Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

Les inventaires dans les diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes

Samuel Gicquel

Texte intégral

  • 1 Jean-Marie Mayeur, « Géographie de la résistance aux inventaires (février-mars 1906) », Annales ES (...)
  • 2 Patrick Cabanel, « La révolte des inventaires », in Jean-Pierre Chantin, et Daniel Moulinet, dir., (...)

1En 1966, Jean-Marie Mayeur a mis en évidence, à l’échelle de la France, la diversité des réactions face aux inventaires des biens ecclésiastiques, prévus par l’article 3 de la loi de Séparation des Églises et de l’État1 : l’ouest de la France, avec le sud-est du Massif Central, constitue le principal foyer d’opposition aux inventaires des églises. La Bretagne, dont les cinq départements sont classés par Jean-Marie Mayeur parmi les plus rebelles, ne forme pas pour autant un bloc uniforme, comme en témoignent les exemples des évêchés de Saint-Brieuc et de Vannes. Ces diocèses, dont les limites sont respectivement celles des départements des Côtes-du-Nord et du Morbihan, présentent une diversité culturelle, politique et religieuse propice à la recherche de contrastes dans la mobilisation face aux inventaires. Si la résistance est globalement forte, elle varie localement. La recherche de facteurs explicatifs montre que ces contrastes s’inscrivent, comme dans le sud du Massif Central, dans une « histoire longue2 ».

La résistance aux inventaires

  • 3 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises et l’opinion publique dans les Côtes-du (...)
  • 4 Archives départemantales du Morbihan, V 607.

2La chronologie des inventaires témoigne de la forte résistance rencontrée. Alors que l’administration espérait les avoir terminés à la fin du mois de mars, seuls 38 % d’entre eux dans les Côtes-du-Nord 3 et 45 % dans le Morbihan 4 ont pu être effectués à cette date. Dans la majorité des paroisses, le clergé ou les fidèles mobilisés réussissent à faire échouer la première tentative d’inventaire, dont le jour était connu.

  • 5 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 3833, lettre du trésorier payeur général au préfet des Côtes-du-No (...)
  • 6 Le Nouvelliste du Morbihan, 13 mars 1906.

3Dans les communes où la résistance est active, les scènes de révolte suivent un scénario similaire, tout en laissant place à l’imagination locale. À l’annonce de l’arrivée du fonctionnaire guetté, le tocsin sonne et les populations se barricadent dans l’église ou se massent autour d’elle pour en empêcher l’accès. À Plaintel, dans les Côtes-du-Nord, les habitants sont munis de « triques énormes et de pierres » ; ils ont barricadé les portes avec des madriers et ont suspendu au-dessus des faux afin qu’elles tombent sur quiconque essayerait de les franchir5. À Quessoy comme à Grâces-Uzel, les paysans sont armés de fourches. Aux outils agricoles qui forment l’essentiel des moyens de défense, s’ajoutent localement des armes à feu (à Pénestin dans le Morbihan ou à Lanfains dans les Côtes-du-Nord), des ruches (à Langoëlan dans le diocèse de Vannes) ou même du poivre (à Allineuc dans le diocèse de Saint-Brieuc). Les insurgés ne manquent parfois pas d’humour : « fermé pour cause d’inventaire » précise un panneau posé sur l’église de Crédin, dans laquelle des herses ou des machines à battre en route sont placées derrière chaque porte6.

  • 7 Arch. dép. du Morbihan, V 468.

4L’opposition est parfois beaucoup plus faible mais suffit à décourager le fonctionnaire qui, par souci d’apaisement ou conviction personnelle, ne veut pas recourir à la force. À Saint-Philibert, sur la côte morbihannaise, le percepteur d’Auray se contente de constater la fermeture de l’église et l’absence de coopération du recteur puis s’en retourne sans avoir accompli sa tâche, alors que les membres du conseil de fabrique semblaient prêts à l’aider et que la paroisse était calme7.

  • 8 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 54.
  • 9 Cécile Barret, La Séparation des Églises et de l’État dans le Morbihan, mémoire de maîtrise, Renne (...)
  • 10 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 43-45.
  • 11 Jean-Marie Mayeur, La Séparation des Églises et de l’État, Paris, éditions ouvrières, 1991, 188 p.

5La réussite de l’inventaire ne signifie pas l’approbation de la population, loin de là. Au cours du premier semestre 1906, 17,4 % des inventaires sont réalisés par la force dans le diocèse de Saint-Brieuc 8 et 18,9 % dans celui de Vannes9. Une forte opposition ne suffit pas toujours à empêcher l’inventaire. Le 31 janvier 1906, l’inspecteur de l’enregistrement venu inventorier la mense épiscopale de Saint-Brieuc fait face à une foule hostile qui force l’entrée de l’évêché pour en barrer l’accès. L’agitation nécessite la réquisition de trois brigades de gendarmerie pour ramener l’ordre. La sonnette de l’évêché ayant été arrachée, les fonctionnaires entrent finalement dans le palais épiscopal par le mur qui le sépare de la préfecture contiguë10. Avant même les incidents parisiens de Sainte-Clotilde et de Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, traditionnellement considérés comme les premiers affrontements11, des échauffourées ont donc lieu à Saint-Brieuc.

  • 12 Le Journal de Lannion, 17 mars 1906 et Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…(...)
  • 13 Le Nouvelliste du Morbihan, 8 mars 1906.

6Les violences les plus spectaculaires ont lieu en mars dans les paroisses rurales, comme à Ploubezre, dans le Trégor. L’inventaire n’y a lieu qu’après un assaut de l’église de plus d’une heure par les forces de l’ordre, au cours duquel des portes et des vitraux sont brisés et le sous-préfet est blessé à la tête12. À Theix, dans le diocèse de Vannes, le receveur d’enregistrement et le secrétaire général de la Préfecture ne réussissent à entrer dans l’église que par une brèche creusée par deux sapeurs dans le mur près de la sacristie13.

  • 14 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 57.
  • 15 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 3833, procès-verbal d’inventaire de Plœuc.
  • 16 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 62.
  • 17 Cécile Barret, La Séparation des Églises et de l’État dans le Morbihan…, op. cit., p. 67.
  • 18 Arch. dép. du Morbihan, V 468, dossier Saint-Tugdual.

7Les fonctionnaires chargés de l’opération utilisent parfois des moyens plus pacifiques pour réaliser l’inventaire, préférant contourner l’opposition rencontrée lors de la première tentative que de l’affronter. Ainsi, 26,1 % des inventaires sont réussis à l’improviste dans les Côtes-du-Nord14. À Plœuc par exemple, le receveur des domaines, après avoir essuyé un échec quelques jours plus tôt, réussit à entrer dans l’église en profitant de l’arrivée d’un cortège funèbre15. Autre stratégie utilisée, les inventaires sur renseignements représentent 6 % du total des inventaires dans les Côtes-du-Nord 16 et 13 % dans le Morbihan17. Les données sont transmises le plus souvent par des républicains qui soutiennent l’opération, notamment des instituteurs, comme à Saint-Tugdual le 28 mars 190618.

  • 19 Arch. dép. du Morbihan, V 462, comptes rendus des inventaires.
  • 20 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 34-36.

8Les inventaires réalisés à la première tentative sans recourir à la force ou à la ruse sont très minoritaires. Les recteurs et les paroissiens se contentent parfois d’une opposition passive, qui s’exprime notamment par la lecture d’une protestation, souvent incorporée aux procès-verbaux. À Port-Louis comme à Palais, deux villes républicaines du Morbihan, l’inventaire se passe ainsi sans autre incident que la lecture des protestations19. La coopération simultanée des autorités civiles et religieuses est encore plus rare. Les paroisses où le fonctionnaire chargé de l’inventaire est bien accueilli par le clergé et les fidèles représentent moins de 1 % de l’ensemble. Dans les Côtes-du-Nord, les seuls cas de laissez-faire se rencontrent ainsi à Chatelaudren, Pédernec et Squiffiec20.

  • 21 Ibid., p. 59.

9La forte opposition rencontrée et la volonté d’apaisement des autorités civiles qui craignent des conséquences négatives sur les élections entraînent un retard considérable. Dans les deux évêchés, les derniers inventaires ne sont réalisés qu’en novembre 1906, lorsque le gouvernement décide de relancer et de terminer les opérations. Dans le diocèse de Saint-Brieuc, 173 inventaires sont réalisés le 20 novembre 21 – soit 43 % du total – la plupart du temps sans incident, les populations étant alors démobilisées. La résistance aux inventaires, globalement forte, n’a toutefois pas partout la même intensité.

Géographie de la résistance

  • 22 Jean-Marie Mayeur, « Géographie de la résistance aux inventaires… », op. cit., p. 1260.
  • 23 Arch. dép. du Morbihan, V 609, rapport du commissaire de Ploërmel au sous-préfet de Ploërmel, 8 ma (...)
  • 24 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 3884, procès-verbaux des inventaires dans le canton de Pontrieux.

10La représentation des contrastes de mobilisation pose un problème méthodologique, déjà mis en valeur par Jean-Marie Mayeur22. Quel(s) critère(s) objectif(s) adopter pour établir une carte qui laisse apparaître la force de l’opposition ? La réussite précoce ou tardive de l’inventaire ne peut être considérée comme un élément qui traduit l’ampleur de la mobilisation. À Taupont, près de Ploërmel, le receveur des domaines réussit certes à entrer dans l’église le 7 mars 1906, à la date prévue, mais après un affrontement de deux heures face à des centaines de paroissiens qui ont amoncelé des barres de fer et des fagots derrière les portes23. À l’inverse, à Brélidy, dans le Trégor, l’inventaire n’a lieu que le 20 novembre bien que la résistance ne semble pas y avoir été farouche. Le refus de collaborer du recteur et les portes fermées de l’église suffisent à faire partir les fonctionnaires chargés de l’inventaire qui reconnaissent eux-mêmes que la population était très calme et qu’il n’y a eu ni protestation ni manifestation24. La méthode utilisée pour établir l’inventaire ne peut pas davantage être retenue comme critère de distinction. L’opposition du clergé et du conseil de fabrique suffit à nécessiter l’emploi de la force tandis qu’une vaste mobilisation collective peut accompagner un inventaire qui se déroulera sans accroc si elle demeure pacifique.

  • 25 Ce travail a été réalisé essentiellement à partir de L’Arvor, Le Nouvelliste du Morbihan, La Semai (...)

11Plutôt que d’établir un tri subjectif à partir des sources officielles, de répartir les paroisses en fonction de la date ou de la forme de l’inventaire, ou même de croiser ces données pas toujours révélatrices du comportement des populations, le choix opéré a été de distinguer les paroisses selon le nombre de manifestants relevé dans les journaux cléricaux25.

La révolte face aux inventaires

La révolte face aux inventaires

12La barre arbitraire de 500 manifestants a été retenue pour séparer les paroisses où la mobilisation fut forte de celle où elle a été moindre. Bien sûr, ces chiffres, qui émanent de sources partiales promptes à exagérer la force de l’opposition, ne correspondent probablement pas à la vérité. Néanmoins, ils fournissent un indicateur de la vigueur du rejet des inventaires. Les sources cléricales se plaisent en effet à mettre au tableau d’honneur les paroisses où les manifestants sont nombreux. Quelques sondages réalisés avec des journaux républicains, souvent avares de chiffres, confirment d’ailleurs la hiérarchie ainsi établie. Le Réveil des Côtes-du-Nord, journal républicain socialiste, reconnaît par exemple que les affrontements ont été violents à Grâces-Uzel et Ploubezre, que des troubles sanglants ont eu lieu à Allineuc et qu’au moins un millier de paysans attendaient les fonctionnaires chargés de faire l’inventaire à Quessoy.

13Deux obstacles subsistent néanmoins. Certaines paroisses où la mobilisation fut importante ont-elles été laissées de côté par les journaux cléricaux qui ne disposaient pas de correspondants dans chaque commune ? Cela est possible ; la carte proposée est davantage un indicateur de mobilisation qu’une photographie précise. Mais la confrontation des informations publiées dans les journaux retenus avec d’autres sources, comme les procès-verbaux d’inventaires, montre que si ce fut le cas, il s’agit d’exemples isolés.

  • 26 Semaine Religieuse de Saint-Brieuc, 23 mars 1906, p. 200.
  • 27 Semaine Religieuse de Saint-Brieuc, 20 avril 1906, p. 201.

14La principale faille de cette méthode réside dans l’absence de prise en compte des paroisses où aucun agent de l’État ne s’est présenté pour réaliser l’inventaire. Certains fonctionnaires, avertis des probables incidents que leur venue risquait de provoquer, ont en effet différé leur déplacement, en attendant que les tensions s’apaisent. Le problème semble surtout se poser dans les Côtes-du-Nord : « L’inventaire devait avoir lieu vendredi à deux heures. Aucun agent ne s’est présenté » note ainsi la Semaine religieuse de Saint-Brieuc, à propos de Pluduno26. Le 20 avril 1906, le percepteur de Plouaret n’est toujours pas passé à Trégrom, où il avait annoncé sa venue pour le 9 mars27. Il est dès lors impossible de connaître la réaction des paroissiens. Les résultats obtenus sur la carte relative à la mobilisation observée doivent donc être affinés par la prise en compte des quelques paroisses où les administrateurs anticipent une forte opposition.

15La carte ainsi réalisée laisse apparaître un contraste est-ouest. Les manifestants dans les paroisses bretonnantes sont rarement plus de 500, tandis que la mobilisation paraît plus forte en Haute-Bretagne, particulièrement autour d’une dorsale parallèle à la frontière linguistique, qui va de Saint-Brieuc à l’estuaire de la Vilaine. Un petit foyer se distingue dans le Trégor intérieur. L’opposition, elle, paraît relativement faible en Haute-Cornouaille, dans le pays pourlet et sur les littoraux bas-bretons.

16La prise en compte du facteur démographique accentue encore le contraste. De nombreuses paroisses de Haute-Bretagne peu peuplées, dans lesquelles la mobilisation ne peut atteindre 500 personnes, s’opposent massivement aux inventaires, comme Trégenestre, Tréméloir ou Saint-René. La rareté des données numériques pour les rassemblements de moins de 300-400 personnes empêche malheureusement de proposer une carte pondérée par le nombre d’habitants à l’échelle du diocèse. A contrario, les quelques paroisses bretonnantes du diocèse de Vannes dans lesquelles se rassemblent plus de 500 personnes sont pour la plupart des grosses communes de plusieurs milliers d’habitants, à l’instar de la paroisse rurale de Languidic qui en compte 7 815 en 1906.

  • 28 Semaine Religieuse de Vannes, 24 mars 1906, p. 238.
  • 29 L’Arvor, 21 mars 1906.
  • 30 Arch. dép. du Morbihan, V 609, lettre du percepteur de Mauron à sous-préfet de Ploërmel, 9 mars 19 (...)

17En Haute-Bretagne, le nombre d’opposants massés autour de l’église paraît même dépasser parfois le nombre d’habitants. La Semaine religieuse de Vannes signale ainsi 1 200 manifestants à Billio28, chiffre sûrement exagéré mais qui, même divisé par deux, reste supérieur à la population de 582 habitants. Le soutien vient en effet des paroisses voisines. À Théhillac par exemple, au sud-est du diocèse de Vannes, environ 200 manifestants sont des paroissiens de Saint-Dolay qui viennent de faire échouer l’inventaire dans leur commune29. Néant se rend à Tréhorenteuc, Ménéac à Brignac30. Sainte-Anne d’Auray, où se rassemblent entre 8 000 et 20 000 personnes selon les sources, est l’un des rares lieux de mobilisation transfrontalière en Basse-Bretagne, mais cette paroisse constitue un cas à part : ce n’est pas une église paroissiale qui est ici défendue mais le cœur du catholicisme breton, le centre d’un pèlerinage dont le rayonnement dépasse le diocèse de Vannes.

  • 31 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 59.

18Les réserves méthodologiques précédemment énoncées n’invalident pas le constat réalisé, au contraire : la plupart des inventaires réalisés au mois de novembre, parmi lesquels figurent nombre de ceux qui n’avaient pas été tentés auparavant, sont faits en Haute-Bretagne. 81,6 % des inventaires de l’arrondissement de Dinan sont ainsi effectués en novembre31, preuve que de nombreux administrateurs redoutaient d’effectuer leur tâche dans l’est des Côtes-du-Nord. Ainsi, dans les diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes, même si les comportements à l’intérieur des deux aires linguistiques ne sont pas uniformes, le pays gallo s’oppose davantage aux inventaires que le pays bretonnant.

Les facteurs d’explication

  • 32 Atlas d’histoire de la Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2002, p. 128-129.
  • 33 Ibid., p. 130-131.
  • 34 Patrick Pierre, Les Bretons et la République, la construction de l’identité bretonne sous la IIIe (...)
  • 35 Stéphane Tourtelier, Les inventaires en Ille-et-Vilaine en 1906, mémoire de maîtrise, Rennes 2, 19 (...)

19La géographie de la résistance ne résulte pas de mobilisations spontanées qui dessineraient des clivages inédits. L’opposition entre la partie bretonnante et gallèse à l’intérieur des diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes se retrouve ailleurs, notamment dans le domaine politique. À l’échelle nationale comme à celle du Morbihan et des Côtes-du-Nord, l’opposition aux inventaires s’inscrit dans une tradition politique contre-révolutionnaire. Elle se rencontre là où la constitution civile du clergé fut massivement rejetée, à l’exception du sud-ouest du diocèse de Saint-Brieuc32. La mobilisation de 1906 se dessine également dans la superposition des cartes de l’insurrection de mars 1793 33 et du vote à droite à la fin du xixe siècle34. L’opposition aux inventaires est ainsi forte dans le pays de Moncontour, dans le diocèse de Saint-Brieuc, ou au sud-est du diocèse de Vannes. La forte résistance autour de Vitré, dans le diocèse de Rennes, montre que ces observations se vérifient également dans l’évêché voisin35. Même si la mobilisation revêt une forme religieuse, elle semble être aussi une forme de rejet du pouvoir républicain, s’inscrivant dans une longue tradition d’émotions villageoises à portée politique. La culture politique crée ainsi un terreau plus ou moins propice au soulèvement.

  • 36 Atlas d’histoire de la Bretagne…, op. cit., p. 118-119.
  • 37 Supplément à la Croix des Côtes-du-Nord, 18 mars 1906.
  • 38 L’Arvor, 21 mars 1906 et L’Union malouine et dinannaise, 7 et 8 mars 1906.
  • 39 Arch. dép. du Morbihan, V 609, rapport sur l’impossibilité de procéder à l’inventaire à Saint-Léry (...)

20Le deuxième facteur qui contribue à l’émergence d’une opposition est l’encadrement des paroissiens, principalement par la noblesse et par les prêtres. De nombreuses concordances existent entre la répartition des nobles avant la Révolution 36 et la carte des manifestations importantes. Dans les Côtes-du-Nord et le Morbihan, la présence nobiliaire la plus importante se rencontre dans le pays gallo. Les récits de journaux confirment le rôle joué par l’aristocratie dans la mobilisation des paroissiens en Haute-Bretagne. À Hénon, où l’emprise nobiliaire est forte, « châtelains et châtelaines en grand équipage, maîtres, domestiques et ouvriers » sont là lors des inventaires37. Leur présence ne peut être anecdotique. La maîtrise foncière et l’exercice de responsabilités politiques leur permettent d’exercer une influence déterminante. Les conseillers généraux du Boisrouvray et de La Bintinaye se font un devoir d’être présents aux inventaires dans leur canton, respectivement ceux de La Roche-Bernard dans le Morbihan et d’Évran, dans l’est des Côtes-du-Nord, pour encourager les paroissiens à résister38. À Saint-Léry, au nord-est du Morbihan, les manifestants les plus exaltés sont le comte et la comtesse Dunoday, venus de Mauron, le vicomte de La Morlais, maire de la commune, et son fils, maréchal des logis de hussards à l’école de Saumur39.

  • 40 Arch. dép. du Morbihan, V 468, dossier Trégranteur.

21Plusieurs nobles se placent également en tête des manifestants en tant que président du conseil de fabrique, comme le comte de Querhoënt, au Hinglé dans le diocèse de Saint-Brieuc ; à Trégranteur, dans le diocèse de Vannes, du Halgouët mène une révolte qui rassemble plus de 300 personnes (sur 490 paroissiens) à l’issue de laquelle une pierre frappe le précepteur40. C’est surtout un catholicisme blanc, héritier de la droite contre-révolutionnaire qui s’oppose aux inventaires.

  • 41 Arch. dép. du Morbihan, V 609, rapport de l’inventaire de Sérent par le commissaire spécial de Plo (...)
  • 42 Patrick Mahéo, « Deux prêtres arrêtés à Sérent », Le Cartenbihan, n° 10, juin 1984.

22Outre l’aristocratie, le clergé joue également un rôle important dans la mobilisation des paroissiens, comme l’illustrent les exemples opposés de Sérent et de Muzillac, deux paroisses du diocèse de Vannes. Dans la première, l’opposition à l’inventaire est farouche : 600 à 700 manifestants sont déployés autour de l’église et dans celle-ci41 ; ses portes sont barricadées à l’aide d’enchevêtrements de fagots, de poutrelles et de madriers maintenus par des barres de fer scellées dans le mur. Les ecclésiastiques, au nombre de sept ou huit selon le fonctionnaire chargé de l’inventaire, dirigent l’opposition. Deux vicaires, accusés d’exciter la foule et d’avoir bousculé l’agent de l’État, sont même arrêtés par les gendarmes. Les abbés Frinault et Hovelaque deviendront des martyrs des inventaires, à la faveur de l’édition en carte postale d’une photographie de leur interpellation42.

  • 43 Le Nouvelliste du Morbihan, 6 février 1906.
  • 44 Arch. dép. du Morbihan, V 462, comptes rendus des inventaires.
  • 45 Archives nationales, F19 3057, dossier Dunebrouck, lettre du préfet du Morbihan au ministre des Cu (...)

23À l’opposé de Sérent qui s’oppose aux inventaires sous la direction des prêtres des environs, Muzillac reste très calme. « Les opérations d’inventaire se sont produites sans incident43 » précise laconiquement Le Nouvelliste du Morbihan. Les sources préfectorales sont plus précises : « le receveur des domaines n’a rencontré aucune difficulté dans l’accomplissement de sa mission. Le curé, qui était seul dans son église, la lui a même facilité 44 [sic] ». Cet ecclésiastique est Constant Dunebrouck, né en 1849 à Lorient, décrit par le préfet lors de sa nomination à la cure de Muzillac comme « un esprit conciliant, si rare parmi les prêtres du Morbihan », aux « idées larges, vivant cordialement avec tout le monde, même les fonctionnaires et instituteurs et pour ce motif assez mal vu des royalistes et en guerre ouverte avec son conseil de fabrique45 ». La présence de ce clerc républicain explique ainsi l’exceptionnel accueil réservé au fonctionnaire chargé de l’inventaire, dans une région pourtant prompte à s’y opposer.

  • 46 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., annexe IV.
  • 47 Arch. Nat., F19 5503, liste des prêtres dont le traitement a été suspendu pour usage du breton.

24La résistance des prêtres ne détermine toutefois pas l’opposition collective. Une carte réalisée par Marie-Hélène Bataille montre que les ecclésiastiques dénoncés par l’administration pour leur agitation, qui représentent un tiers du clergé, se répartissent uniformément de part et d’autre de la limite linguistique46. Faut-il voir dans la mobilisation relativement importante des prêtres bas-bretons la conséquence des suppressions de traitement pour usage du breton ? Il semble que non, la proportion de prêtres briochins particulièrement actifs dans la résistance aux inventaires parmi les ecclésiastiques sanctionnés 47 étant même inférieure à celle observée dans l’ensemble du clergé. Au premier abord, l’exemple vannetais pourrait laisser croire le contraire : l’opposition aux inventaires est en effet forte dans au moins sept des dix paroisses dirigées par un ecclésiastique sanctionné. Mais le gouvernement avait choisi de ne supprimer que le traitement de certains curés, souvent avec des arrière-pensées politiques. La géographie des suppressions de traitement coïncide donc avec celle des paroisses rurales fortement peuplées et souvent conservatrices. Il n’est donc pas surprenant d’y retrouver des manifestations fortes contre les inventaires. La vive opposition des prêtres semble donc davantage motivée par le facteur politique que par des considérations linguistiques.

  • 48 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 3884, inventaire à Saint-Clet.

25Si, localement, le comportement des ecclésiastiques peut influencer celui des paroissiens, la mobilisation des prêtres ne suffit pas à entraîner la foule. Le rapport de l’agent des domaines chargé de faire l’inventaire à Saint-Clet, dans le Trégor, vient confirmer ce constat : « peu de monde, malgré le tocsin ! Le desservant m’a paru très violent mais ses paroissiens très calmes48 ». Les fidèles ne semblent en fait se mobiliser derrière leurs prêtres que lorsqu’ils pensent lutter pour les valeurs collectives de la communauté.

  • 49 Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, Paris, Fayard, 1992, figure 19.
  • 50 François-André Isambert, et Jean-Paul Terrenoire, Atlas de la pratique religieuse des catholiques (...)
  • 51 Atlas d’histoire de la Bretagne…, op. cit., p. 164-165.
  • 52 Voir notamment Michel Denis et Claude Geslin, La Bretagne des Blancs et des Bleus, 1815-1880, Renn (...)

26Le sentiment de défendre une identité paroissiale menacée constitue ainsi le troisième facteur d’opposition aux inventaires. L’élément religieux est ici décisif. La géographie de l’opposition aux inventaires coïncide largement avec celle du recrutement clérical49. Les régions qui se rebellent sont aussi celles où la pratique religieuse est forte au milieu du xxe siècle50. À l’inverse, là où elle est faible à l’échelle de la Bretagne, comme dans le sud du Trégor, en Haute-Cornouaille ou dans le pays pourlet, les affrontements sont rares. Sans surprise, la carte des fortes manifestations contre les inventaires est aussi celle de la forte scolarisation au xixe siècle et celle des écoles privées au xxe51. Certes, à chaque fois, des contre-exemples peuvent être observés. L’opposition aux inventaires peut être vive dans une paroisse sans que tous les facteurs de mobilisation soient réunis. Mais plus ces facteurs sont nombreux, plus le risque de troubles est élevé. La résistance aux inventaires est donc loin d’être une manifestation isolée. Elle s’insère dans une histoire longue, marquée par l’opposition entre Bleus et Blancs52. Dans les terres de prêtres, qui votent pour la plupart à droite, la culture paroissiale se cimente autour de la pratique religieuse et l’inventaire est perçu comme une intrusion qui la menace.

  • 53 Samuel Gicquel, Prêtres de Bretagne. Les carrières ecclésiastiques dans les diocèses de Saint-Brie (...)

27Les églises symbolisent d’autant plus cette culture paroissiale que beaucoup d’entre elles ont été reconstruites au cours des décennies précédentes. L’héritage de cet investissement collectif est trop rarement souligné dans les études relatives aux manifestations contre les inventaires. La géographie de la construction 53 ne se superpose pas à la résistance mais la défense du nouvel édifice peut servir de catalyseur à la mobilisation. À Crédin, dans le diocèse de Vannes, où l’église est spectaculairement barricadée, la protestation du conseil de fabrique est explicite :

  • 54 Arch. dép. du Morbihan, V 463, protestation du conseil de fabrique contre l’inventaire, non datée.

« Chacun chez soi. C’est ici la maison de Dieu. Elle a été bâtie et ornée par la générosité de tous les paroissiens de Crédin, l’or du riche et l’obole du pauvre. L’État ne nous a rien donné, il n’a le droit à rien ; il ne peut y avoir de loi contre le droit. Cette église serait donc la propriété collective de toutes nos familles chrétiennes si elle n’avait été librement et par un acte solennel donnée à Dieu et consacrée à son culte le 2 août 190454 ».

  • 55 Le Morbihannais, 16 mars 1906.

28La communauté paroissiale, qui s’est investie dans la rénovation ou la construction d’une église, vit mal l’inventaire qu’elle perçoit souvent comme le prélude à une expropriation. À Brandérion, près de Hennebont, les facteurs sociaux et politiques se superposent à la défense de la nouvelle église : le comte de Goulaine, sénateur, s’insurge contre une éventuelle nationalisation de l’église pour laquelle son beau-frère, le comte de Perrien, a légué 25 000 F55.

  • 56 Protestations contre les inventaires d’églises en Bretagne, Saint-Brieuc, imprimerie René Prud’hom (...)

29Les paroisses du diocèse de Saint-Brieuc se mobilisent derrière les mêmes arguments. Le recteur de Cesson s’indigne ainsi contre « l’inventaire d’une église qu’[il a] eu tant de peine à édifier, une église dont le mobilier, tant de l’intérieur que de la sacristie, est le fruit de [s]es dons [et] de ceux de généreux paroissiens56 ». Les mêmes scènes se reproduisent à Langourla, Calorguen ou Merdrignac.

30Ainsi la mobilisation contre les inventaires est-elle forte lorsque la communauté paroissiale vit l’intrusion du fonctionnaire chargé de l’opération comme une agression extérieure. Dans les diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes, cela est surtout le cas dans les terres cléricales de tradition contre-révolutionnaire, où la pratique religieuse est forte. Comme dans de nombreux diocèses de l’ouest de la France, l’alliance du peuple avec les nobles et les prêtres – autorités locales généralement opposées aux inventaires – contribue en outre au succès de la mobilisation. En Haute-Cornouaille, dans le pays pourlet, au sud du Trégor et sur les littoraux bas-bretons, le catholicisme bleu s’oppose moins vigoureusement aux inventaires. Le comportement de ces territoires s’apparente ainsi davantage à celui d’autres régions chrétiennes, comme la Savoie ou le Béarn. Les contrastes observés à l’échelle de la France se retrouvent ainsi, certes un peu atténués, à l’échelle des diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes.

Notes

1 Jean-Marie Mayeur, « Géographie de la résistance aux inventaires (février-mars 1906) », Annales ESC, 1966, p. 1259-1272.

2 Patrick Cabanel, « La révolte des inventaires », in Jean-Pierre Chantin, et Daniel Moulinet, dir., La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Paris, éditions de l’Atelier, 2005, p. 91-108.

3 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises et l’opinion publique dans les Côtes-du-Nord en 1906, mémoire de maîtrise, Université Rennes 2, 1970, p. 189.

4 Archives départemantales du Morbihan, V 607.

5 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 3833, lettre du trésorier payeur général au préfet des Côtes-du-Nord, 9 mars 1906.

6 Le Nouvelliste du Morbihan, 13 mars 1906.

7 Arch. dép. du Morbihan, V 468.

8 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 54.

9 Cécile Barret, La Séparation des Églises et de l’État dans le Morbihan, mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1988, p. 73.

10 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 43-45.

11 Jean-Marie Mayeur, La Séparation des Églises et de l’État, Paris, éditions ouvrières, 1991, 188 p.

12 Le Journal de Lannion, 17 mars 1906 et Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 46-47.

13 Le Nouvelliste du Morbihan, 8 mars 1906.

14 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 57.

15 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 3833, procès-verbal d’inventaire de Plœuc.

16 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 62.

17 Cécile Barret, La Séparation des Églises et de l’État dans le Morbihan…, op. cit., p. 67.

18 Arch. dép. du Morbihan, V 468, dossier Saint-Tugdual.

19 Arch. dép. du Morbihan, V 462, comptes rendus des inventaires.

20 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 34-36.

21 Ibid., p. 59.

22 Jean-Marie Mayeur, « Géographie de la résistance aux inventaires… », op. cit., p. 1260.

23 Arch. dép. du Morbihan, V 609, rapport du commissaire de Ploërmel au sous-préfet de Ploërmel, 8 mars 1916.

24 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 3884, procès-verbaux des inventaires dans le canton de Pontrieux.

25 Ce travail a été réalisé essentiellement à partir de L’Arvor, Le Nouvelliste du Morbihan, La Semaine religieuse de Vannes, La Semaine religieuse de Saint-Brieuc et L’indépendance bretonne.

26 Semaine Religieuse de Saint-Brieuc, 23 mars 1906, p. 200.

27 Semaine Religieuse de Saint-Brieuc, 20 avril 1906, p. 201.

28 Semaine Religieuse de Vannes, 24 mars 1906, p. 238.

29 L’Arvor, 21 mars 1906.

30 Arch. dép. du Morbihan, V 609, lettre du percepteur de Mauron à sous-préfet de Ploërmel, 9 mars 1906.

31 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., p. 59.

32 Atlas d’histoire de la Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2002, p. 128-129.

33 Ibid., p. 130-131.

34 Patrick Pierre, Les Bretons et la République, la construction de l’identité bretonne sous la IIIe République, Rennes, PUR, 2001, p. 189.

35 Stéphane Tourtelier, Les inventaires en Ille-et-Vilaine en 1906, mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1989, 121 p.

36 Atlas d’histoire de la Bretagne…, op. cit., p. 118-119.

37 Supplément à la Croix des Côtes-du-Nord, 18 mars 1906.

38 L’Arvor, 21 mars 1906 et L’Union malouine et dinannaise, 7 et 8 mars 1906.

39 Arch. dép. du Morbihan, V 609, rapport sur l’impossibilité de procéder à l’inventaire à Saint-Léry, le 12 mars 1906.

40 Arch. dép. du Morbihan, V 468, dossier Trégranteur.

41 Arch. dép. du Morbihan, V 609, rapport de l’inventaire de Sérent par le commissaire spécial de Ploërmel, 8 mars 1906.

42 Patrick Mahéo, « Deux prêtres arrêtés à Sérent », Le Cartenbihan, n° 10, juin 1984.

43 Le Nouvelliste du Morbihan, 6 février 1906.

44 Arch. dép. du Morbihan, V 462, comptes rendus des inventaires.

45 Archives nationales, F19 3057, dossier Dunebrouck, lettre du préfet du Morbihan au ministre des Cultes, 13 décembre 1902.

46 Marie-Hélène Bataille, Les inventaires des biens d’églises…, op. cit., annexe IV.

47 Arch. Nat., F19 5503, liste des prêtres dont le traitement a été suspendu pour usage du breton.

48 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 3884, inventaire à Saint-Clet.

49 Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, Paris, Fayard, 1992, figure 19.

50 François-André Isambert, et Jean-Paul Terrenoire, Atlas de la pratique religieuse des catholiques en France, Paris, Presses de la Fondation nationale de Sciences politiques, Éditions du CNRS, 1980, p. 34.

51 Atlas d’histoire de la Bretagne…, op. cit., p. 164-165.

52 Voir notamment Michel Denis et Claude Geslin, La Bretagne des Blancs et des Bleus, 1815-1880, Rennes, Éditions Ouest-France, 2003, 719 p.

53 Samuel Gicquel, Prêtres de Bretagne. Les carrières ecclésiastiques dans les diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes (1801-1905), thèse d’histoire, Rennes 2, 2006, annexe n° 55.

54 Arch. dép. du Morbihan, V 463, protestation du conseil de fabrique contre l’inventaire, non datée.

55 Le Morbihannais, 16 mars 1906.

56 Protestations contre les inventaires d’églises en Bretagne, Saint-Brieuc, imprimerie René Prud’homme, 1907, p. 235.

Table des illustrations

Titre La révolte face aux inventaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23585/img-1.png
Fichier image/, 341k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540