Version classiqueVersion mobile

Habiter le patrimoine

 | 
Maria Gravari-Barbas

4e partie. Habiter un lieu de production et de travail

La mobilisation patrimoniale dans le bassin minier Nord – Pas-de-Calais, entre construction symbolique et développement local. Réflexion sur la temporalité et le patrimoine

Hélène Mélin

Texte intégral

INTRODUCTION : S’INTERROGER SUR LA PLACE DU PATRIMOINE AUJOURD’HUI

  • 1 Les premières Directions Régionales des Affaires Culturelles (DRAC) sont créées par A. Malraux en 1 (...)
  • 2 Les départements se voient confier, notamment, la responsabilité des bibliothèques centrales de prê (...)
  • 3 Création des Fonds Régionaux d’Art Contemporain (FRAC), développement d’actions autour des métiers (...)
  • 4 Jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, l’État reste le gestionnaire principal de la culture, d (...)

1L’extension du champ patrimonial en France a été entamée dans les années soixante-dix pour voir accéder au rang de « lieux de mémoire » (Nora, 1984-1992) et d’objets représentant la culture nationale et les cultures régionales, des domaines qui jusque-là en étaient exclus : le patrimoine industriel, le patrimoine ethnographique, le patrimoine rural, etc. Cet élargissement de la notion de patrimoine s’est fait dans un contexte de mutations sociales et économiques, parallèlement à l’ouverture de certaines responsabilités politiques dévolues à l’État à des échelons intermédiaires du pouvoir, dans un processus de déconcentration d’abord, de décentralisation ensuite (Saez 2003). Alors que le pouvoir politique national envoyait ses agents en régions afin de diffuser largement la politique culturelle publique1, les collectivités territoriales prenaient également des responsabilités de plus en plus importantes en matière de patrimoine. Les départements sont les premiers à se voir confier des responsabilités culturelles2 et apparaissent comme les partenaires privilégiés de l’État, tandis que les Régions, plus jeunes, cherchent des domaines propres dans lesquels s’investir3. Si la décentralisation, en matière culturelle, octroie finalement peu de réels pouvoirs aux collectivités4, les conventions de développement culturel et les partenariats entre acteurs institutionnels se multiplient (Saez et Perret, 1996 ; Pongy, 1996 : 37-39) pour faire apparaître la culture, puis de façon de plus en plus prégnante le patrimoine, comme l’affaire de tous. Les années quatre-vingt-dix, puis 2000, voient l’accélération de ces mouvements et le poids des instances territoriales accru dans la détermination des orientations culturelles.

2Parallèlement à cette nouvelle répartition du pouvoir entre les acteurs politiques et institutionnels, les acteurs sociaux – milieu associatif, érudits locaux, acteurs de l’animation socioculturelle – se sont également fortement investis dans la valorisation patrimoniale au sein des différents territoires. Ce sont eux qui ont impulsé les mouvements d’inventaire et de sauvegarde d’éléments qu’ils ont fait apparaître d’abord comme des lieux et des objets identitaires régionaux puis comme faisant partie intégrante de la culture nationale (voir notamment Micoud, 1995 et Rautenberg et alii, 2000). Sous cette « pression » sociale, le patrimoine devient donc peu à peu une question de premier plan et son acception ne se limite plus aux seuls champs des beaux arts ou de l’archéologie mais pénètre des sphères jusque-là méconnues et qui semblent aujourd’hui être des objets de réflexion et de discussion particulièrement pertinent aux vues des enjeux qu’ils soulèvent.

  • 5 Voir Collectif, 2001, Pays d’art et d’histoire et pôles d’économie du patrimoine – la valorisation (...)

3En effet, la question patrimoniale prend aujourd’hui un nouveau sens. Les débats sur ce qui doit faire partie ou non du patrimoine, sur les sens qu’on lui accorde, sont dépassés, et les interrogations se déplacent davantage vers les enjeux politiques et sociaux liés aux lieux de mémoire et les rôles que l’on désire attribuer à ces monuments. Ce glissement s’opère dans un contexte de mondialisation et de concurrence accrue des territoires. Face au phénomène de globalisation économique, la compétition pour l’excellence entre les territoires – et cela à différents échelons : local, régional, national, international – pousse les acteurs à trouver de nouveaux moyens pour rester dans un processus de croissance. Dans ce contexte, le patrimoine semble avoir un rôle à jouer et il est nécessaire de s’interroger sur la façon dont les groupes sociaux vont se saisir de ce qui apparaît de plus en plus comme une ressource – et plus simplement un témoin et encore moins une survivance du passé – pour enclencher une dynamique de territoire et se distinguer ainsi des autres espaces nationaux ou internationaux5.

4Ce questionnement nouveau sur le patrimoine et la mondialisation en amène un autre, celui du rapport au temps dans notre société moderne. Il existe plusieurs définitions du temps et de multiples façons de l’envisager, selon que l’on se base sur un temps cyclique impliquant « la répétition totale ou partielle des événements » (Viaud, 2002 : 25), un temps lié aux rythmes de la nature (Godard, 1997 : 7), ou un temps linéaire, fait d’une succession d’événements uniques. Les conceptions du temps ont évolué dans l’histoire de l’humanité. Il est possible de dégager trois angles temporels. Le premier, remontant avant le xviiie siècle, est un temps religieux où le rapport au futur est lié à la prophétie. Dans cette acception le futur est déjà défini, c’est le destin. Puis, au xviiie siècle, les Lumières formulent un nouveau rapport à la temporalité lié à la raison. Le futur y est toujours prévisible, mais il est envisagé comme nécessairement meilleur que le passé et le présent. Domine alors l’idéologie progressiste (Taguieff, 2000 : 9). Cependant, face aux bouleversements nombreux du xxe siècle, force a été d’admettre que le temps conçu comme un progrès éternel était peut-être un leurre. Nous traversons actuellement ce que P.-A. Taguieff appelle une « crise de l’avenir ». Les incertitudes face au devenir se multiplient, on assiste à une perte de sens du temps entraînant une « perte de la puissance d’agir et donc une impuissance croissante à imaginer l’avenir » (Taguieff, 2000 : 10).

5C’est dans ce contexte que le patrimoine trouve un sens renouvelé et apparaît comme un déterminant possible d’un réancrage du temps. La question de la valorisation patrimoniale est en effet liée au rapport au temps, les lieux de mémoire apparaissant comme les symboles même du déroulement temporel et comme des points d’ancrage permettant d’identifier les différentes phases de l’histoire.

6L’évocation du patrimoine renvoie à l’histoire et à la mémoire. Aussi, la façon dont on va envisager les monuments, les fonctionnaliser, dépend de la place qui leur est accordée dans le temps ainsi que dans l’espace. S’ils apparaissent comme un héritage ancestral, ils seront élevés au rang de reliques et susciteront l’admiration, voire feront l’objet d’un « culte moderne » (Riegl, 1984) réintégrant une espèce de religiosité dans le rapport à l’évolution. Les lieux patrimoniaux peuvent également apparaître comme des freins à la modernité, symboles de nostalgie qu’il faudra alors au plus vite faire disparaître pour faire place à davantage de « productivité » et d’ »  efficacité ». Ils peuvent aussi être envisagés de façon prospective et constructive dans une perspective de « développement durable ». Autant de visions, qui souvent s’entrecroisent, permettant de déterminer les stratégies et les enjeux liés à la conservation d’un patrimoine sans cesse enrichi de nouvelles traces. S’interroger sur la modernité du patrimoine et de ses usages sociaux nécessite donc de réintégrer les monuments dans une perspective temporelle et de les inscrire dans l’espace, c’est-à-dire faire appel à l’échelle territoriale pour déterminer quels sont leur ancrage et leur rôle symbolique (Di Meo, 1995, 1996).

7Traditionnellement, le patrimoine fait le lien entre les générations, marquant la nécessaire inscription de l’humanité dans une filiation. De ce fait, il va à contre courant de la vision progressiste du temps niant toute valeur aux leçons du passé perçues comme autant de freins au bon développement social (Rautenberg et alii, 2000 : 5). Le patrimoine, dans ce sens, apparaît comme un marqueur de temps, un créateur de rythmes et un pilier de l’histoire. Parallèlement, on assiste aujourd’hui à une accélération du temps (Taguieff, 2000 : 68) caractérisée par la prépondérance des flux financiers, la multiplication des mutations sociales, économiques et techniques. Ce phénomène implique un inévitable changement dans le rapport au temps, on entre dans un temps que l’on pourrait qualifier de « fuyant », qui échappe à l’acteur local. Ce dernier semble de plus en plus se réduire à un spectateur passif, subissant l’évolution davantage qu’il ne la maîtrise. Il s’agit d’un « temps harcelant » (Castelli, 1952) synonyme de craintes, d’incertitudes rendant le futur inquiétant. De plus, il se produit un décalage du temps qui sépare les acteurs dans différentes dimensions sociales et spatio-temporelles. Trois logiques retiennent notre attention. Une logique de rapidité d’abord, c’est le temps de la globalisation et des flux rapides : mouvements boursiers, moyens de communication, transactions financières... Un temps localisé ensuite, c’est le temps des collectivités territoriales, beaucoup plus lent et court, lié à l’action politique. Le troisième temps est celui des lieux de mémoire, c’est alors un temps long, qui peut se calculer sur des siècles. Envisager l’avenir signifie concilier ces logiques et les articuler entre elles sans léser l’un ou l’autre niveau. C’est cependant ce qui paraît poser problème, comme le note F. Godard, pour qui le temps du territoire est aujourd’hui dépassé par les mouvements internationaux de l’économie, de la communication ou des flux migratoires. La mondialisation a un impact déterminant à la fois sur le temps et sur les territoires. Il semble se produire une dépossession du local au profit du supranational.

8L’entrechoquement de ces logiques du temps pourrait être à la base de la crise de l’avenir. Une des façons pour rétablir un sens commun serait de redonner du poids à l’action collective locale. Dans ce processus, le patrimoine prend tout son sens. L’observation minutieuse des mouvements patrimoniaux de ces dernières décennies semble indiquer que le rôle des lieux de mémoire, à travers les mobilisations des acteurs politiques et sociaux, pourrait être de remettre de l’ordre dans le temps (Taguieff, 2000 : 463) afin de rééquilibrer l’articulation entre territoires et déroulement du temps et de redonner du sens au présent.

9Cette réflexion, qui n’apporte en aucun cas de réponse définitive, se veut une façon nouvelle de regarder le patrimoine. Elle a pour objectif, en posant des questions plus qu’elle ne dicte des solutions, de susciter un débat autour des usages post-modernes du patrimoine et des significations successives et superposées qui sont attribuées aux lieux de mémoire.

10Dans les pages qui suivent, nous nous attacherons à l’histoire patrimoniale d’un territoire particulier en France, le bassin minier de la région Nord-Pas-de-Calais, afin de voir concrètement comment se construit et évolue le rapport au patrimoine. Dans un premier temps, après avoir décrit succinctement le contexte régional, nous nous pencherons de manière plus précise sur ce territoire emblématique qu’est le bassin minier. Territoire forgé autour de l’industrie d’extraction charbonnière, il a connu une crise économique et sociale d’envergure et tente encore aujourd’hui de se restructurer, en s’appuyant notamment sur la ressource patrimoniale. Un second temps nous permettra de réfléchir sur la place du patrimoine dans le territoire, entre support symbolique et levier de développement.

LE PATRIMOINE INDUSTRIEL DANS LE BASSIN MINIER NORD – PAS-DE-CALAIS : DE LA MOBILISATION SOCIALE LOCALE À LA DYNAMIQUE RÉGIONALE

11Le bassin minier se situe dans la région française du Nord – Pas-de-Calais. Il apparaît comme particulièrement emblématique de ce territoire industriel par excellence et synonyme de labeur avant d’être un haut lieu possible du patrimoine.

Le Nord – Pas-de-Calais, terre industrieuse ou terre de patrimoine ?

12La région Nord – Pas-de-Calais se situe à l’extrême nord du territoire hexagonal. Il s’agit d’une terre à la fois fortement industrialisée et possédant de vastes espaces agricoles. Longtemps perçue comme une des régions phares du développement de la France, elle connaît depuis les années soixante-dix une crise sans précédent qui oblige ses dirigeants à s’interroger sur les orientations futures à adopter pour assurer la pérennité du territoire.

...De l’excellence à l’oubli, parcours d’un territoire en mutation

  • 6 Pour plus de détails sur l’histoire de la région tant au point de vue économique que politique, voi (...)

13La position géographique du Nord – Pas-de-Calais, ainsi que ses multiples ressources naturelles l’ont conduit très tôt à être une terre d’échanges économiques et le siège du développement de nombreux secteurs d’activités, notamment dans le domaine industriel (Dherent, 1994). Les activités industrielles et commerciales dans la région – textile, travail du fer et du verre, activités portuaires – ont débuté bien avant le xixe siècle. Dès le Moyen Âge, le Nord – Pas-de-Calais était reconnu comme un des pôles économiques majeurs au niveau européen. La Révolution industrielle ne vient que confirmer ces orientations en accélérant la mécanisation des activités traditionnelles et en entraînant une concentration de la production en certains lieux. Cette tendance va se poursuivre et s’amplifier au cours des décennies pour voir son apogée dans la seconde moitié du xxe siècle. La Région est alors le premier territoire industriel de France autour de trois secteurs d’activités : le textile, le charbon et l’acier6.

14La structuration de l’espace régional s’est faite parallèlement au développement de l’industrie, à tel point que ce qui était au départ une simple activité professionnelle a dépassé largement son cadre initial pour pénétrer tous les aspects de la vie de la région. L’industrie est à la base d’une culture industrielle et industrieuse forte et a façonné le territoire tant au plan architectural qu’au plan psychologique et social. Une telle implication du travail dans le fonctionnement d’un espace explique l’émergence d’un patrimoine industriel qui marque l’avènement de l’industrie dans l’aire du symbole et de la représentation et plus uniquement dans celle de l’économique et du matériel.

15Cependant, l’histoire régionale ne s’arrête pas là. La fin des « Trente Glorieuses » sonne le glas de la croissance économique et marque le début d’une crise extrêmement importante pour le territoire local, tant au plan économique que social. Les années 60 et 70 voient en effet les piliers de l’industrie régionale s’effondrer un à un, sans qu’une réelle activité de substitution parvienne à combler le vide créé. Ce bouleversement entraîne un questionnement général et une remise en question du bien fondé de l’organisation régionale. La crise économique a engendré une crise du temps, bouleversant les rythmes de vie et la raison d’être du territoire. En place et lieu des anciennes grandes implantations industrielles se multiplient des friches, ancrant un peu plus le territoire dans une position d’espace sinistré.

16Le questionnement autour du devenir du territoire se place à un double niveau. Au plan économique et politique d’abord. Il semble en effet indispensable de pouvoir redonner un élan à la région pour la réintroduire dans le circuit du développement et de la production de richesse. Au plan symbolique ensuite une autre réflexion est entamée pour savoir quelle peut-être désormais l’identité du territoire si la valeur principale qui a présidé à son édification – le travail – a disparu.

17Face à cette situation, les acteurs régionaux ont choisi de s’appuyer sur ce qui faisait l’identité régionale (Melin, 2003), même s’il s’agissait d’une image écornée par l’évolution, pour tenter de redynamiser le territoire et de retrouver à la fois une cohérence interne et une place au sein de l’espace national. C’est ainsi que se construisent, au fil des mobilisations locales, des initiatives politiques et des expérimentations économiques et touristiques, un patrimoine industriel symbole du renouveau régional et non plus de sa décadence.

Le bassin minier, un lieu exemplaire...

18L’activité d’extraction charbonnière a été décisive dans le façonnement de la région Nord – Pas-de-Calais. La découverte du charbon à Fresnes-sur-Escaut (Nord) en 1720 puis dans le Pas-de-Calais, à Oignies en 1841 (Daix, 1996 : 27-29), marque le début d’une « épopée » minière qui durera 270 ans (Gillet, 1973). Au fil des découvertes de veines de charbon se forme ce qui est toujours aujourd’hui appelé le bassin minier du Nord – Pas-de-Calais. Jusqu’en 1950, le bassin minier fournissait plus de 50 % de la production française de charbon. Dans la période de l’immédiat après-guerre, de 1945 à 1947, le bassin minier et sa population sont fortement mobilisés pour produire l’énergie nécessaire pour la reconstruction du pays. De cette époque naît un sentiment de fierté et l’idée que le bassin minier a été un des principaux ferments du redéveloppement de la France. Le déclin économique et social, entamé dès les années soixante, sera d’autant plus mal vécu qu’il remet en cause un mythe social – celui du travailleur héroïque et du territoire exemplaire – plus qu’une simple activité de production. A partir de ce moment, les différentes initiatives de sauvegarde du patrimoine minier seront autant d’appels à une reconnaissance perdue.

Les acteurs locaux face à la question du devenir des sites industriels : les précurseurs de la patrimonialisation industrielle

19La crise du charbon a été amorcée très vite au début des années cinquante, et à partir des années soixante-dix il coûte moins cher à la France d’importer du charbon que de l’extraire de son propre sol. La fin de la mine est alors programmée et les fermetures de puits vont s’étaler des années soixante aux années quatre-vingt-dix. Les friches envahissent le paysage, certaines vont disparaître, démantelées par l’exploitant – les Houillères du Bassin minier du Nord – Pas-de-Calais (HBNPC) – d’autres retrouveront une utilité économique (traitement des schistes, bassins de décantation...) et certaines feront l’objet d’une réappropriation culturelle et sociale. C’est à ce dernier aspect que nous nous intéressons afin de montrer comment la revendication patrimoniale a été au départ un moyen de demander une reconnaissance, régionale et nationale, face à une fin brutale de l’activité qui n’a pas permis à la population de faire son deuil.

  • 7 Voir en fin de texte la frise chronologique de l’implantation des musées dans le bassin minier.
  • 8 Très peu de matériel est présenté, le musée s’attache surtout à valoriser les aspects artistiques d (...)
  • 9 Un porion est un contremaître.
  • 10 Des associations se créent par exemple autour de la protection des terrils. Les terrils sont des mo (...)
  • 11 Un chevalement est un tour située au-dessus du puits. 11 correspond au sommet de la cage d’ascenseu (...)
  • 12 Musée de la mine et de l’école de Harnes (1984, Pas de Calais), Musée souterrain de la mine à Noeux (...)
  • 13 Le Musée du Vieux 2 à Marles-les-Mines (1992, Pas de Calais), la Maison de la forêt à Raismes (1993 (...)
  • 14 La Maison de la forêt est un établissement à vocation pédagogique portant sur l’impact de l’activit (...)

20La démarche de sauvegarde de sites ou de matériels a débuté dans les années soixante à une époque où, si le déclin de la mine était connu, les fermetures de puits n’étaient pas encore à l’ordre du jour, sauf pour les gisements les plus anciens7. Le premier type de patrimonialisation de l’activité est alors la création d’un musée – le Musée Théophile Jouglet à Anzin (Nord) – par la municipalité, dans un but essentiellement esthétique8 et d’hommage aux travailleurs. Dans les années soixante-dix le point de vue est différent, la crise est davantage présente. C’est à ce moment que se multiplient les collectes de matériels dans les différentes fosses qui commencent à fermer. Ce sont les professionnels de la mine qui entament cette démarche : d’un côté le patronat, avec les HBNPC, qui a déjà un projet muséographique, et de l’autre les anciens travailleurs, mineurs ou porions9 dans leur majorité. Un musée est créé, de la part d’érudits locaux souhaitant narrer l’histoire locale, le Musée municipal d’Escaudain (Nord). La décennie quatre-vingt est riche en créations muséographiques. Cinq musées de la mine voient le jour, de même des comités de sauvegarde10 et des projets municipaux autour de matériels emblématiques comme les chevalements11 se multiplient. À ce moment-là de l’histoire, le sort du charbon est scellé, les mouvements de patrimonialisation privilégient la technique et le travail. On conserve le plus de maériel possible, parfois dans la confrontation, souvent dans l’opposition. Le projet d’origine patronale – qui donnera naissance en 1984 au Centre Historique Minier de Lewarde – se forme en même temps que plusieurs projets municipaux et associatifs12, dans une certaine concurrence pour l’imposition d’une mémoire de l’activité. Les initiatives des années quatre-vingt marquent un besoin immédiat de mémoire. C’est une lutte contre la disparition d’une activité. Cela peut en partie s’analyser comme un certain refus de la fin du charbon et le désir de lui permettre de « survivre » par la patrimonialisation. La dernière vague de patrimonialisation se situe dans les années quatre-vingt-dix. Trois sites complets, tout juste fermés, sont protégés et font l’objet de plusieurs projets. Il s’agit de la fosse 9-9bis de Oignies (Pas-de-Calais), de la fosse Arenberg à Wallers (Nord) et de la fosse 11/19 à Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais). Trois musées sont encore créés13. Il se produit ici un nouveau changement de perspective. La technique, particulièrement en ce qui concerne la muséographie, ne semble plus être la préoccupation principale. L’activité minière a définitivement cessé au début de la décennie et depuis longtemps dans la plupart des communes. La patrimonialisation ne répond plus à un besoin de justifier l’excellence de l’activité ainsi que de celle des travailleurs, il faut désormais gérer le passé et assurer un développement durable au bassin minier jusque-là synonyme de développement non durable. La thématique adoptée est tournée vers l’environnement. La préoccupation n’est pas de décrire un métier mais de donner un rôle aux éléments qui subsistent. Les traces de l’exploitation minière deviennent alors des outils d’aménagement du territoire et de développement local. Rieulay se pose comme une commune exemplaire d’une politique novatrice de développement durable dans un contexte de respect du patrimoine. Raismes est un modèle de requalification de friches et de restauration d’un environnement de qualité14 et Maries crée du beau et de l’art à partir d’un élément de travail. Depuis les années 2000, les mobilisations ne se font plus principalement autour de la sauvegarde ou de la conservation de sites, mais se concentrent autour de la mise en place d’activités et autour d’une réflexion visant à intégrer les lieux de mémoire dans les préoccupations sociales actuelles.

Les mobilisations locales, de la mémoire stigmatisée à l’innovation sociale

  • 15 Dix musées sont situés dans le bassin minier et un est implanté à Grande-Synthe, sur le littoral, à (...)
  • 16 Loos-en-Gohelle, Oignies et Wallers.

21Les formes prises par la protection et la valorisation du patrimoine minier montrent que le musée reste la forme d’expression privilégiée. Il existe en tout onze musées de la mine dans la région Nord – Pas-de-Calais15, sans compter les autres types de musées qui présentent, en même temps que d’autres éléments de l’histoire locale, des pièces de l’activité charbonnière. Un certain nombre de lieux et de matériels sont protégés au titre des Monuments historiques, c’est le cas des trois carreaux de fosse conservés dans leur ensemble16, de plusieurs machines d’extraction (dont celle de Marles-les-Mines) et de douze chevalements sur les vingt-trois existant encore. Les acteurs à l’origine de la mise au musée de la mine sont les acteurs associatifs locaux et les élus municipaux. Cela montre une volonté de témoigner de l’histoire et de construire une mémoire exemplaire. Le rôle du patrimoine ainsi érigé peut s’assimiler à une quête identitaire, à un besoin de conforter l’imaginaire du groupe pour pouvoir affronter l’évolution sociale et construire de nouvelles significations et de nouvelles raisons d’être ensemble.

22La patrimonialisation a également permis de renverser l’image du territoire, aussi bien aux yeux de ses habitants que dans le regard extérieur. Conférer une valeur culturelle et identitaire à des anciens lieux de production et de travail stigmatisés, c’est les faire accéder au monde symbolique, les élever au rang de représentations du collectif. En positivant ainsi ce qui avait démarré comme un processus négatif, on réintroduit de la cohérence, du lien social. C’est bien d’un processus de reconnaissance sociale dont il s’agit. Il s’agit de valider l’histoire, de l’accepter et de l’inscrire dans la vie du corps social. Dans ce sens, le patrimoine apparaît comme un marqueur de temps, et pas nécessairement sur un mode nostalgique ou rétrograde. La référence au passé ne sert pas à nier le présent et à refuser l’avenir mais au contraire à pouvoir se projeter et agir dans ces deux dimensions.

23À partir des années quatre-vingt-dix apparaissent de nouveaux acteurs dans le jeu patrimonial du bassin minier. Il se produit une professionnalisation de la valorisation du patrimoine industriel à travers l’intervention d’acteurs socioculturels reconnus à l’échelle régionale et nationale et chargés par les instances publiques de mener une action de dynamisation du tissu social. C’est ainsi que la création artistique et la protection de l’environnement rejoignent l’histoire industrielle. Deux associations en particulier donnent en un nouveau sens aux lieux patrimoniaux. Il s’agit de Culture Commune, reconnue Scène Nationale, qui s’est installée sur le site de Loos-en-Gohelle. Elle promeut des spectacles et accueille des artistes en résidence autour de la thématique minière et de ses sujets dérivés comme l’immigration. Elle a également mis en place un centre de ressources et de nouvelles technologies, à destination de la population locale. Ces activités, implantées au cœur du patrimoine, sont à la fois une façon de rappeler l’histoire mais aussi de la faire vivre et de prolonger et renouveler le récit. Une autre association est implantée sur cet ancien carreau de fosse, il s’agit de l’association La Chaîne des Terrils. C’est une association de découverte et de pédagogie à l’environnement. Elle s’est particulièrement impliquée au début des années quatre-vingt-dix dans la préservation et la reconquête des terrils, autrefois perçus comme de points noirs dans le paysage et aujourd’hui considérés comme des éléments incontournables du patrimoine naturel. L’objectif est d’amener la population au contact des sites miniers, afin de favoriser une prise de conscience patrimoniale et de comprendre que le passé industriel n’est pas un échec à oublier mais une étape de l’histoire qui a formé et transformé le territoire et qui conditionne ce qu’il est aujourd’hui.

  • 17 Pour connaître de façon plus approfondie ce processus, voir Melin H., 2002.

24À côté de l’action des acteurs de terrain, l’action politique et économique autour du patrimoine industriel a complété la fonction des lieux de mémoire. En validant la valeur symbolique du patrimoine minier et en s’en saisissant à leur tour, ces derniers acteurs, régionaux et non plus locaux, en ont fait un outil au service du territoire. Le Conseil Régional s’investit de façon importante dans le processus de valorisation patrimoniale, en subventionnant des initiatives culturelles et sociales dans un premier temps, et en mettant lui-même en place des actions d’envergure ensuite. C’est ainsi qu’a été créé un organisme, La Mission Bassin Minier, chargée, entre autre, de mettre en réseau les sites du patrimoine pour en faire le socle d’une nouvelle politique culturelle et touristique17. Les acteurs économiques tentent également de se faire une place dans ce processus, soit aussi par le biais du tourisme, soit en investissant des lieux patrimoniaux pour y développer leurs activités. Il s’agit encore d’un mouvement débutant mais qui met au jour des activités nouvelles et innovantes comme des entreprises d’expérimentation environnementale. Le patrimoine, point d’ancrage du passé est dès lors synonyme de socle pour le devenir.

25Ces différentes mobilisations, qui prennent appui sur le patrimoine, sont à comprendre comme un mouvement de reconquête sociale d’un territoire sinistré. Elles permettent la création de nouvelles significations sociales et montrent l’étendue du rôle et du pouvoir des lieux patrimoniaux. Loin de se réduire à de simples monuments esthétiques, ils sont à considérer comme des éléments actifs de la vie sociale, des catalyseurs de la modernité autant que des preuves de l’historicité des hommes.

LA PLACE DU PATRIMOINE DANS UN TERRITOIRE EN MUTATION : DU SUPPORT SYMBOLIQUE AU LEVIER DE DÉVELOPPEMENT

26La description de la patrimonialisation de l’activité charbonnière nous a permis de voir le processus d’« invention » patrimoniale à l’œuvre dans un contexte de bouleversements importants. L’identification des acteurs concernés et l’analyse des différentes phases de la valorisation patrimoniale montrent la transformation des significations attribuées au patrimoine et sa malléabilité. D’abord conçu comme un moyen de réparation symbolique face à la crise, il devient élément de reconstruction du présent et point d’appui pour envisager l’avenir. Le lien avec la temporalité est clairement présent et démontre la richesse patrimoniale aussi bien dans sa dimension matérielle que dans sa dimension symbolique.

La demande de classement du bassin minier au patrimoine de l’Unesco : la labellisation d’un territoire en crise

27Le territoire du bassin minier et son patrimoine industriel ont été proposés au classement en patrimoine mondial de l’Unesco. Il s’agit d’une démarche régionale, entamée en 2000, qui lie les acteurs politiques, économiques et socioculturels du bassin minier. Il s’est produit une véritable mobilisation collective autour de ce projet, entamé comme une bravade – oser proposer de faire de terres industrieuses un élément du patrimoine mondial ! –, pour lequel de nombreux comités de soutien se sont mis en place dans plusieurs communes, relayant le Conseil Régional, la DRAC et les grandes associations à l’origine et porteuses du projet. Cette démarche apparaît autant comme une requête que comme une revendication. En demandant à être inscrit au patrimoine de l’humanité, les acteurs engagés souhaitent montrer la légitimité et la valeur du patrimoine industriel et par là des territoires qui le portent. La volonté des pouvoirs politiques est de créer une dynamique qui dépasse le patrimoine et la culture locale pour produire un développement intégré du territoire. L’insertion du patrimoine dans la politique d’aménagement urbain et son utilisation comme vitrine touristique en vue d’inventer un nouveau développement économique, sont autant de façons de labelliser l’espace dans sa globalité et plus seulement de façon restreinte autour de quelques monuments isolés. La patrimonialisation et la valorisation du patrimoine permettent de construire l’exemplarité du territoire. Il ne s’agit plus d’être reconnu pour ce que l’on a été mais d’obtenir une reconnaissance pour ce que l’on est. L’inscription du patrimoine minier dans une politique de développement durable et de gestion innovante des espaces – couplée à une labellisation globale du territoire qui supprime les fragmentations et renforce l’unité des différentes sphères sociales – doit alors amener le territoire à être considéré comme un modèle, un pionnier.

28On retrouve ici les préconisations de R-A. Taguieff quand il insiste sur l’importance de l’action collective locale dans la reconquête du temps. La mobilisation patrimoniale, comme base pour l’action collective, montre la nécessité, face à la crise de l’avenir et à la déterritorialisation en cours (au profit de la globalisation), de mettre en place des formes collectives de résistance (Taguieff, 2000 : 471). L’objectif d’une telle action est de se rendre à nouveau « maître » du « destin » et d’adopter une vision constructive de l’avenir comme possible restant à fabriquer.

29L’exemple particulier du bassin minier Nord – Pas-de-Calais peut servir à réfléchir sur l’ensemble des lieux patrimoniaux, investis de façons très différentes, mais qui finalement se rejoignent dans un processus de construction d’un sens commun, entendu comme un bien de l’humanité qui autorise la coexistence sociale.

Le patrimoine comme pilier de l’organisation sociale : dynamique des mémoires et légitimité des territoires

30Il est reconnu aujourd’hui que la mémoire collective est une lecture dynamique et actuelle du passé. Il s’agit d’activer des symboles, des représentations, d’énoncer des « vérités », pour obtenir des résultats dans le présent, tels que la cohésion, l’acceptation du pouvoir politique... Les lieux de mémoire et le patrimoine se présentent donc comme des outils du futur plus que des témoins du passé. La revendication patrimoniale réintroduit du sens au sein des territoires, elle autorise leur existence au plan symbolique et renforce leur efficacité au quotidien (Di Meo, 1995 : 16).

31L’importance des mobilisations locales, tant par leur nombre que par l’impact qu’elles produisent sur le territoire, démontre que les différentes échelles du temps identifiées précédemment, ne peuvent fonctionner l’une sans l’autre, ni en imposant la suprématie d’une forme sur une autre. Le futur ne se construit plus aujourd’hui dans la « prévision planificatrice mais dans le jeu des accords entre acteurs » (Godard, 1997 : 8). Dans cette perspective, les lieux du patrimoine « parce qu’ils font fonctionner une mémoire symbolique sociétale, temporalisent l’espace social, formant un pont entre le passé (déclencheur), le présent (fondateur) et le futur (destinataire), et, par là, créent une topologie symbolique » (Bonardi et Galibert, 2002 : 224). Le patrimoine est ici fortement relié au territoire. Malgré les tentatives d’internationalisation de la notion de patrimoine et la reprise en main des questions de légitimation du patrimoine par des instances supra nationales, les significations ne peuvent venir que du local et ne survivre que si elles s’ancrent dans un territoire déterminé. On est loin ici des débats sur la légitimité des « nouveaux patrimoines » ; Ce qui fait leur validité, au-delà de critères définis de façon académique, c’est le fait qu’ils aient été choisis par une population pour les représenter et créer du signifiant.

32La valorisation patrimoniale pourrait alors se situer dans une dimension prospective qui envisage l’avenir comme l’a définit Bergson : « l’avenir n’est pas ce qui doit inévitablement se produire, il n’est même plus ce qui va arriver, il est ce que l’ensemble du monde va faire » (Bergson, 1963 : 210). Cette vision constructiviste montre le futur à inventer comme une troisième voie (après le destin et le progrès) dans laquelle l’action, et particulièrement l’action locale – notamment autour du patrimoine – devient le moteur du devenir et dit la nécessité de l’implication politique et sociale. Cette vision, en redonnant du poids au local, réintroduit la notion de territoire comme ferment de l’histoire et base tangible de réflexion et d’action pour l’organisation sociale et la condition humaine collective.

33Dans cette perspective, le patrimoine sort du cadre habituellement admis d’objet culturel pour revêtir une dimension autrement plus importante et ambitieuse. Entre réflexion philosophique et utopie sociale, il paraît pouvoir être le ciment d’une reconquête de la société et d’un ré-enchantement du monde en ce que l’avenir, par le biais de l’élaboration de projets, redevient désirable (Berger, 1964, Taguieff, 2000). Dans tous les cas, les lieux patrimoniaux semblent pouvoir être considérés comme des outils de réinvention des territoires. Ils passent d’un enjeu local à une dimension internationale pour réintroduire un ordre dans le déroulement de la société. Nous pourrions clore cette réflexion sur une interrogation de Taguieff qui diagnostique aujourd’hui l’existence d’un « projet hyper prométhéen » qui, à la place de décider de ce que sera l’avenir, tend plutôt à le fabriquer. Ne risque-t-on pas dans cette situation d’inventer un nouveau rêve, celui de se réapproprier le destin religieux pour en faire un mieux être à venir ?

Chronologie de l’implantation des musées de la mine et de la valorisation active des friches minières

Chronologie de l’implantation des musées de la mine et de la valorisation active des friches minières

Chronologie des actions institutionnelles envers le patrimoine industriel dans le Bassin minier Nord - Pas de Calais

Chronologie des actions institutionnelles envers le patrimoine industriel dans le Bassin minier Nord - Pas de Calais

Caractéristiques principales des musées de la mine du bassin minier Nord - Pas de Calais par ordre chronologique d’ouverture

Caractéristiques principales des musées de la mine du bassin minier Nord - Pas de Calais par ordre chronologique d’ouverture

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Berger G., 1964, « L’idée d’avenir et la pensée de Teilhard de Chardin », cité par Taguieff P.-A., 2000, L’effacement de l’avenir, Paris, Galilée, p. 63.

Bergson H., 1963, Œuvres, 2e éd., Paris, PUF.

Bonardi C. et Gallibert C, 2002, « Des lieux de mémoire à la mémoire des lieux : approche exploratoire d’une convergence transdisciplinaire », in Laurens S. et Roussiau N. (dir.), La pensée sociale, Rennes, PUR, p. 223-232.

Castelli E., 1952, Le temps harcelant, Paris, PUF.

Collectif, 2001, Pays d’art et d’histoire et pôles d’économie du patrimoine – la valorisation du patrimoine dans le développement local, Paris, La Documentation française.

Dalx E., 1996, « Quand la France perd le Nord », Historia, hors série n° 9610, p. 27-29.

Dherent C. et alii, 1994, Les pays du nord. Nord – Pas-de-Calais, Paris, Ch. Bonneton éditeur.

Di Meo G., 1995, « Patrimoine et territoire, une parenté conceptuelle », Espaces et sociétés, Paris, n° 78, p. 15-32.

Di Meo G. (dir.), 1996, Les territoires du quotidien Paris, L’Harmattan.

Dubois V., 2003, « Pouvoirs publics et politique culturelle. Une politique pour quelle(s) culture(s) ? », Cahiers Français, n° 312, p. 19-23.

Gillet M., 1973, Les charbonnages du nord de la France au xixe siècle, Paris, Ed. Mouton.

Godard F, 1997, « À propos des nouvelles temporalités urbaines », Les annales de la Recherche Urbaine, n° 77, p. 7-14.

Laurens S. et Roussiau N. (dir.), La mémoire sociale. Identités et représentations sociales, Paris, 2002.

Meun H., 2002, La construction d’un patrimoine industriel dans le Nord-Pas-de-Calais. Du travail de mémoire au développement local, Lille, Thèse de sociologie, USTL.

Melin H., 2003, « Le patrimoine entre pratiques locales et universalisation des discours. L’exemple du patrimoine industriel dans le Nord – Pas-de-Calais », Clés, Lille, n° 3.

Micoud A., 1995, « Le Bien Commun des patrimoines », dans École nationale du patrimoine, Colloque Patrimoine culturel, patrimoine naturel, Paris, La Documentation française, p. 25-38.

Nora P. (dir.), 1984-1992, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard.

Pongy M., 1996, « L’intervention des régions et des départements », dans Saez G. et Perret J. (dir.), Institutions et vie culturelles, Paris, La Documentation Française.

Rautenberg M. et alii (dir.), 2000, Campagne de tous nos désirs. Patrimoines et nouveaux usages sociaux, Paris, MSH.

Riegl A., 1984, Le culte moderne des monuments, Paris, Seuil, coll. « Espacements ».

Saez G. et Perret J. (dir.), Institutions et vie culturelles, Paris, La Documentation française.

Saez G., 2003, « L’action des collectivités territoriales en matière culturelle », Cahiers Français, Paris, n° 312, p. 12-18.

Taguieff P.-A., 2000, L’effacement de l’avenir, Paris, Galilée.

Viaud J., 2002, « Contribution à l’actualisation de la notion de mémoire collective », dans Laurens S. et Roussiau N. (dir.), La mémoire sociale, Rennes, PUR, p. 21-32.

Notes

1 Les premières Directions Régionales des Affaires Culturelles (DRAC) sont créées par A. Malraux en 1969, leurs prérogatives ne cesseront ensuite d’évoluer et de grandir. En 1992 la charte de déconcentration permet aux DRAC de gérer les crédits du Ministère de la Culture de manière plus autonome.

2 Les départements se voient confier, notamment, la responsabilité des bibliothèques centrales de prêt et des archives départementales.

3 Création des Fonds Régionaux d’Art Contemporain (FRAC), développement d’actions autour des métiers du livre...

4 Jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, l’État reste le gestionnaire principal de la culture, dans une vision qui demeure « légitimiste » (voir Dubois, 2003: 21), privilégiant une vision nationale à une diversité régionale trop appuyée.

5 Voir Collectif, 2001, Pays d’art et d’histoire et pôles d’économie du patrimoine – la valorisation du patrimoine dans le développement local, Paris, La Documentation Française.

6 Pour plus de détails sur l’histoire de la région tant au point de vue économique que politique, voir Melin H., 2002.

7 Voir en fin de texte la frise chronologique de l’implantation des musées dans le bassin minier.

8 Très peu de matériel est présenté, le musée s’attache surtout à valoriser les aspects artistiques de la mine : peintres et sculpteurs mineurs, œuvres représentant le travail ou éléments remarquables du travail : plans, process...

9 Un porion est un contremaître.

10 Des associations se créent par exemple autour de la protection des terrils. Les terrils sont des monts formés par le dépôt et l’accumulation des déchets de l’extraction du charbon, c’est-à-dire des matériaux non exploitables immédiatement.

11 Un chevalement est un tour située au-dessus du puits. 11 correspond au sommet de la cage d’ascenseur qui permet de descendre au fond les mineurs et de les ramener à la surface, ainsi que de remonter du charbon. Le chevalement peut être en brique (les plus anciens), métallique ou en béton.

12 Musée de la mine et de l’école de Harnes (1984, Pas de Calais), Musée souterrain de la mine à Noeux-les-Mines (1986, Pas de Calais), Musée de la mine d’Auchel (1987, Pas de Calais) et Musée de la mine de Bruay-la-Buissière (1989, Pas de Calais).

13 Le Musée du Vieux 2 à Marles-les-Mines (1992, Pas de Calais), la Maison de la forêt à Raismes (1993, Nord) et la Maison du terril à Rieulay (1996, Nord).

14 La Maison de la forêt est un établissement à vocation pédagogique portant sur l’impact de l’activité humaine sur l’environnement. Elle est située sur une ancienne friche requalifiée, dans un environnement aquatique et forestier reconquis par la nature.

15 Dix musées sont situés dans le bassin minier et un est implanté à Grande-Synthe, sur le littoral, à l’initiative d’anciens mineurs partis s’installer là-bas.

16 Loos-en-Gohelle, Oignies et Wallers.

17 Pour connaître de façon plus approfondie ce processus, voir Melin H., 2002.

Table des illustrations

Titre Chronologie de l’implantation des musées de la mine et de la valorisation active des friches minières
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2295/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Chronologie des actions institutionnelles envers le patrimoine industriel dans le Bassin minier Nord - Pas de Calais
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2295/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Caractéristiques principales des musées de la mine du bassin minier Nord - Pas de Calais par ordre chronologique d’ouverture
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2295/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 295k

Auteur

Docteur en sociologie Université de Lille I – CLERSE – UMR 8019

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search