Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Noblesses de Bretagne

 | 
Jean Kerhervé

La noblesse commerçante nantaise (xviie-xixe siècles) : une noblesse ouverte1 ?

Olivier Pétré-Grenouilleau

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

  • 1 Cet article se situe dans le prolongement d'un ouvrage, O. Pétré-Grenouilleau, L'argent de La trai (...)

1La question de la noblesse commerçante a fait couler beaucoup d'encre, au cours, notamment, des années 1960 et 1970. À cette époque, un grand débat historiographique opposa les tenants d'une « Révolution bourgeoise » à ceux d'une Révolution opérée par le rassemblement des élites éclairées des différents ordres, par l'amalgame, autour de valeurs communes, d'hommes issus aussi bien du clergé que de la noblesse et du tiers état. Cette théorie d'une « fusion des élites » pré-révolutionnaires conduit, si on l'accepte, à affirmer au moins deux choses :

  1. 1. que les barrières d'ordres tendaient alors à s'estomper au profit de rapports déterminés par des critères culturels et (ou) économiques.
  2. 2. que la novation n'est pas l'apanage d'un groupe social (la bourgeoisie) ou juridique (la noblesse), mais le lot d'individus mus par des aspirations convergentes bien que parfois différentes.
  • 2 Voir notamment G. Chaussinand-Nogaret, (SOUS la direction de), Histoire des élites en France du xv (...)
  • 3 C'est le cas de la bourgeoisie négociante nantaise dont l'évolution constitue la toile de fond de (...)
  • 4 Ce qu'indique G. Chaussinand-Nogaret dans sa lumineuse Histoire des élites en France..., op. cit., (...)
  • 5 À l'époque où le débat était vif, le terme de « fusion » avait l'avantage d'en circonscrire très n (...)
  • 6 G. Chaussinand-Nogaret, La noblesse au xviiie siècle. De la féodalité aux Lumières, Paris, Hachett (...)

2Ces deux points semblent confirmés par de nombreuses données, qu'elles soient issues du procès de civilisation analysé par N. Élias et R. Chartier, de l'étude des mœurs des hommes des Lumières, de la rapidité dans la formation de certaines fortunes, de « l'esprit de réforme2 », ou bien encore de l'évolution de certains milieux bourgeois3. À la fin du xviiie siècle, la structuration hiérarchique de la société d'ordres est malmenée. De nouveaux ensembles sociaux apparaissent, à la quête d'identités4. Certains de leurs éléments se retrouvent dans un commun combat contre la rigidité des cadres de l'Ancien Régime. Le processus révolutionnaire déclenché, les circonstances et la nature des convictions conduiront certains à se rapprocher plus encore, tandis que d'autres s'éloigneront à jamais. On peut donc discuter de la valeur opératoire de l'expression « fusion des élites » et préférer lui en substituer d'autres, mais une chose est certaine à la veille de la Révolution : le rapprochement, plus ou moins conjoncturel et durable, de fractions appartenant à des univers sociaux différents. Dans le feu du débat, on a parfois été tenté d'aller au-delà de cette notion de « fusion-rapprochement5 », en essayant de lui trouver une dynamique. Renversant l'ordre classique des choses, Guy Chaussinand-Nogaret a ainsi insisté sur le dynamisme nobiliaire6. Particulièrement novatrice, écrit-il, la noblesse française aurait joué un rôle très important dans les débuts de l'industrie ainsi que dans l'essor du grand commerce maritime. Inversement, la bourgeoisie aurait été majoritairement routinière, stérilisant son capital en l'investissant dans l'achat de biens de prestige destinés à singer le style de vie aristocratique.

3Qu'en est-il ? La noblesse a-t-elle été véritablement ouverte sur le monde, entre prenante et progressiste ou bien avons-nous été abusés par un effet d'optique, en généralisant à l'ensemble du milieu le comportement peut-être très spécifique d'une certaine noblesse de cour ? Le débat a perdu en intensité, mais la question reste d'actualité. Au-delà de la problématique du processus révolutionnaire, elle permet en effet de s'interroger sur deux choses essentielles : la nature de la société issue des principes de 1789, les modalités du changement social. Ouverture-fermeture de la noblesse, rapprochements-antagonismes avec la bourgeoisie constituent donc le nœud de la présente communication. Il ne s'agit évidemment pas, en quelques pages, d'apporter des réponses toutes faites à un vaste problème. Notre objectif, tout simplement, est d'avancer quelques éléments de réflexion à partir d'une étude de cas. À l'échelle française, l'intérêt de la Bretagne est en effet évident : au xviiie siècle aucune autre région ne semble avoir vu autant de nobles être attirés par le grand commerce maritime. Ce constat amène à poser trois questions qui nous servirons ici de fil d'Ariane :

  1. 1. Quels sont les motifs de cet engouement supposé de la noblesse bretonne pour le grand commerce maritime ?
  2. 2. Au xviiie siècle, quelles ont été les conséquences de l'intrusion de la noblesse bretonne au sein de l'univers négociant : s'est-elle transformée, est-elle demeurée fidèle à ses principes, a-t-elle ou non contribué, en tant que telle, à l'essor économique régional ?
  3. 3. Comment a-t-elle évolué, ensuite, après 1789 ?

Le débat relatif à la noblesse commerçante bretonne

L'originalité bretonne : un vieux problème, mais peu d'études

  • 7 J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle (1966), Paris, EHESS, 1985, 2 vol. Voir le chapitr (...)
  • 8 G. Richard, Noblesse d'affaires au xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 1974.

4S'agissant du premier point, il ne suffit pas de décréter l'originalité de la Bretagne, il faut la prouver. Et c'est là qu'apparaissent les premières difficultés. Car si le thème de la noblesse commerçante bretonne a été largement débattu, il n'a suscité que des recherches partielles. Dans sa thèse sur la noblesse bretonne au xviiie siècle, Jean Meyer consacre 32 pages aux questions de la noblesse dormante. Mais l'essentiel tourne autour des aspects juridiques de la question, et, finalement, la partie utile, pour notre propos, se limite à cinq ou six pages7. Dressant le portrait de nobles bretons ayant investi l'armement, elles ne permettent guère de dépasser le cadre de la monographie. Quelques années plus tard, dans son livre-référence sur la noblesse d'affaires du siècle des Lumières8, Guy Richard procède de la même manière. Ce sont ces données que reprend et développe G. Chaussinand-Nogaret dans son ouvrage sur la noblesse française.

  • 9 Le snobisme de la particule devrait conduire le chercheur a être très attentif à la véritable « qu (...)
  • 10 Outre les précautions mentionnées à la note précédente, contentons-nous ici d'indiquer quelques pi (...)

5Une question majeure reste donc encore insuffisamment explorée, celle de l'approche quantitative du phénomène : combien de « nobles9 » bretons ont-ils été attirés par l'armement et par les carrières de la marine marchande (combien, également, sont passés de la marine royale à la marine marchande ?) ; quelle a été, au sein du négoce, leur importance numérique et économique ; comment estimer ce que la noblesse a également pu y investir de manière indirecte, par l'effet de prises de participation minoritaires ; comment, enfin, comparer tout cela à ce que l'on sait (ou ne sait pas) des autres grandes régions maritimes de l'hexagone10 ?

  • 11 H. Bourde De La Rogerie, « Introduction à l'inventaire de la série B des archives départementales (...)

6Autant dire qu'il n'est guère facile de dresser, sur la longue durée, une esquisse des relations entre noblesse bretonne et négoce maritime. Selon Bourde de La Rogerie11, qui écrit dans les années 1920, le rôle des négociants nobles aurait eu tendance à diminuer en Bretagne à partir de la seconde moitié du xviie siècle. Et le mouvement aurait ensuite continué au siècle suivant. Aujourd'hui, cette interprétation est encore défendue, notamment par les descendants de quelques familles d'ancienne noblesse, un peu courroucés et gênés par le fait d'ajouter une once mercantile à leur auréole aristocratique. Jean Meyer s'est opposé à cette vision des choses. Pour lui, il n'y a pas eu déclin, mais affirmation, au xviiie siècle, du rôle de la noblesse bretonne dans le grand commerce maritime.

  • 12 D'autant plus que les Etats de Bretagne, à l'origine, ne se montrent pas très enthousiastes à l'id (...)

7Que doit-on en penser ? Il me semble, tout d'abord, qu'il ne faut peut-être pas abandonner totalement le début de l'interprétation de Bourde de La Rogerie. La seconde moitié du xviie siècle correspond à la période d'émergence du grand trafic maritime. Dans cette phase aventureuse, les négociants aguerris hésitent encore à s'engager totalement. Il ne serait donc pas surprenant que la noblesse bretonne ait été alors relativement circonspecte12. Ce qu'il faudrait savoir, afin de conclure ou non à un déclin de son rôle, c'est l'importance de celui-ci au cours de phases plus anciennes, du Moyen Âge au tournant de la seconde moitié du xviie siècle.

  • 13 G. Collas, Un cadet de Bretagne au xviiie siècle : René Auguste de Chateaubriand, comte de Combour (...)

8Ce qui est sûr, par contre, c'est que tout commence à changer au cours de la première moitié du xviiie siècle. Les signes d'un activisme maritime nobiliaire se multiplient. Plusieurs exemples sont là pour en témoigner. Celui du chevalier de Ruyais armant un navire de 80 tonneaux (le Saint-Louis) pour les Antilles (1739-1743) ou bien encore celui de la célèbre carrière du capitaine puis armateur René Auguste de Chateaubriand (course, pêche à la morue et traite des Noirs13). « Qualitativement » parlant, le rôle de la noblesse semble encore limité (on a plus d'exemples de cadets tentant de réussir en s'engageant dans la marine marchande que d'exemples de véritables armateurs issus de la noblesse), mais un processus s'est enclenché (ou réenclenché). Dans ce contexte, la seconde moitié du xviiie siècle marque un progrès décisif. De grands noms du négoce maritime nantais sont alors, directement, issus de famille nobles de Bretagne.

Les causes de la probable originalité bretonne

  • 14 C'est ce que nous apprend J. Meyer. Un intervenant juriste nota, à la suite de notre communication (...)
  • 15 J. Meyer, La noblesse.,.,op. cit., p. 138.
  • 16 Ibid., p. 142.

9L'explication la plus fréquemment avancée, afin de rendre compte de cette intrusion nobiliaire, est juridique. Il s'agit du droit provincial, et notamment des articles 561 et 562 de la Coutume de Bretagne. Concrètement, mise en sommeil par l'exercice d'une profession commerciale, la qualité nobiliaire peut ensuite être réveillée par son abandon. Pour cela, il suffit de se présenter à la juridiction royale la plus proche et de déclarer officiellement que l'on cesse de travailler14. Il n'est nul besoin de lettres de réhabilitation royales. Cette « anomalie » qui « n'existe nulle part ailleurs en France », écrit Jean Meyer15, situe la Bretagne à mi-chemin entre les droits nobiliaires français et anglo-saxon. Il existe évidemment des inconvénients fiscaux et juridiques (suspension de la pratique du partage noble) au cours de la phase de mise en sommeil. Cependant, ajoute Jean Meyer, dans les faits, « beaucoup de nobles dérogeants continuaient à jouir de leurs privilèges nobiliaires16 ». Les incitations juridiques à l'irruption de la noblesse bretonne au sein du monde de l'armement sont donc bien réelles.

  • 17 1462 : un édit de Louis XI permet aux nobles d'« user de marchandise, sans préjudice de leur nom e (...)
  • 18 Le « provincialisme » de la noblesse d'ancienne extraction est-il plus marqué que celui du négoce (...)

10Mais ont-elles été aussi déterminantes que l'on veut bien le dire ? Ce que l'on oublie souvent c'est que Lyon, la Provence et le Dauphiné connaissaient des conditions, sinon identiques, du moins comparables à celles de la Bretagne, et que des textes royaux, dès 1462 et 154017, avaient été pris afin de favoriser, à l'échelle nationale, l'essor d'une noblesse d'affaires. Les documents réglementaires de ce genre se sont ensuite multipliés (1669, 1681, 1686, 1701 et 1767), ce qui a conduit à l'instauration d'une double législation. Le fait que la législation nationale n'ait pas réussi à faire disparaître « l'originalité » juridique bretonne s'explique par l'attachement aux traditions provinciales, et par la conception relativement large du principe de la noblesse dormante bretonne (lequel, à la différence des textes nationaux, ne se limite pas seulement, dans les faits, au grand commerce maritime ou à la banque). Il s'explique aussi par l'effet des stratégies familiales : pour pénétrer au sein du négoce, un noble d'ancienne extraction préfère souvent utiliser les textes provinciaux ; par contre, un négociant trouvera plus facile de faire référence aux textes royaux afin de poursuivre ses activités tout en conservant sa noblesse fraîchement acquise. À ce niveau de l'analyse, la cohabitation des deux droits a pu être utile, en permettant à chacun d'utiliser celui correspondant le mieux à sa vision du monde18 ou bien à ses intérêts immédiats. Au total, on peut penser que la tradition juridique bretonne n'a joué un véritable rôle que dans un domaine restreint, mais néanmoins essentiel. Elle a, sur le temps long, contribué à préparer les esprits, rendant ainsi progressivement plus facile le saut qui consiste, un jour, à décider d'exercer une profession. Prenons le cas de la famille Espivent, originaire de la région de Dinan et noble d'ancienne extraction. En 1606, Jean Espivent achète un office notarial à Saint-Brieuc. Il y exerce jusqu'à sa mort, en 1628 ou 1629. La famille se stabilise dans cette cité pendant environ trois générations. Puis, l'un de ses membres, François (né en 1680), décide de partir pour Nantes. Il y arrive en 1717, entre dans la maison de commerce tenue par le sieur Dumotai Bossinot, un Breton dont la famille est également représentée à Saint-Malo. Peu après, les Espivent se lancent dans l'armement, constituant une très importante maison de commerce. Sans doute existe-t-il des cas de passage à l'armement plus directs, mais l'exemple des Espivent souligne l'importance de cette maturation des esprits, individuels et familiaux.

  • 19 M. Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne xve-xviiiesiècles, Rennes, SHAB, (...)
  • 20 G. Duby, La société chevaleresque, Paris, Flammarion, 1988, p. 142.

11Que l'évolution soit facilitée par la réglementation en vigueur n'est cependant pas suffisant. L'essentiel, à la base, est que la volonté de sauter le pas existe. On dit parfois qu'elle aurait pu être suscitée par des raisons démographiques. La Bretagne abritant un certain nombre de nobles, le trop plein de cette puissance démographique expansive aurait été obligé de prendre profession. Mais l'argument est insuffisant. Car si certaines paroisses connaissent une très forte présence nobiliaire, globalement, la noblesse ne représente guère plus de 2 % de la population bretonne, ce qui, en gros, correspond à la moyenne nationale. Les véritables motivations sont donc ailleurs : elles sont sociales et économiques. Le milieu des négociants-armateurs nantais de la seconde moitié du xviiie siècle intègre au moins onze familles d'ancienne noblesse. Neuf proviennent de l'Ouest et cinq de la Bretagne, comté nantais exclu. Les nobles représentent ainsi plus du tiers de l'immigration bretonne venant alimenter le négoce nantais. La reconstitution des lignages, des généalogies et des carrières, montre que toutes ces familles appartiennent à une petite noblesse, riche en prestige mais pauvre en moyens financiers. Pour elles, le grand négoce maritime constitue une occasion de se refaire, de trouver un équilibre plus satisfaisant entre position sociale et niveau de fortune. Voilà qui confirme les intuitions émises par M. Nassiet dans son ouvrage sur la noblesse pauvre de Bretagne19, qui nous rappelle ce que disait Georges Duby de la jeunesse aristocratique dans la France du xiie siècle : à savoir « une meute lâchée par les maisons nobles pour soulager le trop-plein de leur puissance expansive, à la conquête de la gloire, du profit, et des proies féminines20 ».

Les conséquences de l'intrusion de la noblesse bretonne au sein de l'univers négociant

12Cela étant dit, abordons maintenant la seconde question posée en introduction : au xviiie siècle, quelles ont été les conséquences de l'intrusion de la noblesse bretonne au sein de l'univers négociant ? S'est-elle transformée, est-elle demeurée fidèle à ses principes, a-t-elle ou non contribué, en tant que telle, à l'essor économique régional ?

La noblesse commerçante tend à demeurer fidèle à ses principes

13Pénétrant au sein d'un autre monde, mercantile, la noblesse a-t-elle perdu son âme ? Apparemment, on pourrait le croire. Certains de ses membres cherchent (et trouvent) des conjoints dans les familles d'armateurs issus de la roture. L'analyse de leurs bibliothèques indique qu'ils apprennent à maîtriser une littérature assez technique, allant de traités sur les maladies de Saint-Domingue jusqu'au Parfait négociant de Jacques Savary, la bible du négoce, en passant par d'innombrables ouvrages de géographie commerciale et d'histoire. Enfin, ce n'est pas forcément par mépris pour les autres que la noblesse commerçante finance en partie ses affaires en recourant à des fonds familiaux. Tous les armateurs, quel que soit l'ordre auquel ils appartiennent, font de même. Une certaine noblesse bretonne n'hésite donc pas à transgresser les frontières entre les ordres. Sans se poser trop de questions, elle travaille avec des confrères roturiers.

14Mais l'offensive de charme menée par la noblesse commerçante n'est pas sans arrière-pensées. Désargentés, les candidats nobles au grand commerce ne peuvent se permettre de s'isoler par une endogamie qui se voudrait trop distinctive et ostentatoire. Dans un monde où famille et économie sont imbriquées, ils doivent, s'ils veulent pouvoir travailler, se résoudre à des alliances (à la fois matrimoniales et économiques) avec le négoce. D'ailleurs, une partie des fonds nécessaires à l'entrée dans le haut négoce est souvent fournie par le mariage avec la fille d'un roturier. Cette stratégie est suivie par les Dufou (qui s'allient au Jogues) comme par les Espivent (associés aux Bossinot). Et tandis que les nobles commerçants tournent leurs fils vers les familles négociantes anoblies ou pouvant le devenir, leurs filles tentent, par leur mariage, de maintenir des relations avec leur milieu d'origine. C'est donc sans se renier que les nobles commerçants semblent s'intégrer peu à peu au sein du haut négoce de la cité.

15De nombreux autres signes viennent confirmer cette idée d'un maintien d'une culture proprement nobiliaire. Le cas est particulièrement net chez les Espivent de la Villeboisnet. On retrouve, ici, dans un milieu ouvert aux idées philosophiques du temps, l'importance d'une éducation classique ainsi qu'un strict respect des pratiques religieuses. Ondoiements et baptêmes suivent immédiatement les naissances. Embarquant à dix-huit ans pour Cadix, Denis (né en 1732) ne peut emporter que quelques ouvrages. Il choisit les Essais de morale de Nicole et et Evangile selon saint Marc. Plus tard, devenu négociant, il laissera à son neveu une note très significative sur l'usure. Il y dira se refuser au prêt à intérêt, car ne croyant pas qu'ils soit « légitime » selon les « lois de Dieu ». La famille s'attache à réunir un patrimoine foncier à la mesure de ses titres. Elle entend remplir ses obligations et envoie ses membres siéger au Parlement de Bretagne. Un strict contrôle des alliances et du parrainage complète le dispositif et évite toute mésalliance. C'est ainsi, en gentilshommes jaloux de leurs prérogatives, que vivent les Espivent de la Villeboisnet.

16S'il fallait d'autres preuves pour nous en convaincre, il suffirait d'analyser le contenu des bibliothèques de deux beaux-frères que le sang et l'argent semblent rapprocher. La première est celle d'Antoine Espivent de la Villeboisnet, la seconde celle d'Arthur Montaudoin. Au siècle des Lumières et du libertinage, Antoine possède de nombreux ouvrages indiquant une piété influencée par le jansénisme. Il a lu, souvent dans le texte, Homère, Horace, Cicéron et bien d'autres Anciens. Gardant précieusement la Question féodale et le Traité des fiefs, il rêve, à l'instar de son Esprit des lois, à une noblesse aux pouvoirs renforcés gouvernant de concert avec son monarque naturel. Représentant très éclectique d'une noblesse éprise d'informations, Antoine ne semble s'ouvrir sur le présent que pour y faire triompher des principes que l'on pourrait qualifier de conservateurs. Arthur Montaudouin préfère Rousseau à Montesquieu. Il conserve le Testament de Vauban ainsi que le Compte rendu au roi de Necker. Un clivage fondamental continue ainsi à opposer la noblesse nantaise, commerçante ou non, au négoce. Nobles et roturiers ne vivent pas dans les mêmes quartiers, les motifs de leur attachement (souvent comparable) aux principes religieux sont différents, et certaines brochures émanant du négoce sont particulièrement virulentes vis-à-vis des représentants du second ordre. Face à un négoce essayant de mimer le style de vie aristocratique tout en conservant son âme, la noblesse commerçante campe généralement sur ses positions.

Sur le plan économique, la noblesse commerçante n'est pas plus dynamique que le reste du négoce

  • 21 Il est vrai qu'ils ont été conduits à la faillite.

17Délaissons le terrain politique et culturel pour parler d'économie, et l'on constatera que la noblesse commerçante n'est pas plus dynamique que le reste du négoce. Jean Meyer estime que la noblesse contrôle un tiers de l'armement nantais au milieu du xviiie siècle. On sait également que la filière nobiliaire entre pour 14 % dans la formation du milieu négrier nantais, et que près de 20 % des pères de négriers originaires de l'Ouest ou des régions traversées par la Loire sont nobles. Mais ces pourcentages ne suffisent pas à faire de la noblesse un milieu dynamique et novateur, face à des négociants bourgeois casaniers et passéistes. En effet, on ne peut prendre en compte, dès lors qu'il s'agit de mettre en évidence des preuves du dynamisme nobiliaire, que la véritable noblesse, c'est-à-dire celle d'ancienne extraction. Or, sur les 25 familles nobles de grands armateurs nantais, 21 ont été anoblies au xviiie siècle. Consécration d'un long travail, cet anoblissement indique plus la vitalité et la réussite de la bourgeoisie marchande que le dynamisme du second ordre. Quantitativement parlant, l'ancienne noblesse n'exerce donc pas un rôle majeur dans l'armement : sur 7000 navires expédiés vers les Antilles ou l'Afrique au xviiie siècle, seuls 385 (selon J. Meyer) sont armés par elle (soit 5,5 % du total). Sur le plan des méthodes et des résultats, le milieu ne se distingue guère du reste du négoce. Il n'entraîne pas l'armement, mais participe à sa croissance, s'intéresse peu aux manufactures. Sa réussite s'insère dans celle du négoce en général. Surtout, en s'introduisant dans le monde des affaires, la noblesse cherche seulement à se refaire. La novation n'est pas son but. Et elle se retire assez vite, dès lors qu'elle a réussi. Les Walsh, qui sont d'origine irlandaise et appartiennent à ce que l'on appelle « la noblesse débarquée », disparaissent de l'armement avant la Révolution. Tout comme les Luynes21, originaires de l'Orléanais mais « naturalisés bretons » (J. Meyer) depuis la fin du xviie siècle.

La preuve par les faits : l'attitude des familles issues de la noblesse commerçante nantaise après 1789

Le test révolutionnaire et impérial

18Révélateur, le test révolutionnaire et impérial vient confirmer ce que nous venons de dire. Alors que, globalement, le négoce nantais n'a pas été saisi par la fièvre de l'émigration, le milieu de la noblesse commerçante y est particulièrement réceptif. Les familles d'ancienne extraction sont les plus concernées. Antoine Walsh décide de partir pour Cologne avant juillet 1789. Il n'en reviendra que sous le Consulat. Ce cas nous montre que c'est d'abord par principe qu'émigrent certains représentants de ce groupe. Ensuite, touché dans ses biens et dans sa chair (confiscations, emprisonnements...), sa réaction se transformera souvent en un profond et irréversible conservatisme. Antoine Espivent de Perran et sa femme émigrent en 1791. Ils meurent en Allemagne. Leurs sept enfants sont partis avec eux. Charles sert dans l'armée du prince de Condé et trouve la mort en 1794, dans le duché de Clèves. Antoine et Louis débarquent à Quiberon.

19Tout cela n'empêche pas la poursuite des affaires. Une partie des Espivent de la Villeboisnet, cousins des Espivent de Perran, est restée à Nantes. Grâce à de nombreuses procurations, elle est en contacts avec les membres de la famille établis à l'étranger, et continue à travailler pour le bien commun. Le Consulat et l'Empire voient les représentants de cette noblesse se rallier progressivement au régime. Ce qu'illustre parfaitement le cas des Dufou. Bonaventure est demeuré à Nantes, alors que son frère, son père, sa femme et ses deux enfants sont partis à l'étranger. Il tente de se faire oublier, tout en profitant d'un contexte économique difficile afin de spéculer sur les denrées coloniales. Pragmatique, il profite de la vente des biens nationaux pour acheter la vieille seigneurie de la Brulaire, dans le département du Maine-et-Loire. Sa fortune, l'ancienneté de sa famille et ses relations le font bientôt remarquer. Membre du Conseil général en 1808, président de la Chambre de commerce en 1809, décoré de la Légion d'honneur en 1810, il est fait maire de Nantes en 1813. Mais sa sensibilité monarchiste est intacte. Auteur d'un vibrant appel en faveur de Louis XVIII, en 1815, il est fait comte en 1817.

La période de la monarchie censitaire (1815-1848)

20La période de la monarchie censitaire correspond à une phase d'incubation et d'enracinement. Grâce à la poursuite de certaines affaires pendant la Révolution, grâce au ralliement de raison opéré sous le Consulat et l'Empire, grâce à la mise en place d'une politique de rachats fonciers après 1815, grâce enfin au soutien que leur accorde un gouvernement désireux de s'appuyer sur les notables en place, nombreuses sont les familles de nobles commerçants à retrouver de l'importance.

21Cependant, elles tendent de moins en moins à faire parler d'elles, et lorsque le milieu maritime local se reconstitue, il le fait sans sa participation. Cette absence d'un retour au premier plan économique pourrait étonner. Pourquoi la noblesse n'est-elle plus séduite par le grand commerce maritime, sous la monarchie censitaire, alors que, financièrement, elle a les moyens d'y participer ? Sans doute, et cela confirmerait ce que nous écrivions plus haut, parce qu'elle n'en a plus besoin. Au xviiie siècle le grand commerce maritime constituait pour elle une sorte de purgatoire, un marchepied permettant de la hisser vers le style de vie auquel elle aspirait. Économiquement refaite, politiquement rassurée, elle n'a, après 1815, plus besoin du grand commerce maritime.

  • 22 Sur cette question, voir J.-C. Martin, La Vendée et la France, Paris, 1987.

22Elle peut vaquer à ses occupations traditionnelles, se rencontrer dans les salons, chasser, aller à l'église, ou bien organiser le culte du Souvenir Vendéen. Dans la commune de Prinquiau dont il est maire, François Espivent de Perran supervise en 1816, et en grandes pompes, la translation des ossements de Vendéens tués lors de la grande bataille de Savenay de décembre 1793. Moins « offensif », mais tout aussi nostalgique, le vicomte Walsh commence à écrire ses fameuses Lettres vendéennes, ouvrage en plusieurs volumes qui sera publié entre 1825 et 1829. Le passé vendéen tend ainsi, déjà, à devenir un lieu de mémoire, générateur d'une puissante dynamique conservatrice22.

La seconde moitié du xixe siècle, ou l'affirmation d'une puissante dynamique conservatrice

23Le premier légitimisme, celui né à partir de la monarchie de Juillet, a certainement fait de nombreux adeptes parmi les familles de l'ancienne noblesse commerçante. Des papiers privés en témoignent. Mais, si l'on excepte les Walsh, il y eut peu de propagandistes enflammés. Le milieu se retira un peu plus sur ses terres et vécut comme il le souhaita, sans se faire trop entendre. À Nantes et au sein du négoce, le légitimisme affiché fut peu fréquent. Il trouva ses meilleurs adeptes au sein de familles qui gravitaient autour de la noblesse à la fin de l'Ancien Régime, et qui avaient parfois réussi à y pénétrer après 1815.

24Il faut donc attendre la seconde moitié du xixe siècle pour voir réapparaître au premier plan certains descendants de nobles commerçants. C'est une époque pendant laquelle les rythmes du changement s'accélèrent. La seconde République et le suffrage universel sont proclamés en 1848. Vient ensuite le temps du second Empire, et celui d'un Louis-Napoléon Bonaparte, véritable « antithèse des hommes d'importance » (Alain Plessis), qui ne suscite guère l'enthousiasme de l'ancienne France. Dans ce contexte, la défaite de Sedan est souvent perçue comme un juste châtiment inspiré par le Ciel. La Commune de Paris, l'échec des tentatives de restauration monarchique et l'installation de la Troisième République ne font qu'accentuer les choses. Bousculées dans leurs convictions, les familles issues de l'ancienne noblesse négociante sortent de l'ombre.

  • 23 Bulletin de la fete des écoles, 1892, p. 13-14 (papiers privés).

25C'est le cas des Espivent de la Villeboisnet, qui s'étaient fixés dans la région parisienne. Ils reviennent alors de plus en plus souvent à Crossac, une commune de Loire-Atlantique où s'étaient installés les fondateurs de la prospérité familiale, au xviiie siècle. La restauration du château y est terminée en 1878. La famille s'y montre fidèle aux traditions de son ordre. Dévote, elle s'occupe de l'encadrement moral des paysans ; mais également des opérations de drainage, très importantes dans cette région, ce qui lui permet de renouer le dialogue avec les populations locales. Pendant ce temps, Ludovic (qui est né à Paris en 1843) achète la propriété de Treulan, à une demi-lieue de la basilique de Sainte-Anne-d'Auray. Son oncle, le général Henri de la Villeboisnet, s'est fait connaître en réprimant la Commune de Lyon. Opposant de la première heure aux lois sur la laïcité, Ludovic n'est pas en reste. Il joue un grand rôle dans l'essor de l'enseignement clérical breton. En 1887, il créé le prix d'instruction religieuse afin de susciter l'émulation entre les différentes écoles privées du diocèse. Il prône également l'étude de la langue bretonne et de l'enseignement agricole, dans le but, dit-il, de « former des chrétiens vaillants, assez instruits de la religion assez fermes dans la foi pour résister aux entraînements du siècle23 ». La foi, le sol et les aïeux, tel est son crédo. En 1901, 150 prêtres et toute l'aristocratie bretonne suivent son cercueil.

  • 24 Sur ce point, voir O. Pétré-Grenouilleau, L'argent de la traite..., op. cit., ainsi que R. Bourrea (...)

26À plus d'un titre, les mutations de la seconde moitié du xixe siècle conduisent ainsi à revivifier le milieu, facilitant par là son retour en force auprès des populations rurales de l'Ouest qui sont souvent demeurées conservatrices. L'affirmation de ce « conservatisme de fidélité » suscité par l'inféodation aux principes de l'ordre ancien24 permet aux la Villeboisnet, et à bien d'autres familles, de cultiver ce qu'ils estiment être leur spécificité. Engagées sur tous les fronts, ces dernières tendent à subordonner leur existence à ce qu'elles perçoivent comme une mission, à savoir la défense active des idéaux par lesquels elles existent.

27Devenues négociantes par nécessité, les familles de la petite noblesse bretonne ont toujours souhaité maintenir leur spécificité. Après 1789, par la force de leurs convictions et sous l'influence des événements, elles sont devenues de plus en plus conservatrices. Ensuite, par un curieux paradoxe, la fusion esquissée avec une partie de la bourgeoisie pré-révolutionnaire se concrétise parfois. La période révolutionnaire a choqué de nombreuses familles négociantes. À partir de la Restauration certaines épousent de plus en plus fidèlement les idéaux de l'ancienne aristocratie. Voilà qui témoigne, à l'époque des « bourgeois conquérants », de la vitalité d'un Ancien Régime dont l'acte de décès n'a pas été totalement et définitivement entériné en 1789.

Notas

1 Cet article se situe dans le prolongement d'un ouvrage, O. Pétré-Grenouilleau, L'argent de La traite. Milieu négrier, capitalisme et développement : un modèle, Paris, Aubier, 1996. Neuve, la première partie de l'exposé tente d'indiquer la nécessité d'une étude renouvelée de la question de la noblesse commerçante bretonne à la fin de l'Ancien Régime. Les deux suivantes reprennent, affinent et élargissent des réflexions présentes dans L'argent de la traite.

2 Voir notamment G. Chaussinand-Nogaret, (SOUS la direction de), Histoire des élites en France du xvie au xxe siècle, Paris, Tallandier, 1991 (troisième partie : « De l'aristocratie aux élites »).

3 C'est le cas de la bourgeoisie négociante nantaise dont l'évolution constitue la toile de fond de la présente communication, O. Pêtré-Grenouilleau, L'argent de la traite.... op. cit. Dans le grand port ligérien, un regroupement de professionnels (les négociants-armateurs) issus d'horizons géographiques et sociaux différents s'est en effet peu à peu constitué en un véritable milieu social, capable de sécréter des attitudes et des valeurs communes.

4 Ce qu'indique G. Chaussinand-Nogaret dans sa lumineuse Histoire des élites en France..., op. cit., p. 241 : « la fin de l'Ancien Régime voit se dégager des structures archaïques des groupes fortement individualisés dont les partenaires, attachés encore par leurs origines aux milieux qui les ont produits, sont liés par une identité fonctionnelle ».

5 À l'époque où le débat était vif, le terme de « fusion » avait l'avantage d'en circonscrire très nettement les enjeux. Il peut aujourd'hui paraitre excessif. Car « si une même intention anime noblesse et tiers état, c'est avec des arrières-pensées inconciliables. Dans leur désir commun de contrôler l'Etat, chacun en réalité travaille pour soi, n'attend de son rival qu'un coup de main et nourrit l'espoir de l'éliminer le moment venu ». En écrivant cela, G. Chaussinand-Nogaret, Histoire.,.,op. cit., p. 242, est plus proche de la notion d'un rapprochement conjoncturel que de celle d'une véritable et totale fusion des élites, bourgeoises et nobiliaires. Aussi convient-il peut-être d'ajouter des qualificatifs, en fonction des circonstances (fusion des styles de vie, fusion revendicative, etc.), à cette expression parfois trop générique et globalisante. En tous cas, essentiel, le débat lancé par la théorie de la « fusion des élites » est loin d'être clos.

6 G. Chaussinand-Nogaret, La noblesse au xviiie siècle. De la féodalité aux Lumières, Paris, Hachette, 1976 ; « Aux origines de la Révolution : noblesse et bourgeoisie », Annales ESC, 1975, 2, p. 265-278.

7 J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle (1966), Paris, EHESS, 1985, 2 vol. Voir le chapitre 6 de la première partie (p. 135-167), et notamment les pages 151-153, 155-158. Le cas de la « noblesse débarquée » est abordé de la même manière (seconde partie, chap. 7, p. 1017-1053, et notamment p. 1030-1038).

8 G. Richard, Noblesse d'affaires au xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 1974.

9 Le snobisme de la particule devrait conduire le chercheur a être très attentif à la véritable « qualité » des nobles qu'il entend comptabiliser. Il faut aussi distinguer nobles d'ancienne extraction et bourgeois nouvellement anoblis. Ce qui veut dire que toute étude statistique solide ne peut être fondée, à la base, que sur une analyse généalogique et prosopographique très précise.

10 Outre les précautions mentionnées à la note précédente, contentons-nous ici d'indiquer quelques pistes et intuitions. Et tout d'abord la nécessité, pour l'historien, de lire ce qu'ont écrit les juristes sur la question de la « noblesse dormante » bretonne. Le répertoire de Jean Mettas, sur la traite négrière française au xviiie siècle (SFHOM, Paris, 1978 et 1984) souligne la présence d'assez nombreux capitaines de navire dotés d'une particule. Un exemple souligne les avantages et les difficultés de la recherche en ce domaine : celui des origines sociales de 98 des 209 capitaines de négriers nantais entre 1763 et 1778, (cf. M. Dutheil De La Rochere, Les capitaines négriers nantais..., mémoire de maîtrise dactylographié, Nantes, 1996). Dix sont fils de nobles d'épée, six d'officiers de marine, six de parlementaires, six d'officiers de finances. Ajoutons huit autres anoblis (négociants, notaires, avocats, médecin) et l'on arrive à une densité nobliliaire oscillant entre 4,78 % (noblesse d'épée) et 26,3 % (toutes noblesses confondues). Cela ne permet pas de conclure (le nom et la titulature d'un père ne suffisent pas, il faudrait reconstituer des carrières et des généalogies), mais c'est suffisant pour susciter l'intérêt. L'étude des capitaines de navires pourrait être prolongée par celle des archives de la capitation nantaise. Il est fort probable que l'on découvrirait ainsi des contingents nobiliaires relativement fournis, installés pour un temps dans les strates inférieures ou moyennes du négoce. Un beau travail pourrait être consacré à cette noblesse laborieuse des ports de France, à ses origines, son évolution et son rapport au monde.

11 H. Bourde De La Rogerie, « Introduction à l'inventaire de la série B des archives départementales du Finistère », Quimper, 1902, et « Etude sur la réformation de la noblesse en Bretagne 1668-1728 », MSHAB, t. 3, 1922, p. 237-312.

12 D'autant plus que les Etats de Bretagne, à l'origine, ne se montrent pas très enthousiastes à l'idée de favoriser des entreprises maritimes nouvelles qui pourraient concurrencer les activités rurales traditionnelles (sur ce point, voir la contribution de J. Quéniart dans J.-P. Sanchez (dir.), Dans le sillage de Colomb. L'Europe du Ponant et la découverte du Nouveau Monde 1450-1650, Rennes, PUR, 1995).

13 G. Collas, Un cadet de Bretagne au xviiie siècle : René Auguste de Chateaubriand, comte de Combourg, 1718-1786, Paris, 1949.

14 C'est ce que nous apprend J. Meyer. Un intervenant juriste nota, à la suite de notre communication, que, dans les faits, ce type de déclaration était rarissime. Ce qui conforte notre idée d'une nécessaire lecture des travaux d'histoire du droit.

15 J. Meyer, La noblesse.,.,op. cit., p. 138.

16 Ibid., p. 142.

17 1462 : un édit de Louis XI permet aux nobles d'« user de marchandise, sans préjudice de leur nom et de leur état ». 1540 : l'édit d'Aumale étend ta loi de dérogeance (valable dans le duché de Bretagne depuis 1451) à l'ensemble de la France.

18 Le « provincialisme » de la noblesse d'ancienne extraction est-il plus marqué que celui du négoce anobli ? Ce dernier n'est-il pas attiré par la revendication d'une identité plus « nationale » ?

19 M. Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne xve-xviiie siècles, Rennes, SHAB, 1997.

20 G. Duby, La société chevaleresque, Paris, Flammarion, 1988, p. 142.

21 Il est vrai qu'ils ont été conduits à la faillite.

22 Sur cette question, voir J.-C. Martin, La Vendée et la France, Paris, 1987.

23 Bulletin de la fete des écoles, 1892, p. 13-14 (papiers privés).

24 Sur ce point, voir O. Pétré-Grenouilleau, L'argent de la traite..., op. cit., ainsi que R. Bourreau, Monarchie et modernité. L'utopie restitutionniste de la noblesse sous la IIIe République, Paris, EHESS, 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540