Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du naturisme

 | 
Arnaud Baubérot

Cinquième partie. Naturisme et loisirs

Chapitre XII. Le naturisme, entre régénération et loisirs

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

De la médecine au plein air

1Au lendemain de la Grande Guerre, le terme de « naturisme » était encore exclusivement associé à des programmes de promotion de l’hygiène et à des méthodes de soins. Moins de deux décennies plus tard, le sens que l’on attribue communément à ce mot a sensiblement changé. S’il reste chargé d’une dimension sanitaire, il désigne désormais principalement un loisir de plein air. « Faire du naturisme », dans le courant des années trente, c’est fréquenter un centre ou se retrouver entre amis sur un terrain isolé, en fin de semaine, pour pratiquer des jeux collectifs et des exercices physiques, nus ou en maillot de bain. Initiées par des médecins naturistes, notamment par les frères André et Gaston Durville, ces pratiques héritent du végétaro- naturisme d’avant-guerre la certitude que l’exposition aux éléments naturels est un moyen d’affermir le corps et de le maintenir en bonne santé. Toutefois, nous allons voir que c’est en occultant les théories médicales et hygiéniques qui le fondent que ce naturisme de plein air a pu accéder à une certaine popularité.

  • 1 Gaston Durville est né en 1887, ses deux frères Henri et André en 1891 et en 1896. Leur père, le m (...)
  • 2 G. Durville, Étude étiologique sur l’hypnose, thèse de médecine, Montpellier, 1911.
  • 3 G. Durville, La Cure naturiste, pour entretenir sa vigueur et se guérir sans médicaments, Paris, É (...)
  • 4 A. Durville, L’Action de la pensée sur les phénomènes de nutrition cellulaire, thèse de médecine, (...)
  • 5 Notamment L’Art d’agir par suggestion, sur soi, sur autrui, action de la pensée dans les profondeu (...)
  • 6 Henri Durville édite de nombreux ouvrages consacrés au naturisme, à la médecine psychique et à l’o (...)
  • 7 H. Durville, La Médecine psycho-naturiste, Paris, Éditions Henri Durville, Bibliothèque eudiaque, (...)

2Jeune étudiant en médecine, Gaston Durville découvre le naturisme dans les premières années du siècle. Imbu de magnétisme et de « psychisme expérimental », hérités de son père1 il en vient à estimer que les notions de force vitale ou de nature médicatrice, auxquelles se réfèrent les auteurs naturistes, coïncident avec la force spécifique que prétendent mobiliser les magné tiseurs ou les adeptes de la suggestion mentale. Au cours de sa formation médicale, il travaille un temps à l’hospice de Brévannes et précise, auprès du docteur Carton, sa connaissance de la thérapeutique naturiste. En 1911, il soutient une thèse consacrée à l’hypnose2, médiocrement appréciée du jury en raison de l’hétérodoxie de certaines positions qu’il y défend. L’année suivante, Gaston Durville adhère à la Société végétarienne de France et, par ses conférences, commence à être connu des milieux végétaro-naturistes. Au lendemain de la guerre, il publie un volumineux traité sur La Cure naturiste ainsi qu’une série de 13 brochures consacrées à la thérapeutique naturiste et à la « médecine psychique3 ». En 1923, il lance la revue La Vie sage, revue mensuelle de naturisme et d’éducation psychique - qui prendra le titre de Naturisme, en 1930 — en collaboration avec son frère André. Ce dernier soutient sa thèse de médecine l’année suivante4. Les deux frères s’engagent alors dans une longue coopération à la fois théorique, par la publication d’ouvrages consacrés aux méthodes de thérapie par suggestion et au naturisme5, et pratique, par la fondation, au début des années vingt, d’un Institut de médecine naturelle - qui prend, quelques années plus tard, le nom d’Institut naturiste - rue Cimarosa, dans le 16e arrondissement de Paris. De son côté, leur frère Henri, outre ses activités d’éditeur, s’est associé avec un ancien disciple de Carton, le docteur Viard, pour fonder un Institut de médecine psycho-naturiste à Neuilly-sur-Seine6. La double influence de la médecine naturiste cartonienne et de la « médecine psychique » conduit les frères Durville à élaborer un « psycho-naturisme », méthode thérapeutique fondée sur l’utilisation conjointe des agents physiques, par la diététique, les massages, l’exercice physique, les bains d’air, d’eau et de lumière, et des agents psychiques, par le magnétisme, l’hypnose, la suggestion mentale et la psychothérapie7. Toutefois, convaincus que la pratique de la médecine au sein d’un institut spécialisé ne suffit pas à faire bénéficier le plus grand nombre des bienfaits du naturisme, André et Gaston Durville vont s’attacher, à partir de la fin des années vingt, à trouver de nouvelles façons de le populariser.

3Systématisée par les thérapeutes empiriques, l’association de l’exposition aux éléments naturels dans un cadre rustique à des vertus hygiéniques et curatives avait suscité, avant-guerre, l’engouement des milieux végétaro-naturistes pour la pratique de la villégiature sanitaire en Suisse, en Allemagne ou sur la Côte d’Azur. Celle-ci restait néanmoins réservée à ceux qui disposaient d’assez de temps et d’argent pour accomplir un tel voyage. Au lendemain de la guerre, la volonté de démocratiser la pratique des loisirs hygiéniques conduit les associations naturistes françaises à s’inspirer de l’exemple du naturisme allemand et à aménager des centres de plein air à proximité des grandes villes. Premier d’entre eux, le camp de Chevreuse permet aux membres du Trait d’Union de consacrer leurs dimanches et, le cas échéant, leurs congés d’été aux bains de soleil ou de rivière et aux exercices physiques en pleine nature.

  • 8 Publicité pour Physiopolis, régulièrement publiée dans la revue Naturisme à partir d’octobre 1930.
  • 9 S. Villaret, L’Évolution du naturisme..., op. cit., p. 385.
  • 10 C. Candiani, « Un Voyage à l’île naturiste de Villennes », Naturisme, 30 octobre 1930, p. 5. Ce ch (...)
  • 11 Naturisme, 6 novembre 1930, p. 12.
  • 12 S. Villaret, L’Évolution du naturisme..., op. cit., p. 414-418.
  • 13 Encart publicitaire pour Physiopolis publié par Naturisme, à partir d’avril 1933.

4C’est une intention analogue, mais à plus vaste échelle, qui motive la fondation de la Société naturiste par André et Gaston Durville, en 1927. Deux ans plus tard, cette Société, dont l’objet est l’aménagement d’un terrain de plein air à proximité de Paris, acquiert une partie de l’île du Platais, sur la commune de Villennes-sur-Seine. Dans le centre de l’île — bientôt baptisée « Physiopolis » —, huit hectares sont constitués en lotisse ment et vendus aux sociétaires qui souhaitent y bâtir des bungalows en fibrociment. Les 16 hectares restants sont réservés à la « Cité naturiste ». Des stades sont aménagés, ainsi que des terrains de jeux et des jardins. Chaque dimanche et jour férié, le public afflue pour la « réunion générale des naturistes » au cours de laquelle on pratique « jeux et sports de plein vent - cure d’air - cure de soleil - cure de mouvement-canotage-natation - camping8 ». L’initiative rencontre un incontestable succès. Les jours de grand soleil, il arrive que Physiopolis accueille plus de 2 000 visiteurs9. Pour limiter les désagréments qu’occasionne cette affluence et afin de faire participer les visiteurs aux frais d’entretien des installations, les propriétaires du lotissement - rassemblés au sein d’un Syndicat d’administration de Physiopolis - décident de réserver l’accès de l’île aux membres de la Société naturiste et à leurs familles. Cette décision permet à la Société de passer de 150 adhérents en 1929 à 1 800 membres actifs en 193010. Le prix relativement modéré de la cotisation - 100 F pour les membres actifs, 50 F pour les membres de leur famille et l’exonération pour les « naturistes indigents11 » - indique d’ailleurs la volonté des Durville de s’adresser à un large public issu des couches moyennes. Forts de ce succès, ils réitèrent l’expé rience et acquièrent, en 1931, un terrain de 1 000 hectares sur l’île du Levant, au large de Hyères dans le Var, sur lequel ils établissent un nouveau centre, « Héliopolis ». Plus ambitieuse, la fondation d’Héliopolis comprend également un projet de lotissement, sur lequel les frères Durville espèrent susciter des installations permanentes, et une « Cité naturiste », équipée de stades, de commerces, d’hôtels et de restaurants12. Outre ces opérations immobilières, les frères Durville fondent des filiales de leur Institut naturiste en province et lancent une gamme de produits alimentaires naturistes. Toutefois, leur succès éveille des suspicions. Très rapidement, dans ce milieu dominé par le militantisme bénévole, des voix s’élèvent, qui mettent en doute la pureté de leurs intentions. Les frères Durville, en retour, affirment que Physiopolis et Héliopolis ne sont pas des entreprises destinées à leur enrichissement et que les prix pratiqués doivent seulement permettre de couvrir les dépenses engagées13.

  • 14 A. Rauch, « Les Vacances et la Nature revisitée (1830-1939) », A. Corbin (dir.), L’Avènement des l (...)

5La clé du succès des frères Durville ne réside pas seulement dans les réelles qualités d’entrepreneurs dont ils font preuve, mais aussi dans leur capacité à exploiter la convergence de l’idéal naturiste de vie au contact des éléments naturels et des aspirations des couches moyennes urbaines qui, grâce à la croissance économique, aux progrès des transports et au développement des congés payés commencent à accéder à de nouvelles formes de loisirs. Alors que s’affirme le désir de profiter du temps libre pour renouer avec la nature14, Physiopolis et Héliopolis contribuent à la fois à répondre à ces nouvelles aspirations et à populariser le naturisme dans des milieux que ne touchait pas le végétaro-naturisme élitiste des décennies précédentes. L’effacement des théories médicales et hygiéniques qui le fondent a permis de dissocier le naturisme des exigences ascétiques qui le réservaient à une minorité fortement convaincue. En le coulant dans le moule des nouvelles pratiques de loisirs, les frères Durville ont contribué à inventer un naturisme accessible au plus grand nombre. Certes, l’aspiration à se ressourcer par un séjour hors de la ville, au contact des éléments naturels, motivait déjà la fréquentation des sanatoriums naturistes avant-guerre. Celle-ci, cependant, s’accompagnait d’une justification thérapeutique qui fondait son utilité. Les frères Durville, en revanche, ne recourent que très rarement à un argumentaire de type médical pour assurer la promotion de leurs centres. Il n’est plus question de s’exposer aux éléments pour stimuler les capacités de défense naturelles de l’organisme et lui permettre de lutter contre les agressions morbides. Une alimentation saine et la pratique régulière des sports en plein air sont désormais présentées comme des moyens d’entretenir la force et, surtout, la beauté du corps.

6À la même époque, la revue Naturisme commence à diffuser largement l’idée selon laquelle le corps athlétique est synonyme de jeunesse, de bonheur et de santé. À partir de novembre 1933, par exemple, la rubrique « Page de la femme » distille chaque semaine ses conseils pour entretenir la beauté et la vigueur du corps féminin. De même, dans le livre Fais ton corps, André et Gaston Durville font du modelage des corps sur le modèle athlétique un signe des effets bénéfiques du naturisme. L’ouvrage s’ouvre par l’évocation, sur le mode du récit onirique et utopique, de la société idéale à laquelle ils aspirent :

« À l’île des Naturistes maintenant... [...] Ici, c’est la beauté, c’est la santé, c’est la paix.
Les gens sont nus, les peaux sont de bronze, les dos sont larges. Des groupes disciplinés d’hommes, de femmes, d’enfants, tous beaux, tous forts, travaillent leurs muscles en chantant l’hymne à la nature.[...] À l’oeuvre pour fabriquer des hommes ! [...] déjà les canots à moteur amenaient du train de Paris tous les verdâtres échappés de la ville, les tordus, les ventrus, les malingres, et aussi ceux devenus forts déjà.
Tout un monde avide de vivre déferlait ; les tourniquets métalliques grinçaient, surveillés par des hommes nouveaux, au corps d’athlètes, au regard accueillant. »

  • 15 A. et G. Durville, Fais ton corps, Paris, Éditions de Naturisme, s. d. [probablement 1936 ou 1937] (...)
  • 16 Chap. 2 : « La forme humaine normale », ibidem, p. 69-93. Sur l’émergence de ce nouveau modèle cor (...)
  • 17 A. et G. Durville, Fais ton corps, op. cit., p. 24 et chap. 3 : « La femme de demain aura une form (...)
  • 18 Ibidem, p. 7 et 29.

7« L’être humain n’est pas fait pour être laid », affirme ensuite le premier chapitre du livre. Et aussitôt après : « Convenablement gérés par les nouvelles méthodes de développement, tous les jeunes arrivent à se ressembler ; ils sont athlétiques ; ils sont beaux15. » Le naturisme se présente ainsi comme un moyen de consacrer le temps des loisirs à un travail opiniâtre de construction du corps et de son apparence. L’alimentation saine, l’exposition au soleil, l’hydrothérapie et le travail des muscles ne visent plus seulement à réguler l’exercice des fonctions physiologiques ou à apaiser les tensions nerveuses. Il s’agit bien plutôt d’utiliser le concours des éléments pour modeler le corps et lui donner sa forme « naturelle » et « normale » : la forme du corps athlétique16. Les normes de minceur, de fermeté et de développement musculaire s’appliquent d’ailleurs autant au corps féminin qu’au corps masculin. « Il faut amener la femme sur les stades, affirment les frères Durville, lui donner le goût de l’effort musculaire ; ainsi elle perdra l’amour qu’elle a pour le maquillage, pour les contours gras et flous17. » La vertu régénératrice du naturisme réside moins désormais dans sa capacité à garantir une vie conforme aux règles de la physiologie que dans sa prétention à permettre l’édification d’un « homme nouveau18 ».

  • 19 G. L. Mosse, L’Image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, 1997, notamment p. 113 (...)

8Ces nouvelles normes corporelles s’accordent avec les évolutions culturelles vécues par les couches moyennes et supérieures urbaines depuis le début des années vingt. Le modèle du rentier a été englouti par la guerre et avec lui l’idéal d’une existence sédentaire et oisive. Le travail s’est généralisé, les rythmes du quotidien se sont accélérés, la vie moderne se veut un théâtre de l’action et du mouvement. À l’heure du taylorisme et de la réduction de l’utilisation industrielle de la force physique, l’embonpoint n’est plus le signe de la réussite sociale et le développement musculaire ne trahit plus l’appartenance au prolétariat. De manière analogue, avec le développement des loisirs et des pratiques balnéaires ainsi que la valorisation hygiénique et médicale de la lumière solaire, le teint hâlé n’est plus l’apanage du paysan. Le muscle et le bronzage témoignent désormais de l’attention que l’on accorde à l’entretien du corps et à son apparence. Avançons même, à la suite de George L. Mosse, que la valorisation du corps musclé et bronzé découle de l’investissement croissant des couches moyennes dans les pratiques de culture physique et de l’élaboration d’une norme d’apparence corporelle conjuguant esthétique classique et idéaux démocratiques et égalitaires. Aux fards et aux parures, qui affichent le luxe et dissimulent les disgrâces, s’opposent la franchise et la simplicité des corps nus, tous identiquement bâtis sur le modèle de la virilité civique de l’athlète grec19. Parallèlement, l’avènement de ce qu’il est convenu d’appeler « l’ère des masses » s’accompagne d’une tentation de l’uniformité et de la standardisation qui atteint jusqu’au corps même de l’individu et dont témoigne, de façon extrême, l’art des régimes totalitaires. Le fantasme des corps standards et uniformes n’est pas incompatible avec le profond individualisme et l’humanisme qui imprègnent le naturisme des Durville. De la même manière que dans le design naissant ou dans certains courants architecturaux, la volonté de standardiser s’appuie sur l’argument d’une nécessaire rationalité et sur la certitude que la conformité avec les normes dictées par la nature — c’est-à-dire par la raison — permettront à l’individu d’accéder à l’épanouissement, à la santé et au bonheur.

  • 20 A Prost, les Anciens combattants et la société française, 1914-1939, vol. 3 : Mentalités et idéolo (...)
  • 21 S. Audoin-Rouzeau et A. Becker, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 270.
  • 22 Il ne s’agit pas, bien évidemment, de faire du naturisme une forme de totalitarisme. L’un et l’aut (...)

9L’émergence de ce naturisme de plein air doit aussi être reliée à l’expérience de la Grande Guerre. Tout d’abord, sa dimension hédoniste, ouvertement affichée et qui tranche avec l’ascétisme du végétaro-naturisme d’avant-guerre, traduit une volonté de profiter de la vie et de ses plaisirs les plus simples caractéristique de la mentalité des anciens combattants20. Ensuite, l’exaltation de la force physique à laquelle se livrent les frères Durville (tous deux décorés de la Croix de Guerre) peut donner lieu à deux interprétations qui ne sont pas nécessairement contradictoires. La glorification du corps athlétique, beau et vigoureux, peut se comprendre comme l’expression d’une volonté d’occulter le souvenir des souffrances, des blessures et des mutilations. À la guerre destructrice des corps, dont les stigmates sont encore présents dans la société de l’entre-deux-guerres, s’opposent le naturisme et son apologie du corps construit, s’épanouissant librement au contact de l’air et du soleil. Mais cette célébration de la force physique peut aussi s’interpréter comme une tentative de prolonger dans la paix un système de valeur vécu au cœur des combats. La valorisation de la discipline personnelle, du courage et de la vigueur, en même temps que le rejet de l’autorité de ceux qui commandent sans faire usage de la force, ont été intimement associés aux espoirs que du conflit émergerait un monde meilleur. Or, le retour à la vie civile a été marqué par la déception de ces espoirs et par le constat de l’incapacité de l’État à réformer profondément la société. Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker suggèrent qu’en Allemagne, en Russie et en Italie, cette déception a été récupérée par les différentes formes de totalitarisme21. En suivant ce raisonnement, il semble possible d’avancer que l’ambition naturiste de créer un « homme nouveau » et de faire émerger une nouvelle hiérarchie sociale, fondée sur la norme athlétique, a pu constituer un exutoire aux déconvenues de l’après-guerre et une tentative de hâter l’avènement du monde idéal rêvé durant le conflit22.

Du naturisme intégral au nudisme intégral

  • 23 M. Cluet, La « Libre culture »..., op. cit., p. 23-135 et G. L. Mosse, L’Image de l’homme..., op. (...)

10À partir de la fin des années vingt, la question de la dénudation devient un thème de débat récurrent dans les milieux naturistes. Le sujet n’est certes pas nouveau. Le discours hygiénique des Lumières affirmait déjà la nécessité d’aguerrir le corps en l’exposant à l’eau et à l’air. Par ailleurs, la redécouverte de la statuaire grecque antique, à la fin du xviiie siècle, avait conduit certains auteurs à associer la représentation de la nudité à une exaltation de la beauté et de la force23. Par la suite, le succès des méthodes de traite ment fondées sur l’exposition du corps dévêtu aux éléments naturels a permis de dépasser le stade des spéculations. L’aménagement de bains d’air et de soleil dans les sanatoriums naturistes, puis dans des parcs à proximité des grandes villes, a non seulement rendu légitime l’idée de la dénudation à des fins thérapeutiques ou hygiéniques, mais en a également diffusé la pratique auprès d’un large public. Cette nudité, cependant, ne transgressait pas les règles élémentaires de la pudeur. Pratiquée en commun, elle restait partielle, le nu intégral étant réservé à l’intimité de l’espace domestique. Toutefois, dans la première décennie du xxe siècle, sous l’influence de certains auteurs qui soutiennent que seule la nudité complète et collective possède de réelles vertus régénératrices, des groupements naturistes allemands commencent à s’orienter vers le nudisme.

  • 24 André G., entretiens du 5 mars et du 2 juillet 1998.

11En France, malgré l’intérêt dont ils témoignent pour les réalisations des thérapeutes empiriques allemands et de leurs adeptes, les milieux végétaro- naturistes restent attachés à une pratique de la nudité respectueuse des codes de pudeur. Dans les années vingt encore, la dénudation complète reste interdite sur les terrains de plein air des associations naturistes. À Chevreuse, les campeurs du Trait d’Union - que les paysans du voisinage qualifient néanmoins de « nudistes » - s’exposent aux rayons du soleil en tenue de sport ou en maillot de bain24. À Physiopolis et à Héliopolis égale ment, les naturistes évoluent en maillots sombres et le nu intégral est inter dit sous peine de sanctions. Toutefois, l’exemple allemand et l’engagement d’une nouvelle association en faveur du nudisme vont conduire une partie importante de la mouvance naturiste vers cette pratique singulière qu’est la nudité intégrale, collective et mixte.

  • 25 Marcel Kienné de Mongeot est né en 1897. Il dirige l’Académie de culture physique du parc Monceau, (...)
  • 26 M. Kienné DE Mongeot, « Notre but », Vivre, Culture physique et mentale. Hygiène - sports, Arts et (...)

12Le 15 mars 1926 paraît le premier numéro de la revue Vivre. De présentation soignée, tirée sur papier glacé et abondamment illustrée, celle-ci s’assigne pour objectif de promouvoir un idéal de perfectionnement individuel par la culture physique, l’autosuggestion mentale et l’hygiène de vie. Pour les fondateurs de la revue, le professeur d’éducation physique Marcel Kienné de Mongeot et le médecin naturiste Marcel Viard25, ce programme, qualifié de « naturisme intégral » ou encore de « culture intégrale », doit permettre à chacun de faire de son « être spirituel et physique un ensemble équilibré, sain et fort26 ». Si l’on excepte la tonalité particulière des articles que le docteur Viard consacre à la maîtrise du caractère par la « culture mentale » et l’autosuggestion, le contenu de la revue diffère peu de celui des publications culturistes de cette époque. La description des mouvements à effectuer lors de l’entraînement quotidien, les conseils d’exercice et d’hygiène, les reportages sur l’œuvre de tel ou tel professeur d’éducation physique avoi- sinent des considérations plus générales sur l’esthétique du corps humain. Dans la lignée du culturisme également, la statuaire grecque impose ses canons et tout un arsenal iconographique vise à démontrer que ce modèle corporel correspond non seulement au corps idéal, mais également au corps naturel de l’homme. La discipline et les efforts par lesquels l’individu cherche à construire son corps sur le modèle antique doivent ainsi lui permettre de renouer avec un état naturel dont les conditions de la vie moderne l’ont éloigné. Le corps athlétique désigne alors a contrario le corps ordinaire comme un corps dégradé, un corps à régénérer. Les recommandations des rédacteurs sont appuyées et validées par des reproductions de statues grecques et par des photographies d’athlètes ou de danseuses nus dont les poses imitent ces statues. Le sexe des personnes photographiées reste néanmoins caché par la position de leur corps, par une culotte ou par l’ajout d’une pudique feuille de vigne. L’essentiel n’est pas d’exposer la nudité complète aux regards, mais de donner pour modèles la vigueur et la beauté de corps sains.

  • 27 « À nos lecteurs », Vivre...,15 avril 1926, p. 9.

13Très rapidement, les enjeux de la régénération à laquelle prétend encourager la revue débordent l’échelle individuelle pour accéder à une dimension collective. Convaincus qu’un processus de « dégénérescence de la race » est engagé, les fondateurs de Vivre se donnent pour objectif d’œuvrer à sa « régénérescence ». Ils entendent ainsi « contribuer à l’assainissement de la race en entrant courageusement en lutte contre les préjugés, les plaisirs malsains, l’insouciance, le laisser-aller, la mollesse27 ! » Ici encore, le terme de « race », qui n’est jamais défini avec précision, est employé comme vague synonyme de peuple, de nation ou de corps social. Il n’est cependant jamais question, dans les colonnes de Vivre, d’une prétendue « race française », au sens où les nazis conçoivent la « race allemande », dont la pureté serait menacée par le métissage. Lorsqu’ils agitent le spectre de la dégénérescence, les rédacteurs de la revue entendent alerter les lecteurs sur le péril que représente la progression des fléaux sociaux, comme la tuberculose, l’alcoolisme ou la syphilis, et partager leur indignation face à l’absence de politique publique efficace. L’emploi du mot « race » montre cependant que ces fléaux sont moins dénoncés pour leurs conséquences sociales que pour leur effet néfaste sur la « qualité biologique » de la population. Il reste que « l’assainissement de la race » s’envisage toujours ici sous l’angle de l’hygiène sociale et des politiques sanitaires, jamais dans une perspective raciste d’exclusion ou d’assassinat de certaines catégories de personnes.

  • 28 Siègent ainsi dans le Comité d’honneur de Vivre 15 médecins, un prince, un comte et un marquis, de (...)
  • 29 Par exemple, F. Fougerat de David de Lastours, « Les Bienfaits de l’insolation », Vivre, 15 mars 1 (...)

14Face à l’ampleur du déclin collectif, les fondateurs de Vivre estiment nécessaire de s’engager dans l’action. Marcel Viard et Marcel Kienné de Mongeot fondent alors la Ligue Vivre, ligue de régénérescence physique et mentale, en juillet 1927. Leur revue, qui a pris le titre de Vivre intégralement, en devient l’organe officiel. Profitant de ses relations dans la bonne société parisienne, Kienné de Mongeot parvient à doter son association d’un Comité d’honneur dont les membres - principalement des médecins et des aristocrates —, par leur qualité, lui assurent une incontestable respectabilité28. La présence au sein de son Comité d’action du docteur Didier, directeur de l’Institut naturiste d’Alger, du docteur Pathault, membre de la Société naturiste de Marseille et médecin au Centre hélio-marin de Berck, ainsi que du docteur Rayton, directrice de l’Institut naturiste de Royan, témoigne également d’une orientation plus nette de la Ligue et de sa revue en faveur du naturisme, orientation confirmée par le déclin du nombre d’articles consacrés à la culture physique et l’intérêt plus marqué de Vivre intégralement pour l’héliothérapie et l’hydrothérapie29.

  • 30 M. Kienné de Mongeot, « De la Nudité. À propos du procès de M. Malkovski »,Vivre intégralement, 15 (...)
  • 31 M.Kienné de Mongeot, « De la Nudité (suite) », Vivre intégralement, 15 mars 1927, p. 3.
  • 32 Ibidem, p. 4.
  • 33 Après que des fonctionnaires de la préfecture et du ministère de l’Intérieur leur eurent dit, en a (...)
  • 34 Dans sa thèse de médecine, le docteur Fougerat, vice-président de la Ligue Vivre, tente de justifi (...)
  • 35 M. Kienné de Mongeot, « De la Nudité (suite) », op. cit., p. 4.

15C’est également au début de l’année 1927 que Marcel Kienné de Mongeot déclenche, par le biais de sa revue, une vigoureuse campagne en faveur de la nudité. La défense du danseur Malkovski, disciple d’Isadora Duncan licencié par le directeur du théâtre des Champs-Élysées pour s’être produit nu sur scène, lui donne l’occasion d’engager une réflexion de fond sur la nudité et son exposition 30. Celles-ci, tout d’abord, se justifient par la valeur esthétique du nu, source d’élévation morale. « C’est en ayant constamment sous les yeux le spectacle de la nudité, affirme Kienné de Mongeot, que les artistes de l’Antiquité ont su comprendre et saisir la vie intérieure de l’être pour la fixer dans le marbre. » Or, la contemplation de leurs œuvres « élève l’âme vers le beau. Et le beau, même lorsqu’il est représenté par les formes de la chair, éveille en nous un idéal de perfection non seule ment physique mais aussi moral ». État naturel du corps humain, la nudité est aussi un moyen d’entretenir sa santé et de favoriser l’épanouissement de ses facultés. Elle est « salutaire à tout notre organisme, parce qu’elle fait partie du "Naturisme" dont l’observance des principes nous donne la pleine possession de toutes nos facultés physiques et mentales31 ». À l’inverse, « le port des vêtements est une des causes, non des moindres, de notre dégénérescence. Il nous fait perdre l’aisance des gestes, le goût des gestes. Nous marchons mal, nous courons mal, nous ne courons plus parce que nous sommes vêtus ». De l’affirmation de la valeur esthétique du nu aux considérations hygiéniques fondées sur un idéal de vie saine et naturelle, le mode d’argumentation qu’utilise Kienné de Mongeot s’inscrit dans la continuité de la pensée des Lumières. Relativement consensuels, ces arguments fondent également les pratiques de dénudation collective - non intégrale - qui ont cours dans certains milieux culturistes ou chez les partisans de la « méthode naturelle d’éducation physique » de Hébert. Toutefois, le propos de Kienné de Mongeot devient plus polémique lorsqu’il affirme que la vertu régénératrice de la nudité s’exerce aussi sur le plan de la morale sociale. En effet, selon lui, la « morale actuelle » qui conduit à considérer « la chair comme un objet impur » se révèle pourtant impuissante à « combattre et vaincre la dépravation de nos mœurs ». À cette « morale basée sur des préjugés », Kienné de Mongeot oppose l’idéal d’une nudité chaste et vertueuse. « Si nous avions l’habitude de voir nos contemporains dans le plus simple appareil, affirme-t-il, l’attrait de la curiosité disparaîtrait emportant avec lui le désir que l’amour seul ferait naître. [...] Purifions notre âme et notre corps et nos gestes et nos actes seront purs. La nudité ne sera plus un prétexte de dépravation et nous pourrons profiter de tous ses innombrables bienfaits32. » Ces considérations morales ne sont pas sans importance. Elles vont justifier l’engagement de la Ligue en faveur de la pratique d’une nudité intégrale, collective et mixte alors que les autres groupements naturistes qui encouragent la pratique de la dénudation en se fondant sur des arguments esthétiques et hygiéniques resteront partisans d’une nudité partielle. Le respect des règles de pudeur et, dans le cas des frères Durville, le souci de ne pas s’exposer aux foudres de la justice33, imposeront le port d’un maillot. Le désir de favoriser la liberté des mouvements dans les exercices physiques, de permettre l’aération et l’exposition des corps au soleil et d’encourager leur embellissement ne peuvent en effet suffire à justifier la suppression des pièces de tissu recouvrant les parties sexuelles, alors même que la loi et les mœurs y sont hostiles. Or, c’est précisément au nom d’une virulente critique des mœurs et des normes morales que Kienné de Mongeot justifie le passage de la nudité partielle à la nudité intégrale34. L’obligation de dissimuler le sexe résulterait, selon lui, d’une « morale matérielle et facile, dictée seulement par le jugement humain ». Loin de garantir la pureté des mœurs, elle lais serait au contraire se développer un « vagabondage de l’imagination », encouragé par les « mauvaises lectures et [les] demi-nudités luxurieuses que nous rencontrons dans la rue ». Elle livrerait ainsi le plus grand nombre au vice de la masturbation, antichambre de la dégénérescence. En revanche, la nudité franche et complète, par son caractère naturel et non-érotique, serait un puissant facteur de moralisation et, partant, de « régénérescence physique et mentale » de l’individu et de la société35.

  • 36 Ces réponses sont publiées sous la rubrique « Quelles sont vos opinions, vos idées ? » entre avril (...)
  • 37 M.Didier, « La Mise en pratique de la nudité », Vivre intégralement, août 1927, p. 8.
  • 38 M. Didier, « La Mise en pratique de la nudité », Vivre intégralement, septembre 1927, p. 5-6.

16En 1927 et 1928, la nudité est l’objet d’un débat au sein de Vivre. À la suite de ses articles programmatiques, Kienné de Mongeot lance une enquête auprès des lecteurs de sa revue et des membres de la Ligue. Ceux-ci sont invités à exposer leur opinion sur la nudité et sur la façon dont ils envisagent sa mise en œuvre. Chaque mois, Vivre intégralement publie des réponses qui lui sont parvenues36. Ces témoignages montrent que la pratique de la nudité, lorsqu’elle existe, est toujours associée à la recherche des bienfaits de l’exposition au soleil et que sa justification mêle étroitement considérations hygiéniques et hédonisme. Par ailleurs, elle reste encore exclusivement individuelle ou familiale. Les dirigeants de Vivre, cependant, débattent déjà des conditions préalables à une pratique collective de la nudité. La plupart font preuve d’une extrême prudence à ce sujet. Le docteur Didier, par exemple, souligne que si la dénudation individuelle ou familiale ne pose pas de problème particulier à ses yeux, elle devient délicate, en revanche, « lorsqu’on aborde le chapitre de la nudité intégrale en commun37 ». Celle- ci doit se pratiquer dans des « nudariums », « endroits retirés, soigneuse ment voilés aux regards vulgaires ou malintentionnés ». Il préconise, en outre, « la création de cercles nudistes très fermés ne comprenant que des sujets d’une cérébralité sûre et éprouvée : une famille et ses amis de longue date et triés sur le volet quant à leur adhésion entière aux théories naturistes38 ». Pour d’autres, c’est la nécessité de s’affranchir des préjugés anciens, qui rend nécessaires de telles précautions et impose de réserver, dans un premier temps, la nudité collective à une élite restreinte.

  • 39 M. Kienné de Mongeot, « Ce que nous sommes et ce que nous voulons », Bulletin de la Ligue Vivre, p (...)

17En janvier 1929, la Ligue inscrit néanmoins le nudisme dans son programme39. Sa pratique reste facultative et les dispositions qui l’entourent montrent que les appels à la prudence ont été entendus :

  • 40 « Activités de la Ligue »,Vivre intégralement, 15 juillet 1929, p. 11.

« Dans un but de santé morale et physique, la Ligue préconise la pratique de la nudité dans les conditions suivantes :
Dans des lieux clos, à l’abri de la curiosité publique, exclusivement réservés aux ligueurs jugés aptes à suivre des cures de nudité en collectivité.
Tout acte contraire à la morale entraîne la radiation irrévocable du fautif. Toute demande d’admission doit être accompagnée obligatoirement d’un extrait du casier judiciaire si le candidat n’est pas présenté par deux parrains membres de la Ligue depuis au moins un an.
Toute demande d’admission équivaut à un engagement moral de la part du candidat qui manifeste ainsi son intention d’améliorer sa personnalité40. »

  • 41 « Vivre à Lyon »,Vivre intégralement, 15 octobre 1929, p. 7.

18Certaines des filiales provinciales de Vivre commencent, dès cette époque, à pratiquer le nudisme. Un rapport de la section lyonnaise, publié dans Vivre intégralement en octobre 1929, affirme que les ligueurs et les ligueuses « vont, chaque dimanche, se livrer en toute quiétude aux joies saines du plein air et du nudisme intégral41 » dans un parc boisé en bordure de rivière. La direction parisienne, pour sa part, étudie la possibilité d’acquérir un terrain dans les environs de la capitale pour ouvrir un centre nudiste. Rattaché à la Ligue en juin 1929, le club de culture physique de Kienné de Mongeot prend le nom de Sparta-Club l’année suivante et ouvre son « solarium gymnique » dans une propriété de l’Eure. L’installation est encore un peu précaire puisque la vente du terrain, dont le club n’était que locataire, l’oblige à déménager en 1932. Le Sparta-Club achète alors le manoir Jan, dans la commune de Fontenay-Saint-Père, en région parisienne. Les ligueurs s’y retrouvent le dimanche et pendant les périodes de congé, en été, pour pratiquer, dans le parc du manoir, la culture physique, l’insolation et le nudisme. L’hiver, le Sparta-Club propose des cours de culture physique dans son local parisien.

  • 42 M. Kienné de Mongeot, « Force et beauté »,Vivre..., 15 août 1926, p. 2 et 3.
  • 43 Par exemple « Le Culte du Nu en Allemagne », Vivre intégralement, 15 mai 1927, p. 10 ou « Un Témoi (...)

19L’exemple du nudisme allemand semble avoir joué un rôle non négligeable dans la démarche de Kienné de Mongeot. Dès le mois d’août 1926, la projection à Paris du « film de culture physique » Kraft und Schönheit42, lui avait permis de consacrer un long article à la nudité et de l’associer explicitement aux thèses naturistes développées par sa revue. À partir de 1927, Vivre intégralement commence, à publier des photographies de nus « amateur » qui ne mettent plus en scène des athlètes ou des danseuses dans des poses étudiées, mais des familles ou des groupes de jeunes gens en pleine nature et dont le sexe n’est plus caché. Ces photographies sont extraites de revues nudistes allemandes comme Sport und Sonne, Lachendes Leben ou Die Schönheit. Divers articles et témoignages favorables au nudisme qui paraissent dans Vivre intégralement s’appuient explicitement sur l’exemple des réalisations allemandes43. Enfin, à partir de 1929, l’expression « libre culture », traduction approximative du terme allemand de Freikörperkultur, succède à celle de « culture intégrale » dans le vocabulaire de la Ligue et dans les colonnes de sa revue. Toutefois, la source allemande ne sera jamais revendiquée. À plusieurs reprises, Kienné de Mongeot affirmera avoir intro duit la nudité dans le programme de la Ligue avant même d’avoir découvert l’existence du mouvement nudiste allemand. L’accusation de pro-germa-nisme et le reproche d’avoir importé une pratique d’Outre-Rhin seront suffisamment employés par les détracteurs du nudisme pour que l’on comprenne les raisons qui poussent Kienné de Mongeot à tenter d’occulter cette source d’inspiration.

20Inspiration plus avouable, le modèle de l’Antiquité grecque justifie la pratique du nudisme aux yeux de ses partisans, autant qu’il participe à la constitution d’un univers de représentations qui leur est propre, ainsi qu’en témoignent le nom du Sparta-Club et l’invention du mot « gymnité » pour désigner la pratique de la nudité intégrale et collective. Les humanités classiques et les idéaux de la culture physique nourrissent l’image d’une Grèce mythique, société idéale fondée sur le culte du corps beau et vigoureux et de la probité morale. L’Antiquité grecque apparaît alors comme l’Âge d’or d’une nudité chaste - dont le déclin aurait été précipité par le développement du vêtement et de la pudeur - et la figure de l’athlète comme le type de l’homme accompli, maître de sa force et de ses passions. Le modèle du gymnase antique, dont la racine étymologique gymnos prouverait qu’il était le théâtre d’une nudité collective et sportive, justifie le projet de création d’espaces dédiés à cette pratique. La dénudation collective, dans des clubs fondés à cet effet, doit ainsi permettre aux ligueurs de travailler à leur régénération en cultivant les vertus physiques et morales de l’athlète grec.

  • 44 Les naturistes ne font ici qu’employer des expressions banales à cette époque et montrer implicite (...)

21À côté du mythe de l’Âge d’or hellénique, un autre modèle imaginaire exerce une égale fascination sur les nudistes : le « sauvage » des colonies, l’« homme primitif44 », amalgame de la réalité coloniale et du mythe rousseauiste des origines. Dans sa brochure sur La Nudité et la santé, Henri Nadel évoque le corps à la fois vigoureux et harmonieux des Africains, façonné par une vie frugale au contact de la nature, en état de complète nudité. Citant Paul Morand, il exalte la « beauté des nègres » :

  • 45 P. Morand cité par H.Nadel, Devons-nous vivre nus ?, t. 2 : La Nudité et la santé, Vivre intégrale (...)

« [...] ces corps huilés, ces dos satinés par la sueur et qui prennent une patine de haute époque, la largeur des épaules, la cambrure des reins, l’avancée du ventre ; les seins des femmes, que le portage sur la tête met en pleine valeur ; la perfection des jambes, la petitesse de la tête. De la mortalité infantile, peut-être, mais presque jamais de bossus, de mal conformés, comme chez nous. Quelle souplesse de fauve, quelle noblesse du repos, des stations, quelle grandeur dans la marche, quelle perfection féline dans la cours45 ! »

  • 46 G. Gézéquel, « Notre enquête en Afrique, les noirs de la région du Kasaï », Vivre intégralement, 1(...)

22« La force des nègres, quand ils vivent nus, ajoute Henri Nadel, n’est d’ailleurs pas inférieure à leur beauté. » Pour les nudistes, il ne fait aucun doute que l’exposition permanente de leurs corps nus aux rayons du soleil entretient la beauté et la vigueur des peuples africains. Les fléaux qui s’abattent sur eux dès qu’on les force à se vêtir le prouvent : « Ceux qui portent un costume dégénèrent d’une façon rapide et désastreuse », affirme Guy Gézéquel, délégué de l’Association universelle de l’espéranto au Congo. « La tuberculose et les maladies vénériennes font parmi eux de grands ravages46. » Le docteur Fougerat, quant à lui, stigmatise « la pruderie des ligues religieuses anglo-saxonnes [qui] a fait rendre obligatoire le vêtement constamment et pour tous » et a causé par là d’irrémédiables désastres :

  • 47 F.Fougerat de David de Lastours, Hygiène, nudité, soleil aux colonies. Trois communications à la s (...)

« Nous devons mettre au premier rang des causes qui favorisent la formidable offensive de la tuberculose contre les hommes de couleur aux colonies l’habillement systématique des populations. [...] Les races privées de l’appoint d’énergie que donne, sans fatigue d’assimilation, l’irradiation de la peau, se trouvent dans un état de dénutrition, de moindre résistance vis-à-vis des terribles endémies propres à leur pays natal ; d’où la disparition de peuplades entières qui ne peut nous étonner47. »

  • 48 L.Pauthault, « La Peau du civilisé est un organe atrophié », Vivre intégralement, 15 novembre 1928 (...)
  • 49 F. Fougerat de David de Lastours,Hygiène, nudité..., op. cit., p. 23.

23A contrario, le corps sain, beau et vigoureux du « sauvage » resté nu indique au « civilisé » la voie à suivre pour se régénérer. Le bronzage, dont la mode commence à peine à se répandre, est ainsi désigné comme l’état naturel de la peau et le signe d’une bonne santé. Inversement, la peau blanche de l’Occidental qui ne s’expose pas au soleil témoigne d’un déséquilibre hygiénique ou d’un état maladif. Le docteur Pathault, par exemple, affirme que « la peau du civilisé est un organe atrophié » : « À la vue de cette couleur blafarde, au palper de ce tissu mou, sans finesse, sans fermeté, j’éprouve maintenant une répulsion invincible, aussi violente que celle que donne la contemplation et le maniement d’un cadavre48 ! » Pour le docteur Fougerat, le salut de l’homme blanc qui vit dans les zones intertropicales passe par l’imitation des indigènes et la pratique de l’exposition intégrale au soleil. Il évoque ainsi le cas d’un jeune colon, atteint de paludisme, de dépression et de complications gastriques. Après l’échec de la pharmacopée classique, celui-ci s’essaie à l’héliothérapie intégrale et guérit. Il devient alors adepte de cette pratique à laquelle il convertit ses amis. « Un seul ennui, dit-il, nous sommes noirs, noirs, on nous prend pour des "Natives", ce qui nous fait tort dans la société, et c’est à peine si on ne nous interdit pas la piscine du Washington49. » En s’exposant nu aux rayons du soleil, l’homme blanc peut ainsi se régénérer et acquérir la santé, la beauté et la force qui caractérisent le corps noir.

  • 50 A. Guirel, « Le Naturisme condition essentielle de la vie coloniale », Vivre intégralement, 1er se (...)
  • 51 « Notre enquête en Afrique, de quelques coutumes »,Vivre intégralement, 15 août 1931, p. 7.
  • 52 Haardt etAudoin-Dubreuil cités par H.Nadel, La Nudité et la santé, op. cit., p. 24.
  • 53 J. Duvivier, « Faut-il habiller les sauvages ? », Vivre intégralement, 15 septembre 1929, p. 10-11

24C’est également sur le plan moral que les « sauvages » sont opposés à la décadence des « civilisés ». Alain Guirel, par exemple, distingue deux types d’indigènes. Celui qui a conservé sa nudité primitive est « capable d’efforts, de franchise et de dévouement absolu : il est de ceux qui s’attachent, aiment et se laissent guider ». En revanche, « l’indigène en prenant les vêtements du blanc se pare de ses défauts, sans s’adapter à ses qualités ; il est en général voleur, menteur, fourbe et paresseux50 ». Un « fonctionnaire colonial, ami de Vivre » affirme pour sa part que « l’habitude du vêtement tend à influer sur la moralité du noir ». « Je ne dirai pas, nuance-t-il toutefois, qu’ils sont déjà arrivés à la dépravation qu’on observe chez les races dites civilisées, et chez les populations musulmanes d’Afrique du Nord, celles-ci comme celles- là soumises à la loi du vêtement51. » Plus encore, la nudité du « sauvage » permet de démontrer que l’absence de vêtement n’est pas nécessairement érotique et, par là, d’insister sur le caractère relatif des règles de civilité occidentales. Henri Nadel cite ainsi les auteurs de La Croisière noire, à propos des Lougouaré, peuple pasteur du Haut-Nil : « L’inconscience absolue qu’ils ont de leur nudité semblerait démontrer que la pudeur n’est pas un senti ment inné de la nature humaine52. » A la question « Faut-il habiller les sauvages ? », un certain Duvivier répond par la négative en affirmant que ceux-ci ont une moralité plus grande que les Occidentaux53. L’imaginaire colonial des naturistes apparaît finalement comme une sorte d’Eden exotique où de noirs Adam et Ève, nus comme au premier jour, vivent dans l’innocence et la pureté des temps précédant la chute. Le vêtement et la pudeur, loin d’être les signes d’une élévation morale de la civilisation, rappellent au contraire que celle-ci porte le sceau du péché. L’enjeu de ces évocations de la bonté et de l’innocence des peuples nus dépasse probablement la simple démonstration du caractère non érotique de la nudité collective. Elles donnent corps à un rêve de retour à l’insouciance des origines qui confine à la régression.

25Par-delà les lieux communs colonialistes, le discours nudiste, en projetant sur le mode de vie et les moeurs du colonisé son fantasme de pureté et d’harmonie originelle avec la nature, élabore une figure mythique du « sauvage » supposée révéler la nature profonde de l’homme et fournir les arguments nécessaires à la contestation des normes morales de la civilisation occidentale. À la fois antithèse du « civilisé » et planche de salut pour la civilisation, son exemple invite au mimétisme le métropolitain qui souhaite se défaire des tares physiques et morales qui le font dégénérer. Ainsi, dans le « nudarium » du Sparta-Club, cette clairière censée reconstituer, de manière édulcorée, la nature sauvage des origines, chacun peut, le temps d’un week-end ou d’une après-midi d’été, se dépouiller de ses vêtements, se défaire de son appartenance au monde civilisé, à ses codes et à ses hiérarchies, pour faire l’expérience d’une « sauvagerie » innocente et policée. Dans ce havre de paix, loin de l’agitation de la ville et des affaires, le nudiste s’invente son état naturel et se ressource dans la vie primitive.

  • 54 Lettre du docteur Pathault, « Quelles sont vos opinions, vos idées ? »,Vivre intégralement, juin 1 (...)

26Malgré la critique de la civilisation urbaine et industrielle à laquelle ils se livrent, les nudistes ne conçoivent pas leurs centres comme les lieux d’un retour permanent à la terre ou à l’état primitif. « Il ne s’agit pas de revenir à l’Âge de pierre ni à l’Antiquité grecque ou romaine entachées d’ailleurs de tares formidables, il ne s’agit pas de rêver un Éden utopique, il faut voir des réalités54 », avait pris soin de préciser le docteur Pathault dès que Vivre intégralement avait ouvert le débat sur la pratique de la nudité. Jamais le nudisme n’est présenté par ses promoteurs comme une invitation à renoncer à leur vie ordinaire. Pratique de loisir, il est un moyen de compenser les carences de l’existence mondaine, de se ressourcer momentanément loin des effets délétères de la grande ville afin de mieux supporter le poids du quotidien. Soigneusement aménagée, la nature du Sparta-Club est hermétiquement isolée de l’univers rural qui l’entoure, lieu de vie, de travail et de lutte perpétuelle contre les éléments. À ce titre, le centre nudiste participe d’une évolution sociale et culturelle plus vaste qui marque, dans les années trente, le triomphe progressif de la société urbaine et de ses normes. La campagne n’est plus seulement le territoire de la paysannerie et du travail agricole. Elle devient aussi le lieu où les habitants des villes peuvent projeter leur fantasme de nature sauvage, un espace qu’ils peuvent conquérir et aménager en fonction de leurs besoins et de leurs aspirations, un espace de loisir pour urbains en mal d’eau, d’air et de soleil.

  • 55 Annuaire de la Presse française et étrangère et du monde politique, t. 45, Paris, 1927, p. 802 et t (...)
  • 56 M.Kienné de Mongeot,La Nudité, ses bienfaits esthétiques, physiologiques, moraux et sociaux, Vivre (...)
  • 57 Pour la seule année 1929, l’album de presse de Kienné de Mongeot contient 140 coupures d’articles (...)
  • 58 APP : Ba 2242. Cette interdiction a probablement contribué à l’abandon du titre La Vie sage par le (...)
  • 59 La Revue des lectures, de l’abbé Bethléem, est le fer de lance de cette offensive à laquelle parti (...)
  • 60 Par exemple : M. Kienné De Mongeot, « De l’Eau à notre moulin », Vivre intégralement, 15 février 1 (...)

27Entre la fin des années vingt et le début des années trente, la Ligue Vivre intensifie sa propagande en faveur du nudisme. Les articles sur la nudité et les photographies de personnes nues se multiplient dans les colonnes de Vivre intégralement, dont le tirage passe de 10 000 à 25 000 exemplaires entre 1927 et 192955. La revue publie cinq brochures hors série consacrées à l’apologie de la nudité et annoncées à grand renfort de publicité et de conférences56. Cette campagne, qui s’ajoute à celle que mènent les frères Durville pour promouvoir Physiopolis, attire l’attention de la presse sur le nudisme et commence à lui assurer une certaine renommée dans le grand public57. Celle-ci vaut d’ailleurs à Kienné de Mongeot ses premières attaques. En 1928, déjà, le docteur Carton incluait Vivre intégralement dans ses diatribes contre les « flibustiers du naturisme ». Alertée par le médecin, la préfecture de police de Paris décide d’interdire l’exposition de la revue et de La Vie sage des frères Durville dans les kiosques parisiens, au mois d’avril 192958. La presse catholique et les ligues de moralité passent également à l’offensive. Elles multiplient les articles visant à mettre en garde le public contre l’entreprise de « démoralisation organisée » que représente le nudisme59 et tentent d’obtenir des arrêtés municipaux interdisant l’exposition ou la vente des revues nudistes. Dans les colonnes de Vivre intégrale ment ou lors des conférences publiques, les promoteurs de la nudité commencent à croiser le fer avec les champions de la lutte antipornographique. Ainsi, par exemple, une longue polémique s’engage avec M. Pourésy de la Ligue pour le relèvement de la moralité publique, qui atteint rapidement, de part et d’autre, le ton de l’invective60.

  • 61 1930 : à Beauvais, Belfort, Bruxelles, Dijon, Lyon, Marseille et Saint-Etienne ( Vivre intégraleme (...)
  • 62 R. Salardenne, Le Nu intégral chez Us nudistes français, reportage dans Us principaux centres, Par (...)

28Le nombre de groupements affiliés à Vivre croît néanmoins rapidement au début des années trente. Alors qu’en avril 1930 la Fédération des centres gymniques organisés rassemblait sept sections locales, elle en regroupe 13 en France, quatre en Afrique du Nord française et neuf à l’étranger deux ans plus tard61. Toutefois, les chiffres de 6 000 « nudistes pratiquants dans les centres de Vivre ou dans des propriétés privées » et de près de 60 000 sympathisants, avancés par Kienné de Mongeot en 193262, semblent sujets à caution.

La vulgarisation du naturisme et du nudisme

29La vulgarisation du naturisme se traduit par une multiplication et une diversification de l’emploi du terme. En effet, dans le courant des années trente, celui-ci est indifféremment utilisé pour désigner un mode de traitement alternatif, une hygiène de vie fondée sur le régime végétarien, l’exposition aux éléments naturels, la culture physique en plein air, ou encore l’association de ces quatre caractéristiques.

  • 63 A Colin, L’erreur de la médecine, pour ceux qui veulent comprendre et guérir, Nice, 1933 et Le Ret (...)
  • 64 Abbé Andreu, La Santé jusqu ‘à cent cinquante ans et plus par le naturisme et le spiritualisme. Hé (...)
  • 65 Guide naturiste, Paris, 1933, p. 61.
  • 66 Guide naturiste, op. cit., p. 54 et IFHS : Archives Armand, 14 AS 2118.
  • 67 Publicité insérée dans Le Naturiste, Coopération, Biocosmie, Culture générale, n° 2, 25 juillet- 2 (...)
  • 68 Régénération, janvier 1933, p. 20 et Guide naturiste, op. cit., p. 47.

30Dans le domaine médical, tout d’abord, un certain nombre de praticiens continuent de se déclarer naturistes et de défendre une approche de la maladie et de la thérapeutique héritée du végétaro-naturisme d’avant-guerre. Les médecins de la Société naturiste de Marseille, qui publient la collection « Hygiène et thérapeutiques par les méthodes naturelles », les frères Daniel, les docteurs Auguste Colin et Jean Poucel s’attachent ainsi, par leurs ouvrages et leur pratique, à prolonger la tradition du naturisme médical classique63. Mais le terme est aussi employé par des thérapeutes et des société médicale de Saint-Luc, Saint-Côme, Saint-Damien, organe de l’association des médecins catholiques, participe également à la dénonciation du nudisme (juin et juillet-août 1930, janvier 1934).médecins non-conformistes, qui l’associent à d’autres formes de traitement non-conventionnelles. En 1930, par exemple, l’abbé Andreu propose d’allonger l’existence jusqu’à 150 ans grâce au naturisme et au spiritualisme. Les docteurs Mendel et Duprat, pour leur part, associent, dans de petites brochures, naturisme et homéopathie64. À La-Trinité-Victor dans les Alpes maritimes, un certain docteur Mollet associe au traitement naturiste la ryth- mothérapie et la télépsychie et soigne la tuberculose par un sérum végétal de son invention65. Enfin, dans la continuité des sanatoriums naturistes d’avant- guerre, quelques propriétaires de maisons de santé accueillent des curistes pour des séjours à visée thérapeutique. Dans sa Maison du Soleil, à Octon dans l’Hérault, le docteur Paul Vigné d’Octon soigne ainsi l’arthritisme, les ptoses et les maladies de l’appareil digestif par la cure naturiste, la cure de raisin et la cure de petit lait66. À Rantigny dans l’Oise, la Maison naturiste de la Côte d’Ars s’inspire pour sa part de l’établissement du Jungborn fondé en 1896 par le thérapeute empirique allemand Adolf Just67. La diffusion du naturisme explique aussi probablement qu’un certain nombre d’établissements qui se consacrent à l’utilisation thérapeutique de la culture physique et des agents naturels adoptent - comme l’Institut de médecine naturelle des frères Durville - le qualificatif de « naturiste » dans les années trente. C’est le cas notamment de l’Institut de culture physique scientifique d’Al Dini, dans le 15e arrondissement de Paris, qui prend le nom de Société néo-naturiste « Les rayons de lumière » en 193368.

  • 69 Naturisme, 28 mai 1931, p. 10 et 12 novembre 1931, p. 10.
  • 70 Naturisme, 5 novembre 1931, p. 13 ;25mai 1933, p. 13 ;22 juin 1933,p. 13 et Guide naturiste, op. ci (...)
  • 71 Naturisme, 6 novembre 1930, p. 12 (le supplément pour l’inscription à la Section nautique de Physio (...)
  • 72 Guide naturiste, op. cit., p. 45 ;Vivre intégralement, 1er mai 1931, 2e p. de couv.

31Par ailleurs, la progressive assimilation du naturisme à une activité de loisir entraîne le développement des pensions naturistes qui, hors de toute considération thérapeutique, proposent des séjours d’agrément. Les petites annonces de la revue Naturisme permettent de faire connaître ces offres de villégiature qui foisonnent en marge de l’hôtellerie traditionnelle : « A 60 km de Lyon, dans belle propriété bords Rhône, on reçoit naturistes. Bains de soleil, plage, leçons piano, violon, anglais, peinture. Régime végétarien. 25 fr. par jour », ou encore « Le Petit Nid, Nyons (Drôme). Reçoit pensionnaires goûts simples, désirant repos physique et moral. Régimes naturistes. Hivers doux. Soleil. 18 francs par jour69 ». Des centres naturistes accueillent également le public en fin de semaine ou en été pour la pratique du camping. Généralement équipés d’installations sportives, ils permettent à leurs visiteurs de profiter des plaisirs et des bienfaits de la culture physique, du bain de soleil et des bains de mer ou de rivière. Outre le camp de Chevreuse, Physiopolis et Héliopolis, on peut citer le camp Suard, au Lavandou, fondé par l’ancien gérant de l’un des restaurants du Trait d’Union, La Palestria, ouverte en 1931 aux Mathes en Charente inférieure, ou le Stade naturiste sportif de Soisy-sous-Montmorency, patronné par les frères Durville70. La plupart de ces centres pratiquent des tarifs relativement modérés, dans le but affiché de toucher un large public issu des couches moyennes ou populaires. C’est le cas notamment de la Société naturiste, dont la cotisation annuelle de 100 F pour les membres actifs et de 50 F pour les membres de leur famille donne accès aux parcs et aux installations de Physiopolis, des Amis de la maison des arts, dont le parc est accessible au tarif de 75 F pour un homme seul, 120 F pour un couple sans enfant et 100 F pour un couple avec enfants, et du camp de Chevreuse qui propose des séjours au prix de 100 F par semaine71. Plus fermés et plus élitistes, les centres nudistes pratiquent, en revanche, des tarifs généralement plus élevés. Le Club gymnique de France de Villecresnes est accessible au tarif de 200 F pour un homme seul ou une famille et de 100 F pour une femme seule. Ouvertement destinée à un public choisi, la fréquentation du centre de la Ligue Vivre, le Sparta- Club, coûte 500 F par an pour une famille ou pour un homme seul et 300 F pour une femme seule72.

  • 73 É. Bailly, M. Fuszka et M.Jourd’heuil, « Création d’un foyer naturiste », Naturisme, 10 décembre 1 (...)
  • 74 « Statuts et buts du Foyer naturien », L'Action naturienne, revue internationale de progrès humain (...)

32À ces centres, implantés en pleine campagne ou à la périphérie des agglomérations, s’ajoutent des foyers ou des clubs ouverts au cœur des villes dans le but d’encourager la pratique quotidienne du naturisme et du végétarisme. Le Foyer naturiste de la rue du Sentier, fondé en janvier 1932 par des proches des frères Durville, vise à relayer les centres de Physiopolis et d’Héliopolis en permettant aux naturistes de disposer d’un lieu de convivialité dans la capitale. Il propose à ses adhérents des conférences, des excursions pédestres, des cours de culture physique, de danse rythmique, de chant et de dessin. Il met également à leur disposition une bibliothèque et un restaurant végétarien73. Le Foyer naturiste du boulevard Sébastopol, fondé en mai 1934 par l’Union naturiste de France, dispose également d’un restaurant, d’une bibliothèque et d’une salle de conférence. À Toulouse, en 1936, un éphémère Foyer naturien, ouvert par un certain Adrien, « professeur de régénération physique », s’attache tout particulièrement « à l’éducation rationnelle des enfants, au développement de l’hygiène physique et mentale », à la « lutte contre l’alimentation antiphysiologique, l’Alcoolisme, le Tabagisme, l’emploi des stupéfiants » et à la promotion des « sports démocratiques, considérés comme moyen de développement individuel74 ».

  • 75 Ibidem, p. 6.
  • 76 Guide naturiste, op. cit., p. 28.

33Les fondateurs de ces foyers associent généralement le naturisme à un idéal de progrès social. Ainsi, le Foyer naturien de Toulouse veut contribuer à « amener l’homme à sortir de l’ornière traditionnelle, dans laquelle l’humanité ne peut trouver le Progrès indispensable à la Paix Sociale, prémisse de la Paix Universelle75 ». De même, Coubart, le secrétaire général du Foyer naturiste de la rue du Sentier, voit le naturisme comme « un important facteur d’Union, de Paix sociale et de Paix internationale76 ». Dans une brochure qu’il publie en 1932, Maurice Fuszka, l’un des fondateurs de ce Foyer, affirme que le naturisme marque « le début d’une ère nouvelle, une étape de l’Évolution Humaine », préalable indispensable, selon lui, à la régénération de la société :

  • 77 M. Fuszka, Communisme et naturisme, Paris, La Brochure mensuelle, 1932, p. 7.

« [Le naturisme] fera par la culture rationnelle, par l’hygiène, par la tempérance, par la sobriété, par tous ses principes en un mot, des êtres beaux, normalement développés, sains moralement et physiquement, qui n’étant plus intoxiqués ni par une nourriture irrationnelle et en excès, ni par l’alcool, ni par le tabac, ni par les médicaments, et les produits chimiques ou frelatés, deviendront calmes, corrects en toutes circonstances, de relations agréables, logiques dans leurs jugements, maîtres d’eux-mêmes, tolérants et compatissants pour leurs semblables. Le Naturisme est le complément indispensable du Communisme et en fera l’état social supérieur par excellence77. »

  • 78 Le Naturiste, Coopération, Biocosmie, Culture générale, juin 1934, p. 15.
  • 79 G. Lefranc,Histoire du Front populaire, Paris, 1974, p. 480.

34L’orientation politique de l’Union naturiste de France est tout aussi nette. Constituée en 1934, elle est présidée par le docteur Legrain et rassemble des individus généralement proches des milieux socialistes ou libertaires, comme les docteurs Paul Vigné d’Octon, Madeleine Pelletier, Georgia Knap et Charles-Édouard Lévy qui siègent dans son Comité d’action. Dans son éphémère revue Le Naturiste, le docteur Axel Proschowsky, ancien membre du Comité directeur du Parti socialiste du Danemark et qui participe égale ment au Comité d’action de l’Union, affirme ouvertement que « l’idéal naturiste et le socialisme-individualiste ne forment qu’une même doctrine sociale78 ». En 1935, l’Union naturiste de France adhère au Rassemblement populaire79. Alors que les régimes autoritaires prolifèrent en Europe et que la république parlementaire semble incapable de résoudre la crise économique et la crise politique latente, le naturisme apparaît, aux yeux de certains de ses partisans, comme un moyen d’échapper à la menace d’une guerre ou d’un effondrement de la société. Sa critique des excès du machinisme et ses idéaux de modération et de vie simple permettraient, s’il était diffusé à une large échelle, de réfréner l’appétit des classes possédantes et de libérer les couches laborieuses des conditions de travail aliénantes auxquelles elles sont soumises. Dans le même temps, la communion intime avec la nature et les relations fraternelles qu’il suscite semblent désigner le naturisme comme le moyen le plus sûr d’instaurer un état social juste et harmonieux.

  • 80 Statuts de l’association « La Vie saine », société naturiste du Sud-Est, déposés le 1er juillet 19 (...)
  • 81 Ibidem.

35À côté de ces Foyers naturistes, dont la création est explicitement motivée par un projet de rénovation sociale, foisonnent de petits groupements plus ou moins formels dont l’unique objet est de pratiquer une activité de loisir saine et conviviale. L’association lyonnaise La Vie saine, déclarée à la préfecture du Rhône en juillet 1933, se donne ainsi pour but de « grouper dans les liens d’une fraternelle amitié les adeptes et amis du naturisme80 ». Ses adhérents se réunissent régulièrement pour des excursions ou des réunions amicales au local de l’association. À partir de l’année suivante, ils louent un terrain sur les bords du Rhône afin de pouvoir s’adonner aux bains de soleil et aux jeux en plein air. Conçu et justifié comme un programme de « régénération de l’être humain tant au point de vue corporel que moral » par l’adoption d’un mode de vie conforme aux lois de la nature81, le naturisme permet avant tout à ses adeptes de compenser les désagréments de la vie urbaine en se ressourçant au contact des éléments naturels. Les associations de ce type se multiplient dans les années trente. Pour la seule année 1934, les petites annonces de la revue Naturisme signalent l’existence ou la constitution de 17 groupes, à Bordeaux, Bruxelles, Calais, Grenoble, La Rochelle, Lyon, Meaux, Montpellier, Nancy, Nice, Orléans, Puteaux, Reims, Rouen et Toulouse. À ceux-ci s’ajoutent un groupe de « muses et poètes naturistes » et un « groupe féminin pour la culture physique et la danse esthétique » à Paris.

  • 82 Naturisme, 9 février 1933, p. 13 et 6 décembre 1934, p. 13.

36Enfin, les mêmes petites annonces révèlent l’existence d’une sociabilité naturiste qui s’épanouit hors de tout groupement formel. Chaque semaine, des individus ou des couples expriment leur désir de rencontrer des personnes partageant leurs centres d’intérêt pour pratiquer ensemble des activités de plein air. Ainsi, par exemple, ces annonces publiées par la revue des frères Durville : « Jeune homme, 30 ans, naturiste, éducation soignée, directeur affaire commerciale [...] dés. connaître ami naturiste, caract. agréable pr. prat. aviron, naturisme et sorties », ou encore « Lille - Jeune fille désire se créer relations dans milieux naturistes pour sorties et jeux de plein air 82 ». « Faire du naturisme », c’est désormais se joindre à quelques camarades pour profiter ensemble des bienfaits de l’exposition du corps dévêtu au soleil et des plaisirs des jeux de plein air. Certes, le naturisme est encore associé à quelques règles d’hygiène alimentaire et à des idéaux de vie saine et de relations fraternelles entre les hommes. Il semble toutefois qu’en se popularisant sous la forme d’une activité de loisir, le naturisme ait vu le degré de conviction et d’engagement individuels nécessaires à sa pratique s’émousser considérablement.

37Bien que plus suspect, le nudisme accède également à une certaine popularité. Des reportages réalisés par des journalistes - qui ne sont pas eux- mêmes nudistes - témoignent de la curiosité qu’il suscite dans l’opinion publique en même temps qu’ils contribuent à sa progressive banalisation. Publiées par des auteurs connus pour leurs romans grivois, généreusement illustrées de photographies de nus, ces enquêtes jouent de l’équivoque qui entoure le nudisme afin d’appâter le lecteur. Elles soulignent néanmoins la parfaite innocence de cette forme de nudité collective. Ainsi, le reportage que Louis-Charles Royer consacre en 1929 au mouvement allemand s’ouvre sur cet avertissement :

  • 83 L.-Ch. Royer, Au Pays des hommes nus, Paris, Éditions de France, 1929, p. 10. L’enquête a d’abord (...)

« Si, dans ce livre de bonne foi, transparaissent par instants quelques malices, c’est que le Français moyen que je suis n’a pu s’empêcher parfois de sourire, en contemplant tant de spectacles... imprévus. Mais je tiens à dire tout net que la pratique de la nudité, telle que s’y livrent les naturistes allemands, ne m’est jamais apparue comme un sujet de scandale, ni comme la cause d’un dérèglement des mœurs83. »

38Les derniers chapitres de l’ouvrage s’attachent à présenter succincte ment la situation du nudisme en France. Ils décrivent principalement les réalisations des Durville à Villennes, tout en soulignant que la nudité n’y est pas intégrale. En revanche, l’initiative de Kienné de Mongeot, qui ne s’accompagne pas encore de réalisations concrètes, n’est qu’à peine évoquée. Par ailleurs, l’auteur rapporte l’existence de pratiques nudistes hors de tout cadre associatif :

  • 84 Ibidem, p. 198-201.

« La plupart [des nudistes de France] "pratiquent" en petit comité. [...] La séance de libre culture la plus pittoresque à laquelle il me fut donné d’assister se déroula dans le cadre charmant de la forêt de Fontainebleau. Les participants étaient huit : cinq messieurs, trois dames. Comme ils risquaient la prison, ils prirent des précautions.
Deux hommes et deux femmes habillés, formèrent les quatre coins d’un carré de deux cents mètres de côté. C’étaient les sentinelles. Au centre du carré, dans une étroite clairière, choisie douce à l’épiderme, les trois autres mâles et la femme la plus décidée ôtèrent leurs vêtements. [...]
Alors, pendant une heure, les quatre amis goûtèrent les joies de la nudité au grand air. [...]
L’heure écoulée, les nudistes rentrèrent dans leurs vêtements et allèrent relever la garde. Ce fut au tour des sentinelles de "pratiquer"84. »

  • 85 R.Salardenne, Le Culte de la nudité (sensationnel reportage chez les naturistes allemands), Paris, (...)

39La même année, Roger Salardenne, journaliste au Canard enchaîné et auteur de plusieurs romans grivois, publie également un reportage sur le nudisme allemand85. On y retrouve le même genre de photographies, le même ton amusé et néanmoins bienveillant que dans l’ouvrage de Louis- Charles Royer :

  • 86 R. Salardenne, Le Culte de la nudité..., op. cit., p. 92-93.

« La Nacktkultur n’est-elle pas tout simplement un prétexte à la débauche et à l’orgie ?
Eh bien ! non, non, non !... Je proteste énergiquement contre cette idée qui tend à se répandre en France. Les groupements de Nacktkultur ne sont pas des associations de débauchés et de noceurs. Bien au contraire, et je puis vous donner ma parole qu’à aucun moment, au cours de mon enquête chez ces gens nus, je n’ai remarqué le moindre geste obscène ou incorrect86. »

  • 87 R.Salardenne, Un Mois chez les nudistes, nouveau reportage en Allemagne, Paris, Prima, 1930, p. 16 (...)
  • 88 R. Salardenne, Le Nu intégral chez les nudistes français..., op. cit., p. 136-137.
  • 89 L.-M. Ferré, Ce qu’il faut savoir du naturisme, Paris, Maloine, 1935, p. 6. Cette brochure reprend (...)

40En quelques pages, Salardenne évoque très rapidement la Ligue Vivre et la Société naturiste des docteurs Durville et mentionne, lui aussi, l’existence d’un nudisme sauvage. Enfin, il consacre les deux derniers chapitres de son livre aux résultats d’une enquête qu’il a menée afin de recueillir l’opinion d’intellectuels français, de médecins et d’« hommes de la rue » sur le nudisme. L’intérêt principal de ces pages tient à ce qu’elles révèlent, chez l’auteur comme chez la plupart des personnes qu’il interroge, un emploi indifférencié des termes de naturisme et de nudisme, confusion qui apparaissait déjà dans l’ouvrage de Royer. Ainsi, le questionnaire envoyé par Salardenne aux personnalités du monde intellectuel s’ouvrait par la question : « Que pensez-vous du naturisme au point de vue hygiénique ? » Son intention était de recueillir leur avis sur la nudité intégrale et c’est bien sur ce point que portent les réponses qu’il publie. Aux « hommes de la rue » qu’il questionne et qui semblent encore ignorer l’existence du nudisme, Salardenne explique l’objet de son enquête en utilisant le terme de « naturisme ». Un camelot lui répond : « Le naturisme ? Alors c’est un truc pour se f... à poil ? Ah ! là, là, là ! Quelle vaste blague ! Non, mais, me voyez-vous tout nu, avec mon paquet de journaux ? Mais je ferais fuir les clients... » Et, à propos d’un modèle, l’auteur précise : « Lulu est, en somme, une naturiste professionnelle. Ne fait-elle pas métier de montrer son corps aux artistes peintres du Mont-Parnasse ? » L’année suivante, Salardenne réalise un nouveau reportage sur le nudisme allemand. Mieux renseigné, l’auteur distingue désormais le nudisme du naturisme : « En fait, précise-t-il, si les sociétés "naturistes" sont nombreuses dans notre pays, il n’y a qu’une seule véritable association "nudiste", la ligue Vivre87. » De même, en 1932, dans l’ouvrage qu’il consacre aux nudistes français, il évoque les naturistes du Trait d’Union de Bordeaux en précisant que ceux-ci ne sont « pas encore convertis au nudisme intégral ». Il souligne par ailleurs qu’il convient de ne pas confondre les nudistes avec le docteur Carton « qui fulmine en termes grossiers et vulgaires contre le nudisme88 ». Il n’en reste pas moins que la confusion entre les deux termes semble bien avoir commencé à s’installer dans le grand public. Ainsi, en 1935, dans un ouvrage destiné à vulgariser le naturisme, la journaliste Louise-Marie Ferré peut écrire : « Pour beaucoup de personnes, le naturisme s’identifie avec le nudisme et devient aussitôt suspect d’intentions troubles89. »

  • 90 L’expression « semi-nudisme » est employée par Louise-Marie Ferré (ibidem, p. 22-23). Celle de « n (...)
  • 91 Ibidem, p. 41-54.
  • 92 A. Roc, A.B.C. naturiste, Paris, Le Livre et l’image, coll. « La Caravelle », 1936, p. 43-46.

41Cette confusion est entretenue par les nudistes eux-mêmes qui justifient la pratique de la nudité comme un aspect du « retour à la nature » et donnent parfois le titre de « naturiste » aux groupements qu’ils constituent — comme les Naturistes de Lyon, les Naturistes de Provence ou les Naturistes du Var, affiliés à la Ligue Vivre. De leur côté, certains milieux naturistes non nudistes contribuent également à ce rapprochement des termes en qualifiant de « semi-nudisme » ou de « nudité sub-totale » les activités de plein air pratiquées en maillot de bain90. De plus en plus, le nudisme apparaît comme l’un des courants de la mouvance naturiste, pleinement intégré à celle-ci et que distingue seulement son invitation à s’exposer au soleil sans maillot. Le Guide naturiste de 1933, par exemple, présente divers groupements et centres naturistes, en spécifiant dans chaque cas si la pratique de la nudité y est intégrale ou partielle. À Physiopolis et Héliopolis, « la tenue minima est [...] pour l’homme, slip couvrant complètement les parties sexuelles et les fesses ; les slips ne couvrant pas les fesses sont interdits ; pour les femmes, même slip, avec, en plus, cache-seins obligatoire ». De même, le « naturisme intégral » se pratique dans le parc des Amis de la maison des arts « avec la tenue minima du sleep [sic] ». Le Sparta-Club, en revanche, propose « un beau parc de nudité intégrale ». D’autres emploient les expressions sans équivoque de « gymnité » ou de « libre-culture ». C’est le cas notamment du Foyer naturiste, qui résume son programme en deux mots : « naturisme et libre-culture », du Club gymnique de France ou de Vie et lumière, ligue gymnique d’hygiène sociale qui « grâce à la pratique rationnelle de l’insolation, de la nudité et de la gymnastique a pour but de développer, intégralement, sur tous ses plans la personnalité humaine et d’obtenir ainsi un équilibre harmonieux, individuel et social, basé sur le culte de l’honneur, du beau et du vrai91 ». Enfin, dans son A.B.C. naturiste paru en 1936, Abel Roc propose une liste de 34 groupements et clubs naturistes dans laquelle se côtoient sans distinction les associations nudistes et non nudistes92.

  • 93 P. Carton, Le faux Naturisme..., op. cit., p. 80-81.
  • 94 Ch.-A. Bontemps, « Dirons-nous : Naturisme ou Nudisme ? », Vivre intégralement, 15 novembre 1931, (...)
  • 95 J. Levert, Nudisme et volupté, Paris, Édition du Sans écu, coll. du « Libertin », 1929 ; anonyme, (...)

42Tenant la Ligue Vivre pour responsable de ce dévoiement du naturisme, Paul Carton ne cesse de fustiger « les faux naturistes nudistes d’aujourd’hui pour qui le naturisme consiste uniquement à recouvrer la santé par le nu, à vivre intégralement nu, sexes mélangés, au foyer ou en cure publique, à publier des photographies obscènes pour acclimater partout le culte païen de la chair ». Selon lui, il ne fait aucun doute que « ces obsédés de la sexualité et ces comédiens de la vertu » travaillent à la « démoralisation sociale », « à polluer et à détruire le vrai naturisme synthétique, source d’ordre et de progrès spirituel93 ». Du côté des défenseurs du nudisme, Charles-Auguste Bontemps regrette également cette confusion des termes qui, en associant aux yeux du public le nudisme à « une idée de simplification outrée de la vie », a constitué une entrave au « recrutement nudiste ». Plus soucieux de répandre la pratique de la nudité que la réforme alimentaire ou le retour à la nature, Bontemps suggère de renoncer à employer le terme de naturisme, afin de « réunir des adeptes de la libre-culture dont les opinions et les genres de vie sont, pour le surplus, fort différents94 ». Toutefois, la multiplication des publications érotiques ou des romans grivois qui utilisent les termes de nudisme ou de naturisme - comme les albums de photographies Nudisme et volupté et Nudisme et paysages ou comme le roman au titre suggestif Odette fait du naturisme d’un certain Harry Kover ou celui de Marcel Vigier, Le Monsieur tout nu, ou le naturiste ingénu95 - montre bien que la banalisation de ces termes dans le grand public tend à les associer indistinctement à la simple pratique de la nudité, hors de toute référence à un programme de réforme individuelle ou sociale.

Notes

1 Gaston Durville est né en 1887, ses deux frères Henri et André en 1891 et en 1896. Leur père, le magnétiseur Hector Durville (1849-1923), jouit d’une certaine renommée dans le milieu du magné tisme et de l’hypnose.

2 G. Durville, Étude étiologique sur l’hypnose, thèse de médecine, Montpellier, 1911.

3 G. Durville, La Cure naturiste, pour entretenir sa vigueur et se guérir sans médicaments, Paris, Éditions Henri Durville, s. d. [1918]. Parmi ses brochures (toutes éditées en 1921 par son frère Henri), on peut citer, par exemple : La Santé par le naturisme; L’Alimentation rationnelle; Les Maladies de la circulation, leur traitement sans droguage par la méthode naturiste; Les Succès de la médecine psychique; Vos Prédispositions maladives, les secrets de la vie saine.

4 A. Durville, L’Action de la pensée sur les phénomènes de nutrition cellulaire, thèse de médecine, Paris, 1924. Refusée tout d’abord, la thèse n’a pu être soutenue que grâce à l’intervention du professeur Charles Richet.

5 Notamment L’Art d’agir par suggestion, sur soi, sur autrui, action de la pensée dans les profondeurs du corps pour guérir les maladies organiques, Paris, Éditions de l’Institut de médecine naturelle, 1923 et La Curementale, pour guérir les maladies sans médicaments, par l’emploi raisonné des forces naturelles qui sont en nous, Paris, Éditions de l’Institut naturiste, 1930.

6 Henri Durville édite de nombreux ouvrages consacrés au naturisme, à la médecine psychique et à l’occultisme. Il dirige une société « secrète » à caractère initiatique, l’Ordre eudiaque.

7 H. Durville, La Médecine psycho-naturiste, Paris, Éditions Henri Durville, Bibliothèque eudiaque, 1928. Leurs emprunts au système cartonien n’empêchent pas les frères Durville d’être affublés de qualificatifs peu aimables par le médecin de Brévannes.

8 Publicité pour Physiopolis, régulièrement publiée dans la revue Naturisme à partir d’octobre 1930.

9 S. Villaret, L’Évolution du naturisme..., op. cit., p. 385.

10 C. Candiani, « Un Voyage à l’île naturiste de Villennes », Naturisme, 30 octobre 1930, p. 5. Ce chiffre est probablement exagéré. Sylvain Villaret avance celui de 1 137 adhérents en 1933, sans toutefois préciser sa source (/.’Évolution du naturisme.... op. cit., p. 386).

11 Naturisme, 6 novembre 1930, p. 12.

12 S. Villaret, L’Évolution du naturisme..., op. cit., p. 414-418.

13 Encart publicitaire pour Physiopolis publié par Naturisme, à partir d’avril 1933.

14 A. Rauch, « Les Vacances et la Nature revisitée (1830-1939) », A. Corbin (dir.), L’Avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, 1995, p. 83-117. Sur le développement des congés payés en France, à partir de 1919 : J.-C. Richez et L. Strauss, « Un temps nouveau pour les ouvriers : les congés payés ( 1930-1960) », ibidem, p. 376-378. La précocité de l’octroi des congés payés aux employés et aux ouvriers en Allemagne est probablement autant responsable de la prospérité des associations naturistes qu’un rapport particulier à la nature inscrit dans la culture germanique.

15 A. et G. Durville, Fais ton corps, Paris, Éditions de Naturisme, s. d. [probablement 1936 ou 1937], p. 8-9, 31 et 33.

16 Chap. 2 : « La forme humaine normale », ibidem, p. 69-93. Sur l’émergence de ce nouveau modèle corporel depuis la fin du xixe siècle : G. Andrieux, Force et beauté, histoire de l’esthétique en éducation physique aux xixe et xxe siècles, Taience, 1992 et G. Vigarello, Le Sain et le malsain..., op. cit., p. 271-277.

17 A. et G. Durville, Fais ton corps, op. cit., p. 24 et chap. 3 : « La femme de demain aura une forme athlétique », p. 95-117.

18 Ibidem, p. 7 et 29.

19 G. L. Mosse, L’Image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, 1997, notamment p. 113- 155. Cette hypothèse doit être nuancée. Eugen Weber, qui constate également que le modèle athlétique se diffuse dans les années trente, souligne néanmoins que les couches moyennes et populaires commencent à utiliser des produits de beauté et à fréquenter des salons de coiffure ou de manucure, pratiques autrefois réservées à la bourgeoisie (La France des années 30. Tourments et perplexités, Paris, 1995, p. 83-86).

20 A Prost, les Anciens combattants et la société française, 1914-1939, vol. 3 : Mentalités et idéologies, Paris, 1977, p. 19-24.

21 S. Audoin-Rouzeau et A. Becker, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 270.

22 Il ne s’agit pas, bien évidemment, de faire du naturisme une forme de totalitarisme. L’un et l’autre se fondent sur des systèmes de valeurs opposés et recourent à des formes d’action qui ne peuvent être comparées.

23 M. Cluet, La « Libre culture »..., op. cit., p. 23-135 et G. L. Mosse, L’Image de l’homme..., op. cit., p. 29-43.

24 André G., entretiens du 5 mars et du 2 juillet 1998.

25 Marcel Kienné de Mongeot est né en 1897. Il dirige l’Académie de culture physique du parc Monceau, à Paris, fréquentée par un public choisi. Marcel Viard est né en 1884. Ancien disciple du Dr Carton, il a été médecin-chef de l’Institut psycho-naturiste d’Henri Durville, au début des années vingt.

26 M. Kienné DE Mongeot, « Notre but », Vivre, Culture physique et mentale. Hygiène - sports, Arts et Sport, 15 mars 1926, p. 1.

27 « À nos lecteurs », Vivre...,15 avril 1926, p. 9.

28 Siègent ainsi dans le Comité d’honneur de Vivre 15 médecins, un prince, un comte et un marquis, deux universitaires, un officier et le rédacteur des chroniques mondaines du Figaro (liste des membres du Comité d’honneur de Vivre dans Vivre intégralement, septembre 1927, p. 2).

29 Par exemple, F. Fougerat de David de Lastours, « Les Bienfaits de l’insolation », Vivre, 15 mars 1927, p. 12-13 et « La Lumière et la vie »,Vivre intégralement, 15 avril 1927, p. 7-8 ; M. Didier, « Bain d’air - bain de soleil », ibidem, p. 6-7 et « Le Bain froid », ibidem, 15 juin 1927, p. 7-8.

30 M. Kienné de Mongeot, « De la Nudité. À propos du procès de M. Malkovski »,Vivre intégralement, 15 février 1927, p. 3-5. En réalité, Malkovski était apparu vêtu d’un slip et d’un costume d’indien.

31 M.Kienné de Mongeot, « De la Nudité (suite) », Vivre intégralement, 15 mars 1927, p. 3.

32 Ibidem, p. 4.

33 Après que des fonctionnaires de la préfecture et du ministère de l’Intérieur leur eurent dit, en avril 1929, qu’ils étaient déterminés à employer tous les moyens légaux pour empêcher l’implanta tion du nudisme en France, les Durville ont interdit la pratique de la nudité intégrale dans leurs centres.

34 Dans sa thèse de médecine, le docteur Fougerat, vice-président de la Ligue Vivre, tente de justifier la nudité intégrale en démontrant que le port d’un cache-sexe réduit le bénéfice de l’insolation dans une proportion bien supérieure à la surface couverte (F. Fougerat de David de Lastours, L’Homme et la lumière, contribution à l’étude de l’insolation, moyen de traitement et d’hygiène, thèse de médecine, Paris, 1925, p. 112). Il s’agit là, cependant, d’un argument marginal, très rarement repris par les défenseurs du nudisme.

35 M. Kienné de Mongeot, « De la Nudité (suite) », op. cit., p. 4.

36 Ces réponses sont publiées sous la rubrique « Quelles sont vos opinions, vos idées ? » entre avril 1927 et octobre 1928.

37 M.Didier, « La Mise en pratique de la nudité », Vivre intégralement, août 1927, p. 8.

38 M. Didier, « La Mise en pratique de la nudité », Vivre intégralement, septembre 1927, p. 5-6.

39 M. Kienné de Mongeot, « Ce que nous sommes et ce que nous voulons », Bulletin de la Ligue Vivre, p. 3, inséré dans Vivre intégralement, 15 janvier 1929.

40 « Activités de la Ligue »,Vivre intégralement, 15 juillet 1929, p. 11.

41 « Vivre à Lyon »,Vivre intégralement, 15 octobre 1929, p. 7.

42 M. Kienné de Mongeot, « Force et beauté »,Vivre..., 15 août 1926, p. 2 et 3.

43 Par exemple « Le Culte du Nu en Allemagne », Vivre intégralement, 15 mai 1927, p. 10 ou « Un Témoignage intéressant » (courrier d’un lecteur qui a pratiqué le nudisme dans un centre près de Hanovre), Vivre intégralement, septembre 1927, p. 13.

44 Les naturistes ne font ici qu’employer des expressions banales à cette époque et montrer implicitement qu’ils partagent les préjugés dominants de leur temps. Bien évidemment, ces termes ne reflètent en rien notre propre opinion et nous ne les employons qu’avec toute la distance critique nécessaire.

45 P. Morand cité par H.Nadel, Devons-nous vivre nus ?, t. 2 : La Nudité et la santé, Vivre intégralement, hors série n° 4, 1929, p. 24.

46 G. Gézéquel, « Notre enquête en Afrique, les noirs de la région du Kasaï », Vivre intégralement, 1er septembre 1931, p. 7.

47 F.Fougerat de David de Lastours, Hygiène, nudité, soleil aux colonies. Trois communications à la société de médecine et d’hygiène tropicale, Paris, Vigot, Association gymnique de France, 1932, p. 19 et 3.

48 L.Pauthault, « La Peau du civilisé est un organe atrophié », Vivre intégralement, 15 novembre 1928 p. 8-9.

49 F. Fougerat de David de Lastours,Hygiène, nudité..., op. cit., p. 23.

50 A. Guirel, « Le Naturisme condition essentielle de la vie coloniale », Vivre intégralement, 1er septembre 1929, p. 10.

51 « Notre enquête en Afrique, de quelques coutumes »,Vivre intégralement, 15 août 1931, p. 7.

52 Haardt etAudoin-Dubreuil cités par H.Nadel, La Nudité et la santé, op. cit., p. 24.

53 J. Duvivier, « Faut-il habiller les sauvages ? », Vivre intégralement, 15 septembre 1929, p. 10-11.

54 Lettre du docteur Pathault, « Quelles sont vos opinions, vos idées ? »,Vivre intégralement, juin 1927, p. 9.

55 Annuaire de la Presse française et étrangère et du monde politique, t. 45, Paris, 1927, p. 802 et t. 47, Paris, 1929, p. 630.

56 M.Kienné de Mongeot,La Nudité, ses bienfaits esthétiques, physiologiques, moraux et sociaux, Vivre intégralement, hors série n° 1, 1928 ; P. Vachet, La Nudité et la physiologie sexuelle, hors série n° 2, 1928 ; H.Nadel, Devons-nous vivre nus ?, t. 1 :La Nudité à travers les âges, hors série n° 3, 1929 ; t. 2 : La Nudité et la santé, op. cit.-, t. 3 :La Nudité et la morale, hors série n° 5, 1930.

57 Pour la seule année 1929, l’album de presse de Kienné de Mongeot contient 140 coupures d’articles sur le nudisme - favorables ou hostiles - parus dans des journaux français et belges (non compris les encarts publicitaires et les programmes de conférences).

58 APP : Ba 2242. Cette interdiction a probablement contribué à l’abandon du titre La Vie sage par les Durville. La revue Naturisme qu’ils font paraître à partir de 1930 ne publiera plus de photogra phies de nus et ne sera pas interdite d’exposition.

59 La Revue des lectures, de l’abbé Bethléem, est le fer de lance de cette offensive à laquelle participent, notamment, Le Relèvement social (octobre 1928 et avril 1929), L’Enfant et la femme (1er mai 1929), La Croix (18 juin 1929) et Le Prêtre et la famille (novembre-décembre 1929). Le Bulletin de la société médicale de Saint-Luc, Saint-Côme, Saint-Damien, organe de l’association des médecins catholiques, participe également à la dénonciation du nudisme (juin et juillet-août 1930, janvier 1934).

60 Par exemple : M. Kienné De Mongeot, « De l’Eau à notre moulin », Vivre intégralement, 15 février 1930, p. 3 ; « M. Pourésy démasqué par lui-même », 1er août 1930, p. 3-4 ; « Le Balayeur public », 15 juillet 1931, p. 3.

61 1930 : à Beauvais, Belfort, Bruxelles, Dijon, Lyon, Marseille et Saint-Etienne ( Vivre intégralement, 15 avril 1930, p. 12). 1932 : à Bordeaux, Clermont-Ferrand, Loumède (Var), Lyon, Marseille (deux groupes), Nice, Périgueux, Roubaix, Reims, Royan, Strasbourg et Toulon pour la métropole ; à Alger, Casablanca, Oran et Tunis pour l’Afrique du Nord ; à Anvers, Barcelone, Bruxelles (deux groupes), Gand, Le Pirée, Liège, New York et au Portugal pour l’étranger (Vivre intégralement, 1er mai 1932, p. 13).

62 R. Salardenne, Le Nu intégral chez Us nudistes français, reportage dans Us principaux centres, Paris, Prima, 1932, p. 41.

63 A Colin, L’erreur de la médecine, pour ceux qui veulent comprendre et guérir, Nice, 1933 et Le Retour à Hippocrate, Paris, Fasquelle, 1938 ; J. Poucel, La Joie d’être sain, le naturisme et la vie, Paris, Baillière, 1933.

64 Abbé Andreu, La Santé jusqu ‘à cent cinquante ans et plus par le naturisme et le spiritualisme. Hébé ou la Vraie Jouvence, Paris, Éditions du Cercle social, 1930 ; Dr Mendel, La Remarquable action théra peutique des grains de blé trempés, naturisme et homéopathie. Vannes, 1929 ; Henry Duprat,Médecine homéopathique et médecine naturiste, Paris, Maloine, 1931.

65 Guide naturiste, Paris, 1933, p. 61.

66 Guide naturiste, op. cit., p. 54 et IFHS : Archives Armand, 14 AS 2118.

67 Publicité insérée dans Le Naturiste, Coopération, Biocosmie, Culture générale, n° 2, 25 juillet- 25 septembre 1934, 4e p. de couv.

68 Régénération, janvier 1933, p. 20 et Guide naturiste, op. cit., p. 47.

69 Naturisme, 28 mai 1931, p. 10 et 12 novembre 1931, p. 10.

70 Naturisme, 5 novembre 1931, p. 13 ;25mai 1933, p. 13 ;22 juin 1933,p. 13 et Guide naturiste, op. cit., p. 51.

71 Naturisme, 6 novembre 1930, p. 12 (le supplément pour l’inscription à la Section nautique de Physiopolis s’élève tout de même à 300 F) ; Guide naturiste, op. cit., p. 53 ; Régénération, janvier 1929, 2e p. de couv.

72 Guide naturiste, op. cit., p. 45 ;Vivre intégralement, 1er mai 1931, 2e p. de couv.

73 É. Bailly, M. Fuszka et M.Jourd’heuil, « Création d’un foyer naturiste », Naturisme, 10 décembre 1931, p. 5 et Guide naturiste, op. cit., p. 51.

74 « Statuts et buts du Foyer naturien », L'Action naturienne, revue internationale de progrès humain, paix, santé, bonheur, organe du Foyer naturien, Société de rééducation individuelle psycho-physique, n° 1, novembre 1936, p. 7 (unique numéro de la revue).

75 Ibidem, p. 6.

76 Guide naturiste, op. cit., p. 28.

77 M. Fuszka, Communisme et naturisme, Paris, La Brochure mensuelle, 1932, p. 7.

78 Le Naturiste, Coopération, Biocosmie, Culture générale, juin 1934, p. 15.

79 G. Lefranc,Histoire du Front populaire, Paris, 1974, p. 480.

80 Statuts de l’association « La Vie saine », société naturiste du Sud-Est, déposés le 1er juillet 1933 à la préfecture du Rhône (Archives départementales du Rhône : 4M636).

81 Ibidem.

82 Naturisme, 9 février 1933, p. 13 et 6 décembre 1934, p. 13.

83 L.-Ch. Royer, Au Pays des hommes nus, Paris, Éditions de France, 1929, p. 10. L’enquête a d’abord paru sous forme de feuilleton dans l’hebdomadaire Gringoire. L’auteur avait publié auparavant un roman léger. La Maîtresse noire (Paris, Éditions de France, 1928), diffusé à 15 000 exemplaires.

84 Ibidem, p. 198-201.

85 R.Salardenne, Le Culte de la nudité (sensationnel reportage chez les naturistes allemands), Paris, Prima, 1929. Parmi ses romans précédents : Pépita, danseuse nue (Paris, Prima, collection gauloise, 1926), L’Île aux femmes nues (Paris, Prima, collection gauloise, 1927), La Vénus des sleepings (avec René Virard, Paris, Prima, 1927).

86 R. Salardenne, Le Culte de la nudité..., op. cit., p. 92-93.

87 R.Salardenne, Un Mois chez les nudistes, nouveau reportage en Allemagne, Paris, Prima, 1930, p. 161.

88 R. Salardenne, Le Nu intégral chez les nudistes français..., op. cit., p. 136-137.

89 L.-M. Ferré, Ce qu’il faut savoir du naturisme, Paris, Maloine, 1935, p. 6. Cette brochure reprend une série d’articles publiés par le journal L’Auto durant l’été 1932.

90 L’expression « semi-nudisme » est employée par Louise-Marie Ferré (ibidem, p. 22-23). Celle de « nudité sub-totale » revient fréquemment dans la littérature des frères Durville dans le courant des années trente.

91 Ibidem, p. 41-54.

92 A. Roc, A.B.C. naturiste, Paris, Le Livre et l’image, coll. « La Caravelle », 1936, p. 43-46.

93 P. Carton, Le faux Naturisme..., op. cit., p. 80-81.

94 Ch.-A. Bontemps, « Dirons-nous : Naturisme ou Nudisme ? », Vivre intégralement, 15 novembre 1931, p. 3.

95 J. Levert, Nudisme et volupté, Paris, Édition du Sans écu, coll. du « Libertin », 1929 ; anonyme, Nudisme et paysages, 32 photographies artistiques d’après nature, Paris, Prima, 1930 ; H. Kover, Odette fait du naturisme, Paris, Prima, coll. gauloise, 1930 ; M. Vigier, Le Monsieur tout nu, ou le naturiste ingénu, Paris, Prima, 1931.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540