Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

De la Bretagne au Canada : l’émigration des congrégations, 1902-1914

Guy Laperrière

Texte intégral

Le contexte

1Les expulsions de 1902 firent grand bruit en Bretagne ; elles étaient le fait du nouveau président du Conseil, Émile Combes, qui avait remplacé Waldeck-Rousseau après les législatives de mai 1902. Dès l’été qui suit, il entreprend une application rigoureuse de la loi du 1er juillet 1901. Il signe des centaines de décrets ordonnant la fermeture d’écoles congréganistes non autorisées, dont bon nombre en Bretagne. Les sœurs expulsées se rendent à la maison mère, mais, vu leur grand nombre, elles ne peuvent toutes y trouver refuge. Les supérieures se trouvent alors prises avec le problème d’un surplus subit de religieuses : l’idée d’en envoyer à l’extérieur du pays est toute naturelle.

  • 1 Voir Christian Sorrel, La République contre les congrégations. Histoire d’une passion française (1 (...)

2En avril 1903, toujours sous l’impulsion de Combes, les demandes d’autorisation des congrégations d’hommes sont rejetées en bloc ; il en va de même en juin pour un certain nombre de congrégations féminines enseignantes. Les expulsions de religieux et de religieuses de leurs couvents se poursuivent de plus belle : 1903 en est le sommet. Elles continuent en 1904 : la loi du 7 juillet interdit l’enseignement aux congrégations et toutes leurs écoles doivent être fermées dans un délai maximum de dix ans. Un très grand nombre le fut dès l’été 1904, d’où une nouvelle série d’expulsions. Cette loi de 1904 avait atteint en particulier les congrégations autorisées. Mais ce sont seulement les activités d’enseignement qui étaient interdites : les communautés hospitalières, charitables ou contemplatives furent relativement épargnées1.

3Il y eut encore des expulsions en application de la loi de Séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905. Mais celles-ci eurent lieu un an plus tard, en décembre 1906, et touchèrent les évêchés et les séminaires diocésains surtout. Elles n’affectaient pas les congrégations et, au moment où cette loi fut votée, Combes n’était plus au pouvoir. Il faut donc distinguer nettement les mesures combistes, qui s’attaquent au premier chef aux congrégations, de la loi de Séparation qui, si elle vise en priorité l’Église catholique et les avantages que lui conférait le concordat, n’a rien à voir avec les congrégations et la fermeture de leurs établissements.

4Que pouvaient faire les religieuses et les religieux français après leur expulsion ou, même, la dissolution de leur congrégation ? Deux choses : se séculariser ou émigrer. Pour poursuivre leur mission d’éducation en France, il fallait se séculariser. Cette sécularisation pouvait être réelle ou fictive. Les évêques poussaient à la sécularisation et la préféraient réelle, car leur but était de maintenir le réseau d’écoles libres. Les supérieurs et la majorité des religieux, surtout dans l’Ouest, s’opposaient vivement à la sécularisation et y préféraient la résistance ou l’émigration, soit dans des pays limitrophes (Belgique et Angleterre surtout, pour cette région) ou dans des pays lointains, l’Amérique du Nord étant une destination appréciée. Pour les sécularisations, on peut distinguer trois catégories : pères, frères et sœurs. Pour les prêtres, la sécularisation était relativement facile : ils devenaient prêtres séculiers, pouvaient continuer leur ministère (sauf l’enseignement dans les collèges, mais il était permis dans les séminaires) et même poursuivre, dans une certaine mesure, leur vie en commun. C’est pour les frères enseignants que la situation était la plus difficile : leur seule activité étant l’enseignement et celui-ci étant interdit, il fallait forcément soit se séculariser fictivement, soit émigrer ; les vieillards pouvaient demeurer dans un immeuble de la congrégation, qui conservait par ailleurs ses missions. Quant aux sœurs, la plupart de leurs maisons étaient de petits établissements avec trois ou quatre sœurs, deux enseignantes, une soignante et une ménagère ; la partie enseignante devait se transformer, mais les autres fonctions pouvaient continuer, ce qui assurait la pérennité de la congrégation et de ses œuvres. Il y avait forcément beaucoup de tracasseries administratives, qui permettaient aux victimes de parler de persécution, mais, dans l’Ouest surtout, toute une tradition chouanne permettait d’y résister avec énergie.

Les congrégations venues au Canada

  • 2 L’œuvre du père Joseph Michel, Missionnaires bretons d’outre-mer aux xixe et xxe siècles, Presses (...)
  • 3 Guy Laperrière, Les congrégations religieuses. De la France au Québec, 1880-1914, Québec, Les Pres (...)
  • 4 J. Michel présente chacune de ces congrégations dans sa 2e partie, p. 79-206.

5Dans ce contexte, combien de congrégations et de religieux bretons émigrèrent-ils au Canada2 ? C’est la question que nous voulons examiner, à partir des recherches que nous avons effectuées depuis vingt-cinq ans sur la venue au Québec des religieux français entre 1900 et 19143. Examinons d’abord les congrégations elles-mêmes4.

Deux congrégations du Morbihan

6C’est le Morbihan qui, de loin, fournit le plus gros lot. Deux congrégations féminines, les Filles de Jésus (Locminé) et les Sœurs de la Charité de Saint-Louis (Vannes), mirent pied au Canada en 1902, à la suite directe des expulsions de cet été-là. La démarche des Filles de Jésus de Kermaria est exemplaire. La supérieure générale dépêche deux religieuses qui parcourent littéralement l’Amérique du Nord, sollicitant partout des postes. La même lettre de sollicitation fut envoyée à une trentaine d’évêques des États-Unis et du Canada. Datée du 29 juillet 1902, elle s’ouvrait sur ces mots : « C’est une Mère désolée qui vient frapper à votre porte… » On prenait tout ce qui se présentait. Les démarches ne furent pas très fructueuses aux États-Unis, mais les deux déléguées eurent du succès dans plusieurs régions du Canada : dans l’Ouest, qui s’appelait alors Territoires du Nord-Ouest, dans les trois provinces maritimes, en territoire acadien, et surtout au Québec, dans deux diocèses, celui de Rimouski et encore plus celui de Trois-Rivières, où fut établie la maison principale. C’était une course aux postes, et on en accepta vraiment beaucoup, surtout en 1903, l’année sommet des expulsions. Par la suite, on eut beaucoup plus de difficulté à trouver des sujets français volontaires, alors que la demande, elle, allait sans cesse croissant.

7Les Sœurs de la Charité de Saint-Louis envoyèrent elles aussi beaucoup de religieuses au Canada, dans des conditions à peu près similaires. Les premières sœurs arrivèrent dans un petit poste éloigné, en Gaspésie, mais finalement, l’évêque de Rimouski leur refusa l’autorisation de s’y installer. C’est l’archevêque de Québec qui les accueillit alors dans son diocèse, en les proposant à ses prêtres lors de la retraite ecclésiastique d’août 1903. Elles se répandirent ainsi dans des villages de la grande région de Québec, de Portneuf à la Beauce. C’est en 1904 qu’arrivèrent le plus grand nombre de sœurs, à cause de la loi du 7 juillet 1904 et de la crainte de la dissolution de la congrégation, qui fut définitivement évitée en 1908, grâce à ses orphelinats. Dans ce contexte, on ne s’étonnera pas que la congrégation ait envoyé plusieurs novices au Canada (une quarantaine).

Deux petites congrégations locales

8Les Sœurs du Sacré-Cœur de Saint-Jacut (Morbihan) et les Sœurs des Saints-Cœurs de Jésus et de Marie, de Paramé (Ille-et-Vilaine) connurent un destin assez semblable. Elles durent accepter d’abord des tâches ménagères avant de pouvoir œuvrer dans leur domaine de prédilection, l’éducation de la jeunesse dans les petites écoles. C’est le père Jean Duvic, oblat de Marie-Immaculée, qui demanda des Sœurs de Saint-Jacut en avril 1902 pour s’occuper des services matériels du Scolasticat Saint-Joseph d’Ottawa, les frères convers étant considérés « peu aptes aux travaux intérieurs d’une communauté ». Déjà, les supérieures de la congrégation avaient songé à s’établir dans l’Ouest canadien en 1896 mais l’évêque de Vannes s’y était opposé. Son successeur n’ayant pas les mêmes préventions, les Sœurs peuvent partir. Elles ne seront pas très bien traitées au scolasticat mais suivront quand même les oblats dans leurs missions au Témiscamingue (Québec) et au Texas (San Antonio) et réussiront finalement, après quelques années, à tenir des écoles.

9Petite congrégation de tradition eudiste concentrée dans le diocèse de Rennes, les Sœurs des Saints-Cœurs de Paramé acceptent de suivre les eudistes lorsqu’ils fondent en 1890 le collège Sainte-Anne, à la Pointe-de l’Église (sud-ouest de la Nouvelle-Écosse) : c’est l’implantation au Canada pour l’une et l’autre congrégation. De là, elles s’étendront, par un concours de circonstances, dans des écoles aux États-Unis, non loin de la frontière canadienne, au service des Franco-Américains. Ce ne sera pas sans difficultés. Aussi, en 1903, acceptèrent-elles avec empressement l’invitation du père Cyrille Beaudry, supérieur du collège des Clercs de Saint-Viateur à Joliette, à venir prendre en charge les services matériels de son établissement. Elles le firent d’autant plus facilement qu’elles venaient d’être obligées de quitter une œuvre semblable au collège de Redon, tenu par les eudistes. L’année suivante (1904) était créé le diocèse de Joliette. Le premier évêque, J.-A. Archambeault, les prit sous son aile et en fit la congrégation des petites écoles de son diocèse. Leur venue au Québec n’en coïncide pas moins exactement avec le plus fort des expulsions en Bretagne : quinze de leurs écoles furent fermées en 1903.

Deux congrégations d’hommes

10Il n’y a pas que des congrégations féminines à avoir été expulsées en 1902 et 1903 : les congrégations d’hommes furent elles aussi touchées. La plus importante est la congrégation des Frères de l’Instruction chrétienne de Ploërmel, fondée par Jean-Marie de La Mennais et répandue dans toute la Bretagne. Déjà implantée au Québec en 1886, dans la foulée des lois scolaires laïcisant le personnel enseignant, elle était arrivée à Montréal et avait ouvert son noviciat à La Prairie. Depuis 1897, c’est le frère Abel qui en était le supérieur général : c’est lui qui dirigea les troupes au moment des grandes dispersions de 1903, qui se firent dans un certain climat de débandade. Comptant plus de 2000 frères en 1903, la congrégation en envoya plus de 100 au Canada cette année-là. Elle s’établit également aux États-Unis, dans les montagnes Rocheuses et même en Alaska. Plusieurs de ces frères sont venus très jeunes au Canada. Au Québec, les trois quarts des arrivants de 1903 ont entre 16 et 19 ans. Fait remarquable, alors qu’on assiste dans la plupart des autres congrégations de frères enseignants à environ 30 % de sorties de la communauté, chez les frères bretons, la persévérance atteint presque 100 % (on ne compte que deux sorties sur 165 frères).

  • 5 Il l’écrit sans ambages à son métropolitain, Mgr Bégin, le 17 avril 1903 : « Je crois qu’il est pr (...)

11L’autre congrégation masculine est sans doute la plus combative des congrégations cléricales, les Eudistes, dirigés pendant plus de quarante ans (1870-1916) par l’Alréen Ange Le Doré. Comme pour les Filles de Jésus, le supérieur général envoie dès 1902 un délégué, le père Gustave Blanche, natif de Josselin, pour trouver des postes en Amérique du Nord. Ses démarches seront infructueuses aux États-Unis, mais il aura un peu plus de succès au Canada. Un deuxième voyage, durant l’hiver 1902-1903, permet d’accepter la prise en charge de la mission du Labrador, territoire sis au nord-est du Québec et dont voulait « se débarrasser » l’évêque de Chicoutimi qui en avait la charge5. En août 1903, une cinquantaine d’eudistes partiront pour le Canada ; une autre cinquantaine ira assurer la relève avec les jeunes à Gyseghem, en Belgique ; il en restera 120 en France. Les postes de la Côte-Nord seront bientôt érigés en un vicariat apostolique confié aux eudistes : Mgr Blanche en sera le premier titulaire (1905-1916).

La famille montfortaine

12Mentionnons aussi, bien que le centre en soit plutôt en Vendée, mais avec un fort enracinement en Bretagne, la famille de Grignion de Montfort, dont les trois branches envoyèrent des religieux au Québec. Deux de ces branches, les Montfortains et les Filles de la Sagesse, se partageaient un même supérieur général et s’opposèrent avec beaucoup d’énergie à la sécularisation. Les Filles de la Sagesse furent sans doute la congrégation féminine qui envoya le plus de sujets en Amérique du Nord. Elle était répandue partout, en Ontario surtout, mais aussi au Québec, dans l’Ouest et en Nouvelle-Angleterre. Comme elle était déjà implantée au Canada depuis 1884, elle reçut moins d’exilées que les Filles de Jésus, par exemple, en 1903. Mais entre 1905 et 1914, elle en reçut beaucoup plus : pour le seul Québec, nous en avons compté 145.

  • 6 Les Frères de Saint-Gabriel resteront de droit diocésain jusqu’en 1910.

13De leur côté, les Frères de Saint-Gabriel envoyèrent beaucoup moins de frères au Canada au moment des événements de 1903, soit 40 en 1903 et 1904. La raison n’en est pas très claire. Il est vrai que la communauté était encore de droit diocésain et que l’évêque, Mgr Catteau, de Luçon, était l’un des plus fervents partisans des écoles et de la sécularisation, à laquelle il obligea les frères6. L’administration générale et les jeunes se retirèrent en Belgique, et c’est à l’occasion de cette crise de 1903 que la congrégation s’internationalisera vraiment, passant tant dans les pays limitrophes de la France (Suisse, Hollande, Espagne, Angleterre, Italie) que dans les continents étrangers (Madagascar, Inde).

Trois congrégations briochines dans l’Ouest ou en Nouvelle-Angleterre

14Nous avons surtout étudié l’arrivée de congrégations françaises au Québec, mais il s’en trouve aussi qui se dirigèrent plutôt vers l’Ouest canadien, qui s’ouvrait alors à la colonisation. La période la plus forte d’immigration fut celle des années 1896-1914, qui coïncide avec une forte croissance économique. Mais relativement peu de Français en firent partie. Néanmoins, les évêques, souvent Français eux-mêmes, firent venir des religieux français pour s’occuper de leurs co-religionnaires.

15Dès 1897, à l’appel de Mgr Pascal, on retrouve dans ce qui deviendra la Saskatchewan les Filles de la Providence de Saint-Brieuc, une autre fondation de Jean-Marie de La Mennais, tant à l’évêché de Prince-Albert qu’à l’école de Saint-Louis, une paroisse où les a appelées un curé français, l’abbé Barbier. C’était le premier essaimage de cette congrégation hors de France. Quelques années plus tard, les Filles de Sainte-Marie de la Présentation de Broons s’implantaient à Rat-Portage, en Ontario, mais aussi dans le diocèse de Saint-Boniface (Manitoba). De là, elles se répandront un peu partout aux États-Unis.

  • 7 Marie Janelle, « Les Filles du Saint-Esprit, au souffle de l’Esprit », dans Claire Quintal, dir., (...)
  • 8 J. Michel indique que près de 300 religieuses bretonnes vinrent en Nouvelle-Angleterre entre 1902 (...)

16Enfin, la congrégation de Saint-Brieuc qui connut sans doute la plus grande expansion américaine est celle des Filles du Saint-Esprit, connue aussi sous le nom de « sœurs blanches », qui se fixèrent surtout en Nouvelle-Angleterre à partir de 1902 et s’activèrent auprès des Canadiens français appelés là-bas des Franco-Américains7. Quatre-vingt-cinq sœurs arrivèrent en 1903 seulement8.

17Au total, cela fait douze congrégations « bretonnes » venues au Canada et au Québec : une cléricale, les Eudistes, une de frères enseignants, les Frères de Ploërmel, et quatre congrégations féminines enseignantes, les Filles de Jésus, les Sœurs de la Charité de Saint-Louis, les Sœurs de Saint-Jacut et celles de Paramé, auxquelles on peut ajouter les trois branches de la famille montfortaine et trois congrégations féminines enseignantes de Saint-Brieuc.

Mille religieuses et religieux bretons au Canada entre 1900 et 1914

  • 9 Pour l’ensemble des congrégations, nous partons de nos listes nominatives établies pour le Québec (...)
  • 10 Entre 1900 et 1914, il se trouvait évidemment au Canada des religieux bretons qui y étaient arrivé (...)

18Nous avons tenté de dresser une liste des religieuses et religieux bretons venus au Canada entre 1900 et 1914. L’entreprise s’est heurtée à des difficultés méthodologiques, la principale étant que le fichier de base que nous avons construit identifiait les religieux qui ont œuvré au Québec. Nos données ne sont donc pas équivalentes pour toutes les congrégations étudiées. Par ailleurs, nous n’avons pas les données sur les lieux de naissance pour toutes les congrégations, ni même pour tous les sujets de la même congrégation. Malgré tout, nous avons cru utile de présenter notre compilation, même partielle9. Ce qui est certain, c’est que les données présentées ici correspondent à des relevés nominatifs et que chacun des religieux originaires des cinq départements bretons sont bel et bien venus au Canada durant cette période10.

Tableau 1
Religieux bretons venus au Canada, 1900-1914, par départements et par congrégations

Tableau 1Religieux bretons venus au Canada, 1900-1914, par départements et par congrégations

1944 Loire-Atlantique (alors Loire-Inférieure)

2035 Ille-et-Vilaine

2156 Morbihan

2222 Côtes-d’Armor (alors Côtes-du-Nord)

2329 Finistère

Source : compilations nominatives par l’auteur

  • 11 On aura une idée plus globale avec les données de J. Michel : « De 1800 à 1940, l’Amérique du Nord (...)

24Globalement, nous avons relevé les noms de 973 religieux bretons, provenant de 24 congrégations11. Un premier tableau nous les présente par départements et par congrégations (tableau 1). Deux chiffres ressortent avec force de ce tableau. D’abord, le nombre de 643 religieuses, ce qui donne 66 % de femmes pour 34 % d’hommes (330). Si ce chiffre n’étonne pas dans la France congréganiste du début du siècle, il tranche beaucoup sur les chiffres globaux de l’immigration religieuse française au Québec que nous avons compilés pour la même période et qui donnent les totaux suivants :

  • 12 Mais on ne peut mettre en relation ces deux séries de données. Mes chiffres globaux ne comptent qu (...)

25La grande différence se situe au niveau des frères : il n’y a qu’une communauté de frères qui contribue pour la peine en Bretagne, alors que l’Est et le Sud-Est en fournissent bien davantage. La proportion de sœurs originaires de Bretagne est aussi beaucoup plus élevée : 66 % au lieu 43 % de sœurs pour l’ensemble de la France12.

  • 13 Pour de fines analyses, y compris numériques et géographiques, des réalités religieuses bretonnes (...)

26Le deuxième chiffre qui ressort est la proportion importante que représente le Morbihan : 427 religieux sur 973, soit 44 % du total. Seuls les Frères de Ploërmel semblent bien implantés dans les cinq départements. Je laisse les spécialistes des pays gallo et bretonnant tirer des conclusions plus pointues 13

27Nous avons également réparti ces arrivées par années, en trois quinquennats, avec détails pour le premier (tableau 2). Si la période 1910-1914 paraît nettement moins féconde, avec 14 % des arrivées, tant chez les hommes que chez les femmes, l’année 1903 en ressort de loin championne, avec le tiers des arrivées de toute la période, particulièrement chez les FIC (60 %).

28Le chiffre de 105 pour les Filles de Jésus cette même année 1903 ne laisse pas d’être lui aussi impressionnant, surtout si l’on considère que cette année 1903 était la première année complète de leur implantation en Amérique.

  • 14 J. Michel estime que le nombre de religieuses bretonnes venues en Amérique du Nord au début du siè (...)

29Au total, nous avons recensé 973 religieux bretons venus au Canada ; si on tient compte du caractère incomplet des données, on peut imaginer sans peine qu’il en est venu plus de 1 000 durant ces quinze ans14.

Tableau 2
Religieux bretons venus au Canada, 1900-1914, par années

Tableau 2Religieux bretons venus au Canada, 1900-1914, par années

30Les congrégations sont disposées dans leur ordre d’implantation (ou de restauration) au Québec.

Les conséquences

31Compter les congrégations, les religieux ou les religieuses est relativement facile (leurs archives sont en général fort bien tenues) ; il est moins facile d’analyser les conséquences de ce grand mouvement transatlantique. Il est des cas célèbres. Le plus connu est certainement celui de l’oblat Victor Lelièvre (1876-1956), originaire de Vitré, fils de menuisier, élève des Frères de l’Instruction chrétienne, qui, sous l’influence du père Jean-Baptiste Lemius, deviendra dans la ville de Québec où il est envoyé en 1903, un an après son ordination, l’apôtre du Sacré-Cœur. Ce sera un prédicateur exceptionnel, immensément populaire, multipliant les manifestations de masse, utilisant la radio comme pas un.

  • 15 L’exemple présenté ci-dessous par Luc Noppen d’églises canadiennes dont les plans ont été fournis (...)

32Mais voyait-on en lui un Français ? un Breton ? Là est toute la question. La règle générale dans cette situation est de « se faire Canadien avec les Canadiens ». Et un religieux immigrant sera d’autant plus apprécié qu’il saura faire disparaître les particularités du pays qui l’a vu naître15. D’où la grande difficulté de mesurer l’influence d’un milieu, d’une nationalité, voire d’une région, dans un pays étranger. On peut tout de même essayer d’évaluer les conséquences de ce grand dérangement qu’on associe généralement au combisme sur les congrégations et la vie religieuse, tant en Bretagne qu’au Canada.

33Si l’on se place du point de vue français, on constate d’abord qu’au moment de la crise des expulsions de 1902 et 1903, l’émigration en d’autres pays, surtout pour les congrégations qui se refusaient à la sécularisation, a constitué un débouché utile. Deuxièmement, on voit que le Québec représente une destination particulièrement intéressante, parce que c’est une terre catholique et française. Et française ? il faut mettre ici un bémol. Au Canada anglais, de toute évidence, mais aussi au Québec, on exigeait beaucoup l’anglais pour les enseignants. Ce fut souvent un handicap. Parlant de langue, le breton aussi en était un : plusieurs religieuses ne connaissaient que le breton…

  • 16 Claude Langlois a fait le point sur l’internationalisation des congrégations féminines jusqu’en 18 (...)

34Un autre trait frappant, du point de vue français, est la grande extension géographique de cette émigration bretonne. Les Eudistes ou les Filles de Jésus envoient leurs émissaires aux quatre coins du continent et n’hésitent pas à s’implanter en même temps dans les Maritimes, au Québec et dans l’Ouest (pour les Filles de Jésus). Les Filles de la Sagesse se retrouvent elles aussi partout : en Ontario, au Québec, au Maine (Nouvelle-Angleterre), à New York, avec les Montfortains ; en 1904, elles pousseront même une pointe jusqu’en Colombie britannique, à Victoria, mais n’y resteront que deux ans. Naturellement, plus une congrégation est grande, plus son expansion peut connaître d’extension16.

  • 17 Élisabeth Dufourcq, Les aventurières de Dieu : trois siècles d’histoire missionnaire française, Pa (...)

35Ces religieux et religieuses sont-ils des missionnaires ? L’expression est utilisée couramment en France, que ce soit par Joseph Michel ou Élisabeth Dufourcq17. Cela se comprend très bien du point de vue français, mais a l’art de faire bondir les Canadiens français qui, ayant pris pied dans leur pays depuis trois cents ans, se considèrent bien plus comme des missionnaires eux-mêmes que comme des gens à évangéliser ! Il est vrai qu’il y a encore des missions au Canada, auprès des Amérindiens et des Inuits, au xixe et au xxe siècles. Mais au Québec méridional, comme dans les autres provinces, ce n’est sûrement pas le cas.

36Entre Français et Canadiens, on trouve plutôt des conflits de nationalités, surtout quand il est question de nommer les supérieurs. Un des cas les plus patents est celui des Sœurs de la Charité de Saint-Louis, où une lignée familiale dirigea la congrégation pendant cinquante ans. Les supérieures provinciales restèrent françaises jusqu’en 1948 ; elles devinrent souvent ensuite supérieures générales. L’on vit même mère Marie de Nazareth revenir au Canada comme supérieure provinciale (1939-1948) après avoir été pendant douze ans supérieure générale (1927-1939). Le cri du cœur lancé par l’une d’elles, mère Thérèse de Jésus, au retour d’un de ses voyages en France, est bien caractéristique : « Il faut rester religieuses françaises et bretonnes toujours ! » (circulaire du 18 octobre 1912, italiques dans le texte).

  • 18 On voit ainsi les Sœurs de Saint-Jacut, nouvellement arrivées à Ottawa, aller rendre visite aux Fi (...)
  • 19 L’Écho de Chez Nous, 2 (oct. 1906), p. 190-191, cité ibid., p. 396.

37Par ailleurs, les religieux restent très attachés à la France et sont toujours heureux de rencontrer des compatriotes18. Ainsi, le 4 août 1906, des Filles de Jésus voient débarquer dans leur couvent d’Arichat, en Nouvelle-Écosse, les marins de deux vaisseaux de guerre français : « Quelques centaines de matelots ont visité le couvent. Beaucoup d’entre eux étaient de notre connaissance et du Morbihan. » À leur tour, les religieuses visitent les navires. La chroniqueuse commente : « Nous avons mis le pied sur un petit coin de France. Accueil enthousiaste par ces braves gens qui n’oseraient peut-être pas nous regarder en France. […] Nous avons voulu leur prouver que, tout en conservant le souvenir et l’amour de la patrie, il n’y a pas d’exil pour le religieux ; qu’à Arichat nous sommes heureuses et leur donnons pleine autorisation de le dire en France19. »

  • 20 Cette distinction peut même amuser. Ainsi, les Filles de la Sagesse rapportent ce trait de Mgr C.- (...)

38Si on regarde maintenant les choses d’un point de vue canadien, je ne crois pas, sauf tout respect, qu’on ait beaucoup distingué au Canada entre Bretons et Français20. Le gouvernement était français, les congrégations paraissaient l’être aussi et c’est bien la France qui, pour les Canadiens français, était et demeure le pôle de référence. Les Canadiens français restent très attachés à la France : on en a mille manifestations. L’accueil fait aux religieux exilés en est un bon exemple. Les témoignages fourmillent sur son caractère chaleureux : on s’empresse de leur apporter provisions et objets de première nécessité, on se regroupe pour les accueillir, on les entoure de sollicitude, surtout, on leur confie ses enfants. Il arrive qu’on réclame vivement les sœurs, même si on ne les connaît pas encore. Ainsi de ces dames de Cap Chat, village de la côte gaspésienne, qui écrivent aux Filles de Jésus en février 1904 :

  • 21 Archives des Filles de Jésus, Trois-Rivières, copies de correspondance, 1903-1908, cité dans G. La (...)

Nous vous attendons presque comme l’on attendait le Messie. […]
C’est nous, mères de famille, qui avons pris l’initiative du projet, nous qui avons obtenu de Monseigneur notre Évêque la faveur d’avoir des Religieuses Françaises, nous qui avons fait les démarches nécessaires pour recueillir des souscriptions afin d’aider à notre bâtisse. […]
Oh ! comme nous les aimerons, ces chères exilées21 !

39À part certaines exceptions, la plupart des religieux sont heureux de leur nouvelle situation. Voyons encore une Fille de Jésus, qui vient d’arriver à Saint-Narcisse, en Mauricie, et qui écrit à Kermaria, le 25 octobre 1903 :

  • 22 Archives des Filles de Jésus, Kermaria, Journal du Canada, n° 5, p. 49, cité ibid., p. 277.

[…] « nous ne sommes pas malheureuses au Canada. Venez nous y rejoindre ; vous serez reçues à bras ouverts et la besogne ne vous manquera pas. D’ailleurs, ici on se croit en France ; il faut penser qu’on est en Amérique et se rappeler les scènes des bateaux pour croire que l’on est si loin22. »

40S’il est un trait frappant quand on regarde l’ensemble des congrégations bretonnes venues au Canada, c’est le fait qu’elles œuvrent toutes dans le domaine de l’éducation. Il n’y a que les Filles de la Sagesse à avoir eu une action plus diversifiée, hospitalière notamment, mais l’éducation est toujours présente pour elles aussi. Bien d’autres types de congrégations sont venues du reste de la France, contemplatives et missionnaires notamment ; rien de cela en provenance de la Bretagne… Il faudrait donc chercher à savoir pourquoi l’œuvre d’éducation avait une prépondérance si forte en Bretagne et si cette caractéristique a marqué de manière particulière les milieux canadiens où elle s’est exercée.

***

41En somme, on voit que les expulsions de 1902 et 1903, en Bretagne particulièrement, ont déclenché un vaste mouvement d’expansion outremer des congrégations religieuses, les bretonnes particulièrement. Pour celles qui sont venues au Canada, les principales sont, numériquement, au premier plan, les Filles de Jésus de Kermaria (quelque 240), puis, les Frères de Ploërmel, les Filles de la Sagesse et les Sœurs de la Charité de Saint-Louis (entre 115 et 200), puis les Eudistes (75) et enfin, les congrégations plus locales de sœurs de Paramé et de Saint-Jacut (une cinquantaine chacune), pour un grand total d’un millier de religieux et de religieuses nés en Bretagne et venus au Canada entre 1900 et 1914.

42Quelle fut la portée de cette émigration ? Elle a sans doute contribué à l’ouverture des Bretons sur le monde. Elle n’a probablement pas changé la vision du monde qu’avaient ces religieux, car l’univers mental catholique qu’ils avaient quitté en Bretagne était passablement identique à celui qu’ils retrouvaient au Canada, surtout pour ceux qui ont œuvré en milieu canadien-français, ce qui est le cas du plus grand nombre. Le pays était différent, le gouvernement ne pratiquait pas la même politique, bien au contraire, mais l’univers religieux, le monde de la prière, des vœux, du travail, était fort semblable, même si les conditions matérielles pouvaient être différentes.

43Tout cela a-t-il eu un effet sur la sécularisation de la Bretagne ? Nous ne le croyons pas, mais les spécialistes bretons peuvent penser autrement. De mon point de vue, il n’y a guère de rapport entre l’expulsion et l’émigration des congrégations religieuses (lois et décrets de 1901-1904) d’un côté, et le vote (1905) et l’application (1906-1907) de la loi de Séparation de l’autre. Oui, en France, ces deux séries de mesures s’inscrivaient dans un même mouvement d’attaques républicaines contre un catholicisme qu’on estimait trop envahissant ; oui, au Canada, et au Québec en particulier, elles furent perçues comme faisant partie d’un même tout. Mais je suis convaincu que s’il n’y avait pas eu de loi de Séparation, cela n’aurait guère changé la situation des religieuses et religieux français exilés au Québec ou ailleurs. Leur action, leur vie, étaient modelées en fonction de leur idéal, catholique et français. Cet idéal était pleinement partagé par la population canadienne, à tout le moins par son clergé. L’épiscopat québécois réagit vivement contre ces mesures législatives françaises, les mettant toutes dans le même sac, et chercha à ériger dans la province une haute muraille de protection contre toute velléité du gouvernement ou des libéraux radicaux de faire progresser l’idéal laïque républicain au Québec. En ce sens, les religieux français, bretons ou autres, constituèrent un élément important de cette stratégie.

Notes

1 Voir Christian Sorrel, La République contre les congrégations. Histoire d’une passion française (1899-1904), Paris, Cerf, 2003, 265 p.

2 L’œuvre du père Joseph Michel, Missionnaires bretons d’outre-mer aux xixe et xxe siècles, Presses Universitaires de Rennes, 1997, 295 p. nous a ouvert la voie. Elle passe en revue toutes les congrégations qui ont envoyé des missionnaires et fournit des données chiffrées sur le nombre de missionnaires bretons en relation avec l’ensemble de la France, de 1801 à 1940.

3 Guy Laperrière, Les congrégations religieuses. De la France au Québec, 1880-1914, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 3 vol., t. 1, Premières bourrasques, 1880-1900, 1996, 228 p. ; t. 2, Au plus fort de la tempête, 1901-1904, 1999, 597 p. ; t. 3, Vers des eaux plus calmes, 2005, 730 p.

4 J. Michel présente chacune de ces congrégations dans sa 2e partie, p. 79-206.

5 Il l’écrit sans ambages à son métropolitain, Mgr Bégin, le 17 avril 1903 : « Je crois qu’il est prudent pour moi de profiter de la crise religieuse, en France, pour soulager mon diocèse et me débarrasser d’un éléphant. »

6 Les Frères de Saint-Gabriel resteront de droit diocésain jusqu’en 1910.

7 Marie Janelle, « Les Filles du Saint-Esprit, au souffle de l’Esprit », dans Claire Quintal, dir., Les Franco-Américains et leurs institutions scolaires, Worcester, Mass., collège de l’Assomption, 1990, p. 149-165. On trouvera une bonne analyse du sens culturel à donner à la résistance aux expulsions des Filles du Saint-Esprit dans le Finistère en 1902 dans Caroline Ford, « Religion and the Politics of Cultural Change in Provincial France : The Resistance of 1902 in Lower Brittany », Journal of Modern History, 62 (1990), p. 1-33.

8 J. Michel indique que près de 300 religieuses bretonnes vinrent en Nouvelle-Angleterre entre 1902 et 1940. De leur côté, les 220 religieuses d’origine américaine durent toutes venir faire leur noviciat à Saint-Brieuc. Missionnaires bretons…, p. 203.

9 Pour l’ensemble des congrégations, nous partons de nos listes nominatives établies pour le Québec seulement. Pour les Filles de la Sagesse, nous ajoutons le reste du Canada et la Nouvelle-Angleterre (liste incomplète cependant) ; pour les Filles de Jésus, nous disposons de données complètes pour le Canada ; pour les Filles de La Salle de Vihiers (FCSCJ), nous prenons le Canada et les États-Unis. Au total, nous avons examiné 48 congrégations, 17 de pères, 9 de frères et 22 de sœurs ; pour 6 d’entre elles, nous ne disposons pas des lieux de naissance, et pour 18 autres, nous n’avons relevé aucun religieux breton. Les chercheurs qui voudraient obtenir copie de ces données peuvent nous les demander à l’adresse suivante : Guy.Laperriere@USherbrooke.ca.

10 Entre 1900 et 1914, il se trouvait évidemment au Canada des religieux bretons qui y étaient arrivés avant 1900 : ceux-là ne sont pas comptés ici.

11 On aura une idée plus globale avec les données de J. Michel : « De 1800 à 1940, l’Amérique du Nord, à la fois terre de mission et terre d’asile, reçut 574 prêtres, 440 frères et 1400 religieuses. Le Canada accueillit les deux tiers de ce contingent [en fait : 58 %] : 302 prêtres, 359 frères et 740 religieuses. » Missionnaires bretons…, p. 248.

12 Mais on ne peut mettre en relation ces deux séries de données. Mes chiffres globaux ne comptent que les sœurs ayant œuvré significativement au Québec, alors que mes données bretonnes incluent des religieuses ayant vécu ailleurs au Canada.

13 Pour de fines analyses, y compris numériques et géographiques, des réalités religieuses bretonnes de cette époque, voir Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Fayard, 1992, 601 p., particulièrement le chapitre III, « Numérations », p. 87-117, qui étudie, entre autres, les vocations et les dons à la Propagation de la Foi.

14 J. Michel estime que le nombre de religieuses bretonnes venues en Amérique du Nord au début du siècle (1901-1910) atteint à lui seul le chiffre de 1055, dont 222 Filles de la Sagesse, 221 Filles de Jésus, 200 Filles du Saint-Esprit et 117 Sœurs de la Charité de Saint-Louis. Voir son chapitre « Le destin missionnaire des religieuses victimes du combisme », Missionnaires bretons…, p. 199-206.

15 L’exemple présenté ci-dessous par Luc Noppen d’églises canadiennes dont les plans ont été fournis par l’architecte rennais Régnault, sans qu’il en soit fait mention au Canada, et typique de cette mentalité.

16 Claude Langlois a fait le point sur l’internationalisation des congrégations féminines jusqu’en 1880 dans son Catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle, Paris, Cerf, 1984, p. 435-449.

17 Élisabeth Dufourcq, Les aventurières de Dieu : trois siècles d’histoire missionnaire française, Paris, Lattès, 1993, 539 p.

18 On voit ainsi les Sœurs de Saint-Jacut, nouvellement arrivées à Ottawa, aller rendre visite aux Filles de la Sagesse du même endroit : « Nous ne pouvions sortir de chez elles, tellement elles aimaient parler avec [nous] de la France et de notre Bretagne, attendu que plusieurs d’entre elles sont bretonnes aussi. » Lettre du 8 mars 1903, Archives des Sœurs du Sacré-Cœur, Saint-Jacut, citée dans G. Laperrière, Les congrégations religieuses…, t. 3, p. 418.

19 L’Écho de Chez Nous, 2 (oct. 1906), p. 190-191, cité ibid., p. 396.

20 Cette distinction peut même amuser. Ainsi, les Filles de la Sagesse rapportent ce trait de Mgr C.-H. Gauthier, archevêque irlandais d’Ottawa, venant confirmer les enfants de l’orphelinat Montfort, au Québec : « À chacune [des sœurs], il demande sa nationalité et rit de tout cœur en entendant le mot « Bretonne » si souvent répété. » Cité ibid., p. 236.

21 Archives des Filles de Jésus, Trois-Rivières, copies de correspondance, 1903-1908, cité dans G. Laperrière, Les congrégations religieuses…, t. 2, p. 265.

22 Archives des Filles de Jésus, Kermaria, Journal du Canada, n° 5, p. 49, cité ibid., p. 277.

Table des illustrations

Titre Tableau 1Religieux bretons venus au Canada, 1900-1914, par départements et par congrégations
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23577/img-1.png
Fichier image/png, 9,7k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23577/img-2.png
Fichier image/png, 1,4k
Titre Tableau 2Religieux bretons venus au Canada, 1900-1914, par années
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23577/img-3.png
Fichier image/png, 12k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540