Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Quatrième partie. « Nations » et « communautés » : enjeux identitaires

Le marchand étranger : la question identitaire Venise au xviie siècle1

Alexander Cowan

Texte intégral

  • 1 Traduction : Michèle Cowan. Version antérieure publiée sous le titre de « Foreigners and the city  (...)
  • 2 Simona Cerutti, « Giustitia e località a Torino in età moderna : una ricerca in corso », Quaderni (...)

1La promptitude des marchands à s’installer « ailleurs » pour favoriser leurs intérêts économiques a souvent été considérée comme l’une des causes principales de la nature cosmopolite des grands centres commerciaux européens du seizième et du dix-septième siècles, de leur ouverture aux idées et de leur plus grande tolérance religieuse. Cependant très peu de recherches existent sur le rôle joué par les marchands immigrants dans leurs communautés d’accueil pour déterminer l’étendue de leur intégration ou même leur désir d’intégration. Parmi tous les groupes d’immigrants dans la société urbaine, le grand marchand était celui qui était probablement le moins disposé à se fixer à long terme dans un nouveau choix de résidence du fait même de la nature des liens commerciaux, source d’instabilité plutôt que de stabilité et d’ambiguïté sociale plutôt que d’une simple voie menant à l’intégration. Comme l’a montré Simona Cerutti dans son étude sur le Consolato di Commercio, la cour de Turin, qui réglait des litiges commerciaux, on pouvait considérer les marchands sur le même plan que des pélérins, des soldats, des étrangers et des itinérants dans la catégorie de miserabili, c’est-à-dire d’individus en dehors du tissu social d’une façon ou d’une autre parce qu’ils ne jouissaient pas pleinement du statut judiciaire2. Étant donné que leur occupation impliquait des voyages ou était liée à des voyages, leur assimilation complète dans la société était difficile. On peut imaginer que si même des marchands locaux étaient considérés comme différents en quelque sorte, ce sens d’être « l’autre » était encore plus fort dans le cas des marchands étrangers, et encore plus difficile à surmonter.

  • 3 Le prêtre de la paroisse de Santa Maria Formosa à Venise a déclaré sous serment en 1691 que Strich (...)
  • 4 AdC 247, 80. Pour d’autres renseignements au sujet de ces investigations, voir Alexander Cowan, «  (...)

2Pour examiner plus en détail l’ambiguïté de la position du grand marchand dans sa nouvelle société d’accueil nous allons considérer le cas de Jacob Strycker, un marchand hollandais venu d’Amsterdam qui est arrivé à Venise en 1647, et qui y est mort en 16873. Strycker, ou Giacomo Stricher, comme il est nommé dans les documents vénitiens, était un de ces nombreux hommes possédant une grande fortune dont les filles ont cherché le droit de se marier avec un patricien de Venise. L’investigation officielle de la famille de sa fille Isabetta Stricher et de ses antécédents, qui a suivi sa demande en 1691, nous offre l’occasion rare de reconstituer la place que son père occupait à l’intérieur et à l’extérieur de la société vénitienne4.

  • 5 Era mercante anzi dai primi civilissimi, et honoratissimo, cosi per pubblica voce e fama, et è not (...)

3Qui était Giacomo Stricher et qu’est-ce qui l’a amené à Venise en 1647 ? En toute probabilité, il était le fils cadet de Theodor Strycker, un marchand d’Amsterdam qui était apparenté en mariage avec les familles les plus importantes de la province d’Utrecht. Theodor avait la réputation d’être l’un des marchands les plus importants d’Amsterdam. Un témoin atteste qu’« il était très honoré et de haut statut - et reconnu comme tel par la réputation publique et que le haut statut de sa famille était bien connu à Amsterdam5 ». Un autre fils, probablement l’aîné, était secrétaire des États Généraux des Pays-Bas et servait comme ambassadeur au royaume de Suède.

  • 6 Ibid., sur les caractéristiques de l’élite d’Amsterdam, voir Peter Burke, Venice and Amsterdam : A (...)
  • 7 AdC 247, 80.

4Giacomo Stricher disposait déjà d’un capital important avant de venir à Venise. Six ans auparavant il avait épousé Isabetta Roodemburgh. Selon leur contrat de mariage, il était en mesure de lui offrir 6 000 livres hollandaises comme contre-dot en échange de la dot qu’elle lui apportait de sa part de l’héritage paternel. La famille Roodemburgh faisait aussi partie de l’élite d’Amsterdam. Plusieurs membres étaient des Régents de cette ville, et, comme Francesco Strycker, le frère de Giacomo, partaient en ambassade dans d’autres pays. L’un d’eux était directeur de la compagnie hollandaise des Indes Orientales6. Giacomo, lui, était arrivé à Venise en partenariat avec un autre marchand hollandais, Girolamo di Guglielmo, (ou Jérôme, fils de Guillaume), et semble avoir participé à l’axe de commerce Amsterdam-Venise où son beau-frère, Johan Roodemburgh, était déjà engagé7.

  • 8 Gaetano Cozzi, Michael Knapton & Giovanni Scarabello, La Repubblica di Venezia nell’età moderna. D (...)
  • 9 Horatio Brown, Rawdon Brown & Alan Hinds (éd.), Calendar of State Papers and Manuscripts relating (...)

5Malgré la guerre menée par la République de Venise contre l’Empire Ottoman pour défendre sa position stratégique dans l’île de Candie (Crète) pendant les deux ans précédant l’arrivée de Stricher, la ville offrait toujours des opportunités considérables pour un marchand hollandais qui possédait du capital8. Les liens commerciaux avec le nord de l’Europe s’étaient développés dès le début du xviie siècle, en partie pour compenser la perte des marchés et sources de ravitaillement en Orient mais aussi comme conséquence d’un mouvement plus général des marchands hollandais et anglais vers la Méditerranée. Comme Antonio Foscarini, ambassadeur vénitien à Londres, le déclare en 1611 au Sénat, les Hollandais avaient dépassé les Vénitiens dans tous les domaines. Ils avaient de meilleurs matelots, de meilleurs navires et plus de capital. Un an plus tard il ajoute dans son rapport qu’ils pouvaient naviguer à moindre frais et acceptaient une marge de profit même inférieure à celle des Anglais9.

  • 10 Domenico Sella, Commerci e industrie a Venezia nel secolo xviii, Venise-Rome, Istituto per la coll (...)
  • 11 Jean Georgelin, Venise au temps des Lumières, Paris-La Haye, École des hautes études-Mouton, 1978, (...)

6En 1647, Venise était la destination d’un cinquième de toutes les marchandises qui partaient d’Amsterdam vers la Méditerranée10. Dans le sens inverse, les Hollandais importaient du riz, du poivre, des clous de girofle, des perles, de la soie, du fil, des tableaux, des pipes, du tabac, du fromage, des teintures, des pois secs et des cheveux11.

  • 12 AdC, 247, 80.
  • 13 Ibid.

7Les intérêts commerciaux de Stricher s’étendaient bien au delà d’Amsterdam et de la cité des Doges. Un document présenté au gouvernement vénitien en 1657 énumère des liens commerciaux avec Smyrne, Constantinople, Gênes, Livourne, les Pays-Bas, l’Angleterre et la France12. Il est évident qu’il a bénéficié d’un succès rapide. Cinq ans après son arrivée il possédait un capital de 200 000 ducats en espèces selon la Banque Tiepolo, ce qui faisait de lui un des plus riches marchands de Venise venus de l’extérieur. Signes de sa richesse : il possédait une grande maison à l’étage au-dessus d’un magasin de fruits à Campo Santa Maria Formosa, près de Saint-Marc, et employait beaucoup de domestiques13.

  • 14 Devos & Brulez, op. cit., p. vi-vii.

8Toutes les conditions pour une intégration réussie dans la société vénitienne semblaient réunies. En 1648, seulement un an après son arrivée, le Doge le nommait consul hollandais à Venise. Le premier consul flamand, Giulio de Franceschi, avait été élu en 1608. Cinq ans plus tard, les États Généraux des Provinces Unies choisissaient leur propre consul, Gilles Overs (reconnu par le gouvernement vénitien en 1615). Ainsi, dès le début le rôle du consul hollandais a eu une importance diplomatique. Il jouait un rôle de médiateur non seulement pour les marchands hollandais de Venise, mais aussi entre le gouvernement de la ville et celui des Pays-Bas14.

  • 15 AdC 247, 80 : Mercante dei principali della Piazza, persona honorata e da ben ; si trattava civilm (...)
  • 16 Deux exemples : AdC 109, 34 : Carlo Bottoni era mercante honorato in questa città et negotiava par (...)
  • 17 Témoignage du curé de la paroisse. AdC 247, 80 : morse nella mia Parochia cattolico, con fasti li (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Brian Pullan, The Jews of Europe and the Inqusition of Venice, 1550-1670, Oxford, Blackwell, 1983, (...)

9Stricher jouissait d’un grand respect. Un de ses voisins, Andrea Andreas de Simon, qui vendait des fines herbes dans la Calle Lunga di Santa Maria Formosa, parlait de Giacomo comme de « l’un des principaux marchands de la Piazza, un homme honorable de haut statut, qui avait un comportement à la hauteur de sa condition15 ». De telles phrases s’appliquaient souvent aux grands marchands vénitiens16. S’il n’était pas catholique à l’origine — les postes importants aux Pays-Bas occupés par ses parents et par ceux de sa femme déjà évoqués laissent penser qu’il est plutôt né calviniste — il est mort catholique dans la paroisse de Santa Maria Formosa17. Le baptême de son fils Piero en septembre 1647, peu après l’arrivée de Stricher à Venise n’est pas une preuve absolue de sa date de conversion au catholicisme - il pourrait s’agir d’une simple décision pragmatique prise par un étranger, qui n’avait pas d’autres choix à Venise pour protéger la vie spirituelle de son fils18. En devenant catholique Stricher a décidé de franchir le pas, ce qui indique qu’il voulait s’installer à Venise et avait l’intention de s’intégrer à la société vénitienne contrairement aux Allemands de la Fondaco dei Tedeschi dont une grande partie conservaient leurs croyances luthériennes et étaient enregistrés comme résidents temporaires dans la cité de Venise19.

  • 20 AdC, 247, 80.
  • 21 Gino Luzzatto, Storia economica di Venezia dall’xi el xvi secolo, Venise, Centro Internazionmale d (...)

10D’autre part, ses relations avec le gouvernement vénitien semblent aussi indiquer qu’il avait des liens très forts avec la République. En mai 1650, trois de ces navires, le San Giovanni, le Jupiter et le Lioncorno Bianco, ainsi qu’une longue liste de provisions maritimes avaient été réquisitionnés par le gouvernement pour contribuer à l’effort de guerre contre les Turcs. À savoir 50 000 morues séchées, des harengs fumés, des sardines et des anguilles salées, du riz, du saumon, de l’huile de poisson, des fromages de Flandre, de l’orge, des biscuits de mer, des bougies, des assiettes, du papier à lettre, et du cordage. Trois ans plus tard, il faisait une contribution de 40 000 ducats supplémentaires pour l’effort de guerre20. Des contributions de ce genre n’avaient de remarquable que leur ampleur car les prêts forcés en temps de guerre étaient fréquemment utilisés par le gouvernement vénitien21. Tous les hommes les plus riches, qu’ils soient vénitiens ou étrangers se devaient d’y participer. Un homme du statut et de la richesse de Stricher, qui de surcroît avait été nommé consul hollandais ne pouvait qu’y contribuer généreusement.

  • 22 Alexander Cowan, « New Familles in the Venetian Patriciate, 1646-1718 », Ateneo Veneto, 172 (1985) (...)
  • 23 Venise, Museo Civico Correr, PD. 613 C/IV, f°. 74 : Origine delle famiglie aggregate per l’offerta (...)

11On est tenté de se demander si Stricher n’aurait pas pu logiquement passer à l’étape suivante en acquérant le statut de patricien vénitien au prix de 100 000 ducats22. Depuis 1646, le gouvernement avait abandonné la longue tradition d’exclure du Maggior Consiglio tous ceux qui n’étaient pas des descendants légitimes des familles patriciennes, et avait rendu possible l’achat du statut pour pouvoir continuer à lutter contre les Turcs. La position de Stricher était assez comparable aux frères flamands Vanaxel qui avaient réussi à acheter le titre de patricien en 166523, mais il est plus difficile de soutenir qu’une candidature de la part de Stricher aurait réussi au début des années 1650. Il y a trois différences importantes entre la position de Stricher et celle des frères Vanaxel qui expliquent l’existence d’obstacles importants à son acceptation possible comme patricien :

  • sa courte résidence à Venise ;
  • l’absence de liens de parenté avec des patriciens, et, surtout
  • la date de la candidature des Vanaxel.
  • 24 AdC, 217, 119.
  • 25 Ibid.
  • 26 AdC 247, 80. Un succès seulement partiel, car il n’en est fait aucune mention dans les listes offi (...)
  • 27 Dorit Raines, « Pouvoir ou privilèges nobiliaires. Le dilemme du patriciat vénitien face aux aggré (...)
  • 28 Cowan « New families », art. cité ; Venise, Biblioteca Marciana, Mss It. VII 183 (8161), Venetia C (...)

12Stricher était un immigré de la première génération qui n’était arrivé qu’en 1647. Giovanni Battista, Stefano, Giacomo et Adolfo Vanaxel étaient tous nés à Venise24. Stricher n’avait aucun lien par mariage avec des patriciens. En 1655, dix ans avant que les frères Vanaxel ne fassent leur demande pour devenir patriciens, Isabella, la fille d’Adolfo Vanaxel devenue veuve, avait reçu l’autorisation d’épouser un patricien25. Ce n’est qu’en 1691, après la mort de Stricher, que la demande de mariage avec un patricien, de sa fille Isabetta âgée de 44 ans, aboutissait26. Au moment où les Vanaxel posaient leur candidature en 1665, la République, fatiguée de lutter contre les Turcs, était plus souple au sujet du statut social et de la réputation des familles qu’elle voulait accepter en échange d’une contribution de 100 000 ducats que pendant les années suivant immédiatement l’ouverture initiale des portes du patriciat en 164627. En tout cas, l’opposition relativement forte contre les origines étrangères des Vanaxel, même en 1665, donne l’impression que Stricher, ou n’importe quel autre marchand étranger fortuné, devait surmonter le stigma presque insurmontable d’être un homme de l’extérieur. Les Vanaxel ont reçu 558 votes dans le Maggior Consiglio en faveur de leur candidature, mais 286 votes en opposition et 14 abstentions. Si on compare ces chiffres avec ceux de la famille Surian en 1647, qui étaient des cittadini de Venise, ceux-ci ont reçu 774 votes en faveur de leur candidature contre 40 votes en opposition et 6 abstentions28.

  • 29 Andrea Zannini, Burocrazia e burocrati in Venezia in età moderna : i cittadini originari (sec. xvi (...)

13Une mesure plus appropriée de l’intégration sociale de Stricher aurait été son acquisition de statut de citoyen vénitien (cittadino). Comme cittadino de intus, le niveau le plus bas de citoyenneté, il aurait reçu certains privilèges et droits de faire du commerce, et une position plus élevée dans la société vénitienne. Il est significatif que Stricher n’est pas devenu citoyen. Il faut préciser que les critères étaient contre lui. Quinze ans de résidence à Venise et de paiement de tous les impôts étaient nécessaires pour devenir cittadino de intus, sauf si le prétendant avait épousé une femme vénitienne. Dans ce cas, la période de résidence était réduite. Pour pouvoir faire du grand commerce à l’extérieur de la ville (cittadino de intus et extra), un candidat devait faire preuve d’une résidence de 25 ans29.

  • 30 Il existait aussi des règlements restrictifs contrôlant le statut de bourgeois dans les villes all (...)
  • 31 Il expliquait en 1660 qu’il avait été colpito di grave infortune. Les autorités fiscales lui ont p (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Stricher a rajouté un codicille à son testament en 1680. ASV Archivio Notarile (AN), Bianconi 154, (...)

14Ces critères dataient de l’époque où Venise était à l’apogée de son activité commerciale30. Au milieu du xviie siècle, cependant, ces conditions avaient changé. Certes, les privilèges associés au statut de citoyen demeuraient, mais, comme le montre l’exemple de Stricher, il était possible de très bien réussir comme marchand, de vivre comme un gentilhomme tout en restant en dehors de la société vénitienne. Stricher aurait dû attendre jusqu’en 1672 pour pouvoir déposer une demande pour devenir citoyen. Mais à cette époque, sa position économique n’était plus aussi forte. Il avait surestimé ses capacités et avait été obligé de demander au gouvernement une exemption fiscale. Les prêts forcés d’argent, de navires et de provisions pendant la guerre de Candie n’avaient pas été remboursés comme prévu31. Selon un de ses anciens voisins, il avait été obligé de quitter sa maison de Santa Maria Formosa pour en prendre une autre dans le voisinage, avant de quitter le quartier complètement32. Son testament, qui date de 1673, était pessimiste au sujet de sa capacité de laisser un héritage considérable à ses héritiers33.

  • 34 AdC 209, 28.
  • 35 Andrea Zannini, « Flussi d’immigrazione et strutture sociali urbane. Il caso dei bergamaschi a Ven (...)
  • 36 AdC 247, 80 : Una forestiera parimente della sua Natione.
  • 37 AdC 209, 28. Dans le cas de De Sandi, les Avogadori di Comun faisaient une enquête après coup sur (...)

15En plus des obstacles réglementaires à son intégration sociale, Stricher ne pouvait pas échapper à ses origines étrangères. Les Vénitiens bénéficiaient de l’immigration, mais ils traçaient vite la ligne de séparation entre habitants et étrangers, surtout quand ces derniers venaient de loin, et parlaient une langue peu connue. Ce décalage empêchait les contemporains vénitiens de Stricher de le rattacher au cadre plus large de la famille de son père. Le cas de Stricher peut être mis en contraste ici avec celui de Giacomo de Sandi, un autre riche marchand venant des Pays-Bas qui est arrivé à Venise dans les années 1560 avec une fortune de 100 000 ducats34. La réputation de De Sandi n’était pas en question parce qu’il avait passé sa jeunesse dans la région de Bergame, une partie de l’Empire vénitien qui gardait des liens proches avec Venise35. Par contre aucun des témoins interpellés par l’Avogaria di Comun, le magistrat responsable de décider si la demande de la fille de Stricher d’épouser un patricien était justifiée, n’avait eu connaissance du père de Stricher. Comme un de ses voisins l’exprimait, il ne savait rien au sujet du père de Stricher parce qu’il était un forestier (étranger). Un autre voisin, un tailleur, se rappelait que la fille de Stricher, Isabetta, « avait été procréée avec une étrangère, du même pays que lui ». Pour le marchand vénitien, Giovanni Antonio Tames di Giovanni, Stricher était « un hollandais, résidant dans cette ville36 ». Par contre, il existait des renseignements sur le père de Giacomo de Sandi, malgré sa longue absence dans les Pays-Bas. Il y avait des témoins à Venise, comme l’ancien notaire de Bergame, qui avaient été en contact avec lui et pouvaient certifier de sa richesse et de son bon caractère si besoin. Un membre de la famille de son beau-fils vénitien était également prêt à confirmer que de Sandi et sa femme étaient en vérité un couple marié. C’était un fait connu de tous (per pubblica voce et fama) même si le mariage s’était passé ailleurs37 (tel n’était pas le cas de Stricher).

  • 38 Le grand-père d’Isabetta Rettano était un membre prééminent de l’élite d’Anvers. Les frères de Syb (...)
  • 39 Adolfo Vanaxel, le père d’Isabella était un étroit collaborateur commercial du père d’Isabetta Ret (...)

16Si les Vénitiens ont identifié Stricher comme un étranger, il a renforcé cette impression par la façon dont il s’associait aux autres Hollandais à Venise, une position soulignée par sa fonction de consul hollandais. Celle-ci le plaçait au centre du réseau social d’autres marchands des Pays-Bas. Dans les années 1650 il a joué le rôle de témoin de caractère pour deux familles, les Rettano et les Vanaxel, dont la candidature des filles comme épouses potentielles de patriciens était examinée. Avant même de s’installer à Venise, Stricher avait assisté au mariage d’Antonio Rettano avec Sybilla Widmann38. Il a aussi pris part au cas de la veuve Isabella Vanaxel qui voulait épouser un patricien en 1655. D’après son témoignage aux magistrats de l’Avogaria di Comun, Stricher avait contribué à organiser le contrat de son premier mariage avec Francesco Sebastiani de Padoue39.

  • 40 AdC 247, 80.
  • 41 AN Bianconi, 154, 177
  • 42 AdC 247, 80.

17La femme de Stricher, elle, était hollandaise. Il avait déjà établi sa famille avant de venir à Venise et ne pouvait donc pas bénéficier de liens maritaux avec la communauté indigène. Son partenaire commercial le plus ancien était un marchand hollandais. Des marchands hollandais de tous âges et durée de résidence à Venise ont témoigné à l’Avogaria en 1691 qu’ils connaissaient Stricher et lui rendaient visite. Quand il avait besoin de robes pour sa fille, il s’adressait à un tailleur hollandais dans la paroisse de San Lio, à côté de la sienne. Même si une de ses filles s’est mariée avec un médecin italien à Portobuffale sur la Terre Ferme, une autre s’était mariée avec un marchand hollandais, Rigemberg, un voisin qui habitait dans la rue qui menait à l’église des Santi Giovanni e Paulo40. Le comportement des fils de Stricher reflètait aussi une association ambiguë avec la société vénitienne. Si Balthasar était devenu prêtre et plus tard a été nommé comme l’un des exécuteurs du testament de son père41, par contre les deux autres frères avaient quitté Venise pour faire du commerce en Angleterre et aux Pays-Bas. Même s’il est vrai que l’un d’entre eux, Gerolamo, est revenu plus tard à Venise et a occupé en 1691 le poste de consul hollandais en prenant ainsi la succession de son père42.

18Cette brève analyse de la position sociale de Giacomo Stricher dans la Venise du dix-septième siècle nous amène à trois conclusions.

19Premièrement, Stricher s’est établi définitivement à Venise. Dans ce sens, il était différent des autres marchands venus de l’extérieur dont l’intention ultime était de rentrer chez eux après une longue période de résidence à l’étranger.

20Deuxièmement, sa position dans la société vénitienne était loin d’être solide. Il était déjà marié à une Hollandaise avant de venir à Venise, ce qui l’empêchait de créer des liens de parenté avec des familles vénitiennes. La plupart de ses contacts sociaux et professionnels étaient avec la communauté hollandaise expatriée. Deux de ses fils ont quitté la ville pour travailler ailleurs. Une de ses filles s’est mariée avec un Hollandais. Mais une autre a épousé un Italien, et son troisième fils est devenu prêtre. À un certain moment, a dû se présenter également la possibilité de marier sa troisième fille à un patricien, et même si la demande de mariage ne s’est faite qu’après la mort des parents, on peut y voir le souci de créer des liens plus forts avec la société vénitienne ; ce dont témoigne également la volonté de Stricher de contribuer de grosses sommes d’argent et de matériel aux efforts militaires pendant les années 1650. L’ambiguïté évidente de sa position sociale qui ressort des deux conclusions déjà évoquées, nous amène à la troisième.

  • 43 Donatella Calabi, « Il ghetto e la città », in Ennio Concina, Ugo Camerino & Donatalla Calabi, La (...)

21Les marchands étrangers étaient les bienvenus à Venise mais seulement dans une certaine limite. Pour survivre et prospérer, ils étaient obligés de s’engager dans des activités dont la nature même les éloignait d’une intégration complète dans la société. Cet accueil assez restreint ne doit pas cependant être interprété comme un sentiment généralisé dirigé contre les étrangers parmi les Vénitiens. Venise était l’une des villes les plus cosmopolites d’Europe, attirant des Arméniens, des juifs, des Turcs, des Allemands, des Anglais, des Hollandais, des Français, des Flamands, des Grecs et des Espagnols parmi eux. La loi vénitienne, par contre, était extrêmement protectionniste. Les étrangers étaient bienvenus du moment qu’ils ne faisaient pas de concurrence directe aux droits acquis des Vénitiens. Malgré le fait que les marchands hollandais travaillaient dans des conditions de liberté relative, il faut bien comprendre ce fait dans le cadre d’une tradition plus large selon laquelle les groupes de marchands étrangers étaient organisés dans de petites enclaves où ils habitaient et à l’intérieur desquelles ils obéissaient à leurs propres règles, quoiqu’isolés et contrôlés par les autorités urbaines. Non seulement les juifs mais aussi les Allemands et les Turcs étaient assujettis aux lois rigides qui les empêchaient de faire une concurrence directe aux Vénitiens43.

22Pour conclure. Les grands marchands immigrants étaient dans une position particulièrement ambiguë dans les sociétés urbaines des xvie et xviie siècles, que ce soit dans la Méditerranée ou au nord des Alpes. Ils avaient été attirés dans une autre ville par les opportunités offertes par le grand commerce international qui leur garantissait un niveau de revenu et de statut social exceptionnel. Les divergences de langue, parfois de religion, accentuées par un manque d’attachement à leur nouveau lieu de résidence, créaient des obstacles à les accepter comme membres à part entière de la société d’accueil. Les caprices du grand commerce et leur constante association à des partenaires venus d’ailleurs contribuaient à les placer dans une position d’incertitude envers leur propre engagement. Les difficultés de tout immigré de la première génération dans une société nouvelle sont bien connues. Le cas de Giacomo Stricher souligne non seulement les difficultés d’un homme riche à s’intégrer dans la société vénitienne mais aussi de sa propre réticence. Même s’il ne faut pas trop extrapoler de ce cas particulier, il me semble intéressant dans la mesure où il peut ouvrir un débat sur la position du marchand immigré dans la société européenne. L’itinérant riche est-il toujours resté un itinérant ?

Notes

1 Traduction : Michèle Cowan. Version antérieure publiée sous le titre de « Foreigners and the city : the case of the Immigrant Merchant », in Alexander Cowan (éd.), Mediterranean Urban Culture, 1400-1700, Exeter, University of Exeter Press, 2000, p. 45-55.

2 Simona Cerutti, « Giustitia e località a Torino in età moderna : una ricerca in corso », Quaderni Storici, 89 (1995), p. 445-486 ; voir aussi Thomas Kuehn, Law, Family and Women : Toward a Legal Anthropology of Renaissance Italy, Chicago, University of Chicago Press, 1991.

3 Le prêtre de la paroisse de Santa Maria Formosa à Venise a déclaré sous serment en 1691 que Stricher est mort dans sa paroisse le 14 septembre 1687. Archivio di Stato di Venezia (ASV), Avogaria di Comun (AdC) 247, 80.

4 AdC 247, 80. Pour d’autres renseignements au sujet de ces investigations, voir Alexander Cowan, « Love, Honour and the Avogaria di Comun in early modern Venice », Archivio Veneto, 5e série, 144 (1995), p. 5-19 ; Id., « Patricians and Partners in early modern Venice », in Thomas Madden & Ellen Kittell (éd.), Medieval and Renaissance Venice, Chicago, University of Illinois Press, 1999, p. 276-293 ; Id., « Moglie non ufficiali e figlie illegittime a Venezia nella prima età moderna », Quaderni Storici, 114 (2003), p. 849-865 ; et Volker Hunecke, Der venezianische Adel am Ende der Republik, 1646-1797. Demographie, Familie, Haushalt, Tübingen, Max Niemayer, 1995, p. 141-181.

5 Era mercante anzi dai primi civilissimi, et honoratissimo, cosi per pubblica voce e fama, et è notorio in Amsterdam la conditione distinta di questa casa. Sans doute ces paroles de Rodolfo Grail di Giovanni Giorgio, un marchand de blé hollandais qui habitait à Venise, comportaient une certaine exagération pour promouvoir le statut d’Isabella Stricher devant les magistrats vénitiens, mais ces renseignements sont conformes à d’autres témoignages sur la famille Stricher aux Pays-Bas. Voir en particulier la déclaration soumise aux Avogadori di Comun en 1691 par le notaire hollandais Francesco Tixerandet. AdC 247, 80.

6 Ibid., sur les caractéristiques de l’élite d’Amsterdam, voir Peter Burke, Venice and Amsterdam : A Study of two Seventeenth-century Elites, Londres, Temple Smith, 1974 ; Maarten Prak, « Cittadini, abitanti e forestieri. Una classificazione della popolazione di Amsterdam nella prima età moderna », Quaderni Storici, 89 (1995), p. 331-357.

7 AdC 247, 80.

8 Gaetano Cozzi, Michael Knapton & Giovanni Scarabello, La Repubblica di Venezia nell’età moderna. Dal 1517 alla fine della Repubblica, Turin, UTET, 1992, p. 117-127.

9 Horatio Brown, Rawdon Brown & Alan Hinds (éd.), Calendar of State Papers and Manuscripts relating to English Affairs, Existing in the Archives and Collections of Venice, and in other Libraries of Northern Italy, Londres, 1864, vol. 12 (1610-13), doc. 248, 492. Une collection de données notariales sur les activités des « Flamands » à Venise entre 1606 et 1621 (en provenance des Pays-Bas du Nord et du Sud) témoigne du niveau important de l’activité commerciale hollandaise à Venise. Greta Devos & Wilfried Brulez (éd.), Marchands flamands à Venise, vol. II (1606-1621), Bruxelles-Rome, Institut Historique Belge de Rome, 1986.

10 Domenico Sella, Commerci e industrie a Venezia nel secolo xviii, Venise-Rome, Istituto per la collaborazione culturale, 1961, p. 88.

11 Jean Georgelin, Venise au temps des Lumières, Paris-La Haye, École des hautes études-Mouton, 1978, p. 69 ; Sella, Commerci, p. 93 ; AdC, 247, 80.

12 AdC, 247, 80.

13 Ibid.

14 Devos & Brulez, op. cit., p. vi-vii.

15 AdC 247, 80 : Mercante dei principali della Piazza, persona honorata e da ben ; si trattava civilmente.

16 Deux exemples : AdC 109, 34 : Carlo Bottoni era mercante honorato in questa città et negotiava particolarmente per Puglia, era ricco di facoltà ; AdC 205, 14 : un mercante degno et honorato delli principali della piazza (Andrea di Giacomo).

17 Témoignage du curé de la paroisse. AdC 247, 80 : morse nella mia Parochia cattolico, con fasti li Santissimi Sacramenti della Chiesa Cattolica Romana il quattordeci settembre 1687.

18 Ibid.

19 Brian Pullan, The Jews of Europe and the Inqusition of Venice, 1550-1670, Oxford, Blackwell, 1983, p. 13, 21,28-29 ; voir aussi Karl-Ernst Lupprian, Il Fondaco dei tedeschi a la sua funzione di controllo del commercio tedesco, Venise, Centro Tedesco di Studi Veneziani, 1978.

20 AdC, 247, 80.

21 Gino Luzzatto, Storia economica di Venezia dall’xi el xvi secolo, Venise, Centro Internazionmale delle Arti e del Costume, 1961, p. 143-144 ; Alberto Errera, Storia dell’economia politica nei secoli xvii e xviii negli stati della repubblica veneta, Venise, Antonelli, 1877, p. 35.

22 Alexander Cowan, « New Familles in the Venetian Patriciate, 1646-1718 », Ateneo Veneto, 172 (1985), p. 55-75 ; Robberto Sabbadini, L’Acquisto della Tradizione. Tradizione aristocratica e nuova nobiltà a Venezia, Udine, Istituto Editoriale Veneto Friulano, 1995.

23 Venise, Museo Civico Correr, PD. 613 C/IV, f°. 74 : Origine delle famiglie aggregate per l’offerta nella guerra di Candia nel 1646.

24 AdC, 217, 119.

25 Ibid.

26 AdC 247, 80. Un succès seulement partiel, car il n’en est fait aucune mention dans les listes officielles des mariages patriciens de 1691 à 1706. AdC 101.

27 Dorit Raines, « Pouvoir ou privilèges nobiliaires. Le dilemme du patriciat vénitien face aux aggrégations du xviie siècle », Annales ESC, 46 (1991), p. 827-947 ; Sabbadini, op. cit., p 14-31.

28 Cowan « New families », art. cité ; Venise, Biblioteca Marciana, Mss It. VII 183 (8161), Venetia Cronici, Vol XIV.

29 Andrea Zannini, Burocrazia e burocrati in Venezia in età moderna : i cittadini originari (sec. xvi-xviii), Venise, Istituto Veneto di Science, Lettere ed Arti, 1993, p. 23-60 ; Anna Bellavitis, Identité, mariage, mobilité sociale. Citoyennes et citoyens à Venise au xvie siècle, Rome, École française de Rome, 2001, p. 19-63.

30 Il existait aussi des règlements restrictifs contrôlant le statut de bourgeois dans les villes allemandes qui suivaient une politique identique de protectionnisme. Bernard Vogler, « La Rhénanie », in Julie Meyer (éd.), Études sur les villes en Europe Occidentale, Paris, CEDES-CDU 1983, vol 2, p 408-409 ; Jean-Pierre Kintz, La Société Strasbourgeoise du milieu du xve siècle à la fin de la guerre de Trente Ans, 1560-1650, Paris, Ophrys, 1982, p. 119-120, 123-125.

31 Il expliquait en 1660 qu’il avait été colpito di grave infortune. Les autorités fiscales lui ont permis de faire du commerce pendant un an sans contraintes, et personne ne devait lui réclamer de dettes. Malgré la promesse de lui rembourser 100 000 ducats, en 1682, on lui en devait toujours 30 000. AdC 247, 80.

32 Ibid.

33 Stricher a rajouté un codicille à son testament en 1680. ASV Archivio Notarile (AN), Bianconi 154, 177.

34 AdC 209, 28.

35 Andrea Zannini, « Flussi d’immigrazione et strutture sociali urbane. Il caso dei bergamaschi a Venezia », in Bollettino di demografia storica, 19 (1993), Atti del Seminatio su le migrazioni interne e a media distanza in Italia, 1500-1900, p. 213-225 ; Gino Benzoni, « Venezia e Bergamo ; implicanze di un dominio », Studi Veneziani, ns, 20 (1990), p. 15-58

36 AdC 247, 80 : Una forestiera parimente della sua Natione.

37 AdC 209, 28. Dans le cas de De Sandi, les Avogadori di Comun faisaient une enquête après coup sur un mariage qui avait déjà eu lieu entre un patricien et une femme non-patricienne et non avant celui-ci.

38 Le grand-père d’Isabetta Rettano était un membre prééminent de l’élite d’Anvers. Les frères de Sybilla Widmann ont été parmi les premiers à acheter le statut de patriciens de Venise en 1646. AdC 219, 22 (1659). Pour la famille Widmann, voir Eva S. Rösch-Widmann, I Widmann. Le vicende di una famiglia veneziana dal Cinquecento all’Otocento, Venise, Centro Tedesco di Studi Veneziani, 1980.

39 Adolfo Vanaxel, le père d’Isabella était un étroit collaborateur commercial du père d’Isabetta Rettano, Antonio. AdC, 217, 119.

40 AdC 247, 80.

41 AN Bianconi, 154, 177

42 AdC 247, 80.

43 Donatella Calabi, « Il ghetto e la città », in Ennio Concina, Ugo Camerino & Donatalla Calabi, La Città degli ebrei, Venise, Albrizzi, 1991, p. 211-216 ; Pullan, op.cit. ; Lupprian, op. cit. ; Ennio Concina, Fondaci. Architetture, arte e mercatura tra Levante, Venezia e Alemagna, Venise, Marsilio, 1997, p. 145-246.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.