Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Troisième partie. Cultures plurielles – « mentalités » marchandes ?

Les « homini maledicti » : xve et xvie siècles

Achille Olivieri

Texte intégral

  • 1 Alberto Tenenti, Credenze, ideologie, libertinismi tra Medioevo ed età moderna, Bologna, il Mulino (...)
  • 2 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo de Misier Ambrosio Contarini ambasador de la Illustrissima (...)

1Les formes d'écriture ou de « narration » politiques et religieuses (les lettres, les relations de voyage, les descriptions des cours, les biographies des souverains rencontrés), utiles pour comprendre l'histoire des intellectuels du monde méditerranéen de la Renaissance, constituent une source riche en inventions et découvertes. On se souvient des années 1440-1480 de la Renaissance, celles de Laurent Valla et Léon Baptiste Alberti1, qui ont produit une nouvelle élaboration des langages. L'expérience, comme voyage à l'intérieur de la philologie ou comme voyage à la recherche des mœurs des peuples (viazo2 per le terre), se transforme en un instrument d'analyse des psychologies religieuses, en une ethnographie religieuse qui vise à apprendre et à connaître. Ce voyage révèle, scrute, organise les idées et les impressions, en d'autres termes le mouvement collectif des sensibilités. On retrouve cette dimension de l'expérience dans les relations de voyage des ambassadeurs de Venise ; ces derniers font partie intégrante des élites intellectuelles d'une République qui s'étend en Orient, des îles du Levant à la Mer Noire. L'ambassadeur est désormais l'agent d'une écriture où l'expérience permet de percer les secrets des hommes, la vie des collectivités. Dans ce contexte, la folie constitue l'une des nouveautés des enquêtes postérieures à 1440 ; en l'occurrence la folie des hommes « maudits » (maledicti) de l'Orient et du monde turc.

  • 3 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 177.
  • 4 Ibid., p. 117.
  • 5 Fernand Braudel, Civiltà e imperi del Mediterraneo nell'età di Filippo II, Torino, Einaudi, 1953, (...)
  • 6 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 16-23.

2Ambrogio Contarini écrit le « viazo » alors qu'il est ambassadeur de la République de Venise auprès de la cour d'Uxuncassam, roi de Perse. Le terme de « viazo » est révélateur, celui-ci étant « fondé sur l'expérience » (facto [con] ogni experientia3). Entre le 25 février 1473 (date du départ) et le 10 avril 1477 (date du retour à Venise4), l'ambassadeur a fait une description des mœurs et des formes de vie de chaque pays qu'il a eu la possibilité de connaître (de tutte le provintie, terre et luoghi dove io son stato et de lor costumi et modo de paese), avec, à l'esprit, Hérodote et son œuvre qui charme le jeune marchand, notamment par la description des mœurs des Égyptiens. Bien avant Érasme et Thomas More, le « viazo » devient ainsi une clé de lecture et d'investigation des sociétés humaines, l'instrument d'une science sociale en formation. Ambrogio Contarini, né d'une famille de l'aristocratie vénitienne vers 1429, connaisseur des langues grecque et turque, séjourne plusieurs années en Tunisie, au Maroc et en Algérie, entre 1460 et 1463, puis il devient noble marchand : la mercatura, de son côté, crée expérience et richesses. À l'horizon se profile la Méditerranée avec la circulation de l'or, des épices et des esclaves5. Le destin de Contarini, noble et marchand, s'est forgé pendant ces années. C'est le destin partagé par un groupe de marchands qui revêtent les habits de l'aristocratie, tels Josaphat Barbaro ou Caterino Zeno6. Un groupe cohérent qui développe une théorie de l'écriture où l'expérience acquise en parcourant l'Orient du Caucase et de la Russie méridionale, et ensuite la Perse, est le fondement d'une connaissance nouvelle.

  • 7 Ibid., p. 177 : oldissemo messa possa feci signarmi tutti cum il legno di la Croce ; dans son Jour (...)

3L'écriture ethnographique est destinée à dominer le théâtre de la culture européenne. Contarini offre au lecteur une description analytique de son voyage vers la Perse : Venise désire une alliance avec Uzun Hasan contre les Turcs pour la conquête de Constantinople. La magie de la plume de Contarini ouvre la voie à un modèle de narration de « viazo », qui se constitue comme exemplaire pour la littérature de voyage de la première moitié du xvie siècle, celle de Christophe Colomb, Amerigo Vespucci et Vasco de Gama. Il suffit de comparer le début de ces textes : « Nous entendîmes la messe et ensuite je fis signer tous [les participants] par le signe de la croix7. » La Croix du Christ et la Vierge protègent Contarini et ses amis. À partir de là, la folie s'impose comme une présence intellectuelle, entre diversité et hérésie, un concept aidant à interpréter la diversité religieuse.

  • 8 Ibid., p. 184.
  • 9 Fernand Braudel, Civiltà e imperi del Mediterraneo, op. cit., p. 484-493.
  • 10 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 184 : et è ben habitada de ogni generation et è per (...)
  • 11 Ibid, p. 186.

4Contarini parvient à Gaffa et à la Mer d'Azof où la richesse des marchands est patente : « c'est une zone très commerçante » (é molto marcadantevole8). Fernand Braudel9 observe que le mot « marcadantevole » met en évidence une vaste circulation des marchandises dans un espace semblable comme structure géographique et économique à la Méditerranée - une Méditerranée de marchands et de villes florissantes : « et elle est habitée par beaucoup de générations et est, paraît-il, très riche10 ». La richesse augmente et se renforce : elle forme des générations de marchands et de nobles « de la mercanzia ». Le marchand est l'emblème de cette histoire forgée par les familles et les générations : il la structure. Le premier juillet 147311, Contarini traverse le pays nommé Bendian ou Dadian. Le roi de la Mingrelia est Wameq II ; il règne entre 1470 et 1482. Le paysage change et la mythologie aide Contarini dans sa description. La plume de l'ambassadeur devient celle d'un ethnographe à la recherche d'apparitions, de fantômes, d'hommes sauvages (selvatici). Le marchand s'oppose aux sauvages ou aux « fous » (i matti). Contarini trace tout un inventaire de ces formes culturelles à l'apparence primitive : c'est l'invention d'un dossier descriptif.

  • 12 Ibid., p. 186 : ne la qual se dice ch'e re Oetes padre de Medea venefica régnò.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid., p. 187 : sono huomini bestiali, portano chierege a modo frati minori.
  • 15 Ibid., p. 186 : facto duro a modo de polenta, miserimamente.
  • 16 Ibid. : se fosseno homini industriosi, ne la fiumara pigliariano quanto pesse i volesseno.
  • 17 Cf. A. Olivieri, « Temperanza : dal "De iciarchia" di Leon Battista Alberti », in Religione cultur (...)
  • 18 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 186.

5Survient le mythe de Médée : dans une île du pays des Mengrelli, Médée avait dans le passé établi son règne semblable à un règne vénéneux. À l'arrivée de Contarini, le venin de Médée est encore présent sur cette île — « sur laquelle, dit-on, règna le roi Œtes, père de la vénéneuse Médée12 ». Les visages de Médée et de son père, Œtes, sont le venin qui s'écoule dans les veines de l'ordre politique et religieux. Dans les bois et à côté des fleuves vivent les hommes qui portent dans leurs veines ce venin : ce sont les Mengrelli « aux mœurs et coutumes de fous » (cum modi et costumi da matti13). Les bois, les fleuves et les montagnes appartiennent à cette typologie de l'humain : les fous les habitent. Les Mengrelli, ces groupes de fous, ont l'allure d'« hommes sauvages » et « ils portent la tonsure comme les frères mineurs14 ». Contarini recourt dans sa description à un exemple qui sert de référence pour comprendre leurs habitudes de vie, en l'occurrence celui des frères mineurs. D'autre part, ces sauvages connaissent le mariage, même si quelquefois ils privilégient une vie en état de liberté sexuelle : les femmes appartiennent au groupe. Ils mangent du pain « fait aussi dur que la polenta, misérablement15 ». Le pain est sec ; ce sont les marchands de Trébizonde qui apportent le vin et les poissons salés. Néanmoins, les fleuves sont riches en poisson et les bois en viande. Contarini cherche à expliquer ce choix de vie, cette folie collective : « si c'étaient des hommes industrieux, ils pêcheraient dans le fleuve autant de poissons qu'ils le voudraient16 ». Il utilise les mots « industria » et « industrioso » pour désigner l'homme qui fait du commerce, qui assigne à son groupe une activité de production et de circulation de marchandises : le mot « industria » s'oppose à ceux de « folie » et « sauvage ». Léon Baptiste Alberti fait usage du même terme17, à l'époque de Contarini, dans le De iciarchia et le Profugiorum ab aerumna. Alberti utilise deux mots pour indiquer ce qui compose une République : il parle des hommes « industriosi » et des hommes « istrani » — le second mot, « istrani », désignant la marginalisation religieuse et économique18.

  • 19 Cf. Jean Céart, La nature et les prodiges. L'insolite au xviesiècle, Genève. Droz, 1977.
  • 20 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 186.

6Nous sommes en présence d'une problématique commune à Alberti et aux descriptions de voyage des ambassadeurs ou des hommes politiques de Venise. Une même pulsion intellectuelle caractérise les milieux de Florence et de Venise devant le problème du sauvage, du fou et de l'élève de Médée. En même temps, la mémoire des nefs des fous présentes pendant le carnaval à Florence ou dans les villes de la France du Nord fait sa réapparition dans l'enquête de Contarini19. Celui-ci néanmoins marque une différence fondamentale : il projette des idées capables de désigner une sensibilité culturelle, et le fou, la folie, sont les éléments de cette composition d'images et d'idées. Les « hommes sauvages » (homini bestiali) qu'il a rencontrés sont des chrétiens. Plusieurs d'entre eux adhèrent aux hérésies et d'autres célèbrent les rites selon la tradition grecque : Li sono christiani, ma hanno de molte heresie ; celebra a la greca20. Dans cette phase du voyage, Contarini identifie folie et hérésie, folie et sauvagerie des mœurs et de la communauté des femmes. Ce monde complexe forme une société humaine qui favorise des communications avec la vie et l'économie des villes. On peut observer que cette communauté possède une liberté d'agrégation religieuse et des mœurs primitives : c'est une communauté qui a la possibilité de devenir un exemple pour la culture des hérétiques de la Renaissance. Le sauvage, sous les dehors de la folie, annonce une manière différente de vivre et de s'unir.

  • 21 Ibid., p. 186 : per boschi e montagne, la sera fossemo dove era la persona de Bendian, signor de M (...)
  • 22 Ibid., p. 186-187.
  • 23 Ibid., p. 187 : non me disse altro che io fosse el benvenuto.
  • 24 Ibid., p. 187 : assai bello homo, ma modi et costumi mateschi.

7Contarini, ambassadeur et marchand guidé par l'expérience, rassemble ses considérations et les examine avec les amis qui forment sa « famille », celle d'un ambassadeur et marchand qui est en route vers la cour d'Uxuncassam. La rêverie n'est pas présente dans son texte ; l'Orient n'est pas ici l'espace des fables ou du fantastique. La folie, avant Érasme, s'énonce par la voix des hommes de Médée, déesse à la fois fragile et persévérante, par les gestes de la vie des bois, par la liberté religieuse. La folie est une présence subtile et encore imprévue. Avant Érasme, ou mieux, avant Sebastian Brant et sa Navire des fous (Narrenschiff, 1494), nous avons la possibilité d'analyser ces aspects presque prophétiques de la nature humaine. Hérodote en particulier était le « maître » de cette lecture qu'opère Contarini. Au cours du voyage, la « famille » de Contarini change de caractère : elle se transforme en un groupe complexe dans lequel on retrouve un marchand qui avait appris le métier des armes à Modon ainsi qu'une femme, Martha, esclave d'un marchand de Gênes. Celle-ci, circassienne, est l'esclave qui a la possibilité d'interpréter le langage des hommes « bestiaux » (bestiali) rencontrés en chemin. Contarini préfère Niccolò Capello et avec son aide il continue la traversée de la Mengarlie, riches de ses montagnes et forêts. Le cinq juillet, il rencontre finalement le roi de la Mengarlie, Bendian, roi ou seigneur du pays : « traversant bois et montagnes, nous arrivâmes le soir là où se trouvait en personne Bendian, seigneur de Mengarlie21 ». Contarini désire rencontrer ce seigneur, et Niccolò prépare l'échange. Contarini utilise le mot « signoria » (seigneurie) pour signaler au lecteur le pouvoir de Bendian. La cour de ce dernier est très simple ; elle se trouve dans une plaine peu étendue, et le seigneur est assis par terre sur un tapis ; son épouse et ses fils sont présents à la rencontre : sentava in terra sopra uno tapedo et la moier arente et possa alchuni sui filioli22. L'entretien est très bref et amical : « il ne me dit rien d'autre sinon que j'étais le bienvenu23 ». Contarini observe l'entourage de Bendian : le marchand ambassadeur est invité à faire partie de sa famille, symbole ou, mieux, projection de son pouvoir. La description de Bendian, de son corps, débouche sur une considération simple : c'est un « homme très beau, mais fou dans ses mœurs et coutumes24 ». La beauté du corps est unie aux gestes et à la folie habituelle, de cette folie déjà connue par l'ambassadeur. L'art de la peinture narrative et de la physionomie pénètre la réalité de la vie de Bendian. Le seigneur de la Mengarlie est le roi fou des fous qui vivent avec les femmes en communauté. C'est peut-être un art des fous que l'ambassadeur Contarini cherche à représenter : une autre forme de culture et d'habitudes.

  • 25 Ibid., p. 186-188.

8Dans l'inventaire des pouvoirs auquel se livre Contarini, le modèle de la Mengarlie est très important : il signale une diversité des traditions où la sexualité est libre de s'exprimer et d'organiser en groupes, en familles. Le pouvoir et la gestualité de fous (mateschi) sont une structure des sociétés humaines que Contarini représente. Il nous faut, à ce point de l'exposé, montrer la nouveauté de cette narration attentive aux significations humaines de la gestualité et du pouvoir. Si Thomas More, dans son Utopie, et Érasme s'attachent à inventorier les sociétés structurées par une organisation juridique, Contarini et Niccolò Capello observent surtout les habitudes du quotidien et les mœurs des sociétés : tantôt, ils font la peinture physionomique des pouvoirs, tantôt ils interprètent l'« istrano » d'Alberti25. L'Utopie de More est le fruit mûr de ces narrations de marchands, d'ambassadeurs, d'hommes d'armes de la République de Venise, et Érasme est l'ami fidèle des portraits des marchands. Le voyage s'enrichit d'autres portraits humains. Il se forme ainsi une micro-histoire des sociétés et des mécanismes qui constituent le mode d'organisation et de mystère des hommes maudits : les « maledicti » sont des sauvages qui modifient les traditions des villes de la Méditerranée. Une autre Méditerranée apparaît, qui nourrit une sensibilité de la diversité.

  • 26 Ibid., p. 187.
  • 27 Ibid., p. 187 : Volse quel governador disnasse cum lui, et reduti in una sua casa se messe a ssent (...)
  • 28 Voir Micheline Baulant (éd.), Lettres de négociants marseillais : les frères Hermite (1570-1612), (...)
  • 29 Sur l'ivresse, voir Érasme, Le banquet disparate (Dispar convivium, 1518-1533), in Id., Cinq banqu (...)
  • 30 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 188.

9Contarini et ses amis marchands reprennent le voyage : le paysage de la Géorgie est pareil à celui de la Mengarlie ; les montagnes et les forêts sont toujours décrites de la même façon ; c'est une peinture qui met l'accent sur les fous et « maledicti ». Contatini observe la structure d'un château : à l'intérieur on peut admirer une église très antique. Les populations de la Géorgie « son come Mengredi matti26 » : l'église est une simple présence parce qu'elle n'a pas la possibilité de changer les mentalités séculaires et les manières de vivre en société. L'ambassadeur et les marchands assistent à un rite collectif : « Ce gouverneur voulut que je mange avec lui et, assis dans une de ses maisons, il se mit lui aussi à s'assoir par terre et j'étais à côté de lui avec quelques uns des siens et aussi avec certains des miens27. » Lors d'un repas composé de pain, de porc et de choux, on propose de boire du vin ; pendant la rencontre, chacun est obligé de boire jusqu'à l'ivresse. On méprise celui qui refuse de boire et de rire : Mi messe dananti pan da bisogno, ravanelli et alchuna pocha carne conzà a loro modo... La taza andava atorno, fava tuto che io me imbriagasse, perché cussì feceno loro28. C'est toujours Médée qui conseille ce rite et sa répétition : l'arrivée d'un hôte invite à sourire et à boire en communauté. L'ivresse, c'est l'apparition des fantômes qui représentent le courage du combat. Les chevaliers songent au sang rouge des morts en bataille. Josaphat Barbaro avait décrit un rite semblable, le combat d'un chevalier et, après la victoire, l'ivresse et le chant de joie29. Mais le rite peut se renouveler à chaque fois qu'un ami ou un hôte est présent à la table. L'ivresse est une puissante force pour la mémoire collective. Le choix mythologique de Médée a une profonde signification ethnologique. Médée incarne la liberté de rire, elle est la femme de l'impudicité apparente ; elle n'est pas Diane, connue par la culture de la France renaissante et par Titien. Les « maledicti » sont au service de cette déesse des forêts, des montagnes et des fleuves qui encourage les rencontres et l'échange des expériences : « tout faire par expérience » (fare tuto cum experientia), tels sont les mots que les marchands répètent dans leurs narrations30 ; Médée concentre sur elle l'expérience des « maledicti », elle est le dithyrambe d'une enquête entre mythologie et histoire des sociétés humaines.

  • 31 Françoise Charpentier, « Diane lyonnaise », in Le mythe de Diane en France au xviesiècle. Actes du (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Boccace, Genealogia Deorum : muni de l'arc et du carquois.
  • 34 Ibid., p. 27-35.

10Cette expérience, symbolisée par Médée, pose la question de l'importance que détiennent, dans la formation culturelle de ces marchands et ambassadeurs, l'humanisme vénitien et les ouvrages de Boccace (la Genealogia deorum, imprimée à Venise en 1474) et d'Ovide (les Métamorphoses). Dans le groupe des marchands qui suivent Contarini, il y en a de Gênes et de la France du Sud, qui ont séjourné à Lyon31. On peut ainsi comparer les deux humanismes, celui de Venise et celui de Lyon ; et les deux mythes croisés de Médée et de Diane retrouvent ici une caractérisation marchande. Lyon, selon Françoise Charpentier32, s'« italianise » par l'imprimerie ; Venise et Aldo Manuzio inspirent ce mouvement d'idées, qui comprend la « doxa mythographique » : Diane surtout est connue, et Virgile, Ovide et le De natura deorum de Cicéron font évidemment penser à la formation d'une tradition spécifique du milieu lyonnais. Humanistes, imprimeurs, marchands lyonnais inspirent une culture particulière ; la mythologie vante la dynamique des vertus de l'homme civil. Le parallèle avec Venise est surprenant : c'est en 1508 qu'Érasme séjourne à Venise, et c'est là qu'il publie l'adagium sur la folie offert aux rois et aux marchands : les divinités disparaissent face à la folie. Diane est, pour ainsi dire, le mythe autour duquel se joue un discours sur la chasteté et la chasse sauvage des bêtes. C'est une chasse effrénée, « arcu pharetraque accincta », ainsi que le confirme Boccace dans un chapitre de sa Genealogia deorum où il présente l'activité des nymphes vouées à Diane : elles sont filles de l'Océan et forment un cercle qui protège Diane33. Celle-ci est l'ennemie de Vénus. Boccace, encore une fois, représente Diane, selon la légende d'Actéon, au bain : elle se baigne dans l'eau « froide ou fraîche » pour diminuer l'ardeur du désir d'amour34. Les nymphes font un cercle de protection autour de la nudité de Diane, et Actéon est menacé d'une « métamorphose mortelle ». Actéon devient une possession de la folie. Pour Horace et Virgile, Diane est la Lune. Dans cet espace d'eau, de forêts, d'océan, de montagnes dans lequel la mythographie représente Diane, on retrouve Médée, sorcière et enchanteresse, et Hécate. Médée est aussi représentée au cours de trois moments de son histoire iconologique : dans son pouvoir d'offrir des remèdes à la langueur d'amour ; avec les deux dragons ; enfin lorsqu'elle met son venin dans les eaux, sorcière qui enchante et maudit en même temps. Elle a créé une nouvelle génération d'hommes qui s'inspirent de son habitus : les « maledicti » forment son cercle. Contarini et, après lui, Érasme repensent cette mythologie de la Méditerranée, lyonnaise et vénitienne, d'humanistes et de marchands.

  • 35 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo... », p. 188.
  • 36 Ibid., p. 187-188.
  • 37 Ibid., p. 188.

11Les textes de Contarini et de Josaphat Barbaro sont le laboratoire de cette création mythologique et ethnographique. Ils font aussi observer le pouvoir de Médée enchanteresse, le pouvoir de Circé et les herbes mystérieuses de la guérison d'amour. Mais Médée n'a pas créé des Géants ou des Géantes : elle a initié à une vie nouvelle, séduisante et terrible, la vie des maudits. Les « Mengredi » et les « Zorzani », que découvre Contarini, sont les créatures de cette lecture mythologique. Les descriptions que l'ambassadeur propose sont riches en symbolisme. Son voyage est toujours environné par des montagnes et des forêts (caminando per montagne e boschi35). Finalement, il rejoint le château du roi Pangrate, « el castello, dove era el re Pangrate36 ». Pour gagner la présence du roi, pour reconnaître sa figure, il lui faut laisser s'écouler la nuit, manger du pain et du poisson, vivre la peur de l'attente (fazando io ogni experentia37).

  • 38 Ibid., p. 188 : ove mi fece molte domande, fra le altre se io sapea quanti re erano al mondo. Io d (...)
  • 39 Ibid., p. 188 : ch'el mio segnor il papa l'apresiava et metevalo in conto de tutti li altri re, et (...)

12Contarini s'enivre du mot expérience : il est nécessaire de se plonger à l'intérieur des expériences, de reprendre les enseignements qu'elles offrent. L'expérience est le principal instrument pour l'intellectuel qui désire renouveler les principes mêmes des sociétés : et les marchands sont les acteurs de ce théâtre de l'histoire. Le matin, le roi et ses barons demandent à Contarini et à sa « famille » de se présenter à la cour, c'est-à-dire dans une maison avec des tapis posés par terre. C'est désormais un rituel pour Contarini que de rencontrer ces rois de l'Orient assis par terre et qui mangent ou du poisson ou du porc et du pain. La discussion fait accéder le lecteur à d'autres expériences. Le roi pose à Contarini plusieurs questions, dont l'une semble particulièrement surprendre l'auteur : « il me posait beaucoup de questions dont celle si je savais combien de rois il y avait dans le monde. Je dis au hasard : "Je crois qu'il y en a douze". Il me répondit : "Tu as raison, et moi je suis l'un d'entre eux38" ». Les douze rois qui gouvernent le monde relèvent d'un discours où le pape est nommé comme roi ; le chiffre douze renvoie aux douze apôtres de la tradition chrétienne. Le symbolisme du roi s'est transformé en un symbolisme religieux. Une théorie du pouvoir royal est énoncée au cours de cette conversation, une théorie religieuse. C'est une subtile interprétation de Contarini que cette théorie du pouvoir d'un roi ou d'un pape : Médée peut être réduite au silence et un roi devient l'antidote, comme écrit Valla, contre son ascendance : « [je lui confirmais] che mon seigneur, le pape, l'appréciait et le comptait parmi tous les autres rois, et que s'il avait su que j'allais venir dans ce pays, il lui aurait écrit volontiers39 ».

  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid, p. 189.
  • 42 Ibid., p. 189 : Questo paese di Zorzania è pur qualche meglio de la Mengarlia, ma de costumi et vi (...)

13La séquence des questions posées par le roi Pangrate est pour Contarini riche de « moite demande stranie40 ». On retrouve encore une fois ici le mot d'Alberti : « stranio », c'est-à-dire ambigu, avec des images dont la signification est douteuse. Pour Contarini, la peur est une subtile menace : elle pénètre dans son âme, dans sa psychologie d'ambassadeur. Les problèmes diplomatiques se coulent dans la parole marchande qui les exprime : la roba, la lettre, les dépêches, les objets, la marchandise. Le langage du marchand est le même que celui du roi. D'autre part, le roi Pangrate a pour visée le monde, les rois des autres pays, et il donne au roi la fonction de rendre la justice ou la liberté religieuse. Contarini a reçu le don de traduire en symboles ce séjour à la cour de Pangrate ; pour sa « famille » et ses amis, il est devenu un Messie : « paresse vedere el Messia41 ». L'expérience a transformé son rôle : il est le Messie qui retrouve la possibilité d'écrire, de transmettre son expérience. Diane ne s'est pas posée dans ce paysage immense et le roi est toujours un roi « stranio » ! Et le peuple est maudit : les hommes sont « ces sauvages » (quelle bestie) qui ne favorisent pas la rencontre. Mais on peut observer une nuance dans ce texte : le roi possède un pouvoir sacré, presque thaumaturge. Il peut guérir la « sauvagerie » (bestialità) des hommes. Contarini rencontre plusieurs églises où la Vierge est vénérée, mais la peur est la maladie subtile qui dévore son expérience : « Ce pays de Zorzania [Géorgie] est à certains égards mieux que la Mengarlie, mais quant aux coutumes et aux façons de vivre, c'est identique, et il en va de même des croyances et des cultes42. » L'expérience consiste à comprendre l'univers des religions et des cours, à avoir la possibilité d'abattre le mur qui sépare les modèles différents de vie religieuse : elle est l'intelligence critique qui permet d'observer rites et liturgies et de ne pas les appeler superstition. L'expérience, pour un marchand, c'est la capacité de réduire le cas religieux à une dimension culturelle, et Contarini est ravivé par cette pulsion profonde de son âme. Nous sommes en présence d'une parole qui signale la pratique du libertinisme d'Alberti et de Valla, attachés à découvrir la profondeur des cultures.

  • 43 Ibid., p. 192 : et cum gran fatica andai a uno caverserà dove alozai ; et caminando, avanti arivas (...)
  • 44 Ibid., p. 188.
  • 45 Ibid., p. 197 : Persiani sono homini molto costumati et zentileschi in le lor cose. Mostrano amar (...)

14L'expérience est le mot-clé pour une interprétation des cultures. Contarini a continué son voyage et il a rencontré plusieurs autres populations : les Arméniens, les Turcomans, les renégats, les esclaves qui sont utilisés dans le commerce de la soie, la vie d'un « caverserà ». Contarini, pour les Turcomans, est un possible ennemi43 : « et avec beaucoup de fatigue j'allai vers un où je me logais ; et en marchant, avant d'arriver au "caverserà", parmi ces turques, ils disaient : "voilà ces chiens qui veulent introduire le schisme dans la foi mahométane" ». Les Turcs pensent à la possibilité d'un schisme créé par les chrétiens, mais pour Contarini il faut faire « toute expérience » (ogni experientia) et connaître ces turbulences des peuples et des religions44. Le « caverserà » est un petit univers où l'on retrouve chaque forme de sensibilité ; la diversité révèle les flots de la vie comme les « hommes de montagne » (homo de montagna) qui envahissent la plaine avec les armes et les batailles. Contarini est toujours à la recherche de la liberté ; c'est Diane transformée en un pays, un roi, un paysage. Et la Perse possède les caractéristiques de Diane et de son idéal de « civilità », de police ; en Perse, la foi des musulmans et des chrétiens est libre45 :

Les Perses sont des hommes très civilisés et courtois dans leurs façons d'agir. Ils ont l'air d'aimer les chrétiens. Dans la dite Perse, jamais ne fut dit aucun mal de notre nom. Leurs femmes se vêtent très honorablement, bien mieux que les hommes, et ce qui vaut pour les façons de se vêtir vaut également pour les manières d'être à cheval. On voit de belles femmes parce que les hommes sont beaux et bien faits. Ils ont la foi mohamétaine.

15La beauté et la « civilità » ont manifesté leur pouvoir et la liberté religieuse s'est réalisée. Venise et la Perse se regardent dans le même miroir de la « civilità ». Un réseau de mots a formé une structure : la liberté religieuse comme base d'une organisation politique. L'expérience est en train de révéler un droit naturel des hommes.

Notes

1 Alberto Tenenti, Credenze, ideologie, libertinismi tra Medioevo ed età moderna, Bologna, il Mulino, 1978, p. 137-154.

2 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo de Misier Ambrosio Contarini ambasador de la Illustrissima Signoria de Venesia al Signor Uxuncassam re de Persia », in Laurence Lockhart, Raimondo Morozzo della Rocca, Maria Francesca Tiepolo (éd.), Il Nuovo Ramusio. VII, I viaggi in Persia degli ambasciatori veneti Barbaro e Contarini, Roma, Istituto poligrafico dello Stato, 1973, p. 177. Voir Marica Milanesi, « Contarini, Ambrogio », Dizionario biografico degli italiani, 28, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, 1983, p. 97-100.

3 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 177.

4 Ibid., p. 117.

5 Fernand Braudel, Civiltà e imperi del Mediterraneo nell'età di Filippo II, Torino, Einaudi, 1953, p. 751-753

6 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 16-23.

7 Ibid., p. 177 : oldissemo messa possa feci signarmi tutti cum il legno di la Croce ; dans son Journal de bord (1493-1496 ). Cf. Jean-Claude Margolin, « Christophe Colombe et le millénarisme », in Formes du millénarisme en Europe à l'aube des temps modernes, Jean-Raymond Fanlo & André Tournon (éd.), Paris, Honoré Champion, 2001, p. 157-184.

8 Ibid., p. 184.

9 Fernand Braudel, Civiltà e imperi del Mediterraneo, op. cit., p. 484-493.

10 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 184 : et è ben habitada de ogni generation et è per fama molto richa.

11 Ibid, p. 186.

12 Ibid., p. 186 : ne la qual se dice ch'e re Oetes padre de Medea venefica régnò.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 187 : sono huomini bestiali, portano chierege a modo frati minori.

15 Ibid., p. 186 : facto duro a modo de polenta, miserimamente.

16 Ibid. : se fosseno homini industriosi, ne la fiumara pigliariano quanto pesse i volesseno.

17 Cf. A. Olivieri, « Temperanza : dal "De iciarchia" di Leon Battista Alberti », in Religione cultura e politica nell'Europa dell'età moderna. Studi offerti a Mario Rosa dagli amici, Carlo Ossola, Marcello Verga, Maria Antonietta Visceglia (éd.), Firenze, Olschki, 2003, p. 473-484.

18 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 186.

19 Cf. Jean Céart, La nature et les prodiges. L'insolite au xviesiècle, Genève. Droz, 1977.

20 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 186.

21 Ibid., p. 186 : per boschi e montagne, la sera fossemo dove era la persona de Bendian, signor de Mengarlia.

22 Ibid., p. 186-187.

23 Ibid., p. 187 : non me disse altro che io fosse el benvenuto.

24 Ibid., p. 187 : assai bello homo, ma modi et costumi mateschi.

25 Ibid., p. 186-188.

26 Ibid., p. 187.

27 Ibid., p. 187 : Volse quel governador disnasse cum lui, et reduti in una sua casa se messe a ssentar in terra et io arento lui cum alcuni di li soi et etiam de li mei.

28 Voir Micheline Baulant (éd.), Lettres de négociants marseillais : les frères Hermite (1570-1612), Avant-propos de Fernand Braudel, Paris, Armand Colin, 1953.

29 Sur l'ivresse, voir Érasme, Le banquet disparate (Dispar convivium, 1518-1533), in Id., Cinq banquets, Jacques Chomaras & Daniel Ménager (éd.), Paris, Vrin, 1981, p. 131-137.

30 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo », p. 188.

31 Françoise Charpentier, « Diane lyonnaise », in Le mythe de Diane en France au xvie siècle. Actes du colloque de l'ENS Bd Jourdan, 29-31 mai 2001, Jean-Raymond Fanlo, Marie-Dominique Legrand (éd.), Paris, Honoré Champion, 2002, p. 25-38.

32 Ibid.

33 Boccace, Genealogia Deorum : muni de l'arc et du carquois.

34 Ibid., p. 27-35.

35 Ambrogio Contarini, « Questo è il viazo... », p. 188.

36 Ibid., p. 187-188.

37 Ibid., p. 188.

38 Ibid., p. 188 : ove mi fece molte domande, fra le altre se io sapea quanti re erano al mondo. Io dissi a ventura : « Credo che siano XII ». Mi rispose : « Tu dice el vero, et io sum uno de quelli.

39 Ibid., p. 188 : ch'el mio segnor il papa l'apresiava et metevalo in conto de tutti li altri re, et se lo havesse creto che io fosse venuto nel suo paese già haveria scripto volentieri ; pour Valla et l'Antidotum in Facium, voir A. Olivieri, Erodoto nel Rinascimento. L'umano e la storia, Rome, Herma, 2004.

40 Ibid.

41 Ibid, p. 189.

42 Ibid., p. 189 : Questo paese di Zorzania è pur qualche meglio de la Mengarlia, ma de costumi et viver hano uno modo e cosi nel creder et celebrar.

43 Ibid., p. 192 : et cum gran fatica andai a uno caverserà dove alozai ; et caminando, avanti arivasse al caverserà, fra quelli Turchi, diceano : « Questi sono de quelli cani che vien a meter sisma ne la fede machometana ».

44 Ibid., p. 188.

45 Ibid., p. 197 : Persiani sono homini molto costumati et zentileschi in le lor cose. Mostrano amar christiani. In la dicta Persia a nui fit dicto mai pezo de nostro nome. Le lor done vestano assai honorevolmente, si nel vestire come nel cavalcar, molto meglio che li homini. Mostrano belle done perchè li homini sono belli e ben facti. Tengono la fede machometana.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540