Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

Les effets de la Séparation sur l’architecture ecclésiale au Canada français : l’avènement d’une église bretonne en Acadie

Luc Noppen

Texte intégral

Les lois de Séparation et le contexte canadien

1L’arrivée massive de religieux français au Canada, autour de 1900, a eu un impact considérable sur le paysage construit : églises, chapelles, couvents, collèges, noviciats et autres bâtiments utiles à leur installation et à leurs œuvres se sont multipliés. Au-delà de l’effet du nombre, la Séparation a aussi imposé un retour à une architecture « à la française », une fois consacré le statut du Canada français comme terre promise de la catholicité francophone. Parmi ces religieux migrants, les Eudistes, en particulier, ont beaucoup construit, au Québec et en Nouvelle-Écosse. L’un d’eux a laissé en sol canadien un monument imposant, l’église Sainte-Marie de la Pointe-de-l’Église, en Nouvelle-Écosse. Cet article se propose d’en établir la sémiogenèse en vue de le faire connaître comme monument néo-breton.

  • 1 Nous avons déjà abordé le cas de l’église Saint-Cœur-de-Marie de Québec pour laquelle Arthur Régna (...)

2L’instigateur de la translation du savoir-faire architectural breton au Canada a été le père Pierre-Marie Dagnaud (1858-1930), professeur au collège de Redon, qui arriva à la Pointe-de-l’Église (Nouvelle-Écosse) en 1899, où il prit la direction du collège Sainte-Anne et la cure de la paroisse Sainte-Marie. Dès son arrivée en poste, il commanda les plans d’une nouvelle église à son ami rennais, l’architecte Arthur Régnault (1839-1932), bien connu pour ses nombreuses réalisations en Ille-et-Vilaine. Puis, au fil de ses migrations (Halifax, Caraquet, Québec), il confia d’autres mandats à cet architecte prolifique1.

3L’envoi de plans et l’usage de référents bretons (et français) a permis de ressourcer l’architecture religieuse des Canadiens français – à court d’inspiration en ce début du xxe siècle –, bien que le métissage entre les typologies et les styles ecclésiaux métropolitains et les savoir-faire constructifs locaux ait donné lieu à des chantiers complexes. Peu appréciée par les constructeurs et architectes locaux, qui ont revendiqué la paternité des projets du fait de la surveillance de chantiers ou d’une quelconque adaptation au site des plans originaux, le recours aux talents d’outre-Atlantique a été peu diffusé ; parmi d’autres, l’Association des architectes de la Province de Québec jugeait la pratique illégale. La découverte du tandem Dagnaud/Régnault met à jour un mécanisme de transfert de modèles architecturaux français qui, nous le présumons, a été beaucoup plus important que l’histoire de l’architecture religieuse du Québec ne l’admet aujourd’hui, au nom de la valorisation d’une prétendue capacité créatrice locale.

4Dans plusieurs de nos travaux antérieurs, nous avons souligné l’apport des religieux immigrants et exilés au redéploiement de l’architecture ecclésiale à Québec et à Montréal. Cela nous a permis de démontrer que, dans la seconde moitié du xixe siècle, en tant que principal maître d’ouvrage du Canada français, l’Église catholique n’échappe pas au débat des styles. La question est toujours claire : quel style est le plus apte à habiller les lieux de culte, à affirmer la préséance de l’Église dans le paysage construit ?

  • 2 C’est le cas du jésuite Félix Martin, du père Joseph Michaud, clerc de Saint-Viateur et du chanoin (...)

5Dans la seconde moitié du xixe siècle, l’Église catholique va d’abord proscrire l’appel aux architectes dits non-croyants. Devant la pénurie de talents locaux, elle se trouve alors obligée de faire appel à des architectes catholiques mais étrangers. Puis, dans une logique ultramontaine poussée à ses limites, l’Église ira jusqu’à prétendre former ses propres architectes pour mieux contrôler son image de marque dans le paysage construit2. Mais en même temps, la professionnalisation de la pratique architecturale met un frein à l’enthousiasme de tous ces clercs et habiles ouvriers qui s’étaient autoproclamés architectes.

6Les clercs et religieux français qui arrivent au Canada français autour de 1900 vont rapidement constater l’indigence de la création architecturale et artistique qui y règne et tenter, de différentes façons, d’y suppléer.

La collaboration outre-Atlantique

7Les lois de Séparation vont avoir un effet significatif sur le renouvellement de l’architecture ecclésiale canadienne-française. Les religieux exilés au Canada apportent avec eux une connaissance précise de référents (les églises, collèges et couvents dont ils ont été dépossédés) ; ils ont aussi un réseau d’amis et de collaborateurs en architecture auquel ils peuvent faire appel, à défaut de considérer ou de trouver des ressources locales.

8Pour illustrer ma thèse j’utiliserai l’exemple de la collaboration qui s’est instaurée entre deux Bretons, l’un exilé de Redon, nommé curé d’une paroisse acadienne, l’autre architecte diocésain à Rennes. Cette collaboration a donné naissance à plusieurs églises et chapelles dans les provinces maritimes du Canada (Nouvelle-Écosse, Nouveau Brunswick) et au Québec. Je m’attarderai sur l’une de ces églises en particulier : Sainte-Marie à la Pointe-de-l’Église en Nouvelle-Écosse (fig. 1 - cahier 2).

  • 3 Des paroissiens de Sainte-Marie qui l’ont connu disent que cela décrit bien le père Dagnaud (L’Égl (...)

9Le père Pierre-Marie Dagnaud est né à Bains-sur-Oust, le 5 novembre 1858 (fig. 2 - cahier 2). Fils de charpentier, entré au juvénat des Eudistes de la Roche-du-Teil à l’âge de 13 ans, il est ordonné prêtre en 1882. Surveillant au collège Saint-Martin de Rennes en 1880, il occupe, à partir de 1883, une charge d’enseignement en sciences au collège Saint-Sauveur de Redon. Pendant les dix-sept années qu’il y œuvre, il compose un Précis d’algèbre et un Cours de botanique, tout en y assumant la tâche de préfet de discipline. On lui reconnaissait d’ailleurs un tempérament autoritaire : « il ne s’inclinait pas facilement devant les idées des autres, Immédiatement il imposait les siennes qu’il justifiait de son mieux3 ».

  • 4 Basile-J. Babin, Entre le marteau et l’enclume. Pierre-Marie Dagnaud à la Pointe-de-l’Église, Nouv (...)

10C’est le père Ernest Régnault (1841-1923), assistant général de la congrégation, qui recommande la nomination de Pierre-Marie Dagnaud comme supérieur du collège Sainte-Anne et curé de la paroisse Sainte-Marie de la Pointe-de-l’Église, en 1899. Or ce père Régnault est le frère de l’architecte Arthur Régnault avec lequel le père Dagnaud s’était lié d’amitié4.

  • 5 Sur Arthur Régnault, voir : Hélène Guéné et François Loyer. L’Église, l’État et les architectes. R (...)

11Arthur Régnault (1839-1932), fils de médecin, est né à Bain-de-Bretagne. Il étudie à Rennes, puis à Paris, et s’établit comme architecte à Rennes en 1866 où il agit en pratique privée, mais aussi en tant qu’architecte diocésain ; on lui doit 77 églises dans le département d’Ille-et-Vilaine5. En matière d’architecture ecclésiale, la production de Régnault se partage en deux groupes. Le premier, inscrit dans la foulée des travaux du chanoine Joseph Brune (1807-1890), professeur d’archéologie religieuse à Rennes, est consacré à la valorisation des formes de l’héritage médiéval breton, surtout celui constitué des églises et chapelles du Finistère qui inspirent à Régnault de nouvelles églises en Ille-et-Vilaine. La deuxième manière de l’architecte s’attache au vocabulaire formel et aux principes constructifs de l’architecture romano-byzantine, qu’il redécouvre dans quelques grands monuments du Poitou et de l’Angoumois et qu’il adapte aux matériaux et aux capacités techniques des ouvriers dans les petites paroisses du diocèse de Rennes.

L’avènement du curé constructeur

  • 6 Sur cet architecte et son travail au collège Sainte-Anne, voir : Robert C. Tuck. Gothic Dreams : t (...)
  • 7 « Le 10 novembre 1901, une assemblée des habitants de Concessions, présidée par le R.P. Dagnaud, d (...)
  • 8 Luc Noppen. « Un lieu de mémoire des Eudistes : l’église et le presbytère Sacré-Cœur de Chicoutimi (...)

12Dès son arrivée à la Pointe-de-l’Église, Pierre-Marie Dagnaud est confronté à des chantiers de construction. D’abord, celui du collège Sainte-Anne, dont un premier bâtiment, inauguré en 1891, avait été rasé par le feu en janvier 1899, quelques mois à peine avant l’arrivée en Acadie du nouveau supérieur des Eudistes. Son prédécesseur, le père Gustave Blanche, avait entrepris la reconstruction d’après des plans de l’architecte William C. Harris 6 en avril 1899. Celui-ci – protestant – n’avait cependant pas livré les plans de la chapelle, pas plus qu’il ne surveillait le chantier au collège. Ensuite, dès 1901, le curé Dagnaud entreprend de faire reconstruire l’église « des Concessions », église succursale qui deviendra plus tard l’église de la paroisse Notre-Dame-du-Mont-Carmel 7 et dont le chantier n’aurait pas, selon la tradition locale, été guidé par des plans d’un architecte. Enfin, tout en étant établi à la Pointe-de-l’Église, le père Dagnaud est mêlé au projet de construction de l’église Sacré-Cœur à Chicoutimi 8 au Québec, où les Eudistes s’établissent en 1902. Là, la congrégation retient les services de l’architecte René-P. Lemay. Celui-ci avait déjà livré les plans de plusieurs églises pour les paroisses catholiques des provinces maritimes, mais son mandat à Chicoutimi s’explique surtout par le fait qu’il était déjà très actif au Saguenay à cette époque, notamment comme architecte de la Compagnie de pulpe de Chicoutimi.

  • 9 Dagnaud fournit un devis détaillé qui est repris dans le contrat de l’entrepreneur Thibodeau. La c (...)

13À l’évidence, le père Dagnaud n’est pas satisfait de l’église de la paroisse Notre-Dame-du-Mont-Carmel des Concessions, en tant qu’œuvre d’architecture. Le constructeur local, Léo Melanson, a livré un bâtiment, sympathique certes, mais qui, aux yeux d’un connaisseur comme le curé breton, manque de raffinement (fig. 3 - cahier 2). Surtout, un œil averti pouvait y déceler une influence du style gothique protestant, prépondérant en Nouvelle-Écosse. Puis, s’agissant du parachèvement intérieur de la chapelle du collège Sainte-Anne, Dagnaud rencontre maintes difficultés ; il doit trouver des modèles, établir un devis, conclure des marchés, toutes choses pour lesquelles il cherche de l’aide en France, avec beaucoup d’acharnement9. Enfin, si on tente d’évaluer l’impact qu’a eu le projet de l’église Sacré-Cœur de Chicoutimi sur les décisions que prendra Dagnaud à la Pointe-de-l’Église et à Québec plus tard, un fait s’impose : il n’a pas été satisfait de la réduction qu’a subie le projet grandiose qu’il avait contribué à formuler. Sur place, l’architecte Lemay a convaincu d’un parti architectural plus sobre ; il livre les plans d’une église néogothique en pierre, érigée de 1903 à 1905.

14Pour réaliser son grand projet – doter la paroisse Sainte-Marie d’une grande église qui deviendrait l’icône de la présence des Eudistes en Acadie – Pierre-Marie Dagnaud doit se rendre à l’évidence : il lui faut l’aide d’un architecte pour en établir les plans. Sa fréquentation des hommes de métier et des charpentiers dans sa Bretagne natale, ses connaissances scientifiques et même quelques bons ouvrages sur l’architecture des églises ne suffisent pas à la tâche.

L’église Sainte-Marie, église bretonne ?

  • 10 L’Église Ste-Marie … op. cit., p. 21-24.
  • 11 Cité par Philippe Bonnet. « Églises du xxe siècle en Bretagne de la Loi de Séparation à Vatican II (...)

15Lorsque Pierre-Marie Dagnaud débarque à la Pointe-de-l’Église le 22 août 1899, la paroisse possède déjà une église qui, de l’avis de plusieurs, suffit à la tâche. Qui plus est, le monument, dit « la grande église », jouit d’une renommée certaine, ayant été érigé en 1820 par l’abbé Jean-Mandé Sigogne, prêtre français exilé du fait de la Révolution et qui s’était établi dans la baie Sainte-Marie en 1799 pour y desservir la communauté des Acadiens. La décision autoritaire du nouveau curé de remplacer cette église et d’en construire une nouvelle surprend autant les paroissiens que ses confrères eudistes, en 190210. Elle s’explique sans doute beaucoup par la figure architecturale de l’église existante, modelée sur l’église anglicane Saint Paul’s d’Halifax, monument du classicisme britannique. Adepte des thèses du chanoine Brune, pour qui « le style ogival du xiiie siècle est le plus approprié aux besoins et aux idées du culte catholique, et en même temps tout aussi économique que les styles grec et romain11 », le père Dagnaud n’a jamais voulu même considérer de conserver le bâtiment ancien pour l’utiliser comme salle paroissiale. Il l’a fait démolir pour réutiliser le bois dans la construction d’un nouveau couvent pour les religieuses œuvrant au collège.

  • 12 L’affirmation, avec une photo lointaine de l’église de Bains-sur-Oust, apparaît en 1980 dans : L’É (...)
  • 13 Guéné et Loyer, op. cit., p. 44-69.

16Bref, la construction d’un nouveau lieu de culte donne l’occasion au père Dagnaud de promouvoir sa vision de ce qu’est une architecture de qualité. Pour guider le chantier de la nouvelle église Sainte-Marie qu’il inaugure en mai 1903, il aurait donc demandé à son ami architecte, Arthur Régnault de lui envoyer des plans d’une église qui, selon une tradition véhiculée à la Pointe-de-l’Église, s’inspirerait de celle de sa paroisse natale, Bains-sur-Oust 12 (fig. 4 - cahier 2), près de Redon. Or, il vaut la peine de relever une anomalie : ce n’est pas Arthur Régnault qui avait livré les plans de cette église bretonne, construite laborieusement à partir de 1863 (nef) à 1884 (façade), mais plutôt Jacques Mellet (1807-1876) et son fils Henri Mellet (1852-1926), des contemporains et confrères de Régnault, et architectes tout aussi connus dans le département d’Ille-et-Vilaine13.

  • 14 Pour s’en convaincre, il suffit de consulter : Francis Muel (dir.), Ille-et-Vilaine. Églises et ch (...)

17Le plan reçu de France n’ayant pas été retrouvé, on doit se satisfaire des quelques bribes d’informations glanées ici et là pour en savoir plus. Pour l’essentiel, on sait que ce plan proposait la construction d’une église en pierre, comme l’usage le veut en Europe au xixe siècle ; lors de la pose de la première pierre, le 19 juin 1903, l’évêque O’Brien – qui avait approuvé le plan – constatant que l’église serait érigée en bois, exprime d’ailleurs tout haut son désaccord, disant avoir été trompé. Dans ce contexte, l’église construite à la Pointe-de-l’Église paraît ressembler à plusieurs églises bretonnes, à condition de comprendre que Pierre-Marie Dagnaud a dû se livrer à un important travail de réingénérie pour construire en bois un bâtiment conçu pour être érigé en pierre. Nous y reviendrons14.

18L’église Sainte-Marie de la Pointe-de-l’Église est donc construite en bois, de 1903 à 1905, sur un plan en croix latine, avec une abside formée par trois pans coupés. Elle mesure 57 m de long ; sa nef mesure 25 m de large et 41 m aux transepts ; la fausse voûte s’élève à 19 mètres. La flèche du clocher atteint aujourd’hui 56 m, 9 de moins que sa hauteur originelle de 65 m ; elle a été raccourcie en 1914 après avoir été frappée par la foudre. Par rapport au supposé modèle breton de Bains-sur-Oust, l’église acadienne serait tronquée de deux travées ; plus courte, elle paraît donc plus haute (fig. 5 - cahier 2).

19Si, par son plan au sol, l’église Sainte-Marie ne se distingue pas vraiment de l’architecture des églises du Canada français, le bâtiment acadien est cependant bien français du fait d’un ensemble de traits structurels et formels, lisibles tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. C’est d’abord l’élévation latérale, flanquée de bas-côtés en appentis et percée d’une claire-voie qui distingue l’église Sainte-Marie : les monuments religieux du Canada catholique avaient depuis fort longtemps abandonné ce dispositif, coûteux à construire et impossible à chauffer. Puis, la façade de l’église est dominée par un imposant avant-corps où deux tourelles d’escalier encadrent la haute tour surmontée d’une élégante flèche, elle-même cantonnée de quatre échauguettes fléchées. Ce type d’assemblage et, surtout, l’emphase mise sur la combinaison hauteur/silhouette pittoresque sont bien typiques du renouveau de l’architecture religieuse en Bretagne dans la seconde moitié du xixe siècle.

20L’intérieur est grandiose : la haute nef s’ouvre sur les bas-côtés à travers une rangée de grandes arcades en plein cintre portées par des colonnes et des chapiteaux ; elle est couverte par une fausse voûte d’ogive très bombée, découpée par des nervures rondes (fig. 6 - cahier 2). L’élévation de trois étages (grandes arcades, faux triforium et fenêtres hautes), tout comme la fausse voûte, emprunte à l’architecture de transition entre le roman et le gothique des xiie et xiiie siècles français, tel que les architectes du xixe siècle l’avaient compris. Mais la transposition d’un tel intérieur, dont on retrouvera quelques exemples au Canada dans les années 1920, surprend ici par son caractère précoce.

  • 15 Ces chaises, attachées ensemble par des tringles fixées sous les bancs, sont visibles sur des phot (...)

21Un détail aussi révèle les origines du bâtiment : dès son ouverture, l’église était meublée de chaises, comme c’est l’usage en France, et non de bancs, comme le veut l’usage dans les paroisses catholiques du Québec et du Canada depuis le xviiie siècle15.

22En fait, la principale différence majeure entre l’église de Bains-sur-Oust et celle de Pointe-de-l’Église tient de ce que les monuments bretons sont érigés en pierre. C’est probablement cette transposition d’un matériau vers l’autre qui a entraîné ou soutenu tous les autres changements. Le bois permet en effet de construire plus haut, plus léger, d’aérer le volume intérieur, d’agrandir les fenêtres.

  • 16 Cité par Philippe Bonnet, op. cit., p. 81.

23Il faut toutefois prendre garde à ne comparer l’église Sainte-Marie qu’à celle de Bains-sur-Oust. En effet, pourquoi Arthur Régnault aurait-il envoyé des plans d’une église dont il n’était pas l’auteur, surtout lorsqu’on sait quel travail représente le relevé méticuleux d’un tel bâtiment ? On peut penser qu’il a plutôt envoyé les plans d’une des églises qu’il avait conçues ou encore qu’il a proposé des plans généraux d’une église de son cru, dont l’image d’ensemble pourrait à première vue correspondre à celle de Bainssur-Oust, mais dont les détails lui appartiennent ou à tout le moins lui conviennent. À cet égard, il faut remarquer que la façade de l’église Sainte-Marie de la Pointe-de-l’Église ressemble plus à celle de Saint-Martin de Vitré (fig. 7 - cahier 2), due aux plans de Henri Mellet (l’architecte, on se rappelle, de la façade de Bains-sur-Oust), dessinés en 1883. De plus, l’architecture intérieure de l’église Saint-Martin de Vitré (fig. 8 - cahier 2) est un modèle beaucoup plus probant pour l’église acadienne que celle de l’église de la paroisse natale du père Dagnaud, dotée de grands arcs ogivaux ; par ailleurs, la flèche du clocher de Sainte-Marie s’inspire très directement de celle de l’église Saint-Pierre de Châteaubourg (fig. 9 - cahier 2) dont l’architecte est précisément Arthur Régnault (1889). Dans cette voie, il semble probable qu’une analyse plus poussée avec d’autres exemples comparables, notamment à l’aide de relevés architecturaux, permettrait de conclure que l’architecte Régnault a livré au père Dagnaud une composition originale. Que les plans de Régnault ressemblent à ceux des églises des Mellet s’explique au demeurant tout simplement par l’adhésion de ces deux architectes à l’enseignement du chanoine Joseph Brune qui, dans son Résumé du cours d’archéologie professé au séminaire de Rennes, suivi de notices historiques et descriptives sur les principaux monuments religieux du diocèse, illustre un certain nombre d’églises qui « dans leur ensemble ou leurs détails, dans leur architecture ou leur décoration, méritent le plus d’attention16 ». Il est aussi fort probable que le père Dagnaud ait connu cet ouvrage lors de ces études ; peut-être même en avait-il un exemplaire en sa possession alors qu’il entreprit sa carrière de constructeur d’églises et de chapelles et reçut plausiblement des plans de Régnault.

La construction du mythe : l’église en bois

  • 17 L’Église Ste-Marie …, op. cit., p. 27.

24Contrairement à la rumeur, cette église projetée par Régnault n’a donc pas nécessairement voulu imiter celle de Bains-sur-Oust. Il s’agirait plutôt d’un monument original, d’autant plus qu’il a fait l’objet d’un métissage en terre acadienne ; l’église bretonne s’est muée en monument de bois, dont on prétend encore fièrement aujourd’hui – c’est d’ailleurs son label touristique – qu’il s’agit de « la plus grande église en bois de l’Amérique du Nord ». En effet, comme le veut la tradition locale : « le bois était à portée de main ; on dit aussi que tout bon Acadien de la baie Sainte-Marie est charpentier de naissance. Alors que la pierre aurait été plus coûteuse à tout point de vue et aurait moins bien résisté aux gels et dégels de l’hiver17 ». Il a donc fallu, au départ d’un modèle en pierre, concevoir une ossature bien contreventée et trouver un revêtement extérieur et des finis intérieurs pour habiller ce monument métissé.

25À la Pointe-de-l’Église, cette mutation d’un projet d’église en pierre en une construction en bois est à l’origine d’une belle légende relative à la collaboration entre le père Dagnaud et un ouvrier local, Léo Melanson.

  • 18 Albert J. Dugas, op. cit., p. 102.

« Le Père Dagnaud et Léo se connaissaient bien d’avance ; ils avaient déjà appris à apprécier leurs capacités mutuelles et à travailler ensemble. Le père Dagnaud était un maître mathématicien et on présume qu’il a participé activement au calcul du bois nécessaire pour construire l’édifice. Léo, par contre, ne savait apparemment ni lire, ni écrire, mais savait chiffrer. On suppose que ces deux hommes et probablement d’autres, se sont rencontrés pour calculer et planifier les détails de construction, détails qui ont disparu depuis déjà longtemps18 ».

26En Acadie, Léo Melanson est une figure mythique dont les accomplissements ont été magnifiés et célébrés pour expliquer l’inexplicable : comment un curé français, ignorant des choses du pays, et un ouvrier analphabète ont pu, ensemble, ériger cette grande église ? Mais qui est ce Léo Jean Melanson (1868-1947) ?

  • 19 René Leblanc et Micheline Laliberté. Sainte-Anne. Collège et Université, 1890-1990. Chaire d’étude (...)

27Une des premières mentions relatives à ce personnage apparaît en 1881, dans un recensement : il est alors inscrit comme charpentier. Par la suite, on le retrouve employé au moulin à scie à Comeauville. Il aurait participé en 1899, alors qu’il était âgé de 31 ans, à la reconstruction du collège Sainte-Anne. Si certains auteurs lui accordent le titre de contremaître de chantier, il reste que le contrat de construction, lui, a plutôt été attribué à John Thibodeau, un entrepreneur local19. Néanmoins, dans l’imaginaire local, le légendaire Melanson grandit :

  • 20 Le père Louis le Doré, cité par R. Leblanc et M. Laliberté, op. cit., p. 74-75.

Il n’y avait pas de plan pour le futur collège. Un peintre se présente avec un tableau représentant le collège actuel ; on garde sa peinture et on fait venir un ouvrier très habile : Léo Melanson. Cet homme ne savait ni lire, ni écrire. On lui demande s’il était capable de construire un collège d’après cette peinture. Il demande trois jours de réflexion, et revient en disant qu’il acceptait de reproduire exactement la peinture en question ; il assurait de plus, que les habitants se chargeraient de fournir tout le bois nécessaire pour la charpente du collège20.

  • 21 Basile J. Babin, op. cit., p. 248-249.

28Le chantier de l’église Sainte-Marie où, d’après les écrits de Basile-J. Babin, biographe du père Dagnaud, Léo Melanson agit comme contremaître principal, fut sans doute le projet majeur de sa carrière : c’est aussi celui qui fonda sa légende. Pour la suite des choses, toujours en matière d’églises, Léo Melanson fut invité en 1910 à construire la chapelle du collège de Caraquet, érigée d’après des plans envoyés par Arthur Régnault au père Joseph Courtois en 1910-191121.

  • 22 L’Église Ste-Marie…, op. cit., p. 37-38.

29Le mythe de l’homme de métier génial s’est au départ nourri d’un oubli (volontaire) du curé bâtisseur. En effet, celui-ci n’a jamais révélé à la communauté locale que des plans complets d’un architecte aussi important qu’Arthur Régnault étaient à l’origine du projet, ouvrant ainsi la porte au mythe. En effet, ce n’est qu’en 1982 que le père Babin a révélé l’existence et la contribution de Régnault à la Pointe-de-l’Église, en insistant sur les liens qui liaient les familles du curé Dagnaud et de l’architecte. Jusque-là, simplement, on reprochait à « un architecte français » d’avoir fourni des plans irréalisables – le génie local ayant donc réussi à reprendre en mains la situation. En plus de celer la contribution de Régnault, le curé a d’ailleurs directement contribué au mythe en utilisant les chiffres du chantier – qu’il propose de lire comme modestes – pour démontrer que le savoir-faire local (auquel il s’associe) a réussi à contenir l’exubérance métropolitaine. Le goût ostentatoire de Pierre-Marie Dagnaud, qui a commandé le mobilier et les ornements en France, a été avalisé de la même façon dans l’imaginaire local : ces objets n’auraient pu atteindre la Pointe-de-l’Église que grâce aux contrebandiers d’alcool – on est cependant bien avant l’ère de la prohibition – qui les auraient acheminés via Saint-Pierre-et-Miquelon, à la barbe des autorités22. Mieux, les dits objets auraient servi de lest aux navires des flibustiers.

30La référence au lestage des navires est un universel dans l’interprétation des sociétés traditionnelles et côtières : les objets rares, précieux, extravagants ou tout simplement étrangers sont souvent dédouanés dans l’imaginaire en faisant appel à une inutilité formelle qui disqualifie leur statut exogène ou exceptionnel puisque leur valeur se mesure à leur poids, à leur masse inerte. Après quoi seulement, ils peuvent être investis de nouvelles valeurs sémantiques, ce qui permet leur réappropriation identitaire.

31À la Pointe-de-l’Église le mythique univers maritime est aussi invoqué comme cause explicative plus globale encore.

  • 23 Albert J. Dugas, op. cit., p. 104.

« Puisque la structure même de l’église est en bois, les plans, tels que proposés par M. Régnault ont dû être considérablement modifiés. Pour assurer la ténacité d’une structure beaucoup moins lourde, Léo et son équipe durent concevoir les moyens nécessaires pour garantir la stabilité de l’édifice, surtout celle du clocher. C’est ainsi qu’ils suivirent le même principe qu’on utilise dans la construction de bateaux à voile. Ils placèrent au sous-sol, deux blocs de roches maçonnées, chacun ayant un poids d’à peu près vingt tonnes. Chaque coin du clocher comporte quatre poteaux […] Les seize poteaux des quatre coins du clocher principal ancrés à ces blocs de roches au sous-sol, servent ainsi de lest pour tout le clocher23 ».

32Il faut comprendre ici que, bien qu’habituelle, cette analogie entre la fausse voûte de l’église et la coque renversée d’un navire, née d’une lointaine ressemblance des toits dits « en carène » du xviie siècle français et le profil des coques en question ne peut fonctionner, la fausse voûte de l’église Sainte-Marie étant manifestement trop « architecturée » pour pouvoir faire image en cette voie. On aura donc puisé dans un mythe pour en fonder un autre, sans égard à la réalité.

  • 24 Lettre de P.-M. Dagnaud du 19 novembre 1903, citée par Basile J. Babin, op. cit., p. 239.

33Pour sa part, dans ses échanges avec ses confrères et ses proches, le père Dagnaud s’attribue le mérite du chantier et, s’il n’évoque pas Régnault, ne fait surtout jamais mention de Léo Melanson que la tradition locale a quant à elle préféré promouvoir. Ainsi, en 1905, Dagnaud écrit à son neveu : « Notre basilique est couverte et attendra le printemps pour recevoir de nouveaux vêtements. Elle sera superbe avec sa flèche et ses deux clochetons. Toute la baie fera écho à ses cloches… Tu n’as pas lieu d’être fier de ton oncle, il est devenu charpentier comme son père et a la tête remplie de poutres de toutes dimensions, de planches, de bardeaux, etc.24 »

34En ce qui concerne ces « vêtements », le père Dagnaud – dont le rôle dans la conception de l’église ne nous paraît ainsi guère pouvoir être évacué, pas plus que son rôle décisionnel dans le choix de reconstruire l’église – aura donc opté tout naturellement pour un lambris de bardeau de bois, comme c’est l’usage dans tout l’Est du Canada. Néanmoins, il vaut la peine de remarquer qu’il résout alors le problème de l’égouttement sur ces murs d’une hauteur sans précédent par des petits larmiers ou égouts d’étage, dispositif très courant sur les maisons bourgeoises, lambrissées d’ardoise, de sa Bretagne natale (fig. 10-11 - cahier 2). L’importation de ce dispositif par le curé, fils de charpentier, a depuis connu une bonne fortune sur des maisons de la Pointe-de-l’Église et des villages voisins.

***

35Il semble aussi évident que c’est le père Dagnaud qui a été le responsable de la planification d’une nouvelle structure de bois pouvant porter l’image d’une vaste église qui ressemble à celle de son village natal (ou à celles de sa Bretagne natale) et cela pour deux raisons. D’abord, Léo Melanson, aussi habile fut-il, était un artisan doté de peu de moyens d’innover. Pour bâtir une église nouvelle, différente de celles sur lesquelles il aurait pu observer un agencement structural, il devait être guidé par quelqu’un qui occupait la position d’« architecte » dans le chantier, c’est-à-dire par quelqu’un habile à démontrer le réalisme et la faisabilité d’un dispositif constructif ou ornemental nouveau dans un contexte donné. Or, si avec sa formation en sciences et mathématiques, son habileté à conceptualiser et son arrière-plan familial, Pierre-Marie Dagnaud ne disposait pas nécessairement de la créativité architecturale pour inventer une église nouvelle, il était sans doute apte à déduire une structure portante de la figure proposée par Régnault fig. 12 - cahier 2). Une étude détaillée de cette structure, grâce à un relevé précis, permettrait ainsi probablement de conclure à son unicité du fait qu’elle serait issue de spéculations conceptuelles (préalables au chantier et permettant sa réalisation) plutôt que d’un savoir-faire traditionnel (exercé de chantier en chantier), forcément répétitif. Il est probable aussi que Léo Melanson, ayant construit cette structure préalablement conçue, en ait reproduit des dispositions ailleurs, notamment en 1916, à l’église de Doucetville (détruite par la foudre en 1919).

36Pierre-Marie Dagnaud quitta la Pointe-de-l’Église en 1908, lorsqu’il fut nommé supérieur provincial de sa congrégation, à Rogersville, où il retrouvera le père Étienne Régnault (1882-1947), fils de l’architecte rennais devenu à son tour Eudiste. Convaincu que la maison provinciale des Eudistes devait être localisée au Québec, le père Dagnaud fonda une maison à Lévis, en face de Québec, en 1911. En 1918, il devint le curé fondateur de la nouvelle paroisse Saint-Cœur-de-Marie où il fit construire une autre imposante église d’après des plans à nouveau envoyés par son ami, l’architecte Régnault. Pierre-Marie Dagnaud se retira en 1927 et retourna en Bretagne en 1928, où il mourut, à Plancoët, le 17 juillet 1930.

  • 25 Les Eudistes savaient que les religieux français n’étaient pas très appréciés : « Il faudrait évit (...)

37En observant cette imposante église qu’il légua à Sainte-Marie, lieu de spectaculaires innovations dues au métissage d’un projet breton en terre acadienne, par l’entremise d’un médiateur religieux, on peut imaginer qu’il y en eut beaucoup d’autres et que le paysage ecclésial du Canada français ne serait pas le même, n’eussent été les lois de Séparation. Ces religieux ont, par de telles translations, semé le paysage de « marqueurs » imposants, véritables signaux d’une refrancisation menée au nom du renouveau catholique. Sans eux, le Québec ne serait plus français – à tout le moins en architecture… Assez paradoxalement, pourtant, tous ces grands monuments restent muets au sujet de leurs origines outre-Atlantique, comme coincés entre une forme de chauvinisme exercée à l’époque de leur construction et l’enterrement de leur originalité et des savoirs qui pourraient les révéler sous le mythe qui les voile depuis25. En Acadie, où le fait français est toujours menacé, notre sémiogenèse de ce haut lieu pourrait aider, espérons-nous, à porter plus loin sa notoriété, à mieux comprendre le paysage qui nous entoure et à ancrer plus solidement la mémoire de l’épopée de ces Français en terre promise.

Notes

1 Nous avons déjà abordé le cas de l’église Saint-Cœur-de-Marie de Québec pour laquelle Arthur Régnault avait envoyé (en 1918) les plans de son église Sainte-Jeanne-d’Arc de Rennes, dont la construction avait débuté en 1914. Voir : Luc Noppen et Lucie K. Morisset, Art et architecture des églises à Québec. Québec, Les Publications du Québec, 1996, p. 121-123.

2 C’est le cas du jésuite Félix Martin, du père Joseph Michaud, clerc de Saint-Viateur et du chanoine Georges Bouillon. Au sujet de ce dernier et de sa quête d’un style d’église ce, voir : Luc Noppen, Au musée des Beaux-arts du Canada. « Une des plus belles chapelles du pays », Ottawa, Musée des beaux-arts du Canada, 1988, 108 p.

3 Des paroissiens de Sainte-Marie qui l’ont connu disent que cela décrit bien le père Dagnaud (L’Église Ste-Marie, 1905-1980. Pointe-de-l’Église, Paroisse Sainte-Marie, 1980, p. 17).

4 Basile-J. Babin, Entre le marteau et l’enclume. Pierre-Marie Dagnaud à la Pointe-de-l’Église, Nouvelle-Écosse, 1899-1908. Charlesbourg, maison des Eudistes, 1982, p. 104.

5 Sur Arthur Régnault, voir : Hélène Guéné et François Loyer. L’Église, l’État et les architectes. Rennes 1870-1940. Paris, Norma Éditions, 1995, p. 44-69 ; Isabelle Barbedor. Églises d’Ille-et-Vilaine. L’architecte Arthur Régnault. Rennes, DRAC/IKKON, 1993, 16 p.

6 Sur cet architecte et son travail au collège Sainte-Anne, voir : Robert C. Tuck. Gothic Dreams : the Architecture of William Critchlow Harris 1854-1913. Charlottetown. Confederation Centre Art Gallery and Museum, 1995, p. 126.

7 « Le 10 novembre 1901, une assemblée des habitants de Concessions, présidée par le R.P. Dagnaud, décide de bâtir une église à Concessions. Les plans pour une église à Concessions étaient déjà commencés à l’automne de 1901. L’Évangéline du 2 janvier 1902 nous indique que les travaux de construction d’une nouvelle église de Concessions sont déjà commencés. La cave est creusée. Les travaux, sous l’habile direction de M. Léo Melanson du Petit-Ruisseau, commencent au printemps. La première pierre de l’église Notre-Dame-du-Mont-Carmel fut bénie le 6 avril 1902 et la bénédiction et l’inauguration de l’église eurent lieu le 28 octobre de la même année » (Albert J. Dugas. Léo Jean Melanson. Une biographie anecdotique. Albert Dugas éditeur, Pointe-de-l’Église, 2001, p. 34).

8 Luc Noppen. « Un lieu de mémoire des Eudistes : l’église et le presbytère Sacré-Cœur de Chicoutimi ». Saguenayensia, vol. 47, n° 4, octobre-décembre 2005, p. 13-38.

9 Dagnaud fournit un devis détaillé qui est repris dans le contrat de l’entrepreneur Thibodeau. La chapelle est bénie le 14 juin 1901 ; elle a été rénovée dans les années 1950. Dagnaud commande les vitraux, toujours en place, chez Haussaire à Paris (René Leblanc et Micheline Laliberté. Sainte-Anne, collège et université (1890-1990). Pointe-de-l’Église. Chaire d’étude en civilisation acadienne de la Nouvelle-Écosse, Université Sainte-Anne, 1990, p. 87-89).

10 L’Église Ste-Marie … op. cit., p. 21-24.

11 Cité par Philippe Bonnet. « Églises du xxe siècle en Bretagne de la Loi de Séparation à Vatican II (1905-1962) ». Bibliothèque de l’École des Chartes, tome 163, janvier-juin 2005, p. 81.

12 L’affirmation, avec une photo lointaine de l’église de Bains-sur-Oust, apparaît en 1980 dans : L’Église Ste-Marie, 1905-1980, op. cit., p. 27. Le biographe du père Dagnaud, Basile-J. Babin ne s’est jamais aventuré à établir ce lien.

13 Guéné et Loyer, op. cit., p. 44-69.

14 Pour s’en convaincre, il suffit de consulter : Francis Muel (dir.), Ille-et-Vilaine. Églises et chapelles. Rennes, inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, région Bretagne, 1996, n.p.

15 Ces chaises, attachées ensemble par des tringles fixées sous les bancs, sont visibles sur des photographies anciennes ; elles ont été remplacées par des bancs en 1969.

16 Cité par Philippe Bonnet, op. cit., p. 81.

17 L’Église Ste-Marie …, op. cit., p. 27.

18 Albert J. Dugas, op. cit., p. 102.

19 René Leblanc et Micheline Laliberté. Sainte-Anne. Collège et Université, 1890-1990. Chaire d’étude en civilisation acadienne de la Nouvelle-Écosse, université Sainte-Anne, Pointe-de-l’Église, 1990, 497 p.

20 Le père Louis le Doré, cité par R. Leblanc et M. Laliberté, op. cit., p. 74-75.

21 Basile J. Babin, op. cit., p. 248-249.

22 L’Église Ste-Marie…, op. cit., p. 37-38.

23 Albert J. Dugas, op. cit., p. 104.

24 Lettre de P.-M. Dagnaud du 19 novembre 1903, citée par Basile J. Babin, op. cit., p. 239.

25 Les Eudistes savaient que les religieux français n’étaient pas très appréciés : « Il faudrait éviter de trop parler de la France ; nous n’y sommes plus et devons nous faire pardonner d’être étrangers » (Rapport du père Blanche au père Le Doré), 19 janvier 1903 (cité par Basile J. Babin, op. cit., p. 228) ; ou encore « Les Canadiens (français) me dit-on à droite et à gauche, supportent moins les Français que ne le font les Irlandais. Ceux-ci pourtant ne cousinent guère avec nous ! Ce sont là des faits. Nous aurions tort de les négliger pour courir après des chimères » (Le Père Dagnaud à Le Doré, 20 octobre 1908, ibid).

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540