Version classiqueVersion mobile

Habiter le patrimoine

 | 
Maria Gravari-Barbas

4e partie. Habiter un lieu de production et de travail

Patrimoine et vieilles régions industrielles : des territoires entre mémoire et projet

Edith Fagnoni

Texte intégral

1Au cours des dernières décennies, de profondes mutations ont affecté les espaces, l’économie et la société des vieux bassins industrialisés, remettant en cause leur organisation territoriale. Les friches industrielles, conséquences de la désindustrialisation, contribuent à dévaloriser l’image des vieilles zones industrielles et à restreindre leur pouvoir attractif. La fin du monolithisme industriel a laissé des séquelles profondes au niveau des milieux, en portant atteinte à la fois au paysage, à l’environnement, au cadre de vie, à l’économie, à la Mémoire collective. Le travail des hommes a façonné les paysages, mais la rupture avec le passé projette la friche industrielle au cœur des débats sur la requalification de ces espaces et le rôle des hommes qui les habitent. Face à ce contexte de perte de références collectives, les friches sont devenues des lieux de questionnement en quête de nouvelles identités. Toutefois, de la rupture à l’intégration récente du passé, les friches industrielles tendent de plus en plus à devenir objet de sauvegarde, de patrimonialisation, car porteur d’histoire et objet de reconnaissance. Le territoire d’analyse porte sur la région Lorraine, mais il semble que l’ensemble des vieilles régions industrielles tire parti de la réflexion générale sur le tourisme culturel à vocation industrielle. Les politiques de reconversion conduisent à s’interroger sur les modifications souhaitables dans les activités dans un double souci d’efficacité économique et de qualité de vie. Cette démarche s’articule entre Mémoire, qui assure la reproduction, et projet, qui se donne des ambitions, fixe des finalités et assure la production.

DE LA TRADITION ÉCONOMIQUE AU DÉTERMINISME TOURISTIQUE ?

2Face à la crise, toutes les solutions classiques inspirées des grands modèles économiques ont semblé insuffisantes voire inefficaces. La politique de reconversion pouvant se résumer dans sa première phase à celle des primes incitatives, l’État a semblé désemparé. Les lois de décentralisation de 1982-83 ont alors impulsé une nouvelle orientation. Face à ce contexte institutionnel nouveau, propulsant le local sur le devant de la scène, des projets innovants et parfois à haut risque ont vu le jour. C’est ainsi que la Lorraine, dont le rapport du tourisme à l’espace était quasiment nul – en dehors du tourisme vert et blanc vosgien – a joué la carte de la récréation. La région est beaucoup plus traversée que visitée. Les nouvelles pratiques touristiques confirmant le développement des courts séjours ont motivé ce choix récréatif. Deux exemples s’inscrivant en rupture avec le passé sont à ce titre significatifs : l’aménagement du centre thermal d’Amnéville et ses aménagements annexes, dont le but a été d’allier tourisme de santé et loisirs et le parc récréatif Walibi Schtroumpfs à Hagondange. Cette approche faisant fi du passé ignore le contexte socio-spatial, ce qui apparaît comme difficilement acceptable dans les vieilles zones industrielles où l’économie, les paysages et surtout les hommes en ont été marqués de génération en génération. Si les réalisations d’Amnéville ou d’Hagondange ont ignoré le passé, d’autres, au contraire, se donnent pour ambition de l’intégrer.

3À ces « ballons d’essai » a succédé une approche plus réfléchie, consistant à analyser les potentialités de la région et les attentes des publics. Le tourisme apparaît alors comme un nouveau marqueur territorial, mais face aux concepts clefs d’industrialisation, de désindustrialisation, de reconversion, qui sont au cœur des débats non seulement de la Lorraine mais aussi de l’ensemble des vieilles régions industrielles, cette situation apparaît comme paradoxale, car le tourisme, né des sociétés industrielles, n’a pu se réaliser que grâce et à travers elles, mais aujourd’hui, face au contexte de la désindustrialisation, il continue à se réaliser pleinement, mais le plus souvent contre et à l’écart d’elles.

4Schématiquement, quatre facteurs permettent d’affirmer que la Lorraine essentiellement septentrionale, celle des vieux bastions industriels, s’inscrit en dehors des grandes tendances actuelles qui influent sur la consommation touristique, à savoir : des revenus plus modestes, une situation précaire face au monde du travail (préretraites, congés de conversion, allocations temporaires dégressives, chômage), l’importance de la catégorie professionnelle ouvrière et un environnement culturel – a priori – défavorisé.

5Face à cette situation, le tourisme et les loisirs ne peuvent répondre en tant que tels aux problèmes régionaux et en particulier aux problèmes sociaux, mais ils permettent de soulever le problème de la qualité du cadre de vie : l’économie interroge l’urbanisme et pose le problème en termes d’image et de culture locale.

6Sur la base de la patrimonialisation, la mise en tourisme du passé régional se positionne comme un des postulats fondamentaux de la reconstruction de la Lorraine et de son identité régionale. La culture scientifique, technique et industrielle rend compte des savoir-faire traditionnels. Le tourisme industriel permet en effet de découvrir des réalités économiques sur des sites en activité, ou de sauvegarder et mettre en valeur un patrimoine industriel en voie de disparition. Faire mieux connaître son activité, ses productions, la qualité de ses installations techniques, ses savoir-faire, sont autant d’éléments qui entrent en jeu dans le développement et la valorisation du tourisme industriel et technique. Cette forme de tourisme s’inscrit comme un vecteur de promotion régionale, dans le contexte plus large du tourisme de découverte économique. En dehors de l’univers muséal qui contribue à véhiculer les savoir-faire du passé, la visite d’entreprise contribue à dynamiser l’image d’une région. La Lorraine engage aujourd’hui une politique de mise en tourisme de son patrimoine industriel.

7Présenter la Lorraine comme une terre de prédilection du tourisme industriel et technique s’inscrit dans la perspective d’une logique déterministe, celle qui rappelle que l’industrie a toujours tenu une place prépondérante dans l’activité économique régionale (Fagnoni, 2001). Toute une série d’industries traditionnelles, pour la plupart d’origine manufacturière, à l’exemple des cristalleries, de la lutherie, des faïenceries, des émaux, de la papeterie, de l’imagerie..., s’inscrit dans la tradition des savoir-faire. Le secteur des industries agroalimentaires transformé aujourd’hui en grands groupes confirme l’importance de cette tradition industrielle régionale (filière grain, meunerie, biscotterie, biscuiterie, chocolaterie-confiserie, brasserie).

8Mais l’image et l’histoire de l’industrie lorraine demeurent avant tout celle de l’industrie lourde, qui a marqué à la fois spatialement et socialement la région. C’est au cours de la première moitié du xixe siècle, que la machine à vapeur a été le signe avant-coureur d’une nouvelle ère industrielle. En juin 1856 on extrait la première tonne de charbon à Petite-Rosselle. Dès lors c’est l’avènement d’une industrie lourde et, parallèlement au développement du fer et du charbon dans la Lorraine septentrionale, se développe l’industrie textile en Lorraine méridionale. La véritable puissance industrielle lorraine a donc reposé sur ces quatre piliers que sont les charbonnages, les mines de fer, la sidérurgie et le textile.

9Chacun de ces secteurs est à l’origine d’une distribution territoriale des activités en Lorraine et a entraîné une organisation démographique en forme de bassins comprenant des structures sociales particulières (ampleur des populations ouvrières et ampleur des populations immigrées). Après la Seconde Guerre mondiale, le redémarrage économique passe par la priorité donnée à la reconstitution du potentiel de production des industries lourdes. La croissance se poursuit jusqu’en 1974, mais reste attachée aux quatre grands piliers initiaux. L’économie ne s’est pas diversifiée, de ce fait, la Lorraine est mal armée lorsque s’ouvre la période des crises.

10Si le bilan de l’industrialisation est important, celui de la désindustrialisation l’est tout autant. Il renvoie à une remise en cause majeure de tout un système économique, social, culturel et spatial devenu obsolète. Ce contexte met en évidence la problématique d’une région en reconversion, c’est-à-dire une région qui cherche à réunir toutes les aptitudes pour aller vers de nouvelles formes de développement. Les expériences de reconquête et de reconversion ont confirmé, dans un premier temps, la vocation industrielle de la région, puisqu’elles sont à l’origine d’une diversification de l’industrie avec l’introduction de l’industrie automobile, l’ouverture aux secteurs des IAE (Informatique, Automatique, Électronique), le développement de la plasturgie ou encore le nucléaire avec la centrale de Cattenom. La visite d’entreprises, dont nous ne traiterons pas ici, justifie à la fois ce positionnement déterministe et confirme ces conditions d’habitabilité de l’espace par le tourisme industriel. Toutefois, la question de la désindustrialisation avec sa cohorte de conséquences projette le débat sur la patrimonialisation de l’industrie lourde. Ces territoires désindustrialisés posent la question de leur reconnaissance patrimoniale. Ce patrimoine a un passé, mais a-t-il un futur ? En quoi la mise en patrimoine produit-elle du sens ? Comment faire coexister mémoire et fonction identitaire ? Cette reconnaissance touristique et culturelle permettra-t-elle de remplir le vide laissé par l’effondrement de l’industrie traditionnelle en s’appuyant sur des mécanismes de transmission ? Ce processus de patrimonialisation porte sur la transformation d’un héritage reçu en projet économique et touristique. La question se pose alors selon deux axes, celui de la conservation et celui de la mise en valeur du patrimoine.

CONSERVATION ET MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE INDUSTRIEL : LE PATRIMOINE ENTRE COMBAT ET ENJEU

11Passés de la rupture à l’oubli, ces territoires touchés par la désindustrialisation se battent contre la fatalité. Après une phase de déconstruction et d’orientation critique, la préservation de la Mémoire collective fait du patrimoine un outil politique et culturel dans la construction des identités. Le réemploi du patrimoine est une idée qui a toujours été présente, mais sa préservation et sa mise en valeur sont des initiatives récentes.

12Le débat sur la patrimonialisation devient un enjeu social : habiter le patrimoine pour lui permettre de survivre ou mieux, de revivre. La Lorraine opte de plus en plus pour la mise en tourisme de son passé. Au moment où chaque région essaie de valoriser au mieux toutes ses potentialités, afin de mieux afficher son identité et d’augmenter son pouvoir d’attraction, le patrimoine industriel lorrain prend tout son sens. Si le message a été, au début de la désindustrialisation, de faire abstraction du passé, plusieurs initiatives locales de protection et de mise en valeur du patrimoine industriel, dont les populations sont fières, prouvent actuellement le contraire. L’activité industrielle s’est développée parfois depuis plus d’un siècle dans des bâtiments et structures qui peuvent présenter un intérêt architectural et esthétique ou un intérêt du point de vue de l’histoire des techniques et une reconnaissance des savoir-faire.

13La question du maintien et de la valorisation de ces éléments patrimoniaux fait ainsi partie des éléments à prendre en compte dans la définition et la mise en œuvre des projets d’aménagement. Le patrimoine devient un élément de réflexion des politiques urbaines. Le patrimoine se présentant comme un regard sur le temps et sur l’espace, les populations locales se mobilisent. Le patrimoine devient « combat ». Les exemples choisis sont localisés dans la Lorraine septentrionale, partie la plus touchée par la désindustrialisation.

Des difficultés à propos de la conservation du patrimoine

14Retenons deux exemples de conservation du patrimoine en Lorraine : le haut-fourneau d’Uckange, classé monument historique, dans la vallée de la Fensch, et le haut-fourneau de Senelle dans le bassin de Longwy. Plusieurs associations de protection du patrimoine industriel existent en Lorraine à l’exemple de l’Espace Fensch-Orne-Lorraine (E. S. F. O. L. O. R.), du PAtrimoine Sidérurgique des trois vallées Fensch, Orne, Moselle (P. A. S. I. F. O. R. M.), de la MEmoire Culturelle et Industrielle en Lorraine (M. E. C. I. L. O. R.) et de l’Association Mémoire Ouvrière des Mines de Fer de Lorraine (A. M. O. M. F. E. R. L. O. R.). Leur rôle est de plus en plus actif en matière de sauvegarde du patrimoine local et de projets de réutilisation.

Le haut-fourneau d’Uckange (Vallée de la Fensch)

15L’arrêt du dernier haut-fourneau d’Uckange, commune localisée au sud de Thionville, date du 17 décembre 1991. Très vite la Direction Régionale des Affaires Culturelles et la municipalité ont entrepris des démarches pour tenter de protéger le site sur le plan culturel. Dès avril 1992 le processus de classement du haut-fourneau à l’inventaire des monuments historiques était engagé, il a été prononcé le 31 juillet 1995. Cet ensemble patrimonial a pour objectif de s’inscrire au sein d’un projet culturel et pédagogique articulé autour de trois axes : l’histoire, la technique, la société. L’histoire : 100 ans d’histoire du fer en Lorraine et en Europe et son évolution future ; la technique : le fonctionnement des outils et les processus de fabrication de la fonte et de l’acier, hier, aujourd’hui et demain ; la société : le facteur humain, les ouvriers dans l’usine et la vie hors de l’usine.

16Il en ressort, d’une part, une volonté pédagogique : information, initiation, participation du visiteur (simulateur...) et d’autre part, une volonté d’insertion dans une globalité, celle d’un pôle d’activité, rompant alors avec la seule stratégie muséale. Uckange ambitionne de développer un pôle économique, urbanistique, culturel et touristique. La finalité de ce projet de conservation et valorisation du site – pôle de mémoire, pôle de loisirs et de tourisme, développement économique et urbain – est d’arriver à se positionner dans le projet touristique lorrain, en aval des musées des mines de fer de Neufchef et d’Aumetz. Cette mise en patrimoine présente un intérêt à la fois pour la commune, la vallée de la Fensch, les villes avoisinantes et la région en ce sens où, depuis environ trente-cinq ans, près d’une centaine de hauts-fourneaux dans trente-cinq usines à fonte, ont disparu sans laisser de trace du passé sidérurgique. Le haut-fourneau d’Uckange en est le seul vestige. Il devrait apparaître comme un lieu de mémoire ouvrière, de culture patrimoniale et de culture industrielle. Son inscription dans un véritable projet de territoire se présente comme un enjeu de renouvellement urbain portant sur des implantations artisanales, le recentrage du potentiel de la ville, un lieu de culture pour la population, des aires de jeux pour les enfants, des espaces aménagés à des fins culturelles et sportives, sans en négliger l’impact paysager.

17Des principes de conservation, de valorisation et de développement émergent de ce projet ambitieux, dont l’impact risque toutefois d’être modéré. Des travaux importants seront nécessaires pour réaliser le passage de la conservation à sa mise en valeur, mais Uckange se présente comme l’une des dernières chances de garder un contrat avec l’histoire économique régionale et de pouvoir l’utiliser, ainsi qu’avec la « culture industrielle » qu’elle a engendrée, comme générateur d’un futur développement. L’âme de ce site demeure la chaîne industrielle, qui devrait engendrer une dimension culturelle.

18Mais de lourdes contraintes pèsent actuellement sur le devenir de ce projet, dues à l’existence d’un gazoduc traversant le site. Cette canalisation présentant un risque certain, transporte du gaz des hauts-fourneaux d’Hayange vers la centrale voisine de Richemont. La fabrication d’électricité au sein d’un circuit fermé est une contrainte très forte en raison des servitudes qu’elle génère. Toute construction devient interdite sur 110 mètres de part et d’autre de la canalisation, et aucun équipement destiné à recevoir des publics n’est autorisé entre 110 et 300 mètres du gazoduc.

19Cette situation amène à dissocier le projet culturel, qui a donc des difficultés sérieuses à voir le jour, du monument historique lui-même. Ce projet se trouve toutefois inscrit dans le principe, au contrat de plan État-Région 2000-2006 sur le thème « valoriser la Mémoire industrielle ». Son inscription au sein d’une enveloppe globalisée est le signe d’une volonté diluée. L’existence même du monument historique justifie que le projet soit toujours viable, mais la stratégie culturelle initiale se trouve pour l’heure gelée.

20Face à cette situation quasiment bloquée, une opération récente intitulée « jardin des traces », est à souligner. Sur un site contigu au site du haut-fourneau, un aménagement urbain associé à une opération paysagère originale a été réalisé. Une mise en tourisme des anciens espaces industriels est proposée par une lecture au sol. Après avoir stoppé la dégradation et traité l’intérieur des structures et des abords, le but de cet aménagement – basé sur un modèle allemand situé dans la Ruhr – a été de faire émerger les traces de l’industrie sidérurgique, d’identifier la structuration du bâti. Le visiteur peut ainsi découvrir les bâtiments de l’industrie par une lecture au sol, au sein d’un environnement paysager.

Le haut-fourneau de Senelle (bassin de Longwy)

21Ce second exemple confirme le changement radical d’attitude face au passé industriel de la région : il ne s’agit plus de détruire et donc de gommer à la hâte le passé, mais au contraire d’en honorer les derniers vestiges. Mais tout comme l’exemple d’Uckange, celui de la friche Senelle au sud-est de Longwy, confirme les difficultés à réaliser le passage de la simple conservation à celui de la mise en tourisme. Les populations du bassin de Longwy se sont mobilisées pour conserver le dernier haut-fourneau, témoin de l’épopée de la sidérurgie. Là encore, le patrimoine devient « combat », mais ce haut-fourneau, sorti de son socle depuis juillet 1991, gît depuis sur le site de Senelle. L’objectif est d’arriver à l’intégration de la friche Senelle dans le dispositif complexe de l’agglomération de Longwy.

22Au niveau du site il faut rappeler que la sidérurgie a occupé les fonds de vallée où se trouvaient l’eau et les infrastructures ferroviaires. Les zones urbanisées se localisent sur les coteaux ou les plateaux. La crise de la sidérurgie remet en cause ce modèle de développement urbain. Aujourd’hui le développement a tendance à s’implanter sur les plateaux. Mais opposer les vallées aux plateaux est une vision qui ne permet pas de repositionner l’ensemble des données dans les enjeux urbains futurs. L’ensemble de l’environnement accueille des composants qui, regroupés, forment l’agglomération de Longwy : centres historiques (Longwy-Haut, Mont-Saint-Martin), grands ensembles, cités ouvrières, friches industrielles, zones d’activités, grands équipements, programmes de nature exceptionnelle : Pôle Européen de Développement (P. E. D.), lotissements, villages périphériques... Ces composants entretiennent des relations plus ou moins maîtrisées. La réflexion doit être menée à l’échelle de l’ensemble urbain, intégrant la friche. Le travail se situe sur la recherche de programmes susceptibles de repositionner la friche dans les enjeux du développement. La volonté des aménageurs est de proposer un développement en articulation avec le P. E. D. localisé au nord de la friche de Senelle, de l’inscrire dans les continuités paysagères existantes (site des vallées), de développer une urbanité en fond de vallée connectée sur les centres existants et un cheminement de découverte de l’histoire industrielle en relation avec une promenade pédagogique et une zone de loisirs. Mais le projet d’aménagement d’une partie du site de Senelle en zone de loisirs semblait hypothéquer l’avenir du haut-fourneau, d’où la mobilisation des populations locales pour la sauvegarde de ce patrimoine.

23L’état de dégradation avancé du haut-fourneau nécessite de prévoir les dispositifs minimaux de mise en sécurité pour une conservation en l’état. Certains concepteurs souhaitaient voir disparaître, dans le cadre de la requalification, ce vestige du haut-fourneau dont l’héritage semblait « encombrant », voire « nuisible » pour l’image de la ville située en « balcon » sur le site. Pour d’autres, sa mise en valeur « sculpturale » semblait être au contraire un élément positif de recherche de paysagement et d’intégration. Senelle constitue là encore une situation figée, puisque depuis 1991, le haut-fourneau est toujours en place et non entretenu. Face à cette situation autobloquante, tout du moins dans le milieu politique, ce site se présente certes comme un potentiel, mais pour l’heure inerte. Longwy pouvant être tenté de jouer la carte de sa siutation frontalière en cherchant à fixer les travailleurs frontaliers et à attirer les actifs du Luxembourg, se dessine cependant la perspective d’un projet immobilier autour d’un parcours golfique.

24De ces deux exemples – Uckange et Senelle – nous retenons essentiellement la difficulté de l’intégration du patrimoine industriel dans un projet urbain entraînant polémiques et discordes.

De la conservation à la mise en tourisme du patrimoine industriel

25Au-delà des opérations de conservation, des opérations de mise en tourisme du patrimoine industriel au travers de l’univers muséal, retiennent les préoccupations des vieux bastions industriels. Deux cas illustrent cette mise en tourisme : les musées des mines de fer localisés à Neufchef et à Aumetz, et le musée du charbon à Petite Rosselle.

L’écomusée des mines de fer de Neufchef et d’Aumetz

26Cet écomusée se présente comme un musée à deux pôles, distants de dix-sept kilomètres. Il a été créé par l’Association Mémoire Ouvrière des Mines de Fer de Lorraine (A. M. O. M. F. E. R. L. O. R.), sur le site d’une exploitation des mines de Hayange. D’anciens mineurs se sont regroupés pour préserver la mémoire de leur métier. Cette association a pour vocation la création, l’animation et la gestion du musée, afin d’assurer la tradition des mines et leur mise en valeur dans le cadre du patrimoine. L’enjeu de préservation culturelle pour la région est clairement affirmé. Le premier pôle concerné par la mise en tourisme des friches industrielles a été celui de Neufchef. Après un travail de récupération de tous les matériels disponibles dans les mines de fer, l’association s’est occupée de la restructuration, de la sécurité, d’un réseau de galeries sur 1,5 kilomètre de long pour l’aménagement du musée souterrain. La mine de Neufchef se présente comme une mine à flanc de coteaux.

27En 1986, l’association prend contact avec les communes pour des demandes d’aides et de garanties. Les communes qui adhèrent s’engagent vis-à-vis de l’association par contrat pendant quinze ans, à raison de 0,15 € par an et par habitant. À ce jour 103 communes ont souscrit ce contrat fédérant 275 000 habitants. Grâce à la garantie des communes, cette aide permet de contracter des prêts bancaires servant à l’investissement. Le fonctionnement est financé par les entrées au musée et par les bénéfices des ventes de souvenirs.

28Un musée-parcours souterrain retrace l’histoire des techniques et l’histoire des mineurs de 1840 à nos jours. La visite permet d’identifier trois époques de l’histoire des mines : la mine ancienne de 1840 à 1920 ; la mine à air comprimé : de 1920 à 1955 et enfin, à partir de 1955 la mine moderne, celle qui a vu la fin de l’exploitation des mines de fer. Outre la galerie, le bâtiment du musée abrite un hall d’accueil avec boutique, une salle polyvalente avec présentation d’un diaporama sur l’histoire des mines, trois salles d’exposition consacrées à la géologie-minéralogie-sidérurgie, aux métiers du mineur et à la vie sociale du mineur (vie dans la cité, habitat du mineur, café de la mine considéré comme une véritable « institution », les fêtes, le culte de Sainte-Barbe, patron de la mine, les syndicats,...). En 1986, A. M. O. M. F. E. R. L. O. R. décide de préserver le site d’Aumetz et de créer un second musée, ouvert en 1989. Le musée d’Aumetz se compose du carreau, du chevalement, des bâtiments et machines restaurées, de l’ancienne mine Bassompierre d’Aumetz, qui est une mine à puits. Ce site présente plus particulièrement les mines à puits et les explosifs miniers. Deux salles sont consacrées à la vie du mineur, l’extraction du minerai, l’acheminement au haut-fourneau, la production de fer. Des films audiovisuels sont présentés à chaque visite. Des travaux ont été réalisés sur le chevalement, afin de permettre l’accès à l’intérieur, ouvrant ainsi un point de vue sur cette zone, en particulier sur le patrimoine militaire avec la ligne Maginot. Ces deux musées ont donc été réalisés par des bénévoles, aidés d’entreprises régionales. La réutilisation des bâtiments industriels en l’état s’avérait difficile car trop spécialisés et non englobés dans un périmètre de zone industrielle. Si la zone de la mine possédait des atouts non négligeables (raccordement à la voie ferrée, réseau électrique moyenne tension), son caractère trop spécifique rendait sa reprise en l’état impossible, d’où la destruction de certaines installations en 1986. Le classement des installations en friches industrielles et leur reprise foncière par l’Établissement Public Foncier cette même année a permis d’aboutir à la création d’une petite zone artisanale avec maintien de bâtiments réutilisables. Ces deux musées ont pour vocation d’être complémentaires, à la fois dans l’histoire des techniques et des savoir-faire ; ils totalisent 30 000 visiteurs par an.

  • 1 On soulignera ici la rétrospective au Musée d’Orsay sur la saga industrielle de la famille de Wende (...)

29Cet univers muséal reflète l’aventure fantastique des anciens mineurs, dont la réussite a été basée sur la volonté d’honorer le passé en faisant revivre vie économique et vie sociale, le monde de la mine et du mineur, les traditions et la culture. L’objectif de l’association, tout comme celle de défense du site de Senelle ou encore du patrimoine d’Uckange, est de constituer une route du fer qui partirait de Jarville-la-Malgrange, qui possède un musée de l’Histoire du fer, passerait par Aumetz, Crusnes, Neufchef, Uckange, Cons-la-Grandville et aboutirait à Longwy (Fagnoni, 2003). Soulignons dans cet itinéraire le caractère atypique de l’église de Crusnes, commune située à mi-chemin entre Longwy et Thionville. Construite entièrement en fer – classée aujourd’hui monument historique – dont le maître d’œuvre a été la famille de Wendel1 (Presse régionale : 3), cette église demeure une image emblématique de la Lorraine sidérurgique, d’autant plus que l’édifice religieux est dédié à Sainte-Barbe, patronne des arts du feu.

Le musée du charbon à Petite-Rosselle : Centre de culture minière

30Situé au nord-est du bassin houiller lorrain, le carreau Wendel est un ancien siège d’extraction et de traitement du charbon exploité de 1856 à 1986. Comprenant cinq puits de 800 à 900 mètres de profondeur, le site produisait en 1960 plus de 10 000 tonnes de charbon par jour et employait 5 000 mineurs. Le musée du bassin houiller lorrain se situe à l’emplacement des deux sièges d’extraction Vuillemin et Wendel qui appartenaient avant la nationalisation de 1946 à la Compagnie des Houillères de Petite Rosselle et intégrés depuis aux Houillères du Bassin de Lorraine (H. B. L.). En 1986, l’extraction du charbon par les puits Wendel est arrêtée. Maintenu en activité pour assurer des servitudes techniques, le site Wendel est définitivement fermé le 31 mai 1991.

31Le Centre de Culture, des Sciences, des Techniques et de l’Industrie (C. C. S. T. I.) du Bassin Houiller Lorrain a été fondé en 1985. Son rôle est celui d’un médiateur entre la science fondamentale et le grand public (M. J. Choffel-Mailfert). Depuis 1985, la volonté des hommes travaillant à sauvegarder et à valoriser un patrimoine industriel, s’exprime aujourd’hui au travers d’expositions temporaires, retraçant et honorant la vie d’hommes qui ont vécu toute leur vie professionnelle, sociale, familiale dans ce petit pays de forêts devenu monde industriel. Cet intérêt pour le patrimoine industriel, s’articule autour de trois axes : les collections, à partir des archives des Houillères du Bassin Lorrain, la promotion du tourisme industriel en imaginant des circuits de découverte, et la possibilité de participer à la reconversion du bassin.

32Le projet du musée de Petite Rosselle a émergé progressivement de 1985 à 1989. En 1989, les Houillères du Bassin Lorrain accordent leur soutien au projet de musée du bassin houiller lorrain, mais jusqu’en 1991, les démarches piétinent. Progressivement, la commune de Petite Rosselle a été convaincue qu’étant donné sa position extrêmement enclavée, le musée représentait pour elle une chance de reconnaissance voire de renaissance du bassin.

33Trois idées- forces ressortent de cette volonté de mise en tourisme : créer un musée de site, un musée d’histoire (histoire sociale et industrielle et histoire des techniques), un musée actif (politique d’expositions temporaires). L’équipe scientifique et technique développe une politique d’expositions temporaires dont le renouvellement du contenu permet de valoriser les différentes collections du musée. Les travaux conservatoires et de préparation de l’aménagement du site ont été engagés en 1993. Le projet a été inscrit et retenu au plan État-Région 1994-1999 et reconduit dans le contrat de plan État-Région 2000-2006.

34Ce Centre de Culture minière se donne trois axes de développement : la préservation du patrimoine industriel, la recherche locale et le tourisme au travers de l’organisation de la découverte des éléments du patrimoine industriel. Les populations locales prennent progressivement conscience que leur univers muséal devient un lieu de regard pour les autres. Mais la politique de communication du musée se réalisant au rythme des expositions temporaires, est trop faible pour arriver à une intégration du musée dans son environnement. Cette stratégie ne suffit pas non plus à couvrir le déficit de fonctionnement qui est de l’ordre 300 000 €. L’impératif est de piloter davantage de projets culturels et d’arriver à un début d’aménagement permanent. Mais créer un musée de site nécessite de gros moyens et implique la maîtrise de trois, voire quatre types d’espaces : la mise en valeur des bâtiments témoins ; la maîtrise des espaces de « réserves » (aménagements paysagers de l’ensemble du site) ; la mise en valeur de l’univers muséographique (accueil et présentation des collections) ; et la mise en valeur d’un espace muséal souterrain (la descente au fond).

35Ces données représentent une synergie d’aménagements concourant au projet de « Culture minière ». D’autres musées de site existent à l’exemple de celui de Saint-Étienne ou celui du Nord Pas-de-Calais à Lewarde. Ce dernier accueille 150 000 visiteurs par an, ce qui couvre 40 % de son budget de fonctionnement. Le musée de Petite Rosselle souffre aujourd’hui d’un manque de moyens notamment par rapport à la Sarre et l’ensemble de Völklingen, dont l’usine a été classée patrimoine mondial par l’Unesco (Völklingen est situé à 6 kilomètres à vol d’oiseau de Petite-Rosselle). Si les bases d’un concept transfrontalier de conservation du patrimoine industriel existent, les démarches, les statuts et les moyens attribués sont différents entre les deux pays, puisqu’en Allemagne la politique de la culture se fait essentiellement au niveau du « Land » et non au niveau du « Bund ».

36Le choix de ces quatre cas, où l’articulation entre les concepts de conservation et de mise en valeur est parfois difficile à mettre en œuvre, permet de saisir la grande difficulté à faire émerger une véritable géographie du tourisme industriel en Lorraine. Ces exemples apparaissent avant tout pour l’heure comme un recensement des pistes et des moyens de développement du tourisme industriel dans la Lorraine septentrionale. Il manque certes à ces éléments un fil fédérateur, mais la reconnaissance du passé dans les vieilles zones industrielles, se positionne comme un levier pour le futur.

DE LA DIFFICULTÉ DE SORTIR LES BÂTIMENTS DU SOMMEIL « HISTORIQUE »

37Au moment de la désindustrialisation, l’image de la mine et de l’usine s’est souvent trouvée rejetée et l’on pouvait craindre un phénomène de dépatrimonialisation. Il s’agissait de se couper de l’image d’une mine, d’une usine et d’une région en crise. La solution la plus simple était d’éliminer toute trace de ces activités dans le paysage. Aujourd’hui on ne constate plus la même attitude. Chaque commune souhaite conserver coûte que coûte ce qui lui reste de son passé prestigieux. L’idée de protection et de sauvegarde du patrimoine est venue d’associations, de représentants d’organismes et d’établissements publics, des collectivités territoriales. Les enjeux mémoriels sont forts : lutter contre l’anéantissement de la mémoire régionale. Toutes ces actions et réalisations auront permis, dans un premier temps, de faire comprendre qu’un patrimoine industriel – et donc ethnographique – existe, qu’il suscite de l’intérêt parmi les populations locales et parmi les publics. Le temps de l’extraction s’achève, mais celui de la conservation de la mémoire vivante commence. La protection, la conservation et la mise en valeur du patrimoine correspondent de plus en plus à un voyage dans l’histoire industrielle.

38La Lorraine et plus particulièrement le nord de la région, au travers des opérations de conservation et de mise en valeur, tend vers une image de « région musée grandeur nature » de l’industrie, où les enjeux culturels du tourisme industriel deviennent de plus en plus significatifs. La valorisation du patrimoine industriel et sa reconnaissance permettent de mieux aborder le développement futur et d’établir des liens, par le biais des enjeux touristiques, avec la culture industrielle. Ils cultivent une « provocation de la mémoire » (Poulot, 2002). La patrimonialisation s’inscrit dans un contrat pédagogique comme contrat social. Les initiatives demeurent cependant très ponctuelles, voire encore marginales. Elles se multiplient isolément mais la culture industrielle de la découverte du patrimoine a du mal à émerger globalement. Pourquoi ? Les mines de fer ou de charbon et les superstructures industrielles n’ont été que récemment reconnues comme patrimoine de la Nation. L’offre culturelle de la population, le plus souvent simplement de nature orale ou de l’ordre du savoir-faire, commence à être prise en compte et les actions des associations semblent peu à peu aboutir. Mais cette reconnaissance récente et lente de la culture locale explique sa faible médiatisation.

39Une autre explication repose sur l’environnement peu favorable dans lequel elle évolue. Le cadre culturel français ainsi que la prédominance des préoccupations économiques font que les atouts de la région ont du mal à être exhibés, même à un niveau local. Mais les facteurs externes ne sont en fait que des causes mineures du manque de vitalité de la culture locale. Bretons, Corses et Basques ont su forger leur identité dans le cadre français. Si les Lorrains et en particulier les Mosellans n’y arrivent pas, c’est vraisemblablement en raison de leur passé qui a freiné l’émergence de leur propre identité. Le spectre de l’Histoire refait son apparition. Si la culture des bassins ne rayonne pas suffisamment à l’extérieur, c’est qu’elle n’est peut-être pas encore totalement assumée à l’intérieur. La frontière actuelle entre France et Allemagne date de 1815. Auparavant, Mosellans et Sarrois avaient les mêmes origines, vivaient, jusqu’en 1766, dans le même Empire et parlaient la même langue. Mais les aléas de l’Histoire ont instauré une barrière politique et psychologique entre ces deux populations. Il serait souhaitable d’instaurer une culture transfrontalière commune, mais elle n’est pas encore revendiquée par les populations ; elle serait certainement un facteur d’intense dynamisme.

40Aujourd’hui, l’État, de plus en plus intéressé par le bâti industriel et les particularismes régionaux, intègre progressivement la culture de ces vieux bassins industrialisés. Mais rappelons que l’essentiel de la culture des vieux bassins est lié aux activités économiques. De ce particularisme vient l’immense difficulté de séparer le culturel de l’économique. Or les bassins sont rattachés à l’image de la crise. De ce fait, les élus locaux très attachés à la lutte contre le chômage, tentent de donner une image neuve de la région, basée sur le dynamisme, l’ouverture et le progrès technologique. Au début du traitement des friches industrielles on a voulu évacuer l’image de l’industrie lourde, considérée comme archaïsante. C’est peu à peu tout l’acquis culturel des bassins que l’on essayait d’évacuer sous prétexte d’insuffler une image neuve à la région à tel point que l’on semblait oublier, qu’il y a peu de temps encore, les mines – fer et charbon – et les usines étaient considérées comme une vitrine de haute technologie.

41Les exemples récents de sauvegarde et les efforts de mise en valeur prouvent qu’aujourd’hui on revient peu à peu sur ces considérations puisque certains décideurs sont convaincus du fait qu’un développement économique durable ne peut s’effectuer que sur une base culturelle solide. Certains élus voient la réalisation culturelle en terme de grosse infrastructure capable de rayonner sur toute la région. En fait, le développement de la culture locale nécessite davantage un travail de fond sur la population sans grandes retombées économiques immédiates. Seul l’espoir de voir se développer un tourisme industriel dans la région pourrait réconcilier acquis culturels et économie. Mais là encore, le poids des investissements à réaliser est un frein majeur et, multiplier les centres de visites pose inévitablement le problème de leur rentabilité. Mais l’État ne semble pas être l’acteur le plus pertinent pour la sauvegarde de la culture des bassins. Les cadres des projets sont souvent trop restrictifs et ils ne favorisent pas pour cause d’universalisme, le travail de fond nécessaire à l’émergence de l’identité du « local ». Ce sont avant tout les acteurs locaux qui sont les plus aptes à insuffler une dynamique de développement culturel car les plus réactifs aux doléances des habitants.

CONCLUSION

42Le projet de tourisme industriel doit être encouragé, mais il doit entraîner une politique plus globale. Pour l’heure, le culturel pouvant servir de vitrine, chaque commune essaie de son côté de faire émerger des projets non concertés. L’identité culturelle locale ne peut pas s’identifier à une telle stratégie : des discussions et réalisations d’ensemble doivent être menées sur des projets communs. Le modèle de développement proposé n’est alors plus tourné vers l’extérieur mais vers l’intérieur des bassins. En cela, il s’oppose diamétralement aux vues des élus qui deviennent réticents à les financer. Leurs actions ne sont donc pas suffisamment médiatisées et la dynamique culturelle est alors trop limitée.

43L’importance de la préservation de cette Mémoire collective apparaît comme un élément constitutif de valorisation des populations locales de ces vieux bassins, mais la volonté systématique de préserver la Mémoire collective au sein de chaque commune, ne doit pas apparaître comme l’expression d’une frilosité, et ainsi aboutir à des querelles de « hauts-fourneaux » et déboucher sur un émiettement excessif, et par là entraîner une dilution de l’intérêt culturel. Cette production « superficielle » de l’identité soulève la question de la difficile émergence de la culture industrielle et permet de constater la grande difficulté à remplir la vacance laissée par l’effondrement de l’industrie traditionnelle en s’appuyant sur des mécanismes de transmission.

44La thématique « habiter et vivre le patrimoine » devient un enjeu de société. Il s’agit d’une part, de respecter, voire de cultiver le souvenir et la mémoire de ceux qui y ont travaillé, en les transformant parfois en acteurs/témoins transmettant leur histoire, leurs gestes. Cette implication des populations est essentielle dans le traitement de la vacance sociale et psychologique dont peuvent souffrir les populations : nouvelle fierté, nouvelle utilité sociale, reconnaissance (sites restaurés avec le concours d’anciens devenus guides), et d’autre part, en remplissant l’espace vidé par la crise, de développer de nouveaux projets économiques : faire vivre les nouvelles générations, leur donner les moyens de s’adapter aux nouveaux enjeux, transformer les atouts valorisant les « capacités au travail » de la population. Ces territoires se situent aujourd’hui entre mémoire et projet. Les deux concepts sont encore difficiles à corréler et leur articulation situe les vieilles régions industrielles au début d’un processus d’émergence du tourisme industriel.

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie

Fagnoni E., 2001, « La mise en tourisme des friches industrielles en Lorraine : approche patrimoniale », in M. M. Damien et C. Sobry (dir.), Le tourisme industriel : le tourisme du savoir-faire ?, Éd. L’Harmattan, Coll. « Tourismes et Sociétés ».

Fagnoni E., 2003, « La mise en itinéraires touristiques des sites ferrifères du vieux bassin industriel lorrain », Téoros, vol 22 n° 2, UQAM.

Choffel-Mailfert M.-J., 2002, « La médiation culturelle : territoire d’enjeux et enjeu de territoires », in Schiele B. (dir.), Patrimoines et identités, Éd. MultiMondes, Coll. « Muséo », Québec.

Poulot D., 2002, « La patrimonialisation à l’horizon d’attente du xxe siècle », Téoros, vol. 21 n° 2, UQAM.

Notes

1 On soulignera ici la rétrospective au Musée d’Orsay sur la saga industrielle de la famille de Wendel : exposition sur le tricentenaire de la Maison de Wendel, Catalogue de l’exposition, Le Musée d’Orsay prépare les 300 ans des de Wendel, novembre 2004.

Auteur

Géographe, Maître de Conférences à l’IUFM de Paris

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search