Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Première partie. Itinéraires et espaces marchands : expériences de la mobilité, expériences du monde

Marchands en voyage dans l'Europe du second xviiie siècle

Étude de quelques carnets de route, récits et correspondances de marchands du Sud-Est de la France1

Gilles Bertrand

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été rédigé à l'occasion du 125e congrès des sociétés historiques et scientifiques (Lill (...)
  • 2 Hans Magnus Enzensberger, « Pour une théorie du tourisme », in Id., Culture ou mise en condition ? (...)

1Y a-t-il une culture spécifique du marchand en voyage ? L'intérêt de cette question ressort du constat que faisait le poète et écrivain Enzensberger en 1962 : « Les premiers hommes qui, de leur propre mouvement, se mirent en route pour des terres lointaines furent des marchands. En ancien hébreu, les mots "marchand" et "voyageur" étaient synonymes2. » L'ancienneté de cette expérience justifie à elle seule notre souci d'opposer le commerçant à la cohorte des soldats, des courriers, des étudiants, des pèlerins, des mendiants et des criminels, sans parler des réfugiés et des migrants ayant quitté le sol natal sous l'effet de contraintes économiques, politiques ou biologiques. Le marchand occupe en effet une place originale car, en général, il part non pas parce qu'il est damné ou veut satisfaire des élans de l'âme, mais pour répondre aux exigences de son commerce.

  • 3 La distinction entre marchand et négociant était nettement perçue dans la période qui nous intéres (...)
  • 4 Lettre de l'armateur bordelais Pierre Desclaux à son futur gendre Jean-Jacques de Bethmann, alors (...)

2Il est vrai que la tentative de définir un mode de déplacement attaché aux marchands se heurte à une double difficulté. Est-il tout d'abord légitime de se demander s'il existe des comportements et une vision du monde communs à un groupe si diversifié ? Identifier une façon de sillonner l'Europe suppose que les marchands constituent, à l'instar des ambassadeurs ou des naturalistes, une catégorie homogène. Or, en dépit des analogies, le terme recouvre du colporteur au commis voyageur et au négociant, voire au banquier ou au financier, une réalité composite3. Parmi les marchands qui parcourent l'Europe des Lumières, les objectifs sont en outre d'une grande variété. Il en est qui se déplacent, comme cela semble être le cas du négociant grenoblois Raby d'Amérique (1719-1779) en Italie, sans visée commerciale, pour de simples raisons d'agrément et d'apprentissage culturel : cette pratique les assimile aux nobles du Grand Tour et peut déboucher sur des récits détaillés. Les moins prolixes, mais aussi les plus nombreux, sont des colporteurs et des marchands courant les foires ou rendant visite à leurs clients et fournisseurs sans apparemment prêter attention aux aspects culturels des pays qu'ils traversent et sans chercher à consigner les particularités des lieux par où ils passent. C'est qu'il s'agit pour eux de conquérir des marchés, d'acquérir à bon prix des marchandises, de récupérer des créances impayées ou tout simplement de voir les correspondants de l'entreprise pour « cimenter leur amitié, estudier leur caractère et pour tâcher de connoître leurs facultés, afin d'établir [la] confiance avec connoissance pour n'être pas dupé par quelque mauvaise pratique4 ».

  • 5 Selon son descendant et premier biographe, c'est dès son mariage en 1778 avec sa cousine Charlotte (...)
  • 6 Pour Marseille, cf. C. Carrière, op. cit., vol. 2, p. 741. En ce qui concerne Bordeaux P. Butel a (...)
  • 7 Archives départementales des Hautes-Alpes (désormais ADHA), F 3484-4, f° 104. Cf. Bernard Oury, «  (...)

3D'autres encore ont rejoint un parent à Londres, à Amsterdam, à Hambourg, à Gênes ou à Cadix. Fixés dans un comptoir où se trouve une colonie de leurs conationaux, ils font plus ou moins souvent la navette avec leur localité d'origine, en n'ayant parfois en tête, comme Hyacinthe-Marcellin Borel (1756-1796), natif du Bez dans le Briançonnais mais qui travaille longtemps à Turin, que l'idée de s'y réinstaller5. Dans les grandes places comme Lyon, Marseille ou Bordeaux, des jeunes gens sont à leur tour envoyés un an ou deux à l'étranger auprès de la maison commerciale d'un parent pour se former à leur futur métier en renforçant les relations déjà nouées et en observant les places avec lesquelles existent des rapports6. Comme ils ont alors l'esprit assez libre, il leur arrive de doubler le séjour professionnel d'un voyage culturel et d'en rapporter des notes assez précises, à l'instar du Lyonnais Antoine-Henri II Jordan (1762-1835) dans son Journal de voyage en Italie et en Sicile écrit en 1787-1788. Quelques périples relèvent enfin du voyage d'aventures, tel celui de Jean-Jacques Prat, marchand de peaux vivant en Corse et qui, après avoir décidé de rentrer avec sa famille dans son Briançonnais natal en 1793, fut attaqué en mer, dépouillé de tous ses biens, emprisonné à Carthagène et au bout de quelques mois rapatrié chez un parent à Gênes avant de prendre par voie de terre le chemin de Briançon7.

4Même en les imaginant communes à ces catégories, les attitudes que nous décelons chez les marchands en voyage ne leur appartiennent par ailleurs pas toujours en propre. Si le réalisme, la prudence, le sens du concret et le goût de l'effort qui pointent dans certains carnets reflètent la longue habitude du maniement des marchandises, des hommes et de l'argent, on sait aussi que les pratiques et modèles culturels circulent entre des individus issus de milieux professionnels ou ayant des niveaux de fortune différents, dès lors qu'ils ont été éduqués dans un même collège ou ont partagé certaines tranches de vie.

5Le souci comptable, l'habitude de consigner les sommes dépensées pour le transport, la nourriture, l'hébergement ou l'achat de certains objets, le relevé scrupuleux des faits marquants de chaque journée, à commencer par les heures de départ et d'arrivée, nous frappent chez Raby d'Amérique ou chez Jordan, mais ces traits se retrouvent tout autant que les lamentations sur l'état des routes ou sur les aléas du climat dans un grand nombre de journaux de voyage de la seconde moitié du xviiie siècle. Les écarts par rapport aux durées de séjour et aux itinéraires que proposent les guides de l'époque ne sont pas davantage une particularité des marchands en voyage.

  • 8 Ni dans la classification de voyageurs proposée par Angiolo Tursi, ni dans celle de Paul Guiton le (...)

6L'hypothèse d'une spécificité mérite pourtant d'être formulée pour des raisons à la fois objectives et stratégiques. D'abord parce qu'à l'heure où le Grand Tour connaît une forme d'apogée en termes quantitatifs, entre la fin de la guerre de Sept Ans et le début de la Révolution (1763-1789), travaillent et se précisent en France une mentalité et des valeurs qui, sans les affronter de plein fouet, entrent en concurrence avec celles de la société de cour. Ensuite parce que l'idée d'une autonomie intellectuelle du voyage des marchands fut progressivement acceptée par le discours des Lumières, même si ce fut en sourdine et qu'elle a depuis lors été peu prise en compte par une critique qui a préféré annexer les écrits de négociants à ceux des gens de lettres ou des amateurs d'art lorsqu'ils acquéraient une certaine dignité littéraire, et les ignorer dans les autres cas8.

  • 9 Béat-Louis de Muralt, « Lettre sur les voiages », in Id., Lettres sur les Anglois et les François (...)
  • 10 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, 1 (...)

7Présente dans le Dictionnaire de Furetière (1690) à l'article « Voyage », la dimension commerciale y occupe une position marginale. Béat de Murait reconnaît certes que le négoce a été un facteur de l'extension des voyages — « à mesure qu'il s'est etendu, les Voiages sont devenus plus frequens & plus aisés à faire9 » —, mais on devine que pour lui cette pratique s'accorde mal avec un objectif de connaissance. Le constat dressé par Rousseau en 1755 est amer. Si le Négociant voyage, il est comme le Marin ou le Soldat dépourvu de tout regard philosophique sur les peuples : « il n'y a guéres que quatre sortes d'hommes qui fassent des voyages de long cours ; les Marins, les Marchands, les Soldats, et les Missionnaires ; Or on ne doit guéres s'attendre que les trois premiéres Classes fournissent de bons Observateurs10 [...] ». Dans l'Encyclopédie, Jaucourt privilégie la dimension culturelle du voyage — d'où son premier exemple : « On fait le voyage d'Italie » — et il souligne sa fonction d'« école de la vie ». À moins que le commerçant ne devienne un voyageur cultivé, ses déambulations ne sont pas dignes que le philosophe s'y attarde parce qu'elles sont limitées à la sphère matérielle.

  • 11 Sur l'histoire des rapports entre les négociants et le monde de la culture au cours du xviiie sièc (...)
  • 12 Joseph-Marie Gros de Besplas, De l'Utilité des Voyages, relativement aux Sciences et aux Mœurs, Pa (...)

8Parallèlement aux évolutions du discours pédagogique, le statut accordé au voyage des marchands s'infléchit néanmoins à partir des années 176011. Aux yeux de l'abbé Gros de Besplas, le voyageur le plus apte à observer l'humanité n'est ni le noble, trop fier, ni l'homme du peuple, trop timide, mais « l'homme du rang intermédiaire », dont le regard « se porte sans effort aux deux extrémités12 ». Le sage qui est ainsi décrit rappelle les héros du théâtre de Goldoni à Venise. Le caractère concret du voyage des marchands est célébré dans les années 1780, alors que se développe la revendication pour un savoir plus technicien. Le docteur Amoreux, lors d'un concours de l'Académie de Ly on en 1787, se livre à un éloge de l'expérience de son futur métier qu'apportent pour le jeune commerçant ses voyages à l'étranger :

  • 13 Pierre-Joseph Amoreux, « Essai sur la question, proposée par un père de famille, vrai Citoyen, et (...)

Le commerce [...] a rendu les voyages plus fréquents et plus nécessaires. [...] Un commis, en chaise de poste, se regarde comme l'ambassadeur de sa compagnie ; la dépense tourne autant à sa gloire qu'au profit des associés ; leur crédit et la correspondance s'accroissent à raison de la multiplicité des voyages ; le plaisir est tout pour le voyageur. Le voyageur commerçant apprend aussi à mettre un prix aux choses [...]. La maniere de priser les objets de commerce dépend de tant de circonstances, qu'il faut avoir vû pat soi-même, et s'être transporté sur les lieux où se traitent les affaires, les foires, les banques, les villes maritimes, etc. Voilà la véritable école ou se forme la jeunesse commerçante.
[...] Un jeune homme, qui qu'il soit, ne doit point regarder au-dessous de lui les détails économiques ; ils lui apprendront à conduire un jour ses propres affaires et à savoir en attendant d'où proviennent les revenus. Il aura souvent occasion dans ses voyages de connoître la différence des poids et des mesures, la valeur et le cours des monnaies, sur lesquels l'usage seul ne doit pas l'instruire13.

  • 14 Nous reprenons ici le titre d'un opuscule anonyme du xvie siècle, publié à Bologne chez Pellegrino (...)
  • 15 Il Viaggiatore moderno ossia la vera Guida per chi viaggia Con la descrizione delle quattro Parti (...)
  • 16 Ibid., p. 10 (c'est moi qui traduis).

9Par-delà l'apparent surgissement d'un intérêt pour le voyage des marchands à la fin du xviiie siècle, la continuité de l'attention que les éditeurs portent depuis la Renaissance à ce type d'entreprise est attestée par la longue tradition des guides et instruments pratiques. Héritier des listes de Poste necessarie a corrieri & viandanti14, le guide anonyme édité à Venise en 1775 par F. Locatelli sous le titre paradoxal de Il Viaggiatore moderno est présenté par le libraire comme adapté aux marchands, à ceux qui ont des correspondances étendues à l'étranger, dans la mesure où il montre les routes qu'ils peuvent emprunter et donne « les informations les plus importantes sur les villes et les lieux les plus remarquables qui se rencontrent par ces routes15 ». Dans l'adresse au lecteur sont aussi indiqués les buts qui permettent au négociant de se démarquer des princes, des hommes de lettres et des jeunes nobles : « après s'être informé de façon générale sur la qualité des lieux, et le génie dominant des personnes, il devra s'enquérir avec empressement des Ports, et des Places où le commerce est le plus important et le plus avantageux : quels sont les Produits de la terre, les Minéraux, les Arts, ou Manufactures, les Monnaies, les Poids, les Mesures, les Frets, et finalement tout ce qui peut avoir une relation avec la Marchandise16 ».

  • 17 La recommandation de l'Académie de Marseille pour le prix proposé en 1783 sur « le meilleur plan d (...)
  • 18 Tous les passages cités proviennent du Manuel du voyageur en Italie, ou nouvelle description de to (...)

10Un voyageur marchand idéal se dégage ici, mi-touriste, mi-enquêteur spécialisé, ayant besoin d'un savoir générique et minimal sur les territoires et les peuples, mais avant tout attentif aux diverses branches de l'économie et aux techniques servant sa profession. Sans être totalement nouvelle, cette figure correspond au modèle éclairé du négociant des années 1780, dont le rôle social qu'il s'apprête à jouer justifie qu'il possède une culture générale17. Elle est celle d'un bourgeois soucieux de l'utilité générale. N'ayant que faire des « détails scientifiques qui ne sauraient intéresser que ceux qui ont passé leur vie à cultiver les beaux arts », êtres « privilégiés » dans lesquels il ne se reconnaît plus, cet homme incarne le goût moyen de ceux qui s'occupent « des divers besoins de la société » tout en daignant, à la faveur de leurs déambulations, « donner quelques instans à la contemplation des principaux résultats de la civilisation générale18 ».

  • 19 Mario Pieri, « Dei Viaggi », in Operette varie in prosa di Mario Pieri, Corcirese, Milan, G. Silve (...)

11Issu d'une longue tradition utilitaire, le voyage des marchands tend donc d'une part à rencontrer les stratégies du voyage nobiliaire, fonds commun du voyage des élites, d'autre part à se constituer comme un modèle autonome, susceptible d'influer sur les pratiques des voyageurs non marchands. Le temps n'est plus loin où Mario Pieri dénoncera le commerçant qui « à la recherche de nouvelles richesses, et l'esprit tout barbouillé par l'appât du gain, [...] passe, sans daigner y jeter un regard, à travers les principales villes d'Europe, et met Trieste avant Rome et Ancône avant Florence19 ».

  • 20 Il en va ainsi des journaux de Foucher du Vivier, qui voyagea en Italie en 1762, de Jean Bonnaffé, (...)

12Quoi qu'il en soit, l'interrogation sur le regard marchand suppose d'identifier des sources où les individus racontent leurs expériences. Or celles-ci sont souvent noyées dans le flot de la correspondance commerciale ou familiale et des papiers de nature technique. La pratique culturelle des marchands en voyage est délicate à repérer faute de récits en nombre suffisant pour opérer des comparaisons. La perte de certains des rares journaux de voyage manuscrits est elle-même le signe de ce que le marchand ou ses héritiers ne les ont guère valorisés20.

13Il est cependant possible de réfléchir sur un certain nombre de traces, récits construits mais aussi lettres et documents comptables qui nous révèlent des fragments de la vie du marchand voyageur, sa vision du voyage, du monde, des personnes et des paysages découverts, sa façon de se déplacer à travers l'Europe. Nous nous y essaierons en envisageant successivement trois cas de figure, correspondant à trois types de sources disponibles.

Premier cas de figure : le marchand voyageur à travers des récits articulés

14En nombre plus réduit que ceux d'autres catégories de voyageurs, les journaux de marchands qui nous sont parvenus mettent en lumière des hommes de goût, amateurs d'œuvres d'art. Il est assurément difficile d'en percevoir la singularité par rapport à la masse des récits de voyage, car dès lors qu'ils écrivent ou dictent des notes le financier Bergeret de Grancourt (1715-1785) ou l'inspecteur des manufactures Roland de la Platière (1734-1793), et même l'imprimeur Émeric David (1755-1839) ou le jeune marchand de tissus Jordan s'identifient avec les autres voyageurs cultivés. De plus, cette source témoigne rarement d'un déplacement accompli pour les affaires de l'entreprise.

  • 21 Gilles Bertrand, « La perception de l'altérité italienne par les voyageurs marchands français dans (...)
  • 22 Jacques Savary, Le Parfait Négociant ou Instruction générale pour ce qui regarde le commerce des M (...)
  • 23 Toussaint-Bernard Émeric David, Voyages en 1787. Notes sur l'imprimerie, Paris, Bib. de l'Arsenal, (...)

15Des signes distinctifs ne peuvent pas moins être dégagés. Les ayant inventoriés ailleurs à propos du voyage en Italie21, nous nous contenterons de les évoquer rapidement en commençant par les itinéraires. Peu d'auteurs de ces récits sont des marchands allant de foire en foire, mais même si leur visée est surtout culturelle, ils élaborent certains repères urbains en adéquation avec leurs activités dominantes. Outre celle des foires, ils peuvent avoir présente à l'esprit la carte commerciale de l'Europe que dessine le Parfait négociant de Savary en fonction des « villes où il y a des Manufactures22 ». À la suite de Coyer ou de Lalande, les observations de Roland de la Platière restituent une géographie productive et commerciale de l'Italie. Parcourant, quelques années après son voyage dans la péninsule, le Sud-Est de la France, la Suisse et le Sud de l'Allemagne afin de prendre contact avec les correspondants de l'entreprise familiale et de repérer leurs techniques de fabrication, l'Aixois Émeric David lit le paysage en fonction de ses attentes du moment. À côté des dates inscrites en marge de son cahier de travail pour ponctuer le voyage figurent moins souvent les noms de villes d'art que ceux des imprimeurs ou libraires visités. Cela montre combien les critères professionnels jouaient un rôle important dans la constitution de sa géographie européenne23.

  • 24 Ibid., f° 23v-26r.

16Les journaux de voyage obligent à distinguer avec netteté entre le voyageur qui relate ses activités commerçantes, ne rencontrant qu'au hasard de la route une ville dont il évoque les monuments, et celui qui tout en provenant d'un milieu négociant a choisi d'effectuer un périple destiné à son éducation et à son amusement. Le mélange des genres n'en est pas moins fréquent. La présence de noms de négociants dans la liste des villes placée à la fin de son manuscrit sur l'Italie par Raby d'Amérique peut donner à entendre que son voyage ne fut pas de simple curiosité. À l'inverse, les finalités techniciennes du voyage d'Émeric en Suisse en 1787 ne l'empêchent pas de visiter à Berne la cathédrale, d'évoquer la figure de Guillaume Tell et de commenter les mœurs ou le système de gouvernement en vigueur à Zurich24. Les notes du jeune Jordan en Italie prouvent qu'il double son voyage d'affaires d'un voyage d'agrément en bonne et due forme.

17C'est surtout au niveau de la description que se manifeste dans les récits de marchands un regard plus analytique que celui de nombreux nobles et gens de lettres, dénotant une plus grande tendance à s'ouvrir sur les dimensions du présent et à prendre en compte les paysages situés entre les villes, les zones incultes, les montagnes et la mer. Très significatifs sont à cet égard les récits qu'ont laissés de leurs voyages en Italie entre 1764 et 1788 Raby d'Amérique, Émeric David et Antoine-Henri Jordan.

  • 25 Émeric David, Notes d'un voyage en Italie. 1781, Paris, Bibl. de l'Arsenal, ms 5946, f° 3v.
  • 26 Joseph Raby d'Amérique, Journal pour mon voïage de Provence et d'Italie... [1764], Bib. munic. de (...)

18Cette disponibilité tient tout d'abord au primat accordé à l'observation concrète. Le pays visité est approché par référence au métier qu'exerce le marchand et non pas uniquement à travers le filtre de l'histoire et de la richesse en œuvres d'art. Dans ce contexte sont prises en compte par Raby d'Amérique les évolutions de l'économie génoise et la « grande dépense » que nécessite l'entretien des canaux dans la plaine lombarde. Tout comme ce dernier, Émeric porte aux campagnes, cultivées ou non, une attention digne des enquêteurs et statisticiens de l'époque napoléonienne, jugeant entre Brignoles et Fréjus que « voilà des troncs d'arbres abatus qui se vendraient très bien, s'ils étoient près d'une ville ; ils en sont loin, ils pouriront25... ». Les marchands qui visitent l'Italie comparent les richesses qu'ils voient à celles qui leur sont familières. Ils s'intéressent aux objets à acquérir et si Raby observe plus volontiers les palais que les églises, il retient avant tout de ces dernières les marbres et autres objets précieux. Le seul commentaire sur des religieux est pour décrire non sans un brin d'ironie le « bien etre » et le confort qui émanent de la chartreuse de Pavie : « les religieux n'y mangent pas comme ceux de la Grande Chartreuse sur des assiettes de bois, ils sont bien nourris, aussi ont-ils tous la mine vermeille et un air de bonne santé26 ».

  • 27 Pierre-Jacques-Onésyme Bergeret de Grancourt, Bergeret et Fragonard. Journal inédit d'un voyage en (...)

19Un second trait caractérise le regard du marchand : la précision. Même si ce comportement ne lui est pas propre, il existe un modèle du voyageur comptable dans lequel le marchand se sent parfaitement à son aise et qui consiste à enregistrer les temps de parcours, heures de départ et d'arrivée, distances entre les lieux, noms des auberges et adresses de négociants, modes de transport utilisés et prix des courses, éventuellement à indiquer les tarifs sur lesquels le voyageur s'est accordé après une discussion avec le voiturier ou le patron d'une felouque. Il est vrai qu'à l'inverse de Raby d'Amérique, Bergeret de Grancourt n'évoque jamais aucun prix dans son journal de voyage. Mais le financier amateur d'art prône une visibilité maximale des objets qui correspond à son sens du concret et au besoin de les toucher pour s'en faire une idée correcte. Proche des idéaux de l'homme de science, sa méticulosité débouche sur une apologie de la mise au musée27. Rompus au maniement des chiffres, les négociants aiment quantifier la richesse des villes et empruntent volontiers aux guides des siècles précédents leur goût pour la mesure exacte des monuments.

  • 28 J. Raby d'Amérique, ms cité, f° 27v-28r, 37r, 36v ([éd.] F. Weil, op. cit., p. 343, 358, 357) ; c' (...)

20La perception que les marchands ont d'un pays comme l'Italie est enfin marquée au sceau de l'utilité. Un partage s'établit dans leurs journaux entre les choses qui se voient et celles qu'ils jugent au contraire inutiles parce qu'elles ne sont guère visibles. En dépit de son penchant pour les lettres, Raby pense qu'à Florence la bibliothèque publique n'est « pas aussi magnifique a beaucoup près que le reste » avec ses « 40 mille volumes en tout genre, mal reliés » et « cinq mille Manuscrits plus inutiles que Necessaires ». Les ouvrages de celle de Milan le déçoivent, car n'étant « presque tous couverts qu'en parchemin, cette épargne ote tout l'éclat d'une biblioteque ». De même le Dôme souffre-t-il à ses yeux de ce que « l'ouvrage une fois fini [...] le mieux travaillé de cette montagne de marbre ne paroitra de nulle part28 ».

  • 29 Bergeret, op. cit., p. 394 et 408-409 (c'est moi qui souligne).

21Le souci de clarté et de rationalité se retrouve chez Bergeret de Grancourt, pestant contre le temps perdu lorsque le monument visité, comme à Caserta, n'en vaut pas la peine ou que l'habitude des habitants de se lever tard rend vaines, comme à Venise, les courses matinales. L'itinétaire traditionnel des élites peut lui-même être mis en cause au nom de l'utilité. C'est ainsi que Bergeret, après avoir visité Gênes, Rome, Naples et Florence, décide précisément à Venise d'interrompre le voyage en Italie du Nord car « les villes se ressemblent presque toutes [...] les curiosités y sont rares et [...] pour un tableau souvent en mauvais ordre, on a fait beaucoup de chemin cher et inutile ». Même en Allemagne, la fermeture des galeries le dimanche « fait pour les étrangers un jour vuide et sans ressource29 ». De telles allusions trahissent un désir d'efficacité maximale dans les visites et elles ne sont pas sans évoquer le combat que menaient alors les autorités civiles et même ecclésiastiques contre le nombre trop important de jours chômés.

Second cas de figure : le marchand voyageur à travers la correspondance

  • 30 Les registres de correspondance de Jaget, négociant en étoffes à Grenoble, nous aident à saisir po (...)

22Susceptible d'être mobilisée autant pour reconstituer le rayonnement géographique d'une maison de commerce30 que la vie quotidienne de marchands pour lesquels le voyage tend à devenir un mode d'être, la correspondance est une source plus courante et accessible que les récits de voyage. Sa dispersion et son abondance même en rendent toutefois l'exploitation peu aisée dans le cadre d'une enquête sur la manière de se rapporter aux personnes, aux lieux, aux choses et à soi-même tout au long du voyage. Par souci de commodité, nous nous limiterons ici au cas de Dauphinois ayant circulé dans le monde alpin, tels F. Tansard, P. Gravier et surtout H.-M. Borel du Bez. Parti pour Turin en 1771, à l'âge de 15 ans, afin de se former au commerce de banque, ce dernier ne rentra au Bez, près de Briançon, qu'en 1788 afin d'y ouvrir une manufacture de chapeaux de feutre. Entre-temps, il s'occupa d'un commerce de toiles et draps en gros à Turin, rayonnant en Italie du Nord, rejoignant au moins deux fois par an son épouse au Bez et se rendant à l'occasion à Marseille (1779) ou Francfort (1785).

  • 31 Les courriers que nous avons examinés se trouvent dans la Correspondance reçue par Charlotte Gravi (...)
  • 32 Ce titre figure dans un inventaire de 75 titres de livres possédés par Borel dans le Briançonnais (...)
  • 33 Lettre de Pierre Gravier à son beau-frère Marcellin Borel, de Gênes, 10 mai 1785, ADHA, 1 J 301, P (...)
  • 34 Dans ce moment de crise où sans doute son épouse vient de lui reprocher de rester trop longtemps à (...)

23Des lettres écrites par Borel au cours de ses déplacements31 se dégagent des traits assez différents de ceux relevés dans les journaux de voyage. Ils ne préjugent évidemment pas des conclusions que nous pourrions tirer d'un plus vaste corpus, mais offrent une grille de lecture intéressante. En premier lieu émerge une relative indifférence au pays traversé. Certes Hyacinthe-Marcellin Borel examina au retour de Francfort la cathédrale de Strasbourg, si l'on en juge par la présence d'une Description de cette cathédrale dans l'inventaire de sa bibliothèque à Briançon32. De même à Gênes, où plus tard il travaillera, Pierre Gravier narre en 1785 son plaisir de la découverte des monuments : « aujourd'hui j'ai déjà vû en outre qques beaux palais, en dehors, et demain j'irai voir le dedans des plus magnifiques j'ai aussi été au-dessus de la coupole de l'eglise de Carignan, de meme qu'au sommet de la lanterne ou il y a 350 degrés [...] à monter ainsi jugez si de dessus cet hauteur j'ai vû loin en mer33 ». Dans les écrits du marchand qui se déplace pour acheter ou vendre, le primat des affaires est pourtant tel qu'en général le pays parcouru ne se distingue guère des pays voisins. La qualité de « ville étrangère » que Borel attribue à Turin dans une lettre datable de 1787, où il manifeste sa souffrance de l'exil, est révélatrice de l'absence d'une relation forte avec le territoire d'accueil34.

  • 35 Lettre de Hyacinthe-Marcellin Borel à son épouse, de Francfort, 24 mars 1785, in Correspondance re (...)
  • 36 Borel du Bez. Souvenirs. Voyages, ms cité, f° 8v-10r (où se trouve notamment l'expression de « tre (...)

24Cette tendance à appréhender le pays étranger comme une sorte de no man's land, de fond anonyme du décor, se vérifie dans la manière d'aborder les problèmes logistiques. Les obstacles matériels, pluie, froid, mauvais état de la route, difficulté à trouver des chevaux, mauvaises auberges, se retrouvent dans tous les pays, mais le risque d'accomplir un « très pénible voyage » est plus grand quand le marchand sort de son espace de circulation habituel. Les difficultés de langue qui gênent tellement Borel à Francfort n'existent pas pour lui en Italie et une anecdote que rapporte ce dernier au sujet d'un marchand allemand ayant coupé toutes les pièces de tissu en quatre alors que Borel lui demandait « un échantillon de chaque pièce » suffit à faire comprendre l'importance qu'avait pour le commerçant le fait de parler la langue du pays s'il voulait obtenir ce qu'il désirait35. Tandis que Borel se fait tranquillement envoyer la jument de Briançon à Suse à chaque fois qu'il s'apprête à retourner de Turin au Bez, nous le sentons inquiet en Suisse et en Allemagne, fortement soumis aux incertitudes du chemin et des voitures fournies par les maîtres de postes, très soucieux d'hygiénisme dans l'auberge de Soleure36. Sans en déduire que les marchands redoutent l'aventure, on peut penser qu'ils ont besoin de confort et qu'à l'instar d'ailleurs de la plupart des voyageurs de leur époque, ils craignent les situations imprévues.

  • 37 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages, ms cité, f° 11v-12v ; Correspondance reçue par Charlotte Gravier (...)

25Tout en suggérant une conscience aiguë de l'utilité des déplacements, les missives de Borel du Bez envoyées de Francfort, de Turin ou d'Alexandrie mettent l'accent sur les difficultés de la vie quotidienne du marchand en voyage. Elles disent les joies mais aussi la dureté du travail, mené jusque tard dans la nuit : « je n'y faisais pas encore attention [à mon rhume], n'ayant pas de temps à perdre pour faire mes affaires qui me devenoient plus pénibles qu'a un autre par la raison que c'etoit la premiere fois que je frequentois cette foire » (de Francfort, peut-être à sa femme en mars 1785) ; « mes affaires s'avancent, j'ai trouvé d'asses bonne marchandise et qui n'est pas chere, aussi je me suis chargé comme un Bidé, sans ce que j'achepterai encore » (de Francfort, à son épouse, le 24 mats 1785) ; « j'etois tres presse pour arriver à temps en foire d'Alexandrie » (de Francfort, peut-être à sa femme en mars 1785) ; « je travaille tout autant que les autres foires et depuis que nous sommes ici jamais le lit ne nous a vu avant minuit souvent bien longtemps après » (d'Alexandrie, à sa femme, le 8 oct. 1786) ; « me voila par consequent cloué au comptoir » (de Turin, à son épouse, le 9 déc. 1786)37.

  • 38 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages, ms cité, f° 11v-12r.

26De telles contraintes nous situent aux antipodes de la vie festive et mondaine que menaient les nobles étrangers à Rome ou Naples. Le marchand en voyage ne tolère pas la perte de temps. Il est plongé dans le mouvement des opérations d'achat et de vente, les exigences d'une comptabilité à remettre sans cesse à jour, le poids physique des marchandises, le souci de ne pas rater le début d'une foire ou l'obligation d'ajourner un retour au pays en raison de la surcharge de travail. Les éléments du décor urbain ou de la vie des habitants ne sont pris en compte que s'ils entrent en rapport avec l'activité du commerçant. Borel juge ainsi que ce que Francfort a « de plus remarquable » est « son heureuse situation sur le mein riviere navigable et qui la rend vivante », tandis que l'étonne à une demi-lieue de là le village de Boznen, où quatre-vingt pour cent des maisons sont composées d'auberges, de cabarets, de tavernes et de gargotes dans lesquels affluent « de malheureuses prostituées38 ».

  • 39 Dont les lettres écrites pendant son séjour à Gênes et Livourne en 1789-1791 ont été commentées pa (...)

27Si ceux qui se déplacent pour affaires ne s'attardent guère sur les monuments des villes qu'ils traversent, ils sont en revanche attentifs aux événements qui menacent de bouleverser l'équilibre des échanges. Dans l'Italie de la période révolutionnaire, les marchands qui ne profitent pas directement de la fourniture des vivres aux armées expriment leur grand désir de paix. Tout comme son homologue bâlois Félix Sarasin39, le jeune Grenoblois Frédéric Tansard témoigne de l'esprit de modération qui caractérise les marchands, désireux de s'accrocher aux chances de paix à chaque fois que celle-ci se profile à l'horizon : « L'on nous fait espérer une paix prochaine, écrit-il en novembre 1794, [...] cet evenement seroit on ne peut pas plus heureux, & l'on verroit reprendre les affaires avec fureur. » Et deux ans plus tard, en mai 1796 :

  • 40 Lettres de Frédéric Tansard à son père Pierre Tansard, 18 nov. 1794 (de Livourne à Gênes) et 11 ma (...)

l'espérance d'une paix prochaine soutient les esprits, Dieu fasse qu'elle soit générale, car il y a bien long tems que souffre l'humanité. Le commerce s'en ressent, & la maniere de travailler devient tous les jours plus épineuse, la confiance manque de plus en plus vu les derangemens qui se succèdent, & si une main puissante ne vient pas mettre fin à tant de maux je ne sai en vérité comment l'on fera pour aller en avant40.

  • 41 Sept lettres de M. Regny, de Gênes, ou de son fils « Regny fils aîné », adressées à M. Tansard, à (...)

28La place que les vicissitudes de l'actualité politique et militaire occupent dans la correspondance entre M. Regny et Pierre Tansard, le père de Frédéric, ou dans celle entre Pierre Gravier et sa sœur Charlotte, épouse de Hyacinthe-Marcellin Borel, montre à quel point les commerçants du Sud-Est de la France qui séjournent en Italie pendant le Directoire y sont sensibles41.

  • 42 Cf. sur ce thème Valérie Feschet, « S'écrire en famille, des sentiments déclinés. La correspondanc (...)
  • 43 L'état de santé est l'un des sujets favoris dans la correspondance des voyageurs marchands, et le (...)
  • 44 Frédéric Tansard dit ainsi à son père « toute la joie qu'éprouveroit ma sœur si elle avoit le plai (...)
  • 45 Émeric David, Voyages en 1787, ms cité, P 29v-30r.

29Les lettres des marchands originaires du Briançonnais attestent également l'importance que revêtait le lien épistolaire dans la vie des familles séparées par le voyage et la migration42. C'est que par-delà sa fonction économique le réseau des êtres proches, père, mère, épouse, frère ou beau-frère, cousin, constitue le plus efficace des remparts contre la nostalgie ou le sentiment de solitude qui étreint le voyageur. Les marchands privilégient l'ici sur l'ailleurs, la famille ou la patrie d'origine sur le monde extérieur, c'est-à-dire sur les habitants du pays étranger où ils se trouvent. Ils s'écrivent pour donner un signe de vie, remercier des informations reçues, parler des morts, des naissances et mariages, évoquer une santé souvent chancelante43, faire état des projets de départ, du rythme des affaires, du bon déroulement d'une expédition, parfois aussi pour charger le destinataire d'une commission de nature commerciale. Le goût pour les réunions familiales se manifeste autant chez les fils Tansard ou Bruny que chez Borel44. Le repliement sur soi, sur sa famille, se reconnaît d'ailleurs aussi dans le journal d'Émeric David, qui à Kehl médite sur l'ancienne forteresse « où Estienne David, notre grand oncle, est mon commendant, et auprès de laquelle peut-être ses deux fils furent tués dans la meme bataille ». Les imprimeries qui y prospèrent assurent même un pont avec l'activité de la famille aixoise : « Une des plus belles imprimeries de l'Europe est dans les lieux où commanda le fils et le frere d'un imprimeur45. »

  • 46 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages, ms cité, f° 8v-10r et 11v.
  • 47 Les aubergistes le savaient, qui aux dires du collégien Borel ne lui donnaient à manger à Embrun q (...)

30Éloigné des siens, le marchand fréquente au cours de ses périples de nombreuses auberges. Davantage que l'homme du monde, c'est à la sociabilité de ces dernières qu'il s'accroche pour se délasser des fatigues de la route. Ici se tissent pour le meilleur et pour le pire les solidarités entre gens du même métier. Dans une auberge de Soleure, en Suisse, Borel essuie les plaisanteries de ses compagnons et plus tard, à Francfort, il relate ce que lui ont dit d'autres négociants sur une foire « qu'ils connaissent depuis longtemps46 ». Les repas sont pour tout marchand un moment important et la compagnie d'inconnus qui partagent plus ou moins sa condition une occasion de contacts et un stimulant pour manger davantage47.

31Les papiers de jeunes négociants qui apprennent leur métier lors d'un séjour d'un an ou deux à l'étranger n'offrent bien sûr pas le même point de vue que les lettres envoyées par ceux qui se rendent dans les foires ou travaillent de longues années à l'étranger. La solitude affective et l'ennui de voyager seuls sont le vrai drame du marchand lorsqu'il ne jouit pas de la présence de compagnons comme Raby d'Amérique ou ne participe pas aux plaisirs du théâtre, des bals et des rencontres mondaines familiers à Jordan. Le meilleur témoignage de cette souffrance qui peut devenir mélancolie est encore une fois donné par Borel. Au retour d'Allemagne en 1785, il se sent certes « beaucoup mieux » qu'avec la poste dans la voiture que lui a prêté un négociant de Nîmes, mais c'est pour ajouter aussitôt : « aussi avois-je tout lieu de m'ennuyer car j'etois seul ». Occupant ses soirées piémontaises à faire les comptes, à lire ou parfois à écrire, il finit par exploser dans un courrier de plusieurs pages à son épouse, désormais lasse de ne pas le voir revenir dans le Briançonnais :

  • 48 Borel du Bez, lettre non datée à son épouse, sans doute de 1787, in Correspondance reçue par Charl (...)

crois-tu que ce soit par plaisir que je fasse des absences si longues, j'en souffre peut-être plus que toi, mais je devore en rugissant l'ennuy qu'elles me causent, si tu crois ma vie plus belle que la tienne tu te trompes, je te l'ai dejà dit, et je le repete, tu a (sic) au moins un moïen de consolation dans nos enfants que tu peux presser contre ton sein chaque fois que ton cœur le desire, pleurer meme en les embrassant, mais moi qu'un cruel destin tient toujours malgré moi — éloigné de ce que j'ai de plus cher, dans une ville etrangere [36v] seul au milieu d'un grand monde, perclus chez moi comme un hermite, n'en sortant que pour aller prendre mes repas, dis-moi quelle est la satisfaction que je puis avoir, conçois-tu que cela soit un bonheur48.

Troisième cas de figure : le marchand voyageur à travers les livres de compte

  • 49 Papiers Chalut-Lamure, Archives départementales du Rhône (desormais ADR), Archives du Tribunal de (...)

32Un troisième cas de figure nous amène à rechercher dans les livres de comptes et les carnets dits de voyage des informations que les marchands auraient laissées à propos de leurs déplacements. Si les registres de comptabilité et les papiers que nous avons consultés sur des maisons ayant fait faillite à Lyon et à Grenoble au xviiie siècle suggèrent l'ampleur des échanges pratiqués par une maison et indiquent les dates des opérations d'une période donnée, les noms des fournisseurs ou des acheteurs ainsi que leur localisation géographique, ils sont en revanche presque muets sur ce que furent la vie concrète du voyageur et les à-côtés de l'activité commerciale proprement dite. Les deux carnets de voyage de l'un des trois associés de la maison de draps lyonnaise Chalut-Lamure, dont l'un est daté de 1716, conservent ainsi des notations sur l'argent reçu et les achats à faire, des listes de correspondants à voir et surtout de nombreuses colonnes de chiffres : bien qu'ils se rapprochent davantage du pro memoria que du livre de compte, ils ne gardent aucune trace de l'expérience humaine vécue par Félix Borel dit Lamure49.

  • 50 Papiers Carny, ADI, II E 262 (ce dossier contient entre autres quatre carnets de voyage de la mais (...)
  • 51 Registre de Gaspard Bovier, 1782-an IV, Bib. munic. de Grenoble, R 7451. De nombreuses cartes repr (...)
  • 52 Papiers Ranguis, ADR, Archives du tribunal de la conservation des privilèges des foires de Lyon, 8 (...)

33Les quatre « carnets de voyage » de la maison Carny de Grenoble sont plus riches pour nous, car s'ajoutant à une volumineuse correspondance de 1 400 lettres, ils aident à reconstituer le volume des transactions pendant les vingt premières années de vie de la société (1739-1760) et proposent surtout une précieuse typologie des déplacements accomplis chaque année, parfois augmentée des chapitres de dépenses occasionnées par le voyage : Y. Eveno a ainsi pu établir à partir des dépenses et recettes consignées jour après jour sur ces carnets que dans les meilleures années l'un des responsables de la firme se rendait en avril ou mai en Suisse, surtout à Genève, pour s'y approvisionner en toiles, étoffes et draps, notamment de contrebande, qu'à la fin juin lui-même ou l'un de ses collègues allait à la foire de Beaucaire où il retrouvait la marchandise acheminée par des voituriers, rendant en chemin visite à ses débiteurs, qu'en septembre avait lieu le voyage annuel à Lorient pour la vente de la compagnie des Indes, et en décembre une tournée à la foire de Villeneuve-lès-Avignon, soit un rythme de deux foires par an et, entre elles, deux grands moments d'approvisionnements auxquels s'ajoutaient de plus courts voyages dans des villes proches, Voiron, Mens ou Lyon50. Tandis qu'à l'instar des registres de correspondance les livres de compte dessinent, comme celui de Gaspard Bovier, maître gantier à Grenoble, une géographie des réseaux de commerce et donc de la sphère d'influence et de contacts d'une entreprise, avec ses variations d'une année à l'autre51, les carnets de voyage retracent les routes effectivement suivies pat les marchands. C'est encore le cas, dans une plus faible mesure, avec les itinéraires de ses voyages en France accomplis dans les années 1760 par le gros commerçant en épicerie lyonnais Dominique Ranguis52.

  • 53 Papiers Carret, ADR, 8 B 730, liasse 23. Des six volumes réunis dans cette liasse nous intéressent (...)

34La quotidienneté du voyageur de commerce ressort de manière particulièrement nette dans un document de la maison de soieries Carrer et Cie qui figure dans le fonds du tribunal de la conservation des foires de Lyon. Il s'agit d'une justification des dépenses engagées à l'occasion de dix voyages accomplis entre mars 1765 et octobre 1774 par l'un des trois associés de la firme, Bonaventure Carret (1737-1779), à travers la France, les Pays-Bas autrichiens, la Hollande et l'Allemagne rhénane53. Sous le titre « Articles de mes frais de voyage sur lesquels prétendent maintenant Mrs Calar et Ferlat me faire diminution », l'auteur dresse de sa main une liste argumentée de ses dépenses pendant près de dix ans. Ce document de plusieurs dizaines de pages tient à la fois du registre de comptabilité, du récit retraçant une expérience de vie et de l'acte juridique. Dans le cadre d'un rapport de forces avec ses deux associés, Carret tente de justifier son train de vie assez élevé et ses pratiques sociales de commissionnaire. Sur la page de gauche figure, avec le montant de chacun d'entre eux, la liste des frais engagés, voyage après voyage. Sur la page de droite, face à chaque ligne de dépense, sont notées les protestations parfois très vives que Carret adresse à l'encontre de ses associés, avec indication des raisons pour lesquelles il estime qu'ils ont tort de ne pas le rembourser à la hauteur de ce qu'il a effectivement déboursé.

  • 54 P. Léon, (éd.), op. cit., p. 383 (pour les Seilhade) et 85 (pour la maison Carret et Cie).

35En écho aux voyages de Barthélemy Seilhade et de sa fille Rose, qui avaient ensemble sillonné la France entre 1724 et 1749 afin de trouver des marchés pour leurs taffetas, dorures et bas de soie pendant qu'une autre fille, Louise, restait sur place à Lyon, Bonaventure Carret croit lui aussi, depuis qu'il s'est lancé dans ses entreprises commerciales en 1762, à la nécessité de voyager pour écouler la marchandise et se « faire aimer et gagner la confiance de tous ceux que je vois54 ». Mais au début des années 1770 ont surgi les difficultés. Les voyages sont devenus coûteux par rapport au profit qui en était retiré, les créances rentrent mal et la concurrence s'accroît fortement entre représentants de différentes maisons. C'est dans ce contexte que se noue le conflit entre Carret et ses associés, à la veille de la liquidation de la société « Carret et compagnie », engagée peu avant 1775.

  • 55 Une vision plus complète des 14 voyages en réalité effectués par Carret de 1762 à 1778 est proposé (...)
  • 56 Le thème revient souvent ensuite, ainsi dans le 7e voyage (décembre 1769-juillet [août] 1770), dan (...)

36Complétée par le détail de l'itinéraire de cinq des dix voyages ici décrits55, la typologie des dépenses dont Carret revendique la légitimité permet de saisir des besoins quotidiens et aide à comprendre comment se déroulait l'existence d'un marchand qui était presque sans arrêt en déplacement. Nous décelons d'abord chez Carret une exigence de confort, de sécurité et de bien-être. Parmi les objets qu'il juge nécessaires et que ses associés ont refusé de lui rembourser, le commissionnaire cite un écritoire de voyage (1er voyage décrit, mars-juin 1765) qui « a servi dans les voyages à fermer les papiers » (2e voyage, [décembre 1765] janvier-juillet 1766), une « Epée », un « couteau de chasse » et « un couteau d'ivoire » qui tous trois étaient pourtant « pour l'usage du voyage » (4e voyage, novembre 1767-avril 1768). Il prône le recours aux fiacres à Paris pour mener ses affaires car « il seroit crüel de vouloir que je fis des courses a Paris qui m'étoient prescrittes a pied lorsque personne ne refuse une voiture. Vilenie [que de m'en refuser le remboursement] » (4e voyage56). Soucieux de sa santé, il motive ses dépenses de feu « quand il fait grand froid » (4e voyage) par une série de remarques acerbes : « pourquoi exigés-vous que je ne me chauffe pas dans le mois de décembre » (5e voyage, [juin] juillet 1768-janvier [février] 1769), « il faut bien me chauffer puisque vous avez bien voulu vous chauffer au magasin » (9e voyage, juin 1771-avril 1772), « le feu est juste » (9e voyage), « cela coute immensément partout, c'est aux frais du commerce, la preuve c'est qu'on fait du feu dans les magasins, et que c'est aux menus frais du commerce, pourquoi un voyageur doit-il geler de froid en route ? » (lettre finale).

  • 57 La préoccupation de sa santé est très sensible aussi dans la correspondance de Borel du Bez.

37Le besoin d'être pris en charge en cas de maladie se relie au souci de la santé, qui hante littéralement les marchands absents de chez eux pour plusieurs mois57 : « comment messieurs je prends la jaunisse en route [ici à Bordeaux] occasionnée par les fatigües et les grandes chaleurs, je reste deux mois malade et c'est à moi a payer ces frais entrepris pour les affaires » (2e voyage). Ayant été contraint de payer remèdes et chirurgiens à La Rochelle et à Bruxelles, Carret revient plusieurs fois à la charge : « j'etois malade 19.4 déduit [...] La loy lorsqu'un voyageur est malade [est que] le commerce paye » (3e voyage, [septembre] novembre 1766-[septembre] octobre 1767) ; « Lorsqu'un voyageur est malade c'est pour le commerce » (10e voyage, avril-octobre 1774) ; « Le voyage expose a des fatigues qui derangent la santé. je tombe malade et ce seroit a mon compte a payer ce qu'il m'en coûte pour me guérir ; c'est bien assés que j'aye le mal a moi seul » (lettre finale).

38Plus classiquement, la quotidienneté du voyageur marchand se révèle dans les dépenses inévitables de nourriture, qui évoluent avec les crises de cherté ou le changement de mode de transport : « la nourriture est plus chère en poste » (3e voyage), « je vous ai expliqué les motifs de chaque chose, comme de l'augmentation sur les jours de nourriture à cause de la cherté des vivres qui est survenue par tout le pais » (en conclusion du 6e voyage, mai-septembre [octobre] 1769) ; « ayant voyagé par les diligences j'ai voyagé ensuite en poste ce qui m'a entraîné dans des frais plus dispendieux surtout les vivres depuis 1765 ayant presque successivement doublé par tout » (lettre finale de Carret). À propos du logement Carret signale un problème spécifique du marchand lorsqu'il rayonne à partir d'un point de base tel qu'Amsterdam ou Bruxelles, et doit alors payer deux chambres pour une même nuit : « pourquoi s'il vous plait lorsqu'allant à La Haye ou Utrecht et Rotterdam je garde la clef de ma chambre et la paye, je paye alors [de ma poche] deux chambres par jour » (6e voyage). Si les carnets de voyage de Carny enregistrent le même type de dépenses pour les postes, le pansement et la couche du cheval, la diligence, les repas et le louage des chambres, ce que l'on retrouve dans les notes de toutes les catégories de voyageurs de cette époque, l'intérêt de l'état de frais de Carret est de mettre en lumière un comportement original, relativement dispendieux, et des points précis, objet de litige avec ses associés.

  • 58 Ce motif se rencontre dans la description de nombreux autres voyages par Carret. Ce dernier dit de (...)
  • 59 Papiers Carny, ADI, II E 262-1.
  • 60 Les exemples sont ici abondants : « donné à Bordeaux 3 diners pour affaires [...] pourquoi serois- (...)
  • 61 Ainsi : « remboursé en vin pour le repas donné à divers amis pour affaires, port de malle et autre (...)
  • 62 Ainsi : « achetté deux mouchoirs pour Col [...] il me prie d'achetter ces deux mouchoirs en Hollan (...)
  • 63 Ainsi : « comedie et voiture a M[a]d[ame] Bossy et ses filles [...] pourquoi sur mon compte c'etoi (...)

39La vie du marchand en voyage se donne aussi à lire dans les frais annexes. Les uns sont en France ou ailleurs le lot de tous les voyageurs, tels les étrennes, commissions aux garçons, aux domestiques, aux filles, aux crocheteurs, justifiées par les habitudes du pays de séjour, notamment en Hollande où cela est « l'usage » (3e voyage58). Comme à son habitude, Carret demande à en être déchargé : « il y a différentes étrennes et cadeaux qu'il est indispensable de faire suivant les usages des pays où l'on se trouve, c'est au commerce a les payer, et non point au voyageur » (lettre finale). D'autres dépenses relèvent davantage du travail du marchand. À côté des menus frais que Carny mentionnait en 1752 « aux crieurs, aux peseurs, aux commis de la direction, aux plombeurs59 », Carret en signale pour l'interprétariat : « pourquoi en prenant une commission pour le commerce seroit-ce a moy a payer une fille qui me facilite en parlant deux langues » (2e voyage). Il met surtout en évidence l'importance des moyens auxquels il a recouru pour remercier ses correspondants « en nature », c'est-à-dire en repas, dîners ou soupers60, en vin61, en mouchoirs parfois62, en café, en comédies ou bals offerts à telle dame et à ses filles63. Ces frais que l'on qualifierait aujourd'hui de réception sont présentés comme étant destinés à attirer des clients ou plus souvent à récompenser des services ou des fidélités.

40Derrière ces demandes de remboursement tansparaissent une pratique mondaine du voyage et une personnalité particulière de marchand. Un certain goût du luxe se devine dans une « depense extraordinaire en route occasionnée pour la célérité » (4e voyage) ou l'« Epée noire, crochet et boucles [...] [achetée pour] le deuil de la Reine » (5e voyage). En concédant à ses associés, dans sa lettre conclusive, le droit de lui reprocher l'usage des voitures à Paris et de ne pas le rembourser intégralement, Carret reconnaît implicitement qu'il a pu vivre au-dessus de ses moyens. Néanmoins il ne s'agit là que d'une concession tactique en vue de mieux asseoit la légitimité de son argumentation. Ainsi resurgit aussitôt à propos de Paris, dans la même lettre, le réflexe combatif de l'associé : « pour peu qu'on y aye des commissions a faire et qu'il fasse mauvais tems on ne peut y aller a pied, et j'y avois toujours beaucoup de personnes à voir ».

41Pour exceptionnel et singulier qu'il soit, ce document peu littéraire renvoie au statut que certains contemporains comme le docteur Amoreux confèrent au marchand en voyage. Une véritable économie du déplacement se dessine, avec son temps compté et mesuré. La précision dans le décompte des frais, dans la notation de la durée des séjours et dans celle des distances entre chaque étape n'est pas seulement destinée à se défendre et à montrer aux associés de Carret que les dépenses ont été effectuées dans l'intérêt du commerce. Elle est aussi la marque du souci d'encadrer le corps du voyageur dans un système de normes et de preuves plus contraignant que celui de la vie ordinaire.

  • 64 Un autre séjour dans les trois contrées rhénanes dure plus longtemps, soit dix mois et demi (juin (...)
  • 65 Les étapes entre Lyon et Bordeaux et entre Bordeaux et Rouen sont toujours les mêmes et toujours b (...)
  • 66 L'importance désormais acquise au xviiie siècle par les Pays-Bas, les Provinces-Unies et l'Allemag (...)

42Le calendrier annuel et la typologie des voyages de Carret sont différents de ceux que l'on déduit des carnets de la maison Carny ou de la correspondance de Borel du Bez. Le voyageur de commerce ne court pas ici les foires et ses courses durent si longtemps que quelques semaines seulement séparent parfois un retour d'un nouveau départ : aux séjours de trois à sept mois dans les Pays-Bas autrichiens, la Hollande et l'Allemagne rhénane, atteints en passant pat Paris (printemps 1765, fin de l'hiver et printemps 1768, été-automne-hiver 1768, printemps-été 1769, automne et hiver 1770, printemps-début de l'automne 1774), s'ajoutent des voyages plus longs encore, oscillant entre sept et onze mois et où le temps passé dans les contrées rhénanes est précédé d'un véritable tour de France (hiver-printemps 1766, hiver-printemps-été-début de l'automne 1767, hiver-printemps-été 1770)64. Carret s'arrête plus longuement là où se trouvent les relais privilégiés de la maison. En France il reste toujours un mois ou deux à Bordeaux et sur la route des Flandres il fait étape à Rouen65 ; dans le Nord les lieux de résidence prolongée sont Bruxelles et Amsterdam, véritables plaques tournantes à partir desquelles rayonne le marchand66.

43Peut-on, à partir de cet exemple, conclure à certaines régularités dans un mode de voyage qui obéit aux impératifs propres à chaque maison et se modifie selon le volume des affaires, le secteur d'activité et les aléas de la conjoncture ? Tandis qu'un rythme saisonnier des déplacements caractérise la maison Carny, une plus grande variété se manifeste chez Carret quant à leur durée et aux périodes choisies pour le départ, puisque deux des dix voyages effectués en dix ans commencent en hiver, trois au printemps, un en été et quatre à l'automne. Dans tous les cas néanmoins, de Carny à Carret ou à Borel, les voyages se répètent et les mêmes lieux et les mêmes personnes sont visités à intervalles plus ou moins réguliers. C'est là un écart fondamental avec le voyage des élites. Sur le déplacement pour raisons commerciales peuvent se greffer des épisodes de découverte et de plaisir : le souci dominant n'en demeure pas moins celui de l'utilité et de la relation avec des objets concrets. Même si des missions exceptionnelles existent, liées ou non à une situation de crise, le voyage est avant tout cyclique parce qu'il obéit aux lois du marché, à celles de l'habitude et de la confiance qu'il est sans cesse nécessaire de consolider avec ses interlocuteurs.

44La diversité des conditions, des modes de déambulation et des buts défie assurément, nous l'avons dit, tout portrait robot du voyageur marchand dans l'Europe des Lumières. Les sondages dans des sources variées mettent également en évidence des aspects qui concernent l'ensemble des voyageurs, des élites aux plus humbles. Mais les papiers marchands nous aident à cueillir au jour le jour des difficultés d'ordre financier ou affectif, moral, psychologique, hygiénique et physique, effets de la lenteur des déplacements. Souvent négligée par les spécialistes du voyage en général, absente des études sur le Grand Tour, la figure du marchand reste ainsi, dans la diversité même de ses objectifs, l'une de celles qui permettent le mieux de comprendre comment on se déplaça sur les routes d'Europe au xviiie siècle.

Notes

1 Ce texte a été rédigé à l'occasion du 125e congrès des sociétés historiques et scientifiques (Lille, 10-15 avril 2000). L'auteur remercie Albrecht Burkardt d'avoir bien voulu le publier dans le présent ouvrage.

2 Hans Magnus Enzensberger, « Pour une théorie du tourisme », in Id., Culture ou mise en condition ?, Paris, Les Lettres Nouvelles-Julliard, 1965 (éd. orig. Frankfurt-am-Main, Suhrkamp Verlag, 1962), p. 157.

3 La distinction entre marchand et négociant était nettement perçue dans la période qui nous intéresse. Le prestige plus grand du second est ainsi exprimé par Roland de la Platière : « Le mot de négociant, et la chose même, rapprochent du négociateur, l'homme à qui il peut être appliqué : comme lui, il a des relations, des vues, de grands intérêts ; comme lui, il faut qu'il connaisse l'esprit des nations, leurs lois, leurs mœurs [...]. Tout homme dont l'état et les fonctions n'offrent que la faculté et l'occupation d'acheter et de vendre, que ce soit au comptant ou à terme, pour de l'argent ou en échange d'autres marchandises, à commission ou à forfait, en gros et en détail, n'est qu'un marchand. » (Encyclopédie méthodique, t. 2, p. 1-2, cité par Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l'étude des économies maritimes, Marseille, Institut historique de Provence, 1973, vol. 1, p. 243-244).

4 Lettre de l'armateur bordelais Pierre Desclaux à son futur gendre Jean-Jacques de Bethmann, alors en voyage en Allemagne, 1745 (citée par Paul Butel, « Espaces européens et antillais du négociant. L'apprentissage par les voyages : le cas bordelais », in Franco Angiolini et Daniel Roche (éd.), Cultures et formations négociantes dans l'Europe moderne, Paris, EHESS, 1995, p. 359).

5 Selon son descendant et premier biographe, c'est dès son mariage en 1778 avec sa cousine Charlotte Gravier que Hyacinthe-Marcellin Borel, installé à Turin depuis 1771, fixa sa demeure familiale au Bez tout en continuant de séjourner fréquemment à Turin jusqu'à la fin de l'année 1788 (Commandant Borel du Bez, « Le conventionnel Borel du Bez (1756-1796) », Bulletin de la Société d'études historiques, scientifiques et littéraires des Hautes-Alpes, 1926, p. 1-70 et 181-231, ici p. 15-16).

6 Pour Marseille, cf. C. Carrière, op. cit., vol. 2, p. 741. En ce qui concerne Bordeaux P. Butel a montré la continuité de cette pratique tout au long du xviiie siècle à l'aide des registres de passagers embarqués (en l'occurrence surtout à destination de l'Irlande, de la Hollande et de l'Allemagne hanséate) et il évoque le contrat de mariage de Jean Boyer Fonfrède, stipulant en 1785 qu'avant de prendre place dans le comptoir familial le jeune homme, alors âgé de dix-neuf ans, devra « se transporter dans les pays étrangers pour acquérir des connaissances et se faire des relations avec les négociants des principales villes de commerce » (art. cité, p. 350-353).

7 Archives départementales des Hautes-Alpes (désormais ADHA), F 3484-4, f° 104. Cf. Bernard Oury, « De la Corse à Briançon. L'odyssée de Jean-Jacques Prat, marchand briançonnais (juin 1793-février 1794) », Bulletin de la Société d'Études des Hautes-Alpes, 1993, p. 107-113.

8 Ni dans la classification de voyageurs proposée par Angiolo Tursi, ni dans celle de Paul Guiton le voyage des marchands n'a trouvé place (cf. Gilles Bertrand, Paul Guiton et l'Italie des voyageurs au xviiie siècle, Moncalieri (Turin), CIRVI, Biblioteca del Viaggio in Italia, n° 56, 1999, notamment p. 18 et 152).

9 Béat-Louis de Muralt, « Lettre sur les voiages », in Id., Lettres sur les Anglois et les François et sur les Voiages, Genève, Fabri et Barillot, 1725, p. 465.

10 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, 1755, in Œuvres complètes, t. 3, Paris, Gallimard, Pléiade, 1964, p. 212 (on a conservé ici, conformément au texte de l'édition de la Pléiade, l'orthographe originale).

11 Sur l'histoire des rapports entre les négociants et le monde de la culture au cours du xviiie siècle, cf. Daniel Roche, « Négoce et culture dans la France du xviiie siècle », Revue d'histoire moderne et contemporaine, n° 25, juillet-septembre 1978, p. 375-395.

12 Joseph-Marie Gros de Besplas, De l'Utilité des Voyages, relativement aux Sciences et aux Mœurs, Paris, Berthier, 1763, p. 57.

13 Pierre-Joseph Amoreux, « Essai sur la question, proposée par un père de famille, vrai Citoyen, et au jugement de l'académie des Sciences, Belles-lettres et arts de Lyon : Les voyages peuvent-ils être considérés comme un moyen de perfectionner l'éducation ? », Bib. munic. de Montpellier, ms 90, p. 17 et 54.

14 Nous reprenons ici le titre d'un opuscule anonyme du xvie siècle, publié à Bologne chez Pellegrino Bonardo et conservé à la Bib. Ambrosiana de Milan.

15 Il Viaggiatore moderno ossia la vera Guida per chi viaggia Con la descrizione delle quattro Parti del Mondo..., Venise, Francesco Locatelli, 1775, p. 2.

16 Ibid., p. 10 (c'est moi qui traduis).

17 La recommandation de l'Académie de Marseille pour le prix proposé en 1783 sur « le meilleur plan d'éducation propre à la ville de Marseille, considérée comme maritime & comme commerçante », précise entre autres que celui qui se destine au grand commerce « ne doit pas se restreindre aux seules connoissances qui sont propres à cette profession, il doit se placer, pour ainsi dire, dans un lieu éminent pour étendre davantage ses idées & embrasser un plus vaste champ » (cité in Antoine-François Delandine, Couronnes académiques ou recueil des prix proposés par les sociétés savantes, Paris, Cuchet, 1787, t. 2, p. 15-16).

18 Tous les passages cités proviennent du Manuel du voyageur en Italie, ou nouvelle description de tout ce que ce pays offre de plus intéressant, de plus curieux et de plus instructif.... Milan, Jean-Pierre Giegler, 1818, introduction, p. I-XXII.

19 Mario Pieri, « Dei Viaggi », in Operette varie in prosa di Mario Pieri, Corcirese, Milan, G. Silvestri, 1821 [texte sans doute de 1812], p. 208.

20 Il en va ainsi des journaux de Foucher du Vivier, qui voyagea en Italie en 1762, de Jean Bonnaffé, qui fit avec son frère Etienne un tour à travers l'Europe en 1783-1785, et de Jordan, qui voyagea en Italie en 1788.

21 Gilles Bertrand, « La perception de l'altérité italienne par les voyageurs marchands français dans la seconde moitié du xviiie siècle », in Emanuele Kanceff (éd.), Lo sguardo che viene di lontano : l'alterità e le sue letture. Riflessioni e problemi in un mondo che cambia, Moncalieri, CIRVI, Biblioteca del Viaggio in Italia, n° 59, 2001, vol. 2, p. 801-848.

22 Jacques Savary, Le Parfait Négociant ou Instruction générale pour ce qui regarde le commerce des Marchandises de France, & des Pays Etrangers, in Œuvres de J. Savary, Paris, C. Robustel, 1721 (1re éd. 1675), « Du commerce d'Italie... » (seconde partie, livre 2, chap. 4, p. 125-129).

23 Toussaint-Bernard Émeric David, Voyages en 1787. Notes sur l'imprimerie, Paris, Bib. de l'Arsenal, ms 5947.

24 Ibid., f° 23v-26r.

25 Émeric David, Notes d'un voyage en Italie. 1781, Paris, Bibl. de l'Arsenal, ms 5946, f° 3v.

26 Joseph Raby d'Amérique, Journal pour mon voïage de Provence et d'Italie... [1764], Bib. munic. de Grenoble, ms 5600, P 39r. Ce journal a été récemment publié avec d'autres textes de Raby : Bréviaire philosophique (1760-1770), Journal pour son voyage de Provence et d'Italie (1764), Journal d'un voyage à Bordeaux, à Londres et en Hollande (1775), textes établis par Françoise Weil, Paris, Champion, 2004 (ici p. 360).

27 Pierre-Jacques-Onésyme Bergeret de Grancourt, Bergeret et Fragonard. Journal inédit d'un voyage en Italie, 1773-1774, Paris, May et Motteroz, 1895, notamment p. 368 et 409.

28 J. Raby d'Amérique, ms cité, f° 27v-28r, 37r, 36v ([éd.] F. Weil, op. cit., p. 343, 358, 357) ; c'est moi qui souligne.

29 Bergeret, op. cit., p. 394 et 408-409 (c'est moi qui souligne).

30 Les registres de correspondance de Jaget, négociant en étoffes à Grenoble, nous aident à saisir pour les années 1779-1798 un important réseau étendu à la France et à Genève (Bib. munic. de Grenoble, ms R 8696). On se reportera aussi dans ce volume à l'étude de Françoise Bayard sur le « quadruple espace européen » qui se dessine à la lecture des lettres reçues ou envoyées par le voyageur de commerce Carret (« L'Europe de Bonaventure Carret et de ses associés, marchands lyonnais, au xviiie siècle »).

31 Les courriers que nous avons examinés se trouvent dans la Correspondance reçue par Charlotte Gravier, épouse Borel, 1774-1800 (ADHA, F 3484-18), dans les dossiers Famille Borel du Bez 1702-1779 et 1780-1789 (ADHA, F 3484-20 et 21) et dans le Second fonds Borel (ADHA, 1 J 301). Nous remercions M. Bernard Oury de nous avoir communiqué un tableau des déplacements de Borel qui a permis de compléter notre dépouillement resté partiel.

32 Ce titre figure dans un inventaire de 75 titres de livres possédés par Borel dans le Briançonnais (Souvenirs. Voyages. Fragments d'essais littéraires, ADHA, F 3484-16).

33 Lettre de Pierre Gravier à son beau-frère Marcellin Borel, de Gênes, 10 mai 1785, ADHA, 1 J 301, P 438r.

34 Dans ce moment de crise où sans doute son épouse vient de lui reprocher de rester trop longtemps à Turin, Hyacinthe-Marcellin écrit :« [...] mais moi qu'un cruel destin tient toujours malgré moi - éloigné de ce que j'ai de plus cher, dans une ville étrangère seul au milieu d'un grand monde, perclus chez moi comme un hermite [...] » (lettre non datée à son épouse, ADHA, F 3484-18, P 36r-v).

35 Lettre de Hyacinthe-Marcellin Borel à son épouse, de Francfort, 24 mars 1785, in Correspondance reçue par Charlotte Gravier, ms cité, P 27r-v. Sur les quiproquos liés à la non connaissance de l'allemand, cf. aussi Borel du Bez, Souvenirs. Voyages, ms cité, f° 8v-9r.

36 Borel du Bez. Souvenirs. Voyages, ms cité, f° 8v-10r (où se trouve notamment l'expression de « tres penible voyage ») et 11r-12v. En ce qui concerne l'hygiénisme, Borel n'a rien à envier aux pratiques des Anglaises ou aux conseils un peu plus tard systématisés par Berchtold, lorsqu'il évoque « un lit sur lequel nous ne fîmes que nous jetter enveloppés de nos pelisses evitant bien soigneusement qu'aucune partie de notre corps ne touchat les couvertures tant nous craignions d'y gagner plus que d'y perdre ».

37 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages, ms cité, f° 11v-12v ; Correspondance reçue par Charlotte Gravier, ms cité, F° 16r, 27r, 29r, 32v.

38 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages, ms cité, f° 11v-12r.

39 Dont les lettres écrites pendant son séjour à Gênes et Livourne en 1789-1791 ont été commentées par Enzo-Giorgio Fazio, « Il tempo della Rivoluzione tra conflitti personali e coscienza politica. Testimonianze nella letteratura odeporica di alcuni viaggiatori tedeschi in Italia », in Emanuele Kanceff (éd.), Voyage et Révolution, II, Genève-Moncalieri, Slatkine-CIRVI, Biblioteca del Viaggio in Italia, n° 24, 1993, p. 333-361.

40 Lettres de Frédéric Tansard à son père Pierre Tansard, 18 nov. 1794 (de Livourne à Gênes) et 11 mai 1796 (de Livourne à Turin), Archives départementales de l'Isère (désormais ADI), 1 J 401 (Maison de commerce Tansard, Italie, Gênes).

41 Sept lettres de M. Regny, de Gênes, ou de son fils « Regny fils aîné », adressées à M. Tansard, à Turin, entre le 14 mai et le 19 nov. 1796, ADI, 1 J 401 (Tansard) ; lettres de P. Gravier à sa sœur, notamment au cours de l'an III, in Correspondance reçue par Charlotte Gravier, ms cité, P 164 et sq.

42 Cf. sur ce thème Valérie Feschet, « S'écrire en famille, des sentiments déclinés. La correspondance rurale en Provence alpine au xixe siècle », in Pierre Albert (éd.), Correspondre jadis et naguère, actes du 120e congrès national de sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, 23-29 oct. 1995, Paris, CTHS, 1997, p. 481-498.

43 L'état de santé est l'un des sujets favoris dans la correspondance des voyageurs marchands, et le « mal de tête » dont ils se plaignent est certainement l'effet d'un métier qui n'était pas de tout repos. Borel est de santé fragile et Regny dit avoir été empêché de répondre à trois lettres de M. Tansard à cause d'un « mal de tête terrible » (lettre du 14 juin 1796, de Gênes à Turin, ADI, 1 J 401, Tansard).

44 Frédéric Tansard dit ainsi à son père « toute la joie qu'éprouveroit ma sœur si elle avoit le plaisir d'aller passer quelque tems auprès de vous, mais le voyage me semble impossible dans les circonstances présentes ; mais si jamais cette réunion a lieu je vous avoue que je viendrois volontiers vous faire une visite pour quelques jours » (lettre du 11 mai 1796, de Livourne à Turin, ADI, 1 J 401, Tansard). Bruny fils aîné explique à M. Tansard que son jeune frère « eloigné de son pere depuis plus de quattre ans, etoit bien vivement impatient de le revoir, & me temoignoit une vive inquietude de voir se prolonger le voyage qui l'en tenoit encore separé » (lettre du 8 nov. 1796, de Gênes à Turin, ADI, 1 J 401, Tansard).

45 Émeric David, Voyages en 1787, ms cité, P 29v-30r.

46 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages, ms cité, f° 8v-10r et 11v.

47 Les aubergistes le savaient, qui aux dires du collégien Borel ne lui donnaient à manger à Embrun que les « restes des voyageurs qui logeaient a l'auberge ou j'etois en pension » (ibid., f° 8v). Et Borel lui-même, s'il suggère que le souper « est vitte fait quand on est seul », dit avoir bien conscience de la nécessité de se nourrir correctement : « oui je sais que vous me l'ordonnés, quand on a fait une aussi forte journée que celle d'aujourd'hui, montée en voiture, le reste a cheval sur des mulets et qu'on doit partir a quatre heures pour passer le Mont Cenis il convient de prendre des repas autant qu'on le peut » (ibid., f° 10v).

48 Borel du Bez, lettre non datée à son épouse, sans doute de 1787, in Correspondance reçue par Charlotte Gravier, ms cité, f° 36r-v.

49 Papiers Chalut-Lamure, Archives départementales du Rhône (desormais ADR), Archives du Tribunal de la conservation des privilèges des foires de Lyon, 8 B 738, liasse 13.

50 Papiers Carny, ADI, II E 262 (ce dossier contient entre autres quatre carnets de voyage de la maison Carny couvrant les années 1741 à 1753). Cf. Yves Eveno, « Une maison de commerce à Grenoble au milieu du xviiie siècle, la Maison Carny (1739-1768) », Histoire des entreprises, n° 11, mai 1963, p. 36-51. Je remercie aussi l'auteur pour les informations qu'il m'a transmises oralement.

51 Registre de Gaspard Bovier, 1782-an IV, Bib. munic. de Grenoble, R 7451. De nombreuses cartes représentant le rayon d'action des firmes ayant fait faillite ont ainsi été dressées dans le volume de Pierre Léon (éd.), Papiers d'industriels et de commerçants lyonnais au xviiie siècle. Lyon et le grand commerce au xviiie siècle, Lyon, Centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1976.

52 Papiers Ranguis, ADR, Archives du tribunal de la conservation des privilèges des foires de Lyon, 8 B 1154, liasse 14, contenant papiers de famille, successions, contrats d'apprentissage, itinéraires de voyages et notes de 1760 à 1766, factures de travaux domestiques, baux et ordonnances médicales pour les années 1714-1768.

53 Papiers Carret, ADR, 8 B 730, liasse 23. Des six volumes réunis dans cette liasse nous intéressent les deux derniers. Le cinquième comporte au début et à la fin quatre pages donnant la liste des « Liëues que j'ai fais dans ma Route commencée le 18 9bre 1766 [...] » et celle de quatre autres voyages accomplis jusqu'en 1770. Le sixième volume apporte des informations sur les dix voyages accomplis par Bonaventure Carret entre le 12 mars 1765 et le 17 octobre 1774, avec pour chacun d'eux le détail de ses dépenses et surtout un argumentaire destiné à en prouver la légitimité auprès des associés (registre sans titre mais où figurent les « Articles de mes frais de voyage sur lesquels pretendent maintenant Mrs Calar et Ferlat me faire diminution »).

54 P. Léon, (éd.), op. cit., p. 383 (pour les Seilhade) et 85 (pour la maison Carret et Cie).

55 Une vision plus complète des 14 voyages en réalité effectués par Carret de 1762 à 1778 est proposée dans ce même volume par l'article déjà cité de F. Bayard. Nous exploitons ici le seul registre des frais de voyage 1765-1774 en vue d'une comparaison avec les pratiques de quelques marchands voyageurs déduites de sources de nature variée. Les voyages auxquels nous faisons allusion ne comprennent donc ni les trois premiers voyages de Carret (de juillet 1762 à juillet 1764), ni le dernier (octobre 1776-août 1778). Les dates extrêmes de voyage données entre crochets sont celles, souvent plus larges que celles retenues par F. Bayard, qui parfois se dégagent à la lecture des deux derniers volumes de la liasse 23.

56 Le thème revient souvent ensuite, ainsi dans le 7e voyage (décembre 1769-juillet [août] 1770), dans le 8e voyage ([octobre] décembre 1770- [février] août 1771) et dans la lettre finale.

57 La préoccupation de sa santé est très sensible aussi dans la correspondance de Borel du Bez.

58 Ce motif se rencontre dans la description de nombreux autres voyages par Carret. Ce dernier dit des étrennes en Hollande pour les domestiques que « c'est l'ordinaire pour le commerce » (9e voyage), et évoque dans le même pays les commissions données aux crocheteurs (10e voyage).

59 Papiers Carny, ADI, II E 262-1.

60 Les exemples sont ici abondants : « donné à Bordeaux 3 diners pour affaires [...] pourquoi serois-çe a moy les payer » (3e voyage) ; « donné deux fois a diner a Grambu [...] nous avons fait d'assés jolies affaires avec luy pour cette politesse », « Dîner a Brousse 2.5 [...] il m'avait conduit dans les magasins c'est une politesse » (3e voyage) ; « donné à diner 10 fois pendant mon séjour à mes correspondants à Amsterdam » (5e voyage) ; « donné trois dîners à Reboul » (9e voyage), etc.

61 Ainsi : « remboursé en vin pour le repas donné à divers amis pour affaires, port de malle et autres menus frais » (2e voyage).

62 Ainsi : « achetté deux mouchoirs pour Col [...] il me prie d'achetter ces deux mouchoirs en Hollande, il ne m'en offrit pas le paiement parce qu'il nous avoit rendu plusieurs services, est-ce moi a les perdre » (6e voyage).

63 Ainsi : « comedie et voiture a M[a]d[ame] Bossy et ses filles [...] pourquoi sur mon compte c'etoit une forte commission qu'elle m'avoit donnée » (4e voyage) ; « souper, caffé, comédie à Hoyer [...] c'est un bon correspondant a qui j'ai fais cette politesse » (5e voyage) ; « aux Dames Col partie de bal [...] n'est-ce pas nos correspondants ? » (6e voyage) ; « partie de comédie à la famille Gillot et souper 27 déduits [...] pourquoi pour mon compte ? » (6e voyage). On retrouve les dépenses de comédies pendant les fêtes évoquées pour le 7e voyage et encore au 9e voyage, avec la comédie offerte à M[a]d[ame] de Reus et ses filles : « c'est une honnêteté où je fus obligé pour le commerce ». Il s'agit donc d'une pratique récurrente chez Carret.

64 Un autre séjour dans les trois contrées rhénanes dure plus longtemps, soit dix mois et demi (juin 1771-avril 1772), sans être précédé du classique voyage à Bordeaux. Sur le détail de l'ensemble des itinéraires de Carret, voir F. Bayard, art. cité.

65 Les étapes entre Lyon et Bordeaux et entre Bordeaux et Rouen sont toujours les mêmes et toujours brèves. Exceptionnel est le crochet par Saint-Malo en juillet 1767.

66 L'importance désormais acquise au xviiie siècle par les Pays-Bas, les Provinces-Unies et l'Allemagne rhénane par rapport à la péninsule ibérique dans la géographie du commerce lyonnais est encore une fois rappelée par F. Bayard, art. cité.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540