Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

La Ligue des droits de l’homme et la crise de la Séparation en Bretagne

Rémi Fabre

Texte intégral

Les débuts de la LDH

  • 1 Je me permets de renvoyer pour ce qui concerne Pressensé, dont il va être question à diverses repr (...)

1La Ligue des droits de l’homme est fondée à Paris le 4 juin 1898 à l’initiative d’un sénateur dreyfusard, ancien ministre, républicain de gouvernement de filiation libérale, Ludovic Trarieux. C’est au moment du procès Zola, au mois de février précédent, que l’idée lui était venue de regrouper de façon permanente dans une ligue française pour la défense des droits de l’homme et du citoyen – tel est le nom d’origine de la LDH – les personnalités qui avaient signé la pétition de soutien à l’auteur de J’accuse et pris position en faveur du capitaine Dreyfus. Dans la réunion fondatrice, on note la présence d’un petit nombre d’hommes politiques et d’un plus grand nombre d’intellectuels et de savants. Parmi eux, on peut citer Jean Psichari, le gendre d’Ernest Renan, et aussi Francis de Pressensé qui prendra la succession de Trarieux en 1903, et qui est donc le président de la Ligue des droits de l’homme dans la période de la Séparation des Églises et de l’État. Issu d’une grande famille protestante, Pressensé était depuis la fin des années 1880 le principal éditorialiste du Temps, le grand journal libéral de la bourgeoisie cultivée ; l’affaire Dreyfus l’a amené à entrer en politique sur des positions beaucoup plus à gauche ; il sera député socialiste de Lyon de 1902 à 1910, et, après 1905, au sein de la SFIO, un tout proche collaborateur de Jaurès1.

  • 2 Jean Guiffan, La Bretagne et l’affaire Dreyfus, Rennes, Terre de Brume, 1999, p. 223.
  • 3 André Helard, L’honneur d’une ville. La naissance de la section rennaise de la Ligue des droits de (...)
  • 4 En janvier 1899, 28 professeurs des facultés rennaises adhèrent à la Ligue de la patrie française, (...)
  • 5 C’est-à-dire lié au Parti ouvrier socialiste révolutionnaire de Jean Allemane, la principale force (...)

2Les débuts de la LDH en Bretagne ont été difficiles : trois sections existent seulement à la fin de l’année 1899, au moment où retombe la passion de « l’Affaire », avec la grâce de Dreyfus et l’amnistie décidée par Waldeck-Rousseau : celles de Rennes (fondée en janvier 1899), de Saint-Brieuc (juillet 1899), et de Lorient (octobre 1899)2. La section la plus notable est évidemment celle de Rennes. On en connaît bien l’histoire grâce à André Hélard qui, sous le titre, L’honneur d’une ville3, en a relaté la naissance. À l’origine, sept membres fondateurs, « sept contre soixante-dix mille » à contre-courant d’une cité presque totalement dominée par les antidreyfusards, qu’ils soient de sensibilité nationaliste, antisémite, catholique… ou « radicale » comme le député Le Hérissé, ancien boulangiste ; pour défendre face à cette marée hostile Dreyfus et les droits de l’homme, sept universitaires donc, trois littéraires, Victor Basch, germaniste, Georges Dottin, philologue, spécialiste des langues celtiques, Henri Sée, historien, trois scientifiques, Jules Andrade, mathématicien, Jacques Cavalier, chimiste, Pierre Weiss, physicien, et… un seul juriste, Jules Aubry. Parmi eux, deux juifs, Victor Basch et Henri Sée, et un catholique fervent, Georges Dottin. L’université de Rennes n’était pas pour autant un pôle dreyfusard4, et André Hélard remarque qu’à l’exception d’Andrade et d’Aubry, on a affaire non pas à des maîtres chevronnés mais à des « jeunes » enseignants âgés de 30 à 36 ans. Ces hommes, avec quelques autres quand même, puisqu’en janvier 1899 la section naissante comptera 21 membres, ont mené en 1898 le combat dreyfusard dans des conditions extrêmement difficiles. En janvier 1898, Jules Andrade avait adressé une lettre ouverte à son condisciple de l’école polytechnique, le général Mercier, où il réclamait la révision du procès de « notre camarade Alfred Dreyfus », et jugeait nécessaire d’apporter « dans la justice un peu de probité scientifique. » La lettre met le feu aux poudres, déclenche des manifestations en chaîne et le malheureux professeur est conspué par ses étudiants, menacé de mort, bombardé de projectiles et brûlé en effigie, avant d’être blâmé par le ministre, suspendu et déplacé d’office à Montpellier. Si ses collègues, qui signent la pétition en faveur de Zola, n’ont pas subi le même sort universitaire, ils ont eu à affronter à peu près les mêmes turbulences, le juif Basch étant certainement le plus visé par les grandes manifestations antisémites, qui culminent au début de l’année 1898 entre la publication de J’accuse et le verdict du procès Zola, mais se poursuivent encore pendant de longs mois. C’est seulement lorsqu’ils reçoivent le renfort d’une partie des animateurs de la Bourse du Travail, avec en particulier le menuisier « allemaniste 5 » Charles Bougot qui anime le Cercle d’études sociales, que les intellectuels se sentent plus forts et peuvent organiser une section de la LDH, qui naît officiellement le 22 janvier 1899. Elle servira de « comité d’accueil » au moment du procès Dreyfus en août-septembre 1899 pour les chefs nationaux du dreyfusisme.

Le développement de la Ligue post-dreyfusarde

3L’action de la Ligue des droits de l’homme ne s’est pas cantonnée à la cause de Dreyfus. Elle s’est rapidement élargie pour s’intégrer dans le grand mouvement de défense de la République qui naît au début de l’été 1899 autour du gouvernement Waldeck-Rousseau, et se poursuit à partir de 1902 en se radicalisant avec le ministère Combes. La plupart des sections bretonnes de la LDH sont en fait post-dreyfusardes et se fondent entre 1901 et 1903. C’est d’ailleurs aussi le cas à l’échelle nationale, et la Ligue des droits de l’homme peut être perçue comme un mouvement typique de la République militante au temps du Bloc des gauches. Elle a ses points forts dans les régions les plus avancées et les plus anticléricales, avec par exemple 23 sections en janvier 1904 dans le département de l’Hérault, le pays des vignerons rouges, pourfendeurs de curés. Nettement plus modeste dans l’Ouest à dominante blanche, elle est néanmoins aussi présente en Bretagne, et sa géographie régionale mérite qu’on s’y arrête un instant.

  • 6 Il s’agit de Guingamp et Saint-Brieuc pour les Côtes-du-Nord, Rennes et Saint-Servan en Ille-et-Vi (...)
  • 7 Lorient, Hennebont, Pontivy et Rohan.
  • 8 Brest, Quimper, Carhaix, Châteaulin, Concarneau, Pont-l’Abbé.
  • 9 Guingamp, Pontrieux et Saint-Brieuc.
  • 10 Rennes, Saint-Malo, Redon et Saint-Servan.
  • 11 Nantes, Blain, Mauves, Nozay et Saint-Nazaire.
  • 12 Brest, Quimper, Carhaix, Châteaulin, Morlaix, Pont-l’Abbé et Quimperlé.
  • 13 Lorient, Auray, Hennebont, Josselin, Ploërmel, Pontivy, Port-Louis et Vannes.
  • 14 C’est ce que Francis de Pressensé indique à l’assemblée générale de la Ligue des droits de l’homme (...)
  • 15 Boldh, 1902, p. 804-805. Hervé Baudru a bien montré pour sa part dans sa thèse dirigée par Michel (...)

4Trois des départements bretons, les Côtes-du-Nord, l’Ille-et-Vilaine et la Loire-Inférieure n’ont en 1904 que deux sections constituées6. Dans les deux autres départements, la Ligue a opéré une percée un peu plus nette et débordé le cadre des deux principales agglomérations, puisqu’on compte quatre sections dans le Morbihan7 et six dans le Finistère8. La hiérarchie n’est guère modifiée par la croissance des années ultérieures : à la fin de 1908 on en est à trois sections pour les Côtes-du-Nord9, quatre en Ille-et Vilaine10, cinq pour la Loire Inférieure11, mais sept pour le Finistère 12 et huit pour le Morbihan13. Le nombre des sections n’est toutefois pas le seul critère à prendre en compte : si l’Ille-et-Vilaine semble un faible lieu d’implantation pour la Ligue, elle possède avec Rennes la plus grosse section de Bretagne, qui comporte plus de 600 membres, 613 exactement selon le chiffre que donne fièrement Charles Bougot au Congrès national de la LDH qui se tient à Rennes en 1909. Mais la population ligueuse est-elle sociologiquement et politiquement partout la même ? Retrouve-t-on ailleurs qu’à Rennes « l’entente des manuels et des intellectuels » pour la défense des droits de l’homme et de la République ? C’est le cas, au moins dans une certaine mesure, dans des villes comme Nantes, Saint-Nazaire, Brest, Lorient, Hennebont, où le mouvement ouvrier était important et où une partie de ses membres a pu s’associer ou participer à la LDH. Dans la section de Brest fondée le 16 février 1902, et qui se réunit dans les locaux de l’Université populaire, il y aurait ainsi parmi les 64 membres aussi bien des ouvriers que des professeurs, des instituteurs, des commerçants14. Toutefois le chiffre même des effectifs indique que seule une petite fraction des militants ouvriers de la ville s’était inscrite dans un mouvement qui était accusé par certains courants révolutionnaires d’être à la remorque de la bourgeoisie. D’un autre côté, il est vrai qu’en Bretagne la force de l’ennemi clérical pouvait parfois amener à serrer les rangs et à dépasser ces clivages ou ces préjugés de classe pour former face aux blancs une alliance des rouges et des bleus. Au total, on peut estimer que la présence ouvrière est un élément favorable au développement de la Ligue, mais que, dans la majorité des sections, la dominante est plutôt bleue que rouge ; si on ne trouve des universitaires à peu près qu’à Rennes, les animateurs de la LDH sont très souvent ailleurs aussi des enseignants, instituteurs, professeurs de lycée et d’écoles primaires supérieures, ou comme dans la section de Châteaulin, un inspecteur primaire, Charles Nicol. Lorsque le 13 juillet 1902 sur l’invitation de la section de Quimper se réunit un congrès des représentants des 5 départements bretons, le premier vœu qu’il adopte est d’« éclairer l’opinion en participant au mouvement des universités populaires 15 » ; le troisième dénonce la présence de crucifix dans les écoles publiques ; d’autres vœux insistent sur la nécessité de faire respecter l’obligation scolaire et de revaloriser le traitement des instituteurs publics. Enfin, le congrès demande qu’une statue de Renan soit érigée en Bretagne…

5Au-delà de ce climat général de défense de l’école laïque, les particularités de la carte s’expliquent sans doute par l’action de certaines personnalités. Ainsi, dans le Morbihan la force de la Ligue est certainement due à l’influence de Paul Guieysse, député radical de Lorient, président de l’association des Bleus de Bretagne et membre jusqu’en janvier 1905 du comité central de la LDH. La LDH n’est par ailleurs pas une association isolée : elle fait partie d’un tissu républicain où se retrouvent non seulement les Universités populaires, mais aussi les loges maçonniques, les groupes de Libre-pensée etc. On peut estimer que l’anticléricalisme a été le terreau sur lequel s’est développée la Ligue, surtout pour les sections post-dreyfusardes. Celle de Châteaulin, qui se constitue le 10 janvier 1903 vote la proclamation suivante :

  • 16 Boldh, 1903, p. 338.

« La section de Châteaulin, constituée ce jour même a pour première pensée d’envoyer à M. Combes président du Conseil l’hommage du profond respect de tous ses membres et leurs très vives félicitations pour la décision et la fermeté dont a fait preuve le gouvernement dans son application aux congrégations rebelles de la loi sur les associations et l’engager à continuer l’œuvre de laïcisation, surtout dans le Finistère16. »

  • 17 Il s’agissait très souvent, en particulier dans les villes de garnison comme Rennes, Brest, Nantes (...)
  • 18 Voir le compte rendu de cette affaire dans le Boldh de 1903 p. 321 sous le titre « Un acte de fana (...)
  • 19 Voir la lettre de Nicol dans le Boldh, 1903, p. 794-795. Cet inspecteur primaire, combiste flamboy (...)

6On peut estimer que cette œuvre de laïcisation va être le souci principal pour les sections bretonnes de la Ligue, en tout cas de 1903 à 1907, de l’apogée de la politique anti-congréganiste jusqu’à la crise des inventaires. Ce souci n’était quand même pas exclusif, et les sections de la Ligue menaient aussi un travail de défense des libertés individuelles face aux pouvoirs publics. Victor Basch, qui est le principal animateur de la section rennaise jusqu’à sa nomination à la Sorbonne en 1906, a eu l’occasion en 1904 au congrès de Paris de la LDH d’insister sur cette activité d’avocat d’office pour toutes les victimes d’injustice17. Dans un certain nombre d’affaires de défense des libertés individuelles dont se saisit la Ligue, on retrouve toutefois la question du cléricalisme. J’en prendrai un exemple particulièrement frappant : à Guidel dans le Morbihan, une jeune fille de 16 ans, Marie Cadiou, se suicide en se jetant sous un train après avoir été violée par un groupe de jeunes gens dans l’auberge où elle était servante. La sépulture religieuse lui est refusée, et malgré les protestations de son père, le maire de la commune impose qu’elle soit inhumée dans le coin non béni du cimetière dit « le coin des chiens », qui servait pour les réprouvés et les prostituées. À l’initiative de l’instituteur laïc du village, la LDH se saisit de l’affaire qui remonte jusqu’au gouvernement. À la demande de Trarieux, Émile Combes intervient de façon énergique : il fait révoquer le maire et son adjoint et exhumer le corps pour qu’il soit enterré dans un endroit décent18. D’autres interventions de la LDH sont peut-être il est vrai moins glorieuses : l’inspecteur primaire Charles Nicol obtient en 1903 le déplacement puis la révocation du sous-préfet Duval parce que celui-ci l’avait accusé (à juste titre ?) d’avoir envoyé une lettre anonyme mettant en cause un fonctionnaire qui envoyait ses enfants chez les sœurs19.

La LDH et l’inauguration de Tréguier

  • 20 6 membres du Comité central ont fait le déplacement : Pressensé, Psichari, Guieysse, Morhardt, Lou (...)
  • 21 Cette remarque de Pressensé est relevée par Yves Le Gallo de façon un peu polémique puisqu’il parl (...)
  • 22 Le Boldh du 1er octobre 1903 fait un compte rendu de l’événement et publie l’intégralité du discou (...)

7Parmi les initiatives prises par la Ligue, il faut insister sur son rôle dans l’érection de monuments républicains. Les premiers ligueurs bretons sont déjà présents avec les francs-maçons et les Bleus de Bretagne pour l’inauguration à Quiberon le 22 juillet 1902 du monument Hoche où prend en particulier la parole Camille Pelletan, figure emblématique de la République radicale et tout nouveau ministre de la Marine du gouvernement Combes. Mais c’est surtout pour l’aboutissement du monument Renan que les sections se sont mobilisées. Lors de l’inauguration de Tréguier de septembre 1903, la Ligue des droits de l’homme est omniprésente, son comité central s’étant déplacé en masse20. C’est Paul Guieysse qui remet le monument à l’État, accueillant Émile Combes et le ministre de l’Instruction publique, Joseph Chaumié. Prennent la parole aux côtés des ministres et du maire de Tréguier : Jean Psichari, gendre de Renan, Marcelin Berthelot, son ami proche, et Anatole France, tous trois membres de la Ligue des droits de l’homme. Quant à Francis de Pressensé, qui sera élu quelques semaines plus tard président de la LDH, il prononce un discours d’hommage à Renan lors du banquet qui suit l’inauguration mouvementée. Il ne se contentait pas d’y déclarer que cette « fête de la raison et de la liberté [….] servirait à montrer à ceux qui l’ignorent qu’il y a eu et qu’il y a sur ce sol généreux et fort d’autres Bretons que les victimes de l’alcool et de la superstition 21 » Ce grand érudit helléniste, ce grand amoureux de la Grèce, ce « déconverti » du catholicisme qu’était Pressensé exprimait son admiration pour l’auteur de la Prière sur l’Acropole et de la Vie de Jésus. Il n’hésitait pas, en même temps, à déclarer que c’était « avec cette piété laïque qui n’a rien de superstitieux, mais rien non plus de compassé et de froid », qu’il venait saluer la mémoire de Renan. Pressensé tirait assez audacieusement Renan de son côté, comprenant ses réticences envers la République bourgeoise de la « médiocratie », mais estimant qu’il ne pourrait qu’être séduit par la perspective d’un socialisme « qui permettrait de créer dans l’harmonie des intérêts réconciliés au-dessus des égoïsmes meurtriers […] une Athènes nouvelle22. »

La campagne en faveur de la Séparation

  • 23 Boldh 1903, p. 981.
  • 24 Boldh 1903 p. 1127.
  • 25 Voir sur les affrontements de Nantes, Michel Lagrée, Religion et modernité (France xixe-xxe siècle (...)
  • 26 La lettre de démission de Paul Guieysse qui date du 25 décembre 1904 et sa correspondance avec Pre (...)
  • 27 Dans sa lettre de démission il insiste sur le fait qu’il a voté au Parlement « selon sa conscience (...)
  • 28 Boldh, 1905, p. 303, 291. En revanche, la section de Saint-Brieuc est nettement plus critique cf. (...)
  • 29 Boldh, 1905, p. 275 (communiqué du 18 décembre 1904).

8Cette bataille commence à l’échelle de la Ligue des droits de l’homme dès 1901. On y retrouve la personnalité de Francis de Pressensé qui a cherché à populariser l’idée de la Séparation par de nombreuses conférences données aux ligueurs. Élu député du Rhône en 1902, il met sur pied une proposition de loi d’une centaine d’articles qu’il dépose à la Chambre en avril 1903. Ce premier projet juridiquement étudié lance le débat, suscitant de nombreux contre-projets avant qu’une commission de trente-trois députés ne soit élue le 11 juin 1903 pour étudier et faire la synthèse de ces propositions. Présidée par Ferdinand Buisson, elle sera surtout dominée par son rapporteur, Aristide Briand. On notera que le projet Pressensé qu’on peut considérer comme la matrice de la future loi Briand était aussi un projet de la LDH. Parmi les cosignataires du texte en avril 1903 on trouvait les principaux députés ligueurs comme Paul Guieysse ou Ferdinand Buisson. Le 30 mai 1903, l’Assemblée générale de la Ligue des droits de l’homme émettait à l’unanimité le vœu que « la proposition déposée par M. Francis de Pressensé […] soit adoptée par le Parlement dans le plus bref délai possible » : la laïcisation qui en résulterait serait une conséquence des principes de 1789. Cette « unanimité » ne reflétait, il est vrai, pas l’opinion de tous les ligueurs puisqu’une contestation a été développée par un certain nombre d’intellectuels comme Gabriel Monod ou Charles Rist, deux universitaires protestants. Pour ces critiques, il n’était pas du ressort de la LDH de réclamer la Séparation ; mais, surtout, le projet Pressensé ne leur paraissait pas assez respectueux de la liberté religieuse. Il faut reconnaître que sans atteindre la dimension antireligieuse de certains projets ultras comme ceux d’Allard et Vaillant ou d’Hubbard, le projet Pressensé est nettement moins libéral que la loi de 1905. Il prévoyait une police des cultes sévère, la location onéreuse aux cultuelles des édifices religieux, et le retour à l’État de la plupart des biens d’Église. Dans son préambule il avait quelques phrases bien senties contre « les ennemis jurés de la Liberté, les disciples du Syllabus, les héritiers de la plus formidable entreprise d’asservissement intellectuel ». C’est d’ailleurs certainement cette ardeur anticléricale qui explique la chaleur des soutiens de la base ligueuse. En Bretagne, de nombreuses sections ont adopté des motions de soutien et relayé la campagne de Pressensé. Jouy, répétiteur au lycée et président de la section de Quimper, fait ainsi plusieurs conférences sur la Séparation, par exemple le 10 mai 1903 à Pont-l’Abbé23. La section de Concarneau demande instamment la Séparation en juin 1903, etc24. Et les sections de Bretagne participeront sur place ou pour certains délégués à Paris à la grande journée laïque en faveur de la Séparation des Églises et de l’État le 18 décembre 1904. Cette campagne, qui démarre vraiment en 1903, interfère d’ailleurs en partie avec la mobilisation combiste qui a donné lieu en Bretagne à de nombreux affrontements des anticléricaux avec les catholiques, lors de l’expulsion de religieux, ou de religieuses comme à Saint-Meen, lors d’interdiction de processions comme celle de la Fête-Dieu de Nantes le 16 juin 1903 où l’on doit déplorer un mort du côté laïque25. Beaucoup de ligueurs, qui sont souvent aussi des francs-maçons ou des militants de la Libre-Pensée, ne font sans doute pas bien la distinction entre la politique de Combes et la perspective de la Séparation, un amalgame qu’on retrouve évidemment de l’autre côté chez les catholiques, et qui n’a pas disparu des esprits un siècle plus tard. Le scandale des fiches à l’automne 1904 fait toutefois apparaître un certain nombre de clivages. Approuve-t-on dans la Ligue des droits de l’homme la collecte de renseignements opérée par des officiers francs-maçons sur les opinions religieuses de leurs collègues et la transmission de ces fiches par l’intermédiaire du Grand Orient au général André, ministre de la guerre ? On dira en tout cas que le président de la Ligue Francis de Pressensé et le Comité central n’ont pas condamné avec fermeté ces pratiques, préférant dénoncer une manœuvre de diversion des nationalistes pour discréditer le gouvernement du Bloc des gauches. Cette position a suscité des remous au sein de la Ligue et entraîné la démission d’un certain nombre de personnalités, comme Joseph Reinach, et aussi Paul Guieysse26. Le député de Lorient avait voté au Parlement dans cette affaire des fiches contre le gouvernement de Combes, qui on le sait, a fini par démissionner en janvier 1905. Le président des Bleus de Bretagne, s’il n’a plus voulu faire partie du Comité central n’a toutefois pas quitté la LDH et a continué a y jouer un rôle important dans son département du Morbihan. L’évolution ultérieure de la direction de la Ligue que nous évoquerons brièvement pour finir a d’ailleurs sans doute davantage satisfait ce proche du protestantisme fort attaché à la liberté de conscience27. Mais à l’échelle de la base ligueuse, où la personnalité du « petit père Combes » était très populaire, en Bretagne comme ailleurs, on peut penser que c’est plutôt la position de Pressensé qui était comprise en 1904-1905. Des communiqués des sections de Nantes, Morlaix, Pontivy, l’indiquent explicitement28. Les sections du Finistère vont même plus loin puisque dans un communiqué du 18 décembre 1904 elles félicitent le général André d’avoir voulu démocratiser l’armée 29

  • 30 De nombreuses motions de félicitations sont votées par les sections et paraissent dans le Boldh à (...)

9Au printemps 1905, lors du grand débat parlementaire qui élabore la loi de Séparation, l’atmosphère est cependant moins à l’intransigeance. Le président de la Ligue, Francis de Pressensé s’est rallié aux solutions plus libérales prônées par Aristide Briand et Jean Jaurès, et est même à l’origine de l’amendement de l’article 4 destiné à rassurer l’Église en la mettant à l’abri des schismes. Sans être exactement sur les mêmes positions, une personnalité comme Ferdinand Buisson insiste elle aussi sur la liberté de conscience. On peut estimer que dans toutes les sections bretonnes, comme à l’échelle de la France entière, les ligueurs, sans entrer forcément dans les détails de la loi, ont perçu le vote de la Séparation comme une grande victoire républicaine et laïque30.

10Quelques mois plus tard cependant, au moment de la crise des inventaires, l’atmosphère n’est plus uniquement à la joie mais à l’indignation anticléricale. Les bleus de Bretagne ont bien rarement eu des forces suffisantes pour s’opposer à une mobilisation des catholiques bien plus massive et généralisée – c’est là un des paradoxes de l’histoire – qu’au moment de l’expulsion des congrégations qui nous paraissent aujourd’hui bien plus attentatoires à la liberté de conscience. Minoritaires face à cette lame de fond, les sections de la Ligue des droits de l’homme n’en ont pas moins fait entendre leur différence et leur colère. Le communiqué que publie la section de Nantes de la LDH le 18 mars 1906 suffit à donner le ton. En voici la teneur :

  • 31 Boldh, 1906, p. 654.

« La section de Nantes exprime son indignation aux prêtres et aux riches qui, dans un but exclusivement politique soulèvent par le mensonge et la terreur blanche les populations arriérées, boycottant et persécutant les républicains isolés qui ne veulent pas abdiquer la liberté de conscience ; à ceux qui arment ces populations comme les chouans leurs pères, les enivrent de vin et d’alcool jusque dans leurs églises transformées en cabarets de nuit à l’usage des deux sexes, et les poussent, rendues furieuses par la boisson et le fanatisme surexcité, à raison de cent ou de mille contre un, à l’attaque des fonctionnaires qui appliquent avec tact et douceur la loi ordonnant d’inoffensifs inventaires ; ou à l’attaque de paisibles instituteurs à qui ils ne reprochent que le prétendu crime d’être laïques. Elle se solidarise avec les victimes de ces politiciens sanguinaires et elle appelle l’attention des pouvoirs publics sur cette éclatante manifestation de la nécessité primordiale de mettre un frein aux excès de la folie religieuse au service de la pire des politiques, en achevant la laïcisation complète du pays31 ».

  • 32 Voir Rémi Fabre, Francis de Pressensé…, op. cit., p. 227.
  • 33 Boldh, 1909, p. 733-734 et p. 740-741.

11Haut en couleur, révélateur d’un climat, ce texte est aussi caractéristique, me semble-t-il, d’une ligne intransigeante qui songe davantage à lutter contre l’Église et la « folie religieuse » qu’à garantir la liberté de conscience. Il y a eu au sein de la Ligue des droits de l’homme comme parmi certains militants de la Libre-Pensée (c’étaient parfois les mêmes) des tendances ou des tentations déchristianisatrices. Cela ne reflète pourtant pas, même sans doute en Bretagne, le point de vue de la totalité des militants et des responsables. Au sommet de la Ligue, en tout cas, on a vu le comité central, sous l’impulsion de son président Francis de Pressensé, infléchir ses positions en faveur d’une défense non sélective des droits de l’homme et de la liberté de conscience. Francis de Pressensé s’indigne en août 1906 de voir Pie X « anathématiser » une loi dont on ne fera croire à « personne de loyal et d’informé » qu’elle « porte une atteinte quelconque aux droits de la conscience religieuse ». « Ce serait une folie criminelle, ajoute-t-il, que de faire son jeu en restreignant les libertés nécessaires ». Il appelle donc à appliquer la loi sans sectarisme, « à prévenir la faute majeure d’une législation de colère32. » C’est sur ces bases que Pressensé aura l’occasion de défendre la liberté religieuse (surtout celle des indigènes protestants) à Madagascar face à la politique du gouverneur général Augagneur – pourtant lui-même un ligueur – en 1907. L’année suivante, il n’hésitera pas à entrer en conflit avec Clemenceau pour défendre la liberté de conscience des officiers de Laon révoqués pour avoir assisté à une messe et à un congrès de l’ACJF. Cette « ligne » a toutefois suscité de vives oppositions au sein de la LDH, et, en Bretagne comme ailleurs, une minorité s’y est opposée. On voit ainsi en mai 1909 la section de Lorient manifester son soutien aux positions de Francis de Pressensé, celle de Ploërmel au contraire les blâmer33. Au congrès de Rennes, qui se tient quelques semaines plus tard, Pressensé est assez violemment pris à partie par une forte minorité de ligueurs (environ 1/3 des effectifs), une opposition proche du radicalisme et de la franc-maçonnerie qui reproche au président socialiste ses compromissions avec les cléricaux dans l’affaire de Laon, mais aussi son soutien aux employés cégétistes des postes en grève contre le gouvernement Clemenceau. Parmi les défenseurs de Pressensé, on peut noter l’intervention vigoureuse de Charles Bougot, vice-président de la section de Rennes. Après avoir fustigé ceux qui se font inscrire dans les sections en province « pour avoir des bureaux de tabac, des places, des décorations, en un mot du piston », et en veulent donc à un président socialiste mal en cour, il justifie les positions adoptées par Pressensé sur la question religieuse tout en révélant les tensions qui s’étaient manifestées entre ligueurs bretons :

  • 34 Ces propos sont prononcés par Bougot lors de la soirée commémorative du 29 mai 1909 au théâtre de (...)

« On nous a accusés à la section de Rennes de ne pas être suffisamment anticléricaux. On nous a dit : vous n’êtes point avancés, vous n’êtes point anticléricaux. Eh bien dans la LDH on réclame la liberté de conscience pour tout le monde. Dans la Déclaration des droits de l’homme on dit que nul ne doit être inquiété pour ses opinions fussent-elles syndicalistes34… »

12Le ralliement à la défense de la liberté de conscience d’officiers catholiques d’un homme venu de l’allemanisme, c’est-à-dire d’une des fractions les plus violemment anticléricales du mouvement ouvrier, s’explique sans doute en partie par la volonté de lutter contre l’ensemble de la politique de Clemenceau, le briseur de grèves. Les sections les plus ouvrières de la Ligue en Bretagne sont, dans la même logique, plus facilement sur les positions de Pressensé que celles des bourgs semi-ruraux. La majorité des sections bretonnes a toutefois soutenu Pressensé et le Comité central.

  • 35 Cette expression a été utilisée à différentes reprises par Madeleine Rebérioux, en particulier dan (...)

13Si on revient un instant sur toute cette période de crise et d’affrontements, il apparaît manifeste qu’en Bretagne comme ailleurs, la LDH a hésité entre deux positions : être une avant-garde de la République anticléricale ou être la « vigie de la République35 » au service des droits de l’homme avec toute la vigilance critique que cela impliquait même vis-à vis des amis politiques. On peut estimer que cette dernière position est bien dans la filiation dreyfusarde de départ, dans l’esprit de ce qu’André Hélard a appelé « l’honneur d’une ville. » L’autre dimension est pourtant également présente et elle est peut-être renforcée en Bretagne par la puissance de l’ennemi clérical qui incitait les esprits forts, les rebelles, les réfractaires à dévorer assez allégrement du curé.

14Malgré la violence de la « crise de la Séparation », la loi de 1905, différente en cela de la politique anticongréganiste qui l’a précédée et à laquelle on « l’amalgame » trop souvent, a commencé à faire pencher la balance du côté de la liberté de conscience.

Notes

1 Je me permets de renvoyer pour ce qui concerne Pressensé, dont il va être question à diverses reprises à Rémi Fabre, Francis de Pressensé et la défense des droits de l’homme. Un intellectuel au combat, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

2 Jean Guiffan, La Bretagne et l’affaire Dreyfus, Rennes, Terre de Brume, 1999, p. 223.

3 André Helard, L’honneur d’une ville. La naissance de la section rennaise de la Ligue des droits de l’homme, Rennes, Apogée, 2001.

4 En janvier 1899, 28 professeurs des facultés rennaises adhèrent à la Ligue de la patrie française, la rivale antidreyfusarde de la LDH !

5 C’est-à-dire lié au Parti ouvrier socialiste révolutionnaire de Jean Allemane, la principale force organisée du mouvement ouvrier à avoir pris très tôt une position dreyfusarde, essentiellement par antimilitarisme et anticléricalisme.

6 Il s’agit de Guingamp et Saint-Brieuc pour les Côtes-du-Nord, Rennes et Saint-Servan en Ille-et-Vilaine, Nantes et Saint-Nazaire en Loire Inférieure.

7 Lorient, Hennebont, Pontivy et Rohan.

8 Brest, Quimper, Carhaix, Châteaulin, Concarneau, Pont-l’Abbé.

9 Guingamp, Pontrieux et Saint-Brieuc.

10 Rennes, Saint-Malo, Redon et Saint-Servan.

11 Nantes, Blain, Mauves, Nozay et Saint-Nazaire.

12 Brest, Quimper, Carhaix, Châteaulin, Morlaix, Pont-l’Abbé et Quimperlé.

13 Lorient, Auray, Hennebont, Josselin, Ploërmel, Pontivy, Port-Louis et Vannes.

14 C’est ce que Francis de Pressensé indique à l’assemblée générale de la Ligue des droits de l’homme de juin 1902, où il présente la nouvelle section. Voir le Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’homme (Boldh), 1902 p. 465.

15 Boldh, 1902, p. 804-805. Hervé Baudru a bien montré pour sa part dans sa thèse dirigée par Michel Lagrée l’importance qu’a eue l’Université populaire de Rennes pour le renouvellement du tissu républicain : Hervé Baudru, Les républicains laïques d’Ille-et-Vilaine, de l’affaire Dreyfus à la mort de Charles de Gaulle, thèse de doctorat d’histoire, Université Rennes 2, 2000.

16 Boldh, 1903, p. 338.

17 Il s’agissait très souvent, en particulier dans les villes de garnison comme Rennes, Brest, Nantes, etc. de protester contre le fonctionnement des tribunaux militaires, de prendre la défense de simples soldats qui pouvaient être envoyés aux travaux forcés pour manquements à la discipline, pour injures proférées en état d’ivresse contre leurs supérieurs. Et Basch de plaider pour que « de braves garçons, d’excellents soldats » ne voient pas leur existence brisée pour un moment d’égarement, pour des actes et des paroles dont ils ne sont pas responsables, l’effet de l’alcool devant apparaître dans de tels cas comme une circonstance atténuante. Boldh, 1904, p. 960-964.

18 Voir le compte rendu de cette affaire dans le Boldh de 1903 p. 321 sous le titre « Un acte de fanatisme ».

19 Voir la lettre de Nicol dans le Boldh, 1903, p. 794-795. Cet inspecteur primaire, combiste flamboyant, sera lui-même déplacé en 1905 dans la Manche quand la roue aura quelque peu tourné.

20 6 membres du Comité central ont fait le déplacement : Pressensé, Psichari, Guieysse, Morhardt, Louis Havet, Georges Bourdon et Delpech, qui est par ailleurs un haut dignitaire du Grand Orient.

21 Cette remarque de Pressensé est relevée par Yves Le Gallo de façon un peu polémique puisqu’il parle (avec quelque ironie) d’un Pressensé « charmé de découvrir qu’il y ait en Bretagne d’autres Bretons que les victimes de l’alcool et de la superstition. » Voir Yves Le Gallo, « L’anticléricalisme jacobin », Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t. III. L’invasion profane De la Troisième à la Cinquième République, Paris-Genève, éd. Champion-Slatkine, p. 15

22 Le Boldh du 1er octobre 1903 fait un compte rendu de l’événement et publie l’intégralité du discours de Pressensé p. 1093-1100. Il précise aussi que « Les sections de Bretagne avaient envoyé de nombreux délégués. »

23 Boldh 1903, p. 981.

24 Boldh 1903 p. 1127.

25 Voir sur les affrontements de Nantes, Michel Lagrée, Religion et modernité (France xixe-xxe siècles), Rennes, PUR, 2002, chapitre XI, « Processions religieuses et violence démocratique dans la France de 1903 » p. 147-168.

26 La lettre de démission de Paul Guieysse qui date du 25 décembre 1904 et sa correspondance avec Pressensé sont publiées dans le BOLDH de 1905, p. 15-17.

27 Dans sa lettre de démission il insiste sur le fait qu’il a voté au Parlement « selon sa conscience sans se préoccuper de la raison d’État ».

28 Boldh, 1905, p. 303, 291. En revanche, la section de Saint-Brieuc est nettement plus critique cf. Boldh, p. 362.

29 Boldh, 1905, p. 275 (communiqué du 18 décembre 1904).

30 De nombreuses motions de félicitations sont votées par les sections et paraissent dans le Boldh à l’automne 1905.

31 Boldh, 1906, p. 654.

32 Voir Rémi Fabre, Francis de Pressensé…, op. cit., p. 227.

33 Boldh, 1909, p. 733-734 et p. 740-741.

34 Ces propos sont prononcés par Bougot lors de la soirée commémorative du 29 mai 1909 au théâtre de Rennes (Boldh, 1909, p. 1044).

35 Cette expression a été utilisée à différentes reprises par Madeleine Rebérioux, en particulier dans son article « Politique et société dans l’histoire de la Ligue des droits de l’homme », Le Mouvement social, avril-juin 1998.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540