Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

L’expulsion des religieuses à Saint-Méen, en août 1902

Louis Elégoët

Texte intégral

  • 1 L. Elégoët, Saint-Méen – Vie et déclin d’une civilisation paroissiale dans le Bas-Léon, Paris, Ant (...)

1Rappelant les événements qui, au cœur de l’été 1902, touchent la petite commune léonarde de Saint-Méen, près de Lesneven, la sœur supérieure de l’école Sainte-Anne écrit dans son journal : « Inconnu jusqu’ici, notre petit coin de terre fut encombré […] de journalistes ; il n’était pas rare d’en voir sept ou huit par jour1 ». Survenus entre le 21 juillet et le 18 août 1902, ces événements de Saint-Méen font suite à la circulaire du président du Conseil, Émile Combes, ordonnant la fermeture de près de 3 000 établissements congréganistes et la dissolution de leur communauté religieuse. En cette année 1902, Saint-Méen compte 675 habitants et possède une unique école de filles tenue par quatre sœurs de la congrégation des Filles du Saint-Esprit, dont la maison-mère est à Saint-Brieuc. L’irruption de nombreux journalistes tant parisiens que régionaux à Saint-Méen tient au fait qu’avec ses voisines de Ploudaniel et du Folgoët, cette commune résiste avec vigueur à la décision d’Émile Combes. Pour mieux comprendre cette résistance, nous allons rappeler le contexte politique de l’époque, évoquer les événements survenus à Saint-Méen aux mois de juillet et d’août et tenter de pénétrer la signification de la révolte suscitée par la circulaire de Combes datée du 9 juillet 1902.

Le contexte politique

  • 2 A. Dansette, Histoire religieuse de la France contemporaine sous la Troisième République, Paris, F (...)

2Le 1er juillet 1901 est promulguée la loi sur les associations autres que professionnelles votée à l’initiative du « républicain modéré » Waldeck-Rousseau, président du Conseil de juin 1899 à juin 1902. Cette loi comporte deux grands volets : elle prévoit un statut libéral pour les associations laïques et s’emploie à réglementer le statut des congrégations religieuses, qui ont connu un développement très important au cours du xixe siècle, notamment dans sa deuxième partie. Il s’agit donc pour Waldeck-Rousseau de contrôler ces congrégations, à qui on reproche de descendre dans l’arène politique, de se mêler de propagande électorale et, surtout, de former la jeunesse dans un esprit de Contre-Révolution2.

  • 3 Ibid., p. 297.
  • 4 Ibid., p. 305.
  • 5 Y. Le Bras, La politique anticléricale du ministère Combes, mémoire de maîtrise, Brest, 1985, p. 2 (...)
  • 6 Ibid. p. 21-22.

3Pour Waldeck-Rousseau, seules sont parfaitement en règle les congrégations autorisées dont dépendent des établissements autorisés. Il convient donc de régler les cas des congrégations non autorisées et des congrégations autorisées qui contrôlent des établissements non autorisés. Les premières doivent, dans un délai de trois mois, solliciter une autorisation qui ne peut être accordée que par le parlement. Waldeck-Rousseau promet au Saint-Siège que cette loi sera appliquée avec le « libéralisme le plus bienveillant3 ». S’agissant de la seconde catégorie, c’est-à-dire des congrégations autorisées, il promet que les établissements fondés avant la loi du 1er juillet 1901 n’auront pas besoin d’une autorisation4. Mais il se trouve que Waldeck-Rousseau fait preuve d’une grande indécision sur cette question. C’est ainsi qu’oubliant ses déclarations initiales, il adresse, le 5 décembre 1901, une circulaire aux préfets où il signifie que tout établissement non autorisé dépendant d’une congrégation autorisée doit solliciter une autorisation5. Le 31 janvier 1902, il se rétracte en conseil des ministres en affirmant que la loi du 1er juillet 1901 ne peut avoir d’effet rétroactif et ne s’applique nullement aux établissements congréganistes de congrégations autorisées ouverts avant le 1er juillet6. Le résultat sera qu’un certain nombre de congrégations demandent des autorisations pour leurs établissements, alors que d’autres, se croyant en règle, négligent de le faire.

  • 7 A. Dansette, op. cit., p. 301.

4Les élections législatives d’avril-mai 1902 assurent le triomphe de la gauche qui l’emporte avec 370 sièges, dont 230 radicaux, contre 220 à la droite. Ce glissement à gauche entraîne la démission de Waldeck-Rousseau et l’arrivée d’Émile Combes à la présidence du Conseil. Né près de Castres en 1835, Combes se destinait à la prêtrise jusqu’au moment où il décide de bifurquer, juste avant le sous-diaconat. C’est passé la trentaine qu’il rompt avec l’Église et entreprend des études de médecine, qui l’amènent à se fixer à Pons en Charente-Maritime, où il sera élu maire, conseiller général puis sénateur en 1885. C’est à l’âge de 67 ans que ce chef de file du parti radical est appelé à former un nouveau cabinet7.

  • 8 Ibid., p. 304.
  • 9 L. Capéran, L’invasion laïque de l’avènement de Combes au vote de la loi de Séparation, Paris, Des (...)

5Dès son accession à la présidence du Conseil, Combes entreprend « son œuvre de destruction de l’enseignement congréganiste, puis des congrégations elles-mêmes8 », pour reprendre les termes de l’historien Adrien Dansette. Le 27 juin 1902, il ordonne la fermeture de 120 établissements congréganistes ouverts depuis la promulgation de la loi du 1er juillet 1901. Par circulaire du 9 juillet 1902, c’est-à-dire avant même la fin de l’année scolaire, il ordonne la fermeture, sous huitaine, de près de 3 000 établissements scolaires ouverts avant la loi du 1er juillet 1901 et pour lesquels une autorisation n’a pas été demandée. Sur ces 3000 écoles, 320 environ décident de résister9.

  • 10 L. Elégoët, op. cit., p. 282.
  • 11 Ibid., p. 286-287.

6Sur les 64 établissements congréganistes concernés dans le Finistère, 38, tous tenus par la congrégation des Filles du Saint-Esprit, prennent le parti de s’opposer à la mesure de Combes10. L’école Sainte-Anne de Saint-Méen est donc dans ce cas. Fondée en 1880, grâce à la générosité de l’artiste peintre Camille Bernier, qui possède une douzaine de fermes à Saint-Méen, cette école renferme 130 élèves, dont une trentaine de pensionnaires, cependant que plus de la moitié des filles proviennent des communes voisines11. Vastes et bien éclairées, les salles de classe contrastent avec l’école publique des garçons qui, consistant en une simple maison particulière, attire régulièrement les récriminations des inspecteurs de l’Instruction publique. Informé de l’état de délabrement de cette prétendue école, le sous-préfet de Brest s’adresse vertement au maire de Saint-Méen en février 1900.

  • 12 Ibid., p. 335.

« Cette école, relève-t-il, est dans des conditions déplorables. 61 élèves sont entassés dans une salle sans plancher et dont les portes et fenêtres tombent en ruines. Le vent, la pluie et le froid y pénètrent et sont une cause de dangers pour la santé des élèves. L’école ne possède ni mobilier scolaire, ni tableaux, ni cartes […]. En résumé, cette école mérite d’être interdite12 ».

7Le maire se contente de répondre que sa commune est pauvre et qu’elle n’a pas les moyens de faire construire une véritable école publique.

La révolte de Saint-Méen

  • 13 Ibid., p. 287.
  • 14 Ibid., p. 289-291.

8C’est le 14 juillet que la circulaire du préfet ordonnant aux sœurs de quitter leur établissement parvient à Saint-Méen. Dès le lendemain, le maire et les conseillers municipaux adressent au préfet une lettre de protestation écrite par le recteur récemment nommé à la tête de la paroisse et qui fut, jusque-là, professeur de morale au Grand Séminaire de Quimper13. Le lundi 21, deux gendarmes viennent notifier aux sœurs la mesure d’expulsion qui les frappe. Accourus au son du tocsin, quelque 600 paysans les attendent et les deux représentants de la loi doivent rebrousser chemin sans avoir pu accomplir leur travail. L’instituteur public qui, à cette occasion, se montre téméraire est précipité dans le fossé. Ces faits, et quelques autres, largement exagérés par la presse régionale, contribuent à attirer l’attention sur la petite commune de Saint-Méen, à y faire venir des journalistes parisiens et à accréditer l’idée que les habitants du pays de Saint-Méen sont plus dangereux que ceux des communes voisines de Ploudaniel et du Folgoët14.

  • 15 Ibid., p. 293.
  • 16 Ibid., p. 294.

9Les expulsions débutent, le 7 août, à Landerneau où des journalistes reprochent aux 2 000 manifestants d’avoir assisté trop passivement au départ des 24 religieuses. Elles s’avèrent nettement plus difficiles à Concarneau, Douarnenez, Crozon, Roscoff ou Ploumoguer où l’on juge bon de faire intervenir la troupe. Le 14 août, les opérations d’expulsion ont eu lieu dans l’ensemble des communes concernées du Finistère, si ce n’est à Ploudaniel, au Folgoët, et à Saint-Méen15. Un télégramme chiffré adressé par le préfet au commissaire spécial Moerdès atteste que les expulsions « groupe Lesneven auraient dû avoir lieu le 13 août, mais en raison de la situation grave à Saint-Méen, je crois, fait télégraphier, le préfet, qu’il est indispensable d’avoir forces sérieuses de gendarmerie, nombre suffisant de chevaux ; manœuvres dans les trois communes en même temps16 ».

10Depuis le début du mois d’août, l’école congréganiste de Saint-Méen est gardée nuit et jour. Qu’une rumeur annonçant l’arrivée des troupes se répande et l’on fait sonner le tocsin. C’est ainsi qu’une dizaine de rassemblements ont lieu entre les derniers jours de juillet et le 18 août, jour de l’expulsion. Voici quelques lignes relatives à celui du 13 août dont un journaliste du Figaro est le témoin :

  • 17 Ibid., p. 295-296.

« Un jeune gars grimpe sur un talus et fait résonner son clairon dans toutes les directions. Quelques instants plus tard, les cloches de l’église sont mises en branle et le tocsin donne le signal d’alarme aux habitants répandus dans les champs. Des environs déjà et de tous côtés, par les routes et les chemins, les paysans et les femmes arrivent en courant à l’appel des cloches […]. Le tocsin sonne toujours et les habitants de Saint-Méen, dont le nombre est grossi des habitants des communes voisines, sont massés sur la route qui monte à l’établissement des sœurs17 ».

  • 18 Ibid., p. 296.

11Le lundi 18 août, alors qu’il pleut à verse, le tocsin appelle les défenseurs des sœurs à 4 heures du matin. Puis après une heure d’attente, on apprend que les soldats n’ont pas encore quitté Landerneau et les manifestants se dispersent. À 9 heures et demie, une estafette annonce que les troupes se rapprochent de Ploudaniel. Le tocsin sonne de nouveau et plus d’un millier de paysans et de paysannes prennent position aux abords de l’école. À onze heures, « une clameur immense, prolongée, violente, saccadée, retentit », pour reprendre les qualificatifs du journal La Croix. « Les expulseurs sont là ». Ils se composent d’un bataillon d’environ 400 hommes du 6e régiment d’infanterie coloniale stationnée à Brest, d’une cinquantaine de gendarmes, dont 25 à cheval, d’un serrurier, du commissaire spécial aux expulsions, et du sous-préfet de Brest qui dirige les opérations. De son côté, l’abbé Gayraud, député de la 3e circonscription de Brest, joue les modérateurs18.

  • 19 Ibid., p. 297-298.

12Dès l’arrivée des soldats et des gendarmes près de la première barricade, qui consiste en charrettes renversées, des pourparlers s’engagent entre le sous-préfet en uniforme et le député Gayraud ceint de son écharpe. Comme aucun compromis ne paraît possible, la barricade est attaquée. Puis des coups de gourdin se mettent à pleuvoir, cependant que du sable, de la boue et des cailloux sont jetés sur les soldats. Des chevaux se cabrent. Les gendarmes chargent, sabre au clair, et poursuivent les manifestants jusque dans le cimetière. Plus loin, des coups de crosse répondent aux coups de gourdin. Après que les sapeurs eurent ouvert une brèche dans un talus, des fantassins et des cavaliers opèrent un mouvement tournant pour atteindre le jardin de l’école qui n’est pas clos de murs. Groupées dans la cour de l’école et armées de branches d’ajonc vert, des femmes crient à perdre haleine. Perchés dans les hêtres qui jouxtent le « couvent », des garçons ne cessent de crier « Vivent les sœurs », « À bas Combes ». Quelques paysans et soldats sont le visage ensanglanté. Quand l’excitation est à son comble, le sous-préfet et le député se concertent pour ordonner à leurs hommes de cesser les combats. De son côté, le recteur doit insister pour obtenir la soumission des paysans les plus énervés19.

  • 20 Ibid., p. 298.

13Les gendarmes doivent alors enlever une à une les jeunes filles massées devant la porte du salon de l’école. Quand le serrurier se met au travail, des seaux d’eau sale, de purin et de matières fécales déversées de l’étage couvrent le sous-préfet et le commissaire spécial. Puis, après la lecture d’un texte de protestation par la sœur supérieure, les quatre religieuses quittent le salon pour passer parmi les manifestants et devant les troupes disposées sur deux rangs, tandis que les officiers portent la main au képi et qu’un capitaine salue de l’épée. Les expulsées trouvent refuge en deux maisons amies du bourg20.

  • 21 Ibid., p. 302.
  • 22 Ibid., p. 305.
  • 23 A. Prost, L’enseignement en France, 1800-1967, Paris, A. Colin, 1968.

14Les conséquences de ces affrontements sont diverses. Une vingtaine de paysans et quelques militaires sont légèrement blessés. Cinq ou six personnes sont arrêtées et condamnées à des peines légères : quelques jours de prison avec sursis ou quelques dizaines de francs d’amende. Irrité par les résistances opposées aux expulsions dans le Finistère, Combes décide, comme va le montrer Fañch Broudic, d’interdire aux prêtres de prêcher en langue bretonne. Pour ce qui concerne l’enseignement, l’année scolaire 1902-1903 s’avère heurtée pour les filles du pays de Saint-Méen. Jusqu’au printemps 1903, les religieuses les réunissent ici et là en des granges21. Puis, à partir du mois d’avril, leur scolarisation est assurée à l’école des sœurs par deux institutrices laïques. En réalité, comme l’indique un rapport de gendarmerie du 5 novembre 1903, « l’école libre de Saint-Méen est toujours sous le contrôle des sœurs22 ». Ces religieuses vont, du reste, abandonner leur habit religieux pour se séculariser. D’une manière générale, la façade laïque revêtue par les établissements congréganistes gênera considérablement le contrôle des autorités académiques, comme le montrent ces quelques lignes d’Antoine Prost. « On chasse le jésuite et l’on voit revenir un prêtre diocésain : comment prouver qu’il est toujours jésuite ? […] On chasse le frère : il quitte sa soutane et revient au civil. Comment prouver qu’il appartient toujours à une congrégation23 ? »

Interprétation des événements

  • 24 L. Capéran, op. cit., p. 27.
  • 25 Ibid., p. 31.
  • 26 Ibid., p. 26.
  • 27 Ibid., p. 33-34.
  • 28 op. cit., p. 305 et p. 349.
  • 29 P. Pierrard, Un siècle de l’Église de France, 1900-2000, Paris, Desclée de Brouwer, p. 41.
  • 30 op. cit., p. 224.

15Il nous faut maintenant nous interroger sur la signification de ces événements de juillet-août 1902. On peut dire, en premier lieu, que les expulsions des religieux et religieuses ont été possibles en raison de l’indécision de Waldeck-Rousseau et de l’extrême détermination de Combes, d’autant que celui-ci est approuvé par la plupart des députés du Bloc des gauches24. Seules dans cette coalition, quelques personnalités politiques comme Goblet25, Ribot26 ou Waldeck-Rousseau27 émettent des critiques sur le comportement du président du Conseil. De leur côté, de nombreux historiens tels que Adrien Dansette28, Pierre Pierrard 29 ou Antoine Prost dénonceront son interprétation de la loi du 1er juillet 1901. « La mesure de juillet-août 1902, écrit ce même Prost, était une incontestable violation du principe de non-rétroactivité des lois et des décisions du précédent cabinet30 ».

  • 31 L. Elégoët, op. cit., p. 308-309.

16Il reste à savoir quels sont les mobiles des paysans de Saint-Méen et des environs. Des rapports de gendarmerie expliquent cette révolte de 1902 par les pressions exercées par « ces messieurs des châteaux31 ». Il est vrai qu’il y a quelques grands propriétaires parmi les meneurs et qu’il était peut-être risqué pour les fermiers de ne pas participer à la défense des écoles congréganistes. On peut cependant penser que des paysans peu motivés par ces manifestations pouvaient trouver les moyens de traîner les pieds et d’éviter de participer à une dizaine et rassemblements.

  • 32 Ibid., p. 310.
  • 33 Ibid., p. 311.

17Il n’est pas douteux, en revanche, que le clergé joue un grand rôle dans l’organisation de la résistance dans ce Léon où il est omnipotent32. Si forte que soit cette influence, elle ne suffit pas cependant à expliquer les multiples mobilisations des paysans et des paysannes à cette époque de l’année où le temps est si précieux. Miz Eost a zo, « c’est le mois d’août », avait-on l’habitude de lancer à celui qui tardait à se mettre au travail. Nous ne pouvons que souscrire à l’opinion de Louis Coudurier, directeur de la Dépêche de Brest, lorsqu’il écrit que la résistance opposée par les Mévennais à l’expulsion des sœurs est spontanée. La population du terroir de Saint-Méen ne peut admettre que l’on ferme un remarquable bâtiment scolaire quand la municipalité ne parvient pas à doter la commune d’une véritable école de garçons33.

  • 34 Ibid., p. 308.

18Il s’ajoute que cette population regarde les religieuses comme des salvatrices dans la mesure où l’école des filles fut longuement attendue et qu’elle se double d’une petite pharmacie, cependant qu’une sœur est chargée de soulager les malades. Il ne lui échappe pas, par ailleurs, que les pouvoirs publics se hâtent de fermer l’école congréganiste sans se soucier de savoir comment seront scolarisées les filles du pays de Saint-Méen au cours des mois et des années à venir. L’importante participation féminine à la défense de l’école est également significative du caractère spontané de la résistance opposée aux mesures de Combes. Il apparaît que cette forte présence des femmes procède tout à la fois d’un sentiment d’injustice vis-à-vis des sœurs, d’une certaine solidarité féministe et d’un sentiment de gratitude envers d’anciennes institutrices34.

  • 35 Ibid., p. 311.
  • 36 Ibid., p. 312.

19« Toutes les jacqueries, écrit le sociologue Mendras, ont été des révoltes contre le pouvoir central […]. La revendication des paysans depuis mille ans était : laissez-nous tranquilles, laissez-nous entre nous ! » Il n’en va pas autrement à Saint-Méen où les habitants ont le sentiment que le pouvoir central n’accède pas à la compréhension de leurs problèmes35. Le fait d’exiger du recteur qu’il prêche dans une langue inaccessible à la grande majorité de la population ne peut que renforcer cette impression. Notons enfin que les Mévennais, qui sont très attachés à la religion, perçoivent les mesures qui les frappent comme une véritable persécution36.

***

  • 37 A. Dansette, op. cit, p. 307.
  • 38 Ibid., p. 312- 313.

20Les difficultés rencontrées par Combes, en Bretagne, ne l’empêchent pas de poursuivre son œuvre de destruction de l’enseignement congréganiste et des congrégations. Tout au long de l’année 1903, il fait procéder à la fermeture de plus de 2000 établissements scolaires et hospitaliers : les uns dépendaient de congrégations autorisées qui avaient fait des demandes d’autorisation pour leurs écoles et hôpitaux ; les autres étaient sous le contrôle de congrégations non autorisées auxquelles l’autorisation d’exister fut refusée37. Reste le cas des congrégations autorisées dont dépendaient 8 200 établissements autorisés. Cette question est réglée par la loi du 7 juillet 1904 qui interdit l’enseignement à tout congréganiste quel que soit son statut38. Il va sans dire que le climat pour le moins perturbé résultant de cette politique anticongréganiste ne pourra manquer de rejaillir sur la Séparation des Églises et de l’État.

Notes

1 L. Elégoët, Saint-Méen – Vie et déclin d’une civilisation paroissiale dans le Bas-Léon, Paris, Anthropos, 1981, p. 281.

2 A. Dansette, Histoire religieuse de la France contemporaine sous la Troisième République, Paris, Flammarion, 1951, p. 291.

3 Ibid., p. 297.

4 Ibid., p. 305.

5 Y. Le Bras, La politique anticléricale du ministère Combes, mémoire de maîtrise, Brest, 1985, p. 2021.

6 Ibid. p. 21-22.

7 A. Dansette, op. cit., p. 301.

8 Ibid., p. 304.

9 L. Capéran, L’invasion laïque de l’avènement de Combes au vote de la loi de Séparation, Paris, Desclée de Brouwer, 1935, p. 31.

10 L. Elégoët, op. cit., p. 282.

11 Ibid., p. 286-287.

12 Ibid., p. 335.

13 Ibid., p. 287.

14 Ibid., p. 289-291.

15 Ibid., p. 293.

16 Ibid., p. 294.

17 Ibid., p. 295-296.

18 Ibid., p. 296.

19 Ibid., p. 297-298.

20 Ibid., p. 298.

21 Ibid., p. 302.

22 Ibid., p. 305.

23 A. Prost, L’enseignement en France, 1800-1967, Paris, A. Colin, 1968.

24 L. Capéran, op. cit., p. 27.

25 Ibid., p. 31.

26 Ibid., p. 26.

27 Ibid., p. 33-34.

28 op. cit., p. 305 et p. 349.

29 P. Pierrard, Un siècle de l’Église de France, 1900-2000, Paris, Desclée de Brouwer, p. 41.

30 op. cit., p. 224.

31 L. Elégoët, op. cit., p. 308-309.

32 Ibid., p. 310.

33 Ibid., p. 311.

34 Ibid., p. 308.

35 Ibid., p. 311.

36 Ibid., p. 312.

37 A. Dansette, op. cit, p. 307.

38 Ibid., p. 312- 313.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540