Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesses de Bretagne

 | 
Jean Kerhervé

Introduction : Des nobles en général aux nobles de Bretagne en particulier

Jean Kerhervé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Je retiendrai deux ouvrages plutôt destinés à un public universitaire qui, pour la période médiéval (...)
  • 2 Il m'a paru intéressant d'y ajouter deux textes, ceux de Michel Brand'Honneur et de Frédéric Morvan (...)
  • 3 En Bretagne, après les nombreuses études consacrées aux hommes et aux familles nobles au xixe et au (...)

1La noblesse est un thème porteur. L'assemblée réunie à Guingamp et l'écho qu'a rencontré dans les médias l'annonce d'une journée d'étude sur ce thème suffisent à le montrer. L'audience des publications récentes consacrées à la noblesse — travaux de recherche fondamentale, livres de synthèse ou encore manuels d'enseignement supérieur — parle dans le même sens1. Elle traduit un intérêt réel et justifié pour un sujet certes spécialisé et pourvu d'une abondante bibliographie, mais qui passionne parce qu'il reste incomplètement exploré, suscite des interrogations renouvelées qui entraînent le chercheur comme le simple amateur d'histoire au cœur des sociétés traditionnelles. Avant de laisser la place aux communications des intervenants au colloque2, je m'interrogerai sur la raison d'être de cet intérêt puis je dirai, en m'appuyant sur l'exemple de l'époque médiévale, pourquoi la Bretagne est un terrain privilégié d'analyse pour l'histoire de l'aristocratie qui trouve aujourd'hui une nouvelle actualité dans le renouvellement des méthodes de l'historiographie3.

Réalités historiques et a priori

2À quoi donc tient cet intérêt soutenu ? N'est-ce pas à l'espèce de fascination qu'exercent les nobles et la noblesse sur les roturiers que nous sommes ou que nous sommes tous devenus depuis que l'abolition des privilèges a mis fin à une inégalité institutionnalisée entre les hommes ? Cette ségrégation, qui nous choque parce qu'elle heurte nos sensibilités démocratiques, était également mal vécue par ceux qui, en leur temps, eurent à souffrir quotidiennement de la morgue ou des exigences des privilégiés tout autant que par ceux qui aspiraient à en rejoindre le groupe, mais dont on ne voulait pas. Fascination pour un temps et un type de relations humaines révolus en quelque sorte.

3Cette fascination se justifie-t-elle ? Étymologiquement le mot « noble », du latin « nobilis », signifie simplement « connu, célèbre ». Mais son contenu réel et son champ sémantique s'avèrent d'une extraordinaire richesse et d'une grande puissance évocatrice, susceptibles d'en amplifier considérablement la résonance. On en retiendra d'abord la dimension historique. À la noblesse, depuis les origines, c'est-à-dire l'époque romaine au moins, sont associées les idées de naissance, de pouvoir et de fortune, quelle que soit la réalité pratique de ces trois notions.

  • 4 L'appellation d'infanzon, primitivement réservée aux cadets de grandes familles, et qui tend à s'ef (...)
  • 5 On trouvera de nombreux exemples de ce fait dans les livres de réformations des feux de Bretagne, (...)

4La naissance d'abord, car le sang, dont certains ont voulu faire le critère exclusif de la noblesse, allant jusqu'à parler de supériorité biologique - le fameux « sang bleu » —, quitte à verser dans un soupçon de racisme, le sang participe incontestablement à la définition du groupe des nobles. « Est noble, dit Isidore de Séville dans ses Étymologies, celui dont le nom et la famille sont connus », et il savait de quoi il parlait puisque lui-même appartenait à un lignage de l'aristocratie hispanoromaine. Certes la notoriété, familiale ou individuelle, peut être variable, se limiter à l'échelle du village ou s'étendre à de plus vastes horizons, mais la réputation, qu'on doit en partie au moins à son lignage, est essentielle. En Espagne, par exemple, la noblesse c'est X hidalguia, et l'hidalgo, c'est, étymologiquement, le hijo de algo, « fils de quelque bien4 ». D'une manière générale, dans les temps anciens, ceux où la noblesse n'était pas bien définie juridiquement, au xive et même dans la première moitié du xve siècle encore, c'est l'acceptation par la communauté paroissiale d'une certaine forme de « renommée » — le terme vient précisément de « nom », c'est-à-dire le patronyme familial —, qui permettait, pourvu qu'elle fût prouvée d'ancienneté, d'être classé au rang des nobles à défaut d'autres critères5.

  • 6 La règle de l'anoblissement automatique du non noble accédant à une sergentise d'armes est rappelé (...)
  • 7 Elle ne date que de la seconde moitié du xvie siècle semble-t-il, même si l'anoblissement par l'of (...)

5Cette notoriété allait de pair avec la détention d'une certaine forme de puissance, avec l'exercice d'une certaine manière de pouvoir. Dès l'époque romaine noblesse et magistrature étaient associées : ainsi, la postérité des sénateurs bénéficiait d'un statut privilégié sous l'Empire, constituant une sorte de noblesse. De même, il arriva un temps, à la fin du Moyen Âge, où l'office public, que bien des nobles exerçaient par ailleurs, facilita le passage dans la caste privilégiée. Pourtant les fonctions anoblissantes étaient rares en ce temps - celles de sergent d'armes ou de notaire et secrétaire du roi sont des exceptions6 — et l'expression de « noblesse de robe » n'existait pas au Moyen Âge7.

  • 8 Voir ci-dessous « La notion de noblesse à travers l'étude de la chevalerie : débat d'idées et probl (...)
  • 9 Voir ci-dessous « Le Livre des Ostz (1294). Un éclairage sur les rapports du duc avec la noblesse d (...)
  • 10 P. Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Étude sur les armées des rois de Franc (...)
  • 11 On en trouve une claire illustration dans les lettres d'anoblissement qui mettent en avant les serv (...)

6Mais le pouvoir peut prendre bien d'autres visages, et pour beaucoup le noble se confond encore avec le seigneur, foncier ou banal, celui qui domine le village et lève le cens ou exige la taille et le droit de mouture. C'est aussi, et plus encore, le guerrier, le miles, et l'association est telle entre guerre et noblesse que nombre de milites ont fait souche de nobiles dès le début des temps féodaux, même si les rapports qu'entretiennent les deux termes continuent de susciter le débat entre les historiens, comme le rappelle ci-dessous Michel Brand'honneur8. À l'époque suivante, les nobles restent contraints de servir dans l'armée de leur seigneur féodal : le Livre des Ostz du duc de Bretagne, étudié par Frédéric Morvan, premier témoin de l'état des obligations militaires des vassaux ducaux, en constitue la traduction archivistique la plus ancienne dans le duché9. Dans l'armée du prince, qu'il soit roi de France ou duc de Bretagne, la hiérarchie des grades et des soldes, qui reflète les catégories de la hiérarchie nobiliaire « civile » — écuyer, chevalier, banneret -, marque l'importance de l'élément aristocratique, avant que les grands bouleversements de la guerre de Cent Ans ne remettent en cause une tradition séculaire, en suscitant l'émergence de l'armée de métier à partir des années 144010. Même alors, les nobles demeurent astreints, en cas de nécessité, au service du ban et de l'arrière-ban qui désormais ne concerne plus la masse de la population, et dans l'armée permanente la place de la noblesse reste prépondérante, du moins dans le commandement et la cavalerie. On comprend que pendant tout le bas Moyen Âge encore, et même au-delà, l'exercice des armes, le service militaire du prince et la comparution aux montres de guerre apparaissent comme un critère fondamental de la vie aristocratique : répondre à la semonce des nobles ne suffit pas à établir une noblesse, mais facilite son acquisition ou aide à défendre un statut contesté selon le cas ; ne pas se rendre aux convocations militaires, parce qu'on n'en a pas les moyens par exemple, fragilise l'individu, expose même à la contestation d'un statut privilégié que l'absence de service ne justifie plus11.

7Pouvoir administratif, pouvoir seigneurial, pouvoir des armes, tout cela aide à définir les contours de la noblesse. Sans doute ce pouvoir est-il d'intensité variable : il y avait infiniment plus de seigneurs fonciers que de châtelains ou même de seigneurs banaux, de simples écuyers que de chealiers ou de bannerets appelés au commandement des troupes, mais le noble entre incontestablement dans le groupe des détenteurs de pouvoir et de puissance, des potentes.

  • 12 Les réformations du xve siècle en sont à nouveau une excellente illustration : l'un des arguments d (...)
  • 13 Voir ci-dessous « Entourage ducal et manoirs au xve siècle : architecture et manières d'habiter », (...)
  • 14 . 133323 pièces d'or entreposées au château de josselin, dont 109053 francs, 11 857 écus, 9 539 mou (...)
  • 15 Pour la dernière approche de la fortune et du train de vie d'un personnage qui a suscité d'intenses (...)
  • 16 Voir ci-dessous « La noblesse commerçante nantaise (xviie-xixe siècles). Une noblesse ouverte ? »

8C'est pourquoi on le perçoit comme riche. Dans la péninsule Ibérique, la catégorie supérieure de la noblesse avait même droit à l'appellation de Ricos Hombres, (« riches hommes »). Dans l'imaginaire collectif, l'idée de noblesse est, dès le Moyen Âge, associée à celle d'un certain cadre de vie12. Le noble est celui qui possède château, manoir ou hôtel particulier, où il vit dans l'oisiveté et dans le luxe, ou du moins dans un certain confort matériel, volontiers ouvert à l'innovation et sensible à la mode, comme le rappellent opportunément les articles de Christel Douard et de Philippe Jarnoux13, parce qu'il dispose de rentes suffisantes ou de dépendants assez nombreux pour ne pas travailler de ses mains. Luxe et richesse apparaissent comme frère et sœur de noblesse ou de gentillesse. Et l'on oublie volontiers les conditions d'existence d'un modeste gentilhomme campagnard pour ne penser qu'à la fortune d'un Clisson, mort sur un véritable tas d'or14, ou aux fastes et aux débordements d'un Gilles de Rais15. On oublie également que la condition nobiliaire ne s'est jamais confondue, à aucune époque, avec celle du rentier, vivant de ses biens nobles, ni au temps des ducs et des rois, où nombre de gentilshommes se trouvent dans l'obligation de servir le prince pour équilibrer leur budget, ni à l'époque suivante qui voit certains d'entre eux, comme les nobles de Nantes étudiés par Olivier Pétré-Grenouilleau, prendre leurs distances avec la terre, s'urbaniser, s'ouvrir au monde du commerce et de l'armement, sans pour autant renier leurs principes16.

  • 17 Voir ci-dessous « Rémanences et mondanités : la noblesse malouine de 1846 à 1914 ».
  • 18 J. Kerhervé, « Le domaine ducal de Guingamp-Minibriac au xve siècle. Étude de comptes », Mémoires d (...)

9Car ces clichés fortement ancrés dans nos mentalités - naissance, puissance et aisance -, qui hantent encore la haute société malouine du xixe siècle en mal de noblesse décrite par Luc Boisnard17, et qui contiennent à n'en pas douter une part de vérité, ont été malgré tout sérieusement revisités par l'historiographie contemporaine. Les travaux menés sur la noblesse de Bretagne sont corroborés par ceux qui concernent le Dauphiné, la Basse-Auvergne ou la Bourgogne18 : partout apparaît l'extrême diversité des pouvoirs et des revenus nobiliaires, partout s'observe l'importance d'une petite noblesse, voire d'une « plèbe nobiliaire » qui n'entre pas vraiment dans les schémas préétablis. Et pourtant les clichés ont la vie dure.

  • 19 Cité par M. Aurell, op. cit., 134.

10Mais la noblesse est aussi affaire d'apparence, de conduite, de manière d'agir et de penser, et elle n'a jamais été totalement imperméable à la pénétration des roturiers en quête de reconnaissance sociale. Combattant l'idée de ceux qui voudraient la fonder exclusivement sur l'hérédité, le poète Eustache Deschamps (1346-1407) déclare qu'elle revient de droit à tous ceux qui ont « cœur gentil, paré de bonnes mœurs19 ». La vertu associée à la noblesse, il n'en fallait pas plus pour que les mots prennent un autre sens, dérivé, et renvoient à des comportements, des sentiments, des qualités physiques ou morales, des échelles de valeur qui traduisent un subconscient lentement accumulé au cours des âges. De ce fait, ils contribuent à rendre ambiguë ou à obscurcir la notion même de noblesse.

  • 20 Peter Spufford, Money and its use in medieval Europ, CUP, Cambridge, 1988, p. 298.

11Ne dit-on pas de quelqu'un d'imposant qu'il a une « noble prestance », ou un port de tête « noble » ? L'expression « noble beauté » qualifie souvent la majesté même quand elle n'a rien de royal. « Figure noble » s'emploie aussi bien au physique qu'au moral ou pour désigner celui dont la mémoire collective conserve le souvenir. J'ose à peine évoquer les « parties nobles », et pourtant, même si les roturiers les ont en partage (un partage non noble, cela va de soi), l'expression se réfère bien à quelque chose d'essentiel à la perpétuation de la race. Même la pièce de monnaie, quand elle est faite de l'or le plus fin et se distingue par son poids remarquable, a pu prendre le nom de « noble », qui est celui d'une espèce anglaise constamment émise de 1351 à 1465, véritable étalon de l'espace britannique à la fin du Moyen Âge20.

12Passant du physique au moral, on parle à propos d'un homme généreux ou magnanime de « noble cœur », et l'on vante sa « noblesse d'esprit » ; la force d'âme devient un « noble courage », et l'on cite en exemple les « nobles exploits », les « nobles actions » de celui que recommandent aussi bien sa bravoure au combat que sa grandeur d'âme ou son désintéressement. L'élévation de pensée devient une « noblesse de sentiments », et une juste indignation un « noble courroux », comme si toutes ces qualités ou ces comportements avaient été l'apanage de la noblesse. À l'inverse, celui qui ne respecte pas le code de conduite, les règles de bienséance ou d'honneur se voit qualifier d'« ignoble », et on ne pense pas en le disant ainsi que le mot désigne simplement à l'origine quelqu'un de naissance obscure, un inconnu.

13On comprend mieux maintenant pourquoi le lion du Roman de Renard, qui incarne la majesté, la force, le courage et la hauteur d'esprit porte le nom de Noble.

14Le champ sémantique de la noblesse recoupe donc des notions historiques aussi bien que psychologiques ; en cette matière, le discours de l'historien se heurte souvent à l'idée reçue, à l'a priori, et certains préfèrent le langage de la passion à celui de la raison. Cette journée d'étude a été l'occasion de faire entendre l'un sans oublier l'autre. Il est vrai que le cadre était propice.

La noblesse bretonne à la fin du Moyen Âge

  • 21 Supra, note 1.
  • 22 Dans le centre et le midi de la France, le pourcentage du groupe nobiliaire est particulièrement él (...)

15Car l'intérêt de cette rencontre tient également au fait qu'elle s'est déroulée en Bretagne, et en particulier dans ce pays de Tréguier où la noblesse était si nombreuse à la fin du Moyen Âge. Dans l'étude de P Contamine21, la Bretagne et les Bretons sont cités 55 fois à l'index ; mis à part la Bourgogne et les rois de France - « noblesse oblige » -, aucun autre terme ne fournit autant de références. Ce n'est que le reflet d'une réalité avérée, puisque le duché comptait plusieurs milliers de familles nobles au xve siècle, probablement de 6 000 à 9 000 ou 10 000 selon les époques, soit près de 4 % de la population, une proportion comparable à celles de la Provence et de certaines parties du Massif Central, bien moindre que celles des pays slaves, de la Castille ou des Asturies, mais très supérieure à la moyenne française estimée à moins de 2 % de la population au xive siècle, à 1,5 % seulement au xve siècle22.

  • 23 Cartes de répartition dans J. Kerhervé, L'État breton..., op. cit., t. II, p. 599, et dans J. Meyer(...)

16Cette noblesse était très inégalement répartie : aux fortes densités des diocèses de Léon, Tréguier, Saint-Brieuc et Saint-Malo, qui comptaient en moyenne de 8 à 13 familles nobles par paroisse, s'opposent les évêchés de Cornouaille, Vannes, Rennes et Nantes qui ne dépassaient guère 5 feux nobles par localité23. Le phénomène n'est pas facile à expliquer. Aux considérations économiques (richesse des sols de la frange côtière septentrionale) peuvent s'ajouter des raisons historiques et démographiques. L'hypothèse d'une origine ancienne d'une partie au moins de ces familles nobles, qui pourraient se rattacher à une migration beaucoup plus étalée dans le temps qu'on ne l'a cru, n'est pas à écarter, tant il y a de concordances entre la zone de concentration nobiliaire et celle d'implantation des colons bretons. Mais faute d'être étayée de preuves onomastiques et prosopographiques, sans doute difficiles voire impossibles à établir, cette explication ne peut être formulée qu'avec la plus grande prudence et toutes les réserves d'usage.

  • 24 Bibl. mun. de Saint-Brieuc, ms. 34, fol. 235-236.

17La quantité étant souvent l'ennemie de la qualité, les zones de forte densité nobiliaire sont aussi celles où se rencontrent les plus grands écarts de fortune. Quoi de commun, en Léon par exemple, entre un seigneur de Penmarc'h, en Saint-Frégant, riche de quelque 500 livres de rentes, et Robert Kerrom, de la même paroisse, qui en déclare 5 à la montre de 1481 ? Quoi de commun entre un seigneur de Kermavan (= Carman), de Plounévez-Lochrist, dont la rente s'élève à 2 500 livres, et Nicolas Trémaugon, son compatriote, qui avoue 100 sous de revenus nobles, soit 500 fois moins que son voisin24 ? Pas grand-chose sans doute.

18Et cette différence de fortune explique, au moins en partie, la différence des mentalités et la divergence des attitudes face au pouvoir. Disons, pour simplifier, qu'à une petite et moyenne noblesse plutôt fidèle et prête à servir le prince s'oppose une grande aristocratie frondeuse voire franchement rebelle. Ces comportements se comprennent aisément.

  • 25 Pour un bilan récent et fort bien documenté de l'évolution économique et sociale du royaume au Moye (...)
  • 26 Voir ci-dessous « Grands seigneurs de cour et gentilshommes provinciaux en Bretagne entre 1550 à 1 (...)

19La petite noblesse, aux revenus médiocres ou fragiles, souffre particulièrement de la crise profonde et durable qui affecte l'Europe à partir du milieu du xive siècle. La seigneurie est victime du marasme des cours du blé et de la diminution du revenu des tailles et des monopoles par suite de l'effondrement démographique, et elle ne suffit plus à entretenir ses propriétaires et leur progéniture25Les nobles saisissent alors l'occasion qui leur est offerte de prendre du service dans l'administration du prince, d'autant que ce type de service, civil ou militaire, n'est pas réputé dérogeant. On lira ci-dessous, dans l'article d'Antoine Pacault, que, pendant une bonne partie de l'époque moderne, ce genre d'attitude assure également serviteurs et clients dévoués aux grands seigneurs de la province éloignés de leurs domaines par l'obligation de suivre la cour du roi26.

  • 27 Ce sont ces nobles qui ont fourni leurs troupes les plus fidèles et les plus combatives aux connéta (...)
  • 28 Voir ci-dessous « Fidélités et perspectives dynastiques dans la noblesse bretonne lors de la crise (...)

20Pendant toute la période où les Montforts sont au pouvoir, du dernier tiers du xive siècle à la fin du xve siècle, les ducs peuvent ainsi tabler sur le concours et la fidélité d'un groupe social qui fait figure de courroie de transmission et de relais de leur entreprise de centralisation politique. Gens de justice, gens de finances et soldats se recrutent très largement dans la noblesse locale, ce qui n'empêche pas les Bretons de servir à l'occasion dans l'armée française quand le duché, souvent en marge de la guerre, ne suffit pas à les occuper27. Cette catégorie de nobles se caractérise bien dans l'ensemble par sa fidélité au prince : elle s'oppose à la commise royale en 1379, vole au secours d'un duc menacé par les Penthièvre en 1420, prête serment quand on le lui demande (1437) : l'analyse de Michel Nassiet indique clairement que la proportion des défaillants aux montres de guerre est faible chez les nobles de petite et de moyenne aisance, aptes à servir en armes28 Cette noblesse collabore d'autant plus volontiers qu'elle doit sa survie au prince ; une partie non négligeable du groupe tient même son statut privilégié de la générosité politique d'un duc qui distribue assez largement les lettres d'anoblissement et plus encore les franchises, première étape vers la noblesse. Un échange de bons procédés en quelque sorte. Ajoutons que cette noblesse n'a pas d'ambitions politiques, en tout cas pas au point de menacer l'État.

  • 29 21 barons et bannerets en Bretagne en 1350, selon P. Contamine, La noblesse..., op. cit., p. 83 ; 3 (...)
  • 30 Cette appréciation domine pourtant encore dans certaines histoires de Bretagne, cf. Hervé Martin, J (...)

21Au contraire, la haute aristocratie, c'est-à-dire une infime minorité de familles - une vingtaine peut-être29 - se pose ouvertement en rivale des Montforts, dont elle conteste les prétentions à la souveraineté. Il faut dire que la dérive étatique de la principauté bretonne se traduit inévitablement par une remise en cause de ce que cette haute noblesse considère comme ses privilèges ancestraux : droits de justice, vidés de leur sens par la procédure d'appel ; droit d'imposition, réduit à néant par le monopole fiscal que s'arroge le duc dès 1365 ; droits de fortification et de mobilisation, désormais l'une et l'autre réservées au prince. La compétition se déroule donc bien au niveau de l'État puisqu'il en va de la souveraineté du duc en son duché : c'est ainsi qu'il convient d'interpréter la lutte de Jean IV et Clisson à la fin du xive siècle, et non comme une simple « querelle féodale30 », c'est ainsi qu'il faut comprendre l'affrontement avec les Rohan, et plus encore les Penthièvre au début du xve siècle.

  • 31 Voir la série des lettres faisant référence à la lèse-majesté dans René Blanchard, Lettres et mande (...)
  • 32 Barthélemy-A. Pocquet Du Haut-Jussé, « Une idée politique de Louis XI, la sujétion éclipse la vassa (...)

22Le prince ne recule devant aucun moyen pour faire plier cette aristocratie et lui faire admettre le langage de l'État. Il utilise la contrainte de justice et l'emprisonnement, voire la force, c'est-à-dire la guerre et la confiscation de biens. Il n'hésite pas à utiliser à son profit la notion souveraine de lèse-majesté, notamment au lendemain de l'attentat perpétré par les Penthièvre contre Jean V en 142031. D'une certaine manière, en Bretagne comme en France, la sujétion tend à éclipser la vassalité, pour reprendre une heureuse formule32. Mais le duc épuise aussi et surtout toutes les ressources de la séduction, car le temps des Montforts ne fut ni un temps de conflit permanent ou généralisé ni une époque de guerre civile endémique. Le prince associe la noblesse aux profits de la fiscalité, partage l'impôt avec elle, la comble de pensions ; il l'autorise et l'aide à maintenir en état ses forteresses, sans préjudice des droits ducaux ; il lui donne ses filles ou ses nièces en mariage, lui offre des médailles ou plutôt les colliers de ses ordres de chevalerie ; il l'appelle à des fonctions lucratives, à défaut d'être politiquement importantes, tout cela pour limiter la virulence de l'opposition aristocratique, faute de pouvoir la désarmer complètement.

  • 33 Voir ci-dessous la contribution déjà citée de M. Nassiet.
  • 34 Voir ci-dessous « Noblesse et pouvoir royal en Bretagne (années 1480-années 1540) ».

23Car cette grande noblesse est plus sensible à l'attrait des écus, quelle qu'en soit l'origine, qu'à toute autre considération. Consciente de sa déchéance politique et du risque que la politique des ducs fait courir aux biens et seigneuries qu'elle possède en France, elle saisit toute occasion de s'opposer au pouvoir en place. En 1373, elle seconde les efforts de Charles V pour mettre la main sur la Bretagne, et une partie de ses membres se solidarisent avec Clisson après 1380 ; en 1465, certains Grands — les Penthièvre notamment - choisissent le camp du roi contre celui des princes dans la guerre du Bien public ; après 1480, poussant à l'extrême une logique qui la conduit à préférer une autorité lointaine supposée moins gênante à un pouvoir ducal qui la bride et l'ignore en lui préférant dans ses conseils des hommes dépourvus d'ancêtres, des gens « ignobles » à ses yeux, ou venus d'ailleurs comme les princes de France réfugiés à la cour de François II, la haute aristocratie choisit délibérément de saborder le duché. Elle tend alors la main au roi et sollicite l'intervention française en Bretagne (traités de Montargis, 1484, et de Châteaubriant, 1487). Quelques remords, au demeurant intéressés, qu'aient pu avoir ses chefs à l'occasion, les Rohan -dont on lira plus loin les spéculations dynastiques et les ambitions politiques nullement dissimulées33 -, les Rohan-Guéméné, les Rieux, Laval, Châteaubriant, Avaugour n'ont guère brillé alors par leurs convictions bretonnes. Dépourvus d'états d'âme et de scrupules, et peu accessibles à l'idée nationale et à la notion d'intérêts communs du duché que les ducs se sont attachés à promouvoir, ils n'ont considéré que leurs intérêts personnels immédiats : en ouvrant leurs villes et leurs châteaux aux envahisseurs, en se joignant à l'armée française et en lui apportant le renfort de leurs vassaux directs, en commandant parfois des régiments entiers, ils ont participé à la ruine rapide de la politique d'indépendance et d'une dynastie ducale auxquelles la petite et moyenne noblesse, plus discrète dans la documentation sans doute, paraît être demeurée majoritairement fidèle jusqu'au bout, si l'on en croit les témoignages de ce temps. Juste retour des choses, les Grands n'ont pas retiré un profit immédiat de leur choix politique au lendemain du mariage français, mais ont dû attendre l'apaisement des passions et la normalisation de la situation à la génération suivante pour être pleinement associés à l'entreprise royale d'intégration du pays conquis au royaume, comme le souligne la contribution de Dominique Le Page34.

  • 35 Op. cit., p. XIII de l'édition de 1966, reproduite dans celle de 1985.

24Ces mots d'introduction ne visent qu'à souligner la richesse et les possibilités d'exploitation historique d'un sujet en apparence spécialisé mais qui entraîne le chercheur bien au-delà des simples sphères aristocratiques car, comme le dit Jean Meyer, quand on parle de noblesse, « de proche en proche, c'est tout l'écheveau social qui se dévide35 ». Les communications — les neufs regards — qui suivent en fournissent la démonstration, que leurs auteurs se proposent de porter à la connaissance du public des recherches en cours, qu'ils tentent une synthèse de travaux publiés ou qu'ils s'attachent à développer des problématiques renouvelées grâce aux méthodes d'investigation de la sociologie ou de l'anthropologie sociale que les historiens savent fort bien aujourd'hui adapter aux exigences de leur discipline. La variété de leurs angles d'approche — des statuts juridiques et des liens d'homme à homme au cadre domestique, des choix politiques aux engagements économiques, des contrastes sociaux à l'idéalisation d'un modèle de vie -, les pistes de recherche qu'ils suggèrent, la qualité du débat suscité au colloque par leurs communications orales prouvent seulement que la discussion n'est pas close et que les dépôts d'archives de Bretagne et d'ailleurs conservent encore suffisamment de trésors pour alimenter plus d'un colloque dans un avenir proche.

Notes

1 Je retiendrai deux ouvrages plutôt destinés à un public universitaire qui, pour la période médiévale, font le point des connaissances et témoignent des manières nouvelles d'aborder le sujet : Martin Aurell, La noblesse au Moyen Âge (ve-xve siècle), Armand Colin, Paris, 1996 ; Philippe Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, PUF, Paris, 1997.

2 Il m'a paru intéressant d'y ajouter deux textes, ceux de Michel Brand'Honneur et de Frédéric Morvan, dont les auteurs n'ont pas pu prendre la parole à Guingamp, faute de temps ; ils apportent un éclairage sur une époque de l'histoire nobiliaire qu'il aurait été fâcheux de ne pas aborder dans ce recueil, celle des temps féodaux.

3 En Bretagne, après les nombreuses études consacrées aux hommes et aux familles nobles au xixe et au début du xxe siècle par des érudits comme Couffon de Kerdellec'h, Potier de Courcy, Kerviler, Frotier de la Messelière..., dont on retrouvera les mentions dans les textes publiés ci-dessous, la Bretagne a renoué, dans la seconde moitié du xxe siècle, avec la tradition des études sur l'aristocratie par le biais de la recherche universitaire : faute de pouvoir les citer tous, je me contenterai de mentionner, aux origines, le travail pionnier de Jean Meyer, La Noblesse bretonne au xviiie siècle, EPHE, Paris, 1966, rééd. EHESS, Paris, 1985, et la thèse de Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté : La petite noblesse en Bretagne, xve-xviiie siècle, SHAB, Rennes, 1993, rééd. 1998, deux ouvrages dont les rééditions attestent le succès.

4 L'appellation d'infanzon, primitivement réservée aux cadets de grandes familles, et qui tend à s'effacer devant celle plus générale d'hidalgo, va dans le même sens. Voir notamment la contribution de Marie-Claude Gerbet à l'Histoire des Espagnols, publiée sous la direction de Bartolomé Benassar, t.I, vie-xviie siècle, Armand Colin, Paris, 1985, p. 253-260 (« Nobles et vassaux ») ; Denis Menjot, Les Espagnes médiévales. Hachette, Paris, 1996, p. 140.

5 On trouvera de nombreux exemples de ce fait dans les livres de réformations des feux de Bretagne, dans lesquels les commissaires enquêteurs, envoyés par le duc pour établir les listes de contribuables, enregistrent les prétentions d'un certain nombre de nobles « débattifs », qui tentent de faire reconnaître leur noblesse parleurs co-paroissiens en se référant au statut de leur père, cf. plusieurs exemples publiés à partir des réformations de l'évêché de Léon (Bibliothèque municipale de Saint-Brieuc, ms. 34) dans Myriam Le Gall, Les manoirs dans la presqu'île saint-politaine (xve-xvie siècles), mémoire de maîtrise dactylographié, Brest, 1997, p. 202-203 (Sibiril) ; autres références, d'après les registres de réformation (Archives départementales de la Loire-Atlantique [ADLA], enquêtes détaillées, B 2977-2986, et réformation générale, B 2988) dans Jean Kerhervé, L'État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l'argent et les hommes, Maloine, Paris, 1987, p. 558-563.

6 La règle de l'anoblissement automatique du non noble accédant à une sergentise d'armes est rappelée en 1410 par Charles VI ; pour les secrétaires, la décision de les anoblir avec leur descendance est prise en 1484, P. Contamine, op. cit., p. 72-74.

7 Elle ne date que de la seconde moitié du xvie siècle semble-t-il, même si l'anoblissement par l'office devient une réalité dès le début de ce siècle, P. Contamine, ibid. ; M. Aurell, op. cit., p. 141-143. De même, ce qu'on qualifie de « noblesse de beffroi » ou de « noblesse de cloche », c'est-à-dire l'anoblissement par l'exercice des charges municipales, attesté dès le xive siècle, reste une exception.

8 Voir ci-dessous « La notion de noblesse à travers l'étude de la chevalerie : débat d'idées et problèmes de méthodes ». La réponse à la question n'est pas sans rapport avec l'idée que se font les spécialistes de l'évolution générale de la société et des pouvoirs aux premiers temps féodaux, cf. Dominique Barthélemy, La mutation de l'an Mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des xe et xie siècles, Fayard, Paris, 1997.

9 Voir ci-dessous « Le Livre des Ostz (1294). Un éclairage sur les rapports du duc avec la noblesse de Bretagne à la fin du xiiie siècle ».

10 P. Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Étude sur les armées des rois de France. 1337-1494, Mouton, Paris - La Haye, 1972.

11 On en trouve une claire illustration dans les lettres d'anoblissement qui mettent en avant les services rendus à la guerre. De même, les registres de réformation fiscale montrent les candidats à l'exemption et à la noblesse exhiber leurs services militaires et, à l'inverse, les contestations de leur statut auxquelles s'exposent ceux qui se dispensent d'aller à la guerre. En voici quelques exemples parmi tant d'autres contenus dans ce type de sources : à Guissény, en 1427, « Geffroy Courtois, combien qu'il est noble de nativité, n'a point de faculté et est demouré sans estre allé en cet veage (de guerre) » ; il voit son exemption fiscale contestée ; de même « Yvon Goff, se disant noble, et [parce que] les siens poyoient, et ne poye ne ne sert en faict d'armes », doit affronter les réticences de ses co-paroissiens à admettre sa noblesse, cf. Isabelle Parc, Les manoirs du pays des Abes aux xve et xve siècles, mémoire de maîtrise dactylographie, Brest, 1996, annexe I, p.196. Tout aussi élcairante est la remarque faite par le commissaire enquêteur à propos d'Yvon Kergoulouen de Sibiril, en 1443, qui a fait quelques entorses à l'idéal nobiliaire, se muant en maçon en temps de paix : « L'on trouve, par la dépositiones thesmoigns cy apres ;qe ledict Yvon est extraict 'aucunes lignes de noble et par especial devers son pere ; bien est vray qu'il s'est entremis d'euvrer en pierre de taille au temps que son pere vivoit et, neantmoings, il a toujours esté exempt et son pere avant lui ; et sert à la guerre es mandements de monseigneur, avecq les aultres nobles du pays quand le cas advient », cf. par M. Le Gall, op. cit., p. 202.

12 Les réformations du xve siècle en sont à nouveau une excellente illustration : l'un des arguments de Perrot Kermadec, de Nostang, qui voulait « démontrer » sa noblesse, en 1441, était qu'il possédait un beau domaine « bien appartenancé de terres arables et autres terres, quelles doivent suffire pour la provision et sustenance d'un gentilhomme », ainsi qu'une belle maison, bien appareillée de pierre et ornée « de belles cheminées ainxin qu'il appartient à menoir de noble homme », ADLA, B 2985. Pour une approche plus générale, Le manoir en Bretagne. 1380-1600, sous la direction de Claude Mlgnot et Monique Chatenet, Cahiers de l'inventaire, Paris, 1993.

13 Voir ci-dessous « Entourage ducal et manoirs au xve siècle : architecture et manières d'habiter », et « La noblesse bretonne au xviiie siècle : les tiraillements de la modernité ».

14 . 133323 pièces d'or entreposées au château de josselin, dont 109053 francs, 11 857 écus, 9 539 moutons, 993 guyennois, 866 florins, 611 nobles, 404 réaux, Peter Lewis, La France à la fin du Moyen Age, Hachette, Paris, 1977, p 305.

15 Pour la dernière approche de la fortune et du train de vie d'un personnage qui a suscité d'intenses polémiques, P. Contamine, La noblesse..., op. cit., p. 101 et 124-128.

16 Voir ci-dessous « La noblesse commerçante nantaise (xviie-xixe siècles). Une noblesse ouverte ? »

17 Voir ci-dessous « Rémanences et mondanités : la noblesse malouine de 1846 à 1914 ».

18 J. Kerhervé, « Le domaine ducal de Guingamp-Minibriac au xve siècle. Étude de comptes », Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1978, p. 123-184 ; M. Nassiet, Noblesse et pauvreté..., op. cit. À titre de comparaison, on se référera notamment à René Verdier, Gentilshommes du sud du Dauphiné (xive siècles), mémoire d'habilitation inédit, Université de Lyon III, 1997 ; Pierre Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en Basse-Auvergne du xive au xvie siècle, Clermont-Ferrand, 1980 ; Marie-Thérèse Caron, La noblesse dans le duché de Bourgogne, 1315-1477, Lille, 1987.

19 Cité par M. Aurell, op. cit., 134.

20 Peter Spufford, Money and its use in medieval Europ, CUP, Cambridge, 1988, p. 298.

21 Supra, note 1.

22 Dans le centre et le midi de la France, le pourcentage du groupe nobiliaire est particulièrement élevé : 3,7 % en Provence et même jusqu'à 6 % dans les campagnes ; 3,4 % dans le district de Clermont-Ferrand. On atteint 10 % dans certains pays slaves comme en Castille, 15 % en Navarre ; la densité nobiliaire s'élève même à 80 % de la population au nord de l'Espagne, dans les montagnes cantabriques où abondent les hidalgos-paysans, aisés ou non, M. Aurell, op. cit., 135, M.-C. Gerbet, L'Espagne au Moyen Âge, Armand Colin, Paris, p. 196. En Bretagne, le nombre des familles aristocratiques reste important jusqu'aux dernières décennies du xviie siècle où la déchéance sociale et surtout la rigueur croissante du contrôle royal des titres parallèle à la stabilisation de l'intendance et à la progression de la fiscalité (capitation) le font baisser rapidement : 6 000 « maisons » en 1668, 4000 familles en 1696, 3200 en 1710, 2800 en 1750, cf.], Meyer, op. cit., p. 15 et 71.

23 Cartes de répartition dans J. Kerhervé, L'État breton..., op. cit., t. II, p. 599, et dans J. Meyer, op. cit., t. II, hors-texte.

24 Bibl. mun. de Saint-Brieuc, ms. 34, fol. 235-236.

25 Pour un bilan récent et fort bien documenté de l'évolution économique et sociale du royaume au Moyen Âge, voir Élisabeth Carpentier, Michel Le Mené, La France du xie au xve siècle. Population, économie société, PUF, Paris, 1996, notamment p. 463-468 : « Une noblesse sur la défensive ». On ne saurait oublier les livres pionniers de Robert Boutruche, La crise d'une société ; seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent ans, Strasbourg, 1963, et de Guy Bois, La crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du xive siècle au milieu du xvie siècle Paris 1976.

26 Voir ci-dessous « Grands seigneurs de cour et gentilshommes provinciaux en Bretagne entre 1550 à 1650 ».

27 Ce sont ces nobles qui ont fourni leurs troupes les plus fidèles et les plus combatives aux connétables bretons de la guerre de Cent Ans, Du Guesclin d'une part, et plus encore Richemont, cf. Christian Dutot, Arthur de Richemont (1393-1458) et ses Bretons, mémoire de DEA dactylographié, Brest, 1992.

28 Voir ci-dessous « Fidélités et perspectives dynastiques dans la noblesse bretonne lors de la crise de succession (1470-1491) ».

29 21 barons et bannerets en Bretagne en 1350, selon P. Contamine, La noblesse..., op. cit., p. 83 ; 3 comtes, 9 barons, 18 bannerets en 1434, à en croire l'archevêque de Tours, Philippe de Coëtquis, défenseur des intérêts bretons au concile de Bâle, cf. Heribert Müller, « Un Breton dans l'Europe du xve siècle ; Philippe de Coëtquis, évêque de Saint-Pol-de-Léon et archevêque de Tours », dans 1491. La Bretagne, terre d'Europe, actes du colloque international de Brest (octobre 1991), réunis par Jean Kerhervé et Tanguy Daniel, Brest - Quimper, 1992.

30 Cette appréciation domine pourtant encore dans certaines histoires de Bretagne, cf. Hervé Martin, Jean-Pierre Leguay, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale. 1213-1532, Ouest-France, Rennes, 1982, p. 129, où le terme de « querelle » revient à deux reprises dans un schéma d'interprétation général qui privilégie le passionnel au détriment du politique.

31 Voir la série des lettres faisant référence à la lèse-majesté dans René Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, de 1402 à 1442, Société des Bibliophiles bretons, Nantes, 1889-1895, n° 1403, 1409, 1431 et surtout 1456. L'article fondamental sur la question est celui de Michael JONES, « "Bons Bretons et Bons Françoys" : the Language and Meaning of Treason in Later Medieval », republié dans The Creation of Brittany. A Late Medieval State, The Hambledon Press, Londres et Ronceverte, 1988, p. 329-350 (343).

32 Barthélemy-A. Pocquet Du Haut-Jussé, « Une idée politique de Louis XI, la sujétion éclipse la vassalité », Revue historique, t. 226, 1961, p. 383-398.

33 Voir ci-dessous la contribution déjà citée de M. Nassiet.

34 Voir ci-dessous « Noblesse et pouvoir royal en Bretagne (années 1480-années 1540) ».

35 Op. cit., p. XIII de l'édition de 1966, reproduite dans celle de 1985.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540