Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Les catholiques bretons face à la Séparation des Églises et de l’État

Yvon Tranvouez

Texte intégral

  • 1 Réponse à la célèbre enquête du Figaro, dans Henri Charriaut, Après la Séparation. Enquête sur l’a (...)
  • 2 Émile Faguet, Le libéralisme, Paris, 1902, cité par Louis Capéran, L’invasion laïque. De l’avèneme (...)
  • 3 René Rémond, L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1976, p. 46.
  • 4 Patrick Cabanel, « La révolte des inventaires », dans Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet (dir. (...)

1Les réflexions qui suivent s’inscrivent dans des limites délibérées qu’il convient de préciser pour éviter toute équivoque. Le titre en indique une première : si la Séparation est bien ce « divorce prononcé par l’État, à son profit et contre l’Église » dont parlait Albert de Mun1, le point de vue choisi pour l’examiner ici est celui de la victime. S’agit-il pour autant d’une réduction du champ de vision ? Chacun sait que les frontières du catholicisme sont difficiles à tracer. « Le tempérament français est tellement catholique, notait en 1902 Émile Faguet, que je ne vois, en France, presque absolument que des catholiques à l’endroit ou des catholiques à l’envers2 ». Cette remarque spirituelle, qui attire l’attention sur ce que René Rémond appellera plus tard « la relation d’interdépendance » entre cléricalisme et anticléricalisme3, vaut à plus forte raison pour la Bretagne, où le nombre des protestants en 1905 s’élevait à moins de 3 000, la communauté juive étant négligeable. Par conséquent, il est aussi question, au moins par écho, de ceux qui, en Bretagne, ont pris parti pour la Séparation des Églises et de l’État. Il n’en reste pas moins que ce sont les attitudes et les propos de ses adversaires qui servent de fil conducteur. L’autre limite est celle de la documentation mise en œuvre. Tout en tirant parti de ce qui, dans les travaux existants, permet d’avoir une vision globale de la crise de la Séparation en Bretagne, j’ai procédé par immersion dans la Semaine religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, au risque de grossir certains traits qui sont propres à la Basse-Bretagne. Malgré cette double réduction méthodologique, il me semble possible de mettre en évidence quelques aspects importants de cette histoire complexe. D’abord le visage contrasté d’une région qui, vue de loin, fait figure de bastion catholique. Ensuite la diversité des motivations qui expliquent la résistance populaire à la politique anticléricale. Puis les lignes de fracture qui divisent à certains moments les personnalités qui inspirent cette résistance. Enfin l’inscription de l’événement 1905 dans une longue durée qui invite à l’examiner aussi en amont et en aval, comme le suggère Patrick Cabanel4.

Un bastion catholique ?

  • 5 Jean-Marie Mayeur, La Séparation des Églises et de l’État, Paris, Éditions de l’Atelier, 2005 (3e (...)

2Regardons les deux cartes que Jean-Marie Mayeur a publiées en annexe de son ouvrage de référence sur la Séparation (Figure 1)5. La première montre que dans chacun des cinq départements bretons la majorité des députés s’est prononcée contre le projet de loi. La deuxième établit que tous ces départements ont connu des incidents graves lors des inventaires. Cette conjugaison se retrouve assurément ailleurs : à l’identique en Vendée ou en Maine-et-Loire, en Lozère ou en Aveyron ; avec des nuances – qui tiennent à des contrastes géographiques internes – dans la Manche, le Nord, la Meurthe-et-Moselle, les Basses-Pyrénées ou les Alpes-Maritimes. Il demeure que la Bretagne fait figure de bastion de la résistance à la politique de laïcisation, et cette image se renforce encore si l’on se rappelle qu’en 1902 c’est dans cette région que se sont produits les affrontements les plus violents au moment de l’expulsion, manu militari, des religieuses enseignantes de la congrégation des Filles du Saint-Esprit, les événements de Saint-Méen et de Ploudaniel, notamment, ayant eu un retentissement national.

  • 6 « Lettre-circulaire de Monseigneur l’Évêque de Quimper et de Léon à l’occasion de son récent voyag (...)
  • 7 Cité dans SRQL, 1906, p. 40.

3Les contemporains, et non des moindres, soulignent volontiers cette spécificité bretonne. « Pie X connaît la Foi de la Bretagne et son attachement invincible à la Chaire de Saint-Pierre…, confie Mgr Dubillard, évêque de Quimper, à ses diocésains en janvier 1905, au retour d’un voyage à Rome. C’est pourquoi, en recevant le magnifique don que j’offrais en votre nom, il a répété plusieurs fois ces simples mots qui vous iront droit au cœur : ‘Les Bretons… ah ! les Bretons6 !…’ ». Un an plus tard, c’est le cardinal Labouré, archevêque de Rennes, qui se voit félicité, par une lettre autographe du pape, d’être à la tête d’une « province catholique qu’on peut donner en exemple aux autres7 ». Au reste, la représentation parlementaire bretonne ne fournit-elle pas au camp catholique quelques-uns de ses orateurs les plus éloquents, Albert de Mun ou l’abbé Gayraud à la Chambre des députés, Gustave de Lamarzelle au Sénat ?

Source : Jean-Marie Mayeur, La Séparation des Églises et de l'État, Paris, éditions de l'Atelier 2005

  • 8 Michel Lagrée, Religions et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. 65-66.
  • 9 Je me fonde sur les données fournies par Jean Pascal, Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, P (...)

4Pourtant, une telle vision d’une Bretagne irréductiblement catholique, dressée tout entière contre la politique d’Émile Combes et de ses successeurs, ne résiste pas à l’analyse. Le détachement religieux des grandes villes bretonnes s’accompagne d’un anticléricalisme militant qui n’est pas moins fort chez les socialistes que chez les radicaux. Dans les campagnes elles-mêmes, la situation est plus contrastée qu’on ne l’imagine. À cet égard, les élections législatives de 1902 et de 1906 témoignent éloquemment de l’ampleur de ce que Michel Lagrée a appelé le catholicisme « bleu » : des chrétiens fidèles aux obligations religieuses mais rebelles aux injonctions cléricales. Il faut se souvenir qu’au début du xxe siècle, pour autant qu’on puisse en juger d’après les données disponibles, le taux de pratique pascale des régions rurales bretonnes est presque partout supérieur à 75 %. Il dépasse même 95 % dans de nombreux cantons, tandis que dans les quelques zones de faiblesse repérables sur le littoral il ne descend guère en dessous de 60 %. À quoi il faut ajouter que le dimorphisme sexuel est faible, les hommes – donc les électeurs – étant à peu de choses près aussi fidèles que les femmes8. Mais à la différence de ce qui se passe un peu partout en France, cette relative homogénéité religieuse n’a pas son pendant politique. Tant et si bien qu’en 1902, au terme d’une campagne largement marquée par les débats sur le sort fait aux congrégations dans la loi de 1901 sur les associations, les 43 députés élus dans les cinq départements bretons se répartissent ainsi : 13 monarchistes, 7 catholiques ralliés et 23 républicains, dont 10 radicaux ou radicaux-socialistes9. Compte tenu de la division du camp républicain sur la question religieuse, c’est tout de même un quart de la députation bretonne qui appartient à la majorité du Bloc des Gauches. Ainsi, même lorsque les intérêts de l’Église sont en jeu, il se trouve un certain nombre d’électeurs qui n’hésitent pas à « mal voter » malgré les avertissements du clergé.

  • 10 « Élections législatives », SRQL, 2 mai 1902.
  • 11 « Instruction pastorale de Monseigneur l’Évêque de Quimper et de Léon sur les devoirs des catholiq (...)
  • 12 « Élections législatives », SRQL, 11 mai 1906.
  • 13 Michel Lagrée, op. cit., p. 68.

5Prenons le cas du Finistère, où l’on compte, à la suite des élections de 1902, 3 élus républicains modérés, 4 radicaux ou radicaux-socialistes et 3 ralliés. Le chroniqueur de la Semaine religieuse ne cache pas être « péniblement impressionné de voir des populations foncièrement chrétiennes nommer des représentants hostiles à leurs convictions religieuses10 ». Quatre ans plus tard, dans un contexte encore plus passionné puisqu’il en va de l’application de la loi de 1905, Mgr Dubillard ne fait pas dans la litote. « Nous vous disons donc en toute simplicité et franchise, écrit-il dans une instruction pastorale à lire dans toutes les paroisses du diocèse, aux élections prochaines, vous ne pourrez, sans vous rendre coupables de faute grave, donner vos suffrages à des hommes qui ont voté la loi de Séparation ou qui sont disposés à la faire exécuter dans toute la rigueur de son texte11 ». Cela n’empêche pas la réélection de deux des trois députés particulièrement visés, Le Bail (2e Quimper) et Cloarec (1re Morlaix), seul Isnard étant battu dans la 1re circonscription de Brest par le leader des syndicats jaunes, Bietry. La Semaine religieuse ne peut que redire son incompréhension : « On se demande comment des catholiques qui, hier, défendaient leurs églises contre les tentatives d’inventaire, ont pu aujourd’hui donner leurs suffrages à des hommes qui ont voté la loi de Séparation et sont disposés à l’aggraver encore jusqu’à la suppression de tout culte 12… ». Plus que jamais, le clergé a le sentiment d’une « véritable énigme », comme l’écrit Michel Lagrée13.

  • 14 Rapport du sous-préfet de l’arrondissement de Châteaulin au préfet du Finistère, 29 septembre 1906 (...)
  • 15 Jean-Yves MicheL, ibid., p. 24.

6La clef de l’énigme, on la trouve sans doute dans ce qu’écrit le sous-préfet de Châteaulin cette même année 1906. « Les paysans qui forment la masse des habitants de cet arrondissement sont assurément catholiques. Plus superstitieux, plus attachés à d’anciennes traditions que réellement croyants, ils sont imbus d’une foi grossière qu’ils ne raisonnent pas. De ceux qu’on voit, au soir d’élections législatives, crier dans les rues : ‘À bas la calotte !’ on peut être sûr que les deux tiers ont fait leurs Pâques et assistaient à la messe du matin. […] Aussi les paysans considèrent-ils la loi du 9 décembre 1905 sans grande passion. Certes, ils protesteraient contre tout acte qui les empêcherait de pratiquer leur culte s’ils en avaient envie, mais il leur est indifférent de savoir comment le curé qui les a trop souvent exploités se tirera d’affaire14 ». Le docteur Dubuisson, député de la 2e circonscription de Châteaulin, l’a bien compris. Élu radical, il vote en 1902 contre la politique du ministère Combes sur l’application de la loi relative aux associations, en 1903 pour les demandes d’autorisation d’enseigner formulées par les congrégations religieuses ; opportunément absent en 1904 lors du débat sur la suppression de l’enseignement congréganiste, il refuse en 1905 la confiance au gouvernement Combes et vote ensuite contre le projet de loi de Séparation des Églises et de l’État. Bref, il mêle sa voix à celles de l’opposition dans tous les scrutins dont l’enjeu touche aux habitudes de la vie locale. Par contre il approuve en 1904 la rupture des relations diplomatiques avec le Saint-Siège, mesure dont il sait bien qu’elle n’est pas de nature à troubler la vie quotidienne de son électorat15.

Nos églises, nos écoles, nos sœurs

  • 16 Pour une problématique d’ensemble, voir Caroline Ford, Creating the Nation in Provincial France. R (...)
  • 17 Voir Fanch Broudic, L’interdiction du breton en 1902. La Troisième République contre les langues r (...)
  • 18 Dans Henri Charriaut, op. cit., 1905, p. 234.
  • 19 Louis Hémon, La question cléricale dans le Finistère. Lettres ouvertes à M. l’abbé Gayraud, député (...)

7Il faut donc se rendre à l’évidence : si l’émotion provoquée en Bretagne par la Séparation est forte, elle n’est pas générale, et ses motivations sont diverses16. Ce n’est pas tellement l’avenir matériel du clergé qui inquiète les populations, soit qu’elles s’en désintéressent en effet comme le suggère le sous-préfet de Châteaulin, soit qu’elles se fassent fortes d’y pourvoir. Dans le diocèse de Quimper, entre 1902 et 1904, 110 prêtres ont vu leur traitement suspendu, quelques-uns en raison de leur attitude lors des expulsions des religieuses, la plupart pour avoir continué de prêcher et de faire le catéchisme en breton malgré l’interdiction gouvernementale17. Pour faire face à cette situation, l’évêque a créé une association de bienfaisance en faveur du clergé, qui permet de compenser le manque à gagner à hauteur de 50 %. « J’ai confiance, explique Mgr Dubillard au Figaro, que, si la persécution s’aggrave, cette association prendra plus de développement et qu’elle me permettra, à la rupture du Concordat, de faire pour tous mes prêtres employés dans le ministère ce que je fais aujourd’hui, pour environ le quart d’entre eux18 ». Ses adversaires laïques n’en doutent pas. « Nos desservants bretons jouissent d’une situation privilégiée, si on la compare à d’autres, observait quelques années plus tôt Louis Hémon, républicain modéré, député de la 1re circonscription de Quimper : ils touchent un casuel relativement élevé, ils y ajoutent le produit de quêtes annuelles, et l’on peut dire que le traitement de l’État est la moindre partie de leur revenu19 ». Ajoutons qu’un certain nombre de prêtres issus de familles de cultivateurs aisés jouissent d’une aisance personnelle.

  • 20 X…, « Machine à voler les biens d’église », SRQL, 9 juin 1905.
  • 21 « Inventaire des églises », SRQL, 16 février 1906.
  • 22 Cité dans « La propriété des églises », SRQL, 10 novembre 1905.
  • 23 Yves Tripier, La laïcité, ses prémices et son évolution depuis 1905 (le cas breton), Paris, L’Harm (...)
  • 24 X…, « La cloche d’alarme », SRQL, 5 janvier 1906.

8Ce qui soulève les passions, en revanche, c’est le sentiment d’une spoliation intolérable. La Séparation, hypostasiée, c’est « la Voleuse20 », qui va dépouiller les Bretons de leurs églises et de leurs chapelles. À l’approche des inventaires, la Semaine religieuse du diocèse de Quimper demande aux fabriciens de rappeler dans leur protestation « comment et avec quelles ressources l’église a été construite et meublée. C’est, en général, en dehors de tout secours venant de l’État ou de la Commune, et avec l’argent de la Fabrique elle-même ou des simples particuliers21 ». Celle du diocèse de Rennes calcule que les participations cumulées de l’État, du département et des communes pour la construction, la restauration ou l’embellissement des édifices du culte en Ille-et-Vilaine entre 1850 et 1905, ne représentent que 16 % de l’ensemble des dépenses, le reste provenant des allocations des fabriques ou des donations privées, sans compter les services gratuits en main-d’œuvre22. Comme le souligne Yves Tripier, les communautés locales se sentent propriétaires de leurs édifices religieux23. « Nous sommes chez nous ! » entend-on un peu partout lors des manifestations liées aux inventaires. Or, à considérer le nombre, la gravité et surtout la permanence de ces incidents, on se dit que ce « nous » dépasse largement les limites du « bloc paroissial24 » fidèle aux consignes électorales du clergé. Alors que les échauffourées parisiennes de février 1906, largement orchestrées par l’Action française, ont une dimension nettement politique et conjoncturelle, celles qui se produisent en Bretagne dans les semaines qui suivent relèvent plutôt de l’esprit de clocher, ce qui fait que la tension n’y est pas moins vive lorsque le gouvernement fait procéder, en novembre 1906, à la reprise des inventaires interrompus en mars.

  • 25 X…, « Au pied de nos clochers bretons », SRQL, 8 décembre 1905.

9Ce climat singulier donne au ton de certains propos de la presse cléricale un mélange d’agressivité et de tranquille assurance qui surprend les observateurs parisiens. En décembre 1905, dans un article intitulé précisément « Au pied de nos clochers bretons », le chroniqueur de la Semaine religieuse du diocèse de Quimper assure que « les catholiques bretons sont prêts à tout, à ignorer la loi de séparation ou bien à en subir l’expérience ; mais, quelle que soit la tactique indiquée par le Pape, la jouissance de leurs églises ne leur échappera pas ; c’est leur conviction ». Et il s’en explique, en des termes tels qu’ils valent d’être cités longuement : « En toute hypothèse, c’est la commune, ce sont ses établissements qui recevront l’attribution légale de nos dépouilles : au détail et peu à peu en cas d’essai loyal ; en gros et après le délai d’un an, si l’essai n’a pas lieu. Eh bien ! nous préférons être dépouillés d’un seul coup. Il nous plaît de faire une liquidation d’ensemble, de n’avoir affaire, pour cela, qu’à nos concitoyens, à nos voisins, parents et amis, membres du conseil municipal ou du bureau de bienfaisance. Réviser les attributions en dernier ressort : question de clocher qui sera résolue pacifiquement entre catholiques. Le droit s’arrangera avec la loi, la paroisse avec la commune, le curé avec le maire, le bedeau avec le garde-champêtre. Le jour venu, c’est en procession et bannières au vent que nous rentrerons dans notre vieille église, définitivement affranchie du joug maçonnique, et réouverte à l’exercice du culte traditionnel : date glorieuse et mémorable, que nos mains graveront en lettres d’or sur le granit de nos clochers bretons25 ». Étonnante vision de la Séparation comme libération paradoxale, moins pour pouvoir organiser librement un apostolat qui urge dans les nouvelles banlieues urbaines dépourvues de lieux de culte, comme on le répète ici ou là dans le clergé parisien, que comme moyen de se retrouver entre soi, entre catholiques dominant sans partage l’espace social d’une campagne supposée immobile.

10« Nos églises », donc, comme hier « nos écoles », victimes de la politique combiste visant à combattre l’influence de l’Église dans l’enseignement. Cette politique, on le sait, avait pris la forme d’une triple offensive : en 1902, fermeture des établissements non autorisés des congrégations autorisées et application rigoureuse de la loi de 1886 sur la laïcisation du personnel des écoles primaires publiques ; en 1903, refus d’autorisation opposés aux congrégations enseignantes qui l’avaient demandée et dispersion de celles qui avaient négligé de le faire ; en 1904 enfin, suppression totale de l’enseignement congréganiste. Tout cela avait fortement touché la Bretagne, où la scolarisation des filles, notamment, était bien souvent confiée aux religieuses, y compris dans de nombreuses écoles communales. Sans doute les catholiques avaient-ils trouvé les moyens de faire face. La construction de nouvelles écoles privées quand les anciennes avaient été confisquées, ou là où les écoles publiques s’étaient trouvées laïcisées, la stratégie de sécularisation sur place adoptée par plusieurs congrégations enseignantes, la formation accélérée de nouvelles maîtresses et l’utilisation de vicaires surnuméraires comme instituteurs, tout cela avait permis d’éviter les effets potentiellement dévastateurs de la politique gouvernementale. Mais dans cette affaire déjà le sentiment de spoliation était latent, dans la mesure où nombre d’écoles fermées ou délaissées avaient été partiellement financées par la population.

  • 26 Joseph Michel, Missionnaires bretons d’outre-mer aux xixe et xxe siècles, Rennes, PUR, 1997.
  • 27 Voir Michel Lagrée, op. cit., p. 102 et figures 21-22.
  • 28 « Instruction pastorale de Monseigneur l’Évêque de Quimper et de Léon sur les devoirs des catholiq (...)

11« Nos écoles », certes, mais aussi « nos sœurs ». Le sort fait aux congrégations a un retentissement d’autant plus fort et durable que la région leur a fourni un nombre considérable de vocations. On sait, grâce aux travaux de Joseph Michel, combien tous les diocèses bretons ont contribué à alimenter le clergé missionnaire26. L’étude conduite par Marius Faugeras sur l’ensemble des vocations, séculières et régulières, dans le diocèse de Nantes, montre la flambée du recrutement congréganiste, toutes catégories confondues, dans le dernier quart du xixe siècle27. Or on ne saurait négliger l’impact psychologique des mesures qui frappent celles et ceux qui s’étaient engagés dans cette voie. Mgr Dubillard ne manque pas d’en jouer lorsqu’il dresse pour ses diocésains le tableau sinistre de « ces religieux et ces religieuses que nous avons vu traités en malfaiteurs et en proscrits, cités devant les tribunaux, chassés de leurs maisons, condamnés à l’amende et à la prison, contraints enfin ou de déposer l’habit qui était leur gloire, ou de s’en aller sur la terre d’exil chercher, avec un peu de liberté, le pain nécessaire à la vie28 ». Parmi tous les religieux et religieuses amenés se séculariser ou à émigrer, combien sont d’origine bretonne et contribuent à entretenir dans leur paroisse d’origine, à travers les liens familiaux, le sentiment d’une injustice et l’idée d’une persécution ?

Les divisions du catholicisme militant

  • 29 Réponse à l’enquête du Figaro et lettre au Gaulois, cités par Henri Charriaut, op. cit., p. 151-15 (...)
  • 30 Réponse à l’enquête du Figaro, citée ibid., p. 146.
  • 31 Louis Capéran, op. cit., p. 372. Sur cette problématique, voir l’article pionnier de Jean-Marie Ma (...)

12Dans ce climat particulier, caractérisé, en somme, par l’accumulation des sujets de discorde, la Bretagne peut être un observatoire privilégié de certaines lignes de fractures qui se voient moins ailleurs. L’unité est moins forte qu’on ne l’imagine dans le camp catholique. Tout d’abord, l’attention portée plus haut à la situation dans le Finistère où, pour parler comme André Siegfried, les presbytères l’ont emporté sur les châteaux, ne doit pas faire oublier que, dans les autres départements, la défense religieuse se confond encore très souvent avec la cause monarchiste. Il apparaît par ailleurs que, sur la perspective de la Séparation, les personnalités catholiques bretonnes interrogées par Le Figaro en 1905 ne sont pas unanimes. Albert de Mun et Mgr Dubillard y sont absolument opposés, parce qu’ils en prévoient une désorganisation du culte et un affaiblissement de l’Église, et ils en appellent au maintien du concordat. Au contraire, Gustave de Lamarzelle et l’abbé Gayraud, sans être favorables à la Séparation, la jugent inévitable et en escomptent les bénéfices d’une liberté recouvrée. Mais au-delà des considérations pratiques, rien n’est plus significatif que la comparaison des argumentaires d’Albert de Mun et de l’abbé Gayraud, voisins de circonscription dans le Léon clérical. Pour le premier, la Séparation est « contraire à la doctrine générale de l’Église » et le catholicisme fait partie de la tradition nationale ; il ne peut admettre un projet qui va « réduire l’Église chez nous, catholiques, à n’être plus, comme une entreprise quelconque, qu’une association formée entre des particuliers, au lieu de constituer un grand service public29 ». Le second se place sur le terrain des libertés : « N’est-il pas évident, remarque-t-il, que la séparation donnera à l’Église devant l’État moderne la seule base de revendications religieuses que notre esprit public soit capable d’admettre, à savoir les droits du citoyen ? Qui oserait entreprendre aujourd’hui d’imposer à l’État, au suffrage universel, à l’opinion du corps électoral, la reconnaissance du droit divin de l’Évangile et du catholicisme30 ? ». On mesure ici la distance qui sépare un catholique rallié stricto sensu, qui cherche à conserver ce qui peut l’être dans le cadre imposé du régime républicain, d’un abbé démocrate, qui accepte délibérément ce cadre. Mais si le premier est bien, dans ces circonstances, le représentant le plus éminent du catholicisme intransigeant, le second n’est pas, comme on pourrait le croire, un catholique libéral, et le chanoine Capéran rappelle à juste titre que les députés du Bloc n’ont cessé de voir en lui « le champion attitré du Syllabus31 ».

  • 32 Cité par Louis Capéran, ibid.
  • 33 X…, « Au pied de nos clochers bretons », SRQL, 8 décembre 1905.

13De fait, à partir du moment où le débat se focalise sur les associations cultuelles et sur la contradiction possible entre l’article 4 du projet de loi, qui, en évoquant leur conformité aux « règles générales du culte dont elles se proposent d’assurer l’exercice », paraît garantir les droits de la hiérarchie ecclésiastique, et l’article 6 (devenu plus tard article 8), qui laisse les contestations éventuelles à l’arbitraire du Conseil d’État, le front catholique intransigeant se reforme. En février 1905, l’abbé Gayraud déclarait à la tribune de la Chambre qu’il accepterait « très volontiers » une Séparation à l’amiable32 ; il vote finalement en juillet contre le projet gouvernemental parce qu’il lui semble animé d’un esprit sectaire. Alors qu’un certain nombre d’intellectuels catholiques libéraux parisiens plaident pour une expérience loyale de la loi, la plupart de leurs homologues bretons, instruits par leurs déboires antérieurs et confiants dans le soutien populaire, adoptent une position de rejet. L’essai loyal, s’exclame le chroniqueur de la Semaine religieuse du diocèse de Quimper, « les Bretons n’en veulent pas. Ils ont vu de trop près la loyauté du Bloc ; ils en ont trop pâti. Il leur reste sur le cœur, comme un souvenir d’incurable défiance, les perfides expulsions de leurs religieuses. Comment oublieraient-ils cette invasion maçonnique, à main armée, dans leurs paisibles villages, cette campagne de résistance autour de leurs écoles chrétiennes, ces capitulations arrachées à leurs penn-bas victorieux, la dispersion et l’exil de leurs maîtresses préférées, ces scellés apposés sur leurs édifices scolaires, les principaux manifestants condamnés à l’amende ou à la prison, leurs prêtres frappés de suspension de traitement, leurs établissements sécularisés poursuivis, en d’innombrables procès, au nom d’une loi qu’ils s’appliquent à observer consciencieusement ? Ces mesures odieuses, révoltantes, voilà tout ce que nous a valu la loyauté du Bloc. Nous en avons assez33 ».

  • 34 Voir Laurent Paubert, op. cit., p. 503-505.
  • 35 Cité par Mgr Dubillard dans une lettre récapitulant l’affaire et adressée pour publication au dire (...)

14En février 1906, l’encyclique Vehementer nos, condamnant la loi de Séparation, semble donner raison à tous ceux qui partagent ce point de vue rigide. Mais elle en reste au niveau des principes et, dans la longue période de latence qui précède la publication, en août, de Gravissimo officii, interdisant aux catholiques l’essai des associations cultuelles, les fissures du catholicisme intransigeant réapparaissent. Ici encore, la lecture de la Semaine religieuse de Quimper est révélatrice. Mgr Dubillard, qui figure parmi les évêques les plus portés à la résistance à la loi, combat à double front dans son diocèse. Hostile depuis longtemps aux idées démocrates de l’abbé Gayraud – contre lequel il avait même soutenu en vain, en 1902, la candidature d’un autre prêtre, l’abbé Stéphan, curé de Saint-Renan 34 – l’évêque polémique publiquement avec lui à la veille des élections législatives de 1906, alors même qu’il ne cesse par ailleurs de prôner l’unité des forces catholiques face aux échéances électorales. L’occasion lui en est fournie par la question des autorisations épiscopales nécessaires aux ecclésiastiques qui désirent se porter candidats. Considérant le rescrit pontifical dispensant les députés sortants de cette autorisation comme une simple incitation à la bienveillance des évêques, Mgr Dubillard reproche à l’abbé Gayraud de ne pas avoir fait de demande expresse. « Veuillez me permettre, lui répond sèchement celui-ci, de me conformer à l’interprétation romaine du rescrit du 2 avril35 ».

  • 36 Voir Marie-Thérèse Cloitre-Quéré, L’élection de l’abbé Gayraud dans la troisième circonscription d (...)
  • 37 « Communications de l’Évêché », SRQL, 10 août 1906. Sur cette affaire, voir Jeanne Caron, Le Sillo (...)

15Si le prêtre député de la 3e circonscription de Brest se permet de traiter aussi cavalièrement l’évêque de Quimper, ce n’est pas seulement parce qu’il peut se targuer de la confiance renouvelée de ses électeurs depuis sa première élection – mouvementée – en 1897, contre un candidat de la noblesse locale36. C’est aussi parce qu’il sait pouvoir compter sur le soutien sans faille des grands curés qui font l’opinion dans sa circonscription. C’est encore parce qu’il a la faveur de nombre de jeunes vicaires qui y animent des cercles du Sillon, malgré les pressions réitérées de l’évêque en faveur de l’ACJF. Mgr Dubillard finit par interdire à son clergé de participer au congrès du Sillon organisé à Brest le 5 août 1906 sous la présidence de Marc Sangnier, et quelques jours plus tard la rumeur se répand que les sillonnistes, à l’issue du congrès, ont décidé de porter l’affaire devant la Sacrée Congrégation des Évêques et Réguliers. Malgré les démentis de Marc Sangnier, Mgr Dubillard persiste à croire que la chose a au moins été envisagée, et il en tire argument pour les controverses sur la Séparation. « Cette attitude des jeunes démocrates, écrit-il, appelle une réflexion qu’il convient de méditer dans les circonstances actuelles : que deviendra le clergé en France, que sera l’autorité des Évêques, si jamais les associations cultuelles viennent à s’établir dans nos paroisses et dans nos diocèses ? À tout propos et sous le moindre prétexte, nous serons traduits par ces assemblées laïques devant des tribunaux même civils, pour y rendre compte des actes les plus intimes de notre ministère37 ». Aussi l’encyclique Gravissimo officii, publiée précisément le 10 août, vient-elle à point nommé pour le conforter. Il reste que si, à l’échelle nationale, l’attention tend à se focaliser sur le conflit entre catholiques intransigeants et catholiques libéraux, à celle de la Bretagne, où les libéraux ne pèsent guère, ce sont les divergences internes au camp intransigeant qui se donnent à voir.

La longue durée de la Séparation

  • 38 Jean-Marie Mayeur, La Séparation…, op. cit.
  • 39 Maurice Larkin, L’Église et l’État en France. 1905 : la crise de la Séparation, Toulouse, Privat, (...)
  • 40 Denis Pelletier, « De la mission au tiers-mondisme, crise ou mutation d’un modèle d’engagement cat (...)
  • 41 Émile Poulat, Notre laïcité publique, Paris, Berg-International, 2003.

16Ces controverses, qui renvoient au contentieux ancien entre catholiques sociaux et démocrates chrétiens, montrent que la crise de la Séparation ne se réduit pas aux seuls événements des années 1905 et 1906. D’une certaine manière, la périodisation du problème pourrait se schématiser en trois cercles concentriques renvoyant chacun à une focale spécifique. Le plus petit – plan rapproché – correspondrait à cet enchaînement précipité qui va de 1902 à 1908, de l’enclenchement de la politique combiste à la mise en place boiteuse du nouveau régime des cultes : c’est le choix de Jean-Marie Mayeur38. L’intermédiaire – plan moyen – irait de 1880 à 1930, du début de la laïcisation à la consolidation du second ralliement : c’est le parti pris par Maurice Larkin39. Le plus grand – plan large – commencerait à la Révolution française pour s’achever de nos jours, de manière à intégrer la sécularisation, ce phénomène de longue durée qui influe sourdement sur les événements, de manière aussi à penser globalement ces deux siècles pendant lesquels, selon la remarque pertinente de Denis Pelletier, le militantisme catholique n’a cessé de se mobiliser autour d’une utopie missionnaire vécue comme « le revers positif du discours sur la déchristianisation40 » : c’est l’option d’Émile Poulat41. Mais cet emboîtement est aussi un tuilage. Chacun des trois éléments à quoi se ramène l’essentiel de ce qui est en jeu au plus fort de la crise – l’école, les congrégations, le concordat – a en effet sa chronologie propre.

  • 42 Voir Jean-Marie MayeuR, La question laïque, Paris, Fayard, 1997.
  • 43 « Quimper : la fête de saint Corentin », SRQL, 22 décembre 1905.
  • 44 Albert De Mun, « Le mystère de la Révolution », 29 juillet 1909, dans Combats d’hier et d’aujourd’ (...)

17Gardons à l’esprit cet enchevêtrement constitutif de ce qu’on appelle aujourd’hui la question laïque42, qu’on appelait peut-être plus volontiers autrefois la question cléricale. Que la Séparation ne soit pas un événement fondateur, mais une nouvelle étape dans un processus ancien, on le lit dans le regard que les catholiques de 1905 portent sur le passé. L’évocation de la Révolution est fréquente : le concordat n’a-t-il pas été conclu pour sortir du désordre religieux de la période révolutionnaire, et sa rupture n’y reconduirait-elle pas ? On décrit particulièrement la politique de déchristianisation et le vandalisme sous la Convention montagnarde. En décembre 1905, à l’occasion du traditionnel pardon de saint Corentin, la Semaine religieuse du diocèse de Quimper souligne la « tristesse » et « l’angoisse » qui se lisent sur les visages des fidèles. « Pour ceux qui connaissent l’histoire d’il y a un siècle, ajoute-t-elle, l’impression est encore plus pénible, parce qu’ils savent ce que la plus terrible des révolutions avait fait de cette admirable cathédrale, et ils se demandent ce que les blocards pourront bien exécuter pour être dignes des terroristes, leurs pères de 179343 ». Ce rapport au passé fonctionne d’ailleurs à double sens. L’histoire de la Révolution sert à comprendre les risques de la Séparation, mais la Séparation, perçue comme un complot de la franc-maçonnerie, éclaire d’un jour nouveau « le mystère de la Révolution », comme l’écrit Albert de Mun en commentant les travaux de Pierre de La Gorce et d’Augustin Cochin sur les sociétés de pensée, les comités et les clubs qui ont précipité le processus révolutionnaire44.

  • 45 Voir par exemple la publication dans la Semaine religieuse de Quimper d’un document d’archives rel (...)
  • 46 Charles Loiseau, « La question cléricale en France », dans Politique romaine et sentiments françai (...)

18À l’inverse, le rappel des épisodes les plus marquants de la chouannerie permet de stimuler le zèle des paroissiens, de les encourager à se montrer dignes de leurs ancêtres dans la résistance à la persécution. Il offre aussi l’occasion de stigmatiser les illusions du clergé constitutionnel – les libéraux de l’époque – et de célébrer le courage des prêtres réfractaires, fidèles aux consignes du pape45. C’est aussi pour bien marquer cette ligne de partage entre gallicans et ultramontains que l’on s’honore de compter, parmi ceux qui protestent contre les inventaires, tel maire ou tel fabricien qui a combattu dans les rangs des zouaves pontificaux. La plupart des représentants du catholicisme breton, y compris et peut-être surtout les ralliés, adhèrent en effet à la cause ultramontaine, ce qui renforce, en face, le sentiment d’un cléricalisme insupportable. Charles Loiseau le fera remarquer au lendemain de la Première Guerre mondiale : « Ce qui n’a pas manqué d’être relevé, comme un point vulnérable, par ceux qui ne voulaient pas de nouveaux amis dans la République, c’est le principe même auquel le gros des ralliés a déclaré souscrire. Ils avaient reçu des ‘directives’ ; ils obéissaient ; ils faisaient donc acte de soumission, au chef de l’Église, plutôt que d’adhésion au régime, personnelle et réfléchie46 ».

  • 47 « Aux Bretons de Bretagne », SRQL, 23 novembre 1906.
  • 48 Albert De Mun, Le Gaulois, 21 mars 1905, cité dans SRQL, 30 mars 1905.

19Autant les catholiques bretons de 1905 se félicitent des progrès de l’ultramontanisme au siècle précédent, autant ils y dénoncent la montée du jacobinisme. Les directives du ministère Combes sur l’emploi de la langue française dans le catéchisme et la prédication font figure, à leurs yeux, de nouvel avatar d’une politique centralisatrice qui n’a cessé de faire bon marché des traditions locales depuis que la Révolution a mis fin aux privilèges de la Bretagne d’Ancien Régime. Aussi ne manquent-ils pas de se féliciter, en 1906, du soutien inattendu que le primat d’Irlande, au nom de tous les « celtes catholiques » apporte « à la Bretagne violentée dans sa foi, dans sa langue, dans ses libertés imprescriptibles de nation ainsi que dans ses traditions par un régime de lois pénales dont la nation irlandaise connut, elle aussi, les raffinements abominables ». Et le cardinal Logue de souhaiter pour les Bretons « la justice intégrale, c’est-à-dire l’émancipation démocratique et politique par le referendum et le home rule47 ». De même, s’adressant aux lecteurs du Gaulois, Albert de Mun ne manque pas de camper dans un décor celtique à souhait, et comme sorti du fond des âges, la description qu’il fait de la résistance aux inventaires dans une paroisse de sa circonscription léonarde. « Près du porche roman de la vieille église, d’où le tocsin, lugubre, résonnait, à coups pressés, jusqu’au fond de nos cœurs, écrit-il, tout un peuple se pressait, ému, silencieux, les visages contractés et résolus, comme si, de la terre où, sous les tombes de granit, dorment les aïeux, montait à son âme l’inspiration des suprêmes courages ». L’agent de l’administration arrive, s’entend dire qu’on jure de mourir plutôt que de le laisser entrer, et se retire sans avoir pu exécuter sa tâche. Alors, poursuit Albert de Mun, « soudain, sous le ciel traversé de brumes, les fronts se découvraient, les genoux ployaient, et le Credo, s’élevant de toutes ces poitrines en une puissante acclamation, allait porter jusqu’au rivage prochain de la mer armoricaine, le serment et la foi de ces âmes chrétiennes48 ».

  • 49 Sur cette problématique, voir les réflexions de Jean-François Chanet et Denis Pelletier, « La laïc (...)

20La Séparation n’est pas non plus la fin d’une époque : inscrite dans la loi, elle est loin d’être acceptée par l’opinion catholique. Peut-on parler d’une originalité bretonne dans la lente accommodation qui s’opère tout au long du xxe siècle ? Sans doute, si l’on considère que les catholiques bretons se mobilisent en masse à chaque regain de tension, que ce soit pour s’opposer à la politique laïque du Cartel des gauches en 1924-1925, ou pour défendre l’école privée, une première fois au moment des procès des kermesses en 1949-1950, une seconde face au projet Savary de service public unifié de l’Éducation nationale en 1984. Mais en même temps s’opère une mutation des mentalités qui se traduit d’abord par un relâchement progressif de l’emprise du clergé, ensuite par un détachement brutal des pratiques religieuses, qui s’effondrent au cours des années 1960 et 1970. On ne peut pas se contenter de constater cette évolution ou de l’imputer à l’effet des transformations économiques et sociales. Il faut aussi prendre la mesure des changements qui se sont opérés au sein même de l’Église. À cet égard, on ne saurait trop insister sur le rôle déterminant joué par les mouvements d’Action catholique, qui se sont fondés sur un projet de reconquête chrétienne de la société mais qui ont été amenés peu à peu, dans la pratique, à s’émanciper de la tutelle ecclésiastique et à relativiser leur horizon religieux. L’histoire de la JAC bretonne est un bon analyseur de ce processus de sécularisation interne des consciences catholiques qui a, en quelque sorte, achevé à retardement la Séparation49.

  • 50 Voir les réflexions de Claude Langlois, « Catholiques et laïcs », dans Pierre Nora (dir.), Les lie (...)
  • 51 Et Florence Daniel de commenter : « La personnalité et le sexe social sont modifiés sous le coup d (...)

21Celle-ci constitue enfin un « lieu de mémoire », au sens où l’entend Pierre Nora, c’est-à-dire un événement dont l’évocation a une influence sociale durable50. Au-delà des moments de regain de la question laïque, elle affleure dans les discours rétrospectifs développés au cours des deux guerres mondiales, autour de la question de l’union sacrée dans la première, à propos des mesures et du climat de Vichy lors de la seconde. Elle laisse des traces architecturales ou littéraires, monuments de pierre ou de papier qui fixent, et parfois réactivent, les querelles de 1905. Elle survit aussi dans les consciences : une étude systématique des nécrologies de la congrégation des Filles du Saint-Esprit entre 1924 et 1940 a permis à Florence Daniel de mettre en évidence la focalisation identitaire sur les expulsions de 1902, décrites en termes de persécution et de sacrifice. Telle religieuse, lit-on dans une notice, « parlait peu, sauf lorsque la conversation roulait sur les matières du programme scolaire ou sur les tribulations de 1902. Dans ce dernier cas, Mère Gabrielle s’animait, c’était la résurrection de la maîtresse-femme qui, au sein de la tourmente, avait tenu d’une main ferme le gouvernail et renfloué sa barque devenue un moment le jouet des flots en courroux51 ».

***

  • 52 Albert De Mun, « Examen de conscience », 1er janvier 1908, dans Combats d’hier et d’aujourd’hui, I (...)
  • 53 Journal de l’abbé Mugnier (1879-1939), Paris, Mercure de France, 1985, p. 133.
  • 54 Philippe Delisle, « L’exportation d’un ‘modèle d’enseignement breton’ » ? Les Frères de Ploërmel e (...)
  • 55 Dans le même ordre d’idées, voir Paul Airiau, « Du catholicisme breton au catholicisme romain : le (...)

22Dans le rude « examen de conscience » auquel il invite ses coreligionnaires au début de l’année 1908, alors que la Séparation s’installe, en quelque sorte, dans le paysage, Albert de Mun écrit que « la pire des douleurs dont elle a meurtri les âmes catholiques n’est pas, quelle qu’en soit l’horreur, l’écroulement de l’antique édifice où s’abritait l’Église de France. Qu’il ait pu s’accomplir dans la froide indifférence d’une nation subjuguée, voilà l’indicible tristesse ». Sa seule consolation est qu’il y a des régions « où la foi est encore robuste et les pratiques religieuses fidèlement observées. Ce n’est pas le représentant du pays de Léon qui pourrait l’oublier52 ». « La Bretagne a résisté », notait six ans plus tôt l’abbé Mugnier, au moment de la mise en œuvre conflictuelle des décrets du ministère Combes sur les congrégations. « Résistance ! ajoutait-il, est-ce un mot d’ordre chrétien53 ? ». Question de théologien ou de moraliste, mais non d’historien. Sans être dupe de tout ce qui conditionne son propre questionnement, l’historien, par réflexe professionnel, se borne à établir les faits et à les expliquer autant qu’il le peut. Il est certain que la Bretagne s’est singularisée au début du xxe siècle par une mobilisation plus forte, et surtout plus constante, que bien d’autres régions françaises contre la politique anticléricale qui a trouvé son aboutissement dans la loi de Séparation des Églises et de l’État. Peut-on pour autant en déduire l’existence d’un modèle original ? Rien ne serait plus imprudent. D’une part, la mobilisation est réelle certes, mais inégale, atténuant simplement, le temps d’une crise, les contrastes déjà accusés entre pays de catholicisme blanc et pays de catholicisme bleu, pour reprendre la distinction paradigmatique de Michel Lagrée. D’autre part, la résistance bretonne n’est pas fondamentalement différente de celle qui se manifeste ailleurs à une moindre échelle. Comme Philippe Delisle l’a justement souligné à propos des missionnaires d’outre-mer54, le supposé modèle breton n’est rien d’autre qu’une expression particulièrement visible et zélée du catholicisme ultramontain, intransigeant et intégral : une application têtue, à la bretonne (pennou kalet war hent an dever), de principes conçus à l’italienne, tout en souplesse. Ne cherchons donc pas de modèle catholique breton, ce n’est que le modèle romain au carré55.

Notes

1 Réponse à la célèbre enquête du Figaro, dans Henri Charriaut, Après la Séparation. Enquête sur l’avenir des Églises, Paris, Félix Alcan, 1905, p. 152.

2 Émile Faguet, Le libéralisme, Paris, 1902, cité par Louis Capéran, L’invasion laïque. De l’avènement de Combes au vote de la Séparation, Paris, Desclée de Brouwer, 1935, p. 173.

3 René Rémond, L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1976, p. 46.

4 Patrick Cabanel, « La révolte des inventaires », dans Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet (dir.), La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Paris, Éditions de l’Atelier, 2005, p. 91-108.

5 Jean-Marie Mayeur, La Séparation des Églises et de l’État, Paris, Éditions de l’Atelier, 2005 (3e édition ; 1re édition : 1966).

6 « Lettre-circulaire de Monseigneur l’Évêque de Quimper et de Léon à l’occasion de son récent voyage à Rome », La Semaine religieuse du diocèse de Quimper et de Léon (désormais SRQL), 6 janvier 1905.

7 Cité dans SRQL, 1906, p. 40.

8 Michel Lagrée, Religions et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. 65-66.

9 Je me fonde sur les données fournies par Jean Pascal, Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983, p. 389, en les nuançant par celles de Michel Phlipponneau, Géopolitique de la Bretagne, Rennes, Ouest-France, 1986, p. 20. Je range notamment parmi les ralliés l’abbé Gayraud, même si son adhésion au régime républicain dépasse l’obéissance aux consignes pontificales de 1892. Voir aussi Patrick Pierre, Les Bretons et la République. La construction de l’identité bretonne sous la Troisième République, Rennes, PUR, 2001, et surtout la thèse inédite de Laurent Paubert, Formation de l’opinion publique, politisation et structuration des identités politiques en Bretagne au xixe siècle. L’exemple du Finistère et du Morbihan de 1848 à 1914, thèse de doctorat d’histoire, Université de Bretagne Occidentale, 2003.

10 « Élections législatives », SRQL, 2 mai 1902.

11 « Instruction pastorale de Monseigneur l’Évêque de Quimper et de Léon sur les devoirs des catholiques dans les temps présents », SRQL, 9 mars 1906.

12 « Élections législatives », SRQL, 11 mai 1906.

13 Michel Lagrée, op. cit., p. 68.

14 Rapport du sous-préfet de l’arrondissement de Châteaulin au préfet du Finistère, 29 septembre 1906, Archives départementales du Finistère, 1M135, cité par Jean-Yves Michel, Religion et politique en Bretagne de 1850 à 1960. Le cas du Poher, Gourin, Keltia Graphic Éditions, 2000, p. 201.

15 Jean-Yves MicheL, ibid., p. 24.

16 Pour une problématique d’ensemble, voir Caroline Ford, Creating the Nation in Provincial France. Religion and Political Identity in Brittany, Princeton, University Press, 1993.

17 Voir Fanch Broudic, L’interdiction du breton en 1902. La Troisième République contre les langues régionales, Spézet, Coop Breizh, 1997.

18 Dans Henri Charriaut, op. cit., 1905, p. 234.

19 Louis Hémon, La question cléricale dans le Finistère. Lettres ouvertes à M. l’abbé Gayraud, député de la 3e circonscription de Brest, Quimper, 1898, cité par Yves Tripier, « Enquête sur le clergé du diocèse de Quimper et de Léon de l’expulsion des congrégations à la séparation des Églises et de l’État (1902-1908) », Bulletin de la société archéologique du Finistère, tome CXX, 1991, p. 304.

20 X…, « Machine à voler les biens d’église », SRQL, 9 juin 1905.

21 « Inventaire des églises », SRQL, 16 février 1906.

22 Cité dans « La propriété des églises », SRQL, 10 novembre 1905.

23 Yves Tripier, La laïcité, ses prémices et son évolution depuis 1905 (le cas breton), Paris, L’Harmattan, 2003, p. 61.

24 X…, « La cloche d’alarme », SRQL, 5 janvier 1906.

25 X…, « Au pied de nos clochers bretons », SRQL, 8 décembre 1905.

26 Joseph Michel, Missionnaires bretons d’outre-mer aux xixe et xxe siècles, Rennes, PUR, 1997.

27 Voir Michel Lagrée, op. cit., p. 102 et figures 21-22.

28 « Instruction pastorale de Monseigneur l’Évêque de Quimper et de Léon sur les devoirs des catholiques dans les temps présents », SRQL, 2 mars 1906.

29 Réponse à l’enquête du Figaro et lettre au Gaulois, cités par Henri Charriaut, op. cit., p. 151-153.

30 Réponse à l’enquête du Figaro, citée ibid., p. 146.

31 Louis Capéran, op. cit., p. 372. Sur cette problématique, voir l’article pionnier de Jean-Marie Mayeur, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », Annales ESC, mars-avril 1972, repris dans Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences françaises, Paris, Cerf, 1986.

32 Cité par Louis Capéran, ibid.

33 X…, « Au pied de nos clochers bretons », SRQL, 8 décembre 1905.

34 Voir Laurent Paubert, op. cit., p. 503-505.

35 Cité par Mgr Dubillard dans une lettre récapitulant l’affaire et adressée pour publication au directeur de la Semaine religieuse, SRQL, 11 mai 1906.

36 Voir Marie-Thérèse Cloitre-Quéré, L’élection de l’abbé Gayraud dans la troisième circonscription de Brest en 1897, DES, Paris, 1966.

37 « Communications de l’Évêché », SRQL, 10 août 1906. Sur cette affaire, voir Jeanne Caron, Le Sillon et la démocratie chrétienne, 1894-1910, Paris, Plon, 1967.

38 Jean-Marie Mayeur, La Séparation…, op. cit.

39 Maurice Larkin, L’Église et l’État en France. 1905 : la crise de la Séparation, Toulouse, Privat, 2004. C’est en gros aussi celui de Jean-Paul Yves Le Goff, La Séparation de l’Église et de l’État dans le Finistère, Paris, Livre libre, 2006.

40 Denis Pelletier, « De la mission au tiers-mondisme, crise ou mutation d’un modèle d’engagement catholique », Le Mouvement social, n° 177, octobre-décembre 1996, p. 5.

41 Émile Poulat, Notre laïcité publique, Paris, Berg-International, 2003.

42 Voir Jean-Marie MayeuR, La question laïque, Paris, Fayard, 1997.

43 « Quimper : la fête de saint Corentin », SRQL, 22 décembre 1905.

44 Albert De Mun, « Le mystère de la Révolution », 29 juillet 1909, dans Combats d’hier et d’aujourd’hui, IV, Quatrième série, 1909, Paris, Lethielleux, 1910, p. 119-127.

45 Voir par exemple la publication dans la Semaine religieuse de Quimper d’un document d’archives relatant l’exécution sommaire, en 1796, d’un prêtre réfractaire, l’abbé Canaff, qui avait soustrait aux révolutionnaires les croix en argent de sa paroisse, avec ce commentaire : « le nom de ce prêtre héroïque mérite bien d’être conservé, et il nous a semblé que le moment est bien choisi pour rappeler la cause et les circonstances de sa mort » (« Un martyr du devoir », SRQL, 16 février 1906).

46 Charles Loiseau, « La question cléricale en France », dans Politique romaine et sentiments français, Paris, Grasset, 1923, p. 194-195.

47 « Aux Bretons de Bretagne », SRQL, 23 novembre 1906.

48 Albert De Mun, Le Gaulois, 21 mars 1905, cité dans SRQL, 30 mars 1905.

49 Sur cette problématique, voir les réflexions de Jean-François Chanet et Denis Pelletier, « La laïcité à l’épreuve de la sécularisation, 1905-2005 », Vingtième Siècle, n° 87, juillet-septembre 2005, p. 7-10.

50 Voir les réflexions de Claude Langlois, « Catholiques et laïcs », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, III, Les France, Paris, Gallimard, 1993, p. 141-183.

51 Et Florence Daniel de commenter : « La personnalité et le sexe social sont modifiés sous le coup d’un événement exceptionnel pour la congrégation, une attaque de front, tandis que le reste de la notice a un caractère très féminin » (Florence Daniel, « Ces chères filles disparues ». Étude des représentations des Filles du Saint-Esprit à travers leurs notices nécrologiques, 1924-1940, DEA d’histoire contemporaine, Université de Bretagne Occidentale, 2003, p. 40).

52 Albert De Mun, « Examen de conscience », 1er janvier 1908, dans Combats d’hier et d’aujourd’hui, III, Troisième série, 1908, Paris, Lethielleux, 1909, p. 7 et 9.

53 Journal de l’abbé Mugnier (1879-1939), Paris, Mercure de France, 1985, p. 133.

54 Philippe Delisle, « L’exportation d’un ‘modèle d’enseignement breton’ » ? Les Frères de Ploërmel et les Filles de la Sagesse en Haïti (1864-1934), dans Jean-Luc Marais et Yves Denéchere (dir.), Missionnaires et humanitaires de l’Ouest dans le monde au xxe siècle, colloque de l'HIRES – Cholet, 13 et 14 mai 2004, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 112, n° 2, 2005, p. 45-56.

55 Dans le même ordre d’idées, voir Paul Airiau, « Du catholicisme breton au catholicisme romain : le cas d’Henri Le Floch (1862-1950) », Bulletin de la société archéologique du Finistère, tome CXXXIII, 2004, p. 407-430.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23553/img-1.png
Fichier image/, 811k
Légende Source : Jean-Marie Mayeur, La Séparation des Églises et de l'État, Paris, éditions de l'Atelier 2005
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23553/img-2.png
Fichier image/, 694k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540