Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Première partie. Itinéraires et espaces marchands : expériences de la mobilité, expériences du monde

Communication, marchandise et religion : les négociants séfarades au xviiie siècle

Évelyne Oliel Grausz

Texte intégral

  • 1 Yosef Kaplan, « The Sephardim in North-Western Europe and the New World », in Haim Beinart (éd.), (...)
  • 2 Sur le transfert des marchands et marchandises consécutif au blocus général des ports flamands déc (...)
  • 3 Voir David Katz, Philo-Semitism and the Readmission of the Jews to England, 1603-1655, Oxford, 198 (...)
  • 4 Voir Familia, Religion y Negocio. El sefardismo en las relaciones entre el mundo ibérico y los Pai (...)

1La diaspora séfarade offre un matériau de choix pour une réflexion associant négoce, voyage et expérience religieuse. La gestation même de cette diaspora durant le second seizième siècle et le xviie siècle se donne à lire comme l'imbrication de logiques confessionnelles, migratoires et économiques. Si le développement des communautés séfarades en Italie se fait à partir d'impulsions princières, dans le dessein de développer le commerce avec le Levant, à Venise, à Livourne, avec les chartes de 1589 et la très libérale Livornina de 1593, le mode d'établissement des juifs portugais en Europe du Nord et de l'Ouest1 diffère sensiblement de ces modèles italiens, liés à la volonté du prince. En France, en Angleterre, en Hollande, à Hambourg, le développement de ces foyers séfarades relève davantage du « fait accompli », de l'installation d'un petit nombre de négociants entériné par la suite par l'octroi de privilèges, qui ouvrent à leur tour la voie à l'élargissement du groupe. C'est le cas des nouveaux chrétiens du Sud-ouest français, l'équivoque sur la tolérance et la définition du groupe n'étant levée officiellement qu'au début du xviiie siècle ; c'est le cas aussi des nébuleuses séfarades de Hambourg et Amsterdam, quoique leur sort soit très différent : à Hambourg le groupe obtient du Sénat une première charte très restrictive en 1612, assouplie par la suite, mais l'opposition du clergé luthérien et des bourgeois ne désarment pas tout au long du siècle, créant un climat de tolérance conflictuelle ; Amsterdam, offre un espace de liberté pour l'épanouissement de ce groupe, en l'absence de charte, seules quelques interdictions relatives aux rapports entre juifs et chrétiens étant énoncées. La naissance de ces deux foyers septentrionaux, ainsi que celle plus éphémère de ceux de l'Ouest français, comme Rouen, est à mettre en rapport avec le déclin brutal d'Anvers et la nécessité de trouver de nouvelles assises portuaires pour la redistribution des denrées coloniales2. Un demi-siècle plus tard, c'est aussi un complexe économico-religieux qui accompagne la réadmission des juifs en Angleterre, dont les Séfarades sont les agents et les premiers bénéficiaires : cette réadmission résulte de la convergence d'initiatives qui relèvent du millénarisme chrétien anglais, du messianisme juif, avec l'ambassade de Menasseh ben Israel à Cromwell en 1655 et du désir d'un groupe de pétitionnaires juifs portugais d'Amsterdam qui souhaitent ardemment, au lendemain de la chute du Brésil hollandais en 1654, trouver de nouvelles routes d'accès à l'espace caraïbe3. À partir de ces minorités marchandes agissantes, ces nations se développent avec deux caractéristiques démographiques majeures : l'afflux de migrants-fuyards d'Espagne et du Portugal, dont les temps forts sont bien connus pour le xviie siècle mais qui se poursuit fort avant dans le xviiie siècle, avec dans les années 1720 la concomitance d'une intense activité inquisitoriale aussi bien au Portugal qu'en Espagne. L'autre caractéristique est l'intense mobilité intradiasporique, et l'importance de la circulation des individus dans cet espace. Les recherches récentes ont mis en lumière la force continuée des liens entre la diaspora et l'espace ibérique, articulés autour des mobilités aventurières individuelles, des réseaux marchands et familiaux4. Au cœur donc des processus de formation et de déploiement de cette diaspora figure l'association entre mobilité, religion et négoce.

  • 5 David Sorkin, « The Port Jew : Notes toward a Social Type », Journal of Jewish Studies, 50 (1999), (...)
  • 6 É. Oliel-Grausz, « Networks and Communication in the Sephardi Diaspora : an added Dimension to the (...)
  • 7 Voir par exemple Michael Studemund-Halévy, Betahaim. Sefardische Gräber in Schleswig-Holstein, Glü (...)

2L'évocation des pôles majeurs de cette diaspora, Amsterdam, Londres, Livourne, Bordeaux, Hambourg, Venise, Smyrne, Curaçao, La Jamaïque, la Barbade donne à lire une dimension majeure de l'histoire de cette diaspora, sa configuration exclusivement maritime et son inscription dans les circuits du négoce moderne. Ce lien entre négoce, configuration maritime et appartenance juive a été formalisé avec pertinence au travers du concept de « Port Jews » et « Port Jewries », développé par deux historiens américains, David Sorkin et Lois Dubin ; il repose sur cinq points principaux, le rapport entre dispersion et établissement de réseaux commerciaux, la valorisation locale de l'activité négociante, l'octroi d'un statut légal favorable, un bagage culturel protéiforme qui distingue ces groupes des sociétés juives traditionnelles, l'organisation en communautés qui luttent pour imposer le judaïsme normatif5. Il m'a été donné de proposer un complément à ces marqueurs historiques, en proposant d'y ajouter la dimension centrale de la communication intercommunautaire6. Au-delà de l'évocation de ces processus historiques généraux, de ces liens entre négoce, voyage et religion, on pourrait donner bien des illustrations concrètes, qu'il s'agisse de la représentation de navires sur les tombes historiées des Portugais de Hambourg, Amsterdam, Curaçao, ou encore de l'habitude de se presser sur le port de Livourne lorsqu'arrivent les bateaux du Ponant, dans l'attente des gens, des nouvelles, des marchandises, comportement jugé intempestif par la nation juive livournaise qui édicte dans ses ordonnances de 1655 un article interdisant spécifiquement ces rassemblements7.

3Le propos de la présente étude est double : un questionnement tout d'abord sur le lien entre négoce et voyage dans le cadre de cette diaspora afin de cerner et ce qui la rapproche et ce qui la distingue des autres diasporas marchandes ou confessionnelles de l'Europe moderne. Pour ce faire, on abordera la question des mobilités négociantes séfarades, en s'interrogeant sur la part réelle du déplacement dans la construction des réseaux marchands : l'essentiel se joue autour de la circulation, non des hommes, mais de l'information, qui est tout autant agent de transfert culturel et de passage. Le second volet de cette étude portera donc sur la circulation et l'économie de l'information, en travaillant précisément sur l'articulation négoce/religion au sein des correspondances marchandes, à partir d'un corpus en voie de dépouillement, et en resituant cette communication marchande au sein des formes de communication à l'œuvre dans cette diaspora.

  • 8 Voir sur la formulation de ces questions Pierre Jeannin, « La profession de négociant entre le xvi(...)
  • 9 Public Record Office, Londres, Chancery Lane, State Papers, SP 44/386-SP 44/413, 1697-1784.
  • 10 Sur l'analyse de cette source, voir É. Oliel-Grausz, Relations et réseaux intercommunautaires dans (...)
  • 11 Archives départementales de la Gironde, 6B 45 P36, 24 avril 1714 ; 6B 45 f°123, 6 décembre 1715.

4Une question préliminaire, centrale et d'apparence iconoclaste s'impose : les négociants voyagent-ils ? Nullement rhétorique, cette interrogation a été formulée et abordée dans les travaux de Pierre Jeannin et de Jacques Bottin, soucieux des pratiques concrètes des acteurs du négoce. Elle appelle une réponse nuancée, pour les négociants en général comme pour les Séfarades : si le marchand est incontestablement mobile au xvie siècle, il gagne en sédentarité au fil des temps modernes, par le jeu du comptoir et des réseaux de correspondants. Les négociants les plus établis ne bougent guère, sauf situations exceptionnelles, Jacques Bottin en a fait la démonstration pour Rouen, et Pierre Jeannin souligne la différence, sur ce point, entre le commerce de proximité et le grand commerce lequel impose des modes de communication et de relations permanentes autres que par le déplacement. Il conviendrait de distinguer non seulement entre les types de négoce, mais aussi en fonction du niveau des négociants, le chef d'une maison marchande étant naturellement moins mobile que ses facteurs et autres auxiliaires, mais aussi en fonction de leur âge, le même individu pouvant évoluer entre mobilité et sédentarité8. Laissant de côté le comptoir, tentons de cerner dans ce premier point ceux qui voyagent. On peut les saisir, en mouvement, au moyen d'une variété de sources, parmi lesquelles les registres de passeports. Les sources anglaises comprennent des séries de passeports, délivrés par les secrétaires d'État à Londres par exemple, mais elles sont très hétérogènes et peu utilisables, sauf à titre ponctuel ou illustratif9. On dispose en revanche d'une très belle source pour notre propos, disponible pour la majeure partie du xviiie siècle, avec les registres de passeports délivrés à Bordeaux par l'Amirauté de Guyenne, lesquels exigent des passagers désirant s'embarquer par le port de Bordeaux outre un certificat délivré par le curé de la paroisse d'origine ou pour les juifs par les syndics de la nation juive portugaise, un signalement, certificat de bonnes mœurs et des renseignements sur la destination et le motif du voyage10. Pour les passagers juifs, pour l'essentiel Séfarades, la mention la plus fréquente, est la mention « pour affaires » : elle demeure ambiguë, car elle est parfois appliquée à des familles élargies avec enfants à la mamelle, à l'évidence enfuies de péninsule ibérique et en transit à Bordeaux, auquel cas il faut plutôt comprendre « pour affaires les concernant » ; elle est parfois heureusement précisée en « affaires de leur commerce », formulation qui désigne plus sûrement les déplacements pour raisons de négoce. Ces passagers-là voyagent le plus souvent seuls ou à deux, comme par exemple Joseph Henrique et Moise Crespe, Portugais de nation, âgés de 40 ans et 33 ans, portant perruques qui se rendent de Bordeaux à Amsterdam « pour y faire leur commerce », ou Moyes Aboab Fonseca qui s'embarque en 1715 « natif et habitant d'Anvers, juif de nation » qui se rend à Londres pour affaires le 6 décembre 171511.

  • 12 Robert Cohen, Jews in Another Environment. Surinam in the Second Half of the Eighteenth Century, L (...)

5Pour saisir à la fois ceux qui voyagent et ceux qui ne voyagent pas, on peut évoquer le cas de Raphael Fernandes, négociant de Surinam, qui traverse au moins cinq fois l'Atlantique entre 1759 et 1787 pour se rendre à Amsterdam : le détail d'une cargaison de 1768 fournit une liste des retours coloniaux : plusieurs douzaines de couvertures, 306 paires de chaussures, 66 douzaines de miroirs, 87 mouchoirs français, 71 paires de bas, deux boîtes de pipes, 44 boîtes de clous, 450 casseroles, et 30 bouteilles de gin hollandais, avec des additions idiosyncratiques puisqu'il rapporte aussi des pains azymes, une boîte à épices utilisée pour marquer la fin du sabbat et un livre de prières. Mais son voyage porte en creux la sédentarité de ceux qui lui ont donné procuration pour œuvrer à leurs affaires durant son séjour à Amsterdam12.

6Plusieurs figures récurrentes de ces mobilités séfarades peuvent être distinguées : tout d'abord les déplacements qui ont pour but l'expansion du réseau, « l'essaimage » d'une maison de commerce. La maison Castro développe, par exemple, en l'espace d'une génération et par une politique de mobilité planifiée, un réseau centré sur le négoce des diamants : David de Castro, de retour d'Inde vers l'Angleterre, meurt durant son escale à Livourne en 1700. Son fils, Salomon, qui épouse en 1710 Rachel fille du financier de Londres Abraham Bravo, vit à Dublin de 1721 à 1728, où il occupe un rôle notable dans la modeste communauté portugaise, puis revient à Londres, où il meurt en 1740.

  • 13 Louis Hyman, The Jews of Ireland, Londres, 1972, p. 32-34.
  • 14 Gedalia Yogev, Diamonds and Coral : Anglo-Dutch Jews and Eighteenth-Century Trade, New York, Leice (...)

7Sur ses sept fils, six tissent méthodiquement un réseau marchand centré exclusivement sur un produit, le diamant. Isaac, né vers 1726, s'installe en 1744 à Livourne, centre névralgique dans le trafic du corail. Il y achète le corail, qu'il expédie à David (1714 ?-1761) à Londres, d'où ce dernier l'envoie à Fort St George près de Madras, où s'est établi en 1749 Samuel (1725-1799). En paiement de ce corail, Samuel reçoit des diamants bruts qu'il adresse à son frère Jacob (né vers 1717) à Amsterdam, où ils sont taillés13. Salomon, le père, importait déjà de petites quantités de diamants dans les années 172014 ; avec la construction de ce réseau par les fils Castro, l'activité de la firme change d'échelle, pour rejoindre pendant une longue génération, celle des plus grands.

  • 15 Louis Hyman, op. cit., p. 32-34.
  • 16 Gedalia Yogev, op. cit., p. 159.

8Cet exemple montre également que la distribution des fils dans l'espace répond à certains usages, l'Inde étant réservée aux jeunes célibataires. Daniel (1730 ?-1790), se rend en 1757 à Fort St. George pour se former au commerce des pierres. Il prend le relais de son frère Samuel qui rentre à Londres en 1759, et se marie peu après. En 1766, Moïse arrive à Madras de Curaçao pour relayer à son tour Daniel, qui rejoint Londres pour convoler à son tour. Abraham est le seul à n'être pas engagé dans ce négoce polygonal ; il a succédé à son père au poste de secrétaire de la nation portugaise de Londres15. Reposant entièrement sur l'organisation d'une génération, la prospérité des Castro ne survit pas à cette génération, et leur maison retrouve vers 1760 un niveau d'activité modeste16.

9On pourrait aussi proposer pour cette figure d'essaimage, l'exemple de négociants bordelais soucieux de développer le négoce avec les îles, et les nombreux déplacements qui accompagnent cette mise en place des comptoirs aux îles.

  • 17 Archives départementales de la Gironde, 6B 53 f°134.
  • 18 Paul Butel, « Contribution à l'étude des négociants juifs portugais de Bordeaux et de Bayonne : le (...)

10Autre figure saillante, celle du voyage de formation des négociants en herbe, périple qui permet au futur négociant de rencontrer les correspondants et associés habituels de sa maison, et plus généralement de se former aux techniques du négoce. Ainsi, le jeune Raphael Azevedo, âgé de dix-neuf ans, bordelais de nation portugaise, après avoir signé son passeport le 23 septembre 1766, s'embarque vers Amsterdam, « pour y apprendre la langue et le commerce17 ». Dans le cas de maison de taille modeste comme celle des Azevedo, l'apprentissage se limite à Amsterdam ; Jacob Azevedo, le père, s'il n'a pas mis en place de circuit élaboré pour Raphael, cherche à s'appuyer sur les relations fraîchement nouées à Amsterdam par ce dernier, pour recommander son jeune fils, surnommé « Cadet » à Londres, espérant une place de commis dans la firme très en vue des Mendes da Costa18.

  • 19 Christian Huetz de Lemps, Géographie du commerce de Bordeaux à la fin du règne de Louis XIV, Paris (...)
  • 20 Jean de Maupassant, Un grand armateur de Bordeaux. Abraham Gradis (1699 ?-1780), Bordeaux, Féret e (...)
  • 21 Jean de Maupassant, op. cit., p. 13.
  • 22 Richard Menkis, op. cit., p. 106-107.

11Le voyage de formation du jeune Abraham Gradis, entrepris en juillet 1723, qui le conduit aux Pays-Bas Autrichiens, en Hollande, en Angleterre et à Paris, fait l'objet d'une organisation préalable très minutieuse, David Gradis écrivant à ses divers correspondants pour les prévenir de l'arrivée de son fils et leur donner toutes instructions quant au crédit à lui accorder. Une décennie plus tôt, David Gradis avait lui-même séjourné pendant une année en Angleterre et en Hollande, regagnant Bordeaux en 171219. Le voyage du jeune Abraham fournit l'occasion d'une correspondance dont une partie a été conservée et utilisée par Jean de Maupassant, historiographe de la famille Gradis au début du xxe siècle, ainsi que par l'historien canadien Richard Menkis20. À Amsterdam, Abraham descend chez Joseph Peixotto, parent par alliance et partenaire commercial, à Londres chez Edward Flower et à Paris chez le banquier Claude Heusch21. Ce « tour d'Europe » ne se limite pas à l'observation des associés auxquels Abraham rend visite ; son père a prévu pour lui de véritables « travaux pratiques », vente de barriques de sucre par exemple, à perte si besoin, l'essentiel étant d'en retirer connaissances et savoir-faire. Il est chargé également, de quelques achats, de toiles peintes, écorces d'arbres et autres articles destinés aux îles, pour le compte de son père et de son beau-frère, Samuel Alexandre, dans le cadre d'un budget fixé à l'avance22.

  • 23 Jean de Maupassant, op. cit., p. 15.

12Cette Bildungsreise contribue à la formation théorique et pratique du jeune Gradis, mais revêt également une dimension initiatique, puisqu'à son retour, son père, satisfait à l'évidence de ses performances, l'émancipe solennellement, l'autorisant ainsi à tester, transiger, négocier, et exercer pleinement tous les droits et devoirs du négociant23.

  • 24 Jacques Bottin, « Éclairages anversois sur le négoce rouennais autour de 1600 : l'apport des corre (...)
  • 25 Paul Butel, La croissance commerciale bordelaise dans la seconde moitié du xviiie siècle. Thèse, P (...)

13À la triade, négoce, voyage, appartenance religieuse, il importe pour rendre ces pratiques des marchands séfarades intelligibles, d'ajouter la notion centrale de parenté, qui structure l'essentiel de ces réseaux. La question porte sur la spécificité de ces comportements négociants séfarades : sans doute la prégnance de la parenté est-elle forte, comme celle de la mobilité, cette dernière étant activée par de nombreux autres facteurs. Mais la similitude frappante avec les comportements et stratégies des autres minorités marchandes et confessionnelles l'emporte sur ces spécificités : dans une étude sur la correspondance d'une maison anversoise, les Van Immerseel, au début du xviie siècle, Jacques Bottin souligne également ce rôle dévolu aux jeunes et aux marchands débutants dans l'essaimage des entreprises24. Les voyages de formation des Séfarades mentionnés sont à rapprocher du tour d'Europe effectué par les fils de certains grands négociants de la diaspora protestante : les Bonnaffé, négociants protestants de Bordeaux utilisent sur un mode similaire quoique plus grandiose, leurs réseaux familiaux et économiques pour assurer la formation spirituelle et commerciale des jeunes gens de la famille. Bonnaffé envoie ses deux fils en Suisse dès l'âge de dix ans, puis leur fait entreprendre un « véritable tour d'Europe », à partir de 1783, au cours duquel ils longent d'abord les côtes atlantiques françaises, avant de s'embarquer pour l'Angleterre, les Flandres, les Provinces-Unies, les États germaniques, Vienne, Trieste, l'Italie, la Suisse. Leur périple dure deux ans, durant lesquels ils vivent et dépensent en grands seigneurs. À leur retour, ils sont officiellement associés à la maison de commerce de leur père25.

  • 26 Wilhelmina Ch. Pieterse, « Abraham Lopes Colaso en zijn zoon Aron Kooplieden te Amsterdam en Bayon (...)

14La spécificité des Séfarades dans ce lien négoce, religion, voyage ou déplacement est à chercher ailleurs. Dans le fait, qu'à l'échelle non pas de la pratique ordinaire du commerce, mais d'une vie, leur périple est davantage marqué par la mobilité : nombre d'histoires de vies marchandes sont jalonnées d'étapes successives parfois longues. Cette mobilité se mesure selon plusieurs échelles, l'échelle du quotidien et celle des itinéraires de vie, et à l'échelle d'une ou deux générations, il semble que la mobilité de ces Séfarades soit notablement plus importante. La maison Colaço, dont le centre de gravité oscille pendant plusieurs décennies entre Amsterdam et Bayonne, illustre cette mobilité longue : Abraham Lopes Colaço, le fondateur, naît à Bayonne et s'installe à Amsterdam en 1700, avec ses frères Salomon et Benjamin. Abraham et Salomon ont tous deux épousé des filles du rabbin amstellodamois Selomoh d'Oliveira, et font l'essentiel de leur commerce avec Curaçao. En 1722, Abraham retourne à Bayonne, sans cesser pour autant de travailler avec ses frères ; à sa mort en 1728, son fils Aaron lui succède, trafiquant depuis Bayonne avec Amsterdam et Hambourg, où son cousin, fils de Salomon Colaço s'est établi. Nouvel épisode dans les destinées migratoires de la famille, il choisit de refaire le périple de son père et quitte Bayonne pour Amsterdam en 1751, avec sa mère, ses sœurs et son oncle Samuel Athias. Une fois à Amsterdam, il conserve les directions familiales de l'activité commerciale, vers Curaçao et Bayonne26.

  • 27 Voir Yosef Kaplan, « The Travels of Portuguese Jews from Amsterdam to the "Lands of Idolatry" 1644 (...)

15Pour clore cette typologie, il convient d'évoquer deux figures radicalement spécifiques du lien négoce, voyage et religion : il s'agit des contraintes et des dangers particuliers qui pèsent sur ces négociants séfarades en voyage qui se risquent en terre ibérique, au péril de l'Inquisition, ou sont arraisonnés en mer par des navires espagnols le plus souvent à proximité des côtes de l'actuel Vénézuela alors qu'ils enfreignent, comme tant de négociants de l'aire caraïbe, le monopole espagnol. Les deux cas de figure sont différents : ceux qui s'aventurent en péninsule ibérique, s'exposent d'abord au péril inquisitorial, redoutable surtout lorsqu'ils sont nés en terre chrétienne, et ont été baptisés. Lorsqu'ils rejoignent, le cas échéant, leur communauté d'attache, les attend un autre type de sanction, quoique de moindre gravité et d'autre nature, à savoir le châtiment prévu à l'encontre de ceux qui se sont rendus coupables de voyages en terre d'idolâtrie. Cette expression désigne essentiellement les possessions ibériques, terre dans laquelle les juifs sont contraints de dissimuler et d'adopter des pratiques idolâtres, par opposition aux terres de judaïsme ou terres de liberté. Yosef Kaplan a, le premier, travaillé sur cette question dans son approche des déviances, hétéropraxies et hétérodoxies séfarades27. Les archives de la communauté portugaise d'Amsterdam recèlent maints exemples de sanctions contre ceux qui, ayant transgressé l'interdiction de se rendre en terre d'idolâtrie, encourent une peine d'excommunication et doivent faire amende honorable. Nous avons retenu le cas d'Aron Rodrigues, qui lit à la synagogue le texte de contrition suivant, sur ordre du Mahamad ou Conseil dirigeant de la communauté, en octobre 1737, « pour avoir servi l'idolâtrie » :

  • 28 Gemeentlijke Archiefdienst Amsterdam (GAA), PA 334-164, Termos de entregas, fintas, remessas e sor (...)

fort contrit et repentant, je monte en ce saint lieu d'où je demande publiquement pardon à Dieu et à toute cette Sainte Communauté avec un cœur humble, pour le grand mal que j'ai fait en servant l'Idolâtrie, et en m'éloignant de la Sainte Loi de Dieu, ce dont je suis à présent entièrement repentant, et prêt à observer la pénitence qui me sera ordonnée par Messieurs les Hahamim [rabbins], demandant humblement à Dieu qu'elle soit acceptée, Amen28.

16La pénitence lui impose de s'asseoir en un lieu marginal à la synagogue, l'interdiction de se raser, sauf de trente jours en trente jours, l'imposition de deux jeunes par semaine, la pénitence courant sur une durée assez longue, entre septembre et la fête de Pâques suivante. Dans ce cas, l'expérience du voyage est celle de la transgression et de l'éloignement des règles imposées par ces communautés fragiles pour limiter les déviances.

  • 29 Voir É. Oliel-Grausz, Relations et réseaux intercommunautaires, op. cit., p. 432-440. Sur ces reto (...)

17Quant à ceux qui sont faits prisonniers par les Espagnols, ils sont en général conduits en Espagne, emprisonnés à Cadix ou San Sebastian : dans ce dernier cas, la communauté de Bayonne sert souvent de guichet et d'intermédiaire pour transmettre lettres et objets aux prisonniers ; les démarches effectuées reprennent le même protocole, avec requêtes adressées à l'ambassadeur de la cour d'Espagne auprès des États Généraux, et requête d'intervention adressée à l'ambassadeur de La Haye à Madrid pour obtenir la libération de ceux qui sont le plus souvent sujets des Provinces Unies29.

18Pour évaluer plus rigoureusement ces mobilités marchandes séfarades, dans leurs dimensions spécifiques et non spécifiques, il faudrait les restituer dans le contexte des mobilités séfarades en général, multifactorielles, multidirectionnelles, et rappeler qu'elles n'en constituent qu'un aspect, même si c'est le plus connu.

  • 30 Francesca Trivellato, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, Hindous de Goa. Réseaux marchands (...)

19Aborder la question de la circulation de l'information au sein et à partir de cette diaspora séfarade suppose de revenir tout d'abord sur quelques topoi, au premier rang desquels l'image d'une diaspora fonctionnant en réseau fermé : de nombreuses monographies, celle de Richard Menkis sur la maison Gradis de Bordeaux, ou des synthèses récentes dans la veine des études interculturelles, ont montré qu'il n'en était rien. Les travaux de Francesca Trivellato montrent que les diasporas et réseaux marchands ne sont pas superposables, qu'il existe « des réseaux informels et durables où s'entrelacent plusieurs groupes30 » ; elle donne comme exemple de réseau interculturel le commerce du corail et du diamant, qui imbrique juifs portugais de Livourne, Italiens de Lisbonne, et Hindous de Goa, réseau reconstitué à partir essentiellement du vaste corpus de correspondance de la maison Ergas et Silveira de Livourne, ainsi que des archives des marchands italiens de Lisbonne. Ce réseau en collaboration et en confiance interculturelles, qu'elle étudie pour le début du xviiie siècle, perdure pendant plus de trente ans.

20En dehors d'un tel exemple de collaboration entre nations de marchands, les correspondances commerciales des juifs portugais d'Amsterdam ou de Bordeaux que j'ai commencé à dépouiller donnent clairement à voir le caractère composite de ces réseaux, les partenariats dans les possessions ibériques avec des correspondants espagnols et portugais qui ne semblent pas être, pour le xviiie siècle, exclusivement des nouveaux chrétiens.

  • 31 GAA 334 747,746.
  • 32 Sur les échanges entre Smyrne et l'Europe occidentale, voir Elena Frangakis-Syrett, The Commerce o (...)

21Je prendrai pour exemple une petite maison de négoce d'Amsterdam, celle d'Ishac Mocatta, négociants en draps, pour laquelle ont été conservés un copieur de lettres couvrant les années 1735-1743, ainsi qu'une liasse de lettres reçues pour les années 173031. Ce pan documentaire permet de reconstituer la géographie de ses partenaires commerciaux et financiers : on peut diviser l'espace en deux sections, pas seulement pour reprendre l'opposition symbolique et terminologique entre terres d'idolâtrie et terres de liberté, mais parce que cette dichotomie se laisse percevoir dans le copiador même : d'un côté les correspondants juifs, tous Séfarades, à Londres, ses frères et cousin Selomoh et Abraham Moccatta avec un formulaire insistant sur le lien de parenté en tête de lettre ou même au dos de la lettre dans le corps de l'adresse, et à Smyrne, six correspondants séfarades, à Sainte Croix. Ces lettres-là sont signées de son nom et la dernière phrase se clôt souvent par « vesalom », salutation hébraïque traditionnelle. Les autres lettres sont adressées à des correspondants à Lisbonne, Cadix, Pernambuco au Brésil, Rio de Janeiro, Cartagène. La division de l'espace se retrouve dans celle de l'identité puisque les lettres adressées à ces seconds correspondants sont signées de son alias, George Thomas Mocatta. Les lettres reçues éclairent le négoce avec Smyrne qui fournit des draps de laine, et les nuanciers comportant une grande variété d'échantillons sont encore dans la correspondance32.

22Cette géographie des correspondants et partenaires commerciaux, qui s'étend du Levant aux Amériques, n'est donc nullement limitée à la parentèle ou au groupe confessionnel.

  • 33 Francesca Trivellato, art. cité, et Daviken Studniki-Gizbert, « La "nation" portugaise. Réseaux ma (...)

23Autre cliché, l'idée de réseaux juifs, ici séfarades, indifférenciés. Bien au contraire, les partenariats se forment à l'intérieur de sous-groupes, familiaux qui s'allient, à répétition, familialement et professionnellement, avec la particularité prononcée dans ces groupes séfarades de l'union entre cousins germains, ou entre oncle et nièce. En effet, ces alliances reposent sur des valeurs fondamentales et partagées, auxquelles se sont intéressés récemment historiens et anthropologues, celles de confiance et de réputation : il ne suffît pas d'appartenir au groupe confessionnel, à la parenté, encore faut-il mériter la confiance, ou pour les nouveaux, disposer de recommandations valant garantie morale solides. C'est cette confiance, en dehors de tout système judiciaire, religieux normatif commun, qui permet la collaboration durable entre les Hindous, Italiens et Portugais mentionnés plus haut33.

  • 34 GAA 334 874.

24Je prendrai un exemple dans une autre correspondance marchande, celle d'Isaac Orobio de Castro d'Amsterdam : une seule pièce a été conservée, un registre de correspondance active couvrant les années 1752-175634, de plus de six cents folios. Il comporte 554 lettres, dont une seule omet la mention de destination, lesquelles permettent de dessiner son espace commercial : 403 adressées à Curaçao, 93 à Londres, 23 à Madrid, 8 à Saint-Eustache, 7 à Hambourg, 7 à Surinam, 4 à Bayonne, 4 à Alep, 1 à Livourne, 2 à La Haye, 1 à Naarde.

  • 35 GAA 334 874, f°280-2.

25Dans cet ensemble, les quelques lettres adressées à Smyrne et Livourne, méritent d'être retenues parce qu'elles comportent une réflexion sur la possibilité d'un nouveau partenariat hors de l'aire habituelle ; cette prise de contact expérimentale fournit au marchand l'occasion de faire entendre sa voix propre, de dévoiler pensées et stratégie bien plus explicitement que dans les courriers adressés selon un formulaire routinier aux correspondants habituels. Ces propos, en particulier dans une lettre datée du 6 septembre 1753, décrivent une stratégie commerciale à la fois fixe et potentiellement plastique. La possibilité de cette exploration se fait jour lorsque notre marchand d'Amsterdam, Isaac Orobio de Castro est mis en contact avec un Portugais d'Alep, par un Portugais de Livourne, lequel Portugais d'Alep lui propose la fourniture de pendeloques et diamants35.

  • 36 Ibid. : ainda que os meus prinsipais negosios sao para a America & Espanha e outras partes, como a (...)
  • 37 Ibid.
  • 38 14 mars 1754, f°325.
  • 39 7 sept 1755.

26Ainsi, la prospection et l'extension de l'espace commercial se font sans déplacement, par recommandation et contact interposé : le contact est ici livournais, Samuel Picciotto, qui lui a recommandé quelqu'un « de sua casa », qui désigne ici à la fois la maison de commerce et la famille, Hilel Pexotto d'Alep. Dans une lettre de 1753, Isaac Orobio de Castro décrit son activité commerciale comme étant principalement centrée sur l'Amérique et l'Espagne : « bien que mes affaires de négoce soient principalement tournées vers l'Amérique et l'Espagne, et d'autres lieux, comme grâce à Dieu, j'ai une expérience de plus de 35 ans, quand je vois qu'un un article peut rendre du gain, je ne prête pas attention à la distance, mais seulement aux personnes avec qui je traite36 ». Donc c'est un vieux loup de mer, qui bien que son négoce soit fermement ancré sur un espace précis est prêt à s'aventurer dans un nouvel espace et dans l'adoption d'un nouveau produit, à condition que le partenaire soit homme de confiance. Mais les articles proposés par le partenaire d'Alep, des pendeloques, bijoux, n'emportent pas sa conviction, car ils sont alors en abondance à Amsterdam, se vendent fort mal, et crainte suprême de tout marchand, il risque d'attendre longtemps un acheteur. Cependant, il ne veut pas déplaire à son interlocuteur, et lui propose, s'il a déjà acheté la marchandise, de l'acheminer à Amsterdam, car « sem jactansa », sans vantardise, nul n'est mieux placé que lui pour faire cette vente, car son propre frère, Salamao Lumbroso de Mattos et son gendre David Capadose « sont les principaux courtiers de ce négoce et sont en relation avec les principaux courtiers de Turquie, de d'Angleterre, de France, de Moscovie et d'autres parties de l'Allemagne37 ». Dans une lettre de l'année suivante, on voit que le partenariat est maintenu, mais que la demande a changé, puisqu'Isaac Orobio de Castro demande une expédition de soie38. Cette demande est réitérée l'an suivant, assortie de remarques sur l'impérieuse nécessité pour lui de trouver une nouvelle source de bénéfice, car il voudrait établir son fils qui lui pèse passablement39. Dans ce cas donc l'extension de la firme se fait par le truchement d'une recommandation épistolaire, au sein du groupe ethnique et confessionnel, sans voyage.

  • 40 Sur Isaac da Costa, voir Miriam Bodian, Hebrews of the Portuguese Nation. Conversos and Community (...)

27Dernier exemple, convoqué ici car il met en lumière l'articulation entre les réseaux marchands et les entités communautaires, celui du fonds da Costa, riche fonds d'archives familiales, conservées aux Archives municipales d'Amsterdam. Le fonds en lui-même appelle quelques remarques car il mêle les pièces relatives à l'activité économique des membres de cette famille protéiforme, et des pièces concernant l'administration de la nation portugaise d'Amsterdam et de ses confréries, qu'il s'agisse de correspondance reçue par cette communauté, ou par exemple de correspondance reçue par l'une de ses grandes confréries, la Dotar, confrérie intercommunautaire destinée à doter les jeunes filles pauvres et les orphelines, qui reçoit des candidatures de l'ensemble de la diaspora. Ce mélange des genres et des papiers relève de deux explications, sans doute valables conjointement : la famille a fourni nombre de parnassim (syndics), et l'éminence de ses membres peut expliquer que ceux-ci sortis de charge, aient conservé par-devers eux un certain nombre de documents d'administration générale ; deuxièmement, le généalogiste Isaac Da Costa, né en 1798, et converti au protestantisme durant ses études à l'université de Leyde, acharné à prouver dans une série d'écrits l'antiquité de sa famille et la nobilité des lignages portugais, a peut-être puisé librement dans les papiers de la communauté qu'il a longuement compulsés40.

  • 41 Sur ces « juifs de la jungle », voir Robert Cohen, Jews in Another Environment. Surinam in the Sec (...)

28L'un des éléments les plus intéressants de ce fonds est un copieur de lettres du marchand Abraham Da Costa, né en 1676 et mort en 1741, registre qui porte sur une décennie, entre 1722-1733. Ce copieur diffère des exemples mentionnés précédemment en ce qu'il contient pour l'essentiel des lettres adressées à Surinam, à Londres et quelques-unes à Livourne. Le négoce d'Abraham da Costa est avant tout un commerce de commission, aussi bien commission d'achat, de vente, de banque, - tirer, accepter, remettre, faire accepter pour le compte d'autrui - et d'entrepôt. Ses commettants sont des Portugais de Surinam, en Guyane hollandaise, planteurs et marchands, des hommes mais aussi quelques femmes qui souvent continuent l'activité de leur défunt époux ; au nombre des commettants figure également, cela est plus surprenant, la nation juive portugaise locale Beraha Vesalom, dont les institutions sont copiées sur celles d'Amsterdam, avec des privilèges plus étendus encore puisque la communauté dispose d'une grande autonomie judiciaire. Vers 1730, il y a environ 700 juifs au Surinam, plus du tiers de la population blanche, surtout des Séfarades mais aussi des Achkénazes. Pour la plupart, ils sont engagés dans l'économie de plantation, mais aussi dans le commerce, l'assurance maritime, l'armement, et on trouve également des capitaines de navire. Durant ces mêmes années, sur 400 plantations que compte cette colonie, environ 115 appartiennent à des juifs, au point que la région prend le nom de « Jodenssavannah », la savane juive41.

29Abraham da Costa agit donc en commissionnaire, il en est d'autres au même moment, et lors du décès d'un de ses collègues, il consacre bien des efforts à récupérer les correspondants. Il fonctionne donc avec un lot de commettants qui le chargent de vendre leur sucre, et un nouveau produit que l'on voit apparaître au milieu des années 1720 dans ce registre, le café, mais lui confient aussi de toutes sortes d'affaires, comme par exemple, de récupérer des loyers sur une maison à Livourne puis de vendre la dite maison. Sur les expéditions vers Surinam, il prend une commission de 4 %.

30Quelques remarques sur le rythme et les aléas de cette communication transatlantique : à peu près cinq lots de courrier sont expédiés chaque année, parfois moins, et les biens entre deux et trois fois par an. Les lettres, rédigées en portugais, sont toujours envoyées en double, par deux voies, deux navires différents, ceci étant indiqué au bas de la lettre, « primeira via », « secunda via ». Il n'est pas rare qu'elles n'arrivent pas.

  • 42 GAA 946-10, Copiador de cartas dos annos 1722-1733, f°73.

31Je prendrai l'exemple d'une lettre adressée le 5 octobre 172342 à Abraham da Costa, un parent homonyme, le lien précis de parenté est inconnu. Sans doute est-ce un cousin germain, car leurs épouses sont cousines, ce qu'on apprend lorsque Abraham da Costa remercie son homonyme de Surinam pour avoir envoyé un baril de petits citrons confits.

32Les informations transmises par cette lettre s'organisent de la façon suivante :

  • Le commissionnaire informe son commettant qu'une partie du sucre envoyé a été vendu, mais pas entièrement, car il y en avait de différentes qualités ;
  • Il prend note que le chantre en second qui a été envoyé à Surinam, Mendes Quiros n'est pas encore arrivé ;
  • Il accuse réception d'une expédition de sucre ;
  • Il indique que les provisions commandées seront remises en novembre ;
  • Abraham da Costa prend note qu'à cause de la sécheresse Rachel, veuve de Baruch de Costa, belle-sœur du commettant43, n'a pas encore envoyé le sucre qu'elle a promis. Durant le même été, plusieurs autres lettres permettent de suivre l'état de maturation des cannes à sucre altéré par la sécheresse ;
  • Il regrette que la viande envoyée n'ait pas été très bonne, peut être gâtée à bord ou sur place à cause des grandes chaleurs.

33Apparaissent ainsi dans la structure de cette lettre trois registres constamment entremêlés dans cette correspondance, les transactions commerciales, les affaires familiales, et les affaires communautaires.

  • 44 GAA 946-10, f°91, Joseph Gabay Farro, 24 juil. 1724.

34Je m'arrêterai un instant sur un point qui apparaît dans plusieurs lettres : les commettants chargent à plusieurs reprises Abraham da Costa de contracter l'achat d'esclaves africains, ce qui soulève deux difficultés, l'une qui relève de l'observance de la loi juive, l'autre de l'économie coloniale. Abraham da Costa reconnaît qu'il vit de commissions, mais il refuse la proposition qui lui est faite d'avancer moyennant un intérêt, l'argent nécessaire pour contracter cet achat d'esclaves auprès de la Société de Surinam, la prise d'intérêt entre juifs étant prohibée. Par ailleurs, il semble que la société de Surinam refuse désormais cette procédure, et s'apprête à acheminer elle-même des esclaves pour en faire la vente publique à Surinam44.

  • 45 GAA 946-10, f°40.
  • 46 GAA 946-10, f°91.
  • 47 GAA 946-10, f°72.

35L'aspect le plus intéressant de cette correspondance est qu'elle révèle l'articulation intime entre les réseaux et circuits marchands et les réseaux communautaires, et entre les trois niveaux mentionnés précédemment, famille, négoce, communauté : les correspondances marchandes véhiculent les nouvelles familiales, mais servent aussi de relais pour la diffusion des nouvelles communautaires. Ici c'est bien plus encore, car Abraham da Costa compte parmi ses commettants la communauté juive Beraha vesalom elle-même. Le registre contient la lettre signifiant l'acceptation de cette commission générale, et la communauté lui confie par la suite toutes sortes de commissions et de missions : il vend pour la communauté des cargaisons de sucre, mais remplit aussi des missions qui n'ont rien de commercial : il est chargé de trouver en 1723 un aide chantrepuis, par la suite un rabbin pour la communauté45. Il s'acquitte de cette première mission en en référant au rabbin de la nation portugaise d'Amsterdam, le Haham Ayllon et à l'un des professeurs du séminaire portugais Ets Haim ; ils choisissent un jeune homme de 26 ans, Mordehay Mendes Quiros, qui exerce alors la fonction de chantre dans la petite communauté de Naarden, et qui a précédemment exercé pendant six ans à Bayonne, son lieu de naissance. Deux ans plus tard, Abraham da Costa est chargé, à la suite du décès du rabbin de Surinam, de trouver un rabbin. Après une nouvelle concertation avec le Haham Ayllon et les syndics de nation portugaise d'Amsterdam, il écrit à nouveau à Bayonne, pour s'enquérir de la personne de Jahacob Athias, car dans sa ville, s'il n'y a pas pénurie de gens qualifiés et dignes d'exercer cette fonction, personne ne veut s'embarquer pour Surinam46. Les lettres adressées à la communauté de Surinam portent soit une double datation, date courante, date hébraïque, soit une simple datation hébraïque47, même dans un cas où la seule question traitée est une remise d'argent pour une vente de sucre et un accusé de réception d'une cargaison de sucre.

36Cette imbrication des affaires marchandes, communautaires, religieuses appelle quelques remarques : ce qui ne laisse pas de surprendre, c'est que dans le même temps les communautés correspondent officiellement, et que la suite de l'histoire se trouve dans la correspondance envoyée par la nation d'Amsterdam à celle de Surinam, même si pour ces années 1720 on ne dispose que d'un registre de brouillons de lettres, incomplet. On y voit la collaboration des instances religieuses et laïques d'Amsterdam et des correspondants de la communauté de Surinam. Par ailleurs, la famille da Costa exerce périodiquement les charges de syndics à Amsterdam : apparaît ici une configuration où la structure oligarchique de la communauté fait que ses dirigeants se recrutent avant tout dans les strates supérieures et moyennes du négoce.

37De cette articulation entre négoce et communauté, les relations entre Londres et Amsterdam fournissent une figure éclairante : la communauté d'Amsterdam dispose en permanence d'un agent à Londres qui gère les fonds de la nation investis en effets anglais. En 1795 tous les fonds sont investis en Angleterre, et les transferts étant interdits ou nécessitant des circuits complexes passant par des correspondants neutres, la caisse de bienfaisance de la communauté se trouve quasi paralysée. Or à la suite d'une brouille entre les deux communautés, les relations officielles cessent, alors que dans le même temps des centaines de courriers sont adressées au correspondant en place. Cela nous amène à souligner que ces entités ne sont pas simplement des structures religieuses, mais de véritables corps intermédiaires, dont l'action affecte dans une mesure variable, le religieux, le social, l'économique. En plus de la condamnation des voyages en terre d'idolâtrie, il faudrait mentionner aussi les ateliers pour pauvres, le placement des protégés de l'orphelinat Aby Yetomim dans les ateliers de travail du diamant, ou plus important, la politique systématique d'expédition des pauvres indésirables vers un autre foyer judéo-portugais, pratiquée par toutes les communautés de la diaspora.

38Tout comme on ne peut comprendre ce groupe des négociants séfarades sans faire l'histoire des familles et des communautés, de la même façon, l'histoire de ces communautés, en tant qu'institutions sociales, religieuses, et même en tant qu'agent économique, ne peut se faire sans le recours à ces corpus marchands. Les mobilités marchandes ne peuvent être appréhendées indépendamment des mobilités séfarades dans leur ensemble, mobilités de la prospérité, de la misère, avec de très nombreux pauvres errants, mobilités lettrées, ponctuelles ou circulant entre plusieurs univers nationaux, religieux, culturels, qui accompagnent un processus constant de passage et de transferts.

39De la même façon, il faut appréhender dans son ensemble la question de la communication, à l'intérieur de cette diaspora, du monde juif. Dans la mise en œuvre de cette communication interviennent des acteurs et des vecteurs pluriels, séparés ou articulés : les communautés correspondent officiellement, mais utilisent également les réseaux privés d'échange de nouvelles entre négociants pour transmettre leurs missives. Les réseaux marchands et familiaux eux-mêmes sont d'importants vecteurs d'information générale et communautaire, comme en témoigne la correspondance quasi quotidienne entre Amsterdam et Bayonne conservée dans le fonds Colaço. Acteurs également, non seulement les négociants en voyage, mais les passants et migrants en général, avec une importance toute particulière à accorder aux rabbins itinérants et émissaires en tournée de collecte pour la Terre Sainte ou leur propre communauté. Cette pluralité des acteurs construit l'originalité de la communication moderne en monde juif.

Notes

1 Yosef Kaplan, « The Sephardim in North-Western Europe and the New World », in Haim Beinart (éd.), Moreshet Sefarad : the Sephardi Legacy, Jérusalem, Magnes Press, 1992, vol. 1, p. 240-287 ; Id., An Alternative Path to Modernity. The Sephardi Diaspora in Western Europe, Leiden, Brill, 2001 ; Jonathan Israel, Diasporas within a Diaspora, Leiden, Brill, 2002 ; Gérard Nahon, Métropoles et périphéries séfarades d'Occident. Kairouan, Amsterdam, Bayonne, Bordeaux, Jérusalem, Paris, Cerf, 1993.

2 Sur le transfert des marchands et marchandises consécutif au blocus général des ports flamands décrété par les Provinces-Unies en 1595, voir : Jonathan Israel, « The Economie Contribution of Dutch Sephardi Jewry to Hollands Golden Age, 1595-1713 », in id. Empires and Entrepots. The Dutch, the Spanish Monarchy and the Jews, 1585-1713, Londres, Hambledon Press, 1990, p. 420, It was this extended blockade [...] which was the political and economic midwife of Dutch Sephardi Jewry.

3 Voir David Katz, Philo-Semitism and the Readmission of the Jews to England, 1603-1655, Oxford, 1982, et Todd M. Endelman, The Jews of Georgian England 1714-1830. Tradition and Change in a Liberal Society, Philadelphie, Jewish Publication Society of America, 1979, p. 52-57 ; Yosef Kaplan, « The Sephardim in North-Western Europe and the New World », Moreshet Sefarad : the Sephardi Legacy vol. 2, p. 260 ; Jonathan Israël, « Menasseh ben Israël and the Dutch Sephardic Colonization Movement of the mid-seventeenth Century (1645-1657) », in Menasseh ben Israël and his World, Henry Méchoulan, Yosef Kaplan, Richard Popkin (éd.), Leyde-New York, Brill, 1989, p. 140-142.

4 Voir Familia, Religion y Negocio. El sefardismo en las relaciones entre el mundo ibérico y los Paises Bajos en la Edad Moderna, Jaime Contreras et al. (éd.), Fundación Carlos Amberes, Fernando Villaverde Ediciones, 2003, en particulier les contributions de Pilar Huerga Criado, Bernardo López Belinchón et Jonathan Israel, et David L. Grayzbord, Souls in Dispute. Converso Identifies in Iberia and the Jewish Diaspora, 1580-1700, Philadelphia, University of Pennsylvannia Press, 2003. Voir aussi É. Oliel-Grausz, Relations et réseaux intercommunautaires dans la diaspora séfarade d'Occident au xviiie siècle, thèse de doctorat, Université Paris I Sorbonne, 2000, première partie (sous presse aux éditions Peeters).

5 David Sorkin, « The Port Jew : Notes toward a Social Type », Journal of Jewish Studies, 50 (1999), p. 87-97 ; Id., « Port Jews and the Three Regions of Emancipation », in Port Jews. Jewish Communities in Cosmopolitan Maritime Trading Centre, 1550-1950, special issue of Jewish Culture and History, David Cesarani (éd.), London, 2002, p. 31-46 ; Lois Dubin, « Researching Port Jews and Port Jewries : Trieste and Beyond », ibid., p. 47-58.

6 É. Oliel-Grausz, « Networks and Communication in the Sephardi Diaspora : an added Dimension to the Concept of Port Jews and Port Jewries », Jews and Port cities, 1590-1990. Commerce, Community and Cosmopolitanism, David Cesarani and Gemma Romain, (éd.), Londres, Vallentine Mitchell, 2006, p. 61-76 (numéro spécial de Jewish Culture and History, 7, 2004).

7 Voir par exemple Michael Studemund-Halévy, Betahaim. Sefardische Gräber in Schleswig-Holstein, Glückstadt, 1997, et, pour les ordonnances de Livourne, Renzo Toaff, « Statuti e leggi della « nazione ebrea » di Livorno. I Gli Statuti del 1655 », Rassegna Mensile di Israel, 34 (1968), article XXXII, p. 28.

8 Voir sur la formulation de ces questions Pierre Jeannin, « La profession de négociant entre le xvie et le xviiie siècle », in id. Marchands d'Europe. Pratiques et savoirs à l'époque moderne, Paris, Éditions rue d'Ulm, 2002.

9 Public Record Office, Londres, Chancery Lane, State Papers, SP 44/386-SP 44/413, 1697-1784.

10 Sur l'analyse de cette source, voir É. Oliel-Grausz, Relations et réseaux intercommunautaires dans la diaspora séfarade, op. cit., p. 105-137.

11 Archives départementales de la Gironde, 6B 45 P36, 24 avril 1714 ; 6B 45 f°123, 6 décembre 1715.

12 Robert Cohen, Jews in Another Environment. Surinam in the Second Half of the Eighteenth Century, Leyde, New York, Brill, 1991, p.26.

13 Louis Hyman, The Jews of Ireland, Londres, 1972, p. 32-34.

14 Gedalia Yogev, Diamonds and Coral : Anglo-Dutch Jews and Eighteenth-Century Trade, New York, Leicester University Press, 1978, p. 159.

15 Louis Hyman, op. cit., p. 32-34.

16 Gedalia Yogev, op. cit., p. 159.

17 Archives départementales de la Gironde, 6B 53 f°134.

18 Paul Butel, « Contribution à l'étude des négociants juifs portugais de Bordeaux et de Bayonne : le cas de la maison Azevedo », in Bayonne sa région. Actes du XXXIIIe congrès d'études régionales tenu à Bayonne les 4 et 5 avril 1981. Fédération Historique du Sud-Ouest. Bayonne, 1983, 1983, p. 240.

19 Christian Huetz de Lemps, Géographie du commerce de Bordeaux à la fin du règne de Louis XIV, Paris-La Haye, Mouton, 1975, p. 500, n. 14.

20 Jean de Maupassant, Un grand armateur de Bordeaux. Abraham Gradis (1699 ?-1780), Bordeaux, Féret et fils, 1917, p. 12-15 ; Richard Menkis, The Gradis Family of Eighteenth Century Bordeaux : A Social and Economic Study, thèse de doctorat inédite (Ph.D.), Université de Brandeis, 1988, p. 106-107.

21 Jean de Maupassant, op. cit., p. 13.

22 Richard Menkis, op. cit., p. 106-107.

23 Jean de Maupassant, op. cit., p. 15.

24 Jacques Bottin, « Éclairages anversois sur le négoce rouennais autour de 1600 : l'apport des correspondances Van Immersel », Mélanges de l'École française de Rome, 117 (2005), p. 239-255.

25 Paul Butel, La croissance commerciale bordelaise dans la seconde moitié du xviiie siècle. Thèse, Paris I, 1973, Lille, service de reproduction des thèses, 1973, p. 1141-1142 ; « Espaces européens et antillais du négociant. L'apprentissage par les voyages : le cas bordelais », in id., Cultures et formations négociantes dans l'Europe moderne, Franco Angiolini et Daniel Roche (éd.), Paris, Éditions de l'EHESS, 1995, p. 349-361 ; voir aussi Jacques Bottin, « Apprendre au large et entre soi : la formation des négociants rouennais au début de l'époque moderne », in Mélanges offerts à Jean-Pierre Bardet, Presses Universitaires de Paris Sorbonne (à paraître).

26 Wilhelmina Ch. Pieterse, « Abraham Lopes Colaso en zijn zoon Aron Kooplieden te Amsterdam en Bayonne van ca 1700 tot 1774 », Studia Rosenthaliana, 7 (1973), p. 1-7. Le fonds Colaço, conservé aux Archives municipales d'Amsterdam, qui comprend entre autres, une série de copieurs de lettres échangées entre les Colaço de Bayonne et d'Amsterdam et l'ensemble de leurs correspondants européens et extra européens, à partir de 1722, est d'une richesse exceptionnelle et mériterait une monographie.

27 Voir Yosef Kaplan, « The Travels of Portuguese Jews from Amsterdam to the "Lands of Idolatry" 1644-1724 », in Jews and Conversos : Studies in Society and the Inquisition, Yosef Kaplan (éd.), Jérusalem, Magnes Press, 1985, p. 197-224, et Id., « The Struggle against Travelers to Spain and Portugal in the Western Sephardi Diaspora », Tsion, 64 (1999), p. 65-100 [en hébreu].

28 Gemeentlijke Archiefdienst Amsterdam (GAA), PA 334-164, Termos de entregas, fintas, remessas e sortes, (Déclaration ou enregistrement des versements, impôts, remises et tirages au sort), 1728-1756, P146, 6 tisry 5498/1er octobre 1737.

29 Voir É. Oliel-Grausz, Relations et réseaux intercommunautaires, op. cit., p. 432-440. Sur ces retours ibériques, incursions durables ou non, et la complexité de ces itinéraires géographiques et religieux, voir David L. Grayzbord, Souls in Dispute, op. cit., p. 64 sq., et Natalia Muchnik, « Des intrus en pays d'Inquisition : présence et activités des juifs dans l'Espagne du xviie siècle », Revue des études juives, 164 (2005), p. 143-154.

30 Francesca Trivellato, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, Hindous de Goa. Réseaux marchands et échanges interculturels à l'époque moderne », Annales HSS, 2003, p. 581-603, ici p. 589.

31 GAA 334 747,746.

32 Sur les échanges entre Smyrne et l'Europe occidentale, voir Elena Frangakis-Syrett, The Commerce of Smyrna in the Eighteenth Century (1700-1820), Athènes, Center for Asia Minor Studies, 1992, p. 242-246 ; sur les juifs dans la société smyrniote, voir l'étude récente de Marie-Carmen Smyrnelis, Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux xviiie et xixe siècles, Louvain, Peeters, 2005.

33 Francesca Trivellato, art. cité, et Daviken Studniki-Gizbert, « La "nation" portugaise. Réseaux marchands dans l'espace atlantique à l'époque moderne », Annales HSS, 2003, n°3, p. 635-38.

34 GAA 334 874.

35 GAA 334 874, f°280-2.

36 Ibid. : ainda que os meus prinsipais negosios sao para a America & Espanha e outras partes, como a Deus grasas tinho hua experiensia de jamais de 35 a. quando vejo algum harticulo deira [?] avanso näo reparo na distansia do lugar, so vejo aos sujeitos com quem trato.

37 Ibid.

38 14 mars 1754, f°325.

39 7 sept 1755.

40 Sur Isaac da Costa, voir Miriam Bodian, Hebrews of the Portuguese Nation. Conversos and Community in Early Modern Amsterdam, Bloomington, Indiana University Press, 1997, p. 201, n. 27.

41 Sur ces « juifs de la jungle », voir Robert Cohen, Jews in Another Environment. Surinam in the Second Half of the Eighteenth Century, Leyde, New York, Brill, 1991.

42 GAA 946-10, Copiador de cartas dos annos 1722-1733, f°73.

43 « Sua cunhada » rajouté entre les lignes au dessus de son nom.

44 GAA 946-10, f°91, Joseph Gabay Farro, 24 juil. 1724.

45 GAA 946-10, f°40.

46 GAA 946-10, f°91.

47 GAA 946-10, f°72.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540