Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Première partie. Les origines (1795-1901)

L’État, l’Église et l’école idéale. Les représentations des instituteurs bretons sous le Second Empire

Gilbert Nicolas

Texte intégral

1En France, la séparation de l’Église et de l’École, consacrée par les lois de 1882 et 1886, a précédé, de deux décennies, la Séparation des Églises et de l’État. Le débat sur la laïcité en France est d’abord un débat sur l’école. Il concerne au premier chef, les instituteurs, acteurs éminents de l’institution scolaire.

2Les instituteurs, évoqués dans la présente recherche, ne sont pas les « hussards noirs » magnifiés par Charles Péguy et associés au mythe républicain, mais la génération précédente. En effet, ce sont les instituteurs du Second Empire, qui, pour la première fois dans l’histoire, répondent eux-mêmes, par écrit, au ministre, dans le cadre d’un grand concours, lancé en décembre 1860. Depuis la guerre d’Italie de 1859 et l’affaire romaine, le pouvoir de Napoléon III entretient des relations tendues avec le clergé. Il est à la recherche de nouveaux appuis au sein de la société et s’adresse, entre autres, aux instituteurs, mis au pas depuis la législation des années 1849-1850.

  • 1 Gilbert Nicolas, Le grand débat de l’école au xixe siècle. Les instituteurs du Second Empire, Pari (...)
  • 2 Archives nationales F17/10792/1, F17/10792/2, F17/10792/3, F17/10792/4, dans les Côtes-du-Nord, le (...)

3Le ministre de l’Instruction publique, Gustave Rouland (1856-1863), interroge donc les maîtres ruraux du primaire public sur les besoins de l’école rurale, au triple point de vue de l’école, des élèves et du maître1. 17 % des instituteurs publics bretons rédigent un mémoire (16,15 % au niveau national). Haute et Basse-Bretagne répondent à parts à peu près égales (111 manuscrits pour les instituteurs de Basse-Bretagne, 106 pour la Haute-Bretagne). Ce sont les membres de la génération Guizot, les instituteurs nés entre 1814 et 1834, qui sont les plus nombreux à participer (67 % des participants et 75 % du corpus manuscrit). Dans ce concours-enquête, les congréganistes de l’enseignement public sont sous-représentés et les anciens élèves de l’école normale, à l’exception du Finistère, sont sur-représentés2.

  • 3 La loi de finances du 19 juillet 1889 permet à l’État de prendre en charge le traitement des insti (...)

4Au cours de cette période, les instituteurs entretiennent une relation directe avec l’État et l’Église. Ils sont fonctionnaires, au sens où ils détiennent, une portion de l’autorité publique en matière d’enseignement et où ils émargent aux budgets de la commune et du département, puisqu’ils ne sont pas encore payés par l’État3.

5Beaucoup ont été formés dans des établissements d’État, les écoles normales. Ils sont encadrés et surveillés par les représentants de l’État (corps d’inspection et corps préfectoral). La loi de juin 1853, sur les retraites, les intègre au régime des fonctionnaires. Cependant, dans l’esprit des maîtres, des ambiguïtés subsistent, car la distinction n’est pas nette entre le gouvernement et l’État. Sous le Second Empire, les instituteurs doivent prêter serment à la constitution et à l’empereur.

6L’Église ne peut pas, non plus, leur être indifférente. Elle appartient à leur sphère professionnelle et privée. Le catéchisme et l’histoire sainte font partie intégrante du contenu enseigné, obligatoire dans les écoles publiques. Les curés sont des surveillants locaux de l’école, au même titre que les maires ou les délégués cantonaux.

7Les 209 mémoires bretons, représentant 2 600 pages manuscrites, sont aujourd’hui conservés aux Archives nationales. Malgré l’autocensure, les silences, les non-dits, les instituteurs publics évoquent, au travers de leur enseignement, de ce qu’ils perçoivent au quotidien dans leur commune, les aspirations qu’ils nourrissent pour l’avenir, leur représentation de l’Église et de l’État, l’école du futur, voire leur école rêvée. Une partie des écrits fait émerger un état d’esprit, des revendications, parmi lesquelles figurent la contestation de l’autorité ecclésiastique locale, la volonté de réduire la place de l’enseignement religieux dans les programmes et le souhait de voir apparaître, dans le paysage communal, une nouvelle école publique, face à l’église.

La contestation de l’autorité ecclésiastique locale

  • 4 Cette proportion minoritaire peut être le témoignage, soit de relations satisfaisantes, dans la ma (...)

8Dans le corpus des mémoires, 27,7 % des instituteurs de l’académie de Rennes consacrent une partie de leur texte au rôle du curé dans la commune et à ses rapports avec l’instituteur4.

9Le curé, outre son rôle de surveillant de l’école, demeure le guide de l’enseignement moral et religieux dans la commune, l’un des employeurs secondaires de l’instituteur et l’un des décideurs de la composition de la liste des indigents, ces deux derniers éléments influant directement sur le revenu annuel de l’instituteur. Si quelques maîtres insistent sur la nécessité de s’entendre avec l’autorité religieuse communale, plus des trois quarts (77,7 %) de ceux qui prennent la plume sur ce sujet contestent les pouvoirs du curé et rejettent leur dépendance vis-à-vis de l’autorité ecclésiastique locale.

  • 5 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 10 T 40, Rapport de l’inspecteur d’académie de Loire-I (...)

10L’importance du phénomène étonne la hiérarchie qui, au demeurant, semble déconcertée par ce sentiment de « répulsion » que beaucoup d’instituteurs nourrissent à l’endroit du clergé5.

  • 6 Parmi eux, on compte d’anciens congréganistes défroqués, tels Yves Julien Roger, en Ille-et-Vilain (...)

11Dans les 209 mémoires étudiés, tous les auteurs de critiques sont des laïcs6. Dans les départements où la participation des normaliens au concours est importante, les propos anticléricaux sont plus nombreux. Sur le nombre de maîtres bretons rejetant la tutelle du curé, 74,5 % sont d’anciens élèves de l’école normale régionale de Rennes.

12Parmi les éléments de contestation, on relève quelques grands thèmes de l’anticléricalisme du xixe siècle. Le curé représente d’abord l’obscurantisme. À leurs yeux, le curé a parfois tendance à limiter le rôle de l’école à un simple instrument d’apprentissage du catéchisme. Son attitude est souvent indifférente au reste des matières enseignées et à l’instituteur. Dans l’arrondissement de Brest, Palamède Floch souligne que le curé vient trop rarement visiter l’école. Le plus souvent, il se déplace trois ou quatre fois par an, interrogeant quelques élèves pour s’assurer que les prières et le catéchisme sont appris.

Le rejet de l’autorité ecclésiastique locale dans les mémoires de 1860-1861

Le rejet de l’autorité ecclésiastique locale dans les mémoires de 1860-1861
  • 7 Depuis la loi de juin 1854, l’académie de Rennes comprend sept départements, les cinq de la Bretag (...)

13Note7

14La terminologie utilisée par certains maîtres, reprend celle des hommes politiques opposés aux ultras, à la fin de la Restauration et au début de la Monarchie de Juillet. Dans les Côtes-du-Nord, François Tronel considère le curé comme l’un des « éteignoirs » de la commune, y ajoutant sa définition :

  • 8 Arch. nat. F17/10792/4, mémoire de François Tronel, La Méaugon, Côtes-du-Nord, p. 11.

« gens qui craignent toujours que l’esprit populaire se développe, (…) qui s’appliquent systématiquement à entraver tout progrès de l’intelligence humaine et qui veulent, à tous prix, en conserver l’état actuel, sinon la faire rétrograder8. »

  • 9 Arch. nat. F17/10793/2, mémoire de Michel Le Dantec, instituteur à Lorient, p. 3.
  • 10 À noter qu’à la même période, ce même argument de l’obstacle des prêtres au développement de la la (...)

15Un autre thème qui ressort de plusieurs mémoires est celui du clergé, « hors la nation ». Les maîtres de l’Ouest, principalement en Basse-Bretagne, ne voient pas le curé agir dans le même sens qu’eux-mêmes, auprès des enfants. Alors que l’instituteur passe de longues heures à faire acquérir les rudiments de la langue française aux élèves, le curé est perçu comme celui qui perpétue l’apprentissage du breton, langue du catéchisme9. L’instituteur se pose en défenseur de la langue nationale, face à un curé, attaché à pérenniser une langue régionale, qui freine les apprentissages linguistiques de l’enfant et pousse nombre de familles aisées à envoyer leurs enfants dans les villes10.

  • 11 Arch. nat. F17/10792/2, mémoire de François Desmarais, Loudéac, Côtes-du-Nord, p. 18-19.
  • 12 Arch. nat. F17/2650, rapport confidentiel du recteur de l’académie de Bordeaux, 2e trimestre 1861.
  • 13 Arch. nat. F17/9348, rapport sur la situation de l’instruction primaire dans l’arrondissement de N (...)

16Le clergé local est également présenté comme une force d’argent, lui permettant d’agir hors la loi. Pour ces mêmes instituteurs laïcs, il n’existe pas véritablement de liberté de l’enseignement. Dons, legs, quêtes et pressions morales sur la population permettent de conquérir les postes d’instituteurs communaux ou d’ouvrir des écoles libres en y installant des Frères11. Contrairement à d’autres départements, tels ceux de l’académie de Bordeaux, où, en moyenne, 5,8 % seulement des écoles publiques de garçons sont tenues par des congréganistes12, cet aspect de l’anticléricalisme est particulièrement marqué dans les manuscrits des maîtres bretons, surtout en Ille-et-Vilaine, dans les Côtes-du-Nord et en Loire-Inférieure, départements connaissant une forte présence congréganiste. Dans l’arrondissement de Saint-Brieuc, en 1859, 48,7 % des écoles publiques sont tenues par des congréganistes. En Loire-Inférieure, 36,4 % des écoles publiques sont dirigées par des congréganistes13.

  • 14 Arch. nat. F17/10792/1, mémoire de Yves Julien Roger, La Guerche, p. 38-39.

17Enfin, pour quelques instituteurs, le curé incarne également l’adversaire type du gouvernement. On le soupçonne d’être proche des forces politiques conservatrices, en particulier des légitimistes et des ultramontains. Pour Yves Julien Roger, ancien frère Lamennais, devenu laïc et père de famille, le curé représente « le vieux parti rétrograde, le rêve d’un vieux passé aujourd’hui impossible14 ».

18Mais la contestation du curé la plus fréquente concerne sa force d’oppression, la dépendance dans laquelle il tient l’instituteur par l’exercice de fonctions annexes, dont celles de sonneur de cloches, de sacristain, de fossoyeur, de chantre, cette dernière activité, la plus répandue, ajoutée aux autres, épuise l’instituteur et ampute le temps scolaire. Ces obligations religieuses et publiques, jugées subalternes au regard de l’activité strictement scolaire, sont vécues comme blessantes, dégradantes pour l’image de l’instituteur. Dans son mémoire, Jean Charles, instituteur à Loc-Maria-Plouzané, dans le Finistère, résume l’état d’esprit de nombre d’instituteurs ruraux :

  • 15 Arch. nat.F17/10792/5, mémoire de Jean Charles, Loc-Maria-Plouzané, Finistère, p. 27-28.

« Que les instituteurs chantent au lutrin le dimanche et les jours de fête, qu’ils apprennent le chant à leurs élèves et leur fassent chanter à vue les offices divins, cela nous paraît éminemment utile et de nature à inspirer aux enfants les sentiments profonds de notre religion divine. Mais ce qui nous paraît ne pas devoir être toléré, c’est que souvent on profite de leur dépendance pour leur imposer des besognes incompatibles avec la gravité de leurs fonctions : telles que sonneurs de cloches etc., c’est qu’on les oblige à assister aux baptêmes et aux enterrements, à servir la messe et à faire le catéchisme à l’église pendant le carême… Nous n’hésitons pas à dire que tant que l’instituteur sera astreint à de pareilles besognes, il est parfaitement inutile de lui parler de dignité et de considération15 ».

  • 16 Arch. nat. F17/10793/2, mémoire de Benjamin Rémy, Lorient, p. 6.
  • 17 Arch. nat. F17/10792/1, mémoire de François Connen, Janzé, p. 5.

19Les instituteurs bretons, qui repoussent la dépendance du curé, le font avec force, témoin la virulence du vocabulaire. Pour Benjamin Rémy, dans le Morbihan, le curé est « l’ennemi né et implacable » de l’instituteur. Pour lui, « le prêtre et l’instituteur seront toujours en guerre ouverte16 ». En Illeet-Vilaine, François Connen considère le curé comme son « ennemi par système, sa bête noire 17 ».

  • 18 René Rémond, L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1999, p. 48.
  • 19 Arch. nat. F17/10783, mémoire de l’instituteur Guirlinger, Eblange, Moselle, p. 12 ; Arch. nat. F1 (...)

20Au tournant des années 1850-1860, une partie non négligeable du corps des instituteurs témoigne donc, pour reprendre l’expression de René Rémond, de cette « inclination quasi professionnelle18 » à l’anticléricalisme. Ce dernier combine le rejet de la tutelle du curé de la commune, allié des forces conservatrices d’hier, contrôleur de l’école primaire depuis un demi-siècle et dispensateur de besognes dépréciatrices, avec le combat contre la concurrence congréganiste au sein de l’école publique et dans les écoles « libres ». La lutte, à la fois ancienne et ardente dans l’Ouest catholique, pousse une majorité à taire ses idées, tandis que près d’un participant au concours sur quatre, n’hésite plus à étaler ses convictions anticléricales19.

21Le Second Empire offre bien la seconde vague de l’anticléricalisme scolaire, la première remontant à la première décennie de la Monarchie de Juillet.

L’aspiration à réduire la place de l’enseignement religieux dans les programmes

  • 20 Loi sur l’enseignement, 15 mars 1850, titre II, chapitre 1er, article 23. « L’enseignement primair (...)
  • 21 Arch. nat. F17/10792/2, mémoire de Julien Clouet, directeur des écoles chrétiennes de Saint-Brieuc (...)

22Plusieurs visions du rôle social de l’école primaire émergent des réponses au concours ministériel de 1860. Une partie des maîtres ruraux considère que la mission première de l’instruction des enfants des campagnes est de s’inscrire dans un processus de reproduction sociale et plaide pour la limitation stricte du contenu enseigné, à savoir les matières obligatoires, fixées par la loi du 15 mars 185020, la première d’entre elles, l’instruction morale et religieuse, prenant une place essentielle dans l’inculcation des modes de comportement : silence pendant la classe, obéissance, voire soumission à l’autorité21.

  • 22 Arch. nat. F127/10793/2, mémoire de Jean-Marie Jacob, Brandivy, Morbihan, p. 5. Cet instituteur la (...)

23De l’étude des manuscrits, émerge un second groupe, plus important en nombre. Ces maîtres souhaitent, sans sortir du schéma de la reproduction sociale, que la nouvelle génération d’enfants soit mieux armée que la précédente. L’école doit contribuer à faire évoluer la situation de la population, sans lui permettre la mobilité sociale22.

  • 23 Arch. nat. F17/10793/3, mémoire de Jean Thibault, instituteur à Corzé, Maine-et-Loire, p. 3. Arch. (...)

24Enfin, un troisième groupe d’instituteurs, un peu plus d’un participant sur cinq dans le Finistère et dans les Côtes-du-Nord, revendique un enseignement élargi. La religion y serait moins prégnante, les sciences plus présentes, de même que l’histoire et la géographie ou la formation civique23, incarnant une école émancipatrice.

25Pour une grande partie des maîtres du Second Empire, l’amélioration de l’école primaire passe également par la consolidation, l’uniformisation de certaines parties de l’enseignement obligatoire, mais également par la contestation de certaines matières, jugées inadaptées à l’époque ou trop dévoreuses de temps.

  • 24 Ainsi, en Bourgogne comme en Bretagne, des instituteurs regrettent que, pour des raisons de coût, (...)
  • 25 Arch. nat. F17/10792/4, mémoire de Charles Raffray, Plurien, Côtes-du-Nord, p. 4.
  • 26 Arch. nat. F17/10792/3, mémoire de Jean-Marie Valotaire, Prinquiau, Loire-Inférieure, p. 24-25 : « (...)
  • 27 Arch. nat. F17/10792/2, mémoire de Jacques Gastel, Merdrignac, Côtes-du-Nord, p. 9.

26L’enseignement religieux, matière essentielle des programmes de l’enseignement primaire est remis en question par plusieurs instituteurs, et pas seulement en Bretagne24. Charles Raffray, dans les Côtes-du-Nord, Joseph Lemoine, dans le Morbihan, contestent l’utilité de l’histoire sainte25. De même, la place du catéchisme dans l’enseignement suscite également quelques remarques acerbes. Jean-Marie Valotaire, en Loire-Inférieure, considère qu’en donnant aux jeunes élèves les prières et le catéchisme pour tout exercice intellectuel, on les empêche d’avoir du jugement et on les dégoûte de l’école. Il rêve d’alléger le poids de l’enseignement religieux à l’école primaire publique26. Certains congréganistes, connus pour être de très bons instituteurs, tel Jacques Gastel dans les Côtes-du-Nord (Merdrignac), regrettent également que les « exigences du catéchisme […] peuplent les écoles », que les parents aient ce réflexe consumériste et utilitaire, qui ne voit l’école que comme un moyen pratique d’accéder à la communion27.

De l’école-sanctuaire, face à l’Église, à la nouvelle image du maître

  • 28 Entre autres, Arch. nat. F17/10783, mémoire de Nicolas Jacob, Puttelange, Moselle, p. 2 ; Arch. na (...)
  • 29 Arch. nat. F17/10793/2, mémoire de Armand-Marie Delmon, Kervignac, Morbihan, p. 1.

27Les bâtiments et le cadre de l’école primaire idéale sont de plus en plus souvent présentés, chez les maîtres des années 1860, comme un lieu sacré. Le terme de « sanctuaire » revient à plusieurs reprises dans le propos des instituteurs, et dans des départements très éloignés les uns des autres28. Ce sanctuaire est conçu comme un lieu clos, marqué par une enceinte, où, pendant les récréations, l’action éducative du maître s’exerce par la surveillance du langage et l’orientation des jeux. Ainsi, l’école communale doit-elle s’affirmer comme un lieu sacré, respecté, le second sanctuaire après l’église. Certains maîtres laïcs opposent d’ailleurs la maison d’école au lieu du culte catholique, comme « un temple des études, des lettres, des sciences et de la religion29 ».

  • 30 Arch. nat. F17/10792/5, mémoire de Yves Marec, Plouescat, Finistère, p. 3.

28Dans les plans d’école, que souhaitent les instituteurs, les modèles de l’époque sont fréquemment repris. Le drapeau national en métal surmonte l’édifice, de même que le campanile et sa cloche, symboles d’une école rigoureuse, attachée au quadrillage du temps. Le temps de l’école publique marque ainsi sa différence avec le temps de l’Église. Parfois même, il se substitue à lui30.

29Le logement du maître et de sa famille constitue, incontestablement, une préoccupation de premier ordre. La revendication dominante est l’application de l’arrêté du 14 juillet 1858 et de la circulaire du 30 juillet suivant, rappelant l’obligation de mettre à la disposition de l’instituteur et de sa famille au moins trois pièces, y compris une cuisine.

  • 31 L’instruction du 31 décembre 1847 recommandait déjà l’annexion d’un jardin aux écoles rurales. Le (...)
  • 32 L’article 72 de l’arrêté du 17 juin 1880 permettra à tout instituteur rural de disposer au minimum (...)

30Les mémoires révèlent également l’aspiration des maîtres du xixe siècle à disposer d’un jardin31. Le xixe siècle est bien celui de l’avènement du jardin de l’instituteur, revendiqué par les maîtres comme un droit, qui les hisserait au niveau du curé. Le jardin est d’ailleurs, depuis l’arrêté du 14 juillet 1858, reconnu par l’État impérial comme partie intégrante de la maison d’école, avant d’être officiellement exigé des communes et attribué aux instituteurs, sous la Troisième République32.

  • 33 Arch. nat. F17/10792/4, mémoire de Yves Le Coz, instituteur au lycée impérial de Saint-Brieuc, Côt (...)
  • 34 Charles-Frédéric Robert, De l’ignorance des populations ouvrières et rurales de la France et des c (...)

31De nombreux instituteurs plaident également pour une nouvelle répartition du temps scolaire du maître et des enfants33, un temps scolaire annuel allongé et une fréquentation plus régulière de l’école34, temps moins dépendant des travaux des champs et de la date de la communion.

32Il arrive que l’organisation de la semaine fasse également l’objet de suggestions, voire de revendications, sans doute encouragées par l’avis ministériel du 28 juin 1858, sur le congé du jeudi. Si le congé de la demi-journée, voire de la journée entière du jeudi, existe déjà, surtout en ville, il est loin de figurer dans le règlement des écoles de tous les départements. Les doléances des maîtres ruraux sont d’abord justifiées par l’absence réelle de congé, alors que celui-ci figure dans les textes élaborés par les autorités départementales. En effet, quand une ou plusieurs fêtes religieuses prennent place dans la première huitaine, comme en septembre (nativité de la Vierge), en novembre (fête de tous les Saints), en décembre (Saint-Nicolas), en janvier (Circoncision et Purification), l’instituteur doit faire la classe le jeudi. Le congé du jeudi entier est réclamé, non seulement pour mettre la réalité en conformité avec les textes, mais pour demander que les autorités locales répondent à l’impulsion du pouvoir central. Le dimanche du maître rural n’étant pas libéré, la journée du jeudi est perçue comme la plus propice à un répit, située au cœur d’une longue semaine absorbée par les fonctions profanes et religieuses.

  • 35 Jean-Claude Caron, À l’école de la violence. Châtiments et sévices dans l’institution scolaire au (...)

33La grande majorité des instituteurs remet également en cause l’utilisation excessive des punitions. Jean-Claude Caron confirme le contraste, à travers les formations au métier, de deux visions, l’une laïque, réhabilitant le corps, l’autre cléricale, considérant la santé de l’âme comme plus précieuse que celle du corps35. Dans le contexte très particulier de la concurrence scolaire, la fréquence et le nombre des punitions constituent, pour un certain nombre de maîtres, un élément de démarcation entre le laïc et le congréganiste.

34Enfin, les mémoires de l’hiver 1860-1861 traduisent l’aspiration à un nouveau statut de l’instituteur, qui engendrerait une nouvelle image. Il accorderait au maître du primaire une place revalorisée au sein de la société, face aux ecclésiastiques, prêtres ou congréganistes.

35La réduction du nombre des surveillants de l’école primaire et des diverses dépendances du maître appartient aux revendications majeures. La volonté de ne relever professionnellement que de l’État a tendance à s’imposer.

  • 36 Arch. dép. du Finistère, 1 T 816, liste des objets composant le trousseau obligatoire des élèves-m (...)

36L’aspiration, déjà ancienne, de certains laïcs à porter un uniforme, au moins pendant les jours de fête et les cérémonies, est maintes fois relevée dans les manuscrits, revêtant plusieurs significations. Si l’uniforme constitue un signe fort de démarcation, de rupture, avec l’origine géographique, sociale et culturelle, l’instituteur laïque désire être associé, par sa tenue extérieure, à la rigueur de son sacerdoce, au même titre que le sont les congréganistes, qui portent l’habit de leur vocation. L’uniforme espéré est le symbole d’un corps qui prépare l’avenir de la nation et du service de l’État. La Monarchie de Juillet avait suggéré, voire imposé partiellement, l’uniforme des instituteurs. Le Second Empire le répand. C’est en 1866 que le pantalon de drap noir, le gilet noir, la redingote noire, la casquette noire avec palme et galon, la cravate noire apparaissent dans le trousseau des normaliens, y compris en Bretagne36. Le soldat noir de l’instruction primaire du Second Empire précède donc bien l’image civique et militaire, idéalisée par Charles Péguy, celle du « hussard noir ».

***

37À leur manière, vingt ans avant les lois Ferry et quarante-cinq ans avant la loi de Séparation, une partie non négligeable des instituteurs publics des années 1860 aspire à cette distinction franche entre le civil et le religieux, à cette distanciation nécessaire entre le personnel enseignant laïc et les représentants de l’Église. La différenciation doit se lire dans le paysage du bâti communal, par la création du second sanctuaire, celui de l’école primaire. Elle doit s’affirmer par un temps de l’école, distinct de celui de l’Église, par un contenu enseigné renouvelé, au détriment de l’enseignement religieux.

38Cette fraction du corps enseignant primaire rêve d’exercer, non plus une multitude de fonctions, dont une partie détourne les maîtres de leur vocation première d’enseignement, mais une profession véritable, témoin d’un attachement visible à l’État par la nomination, le contrôle, la discipline, l’appartenance à un corps, le déroulement d’une carrière et une reconnaissance visible des services rendus. En ce sens, la Séparation est déjà inscrite dans l’esprit d’une minorité active et instruite d’instituteurs publics, en Bretagne et dans la plupart des régions françaises.

Notes

1 Gilbert Nicolas, Le grand débat de l’école au xixe siècle. Les instituteurs du Second Empire, Paris, Belin, 2004, p. 41. Dans le cadre de ce concours, les institutrices et les instituteurs privés ne sont pas sollicités par le pouvoir impérial.

2 Archives nationales F17/10792/1, F17/10792/2, F17/10792/3, F17/10792/4, dans les Côtes-du-Nord, les instituteurs congréganistes sont 105 sur 286 instituteurs publics, soit 36,7 % du corps, mais seulement 14,2 % participent au concours. Dans le Morbihan, le corps des instituteurs publics tenant des écoles de garçons est, à 32,4 %, composé de congréganistes. Cependant, ces derniers ne représentent que 15,6 % des participants au concours. En Ille-et-Vilaine, on ne relève aucun mémoire de congréganiste.

3 La loi de finances du 19 juillet 1889 permet à l’État de prendre en charge le traitement des instituteurs. Les maîtres du primaire public deviennent des fonctionnaires. Cependant, les instituteurs sont divisés en classes et le passage d’une classe à l’autre dépend des départs à la retraite.

4 Cette proportion minoritaire peut être le témoignage, soit de relations satisfaisantes, dans la majorité des communes, entre les instituteurs communaux et le desservant, ce qui expliquerait le peu d’intérêt suscité par cette question, soit de la volonté des maîtres d’éviter un sujet sensible.

5 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 10 T 40, Rapport de l’inspecteur d’académie de Loire-Inférieure au recteur de l’académie de Rennes, Nantes, 2 mai 1861.

6 Parmi eux, on compte d’anciens congréganistes défroqués, tels Yves Julien Roger, en Ille-et-Vilaine, et Jean-Marie Jouan, dans le Morbihan. Sur les congréganistes bretons, voir le travail de Vincent Le Maire, À l’école des robes noires. La contribution de la Congrégation des frères de l’Instruction chrétienne à la scolarisation de la Bretagne, 1816-1918, mémoire de DEA, université de Rennes 2, 2000, mémoire annexe, tome 1, p. 42 et 52.

7 Depuis la loi de juin 1854, l’académie de Rennes comprend sept départements, les cinq de la Bretagne historique, auxquels s’ajoutent la Mayenne et le Maine-et-Loire.

8 Arch. nat. F17/10792/4, mémoire de François Tronel, La Méaugon, Côtes-du-Nord, p. 11.

9 Arch. nat. F17/10793/2, mémoire de Michel Le Dantec, instituteur à Lorient, p. 3.

10 À noter qu’à la même période, ce même argument de l’obstacle des prêtres au développement de la langue nationale se retrouve dans des mémoires d’instituteurs alsaciens ou mosellans (Arch. nat. F17/10783/1, mémoire de Nicolas Jacob, Puttelange, Moselle, p. 32).

11 Arch. nat. F17/10792/2, mémoire de François Desmarais, Loudéac, Côtes-du-Nord, p. 18-19.

12 Arch. nat. F17/2650, rapport confidentiel du recteur de l’académie de Bordeaux, 2e trimestre 1861.

13 Arch. nat. F17/9348, rapport sur la situation de l’instruction primaire dans l’arrondissement de Nantes, année 1860, p. 1-2. Cette situation engendre le pessimisme de l’inspecteur Poulain, en charge de l’arrondissement de Nantes : « À voir l’ardeur passionnée avec laquelle le clergé de Loire-Inférieure travaille à substituer l’enseignement congréganiste à l’enseignement laïque et à discréditer, dans l’esprit des populations, celui-ci au profit de celui-là, on peut penser que le nombre des écoles congréganistes, si considérable qu’il soit déjà, s’élèvera encore ».

14 Arch. nat. F17/10792/1, mémoire de Yves Julien Roger, La Guerche, p. 38-39.

15 Arch. nat.F17/10792/5, mémoire de Jean Charles, Loc-Maria-Plouzané, Finistère, p. 27-28.

16 Arch. nat. F17/10793/2, mémoire de Benjamin Rémy, Lorient, p. 6.

17 Arch. nat. F17/10792/1, mémoire de François Connen, Janzé, p. 5.

18 René Rémond, L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1999, p. 48.

19 Arch. nat. F17/10783, mémoire de l’instituteur Guirlinger, Eblange, Moselle, p. 12 ; Arch. nat. F17/10795, mémoire de Jean-Baptiste Matha, Fénols, Tarn, p. 64. Dans l’Est et le sud-ouest, l’évocation des curés par les instituteurs est moins fréquente. Les propos n’en sont pas moins véhéments. L’instituteur Guilinger se plaint de la volonté capricieuse du curé et J.-B. Matha dit refuser d’être le souffre-douleur de prêtres, habitués au despotisme.

20 Loi sur l’enseignement, 15 mars 1850, titre II, chapitre 1er, article 23. « L’enseignement primaire comprend : L’instruction morale et religieuse, la lecture, l’écriture, les éléments de la langue française, le calcul et le système légal des poids et mesures ».

21 Arch. nat. F17/10792/2, mémoire de Julien Clouet, directeur des écoles chrétiennes de Saint-Brieuc, p. 7 et 8.

22 Arch. nat. F127/10793/2, mémoire de Jean-Marie Jacob, Brandivy, Morbihan, p. 5. Cet instituteur laïc du Morbihan, ancien membre des frères de l’Instruction chrétienne, résume cette vision du rôle de l’école, qui n’est pas sans rappeler celle des Doctrinaires de la monarchie de Juillet : « L’instruction primaire ne doit-elle pas être pour les enfants un moyen d’améliorer leur condition ? Je dis un moyen d’améliorer leur condition et non un moyen de changer de condition ».

23 Arch. nat. F17/10793/3, mémoire de Jean Thibault, instituteur à Corzé, Maine-et-Loire, p. 3. Arch. nat. F17/10792/3, mémoire de Alain-Marie Raujouan, instituteur à Uzel, Côtes-du-Nord, p. 7.

24 Ainsi, en Bourgogne comme en Bretagne, des instituteurs regrettent que, pour des raisons de coût, l’abrégé d’histoire sainte le plus répandu soit trop ancien, remontant à 1742, et contienne des faits indécents, tout en étant dénué de réflexion (Arch. nat. F17/10772, mémoire de François Fautrey, Athie, Côte-d’Or, p. 10, François Fautrey, Côte-d’Or).

25 Arch. nat. F17/10792/4, mémoire de Charles Raffray, Plurien, Côtes-du-Nord, p. 4.

26 Arch. nat. F17/10792/3, mémoire de Jean-Marie Valotaire, Prinquiau, Loire-Inférieure, p. 24-25 : « Eussiez-vous 50 élèves qui demandent vos soins, vous devez vous employer, vous tourmenter pour mettre au supplice 10 à 12 malheureux qui ne peuvent mettre, comme on l’exige, 100 pages de catéchisme dans leur cervelle. Nous avouons humblement que nous avons toujours trouvé cela aussi dur pour nous que pour nos élèves : tellement que recevant un jour un reproche, parce qu’il y avait plusieurs enfants de cette espèce qui ne savaient pas leur leçon, nous nous écriâmes : « L’Empereur lui-même nous ordonnerait de faire ce que vous dites, que nous ne le ferions pas, parce que c’est impossible ! »

27 Arch. nat. F17/10792/2, mémoire de Jacques Gastel, Merdrignac, Côtes-du-Nord, p. 9.

28 Entre autres, Arch. nat. F17/10783, mémoire de Nicolas Jacob, Puttelange, Moselle, p. 2 ; Arch. nat. F17/10792/3, mémoire de Louis Harrault, Brain-sur-Allones, Maine-et-Loire, p. 3.

29 Arch. nat. F17/10793/2, mémoire de Armand-Marie Delmon, Kervignac, Morbihan, p. 1.

30 Arch. nat. F17/10792/5, mémoire de Yves Marec, Plouescat, Finistère, p. 3.

31 L’instruction du 31 décembre 1847 recommandait déjà l’annexion d’un jardin aux écoles rurales. Le texte préconisait une superficie d’une dizaine d’ares. Si on se réfère au nombre d’occurrences du mot « jardin » dans l’ensemble des mémoires de l’académie de Rennes, celui-ci occupe la première place, parmi les différentes composantes de l’école. L’école rêvée, pour les maîtres des années 1860, c’est, en effet, la mise à disposition d’un jardin ou d’un terrain, accordé par la commune. Parmi le grand nombre de maîtres de l’académie de Rennes, qui réclament un jardin ou un terrain, 11 % en donnent une idée très précise. La moitié de ces derniers revendique une superficie de 10 à 30 ares (1 000 à 3 000 m2 de terrain), 27 % entre 4 et 8 ares (400 à 800 m2), 23 % plus de 30 ares, voire jusqu’à un hectare. Dans d’autres parties de la France, on retrouve ces ordres de grandeur, à quelques exceptions près. Un maître de l’Aveyron va jusqu’à revendiquer les 4 hectares accordés aux maisons d’école en Algérie.

32 L’article 72 de l’arrêté du 17 juin 1880 permettra à tout instituteur rural de disposer au minimum de 300 mètres carrés de jardin, superficie en deçà de ce que les maîtres du Second Empire avaient espéré.

33 Arch. nat. F17/10792/4, mémoire de Yves Le Coz, instituteur au lycée impérial de Saint-Brieuc, Côtes-du-Nord, p. 20.

34 Charles-Frédéric Robert, De l’ignorance des populations ouvrières et rurales de la France et des causes qui tendent à la perpétuer, Montbéliard, Barbier, 1863, p. 25.

35 Jean-Claude Caron, À l’école de la violence. Châtiments et sévices dans l’institution scolaire au xixe siècle, Paris, Aubier, 1999, p. 113-115 et 148.

36 Arch. dép. du Finistère, 1 T 816, liste des objets composant le trousseau obligatoire des élèves-maîtres de l’école normale de Rennes (décision ministérielle du 6-7-1866).

Table des illustrations

Titre Le rejet de l’autorité ecclésiastique locale dans les mémoires de 1860-1861
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23561/img-1.png
Fichier image/png, 8,4k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540