Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. L'événement (1901-1918)

L’inauguration de la statue de Renan à Tréguier en 1903 : la fonction symbolique d’Athéna

Iphigénie Botouropoulou

Testo integrale

  • 1 Pierre Demargne, « L’Athéna de Renan et celle des archéologues », Bulletin des études renaniennes, (...)
  • 2 Statuette de marbre, dite du Varvakeion, trouvée en 1880 à Athènes près du lycée Varvakeion. Copie (...)

1Dans sa conférence du 24 novembre 1979 au Collège de France, Pierre Demargne, membre de l’Institut, se demandait quelle Athéna choisir pour la salle qui lui était consacrée dans la maison de Renan à Tréguier1. Il conclut qu’il était d’accord avec le choix de l’Athéna dite Pacifique, dont les gestes excluaient toute fonction guerrière. Il se trouve que cette Athéna du musée Renan est une copie de lAthéna Varvakios (fig. 1 - cahier 1), du Musée national d’Athènes2.

  • 3 Catherine Prigent-Jacob, Jean Boucher, mémoire de DEA, Université de Bretagne Occidentale, 1993, p (...)

2Mais le questionnement sur Athéna est beaucoup plus ancien et date surtout de 1903, au moment de l’érection de la statue de Renan aux côtés d’Athéna, à la place de la levée devant la cathédrale de Tréguier, haut lieu de la chrétienté catholique3. Cet événement passa, alors, pour sacrilège, insulte à la foi et illustra le mieux le fossé qui séparait l’Église de l’État. Car l’État avait voulu rendre hommage à un de ses enfants qui ont fait sa gloire, mais que l’Église avait depuis longtemps rejeté comme renégat. À part Renan lui-même, Athéna aussi brusquait les dévots du catholicisme et posait un problème encore plus grand et plus épineux : celui de la présence à cette terre des mille saints d’une déesse étrangère au christianisme, symbole de la raison et, surtout, vénérée par Renan. C’était un scandale énorme aux yeux de tous ceux qui, très vite (en mai 1904), élevèrent le calvaire de protestation pour expier le miasme ! (fig. 7 à 9 - cahier 1)

  • 4 Henry Peyre, « Renan et la Grèce », Bulletin des études renaniennes, n° 13, 1972, p. 9-14.

3Pourquoi ce problème garda une telle actualité ? Parce qu’Athéna fit partie intégrante de Renan et on ne saurait parler de lui sans faire le rapprochement ; car elle représentait pour lui le symbole par excellence de ses croyances4. Et, ce qui est fascinant pour le chercheur, c’est que plus il avance à la recherche de ce qui le lie à elle, plus il est convaincu qu’il y a quelque chose qui lui échappe et qu’il doit découvrir.

  • 5 Iphigénie Botouropoulou, Ernest Renan et la Grèce moderne, thèse de doctorat, Université de Sorbon (...)

4Il est donc naturel qu’Athéna soit devenue l’objet de recherches pertinentes auprès des spécialistes de Renan, chacun donnant son avis sur le rôle qu’elle joua à l’imaginaire de Renan et de la place qu’elle occupa à la « Prière sur l’Acropole », avis que nous n’allons pas répéter aujourd’hui, étant déjà assez commentés5.

  • 6 Henriette Psichari, La Prière sur l’Acropole et ses mystères, Paris, Éditions du CNRS, 1956, Intro (...)
  • 7 Ernest Renan, Prière sur l’Acropole, édition bilingue français-grec par I. Botouropoulou, Athènes, (...)

5De notre côté, nous allons essayer d’élucider certains points qui se rattachent justement au symbolisme d’Athéna, afin de contribuer un peu à cette problématique « et ses mystères », comme le disait très bien dans son livre Henriette Psichari6. Renan, au dernier paragraphe de la « Prière » a écrit : « Tout n’est ici-bas que symbole et que songe…7 ». Cette phrase est peut-être la clef pour aborder la question, et nous rappelle que Renan était conscient de la valeur de l’interprétation symbolique des mythes, ainsi que de leur rapport étroit à la religion.

  • 8 Rosmapamon, résidence estivale de Renan à Louannec.

6Nous allons commencer par la description de la composition statuaire en bronze de Renan et de Pallas Athénée, place du Martray (fig. 4-6 et 10-11 - cahier 1). Les deux figures sont posées sur un support de granit de 1,95 m, la hauteur totale étant de 6 m. Renan est représenté âgé, assis sur un banc, qui rappelle beaucoup le banc qui existait dans le jardin de Rosmapamon 8 et sur lequel le savant avait l’habitude de s’asseoir pour méditer, légèrement incliné vers la gauche ; son chapeau, le feutre breton est posé près de lui. Sa main droite tient le bâton qu’il ne quittait pas lors de ses promenades ; sa main gauche est posée sur un volume. Son visage est pensif, témoignant une paisible et profonde vie intérieure, marque infaillible pour quelqu’un qui s’est consumé à la lourde tâche de l’intellectuel.

  • 9 Le mot égide vient probablement du mot grec ancien « aigis, -idos », qui signifiait « bouclier de (...)

7Pallas Athénée est debout, légèrement en retrait, grande, noble, d’un air grave et serein, plein de force et de majesté, le bras droit tenant un rameau d’olivier. Elle porte une tunique longue, le chiton, sans manches à la mode de Sparte, sans coutures aux côtés et un autre vêtement court, le péplos, dont la signification sera commentée ci-dessous. De ses attributs, à part le rameau d’olivier, elle porte en écharpe sur la poitrine l’égide9, formée de l’écaille d’un reptile monstrueux, ornée du gorgonéion, c’est-à-dire la tête de la gorgone Méduse, et le casque, composé d’une calotte demi-cylindrique et de trois aigrettes, dont celle du milieu est ornée de sphinx.

  • 10 Jean Boucher était né à Cesson-Sévigné (Bretagne) en 1870, et mort en 1939 ( ?). L’exécution du mo (...)
  • 11 Marie-France Guillermine-Robin, « L’exposition ‘ 1903, l’Affaire…’ », Actes du centenaire de l’ina (...)

8L’ensemble est simple et imposant, œuvre du sculpteur Jean Boucher, qui à l’époque de l’exécution de la statue était très jeune10. Le choix de cet artiste républicain, dreyfusard et libre-penseur, ainsi que la commande passée par « Les Bleus de Bretagne », association républicaine, littéraire et artistique, et sous l’initiative d’Armand Dayot, son fondateur et inspecteur des Beaux-arts de Paris, n’était évidemment pas le fait du hasard11.

9L’artiste s’inspira des différentes photos de Renan pour capter la position du corps, ainsi que l’expression de son visage. Il se documenta dans les écrits de Renan, notamment le texte de la « Prière ». Quant à son inspiration concernant Athéna, comme il venait de séjourner à Rome, on a l’impression que l’Athéna de la composition est une Athéna-Minerve. Nous avons consulté quelques représentations tant d’Athéna que de Minerve (fig. 2 et 3 - cahier 1) et il s’est avéré que l’Athéna de Boucher est entre les deux. À l’époque, les gens qui ignoraient cette déesse, faisaient des suppositions amusantes !

  • 12 Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, R. Laffont, 1982, p. 82-83.

10Fruit de commande, chaque monument porte nécessairement un message idéologique, que dans ce cas nous saisissons facilement, car d’une part Renan se présentait comme le symbole de la République anticléricale, et d’autre part Athéna fut le symbole de la raison, de la sagesse, de l’intelligence, de la santé, de la fécondité, de la victoire, de l’équilibre intérieur, de la mesure enfin en toutes choses, de la perfection12. Cette statue finalement exprimait la même chose que la « Prière » : l’opposition entre la philosophie grecque et la religion chrétienne, opposition qui depuis sa jeunesse avait torturé Renan. Il est à côté d’Athéna, il opte pour le génie grec, mais non sans déchirement intérieur. De ce point de vue le sculpteur a bien réussi son objectif : la statue symbolise justement l’écart de Renan de la piété chrétienne de sa jeunesse et son adhésion « tardive » à la déesse de la Raison.

11Mais ce qui se passa le 13 septembre 1903 à l’inauguration officielle mais tumultueuse, ne concernait pas uniquement la consécration de l’illustre enfant du pays et de l’artiste de cette statue. Il concernait plutôt la bataille idéologique qui allait conduire en 1905 à la loi de Séparation des Églises et de l’État. Le défilé des troupes et les discours plutôt politiques marquèrent cette fête républicaine échouée. La IIIe République affirmait son anticléricalisme et sa suprématie de la société et du pouvoir civils, tandis que les représentants de la Ligue des droits de l’homme et de la Ligue de l’enseignement, organisateurs de la fête, revendiquaient les uns la liberté de conscience et d’expression, les autres la laïcité.

12Si Renan avait vécu jusqu’en 1905, il aurait été très content de voir la réalisation de cette Séparation, qu’il souhaitait lui-même et dont il voyait la nécessité depuis 1865, comme nous pouvons lire dans sa correspondance de l’époque. Dans une lettre adressée d’Athènes à la princesse Julie Bonaparte, marquise de Roccagiovine, le 16 mars 1865, lors de son second voyage en Orient, Renan écrivait à propos :

  • 13 Ernest Renan, Œuvres complètes, t. X, Correspondance 1845-1892, p. 421-424.

[…] En ce qui concerne la question religieuse, je pense qu’il faudrait tendre tout doucement à la Séparation de l’Église et de l’État. Il vaudrait mieux, ce me semble, moins demander à l’Église et aussi lui accorder moins ; se mêler moins de ses affaires, mais aussi ne pas la laisser se mêler désormais de l’État ; donner à l’évêque toute liberté pour sa correspondance et ses mandements, mais ne pas lui accorder les destitutions et autres mesures d’intolérance qu’il réclame au nom d’une prétendue religiond’État 13 […]

  • 14 La presse de l’époque illustra très éloquemment les événements qui se sont déroulés à Tréguier.

13Aujourd’hui, donc, la célébration nationale de la mémoire de cet événement, est la réponse que donnent nos temps modernes à l’intolérance d’un passé qui avait divisé la société locale et avait causé tant de malheurs14.

14Pour comprendre la pensée de Renan et expliquer la présence d’Athéna à la composition que créa Jean Boucher, il nous faut d’abord tracer son profil de déesse, afin de faire sa connaissance. Ainsi cette déesse grecque ne sera plus étrangère aux Trégorrois !

  • 15 Les informations sur Athéna sont puisées de la Mythologie grecque de P. Decharme, édition en grec, (...)

15Dans la mythologie de la Grèce antique, la déesse Athéna possédait une place exceptionnelle et joua un rôle primordial15. Elle était peut-être une ancienne déesse minoenne, dont la fonction était de protéger le palais. Selon un autre mythe, la déesse avait représenté l’air pur, l’atmosphère, puis était devenue une déesse des eaux, née auprès du lac Triton, parce qu’on regarda l’atmosphère comme la source de l’humidité et des eaux. De là l’épithète de glaukôpis (aux yeux glauques) qu’elle reçoit dans Homère. Quant à l’origine de son nom, une foule des suppositions existe. Platon, par exemple, considérait que le mot Athéna en grec signifiait intellect de Dieu. Ses innombrables surnoms rappellent les circonstances de sa naissance ou sa physionomie : Tritogeneia (née auprès du lac Triton), Coryphasia (née sur une hauteur), Pallas ou Parthénos (la déesse vierge), Glaukôpis (aux yeux bleus brillants) ; ou bien ses attributions : Hippia (protectrice des chevaux), Promachos (le rempart de la cité), Polias (la gardienne de la ville), Niké (la victorieuse), Ergané (la travailleuse), Pronoia (la prévoyante), Agoraia (déesse de l’agora) ; ou bien des détails de son culte : Apatouria, Chalciaekos, Itonia, Pandrossos, Phratia, etc.

16Tandis que les autres dieux n’étaient que respectés et vénérés, Athéna, elle, était aimée par ses fidèles de cet amour et affection qu’on exprime à des êtres supérieurs et purs. Le grand nombre de dénominations qui lui sont attribuées témoigne justement du lien très étroit qui unissait les Grecs avec leur déesse. Car, alors que les autres dieux avaient tendance à prendre les mortels pour des jouets, Athéna était la seule déesse qui cherchait à enseigner aux hommes les savoirs qui leur permettraient d’avancer dans la civilisation, qu’il s’agisse de savoir-faire ou de façons de se conduire. Elle était ainsi à l’origine du tribunal athénien de l’Aréopage, elle présidait à la vie politique et elle était l’inspiratrice des arts, des sciences et des plus glorieuses réalisations des hommes.

17Surtout elle veillait, avec le concours d’autres dieux, à l’accomplissement de la cité, en fondant son existence et celle de l’homme sur la confiance dans la pensée rationnelle et la métis, beaucoup plus que sur la croyance en la suprématie toute-puissante du surnaturel. (La métis en grec = synthèse de sagesse, de prudence et de ruse dont le personnage d’Ulysse est l’exemple le plus classique). Athéna offrait aux hommes la possibilité de prendre en main leur destin en usant de leur propre intelligence et des informations fécondes et utilisables qu’elle leur garantissait. La déesse représentait ainsi, dans l’évolution de la Grèce antique, la pensée moderne et la diffusion de l’intelligence.

18C’était elle qui donna son nom à Athènes : en compétition devant les autres dieux avec Poséidon pour offrir à la ville ce qui lui serait le plus utile, Poséidon fit apparaître un lac salé sur l’Acropole, tandis qu’Athéna fit jaillir un olivier, symbole de la paix et de l’abondance, dont elle expliqua la culture aux hommes, et elle l’emporta ainsi sur Poséidon. Protectrice d’une importante cité, Athéna prit les caractères d’une divinité guerrière : on la dit d’ailleurs sortie tout armée de la tête de Zeus, son père, criant très fort. Elle était une divinité guerrière, mais elle représentait la bravoure réfléchie, pas du tout violente, et jamais vaincue cependant, même contre Arès, le dieu guerrier violent par excellence. Athéna donna aussi aux hommes des instruments aussi divers que le joug pour les bœufs, ou la flûte ou la trompette de guerre, le char de guerre et le navire (elle présida à la construction du navire Argo, le navire des Argonautes) ; c’est elle qui enseigna aux hommes l’art de dompter et de conduire les chevaux, mais aussi la poterie et le tissage, d’où la dénomination d’Ergané.

19Mais surtout Athéna possédait une autre qualité caractéristique : sa dualité de femme guerrière et de femme vierge (parthénos en grec) représentait, pour la cité, le symbole de l’éphèbe citoyen. Raffinée, cultivée, sage, dynamique, Athéna devint le type de plus hautes vertus, ainsi que la déesse type de la cité démocratique. Son culte se diffusa dans plusieurs cités, de sorte qu’elle devint protectrice non seulement de la ville d’Athènes, mais de toute la nation, d’où la dénomination d’Archégète.

  • 16 Sur le sculpteur Phidias, voir l’ouvrage d’Henri Léchat, Phidias et la sculpture grecque au Ve siè (...)

20Les Athéniens, en signe de dévotion, sur l’Acropole, lui ont fait construire le Parthénon, qui est probablement le plus connu des monuments grecs classiques, exécuté par Phidias 16 et destiné à abriter l’ex-voto colossal qu’était la statue chryséléphantine (d’or et d’ivoire) d’Athéna Parthénos, une sorte de trésor de la cité, que nous connaissons par des copies seulement, l’original étant disparu. Phidias avait aussi sculpté auparavant deux autres statues d’Athéna, la Lemnia, une Athéna familière et sans armes, haute de deux mètres, offerte par les colons athéniens de l’île de Lemnos, et la colossale Athéna guerrière, la Promachos, en signe de reconnaissance des citoyens à la déesse, après leur victoire contre les Perses. Les Athéniens immortalisèrent ainsi l’esprit d’Athéna, qui, à leurs yeux représentait la vérité et la beauté tout en ayant une fonction double inséparable : civile et religieuse ; et en célébrant les Grandes Panathénées, les citoyens d’Athènes rendaient le plus grand hommage à Athéna Polias, dont la statue cultuelle, le xoanon (en bois), était conservée à l’Eréchtéion. Au cours de ces fêtes on faisait des concours de musique ou de poésie et on promenait en grande pompe le péplos, un vêtement de tissu magnifiquement brodé et destiné à la statue de la déesse.

21Les attributs d’Athéna, à travers les différentes représentations selon les époques, étaient assez nombreux, mais les plus usuels étaient les suivants : la lance ; le casque sous diverses formes décoré de sphinx, qui symbolisaient les énigmes qui sont résolues par la connaissance et la sagesse, de griffons qui sont des symboles guerriers, et d’aigrettes ; l’égide, ornée des serpents et de la tête de la Gorgone Méduse, que lui avait donnée le héros Persée ; le bouclier, à l’intérieur duquel était peinte une Gigantomachie et se déroulait à demi le grand serpent Erichtonios et à l’extérieur était figurée en relief une Amazonomachie ; la chouette, le plus sage des oiseaux ; la Victoire ailée ; l’olivier, l’arbre sacré pour la ville d’Athènes, symbole de la paix.

22On est loin d’avoir rapporté l’essentiel de sa mythologie et de sa fonction. On ne vient que d’effleurer le sujet immense concernant la personnalité complexe de cette déesse tout à fait à part.

23Donc Renan, ce génie de sagesse, d’érudition, d’intelligence et de science, choisissant de suivre cette déesse sereine et pacifique au rameau d’olivier, justement nous transmet à travers les temps le message de la morale civique, de la libre-pensée, de la tolérance et nous rappelle le sens profond de son Veritatem dilexi. Il a aussi dit :

  • 17 Ces trois phrases figurent gravées sur le socle du monument.

On ne fait de grandes choses qu’avec la science et la vertu. La foi qu’on a eue ne doit jamais être une chaîne. L’homme fait la beauté de ce qu’il aime et la sainteté de ce qu’il croit 17

Note

1 Pierre Demargne, « L’Athéna de Renan et celle des archéologues », Bulletin des études renaniennes, n° 41, 1979, p. 3-10.

2 Statuette de marbre, dite du Varvakeion, trouvée en 1880 à Athènes près du lycée Varvakeion. Copie romaine probablement de l’époque d’Hadrien, base de toute restitution de l’Athéna Parthénos.

3 Catherine Prigent-Jacob, Jean Boucher, mémoire de DEA, Université de Bretagne Occidentale, 1993, p. 19-40.

4 Henry Peyre, « Renan et la Grèce », Bulletin des études renaniennes, n° 13, 1972, p. 9-14.

5 Iphigénie Botouropoulou, Ernest Renan et la Grèce moderne, thèse de doctorat, Université de Sorbonne-Paris IV, 1990, p. 257-270.

6 Henriette Psichari, La Prière sur l’Acropole et ses mystères, Paris, Éditions du CNRS, 1956, Introduction.

7 Ernest Renan, Prière sur l’Acropole, édition bilingue français-grec par I. Botouropoulou, Athènes, Éditions K. Korontzis, 1999, p. 66.

8 Rosmapamon, résidence estivale de Renan à Louannec.

9 Le mot égide vient probablement du mot grec ancien « aigis, -idos », qui signifiait « bouclier de peau de chèvre, bouclier de Zeus », donc symbole de force, de pouvoir, ce qui explique le sens actuel de l’expression « sous l’égide de… », c’est-à-dire sous la protection de…

10 Jean Boucher était né à Cesson-Sévigné (Bretagne) en 1870, et mort en 1939 ( ?). L’exécution du monument fut confiée pour la partie sculpturale à Jean Boucher, pour la partie architecturale à M. Nénot et la traduction en bronze à J. Malesset (Le livre d’or de Renan, Paris, A. Joanin et Cie, 1903, p. 177).

11 Marie-France Guillermine-Robin, « L’exposition ‘ 1903, l’Affaire…’ », Actes du centenaire de l’inauguration de la statue de Renan, 2004, p. 68. Voir aussi Catherine Prigent-Jacob, (cité ci-dessus) p. 7.

12 Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, R. Laffont, 1982, p. 82-83.

13 Ernest Renan, Œuvres complètes, t. X, Correspondance 1845-1892, p. 421-424.

14 La presse de l’époque illustra très éloquemment les événements qui se sont déroulés à Tréguier.

15 Les informations sur Athéna sont puisées de la Mythologie grecque de P. Decharme, édition en grec, Athènes, Éditions des Livres Historiques, chapitre IV « Athéna », p. 93-118.

16 Sur le sculpteur Phidias, voir l’ouvrage d’Henri Léchat, Phidias et la sculpture grecque au Ve siècle, Paris, de Boccard, 1924.

17 Ces trois phrases figurent gravées sur le socle du monument.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540