Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Deuxième partie. Europe des affaires et interactions religieuses : conflits et accommodements

De Saint-Sernin de Toulouse à Santiago de Compostelle : marchands, reliques et multiplication des « corps saints1 »

Luigi Monga

Texte intégral

  • 1 Note des éditeurs : Nous devons ce texte à l'amabilité de Mme Mary Monga qui a bien voulu nous fai (...)
  • 2 Vita admodum Rev. P. Athanasii Kircheri, S. J., viri toto orbe celebratissimi, Augustae Vindelicor (...)
  • 3 Néanmoins, le lecteur moderne sera surpris de voir tant de personnages de l'Évangile rétablis dans (...)

1Lorsque le P. Athanasius Kircher, le célèbre jésuite allemand, philologue, mathématicien et archéologue, décrivait dans son autobiographie son premier voyage en France en 1631, quittant l'Allemagne pour échapper aux troubles de la guerre de trente ans, il soulignait avec plaisir le souvenir des sanctuaires, « lieux sacrés » (pia loca) où il s'était rendu et dans lesquels il avait vénéré les corps de ses saints favoris : « La grotte de sainte Marie Madeleine appelée, en langue vulgaire, la Sainte Beaume, où repose le corps de sainte Madeleine ; Marseille où se trouve le corps de saint Lazare, Tarascon où gît celui de sainte Marthe2. » Le parcours du jeune religieux dans le Midi de la France avait été marqué par son étonnement devant tant de traces (légendaires) du passage de personnages de l'entourage du Christ qui avaient traversé (miraculeusement) la Méditerranée pour évangéliser la France et y subir le martyre. Naturellement, dans la conscience religieuse européenne du Moyen Âge, la présence d'une relation directe avec la personne historique du Christ, par le truchement d'un apôtre, donnait une sorte de prééminence au pays béni par cette présence vis-à-vis d'autres nations moins fortunées3.

Voyages d'affaires, curiosités multiples

  • 4 À propos du manque de dévotion dans le sanctuaire de Santiago, Münzer l'avait déjà remarqué : « Et (...)
  • 5 De imitatione Christi, Liber I, cap. XXIII, 2. Comme l'écrivait Érasme dans son De votis temere su (...)

2La différence entre voyages de dévotion et voyages d'affaires était souvent négligeable au xvie siècle, puisque la visite aux églises et aux sanctuaires faisait partie des activités communes à tout voyageur. Il est vrai que le véritable pèlerin, mû par le désir d'expier ses péchés, entreprenait un voyage de sacrifices et de pénitence, mais combien de pèlerins allaient succomber aux nombreuses tentations sur le « chemin de Compostelle » où la présence de prostituées prouve bien que le pèlerin n'allait pas toujours droit aux sanctuaires4 ! Par ailleurs, l'apophtegme Qui multum peregrinantur raro sanctificantur, « Se sanctifient rarement ceux qui vont beaucoup en pélerinage5 », souvent répété, semble bien prouver la vérité de nos soupçons.

  • 6 Le voyageur anonyme des Discours viatiques de Paris à Rome et de Rome à Naples et Sicile [1588-158 (...)
  • 7 Dont les « bons livres bien choisis » (buenos libros bien escogidos) étaient souvent « fort dorés (...)

3Nous savons aussi que dans chaque ville l'église était (et est souvent encore aujourd'hui) l'un des points d'intérêt principaux pour l'histoire locale, puisqu'elle contenait fréquemment le souvenir voire les dépouilles mortelles des évêques qui l'avaient fondée, et que des dévots y avaient prodigué leurs richesses pour honorer les saints patrons et parfois la mémoire d'importants faits d'armes ayant changé le cours de l'histoire du terroir. D'ailleurs, quels monuments pouvait-il voir dans une ville inconnue, ce voyageur du xvie siècle venu de loin, sinon des églises, parfois un château, des fortifications qui souvent lui étaient interdites pour des raisons de sécurité6, ou encore la bibliothèque d'un couvent7 ? Et que pouvait-il admirer dans ces églises, ce marchand qui était bien plus étonné par le prix qu'il attribuait aux œuvres d'art que par leur beauté intrinsèque ? Il lui suffisait de se laisser éblouir par les pierreries des chasubles et l'or des vaisseaux sacrés.

  • 8 Un mercante di Milano in Europa : Diario di viaggio del primo Cinquecento, L. Monga (éd.), Milano, (...)

4Les hôpitaux étaient certes toujours séduisants pour lui, comme le montre le cas d'un marchand milanais anonyme qui parcourait l'Europe de 1517 à 1519, ne serait-ce que par la curiosité morbide et l'intérêt que celui-ci éprouvait pour les maladies et les soins8. Tandis que les protestants y trouvaient une raison de se réjouir des ravages que les maladies honteuses et les naissances illégitimes faisaient parmi les catholiques, les marchands s'intéressaient plutôt à leur organisation. Ainsi, notre marchand milanais jugeait-il l'hôpital de Beaune « assez beau mais point trop grand » (assai bello, ma non troppo grande), propre et bien organisé, mais il était surpris par la pauvreté de ses revenus ; plus tard, il aura une réaction semblable devant l'hospice de Compostelle.

  • 9 Ibid., p. 56 : circa a venti camarette di legne, tutte piene de diversi animali et varii et de ogn (...)
  • 10 Tafur, Travels and Adventures, op. cit., p. 200 : as honest as churchgoing with us ; cf. The Trave (...)

5Il lui restait très peu d'exemples d'architecture civile. De Milan à Paris, notre marchand ne mentionnait que six ponts (à Grenoble, Lyon, Maçon, Châlons, Moulins, Orléans) et quatre palais (à Dijon, Moulins, Nevers, Orléans). Peu de distractions s'offraient en outre à cet homme curieux qui, à Moulins, admira l'un des premiers jardins zoologiques d'Europe comprenant « une vingtaine de cages en bois, toutes pleines d'animaux divers et variés, les uns plus extraordinaires que les autres9 ». Les bains constituaient néanmoins une nouveauté pour les voyageurs dans les pays de l'Europe septentrionale. L'aristocrate bohême Leo von Rozmital visita ceux de Bruges, et Tafur s'efforça de les décrire sans pruderie (« aussi honnêtement qu'en allant ensemble à l'église10 »), mais De Comines (I, 13) avouait qu'il s'agissait d'un passe-temps de débauchés.

6Bien sûr, quelques distractions ne manquaient pas de détourner notre voyageur. L'organisation de la prostitution, par exemple, le fascinait. Le marchand milanais remarque ainsi le fameux « bordello bellissimo » de Valencia :

  • 11 Un mercante di Milano, op. cit., p. 144 : li possono essere circa a casette cento cinquanta, et et (...)

il doit y avoir autour de cent cinquante petites maisons, et toutes sont blanchies et très propres, et les lits des prostituées sont tous en très bon état, chacun à trois ou quatre matelas, et avec leurs très jolis rideaux ; mais le plus beau c'est de voir tout cela la nuit parce qu'il n'y a pas une seule de ces femmes qui ne tienne à sa porte trois ou quatre chandelles fixées au mur, et autant dans la maison, de sorte que toute la nuit il y ait des lumières qui illuminent tout11.

  • 12 Un mercante di Milano, op. cit., p. 144 et 100 : troppo belle, parono dee, et tanto polite quanto (...)

7Mais dans la même ville on trouve aussi, dans les beaux quartiers, des « prostituées honorables » (puttane honorevole) et « d'innombrables courtisanes très belles et très gentilles » (infinite cortesane et bellissime et gentilissime), ce qui prouve que le voyageur, mâle solitaire et gourmand, a toujours fait du tourisme sexuel : en Hollande, par exemple, il trouvait « les femmes extraordinairement belles » (femine ultramodo belle) et à La Haye, Leyde et Haarlem elles étaient « trop belles, semblant des déesses et étant on ne peut plus polies12 ».

  • 13 Il remarque que l'église de Saint-Antoine de Vienne, par exemple, « est très belle et a une belle (...)
  • 14 Un mercante di Milano, op. cit., p. 63. Le voyage de Leo von Rozmital rapporte les mêmes intérêts (...)

8À côté des femmes, privées ou publiques, et des religieuses, c'est donc toujours l'église qui intéresse le plus le voyageur qui raconte son itinéraire à l'étranger. Notre marchand milanais ne manque pas de souligner la beauté des églises, une beauté qui est synonyme de grandeur, de rareté et non pas de jouissance esthétique13. Si les adjectifs qu'il emploie ne sont guère variés (tout est presque toujours « bello », avec, naturellement, les variations du superlatif : « bellissima », « assay bella », « molto bella », etc.), c'est bien à cause des limites lexicales de son vocabulaire relativement pauvre et quasiment commercial. Et dans l'église il est fasciné par les reliques, exemples d'un passé religieux souvent légendaire et d'émerveillement devant leur rareté, sans parler des riches ornements et des « merveilles » conservées dans les trésors des cathédrales : les pointes de narval qui passaient pour des cornes de licorne et les os gigantesques d'animaux préhistoriques qui prouvaient aux voyageurs ingénus l'existence de géants dans la région. Ainsi, dans l'église de Saint-Denis, notre marchand s'arrête devant les corps du saint patron (un personnage légendaire au début du xvie siècle) et du roi saint Louis, mais c'est devant la précieuse corne de licorne : corno di alicorno : [...] mirabile cosa, qu'il tombe en admiration14.

Reliques visitées, reliques contestées

  • 15 Cf. ibid., p. 22, 25.
  • 16 Manuel C. Díaz y Díaz, « La Epistola Leonis Pape De Translatione Sancti Iacobi in Galeciam », Comp (...)

9L'histoire de la dévotion des reliques est directement liée à celle des voyages et des pèlerinages. Souvent, le pèlerinage était une forme de pénitence à laquelle le pécheur devait se soumettre pour obtenir le pardon de ses péchés. Parfois, le voyage était simplement un acte de dévotion pour un saint favori : le pèlerin s'en retournait avec des reliques, le plus souvent fausses, qu'il offrait à son église. En effet, toucher le saint, directement ou indirectement, comme dans le cas de l'hémorroïsse qui avait touché les vêtements du Christ (Mt 9 : 21 ; Mc 5 : 28 ; Lc 8 : 44), équivalait à lui soustraire « la force surnaturelle qu'il possédait » (Lc 8 : 46). Et les fidèles, insatisfaits des fleurs qu'ils arrachaient près du tombeau du saint, allaient bientôt se tourner vers son corps même, car c'était dans ses restes qu'ils croyaient trouver toute sa puissance thaumaturgique. Souvent, les reliques faisaient partie du butin du conquérant, tout comme la vaisselle en or des églises : ainsi l'empereur Frédéric I emporta-t-il les reliques des Rois Mages de Milan à Cologne, où elles se trouvent encore aujourd'hui avec les os de sainte Ursule et des légendaires dix mille vierges qui l'accompagnaient15. Sur le terrain de la légende fleurissaient des contes extraordinaires qui frôlaient le romanesque, car l'inventio et la translatio du corps saint étaient souvent fondées sur des légendes miraculeuses « qui avaient peu à peu embelli [...] les récits originaux16 ».

  • 17 L'étymologie des interlocuteurs de ce dialogue d'Érasme, Menedemus (« reste-chez-soi ») et Ogygius (...)

10On n'oubliera pas qu'au début du xvie siècle un mouvement critique vis-à-vis des reliques et des pèlerinages s'était développé en Angleterre : en 1525, Thomas Bilney dénonçait dans la cathédrale d'Ely les pèlerinages au sanctuaire de la Vierge de Walsingham et à celui de saint Thomas Becket à Canterbury, ainsi que la théorie de la médiation des saints auprès de Dieu. Accusé d'hérésie, Bilney, qui dans le reste de sa théologie était resté tout à fait dans l'orthodoxie, finit sur l'échafaud en 1531. Érasme, lui aussi dans l'orthodoxie par plusieurs aspects, avait raillé les pèlerinages dans son colloque Peregrinatio religionis ergo de 152617, dont une traduction anonyme en anglais paraissait en 1536 avec le titre de The Pilgrimage of Pure Devotion. La conclusion du colloque d'Érasme à l'égard des pèlerinages reflète son bon sens : le chrétien doit s'occuper de ses responsabilités quotidiennes, de sa famille et de ses affaires, au lieu de s'absenter, même pour des motivations d'ordre religieux. Au lieu de faire des « stations romaines », Menedemus offre à son ami son propre programme de vie :

  • 18 Desiderius Erasmus, « Peregrinatio religionis ergo », in Opera omnia, Amsterdam, North-Holland Pub (...)

Ainsi je me promène à la maison, je rentre dans la chambre et je veille à ce que la pudeur des filles soit sauve. De là je me rends dans l'atelier et je regarde ce que font les petits domestiques et servantes. De là je vais dans la cuisine, regardant tout alentour s'il y a besoin de faire quelque remarque ; de là, çà et là, je regarde ce que font les enfants, ce que fait ma femme, veillant à ce que tout soit en ordre. Ce sont là mes stations romaines18.

11Au moment où les communications entre les différents pays de l'Europe se développaient, les chrétiens les plus cultivés commençaient, comme Érasme, à avoir des doutes sur la nécessité des pèlerinages et le culte des reliques. Ils se rendaient compte aussi, avec étonnement, de la présence de « doubles » d'importantes reliques, une situation qui ne pouvait paraître que contradictoire au sens commun. S'agissait-il de problèmes théologiques ou seulement de menus détails hagiographiques ? Y avait-il une position officielle de l'Église devant ces contradictions et pouvait-on consulter des documents pour les expliquer ?

  • 19 L'histoire légendaire de Marie-Madeleine, que la tradition provençale confondait souvent avec la p (...)
  • 20 À propos de l'émiettement (littéral) des reliques, le cas de la tête de saint Jean le Précurseur e (...)

12Le marchand milanais anonyme qui parcourait l'Europe entre 1517 et 1519 ne manquait pas de noter les corps saints qu'il avait vénérés : à Saint-Antoine-de-Vienne il admira le corps du saint et s'enquit de l'histoire de la translatio de ses reliques ; à Lyon il remarqua l'histoire des martyrs de Fourvière ; à Alise-Sainte-Reine il nota les reliques de saint Lazare dans l'église des saints Celse et Nazaire, nommée d'après les saints qui entouraient le tombeau de saint Ambroise à Milan ; à Saint-Maximin il vit le corps de sainte Marie Madeleine après avoir visité la grotte de la sainte Baume, où la sainte femme « fit fort grande pénitence » (fece penitentia grandissima) de ses péchés19. On voit ainsi ces corps saints se fragmenter et s'émietter20, littéralement, pour enrichir de leur pouvoir de nouvelles églises et opérer sans cesse de nouveaux miracles pour d'autres fidèles.

  • 21 Voir Un mercante di Milano in Europa, op. cit., p. 41.
  • 22 Ibid., p. 120-121.
  • 23 Ibid., p. 121 : loco da magnare et legne et sale et certe altre cosuzze da nulla : del substantial (...)
  • 24 Ibid. : le non lo metarò qui perché si lege ne la sua legenda.

13Mais tâchons d'examiner le récit de notre marchand milanais devant les deux corps de saint Jacques le Majeur, l'un à Compostelle, l'autre à Toulouse21. On remarquera, d'abord, qu'il fait un long détour dans son itinéraire rien que pour emprunter le « camino de Santiago », mais qu'il ne se laisse pas émouvoir par la ville de Compostelle : en fait, sa première impression est plutôt déplaisante, car c'est une ville « très laide et mélancolique » (multo brutta et malanchonica), bien que « très peuplée » (assay populata) ; l'église de Saint-Jacques est « très ancienne et obscure » (antiquissima et scura). Il n'est pas dupe, malgré la grandeur de l'architecture de ce sanctuaire, et préfère analyser les chiffres qu'on lui a présentés : l'hôpital des pèlerins de Compostelle, par exemple, ne vaut, à son avis, que 50 mille ducats et non les 100 mille qu'on lui mentionne22. D'ailleurs, les pauvres pèlerins ne sont pas bien traités par les autorités préposées à la ville ; il est vrai que s'ils sont malades on les soigne aux frais du roi, mais « on dépense peu d'argent pour eux » (li spendano pochi danari) : en général, on ne leur octroie qu'un espace pour se reposer, du bois pour se chauffer et bien peu de nourriture : « un lieu pour manger, du bois, du sel et d'autres petites choses de rien du tout : ils ne donnent rien de substantiel23 ». Enfin, notre homme est choqué de savoir que le corps de saint Jacques, que l'on dit se trouver sous le maître-autel, reste toujours invisible aux pèlerins : « on ne le montre à aucun moment ni à personne » (né se monstra per alcuno tempo né ad persona alcuna). Comme la plupart des voyageurs de son temps, il accepte sans aucun soupçon les circonstances miraculeuses de la translatio du corps du saint et de la successive inventio du même corps. C'est une situation commune à plusieurs sanctuaires, et il est au courant de ces détails qu'il a lus dans un livre (« Je ne le mettrai pas ici parce qu'on le lit dans sa légende24 ») : cela lui permet de ne pas perdre son temps à les répéter dans son journal.

  • 25 Ibid., p. 157 : videlicet Santo Jacobo Maggiore et Santo Bernaba, [...] et li corpi di Santi Simon (...)
  • 26 Ibid., p. 159 : Io credo ch'el [le corps de saint Jacques] sia in Compostella, perché tutto il mon (...)
  • 27 Ibid. : est credendum che il papa id fecerit habita diligentissima inquisitione super eo, et cogni (...)
  • 28 Malgré nos efforts, nous n'avons pas réussi à trouver le document papal que mentionne notre marcha (...)

14Ce ne sera que plus tard, lors de son arrêt à Toulouse au cours du voyage de retour, qu'il aura la surprise de tomber sur un double du même saint Jacques, entouré des corps de cinq autres apôtres. Toulouse, « bella città », avec une université « peu réputée » (di poca reputatione, p. 157), possède dans l'église de Saint-Sernin, parmi plusieurs reliques, les corps de six apôtres (« évidemment saint Jacques le Majeur et saint Barnabé, [...] et les corps des saints Simon, Jude, Philippe et Jacques le Mineur »), autrement dit un nombre extraordinaire de corps saints de la première génération chrétienne25. Pourquoi alors tant de pèlerins vont-ils à Compostelle pour vénérer les reliques d'un saint qu'ils pourraient voir plus facilement à Toulouse ? Serait-ce parce qu'il manque à Toulouse une ancienne tradition qui relierait les reliques à la présence de ces apôtres dans la région : une translatio ou au moins une inventio de ces corps durant les premières années du christianisme feraient bien l'affaire. A vrai dire, ce problème historique ne semble pas toucher notre marchand : il glisse sur le différend entre les citoyens de Compostelle et les Toulousains (« que n'importe qui dit que le corps de saint Jacques le Majeur se trouve dans son église » ; che quilibet dice il corpo di santo Jacopo Magiore essere in la sua chiesia) pour déclarer, avec un sens pratique remarquable, sa préférence à l'égard de Compostelle, puisque les pèlerins y sont plus nombreux (« Je crois que [le corps de saint Jacques] est à Compostelle parce que tout le monde y accourt et de plus il y a une excommunication papale qui excommunie tous ceux qui croient que le dit corps est à Toulouse au lieu d'être à Compostelle26 »). Si, d'une part, il est évident que Dieu ne permettrait pas que le grand nombre de pèlerins qui se rendent à Santiago soient trompés, d'autre part, l'excommunication pour ceux qui seraient tentés de préférer Toulouse à Compostelle finit elle aussi par convaincre notre marchand. Il insère donc dans le texte italien de son récit des citations latines, tirées d'un document qu'il affirme avoir consulté sur place : « Il faut croire que le pape a fait cela après une très sérieuse recherche sur le sujet, et la vérité ayant été reconnue ainsi et pas autrement27. » La version officielle est ainsi acceptée sans question, grâce à l'autorité et aux sérieuses recherches que Rome avait sans doute dû faire entreprendre avant de confirmer la version galicienne de la translatio et de l'inventio du corps de saint Jacques28.

  • 29 Cf. The Travels of Leo of Rozmital, op. cit., p. 109-110.
  • 30 Cf. ibid, p. 114 sq.

15Il ne sera pas sans intérêt d'analyser d'autres journaux de voyage des xve et xvie siècles pour y chercher des reflets de la sensibilité du voyageur vis-à-vis de ces reliques, sa façon de questionner l'histoire de leur transmission, les légendes entourant leur arrivée dans le sanctuaire où elles sont conservées, etc. Gabriel Tetzel rapporte les légendes sur l'arrivée de saint Jacques au port de Patron, ses miracles, sa prédication, la présence d'un certain nombre de reliques et de contes tirés de la Legenda aurea29. Schazek, un autre accompagnateur de Rozmital, parle du siège de la cathédrale et de la cérémonie de pénitence à laquelle le groupe des voyageurs tchèques avait dû se soumettre à cause de leurs contacts (tout à fait légitimes et innocents) avec la bande d'agresseurs qui avaient été excommuniés par le pape, mais il ne traite pas des problèmes relatifs à la vérité historique de la tradition hispanique30.

  • 31 « Itinerarium hispanicum Hieronimi Monetarii (1494-1495) », Revue hispanique, 48, n. 113 (1920), p (...)
  • 32 Ibid., p. 98 : Corpus autem a nullo visum est. Etiam anno Domini 1487, dum Rex Castelle ibi esset, (...)

16Dans sa description de la ville et de la cathédrale de Compostelle, Hieronymus Münzer paraît suggérer un soupçon : « nous sommes arrivés dans la très sainte ville de Compostelle où, comme on dit, le corps de saint Jacques le Majeur, fils de Zébédée et frère de Jean l'Évangéliste, repose intact31 ». On dit que le corps de saint Jacques s'y trouve. Et plus tard il insiste : « L'on croit que le mort se trouve en-dessous de l'autel majeur avec deux de ses disciples, l'un à sa droite, l'autre à sa gauche » (Sepultus autem creditur sub altari magno com duobus suis discipulis, quorum unus a dextris et alius a sinistris). Évidemment, cette description cache une incertitude, car le corps du saint n'a jamais été vu : « Mais le corps n'est visible pat personne. Même en 1487, quand le roi de Castille était là, il ne le vit pas. Nous croyons par la foi seule, qui nous sauve nous les hommes32. » En effet, Münzer évite la question en insérant dans son manuscrit de longues citations du Liber sancti Jacobi, comme s'il voulait laisser à ce texte la responsabilité d'affirmations peu sûres.

  • 33 The Pilgrimage of Arnold von Harff [...] from Cologne through Italy, Syria, Egypt, [...] France an (...)
  • 34 Ibid., p. 262 : in [the church of St Saturninus] lies also six apostles, namely St James the Great (...)
  • 35 Ibid., p. 275 : anyone who did not believe truly that the holy body of St James the Greater Apostl (...)
  • 36 Ibid. : From this I have learnt all I wanted to know, and we went at once to the sacristy, where t (...)

17Arnold von Harff est un autre pèlerin qui ne cache pas ses doutes sut la présence du corps de saint Jacques le Majeur dans l'église de Compostelle : « On prétend que le corps de saint Jacques le Majeur, Apôtre, repose ou se trouve au grand autel, d'autres disent qu'en vérité, non, il se trouve à Toulouse, en Languedoc, comme je l'ai écrit plus haut33. » En effet, von Harff en avait parlé dans son journal à propos de Toulouse : « [à l'église de Saint-Sernin] reposent aussi six apôtres, à savoir saint Jacques le Majeur, saint Simon et saint Jude, saint Philippe et saint Jacques le Mineur, sans sa tête, qui est à Compostelle en Galice, et saint Barnabé l'Apôtre34 ». À Compostelle, von Harff avait fait des offrandes (« great presents ») pour pouvoir vénérer le corps de saint Jacques, mais on ne voulut pas le lui montrer, car, lui dit-on, « quiconque ne croyait pas sincèrement que le corps sacré de saint Jacques le Majeur reposait au grand autel, mais en doutait et pat conséquent désirait le voir, devenait aussitôt aussi fou qu'un chien enragé35 ». Le pèlerin dut se contenter de voir la tête de saint Jacques le Mineur, ce qu'il obtint sans difficulté36.

  • 37 Cf. ibid., p. 262.

18C'est bien un cercle vicieux que ce petit jeu : si vous n'avez pas assez de foi, vous serez punis : heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru (beati qui non viderunt et crediderunt ; Jean 20 : 29). Les menaces de l'autorité ecclésiastique paraissent couvrir le tombeau vide, car la translatio et l'inventio du corps du saint ne semblent pas avoir produit de corps. Contrairement à notre marchand milanais, Arnold von Harff ne se laisse pas entraver par la menace de l'excommunication et semble convaincu que le corps de saint Jacques le Majeur se trouve bien à Toulouse, avec celui de saint Jacques le Mineur, dont la tête serait ailleurs37.

  • 38 Introduction to Knowledge (1542), ch. xxii, p. 204-205 : doeth illude, mocke, and skorne the peopl (...)
  • 39 Ibid., p. 205 : pretending to have had al the appostels bodies or bones to be congregated & brough (...)
  • 40 Ibid., p. 204 : I assure you that there is not one heare nor a bone of Saint James in Spayne in Co (...)
  • 41 Ibid., p. 204 : beynge there and illudyd ; et 205 : & there dwelt to knowe the trueth.

19Le problème de la multiplication du corps de saint Jacques le Majeur est relativement bien connu au xvie siècle. Quelques années après Münzer, un autre médecin, l'Anglais Andrew Boorde, qui avait fait le pèlerinage de Santiago, y avait rencontré un prêtre qui l'avait déniaisé, lui avouant que le clergé du pays « abuse, raille et encourage le peuple à l'idolâtrie, poussant les gens ignorants à adorer la chose qui n'est pas présente. Nous n'avons pas un cheveu ni un os de saint Jacques ; pour ce qui est de saint Jacques le Majeur [...] Charlemagne les emporta à Toulouse38 ». Voici, donc, la clé de la question. Toulouse serait le véritable lieu de la sépulture des reliques de saint Jacques, s'il fallait croire à cette autre légende de leur translatio par Charlemagne, mais Boorde lance une dernière attaque à l'encontre de cette légende, car l'empereur pourrait avoir été victime d'une tromperie, « prétendant que tous les corps et ossements de l'apôtre auraient été rassemblés et portés ensemble dans un endroit à l'église Saint-Sernin de Toulouse, une ville du Languedoc39 ». Andrew Boorde est déterminé à préciser les mensonges qui entourent les reliques de saint Jacques à Compostelle. En fait, c'est la raison principale, nous dit-il, de son pèlerinage que « de connaître la vérité sur de nombreuses choses » (to knowe the truth of many thynges). Et il conclut : « Je vous assure qu'il n'y a pas un cheveu ni un os de saint Jacques en Espagne à Compostelle, mais seulement, comme ils disent, son bâton et la chaîne à laquelle il était attaché pendant le temps qu'il était en prison, et la faucille ou le crochet qui se trouve au milieu du grand autel, et qui (disent-ils) a scié et coupé la tête de saint Jacques le Majeur40. » Le pèlerinage, pour Boorde, qui pourtant avait été évêque de Chichester, est une illusion (« on y est et on y est trompé »), mais il est peut-être le premier des pèlerins qui de Compostelle se dirige à Toulouse juste pour vérifier le bien-fondé des faits rapportés (« et je m'y rendis pour connaître la vérité41 »).

  • 42 En fait, il s'agissait d'une des questions les plus curieuses au xvie siècle. À en croire le P. He (...)

20Le mystère qui entoure les reliques de saint Jacques le Majeur à Compostelle aide donc à cacher un corps que personne ne semble avoir jamais vu dans ce sanctuaire et que l'on cache même au roi en pèlerinage de dévotion. S'agirait-il d'un faux ? Le soupçon se lit entre les lignes des récits de certains pèlerins de Compostelle, sans exclure notre marchand anonyme42.

Deux sanctuaires en concurrence

  • 43 Cf. Fernando López Alsina, « En el origen del culto jacobeo », in Carlos Estepa Díez, Pascual Mart (...)
  • 44 Francisco Javier Pérez Rodríguez, « Santiago, espacio de poder : La tierra de Santiago y su evoluc (...)
  • 45 Cf. F. López Alsina, art. cité, p. 17.
  • 46 Cf. T. Tobler, Descriptiones Terrae Sanctae ex saeculo viii, ix, xii et xv, Leipzig, 1874, p. 108- (...)
  • 47 Un double de cette tête continua à être vénéré dans le couvent des Arméniens de Jérusalem même apr (...)

21On pourra établir avec Fernando Lopez Alsina que la relation de saint Jacques avec l'Espagne est un processus progressif, ayant démarré à la fin du vie siècle et ancré sur des croyances d'origine orientale qui situaient la prédication de ce saint et sa sépulture dans l'extrême nord-est de la péninsule ibérique43. A cela il faudra ajouter, comme le suggère E J. Pérez Rodriguez, l'importance politique et économique de l'archevêché de Compostelle qui « couvre des zones variées depuis celles, très fertiles, de la Galice jusqu'à pratiquement toutes les côtes des Rίas Bajas avec leur richesse en poissons44 ». Ce pouvoir trouvait son explication et sa légitimité dans la présence des reliques de saint Jacques, source spirituelle et historique (c'est-à-dire, hagiopolitique). Il est vrai qu'à partir du ive siècle et de la théorie des sortes apostolicae, selon laquelle les apôtres se seraient réunis pour se partager le monde afin de l'évangéliser (selon le Ps. 18 :5), saint Jacques le Majeur, qui avait été le premier des apôtres à subir le martyre, était passé inaperçu dans ce processus de répartition du monde, puisqu'il était toujours vénéré à Jérusalem45. Mais déjà en 1165 un pèlerin allemand en Terre Sainte, Hans von Würzburg, mentionnait la légende de la translatio miraculeuse du corps du saint en Galice46. Le problème se compliquait du fait de la présence de la tête du saint encore à Jérusalem au début du xie siècle, providentiellement retrouvée et ensuite ramenée en Espagne par l'évêque Mauricio de Coimbra, futur antipape Grégoire VII47.

  • 48 Olivier Lamarque, « Reliques er miracles à l'église Saint-Jacques de Toulouse en 1491 », in Toulou (...)
  • 49 Ibid.

22En ce qui concerne les reliques de saint Jacques le Majeur gardées à Toulouse, l'on constate une évolution analogue quoique plus tardive. En effet, selon O. Lamarque, « bien que l'essor européen du culte de saint Jacques date du xiie siècle, il faut attendre la seconde moitié du xive siècle pour entendre parler des reliques du saint » à Toulouse48. La basilique de Saint-Sernin conservait depuis 1354 le chef et le corps du saint, qu'on avait « élevés » en 1385 en présence du duc de Berry, mais c'est en 1491 que d'autres reliques du même saint furent « miraculeusement » découvertes dans l'église Saint-Jacques de Toulouse49. O. Lamarque offre maint détail sur l'histoire de cette découverte, conservée dans des procès-verbaux aux Archives départementales de la Haute-Garonne. Il s'agissait de reliques qui, selon une tradition, avaient été offertes pat Charlemagne et presque oubliées par la suite, bien que l'église de Saint-Jacques de Toulouse ait été un fameux lieu de pèlerinage que visitaient les « romyeux » venant de Galice. Une confrérie pour les pèlerins y avait été établie en 1513.

  • 50 O. Lamarque a étudié les aspects sociologiques et la typologie de ces miracles, qu'il considère co (...)

23Le passage à Toulouse du marchand milanais anonyme a lieu peu de temps après. On ne s'étonnera pas qu'un voyageur qui ne manquait jamais de visiter les sanctuaires ait pu s'arrêter dans cette ville pour vénérer ces « corps saints ». Le souvenir de l'invention des reliques en 1491 et des miracles qu'elles produisirent50 était sans doute encore présent dans la ville au moment où notre marchand s'arrêta à Toulouse. Il pouvait se considérer, lui aussi, un peu comme un « romyeu », puisqu'il venait de Compostelle, et son détour à Toulouse aurait pu être dû à la réputation de reliques aussi « véritables » que celles de Santiago.

  • 51 Le nationalisme semble se juxtaposer souvent au phénomène religieux : pour rester dans le domaine (...)

24Le culte de saint Jacques s'affirme à Saint-Sernin de Toulouse à partir du xive siècle et ce sanctuaire commence à concurrencer ouvertement Compostelle. Pour cette église, « née du culte des reliques » (selon la même source), le guide du pèlerin à Compostelle (xiie siècle) mentionne la présence du seul corps de saint Sernin (Saturninus) à Toulouse. Il est donc probable que les autres saints aient été « inventés » (dans le sens étymologique du verbe) au cours du xive siècle. En effet, en 1463, Louis XI rappelait la légendaire donation que Charlemagne avait faite à cette église des dépouilles de plusieurs apôtres (Jacques-le-Mineur, Philippe, Simon, Jude, Barnabé et Jacques-le-Majeur) avec l'olifant baptisé « le cor de Roland ». Orient chrétien et mythologie occidentale se joignaient encore une fois autour des reliques des apôtres. Et le personnage légendaire de Charlemagne prend forme au-delà des Pyrénées et nourrit une mythologie qui en fera le fondateur légendaire d'un sanctuaire qui en réalité ne sera fondé que quelques siècles plus tard. Il s'agit là, bien sûr, d'un élément nationaliste qui joue un rôle essentiel dans l'établissement d'une prééminence religieuse51.

  • 52 Luigi Monga, « Agiografia, geografia e agiopolitica nella Legenda trecentesca di Santa Bona da Pis (...)
  • 53 C'est ce qu'il y a de plus naturel pour établir sans ambages l'avantage religieux de l'Espagne sur (...)

25Nous nous trouverions probablement dans une situation d'hagiopolitique comparable à celle que j'ai autrefois analysée pour le développement de la légende de sainte Bona à Pise52. Alors que les autorités religieuses de Pise avaient créé une littérature hagiographique qui mettait en valeur la sainte personne de Bona da Pisa, dont la réalité historique ne faisait aucun doute, autour de Toulouse il suffisait de créer une abondance de reliques qui mît en relation cette étape importante du « camino de Santiago » avec le terminus de ce pèlerinage. S'agissait-il d'une opération commerciale explicitement suggérée par le subconscient spirituel habilement manipulé pat des forces économiques ? Certes, un monde assoiffé de miracles peut pousser les fidèles dans des directions inattendues. Pour attirer à Toulouse un plus grand nombre de pèlerins qui se rendaient à Compostelle, il suffisait de créer un haut lieu ecclésiastique fondé sut la présence d'importantes reliques qu'avait procurées l'empereur Charlemagne, traditionnellement lié à la guerre contre les forces islamiques qui menaçaient l'Europe chrétienne à partir du territoire espagnol53.

  • 54 Voir DACL 14, p. 2358 et ibid., 3, p. 764-769. Sans oublier que, comme le remarquait Dom Leclerq, (...)
  • 55 Agnès Dubreil-Arcin, « Saint Saturnin et saint Jacques dans le légendier de Bernard Gui », in Toul (...)
  • 56 Ceci dit, après ce voyage autour de reliques inventées à la recherche des raisons qui ont poussé l (...)

26Deux « corps saints », deux pays catholiques s'affrontant souvent sur des problèmes de prééminence religieuse (deux rois, l'un « très chrétien », l'autre « catolicίsimo »), deux mythes issus d'un même courant de crédulité médiévale lié à Charlemagne, ce grand pourvoyeur de reliques exotiques à qui la légende attribuait un voyage en Terre Sainte dans le seul but d'en rapporter et distribuer en Occident54. En définitive, comme l'écrivait Agnès Dubreil-Arcin, « les inventions de reliques ont lieu dans des contextes particuliers où elles sont attendues et fermement recherchées. Mais la maturation est longue et l'invention préparée dans un climat de pression psychologique à la fois conscient et inconscient, au terme duquel [...] on ne trouve que ce que l'on cherche55 ». Reliques et légendes naissent ainsi et se développent selon des nécessités réelles que l'on peut expliquer à partit de données sociales et politiques56.

Notes

1 Note des éditeurs : Nous devons ce texte à l'amabilité de Mme Mary Monga qui a bien voulu nous faire parvenir le manuscrit de la communication orale après la mort de son mari. Qu'elle en soit chaleureusement remerciée ici. Luigi Monga n'ayant plus eu l'occasion de retravailler son texte, nous l'avons remanié nous-mêmes, en traduisant les citations, en complétant les renvois bibliographiques, en éliminant un certain nombre de répétition, en déplaçant enfin quelques paragraphes afin de rendre plus cohérent l'enchaînement des propos.

2 Vita admodum Rev. P. Athanasii Kircheri, S. J., viri toto orbe celebratissimi, Augustae Vindelicorum, Typis Utschneiderianis, 1684, p. 42 : Antrum S. Marie Magdalene, quod vulgo S. Beaume dicitur, ubi corpus S. Magdalenae ; Marsiliam, ubi S. Lazari, Tarascum, ubi S. Marthae requiescit. Un autre ecclésiastique, Camillo Borghese, s'arrêta à Marseille pour y vénérer, entre autres reliques, la testa di S. Lazzero, riususcitato da Christo, vescovo di quella città, una mano di S. Maria Madalena, una costa di S. Marta, una spina della corona di Nostro Signore e molt'altre reliquie di santi (p. 167) : « la tête de saint Lazare, ressuscité du Christ, évêque de cette ville ; une main de sainte Marie Madeleine, une côte de sainte Marthe, une épine de la couronne de notre Seigneur et beaucoup d'autres reliques de saints ». Le sud de la France tenait à rattacher ses origines chrétiennes au passage miraculeux d'un nombre important de personnages de l'entourage du Christ, comme le fit l'Espagne.

3 Néanmoins, le lecteur moderne sera surpris de voir tant de personnages de l'Évangile rétablis dans le Midi de la France après un voyage miraculeux à travers la Méditerranée. On reste frappé, par ailleurs, du peu de sens critique du P. Kircher devant ces légendes développées au cours du Moyen Âge, mais, décidément, ce jeune jésuite traditionnaliste, professeur de langues orientales à Würzburg, n'avait pas encore pris contact avec ses confrères romains qui venaient de poursuivre un débat serré sur l'historicité de la translatio légendaire du corps de l'apôtre saint Jacques le Majeur (voir infra, notre discussion sur le Cardinal Baronius et le Bréviaire).

4 À propos du manque de dévotion dans le sanctuaire de Santiago, Münzer l'avait déjà remarqué : « Et il y a toujours tant de bruit dans cette église, que tu te crois sur les foires. La dévotion y compte peu ; ce très grand apôtre aurait mérité une révérence bien plus forte » ; « Itinerarium hispanicum Hieronimi Monetarii (1494-1495) », Revue hispanique, 48, n. 113 (1920), p. 1-178, ici p. 98 : Et continuo tandis clamor est in ecclesia populi, ut nundinas crederes. Modica ibi devocio est : dignus esset sanctissimus apostolus ut maiori reverencia veneraretur. Et "Thomas More, en défendant dans son pamphlet Dialogue Concerning Heresies (1528) la pratique du pèlerinage, nous laissait penser qu'il existait des problèmes troublants dans ces lieux de dévotion.

5 De imitatione Christi, Liber I, cap. XXIII, 2. Comme l'écrivait Érasme dans son De votis temere susceptis, on ne retournait pas plus saint (nihilo sanctior) d'un pèlerinage, mais bien pire (multis partibus deterior), car il s'agissait souvent d'un voyage long et inutile (longinqua peregrinatio frustra suscepta) ; voir aussi mon essai « Travel and Travel Writing : An Historical Overview of Hodoeporics », Annali d'Italianistica, 14 (1996), p. 13-14.

6 Le voyageur anonyme des Discours viatiques de Paris à Rome et de Rome à Naples et Sicile [1588-1589], L. Monga (éd.), Genève, Slatkine, 1983, après avoir été arrêté par les gardes du gouverneur de Chivas qui l'avaient soupçonné d'espionner les fortifications, décida « de n'aller plus à l'entour des villes sans [être accompagné par des] hommes de dedans » (ibid., p. 55).

7 Dont les « bons livres bien choisis » (buenos libros bien escogidos) étaient souvent « fort dorés et très peu lus » (muy bien dorados y muy poco leídos), comme le remarquait Antoine de Brunei à l'Escorial (José García Mercadal, Viajes de extranjeros por España y Portugal, 3 vol., Madrid, Aguilar, 1952-1962, vol. 2, p. 436).

8 Un mercante di Milano in Europa : Diario di viaggio del primo Cinquecento, L. Monga (éd.), Milano, Edizioni Universitarie Jaca Book, 1985.

9 Ibid., p. 56 : circa a venti camarette di legne, tutte piene de diversi animali et varii et de ogni sorte. Près de Bruxelles, Leo von Rozmital visita de son côté le zoo du Duc de Bourgogne (cf. The Travels of Leo of Rozmital through Germany, Flanders, England, France, Spain, Portugal, and Italy, 1465-1476, Letts, Cambridge, The Hakluyt Society, 1957, p. 27 ; selon la traduction anglaise, ce serait un « zoological garden »). Il en va de même du Cardinal d'Aragona, en 1518, mais de Beatis l'appelle « un grand parc avec des cerfs, des boucs et d'autres animaux » (Die Reise des Cardinals Luigi d'Aragona durch Deutschland, die Niederlande, Frankreich und Oberitalien : 1517-1518, beschrieben von Antonio de Beatis, Ludwig Freiburg, Herder, 1905, p. 116 : un gran parco con cervi caprei et altri animali ; on en verra une description dans Alexandre Henne & Alphonse Guillaume-Ghislain Wauters, Histoire de la ville de Bruxelles, Bruxelles, Perichou, 1845, vol. 3, p. 230 ; voir aussi Pero Tafur, Travels and Adventures, 1435-1439, M. Letts (éd.), Broadway Travellers, 1926, p. 196.

10 Tafur, Travels and Adventures, op. cit., p. 200 : as honest as churchgoing with us ; cf. The Travels Rozmital, op. cit., p. 31.

11 Un mercante di Milano, op. cit., p. 144 : li possono essere circa a casette cento cinquanta, et et molto polite, et li lecti de le puttane sono tutti benissimo in ordine, con tre ο quattro matarazi per letto, et con li soi moschetti [rideaux] molto belli, ma il più bello è a vederlo la nocte, perché non c'è femina alcuna che a l'uscio non tenghi tre ο quattro candele attacate al muro, et altre tante in casa, di sorte che tutta la nocte che reluce tutto. Pierre Bergeron décrit ainsi le bordel de Barcelone : « Le lieu est fermé et soigneusement gardé par certains officiers armez à ce qu'il n'y arrive scandale. Là les dames de joye sont assizes devant leur porte dans des chaizes de boys, chantans au son d'un petit baston qu'elles manyent dextrement entre leurs doigtz, quelquesfois d'un tambour quarré ou autre instrument musical. On les revisite tous le s samedys, et celles qui sont trouvées avoir du mal sont sequestrées et pansées. Toutes leurs maisons ou logettes sont basties d'une mesme sorte en forme de cellules de moynes en ung cloistre et y a certaines taxes proportionnées pour ceulx qui les vont veoir » (« Relation d'un voyage en Espagne », p. 449). Un voyageur anonyme français remarquait qu'à Florence « on ne voit pas d'honnestes femmes aux jours ouvriers. Je crois - ajoutait-il - que leurs maris ont peur qu'elles se perdent ou s'esgarent : ainsi toutes celles qu'on veult garder chastes ne sont point veues. Non que pour cela il te soit deffendu de voir des femmes, car il y en a encores plusieurs en cinq ou six rues, entre lesquelles, sy tu as de l'argent et du quatrain, feusses-tu le plus layd du monde, tu [ne] seras que tresbienvenu » (Discours viatiques, op. cit., p. 81). L'on remarquera en passant que les voyageurs étrangers en Italie visitaient souvent les églises des couvents féminins pour au moins entendre des voix féminines ; puisque la société italienne reléguait les femmes dans leurs maisons, le visiteur étranger, sauf dans des villes comme Venise et Rome où l'industrie de la prostitution était développée, se voyait obligé de recourir à ce subterfuge. Dans le prologue du Décameron, Boccaccio avait livré aux dames ses contes pour les aider à oublier leurs peines d'amour, dans l'isolement de leur maison où les tenaient leurs maris à qui il était permis de sortir : ristrette da'voleri, da'piaceri, da'comandamenti de'padri, delle madri, de'fratellie démariti, il più del tempo nel piccolo circuito delle loro camere racchiuse dimorano, e quasi oziose sedendosi,volendo en non volendo in una medesima ora, seco rivolgono diversi pensieri, li quali non è possibile che dempre sieno allegri.

12 Un mercante di Milano, op. cit., p. 144 et 100 : troppo belle, parono dee, et tanto polite quanto sia possibile. Non seulement les marchands, mais aussi les ecclésiastiques ne manquaient pas de montrer leur admiration pour le beau sexe : le chanoine qui rédigea le récit de voyage du Cardinal d'Aragone et l'abbé Sebastiano Locatelli dans son Viaggio di Francia (1664-1666) montrent dans de nombreux passages leur intérêt pour la beauté féminine et les différentes façons de s'habiller des femmes dans les pays où il sont passés : naturellement, la mode est un aspect de la civilisation où se joignent l'histoire et le goût. Les voyageurs laïcs, à leur tour, ne déniaient pas la beauté de certaines religieuses. Tetzel, qui accompagne Leo von Rozmital, n'hésitait pas à avouer qu'à Cologne « il y a un magnifique couvent de femmes et les plus belles religieuses que j'aie jamais vues » (there is a stately nunnery and the most beautiful nuns I have ever seen) et à raconter que son maître, dans la petite ville de Neuss, avait été invité à un bal (a fine dance) dans un couvent où les nonnes étaient au courant des danses à la mode : « elles savaient toutes les meilleures danses » (knew all the best dances) ; The Travels of Leo von Rozmital, op. cit., p. 23-24.

13 Il remarque que l'église de Saint-Antoine de Vienne, par exemple, « est très belle et a une belle façade » (è molto bella e ha una bella fazata) ; « il y a un orgue, très grand et très beau [...], le plus beau et le meilleur que l'on puisse trouver [...], et moi je l'ai vu et entendu » (li è uno grandissimo organo bellissimo [...], il più bello e meliore che si trovi [...], e io l'ho visto e udito). À Vienne, il trouve « trois ou quatre belles églises » (3 o 4 belle giese), mais il admire surtout les cloîtres du couvent des cordeliers (inchiostri bellissimi e grandissimi) (Un mercante di Milano, op. cit., p. 51).

14 Un mercante di Milano, op. cit., p. 63. Le voyage de Leo von Rozmital rapporte les mêmes intérêts que montraient les marchands et ecclésiastiques de son époque pour les reliques et les églises (cf. The Travels of Leo of Rozmital, op. cit., p. 19-24).

15 Cf. ibid., p. 22, 25.

16 Manuel C. Díaz y Díaz, « La Epistola Leonis Pape De Translatione Sancti Iacobi in Galeciam », Compostellanum, 43 (1999), p. 517-568, ici p. 533 : la necesidad de ir embelleciendo poco a poco la escueta y esquelética narración de la primera redacción.

17 L'étymologie des interlocuteurs de ce dialogue d'Érasme, Menedemus (« reste-chez-soi ») et Ogygius (« niais »), suggère le ton de la pensée de l'écrivain. Car Ogygius, qui avait demandé des preuves de l'authenticité de certaines reliques, n'obtint aucune réponse, sauf un rappel à la foi qui rend le pèlerin honteux d'avoir douté : puduit me mei, qui subdubitassem (p. 480), un détail qui rappelle le passage du marchand milanais.

18 Desiderius Erasmus, « Peregrinatio religionis ergo », in Opera omnia, Amsterdam, North-Holland Publishing Co., 1972, I, iii, p. 470-494, ici p. 494 : Sic domi obambulo, ingredior conclave curoque ut salva sit filiarum pudicitia. Rursus hinc in officinam, contemplor quid agant famuli famulaeque. Inde in culinam, circumspiciens, si quid opus sit admunitu ; hinc alio atque alio, observans quid agant liberi, quid uxor, sollicitus ut omnia sint in officio. Hae mihi sunt stationes Romanae.

19 L'histoire légendaire de Marie-Madeleine, que la tradition provençale confondait souvent avec la pécheresse qui avait lavé les pieds du Christ, allait être démolie (non sans une violente dispute entre Dominicains et Jésuites) entre 1641 et 1644, en même temps que le P. Jacques Sirmond, s.j., niait l'identité de l'évêque parisien saint Denis avec Denis l'Aréopagite. On verra une discussion bibliographique dans mon édition d'un journal de voyage : Travels through France and Italy 1647-1649, Genève, Slatkine, 1987, p. 156-157.

20 À propos de l'émiettement (littéral) des reliques, le cas de la tête de saint Jean le Précurseur est extrêmement intéressant ; on verra son histoire dans l'essai de H. Leclercq, « Reliques et reliquaires », in Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie (dorénavant DACL), Paris, Letouzey & Ané, 1948, vol. XIV, ii, p. 2355-2357. Il y eut au moins deux crânes de saint Jean, à Constantinople et à Jérusalem, au viiie siècle, puis autour de l'an 1200 l'émiettement de ces têtes se produisit et ces reliques entreprirent des voyages légendaires dont les détails nous amèneraient trop loin.

21 Voir Un mercante di Milano in Europa, op. cit., p. 41.

22 Ibid., p. 120-121.

23 Ibid., p. 121 : loco da magnare et legne et sale et certe altre cosuzze da nulla : del substantiale non li danno cosa alcuna.

24 Ibid. : le non lo metarò qui perché si lege ne la sua legenda.

25 Ibid., p. 157 : videlicet Santo Jacobo Maggiore et Santo Bernaba, [...] et li corpi di Santi Simone et Juda et Filippo et Jacopo Minore.

26 Ibid., p. 159 : Io credo ch'el [le corps de saint Jacques] sia in Compostella, perché tutto il mondo concorre là, et etiam hanno in Compostella una excommunicatione papale in qua excommunicantur omnes credentes dicto corpo essere in Tolosa aut alibi che in Compostella.

27 Ibid. : est credendum che il papa id fecerit habita diligentissima inquisitione super eo, et cognita veritate et non aliter.

28 Malgré nos efforts, nous n'avons pas réussi à trouver le document papal que mentionne notre marchand, mais nous savons que les milieux ecclésiastiques espagnols du xvie siècle ne doutaient pas de la vérité historique des légendes qui entouraient la présence de saint Jacques à Compostelle. Une lettre de Léon III est souvent mentionnée dans les documents semi-officiels comme l'Historia Compostellana (I, i, 20-39 ; voir la récente édition de l'Historia Compostellana par Emma Falque Rey, « Corpus christianorum, continuatio mediaevalis », Turnhout, Brepols, 1988, LXXXVIII-600 p.). Cette lettre, qui n'est pas de Léon III, mais d'un Pape Léon tout à fait imaginaire « qui aurait été contemporain de saint Jacques » (L. Duchesne, « Saint Jacques en Galice », Annales du Midi, 12 (1900), p. 145-179, ici p. 178), entrée dans la documentation pseudo-historique acceptée par l'establishment religieux local, est rapportée en entier par le P. Henrique Florez dans son España sagrada. Theatro geographico-historico de la Iglesia de España, Madrid, Antonio Marin, 1744, vol. III, p. 407-408. Elle fait état de la présence du corps de saint Jacques en Espagne (qualiter in Hispania integrum corpus beati Jacobi Apostoli translatum est ; 3 : 407), accepte le voyage miraculeux du bateau guidé par un ange (« Angelo Domini comitante ») à travers la Méditerranée, avec la panoplie de miracles qui l'entourent, et définit l'établissement d'une hiérarchie épiscopale en Espagne, directement liée à l'âge apostolique (ibid., p. 407). La lettre apostolique Deus Omnipotens de Léon XIII (novembre 1884) reconnaissait à Compostelle la légitimité de ses reliques : « Après les fouilles de 1878-1879 sous la basilique, le pape Léon XIII a reconnu en 1884 l'authenticité des reliques et de la tombe de saint Jacques » (New Catholic Encyclopedia, vol. XII, p. 1072 : After excavations of 1878-79 beneath the basilica [of Compostela], Pope Leo XIII in 1884 recognized the legitimacy of the relics and the tomb of St. James). Mais Dom H. Leclercq met ce document avec les autres « récits dénués de toute critique » (DACL 5, p. 418). S'agirait-il, encore une fois, d'un document papal ad homines, créé pour les seuls fidèles espagnols ?

29 Cf. The Travels of Leo of Rozmital, op. cit., p. 109-110.

30 Cf. ibid, p. 114 sq.

31 « Itinerarium hispanicum Hieronimi Monetarii (1494-1495) », Revue hispanique, 48, n. 113 (1920), p. 1-178, ici p. 94 : ad sanctissimam civitatem Compostellam venimus, in qua, ut dicunt, corpus Beati Jacobi Majoris, filii Zebedei et fratris Joannis Evangeliste, integrum quiescit.

32 Ibid., p. 98 : Corpus autem a nullo visum est. Etiam anno Domini 1487, dum Rex Castelle ibi esset, non vidit. Sola fide credimus, que salvat nos homines.

33 The Pilgrimage of Arnold von Harff [...] from Cologne through Italy, Syria, Egypt, [...] France and Spain [...] in the years 1496 to 1499, éd. Malcolm Letts, London, The Hakluyt Society, 1946, p. 275 : It is claimed that the body of St. James the Greater, Apostle, rests or lies in the high altar, other say in truth no, that he lies in Tolosa, in Languedoc, as I have written above.

34 Ibid., p. 262 : in [the church of St Saturninus] lies also six apostles, namely St James the Greater, St Simon and St Jude, St Philip and St James the Less, without his head, which is in Compostella in Galicia, and St Barnabas the Apostle.

35 Ibid., p. 275 : anyone who did not believe truly that the holy body of St James the Greater Apostle lay in the high altar, but doubted and therefore desired to see the body he would immediately become mad like a mad dog.

36 Ibid. : From this I have learnt all I wanted to know, and we went at once to the sacristy, where they showed to us the head of St James, the Lesser Apostle, and many other relics.

37 Cf. ibid., p. 262.

38 Introduction to Knowledge (1542), ch. xxii, p. 204-205 : doeth illude, mocke, and skorne the people to do idolatry, making ygnorant people to worship the thyng that is not here. We have not one heare nor bone of saynct Iames ; for saynct Iames the More [...] Carolus Magnus brought theym to Tolose.

39 Ibid., p. 205 : pretending to have had al the appostels bodies or bones to be congregated & brought together into one place in saint Seuerins church in Tolose, a citie in Lanawdocke.

40 Ibid., p. 204 : I assure you that there is not one heare nor a bone of Saint James in Spayne in Compostell, but only, as they say his stafe and the cayne the whyche he was bounde wyth all in prison, and the sychel or hooke, the whyche doth kye upon the myddell of the high aulter, the whyche (they says) dyd saw and cutte of the head of saint James the More.

41 Ibid., p. 204 : beynge there and illudyd ; et 205 : & there dwelt to knowe the trueth.

42 En fait, il s'agissait d'une des questions les plus curieuses au xvie siècle. À en croire le P. Henrique Florez, la tradition du passage de saint Jacques en Espagne avait été acceptée pendant de longs siècles presque sans problèmes, à une époque où les légendes chrétiennes n'étaient pas discutées. En pays catholique, le premier problème sérieux eut lieu au xvie siècle, lorsque le Cardinal Baronius, chargé par Clément VIII de la révision du bréviaire, dut analyser la leçon du bréviaire de Pie V à la fête de saint Jacques : se mantuvo en tan pacίfica possessión la tradición de su venida en España, que no se tiene notitia de que escritor alguno la negasse, sino sólo en tiempo de Baronio ya algunos empezaron a dudar, aunque no con fundamentos que contrarrestassen al assenso ; H. Florez, op. cit., vol. III, p. 41. Un long débat se déchaîna entre les historiens romains qui n'étaient pas tout à fait convaincus du séjour du saint en Espagne et leurs confrères espagnols qui acceptaient sa translatio, à la suite d'une longue tradition. Baronio voulait se limiter à reconnaître cet élément traditionnel : Mox Hispania adisse et aliquous discipulos ad fidem convertisse apud Hispanos receptum esse affirmatur ; ibid., p. 43. Mais la question tourna rapidement à la politique (l'on verra le volume Diligencias que se hicieron en Roma para restituir en los breviarios la afirmativa que se havia quitado acerca de la predicación de Santiago en España, Salamanca, 1646) : le 11 février 1600, le roi écrivait à son ambassadeur à Rome, le duc de Sessa, pour lui ordonner de protester auprès du pape. Le prieur de l'église de Palencia, Don Diego del Castillo, qui remplaçait le Duc de Sessa, se rendit à Rome et obtint qu'on acceptât un texte légèrement différent ; le Cardinal d'Avila, représentant du roi, se rendit lui aussi à Rome pour protester auprès du pape et obtint, finalement, que le bréviaire acceptât une version qui faisait état de la tradition espagnole : Mox Hispaniam adisse et ibi aliquos ad fidem convertisse Ecclesiarum illius provinciae traditio est ; ibid., p. 44.
Mais une guerre de pamphlets allait remuer cette question qui n'était évidemment pas seulement académique, car il en allait du prestige de l'Église espagnole : la gloria de haver sido España la primera que entre todas las nationes del Occidente oyó el nombre de Christo y le dió las primicias ; ibid, p. 45. Le P. Alexandre Natal publia à Paris un ouvrage dans lequel il niait toute évidence de la présence et de la prédication de saint Jacques en Espagne ; le Marquis de Mondejar lui répondit par un autre pamphlet (Zaragoza, 1682). Enfin, on reconnut que le passage de Santiago en Espagne était un fait « que en Roma no se puede poner en duda, hallándose plenamente decidida » (ibid.). Cela dit, Domenico Laffi, un curé de Bologne qui fit quatre fois le pèlerinage de Santiago, raconte dans son journal ses deux visites à Toulouse (en 1666 et 1673) sans mentionner les reliques de saint Jacques. Cela montrerait que, chez les fidèles, l'intérêt pour le double de saint Jacques avait déjà disparu vers le milieu du xviie siècle.
Aujourd'hui, les historiens sont d'accord pour refuser toute autorité aux documents espagnols, cf. Manuel C. Díaz y Díaz, « La Epistola Leonis Pape De Translatione sancti Iacobi in Galleciam », Compostellanum, 43 (1999), p. 517-568, qui déclare d'emblée (p. 519) que « no hace falta decir que esta autoría es más que fantástica » ; mais déjà en 1900 L. Duchesne (art. cité, p. 179) définissait le culte galicien de l'apôtre saint Jacques le Majeur comme un fait historique qui « remonte jusqu'au premier tiers du viiie siècle et s'adresse à un tombeau des temps romains que l'on crut alors être celui de saint Jacques ». Il admettait la possibilité de l'existence d'« indices graves » qui auraient déterminé les autorités ecclésiastiques à favoriser le culte de saint Jacques en Galice, mais il reconnaissait aussi que ces indices ne nous ont pas été transmis (ibid.). Dom H. Leclercq (DACL 5, p. 415) « estime à juste titre que "ce silence est une condamnation". [...] Par contre, certains historiens espagnols défendent encore la thèse que ses restes auraient été transférés au cours des premiers siècles de Palestine à Compostelle, en Galice, mais en dehors de l'Espagne cette thèse ne trouve plus guère créance dans le monde savant » (R. Aubert, « Jacques le Majeur », in Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques, sous la dir. de R. Aubert, vol. 26, Paris, Letouzey & Ané, 1997, p. 597-603, ici p. 598-599). Il s'agit, semble-t-il, d'une typologie qui prit naissance au viiie siècle et se répandit à travers l'Europe. Sur cette typologie s'inscrira au xiie siècle la légende de Jacques en chevalier matamoros, tueur des Maures, qui, en 834, serait apparu en brandissant une épée, lors de la bataille de Clavijo, une bataille « quelque peu légendaire » (Bartolomé Bennassar, « Saint Jacques : du culte au Mythe », in Toulouse sur les chemins de Saint-Jacques : de saint Saturnin au Tour des Corps Saints. Toulouse, Ensemble Conventuel des Jacobins ; Milan, Skira, 1999, p. 13-21, ici p. 13), pour soutenir l'armée chrétienne et mettre en fuite les Maures. L'épée de la décollation de l'apôtre se serait ainsi transformée dans le glaive qui aurait guidé l'armée chrétienne pour défendre son territoire contre l'Islam. Les dernières recherches historiques sur le culte de saint Jacques en Espagne semblent en accord avec les résultats acquis au début du xxe siècle : R. Aubert parle d'une « prétendue venue », car « aucun auteur espagnol avant la fin du viie siècle, ni Prudence ni Orose ni Idatius ni Martin de Braga ni Jean de Biclair ni Julien de Tolède, ne fait la moindre allusion à un apostolat de St Jacques en Espagne. Même silence chez Grégoire de Tours et Fortunat » (R. Aubert, art. cité, p. 601). Bartolomé Bennassar (art. cité, p. 13) conclut que « les malices de l'histoire ont fait de lui [saint Jacques] le patron et l'une des figures emblématiques d'un pays où il est infiniment probable qu'il n'est jamais allé et qui n'a sans doute tenu aucune place dans ses préoccupations ». Pour lui, avec la diffusion et rétablissement du pèlerinage à Santiago en Europe, l'iconographie de saint Jacques subit une évolution remarquable : le saint, objet de la dévotion, se transforme en pèlerin, s'identifiant ainsi avec les fidèles en marche vers son sanctuaire ; par la suite, les miracles personnels se transforment en miracles politiques, car Santiago est devenu chevalier foulant les Maures à ses pieds (cf. ibid., p. 18-19). Les messages que transmet cette iconographie alimentent le mythe du saint et son aide pour la « Reconquista » miraculeuse du territoire. Après la victoire franquiste, Arriba, journal de la Phalange, n'avait pas hésité à enrôler saint Jacques, ce « saint équestre à qui le Dieu des batailles [...] prête assistance. [...] Saint Jacques est pour nous celui de Clavijo, [...] décimant les Maures et faisant scintiller les cailloux au passage du coursier avec lequel il se rend au combat » (cité ibid., p. 21). « Suit une assimilation pour le moins hardie de la figure de saint Jacques au caudillo ! » (ibid., p. 21 ; c'est le titre d'un éditorial du quotidien madrilène Ya du 25 juillet 1943 : « ¡Santiago, caudillo de cruzados ! »).

43 Cf. Fernando López Alsina, « En el origen del culto jacobeo », in Carlos Estepa Díez, Pascual Martínez Sopena, Cristina Jular Pérez-Alfaro, El camino de Santiago : Estudios sobre peregrinación y sociedad, Madrid, F[undación de] i[nvestigaciones] m[arxistas], 2000, p. 11-31, ici p. 31.

44 Francisco Javier Pérez Rodríguez, « Santiago, espacio de poder : La tierra de Santiago y su evolución (siglos xi-xiv) », ibid., p. 33-76., pour la citation p. 72 : ocupa variaz zonas que se encuentran entre las más fértiles de Galicia y además, prácticamente todas la costas de las Rίas Bajas con su riqueza pesquera.

45 Cf. F. López Alsina, art. cité, p. 17.

46 Cf. T. Tobler, Descriptiones Terrae Sanctae ex saeculo viii, ix, xii et xv, Leipzig, 1874, p. 108-192, en particulier p. 161.

47 Un double de cette tête continua à être vénéré dans le couvent des Arméniens de Jérusalem même après la translatio de l'autre tête à Compostelle, comme l'écrit Hans von Würzburg : dans ladite église, on expose encore maintenant ladite tête aux pèlerins qui viennent ; ibid. : eadem testa adhuc in eadem ecclesia peregrinis advenientibus ostenditur.

48 Olivier Lamarque, « Reliques er miracles à l'église Saint-Jacques de Toulouse en 1491 », in Toulouse sur les chemins de Saint Jacques, op. cit., p. 85-93, ici p. 85.

49 Ibid.

50 O. Lamarque a étudié les aspects sociologiques et la typologie de ces miracles, qu'il considère comme relevant d'une « véritable légende dorée », organisée autour de divers éléments liés à une identité jacquaire légendaire (« Reliques et miracles », art. cité, p. 92) : Charlemagne fonde l'église de Saint-Jacques à son retour de Compostelle et y dépose des reliques du saint, une iconographie jacquaire indique la présence de ces reliques dans cette église et lie le culte du saint au « camino de Santiago » ; le Speculum sanctorale de Bernard Gui développe en 1318 une longue legenda jacquaire ; un siècle plus tard, en 1491, une nouvelle inventio des ces reliques les ajoute à celles déjà conservées à Saint-Sernin et relance le culte du saint à Toulouse. Mais O. Lamarque voit dans cette invention « une tentative, de la part des chanoines, de concurrencer Saint-Sernin, principal sanctuaire de Toulouse » situé de l'autre côté de la ville (ibid., p. 93). Cet élément politique revient dans une thèse de Denise Péricard-Méa qui voit dans l'inventio de ces reliques par Pierre du Rosier une tentative d'accéder au titre d'archevêque de Toulouse (voir ibid., n. 9).

51 Le nationalisme semble se juxtaposer souvent au phénomène religieux : pour rester dans le domaine des faits divers d'aujourd'hui, il nous suffira de relire les malheureux discours que tint l'ancien Lieutenant Général de l'Armée des États-Unis, William G. Boykin (devenu ensuite deputy Undersecretary of Defense dans le gouvernement de George W. Bush) dans des églises « fondamentalistes » où il soulignait que son Dieu, le dieu américain (we are in the army of God), était plus puissant que les idoles de l'Islam (voit les reportages du Los Angeles Times du 16 au 18 octobre 2003 et les débats qui s'ensuivirent). À cause de l'impuissance des forces armées traditionnelles contre le terrorisme, la guerre en Afghanistan et en Iraq a elle-même pris une dimension religieuse, « car nous sommes une nation chrétienne, car notre fondement et nos racines sont judéo-chrétiens, et l'ennemi est un type nommé Satan » ; Los Angeles Times, 18 octobre 2003, a6 : because we are a Christian nation, because our foundation and our roots are Judeo-Christian, and the enemy is a guy named Satan.

52 Luigi Monga, « Agiografia, geografia e agiopolitica nella Legenda trecentesca di Santa Bona da Pisa », in L'Italia nella lingua e nel pensiero, a cura di A. Mollica e R. Campa, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 2002, vol. 1, p. 121-134. En attribuant à cette sainte un nombre extraordinaire de pèlerinages er de miracles relatifs à ses voyages et en la définissant comme une sainte patronne des pèlerins, on voulait peut-être détourner vers Pise des visiteurs qui suivaient habituellement la route du pèlerinage à Rome passant par Lucques. Du reste, il semblerait que le Campo dei Miracoli, autour duquel se trouvent la Cathédrale, le Baptistère, le clocher et le cimetière monumental de la Pise du xiie siècle, bâtis à l'endroit où la « via francigena » joignait la ville, pouvait avoir une fonction de publicité visuelle pour les pèlerins venant du nord. Une nouvelle route des pèlerins (via francigena) aurait dû se former, qui allait attirer le tourisme religieux qui continuait à passer par Lucques, l'ancien ennemi de Pise, séparé de cette dernière par le Monte Pisano (per che i Pisan veder Lucca non ponno) (Dante, Inf. 33 : 30). Et la petite église de Santa Maria della Spina, un splendide exemple de l'art médiéval, avec ses reliques de l'épine du Christ, ajoutait un attrait supplémentaire pour le voyageur dévôt, le soustrayant au « Volto Santo » du Christ de la cathédrale de Lucques pour lui montrer, près du quartier de Saint-Martin, le corps de Bona da Pisa, la sainte femme qui, selon la légende, avait fait cinquante fois le pèlerinage de Santiago de Galice.

53 C'est ce qu'il y a de plus naturel pour établir sans ambages l'avantage religieux de l'Espagne sur la France. Que Charlemagne et ses successeurs aient finalement sauvé l'Occident du danger islamique paraissait un élément relativement temporaire dans l'économie de l'histoire moderne, puisque le royaume de Grenade n'était tombé définitivement qu'à la veille de Lépante et les relations étroites qu'entretenait la France avec la Porte avaient empêché à la « fille aînée de l'Église » de participer à la Sainte Ligue proposée par Pie V.

54 Voir DACL 14, p. 2358 et ibid., 3, p. 764-769. Sans oublier que, comme le remarquait Dom Leclerq, « le culte des reliques était si ardent qu'il fallait donner continuellement des éléments nouveaux à la piété [des fidèles]. Il semble même qu'il y eut des saints à la mode, d'autres qui, on ne sait pourquoi, tombaient dans l'oubli » (DACL 14, p. 2359). Ceci expliquerait des siècles de hiatus dans l'activité de la piété autour des reliques, à Compostelle aussi bien qu'à Toulouse.

55 Agnès Dubreil-Arcin, « Saint Saturnin et saint Jacques dans le légendier de Bernard Gui », in Toulouse sur les chemins de Saint-Jacques, op. cit., p. 127-135, pour la citation p. 134.

56 Ceci dit, après ce voyage autour de reliques inventées à la recherche des raisons qui ont poussé les fidèles à embrasser aveuglément la légende jacquaise, nous ne serons pas surpris par l'élément de nationalisme qui n'est pas caché même dans l'analyse d'un homme d'Église aussi modéré et savant que Dom Leclercq, lequel conclut son examen des légendes autour du culte de Santiago en les définissant « d'aimables contes dont l'histoire légendaire de l'Église d'Espagne est remplie. Aucun pays n'a vu éclore une végétation légendaire plus déconcertante, mettant au service de ses affirmations : chartes, reliques, inscriptions, avec une intrépidité qui semble voisine de l'inconscience » (DACL 5, p. 412). Les « billevesées qui comblèrent de satisfactions les Espagnols du xvie siècle », pour reprendre les mots de Dom Leclercq, sont les mêmes, mutatis mutandis, qui avaient amené les Toulousains devant les reliques du même saint conservées dans leurs églises. Il est vrai que saint Jacques n'avait pas atteint en France l'importance nationaliste que Santiago avait gardée en Espagne après la Reconquista et qu'aucun personnage politique français n'avait officiellement utilisé l'image de saint Jacques à des fins politiques (voir sur ce point les analyses de Bartolomé Bennassar, Saint-Jacques-de-Compostelle, Paris, Julliard, 1970, surtout les p. 248-277). Deux livres significatifs, A la sombra del apóstol par Isidoro Millán (Santiago, 1938) et Santiago apóstol par Juan de Contreras, marquis de Loyoza (Madrid, 1940), ont utilisé l'histoire jacobéenne sans s'embarrasser de critique historique, rien que pour justifier la croisade franquiste, mêlant l'image de saint Jacques à celle de la Virgen del Pilar, un autre épisode de la tradition jacobéenne, pour expliquer la victoire miraculeuse des forces chrétiennes sur le matérialisme athée devant les murs de Saragosse (cf. Bennassar, op. cit., p. 260-261). Le discours politique autour de saint Jacques avait déjà été poussé à ses extrêmes limites par les Espagnols depuis longtemps et une fois transformé l'apôtre saint Jacques en Santiago matamoros et matarojos, il n'y avait plus d'espace religieux pour son double français. On restera néanmoins surpris que le savant Dom Leclercq ne se soit point penché sut la légende toulousaine pour essayer de la ramener à ses véritables sources historiques aussi précisément qu'il l'avait fait pour la mythologie du sanctuaire galicien.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.