Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesses de Bretagne

 | 
Jean Kerhervé

Rémanence et mondanités. La noblesse malouine de 1846 à 1914

Luc Boisnard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 N. B. Cet article constitue l'esquisse de la quatrième partie du dernier chapitre d'un ouvrage en (...)

1Carrefour pour une société indigène et des vagues de survenants, les douze communes du Clos-Poulet1 revêtent l'originalité de tout site portuaire où se conjuguent le fonds propre de population et les mouvements d'apport extérieur, à quoi s'ajoutent ici l'ascension sociale bien connue des familles malouines - à des époques où ne manquent pas les documents - et la prise de possession d'une entité géographique très précise, le Clos-Poulet, pour y demeurer « à distance d'attelage ».

  • 2 Nous traitons de cet avatar de toute noblesse dans un ouvrage à paraître : La noblesse engloutie. (...)

2Il est nécessaire de revenir un instant au cadre « féodal », pour évoquer les 705 seigneuries laïques de l'ancien évêché de Saint-Malo (le plus morcelé de Bretagne et peut-être de France) dominés par trois grands suzerains : l'évêque et son chapitre, Châteauneuf et le Plessis-Bertrand. Or dans ce cadre, les fiefs du Clos-Poulet ne suffisent pas à générer une noblesse pour Saint-Malo, dévoreuse d'élites qui dut recourir aux apports de familles bretonnes et normandes, mais aussi irlandaises, voire néerlandaises, dès le xvie siècle, fixées et francisées. Contrairement à Morlaix où la grande aisance de la bourgeoisie au xviiie siècle, exportant des toiles jusque vers l'Amérique, ne doit pas celer son renouvellement constant - de nombreux étrangers en repartent, fortune faite, après une ou deux générations -, Saint-Malo conserve jalousement ses nouveaux sujets, très vite acquis au patriotisme du rocher ! L'absence de charge anoblissante à Saint-Malo, tout comme le risque de dérogeance pour ceux qui, gentilshommes avérés, y commerceraient2, expliquent le très petit nombre de familles nobles sur les premiers registres municipaux, tenus dès le xve siècle ; on dut y attendre les charges, tout honorifiques, de conseiller-secrétaire du roi, puis les anoblissements par lettres patentes des xviie et xviiie siècles, pour que les plus dynamiques familles intègrent le deuxième ordre.

3Le schéma classique pour beaucoup de provinces et en particulier celles de l'Ouest montre le renouvellement partiel du corpus noble au xviie siècle par extinction guerrière, prodigalités et désordres familiaux. Par siècle, les deux cinquièmes des familles s'éteignent, forçant le monarque à pourvoir à ce déficit continu, à cette caducité imprescriptible, en anoblissant. Mais si dans le Clos-Poulet de nombreuses terres sont tombées en roture, elles ne seront pas relevées par investiture de fiefs titrés. À Saint-Malo en effet, le procédé sera différent puisque l'enrichissement de la cité corsaire va provoquer l'essor numérique de la bourgeoisie anoblie, aux xviie et xviiie siècles.

  • 3 Dans un Dictionnaire des anciennes familles du Clos-Poulet, à paraître.

4L'étude détaillée de ce renouvellement a nécessité le fichage de toutes les familles rencontrées en manuscrits ou imprimés3. Six cents patronymes recensés à ce jour ont donné naissance à autant de notices, sans que le champ ait été entièrement recensé. L'étude systématique du monde corsaire au point de vue nobiliaire, par exemple, est en cours grâce aux dossiers de l'Association des descendants de capitaines corsaires. On se rappelle que cette activité commerciale et guerrière a occupé presque toutes les familles d'armateurs malouines, envieillies dans la course, du Grand Siècle au Congrès de Paris de 1856.

  • 4 B.N.F., déparc, des manuscrits, cabinet d'Hozier 197.

5Dès maintenant, un essai de typologie peut être ébauché et quelques premiers constats avancés, après un examen détaillé de chaque lignée : et d'abord de très nombreuses usucapions (ou prescriptions acquisitives) de la part de cette classe moyenne très vivace, à la marmaille foisonnante — « la douzaine est petite mesure » dira si bien Théophile Briant -, industrieuse, en mesure de se placer à la tête des affaires. La manie nobiliaire des Malouins, avouée dès le xviie siècle, va multiplier les familles dubiae nobilitatis, selon la pudique formule de Tallemant des Réaux : « fort souvent (à Saint-Malo), le fils d'un noble homme prend de lui-même le titre d'écuyer » note l'historien Charles Cunat au siècle dernier. En conséquence, les déboutés sont beaucoup plus nombreux que les admis et l'on entend encore soutenir par des familles déboutées jadis qu'elles le furent injustement. Au xviiie siècle, les faux gentilshommes continuent de pulluler et l'on envisage de les taxer de 2000 1 à la recherche de 1702. À l'inverse, de nombreuses familles subsistaient encore au xixe siècle dont le régime nobiliaire français n'avait jamais voulu connaître, quoiqu'elles eussent été de noblesse indubitable sous nos ducs : ainsi des Jonchée, dont l'auteur commun Pierre, sieur des Portes-Baudouin (ensuite les Portes-Cartier en Paramé, face à Limoëlou) et du Champ-au-Moine (en Saint-Méloir-des-Ondes), avait été anobli par le duc François II le 27 octobre 1464, avec enregistrement le 10 juillet 1465 à la Chambre des comptes de Nantes4. L'anobli et ses fils avaient été présents dans toutes les montres subséquentes, notamment celles de 1513 et années suivantes. Ces Jonchée sont loin d'être les seuls dans ce cas.

6Les motivations de la « fausse noblesse » malouine, fort semblable à celles d'autres territoires, se résument à l'exemption fiscale partielle, au désir de se colloquer à la tête des quatorze compagnies de la milice bourgeoise, sous l'autorité gratifiante du connétable, au droit de placer ses armoiries — des blasons anciennement portés, sans conteste, mais la capacité héraldique n'est pas preuve de noblesse - dans un vitrail de l'église, d'y avoir bancs et enfeus, au soin jaloux de se faire donner du « messire », enfin d'avoir colombier et chapelle dans les manoirs ou même châteaux anciennement possédés... Bref, tous ces avantages guignés par chaque bourgeois enrichi hantent les Malouins de l'Ancien Régime ; ils feront société assez tôt, dans le « Cercle de Saint-Malo », fondé en 1758, fréquenté par « tous ceux qui font du commerce, bourgeois et anoblis ».

  • 5 Voir l'ouvrage en cours, supra, note 2.
  • 6 La noblesse en Touraine, de Louis xvie à Mac Mahon, thèse dactylographiée, Paris, 1989, 1 400 p.
  • 7 Il faut bien distinguer - ce qui n'est jamais fait - « titre », au sens de document prouvant une q (...)

7Le second constat concerne l'évanouissement de la noblesse après 1790, que j'ai choisi d'appeler la honte sociale5. Le noble est chargé de péchés, des deux côtés de l'historiographie : le péché de l'ancien régime, où se mêlent l'étymologie de « hobereau » et le luxe de la cour, pour les révolutionnaires ; le péché d'avoir fui et d'avoir échoué, pour les contre-révolutionnaires. On va donc assister dans la « décennie de notre déclin » - suivant l'expression de Pierre Chaunu - à des mutations d'état-civil qui auront pour seul but de masquer, au moins provisoirement, la condition ancienne de la famille, quinaude de son inertie voire de sa « collaboration », sinon accouardie par les combats de l'émigration. L'identification de ces manœuvres requiert la pratique de « l'archéologie sociale », telle que définie pour la première fois, semble-t-il, dans ma thèse d'État6 : seul un comptage très fin, qui ne peut se fonder sur les seuls critères visibles de titre7 et/ou de particule, peut révéler ces combinaisons. Il exige la connaissance anthroponymique très approfondie d'une petite région, tout comme la consultation de multiples sources entrecroisées : relevé des cimetières, listes d'anciens élèves, recensements, fichiers des membres de sociétés savantes, mais aussi annuaires divers et jusqu'à celui du téléphone... Les érudits du xixe siècle ont noté parfois ces phénomènes d'incorporation délibérée à l'ancien tiers état, mais hélas sans s'y attacher, sans en scruter l'arrière-sens, et sans nous renseigner plus avant sur les cas et leurs motifs avoués ou celés. Sous le Second Empire, nous dit l'un de ces polygraphes, « de nombreux exemples de familles [pourraient être allégués] qui, ayant des attaches notoires aux croisés et aux vaillants héros du combat des Trente, vivent obscurément dans quelque bureau de tabac, ou sont allés se cacher aux champs, où eux et leurs enfants ont oublié jusqu'à leur langue maternelle, pour ne plus parler que le breton » (sic).

  • 8 Nous l'appelions « faillance » lorsqu'elle se produit au xixe siècle.

8Les comptages très locaux avant et après la décennie du grand recul 1790-1800, l'examen minutieux de la société du xixe siècle, la concordance recherchée entre les tableaux de praticiens et les généalogies de luxe permettent déjà de suivre les familles d'un large échantillon pour noter leur extinction, leur « dérogeance8 » ou leur changement de province, de rechercher enfin le sort des familles du seuil, en cours d'anoblissement, orphelines du statut qu'elles étaient en train de conquérir. Les difficultés de l'enquête sont connues du sociologue, à cause de l'amalgame hâtif des esprits simplistes qui sont légion : « du temps des « de », du temps du château, du temps des bourgeois... » (de ces « bourgeois au sang bleu », inventés par Aragon dans Hourra Oural !)

  • 9 Sur ces personnages et ces familles, voir L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles de Tour (...)

9Pratiquement, l'exemple malouin fournit 200 familles au xixe siècle (en modulant sur le siècle, environ 150), aux origines infiniment variées, depuis les races demeurées au pays, tels les Péan de Pontfilly, y connus depuis 1467, jusqu'aux Beaugeard, issus d'un sergent royal à Chartres au milieu du xviie siècle, quoique peut-être malouins d'origine, anoblis par charge, don-nant un secrétaire des commandements de Marie-Antoinette, en allant jusqu'aux nouvelles venues : les Charette (le général de Patay-Loigny, auquel ses zouaves pontificaux offrent la Basse-Motte en Saint-Père), les Chicoyneau, tourangeaux, blésois, devenus languedociens en 1624, pour donner six chanceliers de la Faculté de médecine de Montpellier, de 1664 à 1752, les Clock de Longueville, « hollandais » de Guyenne, et futurs tourangeaux, les d'Aux, venus de Nantes, les d'Arthuys, berrichons, les Bachasson de Montalivet, dauphinois et lorrains, les Farcy, normands et mainiaux, bretons bien avant leur alliance Chateaubriand, les de Bon9...

10Le Saint-Malo de 1800 qui les abrite, sans casino, ni esplanade, ni môle ni même de quais - le flot vient encore battre le pied des remparts - devra attendre, comme beaucoup de villes de France, les efforts de la Restauration. Dinard n'est encore qu'un modeste hameau de pêcheurs, Paramé un simple village et Rothéneuf, encore seulement celui de ses marins ; seule Saint-Servan, quoique tombée de sa puissance d'antan, conserve 9000 habitants en 1815. Dans les remparts de la cité corsaire, la noblesse occupe le quartier Saint-Vincent, « demeures silencieuses et respectées des bourgeois enrichis » (sic), avec une confusion - ou une précision ? - dont nous reparlerons.

11Émigrés et chouans amnistiés n'inquiètent pas le préfet (1802) même si « l'esprit breton n'est pas tout à fait éteint » (1809). Les souvenirs de la Terreur, jusqu'en 1914, s'alimentent aux récits des anciens, mais les souvenirs communs façonnant un compérage remontent plus haut : le débarquement de Saint-Cast en 1758, la conjuration de La Rouërie en 1793, le courrier des princes jusque sous l'Empire (Armand de Chateaubriand fusillé dans la plaine de Grenelle, en 1809)... Et les mauvais souvenirs circulent encore : à la Chipaudière, « l'argenterie seule fut volée, pendant la Révolution ; elle était d'une grande valeur. On connut les voleurs et l'on connaît leurs descendants titrés... »

12L'année 1809, avec les premiers noms de marins donnés à des rues, marque sans doute une rupture dans cette société assoupie ; les hommes nouveaux, qui ont mis le pied à l'étrier sous la Terreur, sont mis en selle par l'Empire, et c'est la pléiade d'amiraux décorés de titres après 1808 qui font presque tout le contraste du premier xixe siècle malouin : Chateaubriand, d'une noblesse chevaleresque, La Mennais, d'une famille d'anoblis in extremis en 1788, Surcouf enfin, au titre de baron allégué sans aucune preuve. Place militaire, commandée en 1830 par un lieutenant-colonel, avec un capitaine-adjudant de place à Cancale, Saint-Malo n'a point de garnison ni donc de roulements de familles. Il convient d'aller trouver les gentilshommes ou prétendus tels dans leurs casements.

13Donnant le vrai spectacle du domaine noblement habité, la malouinière, née à cause de l'incendie de 1661 et de l'exiguïté des murs, va répondre à la personnalité de la ville. « Saint-Malo éclatait de richesse dans son étroit corset de murailles » (Théophile Briant) et tisse une liaison très étroite entre la cité mère et son arrière-pays. De style Louis XIV ou Régence, avec leurs « grands toits à croupe et pente raide, pour s'abriter des fortes pluies, hautes cheminées à la hauteur des toits aux épaulements enjolivés de volutes, pots à feu en plomb signalant les demeures d'officiers de la Compagnie des Indes », les malouinières connaissent une évolution au xviiie siècle, depuis les petits édifices, vide-bouteilles dans un bosquet de verdure, jusqu'aux grands bâtiments « castellisés », dualité déjà révélatrice d'ambitions variées chez les constructeurs au statut social ambigu et dont témoigne le vocabulaire des historiens locaux du xixe siècle : bourgeois-gentilshommes, patrices, nobles d'argent... Mais point de débauche d'architecture, à l'exemple près de Bonaban, contrairement aux châteaux d'armateurs dans la banlieue nantaise. S'ils délaissent les crapaudières du vieux Clos-Poulet, nos Malouins se contentent des normes imposées par les ingénieurs militaires, là où les Nantais font appel à des architectes parisiens pour lotir l'île Feydeau à partir de 1740. Ils conservent par exemple l'archaïsme de la salle à manger centrale, en lieu et place du grand salon, dans les cent douze malouinières du Clos-Poulet, « enclos grand comme Versailles », pour paraphraser Chateaubriand.

Tableau 1 - Paramé en 1844.

Tableau 1 - Paramé en 1844.

14Au xixe siècle, peu de constructions, bien qu'on édifie encore des malouinières « de ville » à Dinan jusqu'en 1826, au profit de l'importance accrue des restaurations et aménagements. Des pastiches de malouinières fin xixe siècle, maisons de négociants ou de capitaines, souvent au delà du Clos-Poulet, témoignent de la pérennité du modèle et de son adéquation à un rôle social bien défini. La famille de l'architecte Hamon, « exportateur du modèle traditionnel » et auteur de Largentaye en Saint-Lormel (1835-1840) demeure encore à la Grande-Rivière en Paramé au début du xxe siècle. Dans ces bâtisses démesurées où l'on peut accueillir une vaste parentèle et de nombreux accointés, qui serviront d'armature à la France rurale, les hobereaux et assimilés se plairont à régner jusqu'après le Second Empire.

15L'« état des bourgs, villages et hameaux, maisons et fermes isolées de Paramé », dressé en 1841 et 1844, permet un sondage dans cette commune mi-côtière mi-rurale, mitoyenne de Saint-Malo. À la première date, à côté de « 595 maisons de ferme, d'ouvriers et autres », « 3 châteaux » et 157 « maisons de campagne bourgeoises », occupées par seulement 14 familles nobles, s'offrent à notre société. Voilà bien une extrême précision, là où, dans tout le Clos-Poulet, Orain ne recensera en 1882 que cinq familles nobles (Voir tableau 1, ci-dessus).

  • 10 1802, baron 1809, commandeur de la Légion d'honneur et chevalier de Saint-Louis, 1814, fils d'un A (...)

16Suivi de deux exemples bourgeois (Fontan, Dupuy-Fromy), l'échantillon est bien ouvert : sept familles d'extraction, deux anoblies par charges, deux par lettres patentes, une maintenue, une décorée d'un titre d'Empire et une anoblie par lettres patentes de la première Restauration. L'indigénat malouin est déjà rompu, avec les Périgourdins et les gens du Hainaut, quelques rares familles d'Empire, toujours par alliance et quelquefois double : ainsi des Raffron de Val ou mieux des Godart, de Carcassonne10.

17Quelques nouveaux venus rejoignent, en 1849, ce noyau paraméen.

Tableau 2 - En 1849, le noyau paraméen

Tableau 2 - En 1849, le noyau paraméen
  • 11 Dont Jules-Armand, né en 1757, mort en 1844, contrôleur général des fermes du roi, savant botanist (...)

18Note11

  • 12 Selon leur ordre de séparation sur le crayon généalogique, en 1875,1850,1833, 1884, fin xixe, 1891 (...)
  • 13 Ils sont connus depuis un jeune soldat engagé en 1777, devenu officier d'infanterie en 1792 et pas (...)

19Les Magon sont éclipsés au xixe siècle quoique quatorze d'entre eux aient figuré dans l'armoriai de 1696, et qu'ils aient été la plus riche dynastie malouine jusqu'à la Terreur où ils le paient : vingt Magon internés sous l'avide Le Carpentier, dont douze seront guillotinés ! Ils contribuent d'eux-mêmes, mais involontairement, à cette éviction, en voyant s'éteindre sept branches et rameaux12 sur les douze que comptait encore la lignée en 1800. Des cinq qui passent le xixe siècle, trois seulement subsistent aujourd'hui. Leur patrimoine est aussi égratigné : après avoir eu quatorze malouinières sous Louis XV (et trois sous Louis XIV), parmi lesquelles les plus grandes, ils ont perdu le Bosq, passé aux Le Fer en 1800, la Villebague, aux Penfentenyo depuis le xviiie siècle, et jusqu'à la Chipaudière, passée aux Besnier après l'épisode romanesque de la perquisition du 3 décembre 1793, où le jeune lieutenant Besnier tombe amoureux de Charlotte-Julienne Magon. Le mariage de 1798 donne le château à ces bourgeois royalistes13 ; du 3 septembre 1832 jusqu'au 30 juillet 1902 où le domaine fait retour aux Magon dans la branche de la Giclais. Bref, les Magon ne conservent plus au xixe siècle que le Vau-Salmon (1776 à 1861), en Paramé, et Saint-Elier, en Saint-Jouan (depuis 1720 jusqu'aujourd'hui) ; et leur gloire maritime persiste cependant : un croiseur baptisé « Magon » est lancé à Cherbourg en 1880 (désarmé en 1896), un contre-torpilleur du nom de « Magon » appareille en 1911, le plus grand alors construit dans les chantiers français.

20Pourquoi cette date de 1846 choisie comme celle de la rupture entre société traditionnelle et balnéo-société ? Il y a fallu quelques jalons, comme les cailloux du Petit Poucet, moins nets que les derniers mâchicoulis, à Talcy en 1520, qui clôturent mon Moyen Âge, ou la dernière dîme, perçue à Lectoure en 1905, qui ferme mon Ancien Régime. En 1817, le duc d'Angoulême est accueilli à Saint-Malo puis à Bonaban, chez les Le Fer, par la « vieille » noblesse rarescente ; en 1848, Achille Guibourg, vieil ami de la duchesse de Berry, est encore conseiller municipal légitimiste de Saint-Servan ; en 1885, on célèbre les noces d'argent du régiment des zouaves pontificaux à la Basse-Motte, chez le général de Charette, mais on compte peu de Malouins sur les six cents participants ; en 1898, au cinquantenaire de la mort de Chateaubriand, la famille est groupée autour de la comtesse douairière... Après Chateaubriand, mort durant la semaine sanglante en juin 1848, la balnéo-société prend son essor, comme si elle attendait que soit disparu ce dernier témoin des foires de l'Angevine. La duchesse de Berry a lancé Dieppe en 1824 ; à Saint-Malo, les premières cabines sont installées en 1835, l'établissement de bains de mer ouvre en 1865, la Société musicale joue dès 1835, le théâtre et le premier casino en 1839, après les bals chez le maire Hovius à Saint-Servan. Dernières touches, le baron de Bréda met fin en 1846 à l'activité de chantier naval commencée au Montmarin sous Louis XVI par Benjamin Dubois, et le comte de Porcaro, à la Plussinais en Saint-Jouan, abandonne le tabac au profit des pommes de terre.

  • 14 Lawrence d'Arabie, né en 1888, habite Dinard et fréquente, en 1892-1894, l'école Lamennais, fondée (...)

21Mais d'où vient l'initiative ? Certes le bac à vapeur Saint-Malo-Dinard est créé en 1858 par un armateur malouin, descendant de corsaires, mais la vocation touristique de la future Côte d'Émeraude semble fécondée par la forte colonie anglo-saxonne qui résidera jusqu'à la crise de 1929 : ne comptera-t-on pas jusqu'à un demi-millier de Britanniques14 et Américains vivant à Dinard vers 1900, portant cette petite ville à 2 500 habitants en 1877 lorsque s'ouvre son casino ? À l'évidence, ces allogènes influencent le mode de résidence, simultanément sur les deux rives de la Rance : le culte anglican commence à Saint-Servan dès 1822 (à Paramé en 1893), et nombreuses sont les tombes de tuberculeuses au vieux cimetière de la rue Jeanne-Jugan dans ce même Saint-Servan. Les échos du procès nobiliaire que s'intentent les deux branches des Codrington pour un titre de baronet usurpé par une branche cadette retentissent dans toutes les demeures de la côte jusqu'en 1876, où Victoria éteint la querelle en créant un second titre ! Cités dès le xve siècle au comté de Gloucester, baronet en 1721, ils seront pour nous l'archétype de l'union mondaine des deux sociétés : alliés aux Magon en 1826, aux Le Fer en 1828, aux La Moussaye en 1856, aux Bernard de La Gâtinais enfin en 1857.

22En 1907, Paramé conserve son petit lot d'Anglo-Saxons, sur les doigts d'une main :

Tableau 3- En 1907, le petit lot d'Anglo-Saxons paraméen

Tableau 3- En 1907, le petit lot d'Anglo-Saxons paraméen

23À Dinard, de prestigieux « métèques » - selon la terminologie de l'époque, renouvelée de l'antique - se mêlent à la noblesse de vieille roche ou aux grands titrés d'Empire : Rochaïd Dadah (comte romain d'origine libanaise), maharadjah, souverains d'Europe centrale côtoient les Maillé, les Dreux-Brézé, les Lannes de Montebello, les Laborde, les Reinach-Cessac, les Faucigny-Lucinge... On rencontre de grands noms aussi parmi les initiateurs de cette villégiature dinardaise : le marquis de Lorme, le duc d'Audiffret lotissant la pointe de la Malouine, la famille de Rodays aux vastes propriétés.

24À Saint-Malo, la naissance de la balnéo-société est marquée par la fondation, par les villégiateurs anglais, de la Société des courses en 1842. Le derby de l'Ouest est couru sur la grève jusqu'en 1858 et les propriétaires, soucieux de bonne réputation, refusent en 1878 de faire courir sous la présidence de Hovius, maire franc-maçon. En 1904, l'hippodrome de Marville accueille les courses hippiques, mais seul le golf « de Paramé » (1894-1919) en Saint-Coulomb, sur un terrain appartenant aux Le Fer de La Gervinais, est terrain de noblesse. Car à Saint-Malo, on ne compte aucun aristocrate parmi les fondateurs et promoteurs de la station balnéaire, seulement des journalistes. L'orléanisme, qui aurait pu compter sur les La Chambre, hommes de confiance des princes cadets, pour envahir la côte, fait long feu ; leur propriété des Chênes en Paramé est léguée à une congrégation naissante, avant d'avoir attiré grand monde.

  • 15 L'inventaire des titres de propriété sera le gros de l'ouvrage en projet, cité au début de cet art (...)

25Au vrai, le public populaire et des classes moyennes domine sur les plages dès avant 1900. Le chemin de fer le mène à Saint-Malo depuis 1864 et il y trouve depuis lors les « voitures-cabines, avec costume et linge » pour 1 franc et les « guides-baigneurs qui prennent 0,25 franc par immersion ou 0,40 franc pour 10 minutes de leçon de nage ». Il faudrait donc procéder à l'étude des réseaux de constructions familiales à partir de l'énorme masse de documents notariés, en liaison avec les tableaux généalogiques, bref établir un cadastre patronymique, de Paramé par exemple, où se marque si nettement ce « goût venu de Deauville des tourelles d'angle » (André Mussat). Les premières villas de Paramé sont construites vers 1878 et vers 1900 elles sont encore parsemées sur les dunes ; on propose des promenades à âne sur la plage du Sillon, malgré le grand essor de 1890 : en 1884, à la mi-temps de mon approche, des gamins en sabots mènent encore paître ânes et vaches au Grand-Bé, et le bourg de Paramé abrite 3 000 habitants dans 180 maisons. Dix ans plus tard, il en compte 500, autour d'un casino construit vers 1885. Deux « poussées » de villas achèvent de coloniser le littoral, en 1903-1907 et 1921-192515.

  • 16 D'une famille de petite bourgeoisie originaire de Pontorson, en proche Normandie ; prenant le nom (...)
  • 17 Le premier écrit à un ami, le 29 mai 1871 : » [...] Je vous écris en pleurant d'horreur et de dése (...)

26Le dernier problème, sur lequel conclure, est l'adéquation de la toise du nobiliste posée sur cette société digne de la plume de Proust. En effet, il reste à discerner plus finement une haute noblesse, titrée et/ou riche, à l'aise sous tous les régimes, d'une part, un cortège de nobles opportunistes, d'autre part, le bataillon décimé des simples châtelains qui mettent toute leur énergie à survivre, par ailleurs ; enfin, la « société » interlope — sous le seul rapport du droit nobiliaire -, qui se mêle dès le milieu du siècle aux troupes indigènes. Peut-on encore discerner les caractères de la noblesse traditionnelle - attachement à la terre, éducation, rapport à l'histoire... — dans cette société bigarrée où les aigrefins ne manquent pas ? Le xixe siècle malouin, comme celui de Paris, de Deauville ou de Nice, se résume trop souvent dans l'adage : « a beau mentir qui vient de loin ». En 1871, Charles-Marie-René Leconte de Lisle16, démocrate et fouriériste, et José Maria de Heredia, descendant des conquistadores, réfugient au Coudray, entre Rochebonne et Saint-Ideuc, leur commune crainte de la Commune17.

27Quelle perception de la noblesse chez les habitants regardant, chez les membres fréquentant cette balnéo-société ? Pour les premiers, nul doute que le prestige des familles « anciennement à malouinières », les plus anciennes résidentes, l'emporte, justifié qu'il est par la dignité des mœurs, la totale publicité de la vie et la bienfaisance intelligente ; vaste sujet de réflexion — pour moi depuis longtemps, et déjà évoqué furtivement ci-dessus dans une formule volontairement simpliste —, car on ne créditera pas trop vite le peuple d'une totale ignorance sur l'histoire des familles. Certes les arguties juridiques lui sont inconnues, mais dans les familles intéressées elles-mêmes, combien de bourdes avons-nous entendues ! Songeons au charmant chroniqueur mondain, hélas mondain, que fut Gabriel-Louis Pringué, le « Gaby-Lou » de ces dames, et à sa perception très floue de la qualité noble.

  • 18 L'inflation numérique de la « noblesse » est à vérifier : Potier de Courcy dénombre 8 000 familles (...)
  • 19 On saisira la nuance entre parasite, qui paie son écot de quelque manière - et il y aurait beaucou (...)

28Pour les seconds, la « conscience de noblesse » revêt tous les cas de figure : la noblesse d'apparence recrute, se produisant quasi impunément dans la société après 1860. Le discrédit jeté par la noblesse elle-même dès le xviiie siècle, à cause de la facilité des anoblissements à caractère fiscal, de la tolérance des usurpations de qualité, se retourne alors contre ce groupe, hier assiégé, aujourd'hui dissous par intrusion de caméléons18 : les uns veulent se joindre, avec un certain courage, aux panégyristes de l'ordre ancien et exaltent dans leurs travaux érudits la geste du groupe auquel ils désirent tant appartenir ; certains justifient leur nouvelle condition par leur service du roi et de l'Église aux heures critiques de 1793, 1830 et 1870 et semblent monnayer leur blanchoiement ; les autres ne cachent pas quel profit ils veulent retirer de leur agrégation au groupe et les modes d'intrusion se combinent : l'alliance avec prise de nom (Herbert de La Portbarré de la Moussaye), la forte possession foncière (Fournier de Bellevue), la participation effrénée à la vie mondaine... Le mimétisme, trop souvent délusoire aux yeux du peuple, est plus ou moins rapidement acquis, malgré les quolibets : « depuis Perrault, il n'y a jamais eu tant de comtes ! », et jusqu'en 1860 environ, « les familles qui n'ont pas bretté dans leur jeune temps » (sic) ne franchissent pas facilement les portes des salons : à l'heure des bai-saillements et des caquetages des douairières misologues, on morgue fort ces parasites19. Bref, on boude les familles à particule indue alors qu'on fréquente à pleines journées les vieilles races du rocher, qui se reconnaissent par leur étrange pratique du retournement des noms (Trouin, sieurs du Gué, devenant Dugué-Trouin ; Fromy, sieurs du Puy, devenant Dupuy-Fromy, etc.), mais n'en font pas accroire, par un snobisme à rebours, sur leur noblesse. Les lettres de course, signées de leur sang de Malouin, valent bien plus à leurs yeux que des lettres de noblesse signées de l'encre du roi de France.

  • 20 « Armoriai du Clos-Poulet », dans Annales de Saint-Malo, 1932-1933.

29Dans cette « Côte d'Émeraude » — l'expression est du Tourangeau Eugène Herpin, vers 1894 - vouée à l'intrusion de « nobles » allogènes, on constate non seulement un bouillonnement d'érudition et de folklorisme de 1860 à 1910 (Duchesne, La Borderie, Tiercelin, Paris-Jallobert, Cléret de Langavant...) - « l'attirail de la savanterie », stigmatisé par Sainte-Beuve - mais aussi un fichage des lignées enracinées, celles-là mêmes pour lesquels leur premier catalogueur, Esnoul-Le Sénéchal, croira bon de surenchérir, dans son essai de 193220, en leur attribuant des anciennetés très illusoires. Les réseaux de parenté se reserrent et l'on cousine jusqu'au énième degré, comme s'hypertrophie alors la mémoire des sexagénaires.

  • 21 Tout le catalogage et toute la critique au sens du droit nobiliaire me restent encore à faire pour (...)

30Bref, la « société » malouine commence au tournant des siècles de redéfinir sua sponte les critères d'admission en son sein ; un subtil et inavoué mélange d'ancienneté, de vieille et continuelle résidence - même si l'on modulera très vite ce dernier point, en fonction des emplois parisiens ou rennais -, de retraite prise ici, - voire d'originalités (de la collectionnite maritime au bain de mer hivernal) -, pâles échos de la roide vie des fondateurs de lignées21.

Notes

1 N. B. Cet article constitue l'esquisse de la quatrième partie du dernier chapitre d'un ouvrage en cours sur la noblesse malouine, de 1450 à 1914. Après le « courrier des princes » (1792-1809) et le « pseudo-féodalisme » (1809-1845), voici venu le « temps des vanités » (1846-1914).Saint-Malo, Saint-Servan, Paramé, Rothéneuf, Saint-Coulomb, Saint-Méloir-des-Ondes, Cancale, Saint-Ideuc, La Gouesnière, Saint-Père, Château-Malo, Saint- Jouan, et une partie de quelques autres : Pleudihen, La Ville-ès-Nonais, Lillemer, Saint-Guinoux, Saint-Benoît-des-Ondes, Saint-Suliac.

2 Nous traitons de cet avatar de toute noblesse dans un ouvrage à paraître : La noblesse engloutie. Dérogeance, débouts et honte sociale en France (xvie-xixe siècles).

3 Dans un Dictionnaire des anciennes familles du Clos-Poulet, à paraître.

4 B.N.F., déparc, des manuscrits, cabinet d'Hozier 197.

5 Voir l'ouvrage en cours, supra, note 2.

6 La noblesse en Touraine, de Louis xvie à Mac Mahon, thèse dactylographiée, Paris, 1989, 1 400 p.

7 Il faut bien distinguer - ce qui n'est jamais fait - « titre », au sens de document prouvant une qualité, ici celle de gentilhomme, et « titres », au sens de distinction assise sur une terre ou titre régulier, de distinction fondée sur l'emploi d'un terme par le monarque, ou titre de courtoisie, enfin de distinction motu proprio, chez des familles où ce haussement ne peut prêter à ridicule, dit alors titre mondain.

8 Nous l'appelions « faillance » lorsqu'elle se produit au xixe siècle.

9 Sur ces personnages et ces familles, voir L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles de Touraine, Mayenne 1992, passim.

10 1802, baron 1809, commandeur de la Légion d'honneur et chevalier de Saint-Louis, 1814, fils d'un Arrageois (né à Arras, 1761, mort à Rennes, 1834) et d'une Servannaise, lui-même marié à une Malouine.

11 Dont Jules-Armand, né en 1757, mort en 1844, contrôleur général des fermes du roi, savant botaniste, marié en 1787 à Etiennette de Perthes, dont Jacques de B. de C. de P., mort en 1868, père de l'archéologie préhistorique.

12 Selon leur ordre de séparation sur le crayon généalogique, en 1875,1850,1833, 1884, fin xixe, 1891 et 1845 ; au xxe siècle, deux extinctions, en 1910 et 1971.

13 Ils sont connus depuis un jeune soldat engagé en 1777, devenu officier d'infanterie en 1792 et passé comme major à l'armée cath. et royale de Bretagne. Ils feront inexplicablement plâtrer - ou plus plausiblement ne feront pas déplâtrer - cette précaution de l'époque révolutionnaire, les armoiries monumentales des Magon, au fronton sur jardin de l'édifice.

14 Lawrence d'Arabie, né en 1888, habite Dinard et fréquente, en 1892-1894, l'école Lamennais, fondée en 1808 par Jean-Marie de La Mennais dans l'ancien hôtel des comtes de Plouër.

15 L'inventaire des titres de propriété sera le gros de l'ouvrage en projet, cité au début de cet article, pour constituer une matrice cadastrale aristocratique de Paramé.

16 D'une famille de petite bourgeoisie originaire de Pontorson, en proche Normandie ; prenant le nom de la petite terre de L'Isle-Saint-Samson sise en Pleine-Fougères (département d'Ille-et-Vilaine, arr. de Saint-Malo).

17 Le premier écrit à un ami, le 29 mai 1871 : » [...] Je vous écris en pleurant d'horreur et de désespoir. L'infâme bande de scélérats qui tyrannisait et pillait Paris depuis le 18 mars a consommé son œuvre en mettant le feu à presque tous nos monuments [...]. Jamais de tels crimes n'avaient été prémédités et commis avec une telle rage de destruction. L'histoire ne rappelle rien de semblable. Il est à désespérer d'être homme et surtout français [...] ; il ne s'agit plus ici de politique, il s'agit de vols publics et privés, de massacres dans les prisons, d'hospices incendiés avec les malades qui y étaient couchés, de maisons en flammes croulant avec les familles qui les habitaient, de monuments publics contenant des choses inestimables à jamais perdues. Ce sont là des crimes
tellement monstrueux qu'aucun châtiment, si ce n'est la mort, ne peut être infligé à ceux qui les ont commis », cité par E. Estéve, Leconte de Lisle-L'homme et l'œuvre, s.d., p. 229-230. Ces propos sont très inattendus sous la plume du républicain de 1848, de l'ancien délégué à la propagande révolutionnaire et insurgé de juin, du futur auteur d'un Catéchisme populaire républicain.

18 L'inflation numérique de la « noblesse » est à vérifier : Potier de Courcy dénombre 8 000 familles nobles bretonnes vers 1860 ! 2 500 familles au xviie siècle et encore 2 084, selon Chérin, en 1789 ; tout cela en renouvellement constant puisqu'il ne teste en 1789 que 600 familles sur les 2 400 maintenues aux grandes recherches de la fin du xviie siècle.

19 On saisira la nuance entre parasite, qui paie son écot de quelque manière - et il y aurait beaucoup à dire en les déclinant - et écornifleur, parasite que l'on ne veut plus recevoir.

20 « Armoriai du Clos-Poulet », dans Annales de Saint-Malo, 1932-1933.

21 Tout le catalogage et toute la critique au sens du droit nobiliaire me restent encore à faire pour tenter d'élaborer ensuite une histoire de la noblesse malouine aux xixe et xxe siècles ; bref, il faudra encore une fois faire sienne la si juste formule de Marc Bloch : « l'étude de la noblesse doit impérativement se faire juridique avant de prétendre devenir sociale. »L'auteur remercie par avance celui qui voudra bien lui fournir une copie du Dictionnaire généalogique des familles de Châteauneuf de 1480 à 1934, par Chalmel, demeuré manuscrit.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Paramé en 1844.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22864/img-1.png
Fichier image/png, 778k
Titre Tableau 2 - En 1849, le noyau paraméen
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22864/img-2.png
Fichier image/png, 265k
Titre Tableau 3- En 1907, le petit lot d'Anglo-Saxons paraméen
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22864/img-3.png
Fichier image/png, 332k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540