Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Militants catholiques de l'Ouest

 | 
Brigitte Waché

Première partie. Héritages

Les relations entre le clergé et les associations catholiques dans le diocèse de Coutances et d’Avranches au tournant des XIXe et XXe siècles

Marie-Véronique Malphettes-Salaün

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1À la fin du xixe siècle, le catholicisme se trouve mis en question en France à plusieurs niveaux. Sur le plan scientifique, l’apparition de nouvelles disciplines met en cause la vérité présentée par la Bible à propos des origines de la terre et de l’homme. Sur le plan philosophique, la synthèse comtienne, présente l’âge théologique comme le stade premier, mais dépassé de l’humanité, tandis que d’autres comme Hegel et Marx ont une approche matérialiste beaucoup plus radicale. Sur le plan politique, l’Église catholique se voit reprocher par la nouvelle génération scientifique et philosophique son alliance avec l’Empire autoritaire pour « barrer la route » à un Renan ou à un Littré.

2Durant les années 1870, la défaite contre la Prusse et la Commune ont contribué à nourrir, dans les milieux catholiques relayés par la presse religieuse, un discours apocalyptique et expiatoire. À l’heure de l’« ordre moral », le catholicisme reconquiert les hauts lieux monumentaux urbains comme le traduit le chantier de la construction de la basilique Montmartre en rapport avec la consécration de la France au Sacré-Cœur. Mais ces événements et leurs interprétations ne suffisent pas à endiguer une certaine désaffection pour la religion. Partout les églises se vident.

3Car cette période est aussi celle de la montée de l’anticléricalisme. Il ne faut pas sous estimer l’importance des luttes religieuses et scolaires au profit des luttes sociales et des conflits de classe. La chronologie de ces années est riche d’actes ouvertement anticléricaux. En 1901, la loi sur les associations met l’Église aux abois. En 1904, la loi interdisant l’enseignement à toutes les congrégations oblige bon nombre d’écoles à fermer ou à émigrer. En 1905, c’est la Séparation des Églises et de l’État. Seules la Grande Guerre et l’Union Sacrée contribueront à un certain mais bref apaisement.

4L’Église apparaît comme une forteresse assiégée et sur la défensive. Mais le pontificat de Léon XIII est marqué par une intense réflexion doctrinale sur les rapports entre l’Église et la société civile et politique, comme l’expriment les encycliques Rerum Novarum du 16 mai 1891, et Au milieu des sollicitudes du 16 février 1892.

5Nous assistons à une floraison d’œuvres, témoignage du lien intime qui unit le clergé avec son peuple de baptisés. L’Église ne veut plus être seulement la gardienne du dogme et des rites. Elle veut éduquer, cultiver, prendre en main les loisirs ; elle sait que l’adulte de demain ne sera pas le même que celui de la génération qui le précède.

6Le département de la Manche qui correspond au diocèse de Coutances et d’Avranches était au milieu du xixe siècle l’un des départements les plus peuplés de France. Ce n’est plus le cas à la fin du xixe siècle. Entre 1872 et 1911, la Manche voit sa population diminuer de 12 %.

Population de la Manche

Population de la Manche
  • 1 Cf. les recensements de 1886 et de 1911.

7À l’échelle de la Basse-Normandie, la Manche est le département le plus peuplé1, suivi du Calvados, puis de l’Orne. Ce département à domination rurale est sous-urbanisé ; seule la ville de Cherbourg dénote, à la fois par sa population et par son accroissement.

  • 2 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la IIIe R (...)
  • 3 Cf. les déclarations de Mgr Guérard, évêque en charge du diocèse durant la (...)

8Le département, tout en longueur, excentré du reste de la France connaît, à en croire A. Siegried, « des comportements sociologiques et politiques multiples quoique empreints d’un réel scepticisme et conservatisme2 ». Les habitants sont catholiques plus par tradition que par croyances. Le cléricalisme ne règne nulle part. Si toutefois le clergé se sent menacé3, la population se dresse pour le défendre. Mais la Manche est avant tout un pays d’ordre, qui ne connaît et n’admet, ni les fanatiques, ni les sectaires.

Un bouillonnement créateur

  • 4 Les principales sources utilisées sont :
    – Sources manuscrites :
    Archive (...)
  • 5 Ordo divini officii recitendi missaeque celebrandae (...)
  • 6 Créée le 19 septembre 1843.

9Cette étude4 porte sur la Sainte-Trinité de Cherbourg, grosse paroisse de centre ville, qui compte 17 156 habitants en 1905 et 22 364 en 19155. À partir de la deuxième moitié du xixe siècle, elle abrite plusieurs œuvres destinées surtout aux jeunes adultes : le cercle des œuvres sociales, le cercle ouvrier, la conférence Saint-Louis-de-Gonzague, ainsi que différentes confréries, une conférence de Saint-Vincent-de-Paul6, et un patronage, le patronage Saint-Jean. Les mêmes noms, les mêmes familles se retrouvent dans les différentes œuvres sur la longue durée. L’exemple retenu ici est celui de la conférence Saint-Louis-de-Gonzague.

10La conférence Saint-Louis-de-Gonzague est fondée en 1892 par le père Larousse qui veut donner aux paroissiens une sauvegarde pour leur foi. Elle est confiée à l’abbé Lebourgais. Le principe de cette conférence reprend les préceptes de Frédéric Ozanam qui insistait en 1834 sur la nécessité des œuvres comme moyen de rendre vivante la foi : les idées religieuses ne sauraient avoir de valeur si elles ne servent pas à agir.

11Au départ la conférence comprend deux groupes distincts : le groupe d’études et le groupe des pauvres. Tant que l’abbé Lebourgais en est le directeur, cela fonctionne, mais il est nommé chapelain à Saint-Pierre-Église et le relâchement est évident. De 24 membres on tombe à 4.

12En 1893, l’abbé Allix reprend la situation en main, en s’appuyant sur le groupe des pauvres. La conférence recrute des membres actifs. En 1894 : 8 membres ; 1895 : 11 membres ; 1896 : 15 membres ; 1897 : 25 membres ; 1898 : 35 membres (en moyenne par réunion). Il fait établir des statuts (ce qui est très important pour la cohésion du groupe, avec l’élection d’un bureau), instaure la fête du saint patron, un pèlerinage annuel. Les réunions ont lieu le soir, une fois par semaine. Il y a une réunion trimestrielle à laquelle sont invités les membres honoraires.

  • 7 Registre des procès-verbaux de la conférence Saint-Louis-de-Gonzague, (...)

13À plusieurs reprises, l’abbé Allix insiste sur l’indépendance absolue de la conférence sur le plan politique et tient à une rigueur de fonctionnement. L’assiduité est importante : tout membre absent est astreint à une amende de 25 centimes (il y a au cours des années, plusieurs démissions pour trop d’absences sans motif). Chaque membre doit visiter chaque semaine une ou des familles adoptées et doit leur donner un bon destiné à soulager leur misère. Il ne faut pas hésiter à parler avec les membres de la famille. « Il faut amener les pauvres à la pratique de la religion7. » Tous les mois, une messe est célébrée et tous les membres actifs et honoraires doivent y assister. Il faut assister aux messes d’inhumation quand elles concernent le membre d’une famille de conférencier ou d’une famille de pauvres. En 1892, on fait référence à environ 30 familles, en 1896, on parle de 16 familles. Elles sont désignées après qu’on a vérifié si elles sont vraiment dans le besoin. Régulièrement de nouveaux noms apparaissent, d’autres sont rayés avec avis motivé ou non.

14Les séances se déroulent toujours de la même façon. La réunion dure une heure, quelquefois plus, et se termine par une quête. Au fil du temps, les réunions et les procès-verbaux s’étoffent. Il y a d’abord le compte rendu de la visite aux pauvres avec commentaires. Ensuite le directeur de la conférence fait diverses lectures : (Conseils à la jeunesse, Comment rendre prospère une Conférence de Saint-Vincent-de-Paul, La vie du Curé d’Ars, Les mauvais livres, Pie IX). À la fin de l’année 1893, l’abbé Allix annonce que désormais, il y aura une discussion ayant pour but de réfuter les innombrables objections que les ennemis du christianisme font sans cesse. Les jeunes apprennent, lors des réunions, à argumenter sur des sujets aussi divers que : « Le prêtre est-il le juge et le médecin de nos âmes ? » ; « Le prêtre demande toujours de l’argent » ; « Le prêtre est présent auprès des malades pour les influencer et capter leur testament » ; « Il ne devrait pas y avoir de budget des cultes » ; « Les prêtres sont les ennemis du progrès » ; « La confession est une invention des prêtres » ; etc.

15Petit à petit, les procès-verbaux font également état de débats. Ces derniers ne sont ni sociaux, ni politiques, mais bien à fondement religieux, théologique ou moral : « La mortification nécessaire » ; « Les miracles de Lourdes » ; « Dieu tolère les iniquités des hommes » ; « La volonté » ; « Le courage » ; « Les mauvaises lectures » ; « Il faut lutter contre l’influence de Satan » ; « L’instruction religieuse » ; « Pie IX » ; « Saint Louis de Gonzague ». Quelques sujets tels « L’école neutre » ou « La franc-maçonnerie » font cependant exception. En 1898, plusieurs thèmes comme « Les solutions aux questions sociales les plus répandues » ou « L’Église et le progrès scientifique » manifestent une volonté d’ouverture sur les réalités contemporaines.

  • 8 Ibid.

16Les membres de cette conférence sont des jeunes de plus de 15 ans dont beaucoup travaillent. Cette structure met les gens en position de vivre leur foi. L’abbé Allix insiste : « Les pauvres ne sont pas des classes inférieures, mais des membres souffrants du Christ8. » C’est un premier pas vers une nouvelle façon de se sentir et d’être chrétien. On est acteur.

17En 1897, la conférence Saint-Louis-de-Gonzague est approchée par l’ACJF, mais elle préfère s’affilier à la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Il faut attendre 1902, pour qu’elle devienne une œuvre de jeunesse ordinaire, avec modification des statuts. En 1906, elle s’affilie à l’ACJF.

18Ces œuvres paroissiales ne sont pas fondées par des jeunes. Mais les jeunes y sont nombreux. L’ACJ est, elle, un mouvement dont les jeunes ont été les promoteurs ou du moins les principaux initiateurs.

Implantation de l’ACJF

  • 9 Registre paroissial de Periers, 1896-1954 (photocopie), p. 58.

19Avec les lois Ferry de 1881 et 1882, l’école devient gratuite, laïque et obligatoire. Comme l’écrit le curé de la paroisse de Périers dans son Mémorial (Journal de bord tenu par chaque curé) en 1906 : « Il fallait un antidote contre l’enseignement athée donné dans les écoles laïques, contre les préjugés et les mauvais exemples qui circulent partout jusqu’au sein des familles, contre les innombrables séductions que l’on se plaît à multiplier9. »

20Cet antidote a été trouvé. Le clergé occupe le temps péri-scolaire en créant et en développant les patronages. On y joue au football, on chante, on fait du théâtre, etc. Mais les patronages isolés ne servent à rien, les bonnes volontés risquent de se décourager par manque de perspectives.

21En 1892, un groupe de jeunes, parmi lesquels le vicomte de Gibon, sont à l’origine de l’Union Saint-Michel qui, au sud du département, concerne l’arrondissement d’Avranches. En tant que délégué de l’Union Saint-Michel, le vicomte de Gibon participe à Paris en 1894 au Conseil fédéral de l’ACJF. La même année est tentée l’organisation d’une union diocésaine placée sous la présidence d’Henri de Beaudrap, qui vise à fédérer la Jeunesse catholiques du diocèse. Mais faute de groupes assez nombreux et de propagande active, cette première union tombe en sommeil.

22En 1894, l’abbé Garnier, chef de file de l’Union nationale, vient à Cherbourg. C’est le point de départ d’une nouvelle naissance de la Jeunesse catholique. Cinq jeunes adultes rédigent les statuts de la Jeunesse catholique de la Manche (24 articles). Elle est affiliée à l’ACJF. Les buts sont précis : il s’agit de maintenir et fortifier la foi de ceux qui l’ont, de ramener à la foi ceux qui doutent, de s’initier également aux questions sociales (sur le plan du christianisme), de combattre les francs-maçons, les ennemis de la patrie et de la religion. Les groupes constitués au niveau paroissial, ou bien les membres isolés, prennent part à toutes les manifestations patriotiques et religieuses. Des réunions, des congrès ont lieu (La Chapelle-sur-Vire, Montebourg, Saint-Sauveur-le-Vicomte, Saint-Hilaire-du-Harcouët), avec plus ou moins de succès. Mais en 1900, la Jeunesse catholique marque à nouveau le pas. Elle reste en sommeil jusqu’en 1905.

23La Jeunesse catholique de la Manche réunit toutes les organisations de jeunes quels qu’ils soient.

Jeunesse Catholique de la Manche

Jeunesse Catholique de la Manche

Jeunesse catholique de la Manche

Jeunesse catholique de la Manche

24Lentement, les différents cercles d’études, s’affilient à l’ACJF, surtout à partir de 1905.

  • 10 UD : Union Diocésaine.

25Note 1010

  • 11 Sans compter les 20 groupes d’Avant-Gardes (soit 254 membres en 1914).

Cercles d’études11

Cercles d’études11

26Certes, dans certains départements, les effectifs de l’ACJF sont bien plus importants. Mais il reste que le succès est réel dans le département de la Manche et il semble bien que la personnalité des « pères fondateurs » y soit pour un large part.

27Il nous faut d’abord évoquer le vicomte Paul de Gibon (1863-1929), président de l’Union de la Jeunesse catholique de la Manche, membre de l’Union provinciale de Normandie, issu d’une vieille famille noble et militaire. Il grandit près de Granville, fait des études de droit. Il a pour Albert de Mun une profonde admiration ; il prend son parti de la démocratie et insiste parallèlement sur la nécessité de travailler au salut de ses contemporains. Cet homme est partout. Son nom est un sésame, son dévouement est légendaire, son ouverture d’esprit étonnante, sa foi ne fait aucun doute et est communicative (2 de ses fils seront prêtres). Il a 23 ans, quand est fondée l’ACJF par son ami Robert de Roquefeuil, 28 ans à la proclamation de l’Encyclique Rerum Novarum, 33 ans quand il fonde l’Union de la Jeunesse catholique de la Manche.

28Moins présent, mais toujours là, Robert de Roquefeuil (1863-1940) est le premier président de l’ACJF entre 1886 et 1897. Il est élève à Canterbury (en Angleterre), dans un « collège de l’exil », quand il est contacté par Albert de Mun, pour qui il faut absolument regrouper les forces catholiques, alors que les républicains au pouvoir ont expulsé les Jésuites et laïcisé l’enseignement primaire. Il faut coopérer au rétablissement de l’ordre social chrétien, rendre l’espérance aux ouvriers, arracher les bourgeois à leurs frivolités. Roquefeuil possède un château aux alentours de Saint James et a un mandat local : il est maire d’une petite commune dans le sud de la Manche. Roquefeuil et Gibon sont très liés (leur importante correspondance en témoigne).

29Il y a aussi des prêtres : René Roblot dit Jacques Debout (1872-1939) avec son ami Eugène Niobey (1872-1940). Tous deux « séminaristes conscrits », s’activent de part et d’autre pour créer, unir et faire avancer les jeunes catholiques de la Manche, au risque de passer pour de furieux républicains et de dangereux fanatiques. Crime impardonnable pour ce département très modéré.

30On retrouve ce même Roblot aux côtés de Marc Sangnier au début du Sillon. Ils partagent la direction du même patronage à Paris. René Roblot devint pour un temps le théoricien du Sillon, tâchant d’entraîner derrière lui ses amis de la Manche. En 1905 R. Roblot se détache de Marc Sangnier. Chacun part de son côté : Marc Sangnier, vers le militantisme politique tandis que René Roblot, collaborateur de la Vie Catholique, choisit la plume.

Mouvements de jeunesse :
militants catholiques ou cléricalisme caché ?

31Si Mgr Germain, évêque de Coutances et d’Avranches en 1896, donne sa bénédiction à l’Union de la Jeunesse catholique (non sans se faire prier), il n’en n’est pas de même pour son successeur en 1898, Mgr Guérard, bien plus circonspect.

32Pendant cette période la Jeunesse catholique se cherche, propose des congrès, des pèlerinages et rencontre beaucoup d’oppositions. D’abord au sein du clergé lui-même. En effet il semble qu’il y ait une opposition entre un clergé démocrate, républicain, formé de jeunes prêtres, brillants, bouillants, prêts à bousculer les idées reçues, et un clergé paroissial frileux, aux ordres d’un prélat peu enclin au réformisme. Ces différences se retrouvent chez les laïcs eux-mêmes. Effectivement nous rencontrons une réelle opposition entre des laïcs républicains démocrates qui revendiquent l’application de l’encyclique et la théorie du Ralliement et des laïcs que ces prises de position déroutent.

  • 12 Cf. lettre de René Levesque au Vicomte de Gibon (...)

33Le président du cercle des œuvres sociales de Cherbourg, ardent fondateur avec le vicomte de Gibon de l’ACJF dans le diocèse, tient des propos anticléricaux vis-à-vis de prêtres qui n’ont rien compris, qui ne conçoivent pas que l’éducation au christianisme passe par une ouverture à l’esprit social et critique12. De leur côté, les jeunes vicaires démocrates, mutés malgré eux, vitupèrent les directeurs de patronages qui refusent de s’affilier à l’ACJF et d’envoyer leurs jeunes aux pèlerinages et aux congrès. L’ostracisme est complet et mal vécu, les condamnations discrètes mais sans appel, font que beaucoup de prêtres n’osent pas s’engager.

  • 13 Lettre adressée au Vicomte de Gibon 15 juillet 1897.
  • 14 Lettre adressée au Vicomte de Gibon 23 juillet 1897.

34Le directeur de La Croix de Coutances n’est pas le dernier à émettre des doutes : « Je désapprouve les tentatives faites pour restaurer un régime disparu, mais je n’entends pas aller au-delà des concessions exigées par Léon XIII et faire de la foi en la république éternelle et parfaite un article de mon credo13. » Alfred Perrin, directeur de L’Avranchin, futur collaborateur de L’Ouest-Eclair et, dans un avenir un peu plus lointain, secrétaire général des Unions fédérales, n’est pas plus modéré : « Il faut absolument remettre à la raison cet étourdi de Roblot que tout le monde depuis l’abbé Garnier jusqu’aux abbés de Saint Hilaire [du Harcouët] considère comme un dangereux et un exalté14. » Durant cette première phase, la Jeunesse catholique végète et manque de disparaîre.

35En 1905, le Vicomte de Gibon, homme de compromis, décide de s’appuyer sur la volonté épiscopale. L’ACJF devient en quelque sorte le bras armé de l’évêque. Les affiliations arrivent en masse. Le message est maintenant clair. La politique et la république ne sont plus ressenties pareillement. Il y a séparation de l’Église et de l’État. Il faut changer son fusil d’épaule.

36La condamnation du Sillon par Rome est expliquée au sein du cercle d’études de la conférence Saint-Louis-de-Gonzague, comme le résultat d’une trop grande indépendance vis-à-vis de Rome. Le Sillon pour un temps bien installé à Cherbourg ne réussit pas à percer dans ce département malgré l’oreille attentive du vicomte de Gibon. L’expérience Degrées du Lou (fondation de L’Ouest-Éclair) l’a également séduit en son temps : en 1898, il a rencontré Degrées du Lou à plusieurs reprises. Mais personne dans ce diocèse n’est prêt pour une aventure de ce genre.

37Peut-être la loi de Séparation de 1905, avec ses excès et ses exagérations, a-t-elle resserré les liens entre des militants catholiques et leur évêque qui a défendu bien haut les couleurs de la foi.

« Constituer en France une élite de catholiques militants autour de laquelle se reforme une société chrétienne15 »

  • 15 G. Mairot, Congrès National de l’ACJF, 1907.

38Qui sont ces clercs et ces militants qui choisissent de travailler ensemble ?

39Nous avons travaillé sur un échantillon de 61 prêtres du diocèse et nous nous intéressons aux œuvres pour les plus de 15 ans.

40La grande majorité des aumôniers sont des vicaires ou bien des professeurs. Nous retrouvons quelques curés, mais ils sont peu nombreux. Ils ont en moyenne plus de 30 ans, même si nous remarquons une tendance au rajeunissement : 35 ans en 1910, 31 ans en 1914. Ils n’ont pas encore passé leur examen de cure (5 ans après la sortie du séminaire). Souvent ces jeunes prêtres aiment ce qu’ils font. Pourtant, sans leur demander leur avis, la hiérarchie épiscopale les nomme dans une autre paroisse. Ainsi en 1893, l’abbé Allix est directeur du cercle d’études de la conférence Saint-Louis-de-Gonzague. Il y reste jusqu’en 1900, date à laquelle il est nommé curé dans une petite paroisse. Il était très apprécié de ses jeunes qu’il a suivis pendant 7 ans. L’abbé Prodhomme le remplace jusqu’en 1903 ; il est alors nommé missionnaire ; il est donc resté pendant 3 ans. L’abbé Jugan qui lui succède reste sur place jusqu’en 1910, donc 7 ans. Il est à son tour remplacé par l’abbé Chaignon qui est encore là en 1914. Dans bien d’autres paroisses, les aumôniers ne restent que 2 ou 3 ans.

  • 16 Note sur les prêtres du diocèse par ordination, 1893-1920. Cahier manu (...)

41Le directeur de l’œuvre de jeunesse dépend de la taille de la paroisse. Dans les petites paroisses, là où il n’y a qu’un vicaire, ce dernier est « bombardé » directeur. La situation est différente pour les grosses paroisses, ou lors de la création d’un cercle d’études. En effet, le choix de l’aumônier n’est pas le fruit du hasard. En général, le sujet est brillant, déjà repéré au séminaire, pour ses idées, son jugement. Souvent le caractère est noté vif, peu souple, un peu difficile, et pour certains « très sensible aux idées nouvelles16 ». Au moment très difficile de la Séparation, certains n’hésitent pas à « ferrailler », à polémiquer. Beaucoup de personnalités religieuses du xxe siècle ont fait leurs « classes » dans les mouvements de jeunesse.

42Pour ce qui concerne les jeunes, nous avons travaillé à l’aide d’une grille de dépouillement, sur les 201 jeunes de la paroisse de la Sainte-Trinité de Cherbourg entre 1893 et 1915.

43L’œuvre, si elle se veut élitiste, ne l’est pas du fait de l’origine sociale. La JOC à Cherbourg sera bien implantée, en revanche les opinions de gauche restent toujours très modérées.

catégorie 1 : commis, domestique, employé
catégorie 2 : employés de l’arsenal
catagorie 3 : étudiants, instituteurs.

44Les obligations religieuses n’ont pas changé. Obligation d’assister à la messe et de s’y bien tenir, obligation de communion, etc. Ce qui change, ce sont les discussions et les conférences. Le mot d’ordre de l’ACJF n’est-il pas : « piété, étude, action » ? Les statuts sont formels. Les jeunes doivent préparer des conférences à partir de lectures. Il y a l’obligation d’un compte rendu écrit. C’est une véritable éducation à la prise de parole, à la responsabilité. Les propos doivent être de qualité, l’orateur doit faire vivre sa conférence. Les reproches sont étonnants de sévérité : le travail n’est pas assez préparé, les lectures n’ont pas été faites.

45Les thèmes de conférences sont bien différents depuis l’affiliation en 1906. Désormais, les questions sociales sont au premier plan : « Entente entre ouvriers et patrons » ; « L’alcoolisme » ; « L’organisation professionnelle » ; « Les catholiques allemands et la question sociale » ; « Le monopole de l’enseignement » ; « La cherté des vivres » ; « Les coopératives » ; « La théorie de Darwin » ; « L’Église et la dignité sociale de la femme » ; « La peine de mort » ; « Le syndicalisme ».

46La conférence Saint-Louis-de-Gonzague fut un nid à séminaristes, le cercle d’études ne semble pas l’être. La Grande Guerre décima les rangs du cercle d’études. Il faut donc attendre les années trente et au-delà pour peut-être voir se dessiner un renouveau.

47Ce qui est certain, c’est que l’élan est donné, l’habitude, de discussion, de propositions, de fraternité et de mieux-être est bien ancrée dans la nouvelle génération. En cela, ces mouvements de jeunesse ont été utiles ; ils ont permis de se situer différemment par rapport à la société. La société a dû faire confiance à sa jeunesse, qu’elle avait su éduquer.

48L’obéissance aux directives pontificales (les encycliques Rerum Novarum de 1891 et Au milieu des sollicitudes de 1892), la revendication affective de l’attachement à la patrie, la concurrence avec les associations laïques, le choc de la Grande Guerre, la conscience éternelle de devoir rester à la tête du troupeau pour le guider, tout cela a conduit le clergé à évoluer, à ne plus être seulement le gardien des traditions et des rites mais à prendre en charge une population pour l’éduquer, l’éveiller. Il en fut de même pour certains laïcs, comme l’exprime la formule lancée le 4 avril 1900 par Bazire, président de l’ACJF : « Nous sommes sociaux parce que catholiques. »

49Il s’est donc développé, dès la fin du xixe siècle un véritable maillage de terrain (ACJF, patronages, sociétés sportives, société de prévoyance). À travers le temps, les oppositions et les méfiances, nous voyons apparaître de nouveaux lieux de sociabilité qui sont de véritables laboratoires d’idées et d’action.

Notes

1 Cf. les recensements de 1886 et de 1911.

2 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la IIIe République, A. Colin, 1913, chapitre XXVI : « Vue générale de la Basse-Normandie ».

3 Cf. les déclarations de Mgr Guérard, évêque en charge du diocèse durant la période des inventaires, à propos des possibles conséquences de la loi de Séparation.

4 Les principales sources utilisées sont :
– Sources manuscrites :
Archives diocésaines : Œuvres de jeunesse de la Sainte- Trinité (Registre des procès verbaux de la conférence de Saint- Louis-de-Gonzague, 3 vol., 1893-1905 ; Procès-verbaux du cercle d’études, 1909-1911) ; Œuvres de jeunesse, 1898-1927. Registre du personnel ecclésiastique en 2 volumes. Listes des séminaristes du grand séminaire 1808-1946 (lacunes). Les Archives diocésaines sont en plein recollement. L’inventaire est donc à cette date incomplet et sans cote.
Archives départementales : Fonds de Gibon : Union de la jeunesse catholique de la Manche (1892-1893 ; 1896-1900 ; 190-1914) : 213 J 119, 126-130,148.
– Sources imprimées :
Fédération de la Jeunesse Catholique de la Manche, Guide annuaire, 1909-1910, 1912, 1914 ; Livre d’or de la Guerre 1914-1918, Maison des Œuvres de Coutances, 1920. P. de Crisenoy, Un chevalier normand de l’art et de la foi, Jacques Debout, Bloud et Gay, 1948, 220 p.

5 Ordo divini officii recitendi missaeque celebrandae at usum ecclesiae Constantiensis et Abrincensis, 1905 et 1915. Cherbourg qui abrite une population nombreuse où toutes les classes sociales sont representées semble un bon exemple. On y compte, d’après la même source, 33 641 catholiques déclarés en 1895 et 44 620 en 1915.

6 Créée le 19 septembre 1843.

7 Registre des procès-verbaux de la conférence Saint-Louis-de-Gonzague, 1893-1897, 28 septembre 1896. En novembre 1894, l’abbé Allix raye une famille parce ce qu’« un des membres de la famille qui a fait sa communion ne semble pas aller à la messe ». En 1895 une famille n’est plus secourue, parce qu’« elle ne s’est pas acquittée de son devoir pascal. » Cf. Registre des procès-verbaux de la conférence Saint-Louis-de-Gonzague, 1893-1897.

8 Ibid.

9 Registre paroissial de Periers, 1896-1954 (photocopie), p. 58.

10 UD : Union Diocésaine.

11 Sans compter les 20 groupes d’Avant-Gardes (soit 254 membres en 1914).

12 Cf. lettre de René Levesque au Vicomte de Gibon du 15 juin 1898.

13 Lettre adressée au Vicomte de Gibon 15 juillet 1897.

14 Lettre adressée au Vicomte de Gibon 23 juillet 1897.

15 G. Mairot, Congrès National de l’ACJF, 1907.

16 Note sur les prêtres du diocèse par ordination, 1893-1920. Cahier manuscrit.

Table des illustrations

Titre Population de la Manche
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22821/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Titre Jeunesse Catholique de la Manche
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22821/img-2.png
Fichier image/png, 17k
Titre Jeunesse catholique de la Manche
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22821/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Titre Cercles d’études11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22821/img-4.png
Fichier image/png, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22821/img-5.png
Fichier image/png, 19k
Légende catégorie 1 : commis, domestique, employécatégorie 2 : employés de l’arsenalcatagorie 3 : étudiants, instituteurs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22821/img-6.png
Fichier image/png, 19k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540