Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Première partie. Les origines (1795-1901)

Un déiste anticlérical au début de la IIIe République : Émile Burgault et les « Lettres morbihannaises »

Bertrand Frélaut

Texte intégral

1Émile Burgault est sans conteste une figure majeure du xixe siècle morbihannais.

2Après avoir présenté brièvement, en introduction, l’homme et le polémiste, trois questions seront successivement abordées : la pensée philosophique et religieuse d’Émile Burgault, ses positions sur les rapports de l’Église et de l’État, son opinion sur certains sujets de l’histoire religieuse particulièrement en Bretagne.

  • 1 Sur Émile Burgault, voir René Kerviler, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne et Bertra (...)

3Ancien avocat, ancien bâtonnier, ancien président de la Société Polymathique du Morbihan, membre du conseil municipal pendant 44 ans (1846-1890), officier de l’Instruction publique, officier de la Légion d’Honneur, il a été maire de Vannes à trois reprises : 1846-1848, 1870-1872, 1878-18881.

  • 2 Bertrand Frélaut, Les Bleus de Vannes, Vannes, 1991, p. 221-228.
  • 3 Le Progrès du Morbihan, 8e année, n° 39, 21 novembre 1891.

4Issu d’une famille de Lamballe et Saint-Malo, fixée à Lorient vers 1780, il est le petit-fils de Jean Burgault, maire de Muzillac de 1795 à 1815 et, par sa mère Françoise Laumailler, d’Ambroise Laumailler (1752-1812), maire républicain de Vannes sous le Consulat2. Il est né à Saint-Jacques de-la-Lande (Ille-et-Vilaine), le 11 septembre 1808, de Jean-Baptiste Burgault, employé des droits réunis, et a fait ses études au collège de Vannes. Bachelier en 1827, il fait du droit à Paris jusqu’en 1830 et « rentre dans sa famille imbu des idées libérales de l’époque et, comme tous ses condisciples, entièrement dévoué au gouvernement nouveau », dit son biographe du Progrès du Morbihan3.

  • 4 Marie Burgault, « Généalogie Burgault 1608-1922 », Rennes, 1922, 25 pages (hors commerce).

5Inscrit au barreau de Vannes, il est successivement avoué, juge suppléant et avocat. Sa première vie politique est brève : maire de Vannes de 1846 à 1848 et conseiller général du canton de Muzillac de 1847 à 1849. Destitué par la Deuxième République, il rentre dans la vie privée et se consacre à sa clientèle et à sa famille jusqu’aux années 1860. Le 20 juin 1860, à Quimper, il épouse Marie-Louise Aimée Cropp (1831-1874), fille d’un juge du Tribunal civil de Quimper et, de cette union naissent trois enfants4 :

  • - Émile Burgault (14 avril 1861 – 18 juillet 1893),
  • - Marie (8 mai 1862), qui épouse à Vannes le 25 septembre 1883, Ernest Ducourtioux, contrôleur des contributions directes (d’où Renée, née le 18 septembre 1884),
  • - Charles Burgault (18 mai 1866 – 28 août 1887).
  • 5 Le Progrès du Morbihan, 21 novembre 1891. La femme du préfet, Caroline Haye, est une cousine des L (...)

6En 1864, il échoue aux élections cantonales de Muzillac mais il revient dans la vie publique quand il est nommé maire provisoire de Vannes, par l’arrêté préfectoral du 15 octobre 1870, signé de Simon Ratier, « son vieil ami et son parent par alliance5 ». Il est confirmé le 11 mai 1871 par Thiers. Il a alors 62 ans et possède une forte popularité puisqu’aux élections cantonales de septembre 1871, il a devancé Charles du Bodan dans la ville de Vannes, y obtenant 69 % des voix. Opposant au Second Empire, il incarne l’orléanisme libéral, comme Thiers mais, au cours de l’année 1872, il démissionne de la mairie après l’échec de la fusion entre les orléanistes et les légitimistes ; il est remplacé le 7 mars 1872 par le docteur Aché.

  • 6 Le 5 août, le comte de Paris a rencontré Chambord en Autriche et s’est effacé devant lui en échang (...)
  • 7 Les maires de Vannes au xixe siècle, op. cit., p. 106.

7Ces années 1870 sont importantes dans l’évolution d’Émile Burgault qui se rallie aux républicains après la tentative d’accord d’août 1873 entre le comte de Paris et le comte de Chambord6. Après la mort de sa femme, le 1er avril 1874, il se présente aux élections municipales de novembre et est élu avec quatre autres républicains avec 51 % des voix. En 1878, les Vannetais votent majoritairement pour la République et, aux municipales des 6 et 13 janvier 1878, les républicains ont 22 sièges sur 23 et Burgault redevient maire en mars. Il est réélu en 1881 et en 1884 et, au cours de ces dix années à la mairie, sa municipalité a le temps de réaliser un certain nombre de grands projets dont le plus important fut la construction de la nouvelle mairie. Sur un devis de 400 000 francs en 1880, le bâtiment, inauguré en grande pompe en 1886, a coûté au total, en 1896, 793 698 francs 7… C’est la raison principale de la défaite d’Émile Burgault aux élections municipales de mai 1888.

8Amer et retiré dans sa propriété de Penmur, à Muzillac, Émile Burgault, qui a atteint l’âge de 80 ans, qui est veuf depuis 14 ans, dont la fille s’est mariée en 1883, dont le second fils est mort en 1887 et dont le fils aîné est à Rennes, est désormais seul.

  • 8 Avec une interruption du 3 décembre 1888 au 2 mai 1889. Le Progrès du Morbihan a été créé le 14 ju (...)
  • 9 Selon R. Kerviler, ce recueil se trouve en bibliothèque, par exemple dans celle de la Société Poly (...)
  • 10 Soit 154 lettres dans la première catégorie et 90 dans la seconde.

9Dès juin 1888, il commence à écrire des billets d’humeur dans son journal Le Progrès du Morbihan. Du 18 juin 1888 au 17 novembre 1891, Émile Burgault a publié dans Progrès du Morbihan 244 articles sous le titre : Lettres morbihannaises, par un indépendant8. Rééditées en trois volumes imprimés en 1891, elles représentent un tome de 451 pages, suivi d’un second de 500 pages, d’un troisième de 232 pages et d’un supplément de 44 pages qui n’ont pas été commercialisés9. Ces quelque 1 227 pages de chronique sont consacrées en très grande majorité aux questions du moment puisque les deux tiers de ces « lettres » évoquent les libertés politiques, les rapports entre l’Église et l’État, les congrégations, le cléricalisme, la Séparation et les questions religieuses en général10.

Un déiste anticlérical

10Au fil des centaines de pages écrites par l’ancien maire de Vannes dans les années 1880-1891, on arrive à percevoir son raisonnement et sa pensée en matière philosophique et religieuse, ce qui permet de comprendre ses positions politiques dans ce domaine. Résumons donc son « système », avant de présenter ses propositions sur la Séparation des Églises et de l’État mais aussi, sur un plan plus particulier mais non dénué d’intérêt, sa vision concernant certains aspects de l’histoire religieuse, notamment en Bretagne.

11En risquant de simplifier un sujet bien vaste, nous pouvons présenter Émile Burgault comme un déiste voltairien qui refuse la foi catholique au nom de la raison, qui voit en l’Église une théocratie discréditée par la superstition, la tyrannie inquisitoriale, la débauche ou le terrorisme spirituel, et qui a déclaré la guerre au cléricalisme principalement aux prêtres, aux moines, aux congrégations masculines et/ou enseignantes.

  • 11 T. I, p. 334, 353-356.
  • 12 T. II, p. 39, t. III, p. 33.

12Il vénère la figure du Christ sans lui reconnaître la divinité : « Il n’est pas nécessaire de croire à la généalogie, à la naissance surnaturelle, à la résurrection et à la divinité du Christ, ni même à des vérités religieuses, pour honorer avec un sentiment de reconnaissance cette douce, belle et puissante figure ». Il fait l’éloge de sa vie, du culte qu’il a rénové : « Le culte prescrit par lui était sans rites ni symboles, et sans refoulement de la raison. La prière qu’il recommandait consistait en une invocation à la Providence pour les besoins matériels et un appel à la clémence divine pour obtenir le pardon des fautes, à titre de récompense du pardon des injures11 ». Il évoque son « dévouement sublime à l’humanité qu’il a payé au prix de son sang », les bienfaits de son enseignement, l’iniquité de son jugement, sa vie exemplaire, les prédications du « sublime crucifié12 ».

  • 13 T. II, p. 160-173, 221-225, t. III, p. 19 ; il s’en prend aussi aux apparitions de La Salette et d (...)
  • 14 T. I, p. 162-165, 279-280, 304, 330, 348 ; t. II, p. 96, 331-336, 472 ; il cite les affaires Calas (...)
  • 15 T. I, p. 49, 54 ; t. II, p. 205, 304 ; t. III, p. 208.

13Mais le message évangélique a été faussé par la suite par l’institution d’une théocratie corrompue, tyrannique et abominable. Dans un discours assez classique, Burgault s’en prend à l’esprit de superstition, au culte des reliques, au mysticisme « excentrique », « halluciné » ou « névrosé13 ». Il attaque et dénonce violemment, et à de nombreuses reprises, les persécutions opérées par Rome et par l’Inquisition contre les Vaudois, les Albigeois, Jan Huss, Étienne Dolet, Giordano Bruno, Galilée, les protestants, mais il s’en prend aussi aux instigateurs de la Saint-Barthélemy, aux rois de France : Louis XIV et les Camisards, Louis XV etc.14. Il rappelle enfin les divisions, les faiblesses, le luxe ou les turpitudes de la papauté médiévale : le Grand Schisme, les Borgia, les Médicis, le népotisme etc.15.

  • 16 T. II, p. 5-11. En 1901, on compte 52 800 prêtres, 63 000 religieuses et 7 400 moines, sans compte (...)

14Ses critiques les plus dures et les plus constantes visent le clergé catholique, son poids numérique, son rôle et sa puissance dans la vie sociale et ses ambitions dans le pays. Il pourfend les congrégations religieuses et le cléricalisme. Selon Émile Burgault, la « milice cléricale » compte en France, dans les années 1861-1864, d’après le dénombrement ordonné par Monsieur Rouland, ministre de l’Instruction publique, un minimum de 60 000 prêtres, 30 000 à 40 000 séminaristes, 30 343 religieuses et 17967 membres dans les congrégations d’hommes16. Émile Burgault regrette que, depuis 1804, contrairement aux conquêtes révolutionnaires et à l’héritage des philosophes du xviiie siècle, les différents gouvernements aient autorisé par décrets, de plus en plus de congrégations d’hommes qu’il n’hésite pas à appeler « une plaie cancéreuse ».

  • 17 T. III, p. 66.
  • 18 T. I, p. 31.

15« Pas un couvent d’hommes ne devrait exister en France… La vie monastique est un contresens de la nature et un contresens social17 ». Il accuse les ordres et congrégations masculines d’exploiter la crédulité des catholiques, d’être des repaires de turpitude et d’immoralité. En juillet 1888, il cite une statistique du ministère de la Justice selon laquelle « les condamnations par contumace sont de 32 % pour les congréganistes et de 8 % pour les laïques. D’autre part, les condamnations contradictoires ont été de 83 % pour les congréganistes et de 43 % pour les laïques. » Et il commente : « L’effrayante éloquence de ces chiffres démontre à quel point la gangrène morale a envahi les corps auxquels la soutane donne une ombre trompeuse de sainteté. Elle démontre quel mal le congréganisme fait à la société française. Enfin il est impossible de ne pas reconnaître que, grâce aux nombreux moyens dont disposent les gens d’église, leurs auxiliaires et leurs fanatiques adhérents, les crimes connus des congréganistes demeurent impunis quatre fois plus souvent que ceux des autres hommes18 ».

La Séparation de l’Église et de l’État

16Dans les années 1888-1891, les républicains qui sont désormais solidement installés au pouvoir sont divisés sur le problème du maintien ou non du concordat, même si, dans leur totalité, ils sont tous partisans de la laïcité. Émile Burgault participe pleinement à ce débat dans son journal.

  • 19 T. I, p. 6-11.

17Il s’oppose à la suppression totale du budget des cultes ou à sa décentralisation dans les communes. L’État est tenu moralement de subventionner les cultes parce que « les masses ne pouvant se passer d’un culte extérieur et se contenter de la religion intime du philosophe », l’octroi d’une subvention doit correspondre à ce besoin19.

« Dans l’intérêt public, il nous semble nécessaire que l’on continue à inscrire au budget de la France des crédits pour l’entretien des services religieux.
La modération des chiffres est l’unique réforme à faire sur ce point.
Au lieu de cinquante millions, dépensez-en la moitié ; surveillez les oblations, tarifez les casuels et réprimez les abus.
Allez plus loin, neutralisez les églises et tout ce qui s’y rattache en les plaçant absolument en dehors de la politique, en les empêchant d’y porter la main, sans que cette main téméraire soit immédiatement broyée ».

18Il propose donc de contrôler et « restreindre le chiffre des étudiants ecclésiastiques et celui des ordinations », comme le prévoient les articles organiques du concordat.

19Il s’en prend particulièrement aux « nuées de prédicateurs qui s’abattent sur le pays, pour les retraites, les missions, les stations de l’avent et du carême »… qu’il accuse d’exaltation des esprits, de « mysticisme malsain », de « pratiques puériles » de « censures illicites de la chaire contre l’État ». En prenant exemple sur les ministres protestants et les rabbins juifs, il souhaite que le clergé catholique se limite à « la prédication exclusivement morale et dogmatique ».

« Le droit de vote et d’éligibilité devrait être pareillement refusé à tous les ministres des cultes en qualité de neutralisés ».
… Séparation absolue des églises et de l’État, c’est-à-dire Séparation de l’exercice des droits civiques et du sacerdoce ou de ce qui supplée le sacerdoce dans certains cultes ; Séparation du domaine religieux et du domaine civil et politique ; les religions dans les temples et aux affaires des temples, sans excursions sur un terrain qui n’est pas de leur ressort. »

20Pour justifier ses positions, Émile Burgault en appelle à Richelieu, à Colbert et à la déclaration de 1682.

« Il est temps que le xixe siècle, aux approches de l’anniversaire de 1789, achève ce que nos pères, ce que les représentants les plus autorisés de l’esprit français, ce que la raison et le bon sens national ont commencé ou poursuivi, non sans de déplorables intermittences, depuis trois cents ans.
L’Église catholique se plaint des progrès apparents de l’athéisme.
Qu’elle sache bien que son intrusion dans les affaires publiques en est la première et la principale cause : les vues ambitieuses du clergé mettent en suspicion la foi en ses doctrines, et la foi aux vérités naturelles est atteinte par contrecoup. »
… « Nous demandons au gouvernement et aux chambres une résolution virile et prompte. Aucune autre réforme n’aura des résultats aussi féconds. »

21Émile Burgault rêve donc d’un clergé contrôlé, soumis à un numerus clausus et strictement encadré.

  • 20 T. I, p. 315 et suivantes.

22Cependant, pour véritablement supprimer les méfaits du cléricalisme catholique qui veut « monter à l’assaut de la société laïque, de l’État qui la représente », il n’est pas nécessaire de supprimer le concordat20.

  • 21 T. I, p. 337.

23Si comme Charles Floquet le disait au début de son ministère (3 avril 1888 – 14 février 1889), la Séparation des Églises et de l’État devait être précédée d’une loi sur les libertés des associations et leur droit à posséder, le remède serait pire que le mal car les associations religieuses deviendraient doublement un danger et une menace et cela entraînerait « la licence la plus effrénée, le comble du désordre social, le despotisme illimité ou l’anéantissement final du culte catholique au milieu des convulsions révolutionnaires21. » D’une part par leur pouvoir financier et singulièrement, par les nombreux legs dont elles disposeraient de la part « des vieilles filles, des vieilles femmes ou des débauchées repenties », promptes à acheter ainsi leur salut éternel au détriment de leurs neveux et nièces. D’autre part, les associations religieuses auraient une puissance locale et départementale par leurs réseaux paroissiaux et épiscopaux, ce qui leur permettrait de constituer un groupe de pression électoral particulièrement efficace.

  • 22 T. I, p. 318.

24Il vaut mieux, par conséquent, conserver le concordat, « œuvre de sagesse et de bonne politique de la part de Napoléon 1er, « à l’époque où il n’était encore que premier consul. » Il faut l’appliquer énergiquement : « De l’énergie, une énergie inflexible, voilà ce qu’il faut opposer à l’incivisme et aux révoltes des perturbateurs portant le masque religieux. Le concordat se prête à toutes les mesures préventives et répressives, puisqu’il reconnaît au gouvernement le droit absolu de réglementation en tout ce qui est étranger au dogme. » Et de préconiser à nouveau la diminution du budget des cultes et du nombre de séminaristes : « il y aurait urgence à ce que nos gouvernants prissent les moyens d’empêcher que les séminaires se peuplassent dans des proportions excédant les besoins du service du culte et versassent dans l’âme de leurs élèves, non pas le goût de la vie, mais les idées du monachisme22 ».

  • 23 T. I, p. 340, t. II, p. 426, t. III, p. 5.
  • 24 Jacqueline Lalouette, La Séparation des Églises et de l’État, genèse et développement d’une idée, (...)
  • 25 Dans son Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, Kerviler consacre dix pages à Émile Bur (...)

25Ainsi, tout en réclamant nettement que l’Église et l’État soient chacun à leur place, Émile Burgault est de plus en plus convaincu que le maintien du Concordat est la meilleure solution. En décembre 1889, il affirme : « Nous ne cessons de crier : maintien du concordat mais son exécution stricte ! La moralité et la paix publique l’exigent23 ! » Il appartient ainsi au courant national animé par des personnalités comme Paul Bert – tel qu’il s’exprimait dans le rapport parlementaire qu’il présenta le 23 mai 1883 – Émile Littré, Maxime Lecomte, Jules Ferry ou Auguste Scheurer-Kestner24. Mais il n’en a pas moins des positions fermes et arrêtées qui, dans le Morbihan de l’époque, déclenchent des concerts de polémiques, de protestations et de guérilla de presse avec les journaux royalistes ou catholiques comme Le Petit Breton ou Le Morbihannais, de 1878 à 1890 25

Les jugements d’Émile Burgault sur les saints et l’histoire de Bretagne

26L’ancien maire de Vannes a des jugements bien arrêtés sur les saints :

  • 26 T. II, p. 424.

« Je ne donne pas le nom de déesse à la sainte Anne d’Auray, quoique la statuette découverte par Nicolazic et aujourd’hui détruite, ait été considérée par plusieurs comme une Vénus.
Son sanctuaire, entouré d’une grande vénération ne se fait aucune réclame par des guérisons instantanées sur place26 ».

  • 27 T. I, p. 163

27Sur le Sacré-Cœur, Émile Burgault est plus catégorique. Il rappelle que son culte a été développé par Marguerite Marie Alacoque : « une hallucinée à laquelle Louis XIV […] n’a pas cru aux visions de cette fille enfermée dans un cloître27 ».

  • 28 T. II, p. 166.

« Ses visions appartenaient à un amour tellement sensuel et grossier du Christ que les théologiens sérieux et tenant à la dignité religieuse affirmaient avec force que les extases de cette femme, ses conversations amoureuses avec Jésus, au cœur sanglant et enflammé dans lequel il mettait le cœur de sa servante n’étaient qu’un délire de l’imagination et des sens d’une pauvre hallucinée dont la règle de son ordre (elle était Visitandine) avait aggravé l’état28 ».

28Les positions d’Émile Burgault sur la Révolution française sont claires : il défend son œuvre civilisatrice et s’il « exècre » la Terreur et ne veut pas l’excuser, il l’explique et l’atténue, selon ses propres mots, par le patriotisme des hommes du Comité de Salut Public aux prises avec l’invasion et les soulèvements intérieurs :

« La mémoire de Carrier reste entourée de toute l’horreur qu’il inspirait à ses contemporains. Mais Tallien, Danton, Robespierre et les autres terroristes peuvent être jugés avec quelque indulgence, à cause de leur patriotisme, encore bien qu’ils aient dépassé le but et les limites de la justice la plus sévère, qu’ils aient même été atroces. »

  • 29 T. I, p. 144 (défense de la constitution civile du clergé), p. 181, 362-363, t. II, p. 83 et suiva (...)

29Il dénonce vigoureusement les chouans et la noblesse qui pactise avec les ennemis de la France républicaine, ainsi que les prêtres insermentés qui « avaient soulevé la Bretagne et la Vendée29 »… De ce point de vue, il se montre le digne héritier de ses grands-pères Burgault et Laumailler qui, à Muzillac pour le premier, à Vannes, dans le Morbihan ou à Rennes pour le second ont été des républicains et des patriotes actifs.

30Il a aussi des jugements bien tranchés sur Mme de Sévigné ou Jeanne d’Arc, puis il livre son opinion sur saint Vincent Ferrier dont le corps repose à la cathédrale depuis 1419 et qui est devenu le patron du diocèse. Dans sa 66e lettre, intitulée « La liberté religieuse », écrite le 3 novembre 1889 en réponse à une attaque du Petit Breton, le polémiste aborde une première fois le sujet du patron de la ville de Vannes :

  • 30 T. I, p. 279.

… « Si j’admire en saint Vincent de Paul le modèle des vertus chrétiennes, l’histoire reporte mes regards sur saint Vincent Ferrier. En lui, je vois un grand cœur, un esprit doué de grandes qualités, mais faussé par le fanatisme de la théocratie romaine, un homme rempli d’amour du prochain autant que de l’amour de Dieu, lorsqu’il se trouve dans le diocèse de Vannes, en présence de gens simples enclins à voir des incarnations divines dans les productions du règne végétal ; mais absolument sans pitié et sans merci pour l’hérésie raisonnée du midi de la France qui proclame son affranchissement du joug papal.
Là, ce n’est plus seulement saint Athanase souffletant Arius en plein concile ; c’est le bûcher couvrant la terre des Albigeois ; c’est le tortionnaire en pleine activité30 ».

31Un mois plus tard, le 1er décembre, il développe son analyse des deux saint Vincent :

  • 31 T. I, p. 329-330.

« Je crois à la fois à l’histoire inexorable qui accuse ce religieux d’avoir persécuté les Albigeois et à la légende du diocèse de Vannes qui le dépeint, sous les traits de la plus éminente sainteté.
Je me le représente comme ayant eu au plus haut degré l’amour du prochain ; mais il appartient à l’ordre des dominicains, qui, depuis un siècle, exerçait les pouvoirs de l’Inquisition, cet instrument de tortures que la papauté infligeait aux hérétiques.
En présence de l’hérésie du midi de la France les qualités de cœur de Vincent Ferrier avaient été neutralisées par l’égarement de l’esprit monastique. Il avait alors considéré comme un devoir d’être inhumain, par obéissance.
Au pays de Brouerec, ne rencontrant point d’hérétiques, il reprit possession de lui-même, loin des scènes de carnage de la croisade fratricide. Il ne donna plus dans cette seconde phase de sa vie que le spectacle des plus grandes vertus ; et sa légende exprime la vénération enthousiaste qu’il avait excitée à Vannes et dans toute la contrée.
Ces contrastes dans le même homme n’ont rien de surprenant : ils témoignent de la fragilité des sentiments les plus élevés, quand une fausse idée envahit notre intelligence. C’est un cas d’irresponsabilité humaine, et de responsabilité des institutions qui sont cause du mal31 ».

32Il revient à la charge un an plus tard, le 10 novembre 1890 dans une lettre intitulée : « Le siècle de saint Vincent Ferrier ». Ayant appris que l’évêque de Vannes, Monseigneur Bécel, veut faire élever une statue du dominicain espagnol sur la porte Saint-Vincent, il revient sur le Grand Schisme et sur la persécution des Vaudois et des Hussites par l’Église. Il conclut en révisant partiellement son opinion mais en restant critique, sinon caustique :

  • 32 T. II, p. 331-336.

« Sans accuser Vincent Ferrier d’avoir fait élever des bûchers aux hérétiques de son temps nous regrettons que lui, si puissant auprès des Pères du Concile et dans toute la chrétienté, il n’ait pas fait entendre des paroles d’indulgence, pour ne pas employer les mots équité et charité, qui auraient arraché au martyre des milliers de ses semblables. » […] « Le rôle de thaumaturge que la légende vannetaise assigne à Vincent Ferrier est bien mesquin en regard de sa vie politico-religieuse. En fait, il amoindrit son sujet, même en lui prêtant la puissance d’arrêter les flots que les époques postérieures ont plus sûrement endigués sans recourir au surnaturel32. »

33Telles sont donc les positions du bouillant épistolier qui, pendant les trois dernières années de sa vie, put à loisir exposer en long et en large, sa religion positiviste, son anticléricalisme profond, sa volonté de séparer les domaines respectifs de l’Église et de l’État en appliquant rigoureusement le concordat et les articles organiques, ses conceptions particulières enfin, sur certains saints personnages ou certains épisodes de l’histoire de Bretagne.

***

  • 33 Maire de 1888 à 1908.
  • 34 Kerviler, op. cit. article Burgault, p. 161
  • 35 Jules-Louis Grébus, 23 ans (Le Progrès du Morbihan, article du 20 avril 1889).

34On peut se demander au total quelle est la représentativité d’Émile Burgault et, dans une ville et un département où les catholiques sont très majoritaires, où les monarchistes sont très puissants au point de dominer le paysage politique et détenir la mairie pendant vingt ans en la personne du sénateur Charles Riou33, son attitude peut surprendre. Qu’un homme comme Émile Burgault ait appliqué dans sa vie ses positions déistes au point de demander et d’avoir des obsèques civiles paraît un cas assez isolé, d’autant que sa propre fille fut élève des « Fidèles Compagnes de Jésus », de Sainte-Anne d’Auray 34 et que le directeur de son journal Le Progrès du Morbihan, est enterré à la cathédrale de Vannes le 20 avril 188935.

  • 36 Yannic Rome, La Franc-maçonnerie dans le Morbihan. Il y eut une loge à Vannes de 1813 à 1838 et en (...)
  • 37 Bertrand Frélaut, « La situation politique à Vannes au début de la Troisième République (1870-1890 (...)
  • 38 Témoignage de M. Bernard du Boisrouvray, petit-fils du comte de Limur, à l’auteur, le 19 septembre (...)

35Il n’empêche qu’un courant actif de libres-penseurs ou d’opposants démocrates radicaux ou radicaux-socialistes se perpétue au xixe siècle, soit dans la mouvance de la franc-maçonnerie36, soit dans celle des « Bleus » républicains et libéraux en la personne de Benjamin Colin, Louis Quennec, Bachelot, Bourdonnay, Jean-Marie Délivré, Gruyot-Jomard, etc37. Il n’est pas jusqu’à certains notables qui se distinguent par leur républicanisme ardent ou par leur indifférence religieuse : le docteur Gustave-Thomas de Closmadeuc (1828-1918) célèbre archéologue et érudit, ou le minéralogiste François de Limur (1817-1901), qui fut agnostique et voltairien avant de se réconcilier in extremis avec la foi catholique38.

36D’autre part, l’analyse des votes vannetais aux élections locales et nationales fait apparaître que les électeurs de la ville font des choix républicains dans de nombreuses circonstances, notamment quand se présentent des candidats comme du Bodan, de Lamarzelle, de L’Estourbeillon, de Rohan-Chabot… Émile Burgault est donc le porte drapeau de cette opinion républicaine et souvent anticléricale.

37Dans le contexte du centenaire de 1905, deux dates d’événements bien différents peuvent conclure cet exposé. Le 15 mars 1906, le nouvel évêque de Vannes, Mgr Alcime Gouraud, fait une entrée solennelle dans sa ville, dans un grand concours de population.

38Le 3 mai 1908, le sénateur-maire royaliste Charles Riou est battu aux élections municipales par les républicains menés par Eugène Le Pontois et, à la première réunion de la nouvelle municipalité, l’une des premières décisions a valeur de symbole : la rue de l’Hôtel de Ville est dénommée « rue Émile Burgault », preuve de la permanence de ses idées philosophiques et de sa forte personnalité à Vannes.

Notes

1 Sur Émile Burgault, voir René Kerviler, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne et Bertrand Frélaut, Les maires de Vannes au xixe siècle, Vannes, Archives municipales, 2001

2 Bertrand Frélaut, Les Bleus de Vannes, Vannes, 1991, p. 221-228.

3 Le Progrès du Morbihan, 8e année, n° 39, 21 novembre 1891.

4 Marie Burgault, « Généalogie Burgault 1608-1922 », Rennes, 1922, 25 pages (hors commerce).

5 Le Progrès du Morbihan, 21 novembre 1891. La femme du préfet, Caroline Haye, est une cousine des Laumailler, donc des Burgault.

6 Le 5 août, le comte de Paris a rencontré Chambord en Autriche et s’est effacé devant lui en échange de sa reconnaissance comme son héritier au trône. Bien que Chambord ait finalement refusé, cette manœuvre a provoqué la rupture avec plusieurs orléanistes, dont Burgault.

7 Les maires de Vannes au xixe siècle, op. cit., p. 106.

8 Avec une interruption du 3 décembre 1888 au 2 mai 1889. Le Progrès du Morbihan a été créé le 14 juillet 1884 et, à part une brève interruption du 10 août 1918 au 4 janvier 1919, il a paru jusqu’au 15 juin 1942, comme bi-hebdomadaire d’abord (paraissant le mercredi et le samedi) puis comme hebdomadaire. Imprimé 2 rue de la Monnaie chez la Veuve Grébus (puis chez Commelin), il s’intitule successivement : Journal départemental d’Union républicaine, Organe de la Fédération des comités républicains du Morbihan, puis Hebdomadaire républicain radical et radical-socialiste. De format 55 (ou 64) sur 36 cm, il est vendu 5 centimes en 1891 et son tirage connu est de 1 000 exemplaires en 1934, largement devancé par L’Avenir du Morbihan qui sort 180 00 exemplaires. Voir Nicole Coisel, Bibliographie de la presse française politique, 1865-1944, Morbihan, Paris, BNF, 1977 et les cotes du dépôt légal aux Archives départementales du Morbihan : T 195, T 196 et T 824.

9 Selon R. Kerviler, ce recueil se trouve en bibliothèque, par exemple dans celle de la Société Polymathique du Morbihan.

10 Soit 154 lettres dans la première catégorie et 90 dans la seconde.

11 T. I, p. 334, 353-356.

12 T. II, p. 39, t. III, p. 33.

13 T. II, p. 160-173, 221-225, t. III, p. 19 ; il s’en prend aussi aux apparitions de La Salette et de Lourdes (t. III, p. 178).

14 T. I, p. 162-165, 279-280, 304, 330, 348 ; t. II, p. 96, 331-336, 472 ; il cite les affaires Calas ou du chevalier de La Barre…

15 T. I, p. 49, 54 ; t. II, p. 205, 304 ; t. III, p. 208.

16 T. II, p. 5-11. En 1901, on compte 52 800 prêtres, 63 000 religieuses et 7 400 moines, sans compter les enseignants (Jean-Baptiste Duroselle, La France et les Français, Paris, 1972)

17 T. III, p. 66.

18 T. I, p. 31.

19 T. I, p. 6-11.

20 T. I, p. 315 et suivantes.

21 T. I, p. 337.

22 T. I, p. 318.

23 T. I, p. 340, t. II, p. 426, t. III, p. 5.

24 Jacqueline Lalouette, La Séparation des Églises et de l’État, genèse et développement d’une idée, Paris, Seuil, 2005, p. 322-331.

25 Dans son Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, Kerviler consacre dix pages à Émile Burgault dont cinq aux « Lettres, communiqués et articles de polémique », publiés dans les journaux en question.

26 T. II, p. 424.

27 T. I, p. 163

28 T. II, p. 166.

29 T. I, p. 144 (défense de la constitution civile du clergé), p. 181, 362-363, t. II, p. 83 et suivantes, T. III p. 49, supplément ; 1re lettre : « Véritable esprit de la Révolution française », p. 1-6.

30 T. I, p. 279.

31 T. I, p. 329-330.

32 T. II, p. 331-336.

33 Maire de 1888 à 1908.

34 Kerviler, op. cit. article Burgault, p. 161

35 Jules-Louis Grébus, 23 ans (Le Progrès du Morbihan, article du 20 avril 1889).

36 Yannic Rome, La Franc-maçonnerie dans le Morbihan. Il y eut une loge à Vannes de 1813 à 1838 et en 1885-1890.

37 Bertrand Frélaut, « La situation politique à Vannes au début de la Troisième République (1870-1890) », in Vannes et les Vannetais à la fin du xixe siècle, Vannes, Amis de Vannes, 1987.

38 Témoignage de M. Bernard du Boisrouvray, petit-fils du comte de Limur, à l’auteur, le 19 septembre 1998.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23564/img-1.png
Fichier image/, 921k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540