Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Première partie. Les origines (1795-1901)

Une impossible Séparation ? Les fabriques paroissiales bretonnes avant et après la première Séparation (vers 1780-vers 1810)

Christian Kermoal et Yann Lagadec

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, se reporter aux synthèses de Bernard Cousin, Monique Cubells, et René Moulinas, La p (...)

1On ne sait qu’assez peu de choses sur la première Séparation de l’Église et de l’État. Certes, il y a bien des éléments sur les aspects législatifs de cette Séparation, les débats qui s’en sont suivis, les oppositions qu’elle a pu susciter. Les éléments sont bien moins nombreux sur les traductions concrètes du décret du 21 février 1795 et de l’article 354 de la constitution de l’an III, l’attention des historiens s’étant focalisée sur la question du serment constitutionnel d’une part, sur celles de la déchristianisation, du vandalisme et de la déprêtrisation d’autre part1.

2Mais qu’en fut-il des conséquences, au « ras du sol », de la Séparation de 1795 ? C’est cette question qui nous intéressera ici, quand bien même nous avons choisi de ne l’aborder que sous un angle très particulier : celui des fabriques paroissiales. En charge de la gestion des biens de l’église dans chaque paroisse, ces institutions occupent en effet une place centrale dans la vie des communautés villageoises bretonnes avant 1789 : sans elles, vie profane et vie religieuse ne sauraient être comprises.

3L’imbrication, ici, des deux domaines pose en effet, implicitement, la question de l’ampleur et des limites des mesures liées à la Séparation de 1795. Ainsi, partant de la situation des fabriques paroissiales bretonnes à la fin de l’Ancien Régime, nous avons souhaité tenter de mesurer l’impact de la Révolution sur les relations entre sphère religieuse et sphère profane avant, pour finir, d’évaluer l’ampleur de la rupture à travers le processus de reconstruction/renaissance des années qui suivent le concordat.

Les fabriques bretonnes à la fin de l’Ancien Régime : une dissociation croissante entre sacré et profane ?

  • 2 Par convention, le terme fabrique ne renverra, dans cet article, qu’à la seule institution paroiss (...)

4Il n’y a pas de consulat en Bretagne, pas de consuls non plus donc, pas plus que de syndics permanents comparables à ceux que la monarchie absolue impose aux communautés villageoises du reste du royaume au cours des xviie et xviiie siècles. Pays d’états, la Bretagne échappe aussi à la réforme municipale de 1787, conservant donc jusqu’à 1789-1790 ses institutions héritées du Moyen Âge finissant. Celles-ci reposent pour l’essentiel, jusqu’à la fin du xviie siècle, sur les trésoriers de la fabrique2.

Les trésoriers de la fabrique, représentants de la collectivité villageoise

5Au nombre de deux habituellement, nommés pour une année le plus souvent, les trésoriers incarnent, en Bretagne, les liens entre la fabrique paroissiale d’une part, d’autre part le général de la paroisse, l’assemblée des paroissiens en charge de l’ensemble des affaires de la communauté.

6Les fonctions des trésoriers sont multiples. Aux côtés de la gestion des finances de la fabrique, de la perception des revenus des terres lui appartenant, de la vente des denrées offertes, des achats de cierges, d’encens et autres dépenses d’entretien des bâtiments cultuels, figure en effet, depuis les xive ou xve siècles, toute une série de tâches plus spécifiquement profanes : ce sont eux qui, depuis 1365 et l’établissement d’une fiscalité directe ducale faisant de la paroisse la circonscription de perception, doivent veiller à l’égail, à la perception et au bon recouvrement des fouages. Fort logiquement, un mandement ducal de 1425 confie à ces mêmes trésoriers de la fabrique la désignation et l’équipement des francs-archers levés dans chaque paroisse.

7Si les institutions évoluent, si le roi de France vient remplacer les ducs de Bretagne, les pratiques restent et les exigences accrues de l’État de finance et de guerre qui se construit entre xve et xviie siècles viennent renforcer cette imbrication des affaires religieuses et profanes. Une imbrication à peine remise en cause par les mesures prises à la fin du xviie et au xviiie siècle.

Les aménagements des xviie et xviiie siècles

8C’est bien d’aménagements plus que de rupture qu’il convient en effet de parler en ce qui concerne la Bretagne du dernier siècle de l’Ancien Régime, des aménagements qui vont dans le sens d’une distinction accrue entre le sacré et le profane. Ils s’expliquent par une double série d’influences, des influences contradictoires.

  • 3 Peu à peu cependant, lors de l’examen des comptes à l’occasion des visites pastorales, on exige qu (...)

9La première est celle de l’Église catholique qui entend se réformer. L’une des priorités est alors à la dissociation plus nette du sacré et du profane, à l’intérieur des églises, pour les prêtres, mais aussi en matière de gestion des deniers communs. Désormais, les évêques bretons et leurs vicaires généraux veillent avec de plus en plus d’attention à exclure des comptes des fabriques tout élément non religieux : les dépenses liées aux festins organisés lors des réceptions de travaux ou lors des redditions de compte sont sans doute les premières visées3. La seconde influence est celle de l’État lui-même qui, à partir des années 1680, tente de rationaliser et d’uniformiser le fonctionnement des institutions villageoises. Le général de la paroisse, assemblée large aux contours mal définis, tend ainsi à être remplacée par un corps politique restreint peu à peu à 16 personnes seulement, dont 12 délibérants, le recteur de la paroisse et le seigneur ou ses représentants, sénéchal et procureur fiscal.

  • 4 On se reportera, pour des exemples, à Yann Lagadec, « Argent des villages et pouvoirs en Haute-Bre (...)

10La « laïcisation » apparemment à l’œuvre – ou pour le moins, la dissociation sacré/profane – ne doit cependant pas être surestimée. Les domaines de compétences du corps politique concernent tout à la fois les affaires de la paroisse stricto sensu (travaux à l’église, entretien courant de celle-ci etc.) et celles de la paroisse lato sensu, la communauté pourrait-on dire, notamment en matière fiscale. Par ailleurs, les membres de ce corps politique se doivent d’être, selon les arrêts du parlement de Bretagne, d’anciens trésoriers de la fabrique ayant rendu leurs comptes. Les textes définissent ainsi, de facto, une sorte de cursus paroissial conduisant à une alternance de fonctions paroissiales strictement religieuses – gestion des biens de la fabrique, mais aussi de telle confrérie ou de telle chapelle – et fonctions profanes – égail, collecte des impôts royaux, participation aux délibérations du corps politique – selon des rythmes et des logiques propres à chaque paroisse4. Enfin et surtout, après quelques années d’adaptation, délibérants et autres responsables paroissiaux ont trouvé le moyen de contourner les contrôles parfois tatillons des autorités ecclésiastiques pour user à des fins profanes de fonds d’origine religieuse : le coffre à trois clés de la paroisse sert à « blanchir » l’argent des différentes caisses religieuses – fabrique, confréries, chapelles – ; il en ressort sans la moindre odeur de sainteté, apte à être utilisé pour avancer les différents termes de la capitation, à payer des travaux de voirie etc.

11La dissociation souhaitée est finalement d’autant moins réussie que les tentatives d’implantation, dans les années 1705-1710, du syndicat perpétuel qui aurait pu offrir une alternative à la gestion des affaires communes par les trésoriers de la fabrique, se révèle, en Bretagne, un cuisant échec. Sacré et profane restent ainsi toujours de facto intimement liés, la rupture révolutionnaire n’en étant potentiellement que plus importante.

Une rupture inachevée (vers 1790-vers 1800)

12Paradoxalement peut-être pour les fabriques bretonnes, la véritable rupture n’est pas celle de 1795 et de la Séparation, mais celle de l’hiver 1789-1790, lorsque l’Assemblée constituante adopte la loi créant les communes et instaurant les municipalités chargées d’en gérer les affaires profanes. Institutions purement laïques, celles-ci viennent rompre un équilibre patiemment bâti au fil des siècles dans les communautés paroissiales bretonnes. Les pesanteurs n’en sont pas moins, du fait même de l’ancienneté du système de gouvernement en place, particulièrement importantes, limitant d’autant la portée de la rupture.

13Passons rapidement sur les limites humaines à cette rupture, aspect périphérique par rapport au cœur de notre sujet : l’examen de la composition des premières municipalités, celles élues en janvier-mars 1790 et renouvelées en novembre-décembre de la même année révèle cependant la place que conservent les membres des corps politiques de l’Ancien Régime, poursuivant ainsi leur carrière au service de la communauté. Ces limites sont cependant avant tout institutionnelles, paradoxalement sans doute.

Le général et la municipalité : à la recherche de compétences propres

14Corps politiques et municipalités éprouvent, pendant de longs mois, de sérieuses difficultés à délimiter leurs compétences respectives, à transférer des uns aux autres celles qui doivent l’être, à normaliser aussi, dans la durée, les rapports qu’ils peuvent entretenir. La tenue, le plus souvent, des délibérations des officiers municipaux dans la sacristie et non dans une quelconque « maison commune », laïque, l’indique clairement. L’année 1790 est, de ce point de vue, celle de tous les tâtonnements.

  • 5 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, Louvigné-de-Bais E Dépôt administratif 3.

15Le cas de Louvigné-de-Bais, paroisse des environs de Vitré, se révèle sur ce point intéressant. La nouvelle municipalité mandate en effet les deux électeurs désignés fin mai 1790 pour se rendre à Rennes afin de participer à l’élection de l’administration du département pour interroger les autorités présentes quant à la possibilité donnée à la municipalité de « nommer les trésoriers, provost, collecteurs et autres officiers de l’église ou si c’est l’encien général », alors que cette nomination doit intervenir avant le 24 juin ici5. Derrière le contrôle de ces nominations se cache en effet celui des finances locales. Dépourvue à cette date de toute ressource financière, la commune envisage de se tourner vers la seule institution qui, localement, en est dotée : la fabrique.

16Dans le même temps, à Ploubezre, dans le Trégor, deux registres de délibérations sont bien ouverts, l’un pour les délibérations municipales, l’autre pour les affaires de la paroisse. Mais, très rapidement, l’amalgame est réalisé : des nominations concernant la fabrique sont consignées dans le cahier de la municipalité, des décisions concernant la commune sont inscrites dans le registre paroissial. Les autorités elles-mêmes semblent hésiter parfois, continuant à s’adresser aux généraux de paroisse pour régler des questions purement profanes, fiscales notamment, jusque tard dans l’année 1790.

17En fait, dès le cours de cette année 1790, la survie de l’institution fabricienne cache le plus souvent une lente dégénérescence marquée par la phagocytose du corps politique du général par la municipalité. Dans bon nombre de communes, ce processus a d’ailleurs été très rapide. Au cours de la seule année 1790, et notamment en janvier et février, plusieurs dizaines de généraux disparaissent, du fait même de la formation des premières municipalités. En Ille-et-Vilaine, 34 des 79 généraux de paroisses rurales pour lesquels nous possédons des informations délibèrent une dernière fois au cours des mois de décembre 1789, janvier, février et mars 1790 ; en décembre, 55 % des corps politiques ont cessé toute activité ici, et près de 90 % à la fin de l’année 1792, les derniers disparaissant au cours début 1794.

18Ainsi, avant même 1795, la Séparation qui s’était donc établie de facto se trouve abolie par l’aspiration, par les municipalités, des fonctions des fabriques. La question des biens fonciers des fabriques, chapelles et confréries vient cependant encore compliquer la situation.

Un problème à résoudre : les biens paroissiaux

19Tant que les lois le permettent, les municipalités s’occupent des biens paroissiaux avec le même sérieux et la même rigueur que les anciens corps politiques. Reste que, à compter de la nationalisation des biens du clergé et de la mise en vente des biens nationaux de 1re origine, le patrimoine des anciennes fabriques se trouve donc sérieusement entamé. En théorie du moins.

  • 6 Dans les Côtes-du-Nord par exemple, à l’été 1800, plusieurs acquéreurs de biens nationaux tentent (...)

20Il semble en effet possible de distinguer plusieurs cas de figure. Se trouvent, d’une part, les terres, simples parcelles le plus souvent, rapidement vendues, et les chapelles, abandonnées ou transformées en bâtiments agricoles, qui connaissent alors des situations souvent définitives ; nombreuses sont celles qui, vendues comme bien nationaux, ne retrouvent que tardivement – voire jamais – leur utilité première6.

  • 7 Christian Kermoal, Les notables du Trégor…, op. cit., p. 289-290.
  • 8 Léon Dubreuil, La vente des biens nationaux…, op. cit., p. 112 et 116. Le presbytère de Trégueux e (...)

21La situation est toute différente pour les presbytères, fréquemment vidés de leurs prêtres après 1791-1792, mais alors repris par les municipalités : certaines s’y installent, tout particulièrement après l’établissement des municipalités de canton en 1795, partageant les lieux avec les comités de surveillance comme à Bourbriac, Louargat ou Botsorhel7. Surtout, la loi du 27 brumaire an III (17 novembre 1795), prévoyant que les presbytères soient mis à la disposition des communes pour y loger les instituteurs, permet aux municipalités d’éviter leur mise en vente, quitte à chercher à louer les lieux et à en tirer profit8. Quant aux églises, si elles ont subi parfois de fortes dégradations, si nombre d’entre elles ont perdu leur statuaire, les objets du culte et, plus encore, leurs cloches, elles conservent une dimension identitaire forte, y compris dans les communes les plus bleues. Aussi, rares sont celles, au final, ayant été aliénées.

22Les archives ont ainsi été très souvent conservées par les municipalités. Si certaines ont parfois subi, lors des transferts, des dégradations irrémédiables, elles sont cependant le gage d’une reconstruction plus facile après le concordat.

Une renaissance (vers 1800-vers 1810) ?

  • 9 C’est l’article organique 75 de la loi du 18 germinal an X (8 avril 1802) qui prévoit l’établissem (...)

23Le terme de renaissance s’applique particulièrement ici au cas des fabriques bretonnes dans la mesure notamment où celles-ci, dans un certain nombre de cas, renaissent littéralement à partir de 1800, avant même le concordat et, plus encore, les textes qui vont régir les nouvelles institutions à partir de 18029. De manière presque logique, il s’agit, fréquemment, d’une simple remise au goût du jour de solutions éprouvées, celles d’avant 1790-1793.

Recréer une fabrique… ou un général ?

  • 10 Certains retrouvent les paroisses qu’ils avaient quittées à partir de 1791, contribuant ainsi à ne (...)

24En Bretagne, il semble que, plus que le concordat et ses articles organiques, ce soient la pacification religieuse de la fin de l’année 1799 et l’autorisation à nouveau donnée de célébrer le culte publiquement qui aient sonné le début de la reconstruction locale de l’Église. Outre la réappropriation de leur église par les quelques prêtres jureurs présents ou le retour de certains prêtres émigrés10, cette reconstruction se traduit très concrètement par la reprise en main des affaires paroissiales – et plus seulement municipales – par les habitants eux-mêmes, signe de leur volonté de mettre fin au plus vite à la courte parenthèse toute théorique de la Séparation.

  • 11 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, Noyal-sur-Seiche G 3, délibération du 8 mars 1801 ; on peut noter, e (...)
  • 12 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, Noyal-sur-Seiche G 3, délibération du 30 mai 1803. Le contre-amiral (...)

25Si en la matière, les exemples ne sont guère nombreux, ils n’en sont pas moins significatifs. Ainsi, à Noyal-sur-Seiche, à quelques kilomètres seulement au sud de Rennes, dès le 8 mars 1801, les anciens trésoriers se réunissent « en urgence » dans la sacristie afin de reconstituer, selon leurs propres termes, un « jénéralle pour pourvoir aux afferres qui concerne léglise et simetière11 ». Ce corps politique, composé de 12 membres, « touts enciens trésoriers délibérant12 », se réunit désormais conformément à ce qui s’était pratiqué tout au long du xviiie siècle. Les fonctions de ces délibérants sont assez proches de celles de leurs prédécesseurs d’avant la Révolution, hormis celles relevant de dimensions strictement profanes : servir la messe, faire la quête, porter la bannière, tenir compte des offrandes et autres denrées, enfin rendre « compte de leur gestion en tems convenable ». Le cas noya-lais n’est pas isolé. Malgré d’indéniables faiblesses documentaires concernant cette période, l’on en trouve de nombreux autres exemples tant dans les Côtes-du-Nord, notamment à Trégastel, Plougrescant ou Plouguenast, qu’en Ille-et-Vilaine, à Chavagne ou Louvigné-de-Bais.

  • 13 À Noyal-sur-Seiche par exemple, les délibérations du général prennent fin dès novembre 1804, dans (...)

26Ces institutions informelles, de facto provisoires bien que bâties pour durer, disparaissent en tant que telles au bout de quelques années ou de quelques mois13. Elles se fondent alors dans les fabriques conformes aux nouveaux textes législatifs que l’épiscopat et les autorités préfectorales tentent de mettre en place.

La normalisation impériale

27Les autorités impériales vont, en effet, œuvrer pour clore, elles aussi, l’épisode de la première Séparation et, rattraper, en quelque sorte, en ce domaine, ce que les paroissiens ont déjà fait de leur propre initiative. Une série de textes normatifs, émanant de l’État puis des préfets, vont, entre 1802 et 1804, venir encadrer les nouvelles institutions paroissiales. D’un point de vue financier d’une part : nous y reviendrons. En terme d’organisation plus globale d’autre part, aussi et surtout serait-on tenté d’écrire.

  • 14 René Durand, Le département des Côtes-du-Nord sous le Consulat et l’Empire (1800-1815). Essai d’hi (...)
  • 15 Yves Le Gallo, Clergé, religion et société, op. cit., p. 585.

28Ainsi en va-t-il notamment de la mise en place de conseils de fabrique. Nous passerons ici sur le détail des textes les régissant. L’aspect le plus important pour nous est que ces conseils deviennent rapidement l’un des enjeux locaux de pouvoir. Tout d’abord, parce que les personnes nommées à ces différentes places sont choisies parmi les plus influentes de leur commune. À Saint-Brieuc, Dinan, Guingamp, Lamballe, Lannion, Loudéac ou Tréguier, les marguilliers nommés par le préfet Boullé en vendémiaire an XII (septembre-octobre 1803) et majoritairement conservé en 1810 sont tous des bourgeois aisés ou des fonctionnaires14. Dans les paroisses rurales, le choix des autorités se porte aussi sur les élites locales. À Plouégat-Guerrand par exemple, les trésoriers désignés en 1806 sont présentés comme « cultivateurs, homme de biens et de fortune15 ».

29Ensuite, parce que ce conseil de fabrique constitue, en certaines communes du moins, une sorte de préambule à l’intégration au conseil municipal, lieu d’apprentissage des rouages de la vie publique et des affaires communautaires. Faut-il y voir une sorte de réminiscence des cursus définis dans les paroisses d’Ancien Régime ? Pour une part sans doute, même si les éléments manquent encore en la matière.

  • 16 Dès 1809, l’évêque de Quimper regrettait dans une lettre au ministre des Cultes que les maires soi (...)
  • 17 La place exacte des recteurs bretons dans leur paroisse au siècle des Lumières demanderait sans do (...)
  • 18 Christian Kermoal, Les notables du Trégor…, op. cit., p. 348.
  • 19 Sur ce point, se reporter aux nombreux exemples bretons concernant les années 1800-1810 cités par (...)

30En cela, enfin, la question de la nomination du conseil n’est pas indifférente. Outre les honneurs, le surcroît de notabilité attachés à ces fonctions, notamment la possibilité de siéger lors de la messe dominicale au premier rang des paroissiens, le conseil de fabrique est, par définition, le lieu où vont pouvoir se rencontrer – et parfois s’affronter – le maire et le curé16. Ces luttes ne sont pas nouvelles17. Elles prennent sans doute cependant, à compter des premières années du xixe siècle, une nouvelle dimension, plus largement politique. À Plouguiel par exemple, le maire, acquéreur de bien d’Église pendant la Révolution, s’oppose à un président des marguilliers au passé contre-révolutionnaire, le contre-amiral de Keralio, au sujet des travaux dont l’église aurait besoin18. Tout ou presque peut alors devenir prétexte à cette mise en branle des partisans des deux pouvoirs concurrents, de la construction d’un nouveau presbytère à celle d’une nouvelle église, de la rémunération du vicaire à l’usage des cloches19.

31Les questions financières, en cette phase de reconstruction particulièrement difficile de ce point de vue, sont l’un des premiers motifs de discorde.

Une puissance financière difficilement retrouvée

  • 20 Certains savent tirer profit de cette situation. Le maire de Trévérec a ainsi mis son père en poss (...)

32Malgré le concordat, les revenus des nouvelles fabriques se trouvent en effet amputés de tout ce qui a été aliéné ou perdu pendant la Révolution du fait de la vente comme bien national mais aussi, parfois, de la dispersion des titres anciens20.

  • 21 Archives paroissiales de Rospez, Cahier pour servir à marquer toutes les rentes deües aux sieurs p (...)
  • 22 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 20 G non classé, Inventaire général des actes…, 1784 et Arch. par. d (...)
  • 23 C’est le cas notamment en Ille-et-Vilaine (Michel LAGRÉE, Mentalités, religion et histoire…, op. c (...)
  • 24 Emmanuel Maze, Trégastel sous la Révolution, Trégastel, Mairie, s.d., p. 34.

33Ainsi, à Rospez, l’ancien rentier contenant 151 articles fait place, en 1825, à une table des fondations qui ne comporte plus que 63 lignes21. À Ploubezre, l’évaporation est encore plus intense puisque les 249 pages de 1784 se trouvent réduites, 33 ans plus tard, en un carnet de 20 pages ; 34 articles seulement y sont portés22. Nombre de fabriques sont, de fait, très mal pourvues23. Le réflexe pour la plupart d’entre-elles est naturellement de tenter de reconstituer leur ancien patrimoine foncier de manière à recouvrer une certaine puissance financière, comme à Trégastel où les trésoriers, dès leur installation en 1802, s’occupent avec le maire à rechercher les titres et biens invendus de la fabrique24.

  • 25 Yves Le Gallo, Clergé, religion et société…, op. cit., p. 586.

34Ce travail de longue haleine, qui souvent va se poursuivre tout au long du xixe siècle, n’est pas simple. Les biens nationaux de première origine, tout particulièrement ceux des fabriques, s’étaient en général vendus rapidement, et ce pour deux raisons sans doute : d’une part parce qu’il s’agissait, le plus souvent, de simples parcelles et non d’exploitations complètes, en cela plus accessibles financièrement au plus grand nombre ; d’autre part, parce qu’une bonne partie des mises sur le marché avait eu lieu avant que ne croissent les tensions politiques, autour de la question du serment et de la place des prêtres notamment. Sous le contrôle de la hiérarchie et l’observation parfois tatillonne des maires, il faut toute la patience d’hommes de l’art pour reconstituer le patrimoine disparu. C’est, par exemple, grâce à l’action d’un notaire de Plouescat nommé trésorier de la fabrique qu’il est possible à la fabrique de la commune de recouvrer 1700 livres de rente, dès avant 181025.

  • 26 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 1144, Corlay ; V1133, Cohiniac ; V 2021, Penvénan.

35Ces mesures ont-elles portées leurs fruits ? La réponse semble affirmative. De 1811 à 1823 par exemple, le budget de la fabrique de Corlay passe de 198 à 418 F (+ 111 %). À Cohiniac, les recettes sont multipliées par 7 entre 1819 et 1839. En 1837, un état des biens de la fabrique de Penvénan fait apparaître un revenu de plus de 500 F contre 106 seulement, certes complétés par 3 boisseaux de blé, en 180726.

36Tout ceci tendrait à démontrer une consolidation des ressources paroissiales, et ce dès le premier tiers du siècle.

  • 27 Roger Dupuy, De la Révolution à la chouannerie. Paysans en Bretagne (1788-1794), Paris, Flammarion (...)

37Au total, que conclure au terme de cette étude ? C’est essentiellement, nous semble-t-il, sur les limites du choc du temps court, de l’événement, sur le temps long qu’il faut tout d’abord insister. Certes, le choc fut brutal et ressenti comme tel par les populations, la chose expliquant d’ailleurs peut-être, pour une part, les attitudes anti-révolutionnaires de certains des ruraux bretons, après avoir largement adhéré au processus révolutionnaire lors des années 1788-179027. Reste pourtant que la reconstruction est rapide, précède même parfois, comme nous l’avons vu, les mesures législatives du Consulat et de l’Empire, dessinant les contours d’une impossible Séparation entre sphères religieuse et laïque, à cette date au moins.

  • 28 Les fabriques paroissiales du xixe siècle n’ont qu’assez peu retenu l’attention des historiens. En (...)
  • 29 Notons les quelques pages qui y sont consacrées dans les travaux de Thierry Blot, Reconstruire l’É (...)

38Peut-on pour autant parler d’une spécificité bretonne ? Il semble, pour l’heure, encore difficile de trancher, et ce pour deux raisons aux moins. D’une part du fait même des très grandes disparités intra-régionales : la Bretagne, on l’oublie trop souvent, ne semble pas une face à la première Séparation, pas plus d’ailleurs qu’en tout autre circonstance. D’autre part et surtout – nous le disions en introduction –, les points de comparaison manquent cruellement sur cet aspect encore très peu étudié, à l’instar des fabriques au xixe siècle 28 ou de la « reconstruction » locale de l’Église de France dans les années qui suivent le concordat29.

39Il n’en est pas moins tentant de voir dans les résistances – particulièrement dures en certaines zones de Bretagne – aux inventaires de 1906, au-delà même de la religiosité profonde d’une large part de la population, l’expression d’un certain attachement à des formes de liens privilégiés entre sacré et profane, entre sphère religieuse et sphère laïque, héritage de cinq ou six siècles de pratiques au moins.

Notes

1 Sur ce point, se reporter aux synthèses de Bernard Cousin, Monique Cubells, et René Moulinas, La pique et la croix. Histoire religieuse de la Révolution française, Paris, Centurion, 1989, 317 p. ou de Claude Langlois, Timothy Tackett et Michel Vovelle (dir.), Atlas historique de la Révolution française, Paris, EHESS, 1993, 103 p. ; sur des aspects plus précis, Michel Vovelle, La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Être suprême, Bruxelles, Complexe, 1988, 311 p. et Timothy Tackett, La Révolution, l’Église, la France : le serment de 1791, Paris, Cerf, 1986, 485 p.

2 Par convention, le terme fabrique ne renverra, dans cet article, qu’à la seule institution paroissiale, quand bien même ce terme, nom masculin le plus souvent utilisé au pluriel, renvoie aussi, en Basse-Bretagne surtout, aux marguilliers eux-mêmes. Pour désigner ces derniers, nous avons opté pour le terme le plus fréquemment employé par les textes normatifs du parlement de Bretagne : ceux de trésoriers ou marguilliers. Sur ce point, Christian Kermoal, Les notables du Trégor. Éveil à la culture politique et évolution dans les paroisses rurales (1770-1850), Rennes, PUR, 2002, 488 p. et Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale. L’exemple de Louvigné-de-Bais (xvie-xixe siècles), thèse de doctorat d’histoire, Université Rennes 2, 2003, 1175 p.

3 Peu à peu cependant, lors de l’examen des comptes à l’occasion des visites pastorales, on exige que soient remboursées à l’institution paroissiale les sommes engagées pour faire face aux exigences fiscales de l’État. Les statuts synodaux bretons en font un leitmotiv, surtout à compter des années 1610-1650. C’est le cas, par exemple, à Saint-Malo dès 1613, à Nantes en 1642 où sont expressément dénoncées les dépenses des « deniers de la fabrique, soit pour la nourriture des gens de guerre, ou pour la réfection des chemins ou chaussées, soit pour défendre les procès ou droicts communs », dans le Léon en 1689, à Saint-Brieuc en 1723.

4 On se reportera, pour des exemples, à Yann Lagadec, « Argent des villages et pouvoirs en Haute-Bretagne aux xviie et xviiie siècles », in Antoine Follain, (dir.), L’argent des villages du xiiie au xviiie siècle, Rennes, AHSR, 2000, p. 334-337 et Christian Kermoal, « L’apprentissage administratif et politique des paysans à travers le fonctionnement des généraux de deux paroisses trégorroises : Ploubezre et Bourbriac », in Roger Dupuy (dir.), Pouvoir local et Révolution. La frontière intérieure, Rennes, PUR, 1995, p. 105-107.

5 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, Louvigné-de-Bais E Dépôt administratif 3.

6 Dans les Côtes-du-Nord par exemple, à l’été 1800, plusieurs acquéreurs de biens nationaux tentent de sauvegarder ces chapelles en se regroupant en véritables « associations cultuelles ». La chapelle de N.-D. de Pitié, à Boqueho, est ainsi préservée pour une somme de 215 000,00 F, près de 900 fois sa mise à prix ; Léon Dubreuil, La vente des biens nationaux dans le département des Côtes-du-Nord (1790-1830), Paris, Champion, 1912, p. 363.

7 Christian Kermoal, Les notables du Trégor…, op. cit., p. 289-290.

8 Léon Dubreuil, La vente des biens nationaux…, op. cit., p. 112 et 116. Le presbytère de Trégueux est convoité dès janvier 1793 par un habitant de la commune, celui de Pommerit-Jaudy affermé à un aubergiste.

9 C’est l’article organique 75 de la loi du 18 germinal an X (8 avril 1802) qui prévoit l’établissement de fabriques chargées de recueillir et de gérer les offrandes et les aumônes.

10 Certains retrouvent les paroisses qu’ils avaient quittées à partir de 1791, contribuant ainsi à ne faire de la Révolution qu’un simple « accident ». Sur ce point, Claude Langlois, Le diocèse de Vannes au xixe siècle (1800-1830), Paris, Klincksieck, 1974, p. 63-70 et Yves Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne de la fin de l’Ancien Régime à 1840, Paris, Ed. ouvrières, 1991, p. 299-336.

11 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, Noyal-sur-Seiche G 3, délibération du 8 mars 1801 ; on peut noter, en passant, que cette délibération, comme la plupart de celles qui suivent, n’use pas du calendrier républicain.

12 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, Noyal-sur-Seiche G 3, délibération du 30 mai 1803. Le contre-amiral de Keralio président des marguilliers de Plouguiel, dans les Côtes-du-Nord, emploie lui aussi le terme de « délibérants » pour présenter les membres du conseil de la fabrique ; Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 2497.

13 À Noyal-sur-Seiche par exemple, les délibérations du général prennent fin dès novembre 1804, dans les mois qui suivent l’ordonnance de Mgr de Maillé. Ce jour-là, les « trésoriers » de l’an XII présentent leurs comptes « aux fabriciens ». Comme le signale cependant Michel Lagrée, Mentalités, religion et histoire en Haute Bretagne au xixe siècle : le diocèse de Rennes (1815-1848), Paris, Klincksieck, 1977, p. 36, dans la très cléricale commune d’Argentré, jusqu’aux années 1860 au moins, une sorte de général se réunit une fois l’an « après les vêpres de l’Assomption ». On y « rend publiquement les comptes ; on voit le montant des dépenses et recettes depuis un an. On dit à chaque famille indigente ce qu’elle a coûté à la charité publique ».

14 René Durand, Le département des Côtes-du-Nord sous le Consulat et l’Empire (1800-1815). Essai d’histoire administrative, Paris, Oberthür, 1926, p. 435.

15 Yves Le Gallo, Clergé, religion et société, op. cit., p. 585.

16 Dès 1809, l’évêque de Quimper regrettait dans une lettre au ministre des Cultes que les maires soient membres de droit des conseils de fabrique. Selon lui, « cette disposition aura les plus graves inconvénients, si l’espèce d’hommes qui occupent un très grand nombre de ces places de maires n’est pas changée ». Yves Le Gallo, Clergé, religion et société…, op. cit., p. 586.

17 La place exacte des recteurs bretons dans leur paroisse au siècle des Lumières demanderait sans doute à être réévaluée, au regard notamment de ce que révèle l’étude conjointe des registres de délibération des généraux de paroisse d’une part, d’autre part des minutes des multiples procès opposant les pasteurs à leurs ouailles.

18 Christian Kermoal, Les notables du Trégor…, op. cit., p. 348.

19 Sur ce point, se reporter aux nombreux exemples bretons concernant les années 1800-1810 cités par Alain Corbin, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, 360 p.

20 Certains savent tirer profit de cette situation. Le maire de Trévérec a ainsi mis son père en possession du presbytère sans que ce dernier ne débourse le moindre denier ; Dubreuil, Léon, La vente des biens nationaux…, op. cit., tome 2, p. 452 et 605.

21 Archives paroissiales de Rospez, Cahier pour servir à marquer toutes les rentes deües aux sieurs prêtres et fabrice de l’église parroissialle de Rospez, s.d. (avant 1790) et Table des fondations à être desservies en l’église paroissiale de Rospes, 14 août 1825.

22 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 20 G non classé, Inventaire général des actes…, 1784 et Arch. par. de Ploubezre, Rentier de la fabrice de la paroisse de Ploubezre…, 1817.

23 C’est le cas notamment en Ille-et-Vilaine (Michel LAGRÉE, Mentalités, religion et histoire…, op. cit., p. 270-275). Dans ce département cependant, les fabriques d’Ancien Régime n’étaient déjà pas, en général, parmi les plus riches de la province. Si la perte relative est sans doute comparable à celle des autres fabriques, elle est moins sévère en chiffres bruts.

24 Emmanuel Maze, Trégastel sous la Révolution, Trégastel, Mairie, s.d., p. 34.

25 Yves Le Gallo, Clergé, religion et société…, op. cit., p. 586.

26 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, V 1144, Corlay ; V1133, Cohiniac ; V 2021, Penvénan.

27 Roger Dupuy, De la Révolution à la chouannerie. Paysans en Bretagne (1788-1794), Paris, Flammarion, 1988, 365 p.

28 Les fabriques paroissiales du xixe siècle n’ont qu’assez peu retenu l’attention des historiens. En Bretagne, alors que les comptes et délibérations de l’Ancien Régime ont donné lieu à des dizaines de recherches, le travail de Jérémy TUAL, Religion et cultures dans une paroisse d’Ille-et-Vilaine au xixe siècle : Médréac (1801-1906), mémoire de maîtrise, dact., Rennes 2, 2004, 168 et 50 p., reste malheureusement isolé. Il en va de même, à l’échelle du pays cette fois, de l’article de Françoise Bayard, « Les comptes de la fabrique à Saint-Genis-L’Argentière (1863-1906) », in Bernard Plongeron et Pierre Guillaume (dir.), De la charité à l’action sociale. Religion et société, Paris, éd. du CTHS, 1995, p. 265-293.

29 Notons les quelques pages qui y sont consacrées dans les travaux de Thierry Blot, Reconstruire l’Église après la Révolution. Le diocèse de Bayeux sous l’épiscopat de Mgr Charles Brault (1802-1823), Paris, Cerf, 1997, 480 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540