Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Première partie. Les origines (1795-1901)

Renan, l’Église et l’État

Jean Balcou

Texte intégral

  • 1 « Mais Luther a été comme moi. Jésus, soutiens-moi. » (Œuvres complètes, t. IX, p. 66). Nos référe (...)

1À vingt ans, au séminaire, Ernest Renan traverse une terrible crise qui fait de lui un autre homme. Au moment fatidique du sous-diaconat, le premier des ordres majeurs, le jeune séminariste dit non. Il ne croit plus ce qu’on lui enseigne. L’étude critique des textes fondateurs a détruit sa foi. En réalité, une passion de liberté l’avait submergé, d’autant plus irrésistible qu’elle était portée par l’ivresse d’une libération et d’un projet révolutionnaire : être le Luther de son temps1. Mais il va dès lors se confronter à l’Église, cette force des forces persuadée de détenir le monopole de la vérité. La relation de Renan à l’Église et l’État sera à jamais marquée de cet affrontement primordial.

  • 2 Article intégré aux Questions contemporaines, t. I, p. 233-285.

2Commençons par une provocation : c’est pour sauver l’Église d’ellemême que Renan mène son combat. Or ce qui dans son fonctionnement même est alors en train de la miner c’est bien ce fameux concordat avec ses articles organiques. À l’article de 1860 « L’avenir religieux des sociétés modernes » de décliner le mot d’ordre « Le concordat est le grand ennemi2 ». Cet « acte inouï » superbement imposé au pape par Napoléon est dans l’Histoire de l’Église autant une régression qu’une rupture. Il est « le dernier mot dans l’ordre religieux comme le Code civil est le dernier mot de la Révolution dans l’ordre politique ». Les diocèses sont calqués sur les départements, les évêques sur les préfets. Ce qui n’empêche pas cette Église nationale d’être une « organisation ultramontaine ». Car tout, en réalité, converge vers Rome, capitale de la centralisation, avec son pape pour « administrateur général » de l’« incarnation de la vérité ». La religion n’est plus qu’une branche de la politique, une diplomatie pour les Jésuites. En redonnant ainsi vie à l’ultramontanisme, en redonnant ainsi une telle armature au catholicisme, le concordat avait, en réalité, empêché l’Église qui était alors en voie de providentielle désintégration de se renouveler au souffle des origines. L’Église n’est donc plus qu’un monopole religieux qui force l’État à de « perpétuelles concessions ». Ah « que le feu l’épure, s’écrie Renan, que ses appuis terrestres se brisent » car, comme il l’affirme encore une fois, « le spirituel ne constitue pas un pouvoir, il constitue une liberté ».

  • 3 Lettre du 10 mai 1862 à Sir Mounstuart Grant Duff, t. X, p. 354 ; lettre du 6 décembre 1861 à Gail (...)
  • 4 L’affaire du Collège de France est au cœur des Questions contemporaines, t. I, p. 99-182. Cinq art (...)

3C’est la hiérarchie ecclésiastique qui tire le plus grand profit de cette administration politique. Son pouvoir est d’autant plus dangereux qu’il compte sur le pouvoir public. Pourtant « malgré les démarches actives du parti catholique » et le « clabaudage énorme de [ses] journaux3 » elle n’a pu empêcher la nomination en 1861 du dangereux Renan à la chaire de « langues hébraïque, chaldaïque et syriaque » au Collège de France. Mais la leçon inaugurale du 22 février 1862 où il évoque, niant ainsi sa divinité, cet « homme incomparable » que fut Jésus, sonne la revanche. Cardinaux et évêques menacent, le cours est suspendu, et le professeur sera finalement révoqué. Pris entre les deux feux de ces deux forces coalisées que sont l’Église et l’État, Renan se construit alors devant l’opinion la figure du héros de la liberté de penser. Contre le pouvoir de l’État il revendique l’indépendance du professeur. En aucun cas ce dernier ne sera « l’État enseignant ». Contre le pouvoir de l’Église il revendique les droits et devoirs de la « science libre4 ». C’est à ce niveau, en travaillant sur les textes fondamentaux de la religion, en dehors de tout esprit dogmatique et polémique, dans la Séparation du fait et du surnaturel, que Renan revendique pour le monde moderne ce qu’il appelle une « instruction laïque et indépendante ».

  • 5 Lors de sa campagne, Renan tint trois grands discours, t. I, p. 523-542, t. VIII, p. 1154-1164, 11 (...)
  • 6 Cette lettre marque l’adhésion officielle de Renan au mouvement séparatiste. Le destinataire, Geor (...)

4En mars 1869 Renan interrompt ses longs travaux sur les « origines du christianisme » pour se présenter aux élections en Seine-et Marne au titre des libéraux. Or l’un des points essentiels de sa campagne portera sur l’évacuation de Rome par les troupes françaises et la Séparation de l’Église et de l’État. Jamais, même si cette idée n’est envisagée que « dans l’avenir », la Séparation n’avait été aussi publiquement affichée par Renan. Dans un de ses discours, il recourt à l’exemple de Turgot qui, au spectacle du curé portant la communion dans les rues de Paris escorté par les gens d’armes, « prêcha la Séparation de l’Église et de l’État5 ». Dans les notes préparatoires à sa circulaire de mai à ses électeurs Renan soulignait l’importance à venir dans la société de l’instituteur et du curé de village alors si méprisés. Mais c’est dans une lettre privée de l’époque destinée à une grande publicité 6 que, réagissant aux rapports qui lui étaient adressés du jeune Jules Cambon, Renan définissait sa politique en une matière si délicate : une loi sur la Séparation devait être préparée par une loi sur les associations, les congrégations religieuses étant une association comme les autres. Ah ! si la chose pouvait aller de soi, par une sorte de loi à l’amiable, si on pouvait « se séparer » sans qu’on s’en aperçoive, de part et d’autre, plutôt que de tomber sous le coup de la séparation brutale. En attendant, notre candidat aura été fort étonné de constater le degré d’anticléricalisme des paysans qui l’écoutaient : « La question capitale pour eux, notait-il, est la question de Rome, puis la Séparation de l’Église et de l’État. » Ainsi cette idée de séparation n’était pas seulement l’idée d’une élite de séparatistes mais elle était devenue une idée populaire.

  • 7 Vie de Jésus, t. IV, p. 164.
  • 8 Ibid., p. 302-303.
  • 9 Ibid., p. 161.

5Continuons par une autre provocation : et si le véritable fondateur de la Séparation était Jésus lui-même ? Il suffit de confronter le message évangélique et le dénouement du Calvaire. On sait que la publication de la Vie de Jésus en 1863 fut le moment capital chez Renan et un événement capital de la pensée moderne. Osant entreprendre une biographie de Jésus, son auteur le faisait revivre dans son milieu d’origine. Or tout le comportement de Jésus séparait temporel et spirituel. Il construisait son univers comme si l’État n’existait pas. « Un anarchiste, ainsi le définit Renan, car il n’a aucune idée du gouvernement civil7. » Ce monde-là était autrement permissif que le nôtre. Aujourd’hui notre société centralisée, « policée », eût arrêté Jésus pour « vagabondage ». Il est vrai qu’un jour les Pharisiens qui voulaient le compromettre lui demandèrent enfin s’il était « permis de payer le tribut à César ». Mais on connaît la réponse, qu’il faut « rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». Et voici le commentaire de Renan : « Mot profond qui a décidé de l’avenir du christianisme ! […] qui a fondé la séparation du spirituel et du temporel8. » Et l’historien de poursuivre : « À la fois théocratique et démocratique, l’idée jetée par Jésus dans le monde fut, avec l’invasion des Germains, la cause de dissolution la plus active pour l’œuvre des Césars. D’une part, le droit de tous les hommes à participer au royaume de Dieu est proclamé. De l’autre, la religion était désormais en principe séparée de l’État. » Certes l’histoire se révèlera trop souvent indigne d’un tel principe. Mais cette idée-force de Jésus a du moins borné « le pouvoir de l’État » et par elle, conclut Renan, « le faisceau de l’omnipotence romaine a été brisé pour jamais9 ».

  • 10 Ibid., p. 360.

6Or cette omnipotence romaine portera dans l’histoire une terrible responsabilité puisqu’elle est, « pour jamais aussi », partie prenante dans le dénouement de la vie de Jésus. Partie prenante seulement car la responsabilité première dans la mort de Jésus incombe au clergé juif : scène fondatrice d’un État au service d’une Église. « En présidant à la scène du Calvaire, commente Renan, l’État se porta le coup le plus grave. […] Séditieuse au plus haut degré, l’histoire de la Passion, répandue par des millions d’images populaires, montre les aigles romaines sanctionnant le plus inique des supplices, des soldats l’exécutant, un préfet l’ordonnant10. » La présence des aigles efface-t-elle l’action des prêtres ? Une note de Renan revient sur la vision ravageuse d’un État aux ordres et qui, en définitive, devient le grand responsable : « Ce sentiment populaire vivait encore en Bretagne au temps de mon enfance. Le gendarme était considéré, comme ailleurs le juif, avec une sorte de répulsion pieuse ; car c’est lui qui arrêta Jésus ».

7Débattons sur une dernière provocation, celle qui va mettre Renan en tant que « père fondateur » de la Troisième République en porte-à faux avec cette même République, au nom précisément de la liberté. On sait combien Renan est un tard-venu à la République et même à la démocratie, qu’il a fallu le désastre de 1870, que la République s’affirmât, qu’elle lui rendît sa chaire, qu’elle montrât en le considérant comme une gloire de la France qu’elle savait honorer la science et les savants, pour que non seulement il acceptât le nouveau régime mais se mît à son service. Et puisque la République naissante avait besoin de « pères spirituels » Renan serait l’un d’eux avec sa haute figure de religieux laïque, son auréole de savant.

  • 11 On sait que Ferry l’emportera et que les Jésuites seront expulsés.
  • 12 Pourtant la loi de juin 1875 qui donne la possibilité aux catholiques de créer des établissements (...)
  • 13 Sur ces aspects de la politique de Jules Ferry, voir l’indispensable ouvrage de Jacqueline Lalouet (...)
  • 14 La préface des Nouvelles études d’histoire religieuse se trouve dans VII, p. 705-721.

8D’où vient donc le désaccord ? C’est qu’entre Renan et la Troisième République s’interpose d’abord la figure de Jules Ferry avec sa politique scolaire. Comme il s’en plaint le 17 août 1879 à son ami Berthelot, les républicains, même s’il comprend leurs « empressements bien intentionnés » en ce domaine, sont à condamner pour leurs « étourderies », et, d’autre part, l’article 7 contre les congrégations non autorisées constitue une « faute énorme » : la victoire de Ferry va exaspérer les catholiques et sa défaite profiter aux Jésuites11. On sait que la liberté est pour Renan le premier des principes et que « la liberté de l’enseignement en découle12 ». Il n’y a pas que l’enseignement public, même si l’enseignement public est le lieu de la liberté, la liberté des parents prime sur les contraintes de l’État, aucune mesure des jurys ne saurait être vexatoire. Rappelons que les Souvenirs d’enfance et de jeunesse sont de 1883, où Renan montre combien il est resté marqué par ses maîtres du collège ecclésiastique de Tréguier. Toute cette contestation est développée dans l’importante préface des Nouvelles études d’histoire religieuse de 1884 qui est la dernière mise au point sur la question de la Séparation. Le différend avec Ferry n’est plus à limiter à l’enseignement. C’est que Ferry est le symbole d’une République qui, installée au pouvoir, s’est faite opportuniste et tient désormais au concordat13. On peut dire sur ce point que si Renan est alors en porte-à-faux avec la République c’est que celle-ci est d’une certaine manière en porte-à-faux avec elle-même. La conviction de Renan n’en est que ravivée. Il faudrait que soit vite votée une loi sur les associations pour que la Séparation s’impose. Mais nullement, comme le veulent les séparatistes anticléricaux, pour « écraser l’infâme ». Quant à l’Église, la liberté lui ferait-elle peur ? Plus que jamais Renan veut croire combien les congrégations religieuses elles-mêmes verraient « que la liberté de tous est encore la meilleure et la plus sûre des chartes14 ».

9Ultime provocation. Post mortem. L’inauguration du monument Renan à Tréguier le 13 septembre 1903. Face à la cathédrale, c’est-à-dire contre. En pleine guerre des congrégations. Sous la présidence d’Émile Combes. Sous la protection des gens d’armes. Toutes les ligues représentées. Atmosphère d’émeute. Baïonnettes au canon contre gourdins levés. Tranquillement assis sur son banc de bronze mouillé par la pluie, Renan dodeline sous l’olivier d’Athéna. La République lui fit en 1892 des funérailles « aux frais de l’État » en dehors de toute Église. Sourit-il du tumulte haineux d’aujourd’hui ? Sait-il que l’an prochain il aura lui aussi son Calvaire, qu’il sera dressé sur les quais en signe de réparation, autre séparation et qui semble définitive ? Il sait surtout, en sa volonté tranquille, que bientôt sera votée la loi selon son vœu, et qui, au bout du compte, aura libéré les libertés.

Notes

1 « Mais Luther a été comme moi. Jésus, soutiens-moi. » (Œuvres complètes, t. IX, p. 66). Nos références renvoient à l’édition en dix volumes de Henriette Psichari, Calmann Lévy, 1945-1961.

2 Article intégré aux Questions contemporaines, t. I, p. 233-285.

3 Lettre du 10 mai 1862 à Sir Mounstuart Grant Duff, t. X, p. 354 ; lettre du 6 décembre 1861 à Gaillardot, ibid., p. 334.

4 L’affaire du Collège de France est au cœur des Questions contemporaines, t. I, p. 99-182. Cinq articles y sont encadrés par « L’Instruction supérieure en France », p. 69-97, et « L’Instruction publique en France », p. 189-208.

5 Lors de sa campagne, Renan tint trois grands discours, t. I, p. 523-542, t. VIII, p. 1154-1164, 1165-1176. Toute la documentation sur cet événement a été rassemblée par Gaston Strauss dans sa thèse La politique de Renan, Lagny, 1909, p. 289-318. Mais les conférences méritaient d’être exploitées car elles apportent de nouveaux éclairages sur la question des rapports de l’Église et de l’État. Dans la première qui traite de « la part de la famille et de l’État dans l’éducation » c’est l’excès du pouvoir de l’État qui se trouve condamné (on y voit déjà les tensions à venir avec Jules Ferry). Dans la seconde qui traite des « services que la science rend au peuple » il s’agit de réconcilier science et démocratie (on voit ici comment l’idée démocratique vient à Renan) au nom même du progrès. La troisième traite d’économie et de politique autour de la figure de Turgot en qui Renan pressent un frère tutélaire.

6 Cette lettre marque l’adhésion officielle de Renan au mouvement séparatiste. Le destinataire, Georges Moreau-Chaslon, dont le père était maire de Saint-Fargeau dans la circonscription de Seine-et-Marne où se présentait Renan, est remercié de lui avoir communiqué le rapport de Paul Cambon, le futur diplomate, qui n’a alors que vingt-quatre ans (rapport qui contient en substance certaines des solutions qui seront adoptées en 1906 par Aristide Briand). Datée du 4 mars 1869 la lettre de Renan sera publiée dans Le Public du 21 avril et dans Le Journal de Lyon du même jour. Elle ressortira dans La revue de France en août 1897 et jusqu’au 6 janvier 1907 dans Le Lannionnais. En voici la phrase essentielle : « Il est clair que l’idéal auquel il faut tendre est la liberté et la Séparation, ou, pour mieux dire, un état social où, sans trop affaiblir l’État, les citoyens soient libres de s’associer en dehors de l’État, sous toutes les formes et pour toutes les fins. »

7 Vie de Jésus, t. IV, p. 164.

8 Ibid., p. 302-303.

9 Ibid., p. 161.

10 Ibid., p. 360.

11 On sait que Ferry l’emportera et que les Jésuites seront expulsés.

12 Pourtant la loi de juin 1875 qui donne la possibilité aux catholiques de créer des établissements supérieurs met Renan hors de lui. La liberté s’exerce tout entière au sein des universités et non à l’extérieur (« Lettre sur la liberté de l’enseignement supérieur au directeur général du Journal des débats, 4 juillet 1875 », dans Mélanges d’histoire et de voyages, 1878, II, p. 699-707). Signalons que l’importante préface de cet ouvrage est une transition entre les deux grands textes politiques de l’époque, La réforme intellectuelle et morale de la France, de 1871, et Qu’est-ce qu’une nation ?, de 1882, textes qui ne relèvent pas ici de notre propos.

13 Sur ces aspects de la politique de Jules Ferry, voir l’indispensable ouvrage de Jacqueline Lalouette, La Séparation des Églises et de l’État. Genèse et développement d’une idée 1789-1905, Paris, Seuil, 2005, particulièrement p. 322-326.

14 La préface des Nouvelles études d’histoire religieuse se trouve dans VII, p. 705-721.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540