Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Troisième partie. Cultures plurielles – « mentalités » marchandes ?

Les marchands étrangers à Dantzig dans la première moitié du xviie siècle

Marie-Louise Pelus-Kaplan

Texte intégral

1Étudier les marchands des époques anciennes présente un côté extrêmement frustrant : la plupart du temps, c’est grâce à des sources indirectes (registres douaniers ou fiscaux, correspondances consulaires, certificats, etc.) que nous les connaissons. Les documents émanant d’eux directement sont rares, et s’ils existent (livres de comptes, correspondances commerciales), ils nous renseignent, comme les précédents, surtout sur ce que font les marchands, mais guère sur ce qu’ils sont : découvrir ce que savent, pensent, croient les marchands du Moyen Âge ou du début de l’époque moderne relève du heureux hasard, de la trouvaille documentaire. En effet, si les marchands écrivent beaucoup, c’est dans une optique essentiellement professionnelle, utilitaire. Les livres de raison émanant des milieux marchands sont plutôt rares, la plupart du temps très secs ; les correspondances se bornent le plus souvent à des échanges très brefs de nouvelles, économiques, politiques ou familiales, sans révéler grand-chose de la personnalité des protagonistes. Certains marchands ont, certes, été aussi des écrivains, mais ce sont des cas tout à fait exceptionnels, nullement révélateurs du milieu socio-professionnel auquel ils appartiennent.

  • 1 Pour les xvie et xviie siècles, je renvoie à la monumentale publication de Jochen Hoock et Pierre (...)
  • 2 Voir notamment, à propos du manuel de conversation russe du lubeckois Tönnies Fonne, au début du x (...)
  • 3 Bernard Vogler (éd.), Les actes notariés, source de l’histoire sociale, xvie-xixe siècles, Strasbo (...)

2Parmi les documents écrits par des marchands, certains, comme les nombreux manuels de pratique marchande, sont très instructifs sur le niveau et la variété des pratiques commerciales à une époque donnée, dans un lieu donné1. Riches en informations sur les mœurs et les mentalités, les manuels de conversation à l’usage des marchands sont des perles rares que l’historien apprécie d’autant plus2. Il reste à ce dernier la possibilité d’exploiter la ressource traditionnelle de l’histoire des cultures, des mentalités et des croyances : les testaments et les inventaires après décès3, conservés, il est vrai, de façon très inégale.

  • 4 Manfred Eickhölter, Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Lübecker Inventare des 16.-18. Jahrhunderts und i (...)
  • 5 À propos du droit et de la pratique à Gdansk en matière d’inventaires après décès, cf. Edmund Kizi (...)

3Dans les villes hanséatiques, la situation documentaire varie beaucoup selon la cité étudiée. A Lübeck, la « capitale » traditionnelle de la Hanse, si un nombre non négligeable de testaments a été conservé pour le xve siècle, les testaments et inventaires après décès sont, pour l’époque moderne, une denrée d’autant plus précieuse qu’elle est plus rare4. La situation est en revanche un peu meilleure à Hambourg, et tout à fait exceptionnelle à Dantzig, où les inventaires de l’époque moderne se comptent par milliers. Déjà exploités en partie, ils attendent encore de pouvoir faire l’objet d’une vaste étude sérielle qui les prenne en compte dans leur totalité5.

  • 6 Archives de Gdansk, 300 R Vv 279/280. Une première version de l’étude de ces deux registres vient (...)
  • 7 Archives de Gdansk, 300 R Vv 117c et Vv 190.

4Quelques courts séjours aux Archives de Gdansk nous ont donné la possibilité de nous intéresser à un ensemble d’inventaires particulièrement intéressants, ceux des années 1620-1630, regroupés dans deux registres couvrant les années 1619 à 16386. Ces deux registres, que recoupent d’autres cahiers ayant visiblement servi de brouillons aux premiers7, ont pour originalité, par rapport à ceux d’autres époques, de mentionner le lieu de naissance et la profession du défunt, permettant ainsi de repérer directement les marchands, et même de suivre plus ou moins leur histoire personnelle, puisqu’on peut savoir d’où ils sont originaires. Il se trouve que ces années ont été marquées, à Dantzig, par une forte mortalité : la peste sévit à plusieurs reprises, décimant, voire anéantissant en quelques jours des familles entières, frappant dans tous les milieux.

  • 8 Maria Bogucka, Handel zagraniczny Gdanska w pierwszej polowie xvii wieku, Wroclaw, 1970 ; Artur At (...)

5Années de peste et de mortalité, les années 1620-1630 sont aussi, dans le grand port de la Vistule qui compte alors plus de 50 000 habitants et atteindra au milieu du siècle le chiffre de 70 000 à 80 000 âmes, des années de grande prospérité. Ces deux décennies coïncident en fait avec l’apogée économique de la ville, d’où partent chaque année vers l’occident des milliers de navires chargés de grains, de bois, de matières premières textiles et de produits de marine (goudron, poix, cordages, etc.). Grand centre commercial, à la fois débouché du bassin de la Vistule et port de transit pour les produits de la Baltique orientale, Dantzig est en même temps un grand centre artisanal, avec, notamment, une importante industrie textile, et une forte production de denrées de luxe (meubles, objets d’art très divers8).

  • 9 Voir notamment Maria Bogucka, Das alte Danzig, Leipzig, 1980, p. 15 sq.
  • 10 La ville de Dantzig s’est vu octroyer par Casimir Jagellon au milieu du xve siècle une large auton (...)
  • 11 Hedwig Penners-Ellwart, Die Danziger Bürgerschaft nach Herkunft und Beruf 1536-1709, Phil. Diss., (...)

6Cet apogée économique de la ville de Dantzig est directement lié à une forte présence étrangère : alors que le pavillon dantzigois n’assure que 20 à 30 % du trafic, les navires hollandais dominent par leur présence et leur activité les importations comme les exportations, côtoyant de nombreux navires d’autres nations. Les marchands étrangers sont eux aussi très nombreux dans la ville9. Leur présence est favorisée par une politique assez libérale dans l’application des règles du « droit des hôtes » (Gastrecht, Gästerecht) et du « droit d’étape » (Stapelrecht) coutumiers aux villes hanséatiques10. La tolérance religieuse relative dont font preuve les autorités, sous l’égide de leur suzerain le roi de Pologne, est un autre facteur favorable à la présence étrangère : juifs, mennonites, antitrinitaires, anglicans sont tolérés, aux côtés des luthériens, catholiques et réformés qui, eux, jouissent du privilège de pouvoir pratiquer publiquement leur culte. Plus encore, la forte présence étrangère à Dantzig est favorisée par l’octroi généreux du droit de bourgeoisie — sous ses diverses formes — aux immigrés, ce qui n’empêche pas de nombreux étrangers de se contenter du statut — mal connu en fait — de « résidents » ou « manants » (Einwohner11).

7Grâce au « droit d’aubaine » qui impose l’obligation de faire l’inventaire des biens de toute personne décédée dans la ville, soit dans le cas (fréquent) où le défunt n’a pas laissé de testament ou nommé d’exécuteur testamentaire, soit dans le cas (non moins fréquent) où ses héritiers présumés résident à l’étranger, nombreux sont les inventaires de personnes nées hors de la ville : sur les quelque 1 100 inventaires des deux registres étudiés, un tiers globalement (plus ou moins, selon les années), concerne des personnes nées ailleurs qu’à Dantzig, si du moins l’on considère que tous ceux dont le lieu de naissance n’est pas indiqué sont vraisemblablement nés sur place (la ville de Dantzig n’apparaissant pas parmi les lieux de naissance indiqués). Les inventaires ne disent pas, sauf exception, si le défunt a acquis ou non le droit de bourgeoisie dans la ville de Dantzig.

  • 12 Penners-Ellwart, op. cit.
  • 13 Hermann Kellenbenz, Sephardim an der unteren Elbe. Ihre wirtschaftliche und politische Bedeutung v (...)
  • 14 Archives de Gdansk, 300, 5, 230 (f° 1-12), et 300 R Vv 191 (f° 111-118).

8L’analyse, dans notre échantillon, des inventaires des personnes nées hors de Dantzig, confirme les résultats de l’étude des livres d’entrée en bourgeoisie (Bürgerbücher12) : dans leur grande majorité, les « étrangers » présents à Dantzig proviennent du monde germanophone, les plus nombreux viennent des espaces de la « colonisation allemande » médiévale (Prusse, Poméranie, Mecklembourg, Brandebourg, Silésie, Lusace, Saxe) ou des parties occidentales du monde hanséatique, puis du reste de l’Allemagne. Moins d’une centaine d’inventaires seulement se rapportent à des minorités non allemandes : une vingtaine concerne des Polonais, une trentaine des Britanniques, vingt-cinq environ des personnes natives des Pays-Bas (du Nord et du Sud), une quinzaine des Scandinaves, et une dizaine des étrangers d’autres nationalités. Notons au passage le caractère très « européen » de cette présence étrangère, où manquent les Russes et les sujets de l’empire ottoman, mais à laquelle il faut ajouter la communauté juive, présente dans les faubourgs (la religion du défunt n’étant jamais spécifiée, je n’ai pu identifier aucun inventaire concernant un défunt de confession israélite13), et une petite communauté arménienne, attestée par des inventaires trouvés dans d’autres registres14.

  • 15 Sur l’immigration de marchands et artisans étrangers à Gdansk, plus précisément en provenance des (...)

9Tous ces « étrangers » ne sont pas des marchands : parmi les Polonais, la plupart exercent de petits métiers (on note plusieurs tailleurs, un pêcheur, un cordier, un maçon, une servante, un maître d’école) ; les Scandinaves (Suédois et Finlandais) sont tous des gens très modestes : les femmes sont servantes, on ne connaît parfois que leur prénom ; les hommes sont matelots, ouvriers du port. Il existe également de nombreux immigrés néerlandais dans l’industrie15. Dans leur grande majorité néanmoins, les étrangers de toutes nationalités exercent une profession liée de près ou de loin au commerce, et c’est sur ces groupes de commerçants étrangers de diverses nationalités que nous allons maintenant focaliser notre attention, pour ensuite voir quel rôle ils ont pu jouer dans les échanges culturels et religieux.

10Le groupe des immigrés polonais ne comporte que peu de marchands, toujours très modestes : quelques rouliers ou marchands avec leurs charrettes et leurs chevaux. Comme la plupart des immigrés polonais, ils vivent en location, souvent dans les faubourgs de la ville, ou logent dans une auberge. Quelques uns néanmoins sont propriétaires d’un « héritage » (Erbe) ou d’un « demi-héritage » dans un faubourg. À côté de ces immigrés de fraîche date, on relève des noms typiquement polonais parmi les défunts nés dans la ville et y résidant. Ces immigrants polonais de la seconde ou de la troisième génération, tantôt locataires, tantôt propriétaires, appartiennent le plus souvent à la petite ou à la moyenne bourgeoisie des artisans et boutiquiers ; certains ont apparemment fait fortune, tel Nicolas Wilsky, un marchand de bière de la Breite Gasse. Le point commun à tous ces inventaires d’immigrés polonais, quelle que soit leur génération, est l’attachement manifeste aux signes de leur identité polonaise : tous ont des vêtements et des couvre-chefs « à la polonaise », et possèdent des livres en langue polonaise. On trouve également des signes très nets d’une solidarité entre immigrants polonais de la première génération et immigrants polonais plus anciennement installés : ces derniers apparaissent fréquemment comme les logeurs, ou comme les créanciers des premiers.

  • 16 Archives de Gdansk, 33 R Vv 180, f° 59 sq.

11On ne s’étonnera pas de ne trouver, dans cet échantillon, aucun inventaire concernant la noblesse polonaise : celle-ci ne fréquentait Gdansk que par intermittence, pour ses affaires, et n’y résidait pas habituellement. J’ai néanmoins trouvé parmi les inventaires de la fin du xviie siècle celui du magnificum dominum Morstein ante hac thesaurarium regni, décédé en 1686 : les biens appartenant à ce grand personnage, trouvés dans un des « greniers » de la ville (granarium), consistaient essentiellement en effets personnels contenus dans quelques caisses16.

  • 17 À propos de la présence anglo-écossaise à Dantzig, cf. Zdislaw Tazbierski, « Uwagi o kontaktach ha (...)

12Face à la communauté bien identifiable des Polonais, les Occidentaux forment à Gdansk des groupes aux caractères nationaux diversement marqués. Deux nations, les Écossais et les Hollandais, se distinguent par le nombre de leurs représentants et les signes bien affirmés de leur identité. Les Écossais (25 inventaires concernent un défunt originaire d’« Écosse », d’Édimbourg, d’Aberdeen...) sont relativement nombreux dans la ville, où ils résident volontiers en famille avec femme et enfants, parfois avec des frères ou des cousins ; le plus souvent ils vivent en location, avec une prédilection pour la Breite Gasse. Certains, tel Stephen Briss, sont néanmoins des propriétaires aisés, alors que d’autres, tel Davidt Zedeler, sont décrits comme « n’ayant rien ». Tous s’activent dans le commerce, et visiblement, Dantzig leur sert de base pour une activité très étendue, notamment en direction de la Suède, mais également en direction de la Prusse, de la Livonie, de l’intérieur de la Pologne, voire de la Hongrie : Jacob Kay possède entre autres une créance sur un marchand de Debreczen. Les liens entre Écossais n’en sont pas moins étroits : le même Jacob Kay a également avancé de l’argent à son compatriote Hans Gordon, installé à Dantzig dans la Breite Gasse, et à Thomas Gilmore qui réside à Thorn (Torun) ; Thomas Lundien, frère ou cousin de Hans Lundien d’Édimbourg, héberge chez lui deux autres marchands écossais. Loin de rester sur place, nos Écossais voyagent dans toute l’Europe du Nord et de l’Est ; plusieurs sont morts au cours de ces périples. L’identité écossaise est chez eux assez nettement affirmée : les inventaires mentionnent des obligations « en langue écossaise », la présence aux obsèques d’auxiliaires du culte écossais, la possession généralisée de « couvertures écossaises » (plaids ?), à côté d’objets d’autres provenances. L’importance de l’implantation écossaise à Dantzig a pu indirectement favoriser l’arrivée d’autres étrangers : on trouve ainsi l’exemple d’un habitant de Juliers, venu s’installer dans le port prussien après un séjour en Écosse17. Face aux Écossais, les Anglais sont peu nombreux : deux marchands, dont l’un est l’associé d’un autre Anglais installé à Elbing, un capitaine de navire, et un artiste, le flûtiste Valentin Flodden qui est le plus riche des quatre, et sur lequel nous reviendrons.

13Sur les 24 inventaires de défunts nés aux Pays-Bas, 22 concernent des citoyens de la république des Provinces Unies : ce sont principalement des Hollandais originaires des lieux les plus divers (Édam, Harlingen, Haarlem, le Texel, Rotterdam, etc.), plus quelques Frisons, et un natif de Groningue. Les Hollandais eux aussi résident à Dantzig en famille, soit avec femme et enfants, soit en fratries regroupant plusieurs individus du même nom, pères, fils, frères ou cousins. Comme les Écossais, ils résident le plus souvent à l’intérieur de la ville, en location ou à l’auberge. Leurs marchandises sont des plus variées : fromages, tissus, cuirs et peaux, fourrures, et très probablement céréales, bois et autres produits forestiers. Ces dernières marchandises n’apparaissent pas dans les inventaires, car elles sont soit entreposées dans les vastes magasins de l’« île aux greniers », soit immédiatement expédiées par navires vers la Hollande. Pour les autres dentées, nos Hollandais louent des entrepôts aux marchands de la ville : ainsi Reier Cornelissen d’Édam, qui loge au « cheval sauvage », remise ses fromages dans la cave d’un habitant de la rue Notre Dame (Frauengasse). Tout comme les Écossais, les Hollandais voyagent à partir de Dantzig dans toute l’Europe du Nord et de l’est : Dirck Friesen sillonne ainsi la Pologne avec un chariot et une calèche attelée de deux chevaux ; il a chez lui en gage douze cuillers d’argent appartenant à un habitant polonais d’Augustow. Certains vont beaucoup plus loin : Hermen Petersen meurt en 1622 aux Indes orientales, laissant une veuve sut les bords de la Vistule, preuve que l’installation à Dantzig n’empêchait nullement les Hollandais de participer au commerce colonial. À côté de ces marchands, on trouve le capitaine Philidore Adrian, un fournisseur de guerre hollandais mort au camp polonais en octobre 1626, dont l’inventaire énumère les articles destinés aux soldats de l’armée polonaise. Face à ces nombreux Hollandais, les Belges sont peu représentés : on trouve mention de Guillaume Savart de Bruxelles et de Jean Camelin de Douai, tous deux accompagnés de parents du même patronyme.

14Les autres Occidentaux présents à Dantzig ne sont évoqués que par un très petit nombre d’inventaires, ce qui ne signifie pas pour autant une communauté forcément squelettique pour chacune des nationalités concernées. On ne sait tien du seul Lorrain, car son inventaire n’a pas été dressé, en tout cas pas dans les deux registres étudiés où ne figure qu’une promesse d’inventaire. En 1620 et 1631 apparaissent les mentions de deux Italiens du même nom, Giovanni Baptista, peut-être le père et le fils. Le premier logeait dans l’arrière-maison d’un bourgmestre de Dantzig ; il faisait commerce d’objets d’ambre, peut-être aussi d’armes et de fourrures ; il laisse des dettes importantes. Le second, désigné comme « napolitain », meurt sur la route de Torun. Son inventaire, très pauvre, énumère quelques effets personnels « vieux et usés », une malle contenant des pots de pommade et autres onguents (artzeney) qui lui valent d’être traité de charlatan (quacksalber), et deux paquets de faux coraux rouges, expliquant le qualificatif non moins aimable de « bandit » qui lui est appliqué dans le même document.

  • 18 Depuis la fin du xvie siècle, une colonie française est installée dans la ville ; Henri IV y nomme (...)

15Contrastant avec l’image de ces deux aventuriers à moitié escrocs, les inventaires du français Claude Garlet18 et du Suisse Samuel Ammon donnent des exemples de réussite manifeste. Le premier, un parisien dont l’activité n’apparaît pas dans l’inventaire, réside chez Francisco Diaz, de toute évidence un bourgeois de Dantzig d’origine ibérique habitant la Breite Gasse. La richesse de la garde-robe de ce français, dont nous reparlerons, ses bijoux, ses armes, l’évocation d’un serviteur et d’autres domestiques, tout indique l’aisance, sinon la fortune. Le second est l’artiste suisse Samuel Ammon de Schaffhouse, sur lequel nous reviendrons.

16Si toutes ces « nations » marchandes font preuve, nous l’avons vu, de comportements identitaires marqués, il n’empêche que leur présence à Dantzig est liée au premier chef à leur activité commerciale, et comme on peut s’y attendre, les échanges ne se limitent pas aux marchandises, ils sont tout autant culturels, voire religieux.

  • 19 Sur cette question, voir notamment l’article récent d’Alexander Cowan, « Cultural Traffic in Lubec (...)
  • 20 Cieslak & Biernat, History of Gdansk, op. cit., p. 173.
  • 21 La richesse accumulée dans la ville crée un marché de première importance pour l’art et l’architec (...)

17De même que, à Dantzig comme ailleurs, les échanges commerciaux impliquent le rôle de courtiers, qui mettent en relation des partenaires de différentes nations, et servent souvent à l’occasion d’interprètes, les échanges culturels19 eux aussi sont favorisés pat certaines catégories socioprofessionnelles qu’on peut considérer comme de véritables « passeurs » culturels. Au premier plan viennent les artistes. Nos inventaires permettent d’en rencontrer deux. L’anglais Valentin Flodden est flûtiste ; il laisse derrière lui, en 1636, 33 livres de musique, son riche inventaire laisse à penser qu’il gagnait fort bien sa vie dans l’exercice de son art. Bien connu, le suisse Samuel Ammon, originaire de Schaffhouse, graveur de médailles, de sceaux, d’armoiries et de monnaies, est le fournisseur attitré des cours de Pologne et de Russie20. On trouve dans ses effets une ceinture d’argent doré appartenant à une dame de Varsovie, sans doute une commande payée d’avance. Outre un fiche assortiment de bijoux, argenterie, œuvres d’art et livres, il possède une riche garde-robe que nous évoquerons plus loin. Ces deux artistes d’origine étrangère témoignent de la place faite à l’art dans cette ville riche, grande consommatrice d’objets précieux, mais également de musique, de théâtre, de littérature21. La haute noblesse polonaise, qui partage ces goûts, et des « spécialistes » instruits, comme les médecins, font partie eux aussi des « passeurs » entre la culture occidentale et celle du monde polonais. L’inventaire, daté de la fin du xviie siècle, des biens d’un grand personnage, le trésorier Morstein, mort sans doute lors d’un passage à Dantzig, comporte une caisse contenant la bibliothèque du médecin de la reine (celle-ci, Marie-Casimire de la Grange d’Arquien, épouse de Jean Sobieski, était d’origine française), avec 191 titres en diverses langues, dont beaucoup d’ouvrages en latin et en langue française.

18Les marchands eux-mêmes, et notamment les marchands étrangers, jouent à Dantzig un rôle éminent d’intermédiaires culturels. Non contents de vendre et d’acheter des fromages ou des grains, les Hollandais se font marchands de biens culturels ; leurs inventaires énumèrent avec complaisance des cartes marines et terrestres, des tableaux et gravures, et de très nombreux livres, pas seulement destinés à leur consommation personnelle. Celui de Daniel Hiol, un marchand de Haarlem décédé en 1622, énumère ainsi 437 titres d’ouvrages de toutes sortes et en toutes les langues, auxquels s’ajoutent allerhant kleine bücher und cantional, c’est-à-dire un grand nombre de petits livres de piété et de cantiques de toutes sortes, destinés de toute évidence à la vente, tout comme les bibles non reliées, les cartes et tableaux non encadrés du même inventaire.

  • 22 Cieslak & Biernat, op. cit., p. 164-165 ; Marian Pawlak, Studia uniwersyteckie mlodiezy z Prus kro (...)
  • 23 Au sujet des bibliothèques des habitants de Dantzig, voir l’article récent de Fejtova, « Privatbib (...)

19Les « passeurs culturels » sont tout aussi nombreux dans la bourgeoisie dantzigoise : tout comme ceux des principales villes hanséatiques, les futurs bourgeois de Dantzig vont se former à l’étranger, les jeunes marchands aux comptoirs de leurs partenaires étrangers, les juristes dans les meilleures universités d’Allemagne et d’Europe occidentale ; la pratique de la peregrinatio academica et celle du « grand tour » sont habituelles au sein des familles sénatoriales22. Sur place, les jeunes Dantzigois bénéficient d’un ensemble d’écoles très renommées, au premier rang desquelles figure le fameux Gymnasium, devenu en 1630 akademisches Gymnasium : de statut intermédiaire entre un établissement d’enseignement secondaire et une Université, il attire, grâce à des maîtres illustres, des élèves venus non seulement de toute la Pologne, mais également de toute l’Europe centrale et orientale, et même de l’occident, des Pays-Bas notamment ; il abrite la bibliothèque publique fondée en 1596. Les bibliothèques privées témoignent de la haute culture des bourgeois de Dantzig, alimentée notamment par l’importante production des imprimeurs et de la presse locale23.

  • 24 Cf. Bogucka, Das alte Danzig, op. cit., p. 154-163 ; Maria Bogucka, « L’attrait de la culture nobi (...)

20À l’image des échanges commerciaux, les échanges culturels sont bilatéraux, voire multilatéraux, puisque chacune des nations présentes à Dantzig fait partager aux autres le meilleur de sa culture nationale. La culture matérielle fait elle aussi l’objet d’échanges non négligeables, ce que l’on peut voir à travers l’étude des garde-robes présentes au sein des inventaires. Ceux-ci montrent que, si les Polonais adoptent au xviie siècle quelques éléments de la culture matérielle occidentale sous forme de couvre-chefs (holländische mützen : coiffes hollandaises, portées par les hommes comme par les femmes), de vaisselle (espagnole) ou de couvertures de lit (espagnoles ou écossaises), les Occidentaux présents à Dantzig adoptent de façon encore plus nette de nombreux éléments de la culture matérielle polonaise. C’est vrai en ce qui concerne les couvre-chefs : on trouve dans la majeure partie des inventaires masculins le couple chapeau de feutre/bonnet de fourrure (kolpack) ; à cette occasion se manifeste le goût des Occidentaux pour les fourrures précieuses (martre, zibeline, vison...). C’est également vrai des vêtements : les femmes occidentales adoptent de façon très générale la « pelisse » (peltz) adaptée au rude climat polonais, tandis que leurs époux portent tous le zupan (suppen dans la langue des inventaires) et les dilchen ou dilgen, robes ou manteaux faits de tissus doublés ou fourrés, teints de couleurs vives. Conformément à la mode « sarmate » en effet, les couleurs les plus variées (rouge, violet, vert, brun, jaune, chair, bleu...) parent ces vêtements, contrastant fortement avec la dominante sombre de la « mode espagnole » qui fait alors la loi en Occident. À Dantzig, seuls les Écossais, parmi les Occidentaux présents, semblent vouloir rester fidèles à cette dernière et à ses tonalités de noirs, bruns et blancs. Les Hollandais en revanche adoptent sans réserves la mode « sarmate ». Ainsi, le frison Dirck Friesen, amateur de couleur rouge, laisse un « rott scharlacken dilchen mit rotem damast gefuttert » et un « roten suppen [...] mit gelbem karmesey gefuttert », d’autres de ses compatriotes portent volontiers, outre les suppen multicolores, des gants polonais, des bottes polonaises... Les autres éléments de la parure « sarmate », généralement portés pat la noblesse polonaise, comme les ceintures ornées de métaux précieux (argent, argent doré) ou de cuivre, l’épée « sarmate », le plumet (federbusch), trouvent également des adeptes parmi les occidentaux : le parisien Claude Garlet ajoute même à son plumet un bijou précieux d’argent doré garni de pierres rouges (ein silbern uberguldet kleinot zum federpusch mit roten steinen), tandis que le graveur suisse Samuel Ammon possède une épée dorée avec sa lame sarmate (ein uberguldet degen mit einer sarmetten schede). Chez les Dantzigois de souche, l’adoption de la culture matérielle polonaise est tout aussi évidente, et touche d’autres aspects que ceux des vêtements, coiffures et parures24 : meubles et vaisselle d’origine polonaise côtoient dans leurs maisons les meubles et la vaisselle de style hollandais ou vénitien. Si l’on y ajoute les fréquentes mentions d’objets de provenance russe ou indienne (c’est-à-dire des Indes orientales), on peut se faire une idée des incroyables mélanges de genres et de styles réalisés à l’époque dans les intérieurs dantzigois.

  • 25 Cf. supra ; l’inventaire cité plus haut du trésorier Morstein décédé en 1686 renferme le catalogue (...)

21Des échanges dans tous les sens se réalisent également dans la sphère intellectuelle, et peut-être même dans la sphère religieuse : si la noblesse et les élites sociales polonaises possèdent de nombreux livres en latin et dans diverses langues étrangères25, les occidentaux installés à Dantzig quant à eux possèdent fréquemment des livres en langue polonaise, parfois des dictionnaires de polonais ainsi que des ouvrages érudits d’Histoire ou de Géographie concernant la Pologne, au milieu d’autres livres écrits dans les langues les plus diverses. La plus grande diversité marque également le contenu religieux de ces bibliothèques. Celle de Daniel Siwerts, un marchand de Dantzig décédé en 1620, contient trois bibles de Luther, une bible hollandaise et une bible latine ; en 1630, le marchand Georg Sternberg laisse entre autres une bible de Luther, un psautier polonais, un ouvrage du Jésuite Molina. Les étrangers ne sont pas en reste : l’Anglais John Lulles possède par exemple un Nouveau Testament en Grec. Citons comme particulièrement typique de ce patchwork linguistique et religieux la bibliothèque de Dr Ludovicus Olivianus, un allemand de Heidelberg, avec un Nouveau Testament et un psautier en polonais, plusieurs bibles en français, en espagnol et en polonais, un livre de prières en anglais, et de nombreux autres livres en allemand, latin et français...

22Parler de syncrétisme, surtout dans le domaine religieux, serait sans doute excessif. Mais il est clair que Dantzig est, à cette époque, un forum où sont débattues les questions religieuses dans un véritable climat de tolérance et de liberté. La liste des livres, très probablement destinés à la vente, de l’inventaire du marchand hollandais Daniel Hiol, en témoigne ; on y trouve un très large éventail de la littérature de controverse, avec des titres émanant de tous les bords : aux œuvres de Luther, Melanchthon, Bullinger font face celles de Calvin, de Philippe de Marnix, des Arminiens hollandais, mais aussi les écrits de Mariana et le catéchisme des Jésuites ; on y trouve les textes de Guy de Brès contre les anabaptistes, et ceux de Sozzini, aussi bien qu’une réfutation du catéchisme arien, d’un auteur non spécifié ; on peut encore se procurer auprès de lui l’Évangile de Rome, les Canons du Concile de Trente, aussi bien que Les abus de la Messe, les Cautèles de la Messe et les décrets du Synode de Dordrecht, ou encore, pour être mieux à même de comprendre le tout, un dictionnaire de théologie... À l’image des échanges commerciaux, les échanges culturels et religieux étaient donc, à Dantzig, largement multilatéraux. On a l’impression, en lisant ces inventaires, que le grand port de la Vistule était comme une sorte de tout de Babel, mais une tout de Babel où tout le monde se comprenait plus ou moins, sans doute plutôt plus que moins.

23Pour conclure, on peut dire que Dantzig est au xviie siècle très comparable aux autres grandes capitales commerciales du moment : comme Amsterdam, comme Hambourg, le grand port polonais est, du fait de son importance commerciale, une ville à la population cosmopolite, une cité pluriculturelle et multiconfessionnelle. Les échanges qui s’y réalisent ne sont pas seulement commerciaux mais tout autant culturels et religieux. S’il est bien connu que la balance commerciale entre Europe occidentale et Europe orientale penche à l’époque en faveur de cette dernière, il n’est pas sûr que celle des échanges culturels ait penché totalement du côté de l’occident. Les échanges semblent avoir été, en ce domaine, relativement équilibrés, comme le montrent l’intérêt manifesté pour la langue et l’histoire de la Pologne, ainsi que la fascination des étrangers présents à Dantzig pour la mode sarmate.

  • 26 À ce sujet, cf. Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Une bourgeoisie “seconde” dans une ville hanséatique  (...)

24Toutefois le monde de l’échange a ses exclus. Parmi les nombreux étrangers présents à Dantzig, les Scandinaves, auxiliaires dans la marine, sur le port, ou domestiques chez les bourgeois, se contentent d’emplois subalternes et ne semblent guère participer aux échanges culturels évoqués plus haut : leurs misérables inventaires témoignent surtout de leur dénuement, partagé sans doute par bien d’autres, au sein de ces couches populaires des villes hanséatiques, assez mal connues26. La très grande richesse des Archives de Gdansk, et notamment ces très nombreux inventaires de pauvres gens, permettront peut-être dans le futur d’en dire plus sur ce sujet.

Notes

1 Pour les xvie et xviie siècles, je renvoie à la monumentale publication de Jochen Hoock et Pierre Jeannin, Ars Mercatoria. Handbücher und Traktate für den Gebrauch des Kaufmanns. Manuels et traités à l’usage des marchands 1470-1820, t. I 1470-1600, Paderborn, 1991 ; t. II 1600-1700, Paderborn, 1993.

2 Voir notamment, à propos du manuel de conversation russe du lubeckois Tönnies Fonne, au début du xviie siècle : Pierre Jeannin, « Entre Russie et Occident au début du xviie siècle : Le contexte historique d’un grand document linguistique », in Études Européennes. Mélanges offerts à Victor-Lucien Tapie, Série « Études 6 », Paris, 1972, p 503-524 (Publications de la Sorbonne). Reproduit dans Pierre Jeannin, Marchands du Nord, Philippe Braunstein et Jochen Hoock (éd.), Paris, 1996, p. 165-182 ; Élisabeth Harder-Gersdorff, « Dar klingedtt geldtt : Kaufmannssprache auf russischen Märkten in der niederdeutschen Phraseologie des Tönnies Fonne (Pleskau 1607) », in Horst Wernicke & Nils Jörn (éd.), Beiträge zur hansischen Kultur-, Vefassungs-und Schiffahrtsgeschichte, Hansische Studien X, Weimar, 1998, p. 81-92.

3 Bernard Vogler (éd.), Les actes notariés, source de l’histoire sociale, xvie-xixe siècles, Strasbourg, 1979 ; Hildegard Mannheims et Klaus Roth, Nachlassverzeichnisse. Internationale Bibliographie. Probate inventories. International Bibliography, Munster, 1984 ; Ad Van Der Woude et Anton Schuurman (éd.), Probate inventories. A new source for the historical study of wealth, material culture and agricultural development. Papers presented at the Leeuwenborch Conference, Wageningen, 1980 (AAG Bijdragen, 23).

4 Manfred Eickhölter, Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Lübecker Inventare des 16.-18. Jahrhunderts und ihre rechtliche Grundlage. Chancen der Auswertung », in Rolf Hammel-Kiesow (éd.), Wege zur Erforschung städtischer Häuser und Höfe. Beiträge zur fächerübergreifenden Zusammenarbeit am Beispiel Lübecks im Spätmittelalter und in der Neuzeit, Neumünster, 1993, p. 279-326.

5 À propos du droit et de la pratique à Gdansk en matière d’inventaires après décès, cf. Edmund Kizik, « The pupil, the master, and death. The funeral in the daily life of a school in a hanseatic town (from the 16th to the 18th century) », in Acta Poloniae Historica, 78 (1998), p. 55, note 5, et Olga Fejtova, « Privatbibliotheken der Danziger Bürger im 17. Jahrhundert », in Studia Germanica Gedanensia, 10, Gdansk, 2002, p. 1-28. Un recensement de toutes les études déjà menées (notamment celles de Maria Bogucka) à partir des inventaires dantzigois a été fait par Edmund Kizik, « Posmiertny inwentarz gdanskiego kramarza korzennego mennonity Hendrika van Dührena z 1694 roku », in Almanach Historyczny, t. 2, 2000, p. 185-208.

6 Archives de Gdansk, 300 R Vv 279/280. Une première version de l’étude de ces deux registres vient de paraître : Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Gdansk dans les échanges commerciaux et culturels de la Pologne avec l’Europe occidentale », in Id. et Daniel Tollet (éd.), La Pologne et l’Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours, Poznan, Presses de l’université de Poznan, 2004, p. 49-62.

7 Archives de Gdansk, 300 R Vv 117c et Vv 190.

8 Maria Bogucka, Handel zagraniczny Gdanska w pierwszej polowie xvii wieku, Wroclaw, 1970 ; Artur Attman, The Russian and Polish markets in international trade 1500-1650, Göteborg, 1973, p. 56-66 ; Edmund Cieslak & Czeslaw Biernat, History of Gdansk, Gdansk, 1995, p. 105-120 ; Maria Bogucka, Gdanskie rzemioslo tekstylne od xvi do polowy xvii w., Wroclaw, 1956.

9 Voir notamment Maria Bogucka, Das alte Danzig, Leipzig, 1980, p. 15 sq.

10 La ville de Dantzig s’est vu octroyer par Casimir Jagellon au milieu du xve siècle une large autonomie en matière législative, fiscale, administrative, incluant le privilège de pouvoir régler le statut des étrangers dans le cadre de son autonomie municipale ; aucune clause ne lui accorde formellement le droit d’étape, mais par de multiples réglements, les bourgeois de Dantzig furent imposés comme intermédiaires obligatoires dans le commerce entre les étrangers et les fournisseurs de l’intérieur du pays. Cf. Edmund Cieslak, « Les grandes escales de la Baltique, xve-xviiie siècles », in Recueils de la Société Jean Bodin, XXXIII, « Les grandes escales », Bruxelles, 1972, p. 298-333, et Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Merchants and Immigrants in Hanseatic Cities (16th-17th centuries) », à paraître en 2007 dans Donatella Callabi et Stephen Turk Christensen (éd.), Cities and Cultural Exchanges in Early Modem Europe, vol. II, Strasbourg.

11 Hedwig Penners-Ellwart, Die Danziger Bürgerschaft nach Herkunft und Beruf 1536-1709, Phil. Diss., Marburg-Lahn, 1954 (ex. dactylographié, bibliothèque de l’université de Gdansk). Les privilèges concédés à Dantzig par Étienne Bathory en 1577 accordent la totalité des droits politiques et civils aux Catholiques, aux Luthériens et aux Calvinistes. En revanche, tout en tolérant la présence des juifs et l’installation des Mennonites, la ville de Dantzig leur refuse l’égalité des droits avec les adeptes des trois confessions officiellement admises (cf. Cieslak & Biernat, History of Gdansk, op. cit., p. 177).

12 Penners-Ellwart, op. cit.

13 Hermann Kellenbenz, Sephardim an der unteren Elbe. Ihre wirtschaftliche und politische Bedeutung vom Ende des 16. bis zum Beginn des 18. Jahrhunderts, Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, Beiheft 40, Wiesbaden, 1958, p. 78 sq.

14 Archives de Gdansk, 300, 5, 230 (f° 1-12), et 300 R Vv 191 (f° 111-118).

15 Sur l’immigration de marchands et artisans étrangers à Gdansk, plus précisément en provenance des Pays-Bas, voir notamment Bogucka, Gdanskie rzemioslo... op. cit., et Id., « Obcy kupcy osiadli w Gdansku w pierwszej polowie xvii w. », Zapiski Historyczne, 37 (1972, 2), p. 59 sq.

16 Archives de Gdansk, 33 R Vv 180, f° 59 sq.

17 À propos de la présence anglo-écossaise à Dantzig, cf. Zdislaw Tazbierski, « Uwagi o kontaktach handlowych Anglii z Polska od xv do xviii w. w swietle literatury brytyskiej », Rocznik Gdanski, 38 (1978), 1, p. 75-95.

18 Depuis la fin du xvie siècle, une colonie française est installée dans la ville ; Henri IV y nomme en 1610 un consul, Jean de la Blanque. Cf. Edmund Cieslak & Jozef Ruminski, Les rapports des résidents français à Gdansk au xviiie siècle (1715-1719), 2 vol., Gdansk, 1964-1968, Introduction, vol. I, p. xxi.

19 Sur cette question, voir notamment l’article récent d’Alexander Cowan, « Cultural Traffic in Lubeck and Danzig in the Sixteenth and Seventeenth Centuries », Scandinavian Journal of History, 28 (2003), p. 175-185, et la bibliographie qu’il contient.

20 Cieslak & Biernat, History of Gdansk, op. cit., p. 173.

21 La richesse accumulée dans la ville crée un marché de première importance pour l’art et l’architecture. De nombreux artistes venus des Pays-Bas, tels Hans Vredeman de Fries ou les membres de la famille Van dem Blocke, introduisent les canons de la Renaissance, du maniérisme et du Baroque flamands et hollandais, très vite imités par les artistes locaux. Ces artistes, polonais ou étrangers, travaillent pour des clients répartis dans l’ensemble de la Pologne. Des troupes de théâtre étrangères introduisent à Dantzig le goût pour la commedia dell’arte, tandis que la musique italienne est au xviie siècle très prisée, des milieux polonais comme des milieux allemands. Cf. Cowan (art. cit.) ; Bogucka, Das alte Danzig, op. cit., p. 185-211, p. 223-235 ; Cieslak & Biernat, History of Gdansk, op. cit., p. 173-175.

22 Cieslak & Biernat, op. cit., p. 164-165 ; Marian Pawlak, Studia uniwersyteckie mlodiezy z Prus krolewskich w xvi-xviii wieku, Torun, 1988. Je remercie bien sincèrement M. le professeur Andrzej Wyczanski pour cette dernière référence.

23 Au sujet des bibliothèques des habitants de Dantzig, voir l’article récent de Fejtova, « Privatbibliotheken » art. cité, et la bibliographie qu’il cite, notamment les études de Maria Bogucka.

24 Cf. Bogucka, Das alte Danzig, op. cit., p. 154-163 ; Maria Bogucka, « L’attrait de la culture nobiliaire ? Sarmatisation de la bourgeoisie polonaise au xviie siècle », Acta Poloniae Historica, 33 (1976), p. 23-41.

25 Cf. supra ; l’inventaire cité plus haut du trésorier Morstein décédé en 1686 renferme le catalogue d’une bibliothèque privée appartenant à un médecin de la cour : les 191 titres révèlent, outre de nombreux traités médicaux, un intérêt pour la littérature française nettement affirmé, tout autant que le goût pour les auteurs antiques et pour l’histoire.

26 À ce sujet, cf. Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Une bourgeoisie “seconde” dans une ville hanséatique : les artisans lubeckois aux xvie et xviie siècles », in Philippe Guignet (éd.), Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen-Âge-1945), vol. I, Lille, 2002, p. 147-166.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.