autres se situant à Quimper, Concarneau, Douarnenez. Venant d’un secteur étendu jusqu’à Morlaix, les effectifs de l’École supérieure des filles atteignent 70 élèves en 1895, pour 66 à l’École supérieure des garçons.

22 Les Termagies, op. cit., p. 420.

23 Ibid., p. 326.

24 Ibid., p. 328.

25 Annales de la ville de Quimperlé, p. 308.

26 C’est inexact, il a duré 3 heures : le mercredi 3 avril, les forces de l’ordre en provenance de Quimper débarquent à la gare de Quimperlé à 8 h. À 11 heures du matin, tout est terminé. Par le train de 15h50, les gendarmes de Quimper regagneront leur casernement.

27 Mère de l’Incarnation, tapuscrit inédit, p. 18.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540