Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du naturisme

 | 
Arnaud Baubérot

Deuxième partie. Naturisme et hygiénisme

Chapitre VI. Le « végétaro-naturisme » de la Belle Époque

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

La réforme des modes de vie et ses enjeux

1Alors que les théoriciens du naturisme concevaient celui-ci comme une doctrine médicale et privilégiaient sa dimension thérapeutique, sa réception par la mouvance végétarienne lui donne une tournure sensiblement différente. Les revues végétariennes tendent en effet à employer le terme de naturisme pour désigner la pratique des bains d’eau, d’air et de soleil, à des fins hygiéniques et prophylactiques, dans le cadre de la vie quotidienne, plus que pour qualifier un système médical particulier et le mode de traitement qui s’y rapporte. De même, comme nous venons de le voir, la fréquentation des sanatoriums naturistes par les militants végétariens s’inscrit plus dans la logique du tourisme sanitaire que dans la recherche d’un mode de cure pour des affections spécifiques. Les écrits des médecins naturistes et les établissements qu’ils dirigent participent ainsi à l’élaboration, dans le milieu végétarien, d’un vaste programme de réforme sanitaire des modes de vie. Toute une dogmatique hygiénique s’élabore, que l’on peut qualifier de « végétaro-naturiste » tant ces deux aspects de son programme apparaissent indissolublement liés. La littérature naturiste, les ouvrages et les revues végétariennes, les conférences et les banquets organisés par la Société végétarienne de France entretiennent les certitudes des adeptes de la réforme des modes de vie, fournissent les principaux arguments du discours apologétique et précisent les modalités de la mise en oeuvre du programme hygiénique. Les nouvelles des organisations végétariennes étrangères et les reproductions d’articletirés de leurs publications permettent, en outre, de dépasser le cadre d’un végétarisme français numériquement insignifiant et offrent le sentiment de participer à un plus vaste courant. Les revues assurent enfin la publicité de tout un réseau d’institutions (sanatoriums naturistes, établissements de cure, gymnases, pensions et restaurants végétariens, commerces de « produits hygiéniques » ...) qui permettent la pratique quotidienne de l’hygiène végétaro-naturiste. On voit alors se dessiner les contours d’une culture-ou plutôt d’une sous-culture-naturiste fondée sur la croyance commune en la nécessité d’une régénération individuelle par l’adoption d’un mode de vie particulier, jugé plus sain et plus conforme aux « lois de la nature », et sur la contestation, plus ou moins virulente, des pratiques sociales dominantes.

  • 1 Notamment : A. Corbin, « Le Péril vénérien au début du siècle : prophylaxie sanitaire et prophylax (...)
  • 2 Parmi les ouvrages de P.-M. Legrain : De la Dégénérescence de l’espèce humaine, Paris, 1892 ; Dégé (...)
  • 3 H. Labbé, M. Labbé, L. Landouzy, Hygiène sociale. Enquête sur l’alimentation d’une centaine d’ouvr (...)

2Il n’est probablement plus nécessaire de démontrer la façon dont le discours médical, dans le courant du xixe siècle, se consacre à la production de normes sociales et morales, non plus que l’essor progressif de leur résonance sociale à mesure que décline l’influence normative des Églises en général et, en France, de l’Église catholique en particulier. Médecins sociaux et hygiénistes de la Belle Époque, confortés dans l’idée de la justesse et de l’urgence de leurs positions par la menace des fléaux sociaux et l’angoisse de la dégénérescence, s’engagent ainsi dans la promotion d’une morale sociale propre à assurer la santé des populations et la salubrité publique1. Abstinence, tempérance et frugalité indiquent alors le chemin d’une régénération des corps et des âmes qui, quoique ne promettant plus le salut pour l’au-delà mais pour ici-bas, n’en conserve pas moins une saveur dramatique puisque son enjeu n’est rien moins que la survie de l’espèce. À bien des égards, le programme de réforme des modes de vie adopté et promu par les adeptes du végétarisme et du naturisme relaie ce moralisme sanitaire. Il en reformule les préceptes pour les exprimer sous la forme d’un catalogue de prescriptions hygiéniques applicables dans la sphère individuelle et domestique. Certains médecins sociaux témoignent, à ce titre, d’un intérêt appuyé pour l’œuvre de la Société végétarienne de France. Ainsi, le docteur Paul-Maurice Legrain, médecin aliéniste, apôtre de la lutte contre l’alcoolisme et la dégénérescence, adhère à la Société et lui propose ses services de conférencier2. De même, le docteur Marcel Labbé, chef de laboratoire de la clinique Laennec et auteur, avec son frère Henri et Louis Landouzy, d’une étude sur l’hygiène alimentaire des ouvriers parisiens3, entretient des relations régulières avec les militants de la Société.

  • 4 A. P. Ouédraogo, Le Végétarisme..., op. cit., p. 93-95.
  • 5 H. Coluere, « L’Alimentation de la classe ouvrière », La Réforme alimentaire, 15 août 1906, p. 181 (...)
  • 6 A. P. Ouédraogo, Le Végétarisme..., op. cit., p. 100.

3Dans son essai sur l’histoire du végétarisme, Arouna Ouédraogo souligne-avec justesse – les affinités du végétarisme avec l’idéal ascétique de la bourgeoisie en pleine ascension. Il l’associe, cependant, à l’hygiénisme moralisateur d’un certain patronat soucieux d’inciter le prolétariat à la tempérance et à la frugalité afin de pacifier les relations sociales et d’assurer la production de force de travail à moindre coût4. Or, force est de constater que si les auteurs végétariens contestent à loisir les idées reçues-en particulier dans les milieux populaires-sur la valeur « énergisante » de la viande et de l’alcool et soutiennent que la tempérance et le régime végétal rendent l’organisme plus apte à l’effort, ces auteurs ne s’intéressent que rarement au monde ouvrier en tant que tel. Lorsqu’ils le font, leurs positions se rapprochent alors de celles des réformateurs sociaux. Henri Collière, par exemple, auteur d’un long article sur l’alimentation de la classe ouvrière, fonde son analyse non seulement sur l’enquête de Landouzy et des frères Labbé, mais également sur les travaux de Charles Gide et du courant de l’économie sociale5. En réalité, comme Arouna Ouédraogo le souligne lui-même, c’est en priorité à une « élite intellectuelle », capable de s’affranchir des préjugés et du sens commun en matière d’hygiène et de régime, que la Société prétend s’adresser6. Plutôt que d’associer le programme de réforme végétarienne et naturiste des mœurs à une stratégie de contrôle social par l’extension de l’idéal ascétique de la bourgeoisie aux inquiétantes classes populaires urbaines, il nous semble donc plus juste de suggérer que ce programme témoigne, au même titre que l’évolution des pratiques balnéaires, l’essor de la culture physique ou la naissance du camping, de l’émergence d’une nouvelle sensibilité au corps chez certaines fractions des couches urbaines aisées et cultivées.

4Cette sensibilité se déploie dans deux directions. Elle se traduit, d’une part, par une attention soutenue aux conditions d’un libre épanouissement de l’organisme. Accusées de déformer le corps, d’altérer l’exercice de ses fonctions ou de le solliciter dans un sens contraire à ses dispositions naturelles, certaines pratiques sociales sont condamnées sans appel. Ainsi en va-t-il du port du corset – et plus généralement des vêtements étroits qui enferment et compriment les organes-, de l’atmosphère confinée des intérieurs bourgeois, du recours à la pharmacie chimique, de la consommation croissante de viande, d’alcool et de substances excitantes, censés épuiser artificiellement l’appareil digestif, intoxiquer l’organisme et engager l’individu sur la pente de la dégénération. Á l’opposé, les soins corporels épurent le corps des poisons que transporte l’atmosphère urbaine, tandis que l’exercice physique accroît ses aptitudes et que le contact fluide de l’eau, de l’air et de la lumière lui permet de s’épanouir librement dans son milieu naturel et d’atteindre la plénitude de sa normalité. L’hédonisme n’est pas absent, loin s’en faut, de cette sensibilité, et l’attention aux appels du corps est aussi une attention à ses plaisirs. Il convient, en la matière, de n’être pas dupe des injonctions répétées à la frugalité et à la modération. L’idéal ascétique érigé en vertu cardinale par la bourgeoisie de la Belle Époque n’implique jamais le renoncement au confort domestique ou aux joies de la villégiature. De même, les promoteurs du végétarisme rivalisent d’inventivité culinaire pour démontrer que sa pratique est conciliable avec les plaisirs de la table. Les propriétaires d’établissements naturistes, soucieux d’attirer le chaland, ne cessent de vanter le luxe et la modernité de leurs installations ainsi que les agréments du climat ou des paysages du lieu où ils se sont implantés. Quant aux médecins naturistes, ils dénoncent l’excessive rigueur de l’hydrothéra pie froide de Priessnitz. Ils lui préfèrent désormais la méthode Kneipp, plus douce et plus attentive aux sensations du corps, et, de façon plus marquée dans la première décennie du xxe siècle, la cure atmosphérique de Rikli qui livre la peau dénudée à la caresse de l’air et du soleil.

5La nouvelle sensibilité au corps s’accompagne, d’autre part, d’une incontestable volonté de le contrôler. Les progrès successifs de la physiologie ont révélé les subtilités de la machine humaine et permis de mettre à jour les relations de causalité qui la régissent, jusqu’à évacuer quasiment de son fonctionnement le hasard et la Providence. La découverte des mécanismes de la respiration et de la nutrition fait qu’il n’est plus possible, pour quiconque détient quelques rudiments de culture médicale, d’inspirer ou de manger innocemment. Chaque modification des substances ingérées ou aspirées peut se répercuter à l’infini dans les tréfonds obscurs de l’organisme. Les thèses évolutionnistes, par ailleurs, ont brisé l’image d’un corps immobile, se reproduisant à l’identique depuis la nuit des temps, pour en faire un objet mouvant, instable, susceptible de se transformer sous l’influence de son environnement. Puisque l’organisation et le fonctionnement du corps ne sont plus perçus comme l’œuvre du Créateur qui, voyant « que cela était bon », les a fixés pour l’éternité, mais comme le résultat d’une évolution déterminée par les conditions de l’existence, l’homme se trouve soudain chargé de l’écrasante responsabilité des modifications de son organisme. Le programme de réforme hygiénique des modes de vie promu par les adeptes du végétarisme et du naturisme apparaît alors comme l’une des réponses à l’angoisse de voir les effets délétères de la modernité opérer ces transformations et conduire au déclin, voire à la disparition de l’espèce. Certes, végétariens et naturistes n’ont pas le monopole de la hantise de la dégénérescence et de la névrose « fin de siècle ». Ils y apportent, cependant, une solution originale en prétendant bouleverser les codes sociaux qui régissent l’alimentation, le vêtement, l’habitat, l’hygiène, les pratiques thérapeutiques et les rapports à l’environnement. L’attention soutenue à l’alternance de l’activité et du repos, de la veille et du sommeil, aux nourritures absorbées et à l’air respiré traduit la volonté de contrôler minutieusement les facteurs susceptibles de modifier l’économie humaine. La dénudation du corps et son exposition aux éléments naturels visent à rendre l’organisme à son milieu primitif, à contrebalancer l’influence néfaste de la ville, source d’étiolement et d’épuisement nerveux, pour lui permettre de retrouver sa vigueur physique et morale originelle. Derrière le projet d’une réforme hygiénique des modes de vie se dessine ainsi le rêve de donner à l’homme la maîtrise totale de son corps.

  • 7 R. Bastide, Le Sacré sauvage, op. cit., p. 181
  • 8 Lettre du Dr Danjou au Dr E. Nyssens, président de la Société végétarienne de Belgique et directeu (...)

6L’hygiénisme naturiste semble cristalliser les angoisses de déclin, de chute, de rupture avec l’harmonie originelle que génère l’accélération du progrès, de l’urbanisation et de l’industrialisation. Alors que les effets de la modernité viennent modifier de façon sensible les conditions de vie, naturistes et végétariens expriment leur refus de ces transformations en prônant la simplification de l’existence et le retour à la nature. Leur programme de réforme hygiénique assume donc pleinement la fonction sociale que Roger Bastide attache aux phénomènes antimodernistes7 : celle de dénoncer le coût social et humain du progrès matériel et économique, de rappeler sans cesse la présence du vautour dans le mythe prométhéen auquel la société française s’est ralliée dans son ensemble. Le naturisme entretient cependant des rapports complexes avec la modernité. D’une part, il s’affirme systématiquement comme le fruit de la science et d’une étude rationnelle des relations entre conditions de vie et fonctionnement physiologique. « Le végétarisme et le naturisme, moyens rationnels pour l’homme d’établir sa santé et de la conserver, affirme le docteur Danjou, n’ont le droit d’exister que s’ils sont soutenus et guidés par la science de plus en plus nécessaire à l’homme des civilisations modernes pour éviter d’être broyé dans les rouages meurtriers de ces civilisations8. » Par ailleurs, alors qu’il se construit sur le mode de la contestation et oppose aux excès de l’existence moderne une éthique puritaine exigeante, il apparaît également comme l’expression de nouvelles aspirations des couches moyennes et supérieures urbaines liées, précisément, au développement de la modernité. La plus grande attention que l’individu est invité à porter à son corps, à l’entretien de celui-ci, à la satis faction de ses besoins, aux conditions de son développement comme aux plaisirs qu’il peut susciter apparaît bien plus comme une conséquence culturelie de la modernité que comme l’effet d’un retour à la nature et à l’ordre passé sur lesquels le naturisme prétend se fonder.

7Finalement, en dépit de son hostilité à l’égard de la médecine pasteurienne et de la critique des mœurs que contient son programme de réforme des modes de vie, le végétaro-naturisme participe pleinement à une évolution culturelle profonde qui tend à renouveler la place du corps dans la société. Les affinités qu’il entretient avec un large courant de militantisme en faveur de réformes sociales, qui émerge entre la fin du xixe et le début du xxe siècle, montre également que le végétaro-naturisme, loin d’être un archaïsme, est bien un produit de la modernité qu’il conteste.

Végétaro-naturisme et dégénérescence

  • 9 « Assemblée générale. Rapport du secrétaire », La Réforme alimentaire, 15 juin 1910, p. 152.
  • 10 L’expression de « nébuleuse réformatrice » est empruntée à Ch. Topalov qui en donne une définition (...)
  • 11 C’est une nébuleuse de ce type que décrit James C. Whorton dans son histoire de l’hygiène sociale (...)

8Lors de l’assemblée générale de 1910, Jean Morand signale qu’au 31 décembre 1909, la Société végétarienne de France comptait 383 membres actifs (qui pratiquent le végétarisme), 354 membres associés (qui s’intéressent au végétarisme sans le pratiquer), sept membres d’honneur et correspondants et 21 membres inscrits par anticipation pour 1910, soit un total de 765 adhérents9. Toutefois, malgré ce nombre fort modeste, les militants de la Société végétarienne ne constituent pas un groupe marginal. L’étude de leurs revues révèle les relations qu’ils entretiennent avec un vaste réseau d’organisations dont les objectifs variés rencontrent, sur de nombreux points, le programme de réforme qu’ils défendent. Ainsi les adeptes du naturisme et du végétarisme se trouvent-ils intégrés à une « nébuleuse réformatrice10 », univers aux contours imprécis dans lequel une multitude d’associations, de sociétés et de ligues défendent les différents aspects d’un vaste projet de réforme sociale, parfois seules, parfois en interaction les unes avec les autres, sans obéir aux plans d’une stratégie commune, mais néanmoins entraînées dans un mouvement d’ensemble11. Notre propos ne vise pas ici à démêler l’écheveau du réformisme hygiéniste de la Belle Époque, ni à dresser la liste des institutions et des individus qui l’animent. Il s’agit plutôt pour nous de souligner les affinités particulières qu’entretient le militantisme végétaro-naturiste avec un ensemble d’organisations et de milieux réformateurs afin de montrer que son propre programme de réforme des modes de vie se déploie sur un terrain plus étendu que son seul domaine d’engagement.

  • 12 « Société pour l’hygiène du vêtement », La Réforme alimentaire, septembre 1902, p. 178; MmeCaronbr (...)
  • 13 « Ligue française de l’éducation physique », La Réforme alimentaire, 15 mai 1910, p. 130-131 et Hy (...)
  • 14 La Réforme alimentaire, 15 mars 1913, p. 84-88 et G. Danjou, « Éducation physique de la femme »ibi (...)
  • 15 G. Danjou, « De la Nécessité et des moyens de régler la transformation des îlots insalubres dans l (...)

9Exhortant sans cesse leurs lecteurs à appliquer les préceptes de l’hygiène individuelle, les revues végétariennes sont conduites à s’intéresser à d’autres associations œuvrant dans un sens analogue. Cet intérêt peut être relative ment épisodique, comme dans le cas de la Société pour l’hygiène du vête ment, dont La Réforme alimentaire salue l’existence en septembre 1902, du mouvement des écoles de plein air ou encore de la Société française contre la vaccination12. Lors de la séance du 13 avril 1912 de la Société végétarienne de France, par exemple, une liste d’adhésion à la Société française contre la vaccination est déposée sur le bureau et reçoit un certain nombre de signatures. Avec d’autres milieux, les relations sont plus suivies. Les militants végétariens font ainsi preuve d’un intérêt marqué pour différentes initiatives en faveur de l’éducation physique. Ainsi, en mai 1910, La Réforme alimentaire annonce la fondation de la Ligue française de l’éducation physique au sein de laquelle une membre active de la Société végétarienne, mademoiselle Blanche Chauveau, préside une Association féminine d’éducation physique13. En mars 1913, la revue annonce la tenue à Paris du Congrès international de l’éducation physique. Le docteur Danjou y est nommé rapporteur pour la question de l’éducation physique de la femme et Blanche Chauveau chargée de « l’éducation physique de la jeune fille dans ses rapports avec l’éducation ménagère14 ». À partir de septembre 1913, celle-ci donne un cours hebdomadaire de culture physique au Gymnase Spirus Gay, dans le cadre de la Section d’éducation physique et de sports de la Société végétarienne de France. Dans un autre registre d’idées, les promoteurs du végétarisme et du naturisme témoignent d’une sensibilité particulière à l’égard de certains thèmes développés dans le milieu des réformateurs sociaux. Nous avons déjà souligné l’accueil favorable que la Société végétarienne avait réservé à l’enquête de Louis Landouzy et des frères Labbé sur les mœurs alimentaires du monde ouvrier. On peut également évoquer le cas des campagnes en faveur des cités-jardins ou des jardins ouvriers que certains médecins végétariens s’attachent à relayer activement. Le docteur Danjou, par exemple, dans une communication au IIe Congrès international d’assainissement et de salubrité de l’habitation, appelle à « la suppression des îlots insalubres des villes, petites et grandes » et à leur remplacement « soit par des cités-jardins, comme cela a lieu en Angleterre et comme y pousse l’Association des cités-jardins de France, soit par des jardins ouvriers quand il y a lieu, soit par des jardins populaires [...] soit par des jardins d’enfants analogues à ceux de Berlin15 ».

  • 16 G. Petit, « L’Alimentation des tuberculeux », La Réforme alimentaire, 15 juin 1905, p. 93-106.

10Cependant, c’est avec des associations engagées dans la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme que la mouvance végétarienne entretient les relations les plus étroites. La rencontre des adversaires de la viande, du tabac et de l’alcool s’opère sur le terrain commun du combat contre la tuberculose et conduit les militants du végétarisme et du naturisme à dépasser la thématique de l’hygiène individuelle qui leur est chère pour s’engager activement en faveur de l’hygiène sociale. En 1905, le docteur Georges Petit, secrétaire général de la Société contre l’abus du tabac et de la Société internationale contre la tuberculose, donne une conférence sur l’alimentation des tuberculeux, à la Société végétarienne de France16. L’orateur y dénonce les méthodes de cure par suralimentation, et notamment le recours à la viande crue, pour leur opposer le régime lacto-végétarien. Un an plus tard, la Société l’accueille à nouveau pour une conférence consacrée aux effets du tabac dans l’organisme. Dans la salle, aux côtés des dirigeants végétariens, siège M. Schaer-Vézinet, secrétaire général de la Ligue antialcoolique. Dans son compte rendu de la soirée, Henri Collière souligne les liens qui unissent ces trois organisations :

  • 17 La Réforme alimentaire, 15 août 1906, p. 200-202. Contrairement à ce qu’affirme l’auteur, Schaer-V (...)

« "Quels rapports cette question du tabac peut-elle avoir avec le Végétarisme ?" demande le Dr Georges Petit. C’est que, comme le disait M. Morand, et selon la conception que s’en font tous les végétariens, le végétarisme englobe le problème de l’hygiène générale. e là les liens étroits qui resserrent ces trois ligues : la Société végétarienne, la Ligue antialcoolique et la Société contre l’abus du tabac, à tel point qu’on se représenterait volontiers le conférencier de ce soir, c’est-à-dire le secrétaire général de la dernière de ces ligues, donnant le bras aux présidents des deux autres, MM. les Dr Grand et Schaer-Vézinet.
Ces trois ligues, en effet, poursuivent une idée commune, sont guidées par un même idéal ; elles se donnent la main et s’entraident. Toutes trois tendent au perfectionnement de la race17. »

  • 18 « Congrès international d’hygiène pratique », La Réforme alimentaire, 15 octobre 1906, p. 248-251  (...)
  • 19 « Société de médecins abstinents des pays de langue latine », La Réforme alimentaire, 15 août 1910 (...)

11La même année, Petit et Schaer-Vézinet se rencontrent à nouveau en Suisse lors d’un Congrès antialcoolique et décident d’organiser un Congrès international d’hygiène pratique à Paris. Celui-ci, prévu pour la fin du mois de septembre 1907, est placé sous la présidence du professeur Blanchard, membre de l’Académie de médecine, et la première de ses huit sections, consacrée à l’hygiène alimentaire, est tout entière dévolue aux cadres de la Société végétarienne de France18. Par ailleurs, Georges Petit devient, dans les années suivantes, l’un des conférenciers attitrés de la Société et un collaborateur occasionnel des revues végétariennes. On le retrouve également en août 1910, aux côtés des docteurs Danjou, Nyssens, Pascault et Sosnowska, cadres des Sociétés végétariennes de France et de Belgique, parmi les membres d’une Société de médecins abstinents des pays de langue latine19. Enfin, les affinités qu’entretient le militantisme végétarien avec les associations engagées dans la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme conduisent les revues végétariennes à rendre régulièrement compte des travaux et des publications de la Société contre l’abus du tabac et de la Ligue antialcoolique, ainsi qu’à relayer les diverses initiatives du docteur Legrain.

12Cet engagement de la mouvance végétarienne et naturiste au sein d’une « nébuleuse réformatrice » mobilisée pour la lutte contre les fléaux sociaux et la promotion de l’hygiène sociale s’accompagne d’une évolution sensible du discours de certains de ses militants. La thématique de la dégénération, dont nous avons déjà souligné l’importance dans la justification des règles d’hygiène individuelle, prend, chez certains auteurs, une tournure plus dramatique et commence à être envisagée à l’échelle collective. Ceux-ci dépassent alors la dialectique de l’étiolement et de l’aguerrissement de l’individu par le respect des « règles de la santé » pour s’intéresser à la question de la réforme des modes de vie à travers la question de la dégénérescence de l’espèce et le problème de l’hérédité morbide.

  • 20 G. Vigarello, Le Corps redressé..., op. cit., p. 88-97.

13Georges Vigarello a montré la façon dont a émergé, au début du xixe siècle, l’idée d’une « détérioration croissante de la race en France » puis, sous l’influence d’un néo-lamarckisme pessimiste, la thèse d’une évolution à rebours menaçant la survie de l’espèce. La lecture du Traité des dégénérescences de Morel, une interprétation largement distordue des théories de Darwin et le traumatisme de la défaite de 1870 ont conforté dans leurs positions ceux que hantait la menace du déclin20. Ainsi, la crainte d’un affaiblissement généralisé, les ravages produits par l’extension de la tuberculose et de l’alcoolisme et la croyance en la transmission héréditaire des tares acquises poussent de nombreux médecins à s’engager, à partir des années 1880, en faveur de l’hygiène publique et dans la lutte contre les fléaux sociaux.

14Le milieu végétaro-naturiste, en revanche, ne se montre que tardive ment réceptif à l’hypothèse de la dégénérescence. Longtemps, en effet, son programme hygiénique se concentre sur la prescription d’un mode de vie susceptible d’éviter la dégénération de l’individu, hors de toute considération sur la race et sur l’hérédité. Certes, les médecins végétariens sont sensibles aux alarmes de la médecine sociale et trouvent dans les formules lapidaires d’un Landouzy-« l’alcoolisme fait le lit de la tuberculose »-ou d’un Hayem-« la phtisie se prend sur le zinc »-la confirmation de la justesse de leurs injonctions en faveur de l’abstinence. Mais c’est l’individu qu’il s’agit de régénérer en l’invitant à réformer son mode de vie. Les « règles de la vie saine » sont toujours présentées comme un moyen de prolonger l’existence, dans la logique de l’hygiénisme classique des Lumières, jamais comme une condition nécessaire à la procréation d’une descendance saine et à la survie de l’espèce.

15À partir de 1906, pourtant, l’idée que la dégénération n’affecte pas seule ment l’individu mais la « race » tout entière commence à apparaître dans les milieux du militantisme végétaro-naturiste. Ainsi, le docteur Danjou, lors d’une conférence donnée à l’Association nationale de préparation des jeunes gens au service militaire, affirme :

  • 21 G. Danjou , « Régénération sociale », La Réforme alimentaire, 15 août 1906, p. 193-194.

« C’est pour avoir oublié ou méconnu les règles fondamentales [de la sobriété] que les vieilles races de l’Europe se voient fauchées chaque jour d’avantage par des fléaux qui ont nom arthritisme, tuberculose, alcoolisme, véritables maladies sociales, fruits pourris d’une civilisation à rebours.[...]
et l’arthritisme par suralimentation est apparu avec tout son cortège désastreux de manifestations variées dont le Dr Maurel, de Toulouse, nous a donné un si saisissant tableau dans la série des générations échelonnées sur le « ruban arthritique » qui conduit à l’extinction de l’espèce21. »

  • 22 E. Maurel, De la Dépopulation de la France, étude sur la natalité, Paris, Doin, 1896 et Causes de (...)
  • 23 L. Pascault, L’Arthritisme par suralimentation, Paris, Maloine, 1908.

16La notion d’arthritisme, employée comme synonyme du concept hippocratique de diathèse pour expliquer les prédispositions individuelles à certaines maladies chroniques, est utilisée couramment par les médecins végétariens. Les travaux des pathologistes qui, comme Bouchard, Landouzy et Glénard, attribuent l’arthritisme à diverses défaillances de l’appareildiges tif, leur offrent des arguments de poids pour affirmer le rôle déterminant des organes de la nutrition dans la conservation de la santé. Or, la question de l’arthritisme est aussi intimement liée à celle de l’hérédité. Il est en effet communément admis par les pathologistes que ces prédispositions morbides revêtent un caractère essentiellement familial et héréditaire. Dans un premier temps, les promoteurs du végétarisme se sont démarqués de ce point devue. En affirmant que les défaillances de l’appareil digestif résultaient des excès alimentaires eux-mêmes et des entorses commises aux règles de l’hygiène, ils faisaient de l’arthritisme un caractère principalement acquis. La lecture des traités populationnistes et eugénistes du docteur Maurel22 vient cependant infléchir le point de vue de certains médecins végétariens et naturistes. Ils y puisent l’idée que les tares acquises à cause des fautes alimentaires et hygiéniques génèrent un arthritisme qui se transmet à la génération suivante, s’aggrave et conduit les familles sur la pente du déclin. Le docteur Pascault, par exemple, dans son ouvrage L’Arthritismepar suralimentation, s’attache à démontrer que le « tempérament morbide » des « arthritiques avérés » est toujours précédé par une ou deux générations de sujets vigoureux, doués d’une santé exubérante, qui se sont livrés à des excès de toutes natures23. De même, Albert Monteuuis ouvre son essai L’Alimentation et la cuisine naturelle dans le monde en déclarant sans ambages que « l’alimentation moderne ruine la santé des individus comme la vigueur de la race ». Puis, un peu plus loin :

  • 24 A. Monteuuis, L’Alimentation et la cuisine naturelle dans le monde, Paris, Maloine, 1907, p. 5-7 ( (...)

« Pareille nourriture, loin de conserver la force physique et la santé, est le grand générateur de l’arthritisme et de la sclérose. Non seulement elle atteint les individus, mais elle fait déchoir la race à vue d’œil.
Si les pères qui ne se consolent pas de se retrouver dégénérés et amoindris dans leurs rejetons, sont si nombreux à notre époque, ce n’est pas tant l’arthritisme héréditaire que notre mauvaise hygiène générale et alimentaire qu’il faut incriminer.
Le langage des faits vaut, pour convaincre, mieux que toutes les considérations théoriques ; or, il démontre jusqu’à l’évidence que jamais la décadence de notre race ne fut aussi rapide.
Pour en avoir une idée, il suffit de jeter les yeux sur le tableau de la famille arthritique [...]
Avec la façon moderne de se nourrir et de soigner sa santé, dès la seconde génération une famille bourgeoise est généralement arthritique.
La troisième en connaît souvent les manifestations graves : obésité, diabète, gravelle, albuminurie, névropathie, neurasthénie.
La décadence va s’accentuant à ce point que si la famille ne se régénère pas dans la nature, soit par la vie champêtre, soit par une alliance avec un paysan, sa lignée s’éteint vers la cinquième ou sixième génération. [...]
Dans le même ordre d’idées, rien n’est suggestif comme l’exemple de Paris, la ville-lumière par excellence, pour mettre en évidence les résultats de la vie moderne. Or la manière de vivre actuelle y amène une telle déchéance de la race qu’il est absolument exceptionnel qu’une famille ait plus de quatre générations24. »

17De manière analogue, le docteur Carton, dans ses ouvrages et ses conférences à la Société végétarienne, développe longuement la façon dont les mœurs alimentaires contemporaines entraînent les familles et la race dans le cycle infernal de l’hérédité morbide :

  • 25 P. Carton, La Tuberculose par arthritisme..., op. cit., p. 18-19.

« À la troisième génération, l’hyperfonctionnement n’existe plus, les réactions cellulaires sont épuisées, le ralentissement vital est définitivement établi, c’est la génération des gros troubles : diabète, albuminurie, etc., qui traduisent des lésions organiques profondes, irrémédiables et qui marquent la dégénérescence finale d’une famille qui fut belle cinquante ans plus tôt. Dans ces cas, l’extinction de la race est activée, comme l’a montré Maurel, avec une extraordinaire clairvoyance, par la prédominance des filles dans la descendance, d’autres fois par l’infécondité ou par l’éclosion de complications graves : le cancer ou la tuberculose25. »

  • 26 P. Carton, « La Cure de la tuberculose par le végétarisme », La Réforme alimentaire, 15octobre 191 (...)

18Au-delà des pathologies directement imputables à l’arthritisme, la proliération des aliénés, la multiplication des suicides et des meurtres apparaissent également comme autant de témoignages incontestables de la dégénérescence26. L’alimentation n’est d’ailleurs pas seule en cause. Adepte des théories de Spencer, Carton dénonce de façon particulièrement violente les conséquences néfastes de l’hygiène publique et de l’assistance qui produisent une « sélection à rebours » et contribuent à la multiplication des dégénérés :

  • 27 P. Carton, « Les Progrès de l’hygiène et la sélection naturelle de l’humanité », Hygie, n° 49 15 n (...)

« C’est l’absence de sélection naturelle, conséquence de nos mesures hygiéniques modernes, qui nous a conduits là, en éloignant de tous les affaiblis les causes de maladies qui les supprimeraient, et qui fait que main tenant les organismes tarés pullulent. Cette pléthore d’anormaux nous oblige à leur réserver tous nos soins et par suite à nous soucier trop peu de ce qui devrait être l’objet de notre entière sollicitude, c’est-à-dire de la culture des organismes sains. [...]
Des ressources très importantes sont ainsi immobilisées à garder ces déchets de l’humanité qui seraient certes mieux employées à contribuer au plein épanouissement des individus normaux. Et faute de temps et d’argent, nous sommes amenés à laisser s’atrophier des énergies qui ne demanderaient qu’à resplendir ; nous étouffons des génies à cultiver des malformés. [...]
Cependant, les enseignements du naturisme sont là pour nous démontrer combien nous faisons fausse route en essayant de réintroduire dans la société des individus atteints de trop graves insuffisances physiques ou mentales. Ils nous apprennent que la sélection naturelle a de tout temps fait bon marché de ces organismes épuisés et nuisibles au progrès. [...] Quand, sur un continent, par suite des fautes alimentaires, qui en réalité ont été de tout temps les grands motifs de dégénérescence de l’humanité, les races s’abâtardissaient, le manque de résistance de la plupart des organismes favorisait au plus haut point l’apparition et la dissémination des foyers de peste, de variole noire, de choléra, qui, en balayant quelques centaines de milliers d’individus débiles ou moins résistants, opéraient de cette façon brutale et rapide la sélection naturelle de l’espèce humaine. [...] Actuellement, ces moyens de sélection naturelle n’existent plus et nous sommes en passe, si nous n’y mettons bon ordre en appliquant avec énergie les données du naturisme scientifique, de voir la race humaine verser dans la débilité incurable et dégénérer au point de compromettre son existence même27. »

  • 28 A. Carol, Histoire de l’eugénisme en France..., op. cit., p. 87 sq.

19Si dramatique que puisse être le mode sur lequel elles s’expriment, les thèses soutenues par ces médecins naturistes et végétariens tiennent, à cette époque, du lieu commun. Leurs analyses des causes et des mécanismes de la dégénérescence ne diffèrent en rien de celles que propose l’abondante littérature consacrée, depuis plusieurs décennies déjà, à ce sujet28. Leur originalité tient, en revanche, au caractère tardif de leur apparition et à leur relative rareté dans les colonnes des revues et parmi les ouvrages consacrés au végétarisme et au naturisme. Il est en effet remarquable que le milieu du militantisme végétarien, qui dénonce depuis les années 1890 les méfaits des conditions de vie moderne, de la consommation d’alcool et des excès alimentaires, ne se montre réellement sensible à l’hypothèse de la dégénérescence qu’à la fin de la première décennie du xxe siècle. Encore la majeure partie de la production littéraire végétarienne et naturiste reste-t-elle, jusqu’à la Grande Guerre, principalement dédiée aux thèmes habituels de la santé et du bien-être individuels et de l’allongement de l’existence. Par ailleurs, les remèdes à la dégénérescence proposés par les auteurs qui s’y consacrent restent conformes au programme de réforme hygiénique des modes de vie promu par le milieu végétaro-naturiste. L’adoption d’une alimentation rationnelle et l’obéissance aux règles de l’hygiène individuelle sont toujours présentées comme les mesures les plus efficaces pour enrayer le cycle de l’hérédité morbide. La violente diatribe de Carton contre la prolifération des dégénérés n’aboutit, elle-même, qu’à un appel optimiste en faveur de la vie saine :

« Apprenons simplement à conformer nos méthodes d’hygiène aux lois de la vie et à les appliquer en harmonie avec notre physiologie. En un mot, au lieu d’entraver inconsciemment la sélection naturelle par des mesures extrinsèques de préservation morbide qui nous font redouter le contact de l’eau non stérilisée, les courants d’air, les rayons du soleil, la consommation des fruits et légumes crus, etc., sous prétexte d’éviter les prédispositions infectieuses, et qui nous privent ainsi des précieuses excitations de nos éléments de vie, il est autrement rationnel et utile d’aider la nature à rendre nos organes de plus en plus forts, en leur fournissant la seule alimentation qui leur soit appropriée : la nourriture végétarienne, et en augmentant leur valeur vitale, grâce aux pratiques de la culture physique, de l’aérothérapie (bains d’air), de l’héliothérapie (bains de soleil). [...] Il est grand temps de modérer ce mouvement antimicrobien, d’établir un contre-courant naturiste et d’enseigner que le meilleur mode de préservation contre les infections et les infirmités réside dans le développement de toutes les raisons d’accroissement de vigueur et de résistance du terrain humain. Qu’importe le microbe, si l’organisme n’est pas défaillant ! »

  • 29 P. Carton, « Les Progrès de l’hygiène... », op. cit., p. 200-201.

20Et Carton de conclure : « Du naturisme seul, nous devons donc attendre le remède à la dégénérescence qui nous mine et la venue de générations pleines de vie et de santé29. »

21Seul le docteur Danjou, parmi les quelques auteurs naturistes et végétariens qui accordent de l’importance au thème de la dégénérescence, s’intéresse à des solutions plus spécifiquement eugéniques et se penche sur la question des conditions de la procréation. Dans une communication à la Conférence internationale des Ligues sociales d’acheteurs, qui se tient à Genève en 1908, il se fait le promoteur de « quatre grandes réformes », l’eugénisme associé à l’hygiène alimentaire, à l’hygiène publique et au progrès social, « sans lesquelles toute tentative visant à la paix sociale et l’harmonie universelle restera toujours [...] sans effet » :

« 

  1. 1°La procréation de l’espèce humaine ; elle doit être, de la part des générateurs, consciente, opportune, limitée, mise à l’abri des conséquences pénibles, d’une sensualité maladive et d’une sentimentalité irréfléchie. [...]
  2. La Réforme alimentaire, dans le sens où la comprennent les sociétés végétariennes. [...]
  3. 3°La création de l’habitation (maison de famille, usine, atelier, etc.) dans les conditions de salubrité, d’assainissement et d’agrément où la conçoit "l’Association des Cités-Jardins de France". [...]
  4. 4°La limitation du travail social à la journée de huit heures : actuellement, le plus souvent, il ne reste aucun temps à l’ouvrier pour la culture éthique et esthétique de sa personnalité. Je demande, après bien d’autres, que les conditions du travail des femmes n’entravent pas et ne compromettent pas leur fonction de génitrice, actuellement rendue trop souvent plus pénible pour elle que pour la bête par les duretés de la civilisation30. »

22Ainsi le médecin niçois intègre-t-il le contrôle de la procréation au vaste projet réformateur défendu par les végétariens et les naturistes. Encore ce contrôle reste-t-il l’œuvre du procréateur lui-même. La préoccupation eugénique de Danjou se traduit par un appel à la responsabilité individuelle, sur un mode analogue aux prescriptions en matière d’hygiène alimentaire, et non par la revendication de mesures collectives ou coercitives. En matière d’hygiène publique, son propos reste imprégné du même libéralisme et Danjou n’en vient pas à préconiser ouvertement l’intervention réglementaire de la puissance publique. De même, lors de son allocution devant la Section de pédiatrie du Congrès international de la tuberculose de Barcelone, en 1910, Danjou affirme :

« 

  1. 1° Les générateurs doivent se reconnaître le droit de procréer seule ment quand ils se trouvent en parfait état de santé et d’équilibre psycho physiologique, en bonne voie de perfectionnement moral. Régie par ces conditions essentielles, la procréation doit être consciente, réfléchie et opportune.
  2. 2 ° Il y a lieu de conseiller la pratique pendant la grossesse d’une hygiène complète en tous points et la suppression de tout surmenage alimentaire, physique, intellectuel, moral (plaisirs et chagrins exagérés). [...]
  3. 3 ° La peau [...] doit être l’objet de soins spéciaux par l’utilisation des agents cosmiques (air, soleil, eau, etc.), dont l’usage sera réglé suivant des contingences de lieux, de personne, de milieu social.
  4. 4 ° Le vêtement sera l’objet de préoccupations spéciales visant à n’apporter aucune gêne à aucune fonction, ni dans l’exécution journalière, nécessaire, des mouvements hygiéniques essentiels, selon la méthode de Ling. Cette pratique paraîtra d’autant plus indispensable, si l’on veut bien se rappeler la facilité avec laquelle les femmes enceintes souffrent des inconvénients de l’auto-intoxication constante dans l’état puerpéral et qui les conduit souvent à la mort (albuminurie, éclampsie, etc.) ou à la folie31. »

23Ici encore, le projet eugénique ne débouche pas sur l’appel au volontarisme étatique. Le médecin conseille, éduque, mais c’est toujours l’individu, en dernier ressort, qui doit rester maître de disposer librement :

« En conformité de sa communication, le Dr G. Danjou (de Nice), au nom des sociétés végétariennes de France et de Belgique et de la Ligue végétarienne de Catalogne, émet le vœu suivant :
"Le Congrès, considérant que la culture scientifique et raisonnée de l’espèce humaine contribue dans une large mesure à l’évolution du progrès, au bonheur des individus et des nations, émet le vœu :

  1. 1 °Qu’il soit institué des cours d’hygiène générale dans les écoles de petites filles ; des cours de puériculture dans les écoles de demoiselles.
  2. 2 °Que ces cours soient donnés par des médecins techniques et compétents32. »
  • 33 G. Danjou, « Éducation physique de la femme », La Réforme alimentaire, 15 mars 1913, p. 69 (C’est (...)
  • 34 A. Carol, Histoire de l’eugénisme en France..., op. cit., p. 285 sq.

24En 1913, lors du Congrès international d’éducation physique de Paris, Danjou ajoute à ces considérations-qu’il reprend presque mot pour mot – l’idée d’un « enseignement opportun et circonstancié "d’initiation sexuelle" de façon à mettre [les deux sexes] à l’abri des conséquences, le plus souvent désastreuses, des erreurs et des dérèglements génésiques33 ». Conformément à l’opinion qui domine chez les médecins eugénistes français, il ne saurait être question de promouvoir un eugénisme d’Etat, collectif et autoritaire, mais plutôt de confier à l’autorité et à la compétence du médecin le soin d’éduquer les individus et les familles34. Ainsi, malgré le pessimisme de leurs constats et la tonalité dramatique de leurs prises de parole, l’eugénisme des médecins végétariens et naturistes, à l’instar de leur hygiénisme, reste profondément libéral, optimiste et individualiste. Jamais ils n’abandonnent la conviction que l’individu, éclairé par les lumières de la raison et les arguments du médecin, saura se plier aux conditions d’une existence saine, naturelle et rationnelle, pour le plus grand bien des générations futures et de l’humanité toute entière.

Aux marges de la réforme hygiénique des modes de vie

  • 35 La Réforme alimentaire, 15 novembre 1907, p. 276 ; P. Nyssens, « Culture humaine », Hygie, n° 1, n (...)
  • 36 L. Pascault, « Moral et maladie. Traitement psychique », La Réforme alimentaire, 15 décembre 1907, (...)

25L’intérêt des milieux végétariens et naturistes pour les différents projets de réforme individuelle et sociale formulés en dehors de leur cercle aussi, au-delà des chemins balisés de la médecine et de l’hygiène. Les théories du magnétisme et de l’autosuggestion, par exemple, reçoivent un accueil particulièrement favorable de la part des revues végétariennes. En novembre 1907, La Réforme alimentaire rend compte d’une conférence donnée par l’ingénieur bruxellois Paul Nyssens à la Société végétarienne de Belgique et consacrée à la « culture humaine ». Celle-ci, explique l’orateur, « embrasse à la fois la culture physique (gymnastique suédoise, hygiène et alimentation rationnelle) et la culture mentale ». Nyssens expose ensuite la façon dont l’autosuggestion peut permettre de créer de nouvelles habitudes mentales et physiques et d’améliorer le caractère. Le texte de sa conférence est publié à partir du mois suivant par la revue Hygie qui insère également une publicité pour son Institut de culture humaine de Bruxelles35. Certains médecins végétariens se montrent eux-mêmes adeptes du traitement psychique et de l’autosuggestion. Le docteur Pascault, par exemple, dans un article intitulé « Moral et maladie », affirme que l’on ne peut se contenter de traiter l’arthritisme par l’alimentation et l’hygiène : « À côté du physique, il y a le moral. Or, ce moral est souvent lui aussi malade et peut par répercussion influencer l’état physique de la manière la plus fâcheuse. » Il importe donc, à ses yeux, en même temps que l’on guérit le corps, de soigner le moral par « éducation de la raison et de la volonté » et par la « pratique de l’autosuggestion36 ».

  • 37 M. Grmek, « Le Concept de maladie », M. Grmek (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, (...)
  • 38 J. Grasset, L’Hypnotisme et la suggestion, Paris, Doin, 1903 et L’Occultisme hier et aujourd’hui, (...)

26Éclipsée, dans la deuxième moitié du xixe siècle, par la physiologie positiviste attachée à déterminer les lois générales qui règlent les processus pathologiques et par les succès de la microbiologie, l’idée d’une influence des troubles psychiques sur les symptômes corporels trouve, à partir des travaux de Charcot sur les névroses, le chemin de sa réhabilitation37. Il ne fait aucun doute que pour certains médecins, héritiers du courant vitaliste, la démonstration du rôle que peut jouer le psychisme dans l’apparition ou la disparition des dérèglements somatiques vient confirmer de manière éclatante, sur un mode rationnel et scientifiquement acceptable, les anciennes assertions du vitalisme et notamment la thèse de l’existence d’une force vitale abstraite responsable de l’ordre et des désordres du corps. Les tenants de la prépondérance des causes internes dans la production des maladies ne manqueront d’ailleurs pas de compter les déséquilibres psychiques parmi les agents morbides et les facteurs de dégénérescence. Qu’on l’appréhende comme cause – l’intellectuel surmené ou l’épuisé nerveux à l’organisme étiolé, par exemple-ou comme effet-l’alcoolique devenant aliéné ou le crétin-né, produit de l’hérédité morbide –, la pathologie mentale occupe également une place de choix dans les alarmes des médecins engagés en faveur de l’hygiène sociale et de l’eugénisme. Enfin, le caractère obscur de la responsabilité du psychisme dans la production de la santé et de la maladie encourage certains médecins à pousser l’étude du rôle morbide et de l’utilisation thérapeutique des phénomènes psychiques jusqu’aux sphères scientifiquement douteuses du magnétisme ou de l’occultisme. On pense, par exemple, à Charles Richet, prix Nobel de médecine en 1913 et membre fondateur de la Société française d’eugénique, qui s’intéresse par ailleurs au magnétisme et aux phénomènes dits « métapsychiques », ou encore à Joseph Grasset, professeur de clinique médicale puis de pathologie générale à Montpellier et chef de file des néo-vitalistes montpelliérains, qui s’intéresse dans ses écrits à l’hypnotisme et à l’occultisme38. Il n’est pas surprenant, dès lors, de voir les militants végétariens et naturistes, convaincus de la causalité interne et du caractère général des maladies, s’intéresser également à leurs causes psychiques. Par ailleurs, l’idée selon laquelle il serait possible de cultiver les facultés psychiques de l’homme afin d’accroître ses capacités d’autocontrôlé mental, émotionnel et corporel semble répondre en tous points au projet de maîtrise totale du corps par la réforme hygiénique qui anime le monde végétaro-naturiste.

  • 39 G. Danjou, « Fédérons-nous ! Communication du Dr G. Danjou (de Nice) au Congrès végétarien de Manc (...)
  • 40 J. Grand, « Pour la paix », La Réforme alimentaire, 15 juin 1912, p. 157-158.

27Quoique plus éloignés encore de toutes considérations sanitaires ou médicales, d’autres objets de réforme suscitent épisodiquement l’intérêt des milieux végétariens et naturistes. Ainsi une certaine sensibilité pacifiste se manifeste-t-elle de façon occasionnelle dans ces milieux, encouragée probablement par la régularité de leurs contacts internationaux. Le docteur Danjou, par exemple, fervent partisan de la constitution d’une Fédération végétarienne internationale, souligne parmi divers arguments que celle-ci pourrait « contribuer à la paix mondiale, étant acceptée par des hommes qui s’interdisent d’attaquer, de tuer ». « Ce sont les végétariens, précise-t-il, qui ont depuis longtemps donné le bon exemple de l’entente cordiale par la fraternité des rapports qui les unissent39. » La montée des tensions inter nationales, au début des années 1910, n’infléchit pas l’attitude des militants végétariens dont les revues continuent de publier les recensions de la presse et des ouvrages végétariens allemands et de recommander les sanatoriums naturistes d’outre-Rhin. Lors de la séance du 13 avril 1912 de la Société végétarienne de France, une « Pétition universelle en faveur du règlement sans guerre des conflits entre les États » est proposée aux participants. Craignant qu’elle ne passe inaperçue, le président de la Société, le docteur Jules Grand, lance un nouvel appel en sa faveur dans La Réforme alimentaire du mois de juin. Après avoir proclamé qu’une telle manifestation ne peut laisser indifférents les végétariens dignes de ce nom, il appelle de ses vœux « une ère nouvelle [...] où, libérée, enfin, de ce cauchemar de la guerre ou de la paix armée, moins cruelle mais aussi désastreuse, l’humanité s’avancera [...] vers l’accomplissement de sa destinée glorieuse ; une ère où la tête aura été détrônée par le cœur et où l’égoïsme desséchant aura cessé de faire voir à l’homme, dans tout homme qu’il trouve sur son chemin, un adversaire au lieu d’un frère40 ».

28De nombreux indices montrent également que les milieux végétariens et naturistes sont sensibles à une certaine forme de féminisme. Bien qu’aucune position ne soit explicitement prise en faveur de l’émancipation des femmes ou de l’égalité des sexes, le rôle joué par certaines femmes médecins dans la Société végétarienne de France, comme le docteur Ioteyko ou le docteur Sonowska, vice-présidente de la Société, témoigne d’une incontestable ouverture dans ce domaine. De même, la promotion de l’éducation physique féminine, défendue dans les revues végétariennes par le docteur Danjou et par Blanche Chauveau, révèle une incontestable prise de distance par rapport aux codes qui encadrent le rôle social de la femme dans la bourgeoisie de la Belle Époque.

  • 41 A. Faivre, L’Ésotérisme, Paris, 1992, p. 94; cf. également P. A. Riffard, L’Ésotérisme. Qu’est-ce (...)
  • 42 J. Godwin, The Beginning of Theosophy in France, London, 1989 et J.-P. Laurant, L’Ésotérisme chrét (...)

29Enfin, il convient de souligner les liens particuliers qu’entretiennent le végétarisme et la théosophie. Fondée à New York en 1875, par la Britannique d’origine russe H. P. Blavatsky et par l’Américain H. S. Olcott, la Société théosophique essaime en Europe à la fin du xixe siècle. Sans véritable programme doctrinal, elle se fixe principalement trois buts : « a/Former le noyau d’une fraternité universelle ; b/encourager l’étude de toutes les religions, de la philosophie et de la science ; c/étudier les lois de la Nature ainsi que les pouvoirs psychiques et spirituels de l’homme41. » De façon plus générale, elle prétend opérer la synthèse entre les apports spirituels de l’Orient et de l’Occident-élaborant ainsi un vague syncrétisme ésotérique forte ment imprégné de bouddhisme et d’hindouisme-et œuvrer en faveur du progrès social. Les premières loges théosophiques sont apparues en France à la fin des années 1880 dans des cercles occultistes, spirites ou magnétistes et dans certains milieux socialistes spiritualistes. La théosophie française reste très marginale et sujette à des crises régulières jusqu’à ce que Charles Blech réussisse à en fédérer les différents courants au sein de la Société théosophique de France en 1908. Elle connaît alors un certain essor jusqu’à la fin des années trente42.

  • 43 Ibidem, p. 139 et A. Faivre, L’Ésotérisme, op. cit., p. 95.

30L’intérêt des théosophes pour les religions orientales, et plus spécifique ment pour le bouddhisme et l’hindouisme, les conduit souvent à adopter le régime végétarien. Anna Kingsford, par exemple, dont la thèse de médecine, De l’Alimentation végétale chez l’homme, soutenue à Paris en 1880, est considérée comme l’un des écrits fondateurs du végétarisme moderne, fréquenta les premières loges théosophiques parisiennes avant de fonder, à Londres, une Société hermétique en lien avec la Société théosophique43. e militantisme végétarien et le courant théosophique partagent aussi un même idéal progressiste et réformateur – au sens anglo-saxon des termes – qui se déploie à la fois en direction de projets de réformes sociales et d’un programme de réforme individuelle. Ces affinités déterminent l’engagement d’un certain nombre de théosophes dans la Société végétarienne de France. Ainsi le docteur Jules Grand, Jérôme Morand et le Commandant Courmes, respectivement président, secrétaire général et membre du Comité de la Société végétarienne, sont-ils également membres de la Société théosophique de France. Toutefois, la stricte neutralité politique et religieuse que s’imposent la Société végétarienne et sa revue et l’absence de toute considération spirituelle ou métaphysique dans les arguments avancés en faveur du végétarisme ne laissent transparaître aucun lien formel entre les deux sociétés.

  • 44 Ch.-W. Leadbeater, « Végétarisme et occultisme », Hygie, n° 28, février 1910, p. 31-34 et n° 29, m (...)

31Indépendante de la Société végétarienne, la revue Hygie exprime en revanche plus ouvertement les sympathies théosophiques de son directeur et fondateur Jérôme Morand. En décembre 1909, elle propose la recension de l’ouvrage Échappées sur l’occultisme (ancien et moderne) de Charles-Webster Leadbeater, ancien pasteur anglican, membre dirigeant de la théosophie internationale. Puis, en 1910, la revue publie deux articles de Leadbeater : « Végétarisme et occultisme » et « Raisons occultes du végétarisme44 ».

  • 45 « Groupe d’action végétarienne », La Réforme alimentaire, 15 mai 1912, p. 146-147.
  • 46 A. Baubérot, « Blech Charles » et « Demarquette Jacques », J.-P. Chantin (dir.). Les Marges du chr (...)
  • 47 « Le Trait d’Union », La Réforme alimentaire, 15 juillet 1914, p. 191-192.

32C’est également un jeune théosophe, le dentiste Jacques Demarquette, qui fonde en mars 1912 un Groupe d’action végétarienne au sein de la Société végétarienne de France dans le but d’intensifier sa propagande en direction des milieux populaires et de faciliter la pratique du végétarisme et du naturisme par des réalisations concrètes, comme la création de restaurants ou de commerces de produits hygiéniques à bon marché45. La création de ce groupe doit probablement être reliée aux efforts que déploie, à la même époque, le secrétaire général de la Société théosophique, Charles Blech, pour encourager et coordonner l’action des théosophes dans les œuvres progressistes et philanthropiques46. À la veille de la Guerre, le groupe qui s’appelle désormais Le Trait d’Union-rassemble environ 80 membres et bénéficie du soutien actif de la Société théosophique. Il compte à son actif l’organisation d’un banquet végétarien et de quelques conférences, la réalisation d’un tract de propagande et de tableaux graphiques pour une exposition itinérante d’hygiène sociale47.

  • 48 R. Guénon, Le Théosophisme, histoire d’une pseudo-religion, Paris, 1965 [19211 p. 255 et 268. Ces (...)

33Le rôle joué par les théosophes dans les différentes initiatives en faveur de la diffusion du végétarisme et leur présence à la tête de la Société végétarienne de France ont pu conduire certains auteurs à considérer que cette dernière émanait de la Société théosophique. C’est le cas notamment de René Guénon qui cite la Société végétarienne de France parmi les « organisations auxiliaires de la Société de théosophie48 ». Le docteur Monteuuis lui-même membre de la Société végétarienne de France, quoique ayant pris quelques distances avec elle – a également dénoncé les tendances théosophiques du milieu végétarien :

  • 49 A. Monteuuis, L’Alimentation..., op. cit., 5e édition (1913), p. 54.

« Sans nul doute, parmi les végétariens, il existe bien des esprits distingués qui restent fidèles à la doctrine ; toutefois, ce qui frappe quand on observe, c’est que le plus souvent leur adhésion au végétarisme n’est pas une question d’hygiène alimentaire, mais un dogme philosophique ou religieux. Les tendances non douteuses de l’esprit qui inspire le journal Hygie en sont un convaincant exemple. À notre époque on est surtout végétarien non par hygiène, mais parce qu’on est théosophe ou bouddhiste, mais parce qu’on croit à la réincarnation, qu’on ne veut pas manger ses frères inférieurs49. »

  • 50 F. Champion, « Religieux flottant, éclectisme et syncrétismes », J. Delumeau, Le Fait religieux Pa (...)

34Finalement, la présence remarquable des théosophes dans la mouvance végétaro-naturiste découle certainement autant de la proximité qu’entre tiennent ces deux milieux du point de vue de leurs idéaux réformateurs que de la façon dont la Société théosophique encourage ses adeptes à s’engager dans les œuvres sociales et philanthropiques les plus diverses. On peut supposer, d’ailleurs, que la sensibilité du milieu végétarien au pacifisme et à un certain féminisme, domaines dans lesquels les théosophes sont particulièrement actifs, ou que l’intérêt pour la cure mentale et le traitement psychique sont, au moins en partie, liés à cette présence. Ainsi, le rôle joué par des membres de la Société théosophique de France-dont on sait qu’elle fut l’une des principales matrices de la « nébuleuse mystique-ésotérique50 » en Europe occidentale-dans la diffusion du naturisme et du végétarisme à la Belle Époque semble confirmer l’intégration de ceux-ci à une sous-culture dont les implications dépassent largement le strict domaine de l’hygiène et de la santé pour atteindre parfois la dimension d’une véritable Weltanschauung.

Notes

1 Notamment : A. Corbin, « Le Péril vénérien au début du siècle : prophylaxie sanitaire et prophylaxie morale », Murard Lion et Zylberman Patrick (dir.), L’Haleine des faubourgs. Ville, habitat et santé au xixe siècle, Paris, Recherches, 1977-29, p. 245-284; P. Guillaume, Du Désespoir au salut..., op. cit., p. 131-169 et D. Nourrisson, Le Buveur du xixe siècle, Paris, 1990, p. 179-195.

2 Parmi les ouvrages de P.-M. Legrain : De la Dégénérescence de l’espèce humaine, Paris, 1892 ; Dégénérescence sociale et alcoolisme, Paris, Carré, 1895 ; avec V. Magnan, Les Dégénérés. État mental et syndromes épisodiques, Paris, Rueff, 1895. Le Dr Legrain est aussi directeur des Annales antialcooliques. En mars 1910, il donne une conférence sur « Les Mérites réciproques de l’abstinence d’alcool et de l’abstinence de viande » à la Société végétarienne de France, puis, en avril 1912, sur « Le Végétarisme, l’abstinence et les problèmes économiques » (La Réforme alimentaire, 15 juin 1911, p. 136 et 15 avril 1912, p. 144).

3 H. Labbé, M. Labbé, L. Landouzy, Hygiène sociale. Enquête sur l’alimentation d’une centaine d’ouvriers et d’employés parisiens, Paris, Masson, 1905 (étude présentée lord du Congrès international de la tuberculose de 1905).

4 A. P. Ouédraogo, Le Végétarisme..., op. cit., p. 93-95.

5 H. Coluere, « L’Alimentation de la classe ouvrière », La Réforme alimentaire, 15 août 1906, p. 181-192 et 15 septembre 1906, p. 206-219.

6 A. P. Ouédraogo, Le Végétarisme..., op. cit., p. 100.

7 R. Bastide, Le Sacré sauvage, op. cit., p. 181

8 Lettre du Dr Danjou au Dr E. Nyssens, président de la Société végétarienne de Belgique et directeur de La Réforme alimentaire (citée par La Réforme alimentaire, 15 novembre 1909, p. 308).

9 « Assemblée générale. Rapport du secrétaire », La Réforme alimentaire, 15 juin 1910, p. 152.

10 L’expression de « nébuleuse réformatrice » est empruntée à Ch. Topalov qui en donne une définition dans : « Les "Réformateurs" et leurs réseaux : enjeux d’un objet de recherche », Ch. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, 1999, p. 12.

11 C’est une nébuleuse de ce type que décrit James C. Whorton dans son histoire de l’hygiène sociale aux États-Unis (Crusaders for Fitness. The History of American Health Reformers, Princeton, 1982). Cf. égalementissembaum, Sex, Diet and Debility in Jacksonian America. Sylvester Graham and Health Reform, Westport, 1980 et R. C. ENGS, Clean Living Movements : American cycles of health reform, Wesport, 2 000.

12 « Société pour l’hygiène du vêtement », La Réforme alimentaire, septembre 1902, p. 178; Mme Caronbrieux. « Les Écoles de plein air et l’éducation respiratoire », ibidem, 15 août 1909, p. 216 Dr Génévrier, « Les Écoles de plein air de Rome », ibidem, 15 novembre 1912, p. 288-292; Dr Boucher, « Sur l’inutilité de la vaccine vis-à-vis de la variole et les conséquences meurtrières des inoculations vaccinales et autres », ibidem, 15 novembre 1912, p. 275-288.

13 « Ligue française de l’éducation physique », La Réforme alimentaire, 15 mai 1910, p. 130-131 et Hygie, n° 40, février 1911, p. 31

14 La Réforme alimentaire, 15 mars 1913, p. 84-88 et G. Danjou, « Éducation physique de la femme »ibidem, p. 68-72.

15 G. Danjou, « De la Nécessité et des moyens de régler la transformation des îlots insalubres dans les villes », La Réforme alimentaire, 15 octobre 1906, p. 239. Cf. également le compte rendu de la conférence d’Henri Collière à la Société végétarienne de France sur « Les Jardins ouvriers » (Hygie, n° 20, juin 1909, p. 146).

16 G. Petit, « L’Alimentation des tuberculeux », La Réforme alimentaire, 15 juin 1905, p. 93-106.

17 La Réforme alimentaire, 15 août 1906, p. 200-202. Contrairement à ce qu’affirme l’auteur, Schaer-Vézinet est secrétaire général de la Ligue antialcoolique. Son ouvrage L’Art de bien se porter et les ravages de l’alcoolisme (Paris, La Prospérité, 1904) est diffusé par la Société végétarienne de France.

18 « Congrès international d’hygiène pratique », La Réforme alimentaire, 15 octobre 1906, p. 248-251 ; 15 novembre 1906, p. 273-276 et 15 janvier 1907, p. 20-22.

19 « Société de médecins abstinents des pays de langue latine », La Réforme alimentaire, 15 août 1910 p. 199-201.

20 G. Vigarello, Le Corps redressé..., op. cit., p. 88-97.

21 G. Danjou , « Régénération sociale », La Réforme alimentaire, 15 août 1906, p. 193-194.

22 E. Maurel, De la Dépopulation de la France, étude sur la natalité, Paris, Doin, 1896 et Causes de notre dépopulation. Relèvement de notre natalité, secours à la vieillesse, Paris, Doin, 1902

23 L. Pascault, L’Arthritisme par suralimentation, Paris, Maloine, 1908.

24 A. Monteuuis, L’Alimentation et la cuisine naturelle dans le monde, Paris, Maloine, 1907, p. 5-7 (c’est l’auteur qui souligne).

25 P. Carton, La Tuberculose par arthritisme..., op. cit., p. 18-19.

26 P. Carton, « La Cure de la tuberculose par le végétarisme », La Réforme alimentaire, 15octobre 1911, p. 220. Cf. également l’article anonyme, « Dépopulation et folie » et J.-H. Kellogg, « La Race se meurt », ibidem, 15 juin 1909, p. 229-233.

27 P. Carton, « Les Progrès de l’hygiène et la sélection naturelle de l’humanité », Hygie, n° 49 15 novembre 1911, p. 197-198.

28 A. Carol, Histoire de l’eugénisme en France..., op. cit., p. 87 sq.

29 P. Carton, « Les Progrès de l’hygiène... », op. cit., p. 200-201.

30 G. Danjou, « Quatre grandes Réformes », La Réforme alimentaire, 15 octobre 1908, p. 303-306.

31 G. Danjou, « L’Action combinée des Sociétés végétariennes de France, Belgique et Catalogne au 1er Congrès espagnol international de la tuberculose », La Réforme alimentaire, 15 novembre 1910 p. 262-263.

32 Ibidem, p. 264.

33 G. Danjou, « Éducation physique de la femme », La Réforme alimentaire, 15 mars 1913, p. 69 (C’est l’auteur qui souligne).

34 A. Carol, Histoire de l’eugénisme en France..., op. cit., p. 285 sq.

35 La Réforme alimentaire, 15 novembre 1907, p. 276 ; P. Nyssens, « Culture humaine », Hygie, n° 1, novembre 1907, p. 21-22, n° 4, février 1908, p. 43-45, n° 5, mars 1908, p. 81-83, n° 6, avril 1908, p. 112-114, n° 7 mai 1908, p. 145-147, n° 8, juin 1908, p. 204-206, n° 9, juillet 1908, p. 234-236 et n° 10, août 1908, p. 299-301. Paul Nyssens ne doit pas être confondu avec son homonyme le docteur Ernest Nyssens, président de la Société végétarienne de Belgique. 7, mai 1908, p. 145-147, n° 8, juin 1908, p. 204-206, n° 9, juillet 1908, p. 234-236 et n° 10, août 1908, p. 299-301. Paul Nyssens ne doit pas être confondu avec son homonyme le docteur Ernest Nyssens, président de la Société végétarienne de Belgique.

36 L. Pascault, « Moral et maladie. Traitement psychique », La Réforme alimentaire, 15 décembre 1907, p. 283.

37 M. Grmek, « Le Concept de maladie », M. Grmek (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, vol. 3, op. cit., p. 165.

38 J. Grasset, L’Hypnotisme et la suggestion, Paris, Doin, 1903 et L’Occultisme hier et aujourd’hui, Montpellier, Coulet, 1907. Catholique et convaincu que la religion seule a sa place aux côtés de la science dans les systèmes de pensée modernes, il s’efforce toutefois de ramener l’occultisme à de justes proportions (cf. J.-P. Laurant, L’Ésotérisme chrétien en France au xixe siècle, Paris, 1992, p. 30).

39 G. Danjou, « Fédérons-nous ! Communication du Dr G. Danjou (de Nice) au Congrès végétarien de Manchester, le 14 octobre 1907 », La Réforme alimentaire, 15 décembre 1907, p. 280.

40 J. Grand, « Pour la paix », La Réforme alimentaire, 15 juin 1912, p. 157-158.

41 A. Faivre, L’Ésotérisme, Paris, 1992, p. 94; cf. également P. A. Riffard, L’Ésotérisme. Qu’est-ce que l’ésotérisme, anthologie de l’ésotérisme occidental, Paris, 1990, p. 108-109 et 814-819.

42 J. Godwin, The Beginning of Theosophy in France, London, 1989 et J.-P. Laurant, L’Ésotérisme chrétien...,op. cit., p. 139-150 et 163-167.

43 Ibidem, p. 139 et A. Faivre, L’Ésotérisme, op. cit., p. 95.

44 Ch.-W. Leadbeater, « Végétarisme et occultisme », Hygie, n° 28, février 1910, p. 31-34 et n° 29, mars 1910, p. 63-66; « Raisons occultes du végétarisme », ibidem, n° 36, octobre 1910, p. 283-286, n° 37, novembre 1910, p. 309-311 et n° 38, décembre 1910, p. 339-341.

45 « Groupe d’action végétarienne », La Réforme alimentaire, 15 mai 1912, p. 146-147.

46 A. Baubérot, « Blech Charles » et « Demarquette Jacques », J.-P. Chantin (dir.). Les Marges du christianisme. « Sectes », dissidences, ésotérisme. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine : vol. 10, Paris, 2001, p. 17-18 et 68-69.

47 « Le Trait d’Union », La Réforme alimentaire, 15 juillet 1914, p. 191-192.

48 R. Guénon, Le Théosophisme, histoire d’une pseudo-religion, Paris, 1965 [19211 p. 255 et 268. Ces pages font partie des notes additionnelles à la 2e édition de l’ouvrage, publiée en 1928.

49 A. Monteuuis, L’Alimentation..., op. cit., 5e édition (1913), p. 54.

50 F. Champion, « Religieux flottant, éclectisme et syncrétismes », J. Delumeau, Le Fait religieux Paris, 1993, p. 741-772.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540