Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

De l’expulsion du Petit Séminaire de Tréguier à l’installation de l’Institution Saint-Joseph à Lannion

Jean-Yves Marjou

Texte intégral

1Après avoir rappelé quelques faits marquants de l’histoire du Petit Séminaire de Tréguier, nous verrons comment la loi de Séparation des Églises et de l’État conduit à sa fermeture fin 1906 puis à son rétablissement à Lannion sous le nom d’Institution Saint-Joseph. Cette présentation d’une histoire que nous rappelons parce que nous sommes à Tréguier démontre aussi comment l’Église fut spoliée par deux fois de ses biens consacrés à l’enseignement sur ce même site de Tréguier.

Histoire succincte du Petit Séminaire de Tréguier

2Avant la Révolution, l’Église possède à Tréguier deux établissements d’enseignement : le collège diocésain créé entre 1300 et 1400, le séminaire créé en 1654. Ces deux établissements sont fermés vers la fin de 1791. Pendant la Révolution, le 24 août 1792, les gardes nationaux occupent le séminaire de Tréguier et c’est la première spoliation des biens de l’enseignement catholique sur ce site. Ce séminaire qui s’étendait alors sur une surface de 1 hectare 50 (après retrait de l’aile droite de l’édifice principal affectée au logement de la gendarmerie) est vendu comme bien national le 21 thermidor an VII (8 août 1799) pour 343 066 francs aux consorts Pierre Caro et Élizabeth Le Lay. Dès 1815, Jean-Marie de La Mennais, vicaire général du diocèse de Saint-Brieuc, s’efforce d’obtenir le droit de créer une seconde école ecclésiastique dans le département des Côtes-du-Nord pour former de futurs prêtres en zone bretonnante. Sous la Restauration, le 24 janvier 1816, l’école ecclésiastique de Tréguier est créée par ordonnance du roi, signée par Louis XVIII, le ministre secrétaire d’État de l’Intérieur Vaublanc, le secrétaire général du ministre de l’Intérieur et le conseiller d’État administrateur général des Cultes Jourdan.

3Cette école ouvre le 1er mai 1816 dans l’auberge du Grand Lion d’Or, rue Neuve (appelée depuis rue Saint-Yves). Jean-Marie de La Mennais n’est pas cité dans l’acte de création de l’école ecclésiastique de Tréguier mais il la prend en mains très vite : en approuvant, le 3 mai 1816, le règlement de l’école, en contrôlant chaque été les comptes qu’il signe de 1816 à 1820, en installant le 21 novembre 1816, dans l’école, une congrégation de la Sainte Vierge ; ses membres doivent pratiquer la charité chrétienne et se soutenir devant les difficultés selon leur devise Cor unum et anima una. Les élèves majoritairement externes sont logés en ville dans des pensions de famille et une quarantaine sont internes.

4En 1817, l’école ecclésiastique intègre les locaux occupés jusqu’en 1791 par le collège diocésain, au bas de la rue qui porte aujourd’hui le nom de Charles Le Gac. Ils deviendront plus tard l’Institution Notre-Dame. Dès 1817, l’école ecclésiastique est accusée par le préfet des Côtes-du-Nord d’être en contravention avec la loi parce qu’elle reçoit des externes. Le 18 août 1817, J.-M. de La Mennais répond, sur la base des articles 44 et 45 de l’ordonnance de février 1815, que l’école ecclésiastique de Tréguier peut recevoir des élèves hébergés dans les pensions de famille dans l’enceinte de la ville parce que Tréguier ne comporte pas d’autre collège ; le sous-préfet recense alors 123 externes. En 1819, les matières enseignées comprennent : grammaire française (Le Tellier, Lhomond) et amplification française (développement de textes), latin, grec, mathématiques (géométrie et arithmétique), histoire, géographie, philosophie, dessin.

5En 1820, l’espace des bâtiments de l’ancien collège se révèle insuffisant et nécessite le rachat à M. Caro des bâtiments de l’ancien séminaire par l’évêque de Saint-Brieuc Le Groing de La Romagère pour 34000 francs. Le gouvernement restitue la chapelle et la partie occupée par la gendarmerie. En octobre 1820, l’école ecclésiastique (10 professeurs et 230 élèves) s’installe dans les locaux de l’ancien séminaire. Les bâtiments en très mauvais état obligent à de nombreux travaux très onéreux. L’analyse des dépenses de l’école ecclésiastique pour 1820-1821 montre que 30 % de celles-ci sont consacrées à des travaux de charpente et couverture en ardoises.

6Dès avril 1821, l’évêque transmet le contrat d’acquisition des bâtiments de l’ancien séminaire au sous-préfet de Lannion pour approbation par le roi ; le dossier traîne car le préfet refuse de donner son avis et prétexte que le prix n’est pas entièrement payé, mais le 9 octobre 1821 il reçoit du ministère de l’Intérieur l’ordre de terminer l’affaire. Le 10 juillet 1822, une ordonnance du roi Louis XVIII approuve l’acquisition de l’ancien séminaire. En 1824, création de la classe de 8e. En 1827, le changement de professeurs est fréquent et une recommandation de l’évêque stipule que les « régents » de la 8e à la 5e d’une part et de la 4e à la seconde d’autre part changeront de classe avec leurs élèves. Une grande partie des élèves formés par l’école entre au Grand Séminaire, les autres font carrière dans l’agriculture, la justice (avocat, greffier, avoué), la médecine, la pharmacie, le notariat, l’administration coloniale, le commerce, la marine, les postes, le bâtiment (architectes). Le 16 juin 1828, pour limiter le recrutement des écoles ecclésiastiques qui font concurrence aux collèges publics, une ordonnance de J.-B. Martignac (ministre de l’Intérieur du roi Charles X) oblige tous les élèves des écoles ecclésiastiques à être internes. Mais l’application de cette ordonnance est retardée à Tréguier par les réclamations des citadins qui tirent profit de l’hébergement des externes. Jusqu’en 1829, l’école semble s’appeler uniquement « école ecclésiastique ». En 1832, l’école est déjà appelée « Petit Séminaire » : école supposée alors dédiée à la formation d’élèves se destinant au Grand Séminaire.

7Cette année-là, Ernest Renan y entre en 8e et il poursuit son cursus au Petit Séminaire jusqu’en 1838. La scolarité d’Ernest Renan dans cet établissement est décrite en détail par René d’Ys dans son ouvrage Ernest Renan en Bretagne. Dans ses lettres, Renan manifeste une grande reconnaissance à ses professeurs de Tréguier pour leur enseignement. Notons encore que la famille d’Ernest Renan fournit l’école ecclésiastique en produits d’épicerie (13 % des dépenses en 1820 et 1821…).

8Le 24 juin 1835, le conseil municipal de Lannion sous la présidence de J.-M. Raoul, maire, décide de demander au sous-préfet d’imposer au Petit Séminaire de Tréguier de ne plus avoir d’externes et de faire porter l’habit ecclésiastique aux élèves. En 1837, mise en place du cours d’anglais. Le 7 août 1838, le maire de Tréguier demande au préfet des Côtes-du-Nord une exception pour que le Petit Séminaire de Tréguier puisse conserver des externes. En 1841, le Petit Séminaire se rend compte qu’il va devoir appliquer la loi qui interdit les externes, ce qui conduit le supérieur Auffret à construire un nouveau bâtiment « peu solide » pour passer de 60 à 300 ou 400 pensionnaires. En 1842, construction d’un hangar au bas de la cour de récréation. En 1844, le ministère de la Justice et des Cultes informe le préfet des Côtes-du-Nord qu’il a reçu deux demandes contradictoires : l’une du conseil municipal de Tréguier pour tolérer des externes au Petit Séminaire de Tréguier, l’autre du conseil municipal de Lannion dont le collège municipal souffre de la concurrence illégale que lui fait l’école ecclésiastique de Tréguier ; le 9 novembre 1844, le ministère demande l’exécution de l’ordonnance du 16 juin 1828 interdisant les externes. En 1851, création d’un « cours de français », sur trois années, spécifique au cycle primaire.

  • 1 Manuscrit du Journal des dépenses du Petit Séminaire de Tréguier pendant l’année scolaire 1845-184 (...)

9En 1852, peut-être dès 18451, le nom d’« école ecclésiastique de Tréguier » est remplacé dans les actes imprimés par « Petit Séminaire de Tréguier ». La même année, construction d’une maison dans le haut de la cour de récréation. En 1853, le supérieur Delangle achète la maison Thos et une parcelle de terre entre le bas de la cour de récréation et l’ancien enclos du Petit Séminaire. En 1857, un des héritiers de Caro, A. Le Guen, vend au Petit Séminaire un terrain d’1 hectare 21 ares dit le « Champ du Séminaire » pour 10 000 francs ; cet achat est approuvé par Napoléon III le 28 juillet 1858 ; un bâtiment est rehaussé d’un étage. En 1860, le hangar au bas de la cour fait place à un cloître. En 1862, construction d’un pavillon pour abriter la lingerie et l’infirmerie ; achat d’une propriété (Pen an Guer Bihan) à une demoiselle Bourdon de Servel pour 4 000 francs ; achat d’une propriété (Parc ar Puns) à Delangle pour 4 000 francs ; échange de terres d’une valeur de 4800 francs avec le comte Aymar de Roquefeuil du Bilo ; ces transactions sont approuvées par Napoléon III le 16 juillet 1863. En 1864, le bâtiment « peu solide » est remplacé par le pavillon monumental au frontispice orné d’une sculpture « Le Bon Sauveur appelant à lui les petits enfants », réalisée par Hernot. En 1865, trois élèves sont présentés au baccalauréat pour la première fois.

10En septembre 1868, lors d’une visite à Tréguier, Ernest Renan écrit à son ancien professeur M. Mando pour lui expliquer qu’il s’est abstenu d’aller rendre visite au Petit Séminaire. M. Mando lui répond : « C’eût été pour nous une grande douleur de revoir un enfant de Tréguier, qui eût pu être la gloire de ce Petit Séminaire et qui en est la plus amère tristesse ».

11En 1872, les professeurs sont affectés à une classe et ne suivent plus leurs élèves dans la classe supérieure. En 1873, le Petit Séminaire achète le jardin Deslandes (7 ares 89) pour 3 200 francs ; achat approuvé par Mac-Mahon le 19 décembre 1873. En 1875, les murs du pavillon monumental doivent être renforcés par des croix de Saint-André. En 1885, 1888, 1895, 1898, 1899, 1905, le sous-préfet informe le préfet des Côtes-du-Nord de ses inspections au Petit Séminaire de Tréguier ; le but de ces inspections est de compter les externes (une vingtaine), de quantifier la proportion des élèves qui vont rentrer au Grand Séminaire (80 %) pour empêcher le Petit Séminaire de former des élèves à d’autres métiers, d’examiner les conditions sanitaires (irréprochables) ; l’inspection contrôle l’application des lois du 15 mars 1850 (article 70), circulaire du 10 mai 1850, 28 juillet 1882, 22 mai 1883 et 30 septembre 1885.

Le Petit Séminaire de Tréguier vers 1900 (cliché J. David).

12En 1892, les cloches de la nouvelle chapelle sont baptisées ; parmi les parrains figurent le maire de Tréguier et l’abbé France, archiprêtre de Lannion et ancien professeur. Le 23 octobre 1896, Mgr Fallières procède à la bénédiction de la nouvelle chapelle (aujourd’hui théâtre de l’Arche). Le 26 octobre 1897, l’archidiacre Le Provost préside à la translation des reliques de Thépault de Rumelin et de sa nièce dans la nouvelle chapelle. Le 21 juin 1899, consécration de la nouvelle chapelle et inauguration des orgues du facteur Didier de Nancy.

13Cet historique du Petit Séminaire de Tréguier montre que les religieux séculiers qui y enseignaient ont successivement racheté les terres et bâtiments déjà nationalisés une première fois lors de la Révolution ; réparé, construit ou reconstruit de nouveaux bâtiments ; donné un enseignement étendu (primaire, collège, lycée) ; subi des tracasseries permanentes tendant à borner exclusivement leur enseignement aux futurs ecclésiastiques.

L’application des lois de Séparation de l’Église et de l’État au Petit Séminaire de Tréguier

14En 1906, la distribution des prix se déroule normalement à Tréguier. Cependant la loi de Séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905 déclare propriétés de l’État tous les biens ecclésiastiques antérieurs au concordat, dont le Petit Séminaire de Tréguier qui fait partie de la « mense épiscopale » (on entend par « mense épiscopale » la portion assignée à l’évêque dans le partage des biens entre lui et son église). Le pape Pie X tente de s’y opposer par deux encycliques, Vehementernos du 11 février 1906 et Gravissimo officii du 10 août, qui condamnent la loi et interdisent les associations cultuelles. De ce fait, le Petit Séminaire placé sous l’autorité de l’évêque de Saint-Brieuc et Tréguier ne peut adopter le statut d’association cultuelle. Le 6 novembre 1906, le sous-préfet de Lannion informe le préfet des Côtes-du-Nord qu’aucune déclaration d’association cultuelle n’a encore été déposée à la sous-préfecture de Lannion. À cette date, l’application de la loi a déjà donné lieu à bien des péripéties.

  • 2 Les restes du « Catalogue de la bibliothèque de l’ancien Petit Séminaire de Tréguier », répertorié (...)

15Le 27 février 1906, à la requête du directeur des Domaines, un procès-verbal de notification de l’inventaire du Petit Séminaire de Tréguier, prévu le 9 mars, est déposé par le commissaire de police à l’évêché de Saint-Brieuc. Le commissaire de police est reçu par la concierge et l’évêché refuse de signer. Le 25 octobre, le préfet des Côtes-du-Nord désigne l’archiviste départemental (M. Tempier) pour faire l’inventaire sommaire de la bibliothèque du Petit Séminaire de Tréguier. Un inventaire pour description détaillée sera réalisé le 28 février 19072.Les inventaires des biens de l’Église se heurtent dans toute la région à l’opposition des paroissiens. Le sous-préfet Vaillant est blessé à Ploubezre le 12 mars 1906 et aussitôt décoré de la Légion d’honneur. Devant cette résistance, les inventaires s’étalent de mars à novembre 1906, appuyés par des renforts de gendarmerie ou de soldats. Plusieurs officiers refusent ces renforts, ce qui conduit le ministre de la Guerre, à partir du 24 mars 1906, à centraliser les demandes auprès du commandant militaire de grade le plus élevé. Le 16 novembre, le sous-préfet de Lannion informe le préfet des Côtes-du-Nord que des inventaires, retardés en raison de la résistance opposée par les habitants, restent à effectuer dans des communes de l’arrondissement de Lannion : Ploubezre, Buhulien, Servel, Tregrom, Pleumeur-Bodou, Pluzunet, Pleumeur-Gautier, Coatascorn, Mantallot. Le 20 novembre, le sous-préfet de Lannion et le receveur des Domaines pour l’Enregistrement de Tréguier se présentent au Petit Séminaire pour procéder à l’inventaire : le supérieur s’oppose à cet acte de spoliation en refusant de les laisser entrer. Le lendemain, quarante gendarmes à cheval, venus de Lannion et de Plestin, barrent les rues de Tréguier. À 7 heures, sommation par le commissaire de police, brève allocution du sous-préfet sur le caractère libéral de la loi de Séparation, puis trois sapeurs du génie font voler en éclats la porte du Petit Séminaire.

  • 3 Le bréviaire de Tréguier est ainsi recensé dans l’inventaire : « Bréviaire manuscrit xive siècle, (...)

16Malgré la protestation du supérieur, l’inventaire est réalisé entre 7 et 8 heures. Le sous-préfet, le receveur de Tréguier et deux témoins (gendarmes requis pour suppléer à l’absence du président du bureau d’administration des séminaires du diocèse de Saint-Brieuc qui ne se présente pas, bien qu’il ait été dûment convoqué), parcourent successivement le salon, la cuisine, la laverie, l’arrière-cuisine, le réfectoire, une première classe, la chapelle, cinq autres classes, la salle d’études, trois dortoirs, le musée, le cabinet de physique, le cabinet de chimie et d’histoire naturelle, un autre dortoir et un bâtiment de décharge3. Le supérieur, accompagné du corps professoral, suit tout pas à pas et refuse tout renseignement. Des portes intérieures (dont celle du cabinet d’histoire naturelle) sont fracturées. Le mobilier est estimé à 4 771 francs, les bâtiments à 200 000 francs et les terres à 13 500 francs. Le supérieur refuse de signer l’inventaire. À noter que cet inventaire est peu précis : il recense 171 lits dans les dortoirs (alors que l’inspection de 1905 a recensé 275 pensionnaires), 50 tables et chaises dans 6 classes (alors que 9 classes sont nécessaires pour un cursus de la 8e à la Philosophie) et les chambres des professeurs ne sont pas mentionnées.

17Le Lannionnais, journal républicain, résume les événements comme suit dans son édition du 25 novembre 1906 : « Le gouvernement a fait procéder cette semaine aux inventaires qui n’avaient pas été précédemment effectués. Il a su prendre toutes les précautions nécessaires pour empêcher toute résistance des énergumènes du parti clérical. Malgré les récits publiés par les feuilles réactionnaires, tout s’est bien passé, sans occasionner nulle part aucun incident notable, au grand désespoir des organisateurs de troubles. »

18Avant ou après l’inventaire (particulièrement avant le 13 décembre 1906), l’encadrement, les professeurs et des parents ont réussi à faire sortir du Petit Séminaire les stalles de la chapelle (bancs ?), les lits des professeurs et d’autres mobiliers non détaillés qui seront dits « soustraits aux spoliateurs ». L’analyse comparative de photographies semble montrer que les bancs des chapelles de l’Institution Saint-Joseph et du Petit Séminaire sont identiques. Le 13 décembre, les élèves sont renvoyés en vacances avant la date habituelle (et ne reviendront plus).

19Dans un télégramme chiffré (codé) du préfet au sous-préfet de Lannion, l’évacuation (expulsion) du Petit Séminaire était initialement prévue le mardi ou mercredi qui suit, soit le 16 décembre. Mais ce n’est que le samedi 19 janvier 1907, à 6 heures, que cinq brigades de gendarmerie et quelques soldats du 48e régiment d’infanterie barrent les rues aboutissant au Petit Séminaire. Les cloches de la chapelle sonnent à toute volée, le tocsin tinte à la cathédrale pour appeler les sympathisants (réaction habituelle lors des inventaires) et les rues se remplissent de curieux. Le sous-préfet, accompagné du commissaire de Police et quelques sapeurs du génie, se présente sur les lieux. La porte est fermée et personne ne répond aux sommations. Les sapeurs essaient de fracasser la porte d’entrée à coups de hache et de masse et, devant sa résistance, doivent briser l’imposte (partie vitrée supérieure dormante) à travers laquelle se glisse un soldat pour ouvrir la porte de l’intérieur. Le supérieur, les professeurs et les employés, réfugiés dans la chapelle sont alors expulsés, ils se rendent en procession à la cathédrale, accompagnés de nombreux sympathisants pour porter le Saint-Sacrement retiré de la chapelle du Petit Séminaire. « Monsieur le sous-préfet, proclame le supérieur, vous venez pour nous chasser d’une maison qui est à nous. Elle a été achetée par l’évêque de Saint-Brieuc en 1820. » C’était bien la seconde fois que l’enseignement catholique de Tréguier était ainsi spolié de ses biens.

  • 4 A noter qu’aux archives des Côtes-d’Armor, la série M, sous-série 4 M, police du cCulte, étant en (...)

20Le chanoine Allo, inspecteur diocésain, les vicaires de la cathédrale de Tréguier se joignent au cortège ; dans la cathédrale, le chanoine Allo puis le supérieur Yves-Marie Hamon s’adressent aux sympathisants pour retracer l’histoire et les bienfaits du Petit Séminaire puis remercier les présents pour leur soutien. Une seule arrestation sera opérée pour outrage aux représentants de l’ordre. Le délinquant, conduit à Lannion, est condamné à 25 francs d’amende en audience de flagrant délit4.

Fondation de l’Institution Saint-Joseph de Lannion

21Le Fer de La Motte, supérieur des Cordeliers de Dinan, reçoit des élèves de philosophie du Petit Séminaire de Tréguier dans son établissement qui n’est pas frappé de confiscation, ne faisant pas partie de la « mense épiscopale ». Mais venons-en à l’installation de Saint-Joseph à Lannion.

22Le 22 septembre 1906, le chanoine Thos, curé-archiprêtre de Lannion, obtient pour Melle Isabelle de Kergariou, l’autorisation d’acheter à l’État l’ancien couvent des Capucins, confisqué aux Frères de l’Instruction chrétienne de Ploërmel (jugement d’adjudication rendu à l’audience des criées du Tribunal civil de première instance de Ploërmel). Le 12 février 1907 sont déposés les statuts de la « société anonyme de pensionnats de jeunes gens des Côtes-du-Nord », 36 rue des Capucins à Lannion, au capital de 20 000 francs. Les principaux souscripteurs sont François Le Gueut docteur à Tréguier, Yves-Marie-Jacques Le Grand notaire à Langoat, François Boscher-Delangle avocat à Loudéac, Yves Hernot sculpteur à Lannion, Alain Lageat pharmacien à Lannion, Désiré Le Normand négociant à Lannion. C’est le 16 mars 1907 qu’est déclarée l’ouverture de l’Institution Saint-Joseph au nom de l’abbé Charles Dhuiloton. Reposant sur le fondement précaire de la loi Falloux, elle est couverte par la société anonyme.

23Les cours commencent le 25 avril avec 195 élèves ; une centaine de pensionnaires sont logés dans les bâtiments de l’Institution Saint-Joseph et cinquante élèves sont logés en ville dans une grande maison parée du titre d’Hôtel Bozec, en haut de la rue de Tréguier, près du cimetière. Le directeur est l’abbé Dhuiloton, qui possède les diplômes requis par le gouvernement ; le supérieur Yves-Marie Hamon, 9 professeurs sur 13 et le personnel sont ceux de Tréguier. Quelques professeurs ont profité de la fermeture de Tréguier pour se recycler (ainsi le chanoine Bonniec se forme à Genech (Nord) aux nouvelles techniques agricoles) ; 3 professeurs sont nouveaux. Les niveaux d’enseignement s’étendent du primaire (avec absorption des classes de l’ancienne école primaire des Frères de l’Instruction Chrétienne) à la philosophie. Le cours de français constitue un enseignement spécifique de cycle court.

24Le Lannionnais consacre un long article à l’ouverture de cette école secondaire privée à Lannion dans son édition du 28 avril 1907. Il vitupère le supérieur Hamon pour les transformations de l’établissement de Lannion, en vue de l’extension de 100 à 150 pensionnaires. Il attaque Le Journal de Lannion, son concurrent, pour sa publicité en faveur du nouvel établissement qu’il qualifie ainsi : « pépinière de futurs curés et de jeunes bien-pensants, c’est-à-dire d’ennemis de tous les sentiments d’émancipation morale qui doivent animer les bons citoyens d’un pays trop longtemps sous le joug du parti clérical. » Il se moque de l’enseignement libre « à la manière du père Loriquet » (jésuite dont une Histoire de France « défigurée par esprit de parti » fut interdite d’utilisation en 1852). Enfin, il prédit un échec de ce nouvel établissement à l’image de toutes les élections perdues par les « calotins ». Dans les éditions suivantes de l’hebdomadaire en mai et juin 1907, la polémique continue dans des articles intitulés « Dans le train de Loriquet » pseudonyme dont le Le Lannionnais affuble M. Fiblec, auteur des chroniques correspondantes dans Le Journal de Lannion.

25Au début de 1933, il y a arrêt des constructions. La propriété d’Isabelle de Kergariou, décédée, revient à son frère : le nouveau propriétaire pourrait congédier ses locataires, aussi la société anonyme juge-t-elle prudent d’acquérir une petite ferme, route de Guingamp (aujourd’hui Ar Santé). Le 24 mai, enfin, la société anonyme de pensionnats de jeunes gens des Côtes-du-Nord, 36 rue des Capucins, (assistée de Péron banquier, Quinquis avoué et Laurent notaire) achète au marquis de Kergariou, maire de Lannion, le domaine de l’Institution Saint-Joseph (y compris les bâtiments dont la construction a été financée par l’association depuis 1907) au prix de 500 000 francs. Le 12 novembre 1935, l’ancienne chapelle des Capucins étant déjà démolie, c’est la pose de la première pierre de la crypte de la chapelle (architecte James Bouillé). Le 24 décembre, une inscription sur fronton en granit (œuvre de J. Bouillé) dans la cour de l’économat rappelle l’idéal de la maison Cor unum et anima una, devise de la congrégation de la Sainte Vierge. On signalera enfin pour mémoire qu’en 1948 les cendres du chanoine Thépault de Rumelin, fondateur du séminaire de Tréguier, sont déposées dans la crypte de la chapelle.

  • 5 Ce manuscrit composé de 488 feuilles à deux colonnes de 30 lignes, avec ex-libris de M. Kerhir de (...)

26Concluons sur quelques biens matériels transférés de Tréguier à Lannion : les bancs de la chapelle – 34 bancs à dossiers et agenouilloirs, dont l’extrémité est sculptée – peuvent être ceux de Tréguier ; des livres de la bibliothèque (au moins 170 ex-libris imprimés de 1577 à 1870) sans compter le Bréviaire dit à tort de saint Yves5 ; du matériel de laboratoire, dont la liste reste à établir ; enfin les cloches de la chapelle, transférées en 1938, parfaitement identifiables par leurs inscriptions.

***

27Aujourd’hui, l’Institution Saint-Joseph, plus connue sous le nom de collège Saint-Joseph, est l’un des établissements catholiques d’enseignement de Lannion, loués par l’association Saint-Joseph propriétaire à l’association d’éducation populaire (AEP) des écoles catholiques, gestionnaire et chargée de l’enseignement. Le salaire des professeurs et une partie des frais de scolarité sont financés par l’État dans le cadre d’un contrat d’association au service public d’enseignement ; la contribution des familles (souvent modestes) apporte le complément de finances. L’enseignement ne subit pas de contrainte du gouvernement sur le nombre d’externes, ni sur la future carrière des élèves. Les inspections se limitent à vérifier les capacités à enseigner des professeurs et le respect des normes de sécurité. Le propriétaire étant privé par la loi de toute aide publique réinvestit tous ses loyers et peine à adapter les bâtiments aux normes toujours plus exigeantes de sécurité et d’accès aux handicapés. Malgré ces difficultés, la confiance des familles démontre la belle vitalité pérenne de « l’esprit de Tréguier » où se rejoignent dans une éducation originale, les programmes officiels et une formation humaine fondée sur l’évangile de Jésus-Christ.

Bibliographie

Sources et bibliographie

Sources manuscrites

Archives départementales des Côtes-d’Armor

V 801, V 3791, V 3793, V 3845, V 3895, 1 T 296, 1 T 297, 1 T 1129, 3 T 13.

Bibliothèque du collège Saint-Joseph de Lannion

Cahier manuscrit relatif à la fondation de l’école ecclésiastique de Tréguier, rédigé par Pierre Quéré, principal, 1816-1818

« Cahier de dépenses de l’école ecclésiastique de Tréguier commencé le 1er mai 1816 », 1816-1826

Histoire du Petit Séminaire de Tréguier, cahier manuscrit rédigé par F.-Y. Gouézou, 1885-1888

« Congrégation de la Sainte Vierge établie en l’école ecclésiastique de Tréguier » puis à l’Institution Saint-Joseph de Lannion, 4 registres, 1842-1947

Sources imprimées

Palmarès et distribution solennelle des prix à l’école ecclésiastique de Tréguier puis à l’Institution Saint-Joseph de Lannion : affiches (1819-1826) puis livrets annuels (1827-1906 et 1907-1967)

« Association amicale des anciens élèves du Petit Séminaire de Tréguier » puis de l’Institution Saint-Joseph de Lannion, livrets annuels contenant notamment les procès-verbaux des assemblées générales et la liste des membres (1888-1906 ; 1921-1935)

Tréguier-Lannion, bulletin de l’Association des anciens élèves du Petit Séminaire de Tréguier et de l’Institution Saint-Joseph de Lannion (1936-1963). [Les trois séries documentaires citées ci-dessus sont consultables à la Bibliothèque du collège Saint-Joseph de Lannion].

La Semaine Religieuse du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier, 1907, n° 5 (01.02.1907) et n° 16 (29.04.1907)

Le Lannionnais, années 1906 et 1907.

Bibliographie

Léon Dubreuil, La vente des biens nationaux dans le département des Côtes-du-Nord (1790-1830), Paris, 1912

[Abbé France], Le collège de Tréguier depuis sa fondation jusqu’à nos jours par un ancien élève, Saint-Brieuc, 1895

Adolphe Guillou, Essai historique sur Tréguier par un Trécorrois, Saint-Brieuc, 1913 L’abbé Pierre Mando doyen du chapitre de la cathédrale de Saint-Brieuc par un ancien élève, Saint-Brieuc, 1897

Pierre De La Haye, Histoire de Tréguier ville épiscopale, Rennes, 1977

René D’YS, Ernest Renan en Bretagne d’après des documents nouveaux, Paris, 1904.

Notes

1 Manuscrit du Journal des dépenses du Petit Séminaire de Tréguier pendant l’année scolaire 1845-1846, conservé à la bibliothèque du collège Saint-Joseph de Lannion.

2 Les restes du « Catalogue de la bibliothèque de l’ancien Petit Séminaire de Tréguier », répertorié aux Archives départementales des Côtes-du-Nord, sont inexploitables. Le 1er mars 1909, l’Enregistrement précisera à l’archiviste des Côtes-du-Nord que tous les livres sont déjà vendus.

3 Le bréviaire de Tréguier est ainsi recensé dans l’inventaire : « Bréviaire manuscrit xive siècle, petit en 8, texte 2 colonnes, majuscules rouges ou bleues en ornements, sur la première page : au recto le nom de Kerleio, au verso le nom de Porzelan, à la fin Yves Levy ».

4 A noter qu’aux archives des Côtes-d’Armor, la série M, sous-série 4 M, police du cCulte, étant en cours de classement en juillet 2005, je n’ai pu accéder à ces archives qui contiennent peut-être quelques précisions sur cette expulsion.

5 Ce manuscrit composé de 488 feuilles à deux colonnes de 30 lignes, avec ex-libris de M. Kerhir de Porzelan, fut classé monument historique par arrêté du 8 mai 1907 et se trouve aujourd’hui aux Archives départementales des Côtes-d’Armor.

Table des illustrations

Légende Le Petit Séminaire de Tréguier vers 1900 (cliché J. David).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23574/img-1.png
Fichier image/png, 581k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540