Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

Femmes et Séparation dans le diocèse de Quimper et de Léon

Marie-Thérèse Cloître

Texte intégral

  • 1 « Femmes et militance catholique dans le Finistère avant 1914 », dans Militants catholiques de l’O (...)
  • 2 Pour l’ensemble de la France, Bruno Dumons traite de « l’opposition des ligues féminines » dans La (...)
  • 3 Dans les dossiers des séries M et V aux Archives départementales du Finistère et la série 4 L 5 au (...)

1L’idée d’évoquer les femmes et la Séparation dans le cadre du diocèse de Quimper et de Léon est venue d’une recherche précédente sur les militantes catholiques dans ce même diocèse1. Ce choix posait deux questions : était-il pertinent dans la mesure où la Séparation concernait les fidèles sans distinction de sexe et existait-il une information particulière sur les femmes qui permettrait de tirer quelques constatations2 ? Les archives tant publiques que diocésaines ne disposant d’aucun fonds spécifique, la nécessité s’est imposée d’ajouter aux annotations qu’elles peuvent contenir3, le dépouillement de la presse locale qui constitue, avec les précautions d’usage, une source capitale pour l’époque.

2Si les données sur les femmes et la Séparation restent limitées, elles contribuent cependant à étoffer des impressions, à fournir quelques précisions sur la place et le rôle des femmes et sur la manière dont ceux-ci sont présentés ou appréciés. Après avoir tiré les principaux constats des indications disponibles en première partie, il est donc possible de consacrer la deuxième partie aux interprétations et aux représentations de la présence féminine dans le débat.

La poursuite d’une protestation féminine

Des femmes déjà concernées, 1902-1905

  • 4 Voir la présentation générale du colloque par Yvon Tranvouez.
  • 5 Voir la contribution de Fanch Broudic.
  • 6 Voir sa contribution sur Saint-Méen.
  • 7 Creating the Nation in Provincial France. Religion and Political Identity in Brittany, Princetown (...)
  • 8 Sur l’histoire de ce mouvement, Odile Sarti, The Ligue Patriotique des Françaises (1902-1933). A f (...)

3Terre de chrétienté, à forte pratique et à fort engagement religieux, notamment dans les congrégations féminines en plein essor dans la seconde moitié du xixe siècle, le diocèse de Quimper et de Léon est le seul à appartenir en son entier à la Bretagne bretonnante. Il se distingue également par un choix politique moins conservateur que dans les autres diocèses bretons, soit vers la République, soit vers la démocratie chrétienne dans sa partie léonarde4. Les Finistériens sont d’autant plus sensibles aux mesures de laïcisation qu’elles prennent, avec Émile Combes, la forme d’une lutte contre les congrégations et contre la langue bretonne5. Il s’ensuit une forte résistance, notamment lors des expulsions de religieuses enseignantes en juillet-août 1902, et les historiens Louis Élégoët 6 et Caroline Ford 7 ont souligné l’importance de l’aspect féminin de la protestation à cette occasion. Alors que le débat d’opinion et le débat politique semblent jusque-là réservés aux hommes, les événements de 1902 témoignent aussi du début de l’action de la Ligue patriotique des femmes françaises (LPDF)8. Implantée surtout dans la moitié sud de la Cornouaille, elle fait, selon ses propres termes, « de la politique religieuse » en faveur des candidats catholiques et libéraux aux diverses élections.

  • 9 Dans La Colombe, bulletin trimestriel des Filles du Saint-Esprit, du 1er avril 1905, on peut lire (...)
  • 10 Les élus du Léon, Albert de Mun, député de la 2e circonscription de Morlaix, très hostile à la Sép (...)

4Les années 1904 et 1905 sont marquées à la fois par la poursuite des expulsions et l’orientation gouvernementale vers la Séparation. Ainsi, les Filles du Saint-Esprit doivent quitter Berrien le 18 mars 1905 9 alors que le débat sur la suppression ou non du Concordat est lancé à la Chambre. Selon un mot d’ordre général certes, les membres de la LPDF finistérienne participent très activement à la campagne de pétitionnement contre la Séparation. Le comité de Quimper recueille ainsi plus de 22 000 signatures, soit un montant proche du quart des 83 000 signatures d’électeurs de tout le département, déposées par ailleurs à la Chambre, en avril 1905, par Albert de Mun10. La protestation féminine contre la perspective de rupture du Concordat n’est donc pas négligeable avant que les députés ne se prononcent et que les sénateurs n’entérinent leur vote.

  • 11 Allusion à deux des principaux foyers de résistance face aux expulsions de 1902.
  • 12 Autour de 47 % des inventaires sont effectués en février-mars 1906, les autres en novembre et déce (...)
  • 13 Sur l’évolution chronologique, voir Alain Léost, L’épiscopat de Mgr Dubillard, 1899-1908, mémoire (...)

5En toute logique, la réapparition des femmes dans le débat public, et donc dans les sources qui s’en font l’écho, se situe au moment de l’application de la loi de Séparation. Les manifestations rendent les femmes visibles et ne constituaient-elles pas à l’échelle nationale le gros des fidèles ? Dès les premiers heurts parisiens, l’éditorial de l’anticlérical Avenir brestois du 2 février 1906, « L’inventaire », le met en évidence. Non seulement elles « prennent part » aux manifestations mais « elles sont plus terribles que les hommes ». Toutefois, une semaine plus tard, le même éditorialiste considérait que, si à Sainte-Clotilde, « le curé n’était pas maître chez lui », dans le Finistère « rien ne fait prévoir de pareils incidents ». L’Avenir brestois avait pourtant exprimé sa crainte, dans son numéro du 26 janvier, que « les exploits de Saint-Méen et de Ploudaniel ne soient renouvelés et même dépassés11 ». Les autorités républicaines, qui partageaient le même souci, se félicitent du calme des inventaires réalisés dans la première moitié du mois de février, le mot d’ordre du clergé étant d’éviter les heurts12. Toutefois, après la publication de l’encyclique de Pie X et l’incident avec mort d’homme de Boeschepe, la protestation, tout en donnant lieu à des incidents moindres que dans les diocèses voisins, prend un caractère massif et l’allure d’un mouvement à la base comme en 1902. Après la défense des congréganistes, et plus encore, les inventaires deviennent l’événement marquant pour les paroisses et le diocèse13. La continuité entre les deux protestations ne manque d’ailleurs pas d’être fréquemment soulignée par les contemporains. L’implication des femmes ne constitue-t-elle pas l’un des éléments de cette continuité ?

Femmes et inventaires, février-mars 1906

  • 14 Il serait donc intéressant d’étudier aussi la participation masculine dans une perspective de comp (...)

6L’essentiel de l’information provient des comptes rendus publiés dans les journaux de l’époque avec tous les aléas et les inégalités que cela suppose. L’évocation des femmes n’y a rien de systématique d’autant que les mentions génériques de « fidèles » ou de « paroissiens » conviennent particulièrement bien dans un diocèse où la pratique masculine est équivalente à celle des femmes ou peu différente sauf exception14. Les caractéristiques de la dizaine de journaux publiés alors dans le Finistère ont été rassemblées par commodité dans un tableau sommaire. La Semaine religieuse de Quimper et de Léon et L’Ouest Éclair, qui commence à gagner en audience dans le Finistère, ont également été compris dans le dépouillement.

  • 15 Par commodité, et pour alléger le texte, les titres ont été, à l’occasion, abrégés et les référenc (...)

Publications dépouillées15

Publications dépouillées15
  • 16 Alors respectivement curé de Lannilis et curé de Ploudalmézeau, ils font partie des grands curés d (...)

7Le plus grand nombre d’indications sur les femmes figure dans l’influent Courrier du Finistère des abbés Ollivier et Grall16. Alors que Corentin, le rédacteur de la partie bretonne, évoque la résistance des chrétiens sans distinction dans le reste de la France et s’adresse aux hommes, goazed, du diocèse, la recension des inventaires locaux figure dans la partie française et fait une part aux femmes. L’Action libérale de Quimper met en valeur les ligueuses comme on peut s’y attendre.

  • 17 La confirmation de cette impression supposerait de disposer d’études plus systématiques sur ce thè (...)
  • 18 Haut lieu de vocations, qu’il s’agisse des prêtres ou des religieuses.

8À partir du croisement des sources, trois traits, sans véritable originalité17, se dégagent au total des lignes consacrées aux opérations de février-mars 1906. D’abord, lors des inventaires, les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Certes, les estimations chiffrées comme les appréciations plus qualitatives sont à prendre avec précaution. Quand L’Union agricole et maritime de Quimperlé, journal républicain modéré, favorable au maintien du Concordat, considère que les femmes sont plus représentées dans son arrondissement, il paraît possible de le suivre. En revanche, l’estimation du Réveil du Finistère sur l’unique participation de femmes à la cathédrale de Quimper s’avère plus discutable. Quand le recteur de Treffiagat informe son évêque de la présence d’un « bon nombre d’hommes », on peut conclure, à l’opposé, à une majorité féminine. Les données chiffrées, qui ne concernent guère que les paroisses à forte mobilisation, sont habituellement en faveur des femmes. Ainsi, dans les paroisses ferventes de Guipavas ou de Plougastel, sans dimorphisme sexuel, il y aurait respectivement, selon Le Courrier, 1 000 femmes pour 700 hommes dans l’une et 1 500 femmes pour 1 200 hommes dans l’autre. Dans beaucoup de cas, hommes et femmes sont donnés à égalité, 600 et 600 par exemple à Plouzané. On peut estimer la situation analogue lorsqu’il est question de la population de telle ou telle paroisse dans les journaux ou dans la correspondance des recteurs : « toute la population » ou « la population entière » selon les termes de ceux de Tréouergat, Santec ou Saint-Cadou. Quand il arrive que le nombre d’hommes dépasse celui des femmes, il s’agit de paroisses léonardes : « 1 500 hommes et presqu’autant de femmes » selon le recteur de la paroisse-modèle de Plouguerneau18, ou 800 hommes et 500 femmes à Lampaul-Guimiliau si l’on en croit Le Courrier. Au total, et d’autant plus s’il est tenu compte des cas particuliers de mobilisation féminine traités dans la seconde partie, la supériorité numérique des femmes, avec une surreprésentation inégale et sans un écart qui distinguerait nettement les deux sexes à l’échelle du diocèse, ne semble pas faire de doute mais elle n’est pas forcément très visible.

  • 19 Il peut s’agir non seulement des portes de l’église mais des entrées du cimetière qui l’entourait (...)

9Bien souvent, en effet, les femmes occupent la place attendue dans la distribution des rôles entre les sexes, c’est-à-dire à l’intérieur des édifices où l’inventaire est prévu. « Il paraît que les rôles sont déjà partagés », lit-on dans Le Réveil du Finistère du 24 février, à propos d’Elliant. « Pendant que les femmes prieront et chanteront Nous voulons Dieu ! les hommes s’en prendront aux gendarmes ». Ce cas de figure, où les hommes montent la garde et assurent la défense19 pendant que les femmes rassemblées ou enfermées dans l’église chantent des cantiques ou récitent le chapelet, paraît le plus fréquent. C’est le cas aussi bien à Tréguennec qu’à Dirinon, Plouarzel, Taulé, Cléden-Cap-Sizun ou Laz… sans distinction géographique, selon une organisation attendue sinon « spontané(e) » comme l’estime Le Courrier pour Pouldreuzic.

  • 20 Solide bâton.
  • 21 Le pasteur Collobert (renseignement donné par Jean-Yves Carluer, historien du protestantisme en Br (...)

10Un troisième constat vient cependant corriger cette configuration classique : celui de l’équivalence entre hommes et femmes, voire de l’affirmation féminine dans la résistance. L’indistinction des sexes se constate quand femmes et hommes se retrouvent soit à l’intérieur de l’église comme, semble-t-il, à Quimerc’h ou Collorec, soit indifféremment dans et hors de l’édifice ou, le plus souvent, entourant l’église et parfois l’enclos. Ainsi, à Rosporden, selon L’Action Libérale, « les hommes, les femmes, les jeunes filles formaient avec leurs bras un bon rempart pour défendre les portes de l’église » tout comme à Arzano où « les hommes et les femmes sont solidement groupés ». Le Courrier utilise la même expression d’un « rempart vivant », à la fois masculin et féminin, pour Guipavas par exemple. Ces femmes peuvent d’ailleurs porter des armes à l’égal des hommes et pas forcément le parapluie qui leur est plus spécifique. Ainsi, à Querrien, elles tiennent également le penn baz20. Les sources convergent pour signaler surtout le cas des femmes de Penmarc’h particulièrement équipées : « triques et manches à balai terminés par une pointe » pour La Dépêche, « pieux et […] pelles, etc. » selon L’Action libérale, « pieux pointus, […] couteaux, […] alènes, […] crocs et autres instruments » d’après le rapport circonstancié du recteur. Les paroissiennes de Penmarc’h illustrent aussi le fait que les femmes peuvent se montrer plus combatives que les hommes, bloquant les portes ou s’y accrochant, empêchant la progression des agents chargés de l’inventaire, ainsi à Penhars ou Riec en Cornouaille comme à Bodilis ou Plougar en Léon. Parfois, leur intervention est décisive comme à Plounéventer où deux jeunes filles déjouent la manœuvre du percepteur, qui tente l’inventaire après le départ de la foule, « en sonnant elles-mêmes le tocsin ». À Quimperlé, les femmes se chargent d’« entour (er) un individu suspect » ou encore à Berrien de huer « l’évangéliste de Lannéanou21 ». On ajoutera que la contre-manifestation, à l’opposé, est donnée comme typiquement masculine. Tout au plus, Le Courrier note qu’à Spézet trois jeunes filles observent le spectacle de la résistance d’un air moqueur.

  • 22 Les travaux récents mettent en évidence cette composante, par-delà le débat idéologique.

11Une comparaison bien établie serait nécessaire pour mieux situer ces constats sur les femmes et les inventaires dans le diocèse de Quimper et de Léon par rapport à la situation dans d’autres diocèses à forte comme à faible résistance. Les différences ne semblent pas tant de nature 22 que de degré. Il en est de même pour les interprétations proposées, d’une part avec le recul du temps, d’autre part dans les recensions ou les commentaires contemporains.

Les interprétations de la participation féminine

Plusieurs types de mobilisation

  • 23 Les dessins parus dans Le Pèlerin mettent en scène des femmes dans les paroisses de forte résistan (...)

12Les éclairages apportés par les historiens, sans être propres au diocèse, peuvent en porter l’empreinte comme c’est indéniablement le cas pour une mobilisation paroissiale d’importance. Là où se maintient toujours la « civilisation paroissiale », selon les termes d’Yves Le Gallo, avant tout dans le Léon mais aussi dans certaines paroisses du Trégor ou de Cornouaille, la défense de « sa » religion et de « son » église s’est faite de façon quasi unanime contre les modalités d’application de la loi de Séparation23. Il est difficile d’échapper à la référence à saint Paul, « ni hommes ni femmes », quand, manifestement, dans beaucoup de cas, la plupart sans statistiques précises, les femmes ont participé de cette mobilisation paroissiale. Qui plus est, au-delà des lieux attendus comme Plouguerneau, cet aspect se retrouve dans des paroisses plus tièdes ou plus bleues. Ainsi, le recteur de Saint-Thurien souligne que la population n’obéit pas à un maire condamnant la manifestation. Celui de Saint-Cadou se réjouit d’une « journée réconfortante » car « toute la population » était là tandis que le recteur de Melgven constate que « la population est venue protester en plus grand nombre que nous nous y attendions ». Le succès de la protestation, même dans des lieux classés comme républicains, ce qui inquiète le préfet Collignon, révèle une solidarité de terroir sans distinction de sexe. Cette solidarité pourrait valoir a contrario dans les paroisses où ni hommes ni femmes ne paraissent s’être déplacés, comme cela semble être le cas à Brennilis. L’information manque souvent pour apprécier toutes les nuances dans un diocèse qui n’en reste pas moins un haut lieu de défense catholique.

  • 24 Archives év. de Quimper, 4 L 5, inventaires de 1906, lettre du 13 mars 1906. Le recteur ajoute : « (...)

13La mobilisation s’affirme plus féminine, voire plus féministe, dans deux principaux cas de figure. Le premier est tout bonnement lié à l’absence effective des hommes du territoire paroissial en raison de leur activité maritime. S’ils sont 800 au Guilvinec pour 1000 femmes c’est que « l’état de la mer ne leur avait pas permis de sortir, il est vrai » note le recteur qui ajoute « mais ils étaient réellement mécontents de l’inventaire24 ». Ailleurs, le départ en mer au moment des opérations et de façon plus permanente éclaire, par exemple, la manifestation avant tout féminine de l’île de Sein et sa nuance féministe car ces femmes auraient fait remarquer à l’agent de l’État : « c’est nous qui avons porté les pierres (de l’église) sur notre dos », d’après L’Action Libérale. Le second cas, moins directement perceptible dans les sources, est celui des paroisses où les femmes sont restées plus fidèles alors que les hommes se sont détachés ou rejettent l’autorité cléricale, surtout en Trégor ou en Cornouaille. Cela paraît être vrai pour la paroisse « montagnarde » de Spézet et l’est certainement pour celle maritime de Penmarc’h où les femmes se montrent si combatives. Dans ce dernier lieu, non seulement les deux facteurs se conjuguent, hommes absents et hommes émancipés, mais s’y ajoute une troisième cause, la mobilisation liée au militantisme catholique féminin.

  • 25 Les projections montraient « une bagarre devant Notre-Dame des Champs à Paris ; la garde devant Sa (...)

14L’action des femmes militantes engagées dans le combat contre la Séparation, soit comme cadres de la LPDF soit comme membres, se poursuit de façon évidente au moment des inventaires dans le Finistère aussi. Le risque est grand d’ailleurs de privilégier cet aspect car les ligueuses ont laissé plus de traces pour au moins trois raisons : L’Action libérale de Quimper ne peut que les mettre en valeur ; elles sont l’objet d’une surveillance politique de la part des autorités républicaines ; enfin, ce sont des femmes en vue par leur place dans les élites sociales, aristocratie ou couches supérieures de la bourgeoisie, et politiques par mariage interposé. La comtesse de Baumont représente un cas-type. Femme du maire conservateur de Moëlan, elle s’oppose, ainsi que sa fille et son fils, à l’inventaire et qualifie le receveur de voleur. L’arrestation et la condamnation des Baumont vaut, surtout à la comtesse, une célébrité non seulement locale mais nationale. De façon plus générale, les ligueuses ont été actives sous trois formes essentiellement. Elles organisent des réunions avant la tenue des inventaires comme à Douarnenez, Audierne, Loctudy. Elles préparent la résistance – ainsi à Querrien où, tandis que les hommes maçonnent les portes, la présidente locale de la LPDF organise une procession avec quatre drapeaux frappés Liberté, avant de les faire hisser ensuite sur le clocher alors que les portes sont tendues de noir – ou en prennent la tête le jour venu. À Ploaré, Mlle du Fretay bloque la porte de l’église. À Riec, Mmes et Mlles de Kergos et de Solhiminac sont au premier rang des ligueuses qui brandissent des étendards, distribuent des cantiques et empêchent le « crocheteur » d’œuvrer. Enfin, elles mettent sur pied des manifestations complémentaires de protestation contre la Séparation : pèlerinages à Sainte-Anne-la-Palud le 11 mars, à Rumengol le 25 ; conférence avec projections sur les événements le 14 mars à Quimper25 ; messe pour la victime de Boeschepe à Concarneau le 13 mars.

  • 26 Voir Alain Léost, op. cit., et la notice de J.-L. Le Floc’h dans Michel Lagrée (dir.), Dictionnair (...)

15Deux réflexions doivent s’ajouter à l’évocation de ces types de mobilisation. La première va de soi : mobilisation paroissiale, mobilisation féminine, mobilisation militante peuvent se distinguer ou se combiner à des degrés divers. Ainsi ne peut-on considérer que lorsqu’« un groupe de femmes de Douarnenez, ayant reçu le baptême à Ploaré, avait tenu à protester dans leur ancienne paroisse », d’après L’Action Libérale, la conjugaison est complète, à défaut de faire la part de chacune des motivations ? La seconde remarque tient aux caractéristiques du diocèse. Si la mobilisation militante bénéficie de l’appui manifeste de Mgr Dubillard, évêque de Quimper et de Léon depuis 189926, celle-ci reste minoritaire et localisée. Majoritairement, elle n’était ni nécessaire ni souhaitée par le grand nombre des clercs qui la tenaient pour trop conservatrice et s’en distancient ou s’en méfient. Le diocèse ne s’inscrit pas en dominante dans le cas de la France « blanche » mais pour une France républicaine et catholique, fondée sur l’union du clergé et du peuple. Il ne fait pas de doute que l’action militante a plutôt pris de court le clergé, comme à Quimperlé ou Roscoff. Sur ce point, il faut souligner que Le Courrier du Finistère, « l’organe avéré du clergé dans le diocèse de Quimper » selon les termes du Finistère, ne mentionne jamais la LPDF et les ligueuses en tant que telles. Il ne s’agit évidemment pas d’un oubli fortuit mais d’un mode de désignation, ici l’absence, qui s’inscrit dans un champ plus large. On ne s’étonnera pas, dans le climat des années 1900, que la présentation ou la représentation des femmes à propos de la Séparation s’inscrive dans la manière dont leurs auteurs se placent selon les camps idéologiques et à l’intérieur de ceux-ci.

Présentation et représentation

  • 27 Ceci est le cas même dans La Colombe qui publie volontiers les protestations d’Albert de Mun.
  • 28 Proverbes, 31 10-31.

16Celles-ci témoignent des interprétations contemporaines qui sont toutes, dans les sources utilisées, effectuées par des hommes27. Pour être juste, il importe de souligner d’abord qu’il y est le plus souvent question des femmes, sans autres commentaires, avant de constater que leur qualification, quand elle existe, n’échappe pas à des termes ou à des images convenus. Du côté des publications catholiques, la recension est brève. Les femmes sont parfois estimées « courageuses » ou « bonnes et crânes » ou encore « braves ». Toutefois, le qualificatif le plus utilisé est « vaillante », qui peut renvoyer au mode de traduction du Livre des Proverbes dans la Bible28.

  • 29 Cf. Frédéric Mallégol, L’anticléricalisme à travers la presse brestoise de 1896 à 1914, mémoire de (...)
  • 30 La recherche iconographique est un des fondements de l’exposition des Archives départementales du (...)
  • 31 Les hasards du colloque suggèrent d’y voir, toutes proportions gardées, une anti-Athéna, en quelqu (...)

17Dans les publications républicaines, le clivage est net entre des journaux fondés de longue date, attachés au concordat au nom de la paix civile, jouant la carte de la modération, Le Finistère à Quimper, L’Union Agricole et Maritime à Quimperlé, ou se ralliant à cette attitude, La Dépêche brestoise qui modère alors son anticléricalisme29, et des journaux plus récents et plus radicaux à l’audience plus limitée mais au ton plus offensif ou plus outrancier. L’Avenir brestois, qui se définit comme « organe d’action républicaine et sociale » et glorifie Louise Michel, fustige les matrones chrétiennes, les bigotes, les fanatisées en reprenant l’idée qu’il s’agit de « malheureuses surexcitées à blanc par le clergé ». La dénonciation la plus dure par les mots se trouve dans L’Éclaireur du Finistère, journal d’Union républicaine, fondé à Morlaix en 1902. Pour L’Éclaireur, la résistance aux inventaires constitue une manœuvre royaliste et quasi uniquement « une bataille de dames », de « bigotes enragées », de « dévotes acharnées, furieuses, en pleine crise, déséquilibrées ». Quand cette bataille passe de Paris à Roscoff, les termes se durcissent puisque les manifestantes y « ont des faces cireuses de veilleuses de morts » ou – ce qui ne manque pas de paradoxe – « des visages froidement cruels qui font penser aux trop célèbres tricoteuses de la guillotine ». S’il ne retient pas spécialement la présence des femmes dans l’attaque de la voiture du percepteur à Plomelin, présentée comme l’apogée d’une guerre civile, Le Réveil du Finistère, n’en représente pas moins une femme seulement dans la caricature consacrée aux inventaires. Cette unique représentation iconographique dans les sources ici utilisées 30 s’inscrit dans la série des caricatures qui font l’originalité du Réveil. Alors que les autres dessins de Harlin sont consacrés à des personnages masculins, « le soldat » des inventaires est une femme échevelée et édentée, identifiée par la coiffe, le tablier et les pieds nus dans les sabots31. La voir comme une paysanne de Basse-Bretagne, même en isolant la caricature de son contenant, pose d’autant moins problème qu’elle est sous-titrée « Projet de panneau décoratif pour la basilique de Saint-Méen ». Cette mention renvoie, tout comme le récipient et son contenu, aux heurts de 1902 et cherche donc à souligner la continuité d’une rébellion avant tout féminine.

  • 32 Arch. dép. du Finistère, 3 M 301, rapport du 27 février 1906.
  • 33 Sur les élections et sur la personnalité de ce député, Maurice Lucas, L’évolution politique de la (...)
  • 34 « Laïcité et droit des femmes : quelques jalons pour une réflexion historique », Archives de philo (...)

18Le préfet Collignon, qui avait aussi le souvenir de 1902, ne souligne pas cet aspect féminin dans ses rapports sur les inventaires. En revanche, ses collaborateurs continuent d’enquêter sur l’action des militantes catholiques après ces événements, lorsque se préparent les élections de 1906 dans une perspective de confirmation ou d’infirmation de la Séparation. Le seul véritable enjeu dans le Finistère, d’après le préfet lui-même, se situe dans la deuxième circonscription de Quimper 32 où l’avocat de Servigny, candidat libéral, soutenu par la LPDF, se présente contre un de ses confrères, le « député séparatiste », Georges Le Bail33. Dans le cadre d’un combat plus général pour de bonnes élections, en France et dans le Finistère, ce dont témoigne par exemple une conférence tenue à Landerneau sur la Séparation, les ligueuses se montrent très actives dans la circonscription quimpéroise, combinant pèlerinages comme au Juch et manifestations publiques sur les places des bourgs ou les routes des communes concernées. Deux ans plus tard, dans Une élection législative en 1906, publiée à Paris chez Léon Vanier en 1908, Georges Le Bail, qui a été réélu, fait un portrait peu amène des « mégères de l’Action libérale » faisant preuve d’« une imbécillité cannibalesque ». On comprend qu’il puisse en vouloir à la « jupaille » qui a perturbé sa campagne électorale, mais il y ajoute des a priori sur le sexe féminin dans son ensemble. Bien qu’il mentionne l’appui de femmes républicaines, sa présentation de la femme rejoint celle de la majorité des radicaux étudiée par Florence Rochefort34. À ses yeux, la place des femmes, d’autant plus tenue à la réserve par leur nature que cette même nature les a dotées d’une coquetterie innée les rendant plus facilement corruptibles, est à la maison et surtout pas dans l’espace public.

***

  • 35 La seconde vague d’inventaires, concentrée sur quatre jours soigneusement préparés, joue de l’effe (...)
  • 36 Pour Le Réveil du Finistère, il est encore trop tôt « car le mot d’ordre viendrait du confessionna (...)
  • 37 Selon les termes de leur recteur qui conclut qu’en raison de leur vaillance « ce sont les bons qui (...)
  • 38 Voir en particulier l’apport de Frédéric Le Moigne dans sa contribution sur la manifestation catho (...)

19En guise de conclusion, l’insistance mérite d’être mise précisément sur le maintien d’une présence des femmes dans l’espace public alors même que leur place est somme toute moins reconnue, tant du côté des catholiques que du côté des républicains. Pour s’en tenir au Finistère, elles sont très présentes lors des inventaires de novembre touchant plus de la moitié des paroisses et, plus encore, dans ceux des îles (Batz, Molène, Ouessant, Sein) reportés en décembre35. On retrouve les femmes dans les protestations, parfois de grande ampleur, contre l’enlèvement des crucifix des murs des écoles publiques, l’expulsion des séminaristes ou celle des prêtres de leur presbytère et celles des congréganistes qui se poursuivent toujours, comme en témoigne le titre de « la chasse aux religieuses » qui revient à plusieurs reprises dans Le Courrier en 1911-1912, en écho à 1902. En fait, cette présence les pénalise aux yeux des républicains et ne leur vaut pas vraiment reconnaissance équivalente dans l’organisation des catholiques avant 1914. D’un côté, des (les ?) républicains du Finistère voient, dans l’intervention des femmes pendant les inventaires et après, une bonne raison de ne pas leur accorder le droit de suffrage36. De l’autre, alors que les religieuses doivent s’exiler ou se séculariser, les militantes catholiques sont invitées au repli sur le plan domestique et social et la mobilisation menée par Mgr Duparc, évêque post-concordataire, pour la mise sur pied de l’Union catholique ne se fonde que sur le sexe masculin. Par la suite, le clergé semble plutôt cultiver la mémoire de la résistance menée par les hommes de Plouguerneau en novembre 1906, d’autant qu’ils avaient, vicaires en tête, dû subir la prison, que celle des femmes de Penmarc’h, pourtant « les plus vaillantes pour la défense de leur église37 ». Il serait toutefois nécessaire d’approfondir cette recherche sur la mémoire, tout comme de prolonger l’étude à propos des femmes du diocèse de Quimper et de Léon au-delà de 191438, et de pouvoir mener une comparaison avec les autres diocèses au moment de la Séparation.

Notes

1 « Femmes et militance catholique dans le Finistère avant 1914 », dans Militants catholiques de l’Ouest. De l’action religieuse aux nouveaux militantismes, xixe-xxe siècles, Brigitte Waché (dir.), PUR, 2004, p. 31-46.

2 Pour l’ensemble de la France, Bruno Dumons traite de « l’opposition des ligues féminines » dans La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet (dir.), éditions de l’Atelier, 2005, p. 79-85.

3 Dans les dossiers des séries M et V aux Archives départementales du Finistère et la série 4 L 5 aux Archives diocésaines de Quimper.

4 Voir la présentation générale du colloque par Yvon Tranvouez.

5 Voir la contribution de Fanch Broudic.

6 Voir sa contribution sur Saint-Méen.

7 Creating the Nation in Provincial France. Religion and Political Identity in Brittany, Princetown University Press, 1993, chapitre 5, « The Resistance of 1902 ».

8 Sur l’histoire de ce mouvement, Odile Sarti, The Ligue Patriotique des Françaises (1902-1933). A feminine Response to the Secularization of french Society, New York, Garland Publishing, 1992.

9 Dans La Colombe, bulletin trimestriel des Filles du Saint-Esprit, du 1er avril 1905, on peut lire à la fois le texte du projet de Séparation et le récit de cette expulsion. Dans le chant composé pour l’occasion, dont le refrain commence par « Vivent les sœurs, âme de la Patrie », le couplet 5 évoque « les femmes de France (qui) défendent leurs droits/les droits de l’enfance, le respect des lois ».

10 Les élus du Léon, Albert de Mun, député de la 2e circonscription de Morlaix, très hostile à la Séparation, et l’abbé Gayraud, député de la 3e circonscription de Brest, favorable à une Séparation garantissant la liberté, furent parmi les principaux intervenants dans les débats à la Chambre.

11 Allusion à deux des principaux foyers de résistance face aux expulsions de 1902.

12 Autour de 47 % des inventaires sont effectués en février-mars 1906, les autres en novembre et décembre.

13 Sur l’évolution chronologique, voir Alain Léost, L’épiscopat de Mgr Dubillard, 1899-1908, mémoire de maîtrise, Université de Bretagne Occidentale, 1990, ainsi que Loïc Cadiou, La presse finistérienne face à la Séparation des Églises et de l’État, mémoire de maîtrise, UBO, 1999.

14 Il serait donc intéressant d’étudier aussi la participation masculine dans une perspective de comparaison avec d’autres diocèses.

16 Alors respectivement curé de Lannilis et curé de Ploudalmézeau, ils font partie des grands curés du Léon au rôle très important à la fin du xixe siècle.

17 La confirmation de cette impression supposerait de disposer d’études plus systématiques sur ce thème.

18 Haut lieu de vocations, qu’il s’agisse des prêtres ou des religieuses.

19 Il peut s’agir non seulement des portes de l’église mais des entrées du cimetière qui l’entourait encore bien souvent, si bien que l’inventaire prenait allure de double profanation.

20 Solide bâton.

21 Le pasteur Collobert (renseignement donné par Jean-Yves Carluer, historien du protestantisme en Bretagne).

22 Les travaux récents mettent en évidence cette composante, par-delà le débat idéologique.

23 Les dessins parus dans Le Pèlerin mettent en scène des femmes dans les paroisses de forte résistance et des photographies les montrent aussi, cf. Jean-Michel Duhart, La France dans la tourmente des inventaires, Alan Sutton, 2001.

24 Archives év. de Quimper, 4 L 5, inventaires de 1906, lettre du 13 mars 1906. Le recteur ajoute : « Quant aux femmes, elles étaient prêtes à résister par tous les moyens. »

25 Les projections montraient « une bagarre devant Notre-Dame des Champs à Paris ; la garde devant Sainte-Clotilde ; les pompiers devant Saint-Pierre du Gros-Caillou ; les troupes massées devant Saint-Symphorien à Versailles ; une barricade de chaises et d’échelles dressée dans l’église du Saint-Sépulcre à Saint-Omer ; la petite porte de l’église de Briec qui a résisté quatre heures sans que les crocheteurs puissent y faire entrer l’Agent du Gouvernement ; la foule à Landrévarzec où il y eut une défense si bien organisée ». Action Libérale de Quimper, 14 mars 1906.

26 Voir Alain Léost, op. cit., et la notice de J.-L. Le Floc’h dans Michel Lagrée (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. La Bretagne, p. 120-121.

27 Ceci est le cas même dans La Colombe qui publie volontiers les protestations d’Albert de Mun.

28 Proverbes, 31 10-31.

29 Cf. Frédéric Mallégol, L’anticléricalisme à travers la presse brestoise de 1896 à 1914, mémoire de maîtrise, UBO, 1994.

30 La recherche iconographique est un des fondements de l’exposition des Archives départementales du Finistère à propos du centenaire de la loi de 1905, exposition préparée par Annie Duigou et Maurice Lucas, 2005.

31 Les hasards du colloque suggèrent d’y voir, toutes proportions gardées, une anti-Athéna, en quelque sorte, cf. la communication d’Iphigénie Botouropoulou. Sur la caricature anticléricale, voir les travaux de Jacqueline Lalouette.

32 Arch. dép. du Finistère, 3 M 301, rapport du 27 février 1906.

33 Sur les élections et sur la personnalité de ce député, Maurice Lucas, L’évolution politique de la Cornouaille maritime sous la IIIe République, 1870-1914, thèse, UBO, 1982 et « À propos d’un cacique radical bigouden, Georges Le Bail », Mélanges offerts à Yves Le Gallo, Brest, CRBC, 1987, p. 325-352.

34 « Laïcité et droit des femmes : quelques jalons pour une réflexion historique », Archives de philosophie du droit, 48, 2004, p. 95-107.

35 La seconde vague d’inventaires, concentrée sur quatre jours soigneusement préparés, joue de l’effet de surprise autant que possible mais suscite des protestations équivalentes à celles de mars et plus nettes, cette fois, en Léon.

36 Pour Le Réveil du Finistère, il est encore trop tôt « car le mot d’ordre viendrait du confessionnal », 2 décembre 1906. Une chanson républicaine locale, publiée dans Une élection en 1906, tirait implicitement la même conclusion. Dans son refrain, s’adressant à de Servigny, opposant à Le Bail, il est dit en effet :
« Ah ! Ah ! mon vieux, ça eut changé
Si les femmes eussent voté »
Il était donc dangereux de leur en accorder le droit.

37 Selon les termes de leur recteur qui conclut qu’en raison de leur vaillance « ce sont les bons qui ont triomphé grâce à Dieu et aux prières de Notre-Dame de la Joie » dans son compte rendu à l’évêque du 16 mars 1906.

38 Voir en particulier l’apport de Frédéric Le Moigne dans sa contribution sur la manifestation catholique.

Notes de fin

15 Par commodité, et pour alléger le texte, les titres ont été, à l’occasion, abrégés et les références aux numéros précis non mentionnées. Sauf exception, les citations de presse se situent dans la première moitié de l’année 1906, essentiellement au moment des inventaires.

Table des illustrations

Titre Publications dépouillées15
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23586/img-1.png
Fichier image/png, 8,6k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23586/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540