Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Troisième partie. Cultures plurielles – « mentalités » marchandes ?

Le comportement religieux de marchands florentins expatriés à la fin du xvie siècle

Pierre-Frédéric Brau

Texte intégral

1Se fixer pour objectif de donner une vision synthétique du comportement religieux de marchands issus d’un même pays peut paraître téméraire : il semble a priori impossible d’approcher aisément, et, a fortiori, de comparer les comportements d’individus que certes une même origine unit, mais qui sont caractérisés par un éparpillement géographique.

2Les Archives d’État de Florence offrent pourtant une occasion exceptionnelle d’observer ce comportement chez un groupe de marchands florentins expatriés, au travers d’une source centralisée, et même relativement normalisée : les Testamenti forestieri.

3Il s’agit là d’une source très particulière : un rapide point méthodologique préliminaire s’impose donc, afin de voir les apports, mais aussi les silences de cette source. La réflexion peut dès lors s’orienter selon deux traits caractéristiques du groupe envisagé, induits par la mobilité même de ces testateurs. La question de l’attachement au catholicisme de ces individus dispersés dans une Europe en proie à l’affrontement religieux se pose dans un premier temps ; dans ce contexte, l’attitude des marchands que leur négoce entraîne en terre non catholique revêt un intérêt tout particulier. Dans un second temps, il convient d’insister sur ce qui fait la spécificité du comportement religieux des marchands florentins quand ils sont hors de leur patrie, le poids de puissantes structures dédiées d’abord à la défense de leurs intérêts économiques, mais qui ne sont pas sans influence sur leurs pratiques religieuses.

Une source : les Testamenti forestieri

  • 1 Sur la création du Pubblico generale archivio dei contratti, voir Giuseppe Biscione, « Il Pubblico (...)

4La source principalement exploitée ici est celle des Testamenti forestieri. La genèse de ce fonds est liée à la création à Florence en 1570, par Cosme Ier de Médicis, d’une structure archivistique originale, le Pubblico generale Archivio dei Contratti, visant au contrôle des actes passés par les notaires actifs dans l’État de Florence, et au regroupement de leurs minutes1.

5L’importance de l’émigration florentine induit des faiblesses dans ce dispositif, assis sur une base territoriale : nombre d’actes sont passés hors du territoire, devant des notaires non immatriculés auprès de l’Archivio, alors qu’ils concernent des biens fonds importants sis dans le Stato vecchio. Ce manque de contrôle de la part du jeune principat, les désordres dans le déroulement des successions qui peuvent en découler suite à une absence de publicité des actes, ainsi que les évasions fiscales potentielles alors que le gouvernement grand-ducal a réorganisé en avril 1566 la Gabella dei contratti, poussent le pouvoir à instituer un système original.

6Tout héritier, légataire ou fidéicommissaire par testament portant sur un bien fonds sis à Florence ou dans son État est ainsi contraint, sous peine de sanction (allant jusqu’à l’annulation de la disposition), de faire parvenir à l’Archivio une copie de cet acte.

  • 2 La responsabilité de l’envoi de la copie à l’Archivio pesant sur tout héritier ou légataire, nombr (...)

7Les copies affluent à Florence à partir de 1570. Pour le xvie siècle, auquel cette étude est consacrée, 1 032 copies d’actes sont envoyées, qui permettent de saisir à un moment de leur migration 642 sujets florentins2. On se doit de préciser que cet effectif ne représente pas la totalité des émigrés : la source ne comprend bien sûr pas les intestats, ni ceux qui ont passé leur testament devant un notaire florentin dûment enregistré avant leur départ ; les contrevenants ne sont pas représentés.

  • 3 Cette méthode permet de déterminer l’état de 267 testateurs (soit 41,6 % d’entre eux) : à côté des (...)
  • 4 « Mercatores » dans les testaments rédigés en latin, « mercanti » ou « merchanti » dans les actes (...)
  • 5 « Mercatores florentini » ou « mercanti fiorentini ».
  • 6 Le titre de « cives Florentinus » ou « cittadino fiorentino » indique, dans les villes où une comm (...)
  • 7 Florence, Archivio di Stato, Notarile moderno, Testamenti forestieri, (ci-après ASFi, TF) 2, n° 1 (...)
  • 8 ASFi, TF 3, n° 108 - 24 novembre 1587.

8Repérer les marchands parmi tous ces testateurs n’est pas aisé : on est contraint de s’en remettre à ce que le notaire couche par écrit au moment de présenter le testateur, de sa propre initiative quand il connaît son client, ou suite à ce que ce dernier lui a déclaré3. Sont ici retenus les testateurs désignés comme « marchands4 » ou « marchands florentins5 », expression qui traduit la jouissance de droits particuliers liés à l’exercice du commerce, mais aussi tous ceux dont le discours testamentaire laisse entrevoir des activités commerciales ; il s’agit souvent de « citoyens florentins6 », ou, en France, de « gentilshommes », terme qui transcrit un niveau social élevé. On peut prendre comme exemple le cas de deux frères, les Giacomini. Filippo, qui teste à Lyon en 1572, est désigné comme « gentilhomme florentin negociant sous le privilege des foires7 », ce qui lève les ambiguïtés sur ses activités. En revanche, son frère, Pierantonio, est désigné à Paris en 1587 comme « gentilhomme florentin8 » ; son testament témoigne pourtant bien de ces activités commerciales, même s’il est engagé dans une stratégie d’intégration à la noblesse française.

  • 9 Soit 10,9 % des testateurs.

9En suivant ces critères, on dispose de 74 testamenti forestieri marchands pour le xvie siècle, passés par 70 individus9.

  • 10 ASFi, TF1, n ° 165 - 26 mai 1576.
  • 11 On sait que les échanges furent rudes entre les officiers de la Gabella dei contratti et Sebastian (...)

10Les marchands forment le groupe dont les membres sont les plus dispersés, faisant d’eux les champions de la mobilité : des testaments sont envoyés de différentes villes italiennes, mais aussi de toute l’Europe et même d’au-delà. On note pourtant une concentration dans certains pôles, comme, dans la Péninsule, Venise, Ancône, Naples et surtout Rome ; hors d’Italie, Lyon occupe la première place. On peut également saisir des centres secondaires, comme à Paris ou à Séville. Un seul testament provient ainsi de villes comme Lodi, Bari ou Nantes ; certaines provenances sont plutôt inattendues, comme Redon en Bretagne, où teste Alessandro Cennini10. En revanche, les Testamenti forestieri présentent des zones d’ombre : aucune copie ne provient de l’Empire, ni même de Pologne, où prospère pourtant une colonie marchande justement dans ces années11.

  • 12 La législation de certains États contraint même le notaire, sous peine d’invalidité de l’acte, à r (...)
  • 13 ASFi, TF 1, n° 82 - 26 janvier 1573.

11Le testament est une source de choix pour qui veut approcher les sensibilités religieuses d’un individu : les travaux de Michel Vovelle pour la Provence du xviiie siècle et ceux de Pierre Chaunu pour le Paris de l’époque moderne l’ont suffisamment montré. Il en donne une idée par les invocations qui l’ouvrent, les recommandations de l’âme, l’élection de sépulture, et divers legs pieux ou dispositions particulières qu’il contient. On peut toutefois se poser la question de l’automaticité de certaines d’entre elles, et du rôle qu’est amené à jouer le notaire12 : Filippo Bortannelli, qui teste à Lodi en 1573, répond ainsi de façon négative au notaire qui lui demande s’il veut concéder des legs pieux13. De plus, la qualité de copie qui est celle des testamenti forestieri peut les avoir, de façon visible ou non, amputés des clauses religieuses, quand l’héritier ne fait parvenir au Pubblico generale archivio qu’une copie allégée du testament, ne reproduisant que les articles qui le concernent, ou quand les officiers de l’institution ne procèdent pas eux-mêmes à une copie sélective des actes qui leur sont transmis.

12Malgré ces handicaps, la source permet tout de même de dégager les grandes lignes des comportements religieux des testateurs, et notamment des marchands, au moment solennel du « retour sur soi » qu’est la rédaction d’un testament.

L’attachement au catholicisme : des migrations confessionnelles ?

  • 14 Simonetta Adorni Braccesi & Caria Sodini (éd.), L’emigrazione confessionale dei Lucchesi in Europa (...)

13Le premier des problèmes qui se posent, quand on aborde un ensemble d’individus, a priori catholiques, aussi dispersés dans une Europe divisée religieusement, est de savoir si leur mobilité a été induite par des motifs religieux, sous couvert de négoce ; ils suivraient alors une « émigration confessionnelle », phénomène mis en évidence, par exemple, pour les Lucquois14. Plus largement, on peut s’interroger sur le comportement de ces individus quand ils sont présents en pays non catholiques.

14Les Testamenti forestieri sont, du point de vue de l’immigration confessionnelle, un peu « décevants ». Les marchands, dans leur très grande majorité, font preuve dans leurs testaments d’un catholicisme sans faille.

  • 15 ASFi, TF 1, n° 109 - 2 novembre 1559.

15Les signes en sont nombreux : on trouve ainsi des recommandations de l’âme à la Vierge dans cinquante testaments, aux saints de la Cour céleste dans trente-trois... Le testament est en outre l’occasion pour le testateur de manifester son attachement à la patrie, attachement qui peut prendre les voies de la dévotion particulière à un établissement, parfois pour des raisons familiales : Braccio Nardi, présent à Ancône en 1559, fonde ainsi une messe dominicale à l’église San Pietro de Florence, à l’autel des Nardi15. Certains marquent par ailleurs la volonté de maintenir un équilibre entre leurs legs : Filippo Giacomini lègue ainsi 35 ducats à l’Aumône générale de Lyon, qui répondent exactement aux 35 ducats qu’il destine à l’hôpital des Innocenti de Florence.

  • 16 ASFi, TF 2, n° 205 -22 août 1582.
  • 17 ASFi, TF 4, n° 55 - 1er août 1598.

16Dans les pays de forte imprégnation catholique, certains marchands adoptent une piété très démonstrative : Rodolfo Giamberti, qui teste à Valence en 1582, entend être vêtu en franciscain16, tandis que son compatriote Jacopo Giunti réclame que la croix de sa paroisse madrilène soit présente à ses funérailles17.

  • 18 ASFi, TF 1, n° 121 - 17 mars 1575.

17Aucun des testaments « français » ne peut être suspecté de sensibilité réformée. L’attachement au catholicisme est partout partagé, voire militant : Giambattista Bartolomei, qui teste à Lyon en mars 1575, interdit même à ses filles de s’unir à un non catholique ; il charge ses proches de veiller à l’application de cette volonté18.

  • 19 ASFi, TF 3, n° 231 - 5 janvier 1599 ; ibid., 4, n° 1 4 8 - 13 octobre 1600. On peut noter que les (...)

18Tous ces marchands seraient-ils donc restés catholiques ? Pour apporter une réponse définitive, il convient de s’intéresser plus particulièrement à ceux qui se trouvent en terre non catholique. Les Testamenti forestieri livrent les dernières volontés de trois testateurs dans cette situation : deux à Londres, et un à Alexandrie. L’attitude religieuse adoptée par les testateurs installés à Londres est remarquable. Filippo Corsini y teste en janvier 1599 ; il est suivi de peu par Bernardo Gherini, en octobre 160019.

  • 20 Giorgio Vola, « I Lucchesi a Londra nel xvii secolo : appunti per una ricerca », dans Actum Luce, (...)

19Nombre d’indices permettent de mettre en doute leur orthodoxie. Bernardo Gherini présente le cas le plus clair. Parmi ses legs pieux, les 40 livres sterling qu’il destine aux « pauvres de sa paroisse », peuvent paraître bien anodines. Elles le sont moins quand on voit qu’il concède 5 sous aux pauvres de deux autres paroisses, celle de l’église flamande et celle de l’église française. Cela permet en effet de déduire que la paroisse du testateur n’est autre que celle de l’église italienne : il s’agit là des trois églises réformées destinées aux étrangers de Londres, réunies au début du xviie siècle dans un coitus dominé par les Lucquois20... La conversion de Gherini a-t-elle eu lieu avant ou après son arrivée à Londres ? En tout état de cause, celle-ci doit être de fraîche date, et ne s’inscrit a priori pas dans un cadre familial : un de ses frères est prêtre, et resté en Toscane. Le cas de Filippo Corsini est plus délicat. Il recommande en effet son âme à la Vierge, ce qui l’absout de calvinisme. Il n’en prévoit pas moins une sépulture dans sa paroisse de Saint Benet’s Gracestreetchurch, église anglicane.

  • 21 Lawrence Stone, An Elizabethan. Sir Horatio Palavicino, Oxford, 1956, p. 56.

20La position religieuse de ces deux marchands florentins gagnés à la Réforme, qu’elle soit calviniste ou anglicane, n’est pas confortable, tant dans les rapports avec leur patrie que dans leur vie sur place. Le succès de Filippo Corsini, au cours de sa longue carrière anglaise fondée sur le commerce de l’alun de Tolfa, l’expose aux jaloux, qui tirent parti de ses origines, l’accusant de conspirer contre l’État et d’entretenir une correspondance chiffrée avec le pape21. Envers Florence et le pouvoir grand-ducal, les deux hommes sont par ailleurs contraints de dissimuler leurs choix religieux dans leurs testaments, destinés à régler leur succession en Toscane. Les actes sont formulés de façon traditionnelle, très lisses, et ne contiennent pas de manifestation ouverte de protestantisme.

  • 22 ASFi, TF 4, n° 73 - 6 octobre 1598.

21Pierfippo Gianfigliozzi passe un codicille en octobre 1598 dans un tout autre cadre, puisqu’il se trouve alors, « malade et infirme de corps », à Alexandrie d’Égypte22. Ce « gentilhomme florentin », qui possède des navires pour le commerce avec Livourne, y est au contact de l’Islam, mais reste profondément catholique. Il marque une dévotion particulière à Saint-Marc d’Alexandrie, où il souhaite être enterré ; il fonde une messe anniversaire sur le mont Sion. Son codicille contient une disposition remarquable : il prévoit en effet que son esclave Grazia soit affranchie, à condition qu’elle se convertisse à la foi catholique ; en cas de refus, elle sera vendue aux Turcs pour racheter deux esclaves chrétiens.

22En réalité, Gianfigliozzi n’est pas en contact avec la société qui l’entoure, mais fréquente la communauté marchande qui gravite autour du consul du roi de France, dont le chancelier reçoit son codicille. Les privilèges dont jouit ce cercle restreint lui permettent d’exercer sa foi en toute quiétude.

23Ce rôle d’une structure marchande dans le domaine religieux amène tout naturellement au deuxième point de cette réflexion, la question de l’influence des structures nationales dans le comportement religieux des marchands florentins qui les fréquentent.

Structures nationales et comportements religieux

24Les Testamenti forestieri, on l’a dit, laissent entrevoir des regroupements de marchands dans des centres économiques importants. Trois copies sont envoyées d’Ancône, cinq de Venise, six de Naples et, surtout, vingt-six de Rome ; Lyon occupe la première place des villes extérieures à la Péninsule, avec onze testateurs. Or d’importantes structures nationales existent dans ces centres, qui semblent influer quelque peu sur le comportement religieux des testateurs qui les fréquentent.

  • 23 Un consul de la nation florentine est mentionné à Naples dès 1294 ; à Venise, un consul est présen (...)

25Très tôt, la puissance et le dynamisme des marchands florentins leur permettent d’obtenir la reconnaissance, par les autorités locales, de consulats ou « nations » fondées dans les villes importantes qu’ils fréquentent : fondés sur le mode des universitates médiévales, ils visent à assurer la défense de leurs intérêts économiques23. Dès l’origine, ces structures purement marchandes sont doublées d’une dimension religieuse. Des confréries sont fondées dans les centres marchands, le plus souvent sous le vocable de saint Jean-Baptiste, patron de Florence. Elles incitent tous les Florentins présents dans la ville, et notamment les marchands, qui forment l’épine dorsale des communautés, à partager des dévotions communes.

26Ces confréries sont fondées dans des chapelles dont elles assurent l’entretien : il en va ainsi à Lyon, avec la chapelle érigée au couvent dominicain de Confort, à Venise au couvent Santa Maria Gloriosa dei Frari, ou encore à Paris, au couvent des Augustins ; un des testaments fait mention à Séville d’une fabrique de la nation florentine érigée dans l’église Santa Maria de Jésus. Les Florentins obtiennent même, dans certaines villes, l’érection de leur chapelle au rang de paroisse : il en va ainsi à Naples ou à Rome, où tous les Florentins, où que se trouve leur domicile, sont rattachés à des églises sous le vocable de San Giovanni dei Fiorentini.

27Chapelles et églises nationales forment autant de points d’ancrage pour la religiosité des marchands. Cela transparaît dans leurs testaments, notamment au travers des élections de sépulture. A Lyon, par exemple, neuf des onze marchands que compte la ville choisissent Notre-Dame-de-Confort ; à Ancône, deux marchands sur trois veulent être enterrés au couvent San Domenico, dont le cloître abrite le lieu de réunion de la confrérie florentine.

28Les testamenti forestieri donnent des indications sur les motivations profondes des testateurs : la première d’entre elles est de pouvoir bénéficier des prières de leurs compatriotes. À Lodi, Filippo Bortanelli demande une pierre tombale de marbre dans les locaux de la scuola de la nation florentine, avec une épitaphe à son nom ; Braccio Nardi, à Ancône, réclame lui aussi une pierre portant l’indication de sa « patrie ».

  • 24 Lyon, Archives départementales du Rhône, 3 E 580 B, n° 38 - 26 août 1568.

29Les motivations de Guglielmo de’ Ricci, installé à Lyon, sont encore plus claires : dans un des testaments qu’il passe au cours de sa vie, rédigé en français, il réclame que sur son tombeau soit inscrit « en langue toscane : “Tu christiano che leggi per carità prega Dio per l’anima di Guillelmo de’ Ricci, l’ossa del quale sono sotto questa piettra” », exhortation que le notaire s’empresse de traduire : « qui siniffie en nostre vulgaire “Toy lecteur chrestien, prie Dieu pour charité pour l’ame de Guillaulme de Riche, duquel les os sont soubz cette pierre24” » ; en choisissant l’italien, Ricci entend donc capter avant tout les prières de ses compatriotes, pas celles de tous les Lyonnais.

  • 25 ASFi, TF 3, n° 189 - 25 décembre 1594.

30L’attachement des marchands à ces confréries peut être très fort, et braver l’éloignement géographique : Pierantonio Giacomini n’oublie pas, alors qu’il est à Paris, de destiner un legs à Notre-Dame-de-Confort à Lyon, et Francesco Poggi, qui teste à Bari en décembre 1594, range au nombre de ses légataires la confrérie Saint Jean-Baptiste de Naples25.

  • 26 Louvre, Peintures italiennes, inv. 593.

31On remarque que l’attachement des marchands à ces églises, quand on le compare avec l’attitude de leurs compatriotes, est plus systématique : ainsi, à Rome, sut les deux cents testateurs que compte la ville, vingt-six demandent une sépulture dans l’église paroissiale nationale (soit 13 %) ; sur ces vingt-six, six sont des marchands (soit 23 %). Le cas romain vient conforter ce que l’on pressent ailleurs : si les marchands florentins marquent une prédilection pour les institutions religieuses communautaires, c’est qu’elles leur permettent aussi d’assurer et d’afficher leur domination sur la communauté dont ils forment le noyau. Lyon ne déroge pas à la règle : en témoigne aujourd’hui l’Incrédulité de saint Thomas, tableau commandé à Salviati pat Tommaso Guadagni entre 1543 et 1547 pour orner sa chapelle funéraire du couvent de Confort, aujourd’hui conservé au Louvre26.

  • 27 ASFi, TF 5, n° 173 - 2 juin 1569.
  • 28 ASFi, TF 5, n° 17 - 24 octobre 1592.
  • 29 ASFi, TF 5, n° 100 - 27 février 1587. Peut-être les deux frères, originaires de Pescia, sont-ils t (...)

32Il faut enfin préciser que l’attachement des marchands florentins aux confréries et chapelles nationales, s’il est fréquent, n’est pas systématique : d’autres considérations peuvent entrer en jeu, que l’on peut tenter d’esquisser. Le degré d’intégration de l’individu dans la société qu’il côtoie est une première explication : Gian Maria Giunti, issu de la célèbre famille d’imprimeurs installée à Venise depuis le début du siècle, choisit dans son testament en 1569 une sépulture à San Zanipolo (Santi Giovanni e Paolo), près de l’autel de la Pietà, dont il doit se sentir plus proche que de la chapelle des Frari27 ; les réseaux commerciaux des Giunti gardent pourtant une forte coloration florentine. L’attachement familial peut également entrer en jeu : Antonio Forti, qui teste à Lyon en 159228, suit la décision de son frère Francesco, qui avait choisi l’église des Augustins pour sa sépulture, cinq ans plus tôt29. Enfin, l’importance de l’offre peut expliquer un certain éparpillement : c’est le cas de Rome, où six testateurs marchands seulement sur les dix-sept qui réclament une sépulture précise choisissent San Giovanni dei Fiorentini (ce qui met tout de même l’église nationale en tête des choix) ; on peut toutefois noter que Santa Maria in Aracoeli et Santa Maria sopra Minerva, qui sont des points d’ancrage anciens pour la piété florentine de Rome, sont présentes parmi les autres églises. Au total, une majorité de marchands florentins installée à Rome choisit donc bien des églises fréquentées par des compatriotes.

Conclusion

33Les Testamenti forestieri, secrétés par une institution archivistique très particulière, offrent donc une occasion exceptionnelle d’approcher un ensemble de marchands florentins, notamment dans leur comportement religieux, à un moment de leur parcours.

34Hors de Toscane, ces marchands restent très majoritairement catholiques. Seuls deux testamenti témoignent d’une émigration confessionnelle, qui, si elle a pu être une réalité historique, n’est pas aisément perceptible au travers d’une source florentine, dont la constitution s’effectue sous le contrôle du pouvoir grand-ducal.

35Bien plus caractéristique est l’influence des structures nationales, à la dimension dévotionnelle plus ou moins affirmée mais toujours présente, sur les comportements individuels. Fondées par et pour les marchands dans les centres économiques importants, les confréries et chapelles florentines concentrent les pratiques, en offrant au marchand, de passage ou installé, des points de repère et d’ancrage pour sa foi. Cet attachement, d’autant plus fort qu’il offre à l’aristocratie marchande l’occasion d’affirmer sa domination sur le groupe national par des legs fastueux ou par une sépulture bien en vue, n’est pourtant pas systématique ; il varie notamment selon le degré d’intégration du sujet, selon ses réseaux, parmi lesquels le religieux peut être amené à jouer un rôle décisif.

Notes

1 Sur la création du Pubblico generale archivio dei contratti, voir Giuseppe Biscione, « Il Pubblico generale archivio dei contratti di Firenze : istituzione e organizzazione » in Istituzioni e società in Toscana nell’Eta Moderna, actes des journées dédiées à Giueppe Pansini (Florence, 4-5 décembre 1992), Pubblicazioni degli Archivi di Stato, 31, Rome, Ministero per i beni culturali e ambientali, Ufficio centrale per i beni archivistici, 1994, p. 806-861.

2 La responsabilité de l’envoi de la copie à l’Archivio pesant sur tout héritier ou légataire, nombreux sont les doublons de testaments, transmis par les divers bénéficiaires d’un même acte.

3 Cette méthode permet de déterminer l’état de 267 testateurs (soit 41,6 % d’entre eux) : à côté des marchands figurent des clercs (10 % ), des nobles (6,9 % ), des artisans (4,5 % ), des officiers (3,1 % ), des domestiques (3 % ), des soldats (2 % ), des médecins (0,8 %) et des artistes (3 %).

4 « Mercatores » dans les testaments rédigés en latin, « mercanti » ou « merchanti » dans les actes en italien.

5 « Mercatores florentini » ou « mercanti fiorentini ».

6 Le titre de « cives Florentinus » ou « cittadino fiorentino » indique, dans les villes où une communauté suffisamment forte est établie, des privilèges économiques comparables à ceux dont jouissent ailleurs les « marchands florentins ».

7 Florence, Archivio di Stato, Notarile moderno, Testamenti forestieri, (ci-après ASFi, TF) 2, n° 1 8 - 1er août 1 5 7 2 (la date indiquée est celle de l’instrumentation de l’acte).

8 ASFi, TF 3, n° 108 - 24 novembre 1587.

9 Soit 10,9 % des testateurs.

10 ASFi, TF1, n ° 165 - 26 mai 1576.

11 On sait que les échanges furent rudes entre les officiers de la Gabella dei contratti et Sebastiano Montelupi, membre éminent de la colonie florentine de la Cracovie à la fin du xvie siècle. Sur la place des Florentins dans le commerce de Pologne, voir Rira Mazzei, Traffici e uomoni d’affari italiani in Polonia nel Seicento, Milan, Franco Angeli, 1983.

12 La législation de certains États contraint même le notaire, sous peine d’invalidité de l’acte, à rappeler au testateur la possibilité de consentir des legs à des institutions pieuses particulières. Il en va ainsi à Venise, où le notaire, s’il doit être le témoin silencieux de la volonté d’autrui, n’en est pas mois tenu de rappeler au testateur les institutions pieuses que la République avait décidé de financer par ce biais. Sur ce point, voir Maria Pia Pedani Fabris, « Veneta auctoritate notarius » : storia del notariato veneziano (1514-1797), Studi storici sul notariato italiano, 10, Milan, Giuffrè, 1996, p. 100.

13 ASFi, TF 1, n° 82 - 26 janvier 1573.

14 Simonetta Adorni Braccesi & Caria Sodini (éd.), L’emigrazione confessionale dei Lucchesi in Europa, Actes du séminaire de Lucques, 28 mars 1988, Florence, EDIFIR, 1999.

15 ASFi, TF 1, n° 109 - 2 novembre 1559.

16 ASFi, TF 2, n° 205 -22 août 1582.

17 ASFi, TF 4, n° 55 - 1er août 1598.

18 ASFi, TF 1, n° 121 - 17 mars 1575.

19 ASFi, TF 3, n° 231 - 5 janvier 1599 ; ibid., 4, n° 1 4 8 - 13 octobre 1600. On peut noter que les deux testateurs semblent liés par des liens de parenté : Filippo Corsini concède en effet un legs à sa sœur, Maria Gherini ; les testateurs comptent par ailleurs dans leurs familiae plusieurs individus communs.

20 Giorgio Vola, « I Lucchesi a Londra nel xvii secolo : appunti per una ricerca », dans Actum Luce, 22, n° 1-2, 1993, p. 111-129.

21 Lawrence Stone, An Elizabethan. Sir Horatio Palavicino, Oxford, 1956, p. 56.

22 ASFi, TF 4, n° 73 - 6 octobre 1598.

23 Un consul de la nation florentine est mentionné à Naples dès 1294 ; à Venise, un consul est présent à partir de 1326. Sur l’organisation administrative des consulats hors d’Italie, voir l’introduction par Gino Masi aux Statuti delle colonie florentine all’estero (secc. xv-xvi), Milan, Giuffrè, 1941, p. i-xxxii.

24 Lyon, Archives départementales du Rhône, 3 E 580 B, n° 38 - 26 août 1568.

25 ASFi, TF 3, n° 189 - 25 décembre 1594.

26 Louvre, Peintures italiennes, inv. 593.

27 ASFi, TF 5, n° 173 - 2 juin 1569.

28 ASFi, TF 5, n° 17 - 24 octobre 1592.

29 ASFi, TF 5, n° 100 - 27 février 1587. Peut-être les deux frères, originaires de Pescia, sont-ils tenus à l’écart de la nation florentine ; ils ne sont en tous cas jamais désignés comme « marchands florentins », mais comme « marchands de Pescia ».

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.