Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Deuxième partie. Europe des affaires et interactions religieuses : conflits et accommodements

Entre développement des affaires et convictions personnelles : la conversion des marchands étrangers devant l’Inquisition portugaise à l’époque moderne

Michelle Janin-Thivos

Texte intégral

  • 1 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, (...)

1Si le marchand voyage moins avec ses marchandises aux xviie et xviiie siècles qu’aux époques précédentes, le développement des affaires exige toujours le déplacement des hommes au sein d’un réseau complexe de filiales aux mains de parents et associés. En ce sens, les colonies étrangères implantées dans les ports attractifs connaissent une mobilité temporaire ou définitive de leurs membres très significative du dynamisme économique1. Elles sont un point d’observation privilégié, même si les déplacements des marchands y sont difficiles à caractériser dans leurs mobiles en raison du manque de sources spécifiques. Le recours aux sources indirectes peut compenser ces insuffisances mais impose certaines réserves. Ainsi en ce qui concerne la documentation de l’inquisition, les registres de conversion au catholicisme offrent quelques cas isolés qui témoignent d’une mobilité qui peut être autant géographique, que sociale ou culturelle. Au-delà de la description des étapes du voyage et des motivations qui conduisent à la conversion, cette source permet de cerner un moment-clef dans la démarche du marchand étranger pour acquérir un nouveau statut, moment-limite aussi par rapport à la définition du sujet puisqu’il marque le passage de la mobilité à la sédentarité.

  • 2 Lettre de privilèges à la nation anglaise (1647) reprise dans le traité de 1654 : porquanto os dir (...)
  • 3 La lettre de naturalisation est obtenue par un étranger dans les cas suivants : si sa demande est (...)
  • 4 Ils couvrent la période 1660-1821, avec la mention d’un cas antérieur (1599-1600), Arquivo Naciona (...)
  • 5 Séries continues entre 1680 à 1723, puis dépouillement par sondage pour les années 50-60 et 70-80 (...)
  • 6 Madère est un point intéressant dans le « système commercial anglais de l’Atlantique comme marché (...)
  • 7 Certains dossiers ne fournissent qu’une simple liste de noms, alors que d’autres comportent de vér (...)
  • 8 Ceux qui se convertissent sont en très grande majorité des soldats (280), loin devant les marins ( (...)
  • 9 Dans cet échantillon, les 70 cas se répartissent ainsi : 1 seul pour 1600, 14 entre 1660-1699, 47 (...)

2Malgré le développement d’un catholicisme particulièrement intolérant marqué par l’installation des tribunaux d’inquisition, des marchands étrangers protestants eurent pour le Portugal un fort attrait durant toute l’époque moderne en raison des possibilités de redistribution des produits coloniaux qu’offrait le port de Lisbonne. Délégués par des maisons d’Amsterdam, Hambourg, Londres ou d’autres cités marchandes, ils séjournaient temporairement ou durablement au Portugal pour y régler leurs affaires au sein des « nations » étrangères selon un modèle fixé par les traités signés entre Angleterre et Portugal2 et élargi à d’autres états. À condition qu’il n’y ait pas de prosélytisme, la liberté religieuse était ainsi garantie aux marchands protestants anglais, hollandais et allemands, ainsi qu’à tous les protestants étrangers placés sous protection anglaise. Toutefois, ces marchands étrangers soumis à une législation fiscale et commerciale discriminatoire pouvaient rechercher une intégration par voie de naturalisation3 qui, impliquant « des coutumes identiques », posait comme préalable la conversion au catholicisme. Celle-ci était placée sous le contrôle inquisitorial ; les hérétiques, durant leur séjour au Portugal, étaient surveillés activement par les commissaires locaux et toute conversion devant une instance ordinaire devait être notifiée au tribunal du district qui pouvait en vérifier la validité en demandant parfois l’audition de l’hérétique. Ainsi, chaque tribunal inquisitorial tenait des registres spécifiques, inégalement conservés ; ceux du tribunal d’Evora4 ont été intégralement dépouillés ainsi qu’une partie concernant le tribunal de Lisbonne5. Ils témoignent de la mobilité dans la partie méridionale du Portugal, autour des ports d’Algarve (Faro), ceux de la région du Sado et Tage (Setubal, Lisbonne) ainsi que des villes de l’intérieur sur la route vers l’Espagne (de Lisbonne à Badajoz), et comprennent également les îles de Madère6 et des Açores ouvrant la route des Indes. Toutefois, ils fournissent des renseignements très hétérogènes, de qualité diverse7, réunis de manière aléatoire. La lecture sélective qui en a été faite ne doit donc pas masquer l’aspect très secondaire du phénomène d’acculturation de ces marchands étrangers8 au Portugal qui sont restés très majoritairement attachés à leurs « coutumes9 ».

Mobilité géographique et mobilité sociale

  • 10 Ces « homen de negócio », dont certains ont le statut de contratador (traitant), représentent au t (...)
  • 11 Ainsi Samuel Pitts (ou Pitte), un Anglais qui fonde une maison de commerce solide à Faro, se conve (...)
  • 12 Mais la terminologie est relativement floue ; en l’absence de données complémentaires, la classifi (...)
  • 13 Pedro Vercheu, venu de Hambourg en 1705 (liv 717, ANTT).
  • 14 Exemple de Nicolão Cruz en 1731 qui arrive de Hambourg, s’installe à Faro après Lisbonne (liv 563, (...)
  • 15 Roche, op. cit., p. 290. Voir aussi Franco Angiolini et Daniel Roche (éd.), Cultures et formations (...)
  • 16 Pedro Stern en 1698 est venu de Hambourg en passant par la France, l’Italie, la Castille, avant de (...)
  • 17 Toutefois, la conversion des marins semble davantage marquée par un strict opportunisme.
  • 18 Anglais 27 Français 3 Suisse 3 Hongrois 1 Allemands 18 Écossais 3 Polonais 1 Italien 1 Hollandais (...)
  • 19 Jusqu’à 1740, voir J.-F. Labourdette, La nation française à Lisbonne de 1669 à 1790. Entre Colbert (...)

3Les aléas du voyage conduisent le marchand étranger vers une destination qui n’est pas toujours celle pour laquelle il a embarqué. Toutefois, c’est généralement un voyage en droiture qui le conduit à Lisbonne. Le négociant10 qui fait du commerce de « grosso trato » dirige une maison à la réputation certaine, a des associés et parfois plusieurs commissionnaires installés au Portugal qui facilitent son intégration, correspond au cas le plus fréquent. Le redéploiement des affaires ou la logique d’extension du réseau peut justifier la mobilité vers un port comme celui de Lisbonne, Faro ou Madère pour celui qui a un statut privilégié ou qui l’acquiert ultérieurement11. En revanche, la conversion au catholicisme n’apparaît pas alors comme une condition de la réussite d’objectifs strictement économiques. Le second groupe est composé de marchands au statut inférieur, celui du « mercador », parfois spécialisé, tenant boutique, se livrant au commerce de détail12. Parmi eux, des fils de marchands partis avec un chargement des marchandises destinées à la vente13, sans que l’on sache exactement s’il s’agit d’une simple manière de financer le voyage ou d’une activité déléguée, première étape d’une installation plus durable. Peu de colporteurs sinon ceux qui se définissent comme faisant du « commerce de mer », sorte de colporteurs maritimes plus marins que commerçants et plus mobiles que la moyenne. S’ajoute à cette catégorie des fils ou neveux venus apprendre la profession auprès de parents fixés au Portugal et qui peuvent parfois faire des séjours dans différentes localités, Porto, Faro, Lisbonne par exemple14, cas classiques de cette mobilité de formation rappelée par D. Roche dans laquelle « le parfait négociant futur gagne ses galons dans la mobilité, et de plus en plus, de même, le personnel subalterne15 ». Mais c’est parfois le hasard qui conduit le marchand au Portugal. Ainsi, Pierre Maigne est parti de Morlaix en 1672 avec un chargement de marchandises destinées à Marseille où, dit-il, il avait également l’intention de se convertir, mais attaqué par un bateau hollandais, il dut débarquer à Barcelone et traversant toute la Castille, finit par aboutir en Algarve. Le voyage peut être aventureux aux marchands confirmés comme à ceux qui sont en rupture de ban, car bien que l’argument ne soit jamais invoqué, l’attrait des ports portugais tenait aussi au mirage des Indes pour les déclassés de toute l’Europe. Or, le point de départ du voyage est généralement une cité marchande du nord : Hambourg surtout, Londres, plus rarement Amsterdam. Le débarquement se fait alors directement à Lisbonne ou Porto, première étape qui conduit parfois dans un second temps à Evora ou Faro, proches de l’Andalousie. Les marchands installés en Algarve sont d’ailleurs parfois passés par l’Espagne16 où ils ont peut-être déjà échoué et se donnent par la conversion une chance de réussir au Portugal, alors que ceux qui se fixent à Madère ou aux Açores semblent venir directement d’Angleterre, le catholicisme ouvrant peut être la route du Brésil et des Indes portugaises. Terme d’une errance géographique pour certains17, promesse d’une mobilité sociale éventuelle pour d’autres, la conversion au catholicisme est une prise de distance par rapport à la communauté d’origine. Celle-ci est donnée dans les documents par la ville de naissance, en contradiction parfois avec la nationalité (ex : hamburg, prov de holanda, 1688). Ce ne sont pas toujours les connaissances géographiques des inquisiteurs qu’il faut incriminer car comment classer les étrangers nés à Lisbonne ou celui de Portugais vivant à l’étranger ? Au total, très logiquement, la plupart des marchands convertis18 appartiennent aux nations marchandes les plus représentées au Portugal et secondairement aux nationalités les plus mobiles. Il s’agit donc de Britanniques, en majorité Anglais, même si l’analyse de l’ensemble des données des registres de conversion montre que proportionnellement, ils sont plus souvent soldats que marchands alors que c’est l’inverse pour les Allemands ou des Hollandais. Les Français huguenots sont assez peu nombreux puisqu’à égalité avec les Suisses, alors que leur présence n’est pas négligeable parmi les négociants de la place de Lisbonne au xviie siècle. À partir de 1685, ils perdent leur qualité de « Français » et passent sous la protection de l’Angleterre, de la Hollande ou d’autres19 et sont sans doute recensés avec les naturels de ces états. Le pourcentage de marchands français convertis est faible, comme pour les autres nations catholiques (Italie, Espagne) car les convertis sont essentiellement des protestants. On relève le cas d’un « grec schismatique Hongrois », de 4 juifs de villes différentes et d’un musulman. Le choix du Portugal comme lieu de conversion se fait dans certains cas aux hasards des voyages qui ont conduit ces étrangers à Lisbonne alors qu’une frange de marchands bien implantés, mieux insérés socialement et économiquement dans des nations reconnues choisit de rompre avec elles pour d’autres motifs.

Individu, famille et communauté

  • 20 Il réside d’abord chez un oncle de Lisbonne, puis chez celui de Faro qui s’occupe de son instructi (...)
  • 21 Diogo Duries, 12 ans, se convertit avec l’accord de sa mère puisqu’il est « mineur ». Mais en cas (...)
  • 22 Pedro Emares (1699, cf. ANTT, liv. 716) vit chez son oncle Nicolas Emares, marchand catholique de (...)
  • 23 Pedro Vercheu (1705) est poussé à la conversion par un marchand de Hambourg converti, Jacob Paulo (...)
  • 24 Il fonde une maison à Faro qui durera jusqu’en 1733, sa veuve et son fils poursuivront ses affaire (...)
  • 25 Exemple de Jean Guitton depuis 10 ans à Lisbonne (Liv 929, ANTT).

4Pour la majeure partie de ces étrangers arrivant à Lisbonne, les liens de solidarité communautaires facilitent l’insertion : ils sont accueillis dans les mêmes auberges ou résident dans le même quartier, fréquentent les mêmes lieux de distraction et trouveront un conjoint prioritairement au sein de ce groupe. La religion est un des éléments de sociabilité qui soude les étrangers hérétiques face aux catholiques. En revanche, à Faro, Madère ou Fayal, les quelques familles qui composent l’embryon de « nation » anglaise, française ou allemande, offrent moins de soutien possible, surtout lorsqu’elles sont déjà divisées entre catholiques et protestants. Le faible nombre est sans doute un handicap au maintien de cette solidarité sur le long terme en raison de la difficulté à nouer des alliances sur place. Ainsi, par opportunisme ou pression du milieu, certains étrangers se convertissent dès leur arrivée ou quelques mois après. C’est le cas de nombreux jeunes envoyés en apprentissage chez un parent pour une longue durée et à un âge précoce : Daniel Ismer20 se convertit alors qu’il n’a que 13 ans en 1676 à l’incitation de son oncle João Gaspar, marchand allemand lui-même converti. Tomas Luis Beltran, 11 ans en 1699, vit chez sa tante à Porto, une Anglaise mariée au négociant portugais Fonseca qui le pousse à se convertir. Pourtant la réglementation prévoyait que la conversion devait être « libre et volontaire », clause de style, puisque l’assentiment pour un enfant dit « mineur » n’est mentionné que dans un seul cas21. Lorsqu’il s’agit d’adultes en rupture avec le protestantisme dès leur arrivée sur le sol portugais, la conversion peut s’expliquer par un contact antérieur avec le catholicisme : ainsi Samuel Pitts a séjourné à Cadix chez son oncle et parrain, lui-même marchand qui a abjuré à Séville et l’a sans doute incité à faire de même, ce qu’il concrétise lors de son installation à Faro. La différence de statut autant que l’âge peut favoriser la pression sociale sur l’employé : les commis subissent l’influence de leurs proches22 qu’ils soient parents ou non. Le cas de Guillherme Crispin en 1753 est particulièrement significatif. Commis de Dona Maria Pitts, qui a repris à Faro les affaires de son mari décédé Samuel, il signale qu’elle « déteste les hérétiques ». Il choisit de se convertir avec tous ses enfants pour conserver ses chances de travailler, dit-il. Dans la plupart des cas, la pression de nouveaux convertis zélés23 a sans doute été plus discrète mais tout aussi efficace. Le milieu des nouveaux convertis semble favoriser de nouvelles adhésions plus par souci de donner des gages de sincérité aux autorités catholiques ou par opportunisme que par la vigueur des convictions. L’exemple de João Spiring (1712), converti grâce au « bon exemple d’un marchand français avec lequel il travaille » ne paraît pouvoir être généralisé, car le témoignage de Godefredo Willer24 (1707), qui déplore que les étrangers de Faro n’aillent pas à l’église et ne croient pas en Dieu, laisse supposer que les convictions religieuses de l’entourage professionnel étaient secondaires. En revanche, elles peuvent expliquer les conversions plus tardives qui se produisent lorsque le marchand est bien établi au Portugal, après 10 ou 15 ans de résidence25 comme Henrique Janson (1662), Anglais installé à Faro en 1640, qui y a fondé une maison en 1650.

  • 26 Le Saint-Office enregistre le nouveau converti en traduisant généralement son nom en portugais, ma (...)
  • 27 J.-F. Labourdette, op. cit., p 532.
  • 28 A Faro, João Crispin vend au détail moins cher que les marchands locaux car il reçoit directement (...)
  • 29 Les registres témoignent de plusieurs cas de violence physique utilisée pat des coreligionnaires p (...)

5La conversion est toujours vécue comme une rupture et une trahison, sauf s’il s’agit d’une décision familiale comme dans le cas de Guillaume Estritt (1703) qui se convertit avec femme, enfants et domestique. Le plus souvent elle est la manifestation d’une vraie rupture familiale qui peut être antérieure. Joseph Hache se convertit en 1709 ; son frère Joao seulement en 1717, car il a remis sa décision depuis 14 ans par « peur à l’égard de son père », marchand anglais de Lisbonne. Ce n’est pas un cas isolé puisque Guillaume Montgomery qui se fait baptiser sous le nom de Tomas de Albuquerque26 a attendu 8 ans avant de se convertir à son retour d’Angleterre où son père marchand de Porto l’avait envoyé ; il demande que sa conversion reste secrète car il redoute que son père lui confisque ses biens. Dans ces cas douloureux, la conviction du nouveau converti semble réelle, même si elle peut aussi masquer des conflits d’intérêt ou de génération. En revanche, lorsque la conversion est dictée par des motifs plus opportunistes, la rupture familiale paraît moins profonde. Ainsi, Guilherme Crispim se convertit pour conserver son travail en 1753, mais son frère João reste protestant bien qu’il soit également fixé à Faro, tout comme son autre frère José en Angleterre. J.-F. Labourdette avait relevé le cas similaire des Bonifas, marchands français de Lisbonne, Paul protestant fait partie de la nation anglaise, tandis que son frère Philippe, catholique, appartenait à la nation française27 ce qui ne l’empêchait pas d’être associé à un marchand anglais. Exemples atypiques, ils peuvent servir à argumenter en faveur du réalisme qui prime afin de favoriser le développement des affaires. Les risques encourus en cas de rupture familiale ou professionnelle sont calculés comme en témoigne Henrique Janson, installé à Faro depuis une vingtaine d’années en 1662, qui s’est toujours senti catholique « à l’intérieur » mais ne l’a jamais dévoilé « à l’extérieur » pour protéger ses intérêts. Andre Fontenovo, calviniste (1722), aurait lui aussi voulu se convertir depuis longtemps mais il avait peur que cela « nuise à ses affaires ». Le marchand étranger inséré dans une communauté réduite structurée, a un statut qui, s’il ne lui donne pas de privilèges particuliers, est plus favorable par la facilité à développer des formes d’association plus avantageuses, à trouver des sources d’approvisionnement larges28 et surtout d’accès au crédit extérieur. Au-delà de l’intérêt économique, il évolue dans une micro-société, en particulier dans des localités de dimension réduite comme Faro, où vivre sous le regard des autres implique le maintien des liens de solidarité. Godefredo Willer déjà cité, demande ainsi aux inquisiteurs d’user de prudence et dissimulation en raison des risques qui pèsent sur ses affaires ; il exige que sa conversion reste secrète29 car il « ne veut pas que cela revienne aux oreilles des autres hérétiques de la ville ». Il redoute la réaction de ses compatriotes, qui pourrait peut-être aller jusqu’aux menaces physiques comme on le voit pour d’autres convertis. Mais surtout, il ne veut pas renoncer aux privilèges que donne l’insertion dans une communauté de marchands étrangers, alors qu’il choisit pourtant d’épouser une portugaise et pourrait bénéficier d’une possible intégration à la société locale. La conversion est toujours une rupture de confiance et lorsque le jeune Elias Tornt, 13 ans en 1700, veut se convertir peu de temps après son arrivée d’Angleterre sous l’influence d’un père capucin français, le marchand catholique français de Lisbonne, Miguel Poupart qui l’accueille en apprentissage est très mécontent car il redoute les plaintes du père de l’enfant avec lequel il est en affaires. Son attitude s’explique sans doute par le souci de respecter le contrat passé ; elle marque aussi sa volonté de ne pas mélanger religion et affaires. Il existait pourtant une confusion dans les esprits comme le montre l’exemple inversé de Pedro Antonio, 11 ans en 1729, fils d’un marchand français catholique de Lisbonne, qui déclare que son père est parti en Angleterre avec le reste de la famille pour se convertir au protestantisme par « intérêt du commerce » et qu’à son retour il a développé ses affaires en fréquentant le consul anglais et les protestants de la ville. Le dynamisme des marchands étrangers protestants était une réalité plus convaincante que les débats théologiques, d’où la vigilance des autorités catholiques pour enrayer ce prosélytisme indirect.

Expériences religieuses

  • 30 À Lisbonne, ce sont le plus souvent des jésuites allemands, anglais etc.
  • 31 Op. cit., p 564.
  • 32 On peut citer les exemples de Teodoro Mateus, flamand, en 1761 (ANTT, liv. 929) ; G. Willer en 170 (...)

6Lors de leur conversion, les marchands témoignent de leur expérience religieuse passée et de leur volonté d’adhérer au catholicisme. La majeure partie d’entre eux se déclare « protestant » sans précision, mais dans le cas des Anglais la mention « anglican », « presbytérien », « quaker », ou « anabaptiste » figure parfois, bien que les commissaires avouent ne pas comprendre le très grand nombre de sectes apparues dans cet état « dernièrement ». Les autres sont « luthérien », « huguenot », « calviniste ». Comme le souligne cette définition, leur formation religieuse antérieure est très variable : quelques-uns sont capables de donner les noms de leurs parrain et marraine, de préciser le contenu de l’enseignement qu’ils ont reçu. Certains déclarent avoir abandonné la pratique religieuse et être dans le doute depuis de nombreuses années. Ils signalent parfois le catholicisme d’un membre de leur famille comme un facteur justifiant leur proximité avec le catholicisme qui peut avoir été acquise par un séjour précédent en pays catholique, le plus souvent l’Espagne ou la France, plus rarement l’Italie ou d’autres régions. Ainsi, le voyage, par la rupture avec le quotidien, par les rencontres impromptues, accentue leur doute, ouvre leur horizon par des lectures nouvelles, les met au contact de religieux missionnaires ou de catholiques convaincus qui les persuadent de réfléchir à leur salut. Le voyage du marchand jusqu’au lieu de la conversion semble avoir été plus paisible et sa vie plus sûre que celle des marins ou soldats mentionnés dans les registres qui se convertissent parfois après une intervention divine les ayant sauvés d’un danger. Toutefois, les derniers instants peuvent être un moment favorable : le consul d’Angleterre à Fayal, David Evans, se convertit sur son lit de mort en 1695, pour être « sauvé dans le catholicisme ». Alors que les marchands anglais de passage se gaussent généralement de la bigoterie des Portugais, l’immersion durable en pays catholique amène certains d’entre eux à participer aux fêtes et processions liées au culte des saints, à nouer des contacts avec des religieux missionnaires30, à juger progressivement de la supériorité du catholicisme romain pour assurer leur salut. Leur conversion est alors le fruit d’une formation et d’une prise de conscience qui peut être facilitée par la connaissance du portugais. Apprendre la langue portugaise semble une pratique peu fréquente : elle est le fait de quelques jeunes étrangers nés au Portugal, comme John Davy, né de parents anglais, ayant fréquenté l’école portugaise, qui se convertit en 1711 à son retour d’Angleterre. Mais pour beaucoup, et malgré la durée de résidence qui précède parfois la conversion, le portugais n’est pas maîtrisé par ces marchands confirmés avec toutefois une nuance notée par J.-F Labourdette31 : les marchands français catholiques appartenant à la nation française connaissaient la langue portugaise, alors que les marchands français protestants appartenant à la nation « anglaise » ne le pratiquaient pas. Si la maîtrise de la langue locale n’est pas indispensable aux affaires, elle facilite l’insertion. Or, la conversion est liée parfois au désir d’épouser une Portugaise, nécessité pour certains qui veulent se fixer définitivement dans ce pays32 et ont des difficultés à trouver des conjoints dans une colonie réduite (Allemands). La conversion et le mariage favorisent la demande de naturalisation par laquelle le marchand étranger se sédentarise, même si parfois de nouvelles contraintes le poussent à se déplacer à l’intérieur du Portugal ou de son empire.

  • 33 Cf. ANTT, Junta do commercio, maço 15.
  • 34 Cf. Nathalia Muchnik, « Du judaïsme au catholicisme : les aléas de la foi au xviie siècle », Revue (...)

7Parmi ces différents cas, certaines expériences sont remarquables. Ainsi João Bautista, 36 ans, vendeur ambulant de vaisselle dans les rues de Lisbonne, qui, malgré son nom, est originaire « d’arabia », né de parents maures. Musulman, il s’est converti en 1752 dans l’église Saint Roque « de sa libre volonté » et depuis « n’a jamais failli aux obligations du vrai chrétien ». Il rappelle que si ce choix a été libre, il n’en est pas moins définitif puisque désormais, et malgré la proximité géographique, il ne peut plus retourner dans sa terre natale : il souligne ainsi le prix de la conversion. Mais il constate qu’il reste au Portugal un « naturel de seconde classe » et se plaint dans sa pétition auprès de la Junte du Commerce de ne pas jouir des vrais privilèges des naturels, de ne pouvoir obtenir de licence pour vendre librement dans la ville, il demande donc sa « naturalisation33 ». Ici, c’est peut-être la conversion qui a permis l’acquisition du statut de marchand, qui favorise une certaine forme de promotion sociale mais elle ne dépasse pas tous les préjugés et les blocages de la société portugaise à l’égard de l’étranger autant que du musulman. On peut imaginer que ceux-ci étaient plus forts encore dans le cas de juifs convertis. Ils sont peu nombreux34 et la procédure inquisitoriale est nettement plus vigilante à leur égard, mais les documents réunis dans ces registres ne nous fournissent pas l’équivalent de ce qu’un procès pour hérésie produit devant ces tribunaux. Quelques indications d’état civil et d’origine géographique complétées par des éléments stéréotypés pour justifier la conversion constituent la trame de ces récits. En revanche, un élément plus original semble être l’insistance sur le parcours géographique et les rencontres qui ont permis le retour sur la terre de leurs ancêtres portugais, sans que l’on sache très exactement si cette installation se fait en accord avec leurs familles ou en rupture avec elles. Dans ces cas précis, il est difficile de dégager si le retour au Portugal est fortuit, s’il s’appuie sur des arguments commerciaux ou religieux ou si leur démarche ne doit qu’au hasard. Isaac de Campo, par exemple est le fils d’un marchand de Hambourg ; il s’est fixé à Aiamonte en Andalousie et profite du passage de marchands qu’il accompagne à la foire de Faro pour se présenter auprès du commissaire inquisitorial de la ville. C’est donc ce voyage commercial qui le conduit à exécuter une décision mûrement réfléchie puisqu’il dit avoir voulu se convertir avant même son départ de Hambourg sous l’influence d’un voisin espagnol. Mais la nécessité de se protéger de l’inquisition de Séville devant laquelle il aurait dû logiquement se rendre explique sans doute plus son geste que le hasard. Le Portugal n’est pas non plus la destination choisie par Jacob Roiz da Costa. Il est parti pour Venise avec un chargement de tissus et aurait débarqué en Algarve après un naufrage ; toutefois c’est bien dans cette région qu’il cherche son frère qui se serait converti 6 ans plus tôt. Son passage au catholicisme n’est pas fortement argumenté et laisse des doutes, y compris à son confesseur qui avoue ne pouvoir juger que de sa docilité extérieure, car « seul Dieu connaît ce qui se passe dans les cœurs » [...] « on ne peut être attentif qu’au mode de vie car on sait la propension des hébreux à être excessivement attachés aux temporalités ». L’inquisition se montre pourtant conciliante et accepte cette conversion malgré la répétition des deux cas familiaux qui amène à s’interroger sur le hasard qui les conduit dans la même ville de Beja. S’agit-il d’une tentative pour réintroduire le judaïsme auprès des nouveaux-chrétiens de la région, une vague couverture commerciale masquant des objectifs religieux ? Le cas de Duarte Roiz (1720), fils de marchand nouveau-chrétien, se distingue des précédents bien qu’il se situe dans le même contexte. Né au Portugal, il vit à Peyrorade avec ses parents qui ont fait un retour au judaïsme et fréquente le milieu des marchands portugais de Bayonne. Un religieux de la ville le convainc de se convertir et il choisit de revenir au Portugal pour y vivre en chrétien, par attachement à sa patrie d’origine, dit-il, au prix d’une rupture avec sa famille. Mais le mobile religieux ne masque-t-il pas le souci de développer des affaires puisqu’il s’appuie sur place sur des relations familiales bien établies ? Toutefois, l’exemple le plus remarquable est celui d’Abraham Bendana Sarfati, originaire de Ferrare, dont les pièces constituent une sorte de « procès » antérieur au registre dans lequel il est inclus (1599-1600 alors que le registre ne commence qu’en 1660). Abraham a 25 ans, il est issu d’une famille de nouveaux-chrétiens portugais, ses grands-parents ayant quitté l’Alentejo pour judaïser à Ferrare. Il est marchand comme son père, même si les marchandises qu’il vend ne sont pas indiquées clairement : il lui arrive de trafiquer des bijoux, vendant à Lisbonne « des pierres fausses qui se font à Venise » et « des pierres fines pour rapporter chez lui ». Il échange à Lisbonne des émeraudes achetées à Madrid et d’autres bijoux qu’il s’est procurés à Séville. Il témoigne devant le tribunal de ses déplacements dans toute l’Europe et donne avec précision les noms des marchands qu’il fréquente, leur origine, leur niveau de fortune. Le commerce des produits religieux est ici bien attesté puisqu’il fournit les noms de marchands qui introduisent au Portugal des calendriers juifs fabriqués en portugais à Ferrare ou Constantinople pour permettre aux juifs restés au Portugal de célébrer leurs fêtes, qu’on embarque à Constantinople directement pour l’Espagne ou depuis les Flandres. Il raconte ensuite ses propres voyages avec une liste des villes visitées et des itinéraires suivis. Trois ans auparavant, un voyage commercial l’a conduit en Flandres et en Allemagne par Trente, Bolzano, Francfort, Cologne, Maastricht, Anvers puis Hambourg et il a ramené avec lui des juifs portugais venus d’Allemagne qui se rendaient en Turquie pour les plus pauvres ou à Pise pour les autres. Il leur a servi d’interprète et s’est occupé de leur ravitaillement. Il est aussi allé en France il y a 4 ans, par Turin, jusqu’à Lyon et Bordeaux, puis est retourné en Italie avant de repartir par Venise à Salonique et Constantinople, mais l’on ne sait rien des marchandises transportées. Il a effectué ensuite plusieurs voyages en Espagne, Portugal et France en embarquant depuis Gênes pour Barcelone, puis en prenant la route de Saragosse à Madrid, Alicante, Murcie, Grenade et Séville, enfin Lisbonne et retour par Madrid. De là, il est passé en France par Valladolid, Burgos, Vitoria, Bayonne, Bordeaux, La Rochelle, avant de revenir par bateau au Portugal par Povoa. Au Portugal il est passé à Coimbra, Santarem, Lisbonne, Evora enfin où le tribunal l’entend. Il se convertit et est baptisé en juin 1600 à Vila Viçosa par l’archevêque D. Teotonio de Bragança après une instruction qui a duré un an et demi, sans avoir donné de raison précise pour expliquer ce choix. Ses quatre années de voyages l’ont conduit sur des itinéraires qui dessinent la carte des routes les plus fréquentées à travers les cols des Alpes ou au cœur de la péninsule ibérique, vers les villes et ports les plus actifs de la mer du nord, de la façade atlantique ou de la Méditerranée sans que l’on puisse reconstituer la logique commerciale qui l’anime. Il délaisse certaines zones (Paris et la France du nord, la Suisse et le Rhin) en marquant une prédilection pour les régions du Portugal et de l’Espagne, leurs pierres et métaux précieux. Et les zones d’exil des nouveaux-chrétiens de la péninsule pour lesquels il peut tenir un rôle comparable à celui qu’il a eu ponctuellement en Allemagne. Car au cours de ses voyages, il fréquente des états catholiques mais attend plusieurs années avant de franchir le pas de la conversion même s’il témoigne de sa bonne volonté à coopérer avec le tribunal en donnant dans sa confession une longue liste de noms de marchands portugais ou espagnols, juifs « découverts » ou non, qu’il a fréquentés dans toutes les villes traversées ; sa sincérité peut être mise en doute comme souvent dans ce type de cas, elle peut être aussi réelle. Toutefois, alors que persiste la répression inquisitoriale en direction des nouveaux-chrétiens portugais, on peut s’étonner du retour au catholicisme et au Portugal pour quelques-uns de leurs descendants.

Conclusion

  • 35 Les négociants étrangers pouvaient entrer dans la noblesse par les ordres militaires, comme J. Rat (...)

8À travers les registres de convertis de l’inquisition portugaise, les motifs qui poussent les marchands étrangers à la conversion au catholicisme sont peu transparents. Cela tient à la nature même de la source qui peut être rédigée avec négligence ou présenter des lacunes. Elle correspond surtout à une procédure de surveillance et d’encadrement très formalisée qui se satisfait d’un discours convenu. L’interprétation des documents pour affiner les motivations du converti peut donc s’avérer hasardeuse. Il semble que le marchand ne choisisse pas réellement entre motivation commerciale et conviction religieuse mais compose plutôt avec chaque élément - à l’exception des rares cas où l’urgence de la recherche du salut privilégie l’argument religieux. Il entre une part de calcul chez ceux qui adhérent pourtant sincèrement au catholicisme car la poursuite de leurs affaires impose la prise en compte des ruptures de confiance et de solidarité et leur nécessaire recomposition. Si elle n’est pas conditionnée par des mobiles strictement utilitaires, la conversion peut permettre au marchand étranger une promotion plus rapide dans la société portugaise, puisqu’elle favorise sa sédentarisation donc son enracinement, ce que le mariage avec une portugaise ou une étrangère catholique confirme plus sûrement. Ainsi Samuel Pitts converti à son arrivée, épouse la fille du consul anglais de Faro, João Parcar. Il est un peu plus tard gratifié du titre de Don qui laisse supposer une assimilation à la noblesse. À sa mort, son épouse, catholique convaincue, continuera à développer ses affaires avec son fils jusqu’en 1763, tandis qu’un autre de ses fils sera chanoine à Faro. La descendance de ce marchand étranger s’illustre à la fois dans l’Église et dans la noblesse35, ce qui prouve la validité de sa démarche d’assimilation et l’acquisition rapide des valeurs de la société portugaise.

  • 36 Joaquim Romero Magalhães (op. cit., p. 389) souligne que si l’Inquisition a affaibli les marchands (...)

9Dans ces démarches opportunistes, réalistes, on relève le poids de la contrainte du milieu catholique ambiant. Elle semble le fait des ordres religieux missionnaires comme les jésuites ou les capucins, qui disposent pour chaque nationalité d’un interprète désigné qui se charge des contacts à Lisbonne et se rend dans les auberges où séjournent les étrangers, puis assure la catéchèse dans un couvent spécifique. Les tribunaux inquisitoriaux, les commissaires à qui cette mission était dévolue, n’ont pas exercé une surveillance pointilleuse sur les marchands étrangers hérétiques au point de leur rendre la vie insupportable afin de les conduire à la conversion. Pour autant, ils n’ont pas favorisé ces hérétiques36 car l’existence même de cette institution pouvait permettre à des individus de s’appuyer sur elle pour se soustraire à l’autorité d’un père ou à la pression du milieu en revendiquant la liberté de conscience, car c’est bien l’entourage professionnel qui exerce l’autorité la plus contraignante à travers la relation maître-apprenti ou maître-commis.

Notes

1 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, p. 286-294.

2 Lettre de privilèges à la nation anglaise (1647) reprise dans le traité de 1654 : porquanto os direitos da paz e comércio seriam nulos e inùteis se o povo da república de Inglaterra fosse inquieto por causa de consciència, quando vai e vem aos reinos e dominios ¿lo dito rei de Portugal ou assim se detem por causa de comutar as mercadorias ; portanto, para que seja livre e seguro o comercio por mar e por terra, o dito rei de Portugal eficazmente fará e proverá que náo sejam molestados nem inquietos por nenhum homen, curia ou tribunal por causa da dita consciência ou por terem consigo ou usarem biblias inglesas ou outros livros, e que seja livre o povo desta república nas casas particulares com as familias da sua mesma naçáo e religiáo dentro de quaisquer senborios do dito rei de Portugal, observar e professor a sua religião e exercitá-la nas suas naus ou navios como lhe parecer, sem alguma molestia ou impedimento. « attendu que les droits de la paix et du commerce seraient nuls et non avenus si le peuple de la république d’Angleterre était inquiété pour des taisons de conscience lorsqu’il circule dans les royaumes et possessions du roi de Portugal ou bien lorsqu’il y échange des marchandises ; par conséquent, pour que le commerce de terre comme de mer soit libre, le roi de Portugal déclare et établit que les Anglais ne seront maltraités ou inquiétés par aucun homme, curie ou tribunal pour raison de conscience ; ni pour avoir avec eux ou se servir de bibles anglaises ou autres livres ; et que dans n’importe quelle partie du royaume de Portugal, à l’intérieur des maisons particulières et entre familles de la même nation et religion, ce peuple sera libre d’observer et d’enseigner sa religion, et pourra la pratiquer sur ses nefs et navires comme il le souhaitera sans être maltraité ou empêché ».

3 La lettre de naturalisation est obtenue par un étranger dans les cas suivants : si sa demande est justifiée par 10 ans de résidence au moins, s’il a épousé une portugaise ou possède une maison établie au Portugal, s’il a des « coutumes identiques ».

4 Ils couvrent la période 1660-1821, avec la mention d’un cas antérieur (1599-1600), Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Lisbonne (désormais ANTT), Cad. 1, 2, 4.

5 Séries continues entre 1680 à 1723, puis dépouillement par sondage pour les années 50-60 et 70-80 (ANTT, Cad. 9, 10, 11, 12, 13, 14, 35, 42).

6 Madère est un point intéressant dans le « système commercial anglais de l’Atlantique comme marché de céréales de Pennsylvanie et de morue de Nouvelle Angleterre ainsi que port du vin consommé dans les colonies nord américaines » H. E. S. Fisher, The Portugal Trade. A study of Anglo-Portuguese commerce 1700-1770, Londres, 1971, p. 29.

7 Certains dossiers ne fournissent qu’une simple liste de noms, alors que d’autres comportent de véritables « procès » avec des pièces justificatives diverses (certificats de baptême, abjuration, attestation de confession etc.).

8 Ceux qui se convertissent sont en très grande majorité des soldats (280), loin devant les marins (120), mais les cas des marchands (70) sont parfois longuement détaillés.

9 Dans cet échantillon, les 70 cas se répartissent ainsi : 1 seul pour 1600, 14 entre 1660-1699, 47 entre 1700 et 1750, 8 après 1750.

10 Ces « homen de negócio », dont certains ont le statut de contratador (traitant), représentent au total une trentaine de cas.

11 Ainsi Samuel Pitts (ou Pitte), un Anglais qui fonde une maison de commerce solide à Faro, se convertit en 1727 lors de son arrivée au Portugal.

12 Mais la terminologie est relativement floue ; en l’absence de données complémentaires, la classification est arbitraire.

13 Pedro Vercheu, venu de Hambourg en 1705 (liv 717, ANTT).

14 Exemple de Nicolão Cruz en 1731 qui arrive de Hambourg, s’installe à Faro après Lisbonne (liv 563, ANTT).

15 Roche, op. cit., p. 290. Voir aussi Franco Angiolini et Daniel Roche (éd.), Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, 1995.

16 Pedro Stern en 1698 est venu de Hambourg en passant par la France, l’Italie, la Castille, avant de s’installer chez João Baque, marchand catholique originaire de Cologne fixé à Portimão.

17 Toutefois, la conversion des marins semble davantage marquée par un strict opportunisme.

18 Anglais 27 Français 3 Suisse 3 Hongrois 1 Allemands 18 Écossais 3 Polonais 1 Italien 1 Hollandais 6 Irlandais 3 Suedois 1 Autres 3

19 Jusqu’à 1740, voir J.-F. Labourdette, La nation française à Lisbonne de 1669 à 1790. Entre Colbertisme et libéralisme, Paris, CCGulbenkian, 1988.

20 Il réside d’abord chez un oncle de Lisbonne, puis chez celui de Faro qui s’occupe de son instruction : lire, écrire et éducation religieuse.

21 Diogo Duries, 12 ans, se convertit avec l’accord de sa mère puisqu’il est « mineur ». Mais en cas de présence des parents au Portugal, il peut y avoir conflit : voit l’exemple significatif de Maria Teresa de Jesus, une jeune anglaise de 9 ans seulement en 1720. Ses parents marchands de Lisbonne et le consul d’Angleterre portent plainte auprès du conseil du roi, mais on retiendra sa « libre volonté » (ANTT, liv. 735)

22 Pedro Emares (1699, cf. ANTT, liv. 716) vit chez son oncle Nicolas Emares, marchand catholique de Lisbonne, tout comme Cornelio Emaus (1701) chez Henrique Kermatin.

23 Pedro Vercheu (1705) est poussé à la conversion par un marchand de Hambourg converti, Jacob Paulo Heger (1703) par un marchand de Cologne, Elias Tornt par un marchand français etc.

24 Il fonde une maison à Faro qui durera jusqu’en 1733, sa veuve et son fils poursuivront ses affaires. Son apprenti de 12 ans se convertit, sans doute sous son influence.

25 Exemple de Jean Guitton depuis 10 ans à Lisbonne (Liv 929, ANTT).

26 Le Saint-Office enregistre le nouveau converti en traduisant généralement son nom en portugais, mais le converti peut aussi changer d’identité au moment du baptême en prenant un prénom et un nom portugais sans rapport avec le précédent.

27 J.-F. Labourdette, op. cit., p 532.

28 A Faro, João Crispin vend au détail moins cher que les marchands locaux car il reçoit directement les marchandises d’Angleterre (cf. Joaquim Romero Magalhães, O Algarve económico 1600-1773, Lisboa, Estampa, 1988, p. 263).

29 Les registres témoignent de plusieurs cas de violence physique utilisée pat des coreligionnaires pour s’opposer de force à la conversion.

30 À Lisbonne, ce sont le plus souvent des jésuites allemands, anglais etc.

31 Op. cit., p 564.

32 On peut citer les exemples de Teodoro Mateus, flamand, en 1761 (ANTT, liv. 929) ; G. Willer en 1707 (ibid., liv. 562) ; N. Cruz en 1731 (liv. 563).

33 Cf. ANTT, Junta do commercio, maço 15.

34 Cf. Nathalia Muchnik, « Du judaïsme au catholicisme : les aléas de la foi au xviie siècle », Revue historique, CCCVII/3 (2002), p. 571-609.

35 Les négociants étrangers pouvaient entrer dans la noblesse par les ordres militaires, comme J. Raton (Français) ou Bramcamp (Hollandais).

36 Joaquim Romero Magalhães (op. cit., p. 389) souligne que si l’Inquisition a affaibli les marchands portugais nouveaux-chrétiens du xviie siècle, elle a, en revanche, entretenu de bonnes relations avec les « hérétiques du nord » contrôlant le commerce d’Algarve au xviiie siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.