Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Quatrième partie. « Nations » et « communautés » : enjeux identitaires

Naissance et affirmation d'une nation étrangère entre colonie et groupe de pression : le cas des Grecs à Venise entre le xve et le xviie siècle

Mathieu Grenet

Texte intégral

  • 1 Cet article, tant dans son fond que dans sa forme, doit beaucoup aux conseils éclairés et bienveil (...)
  • 2 Pour un très bon aperçu des enjeux de ce vaste sujet, voir Donatella Calabi, « Gli stranieri e la (...)
  • 3 Giorgio Fedalto, « Stranieri a Venezia e a Padova » et « Stranieri a Venezia e a Padova, 1550-1700 (...)

1« La plupart de leur peuple est estranger » : cette remarque de l'ambassadeur de France à Venise, Philippe de Commynes 1, illustre bien l'importance du cosmo politisme dans l'identité même de la Cité des Doges. À la fois centre économique, métropole marchande et capitale d'un empire politique et commercial, Venise entretient avec ses étrangers une relation marquée par une conception très pragmatique de son intérêt économique, mais qui n'exclut pas des considérations poli tiques, démographiques ou culturelles 2: port d'attache et ville d'accueil, Venise abrite ainsi à l'époque moderne, outre de très nombreux ressortissants des autres villes de la péninsule italienne (en particulier les Milanais, Lucquois, Florentins et Trévisans), des immigrés venus d'Europe occidentale ou orientale, des Balkans, du Maghreb, d'Orient et même d'Extrême-Orient 3.

  • 4 Georg Ostrogorsky, Storia dell'impero bizantino, Torino, Einaudi, 1968 [1re éd. : München, C. H. B (...)
  • 5 L'expression est attribuée à l'évêque de Nicée (et futur cardinal) Bessarion, qui fait partie de l (...)
  • 6 L'expression est de l'évêque Dorothée de Mytilène, qui fait lui aussi partie de la délégation de 1 (...)
  • 7 Jean Décarreaux, « L'Union des Églises au concile de Ferrare-Florence (1438-1439) », Irénikon, XXX (...)

2Au sein de cette nouvelle Babel, les Grecs occupent une place à part, cat alors que Venise se revendique fille de Byzance et que de nombreux Grecs (notamment les insulaires) sont officiellement sujets de la Sérénissime depuis que celle-ci s'est emparée en 1204 du « quart et demi » de l'Empire byzantin 4, leur statut d'immigrés comme leur double identité « orientale » et orthodoxe font d'eux des étrangers à part entière. Or, c'est l'ambiguïté de ce double visage tour à tour familier et étranger qui contribue à brouiller les pistes lorsqu'on étudie les rapports qu'entre tiennent, entre le xv et le xviie siècle, les autorités vénitiennes et la communauté hellénique de la ville : à l'image d'une Venise « quasi alterum Byzantium 5 » voire « seconda terra promessa 6 » accueillant les Grecs à bras ouverts, s'oppose en effet en permanence celle d'une Venise beaucoup plus méfiante, soucieuse de contrôler au maximum les agissements de ses étrangers ; les Grecs eux-mêmes, d'ailleurs, parfaitement conscients de leur image comme de leur(s) intérêt(s), ne cessent à la même époque de multiplier les signes d'allégeance à la Sérénissime, et ce tout en revendiquant haut et fort une foi orthodoxe qui, malgré la tentative unioniste du concile de Ferrare-Florence 7, reste alors un sujet épineux aux yeux d'un clergé vénitien pourtant volontiers accommodant.

  • 8 Freddy Thiriet, « Sur les communautés grecque et albanaise à Venise », in Hans-Georg Beck, Manouss (...)
  • 9 On trouvera une excellente présentation des scuole vénitiennes et de leur rôle au sein de la cité (...)
  • 10 En 1708 sera fondée la scuola grecque-catholique de San Spiridione ; pour une histoire de cette se (...)

3Dans un tel contexte, la question de l'existence à Venise d'un groupe de pression ou « lobby » hellénique, c'est-à-dire de l'organisation de ces immigrés selon un mode propre à satisfaire leurs intérêts à l'intérieur de l'espace politique vénitien, semble certes volontairement provocatrice lorsqu'on la pose en ces termes, mais est en réalité loin d'être superflue, en particulier dans la mesure où son traitement nécessite au préalable un examen de la structure même du groupe grec. Si celui-ci constitue numériquement la plus importante nation étrangère installée dans la Cité des Doges, toute tentative pour l'étudier se heurte rapidement à l'impossibilité de faire coïncider l'image de la communauté telle qu'elle se donne à voir (à savoir policée, homogène, plutôt fiche et très organisée 8 ) avec la réalité d'une colonie extrêmement hétérogène, assez besogneuse, et même, du moins à ses marges, plutôt turbulente. À cette dichotomie colonie/communauté vient enfin s'ajouter la spécificité vénitienne des scuole, c'est-à-dire de ces structures juridiques et institutionnelles chargées de représenter auprès des instances gouvernantes de la ville une nation étrangère, une confrérie religieuse ou un corps de métiers 9 : les Grecs obtenant en 1498 le droit d'en fonder une, c'est toute l'organisation de la nation hellénique qui va devoir être repensée en fonction de cette nouvelle « vitrine » que constituera dès lors la scuola grecque de San Nicolò 10. Or, c'est précisément en choisissant de donner d'elle-même, via la Scuola, une image opulente et dynamique, que la nation grecque va nourrir cette idée d'un « lobby » qui, à la fois mythe et réalité, renvoie en fait directement à l'institution de la Scuola hellénique, ainsi qu'à l'opposition entre les différents visages d'une même communauté.

La colonie grecque de Venise

  • 11 Voir notamment sur ce sujet Giorgio Ravegnani, « Un legame di lunga tradizione. Dalla genesi di Ve (...)
  • 12 Pour une discussion du terme de « communauté » appliqué à la colonie grecque de Venise, voir Artem (...)

4Poser la question de la composition de la colonie grecque de Venise revient à poser celle, très complexe, des relations que la Sérénissime entretient avec les Grecs. Nous l'avons dit, lorsque ceux-ci arrivent dans la Cité des Doges, ils ne sont en effet ni complètement des étrangers, ni tout à fait des « locaux », puisqu'en dehors de la filiation spirituelle et intellectuelle unissant la ville à l'héritage byzantin, thème déjà amplement étudié 11 et sur lequel nous ne reviendrons pas, les vicissitu des politiques des xiiie, xive et xve siècles ont conduit Venise à se retrouver à la tête d'un empire économique et politique s'étendant sur nombre des « terres grecques » dont sont originaires la plupart des membres de la colonie. Une triple réalité se révèle derrière le mouvement migratoire des Grecs vers Venise, puisqu'aux sujets grecs de la Sérénissime choisissant de s'installer dans la métropole pour échapper à la menace ottomane (c'est notamment le cas de nombreux Crétois, Chypriotes et Corfiotes), viennent s'ajouter des réfugiés venus de « terres grecques » non vénitiennes (principalement du Péloponnèse et de l'Empire) et fuyant devant l'avancée turque ; enfin, le « mobile migratoire » semble être pour certains plus économique que politique, comme en témoigne la présence à Venise de nombreux Grecs venus de tout le Levant pour profiter du dynamisme commercial de la Cité des Doges. Si ces trois grandes catégories ont bien sûr des frontières poreuses (nombreux sont ainsi les marchands grecs qui, prenant la mesure de la menace ottomane, viennent s'installer à Venise pour y poursuivre leurs activités commerciales), il convient cependant de toujours garder à l'esprit cette diversité des mobiles migratoires pour comprendre la manière dont s'organise et se structure la colonie grecque de Venise : colonie « plurielle », elle se compose en effet d'individus qui ont choisi de s'installer dans la Cité des Doges pour des raisons diverses, et la gestion même de cette hétérogénéité fondamentale constituera un obstacle permanent à l'élaboration d'une identité commune, et donc à la constitution d'une communauté au sens premier du terme 12.

  • 13 Gerasimos Pangratis, « Γιαννιώτες έμπjtοροι στη Bενετία στα μέσα του 16ου αιώνα (1550-1567) » [Mar (...)
  • 14 Brunehilde Imhaus, Le Minoranze orientali a Venezia, 1300-1510, Roma, Il Veltro, 1997, p. 40-42.
  • 15 Élisabeth Crouzet-Pavan, Venezia trionfante : gli orizzonti di un mito, Torino, Einaudi, 2001 [lèr (...)
  • 16 Deno Geanakoplos, « La colonia greca di Venezia e il suo significato per il Rinascimento », in Ago (...)

5Le problème de la périodisation de cette constitution d'une colonie grecque à Venise vient à son tour se surimposer à la diversité des mobiles migratoires dont nous venons de parler. Si nous mettons à part les multiples itinéraires personnels ayant pu pousser tel ou tel marchand grec à s'installer à Venise pour exploiter au mieux une conjoncture économique qui lui paraissait favorable 13, l'arrivée massive des réfugiés grecs dans la Sérénissime aux xve et xvie et xviie siècles est en elle-même un phénomène marqué par la diversité. Alors que les conséquences du sac de Byzance par les croisés en 1204 semblent avoir marqué le début d'une sensible augmentation du nombre d'immigrés Grecs à Venise (Brunehilde Imhaus recense ainsi 922 Grecs à Venise entre 1300 et 1509) 14, les effets immédiats de la prise de Constantinople par les Turcs sur l'émigration hellénique sont quant à eux moins nets qu'ils ne pourraient sembler au premier abord : la Sérénissime ayant pris dès 1204 le contrôle de la majorité des « terres grecques » de l'Empire byzantin, c'est en effet vers la Romanie gréco-vénitienne que le gros du flux migratoire semble se diriger 15, tandis que certains choisissent directement de s'installer dans la métropole, où ne les rejoindront que dans un second temps tous ceux qui, réfugiés en Romanie, en Crète ou en Eubée, perdent au fil du temps l'espoir de voir un jour Constantinople libérée. Ce n'est donc vraiment que dans les deux dernières décennies du xve siècle que semble s'opérer à Venise cette « vraie inondation d'émigrants grecs » dont parle Deno Geanakoplos 16, et qui ne vient rappelons-le que renforcer une colonie grecque déjà composée de nombreux individus ayant fui devant l'avancée turque dès la première moitié du xve siècle.

  • 17 Sur le sujet, voir James Ball, « Poverty, charity and the Greek community », Studi Veneziani, n.s. (...)
  • 18 Costas Kyrris a beaucoup étudié la communauté chypriote de Venise, à laquelle il a consacré trois (...)
  • 19 Istituto Ellenico di Venezia (IEV), Antico Archivio (AA), Mariegola, f° 66r, 2 mai 1572.
  • 20 Ioannis Veludos, « Cenni sulla colonia greca orientale », in Venezia e le sue Lagune, Venezia, Ant (...)

6De plus, en dehors du cas particulier de 1453, il convient de souligner l'évidente relation de cause à conséquence entre les événements politiques et l'arrivée de réfugiés des régions concernées. Entre la fin du xve et la fin du xviie siècle, les pertes successives de Nègrepont (1470), Lépante (1499), Modon et Coron (1500), Nauplie et Malvasia (1540), l'Archipel (1566 ), Chypre (1571) et enfin la Crète (1669), ont toutes pour effet l'arrivée à Venise de vagues successives de réfugiés de ces régions, phénomène dont l'incidence sur la structure même de la colonie grecque est aisément devinable. D'une part, l'existence de la colonie est ponctuée de ces périodes durant lesquelles elle doit « absorber » un grand nombre d'individus supplémentaires, avec toute la « logistique » que cela implique lorsque les individus en question arrivent dans le plus grand dénuement (on peut notamment penser à l'activation des réseaux de solidarité et de charité à l'intérieur de la communauté 17) ; d'autre part, parce que l'équilibre de la colonie est sans cesse à reconstruire en fonction de la prédominance de tel ou tel groupe régional. Fortement dominée dans un premier temps par l'élément chypriote 18, la nation hellénique intègre en effet, progressivement, des individus venus de toutes les « terres grecques » : dès 1572, une délibération de la Scuola établit ainsi que le nombre des membres de son conseil de direction (le capitolo, ou chapitre) doit passer à 40, à raison de sept représentants pour chacune des cinq « patries » (patrie) helléniques à savoir Chypre, Candie et l'Archipel, Nauplie et Malvasia, Zante et Céphalonie, Corfou et de cinq représentants pour la Grèce centrale et septentrionale (la Grecia Superiore19 ) ; en 1625, une seconde délibération fait passer ce nombre à 63, soit neuf représentants pour chacune des six « patries » (les cinq citées précédemment, plus les « autres terres » la Grecia Superiore), auxquels s'ajoutent neuf autres membres sans condition d'origine 20.

  • 21 Archivio di Stato di Venezia (ASV), Consiglio dei Dieci (CD), Parti miste (Pm), reg. 34, f° 142r ( (...)
  • 22 ASV, CD Pm, reg. 9, f° 140v, 8 janvier 1416.
  • 23 ASV, CD, Pm, reg. 18, f° 113v, 8 juin 1475.
  • 24 Archivio Storico Patriarcale di Venezia (ASPV), Actorum Diversorum (AD), C, Lib. XXIII, f° 77v (27 (...)
  • 25 Ioannis Veludos, « Cenni sulla colonia greca orientale », art. cité, p. 81. Notons que cette évalu (...)
  • 26 Cité par Emile Legrand, Notice biographique sur Jean et Théodose Zygomalas, Paris, Ernest Leroux, (...)
  • 27 ASV Senato, Deliberazioni Roma, f° 199, f° 488-490, 1er juin 1686.
  • 28 Julius Beloch, « La popolazione di Venezia nei secoli xvi e xvii », Nuovo Archivio Veneto, 45 (190 (...)

7Très délicate à mener, l'évaluation démographique de la colonie hellénique de Venise ne s'appuie que sur une seule certitude : les Grecs constituent à l'époque moderne le groupe étranger le plus important de la ville. À une époque où l'importance d'une colonie étrangère dépend étroitement de sa visibilité, les évaluations numériques de tel ou tel groupe national ou ethnique représentent un enjeu quasiment politique : les Grecs eux-mêmes l'ont bien compris, qui appuient leurs demandes au Sénat de considérations sur la « magna multitudo Graecorum 21 » résidant alors dans la Lagune. Que les Grecs aient été nombreux à Venise à l’époque moderne, cela paraît incontestable, et le pouvoir vénitien l’admet d’ailleurs lui même à maintes reprises dès le xve siècle : le Conseil des Dix parle ainsi, en 1416, d’un « concursus multarum personarum22 », ou évoque, en 1475, une « colluvione Grecorum23 », et le patriarche d e Venise mentionne en 1481 cette peu équivoque « multitudinem Grecorum24 ». Mais tout ceci reste vague, et les rares évaluations chiffrées de la colonie grecque sont, quant à elles, souvent très discutables : si l’hypothèse d e 4 000 à 5 000 Grecs à Venise dans les années 1570, avancée par Ioannis Veludos dès 1847, constitue une sorte de consensus omnium peu convaincant de l’historiographie sur le sujet (les Grecs représentant alors environ 4 % de la population vénitienne 25 ), le copiste de Monenvasia Andrea Darmarios propose à la fin du xvie siècle l’évaluation encore moins crédible d e 15 000 Grecs à Venise (soit environ 10 % de la population de la ville 26 ), et le Saint-Siège parle même de 40 000 Grecs en 1686 27, soit près du tiers de la population d’une ville dont la population est évaluée dix ans plus tard à 139 000 habitants 28...

  • 29 Ugo Tucci, « I Greci nella vita marittima veneziana », in Maria Francesca Tiepolo & Eurigio Tonett (...)
  • 30 Deno Geanakoplos, Greek Scholars in Venice, op. cit.
  • 31 L’identité comme l’activité de ces étudiants grecs de l’université de Padoue ont été bien étudiées (...)
  • 32 Pour un bon aperçu de l’activité artistique des Grecs de Venise, voir Niki Tselenti, « Pittori Gre (...)
  • 33 Sur ce sujet, voir Irene Papadaki, « L’attività editoriale greca a Venezia », in Chryssa Maltezou (...)
  • 34 Manoussos Manoussacas, « Un poeta cretese ambasciatore di Venezia a Tunisi e presso i Turchi : Leo (...)
  • 35 Stathis Birtachas, « Il clero greco-ortodosso a Venezia. Dal papàs-Michalis e san Biagio fino all’ (...)
  • 36 Fani Mavroidi, Aspetti della società veneziana del’500. Le confraternità del’500. La Confraternità (...)
  • 37 Pour une aperçu général du groupe des stradiots, voir Giorgio Pilidis, « Morire per honor di la Si (...)
  • 38 Cf. infra, où ces deux catégories font l’objet d’un traitement particulier.
  • 39 Paulo Preto, I servizi segreti di Venezia, Milano, Il Saggiatore, 1994.
  • 40 Sur les esclaves, voir Paolo Molmenti, La Storia di Venezia nella vita privata, Bergamo, Istituto (...)
  • 41 ASV, Milizia da Mar, reg. 761, « Marineri » (1564).
  • 42 ASV, Milizia da Mar, reg. 762, « Armiragli Comiti et altri Benemeriti » (1594).
  • 43 Giorgio Plumidis, « Considerazioni sulla popolazione greca a Venezia nella seconda metà del’500 », (...)
  • 44 Antonio Pardos, « Αυφαβητικός κατάυογος των πρώτων μευών της Ευυηνικής Αδευφότητας της Βενετίας απ (...)
  • 45 Cristoforo Da Canal affirme ainsi dès 1540 : « [Pour trouver des chiourmes], je n’aurai pas besoin (...)
  • 46 ASV, Senato Secreta, Relazione di Candia, c. 79.
  • 47 Cristoforo Da Canal, Della Milizia Marittima, op. cit., t. II, p. 111-113 et 162.
  • 48 Après avoir employé le charpentier grec Theodoro Baxon, ou Bassanus, pour un salaire annuel de 130 (...)
  • 49 L’expression « Venezia, l’altra patria dei Greci » est reprise de Chryssa Maltezou, in Chryssa Mal (...)

8Contrairement à l’image d’Épinal d’une Venise exclusivement commerciale et ouverte aux seuls marchands étrangers, un rapide regard sur la composition de la communauté grecque de la ville nous permet de prendre la mesure de l’hétérogénéité de ce groupe : en fait de grands marchands, d’armateurs et d’hommes d’affaires, la majorité de la colonie grecque semble en réalité composée de petits commerçants et d’artisans, d’ouvriers dans le bâtiment et les constructions navales, ainsi que d’hommes de mer 29, trois gros secteurs d’activités auxquels viennent s’ajouter des intellectuels 30, des étudiants 31, des artistes 32, des imprimeurs 33, des employés de l’administration vénitienne 34, des clercs séculiers 35 et réguliers 36, des soldats (le fameux corps des stradiots, une unité de cavalerie légère composée presque exclusivement d’éléments grecs, slaves et balkaniques 37 ), mais aussi toute une population beaucoup plus interlope, composée de voleurs et de prostituées 38, d’espions 39 et même d’esclaves 40. Joint à celui des ouvriers des constructions navales, le groupe des métiers de la mer, à la fois le plus nombreux et le plus insaisissable, mérite à cet égard un traitement plus approfondi, en insistant sur le fait que cet engagement des Grecs dans les activités maritimes n’a rien d’un microphénomène : en 1564, on trouve ainsi 60 Grecs (dont deux amiraux) parmi les 124 employés de l’Arsenal (dont cinq amiraux) qui demandent que leur soient attribués des « logements de fonction » (alloggi demaniali) en ville 41, et le rapport est de 41 sur 151 en 1594 (les deux seuls amiraux étant Grecs 42 ). Confortant ces conclusions, les travaux menés par Giorgios Plumidis sur les nécrologues de quelques paroisses de Venise 43 comme ceux d’Antonio Pardos sur les premiers livres de la Scuola hellénique 44 témoignent tous deux de l’importance de l’élément grec dans la vie maritime vénitienne, et ce avec les fonctions et aux échelons les plus divers. Moins « visibles » que les employés de l’Arsenal, les marins grecs constituent ainsi une grande partie du personnel embarqué sur les navires de la Sérénissime 45, et les Vénitiens eux-mêmes ne tarissent d’ailleurs pas d’éloges sur les « dispositions naturelles » des Grecs pour ces professions : alors que le représentant de la Sérénissime à Candie, Zuane Mocenigo, rapporte en 1589 au Sénat le proverbe crétois selon lequel « lorsque naît un paysan, naît un galérien, et lorsque naît un citadin, naît un marin 46 », Cristoforo Da Canal se livre quant à lui dans son Della milizia marittima à une véritable apologie du rameur grec, dont les mérites surpasseraient ceux de ses homologues Dalmates et Esclavons 47. Il n’y a en fait rien d’extraordinaire dans cette participation massive des réfugiés grecs à la vie maritime vénitienne, d’une part, parce qu’il s’agit d’activités largement répandues dans les terres grecques, et donc déjà familières aux réfugiés avant même leur migration, et d’autre part, parce que ces activités, lorsqu’elles ne s’exercent pas dans un espace de relations communes avec les rivages d’origine, font appel à des connaissances techniques héritées des ateliers byzantins, comme en témoigne l’insistance de la Sérénissime à s’assurer les services des charpentiers grecs de la dynastie Bassanus-Palopano 48, héritiers directs d’un savoir-faire venu des arsenaux de Constantinople. D’une manière plus symbolique, le simple fait que toute la marine vénitienne soit placée sous la protection de Saint Nicolas de Myre, c’est-à-dire de celui-là même que les Grecs ont choisi comme saint patron de leur nation, n’illustre-t-il pas la profondeur du lien unissant les réfugiés grecs de Venise et l’activité maritime de leur « autre patrie 49 » ?

Figures d’un « lobby » grec à Venise : la Scuola et les marchands

  • 50 Encore au milieu du xixe siècle, Edmond About se fera l’écho de cette réputation dans un de ses pa (...)

9Nous l’avons dit, les marchands, contrairement à l’idée reçue, ne constituent pas le groupe le plus nombreux de la colonie hellénique ; ils n’en sont pas moins le corps le plus puissant, le plus riche, et celui qui incarne probablement le mieux l’idée d’un « lobby », dans le sens où ce sont eux qui, par l’intermédiaire de la Scuola, vont devenir le symbole de l’ensemble de la colonie, renvoyant ainsi l’image d’une nation presque exclusivement commerçante et tout entière occupée à la recherche de ses intérêts commerciaux 50.

  • 51 Fotis Baroutsos, « Mercanti Greci a Venezia. Periodi e tendenze », in Chryssa Maltezou (éd.), Δημσ (...)
  • 52 Le marchand et avocat corfiote Tommaso Flanghinis lègue en 1644 à la scuola grecque 171716 ducats, (...)
  • 53 Panagiotis Michaïlaris, « L’attività armatoriale di Demetrio Peruli e il suo intervento al traffic (...)
  • 54 C’est ainsi le cas à Salonique, comme l’affirme Nicolas Svoronos, Le commerce de Salonique au xvii (...)
  • 55 Salvatore Ciriacono, Oglio ed Ebrei nella Repubblica veneta del Settecento, Venezia, Deputazione d (...)
  • 56 Voir par exemple ASV, Senato Mar, reg. 42, f° 242r, 29 septembre 1575 : ce décret autorise les suj (...)
  • 57 L’institution des Capi di Piazza est assez justement définie par Chryssa Maltezou comme « une sort (...)
  • 58 .IEV, AA, b. 46, fac. 675 (18 juin 1799). Les Grecs en question sont : Michel Giustinian (1670 et 1 (...)
  • 59 Dite aussi « Département du commerce, des poids, des mesures et des postes », la Deputazione merca (...)

10S’il est aussi difficile que périlleux de donner une évaluation chiffrée de la part des marchands grecs dans le commerce vénitien, on ne peut que constater que dès le xvie siècle, ceux-ci deviennent des acteurs importants de la vie économique de la cité 51, comme en témoigne l’importance de certaines maisons de commerce grecques établies dans la ville (Barelli, Flanghini 52, Perulli 53, etc.). Jouant bien souvent le rôle d’intermédiaires entre les négociants vénitiens et les réseaux levantins 54, les marchands grecs se taillent aussi la part du lion dans les échanges commerciaux entre la Sérénissime et ses possessions égéennes : les travaux de Salvatore Ciriacono sur l’importation d’huile d’olive à Venise 55 montrent ainsi très bien le rôle de premier plan qu’occupent les Grecs dans ce commerce jusqu’au milieu du xviiie siècle, c’est-à-dire jusqu’à ce que les juifs ne viennent leur en disputer le monopole. De l’étude des marchands grecs de Venise se dégage une impression de relative puissance économique et de grande stabilité face à la conjoncture, puisque profitant de l’expansion commerciale vénitienne pour augmenter le volume de leurs affaires, ils savent aussi tirer parti de chaque crise que traverse la Sérénissime : toujours au nombre des bénéficiaires des mesures d’exception que prennent régulièrement les autorités de la ville pour relancer un commerce sans cesse menacé par la piraterie ou les guerres, les Grecs acquièrent ainsi en période de crise de nombreux privilèges, allant du droit de naviguer sous pavillon vénitien à l’octroi de certaines facilités en échange de leurs investissements dans les constructions navales 56. Parvenant à s’insérer dans les hautes sphères du monde commercial vénitien, ils réussissent même, à partir de la fin du xviie siècle, à se faire représenter auprès des instances dirigeantes de ce négoce, d’abord parmi les Capi di Piazza57, où l’on compte 14 Grecs entre 1670 et 1797 58, puis dans la Deputazione Mercantile59 à partir d e 1799. Leur demande d’entrée dans cette dernière institution est d’ailleurs assortie de cette remarque :

  • 60 IEV, AA, b. 46, fasc. 675, 18 juin 1799 : [...] nessun altra nazione fuori dei Greci e Latini sia (...)

Aucune autre nation hors des Grecs et des Latins n’a jamais été, pas plus que ses membres, honorée de l’emploi de Capo di Piazza. Et ceci depuis 1670 à nos jours, tout comme il résulte aussi des registres eux-mêmes, que dans les diverses Députations instituées par le passé dans les échelles d’Europe pour protéger et animer le commerce de cette place, il se soit toujours trouvé quelque individu de la Nation Grecque 60.

  • 61 Il s’agit d’« Alexius de Corfoo aromatarius ».
  • 62 ASV, CD, Pm, reg. 27, f° 204r, 28 novembre 1498.
  • 63 Deno Geanakoplos, « La colonia greca di Venezia », art. cité, p. 188.
  • 64 Le nombre des membres inscrits à la Scuola est ainsi de 767 entre 1498 et 1530, de 1 044 entre 153 (...)
  • 65 Notons toutefois ici que l’attribution de cette scuola aux Grecs est relativement tardive, puisqu’ (...)
  • 66 Outre le collège Flanghinis déjà évoqué plus haut (cf. n. 51), on peut aussi mentionner le cas du (...)
  • 67 On peut notamment penser ici au cas de Matteo Verghis, armateur et marchand corfiote qui assure de (...)
  • 68 Tel est par exemple le cas de Pothitos, qui mène de front ses activités d’armateur et de chapelain (...)
  • 69 Ces donations ne se limitent pas à la seule colonie vénitienne, puisque dans la grande tradition d (...)
  • 70 Construite en 38 ans, de 1539 à 1577, mais inaugurée dès 1565, l’église de San Nicolo dei Greci es (...)
  • 71 IEV, AA, Mariegola, f° 41v-42r (28 mars 1546) et 59v-60r (31 mai 1556). Deno Geanakoplos qualifie (...)
  • 72 Sur ce sujet, voir Giorgio Fedalto, « La Comunità greca, la Chiesa di Venezia, la Chiesa di Roma » (...)
  • 73 C’est en particulier l’explication qui a souvent été donnée de la fin de non-recevoir qu’opposa Ve (...)
  • 74 Durant la première moitié du xve siècle, de nombreuses condamnations sont prononcées contre des pr (...)
  • 75 IEV, AA, b. 50, fasc. 711 ; les deux bulles de Léon X ont été éditées par Giorgio Plumidis, « Αι β (...)
  • 76 Sur les nonciatures vénitiennes, voir Aldo Stella, Chiesa e Stato nelle relazioni dei nunzi pontif (...)
  • 77 Après s’être fermement opposé dès 1515 à la construction d’une église grecque, le patriarche de Ve (...)

11Intégrés au tissu économique vénitien, les marchands grecs le sont aussi à la logique communautaire de la colonie hellénique de Venise, dont ils sont à la fois le visage le plus familier, la « colonne vertébrale » économique, et des « ambassadeurs » d e choix auprès des autorités vénitiennes. Ainsi, lorsque, le 28 novembre 1498, la colonie demande au Conseil des Dix le droit de constituer une scuola nationale, elle met en avant les bons et loyaux services qu’elle a p u rendre à la Sérénissime, mentionnant en bonne place soit juste après les stradiots l’œuvre de ses marchands dont un figure même parmi les deux rapporteurs de la pétition 61 : conscients du primat économique qui guide la politique vénitienne, les Grecs ont en effet choisi de miser sur l’argument de l’intérêt commercial de la Cité plutôt que sur celui de l’attachement de la ville à son identité cosmopolite ou à son passé byzantin... non sans succès, puisque le Conseil émet le même jour un avis favorable à la constitution de la scuola62. Cet événement marque le début d’une ère nouvelle pour l’ensemble de la colonie hellénique de la ville ; c’est en effet à partir de cette date, « peut-être la plus importante de l’histoire de la communauté » selon Deno Geneakoplos 63, que la colonie va acquérir une façade juridique et institutionnelle, et donc un « droit de cité » à part entière au sein du tissu sociopolitique vénitien. Bien qu’elle ne représente pas loin s’en faut ! l’ensemble de la colonie 64, la Scuola di San Nicolò devient le pivot de la vie communautaire grecque, son organe représentatif, et donc, pourrait-on dire, sa « vitrine ». En dehors de sa fonction de représentation, elle est aussi la garante des droits et des intérêts économiques, religieux ou juridiques des Grecs de Venise ; car plus que la simple reconnaissance par la Sérénissime de l’existence en son sein d’un rite orthodoxe jusqu’alors pratiqué dans la semi-clandestinité, l’attribution d’une scuola aux Grecs témoigne du poids sans cesse grandissant de cette colonie dans la Cité des Doges 65. Au xvie siècle, la montée en puissance de la Scuola· est d’autant plus rapide que celle-ci se dote rapidement d’une structure institutionnelle lui permettant d’étendre son action de gestion et de protection, et même d’ébaucher une véritable action politique : dès 1563 est ainsi institué un chapitre de 40 membres, qui, sous la présidence d’un proèdre ou gastaldo, est chargé de prendre les décisions au n om de l’ensemble de la communauté. Cependant, l’autorité vénitienne, qui veille continûment à la préservation de l’équilibre au sein de ses différentes composantes sociales et politiques, a déjà pris la mesure de la menace que représenterait pour la ville une suprématie de la composante grecque sur les autres minorités, et empêche la Scuola de fortifier son rôle politique ; celle-ci demeure ainsi une institution semi-religieuse vouée essentiellement à l’entretien de l’église grecque-orthodoxe, à l’assistance et la charité envers les « compatriotes » dans le besoin (veuves et orphelins, filles sans dot, services funéraires, etc.), ainsi qu’au maintien des coutumes et de la langue grecques à travers l’enseignement dispensé aux jeunes gens 66 o u la célébration de fastueuses liturgies religieuses. Dès le début, les marchands grecs ont joué un rôle important dans la vie même de la Scuola, et donc de la communauté tout entière. Outre leur précieuse inter cession auprès des autorités vénitiennes pour la création de la Scuola, ils occupent rapidement les premiers rangs dans la nouvelle hiérarchie de la nation hellénique : 64. 65. 66. — en plus de fournir la majorité des gastaldi de la nation 67, ils sont représentés parmi le clergé grec-orthodoxe de Venise 68, et ce sont aussi eux qui font la plupart des offrandes et donations 69. D’une manière générale, on peut dire que leur prospérité garantit celle de la communauté, et lorsqu’il s’agit d’ériger la coûteuse église grecque-orthodoxe de San Giorgio dei Greci 70 la plus vieille église de la diaspora grecque en Occident ce sont une fois de plus les marchands qui fournissent une grande partie des 15  000 ducats d’or nécessaires, notamment grâce à l’institution, en 1546, et avec l’approbation du Conseil des Dix, d’un droit spécial touchant les navires grecs arrivant à Venise et dont le produit doit être dévolu à l’achèvement de la construction de San Giorgio une taxe d’un demi à trois ducats par bateau et par voyage, et une autre pour chacun des chargements (colli) acheminés par ces bateaux jusques aux quais vénitiens, à raison de 2 soldi par collo piccolo et de 4 soldi par collo grande71. Un dernier point mérite d’être éclairci, qui est celui de la relative tolérance en matière religieuse dont les membres de la colonie hellénique ont pu jouir à Venise 72. Il paraît en effet un peu simpliste de l’expliquer, comme cela a souvent été fait, par le seul pragmatisme économique de la Sérénissime, qui aurait ainsi accordé leur liberté religieuse aux Grecs pour s’assurer la reconnaissance de leurs marchands73. Il semble plutôt que face à la politique répressive du patriarcat vénitien contre toutes les tentatives d’établissement d’un culte orthodoxe à Venise 74, ce soient les Grecs eux-mêmes qui aient su profiter des différentes opportunités qui s’offraient à eux pour faire valoir leurs droits, et l’obtention des bulles papa les des 18 mai et 3 juin 1514 75 constitue à cet égard un véritable chef-d'œuvre d’habileté diplomatique : par ces bulles, les Grecs de Venise obtiennent du pape Léon X, que son éducation humaniste rend sensible au sort de l’hellénisme, le privilège tout à fait exceptionnel que leur paroisse dépende directement du Saint Siège, et donc du nonce 76, plutôt que du peu conciliant patriarche de Venise ; « cerise sur le gâteau », cette protection sera obtenue contre la redevance annuelle de 5 livres de cire blanche... que le pape ne réclamera jamais ! Le 5 septembre 1526, le successeur de Léon X, Clément VII, procède à la triple nomination du nonce pontifical à Venise, d u vicaire général de l’évêque de Padoue et de l’abbé du monastère de San Giorgio, auxquels il ordonne de permettre aux Grecs de jouir librement des droits accordés par les bulles de Léon X, et ce contre les prétentions du patriarche et du bas-clergé : jouant de la rivalité entre la nonciature et le patriarcat, les Grecs font désormais du nonce pontifical leur interlocuteur privilégié en matière religieuse, alors que les patriarches successifs tentent vainement de compenser cette perte d’influence par une politique encore plus répressive à l’encontre des Grecs, en particulier dans les années 1527-152877. Or, cette logique de contournement, si elle s’est avérée extrêmement profitable pour les Grecs, semble non seulement leur avoir valu une solide inimitié de la part du patriarcat vénitien, mais aussi avoir alimenté le soupçon d’un « lobby » grec capable de gagner les gouvernants à sa cause, comme en témoignent encore à la fin du xviiie siècle ces propos amers de l’archevêque de Patras (et futur cardinal) Francesco Caraffa :

  • 78 ASV, Santo Ufficio (Tre Savi all’Eresia) b. 154, opuscule « Dei Greci » ; Ma la verità si è che i (...)

La vérité est que les Grecs Schismatiques trouvent des protections avec leur argent [...] Persuader le gouvernement [du péril schismatique que représentent les Grecs] est quasiment impossible : l’ignorance universelle fait que quelques personnes règlent toutes les décisions publiques, et ces quelques personnes sont toutes gagnées et achetées par les Grecs, et lorsque, soit par la nature des affaires, soit par la présentation de quelque bref pontifical, il a fallu en parler au Sénat, elles ont toujours mandaté les conseillers les plus favorables aux Grecs78.

Derrière le « lobby » : aux marges de la communauté

  • 79 ASV, CD, Pm, reg. 27, f° 204r, 28 novembre 1498.
  • 80 Les droits d’inscription des nouveaux membres (intrade), et ceux de réinscription des anciens memb (...)
  • 81 Despina Vlassi a publié les testaments des deux sœurs Isabetta et Graziosa Cubli dans son article (...)
  • 82 Anna Notaràs Paleologhina (v. 1405-1507) arrive à Venise après la chute de Constantinople, et s’em (...)
  • 83 C’est notamment le cas de Maria Halepà et de Maria Peperina, dames de compagnie de la reine de Chy (...)
  • 84 Ces chiffres sont donnés par Katerina Konstantinidou, « La presenza femminile », art. cité, p. 190
  • 85 La résidence des archevêques de Philadelphie à Venise date de 1577, suite à la nomination de Gabri (...)
  • 86 Voir sur le sujet Eleni Κουκκου, Ησρθόδσξσς μσνή ευγενών Ελληνίδων της Βενετίας (1599-1829) [Le co (...)
  • 87 C’est par exemple le cas de cette « dona Andriana, vedova Greca da Cipro », morte en 1655 et que l (...)
  • 88 On trouve par exemple une Maria Griega employée comme nourrice à l’orphelinat de la Pietà (cité pa (...)
  • 89 Catalogo di tutte le principal e più honorate cortigiane di Venetia, Venezia, Centro Internazional (...)
  • 90 Voir ASV, Sant’Ufficio (Tre Savi All’Eresia), qui regroupe des poursuites engagées aussi bien cont (...)
  • 91 Lors du procès intenté, en 1617, à Felicita Greca pour prostitution et sorcellerie (ibid., b. 70, (...)
  • 92 Katerina Konstantinidou, « La presenza femminile », art. cité, p. 197 : Alla donna è concesso di e (...)
  • 93 Edward Said, Orientalism, London, Routledge, 1978.
  • 94 Malgré les attaques sporadiques dont ils font l’objet de la part des cercles catholiques qui les a (...)
  • 95 Dans sa somme sur La Repubblica di Venezia e la corte di Roma nei rapporti della religione (Venezi (...)
  • 96 Ruth Martin, Witchcraft and the Inquisition in Venice, 1550-1650, Oxford-New York, Blackwell, 1989
  • 97 ASV, Santo Ufficio (Tre Savi all’Eresia), b. 30, n°5 (Elena Draga condamnée pour divination, 1571) (...)
  • 98 ASV, Santo Ufficio (Tre Savi all’Eresia), b. 88, n° 5 (Catterina Greca, 1632).
  • 99 Les actes des procès instruits par le Santo Ufficio nous donnent de précieuses indications quant a (...)
  • 100 Il s’agit de Michali « grecum » (ASV, CD, Pm, reg. 28, f° 117r, 25 sept. 1500, et f° 128r, 14 nov. (...)
  • 101 ASV, Signori di Notte al Criminal, reg. 14 (Sentenze di « bando dei ladri » 1486-1523), 17 (Senten (...)
  • 102 Il s’agit de Maria « meretrix » (ASV, CD, Pm, reg. 18, f° 154v, 1475) et de Franceschina « dictam (...)
  • 103 Il s’agit de Cassandra Cipriota (ASV, Signori di Notte al Criminal, reg. 14, f° 12r, 13 mai 1490), (...)
  • 104 Telle est notamment l’opinion de Nikolaos Moschonas, « La communità greca di Venezia », art. cité, (...)

12À l’image opulente et homogène que la communauté hellénique cherche à donner d’elle-même s’oppose une réalité bien plus complexe qui, si l’on considère le fait que la Scuola n’a pas jugé utile d’en conserver la trace, constitue un véritable « non-dit » de la présence grecque à Venise. Pour explorer ce « revers de la médaille », nous nous attacherons à trois figures principales : la femme, la sorcière et le criminel. Tous les trois incarnent en effet chacun à leur manière une « marge » de la nation officielle : la femme, puisque sa participation active à la vie communautaire n’est pas reconnue ; la sorcière, puisqu’elle participe de cette figure de l’altérité que représente l’« Oriental » aux yeux de l’imaginaire vénitien ; le criminel, puisqu’il rompt volontairement avec la représentation officielle des Grecs de Venise, et s’exclut lui-même de la communauté. Lorsque le Conseil des Dix accorde en 1498 la permission de fonder une scuola grecque-orthodoxe à Venise, il assortit son décret d’une limitation des membres masculins à 250, alors que le nombre des femmes n’y est pas restreint79. L e constat est ici évident : les femmes de la colonie grecque de Venise n’ont aucun poids dans l’organisation de la nation. Ne pouvant bénéficier d’aucune charge ni responsabilité dans la hiérarchie communautaire, leur rôle est limité au simple soutien économique à la communauté, que ce soit par le versement de leurs cotisations à la Scuola80 ou par leurs legs 81, et très rares sont celles disposant d’un prestige ou d’un patrimoine, comme la fille du dernier grand-duc de Constantinople Anna Notaràs Paleologhina 82, o u encore quelques nobles corfiotes de la cour de Catherine Cornaro 83. La participation des femmes à la vie de la communauté, dont les registres de luminarie nous permettent de nous faire une idée quantifiée, a donc naturellement tendance à baisser au fil du temps : toujours inférieures en nombre aux hommes au sein de la Scuola, les femmes représentent 30 % des inscriptions entre 1498 et 1530, 14 % entre 1533 et 1562, et 9 % entre 1724 et 186684. L’unique institution destinée aux seules femmes de la colonie grecque est le monastère orthodoxe, fondé en 1599 à l’initiative du métropolite de Philadelphie (archevêque orthodoxe de Venise 85 ), Gabriele Seviros, mais soumis au contrôle absolu de la Scuola86. Accueillant au départ quatre religieuses qui se trouvaient déjà à Venise, le monastère, dont le nombre de sœurs est ensuite fixé à 13, recrute ses membres parmi les veuves et les filles de grands marchands, ou parmi les pauvres affranchies, auxquelles viennent s’ajouter en temps de guerre des religieuses des régions vénitiennes prises par les Turcs. L’examen des luminarie de la Scuola permet enfin de faire de l’activité professionnelle un critère assez sûr de ségrégation économique entre les femmes grecques de Venise : si la majorité d’entre elles sont femmes et/ou mères au foyer et s’occupent des recettes de leurs maris, une minorité exerce des métiers témoignant tous d’un niveau de vie plutôt bas ; parmi les rares mentions d’activités professionnelles, les plus courantes sont ainsi celles de domestique (serva87 ), de sage-femme (levatrice) et de nourrice (balia88 ). Enfin, les prostituées (meretrice) grecques, absentes des registres de la Scuola, semblent avoir été assez nombreuses et assez populaires : si elles ne sont que quatre à figurer au nombre des 210 « principales et plus honorées courtisanes de Venise » recensées par le Catalogue de 1574 89, elles apparaissent en plus grand nombre dans les registres du Santo Ufficio90, chargé de réguler une prostitution moins visible et plus populaire 91 que celle « haut de gamme » dont traite le Catalogue. Fortement dépendantes de rôles stéréo typés 92, les femmes grecques ne jouent donc pratiquement aucun rôle actif dans la vie de la communauté hellénique ; vivant à l’ombre de la présence masculine, elles sont aussi absentes de l’image que la nation cherche à donner d’elle-même, et participent donc de cette marginalité qui, au sens large, désigne ici une vie « sur les marges » de la communauté plutôt qu’« en marge » de celle-ci. La pratique de la sorcellerie, quant à elle, renvoie à une marginalité au sens strict, mais aussi, de manière plus générale, à la notion d’« orientalisme », et ce de part sa faculté à catalyser un certain nombre d’idées reçues à propos de la colonie hellénique : pour les Vénitiens, en effet, les Grecs, au-delà de toute considération ethnico-nationale, incarnent jusqu’à la fin de l’époque moderne une des formes de cette identité orientale dans laquelle se retrouvent mélangées la fascination pour Byzance et la répulsion face à l’Empire ottoman. Dans le prolongement des travaux d’Edward Said 93, on peut affirmer que cette notion d’« orientalisme » se nourrit moins de la différence religieuse entre Vénitiens et Grecs que d’une sorte de mythification de l’altérité culturelle amenant à prêter à l’étranger certains comportements justifiant à eux seuls son « étrangeté ». Le problème religieux posé par l’orthodoxie ayant été en partie désamorcé par la proclamation lors du concile de Ferrare-Florence (1439) de l’unité de foi dans la diversité de rite entre Catholiques et Orthodoxes, les Grecs peuvent en effet dès le xvie siècle se réclamer bons catholiques tout en suivant un rite original. À Venise même, si la pratique de l’orthodoxie a provoqué aux xve et xvie siècles des conflits entre les Grecs et la Sérénissime, les deux bulles papales de 1514 puis la construction d’une église orthodoxe marquent la reconnaissance de la place de ce rite dans la ville, reconnaissance que tous les efforts de l’Inquisition ne pourront faire oublier par la suite 94. À l’opposé d’une accusation d’hérésie qui a rapidement perdu de sa pertinence 95, celle de sorcellerie renvoie pour sa part directement à ta notion d’orientalisme telle que nous venons de la définir. Car si les travaux de Ruth Martin sur la sorcellerie à Venise 96 ont bien montré la place du surnaturel dans cette ville à l’époque moderne, les dossiers du Santo Ufficio consacrés à des prévenus Grecs 97 uniquement des femmes - accréditent tous implicitement cette vision d’un Orient à moitié fantasmé s’accordant à merveille et comme naturellement aux pratiques magiques : un des Tre Savi all’Eresia chargés d’instruire en 1633 l’enquête pour sorcellerie ouverte contre une certaine Catterina Grega ne prend-il pas soin de préciser à propos d’un témoin cité, comme pour justifier sa présence dans cette affaire, qu’il est « né Vénitien, et vit selon les mœurs grecs » (vivens grecorum more98) ? Dans les registres du Santo Ufficio, nous croisons ainsi de nombreuses femmes de toutes nationalités pratiquant la médecine populaire, ou s’adonnant à des pratiques condamnées par l’Inquisition sous l’étiquette de "magie", comme la composition de filtres, la divination ou encore la lecture des cartes ou du marc de café. Les sorcières grecques, quant à elles, semblent s’être faites une solide réputation dans la pratique de certains tours pour lesquels elles sont consultées à titre de spécialistes. C’est notamment le cas de la très populaire divination dite « de la corde », qui consiste à prédire l’avenir d’un couple en observant la position des nœuds sur une corde jetée à terre 99 : on imagine ici toute l’impression que peut faire sur des esprits vénitiens l’hermétisme des formules incantatoires allié au mystère d’une langue grecque que bien peu d’entre eux comprennent... Dernier phénomène concernant la colonie grecque sur ses marges, le tandem délinquance/criminalité reste malheureusement encore trop peu étudié, bien qu’il fasse partie intégrante de la réalité vénitienne. Des Grecs sont ainsi impliqués dans des délits mineurs aussi bien que dans des crimes de sang : si le Consiglio dei Dieci traite des cas d’un faux-monnayeur et d’un contrebandier grecs en six mois d’intervalle100, ils sont aussi en moyenne un à deux par an à figurer sur les registres des Signori Notte al Criminal pour des affaires allant du vol au meurtre 101. Alors que les accusés semblent majoritairement issus des couches les plus pauvres de la société, une proportion tout à fait remarquable d’entre eux appartient au monde de la mer, du marin en escale à l’ouvrier de l’Arsenal ; nous noterons enfin que les femmes ne sont pas étrangères à ce monde de la criminalité, puisque nous en trouvons deux condamnées pour faux monnayage 102, et quatre poursuivies par les Signori di Notte al Criminal pour des affaires de vol ou de meurtre 103. L a sentence la plus couramment prononcée contre eux peut-être faute de ne pas arriver à les retrouver étant le bannissement temporaire ou définitif de la ville, cela signifie pour les coupables Grecs une double peine, puisqu’à l’exclusion de la cité s’ajoute celle de la communauté : les recherches menées jusqu’à présent dans les archives de la Scuola ne nous ont en effet pas permis de retrouver aucune mention de ces individus après leur condamnation... Intimement liée à l’existence et aux activités de la Scuola, l’idée d’un « lobby » grec se nourrit donc du rapport ambigu que la nation hellénique entretient avec sa propre image : en ne renvoyant qu’à la définition étroite de la communauté, elle entretient ainsi la méfiance des Vénitiens vis-à-vis d’une nation grecque dont la prospérité semble bâtie contre les intérêts locaux ; l’étude des marges de la colo nie semble de même confirmer l’hypothèse selon laquelle cette image renverrait directement à la manière très pragmatique que la communauté hellénique a eu de gérer ses propres effectifs, que ce soit en cantonnant les femmes dans des rôles subalternes ou en excluant les éléments les plus turbulents de la représentation comme de la vie communautaires. Enfin, cette idée d ’ un « lobby » grec à Venise repose aussi mais peut-être dans une moindre mesure sur une lecture partielle et partiale de l’histoire de la colonie hellénique, puisqu’à l’image d’une nation commerçante exclusivement préoccupée de ses propres intérêts s’oppose la réalité d’une communauté dont la destinée est intimement liée à celle de la ville d’accueil, et ce jusque dans sa chute : pour venir en aide à la République qui doit payer les 25 0000 ducats mensuels exigés par Bonaparte, la Scuola grecque lui offrira ainsi 5 000 ducats, et donnera à la Zecca (Hôtel des Monnaies) son argenterie et celle de l’église, pour une valeur totale d e 9976, 15 ducats ; ruinée par la confiscation de ces biens au moment de la dissolution de la République, la communauté grecque se retrouvera ainsi dans une grande difficulté financière que d’aucuns considèrent comme le coup de grâce donné à une présence grecque déjà très diminuée 104.

Notes

1 Cet article, tant dans son fond que dans sa forme, doit beaucoup aux conseils éclairés et bienveillants du Professeur Olivier Zeller, ainsi qu'à l'aide de mes amis, du travail de relecture accompli par Matthieu Demanuelli, Malincha Gersin, Yannick Jambon et Nicolas Redt, au soutien matériel et moral de Stefania Marsura et Cinzia Rampazzo. Que tous en soient ici pleinement remerciés.
Philippe de Commynes, Mémoires, Paris, Le Livre de Poche, 2001, p. 557. Commynes effectue deux ambassades à Venise, en 1494 et en 1495 ; cette remarque est tirée de la description de Venise qu'il fait lors de son premier voyage.

2 Pour un très bon aperçu des enjeux de ce vaste sujet, voir Donatella Calabi, « Gli stranieri e la città », in Alberto Tenenti & Ugo Tucci (éd.), Storia di Venezia dalle origine alla caduta della Serenissima, t. V, Il Rinascimento. Società e Economia, Roma, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, 1996, p. 913-946.

3 Giorgio Fedalto, « Stranieri a Venezia e a Padova » et « Stranieri a Venezia e a Padova, 1550-1700 », in Girolamo Arnaldi & Manlio Pastore Stocchi (éd.), Storia della cultura veneta, Vicenza, Neri Pozza, 1976-1986, t. III/1, Dal primo Quattrocento al Concilio di Trento, p. 499-535, et t. IV/2, Il Seicento, p. 251-279.

4 Georg Ostrogorsky, Storia dell'impero bizantino, Torino, Einaudi, 1968 [1re éd. : München, C. H. Beck'sche Verlagsbuchhandlung, 1963], p. 389 : Analogamente al territorio dell'impero, la stessa Costantinopoli venne spartita : anche qui Venezia ottenne tre ottavi, mentre gli altri cinque ottavi restarono all'imperatore. Il doge si chiamò cosi a ragione « signore della quarta parte e mezza (di un quarto) dell'impero romano », e mentre i principi franchi erano obbligati a giurare fedeltà all'impero di Costantinopoli, Dandolo, secondo quanto affermava espli-citamente il trattato, era esentato da questo obbligo. On peut à ce propos rappeler la belle formule de Fernand Braudel : « Venise n'a grandi qu'en se nourrissant des marchés, des complaisances et des faiblesses de l'Empire byzantin, en lui imposant ses services. Elle a mangé l'énorme maison du dedans, comme les termites dévorent une charpente. » (Fernand Braudel & Georges Duby [éd.], La Méditerranée, les Hommes et l'Héritage, Paris, Flammarion, 1986 [1re éd. : Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1977], p. 177).

5 L'expression est attribuée à l'évêque de Nicée (et futur cardinal) Bessarion, qui fait partie de l'énorme délégation byzantine qui, sur la route du concile de Ferrare-Florence, fait étape à Venise en 1438 - 1439. Le même Bessarion offrira en 1468 à la République l'inestimable collection de manuscrits qui formera le noyau de la Bibliothèque de San Marco.

6 L'expression est de l'évêque Dorothée de Mytilène, qui fait lui aussi partie de la délégation de 1438 - 39 (cf.n. 5).

7 Jean Décarreaux, « L'Union des Églises au concile de Ferrare-Florence (1438-1439) », Irénikon, XXXIX (1966), n 1, p. 46-72, et n 2, p. 177-220.

8 Freddy Thiriet, « Sur les communautés grecque et albanaise à Venise », in Hans-Georg Beck, Manoussos Manoussacas & Agostino Pertusi (éd.), Venezia centra di mediazione tra Oriente e Occidente (secoli xv e xvi) : aspetti eproblemi, 2 vol., Firenze, Olschki, 1977, t. I, p. 217 - 232, ici p. 217 : « D'emblée apparaît la différence entre les communautés grecque et albanaise, la première nombreuse, assez opulente et solidement organisée autour de son Église [sic], capable de constituer la nazione greca, la seconde, bien que nantie assez tôt d'une scuola, moins compacte, composée surtout de personnes modestes mais plus rapidement intégrées à la vie vénitienne puisque de religion catholique romaine pour la plupart. »

9 On trouvera une excellente présentation des scuole vénitiennes et de leur rôle au sein de la cité dans l'article de Brian Pullan, « Natura e carattere delle Scuole », in Terisio Pignatti (éd.), Le Scuole di Venezia, Milano, Electa, 1981, p. 9 - 24 ; sur ce sujet des scuole, voir aussi Patricia Fortini Brown, « Le Scuole », in Alberto Tenenti & Ugo Tucci (éd.), Storia di Venezia, op. cit., p. 0 7 - 3 5 4.

10 En 1708 sera fondée la scuola grecque-catholique de San Spiridione ; pour une histoire de cette seconde scuola hellénique, voir Giorgio Plumidis, « La confraternita greco-cattolica di Santo Spiridione a Venezia (1708) », Bollettino della Badia Greca di Grottaferrata, n.s., 26 (1972/1), p. 51 - 70.

11 Voir notamment sur ce sujet Giorgio Ravegnani, « Un legame di lunga tradizione. Dalla genesi di Venezia alla nascita della Comunità », in Tiepolo Maria Francesca & Tonetti Eurigio (éd.), I Greci a Venezia, Actes du congrès international d'études (Venise, 5-7 novembre 1998), Venezia, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed. Arti, 2002, p. 11-40, ainsi que les travaux de Deno Geanakoplos, « Erasmus and the Aldine Academy of Venice : A Neglected Chapter in the Transmission of Graeco-Byzantine Learning to the West », Greek, Roman and Byzantine Studies, 3 (1960), p. 107 - 134 ; Greek Scholars in Venice : Studies in the Dissemination of Greek Learning from Byzantium to Western Europe, Cambridge, Harvard University Press, 1 9 6 2 ; Interaction of the « sibling » Byzantine and Western cultures in the Middle Ages and Italian Renaissance (330-1600), New Haven Londres, Yale University Press, 1976.

12 Pour une discussion du terme de « communauté » appliqué à la colonie grecque de Venise, voir Artemi Xanthopoulou-Kyriakou, H Eλληvtκή Kotvóτητa της Bεvετία (1797-1866). Διoικηιική και oικoνoμική) opγάνωcση, εκπαιδευτική) και πoλιτική δpαστηριóτητα [La communauté grecque de Venise (1797-1866). Organisation administrative et économique, activités éducatives et politiques], Saloniki, Ekdoseis P. Pournaras, 1978, p. 38.

13 Gerasimos Pangratis, « Γιαννιώτες έμπjtοροι στη Bενετία στα μέσα του 16ου αιώνα (1550-1567) » [Marchands de Jannina à Venise au milieu du xvie siècle (1550-1567)], Thesaurismata, 28 (1998), p. 129-173.

14 Brunehilde Imhaus, Le Minoranze orientali a Venezia, 1300-1510, Roma, Il Veltro, 1997, p. 40-42.

15 Élisabeth Crouzet-Pavan, Venezia trionfante : gli orizzonti di un mito, Torino, Einaudi, 2001 [lère éd. : Paris, Albin Michel, 1999], p. 166 : Questi sradicati hanno spesso raggiunto, come prima tappa, i porti veneziani della Dalmazia, dell'Albania o della Grecia occidentale, prima della grande partenza verso la metropoli, una metropoli che reclama uomini per suoi eserciti, braccia per le sue galere.

16 Deno Geanakoplos, « La colonia greca di Venezia e il suo significato per il Rinascimento », in Agostino Pertusi (éd.), Venezia e l'Oriente fra Tarda Medioevo e Rinascimento, Venezia, Sansoni, 1966, p. 183-203, citation p. 184.

17 Sur le sujet, voir James Ball, « Poverty, charity and the Greek community », Studi Veneziani, n.s., 6 (1982), p. 129-146. Rares semblent être les cas où un individu est déclaré comme pauvre ; parmi les 1 036 actes de décès de Grecs enregistrés par l'église de Sant-Antonin entre 1569 et 1704 et publiés par Chryssa Maltezou & Georgios Plumidis, Gli atti di morte dei Greci nell'archivio della chiesa di Sant'Antonin di Venezia (1569- 1810), Venezia, Istituto Ellenico di Studi Bizantini e Postbizantini di Venezia, 2001 ; seuls 6 concernent ainsi des personnes dont l'indigence est explicitement mentionnée (les expressions « fa seppellir [...] per l'amor di Dio » ou « per carità », qui regroupent une réalité très hétérogène, ne sont pas ici prises en compte). Notons par ailleurs que l'acte de décès du « pauvre mendiant dont on ne sait pas le nom » (un povero cercante, che non si sà il nome, n 896, 22 décembre 1692) évoque une énigmatique « habitation où habitent d'ordinaire les Grecs pauvres » (habitatione solita di habitar li poveri Greci) qui mériterait d'être étudiée plus à fond.

18 Costas Kyrris a beaucoup étudié la communauté chypriote de Venise, à laquelle il a consacré trois articles fondamentaux : « Cypriots Scholars in Venice in the 16th and 17 th centuries », in Johannes Irmscher & Marika Mineemi (éd.), Über Beziehungen des Griechentums zum Ausland in der Neueren Zeit, Berlin, Akademie-Verlag, 1968, p. 183-272 ; « Further Documents relating to Cypriote Immigrants in Venice (xv xvii centuries) », Epeteris, 3 (1969-70), p. 145-165 ; « The Cypriote family of Soderini and other Cypriots in Venice (xv-xvii centuries) », Neo Hellenika, 1 (1970), p. 58-78. Sur le même sujet, voir le récent article de Brunehilde Imhaus, « La minorité chypriote de Venise du xvie siècle au début du xviie siècle », in Yannis Ioannou, Françoise Métral & Marguerite Yon (éd.), Chypre et la Méditerranée orientale, Lyon, Maison de l'Orient Méditerranéen, 2000, p. 33-41.

19 Istituto Ellenico di Venezia (IEV), Antico Archivio (AA), Mariegola, f° 66r, 2 mai 1572.

20 Ioannis Veludos, « Cenni sulla colonia greca orientale », in Venezia e le sue Lagune, Venezia, Antonelli, 1847, t.1, Annexe V, p. 78-100, p. 81.

21 Archivio di Stato di Venezia (ASV), Consiglio dei Dieci (CD), Parti miste (Pm), reg. 34, f° 142r (1511).

22 ASV, CD Pm, reg. 9, f° 140v, 8 janvier 1416.

23 ASV, CD, Pm, reg. 18, f° 113v, 8 juin 1475.

24 Archivio Storico Patriarcale di Venezia (ASPV), Actorum Diversorum (AD), C, Lib. XXIII, f° 77v (27 avril 1481).

25 Ioannis Veludos, « Cenni sulla colonia greca orientale », art. cité, p. 81. Notons que cette évaluation n’est pas le fruit d’une quelconque étude démographique menée par Veludos, mais la simple reprise d’une lettre de l’archevêque orthodoxe de Philadelphie, Gabriel Seviros (éditée par Johannes Lamius in Gabrielis Severi et aliorum graecorum recentiorum epistolae, Firenze, 1754, p. 116). Dans le sillage de Ioannis Veludos, les principaux historiographes de la colonie grecque de Venise reprendront à leur compte et sans jamais vraiment la discuter cette évaluation pourtant fragile : Deno Geanakoplos, « La colonia greca di Venezia... », art. cité, p. 191 ; Giorgio Fedalto, Ricerche storiche sulla posizione giuridica ed ecclesiastica dei Greci a Venezia nei secoli xv e xvi, Firenze, Olschki, 1967, p. 33 ; Manoussos Manoussacas, « Aperçu d’une histoire de la colonie grecque orthodoxe de Venise », Thesaurismata, 19 (1982), p. 7-30, ici p. 15 ; Nikolaos Moschonas, « La communità greca di Venezia, aspetti sociali ed economici », in Maria Francesca Tiepolo & Eurigio Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, op. cit., p. 221-242, ici p. 223.

26 Cité par Emile Legrand, Notice biographique sur Jean et Théodose Zygomalas, Paris, Ernest Leroux, 1889, p. 254-255.

27 ASV Senato, Deliberazioni Roma, f° 199, f° 488-490, 1er juin 1686.

28 Julius Beloch, « La popolazione di Venezia nei secoli xvi e xvii », Nuovo Archivio Veneto, 45 (1902), p. 5-49, ici p. 44 ; ce chiffre est présenté par Beloch comme une « estimation critique » du résultat du recensement de 1696, qui évalue la population vénitienne à 132 637 habitants. Daniele Beltrami propose quant à lui le chiffre de 138067 habitants à Venise en 1696 : « Lineamenti di storia della popolazione di Venezia nei secoli xvi, xvii, xviii », Atti dell’Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, CIX (1950-51), p. 9-40, ici p. 17.

29 Ugo Tucci, « I Greci nella vita marittima veneziana », in Maria Francesca Tiepolo & Eurigio Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, op. cit., p. 243-255.

30 Deno Geanakoplos, Greek Scholars in Venice, op. cit.

31 L’identité comme l’activité de ces étudiants grecs de l’université de Padoue ont été bien étudiées par Giorgio Plumidis dans deux articles : « Οι πράξεις εγγραφής των Ευυήνων σπουδαστών του Πανεπιστήμιου της Πάδοβας (Μέρος Α’. Artisti 1634-1782) » [Les actes d’immatriculation des étudiants grecs de l’Université de Padoue (1re partie. Artistes 1634-1782)], Επετηρίς Εταιρείας Βυζαντινών Σπσυδών, 37 (1969 1970), p. 260-336 à compléter par son « Συμπυήρωμα (έτη 1674-1701) » [Supplément (1674-1701)], Thesaurismata, 8 (1971), p. 188-204 ; et « Gli scolari greci nello studio di Padova », Quaderni per la storia dell’Università di Padova, 4 (1971), p. 127-141 ; deux autres références sur le sujet restent l’article de Giovanni FABRIS, « Professori e scolari greci all’Università di Padova », Archivio Veneto, V série, 30 (1942), p. 121- 165, ainsi que l’ouvrage d’Aristides Sterghellis, Ta δημσιεύματα τωυ ελλήνων σπσυδαστών τσυ Πανεπιστήμισυ της Πάδσβας τσν 17° και 18° αι. [Les publications des étudiants grecs de l’Université de Padoue aux xvlie et xviiie siècles], Athènes, Parnassos, 1970 ; enfin, on trouvera une synthèse récente sur ce sujet chez Dimitris Arvanitakis, « Studenti a Venezia. Un’aspetto dell’esperienza dell’istruzione neoellenica », in Chryssa Maltezou (éd.). Δημσία ιλαρία /Pubblica celebrazione : 500 anni dalla fondazione della comunità dei greci ortodossi di Venezia, 1498-1998, Venezia, Istituto Ellenico di Studi Bizantini e Postbizantini di Venezia, 1999, p. 47-74.

32 Pour un bon aperçu de l’activité artistique des Grecs de Venise, voir Niki Tselenti, « Pittori Greci e la Confraternita dei Greci di Venezia », in Chryssa Maltezou (éd.), Δημσία ιλαρία /Pubblica celebrazione, op. cit., p. 155-183, ainsi que les deux études de Maria Constantoudaki-Kitromilides sur « L’arre dei pittori greci a Venezia nel Cinquecento », in Mauro Lucco (éd.), La pittura nel Veneto. Il Cinquecento, t. III, Milano, Electa, 1999, p. 1203-1261, et « Le icone e l’arte dei pittori greci a Venezia. Maestri in rapporto con la confraternita greca », in Maria Francesca Tiepolo & Eurigio Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, op. cit., p. 569-642.

33 Sur ce sujet, voir Irene Papadaki, « L’attività editoriale greca a Venezia », in Chryssa Maltezou (éd.), Δημσία ιλαρία/Pubblica celebrazione, op. cit., p. 105-132 ; voir aussi les trois contributions de Linos Politis, « Venezia come centro della stampa e della diffusione della prima letteratura neoellenica » ; Enrica Follieri, « Il libro greco per i greci nelle imprese editoriali romane e veneziane della prima metà del Cinquecento » et Léandre Vranoussis, « Les imprimeries vénitiennes et les premiers livres grecs », in Hans-Georg Beck, Manoussos Manoussacas & Agostino Pertusi (éd.), Venezia centro di mediazione, op. cit., t. II, p. 443-482, 483-508 et 509-519. Voir aussi L. Evro, « The first printed greek book », Journal of the Hellenic Diaspora, VI/4 (1979), p. 63-79 ; Despina Vlassi Sponza, « I Greci a Venezia ; Una presenza costante nell’editoria (sec. xv-xx) », in Scilla Abbiati (éd.), Armeni, Ebrei, Greci stampatori a Venezia, op. cit., p. 71-99 ; Georgios PLUMIDIS, « Le tipografie greche a Venezia », in Maria Francesca Tiepolo & Eurigio Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, op. cit., p. 365-380.

34 Manoussos Manoussacas, « Un poeta cretese ambasciatore di Venezia a Tunisi e presso i Turchi : Leonardo Dellaporta e i suoi componimenti poetici », in Agostino Pertusi (éd.), Venezia e l’Oriente fra Tardo Medioevo e Rinascimento, Venezia, Sansoni, 1966, p. 283-307 ; Maria Francesca Tiepolo, « Greci nella Cancelleria veneziana : Giovanni Dario », in Maria Francesca Tiepolo & Eurigio Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, op. cit., p. 257-314.

35 Stathis Birtachas, « Il clero greco-ortodosso a Venezia. Dal papàs-Michalis e san Biagio fino all’arcidiocesi d’Italia », in Chryssa Maltezou (éd.), Δημσία ιλαρία /Pubblica celebrazione, op. cit., p. 75-104.

36 Fani Mavroidi, Aspetti della società veneziana del’500. Le confraternità del’500. La Confraternità di S. Nicolò dei Greci, Ravenna (éd.) D. Byte, 1989, p. 38-39 : sept soeurs (monache) sont ainsi recensées sur les deux premiers registres de la scuola hellénique, entre 1489 et 1562.

37 Pour une aperçu général du groupe des stradiots, voir Giorgio Pilidis, « Morire per honor di la Signoria. Gli stradioti Greci a Venezia », in Chryssa Maltezou (éd.), Δημσία ιλαρία /Pubblica celebrazione, op. cit., p. 25 46, et Chryssa Maltezou, « Stradioti » : σι πρστάτες των συνόρων [Stradiots : les protecteurs des frontières], Athènes, Acrinet, 2003 ; le rôle des stradiots dans l’organisation militaire vénitienne a été étudié par Eugenio Barbarich, « Gli stradioti nell’arte militare italiana », Rivista di Cavalleria, XIII (1904), p. 52-72 ; pour un étude de l’apport linguistique de ce groupe militaire à la langue vénitienne, voir Guido Sala, « La lingua degli stradiotti nelle commedie e nelle poesie dialettali veneziane del sec. xvi », Atti dell’Istituto veneto di Scienze, Lettere ed Arti, CIX (1950-51), p. 141-188, et CX (1951-52), p. 291-343 ; enfin, Marianna Coliva a consacré un article à la brillante carrière du stradiot Théodore Paléologue : « Θεόδωρος Παυαιουόγος, αρχηγός μισθοφόρων « στρατιωτών » και διερμηνέας στην υπηρεσία της Βενετίας (1452 c.-1532) » [Theodore Paléologue, commandant des mercenaires « stradiots » et interprète au service de Venise (v. 1452 1532)], Thesaurismata, 10 (1973), p. 138-162.

38 Cf. infra, où ces deux catégories font l’objet d’un traitement particulier.

39 Paulo Preto, I servizi segreti di Venezia, Milano, Il Saggiatore, 1994.

40 Sur les esclaves, voir Paolo Molmenti, La Storia di Venezia nella vita privata, Bergamo, Istituto Italiano d’Arte Grafiche, 1927, t. I, p. 92-93. Les papiers de deux notaires du xive siècle, Benvenuto de Brixano et Domenico, respectivement édités par Raimondo Morozzo Della Rocca, Benvenuto de Brixano, notaio in Candia, 1301-1302, Venezia, Alfieri, 1950 ; et Maria Francesca Tiepolo, Domenico prete di S. Maurizio, notaio in Venezia, 1309-1316, Venezia, Comitato per la Pubblicazione delle Fonti relative alla Storia di Venezia, 1970, contiennent quelques actes de vente d’esclaves grecs : le 23 mai 1301 pour le premier, et les 14 avril 1310, 13 janvier 1311 et 23 novembre 1315 pour le second. La « Dona Marietta, schiava Greca » dont le décès est enregistré à l’église Sant-Antonin en 1643, a plus vraisemblablement été une esclave des Ottomans que des Vénitiens (cité par Chryssa MALTEZOU & Georgios Plumidis, Gli atti di morte dei Greci, op. cit., n° 405, 13 nov. 1643).

41 ASV, Milizia da Mar, reg. 761, « Marineri » (1564).

42 ASV, Milizia da Mar, reg. 762, « Armiragli Comiti et altri Benemeriti » (1594).

43 Giorgio Plumidis, « Considerazioni sulla popolazione greca a Venezia nella seconda metà del’500 », Studi Veneziani, XIV (1972), p. 219-226.

44 Antonio Pardos, « Αυφαβητικός κατάυογος των πρώτων μευών της Ευυηνικής Αδευφότητας της Βενετίας από το κατάστιχο 129 (1498-1530) » [Catalogue alphabétique des premiers membres de la Confraternité grecque de Venise d’après le registre 129 (1498-1530)], « Α’. Άντρες » [1. Les Hommes], Thesaurismata, 16 (1979), p. 294-386, et « Β. Γυναίκες » [2. Les Femmes], Thesaurismata, 17 (1980), p. 149-205.

45 Cristoforo Da Canal affirme ainsi dès 1540 : « [Pour trouver des chiourmes], je n’aurai pas besoin de monter jusqu’à la sphère du feu comme Prométhée, ni d’aller dans des pays lointains, parce que la Grèce et l’Es clavonie pourront m’en fournir en abondance » (Della Milizia Marittima [éd.] de Mario Nani Mocenigo, Rome, Istituto Poligrafico dello Stato, 1930, t. II, p. 110). En 1589, c’est au tour de l’ambassadeur de Venise à Chypre, Antonio Zane, d’affirmer que Non è nave né galia che navega di questa città e che non abbia per suo servitio gente cypriota. « il n’y a ni navire ni galère qui navigue depuis cette ville et qui n’ait à son service des Chypriotes », cité par Vladimir Lamansky, Secrets d’État de Venise, 2 vol., New York, B. Franklin, 1968 [1re éd. : Saint-Petersbourg, Académie Impériale des Sciences, 1884], p. 563. L’étude de référence sur le personnel maritime vénitien reste celle d’Alberto Tenenti, Cristoforo Da Canal. La marine vénitienne avant Lépante, Paris, SEVPEN, 1962.

46 ASV, Senato Secreta, Relazione di Candia, c. 79.

47 Cristoforo Da Canal, Della Milizia Marittima, op. cit., t. II, p. 111-113 et 162.

48 Après avoir employé le charpentier grec Theodoro Baxon, ou Bassanus, pour un salaire annuel de 130 ducats (c’est-à-dire supérieur à celui du contremaître lui-même), le Sénat, craignant de le voir mourir sans qu’il n’ait eu le temps de transmettre aux artisans vénitiens les secrets de fabrication de ses fameuses galères légères de combat, s’adjoint à prix d’or (un salaire de 200 ducats par an, 50 ducats pour son déménagement de Rhodes et une maison aux frais de l’État) les services de son neveu Nicolo Palopano, qui se voit progressivement confier la direction des chantiers au détriment de son concurrent vénitien, le contremaître Bernardo di Bernardo (ASV, Senato Misti, reg. 60, Ρ 17, juin 1437, et ASV, Arsenale, b. 566, « Quaderno dei salariadi », Ρ 13, juillet 1437) ; à la mort de Nicolo - dont les autorités vénitiennes financent l’enterrement à hauteur de 150 ducats! - le Sénat fait appel au fils de celui-ci, Giorgio, qui parvient à se faire embaucher aux mêmes conditions que son père, et occupe entre 1442 et 1455 la place extrêmement convoitée de contremaître des charpentiers de l’Arsenal (ASV, Senato Mar, reg. 1, f° 13v, 26 janvier 1441, et 101v, 3 juillet 1442). Pour un aperçu du fonctionnement de l’Arsenal, voir Frederic Lane, Navires et Constructeurs à Venise pendant la Renaissance, Paris, SEVPEN, 1965, ainsi que les deux articles de Franco Rossi, « L’Arsenale : i quadri direttivi » et Giovanni Caniato, « L’Arsenale : maestranze e organizzazione del lavoro », in Alberto Tenenti & Ugo Tucci (éd.), Storia di Venezia, op. cit., p. 593-639 et 641-677.

49 L’expression « Venezia, l’altra patria dei Greci » est reprise de Chryssa Maltezou, in Chryssa Maltezou (éd.), Δημσία ιλαρία /Pubblica celebrazione, op. cit., p. 9-22.

50 Encore au milieu du xixe siècle, Edmond About se fera l’écho de cette réputation dans un de ses pamphlets les plus célèbres : « On dirait que la Grèce s’est incarnée tout entière dans l’insulaire Ulysse, qui sait naviguer et mentir, qui spécule sur ses affections et sur ses malheurs ; qui, lorsqu’il échange ses armes avec un ami, fait en sorte de gagner au change ; qui, avant de tuer les prétendants, conseille à sa femme de leur demander de riches présents ; Ulysse le héros marin, marchand et fripon. » (La Grèce contemporaine, Hachette, Paris, 1854, p. 179).

51 Fotis Baroutsos, « Mercanti Greci a Venezia. Periodi e tendenze », in Chryssa Maltezou (éd.), Δημσία ιλαρία/Pubblica celebrazione, op. cit., p. 133-154.

52 Le marchand et avocat corfiote Tommaso Flanghinis lègue en 1644 à la scuola grecque 171716 ducats, destinés à l’institution d’une école, à la fondation d’un hôpital, au rachat d’esclaves chrétiens aux mains des infidèles et à la dot de pauvres jeunes filles grecques ; le testament a été édité par Konstantinos Mertzios, « Θωμάς Φυαγγίνης και ο Μικρός Ευυηνυμνήμων » [Thomas Flanghinis et le Mikros Ellinomnimon], Πραγματεία ! Ακαδημίας Αθηνών, IX (1939), p. 128-139 ; sur le collège, voir les travaux d’Athanassios Karathanassis, H Φλαγγίνειυς Σχυλή της Βενετίας [L’École Flanginienne de Venise], Thessaloniki, Kyriakidi, 1975, et « Il Collegio Flanghinis », in Maria Francesca Tiepolo & Eurigio Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, op. cit., p. 197 208 ; sur l’hôpital, voir Christos Bartsocas & Constantinos Papadatos, « Το Ευυηνικό Νοσοκομείο της Βενετίας, περίυδ. Α. : Νοσοκομείο Θυαγγίνη (1678-1800) » [Les hôpitaux grecs de Venise, 1re période : l’Hôpital Flanghinis (1678-1800)], Materia Medica Graeca,VI5 (1977), p. 584-585.

53 Panagiotis Michaïlaris, « L’attività armatoriale di Demetrio Peruli e il suo intervento al traffico mediterraneo », in Economies méditerranéennes. Equilibres et intercommunications, xiiie-xixe siècles, Actes du IIe Colloque international d’Athènes (18-25 septembre 1983), Athènes, Centre de Recherches Néohelléniques de la Fondation de la Recherche Scientifique, 1985, t. I, p. 175-186.

54 C’est ainsi le cas à Salonique, comme l’affirme Nicolas Svoronos, Le commerce de Salonique au xviiie siècle, Paris, PUF, 1956, p. 169 ; « Jusqu’à la paix de Passarowitz (1718) [...] le commerce vénitien s’exerça à Salonique par l’entremise des Grecs. » Plus largement, voir l’article fondamental de Traian Stolanovich, « The Conquering Balkan Orthodox Merchant », Journal of Economic History, 20 (1960), p. 234-313 ; voir aussi le récent article de Maria Fusaro, « Les Anglais et les Grecs. Un réseau de coopération commerciale en Méditerranée vénitienne », Annales, 58/3 (mai-juin 2003), p. 605-626.

55 Salvatore Ciriacono, Oglio ed Ebrei nella Repubblica veneta del Settecento, Venezia, Deputazione di Storia Patria per le Venezie, 1975.

56 Voir par exemple ASV, Senato Mar, reg. 42, f° 242r, 29 septembre 1575 : ce décret autorise les sujets de la Sérénissime à battre pavillon vénitien.

57 L’institution des Capi di Piazza est assez justement définie par Chryssa Maltezou comme « une sorte de chambre de commerce avant l’heure » (H Βενετία των Ελλήνων/Venice of the Greeks, Athènes, Militos, 1999, p. 110).

58 .IEV, AA, b. 46, fac. 675 (18 juin 1799). Les Grecs en question sont : Michel Giustinian (1670 et 1672), Andrea Calichiopuli (1670, 1676 et 1678), Simon Giugali (1672), Marco Cagiani (1683 et 1695), Marco Ghirardi (1687), Nicolò Carajani (1703), Zorzi Zandiri (1795 et 1713), Tommaso de Girolamo (1709 et 1717), Demetrio Perulli (1719-1729 et 1732-1736), Simon Maruzzi (1729), Leonardo Capitanachi (1729, 1731 et 1732), Nicolò Carejanni (1732), Steffano Carajanni (1776) et Zuane Lazzaro (17 [...]).

59 Dite aussi « Département du commerce, des poids, des mesures et des postes », la Deputazione mercantile fonctionne du 2 avril 1798 au 18 avril 1806 avec les attributions des anciens Cinque Savi alla Mercanzia gestion du commerce, de la navigation, des arts et manufactures, des douanes, octrois et droits de passage, des assurances maritimes, du monopole du tabac, du réseau viaire et de l’agriculture, répression de la contrebande, contrôle des colonies étrangères et de l’activité des marchands vénitiens et sujets de la Sérénissime auxquelles s’ajoutent la surintendance des bancs de prêt (banchi) du ghetto et des commissions sur les affaires des sujets ottomans. Cf. Maria Francesca Tiepolo & Giustiniana Migliardi O’riordan (éd.), Guida Generale degli Archivi di Stato Italiani, t. IV, Archivio di Stato di Venezia, Roma, Ministero per i Beni Culturali e Ambientali, 1994, p. 1019-1020.

60 IEV, AA, b. 46, fasc. 675, 18 juin 1799 : [...] nessun altra nazione fuori dei Greci e Latini sia mai stata, né suoi individui, fregiata dell’impiego di Capo di Piazza. E ciò dal 1670 sino a giorni nostri, come pure dalli registri stessi risulta, che nelle varie Deputazioni instituite in passato alle scale d’Europa per proteggere ed animare il commercio di questa piazza, sempre trovasi compreso un qualche individuo della Nazion Greca.

61 Il s’agit d’« Alexius de Corfoo aromatarius ».

62 ASV, CD, Pm, reg. 27, f° 204r, 28 novembre 1498.

63 Deno Geanakoplos, « La colonia greca di Venezia », art. cité, p. 188.

64 Le nombre des membres inscrits à la Scuola est ainsi de 767 entre 1498 et 1530, de 1 044 entre 1533 et 1562, de 741 pour la seule année 1563 (probablement le maximum atteint en 500 ans d’histoire de la Scuola), puis de seulement 546 entre 1724 et 1866 ; cf. Antonio Pardos, « Αυφαβητικός », art. cité, et Fani Mavroidi, Συμβσλή στην ιστσρία της Ελληνικής Αδελφότητας στσν ΙΣΤ αιώνα. Εκδση τσυ Β’Μητρώυυ Εγγραφών (1533-1562) [Contribution à l’histoire de la communauté grecque au xvie siècle. Edition du second registre d’inscriptions (1533-1562)], Athènes, Noti Karavia, 1976.

65 Notons toutefois ici que l’attribution de cette scuola aux Grecs est relativement tardive, puisqu’elle intervient bien après la fondation d’autres scuole nationales de moindre importance, comme celle des Lombards en 1361, celle des Florentins en 1435, celle des Albanais en 1442 (Scuola di Santa Maria e di San Gallo, ou Scuola degli Albanesi), ou encore celle des Dalmates ou Esclavons en 1451 (Scuola di San Zorzi e San Trifone). Freddy Thiriet propose deux explications à ce « retard » : « en premier lieu, les Grecs étaient très habitués à la cité, y trouvaient des parents, des amis capables de leur apporter immédiatement les secours matériels indispensables à tout immigré ; d’autre part les autorités de la Sérénissime, tout en se montrant compréhensives et fort accueillantes envers les Hellènes, redoutaient malgré tout leur originalité et, plus encore, leur foi orthodoxe sans cesse affirmée. Aussi bien [...] une organisation centralisée ne fut autorisée en faveur des Grecs qu’après la disparition de l’Empire byzantin. » (« Sur les communautés grecque et albanaise à Venise », art. cité, p. 222.)

66 Outre le collège Flanghinis déjà évoqué plus haut (cf. n. 51), on peut aussi mentionner le cas du chypriote Bernardo Acris qui, entre 1661 et 1666, lègue à la Scuola 2 400 ducats destinés à la fondation de deux bourses d’études pour des étudiants grecs de Venise ; sur cet exemple, voir Athanassios Karathanassis, H Φλαγγίνεισς Σχσλή της Βενετίας, op. cit., p. 60-64.

67 On peut notamment penser ici au cas de Matteo Verghis, armateur et marchand corfiote qui assure de 1550 à 1553 la gastaldia tout en dirigeant un commerce florissant allant de Constantinople à l’Angleterre. cf. IEV, reg. 19, f 52v (26 janvier 1550) et 57v (29 janvier 1553).

68 Tel est par exemple le cas de Pothitos, qui mène de front ses activités d’armateur et de chapelain de San Giorgio dei Greci de 1556 à 1559 (voir Eftichia D. Liata, « Ιερείς των Ευυήνων της Βενετίας από 1412 1558 », [Les prêtres des Grecs de Venise, 1412-1558], Thesaurismata, 13 (1976), p. 85-110, ici p. 101).

69 Ces donations ne se limitent pas à la seule colonie vénitienne, puisque dans la grande tradition de l’évergétisme grec, de nombreuses sommes sont destinées à ta construction d’écoles et d’églises en Grèce même (Ioannina, Kastoria, Salonique, Athènes, Chio, etc.) ; sur ce sujet, voir Giorgio Plumidis, « Σχουεία στην Ευυάδα συντηρούμενα από κυηροδοτήματα Ευυήνων της Βενετίας (1603-1797) » [Les écoles de Grèce subventionnées par les dons de Grecs de Venise (1603-1797)], Thesaurismata, 9 (1972) p. 236-249.

70 Construite en 38 ans, de 1539 à 1577, mais inaugurée dès 1565, l’église de San Nicolo dei Greci est l’oeuvre de quatre architectes différents : Sante Lombardo de 1539 à 1548 puis Giannantonino Chiona de 1548 à 1570 pour te corps du bâtiment, un certain « maître Andrea » (peut-être Andrea Palladio) pour la coupole, et Bernardino Comin pour le campanile (celui-ci sera bâti après l’église, de 1587 à 1592) ; Flaminio Corner prétexte quant à lui de la ressemblance entre San Giorgio dei Greci et les églises de San Spirito et de San Geminiano pour affirmer que Jacopo Sansovino a travaillé à la construction de l’église grecque (Ecclesiae Venetae antiquis monumentis nunc etiam primum editis iilustratae atque in decades distributae, Venezia, J.-B. Pasquali, 1749, XV, p. 362). Sur ce sujet, voir les travaux d’Ersi Brouscari : H εκκλησία τσυ Αγί υυ Γεωργίσν των Ελλήνων στη Βενετίας. Ιστσρία και αρχιτεκτσνική, 1536-1577 [L’Église de Saint Georges des Grecs à Venise. Histoire et architecture, 1536-1577, 2 vol., Athènes, chez l’auteur, 1990, et « La chiesa di San Giorgio dei Greci a Venezia e l’architettura », in Maria-Francesca Tiepolo & Eurigio Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, op. cit., p. 533-554.

71 IEV, AA, Mariegola, f° 41v-42r (28 mars 1546) et 59v-60r (31 mai 1556). Deno Geanakoplos qualifie cette taxe de « témoignage du sentiment patriotique grec, puisque beaucoup de propriétaires de navires grecs, en tant que sujets turcs, n’étaient pas contraints de participer » (« La colonia greca di Venezia », art. cité, p. 190). Kristas Panagiotopoulou a établi une liste de 436 marins, marchands et armateurs grecs ayant financièrement contribué à la construction de l’église de San Giorgio dei Greci entre 1536 et 1575 : « Έυυηνες ναυτικοί και πυοιοκτήτες από τα παυαιότερα οικονομικά βιβυία της Ευυηνικής Αδευφότητας, Βενετίας (1536 1576) » [Les marins et armateurs grecs dans les livres de comptes les plus anciens de la Communauté grecque de Venise (1536-1576)], Thesaurismata, 11 (1974), p. 284-352. À partir de 1640, la Scuola tient un registre des bienfaiteurs de l’église dont la mémoire doit être célébrée durant les offices religieux.

72 Sur ce sujet, voir Giorgio Fedalto, « La Comunità greca, la Chiesa di Venezia, la Chiesa di Roma », in Maria-Francesca Tiepolo & Eurigio Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, op. cit., p. 83-102, et Paolo Prodi, « The Structure and Organization of the Church in Renaissance Venice : Suggestions for Research Repression and Tolerance : The Greek Orthodox Minority », in John Rigby Hale (éd.), Renaissance Venice, London, Faber and Faber, 1973, p. 422-430.

73 C’est en particulier l’explication qui a souvent été donnée de la fin de non-recevoir qu’opposa Venise à Rome lors de la promulgation par Pie V en 1569 de la bulle « In coena Domini », qui interdisait aux États catholiques d’accueillir des personnes d’autres confessions : il semble que l’explication de ce refus vénitien réside plutôt dans la volonté de la Sérénissime de se démarquer d’une politique romaine alors particulièrement intolérante ; un autre argument, avancé par Piero Pisani et souvent repris par la suite, considère que le patriarcat de Venise a fini par céder devant la communauté grecque de peur que les Grecs ne se rangent au côté de la nouvelle hérésie luthérienne : « Les Chrétiens de rite oriental à Venise et dans les possessions vénitiennes (1439-1791) », Revue d’histoire et de littérature religieuses, I (1896), p. 201-224.

74 Durant la première moitié du xve siècle, de nombreuses condamnations sont prononcées contre des prêtres orthodoxes ayant célébré le rite more Grecorum dans la Cité des Doges. Si un certain « papa Michali, quondam Cosme, de Nigroponte », d’abord condamné à quitter Venise, est finalement autorisé à rester dans la ville sous certaines conditions (ASV, CD, Pm, reg. 9, f° 84v et 85v, 27 avril et 25 mai 1412), ses collègues Assene, Giovanni di Nauplia et Michele di Negroponte, ainsi que le riche marchand Demetrio Filomatis, qui a prêté sa maison pour y célébrer la messe, sont tous menacés d’une peine de 5 ans d’exil (id., reg. 9, f° 140v et 185r, 8 janvier 1416 et 3 août 1418), peine à laquelle le même Michele di Negroponte finira par être condamné douze ans plus tard, après avoir récidivé plusieurs fois (id., reg. 10, f° 121v, 14 février 1430) ; en 1456, les autorités vénitiennes autorisent la construction d’une église grecque dans la paroisse de San Giovanni in Bragora (id., reg. 15, f° 9v, 18 juin 1456), avant d’ordonner sa destruction l’année suivante (id., reg. 15, F° 136r, 31 août 1457), puis de permettre aux Grecs de célébrer le culte orthodoxe dans la seule église de San Biagio (id., reg. 17, f° 96r, 28 mars 1470). Sur cette période, voir Nikolaos Moschonas, « I Greci a Venezia e la loro posizione religiosa nel xve secolo. Studio su documenti veneziani », Ο Eranistis, 5 (1967), p. 105 137, et Manoussos Manoussacas, « Η πρώτη άδεια (1456) της βενετικής Γερουσίας για το ναό των Ευυήνων της Βενετίας και υ καρδινάυιος Ισίδωρος » [Le premier permis (1456) du Sénat vénitien pour la concession d’une église aux Grecs de Venise et le cardinal Isidore], Thesaurismata, 1 (1962), p. 109-118. 75. της Βενετίας (1445-1782) » [Les bulles papales concernant les Grecs orthodoxes de Venise (1445-1782)], Thesaurismata, 7 (1970), p. 228-266.

75 IEV, AA, b. 50, fasc. 711 ; les deux bulles de Léon X ont été éditées par Giorgio Plumidis, « Αι βούυυαι των Παπών περι των Ευυήνων ορθοδόξων (1445-1782) » [Les bulles papales concernant les Grecs orthodoxes de Venise (1445-1782)], Thesaurismata, 7 (1970), p. 228-266.

76 Sur les nonciatures vénitiennes, voir Aldo Stella, Chiesa e Stato nelle relazioni dei nunzi pontifici a Venezia. Ricerche sul giurisdizionalismo veneziano dal XVI al XVIII secolo. Le Vatican, 1964, ainsi que les travaux de Franco Gaeta, Nunziature di Venezia, Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1958, et Un nunzio pontificio a Venezia nel Cinquecento (Girolamo Aleandro), Venezia, Istituto per la Collaborazione Culturale, 1960.

77 Après s’être fermement opposé dès 1515 à la construction d’une église grecque, le patriarche de Venise, Antonio Contarmi, intervient le 12 mai 1521 contre le papas Savina, recteur de la chapelle de S. Biagio, qu’il accuse de célébrer et de donner les sacrements depuis quatre ans sans avoir reçu son investiture. Le 14 février 1527, le successeur de Contarini, Girolamo Querini, entre en conflit ouvert avec les Grecs, à qui il fait parvenir une lettre du pape l’aurorisant à restreindre la « dangereuse liberté » que leur ont accordé Léon X et Clément VII, si besoin est en les citant en justice et en les interrogeant ; le 15 avril suivant, le même Querini interdit toute procession orthodoxe à l’extérieur de l’église de San Biagio suite à la provocation qu’a constitué à ses yeux la procession de l’epitaffio organisée par le papàs Savinas pour le Vendredi Saint ; le 9 décembre, il soutient devant le Collège que l’église grecque ne devait pas être construite, la frappe d’interdit pour trois jours, empêche l’accomplissement du rite grec et fait emprisonner un papas contre l’avis du Conseil des Dix ; il faudra finalement l’intervention du nonce pontifical à Venise, l’évêque de Chieti Gian Pietro Carafa, pour que cesse la campagne de persécutions menée par le patriarcat vénitien à l’encontre des Grecs. Pour une monographie sur le patriarcat vénitien, voir Antonio Niero, I patriarchi di Venezia, Venezia, Studium Cattolico Veneziano, 1961.

78 ASV, Santo Ufficio (Tre Savi all’Eresia) b. 154, opuscule « Dei Greci » ; Ma la verità si è che i Greci Scismatici trovano protezzione con i loro danari [...] Persuadere il Governo è quasi impossibile : la ignoranza universale fa che pochi regolino tutte le pubbliche deccisioni, e questi pochi sono tutti guadagnati e comprati dai Greci, e quando o per la natura degli affari, o per la presentazione di qualche Breve Pontifizio se ne è dovuto parlare in Senato hanno sempre procurato li Savi più affezionati di essi.

79 ASV, CD, Pm, reg. 27, f° 204r, 28 novembre 1498.

80 Les droits d’inscription des nouveaux membres (intrade), et ceux de réinscription des anciens membres (luminarie) constituent le gros des recettes de la Scuola, auquel s’ajoutent le produit des quêtes organisées lors de la célébration des offices religieux (ricolte), les concessions de sépulture et les diverses offrandes des fidèles. On trouvera un catalogue des luminarie payées par les femmes de la Scuola en 1507, in IEV, AA, reg. 129, f° 103r.

81 Despina Vlassi a publié les testaments des deux sœurs Isabetta et Graziosa Cubli dans son article « Δύο διαθήκες των αρχών τυυ Που αιώνα το Παυαιό Αρχείο του Ευυηνικού Ινστιτούτου Βενετίας » [Deux testaments des débuts du xviie siècle au Fonds Ancien de l’Institut Hellénique de Venise], Thesaurismata, 31 (2001), p. 181-209, et on trouvera un troisième testament celui de Leonzina, fille d’Emanuele Calafati à la fin de l’article de Katerina Konstantinidou, « La presenza femminile nella colonia greca di Venezia », in Chryssa Maltezou (éd.), Δημσία ιλαρία /Pubblica celebrazione, op. cit., p. 185-203.

82 Anna Notaràs Paleologhina (v. 1405-1507) arrive à Venise après la chute de Constantinople, et s’emploie à soutenir l’hellénisme dans la Cité des Doges. Autorisée dès 1475 à faire célébrer chez elle et à titre strictement privé (pro se et propriis familiis et non aliis) la messe selon le rite grec pour ne pas avoir à se mêler à la « cetera plebe et colluvione Grecorum » dans l’église de San Biagio (ASV, CD, Pm, reg. 18, f° 113v, 8 juin 1875), elle y convie bientôt nombre de ses compatriotes, ce qui lui vaut de se faire retirer deux fois ce privilège par mesure de rétorsion (id., reg. 19, f° 61r, 11 mars 1578) ; protectrice d’un « néohellénisme vénitien » alors embryonnaire, elle soutient l’imprimerie grecque (en finançant par exemple l’édition en 1499 du Grand Étymologique Ετνμυλυγικύν Μέγα de Zaccaria Calliergi e Nicola Vlasto), prépare des plans détaillés pour établir une enclave grecque indépendante dans la région de Sienne, et lègue par son testament 500 ducats à la colonie grecque pour la construction et l’entretien d’une église de rite orthodoxe à Venise. Sur l’aide apportée par Anna Notara à l’imprimerie grecque de Venise, voir Emile Legrand, Bibliographie Hellénique, ou description raisonnée des ouvrages publiés en grec par des Grecs aux xve et xvie siècles, Paris, Ernest Leroux, 1885, t. I, p. CXXV-CXXX ; sur le projet de fondation d’une colonie grecque en Toscane, voir Giovanni Cecchini, « Anna Notara Paleologa, una principessa greca in Italia e la politica senese di ripopolamento della Maremma », Bullettino Senese di Storia Patria, n.s., 9/I (1938), p. 1-41 ; le testament a pour sa part été publié par Konstantinos MERTZIOS, « Η διαθήκη της Αννας Παυαιουογίνας Νοταρά » [Le testament d’Anna Notaras Paléologue], Αθήνα, 53 (1949), p. 17-21.

83 C’est notamment le cas de Maria Halepà et de Maria Peperina, dames de compagnie de la reine de Chypre, Catherine Cornaro, qui, accompagnant leur maîtresse à Venise, sont parmi les premières femmes à s’inscrire à la Scuola grecque.

84 Ces chiffres sont donnés par Katerina Konstantinidou, « La presenza femminile », art. cité, p. 190.

85 La résidence des archevêques de Philadelphie à Venise date de 1577, suite à la nomination de Gabriel Seviros, prêtre de l’église de San Giorgio, au siège de métropolite (archevêque) de Philadelphie : contraint de demeurer à Venise pour des raisons politiques, Gabriel Seviros conserve son titre d’archevêque pendant près de quarante ans, et ses fidèles obtiennent à sa mort (1616) que le patriarche de Constantinople consacre métropolite de Philadelphie son successeur, le chypriote Theophanis Xenakis (1617-1632) ; entre 1577 et 1790, neuf métropolites se succèderont à la tête de l’archevêché de Philadelphie, avec une vacance du siège métropolitain de 1713 à 1780, suite au scandale provoqué par la crise ouverte entre la scuola et l’archevêque Meletios Tipaldos (1685-1713), très lié aux cercles catholiques et excommunié par le patriarche de Constantinople en 1712. Sur ce sujet, voir Manoussos Manoussacas, « La comunità greca di Venezia e gli Arcivescovi di Filadelfia », in La Chiesa greca in Italia dall’viii al xvi secolo, Actes du Colloque de Bari (30 avril-4 mai 1969), Padova, Antenore, 1973, t. I, p. 45-87, et Efstathios Birtachas, « Un "secondo vescovo a Venezia : il metropolita di Filadelfia (secoli xvi-xviii) », in Maria Francesca Tiepolo & Eurigio Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, op. cit., p. 103-122 ; sur les relations entre les Grecs de Venise et le patriarcat de Constantinople, voir Zacharias TSIRPANLIS, « La posizione della comunità greco-ortodossa rispetto al patriarcato ecumenico di Costantinopoli (xv-xviii secolo). Saggio interpretativo di istituzioni e avvenimenti », in Maria Francesca Tiepolo & Eurigio Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, op. cit., p. 123-150.

86 Voir sur le sujet Eleni Κουκκου, Ησρθόδσξσς μσνή ευγενών Ελληνίδων της Βενετίας (1599-1829) [Le couvent orthodoxe des Grecs de Venise], Athènes, 1965. Sur le règlement de ce monastère, voir la « Raccolta di diverse Regole instituite per il buon Governo nel Monastero delle Reverende Monache di S. Giorgio de Greci con il principio della sua Erezione » proposée par Flaminio Corner dans son Ecclesiae Venetae, op. cit., t. XII, p. 379-381. Katerina Konstantinidou propose quant à elle une intéressante explication de la fonction de ce monastère au sein de la colonie grecque de Venise : La ragione principale dell’esistenza del monastero era intrecciata con l’organizzazione ed ilfunzionamento di una scuola che provvedesse all’istruzione delle giovani della comunità. Non è casuale che tanto la scuola quanto il monastero siano state fondate pochi anni dopo l’esortazione del patriarca Geremia II ai vescovi ortodossi per l’istituzione di scuole nelle loro parrocchie, alfine di mantenere vive le sacre lettere. La conservazione per altro di un istituzione, che durante un lungo periodo del suo funzionamento si trovava in stato di decadenza, si spiega solo con questo motivo. Così giovani allieve ortodosse diventavano foriere del dogma della chiesa orientale, e soprattutto in un luogo ove i matrimoni misti minacciavano di cancellare le minoranze e in un epoca in cui il dogma si identificava con la consapevolezza della diversità. (« La presenza femminile », art. cité, p. 195-196).

87 C’est par exemple le cas de cette « dona Andriana, vedova Greca da Cipro », morte en 1655 et que le procu rateur Soranzo fait enterrer à ses frais « per esser stata serva di casa » (cité par Chryssa Maltezou et Georgios Plumidis, Gli atti di morte dei Greci, op. cit., n 481, 16 août 1655).

88 On trouve par exemple une Maria Griega employée comme nourrice à l’orphelinat de la Pietà (cité par Antonio Pardos, « Αυφαβητικός κατάυογος Β. Γυναίκες », op. cit., p. 199)

89 Catalogo di tutte le principal e più honorate cortigiane di Venetia, Venezia, Centro Internazionale della Grafica di Venezia, coll. « Le Paraboliche » n°2, 1984. Il s’agit de Laura Stradiotta (n°135), Marieta Grega (n 165), Manetta Grega (n°171) et Manetta « di Donna Antonia grega » (n°184) ; au nombre des prostituées étran gères recensées dans ce catalogue, on compte aussi deux espagnoles (Angela Spagnuola, n°20, et Lugretia Spagnola, n°145), deux serbes (Franceschina Ragusea, n°98, et Orsetta Ragusea, n°186), une française (Chiara Francese, n°49) et une allemande (Isabella Todesca, n°128).

90 Voir ASV, Sant’Ufficio (Tre Savi All’Eresia), qui regroupe des poursuites engagées aussi bien contre des prostituées que contre des magiciens ou des hérétiques il est à ce propos intéressant de noter qu’une même personne est souvent poursuivie pour plusieurs chefs d’accusation différents, et que le « tandem prostitution sorcellerie » revient très souvent lorsqu’il s’agit d’inculpées orientales.

91 Lors du procès intenté, en 1617, à Felicita Greca pour prostitution et sorcellerie (ibid., b. 70, Felicita detta Greca, meretrice, 26 oct. 1617), un certain « Franciscus de Carcanis Romanus filius quondam Horatii » témoignage ainsi : Io ho veduto una donna, che hà nome Felicita Greca, la quale sta à Murano, et è publica meretrice vestita da frate con l’habito di S. Domenico con la veste, la patientia, et capuccio, et cosi vestita andare per Murano, et domandare alle gente se volevano confessarsi... « J’ai vu une femme, qui a pour nom Felicita Greca, laquelle est à Murano, et est une prostituée publique habillée en moine dominicain avec la veste, la patience et le capuchon, et va ainsi vêtue par Murano, en demandant aux gens s’ils veulent se confesser... »

92 Katerina Konstantinidou, « La presenza femminile », art. cité, p. 197 : Alla donna è concesso di essere figlia, moglie, monaca. Tutto ciò che l’allontanava da queste strettoie la metteva automaticamente fiori dai confini sociali.

93 Edward Said, Orientalism, London, Routledge, 1978.

94 Malgré les attaques sporadiques dont ils font l’objet de la part des cercles catholiques qui les accusent encore d’hérésie aux xvie et xviie siècles, les Grecs obtiennent systématiquement gain de cause dans les différends qui les opposent à leurs détracteurs : en 1596, un prêcheur dominicain de Venise est ainsi condamné pour les avoir assimilé aux luthériens dans son sermon sur le purgatoire (cf. David Chambers & Brian Pullan, Venice : A Documentary History, 1450-1630, Toronto, University of Toronto Press et Renaissance Society of America, 2001, [1re éd. : Blackwell, 1992], p. 336-337) ; en 1644, c’est au tour d’un carmélite de Padoue d’être banni de la ville pour les avoir offensé dans un essai théologique. Cf. P. Pisani, « I cristiani di rito orientale a Venezia e nei possedimenti veneziani (1439-1791) », Ateneo Vento, XX (1897), p. 361-384, ici p. 370.

95 Dans sa somme sur La Repubblica di Venezia e la corte di Roma nei rapporti della religione (Venezia, Naratovich, 1874, t. II, p. 4 sq.), Bartolomeo Cecchetti rappelle ainsi que, durant la seconde moitié du xvie siècle, l’inquisition vénitienne n’intenta que 5 procès pour « schisme grec », contre 803 pour « hérésie luthérienne », 43 pour « judaïsme » et 65 pour blasphème.

96 Ruth Martin, Witchcraft and the Inquisition in Venice, 1550-1650, Oxford-New York, Blackwell, 1989.

97 ASV, Santo Ufficio (Tre Savi all’Eresia), b. 30, n°5 (Elena Draga condamnée pour divination, 1571) ; b. 70, n°6 (Felicita Greca condamnée pour sorcellerie et malavita, 1610) et n°38 (Maddalena Greca condamnée pour sorcellerie, 1610) ; b. 77, n°2 (Isabella Greghetta condamnée pour sorcellerie, 1622) ; b. 84, n°47 (Rosa Greca condamnée pour sorcellerie, 1627) ; b. 88, n°5 (Catterina Greca condamnée pour sorcellerie, 1632).

98 ASV, Santo Ufficio (Tre Savi all’Eresia), b. 88, n° 5 (Catterina Greca, 1632).

99 Les actes des procès instruits par le Santo Ufficio nous donnent de précieuses indications quant aux pratiques magiques des sorcières grecques, et le singulier « attirail » dont elles se servent pour exercer ces tours nous renvoient l’image de pratiques très populaires car peu sophistiquées : en dehors de la corde déjà évoquée, les « ingrédients » de base de ces pratiques sont en effet les cartes et les osselets (ASV, Santo Ufficio, b. 70, Marietta Greca, 1610), les livres (id., b. 70, Maddalena Greca, 1610-1615), les fèves (id., b. 70, Felicita Greca, 1610-1617), le sel, le feu et les statues de cire (id., b. 84, Rosa Greca, 1627) ; un tour plus complexe est mentionné lors du procès de Marula Greca (id., b. 70, 1610), accusée d’« avoir envoyé acheter une anguille à minuit cet hiver, et l’ayant toute piquée d’aiguilles, la mit au feu en la faisant liquéfier en disant quelques mots et ceci pour faire revenir à sa maison un jeune homme qui était parti [et] l’anguille n’avait même pas fini de se liquéfier que celui-ci frappait à la porte » ; di haver mandato alle hore vintiquatro questa invernata à conprar una anguilla et quella inpicata tutta di aghi la metteti in fuogo facendola liquifar dicendo alcune parole et questo per ritornar à casa sua un Giovine qual si era partito si come per aponto avene che non fit finita la detta anguila di liquifarsi che batteti ala porta.

100 Il s’agit de Michali « grecum » (ASV, CD, Pm, reg. 28, f° 117r, 25 sept. 1500, et f° 128r, 14 nov. 1500) t « Nicolaus de Antibaro » (id., reg. 28, f° 154v, 17 mars 1501).

101 ASV, Signori di Notte al Criminal, reg. 14 (Sentenze di « bando dei ladri » 1486-1523), 17 (Sentenze di « bando dei ladri », 1693-1710), 22 (« Raspe », 1523-1559) et 23 (« Raspe », 1559-1572). Les deux premiers registres des actes de décès de l’église Sant’Antonin mentionnent quant à eux six cas de Grecs assassinés entre 1569 et 1704 (Chryssa Maltezou et Georgios Plumidis, Gli atti di morte dei Greci, op. cit.).

102 Il s’agit de Maria « meretrix » (ASV, CD, Pm, reg. 18, f° 154v, 1475) et de Franceschina « dictam Grecham » (ibid, reg. 19, f° 223r, 1480).

103 Il s’agit de Cassandra Cipriota (ASV, Signori di Notte al Criminal, reg. 14, f° 12r, 13 mai 1490), Marieta « filia de Constantine grece » (ibid., reg. 22, f° 69v, s.d. [probablement vers 1540]), Fele Graeca (ibid., reg. 23, f° 7v, 3 avril 1565) et Marina Graeca (ibid., reg. 23, f° 42v, 19 août 1567).

104 Telle est notamment l’opinion de Nikolaos Moschonas, « La communità greca di Venezia », art. cité, p. 241, et Manoussos Manoussacas, « Aperçu d’une histoire », art. cité, p. 25. Pour une histoire de la colonie grecque de Venise après 1797, voir Artemi Xanthopoulou-Kyriakou, H Ελληνική Κσινότητα της Βενετία (1797-1866), op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540