Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesses de Bretagne

 | 
Jean Kerhervé

Noblesse et pouvoir royal en Bretagne (1480-1540)

Dominique Le Page

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 La Bretagne présente une situation comparable à celle de la Bourgogne ou à celle que décrit Michel (...)

1Ce qui frappe l'attention de l'historien qui étudie la noblesse bretonne à la fin du Moyen Âge, c'est la domination écrasante de quelques grandes familles dont les Rieux, les Rohan, les Laval, les Malestroit sont les exemples les plus connus. Dotées d'un patrimoine foncier considérable (dans le duché et en dehors du duché) qui leur procure d'importants revenus, apparentées aux principaux lignages du royaume, jouissant d'une puissance seigneuriale qui les place au sommet d'une pyramide de vassaux et de fidèles, ils sont des intermédiaires obligés pour quiconque veut asseoir son contrôle sur la Bretagne1 La noblesse ne se limite pourtant pas à cette catégorie, aussi prestigieuse soit-elle : on sait en effet que la Bretagne se distingue aussi par l'existence, au-dessous de ces quelques grandes maisons, d'une noblesse moyenne et petite particulièrement dense. Une partie d'entre elle a vécu, du fait de ses possessions, dans la clientèle des Grands, et ses choix politiques ont dépendu de ceux opérés par ces derniers mais son nombre même lui a permis de s'affirmer en tant qu'acteur à part entière sur la scène politique bretonne.

2L'analyse des attitudes de la noblesse de la fin du xve à la première moitié du xvie, c'est-à-dire au cours des années qui voient passer la Bretagne du statut de principauté autonome à celui de province, doit donc prendre en compte ces deux catégories et chercher à savoir comment les pouvoirs ducaux puis royaux ont procédé à leur égard pour imposer leur autorité. La politique des ducs et des rois n'a en effet pas été uniforme tout au long de la période du fait de l'évolution des attitudes de la noblesse mais aussi des changements intervenus à la tâte de l'État. Trois périodes doivent, nous semble-t-il, être distinguées. La première va des dernières années de la Bretagne ducale à la fin du règne de Charles VIII : elle est marquée par la division de la noblesse, division qui profite en premier lieu au roi de France mais dont il doit tenir compte jusqu'à sa mort en 1498 ; la deuxième, que l'on peut faire aller de 1499 à 1524, correspond au temps de l'union personnelle, symbolisé par la présence de reines bretonnes au sommet de l'État et par un souci, impulsé surtout par Anne de Bretagne, de maintenir l'unité entre les différentes parties du second ordre ; la troisième va de la fin des années 1520 à la mort de François Ier en 1547 : elle se caractérise par l'affirmation des Grands dans le contrôle de la Bretagne.

Le malaise nobiliaire

3À la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier en juillet 1488, les divisions de la noblesse bretonne éclatent en pleine lumière : le fils aîné du vicomte de Rohan y meurt alors que ce dernier, en rébellion contre le duc, a trouvé refuge auprès du roi de France. Le seigneur d'Avaugour, bâtard légitimé de François II, combat dans les armes de Charles VIII, tandis que le maréchal de Rieux dirige celles de François II après avoir participé aux principales révoltes contre son autorité au cours des années précédentes. Le comte de Laval, partagé entre ses différentes fidélités, est absent. Autant que de la supériorité technique des armes royales, la Bretagne ducale meurt donc de son incapacité à présenter un front uni à l'heure où son destin se joue. Par là même, la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier révèle l'échec des Montforts pour imposer leur autorité aux autres grandes familles nobles, sans mettre toutefois un point final aux discordes puisque celles-ci reprennent de plus belle de 1488 à 1491, permettant à Charles VIII de s'assurer le contrôle définitif du duché.

4Parmi les causes que l'on avance habituellement pour expliquer ces discordes, on a coutume d'évoquer la tradition de division de la noblesse bretonne, tradition qui plonge ses racines dans les origines de l'État breton lui-même. Les Montforts sont en effet arrivés au pouvoir à la suite d'une guerre de Succession qui a permis d'entretenir un doute sur leur légitimité et qui a scindé durablement les élites bretonnes. Les crises sporadiques qui ont éclaté au cours de la seconde moitié du xive siècle et au xve siècle ont révélé la persistance de ces premières lignes de fracture et montré que les rivaux des ducs n'avaient pas désarmé, d'autant qu'ils savaient pouvoir compter sur l'appui éventuel des rois de France.

  • 2 La carrière dans le royaume n'a pas été pas la règle pour tous les nobles bretons mais certains s'y (...)
  • 3 Fraternité qui s'est traduite par des alliances familiales.
  • 4 Les ducs auraient été ainsi en quelque sorte victimes de leur politique neutraliste, ce que certai (...)
  • 5 Et à percevoir l'Anglais comme l'adversaire prioritaire, ce qui l'amène à s'opposer, par la suite, (...)

5La division de la noblesse bretonne n'a, en effet, jamais été uniquement un problème interne au duché, mais elle a revêtu, dès le départ, une dimension plus vaste en impliquant la nécessité de choisir entre deux fidélités : la fidélité au duc, la fidélité au roi. Si le succès des Montforts a été incontestablement pour ce dernier un revers, il n'a pas signifié pour lui la fin de toute influence en Bretagne et particulièrement sur la noblesse. Les monarques ont utilisé plusieurs moyens pour s'attacher celle-ci. Le premier d'entre eux a été de l'employer de façon importante au cours de la guerre de Cent Ans2. Il est bien connu que la Bretagne a fourni des connétables et des maréchaux à l'armée royale mais aussi une partie de ses troupes. Cet engagement militaire n'a pas été une simple occasion de s'occuper ou de s'enrichir pour une noblesse désœuvrée mais il a, plus sérieusement, permis aux lignages bretons de développer une fraternité d'armes avec les familles de la noblesse française3, de diversifier leur patrimoine grâce aux dons qui leur ont été faits et par là même d'élargir leurs horizons et leur stratégie. Plus encore peut-être, en servant sous les ordres du roi de France, la noblesse a pris l'habitude de considérer celui-ci comme le chef de guerre par excellence4, celui dont le service apportait gloire et renommée et à lui réserver sa fidélité5.

  • 6 Pour les carrières de Jean de la Primaudaie et de Julien Rivault, voir Dominique Le Page, Finances (...)
  • 7 Pour les carrières de Jean de la Primaudaie et de Julien Rivault, voir Dominique Le Page, Finances (...)

6Parmi les autres procédés utilisés, il faut signaler le recrutement de Bretons soit comme officiers, soit comme membres de l'hôtel royal. La monarchie a su se montrer accueillante pour tous ceux qui désiraient la servir, à quelque degré de la noblesse qu'ils appartinssent. Cela a été vrai pour des gentilshommes en quête de fortune comme Jean de La Primaudaie, originaire de la région de Pontivy, signalé comme secrétaire du roi en 1470, mais aussi pour des personnages en délicatesse avec le duc comme Olivier Le Roux, trésorier et receveur général sous Arthur III, qui s'enfuit en France en 1459 pour échapper aux poursuites intentées contre lui par François II et qui devient notaire et secrétaire royal puis maître à la Chambre des comptes de Paris6 ou encore de Gilles ou Julien Rivault, serviteur du prince d'Avaugour, qui passe dans le royaume en 1484 et devient maître d'hôtel ordinaire de Charles VIII7. On ne peut affirmer qu'il y a eu une politique systématique menée dans ce domaine mais la fréquence de ces mouvements dans le seconde moitié du xve siècle laisse à penser que ces recrutements ne doivent rien au hasard.

7D'autant qu'ils coïncident avec une politique plus active visant les grands nobles de la province et qui s'est traduite par le versement régulier de pensions, autre moyen utilisé par la monarchie pour s'attacher la noblesse bretonne. On sait ainsi que le vicomte de Rohan bénéficiait des faveurs du roi dès 1470 et les listes dont on dispose pour les années 1484-1488 révèlent, qu'outre les Rohan, Jean de Rieux, la comtesse de Laval... recevaient chaque année plusieurs milliers de livres chacun. À une poque de difficultés économiques, ces dons contribuaient de manière significative au revenu de ces grands nobles et permettaient leur émancipation par rapport à l'autorité ducale qu'ils trouvaient de plus en plus pesante.

  • 8 Ce processus n'a donc pas concerné seulement le royaume de France mais aussi les principautés qui (...)
  • 9 Or les ducs ont réussi à imposer le principe d'un impôt permanent et à s'arroger le droit de battr (...)

8Les divisions qui perturbent la Bretagne sont également la conséquence de l'œuvre de renforcement des structures étatiques mené par les Montforts tout au long des xive et xve siècles. Elles doivent être considérées, dans cette perspective, comme une forme de réaction féodale au processus de mise en place de l'État moderne8. Cette œuvre, qui a rencontré des succès incontestables dans le domaine financier9 mais aussi dans celui de la justice ou de l'armée, a contribué à tendre les rapports entre les ducs et les Grands. L'instauration d'un impôt permanent a ainsi fait craindre à ces derniers pour leurs propres prélèvements tandis que l'intervention de plus en plus fréquente des agents ducaux, choisis pour la plus grande part dans les rangs de la petite et moyenne noblesse ou encore de la bourgeoisie, leur est apparue comme une atteinte à leur propre autorité.

  • 10 Ce qui les a conduits à participer au conseil ducal, à rechercher des alliances avec des membres d (...)
  • 11 Dans le cas du Vannetais étudié par Jean Gallet, La seigneurie bretonne (1450-1680), Publications (...)
  • 12 Du fait que les ducs leur concèdent le droit de guet, leur accordent la levée du billot pour répar (...)
  • 13 À qui ils ont fourni, de surcroît, une partie de leur personnel. Les efforts faits pour empêcher l (...)

9Cette divergence d'intérêts n'a pas donné lieu à un affrontement immédiat car les princes ont tiré des avantages, notamment pécuniaires, des nouvelles structures mises en place10, mais aussi parce qu'ils ont réussi, grâce à leurs vastes possessions territoriales et à l'inachèvement de l'appareil d'État, à préserver l'essentiel de leurs privilèges tant dans le domaine judiciaire11 que militaire12 et à demeurer des auxiliaires indispensables des ducs13. Une certaine complémentarité s'est ainsi instaurée entre les différentes forces en présence, expliquant les années de paix que le duché a connues dans la première moitié du xve siècle.

  • 14 Ce qui s'est traduit par une hausse de la pression fiscale : le taux du fouage double de 1460 à 14 (...)

10Ce fragile équilibre ne s'est véritablement rompu qu'à partir du règne de François II, quand l'affirmation de plus en plus nette des prétentions du roi de France sur la Bretagne a entraîné une accélération du processus de construction de l'État breton14 et a provoqué une concentration des pouvoirs entre les mains des hommes de confiance du duc, court-circuitant les instances traditionnelles de prise de décision. Dès lors un malcontentement nobiliaire quasiment endémique s'est fait jour, accentué à partir des années 1480 par l'incapacité du duc François II à assumer les devoirs de sa charge et par l'ouverture, de ce fait même, d'une période de succession. Ce malcontentement a donné lieu à plusieurs crises dont l'origine a été à chaque fois la même, à savoir la frustration ressentie par les nobles de se voir écartés des centres de décision. Ainsi en 1484-1485, ont-ils pris les armes contre le trésorier général Pierre Landais doublement coupable à leurs yeux du fait de ses origines roturières et de son ascension trop rapide ; de même en 1487, se sont-ils à nouveau révoltés pour protester contre l'ascendant pris par les princes français le duc d'Orléans, le prince d'Orange-auprès de François II ; de même enfin de 1488 à 1490, dans un contexte encore plus difficile, une partie d'entre eux, à la suite du maréchal de Rieux, a-t-elle rompu avec la duchesse après que celle-ci eut refusé d'épouser Alain d'Albret, mariage qui aurait consacré leur mainmise sur le pouvoir ducal.

  • 15 Ainsi en août 1485, Charles VIII et le duc signent-ils le traité de Bourges par lequel François II (...)
  • 16 En 1470, Jean IV de Rieux et sa femme étaient seigneur et dame de Rieux, Cranhac, Rochefort, Ancen (...)
  • 17 Il ne faudrait toutefois pas exagérer la capacité de mobilisation des grands nobles. Ainsi, quand (...)
  • 18 Les princes révoltés se sont arrogé le droit de percevoir le fouage dans l'étendue de leurs domain (...)
  • 19 On sait ainsi que le trésorier et receveur général Jean de Lespinay a hésité un temps entre sa fid (...)

11Malgré les réconciliations intervenues dans chacun des cas15, ces crises ont eu des effets catastrophiques. Elles ont profité au roi de France qui a su se montrer accueillant à l'égard des révoltés et qui, à partir de 1484, leur a fait verser des pensions substantielles. Elles ont, plus gravement, compromis la défense du duché. Chaque agitation des grands nobles a eu pour effet de faire perdre au duc le contrôle de larges portions du territoire : ainsi quand le maréchal de Rieux est entré en révolte, c'est toute la Bretagne méridionale - du Val de Loire au Vannerais — qui a été fragilisée16 ; quand le vicomte de Rohan s'est rebellé, c'est le centre de la péninsule qui s'est trouvé exposé17. De plus, chaque révolte a provoqué, du fait des liens de vassalité, une cascade de défections qui ont rendu vains tout effort de mobilisation de l'armée bretonne. Les rebellions ont en outre perturbé gravement le fonctionnement de l'appareil d'État notamment dans le domaine fiscal18, et obligé une partie du personnel à choisir entre les différentes fidélités19.

12La division des nobles, pour toutes les raisons que nous avons évoquées, a donc joué un rôle essentiel dans la défaite finale des armées bretonnes. Tirant ses origines de phénomènes divers, elle n'a pas impliqué pourtant un ralliement sans condition à la monarchie. La preuve quelque peu caricaturale de cela est fournie par le prince d'Orange, neveu de François II, présent au mariage de Charles VIII et d'Anne, qui court aussitôt la cérémonie terminée chez un notaire pour notifier sa désapprobation et prendre ainsi des gages pour l'avenir. Plus sérieusement, cela est également démontré par les signes de mécontentement qui se manifestent dès 1492 : ainsi les anciens conseillers d'Anne continuent à se réunir et s'opposent à l'application des décisions du roi ; de façon plus inquiétante, quelques nobles parmi lesquels on trouve des membres de la famille de Rohan cherchent à s'appuyer sur les Anglais pour maintenir leur influence, formant ce que Arthur de La Borderie, au siècle dernier, a baptisé le « complot breton ».

  • 20 Parmi lesquels il faut signaler le chancelier Philippe de Montauban.
  • 21 Et les satisfactions qu'ils ont obtenues : ainsi le maréchal de Rieux a-t-il été nommé lieutenant (...)
  • 22 De même en 1488 le maréchal de Rieux, quand il a vu l'armée royale intervenir massivement en Breta (...)
  • 23 La charge de capitaine de Nantes a été confiée à Louis de La Trémoille.

13Ces réactions, émanant de personnalités qui avaient pris des positions différentes au cours des guerres franco-bretonnes, révèlent que les premières mesures de Charles VIII n'ont pas répondu aux attentes de la noblesse. Cela est patent pour les Rohan qui, au travers du soutien apporté aux armées royales à partir de 1487, semblent avoir voulu jouer une carte personnelle et cherché à obtenir la couronne ducale. Le mariage d'Anne et de Charles VIII a constitué pour eux un échec, d'autant plus qu'en 1491, le vicomte de Rohan a perdu toute responsabilité significative. La désillusion a été grande aussi pour les anciens conseillers d'Anne20 : ils ont accepté sinon favorisé en dernier lieu le mariage de leur protectrice avec le roi de France, ce qui leur semblait la solution la plus honorable, mais leur ralliement final a été médiocrement récompensé puisqu'Anne a perdu toutes ses prérogatives et que les principales charges de l'administration ont été confiées à des officiers recrutés en-dehors du duché. L'insatisfaction a dû exister aussi pour les malcontents comme le maréchal de Rieux qui, malgré leurs tergiversations21, ont manifesté un attachement constant aux privilèges de la Bretagne. Ainsi lors de la signature du traité de Montargis, en octobre 1484, avaient-ils obtenu que le roi s'engage à respecter l'organisation de la justice, que les impôts ne soient pas prélevés sans le consentement des états et que les principales charges militaires soient confiées à des nobles issus de la province22. Les premières mesures royales n'ont pu que les décevoir puisque, dans le domaine judiciaire, les Grands Jours ont été supprimés, et que, dans celui de la défense, des lieux stratégiques comme Nantes23 ont été confiés à des hommes dévoués à Charles VIII.

  • 24 Si l'on prend l'exemple du vicomte de Rohan, on s'aperçoit qu'il a bénéficié de très nombreuses fa (...)
  • 25 Ainsi Jacques Guibé reçoit-il en 1495 le commandement de 40 lances pour assurer la défense du duch (...)
  • 26 Jean de Rieux est présent à la bataille de Fotnoue en 1495. II est nommé ensuite lieutenant généra (...)

14Ces réactions de mauvaise humeur ont contraint Charles VIII à infléchir sa politique. Dès juillet 1492, il a confirmé solennellement les privilèges de la Bretagne, et en 1495 il a reconduit les Grands Jours. Il a par ailleurs procédé à une baisse sensible de la pression fiscale, remettant en place les procédures classiques de demande de l'impôt. Plus traditionnellement, il a continué à distribuer faveurs et pensions : les plus fortes sommes sont revenues aux chefs des principales maisons24, mais personne ne semble avoir été exclu puisque, aux côtés des Rohan largement pourvus, on trouve aussi de plus modestes chevaliers qui étaient restés de bout en bout fidèles à Anne de Bretagne avant 149125. Cette politique de libéralités a été complétée à partir de 1494-1495 par le déclenchement de l'aventure italienne à laquelle les nobles bretons semblent avoir été nombreux à participer sous les ordres du maréchal de Rieux26. En leur fournissant une occasion de s'illustrer et de s'enrichir, Charles VIII a par là même contribué à la paix intérieure du duché en même temps qu'il a pu reconstituer les liens de fidélité sur le modèle de ce qui c'était produit au cours de la guerre de Cent Ans.

  • 27 Soit les grands princes du royaume comme les ducs d'Orléans et de Bourbon, soit les Familiers du r (...)
  • 28 Celui-ci semble avoir été délibérément tenu à l'écart de la province jusqu'en 1498 et occupé par l (...)
  • 29 Les Grands sont dépendants des principaux officiers de finances pour le versement de leurs pension (...)
  • 30 Cf. Dominique Le Page, Finances et politique..., op. cit., p. 176 et suivantes. Les guerres d'Ital (...)
  • 31 Cela est visible aussi dans la gestion du domaine. Le roi a confirmé certains dons faits par Anne (...)

15En adoptant ces mesures, Charles VIII n'a cependant rien cédé sur l'essentiel, à savoir son pouvoir de décider des affaires du duché. Ce qui frappe en effet quand on examine les souscripteurs des actes royaux concernant la Bretagne de 1491 à 1496, c'est que la majorité des décisions ont été adoptées par les conseillers ordinaires du roi27, sans qu'il soit fait appel aux nobles de la province. Le seul Breton dont le nom figure à plusieurs reprises est Pierre de Rohan, maréchal de Gié, qui était passé au service du roi de France depuis le règne de Louis XI. Le vicomte de Rohan n'est mentionné qu'une seule fois et le prince d'Orange, qui a pourtant été nommé gouverneur et lieutenant général du roi, n'apparaît jamais28. Cette remarque est confirmée par ce que nous apprend l'étude des finances. Les décisions dans ce domaine ont été élaborées de 1491 à 1498 par les généraux de finances du royaume ; la perception des impôts a été effectuée par un personnel majoritairement non originaire29, et, fait plus significatif encore, les sommes récoltées ont été affectées à la couverture des besoins du royaume et non pas de la seule Bretagne30. Là encore, le roi n'a cédé aucune parcelle de son autorité31.

16Si les nobles avaient, en se soulevant contre le duc dans les années 1480, voulu peser davantage sur le gouvernement du duché, leurs espoirs n'ont pu qu'être déçus par la politique menée après 1491. Certes, ils ont obtenu une confirmation des privilèges de la Bretagne mais leur influence s'est arrêtée là. Comme les Montforts, Charles VIII a poursuivi la politique de centralisation et cherché à contenir leur influence.

La normalisation des relations (1498-1524)

17On peut penser dès lors que son décès accidentel en 1498 n'a pas dû profondément les chagriner. Il a permis de toute façon l'ouverture d'une seconde période dans les relations entre la noblesse et la monarchie : elle est marquée par l'apaisement des tensions. Celui-ci se fait en deux temps qui correspondent au règne de Louis XII, de 1498 à 1515, et au début de celui de François Ier jusqu'au décès de la reine Claude en 1524.

  • 32 ADLA, E 128/22.

18La noblesse a tout d'abord profité des nouvelles conditions politiques créées par la mort de Charles VIII pour redevenir un acteur à part entière sur la scène politique. Du fait de la disparition de son époux, Anne de Bretagne a en effet retrouvé ses prérogatives de duchesse, prérogatives qu'elles a exercées pleinement au cours de l'année 1498. Sans qu'il soit possible de se prononcer avec certitude sur la réalité de ses ambitions pour la Bretagne, on peut cependant affirmer que le nouveau contexte politique l'a contrainte à rechercher l'appui de ses sujets et pour cela à taire momentanément les rancunes que les divisions de la période 1489-1491 avait pu susciter en elle. C'est du moins ce qui ressort d'un document conservé aux archives départementales de la Loire-Atlantique et que l'on peut dater du mois d'avril 149832. Rédigé à l'instigation du prince d'Orange, il indique avec précision à la duchesse le comportement à adopter face aux autorités royales mais aussi les mesures à prendre pour s'assurer le contrôle de la Bretagne. Dans ce dernier domaine, le souci de rallier la noblesse à la cause ducale est évident.

  • 33 Et ad ce que ladite dame soit mieulx et plus honnorablement accompaigne semble que elle devroit av (...)

19Elle est d'abord appelée à joindre sa voix à celle de la duchesse pour défendre les intérêts de la Bretagne. À cette fin il est conseillé pour plus grant estimation et avantaige du fait de ladite dame et ad ce que l'on puisse mieulx congnoistre l'amour et obbeissance des subgectz de Bretaigne vers leurdite prin-cesse de réunir les principaux barons et prélats du pays avec les procureurs des villes afin qu'ils constituent une ambassade pour supplier le roi de traiter favorablement les affaires de la Bretagne. Les nobles se voient ensuite confier des responsabilités importantes comme la sécurité des places fortes - toutes les charges de capitaine sont passées en revue - mais aussi le gouvernement des villes qu'ils doivent exercer en accord avec les membres du conseil d'Anne. Il est conseillé enfin de demander aux représentants des principales maisons de suivre la duchesse lors du déplacement qu'elle doit alors faire à Paris, afin qu'elle soit « mieulx et plus honnorablement accompaignee33 ».

  • 34 Qu'Anne de Bretagne avait rétablie dès le mois d'avril 1498.
  • 35 Une situation à double niveau se met ainsi en place : au sommet, le roi se réserve tout ce qui tou (...)

20Les documents dont on dispose ne permettent pas de savoir avec précision comment ces conseils ont été appliqués. Il n'est pas exagéré de penser cependant qu'ils ont contribué, en faisant la preuve de l'unité de la province, à la conclusion du mariage d'Anne de Bretagne et de Louis XII et, par là même, au rééquilibrage des rapports entre la Bretagne et la France. Les traités signés à Nantes en 1499 confirment en effet non seulement les privilèges de la province mais aussi ses institutions, notamment la chancellerie34 et reconnaissent à la duchesse d'importants pouvoirs comme celui de nommer aux offices vacants, de disposer du budget et du domaine35.

  • 36 Les nobles de la province - parmi lesquels on trouve pour la première fois le vicomte de Rohan -co (...)
  • 37 En octobre 1513, parmi les souscripteurs de l'acte qui règle un différend entre le chapitre et la (...)
  • 38 Des affaires qui étaient en suspens depuis le règne de ce dernier ont d'ailleurs trouvé un règleme (...)

21Ce schéma a créé les conditions d'un ralliement plus large de la noblesse en lui donnant la possibilité de surmonter le dilemme qui était le sien au xve siècle, à savoir à qui elle devait réserver sa fidélité : le partage des pouvoirs qui s'opère à partir de 1499 lui permet en effet de concilier le service du roi36 et celui de la reine, héritière des Montforts, lui évitant ainsi de faire des choix dramatiques. Grâce à la nouvelle structure, elle est par ailleurs associée à la gestion des affaires, essentiellement par le biais du conseil ducal qui est à nouveau convoqué autour de la duchesse Anne. Les quelques actes conservés où l'on trouve mention du nom de ceux qui ont participé à leur élaboration attestent que les membres éminents de la noblesse ont été consultés aux côtés des grands officiers37, ce qui contraste avec la mise à l'écart dont ils avaient été victimes sous Charles VIII38.

22La noblesse trouve enfin motif de satisfaction dans les changements qui interviennent dans le domaine financier. En reconnaissant à Anne de Bretagne le droit de disposer des ressources de la province, Louis XII a répondu à une doléance exprimée dans le document de 1498 évoqué précédemment et qui protestait contre le fait que trop de deniers aient été tirés de Bretagne au temps de Charles VIII. À cette fin, Louis XII a ordonné, dès 1499, que l'on affecte sur les autres généralités plus de 90 000 livres prélevées jusqu'alors en Bretagne et qui servaient à financer non seulement l'hôtel du roi mais aussi le versement de pensions à des nobles non-originaires. Il a laissé ensuite au conseil ducal la tâche de déterminer l'emploi des sommes prélevées en Bretagne, ce qui a provoqué une profonde transformation du budget.

  • 39 Le personnel financier a été recruté majoritairement dans la province à partir de 1498, ce qui a r (...)
  • 40 Notamment les 50 gentilshommes de sa maison.
  • 41 La montée des périls militaires à partir des années 1510 a dû provoquer une modification du budget (...)

23Le compte du trésorier et receveur général, Jean de Lespinay, pour les années 1502-1503 nous apprend ainsi que le produit des impôts a été consacré majoritairement à deux postes : le financement de l'hôtel d'Anne (plus de 48 %), le paiement de pensions (plus de 20%). Dans les deux cas, la noblesse y a trouvé son avantage. C'est évident pour les pensions qui ont été réservées aux gentilshommes de la province et qui ont été distribuées, de ce fait même, à un plus grand nombre d'individus que sous le règne de Charles VIII39. C'est vrai aussi pour les sommes consacrées à la maison d'Anne : celle-ci s'en est servie pour attribuer des dons à ses favoris mais aussi pour rétribuer le personnel qui la servait quotidiennement et dont une grande partie venait de l'ancien duché40. Cela se vérifie enfin pour le paiement des dettes de Bretagne : on constate à cette occasion que la duchesse Anne a engagé, probablement à partir de 1499, un vaste mouvement d'indemnisation de tous ceux qui avaient subi des pertes au cours des guerres d'indépendance. Les nobles n'ont pas été les seuls à en profiter mais, du fait de leur rôle dans les combats, ils en ont fourni le plus fort contingent. Associée davantage à l'administration de la province, bénéficiant dans de plus larges proportions des largesses de l'Etat41, la noblesse, dans toutes ses composantes, n'a donc eu aucune raison de remettre en cause le système mis en place en 1499 qui concrétisait son idéal de monarchie tempérée.

  • 42 Cette réorganisation a permis d'en accroître les effectifs de façon très sensible.
  • 43 Né en 1487, Jean de Laval a été mené à la cour à l'âge de 14 ans en 1501. Il y est demeuré deux an (...)
  • 44 Odet de Loyon est capitaine de Vannes en 1509, ADLA, B 18 fol. 42 ; Gilles de Boisriou est capitai (...)

24Si toutes les catégories de la noblesse ont été peu ou prou concernées par les faveurs dispensées, ce qui frappe cependant c'est que jusqu'à sa mort en 1514, Anne de Bretagne a cherché à se constituer une clientèle de fidèles au sein de la province, renouant ainsi avec la stratégie ducale du xve siècle. Cette politique a débuté avant même le décès de Charles VIII en mettant à profit la réorganisation de son hôtel en 149442, mais elle a connu l'application la plus méthodique à partir de 1499. Elle a concerné quelques membres de la haute noblesse, comme Jean de Laval qu'Anne de Bretagne a fait grandir à la cour et dont elle a assuré le mariage43, mais elle a visé surtout les membres de la noblesse moyenne. Ce sont à eux qu'ont été attribuées en priorité les charges de gentilshommes ou d'hommes d'armes, mais aussi les offices de hôtel de la reine ; c'est en leur faveur qu'ont été opérées nombre d'aliénations du domaine ducal ; ce sont eux qui ont reçu la responsabilité du commandement des compagnies assurant la sécurité de la province et des places fortes44.

  • 45 En mémoire des services que ledit Destuer a faitz tant à feu notre très cher seigneur et pere le d (...)
  • 46 Ainsi Gilles de Tixue a reçu en 1487 le commandement des francs-archers et des bons corps chargés (...)

25Dans cette catégorie, quelques individus se détachent comme Jacques Guibé, capitaine de Rennes, qui reçoit le domaine d'Auray en 1506, Jean de Mondragon, capitaine de Nantes, à qui l'on attribue le domaine de Loyaux en 1504, ou encore l'échanson Thomas Destuer, qui bénéficie du don du Gâvre45 à la même période. Ils côtoient toute une série de familles comme les Boisriou, les Tixue, les Montauban, les Kerazret, les La Moussaie, les Tiercent, les Condest, sur lesquels on est mal renseigné, mais dont le point commun est d'avoir été fidèles aux Montforts avant 149146, et qui, de ce fait même, se sont distingués à l'attention d'Anne.

  • 47 Ils étaient maîtres d'hôtel héréditaires des ducs.
  • 48 Dom Morjce, III, 917-918. La reine précise : « pour ce que je désire avoir votre fils en mon servi (...)
  • 49 Je tiens à remercier ici Alain Gallicé pour l'obligeance avec laquelle il m'a transmis les documen (...)

26Les faveurs que celle-ci leur accorde ne procèdent pas simplement d'un souci de les récompenser pour les services passés mais aussi d'une volonté d'en faire le relais de son autorité et de ménager l'avenir. Charges dans hôtel de la reine, pensions accordées, responsabilités confiées dans le duché ont constitué, dans cette perspective, autant d'étapes dans un processus qui a permis tour à tour de les distinguer, de les former puis de les contrôler. Le meilleur exemple de cette stratégie est fourni par les Carné, implantés dans la région guérandaise, qui étaient déjà au service des Montforts avant 149147. Tristan de Carné, le chef de cette maison au début du xvie siècle, est nommé capitaine de Guérande et intégré dans le corps des 50 gentilshommes de la maison de la reine Anne. En novembre 1513, quand la flotte anglaise menace les côtes bretonnes, il reçoit, toujours grâce à la protection de la duchesse, l'office de capitaine de 500 hommes de pied ordonnés pour la protection du duché. Cette même année, la reine lui commande de lui envoyer son fils Marc à la cour pour l'employer à son service48, ce même fils dont elle avait favorisé le mariage sept ans plus tôt. Derrière ces attentions, on devine la préoccupation de la reine, en s'appuyant sur une famille et sur le réseau dont elle pouvait disposer, de s'assurer durablement le contrôle d'une région importante comme la presqu'île guérandaise et l'on peut supposer qu'au travers des faveurs accordées aux familles mentionnées précédemment elle a poursuivi des objectifs comparables dans d'autres points stratégiques de la province49.

  • 50 La reine Anne n'a pu empêcher que les états de Bretagne consentent en 1506 au mariage de François (...)
  • 51 François Ier n'est en effet pas demeuré totalement inactif au cours de ces années. Sa principale r (...)

27Le temps et les circonstances ont rendu cette politique quelque peu vaine50 ; ils ne doivent pourtant pas en faire oublier l'existence, et ce d'autant plus qu'elle a, et probablement contre le vœu d'Anne, contribué à renforcer l'adhésion de la majeure partie de la noblesse au nouveau contexte politique, en apaisant les rancœurs laissées par les guerres d'indépendance. Elle a aussi facilité la prise en main de la Bretagne par François Ier partir de 1515. Dans les premières années de son règne, celui-ci a en effet cherché à se présenter avant tout comme le continuateur, l'héritier légitime des souverains précédents, particulièrement d'Anne et par-delà elle des Montforts. C'est pourquoi, à la différence de Charles VIII, il n'a pas procédé à de brutaux changements institutionnels ni à des mouvements de personnel et qu'il a, au contraire, fait preuve d'une grande diplomatie pour faire admettre son autorité51.

  • 52 En 1518, après la mort du vicomte de Rohan, François Ier favorise l'exécution de son testament au (...)
  • 53 C'est pendant son voyage que le roi intervient pour faire appliquer les dispositions testamentaire (...)
  • 54 La famille de Guengat avait depuis 1480 le privilège d'offrir la main au nouvel évêque de Quimper (...)

28À cette fin, il a su d'abord faire jouer les liens de parenté qui l'unissaient aux principaux lignages de la province, liens propres à la famille d'Angoulême comme avec les Rieux ou les Rohan mais aussi liens instaurés par le biais de son épouse comme avec la famille des Laval52. Il a déployé ensuite les fastes de la propagande royale. Significatif sur ce plan est le voyage qu'il accomplit dans la province en 1518. Reprenant point par point l'itinéraire suivi par Anne en 1505, il a été une occasion pour le roi de se faire connaître et de resserrer les liens avec la noblesse. Les Grands ont été l'objet de toutes les attentions — c'est dans leurs domaines que le roi a séjourné le plus longtemps, c'est eux qui ont reçu le plus de gratifications53 -, mais les nobles plus modestes, qui devaient leur carrière aux Montforts, n'ont pas été négligés à l'instar de quelqu'un comme Alain de Guengat54 qui s'est vu attribuer 3 600 1 en 1519, pour les services qu'il avait rendus au souverain durant son voyage.

  • 55 Claude de Rieux est fait prisonnier avec le roi à Pavie, où il était maréchal de camp, et est amen (...)
  • 56 Il trouve la mort à la bataille de Pavie.
  • 57 Ainsi, Pierre de Laval (1489-1521), sr de Montafilant, reçoit Dinan, en juin 1518 pour servicesfai (...)

29Les uns et les autres ont été également gagnés à la cause royale grâce à leur participation aux guerres d'Italie. Plus encore que Charles VIII, François Ier incarné au début de son règne la jeunesse au pouvoir et a su, grâce aux victoires remportées, susciter l'adhésion de nobles qui appartenaient souvent à la même génération que lui. On constate ainsi que toutes les grandes familles bretonnes ont pris part à l'aventure italienne de 1515 à 1525 — c'est le cas de Pierre de Laval, de Robert d'Acigné, de René de Montejean, de Claude de Rieux55, de Pierre de Rohan56, fds du maréchal de Gié -, et qu'elles ont été, en retour, largement récompensées, notamment par le biais de donations de portions du Domaine royal57, donations qui ont renforcé leur influence locale et fait d'eux de fermes soutiens de la monarchie.

  • 58 Ainsi les Carné, évoqués précédemment, continuent à occuper la charge de maître d'hôtel auprès de (...)
  • 59 Le fait qu'elle n'a pas participé au voyage qu'accomplit François Ier en Bretagne en 1518 tendrait (...)

30Les nobles bretons ont trouvé enfin motif de satisfaction dans la création autour de Claude d'un hôtel royal important, financé en grande partie par les impôts prélevés en Bretagne. Nombre d'entre eux ont pu s'y employer au service de la monarchie tout en continuant à bénéficier de ses faveurs. Là aussi le maître mot a été la stabilité, puisqu'une grande partie des officiers domestiques d'Anne sont passés après sa mort au service de sa fille et ont pu poursuivre leur carrière, ce qui a évité toute rupture et tout mécontentement58. Sans qu'elle ait joué de rôle politique important59, la reine Claude a donc par sa seule existence, si l'on peut dire, facilité la prise de contrôle du duché par son époux. Cela est confirmé par le fait qu'après sa mort, la politique royale a connu une inflexion importante.

L'affirmation des Grands (1525-1547)

31Le décès de la reine en 1524 a créé une incertitude et reposé le problème de la nature des liens entre Bretagne et France. Certes depuis 1515, François Ier avait assuré seul le gouvernement de la province et le processus d'intégration s'était poursuivi sans heurts. Mais légalement le roi n'était qu'administrateur au nom de son épouse et les concessions que celle-ci lui avait faites — don du duché sa vie durant, puis de façon définitive dès 1515 ; acceptation que le duché revienne au fils aîné du roi et non au fils cadet comme l'avait exigé la duchesse Anne en 1499 - ne revêtaient aucune valeur dans la mesure où elles n'avaient fait l'objet d'aucune déclaration officielle, remettant en cause les traités signés en 1499. Des signes de résistance émanant de la province incitaient en outre le roi à la prudence : en 1518, malgré la présence royale, la population s'était opposée à l'introduction de la gabelle et de façon plus significative, en 1524, les états continuaient à demander que le duché revînt non pas au fils aîné du roi, comme Claude l'avait accepté, mais à son cadet, montrant par là même leur attachement à une administration séparée de la Bretagne et de la France.

  • 60 Ceci ne veut bien entendu pas dire que les autres catégories de la noblesse ont été négligées. Ain (...)
  • 61 La monarchie s'appuie sur les Grands en attendant que les dauphins deviennent majeurs et puissent (...)

32Dans ce contexte, la tâche du roi, à partir de 1524, est double : obtenir le consentement de la population et principalement de la noblesse aux concessions faites par la reine Claude ; s'assurer le contrôle de la province dans la mesure où le nouveau système signifiait la disparition progressive de toute distinction entre le royaume et le duché. Ces deux contraintes l'ont amené à s'appuyer délibérément sur les Grands de la province60. Ceux-ci offraient en effet un double avantage : par leur puissance foncière et territoriale demeurée intacte ils pouvaient se substituer à l'ancienne autorité ducale61 et représenter un relais sûr au moment où l'administration royale demeurait encore peu étoffée ; par les alliances familiales qu'ils avaient contractées, ils offraient au roi la possibilité de s'appuyer sur leurs vastes réseaux de parenté.

  • 62 L'ordre était composé à l'origine de 36 chevaliers, égaux entre eux. Ces derniers étaient unis aut (...)
  • 63 Louis XI avait envoyé en 1469 le collier de l'ordre à François II. Celui-ci l'avait refusé, consid (...)
  • 64 On relève une attribution sous Louis XI (le vicomte de Rohan en 1472), deux sous Charles VIII (le (...)
  • 65 Il faudrait y ajouter Claude de Villeblanche, sr du Châtelier, premier panetier de la reine Claude (...)
  • 66 Il est attesté comme chevalier de l'Ordre avant 1527.
  • 67 Admis dans l'Ordre vers 1532. Il était gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi, colonel général (...)
  • 68 Il a été fait chevalier de Saint-Michel en 1539, apparemment grâce à Claude d'Annebaud qui lui a c (...)
  • 69 Maréchal de France, gouverneur et lieutenant pour le roi en Piémont. Il est mort en 1538 sans enfa (...)
  • 70 Fait chevalier de l'Ordre en 1547.
  • 71 Cette intégration dans l'ordre de Saint-Michel s'est accompagnée de l'octroi de charges dans la ma (...)

33Plusieurs éléments permettent de conforter cette analyse. Le premier est fourni par l'examen de la chronologie d'attribution de l'ordre de Saint-Michel. Rappelons tout d'abord que cet ordre, créé en 1469 par Louis XI62, avait pour but essentiel de mettre les chefs des principaux lignages du royaume au service de la monarchie puisque tous les chevaliers, lors de leur serment de réception, s'engageaient à défendre la couronne de France et la chose publique63. Dans le cas de la Bretagne, on constate que le plus grand nombre d'attributions a été fait sous le règne de François Ier64, avec au moins sept promotions65 : Jean de Laval-Châteaubriant, Claude de Rieux66, Jean de Brosse, duc d'Étampes67, Jean d'Acigné, baron de Coëtmen68, François d'Avaugour, René de Montejean69 et enfin René de Rohan70. Toutes les familles notables de la province ont été, essentiellement à partir des années 1520, honorées de cette distinction, qui a certes constitué une récompense pour les services militaires rendus, mais qui a été, plus encore, un moyen de renforcer les liens de fidélité entre ces nobles et le roi71.

  • 72 Celui-ci a joué incontestablement un tôle plus important de 1498, date de la restauration des pouvo (...)
  • 73 Elle fait suite à la défaite de Pavie et à la captivité du roi, événements qui, selon tous les his (...)
  • 74 Sa promotion est saluée dès décembre 1526 par les états de Bretagne qui lui font voter un don extr (...)
  • 75 Trois compagnies d'ordonnance pour la protection du duché ont été mises en place en 1523. Il s'agi (...)
  • 76 En même temps que cela lui permet de renforcer ses liens avec les nobles de la province qui trouve (...)

34L'importance accordée aux Grands se révèle ensuite dans le domaine de l'administration de la Bretagne où l'on constate un accroissement du rôle des gouverneurs. Cette charge introduite en Bretagne par Charles VIII est demeurée longtemps un poste honorifique confié à un grand prince souvent peu présent dans la province. Cela a été le cas pour le prince d'Orange jusqu'en 149872, et pour son successeur le maréchal de Rieux. François Ier n'a pas dérogé à la règle au début de son règne puisqu'il a nommé son beau-frère, le duc d'Alençon, à ce poste. Un changement réel dans cette politique est intervenu, selon nous, avec la promotion de Guy XVI de Laval en août 1526, promotion qui n'est pas due à la simple faveur73. À la différence de son prédécesseur, Guy XVI appartient à l'une des plus importantes familles de la province et sa nomination offre donc au roi la possibilité, par le biais des alliances et des clients dont il dispose, de contrôler de larges secteurs de la noblesse. Sa promotion récompense aussi les services qu'il a précédemment rendus, comme lieutenant général, en assurant la protection des côtes bretonnes lors des attaques anglaises au début des années 1520, et elle constitue par là même une réponse aux faiblesses du dispositif défensif de la Bretagne que ces offensives avaient mises à jour74. Elle s'accompagne d'ailleurs de la mise sur pied de véritables compagnies d'ordonnance75 qui lui permettent de disposer, pour la première fois, d'une force d'intervention efficace76.

  • 77 Que les documents montrent comme un homme attentif au respect de ses prérogatives. En novembre 152 (...)
  • 78 Le gouverneur ou lieutenant général est régulièrement désigné par le roi comme commissaire aux éta (...)
  • 79 Comme l'atteste cette lettre adressée, après 1526, au connétable de Montmorency : Mon frere.j'ay t (...)

35Si les tâches qui lui sont confiées sont donc essentiellement d'ordre militaire, il ne faudrait pourtant pas les réduire à cela, surtout à une époque où les prérogatives des agents du roi sont mal définies et où les hommes contribuent largement à délimiter leurs attributions. Quelques indices permettent, dans le cas de Guy XVI77, de supposer qu'il est intervenu dans d'autres secteurs, notamment dans celui, traditionnel, des finances pour faire aboutir les demandes du roi lors de la tenue des états78, mais aussi dans celui plus général de l'administration de la province, en concertation avec les présidents du parlement et les autres grands nobles79.

  • 80 Cette date n'est pas le fait du hasard : elle montre une nouvelle fois que la Bretagne est passée (...)
  • 81 Il assume la direction de ce conseil en 1536 avec le chancelier Du Bourg et le cardinal de Tournon

36Si une certaine imprécision existe dans son cas en raison de la rareté des documents, elle disparaît pour son successeur Jean de Laval-Châteaubriant qui accède à la charge de gouverneur en 1531. Celui-ci est en effet le premier grand noble de la province à jouer un rôle majeur au conseil royal, où il entre en 152580 et dont il demeure un élément clé jusqu'à la fin des années 153081. Pendant toute cette période cruciale, où se met en place le processus d'union définitive de la province au royaume, la Bretagne a donc été représentée par l'un des siens dans les instances gouvernementales. Sans que le détail de ses interventions soit connu, on peut affirmer que Jean de Laval-Châteaubriant a probablement été, au cours de ces années, l'un des maîtres d'œuvre de la politique de François Ier dans la province et l'un des agents les plus actifs de son exécution. Avec lui, le gouverneur est devenu véritablement le représentant du roi en Bretagne. Cela est démontré symboliquement par le fait que le séjour de François Ier dans le duché, en 1532, s'est déroulé pour l'essentiel dans sa résidence de Châteaubriant.

  • 82 L'influence de Jean de Brosse ne doit pas être sous-estimée du moins si l'on se rapporte aux cérém (...)
  • 83 On a nettement l'impression, qu'au cours de ces années, la Bretagne est entre les mains de quelque (...)
  • 84 Une dernière illustration de cette politique est fournie par l'étude des officiers. Dans le cas de (...)

37Son successeur, Jean de Brosse, gouverneur à partir de 1543, n'a probablement pas bénéficié de la même autorité que lui, du fait qu'en 1540 François Ier a confié l'administration de la Bretagne à son fils Henri qui s'est vu attribuer le droit de disposer du produit des impôts, du Domaine et de nommer le personnel82. Il a tout de même permis au roi de mieux contrôler la Bretagne et constitue, dans cette perspective, une autre illustration de la volonté du roi de s'appuyer sur les Grands. On sait en effet qu'en 1536, par l'édit de Crémieux, François Ier a restitué à Jean de Brosse les terres du comté de Penthièvre que sa famille réclamait vainement depuis au moins 1492. En rompant ainsi délibérément avec le comportement de ses prédécesseurs, le roi a pris une décision dont la portée politique est évidente. Elle a constitué en effet le prix à payer pour que Jean de Brosse renonce officiellement à ses prétentions sur le duché de Bretagne et a permis d'écarter un éventuel concurrent dans une période où se mettait en place l'édit d'union de 1532. Elle a facilité aussi l'administration de la Bretagne centrale : Jean de Brosse offrait en effet le double avantage d'être fidèle à la monarchie et de pouvoir se prévaloir de l'implantation ancienne de sa famille dans la province, pour mieux faire admettre son autorité aux seigneurs locaux. En tant que tel, il a constitué un point d'appui fiable pour le roi en même temps qu'il est venu renforcer le réseau de grandes familles83 qui ont servi de relais à la monarchie au cours de ces années84.

  • 85 Il a été fait prisonnier à Pavie avec le roi.
  • 86 La saisie des réserves d'or et d'argent a été faite par René de Montejean.
  • 87 Celui-ci était le troisième fils du vicomte Jean de Rohan et avait été pourvu de l'évêché de Corno (...)
  • 88 De même, à la mort de Jean de Laval-Châteaubriant, le roi fait transférer à Paris une partie de sa (...)

38Malgré le recours au service des Grands, il n'y a pas eu démission du pouvoir royal face à eux. Cela est perceptible lors des affaires de succession qui surviennent dans les principales maisons princières. Ainsi à la mort de Jacques de Rohan, en 1527, François Ier confie la garde de ses châteaux bretons à l'un de ses fidèles, François de Quelen85, et fait main basse sur les réserves d'or et d'argent laissées par le défunt au château de Corlay86. Quand l'incapacité de l'évêque de Cornouaille, Claude de Rohan87, est reconnue en octobre 1527, le roi institue un conseil pour gérer ses biens, où l'on retrouve les officiers qui lui sont les plus dévoués. Volonté de maintenir la puissance d'une famille dont l'appui lui est indispensable et souci de ses intérêts immédiats s'entremêlent ici pour justifier l'interventionnisme royal88.

  • 89 Examen opéré soit par la commission des réformations, soit par la Chambre des comptes.
  • 90 Les grandes familles bretonnes ne vivent bien entendu pas repliées sur elles-mêmes et elles entret (...)
  • 91 Les Guise reçoivent les terres du comté de Penthièvre et de Loyaux en 1525 ; le maréchal Claude d' (...)
  • 92 On peut ainsi citer les noms de Jacques de Saint-André, de Claude de Clermont, s'de Dampierre, voi (...)
  • 93 Cette politique de don plus intensive en faveur de princes non-originaires peut aussi s'expliquer (...)

39François Ier sait aussi montrer sa vigilance par le biais de sa politique domaniale. Régulièrement, il remet en cause les dons opérés en faveur des grands nobles bretons afin de réaffirmer ses droits. Ainsi sa venue en Bretagne, en 1532, est-elle précédée de la promulgation d'un édit de révocation des aliénations faites jusqu'alors. Lors du séjour dans la province, les dons sont reconduits, mais pour une période plus réduite et après un examen attentif des différents cas89. La politique domaniale est, plus largement, prétexte à diversifier les relais sur lesquels le roi peut s'appuyer. Aux familles bretonnes90 traditionnellement distinguées, viennent s'ajouter, dès les années 1520, des seigneurs non originaires choisis dans l'entourage royal comme les Guise ou Claude d'Annebaud91. Quand le dauphin Henri reçoit l'administration de la Bretagne en 1540, le mouvement de donation en faveur des princes non originaires prend une allure systématique92, révélant là aussi qu'une fois passé l'édit d'union de 1532, le temps d'une politique d'intégration plus active de la Bretagne au royaume était venu93.

40Dernier signe de la volonté de François 1er de maintenir la noblesse bretonne sous tutelle, la promulgation de l'édit de Moulins en 1538. Celui-ci a pour objectif principal de réformer le Domaine royal dont le revenu avait considérablement baissé depuis la période ducale. Il ordonne une refonte générale des rentiers mais s'en prend aussi aux nobles bretons en les obligeant à renouveler leur hommage au roi. La décision est justifiée par le fait que les droits casuels ne sont plus payés, mais revêt un caractère politique incontestable dans la mesure où elle veut mettre fin aux usurpations commises aux dépens des terres royales et restaurer le pouvoir du roi dans le duché. Elle traduit donc une volonté de mise au pas de la noblesse bretonne qui se voit significativement reprocher, dans le libellé même de l'édit, d'avoir refusé de sortir des limites de la Bretagne pour se soumettre à la cérémonie de l'hommage. Dans la pratique, même si une différence est faite entre les barons les plus anciens et les évêques qui doivent remplir cette obligation devant le roi ou le chancelier et les autres nobles qui relèvent de l'autorité de la Chambre des comptes de Nantes, tout porte à croire que l'ordre royal a été exécuté sans contestation aucune, montrant bien que si la noblesse pouvait servir de relais, elle ne devait en aucun cas s'émanciper durablement de l'autorité du souverain.

Conclusion

41Les nobles ont joué un rôle essentiel dans le processus d'intégration de la Bretagne au royaume de France. Leurs atermoiements, leurs divisions ont contribué de façon décisive à la fin de l'indépendance ducale et révélé leur refus d'un renforcement de l'État breton sous la houlette des Montforts. Face à des Grands, jaloux de leurs droits, ces derniers n'ont pas réussi à se constituer une clientèle suffisamment large pour assurer le triomphe de leurs ambitions, et ce d'autant plus que les rois de France fournissaient à qui le désirait pensions, emplois et occasions de s'illustrer. Malgré ce contexte favorable, la monarchie, après 1491, a dû faire preuve de souplesse pour imposer sa propre autorité. Cela est passé par une confirmation des privilèges de la Bretagne auxquels la noblesse bretonne était attachée ; cela s'est traduit aussi par une politique d'indemnisation et de réconciliation à partir de 1498, à l'initiative d'Anne de Bretagne et avec l'accord de son époux ; cela a impliqué enfin, pendant le règne de François Ier, la dévolution de responsabilités importantes aux Grands pour mieux faire admettre l'union définitive de la province au royaume.

Notes

1 La Bretagne présente une situation comparable à celle de la Bourgogne ou à celle que décrit Michel Cassan pour le Limousin. Dans ce dernier cas, en raison d'une faible présence de l'État royal - pas de parlement ni de Chambre des comptes -, le pouvoir est contraint de s'appuyer sur quelques familles nobles influentes pour tenir et contrôler la province, Michel Cassan, Le temps des guerres de Religion, Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Publisud, Paris, 1996, p. 53.

2 La carrière dans le royaume n'a pas été pas la règle pour tous les nobles bretons mais certains s'y sont brillamment illustrés : Du Guesclin, Clisson, Richemont, le maréchal Tanguy du Chastel, les frères Henri et Guillaume d'Avaugour. Selon Michael Jones, le départ permanent des élites vers le royaume porta atteinte, au moins dans une certaine mesure, à la qualité du service ducal, « The Breton Nobility and their Masters from the Civil War of 1341-1364 to the Late Fifteenth Century », dans The Crown and Local Communities in England and France in the Late Fifteenth Century, Gloucester, 1981.

3 Fraternité qui s'est traduite par des alliances familiales.

4 Les ducs auraient été ainsi en quelque sorte victimes de leur politique neutraliste, ce que certains d'entre eux comme François Ier et Pierre II semblent avoir compris puisqu'ils ont participé aux dernières opérations de la guerre de Cent Ans.

5 Et à percevoir l'Anglais comme l'adversaire prioritaire, ce qui l'amène à s'opposer, par la suite, à toute politique d'alliance des ducs de Bretagne avec le roi d'Angleterre.

6 Pour les carrières de Jean de la Primaudaie et de Julien Rivault, voir Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, 1491-1547, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, Paris, 1997, p. 416-417 et p. 538.

7 Pour les carrières de Jean de la Primaudaie et de Julien Rivault, voir Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, 1491-1547, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, Paris, 1997, p. 416-417 et p. 538.

8 Ce processus n'a donc pas concerné seulement le royaume de France mais aussi les principautés qui avaient affirmé leur autonomie au xve siècle en mettant à profit les troubles de la guerre de Cent Ans.

9 Or les ducs ont réussi à imposer le principe d'un impôt permanent et à s'arroger le droit de battre monnaie.

10 Ce qui les a conduits à participer au conseil ducal, à rechercher des alliances avec des membres de la famille des Montforts pour conforter leur influence.

11 Dans le cas du Vannetais étudié par Jean Gallet, La seigneurie bretonne (1450-1680), Publications de la Sorbonne, Paris, 1983, l'intervention ducale dans le domaine judiciaire pouvait se faire par les sénéchaussées de Vannes et de Rhuys, mais les grandes seigneuries de Largouët, Rochefort, le régaire échappaient à ces juridictions et disposaient d'une grande indépendance, qui est attestée par des sentences de mort non traduites en appel. Les développements de l'administration ducale ont été surtout dommageables aux petites et moyennes seigneuries.

12 Du fait que les ducs leur concèdent le droit de guet, leur accordent la levée du billot pour réparer les châteaux, leur octroient les principaux commandements militaires et s'en remettent à eux pour réunir le ban mais aussi pour garder le contrôle des parties les plus exposées du territoire breton, c'est-à-dire les frontières orientales où la majeure partie de leurs domaines était concentrée.

13 À qui ils ont fourni, de surcroît, une partie de leur personnel. Les efforts faits pour empêcher les officiers de servir à la fois le duc et les grands nobles ont été voués à l'échec. Cela a été notamment le cas des constitutions de 1461 qui, à l'instigation du chancelier Guillaume Chauvin, interdisaient aux officiers ayant rang de sénéchal, d'alloué ou de procureur de servir une autre personne que le duc.

14 Ce qui s'est traduit par une hausse de la pression fiscale : le taux du fouage double de 1460 à 1470 - de 44 sous 6 deniers à 89 sous 3 deniers - et s'élève encore de 1470 à 1480, pour atteindre 7 livres 17 sous 6 deniers à la veille de la guerre d'indépendance, Jean Kerhervé, L'État breton aux et If siècles. Les ducs, l'argent et Us hommes, Maloine, Paris, 1987, t. Il, p. 608.

15 Ainsi en août 1485, Charles VIII et le duc signent-ils le traité de Bourges par lequel François II s'engage à porter aide au roi et à se réconcilier avec les grands princes du duché.

16 En 1470, Jean IV de Rieux et sa femme étaient seigneur et dame de Rieux, Cranhac, Rochefort, Ancenis, Harcourt, Aumale, Donges, Couéron, Malestroit, Largouët, Châteaugiron, Derval, La Bellière et Rougé. Leurs parents et alliés contrôlaient les terres de Guéméné-Guingamp, Nozay, Issé, Kaër en Crach, Locmariaquer et Vannes, Quintin, Beaumont, Pontcallec, Oudon, Combourg, Jean Gallet, La seigneurie..., op. cit., p. 130.

17 Il ne faudrait toutefois pas exagérer la capacité de mobilisation des grands nobles. Ainsi, quand le vicomte de Rohan passe ses troupes en revue en 1477, elles ne comptent que 49 hommes et 56 che-vaux, Michael Jones, « Aristocratie, faction et État dans la Bretagne du xve siècle », dans P. Contamine, (dir.), L'État et les aristocraties (France, Angleterre, Écosse), xiie-xiiie siècle, Paris, 1989, p. 149.

18 Les princes révoltés se sont arrogé le droit de percevoir le fouage dans l'étendue de leurs domaines, affaiblissant d'autant les recettes ducales. Les troubles ont entraîné également une mise en cause des pouvoirs judiciaires des ducs du fait que les Grands ont fait appel au parlement de Paris pour obtenir gain de cause ; cela a été le cas notamment en mai 1484 après l'échec du premier attentat contre le trésorier général Pierre Landais.

19 On sait ainsi que le trésorier et receveur général Jean de Lespinay a hésité un temps entre sa fidélité à la duchesse et sa fidélité au vicomte de Rohan dont il était l'arrière-vassal, cf. Jean Kerhervé, Les gens..., op. cit., t.I, notice 55, p. 52-53.

20 Parmi lesquels il faut signaler le chancelier Philippe de Montauban.

21 Et les satisfactions qu'ils ont obtenues : ainsi le maréchal de Rieux a-t-il été nommé lieutenant général du roi en Bretagne.

22 De même en 1488 le maréchal de Rieux, quand il a vu l'armée royale intervenir massivement en Bretagne, a-t-il réintégré le camp du duc.

23 La charge de capitaine de Nantes a été confiée à Louis de La Trémoille.

24 Si l'on prend l'exemple du vicomte de Rohan, on s'aperçoit qu'il a bénéficié de très nombreuses faveurs : une pension annuelle de 10 000 l, le droit en mars 1495 de lever pendant cinq ans les billots sur ses vassaux, les capitaineries de Dinan et de Saumur... Il a été, de surcroît, tenu quitte par Charles VIII de rembourser les fouages qu'il avait prélevés à son profit de 1488 à 1491.

25 Ainsi Jacques Guibé reçoit-il en 1495 le commandement de 40 lances pour assurer la défense du duché.

26 Jean de Rieux est présent à la bataille de Fotnoue en 1495. II est nommé ensuite lieutenant général du roi en Roussillon. L'analyse de la composition de ses troupes révélerait sans doute une part importante de Bretons dans la mesure où le recrutement se faisait encore très largement, à cette époque, sur une base féodale.

27 Soit les grands princes du royaume comme les ducs d'Orléans et de Bourbon, soit les Familiers du roi comme le comte de Ligny, le chambellan Du Moulin, soit les responsables des opérations militaires comme La Trémoille, Myolans, de Piennes, l'amiral de Graville, cf. Dominique Le Page, Finances et politique..., op. cit., p. 21-24.

28 Celui-ci semble avoir été délibérément tenu à l'écart de la province jusqu'en 1498 et occupé par le roi à la solution des problèmes avec l'empereur Maximilien, cf. Mickael Harsgor, Recherches sur le personnel du Conseil du Roi sous Charles VIII et Louis XII, Lille, 1980, p. 769-783.

29 Les Grands sont dépendants des principaux officiers de finances pour le versement de leurs pensions et, plus largement, pour faire aboutir leurs requêtes auprès du roi. Ils n'hésitent pas à les récompenser largement quand ils obtiennent satisfaction : ainsi Françoise de Dinan cède-t-elle en mai 1494 une maison à Nantes et la seigneurie des Dervallières au général des finances Jean François de Cardonne pour le remercier des services qu'il lui avait rendus en ses grans et nécessaires affaires, Archives municipales de Nantes, DD 15-4.

30 Cf. Dominique Le Page, Finances et politique..., op. cit., p. 176 et suivantes. Les guerres d'Italie ont entraîné des baisses de pensions : en janvier 1496, Charles VIII a annulé17605 1 sur la somme imputée à la Bretagne et des personnalités éminentes comme Françoise de Laval, les seigneurs de Marcillé, de La Roche... ont dû restituer de l'argent déjà versé.

31 Cela est visible aussi dans la gestion du domaine. Le roi a confirmé certains dons faits par Anne et son père (en faveur du vicomte de Rohan ou du prince d'Orange par exemple) et reconnu les dettes qu'ils avaient pu contracter. Mais, dans l'ensemble, il a cherché à reprendre le contrôle des terres ducales en faisant rédiger quelques rentiers et en refusant de procéder à un trop grand nombre d'aliénations.

32 ADLA, E 128/22.

33 Et ad ce que ladite dame soit mieulx et plus honnorablement accompaigne semble que elle devroit avoir une ou deux dames, grans personnaiges comme de l'une de mesdames d'Allenczon, de Laval, fille d'Alenczon, d'Avaugour et de Derval ou autres telles que plaira à ladite dame et à mondit seigneur le prince adviser ; pareillement semble que pour pareilles causes seroit bon que mondit seigneur de La Roche et mondit seigneur de Guemené seront maniiez pour l'accompaigner s'ilz ne sont cboisiz pour lieutenant, comme dit est, avecques gens à robe longue et lectrez pour la servir en son conseil et disputacion de sa matière, si le cas le requiert et se trouveront devers elle contre le temps ou tost après que sera son partir, ADLA, E 128/22.

34 Qu'Anne de Bretagne avait rétablie dès le mois d'avril 1498.

35 Une situation à double niveau se met ainsi en place : au sommet, le roi se réserve tout ce qui touche à la souveraineté - justice, armée, monnaie, politique extérieure - ; dans le duché, sa compagne s'occupe de l'administration intérieure.

36 Les nobles de la province - parmi lesquels on trouve pour la première fois le vicomte de Rohan -continuent à prendre part aux campagnes d'Italie sous les ordres de Louis XII.

37 En octobre 1513, parmi les souscripteurs de l'acte qui règle un différend entre le chapitre et la ville de Saint-Malo, on trouve ainsi la mention des noms du seigneur d'Avaugour, de Rohan, dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1746, III,913.

38 Des affaires qui étaient en suspens depuis le règne de ce dernier ont d'ailleurs trouvé un règlement : c'est le cas du problème du domaine du Gâvre, revendiqué à la fois par les Rohan et par le roi, en tant que successeur des ducs. Une enquête menée en 1500 a permis de réaffirmer les droits de ce dernier ; c'est aussi le cas pour la succession de François II et de son épouse Marguerite de Foix dont le vicomte de Rohan, comme époux de Marie de Bretagne, revendiquait la moitié des biens meubles.

39 Le personnel financier a été recruté majoritairement dans la province à partir de 1498, ce qui a rendu plus facile le paiement des pensions, autre motif de satisfaction pour la noblesse à une époque où les versements d'argent se faisaient en grande partie par le système des assignations.

40 Notamment les 50 gentilshommes de sa maison.

41 La montée des périls militaires à partir des années 1510 a dû provoquer une modification du budget de la province et entraîner une augmentation de la part des dépenses consacrées à la défense. Ceci n'a toutefois pas remis en cause les dons faits aux nobles à qui a été confiée la tâche d'assurer la sécurité du duché.

42 Cette réorganisation a permis d'en accroître les effectifs de façon très sensible.

43 Né en 1487, Jean de Laval a été mené à la cour à l'âge de 14 ans en 1501. Il y est demeuré deux ans jusqu'à la mort de son père en 1503. Anne de Bretagne lui a fait épouser Françoise de Foix en 1509.

44 Odet de Loyon est capitaine de Vannes en 1509, ADLA, B 18 fol. 42 ; Gilles de Boisriou est capitaine de Saint-Malo en 1509, date à laquelle il reçoit aussi la charge de capitaine de Solidor, ibid.. B 20 fol. 131 ; le sire de Texue est capitaine de Brest en 1513, ibid., B 21 fol. 56 ; Jean de Mondragon, capitaine de Nantes, Jacques Guibé, capitaine de Rennes.

45 En mémoire des services que ledit Destuer a faitz tant à feu notre très cher seigneur et pere le duc... et à nous durans les guerres qui ont eu cours en notre dit pays où il a suivi sans varier ni tenir autre party et a esté prins prisonnier par trois ou quatre fois, où il a employé grant somme de deniers pour ses rançons, ibid., B 51 fol. 87-88.

46 Ainsi Gilles de Tixue a reçu en 1487 le commandement des francs-archers et des bons corps chargés d'aller assiéger au nom de François II la ville de Clisson tenue par le sire d'Avaugour en révolte. Gilles du Condest, seigneur de la Morteraie, s'est distingué en 1489 en venant en aide à Anne de Bretagne menacée devant Nantes par le maréchal de Rieux et Alain d'Albret. Le sire de la Bouvardière, gendre de l'ancien trésorier Pierre Landais, était chargé de la garnison de Guérande en 1489. Gilles de Boisriou et Esprit de Montauban furent décrétés d'arrestation en 1485 par Rieux pour avoir aidé le trésorier Landais, dom Morice, III, 462. On retrouve Esprit de Montauban comme capitaine de Dol en 1487, Thomas de Kerazret, comme capitaine de Brest en 1487.

47 Ils étaient maîtres d'hôtel héréditaires des ducs.

48 Dom Morjce, III, 917-918. La reine précise : « pour ce que je désire avoir votre fils en mon service, à ceste cause vueillez le m'envoyer au plus tost que faire se pourra, et je le feray bien traicter, et pour ce n'y faillez, et soyez persuadé de mon amitié ». En 1506, la reine était intervenue personnellement pour favoriser le mariage de Marc avec Gillette de Rohan, dame de Marsaint.

49 Je tiens à remercier ici Alain Gallicé pour l'obligeance avec laquelle il m'a transmis les documents dont il disposait sur la famille de Carné.

50 La reine Anne n'a pu empêcher que les états de Bretagne consentent en 1506 au mariage de François d'Angoulême et de Claude de France.

51 François Ier n'est en effet pas demeuré totalement inactif au cours de ces années. Sa principale réussite a consisté à redonner au conseil royal la maîtrise de l'administration de la Bretagne. Cela s'est fait essentiellement en obtenant de son épouse la renonciation à tous ses pouvoirs, mais aucun domaine n'a été négligé : ainsi la charge de chancelier de Bretagne a-t-elle été réunie avec celle de chancelier de France ; ainsi des institutions comme la trésorerie de l'Épargne, qu'Anne de Bretagne avait restaurée, ont-elles été progressivement vidées de tout contenu.

52 En 1518, après la mort du vicomte de Rohan, François Ier favorise l'exécution de son testament au nom de l'amour que portons à feu notre dit oncle et pour la perpétuité de lignaige dont il atenoit à nous et à notre très chere et très amée compaigne la royne.

53 C'est pendant son voyage que le roi intervient pour faire appliquer les dispositions testamentaires du vicomte de Rohan. Pierre de Laval bénéficie quant à lui du don de Dinan et 4660 I pour le récompenser de plusieurs services.

54 La famille de Guengat avait depuis 1480 le privilège d'offrir la main au nouvel évêque de Quimper lors de son entrée dans la ville. Alain de Guengat, le chef de la maison au début du xvie siècle, reçoit la responsabilité du convoi et devient vice-amiral de Bretagne. Présent lors de la cérémonie de réception du cœur d'Anne à Nantes, il poursuit sa carrière sous François Ier qu'il accompagne à Pavie.

55 Claude de Rieux est fait prisonnier avec le roi à Pavie, où il était maréchal de camp, et est amené en otage.

56 Il trouve la mort à la bataille de Pavie.

57 Ainsi, Pierre de Laval (1489-1521), sr de Montafilant, reçoit Dinan, en juin 1518 pour servicesfaiz en plusieurs maniérés et mesme de fresche ressante memoire à la derraine conqueste et réduction qu'avons faicte de notre duché de Milan où il s'est très vertueusement employé sans y espargner le danger et péril de sa personne, ADLA, B 51 fol. 199-200. René de Montejean bénéficie du don du domaine de Fougères, le 2 février 1525 en faveur des services faictz tant du fait de nos guerres esquelles il s'est tou-jours bien et vaillamment porté et conduict et en icelle esté prins prisonnier par noz ennemys, blessé et navré par plusieurs foiz et en diverses parties de son corps, en grant dangier de sa personne et encores à present est avec nous en nostre camp devant la ville de Pavye où tenons noz ennemys assiegez que aul-trement en plusieurs maniérés, en quoy faisant il luy a convenu porter et soustenir plusieurs grans fraiz et mises et dépenses et payer grosse somme de deniers ausdits ennemys pour sa ranczon, ibid., B 51 fol. 294-295. Ces donations permettent en outre au roi de mieux contrôler la province.

58 Ainsi les Carné, évoqués précédemment, continuent à occuper la charge de maître d'hôtel auprès de la reine Claude.

59 Le fait qu'elle n'a pas participé au voyage qu'accomplit François Ier en Bretagne en 1518 tendrait à faire penser qu'elle a été volontairement tenue à l'écart de la province.

60 Ceci ne veut bien entendu pas dire que les autres catégories de la noblesse ont été négligées. Ainsi, en 1529 le roi les a fait réunir à Ploërmel, sous la responsabilité de Louis des Déserts, pour entendre leurs doléances ; ainsi en 1535 a-t-il créé une commission sur les francs-fiefs afin de recenser les terres nobles tenues par les roturiers, satisfaisant ainsi une de leurs anciennes doléances.

61 La monarchie s'appuie sur les Grands en attendant que les dauphins deviennent majeurs et puissent prendre en charge le gouvernement de la Bretagne. La mort prématurée du dauphin François, dont l'accession à la majorité a coïncidé avec l'édit d'union de 1532, a contraint le pouvoir royal à s'appuyer plus longuement sur les grandes maisons bretonnes et ce n'est qu'en 1540 que le dauphin Henri a reçu l'administration de la province.

62 L'ordre était composé à l'origine de 36 chevaliers, égaux entre eux. Ces derniers étaient unis autour de la défense des valeurs chevaleresques et de la personne royale. Ils avaient l'honneur d'être appelés cousins par le roi, cf. Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux xvie et xviie siècles, Publications de la Sorbonne, Paris, 1994.

63 Louis XI avait envoyé en 1469 le collier de l'ordre à François II. Celui-ci l'avait refusé, considérant cette attribution comme une atteinte à sa souveraineté.

64 On relève une attribution sous Louis XI (le vicomte de Rohan en 1472), deux sous Charles VIII (le seigneur d'Avaugour en 1487 et le maréchal de Rieux en 1488), une à deux sous Louis XII (Louis de Rohan, sire de Guéméné, décoré en 1504 au moins), cf. G. de Carné, Les chevaliers bretons de Saint-Michel, Nantes, 1884.

65 Il faudrait y ajouter Claude de Villeblanche, sr du Châtelier, premier panetier de la reine Claude à partir de 1522 et qui aurait été fait chevalier de l'Ordre par François Ier, pour le récompenser de ses prouesses aux armes (il a servi le roi en Hainaut, en Savoie, contre la république de Venise), Augustin Du Paz, Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, enrichie des armes et blasons d'icelles, Paris, 1619, p. 92-94. Des doutes subsistent pour Louis du Perreau (il était roi d'armes de l'ordre de Saint-Michel sous Henri II, mais sa promotion peut remonter au règne de François Ier) et Robert d'Acigné qui était appelé cousin par le roi dès 1516.

66 Il est attesté comme chevalier de l'Ordre avant 1527.

67 Admis dans l'Ordre vers 1532. Il était gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi, colonel général des Suisses, gouverneur du Bourbonnais et de Bretagne.

68 Il a été fait chevalier de Saint-Michel en 1539, apparemment grâce à Claude d'Annebaud qui lui a cédé son collier. Il était par ailleurs gentilhomme de la Chambre du roi et lieutenant général du roi en Bretagne.

69 Maréchal de France, gouverneur et lieutenant pour le roi en Piémont. Il est mort en 1538 sans enfant. On ne sait à quelle date l'ordre lui a été attribué.

70 Fait chevalier de l'Ordre en 1547.

71 Cette intégration dans l'ordre de Saint-Michel s'est accompagnée de l'octroi de charges dans la maison du roi : François III d'Avaugour, comte de Vertus et de Goélo, premier baron de Bretagne (marié avec Charlotte de Pisseleu), Claude de Rieux, Jean de Brosse, Jean d'Acigné étaient tous les quatre gentilshommes ordinaires de la Chambre du roi, René Kerviler, Répertoire général de biobibliographie bretonne, 8 vol., réimp. de l'éd. de 1886-1904, J. Floch, Mayenne, 1978. Ils avaient été, selon toute vraisemblance, éduqués à la cour du roi de France.

72 Celui-ci a joué incontestablement un tôle plus important de 1498, date de la restauration des pouvoirs de la duchesse Anne, jusqu'à sa mort en 1502.

73 Elle fait suite à la défaite de Pavie et à la captivité du roi, événements qui, selon tous les historiens de la période, marquent le début d'un véritable second règne pour François Ier, cf. Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance, François I" et son royaume, Fayard, Paris, 1998.

74 Sa promotion est saluée dès décembre 1526 par les états de Bretagne qui lui font voter un don extraordinaire de 6000 l.

75 Trois compagnies d'ordonnance pour la protection du duché ont été mises en place en 1523. Il s'agit de la compagnie de Pierre de Laval, sr de Montafilant, avec 50 lances, de celle de Claude de Rieux, avec 50 lances, et de celle de Jean de Laval, avec 40 lances. À la fin des années 1520, le nombre passe à deux : celles de Guy XVI et de Claude de Rieux, A. Bertrand De Brouss1llon (A.), La maison de Laval (1020-1605). Etude historique accompagnée du cartulaire de Laval et de Vitré, t. III et IV, Paris, 1898 et 1900.

76 En même temps que cela lui permet de renforcer ses liens avec les nobles de la province qui trouvent à s'employer dans ces compagnies d'ordonnance.

77 Que les documents montrent comme un homme attentif au respect de ses prérogatives. En novembre 1522, il écrivait au trésorier Robertet pour demander qu'il ne soit depeché mandemens, tant pour la police dudit pays que pour le fait de la guerre, qui ne s'adressassent à moy, et pour le presser d'intervenir auprès du roi pour que, dit-il, mon autorité en la charge qu'il luy a pieu me donner ne soyt diminuée, cf. A. Bertrand De Broussillon, op. cit.

78 Le gouverneur ou lieutenant général est régulièrement désigné par le roi comme commissaire aux états provinciaux, face auxquels il doit défendre les positions de la monarchie. En 1523, après une délibération, les états proposent un fouage de 4 l alors que le roi demande 6 I. Ils se soumettent après l'intervention de Guy XVI, qui affirme qu'il ne se contantoit de la conclusion et ne la voulbit accepter, atandu les grans affaires du roy qu'il a à present et qu'il doubte que le roy se pourroit mal contenter, cf. C.La Lande De Calan, Documents inédits relatifs aux états de Bretagne de 1491 à 1589, Société des bibliophiles bretons et de l'histoire de Bretagne, 2 vol., Rennes, 1908.

79 Comme l'atteste cette lettre adressée, après 1526, au connétable de Montmorency : Mon frere.j'ay trouvé ici monsieur de Châteaubriant et messieurs les presidens de Bretagne, qui avons devisé ensemble des affaires dudit pays et advisé qu'il estoit bon d'en faire entendre quelque chose au roy, que j'escry à messieurs de Beuverger et de Commacre, pour vous en advenir afin de le dire audit seigneur, si voyez qu'il soit bon. Ce que j'en dy n'est synon pour la peur que j'ay de ne povoir faire selon l'intention du roy. En 1530, il écrit au même en faveur des anciens serviteurs de la reine Claude pour qu'ils trouvent à s'employer dans la maison d'Eléonore, prenant le soin de souligner : Et en les bien trectant, j'en auray meilleur crédit avec tous ceux du pays et m'en ayderay mieux pour le service du roy, A. Bertrand De Broussillon, op. cit.

80 Cette date n'est pas le fait du hasard : elle montre une nouvelle fois que la Bretagne est passée au premier plan des préoccupations royales à partir de la mort de la reine Claude.

81 Il assume la direction de ce conseil en 1536 avec le chancelier Du Bourg et le cardinal de Tournon.

82 L'influence de Jean de Brosse ne doit pas être sous-estimée du moins si l'on se rapporte aux cérémonies officielles : il semble, en effet, avoir été le premier gouverneur de Bretagne à qui la ville de Nantes a, le 8 avril 1543, fait une réception solennelle, cf. Sandrine Garcia, Les entrées de ville à Nantes du milieu du xvie à la première moitié du xviie, mémoire de maîtrise dactylographié, Nantes, 1996, 157 p., mention p. 20.

83 On a nettement l'impression, qu'au cours de ces années, la Bretagne est entre les mains de quelques familles (les Laval, les d'Acigné, les Montejean...) qui sont liées entre elles et qui mettent leurs réseaux de parenté et de vassaux au service du roi. Leurs liens de solidarité apparaissent notamment lors des affaires de tutelle ou de curatelle, où l'on retrouve les mêmes personnages, quelle que soit la famille en cause : ainsi Jean de Laval-Châteaubriant prend-il part au règlement des litiges entre René et Anne de Rohan ; ainsi René de Montejean fait-il partie du conseil chargé d'assurer la garde de l'héritier de Guy XVI de Laval.

84 Une dernière illustration de cette politique est fournie par l'étude des officiers. Dans le cas de l'administration financière par exemple, on constate que les individus qui font les plus belles carrières au cours des années 1520-1530 sont à la fois au service du roi et d'une grande famille noble. Ainsi la famille des Avril, qui cumule à partir des années 1530 les charges de receveurs du fouage dans les évêchés de Saint-Malo et de Cornouaille, de payeur des gens des comptes et de trésorier des états, doit-elle une partie de son ascension aux Laval que plusieurs de ses membres ont servi en tant que trésorier. On peut en dire de même pour Alain de la Bouexière qui est à la fois procureur des comptes à la Chambre de Nantes et procureur des comptes pour les Rohan... Il n'y a pas concurrence entre les services ni exigence de la monarchie pour que le personnel choisisse entre les différents emplois. Servir les Grands et servir le roi participe d'une même stratégie : mieux administrer la Bretagne.

85 Il a été fait prisonnier à Pavie avec le roi.

86 La saisie des réserves d'or et d'argent a été faite par René de Montejean.

87 Celui-ci était le troisième fils du vicomte Jean de Rohan et avait été pourvu de l'évêché de Cornouaille en 1501. À la mort de son frère Jacques en 1527, il a reçu l'usufruit de ses biens, exceptés Corlay qui est revenu à la dame de Guéméné, et le comté de Porhoët, Blain, Héric, La Garnache... qui ont été attribués à Anne de Rohan.

88 De même, à la mort de Jean de Laval-Châteaubriant, le roi fait transférer à Paris une partie de sa vaisselle précieuse.

89 Examen opéré soit par la commission des réformations, soit par la Chambre des comptes.

90 Les grandes familles bretonnes ne vivent bien entendu pas repliées sur elles-mêmes et elles entretiennent des liens avec les principaux lignages du royaume. L'exemple le plus célèbre est fourni par le connétable Anne de Montmorency, dont la sœur a épousé Guy XVI de Laval et qui récupère une partie de la succession de Jean de Laval-Châteaubriant en 1543- On peut citer aussi le cas de Claude d'Annebaud, qui épouse Françoise de Tournemine et qui prend part à la querelle de succession pour le duché de Retz. Ces alliances posent, le plus souvent, les bases d'une implantation durable dans la province.

91 Les Guise reçoivent les terres du comté de Penthièvre et de Loyaux en 1525 ; le maréchal Claude d'Annebaud bénéficie quant à lui du don de Guingamp en 1527 puis de Dinan en 1537.

92 On peut ainsi citer les noms de Jacques de Saint-André, de Claude de Clermont, s'de Dampierre, voire de la maîtresse du dauphin, Diane de Poitiers, qui bénéficie tour à tour du don des terres de Rhuys puis de Fougères.

93 Cette politique de don plus intensive en faveur de princes non-originaires peut aussi s'expliquer par les difficultés de certaines grandes familles bretonnes qui connaissent des problèmes de succession comme les Rohan ou les Laval (Jean de Laval-Châteaubriant meurt, sans enfant, en 1543).

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540