Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le patrimoine

 | 
Maria Gravari-Barbas

3e partie. Habiter c'est aussi recevoir. le rapport à l'altérité

Le phénomène en France des châteaux prives recevant des hôtes : une innovation issue du Val de Loire

Jean-René Morice

Texte intégral

1L’ouverture au public a marqué un tournant dans l’histoire du château. Aujourd’hui, les initiatives ne manquent pas : le château à visiter, lieu d’exposition, de concert ou encore loué pour des réceptions. Un mode d’accueil original s’est largement développé depuis quelques années : la pratique de la chambre d’hôtes au château. C’est un hébergement marchand qui propose en demeure privée à tout touriste de passage, le couchage et éventuellement la restauration. Rares sont cependant les châteaux susceptibles d’accueillir d’emblée la clientèle dans les meilleures conditions possibles. Aussi faut-il équiper pour bien recevoir tout en maintenant le caractère d’antan des lieux.

2Le château a toujours été quelle que soit sa fonction – militaire, politique, agrément – un lieu de résidence. Plus encore, le château a de tout temps joué un rôle d’accueil auprès des dignitaires en déplacement. Quel château n’a pas une chambre portant le nom d’un ancien suzerain ou autre personnalité historique qui y aurait séjourné le temps d’une soirée ? De cette tradition d’héberger, le château garde en souvenir la coutume que ces voyageurs, alors hôtes, soient reçus comme des amis. Aussi, proposer aujourd’hui de loger des touristes à l’intérieur de châteaux ne semble pas complètement dénué de fondement avec le passé.

3Le développement d’une offre commerciale d’hébergement au château en France se serait généralisé dans les années 1950 à travers l’hôtellerie. Pour ce qui est de la pratique de l’accueil d’hôtes payants au château, elle semble s’être organisée plus tardivement. Il faut en effet attendre véritablement 1980 pour que la notion de château privé recevant des hôtes s’affirme concrètement en France (Morice, 2001 : 250), avec la création de l’association « Château Accueil ». Est alors revendiquée la garantie d’une atmosphère familiale, en contraste du confort standardisé de l’hôtel. Si l’initiative est bien de dimension nationale, la concentration des propriétés s’inscrit toutefois majoritairement le long de la Loire, donnant au départ à l’activité un caractère très Val de Loire.

L’ACCUEIL D’HÔTES AU CHÂTEAU

Un hébergement touristique marchand

4Il est important de souligner que l’activité de chambre d’hôte se déroule dans des châteaux privés, c’est-à-dire des demeures dont la fonction principale est d’être à usage privé et qui entendent le rester, a contrario de la formule château-hôtel. Les propriétaires habitent leur demeure et accueillent eux-mêmes leurs hôtes. Tout est fait pour que les invités d’un soir soient à leur aise et reçu dès leur arrivée comme des intimes. Cette forme de location se distingue de la chambre d’hôte classique par la qualité du décor proposé mais aussi par une capacité d’accueil souvent plus importante, des tarifs plus élevés et du château-hôtel par le critère législatif. Classée comme meublé de tourisme, la chambre au château assure à la nuitée le couchage et le service du petit-déjeuner. La table d’hôte peut être un complément facultatif. Aménagé de manière haut de gamme, chaque chambre ou appartement dispose impérativement et en accès direct d’une salle de bains et de toilettes. C’est toute une demeure qui est offerte aux hôtes : du hall d’entrée à la salle à manger, de la bibliothèque à la salle de billard, du salon à la chambre.

  • 1 Sont considérés loueurs professionnels les personnes qui sont inscrites au Registre du Commerce et (...)

5Si le souci est bien d’abriter l’hôte de passage dans les meilleures conditions possibles, voire comme un ami, la pure philanthropie n’est pas ici de mise puisqu’il s’agit de recevoir des hôtes à titre onéreux. Toutefois, l’idée doit coûte que coûte s’effacer derrière la qualité d’une convivialité et d’une hospitalité irréprochable. Nombre de propriétaires exercent l’accueil chez l’habitant de manière informelle et non en qualité de travailleur indépendant. La législation admet en effet l’existence de loueurs non professionnels, dès lors que leur chiffre d’affaires demeure en deçà d’un certain seuil1. Les recettes réalisées sont déclarées accessoires et n’imposent pas au propriétaire une inscription au Registre du Commerce et des Sociétés supposant ensuite l’assujettissement à la taxe professionnelle. Seuls sont véritablement exonérés d’imposition les propriétaires dont les recettes annuelles sont inférieures à 800 euros, soit à notre connaissance peu de châteaux.

Une demeure aux décors anciens

6L’esthétique de chaque maison constitue le fondement même de l’offre d’hébergement au château. Le château est d’autant plus attractif qu’il présente une forte ancienneté, surtout si cela l’amène à être partiellement ou totalement classé, preuve suprême de son indiscutable valeur patrimoniale. La présence sur place d’éléments remarquables et emblématiques conforte l’envie d’y être hébergé : présence de mobilier d’époque, de pièces d’apparat, de portraits monumentaux aux murs, de boiseries et cheminées remarquables. Plus que de simples biens matériels, la qualité de l’ameublement contribue pleinement au rayonnement de la maison. Tout doit concourir à donner une atmosphère de « château ». Le souci du maître des lieux est bien de proposer un cadre patiné par le temps. Tout est construit comme un scénario : le décor existe, il s’agit de le mettre en scène. Aussi, le propriétaire continue-t-il de vivre de son domaine, non plus des terres et de l’agriculture, mais du monument et de son histoire. Pour l’hôte de passage faisant le choix d’une chambre au château, la notion de séjour en demeure de caractère est importante tout comme l’attente de partager le plus intimement possible la vie d’une maison de famille.

7Le fait de conserver et d’entretenir le patrimoine est une préoccupation commune à tous les propriétaires. Le bon état de l’ensemble garantit au château une bonne image de marque et surtout l’arrêt de visiteurs confiants d’y trouver un accueil des plus sérieux. Afin de proposer à la clientèle des ensembles architecturaux les plus authentiques possibles, les propriétaires n’hésitent pas à supprimer les éléments disgracieux initiés par les générations passées et qui, par leur accumulation, dénaturaient bien souvent le site : du hangar métallique au crépi ciment inadapté. L’engagement vers un accueil d’hôtes est donc l’occasion pour les propriétaires de se contraindre à se lancer dans un programme d’embellissement du château. À l’instar de toute structure d’accueil recevant du public, le château doit répondre aux attentes de la clientèle, celle-ci étant très exigeante quant au confort attendu. Bon nombre de châteaux étaient entrés dans la deuxième partie du xxe siècle sans chauffage ni salle de bains. Cette ouverture au tourisme incite donc à l’équipement. Cela représente pour le château la certitude d’un minimum d’ajustements, gage à terme de sa pérennité et de son intégration dans la société contemporaine, en tant qu’habitat alors adapté aux besoins d’aujourd’hui. À l’aide de plans et d’illustrations, les propriétaires, fiers de leurs réalisations, n’hésitent pas à présenter aux hôtes ce qu’était autrefois le château et surtout ce qu’il est devenu : une maison pleine de caractère au confort moderne.

8Bien au-delà du simple fait d’offrir aux hôtes l’accès à un site d’exception, l’ambition est de proposer une halte calme et reposante. Non seulement le propriétaire accueille, mais plus encore il fait partager l’exclusivité d’une maison. Le château est alors animé, fréquenté et convoité tel qu’il l’était auparavant. Une des caractéristiques de cette formule d’accueil fait qu’elle attire toute une clientèle étrangère, européenne et outre atlantique, intéressée par l’histoire et la culture. L’objectif est bien de redonner vie à une maison qui a perdu pour beaucoup le faste qui lui allait. Est alors attribuée au château, au travers d’une tradition réinventée, l’image d’un hébergement de qualité à forte valeur culturelle et émotionnelle. Tout est fait pour que l’hôte d’un soir vive un moment unique en rupture avec son quotidien. Une autre manière en quelque sorte de visiter et de pratiquer le patrimoine.

Figure 1 : Vues intérieures du château des Briottières (Champigné, Maine-et-Loire)
Grand Salon
Chambre de l'étang
Chambre rose
Salle de bain de la chambre rose

L’INVENTION DU SÉJOUR EN CHÂTEAU

Une pratique au départ informelle

9L’hôtel aurait pour ancêtre le relais de poste permettant lors des déplacements le repos et la restauration des voyageurs et de leurs montures. De confort souvent modeste, ce point d’accueil se situait le long d’un axe fréquenté, généralement à proximité d’une agglomération et était adapté à un hébergement de très courte durée. Pour ce qui est de l’établissement hôtelier offrant un certain confort, tel qu’il est conçu de nos jours, il prend forme dans la deuxième moitié du xviiie siècle (BOYER, 1996 : 32). Plutôt réservé aux classes aisées, il se généralise au xixe siècle. L’essor des stations thermales et balnéaires a joué un rôle essentiel. La construction de palaces à l’architecture majestueuse, parfois proche du château, marque le début de l’hébergement marchand en demeure de prestige. La multiplication des voyages au xxe siècle, principalement après la seconde guerre mondiale, confirme ensuite l’expansion des métiers de l’hébergement et contribue à une diversification des formes de séjour.

10Par tradition, le château a été de tout temps un espace d’accueil pour l’ami de passage ou la famille en quête d’un retour aux sources. Cela restait néanmoins dans un cercle très privilégié et n’impliquait pas de transaction. À partir du xviiie siècle, le château confirme cette vocation et devient, à l’occasion d’événements particuliers ou lors de la belle saison, un lieu privilégié pour les rendez-vous familiaux, un point de rencontre et de retrouvailles pour les amis dispersés, mais également un endroit où se jouent les relations mondaines, où chacun se doit d’être invité. De cette période, résulte du château, en tant que résidence temporaire, l’origine du concept moderne de la résidence secondaire, faisant de l’espace rural un espace d’agrément réservé à une élite qui reçoit. Aristocrates et grands bourgeois prennent avec le château leurs quartiers d’été. La notion de maison de vacances prend effet (Boyer, 2000 : 137-138). Ce besoin de résidence champêtre génère alors en France un premier marché de la location rurale :

« Une différence existe entre la bourgeoisie de province et celle de Paris ou des grandes métropoles. La première séjourne à la campagne dans ses propriétés. La seconde a peu de domaines, elle ne pourrait en surveiller l’exploitation. Elle loue donc, pour les vacances, des maisons à la campagne... » (Rauch, in Corbin, 1995 : 95).

11C’est ainsi qu’en 1898, s’organise une société de location spécialisée dans la maison rustique (CNRTER, 1998 : 1). Il faudra par la suite attendre la création de Gîtes de France, en 1955, pour que la proposition de meublés saisonniers en espace rural soit effective et généralisée.

La naissance d’un concept

  • 2 Le nom de l’enseigne rappelle l’histoire au xvie siècle du cardinal Wolsey, bon vivant renommé et c (...)

12La tradition de l’accueil d’hôtes payants s’est généralisée et professionnalisée au début du xxe siècle dans les pays du nord de l’Europe et tout particulièrement en Grande-Bretagne (CNRTER, 1998 : 1). Ce fut un moyen original pour les propriétaires de maisons anciennes et confortables de tirer des revenus d’appoint, tout en donnant la possibilité à un large public de passer des vacances selon des prix de séjour adaptés à leur pouvoir d’achat. Rapidement, cette pratique de combiner une hospitalité en demeure de charme et un accueil très familial, est devenue une spécificité toute britannique. Pratique ancestrale en Grande-Bretagne, la réutilisation de monuments anciens en lieux d’hébergement a de tout temps existé. Cela concerne notamment la fondation du « National Trust » créé en 1895 et spécialisé dans la sauvegarde et l’animation des lieux historiques et naturels privés menacés. Très vite, les mises en valeur proposées font preuve d’imagination et complètent l’activité d’ouverture des sites. Sont implantées entre autres dans les annexes et les cottages, des structures d’hébergements destinées à accueillir les touristes de passage. Organisme plus récent, le « Landmark Trust » fondé en 1965 se propose également d’offrir, complètement ou partiellement à la location, des endroits uniques et originaux en vue de les faire revivre, du château aux tours crénelées au palais en forme d’ananas. Très rapidement se développent en Grande-Bretagne, maints réseaux associés à la location de meublés en maisons de style et historiques, à l’exemple aujourd’hui de « Wolsey Lodges2 ». Dans le domaine de l’hébergement de caractère, de conception cette fois très hôtelière, les Espagnols firent également acte de singularité, avec le développement dans les années 1920 d’une chaîne publique d’hôtels aménagés dans des bâtiments historiques, le fameux réseau national des « Paradores ». L’idée était de créer une série d’établissements hôteliers d’État dans des lieux de prestige, du couvent au château, où l’initiative privée trouvait peu rentable de s’y installer. Actuellement, le réseau comprend près de 90 établissements et communique sous l’intitulé « Vos châteaux en Espagne ».

13En France, l’histoire de l’hébergement au château a pour réel commencement l’année 1954, avec la création des « Relais de Campagne ». Si la démarche représente une première étape, les demeures toutes de caractère ne sont pas toutefois majoritairement des châteaux. Il faut attendre 1962 pour que la notion de château soit réellement mise en avant avec le lancement d’une chaîne qui se veut à l’esprit différent, les « Châteaux-Hôtels ». Le début des années 1970 met en avant de nouvelles organisations spécialisées dans l’hôtellerie de caractère : les « Hôtels Particuliers » en 1969 et les « Grandes Étapes Françaises » en 1972. À partir de 1975, tout s’accélère. Entre temps, en 1972, est créée en complément des « Relais de Campagne » un réseau exclusivement gastronomique, les « Relais Gourmands ». Très vite, cette multiplication d’enseignes incite les responsables de chaînes à se regrouper. La fusion des « Relais de Campagne », des « Châteaux-Hôtels » et des « Relais Gourmands » se traduit alors par l’apparition du label « Relais & Châteaux », sans pour autant être toujours des châteaux. En 1975, une autre chaîne volontaire va conforter le château dans son orientation hôtelière : « Châteaux Hôtels Indépendants et Hostelleries d’atmosphère », rebaptisée en 1993 « Châteaux et Hôtels Indépendants », puis en 1999 « Châteaux et Hôtels de France ». Cette nouvelle organisation se veut plus abordable contrairement à « Relais et Châteaux » qui aux goûts de certains hôteliers s’orientait alors trop vers le luxe. Avec moins de participants, la chaîne « Châteaux et Demeures de Tradition et Grandes Étapes des Vignobles » est apparue un an auparavant en 1974. La chaîne est également née de la contestation de certains membres de « Châteaux-Hôtels » d’être intégrés ou non à « Relais et Châteaux ».

LA CHAMBRE AU CHÂTEAU COMME INNOVATION

La concrétisation d’une offre

14Il apparaît clairement que, jusqu’au début des années 1980, l’activité d’hébergement au château en France existe principalement par l’hôtellerie. Si des châteaux pratiquent un accueil de type chambre d’hôte ou gîte rural, cela demeure beaucoup plus confidentiel et dilué dans une offre d’hébergement rural à la ferme. C’est en 1955, sous le patronage du ministère de l’Agriculture et du Secrétariat d’État au Tourisme, que naît la Fédération Nationale des Gîtes de France, sous la forme au départ d’une simple liste d’environ 200 gîtes en 1956, qui à partir de 1957 s’est transformée en un véritable annuaire de plus de 600 gîtes. Il faut attendre ensuite l’édition de 1968 pour que la notion d’hébergement de caractère soit réellement prise en compte. La particularité de « Gîtes de France » n’est pas de développer l’hébergement au château, mais plus largement les meublés de tourisme en campagne. Si au départ le label se cantonne uniquement au concept de gîte, à partir de 1970, la chambre d’hôte fait son apparition avec depuis 1991 une offre spécifique : « Chambres d’hôtes prestiges et gîtes de charme » qui met en avant des hébergements régionaux remarquables, du fait de leur architecture, de leur aménagement et de leur environnement. Beaucoup de ces demeures anciennes et confortables sont des châteaux et manoirs.

15Il a fallu attendre 1980 pour que la notion de châteaux privés recevant des hôtes s’affirme concrètement en France, avec la création de l’association « Château Accueil ». En point de départ, se place toutefois une première expérience : « Château Contact ». L’initiative engagée dès 1976 par Violaine Livry-Level du château d’Audrieu (Calvados) invitait de manière informelle une dizaine de propriétaires de belles demeures à intégrer un service de réservation spécialisé dans la vente de séjour en château. Un contrat d’engagement à la location liait ensuite les propriétés à l’agence. Aucune animation spécifique n’était réellement proposée aux contractants à l’exception de la promesse d’une commercialisation de leurs propriétés. La mise en place, peu de temps après, de l’association « Château Accueil » marque véritablement le début d’une réelle reconnaissance de l’activité. Plus qu’une simple offre touristique, c’est alors tout un réseau de propriétaires qui œuvrent conjointement et de manière associative, sous l’impulsion d’un Conseil d’Administration, à l’identification d’une nouvelle forme d’accueil touristique en France. La démarche offrait aux propriétaires non seulement l’assurance d’une promotion de leurs propriétés mais également la garantie d’un accompagnement dans leur réflexion d’aménagement. Au-delà de cette activité de soutien, l’association s’est par ailleurs positionnée sur le sujet de la chambre au château comme le principal interlocuteur auprès des pouvoirs publics et des opérateurs touristiques.

Figure 2 : Répartition en France du réseau Château Accueil en 1987

16Filiale dès sa création de la « Demeure Historique », « Château Accueil » en tant qu’organisation nationale régie par une charte de qualité définissant les conditions générales d’adhésion reçut rapidement l’appui de l’ensemble des associations de protection du patrimoine à l’instar des « Vieilles Maisons Françaises » et des « Amis du Patrimoine ». Partant du constat que les actions culturelles jusqu’ici jointes à l’activité de visite se révélaient souvent insuffisantes pour assurer l’entretien efficace des demeures et de leurs parcs, « Château Accueil » se proposait alors d’organiser et de généraliser une formule plus originale et plus rémunératrice, la réception d’hôtes payants : faire découvrir et partager à des voyageurs étrangers le goût des maisons de famille et de revaloriser ainsi la tradition d’accueil de ces dernières. Le séjour en château privé se distingue alors de l’hôtellerie par son côté plus personnalisé où les hôtes d’un soir sont reçus par le propriétaire lui-même.

17Dès 1982, l’association « Château Accueil » édite un guide qui regroupe une quinzaine de propriétés pour l’essentiel rattachées aux territoires qui bordent la Loire. Cinq ans plus tard, près de 45 demeures sont rassemblées avec une concentration de l’offre toujours très présente le long de la Loire (fig. 2 et 3). Axe touristique et culturel majeur en France, la Loire et ses affluents, de renommée internationale, ont sans conteste favorisé la diffusion du séjour d’hôtes en château privé. La part considérable de châteaux dans le Val de Loire comme potentiel de développement n’est pas la seule explication. L’activité a plutôt bénéficié dans cette partie de la France d’une image patrimoniale très forte et de flux touristiques déjà bien existants. Successivement présidé jusqu’en 1997 par des personnalités issues du Val de Loire, Chantai de Bonneval du château de Thaumiers (Cher) en tant que fondatrice, Marquis de Chénerilles du château du Gerfaut (Azay-le-Rideau, Indre-et-Loire) puis Paul Benoist du château du Plessis (La Jaille-Yvon, Maine-et-Loire), le réseau connut à partir de cette date pour raison financière la mise en sommeil de ses activités. Depuis 2003, le souhait de réorganiser une offre au travers d’une nouvelle publication a été engagé avec l’assistance de la chaîne « Châteaux et hôtels de France » dirigée par Alain Ducasse.

Figure 3 : Part des propriétés du réseau Château Accueil situées dans la Vallée de la Loire depuis 1982

La généralisation de réseaux spécialisés

18Afin de guider au mieux les touristes dans leur choix d’hébergement, un certain nombre de catalogues consacrés à la chambre au château s’est développé. Pour le consommateur, cette information indique clairement les caractéristiques et qualités du logement envisagé. Pour le professionnel, c’est un moyen de se faire connaître. Sans se cantonner au simple descriptif de la prestation, c’est l’atmosphère de la maison qui est avant tout présentée. Pour chaque lieu, l’histoire est racontée, le décor évoqué, le confort jaugé, le tout censé assurer une halte sans mauvaise surprise. À la fois pour profiter d’une notoriété et si possible d’outils commerciaux, la quasi totalité des propriétaires de châteaux proposant un accueil d’hôtes est ainsi affiliée à une marque plus ou moins reconnue. Si les appellations diffèrent, l’esprit demeure le même. L’existence de ces supports fait que l’activité n’est plus seulement une innovation mais se voit simultanément généralisée et pratiquée. Partant de l’expérience de l’association « Château Accueil », nombre d’initiatives aussi bien privées que publiques s’organisèrent et virent rapidement le jour. Les exemples ne manquent pas (fig. 4). Peuvent être citées comme opérations menées et spécialisées dans l’accueil d’hôtes au château, celles en 1984 de « Châteaux en Vacances » initiée par Christian Dromard, de « La vie de château en France » du journaliste Philippe Couderc, celles en 1988 de « Étapes François Cœur » du nom de son auteur, de « Nobles demeures et gens de tradition » du Comte de Kersauzon, celles en 1989 de « Châteaux d’en France » d’Hervé Le Houelleur, de « Karen Brown’s French Country Bed and Breakfast » du nom de son auteur, celles en 1990 de « La vie de Château » de Béraud de Vogüé, de « Bienvenue au Château » constituée par les Comités Régionaux du Tourisme de la France de l’Ouest -Bretagne, Normandie, Pays de la Loire, Centre, Poitou-Charentes -, celles en 1991 de « Gentilhommières de France » de Pierre-Etienne Vincent, de « Maisons d’hôtes de charme en France » des éditions Rivages, de « Chambres d’hôtes prestiges et gîtes de charme » du réseau Gîtes de France, celles en 1994 de « Alastair Sawday’s French Bed & Breakfast » du nom de son auteur. Depuis quelques années, se développent de nouvelles formes de réseaux promues uniquement par Internet, avec la création en 1996 de « Tout sur les châteaux » et en 1999 de « Château & Country ».

19Beaucoup de réseaux ont depuis disparu ou ont connu à l’instar de « Château Accueil » des problèmes de fonctionnement avec aujourd’hui un nombre de propriétés moins important que par le passé (fig. 3). Pour les autres réseaux, s’ils intègrent une grande part d’hébergement en château, ils se sont davantage positionnés sur la notion plus large de l’accueil en demeure de charme : du château à la fermette habilement redécorée. Seul le réseau interrégional « Bienvenue au Château », constitué depuis peu en association avec l’appui des Comités Régionaux du Tourisme de la France de l’Ouest, semble présenter un développement dynamique et continu et une sélection composée exclusivement de châteaux. Depuis 1990, le nombre de propriétés contenu dans le guide a été multiplié par 3. Un certain ralentissement peut être toutefois observé avec aujourd’hui une certaine stagnation de l’offre. Cela s’explique entre autres par une sélection plus stricte des propriétés et du principe de l’association de ne retenir à présent que des lieux d’exception. Il ne faut pas négliger non plus que chaque année un certain nombre d’adhérents quitte l’association. Plusieurs cas de figures peuvent être observés. Le manque de rentabilité pousse certains propriétaires, découragés par la tâche, à céder le bien dans lequel ils avaient investi. D’autres, plus âgés, exerçant l’activité depuis longtemps, désirent passer la main, sans pour autant qu’un seul des héritiers ne soit véritablement intéressé. Autre situation, certains châteaux avec le temps ne correspondent plus aux critères de la charte et sont donc amenés à quitter le réseau si aucun aménagement n’est réalisé. C’est sans compter sur les établissements qui, au fil du temps, se professionnalisent et qui, pour être en règle avec la législation, passent à l’hôtellerie, quittant de ce fait le réseau pour en choisir un autre plus adapté au nouveau concept de leur produit.

Fig. 4 : Évolution chronologique des réseaux spécialisés dans l’accueil d’hôtes au château en France

Fig. 5 : Évolution du réseau Bienvenue au Château depuis 1990

CONCLUSION

20Une offre touristique existe à partir du moment où elle est repérable. L’affirmation de l’hébergement touristique au château a donc connu un passage obligé : l’instauration progressive d’une image cohérente du sujet. Il est en effet nécessaire que le public sache à quoi cela correspond précisément. Cette reconnaissance sous entend la création de réseaux, clairement identifiés, et l’édition de brochures, utiles à la promotion du concept. Partant de cette logique, les prémices d’une offre concrète d’hébergement au château en France se développent dans les années 1950 dans un premier temps à travers l’hôtellerie. Et s’il existait déjà auparavant des hôtels ou encore des pensions de familles en château, cela demeurait anecdotique et concernait quelques sites isolés, dans des régions hautement touristiques ou de villégiature.

21Pour ce qui est des châteaux privés recevant des hôtes, la pratique est plus tardive, les années 1980. La constitution de l’association « Château Accueil » représente indéniablement une première étape. Très vite une particularité caractérise l’innovation : l’essentiel des propriétés qui constitue l’offre de départ est issu du Val de Loire. La multiplication d’organisations spécialisées sur le sujet confirme ensuite la démarche et participe à l’ouverture d’un habitat longtemps resté très privé. Encore aujourd’hui, nombre de réseaux continuent d’assurer la promotion du concept en France, à l’exemple de « Château Accueil » et de « Bienvenue au Château ». Les rares châteaux, qui au début des années 1970 proposaient le gîte et le couvert à l’hôte de passage, ne se distinguaient pas vraiment de l’hébergement touristique à la ferme, voire même s’y confondaient, ou demeuraient alors très confidentiels. Il faut véritablement attendre le milieu des années 1990 pour que la chambre au château se généralise et intéresse une clientèle toujours plus nombreuse et variée.

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie

Boyer M., 1996, L’invention du tourisme, Paris, Gallimard, 160 p.

Boyer M., 2000, Histoire de l’invention du tourisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 333 p.

Centre National de Ressources du Tourisme en Espace Rural, 1998, L’hébergement locatif en milieu rural, Dossier de synthèse, n° 26, Clermont-Ferrand, CNRTER, juillet 1998, 73 p.

Corbin A. (dir.) 1995, L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier, 471 p.

Morice J.-R., Les châteaux ruraux et l’hébergement touristique dans la France de l’Ouest, 2001, Thèse de doctorat de géographie, Études Supérieures de Tourisme et d’Hôtellerie de l’Université d’Angers (ESTHUA), 591 p.

Notes

1 Sont considérés loueurs professionnels les personnes qui sont inscrites au Registre du Commerce et des Sociétés au titre de l’activité de location meublée, et qui réalisent un chiffre d’affaires dépassant le seuil de 23 000 euros par an et par foyer fiscal, ou lorsque les revenus qui en résultent représentent plus de 50 % de leurs revenus.

2 Le nom de l’enseigne rappelle l’histoire au xvie siècle du cardinal Wolsey, bon vivant renommé et chancelier du roi, qui, lors de ses déplacements, attendait toujours d’être reçu de belle manière dans chacune des grandes demeures du royaume.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 1 : Vues intérieures du château des Briottières (Champigné, Maine-et-Loire)Grand SalonChambre de l'étangChambre roseSalle de bain de la chambre rose
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 2 : Répartition en France du réseau Château Accueil en 1987
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 3 : Part des propriétés du réseau Château Accueil situées dans la Vallée de la Loire depuis 1982
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 4 : Évolution chronologique des réseaux spécialisés dans l’accueil d’hôtes au château en France
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2284/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 5 : Évolution du réseau Bienvenue au Château depuis 1990
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/2284/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteur

Maître de conférences, Université d’Angers ESTHUA, CARTA, UMR 6590 ESO

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540