Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Quatrième partie. « Nations » et « communautés » : enjeux identitaires

Commerce, voyage et expérience religieuse (Europe, xvie-xviiie siècles). Conclusions

Gilles Bertrand

Testo integrale

1Le point de vue auquel se place l'auteur de ces lignes est moins celui de l'histoire religieuse ou de l'histoire des marchands et de la marchandise, que de l'histoire des voyages. Celle-ci amène à s'occuper des marchands parmi beaucoup d'autres individus et vise une expérience qui tout en étant le plus souvent située entre les moments d'arrêt, de séjour, de stabilité, et en ayant par conséquent un caractère provisoire, influe sur des existences entières et sur le fonctionnement intime des sociétés. Muni de ces lunettes, et restant proche de ce qui fut dit de manière orale, on se contentera de rassembler quelques idées dans la masse des suggestions issues du colloque et recueillies dans ce volume, à la manière des voyageurs auxquels les arts de voyager enjoignaient depuis le second xvie siècle de consigner au jour le jour leurs notations pour être en mesure de restituer à leur retour et en dépit de l'éloignement temporel une certaine vérité de leurs observations.

  • 1 Franco Angiolini & Daniel Roche (dir.), Cultures et formations négociantes dans l'Europe moderne, (...)

2Faisant écho au souci de Pierre Jeannin de réintroduire le facteur culturel pour considérer le monde marchand, ainsi qu'au constat formulé par Daniel Roche et Franco Angiolini au seuil du volume consacré aux Cultures et formations négociantes dans l'Europe moderne, lorsqu'ils écrivaient que « l'analyse de la relation entre les dimensions socio-économiques et culturelles reste à faire1 », les promoteurs du présent ouvrage se sont en fait fixé un objectif qui en constitue l'ossature la plus évidente, à savoir de travailler sur la dimension culturelle des pratiques marchandes. Tandis que le voyage et l'expérience religieuse passaient quelquefois au second plan, le marchand et le négociant sont restés au cœur d'une réflexion qui a privilégié autant l'étude des pratiques culturelles des milieux du commerce — depuis les systèmes d'alliances et les stratégies familiales de succession jusqu'à leurs curiosités, leurs loisirs, en passant par leur outillage intellectuel - que leur rôle au sein de communautés étrangères circonscrites ou dans la cité tout entière.

3Cette histoire culturelle de la pratique marchande n'a certes pas été sans laisser de côté une série de pistes auxquelles il eût été intéressant d'accorder une plus large place et qui sont susceptibles de nourrir d'ultérieurs projets. Tels sont les cas de la question théologique que pose le rapport entre les ouvrages et traités de la Contre-Réforme et l'économie du profit pratiquée par les marchands ; de la place accordée aux interrogations sur Dieu dans les papiers marchands et les manuels mis à leur disposition ; de la fonction du livre et de celle du déplacement des imprimeurs, libraires et colporteurs en tant que véhicules de la circulation des idées ; des formes variées du commerce de dévotion auxquelles les pèlerins se livrent sur les routes ou que l'expérience religieuse du pèlerinage suscite ; de l'iconographie des images de piété et des saints marchands.

4La volonté de traiter le marchand comme un intermédiaire culturel, comme un passeur qui véhicule une expérience religieuse venue d'ailleurs, n'est en outre pas sans présenter quelque difficulté. Est-il légitime de se demander s'il existe des comportements et une vision du monde communs à un groupe si diversifié ? Les attitudes et les pratiques que l'on décèle chez des marchands en voyage leur appartiennent-elles toujours en propre ? L'« esprit marchand » qu'évoque Giovanna Paolin se nourrit assurément du sens de l'observation concrète, de la précision, de la clarté et de la rationalité, d'un partage entre l'utile et l'inutile, mais les valeurs du réalisme et de la prudence, le goût de l'effort et du souci comptable se retrouvent chez d'autres voyageurs. A plus forte raison en arrive-t-on à se demander si certains usages de la religion et comportements vis-à-vis d'elle relèvent bien des milieux du commerce, et si l'on est par conséquent en droit de revendiquer une spécificité marchande de l'expérience religieuse.

5Dans la variété même de leurs approches, les auteurs de l'ouvrage ont montré l'intérêt de se poser cette question. Leurs contributions ouvrent, jusque dans leurs présupposés implicites, une série d'objets d'enquête dont il convient de dresser l'inventaire.

6La première piste concerne les divers types d'espaces sur lesquels raisonner. Le voyage étant une expérience de l'étendue, il met en jeu comme le suggéra J. Hoock en ouvrant le colloque des espaces géographiques où s'organise à l'intérieur de l'Europe une circulation tournée vers les villes, ports et places commerciales (Rouen, Bordeaux, Lisbonne, Cadix, Lyon, Cracovie, Nuremberg, Hambourg, Dantzig, Venise, Milan, Gênes, Turin, Pise, Livourne...), entre lesquels s'échangent les correspondances, les messageries, vers lesquels marchandises et marchands convergent en franchissant de multiples frontières, où ces derniers s'arrêtent et effectuent souvent des séjours prolongés qui ne relèvent plus du voyage. Nous avons également vu s'esquisser avec G. Garner l'espace économique abstrait décrit par les caméralistes allemands, soumis aux lois du marché intérieur et extérieur et qui tend à se distinguer de plus en plus du territoire politique. Mais la circulation dans ces espaces ne va pas sans se heurter à des problèmes. On constate que s'y est développée l'idée d'un espace intérieur, pris en charge par des structures étatiques afin de faire face aux risques que présentent les échanges internationaux. De nombreuses limites s'opposent à la liberté de mouvement ou de séjour des marchands étrangers. Par-delà les pratiques de déambulation et de lecture de l'espace traversé, des tensions se décèlent, comme celles provoquées par la volonté de « toscanisation » de l'économie livournaise (S. Fettah). Le marchand ne cesse en outre de se heurter à la multiplicité des confins et à l'insécurité dans les trafics, qui constituent autant d'obstacles à sa déambulation et à celle de ses marchandises.

  • 2 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes (1 (...)
  • 3 Joseph-Marie Gros de Besplas, De l'Utilité des Voyages, relativement aux Sciences et aux Mœurs, Pa (...)

7C'est là qu'intervient une seconde piste, qui a trait à la mobilité proprement dite. Plus que du voyage, qui implique l'idée d'un retour et d'une durée relativement circonscrite, il aura été question dans ce livre de la mobilité, entendue comme circulation des hommes, des biens et des produits mais aussi de l'information. Aux relations commerciales correspondent des flux migratoires et un mouvement qui est rarement définitif. Une longue tradition du voyage utilitaire a abouti à l'élaboration d'une science de la mobilité au sein des arts de voyager et des manuels à l'usage des marchands. Il en est résulté que pour conjurer l'aventure qui est au cœur de l'expérience viatique (A. Olivieri) une mobilité normée et codifiée s'est mise en place, avec ses lieux inévitables, ses réseaux de correspondants qui permettent de limiter le risque au maximum tout en laissant disponible une marge d'imprévisible. Une image négative s'est toutefois déposée sur cette mobilité par rapport à celle des gens de lettres (G. Bertrand). Peu prisée par les philosophes et les théoriciens du voyage à l'époque des Lumières, elle a suscité le mépris de Rousseau pour lequel ni les marins, ni les négociants, ni les soldats ne font de bons observateurs, et plus encore celui d'auteurs d'opuscules sur le voyage au début du xixe siècle, estimant à l'instar de Mario Pieri que le marchand, « à la recherche de nouvelles richesses, et l'esprit tout barbouillé par l'appât du gain, [...] passe sans daigner un regard à travers les principales villes d'Europe et met Trieste avant Rome, Ancône avant Florence2 ». La stigmatisation de Livourne, ville que certains souhaitent maintenir en marge des États du grand-duc, semble aller dans ce sens. Il arrive pourtant aussi que le regard quasi ethnologique que porte le marchand sur les terres visitées suscite l'éloge parce qu'il provient d'un homme capable d'assurer l'équilibre entre les extrêmes, de percevoir à la fois les réalités qui relèvent du peuple et de la noblesse3. Surtout l'important rôle culturel joué par des marchands étrangers installés dans les villes d'Europe centrale dès le xvie siècle contredit de façon radicale la vision dépréciative que le xviiie puis le xixe siècle se mettront à répandre en relation avec l'avènement du tourisme.

8Une troisième piste a trait aux individus, qui ont ici été considérés à partir de sources déjouant les typologies trop étroites. Pour retrouver le marchand en voyage et étudier des cas singuliers (tels ceux de Giovambattista Botti, Sebastiano Montelupi, Jean Dupuy, Jacob Strycker, Bonaventure Carret...) ont été fouillés les livres de compte, les correspondances, les journaux de voyage, les testaments, les procès d'inquisition, les inventaires après décès. Par-delà les traités, les manuels de conversation ou la littérature caméraliste allemande, des sources administratives plus spécifiques — comme celles des consuls, les registres de passeports ou d'entrée dans les villes et ports, les procédures de saisie de biens étrangers ou les recensements de population – ont permis d'évoquer des séries d'individus. Structurés en communautés nationales et constituant des corps puissants, les marchands ne sont pas seulement ces personnages solitaires dévorés par le travail que nous présentent certaines lettres de la seconde moitié du xviiie siècle. Ils s'inscrivent fréquemment dans des lignages d'où ils tirent une grande force. Cela n'empêche pas d'observer qu'une certaine hétérogénéité caractérise ce milieu. Rien n'est commun entre le riche négociant qui souvent ne voyage pas, à la différence de ses commis ou de ses facteurs, et l'humble colporteur. Par rapport aux hommes, les femmes dans les colonies grecques jouent un rôle limité tout en ayant une fonction stabilisatrice (M. Grenet). Les sources à notre disposition nous font enfin manquer les marchands les mieux intégrés, qui souvent n'y figurent pas.

9C'est à travers le prisme des processus d'appartenance et d'identification, d'ouverture et de fermeture, de repli sur soi et de souci de protection que le phénomène religieux peut à son tour être le mieux saisi. Si chez les marchands domine le fait communautaire, le jeu des fermetures est parfois imposé de l'extérieur. Il est clair que dans le cadre de la Contre-Réforme l'Inquisition délimite des frontières qui ne sauraient en principe être transgressées, bien qu'à Gênes et même à Milan les passerelles avec le monde marchand allemand non catholique subsistent (J. Zunckel). Les difficultés d'intégration d'un Strycker à Venise dans la seconde moitié du xviie siècle prouvent que s'opère une séparation nette entre étranger et Vénitien par le biais de lois très protectrices (A. Cowan). D'une propension aux mesures d'exclusion à l'égard des marchands témoigne l'utilisation de la législation sur le droit d'aubaine à Turin dans un contexte de fermeture locale au début du xviiie siècle : ainsi ceux d'appartenance calviniste sont-ils plus particulièrement visés par la loi d'aubaine en temps de crise économique entre 1720 et 1740 (S. Cerutti). De son côté la Scuola grecque à Venise est cantonnée dans son rôle religieux. Parfois cependant la fermeture est vécue et choisie par les marchands eux-mêmes, soucieux de se prémunir contre les aléas et l'incertitude de l'inconnu. Le Lyonnais Carret et ses associés ne fréquentent à travers l'Europe que des milieux semblables au leur et ne parlent de l'autre, de l'étranger que quand quelque chose les gêne (F. Bayard) ; l'épouse du marchand moulinier de Saint-Chamond Joseph-Marie Guérin craint pour sa part que son mari en voyageant le vendredi ne fasse pas maigre ce jour-là, c'est-à-dire se détache de certains rituels religieux (S. Chassagne). Plus classiquement prospèrent dans les villes étrangères des communautés constituées de notables, pour lesquelles l'appartenance confessionnelle joue un rôle identitaire : protestants de Bordeaux (P. Voss), diaspora judéo-séfarade (E. Oliel-Grausz), juifs « de nation » qui ont été éduqués en terre hébraïque et qui viennent conforter et re-judaïser les nouveaux juifs ou « judéoconvers » vivant déjà dans la péninsule ibérique (N. Muchnik). De même des signes de piété profonde caractérisent au début du xviiie siècle certains marchands calvinistes français, contribuant à leur ancrage identitaire (Y. Krumenacker).

  • 4 Peter Schmidt, « Fernhandel und römische Inquisition. "Interkonfessionelles Management" im konfess (...)
  • 5 L'expression est reprise de Michel Espagne par Peter Voss.

10Suivant le conseil formulé par W. Kaiser, on évitera toutefois de raisonner sur des catégories confessionnelles figées. Les identités sont fluctuantes et ambiguës, l'étrangeté est parfois utilisée comme prétexte contre les nations codifiées et les frontières sont souvent poreuses et franchissables. Le gros problème reste alors celui de l'acculturation dans les villes commerçantes, ou de ce que P. Schmidt appelle le « management interculturel4 ». Les marchands peuvent jouer à cet égard une éminente fonction de passeurs culturels : c'est ce qui se passe à Nuremberg, Cracovie ou Dantzig (R. Mazzei, M.-L. Pelus-Kaplan) et plus généralement pour les marchands protestants en France et dans toute l'Europe. Aux antipodes de la mono-confessionnalité se situent également le « cosmopolitisme » de la ville de Venise et l'« amalgame » qui caractérise à Bordeaux la « culture des Chartrons5 ». Si l'exemple de Cadix montre qu'il est difficile de mesurer les phénomènes d'intégration d'une communauté étrangère (A. Bartolomei), les changements de noms au moment du baptême chez les convertis portugais rappellent l'importance de ces phénomènes d'intégration et de conversion. Mais rien n'est simple dans ce domaine et l'obligation de s'acculturer est plus évidente dans le cas de petites villes comme Faro que dans celui de capitales comme Lisbonne (M. Janin-Thivos). Sans doute l'opposition entre l'intégration et la ségrégation est-elle elle-même à dépasser. Les notions d'identité, de cohésion et de statut — de statut d'étranger et jusqu'au statut du marchand -, ainsi que celles d'amalgame et de cosmopolitisme, doivent être maniées avec prudence. Les communautés à l'étranger sont aussi des sortes d'îlots où les tensions confessionnelles sont moindres que dans le pays d'origine. Des isolats se constituent, comme à Livourne où des libertés spéciales sont accordées aux représentants des différentes communautés, notamment anglaises (S. Villani).

11Un cinquième objet de réflexion réside dans le poids des événements politiques, diplomatiques et guerriers, dans l'effet des crises économiques ou des situations locales. Ainsi s'explique la grande différence d'attitude des tribunaux d'inquisition vis-à-vis des cas d'hérésie, leur moindre rigueur à Lisbonne qu'à Turin et à Gênes qu'à Milan. Certes un fossé sépare les problèmes du xvie et du premier xviie siècle de ceux soulevés pour le xviiie siècle et il existe un lien entre le développement économique et les représentations que catholiques et protestants se font les uns des autres. Il reste que les situations se négocient et se renégocient sans arrêt et que les identités sont loin d'être stables, comme on le voit dans l'hésitation de Locatelli à Lyon dans la seconde moitié du xviie siècle face à des Anglais qu'il reconnaît difficilement comme calvinistes (S. Rau et O. Zeller). Le statut du sentiment religieux varie lui-même selon les circonstances : le comportement des marchands toscans qui se trouvent à Lyon à l'époque des guerres de religion est variable (A. Orlandi). L'opportunisme a sa part dans les choix qu'opèrent les membres des différentes religions et l'on doit distinguer entre ce qui est vécu dans l'intimité et ce qui est affiché. Des cas comme celui de Jean Dupuy arrêté à Turin en 1594 renvoient à la question de l'usage des affirmations religieuses ainsi qu'à celle de la superposition entre les frontières confessionnelles extérieures et intérieures (A. Burkardt). Par-delà les attitudes apparentes, dues à des opportunités économiques et politiques, des convictions s'approfondissent et des pratiques privées qui échappent à l'historien subsistent. Grâce à la dissimulation et à certaines complicités s'est en tout cas très probablement vérifiée une plus grande stabilité des identités religieuses que ne le laissent supposer les documents qui nous sont parvenus.

12Nous sommes ainsi renvoyés — et c'est une sixième piste — au grave problème du sens des affirmations religieuses du marchand en voyage. Membre d'une communauté chrétienne conçue comme « civitas peregrinis », celui-ci devient le modèle par excellence du pèlerin, voué à l'errance de la pérégrination et au passage éphémère sur la terre (L. Monga). Ce statut expliquerait l'instabilité de sa position dans les villes où il s'arrête et le hiatus persistant entre une double appartenance à la cité abstraite que forme la communauté marchande internationale et à la ville concrète qui l'accueille pour un temps, avec ses lois propres. En mettant l'accent sur les incertitudes confessionnelles et sur l'analogie avec le pèlerin, on en arrive au point où l'identité du marchand peut elle aussi se révéler ambiguë. L'ambiguïté des appartenances religieuses est alors susceptible de faire retour sur le statut du marchand. Celui-ci est autant en mesure de se tourner vers la pratique de dévotion et le pèlerinage à la suite d'un échec ou d'une faillite que de perdre à cause de certaines affirmations religieuses son activité et par voie de conséquence son statut de marchand. Il en va ainsi chez les renégats aux frontières de la chrétienté et du monde musulman. Un homme soupçonné d'hérésie est même susceptible de s'inventer, comme François Morain qu'étudie A. Burkardt, une qualité de marchand pour justifier devant l'Inquisition d'Avellino sa fuite loin des zones de guerre de religion déchirant en cette fin du xvie siècle l'Europe plus septentrionale. Bien qu'il soit difficile d'évaluer le degré de religiosité des marchands (P. Voss), on perçoit que des formes marquées d'attachement à leur religion restent sensibles chez les catholiques non moins que chez les protestants. C'est ce que prouvent par exemple les testaments que rédigent à la fin du xvie siècle les Florentins éparpillés à travers l'Europe, en général fidèles à une religiosité catholique sur fond d'un fort attachement national patriotique (P-F. Brau).

13Le commerce est il est vrai souvent indifférent aux frontières confessionnelles et de multiples produits sont fournis indistinctement par des commerçants de diverses religions. Si les silences sur les appartenances religieuses sont chargés de signification, il demeure que l'étude de la circulation des objets sacrés et la prise en compte d'économies spécifiques comme celles du cédrat ou de la terre de terre sainte permettraient sans doute de mieux évaluer le poids de la religion sur le commerce. La religion constitue-t-elle pour autant une catégorie apte à qualifier les comportements marchands ? Est-elle un critère distinctif ? Tout en reconnaissant une certaine liberté et parfois un flottement dans les comportements religieux des marchands, on ne peut négliger, à la suite d'Yves Krumenacker, l'authenticité des choix qui conduisent à envoyer des enfants se former à l'étranger en respectant les cadres confessionnels de référence. C'est bien le mérite de cette rencontre à la fois difficile, nécessaire et prometteuse entre les spécialistes de l'histoire économique et ceux de l'histoire religieuse que d'avoir rendu possible un tel débat.

Note

1 Franco Angiolini & Daniel Roche (dir.), Cultures et formations négociantes dans l'Europe moderne, Paris, EHESS, 1995, p 14. Voir aussi le recueil d'articles de Pierre Jeannin, Marchands d'Europe. Pratiques et savoirs à l'époque moderne, Paris, Éd. de l'ENS, 2002.

2 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes (1754), in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Pléiade, 1964, t. 3, p. 212-213 ; Mario Pieri, « Dei viaggi », in Operette varie in prosa di Mario Pieri, Corcirese, Milano, per Giov. Silvestri, 1821 (1re éd. 1812), p. 208 : a caccia di nuove ricchezze, e tutta imbrattata l'anima dall'avidità del guadagno, passa, senza degnarle di uno sguardo, per le città principali dell'Europa, ed antepone a Roma Trieste, Ancona a Firenze.

3 Joseph-Marie Gros de Besplas, De l'Utilité des Voyages, relativement aux Sciences et aux Mœurs, Paris, Berthier, 1763, p. 57.

4 Peter Schmidt, « Fernhandel und römische Inquisition. "Interkonfessionelles Management" im konfessionellen Zeitalter », in Hubert Wolf (éd.), Inquisition, Index, Zensur. Wissenskulturen der Neuzeit im Widerstreit, Paderborn et al., Schoeningh, 2001, p. 105-120.

5 L'expression est reprise de Michel Espagne par Peter Voss.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).