Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Première partie. Itinéraires et espaces marchands : expériences de la mobilité, expériences du monde

Police des voyageurs et hospitalité urbaine à Lyon à la fin du xviie siècle

Susanne Rau et Olivier Zeller

Texte intégral

  • 1 Olivier Zeller, Histoire de l'Europe urbaine, livre III : la ville moderne, Paris, Le Seuil, 2003, (...)
  • 2 Id., « La place des miséreux et des malades à Lyon, de l'Ancien Régime à nos jours », in Anne Gotm (...)
  • 3 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l'utilité des voyages, Paris, (...)
  • 4 Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636. Démographie historique et géographie so (...)

1Dans la société traditionnelle, la mobilité suscitait partout des réactions de méfiance, voire d'hostilité qui légitimaient des procédures et des dispositifs de contrôle. À travers toute l'Europe, on s'efforçait de limiter l'accession des immigrants aux différents droits, notamment en matière d'assistance et de jouissance des privilèges fiscaux1. Par exemple, confrontée au problème de la surpopulation hospitalière, Lyon ne cessa d'appliquer une politique restrictive, excluant les habitants des faubourgs et posant des conditions d'origine et d'ancienneté de séjour de plus en plus drastiques2. Au quotidien, les villes exerçaient à leurs portes une surveillance policière constante3. Des rôles ou des registres de contrôle des migrants étaient tenus tant pour des raisons politiques, religieuses ou sanitaires que fiscales. Quelquefois doublées par la réalisation de véritables recensements de la population urbaine, ces mesures étaient renforcées dans des périodes de crise frumentaire, de guerre civile, de guerre de religion ou de menace obsidionale. En effet, l'origine géopolitique qualifiait l'individu et présupposait des fidélités envers l'ennemi redouté. Par exemple, Lyon tomba en garde devant le péril savoyard en 1597, puis se défia de ses Franc-Comtois en 16364.

La police des voyageurs : le bureau de consigne

  • 5 Archives municipales de Lyon (AML), FF 42. Jugements de police.
  • 6 AML, FF 43. Jugements de police. Un registre 27cm x 40 cm.
  • 7 Jean-François Dubost, « Naissance de la police des étrangers dans le royaume de France (xvie-xviii(...)
  • 8 Dubost, « Naissance de la police », art. cité, p. 40 ; Andrea Iseli, « Bonne police ». Frühneuzeit (...)

2Au quotidien comme dans la crise, la surveillance des populations nécessitait la production de nombreux écrits. Or, le mode de gestion des archives consistait généralement à privilégier la mémoire des décisions, les pièces justificatives d'une gestion et, surtout, tout ce qui constituait un titre pouvant servir à défendre droits et privilèges. Dans une perspective mentale préstatistique, les documents du quotidien étaient donc volontiers détruits, une fois leur finalité accomplie. Ce sont ainsi des sources rares que celles qui ont été découvertes aux Archives municipales de Lyon : deux grands registres où sont relevées les entrées en ville des voyageurs durant une période couvrant, avec des lacunes, une période de 19 années entre le 23 avril 1678 et le dimanche 19 mai 1697 pour le pont du Rhône5 ainsi qu'une autre de dix ans et demi entre le 1er janvier 1688 et le 20 juillet 1698 pour la porte de Vaise6. Pas davantage que les policiers, les historiens sont peu enclins à croire aux pures coïncidences. On soupçonne donc que cette conservation sélective fut vraisemblablement liée à des dispositions prises en temps de guerre et, plus précisément, à une surveillance renforcée du pont du Rhône qui commandait la principale route vers Genève à l'époque de la Révocation. Compte tenu du caractère dualiste de la gouvernance lyonnaise, les registres auront été conservés sur injonction de l'archevêque-lieutenant général pour servir à un éventuel repérage des Réformés, à moins qu'ils ne l'aient été pour obtempérer à une injonction de l'Intendant, ailleurs très sourcilleux de la police des étrangers7 ; d'où l'extraction des registres du bureau de la consigne pour être intégrés aux archives de la ville. On peut aussi penser que ce ne fut pas par hasard que le registre du pont du Rhône se termina sur l'année 1699 qui vit l'installation théorique des lieutenants de police dans les villes de bailliage ou de sénéchaussée8, officiers chargés de la police des étrangers et de la surveillance des auberges et que seule Lyon installa réellement.

  • 9 AML, BB 111, f° 91r°-94v°, 6.4.1583. Delphine Estier nous a donné cette référence. Qu'elle en soit (...)
  • 10 C’est la porte de Vaise, dite également porte de Pierre-Scize au xvie siècle.
  • 11 Anatole de Montaiglon, « Un voyageur anglais à Lyon sous Henri IV (1608) », Revue du Lyonnais, 1 ( (...)
  • 12 Élie Brackenhoffer, Voyage en France, 1643-1644, traduit par Henry Lehr, Nancy, Berger-Levrault, 1 (...)

3Or, ces registres sont manifestement des épaves de ce qui aurait pu former une source sérielle. Le fait qu'ils portent une numérotation d'époque, 80 pour l'un et 120 pour l'autre, suggère une pratique à la fois continue et ancienne. En effet, dès les années 1580 - et sans doute antérieurement - fonctionnait un système de contrôle des voyageurs par les aubergistes. Par exemple, le consulat décida en 1583 qu'il serait « enjoint aux cabaretiers et hôteliers de faire roolle de tous les noms et surnoms de ceux qui seront venus loger en leur logis9 ». De même, en 1597, il leur défendit d'accueillir quiconque serait dépourvu de la « bullette » délivrée à l'entrée de la ville. Cela suppose une possibilité de confronter les rôles d'auberge aux registres d'entrée. Ainsi, en 1608, l'Anglais Thomas Coryat venu de Paris via Tarare eut à franchir trois portes successives : « La seconde était très belle, et sur un de ses côtés il y a une très belle peinture d'un lion10. Quand j'atteignis la troisième porte, je ne pus entrer dans la ville avant que le portier, qui s'informa d'abord d'où je venais et de ce que je venais faire, ne m'eût donné un billet de sa main pour me faire recevoir dans mon auberge. Sans cela je n'aurais pas été admis à loger dans l'enceinte des murailles de la ville. » Il logea aux « Trois Roys », rue Bourgneuf, non loin de la porte de Vaise11. Toutefois, cette déclaration de résidence n'engageait pas toute la durée du séjour et ne pouvait servir qu'à un contrôle immédiat : en 1643, Élie Brackenhoffer déclara descendre « à l'Empereur, rue Grenette », mais prit pension aux Terreaux dès le lendemain12.

Carte particulière des postes de France, Alexis-Hubert Jaillot : chez le Sr Jaillot, 1690 Bibliothèque nationale de France, Ge DD 2987 (704) B

Carte particulière des postes de France, Alexis-Hubert Jaillot : chez le Sr Jaillot, 1690 Bibliothèque nationale de France, Ge DD 2987 (704) B
  • 13 AML, FF 019, p. 6, 15 novembre 1641.
  • 14 Conférences ecclésiastiques du diocèse d'Angers sur les États tenues par l'ordre de Monseigneur Je (...)
  • 15 Brackenhoffer, Voyage, op. cit., p. 104.
  • 16 AML, 6 FI 00465, 19 juin 1644.

4Plus tard, en 1641, l'intendant Bochart interdit aux cabaretiers d'accueillir qui que ce fût avant 10 heures du matin et après 6 heures du soir, à l'exception des étrangers munis d'un billet délivré par les commis aux portes13. En effet, il n'existait pas dans la pratique de délimitation très stricte entre les activités des cabaretiers, des aubergistes et des hôteliers ; les conférences ecclésiastiques d'Angers le disent sans ambages : « les cabaretiers logent quelquefois des passants, et les hôteliers donnent à manger à des gens sans les loger14 ». Les précautions lyonnaises firent l'objet d'une note de l'étudiant strasbourgeois Élie Brackenhoffer, arrivé à Lyon le 25 août 1643 en provenance de Grenoble : « arrivé à Lyon, j'ai passé le pont de Rhône, où la garde m'a réclamé un bulletin de la santé, et ensuite, après que j'eus produit le mien, on m'en a donné un autre, pour que je pusse être reçu dans l'auberge. J'ai logé à l'Empereur, à la rue de la Grenette15 ». L'année suivante, les échevins déploraient la fraude consistant à renvoyer ses chevaux dès l'arrivée dans les faubourgs et à entrer discrètement à pied dans la ville sans se présenter chez le Prévôt des marchands ; ils mirent alors en place un système de contrôle des auberges faubouriennes imposant aux tenanciers de venir dès potron-minet signaler aux commis des portes quiconque était arrivé la nuit, période de fermeture de la ville16.

  • 17 AML, BB 392, p. 37, 30 juin 1679.
  • 18 Jérôme Emanuel, Le Consulat employeur (xviie-xviiie siècles), mémoire de maîtrise, université Lyon (...)

5Grâce aux ordonnances, le fonctionnement de la police des voyageurs est assez bien connu. Des commis étaient placés à tous les points d'entrée. La hiérarchie de leur traitement suggère celle de leur poste. Tous appartenaient à la première classe définie par l'acte consulaire du 30 juin 167917 et qui regroupait les 29 emplois municipaux les plus importants. Par là, les éventuelles nominations à la suite d'une vacance revenaient en pratique au Prévôt des marchands et au premier échevin, ce qui fixe l'importance de l'enjeu18.

Tableau 1.- Les commis aux entrées de Lyon en 1687

Tableau 1.- Les commis aux entrées de Lyon en 1687
  • 19 Catherine Martin, Les compagnies de la propagation de la foi (1632-1685). Paris, Grenoble, Aix, Ly (...)
  • 20 Eugène Vial, Le chevalier du guet et sa compagnie, Lyon, Librairie ancienne de Louis Brun, 1905, p (...)

6On recourait aux services des commis pour être informé de l'arrivée d'un voyageur attendu. Par exemple, en 1664, les confrères de la Propagation de la Foi demandèrent au commis de la porte du Pont du Rhône de les prévenir dès qu'entrerait en ville la marquise des Portes, fondatrice de la compagnie avignonnaise19. Cependant, le discernement nécessaire pour filtrer les arrivants et négliger l'enregistrement des simples piétons franchissant les portes pour les nécessités de leur travail ou de leur petit commerce semblait être dénié à ces commis ; par ailleurs, il était impensable de soumettre de hauts personnages à une démarche inquisitoriale pratiquée par des hommes peu rompus aux civilités. D'où la présence de notables placés par la municipalité aux portes de la ville. La ville centralisait leurs renseignements grâce au système du bureau de consigne. Initialement, deux commis tenaient, l'un, la « consigne » du côté de Fourvière et l'autre, celle du côté de Saint-Nizier ; leurs fonctions furent réunies entre les mains d'un seul commis peu avant 1600. Il arriva que ce commis et le fourrier fussent le même homme, mais cette fusion des tâches ne s'institutionnalisa qu'ultérieurement. En 1687 ce fourrier et commis à la consigne était Philippe Falcon, aux appointements de 700 livres. Les portes étaient également surveillées pat la garde bourgeoise des pennonages et les archers du Maître des Ports, officier royal, qui exerçait entre autres prérogatives une juridiction sur les marchandises prohibées20.

  • 21 AML, 6 FI 00738, 1708 ; 6 FI 00 735, 25 juillet 1711 ; 6 FI 00732, 21 juin 1714 ; 23 octobre 1776. (...)
  • 22 AML, 6 FI 00467. 1781.
  • 23 Natalis de Wailly, Mémoire sur les variations de la livre tournois depuis le règne de Saint-Louis (...)

7La police des voyageurs était appelée à demeurer une préoccupation majeure des autorités au xviiie siècle ; sans cesse réitérées, de nombreuses ordonnances antivagabondage le démontrent21. En 1708, on menaça de cent livres d'amende les hôteliers qui ne porteraient pas le jour même au bureau de la consigne les « bullettes » remises aux voyageurs par les notables ou par les commis. Trois ans plus tard, on promit la destitution à tout commis qui laisserait entrer un étranger sans « bullette », un rôle quotidien des entrées à chaque porte devant être porté chaque soir au bureau de la consigne, très vraisemblablement pour le comparer aux « bulletins » rapportées pat les hôteliers, ce qui permettait de vérifier l'obéissance de ces derniers. Nul batelier ne pourrait faire entrer ses passagers en ville sans les avoir préalablement fait débarquer à proximité d'une porte pour se faire enregistrer. Et tous les bateaux, du Rhône comme de Saône, devaient être solidement amarrés pour la nuit dans la partie intra-muros de la rivière. En 1714, le gouverneur de Villeroy accentua l'aspect répressif en exigeant que son secrétaire reçoive un double des listes quotidiennes d'entrée et en ordonnant au fourrier de visiter chaque jour les auberges afin de repérer d'éventuels voyageurs dépourvus de « bullette ». En 1781, le système fut même perfectionné : les hôteliers, les aubergistes et les tenanciers de garni durent non seulement tenir un registre fourni gratuitement par le fourrier, mais remplir sans délai un bordereau disponible à vingt sous le cent chez Aimé Delaroche, imprimeur de la ville, puis le jeter dans l'une des sept boîtes disposées à cet effet dans les différentes parties de la ville22. On note cependant une très nette dévalorisation des fonctions municipales liées à la surveillance de l'entrée en ville. Entre 1600 et 1785, les émoluments nominaux du fourrier passent de 370 livres à 1 000 livres, ce qui, après déflation grâce aux coefficients de Wailly23, correspond à une perte réelle de 12 %. Dans le même laps de temps, les traitements moyens de commis aux portes subissaient une dépréciation réelle de 80 %, alors que les fonctions de la bureaucratie municipale jouissaient de très fortes augmentations des traitements, de 50 % à 400 % et plus. Même en faisant la part des remboursements de frais qu'incluaient sans doute ces dernières rémunérations, il reste que l'évolution administrative de la municipalité marginalisa les gardiens d'une cité de plus en plus ouverte.

Deux registres d'entrées des voyageurs

  • 24 Georges Livet, « Les routes françaises aux xvie et xviie siècles. État des questions et directions (...)

8C'est un problème essentiel que la critique des registres d'entrée. À l'évidence, ceux-ci sont socialement sélectifs, ne prenant en compte que les voyageurs de considération ; quelle source fantastique de la démographie historique constituerait un document exhaustif ! Par ailleurs, les inscriptions ne concernent que très incidemment des voyageurs venus par voie d'eau, ce qui passe sous silence les arrivées des coches d'eau qui transportaient jusqu'à 150 ou 200 personnes, dont des marchands, outre 60 à 80 milliers de pièces de marchandises24. Elles auront été enregistrées ailleurs par le commis des ports du Rhône et par les commis aux chaînes de Saône.

  • 25 Annexe 1 : Les mouvements de voyageurs aux portes de Vaise et du pont du Rhône. Voir en fin de cha (...)
  • 26 Pour les années 1522-1526, les carnets de recette du deux deniers par livre montrent qu'en valeur (...)
  • 27 Il s'agit d'une porte dérobée dans la muraille d'enceinte ou bien d'une « porte de derrière ».

9Ceci étant, les sources résistent bien à la critique interne. Certes, suivant en cela un comportement régulièrement observé sous l'Ancien Régime, des hommes chargés de missions identiques différaient complètement dans leur pratique. Le commis du Pont du Rhône ne s'intéressait guère qu'aux voyageurs logeant à l'auberge, tandis que les notables postés à Vaise étaient davantage curieux de ceux qui ne faisaient que passer ou qui disaient trouver l'hospitalité chez un particulier. De ce fait, il n'est possible de comparer que les mouvements annuels de voyageurs se rendant à l'auberge, quitte à corriger en fonction des rythmes saisonniers les effectifs issus des années incomplètement enregistrées25. En moyenne, la porte de Vaise aurait vu passer annuellement 176 voyageurs descendant à l'auberge, tandis que le Pont du Rhône en enregistrait 166 autres. Or, toutes les études montrent que les quatre autres portes n'avaient qu'une importance secondaire, avant tout locale26. Par exemple, la poterne de Saint-Vincent27, rendue inutile au xviie siècle par l'aménagement de la porte d'Halincourt, ne donnait guère accès qu'à une partie du Franc-Lyonnais. On négligeait même la porte d'Ainay, qui n'ouvrait que sur des prairies entre rempart et confluent. C'est donc une image plausible que celle de deux points de contrôle jalonnant l'axe magistral de la ville et connaissant des flux d'importances comparables. Dans le même sens plaide la régularité relative de la répartition des entrants par Vaise selon leur mode d'hébergement en ville.

Tableau 2.- Répartition des entrants à la porte de Vaise

Tableau 2.- Répartition des entrants à la porte de Vaise
  • 28 Françoise Bayard, « Unité ou pluralité de lieux : la place Bellecour dans la révolte lyonnaise des (...)

10La critique externe incite également à ajouter crédit aux sources. Les années concernées correspondaient à une crise profonde et durable. Dans une conjoncture marquée depuis 1688 par l'interminable guerre contre l'Europe coalisée et par les difficultés fisco-financières qui l'accompagnaient, au sein d'un royaume en proie à un grave cycle de crise et à l'extension du paupérisme, Lyon souffrait beaucoup. L'année de disette 1693 fut même marquée par des émeutes28. La croissance fulgurante de sa population se trouva brisée net vers 1690 et, fait significatif, la reconstitution démographique fut nettement plus lente qu'elle ne l'avait été après les crises de 1628-1629 et de 1649-1653. Sans postuler pour autant l'existence d'un lien mécanique entre conjoncture démographique et intensité des flux de voyageurs, force est de constater la similitude de leurs évolutions respectives. Ignorant la typhoïde qui règnait dans la ville en 1691, les entrées continuaient à progresser, avant de se raréfier en 1692, 1693 et, surtout, 1694. Elles accompagnèrent ensuite la timide reprise démographique de 1695 et 1696, puis le repli de 1697. Faute de séries économiques ou fiscales, on ne peut que souligner cette belle concomitance.

  • 29 D'après le dépouillement exhaustif des registres paroissiaux intra-muros (AML).

Graphique 1.- Flux d'entrée à Vaise et conjoncture démographique29

Graphique 1.- Flux d'entrée à Vaise et conjoncture démographique29

Lyon à la fin du xviie siècle

  • 30 Marc Smith, « Lyon vu par les voyageurs italiens au xvie siècle », in Beaujeu et sa région. Histoi (...)
  • 31 Jean-Pierre Gutton, Histoire de Lyon et du Lyonnais, Paris, Presses universitaires de France, 1998 (...)
  • 32 Smith, « Lyon », art. cité, p. 91.
  • 33 Après les travaux de Richard Gascon et Jacqueline Boucher cf. maintenant Henry Heller, Anti-Italia (...)

11Lyon se caractérisait par une démographie extrêmement sensible à la conjoncture. Sa population avait culminé vers environ 55 000 habitants lors de l'apogée du règne d'Henri II ; puis la décadence due aux guerres civiles, à l'effacement relatif des quatre foires annuelles et à la ruineuse période ligueuse ramena les effectifs à quelque 32 000 habitants vers 1600. Dans les récits de voyage, les voyageurs ne cessaient pourtant de célébrer le commerce florissant, lié à la voie fluviale, mais surtout à la présence de marchands venus de partout. Même au tournant du siècle, après les guerres de Religion, les voyageurs répètent que Lyon est « mercantile et di molto traffico30 ». Au xviie siècle, la ville réussit sa reconversion de grande place bancaire et financière en ville industrielle : la chapellerie, la futainerie et, surtout, la soierie justifièrent une croissance que ni la peste de 1628-1629 ni la crise de la Fronde — ailleurs si grave — ne compromirent durablement. Au point que la population fit plus que tripler en 90 ans pour dépasser à coup sûr les 100 000 personnes vers 1690. Rien n'aurait été possible sans recours massif à l'immigration. Lyon apparaissait donc comme une ville d'accueil et une ville de transit. On s'est hasardé à estimer que 10 % de la population était formée de gens de passage, ce qui semble possible, au moins en temps de foire au xvie siècle. Lyon voyait passer des hommes d'État, des voyageurs de toutes sortes dont des marchands proches ou lointains, des pèlerins, des étudiants, des vagabonds et de nombreux mendiants31. Sans parlement ni université, la ville ne pouvait exercer qu'un rayonnement politico-administratif et culturel étroitement limité. Mais Lyon conserva jusqu'au xviiie siècle un rôle important dans le réseau commercial et bancaire européen en liaison avec ses propres manufactures. La présence étrangère avait longtemps marqué le paysage urbain, tant sur le plan architectural que sur celui du spectacle de la rue, ce dernier exposant des apparences vestimentaires et des parlers spécifiques32. Si les grandes maisons italiennes qui avaient dominé à la fin du xve et au xvie siècle s'étaient délocalisées ou avaient fait faillite, beaucoup de marchands étrangers s'étaient sédentarisés, venant avant tout d'Italie33, des États germaniques, de Suisse et de Flandres.

  • 34 Gascon, Grand commerce, op. cit., p. 515-519 ; Natalis Rondot, « Les Protestants à Lyon, depuis la (...)
  • 35 Gennerat, Histoire des protestants, op. cit., p. 55-58 ; Françoise Bayard, « Les voyages des étran (...)
  • 36 Daniel Roche décrit la volonté de mesurer les mouvements, de tenter de les gérer et de les surveil (...)
  • 37 Archives départementales du Rhône (ADR), BP 2915 (1687).
  • 38 Krumenacker, Protestants au siècle des Lumières, op. cit., p. 15-16 et 20-23 ; Odile Martin, La co (...)

12C'est surtout d'Allemands du Sud et de Suisses que se composait le groupe d'origine étrangère au sein de l'Église réformée de Lyon34. L'évaluation par le Consulat de 1645, soit 1 600 à 1 700 Réformés, semble légèrement exagérée. Extrapoler à partir de l'état-civil de 1640-1649 aboutit à une population protestante de 1 250 à 1 400 personnes, qui rejoint le résultat proposé par Yves Krumenacker, en comptant cinq personnes par famille repérée, soit 1 240 réformés en 1651. Leur groupe aurait accompagné l'expansion générale, avec 1 500 personnes entre 1670 et 1684. La persécution se traduisit par une série de mesures de contrôle : à la fin de 1685, les pèlerinages furent soumis à l'autorisation de l'évêque et un arrêt de juin 1686 enjoignit aux étrangers voulant franchir la frontière de déclarer leur destination, ainsi que celle de leurs marchandises35. Une fois donné l'édit de Fontainebleau, les contrôles douaniers et frontaliers furent renforcés36. Mais Lyon resta un lieu de transit pour les émigrants vers la Suisse et l'Allemagne, des guides aidant clandestinement les membres de la « religion prétendue réformée ». Beaucoup de procédures de la Sénéchaussée de ces années témoignent de ces opérations d'exfiltration37. La répression dispersa donc la communauté réformée : les intendants Mâlon de Bercy et Lambert d'Herbigny n'estimaient son effectif qu'à 1 000 ou 1 100 personnes à la veille de la Révocation. Il faut voir là l'effet des abjurations forcées — 568 entre 1659 et 1685 — et de la campagne de conversions bien davantage que celui d'un exode précoce38. En revanche, le Refuge vida la ville de quelque 80 à 90 % de ses derniers Protestants : les registres de sépulture permettent de déduire un effectif inférieur à 190 personnes entre 1692 et 1701, tandis que l'intendant avançait un chiffre d'une centaine seulement en 1695. Quantitativement, la Révocation n'aurait donc fait perdre à Lyon que le centième de ses habitants. C'est qualitativement que la perte fut lourde, concernant des marchands insérés dans les grands réseaux européens, au moment même où la conjoncture économique basculait.

  • 39 Les politiques économiques des villes allemandes s'étaient diversifiées. Des centres de production (...)
  • 40 Pierre Léon, Papiers d'industriels et de commerçants lyonnais. Lyon et le grand commerce lyonnais (...)

13Or, les conséquences économiques de la guerre de Trente ans avaient déjà provoqué le départ de la quasi-totalité des maisons de commerce allemandes39. Seules les relations commerciales de Lyon avec Genève et des villes suisses se renforcèrent. Restée inégalée, l'étude des papiers d'industriels et de commerçants lyonnais menée naguère par le regretté Pierre Léon permet d'imaginer par superpositions cartographiques la situation de Lyon dans le réseau européen des grandes affaires au début du xviiie siècle40. Deux pôles relationnels apparaissent chez la quasi-totalité des marchands étudiés : Paris, grande place de consommation et de banque, et Marseille, devenu le véritable avant-port de la ville. Les autres sont liés aux spécificités de chaque activité. Les échanges de l'épicier Cabanes s'organisent sur un axe de Genève au Languedoc via Lyon ; ils concernent largement la Suisse et l'Allemagne méridionale. Les drapiers Chalut et Lamure négocient avec la Suisse et l'Italie, tandis que le drapier Moulins entretient des relations préférentielles avec le Languedoc. Les marchands suisses et allemands établis à Lyon se sont fait une spécialité du commerce avec leurs régions d'origine, étant intégrés dans les réseaux européens familiaux. Les frères toiliers Cuentz importent donc des étoffes de Silésie, de Saint-Gall et des Flandres qu'ils expédient vers l'Espagne. Plus généraliste, la compagnie Specht et Gonzebat trafique des piastres et s'appuie sur les réseaux de leurs nationaux — l'un est suisse, l'autre allemand — pour commercer avec l'Italie du Nord et le Languedoc.

  • 41 La Guillotière.
  • 42 Sébastien Locatelli, « Voyage de France. Mœurs et coutumes françaises (1664-1665) », in Jean Goule (...)

14Ces images des relations économiques majeures expliquent l'importance relative des portes de Lyon. Le pont du Rhône ouvrait vers la Savoie et l'Italie, mais aussi vers Genève, la Suisse et l'Allemagne du Sud, puisque la porte Saint-Sébastien ne jouissait que d'une situation secondaire. Le pont ouvrait aussi vers Marseille et le Languedoc par la rive gauche du fleuve, puisque la porte Saint-Georges et la route qui y aboutissait étaient d'importance secondaire. Emblématiquement, le pont s'imposait comme l'unique entrée possible dans une ville qui présentait encore au voyageur venu de l'Est le spectacle de ses remparts bordant la rive droite. Il était fortement défendu, ce qui impressionna en 1664 le musicien bolonais Locatelli qui, arrivant de Chambéry avec ses compagnons, nota avoir « traversé un long faubourg nommé la Geghlizera41, puis un grand pont, au milieu duquel est une porte avec son pont-levis et des herses, avant d'arriver à la porte de la ville où nous donnâmes nos noms au douanier42 ».

  • 43 Georges Reverdy, Histoire des routes lyonnaises, Sciences et techniques 7, Lyon, Éditions Ludg, 19 (...)
  • 44 Léopold Chatenay, Vie de Jacques Esprinchard rochelais et journal de ses voyages au xviesiècle, Pa (...)

15Une importance comparable était celle de la porte de Vaise, aussi appelée « porte du Lion » à cause d'un lion héraldique sculpté. Elle ouvrait vers Paris par deux routes différentes qui se séparaient au milieu du faubourg : celle de Roanne était la plus ancienne et la plus éminente43. Celle de Bourgogne était un peu moins fréquentée, elle était connue pour être la route des marchands de Lorraine et du Nord de la Suisse ; elle donnait accès à tout l'espace flamand. La porte de Vaise jouait un rôle emblématique comparable à celui du pont du Rhône : le Rochelais Jacques Esprinchard en raconte le passage en mars 1598 : « la cinquiesme porte est celle du chasteau de Pierre Scize, en tout en une mesme celle de Paris, qu'on nomme la porte de Veze, qui ne sont toutes deux contées que pour une, d'aultant qu'elles sont comme enfermées l'une dans l'autre, et qu'il est impossible aux gens de pied ou de cheval de passer par une qu'on ne passe aussi par l'autre44 ».

Entrées en ville

  • 45 Cf. Annexe 1.
  • 46 AML FF 43, 3 janvier 1688 [f° 1r].
  • 47 AML FF 43, 3 juin 1693. Il s'agit de Camille de Neuville, lieutenant général. Autre exemple : « No (...)
  • 48 Il s'agit du courrier de la poste, qui partait régulièrement à une heure fixe, arrivait à cette he (...)
  • 49 AML FF 43, 7 janvier.

16Ouvrons un registre, par exemple celui de la porte de Vaise. S'il arrivait que l'on enregistrât entre trois et cinq entrées en une même journée, le flux moyen était plus ténu : entre 1,1 et 1,8 inscriptions quotidiennes45. Au point que le notable ait souvent à porter « néant » quand survenait l'heure de fermeture des portes46. À l'instar des registres paroissiaux, le registre servait à l'occasion de chronique comme dans ce cas où le scribe nota à côté de la date : « Mons[ieu]r l'archevesq[ue] de Lyon est mort aux 3 he[ures] du matin47. » Une part importante des arrivées revenait aux courriers : « l'ordinaire48 de Paris est arrivé a onze heures du matin ». Sinon, le mode courant d'enregistrement des voyageurs comportait pour rubriques essentielles le patronyme du voyageur flanqué d'un avant-nom, le lieu de provenance, le mode de déplacement et le lieu d'hébergement à Lyon : « Monsieur Rouchon venant de Paris par la diligence logé à la Cornemuze49. »

  • 50 Ibid., [f° 1r.].
  • 51 Eugène Jacquemont, « Relation des séjours de Christine de Suède à Lyon (1656 à 1658). Avec pièces (...)

17Les mentions précisant l'état des voyageurs sont moins régulières, tandis que le nombre de personnes accompagnant l'arrivant n'est pas systématiquement précisé. Les mentions « luy deuxième », ou « lui troisième » sont parfaitement claires, et désignent des groupes de deux ou trois personnes, à l'exemple de « Monsieur Dusoleil luy deuxieme venant de Paris par la diligence logés au port du temple50 ». Il n'en est pas de même des personnages qui voyagent « avec leur train », c'est-à-dire une domesticité difficile à évaluer, en tout état de cause très inférieure à l'effectif de tous les serviteurs. Un « train » ducal mieux enregistré que les autres donne ce qui est à la fois une échelle et, sans doute aussi, une limite : quatorze personnes. Nous avons donc tablé sur un « train » moyen de huit personnes pour les évêques et les membres de la haute noblesse, du prince de Monaco au duc de Noailles. En effet, ce n'était que très exceptionnellement qu'un « train » pouvait compter plusieurs dizaines de personnes. Cela signalait une suite royale, à l'exemple de celle de Christine de Suède lors de son passage à Lyon en 1656, soit une soixantaine de familiers et de serviteurs51. Cas très exceptionnel, sans grand impact statistique.

Tableau 3. - Répartition par taille des groupes de voyageurs (courriers exclus)

Tableau 3. - Répartition par taille des groupes de voyageurs (courriers exclus)
  • 52 Recueil des lettres de Madame la marquise de Sévigné à Madame de Grignan sa fille, nouvelle éditio (...)
  • 53 Cf. Annexe 1.

18Ainsi, deux enregistrements sur trois concernaient des isolés qui arrivaient en poste ou par la diligence. On ne peut que souligner l'extrême rareté apparente des voyageuses : 32 identités féminines seulement consignées à Vaise entre 1688 et 1698 sur un total de 3 640 mentions nominatives, soit 0,87 % ! Les femmes étaient donc enregistrées anonymement parmi les autres personnes accompagnant un voyageur enregistré. Ce que l'on sait par ailleurs de la présence des serviteurs auprès de leur maître permet de supposer la rareté des servantes sauf, dans les équipages quelque peu fournis, la femme de chambre de Madame. Des laquais capables de faire le coup de feu étaient plus utiles en cas de mauvaise rencontre. Les voyageuses étaient donc accompagnées qui d'un mari, qui d'un père ou d'un frère, voire d'un ami. Grâce à la marquise de Sévigné, mère anxieuse, rien ne nous est caché du périlleux voyage de sa fille en 1671 entre Paris et Grignan via Lyon52. Protégée par un cocher de confiance chargé de ne pas la faire verser au passage de la terrible montagne de Tarare, madame de Grignan partageait la voiture de l'évêque coadjuteur d'Arles, et c'est sans nul doute le nom de ce dernier que les notables de Vaise auront enregistré. Pourtant, 65 % des groupes de voyageurs étaient formés d'au moins deux personnes, et 49 % d'au moins trois. C'était donc en groupe que l'on se déplaçait le plus souvent. En appliquant le coefficient de 1,9 personnes par enregistrement (courriers et ordinaires exclus), Lyon aurait accueilli annuellement via le pont du Rhône 390 voyageurs correspondant à 205 « bullettes », et via la porte de Vaise 334 autres, pour 176 enregistrements53. De tels chiffres peuvent sembler mesquins à l'égard d'une ville de l'importance de Lyon ; ils paraissent pourtant réalistes au regard des capacités offertes par le rythme et la capacité des relations routières ou fluviales. Toujours faut-il prendre en considération que les registres ne témoignent ni des petits marchands ni du menu peuple. Prenant la volonté de contrôle des migrants et voyageurs pour acquise, la pratique de contrôle était toutefois socialement différenciée, au moins quant à l'enregistrement et à la conservation à long terme.

Tableau 4.- Les modes de transport à la porte de Vaise en 1688

Tableau 4.- Les modes de transport à la porte de Vaise en 1688
  • 54 Georges Chapier, Histoire de la Poste à Lyon des origines à 1876, Lyon, Éditions Tout-Lyon-Moniteu (...)
  • 55 Brackenhoffer, Voyage, op. cit., p. 102.

19En effet, la poste assurait le transport de plus de 55 % des personnes54. La voie d'eau empruntée par les coches et les diligences n'attirait qu'un voyageur sur cinq. Mais l'offre de la poste était elle-même supérieure à la demande. Alors que la liaison avec Paris par la grande route du Bourbonnais était quotidienne et que, semble-t-il, le courrier de Bourgogne arrivait tous les deux jours, on ne relève que 140 mentions d'arrivée de poste amenant des voyageurs entre le 1er janvier et le 5 décembre 1688. Il est vrai que le procédé était coûteux : pour le seul trajet en voiture de Grenoble à Lyon, le messager ordinaire réclama 12 livres à Élie Brackenhoffer en août 164355. Le plus souvent, la voiture postale ne transportait qu'un seul groupe de personnes, plus rarement deux, exceptionnellement trois. Il s'agit toujours de groupes d'effectifs réduits à une ou deux personnes : la voiturée ne peut donc dépasser quatre passagers. Dans le huis clos du véhicule, la sociabilité de voyage n'est donc susceptible qu'une fois sur quatre de tisser un lien entre des inconnus.

Tableau 5. - La sociabilité de voyage : composition des voiturées

Tableau 5. - La sociabilité de voyage : composition des voiturées

Profil et origine des voyageurs

20Les registres n'indiquent malheureusement pas des états et des métiers de manière régulière. Souvent déduites de la connaissance des avant-noms, de telles mentions ne sont utilisables que pour un petit tiers des voyageurs passés par Vaise. Plus consciencieux, le scribe du pont du Rhône a noté les entrées de marchands, qui représentent le quart du flux. Les sources ne permettent donc que de brosser une sociologie très grossière des voyageurs passant par Lyon. Un quart des entrants auraient appartenu au haut et moyen clergé, à la noblesse titrée, au personnel politique et aux gens de justice et de finance. Un autre quart aurait appartenu à la marchandise. Le reste n'est qu'objet de supputation. Sans doute des plaideurs. Si une ville comme Besançon accueillait 7000 plaideurs par an au xviiie siècle, c'est qu'elle était siège de cour souveraine ; la sénéchaussée et siège présidial de Lyon était certainement moins attractive. Sans doute aussi quelques étudiants de passage, même si Lyon n'était pas ville universitaire. Des « touristes », également, mais en quel nombre ? De véritables immigrants, également, dont l'entrée en ville relevait d'une géostratégie familiale. Relevant tous d'une mobilité « qualitative », ces différents courants ne rassemblaient certainement pas la moitié inconnue des arrivants. Ces derniers se recrutaient sans doute parmi les marchands et les gens de métier de moindre farine, parmi ceux que l'on enregistrait plus négligemment.

Tableau 6.-Les états à la porte de Vaise (1688-1698)

Tableau 6.-Les états à la porte de Vaise (1688-1698)
  • 56 Annexe 2 : Les provenances des entrants par la porte du pont du Rhône, données brutes. Voir en fin (...)
  • 57 Carte 1 : L'espace de relation via le pont du Rhône. Voir en fin de chapitre.
  • 58 Olivier Zeller, « A l'enseigne du Chameau. Manières d'habiter, manières de gérer à Lyon au xviiie (...)
  • 59 Richard Gascon, « La France du mouvement. Les commerces et les villes », in Pierre Chaunu & Richar (...)

21La connaissance des origines des voyageurs est beaucoup plus satisfaisante. À l'évidence, à chaque point d'entrée correspondait un espace spécifique. Le pont du Rhône voyait avant tout arriver des Genevois, qui représentaient à eux seuls 58,6 % des entrants56. On peut voir ici le triple effet de la proximité géographique, de l'importance des relations économiques entre Lyon et Genève et, sans doute, d'un enregistrement particulièrement sourcilleux. Les cantons helvétiques étaient l'origine de 10,2 % des voyageurs ; on peut donc prendre toute la mesure de l'effondrement quantitatif des relations avec l'espace italien (3,2 %) et allemand (également 3,2 %). La cartographie démontre cette contraction de l'aire lyonnaise de relation57. L'absence relative des méridionaux dans ce registre est frappante, mais peut être expliquée. Quoique le service existât bien avant, on sait qu'en 1720, le bureau des Coches du Rhône fut établi dans la maison du Grand Hercule, maison qui se situait à proximité du confluent et qui donnait sur le vaste quai Saint-Antoine58. Les départs de diligences et de coches d'eau étaient réguliers. Avignon était atteinte en trois à quatre jours ; et bien que la remontée demandât au moins dix jours (en coche), les voyageurs et marchands semblaient préférer ce moyen de transport qui était moins cher que le transport par terre59.

  • 60 Annexe 3 : Les provenances des entrants par la porte de Vaise, données brutes. Voir en fin de chap (...)
  • 61 Carte 2 : L'espace de relation via la porte de Vaise. Voir en fin de chapitre.
  • 62 Carte 3 : Carte de synthèse des provenances des voyageurs. Voir en fin de chapitre.

22Une observation comparable peut être renouvelée à l'égard des entrées par la porte de Vaise60. C'est ici Paris qui joue un rôle absolument prépondérant : 75,7 % des origines61. Certes, il est possible d'invoquer l'effet de goulet qui concentre vers Lyon les grands cheminements entre Paris et l'Europe du sud-est. Mais il faut accorder un rôle essentiel à des relations commerciales tellement privilégiées qu'elles masquent de rares voyages en provenance des Flandres, d'Allemagne et d'Angleterre. Réalisée après pondération par la durée des périodes d'observation, la carte de synthèse démontre que les voyageurs proviennent avant tout de Paris et de Genève et que la majorité des autres arrivaient de régions admettant pour axe la ligne Rhône-Saône-Meuse62. Par là, cette cartographie se rapproche fortement de celles qui ont pu être dressées au sujet des origines migratoires, dont on sait qu'elles étaient fortement structurées par les grandes voies de communication sillonnées par les relations commerciales.

Deux foyers d'accueil

  • 63 Carte 4 : Les territoires d'hospitalité des voyageurs entrés par le pont du Rhône. Les adresses de (...)
  • 64 Annexe 4 : Répartition par auberges des voyageurs arrivés par le pont du Rhône. Données brutes. Vo (...)
  • 65 Aujourd'hui : partie nord de la rue Édouard Herriot. Lyon Ier.
  • 66 Aujourd'hui : rue Marcel Rivière, Lyon 2e. Les noms de rues ne faisant pas l'objet d'une note ont (...)
  • 67 Aujourd'hui rue Port-du-Temple, Lyon 2e.

23En renversant la perspective, il est possible de considérer non plus l'origine des voyageurs, mais leur lieu d'hospitalité dans Lyon. Le lien entre point d'entrée en ville et territoire d'accueil est flagrant63. Les entrants via le pont du Rhône descendaient dans un groupe d'auberges très concentré au sud de la place des Terreaux64 : rue Lanterne, rue Valfenière, place Saint-Pierre, rue Clermont65, au Plâtre, rue du Bât d'Argent, rue Mulet. Un second foyer était constitué par la nébuleuse d'hôtelleries échelonnées entre l'hôtel-Dieu et le port du Temple : rue de l'Hôpital66, rue des Quatre-Chapeaux, rue Écorchebœuf67.

  • 68 Annexe 5 : Répartition par auberges des voyageurs arrivés par Vaise. Données brutes. Voit en fin d (...)
  • 69 Carte 5 : Les territoires d'hospitalité des voyageurs entrés par la porte de Vaise. Voir en fin de (...)
  • 70 Carte 6 : Carte de synthèse des territoires d'hospitalité de Lyon. Voir en fin de chapitre.
  • 71 Françoise Bayard, « Le libraire, le lieutenant et l'agent de change : l'impossible collaboration d (...)
  • 72 Yves Krumenacker, « Les Protestants à Lyon au xviiie siècle », Bulletin de la Société historique, (...)

24Les voyageurs entrés par Vaise descendaient quelquefois dans des auberges de la rive droite de la Saône68 ; mais, pour l'essentiel, ils privilégiaient le second foyer, entre Hôpital et Port du Temple, le recours aux hôtelleries des Terreaux étant manifestement plus rare69. In fine, la carte de synthèse prouve après pondération temporelle une quasi-spécialisation de deux territoires d'hospitalité70. Certes, l'éventuelle sélectivité par les tarifs reste inconnue. En revanche, la recherche d'une commode proximité par rapport au point d'entrée ne jouait que partiellement. Pour l'essentiel, on peut sans grand risque discerner le jeu de deux autres fonctionnalités. Les auberges des Terreaux permettaient d'être à la fois proche du foyer d'animation urbaine que constituaient l'hôtel de ville et son voisin l'opéra, installé rue Pizay depuis 168771. Or, nul n'ignore ce trait de comportement des élites qui consistait à jauger une société urbaine dès l'arrivée dans une ville visitée. Les Terreaux étaient également proches de l'habitat des grands marchands de la Fabrique de soies, de celui des épiciers en gros, ainsi que de celui des derniers marchands allemands. Au xviiie siècle, c'est là que se repèrent les grands marchands suisses, dont des Protestants mêlés à leurs confrères du monde négociant72. Descendre aux Terreaux facilitait donc les relations commerciales.

  • 73 Zeller, « A l'enseigne du Chameau », art. cité, p. 33-37.

25La seconde fonctionnalité spatiale tenait sans doute à l'organisation d'un simple transit, même si la connaissance des durées de séjour permettrait seule de vérifier l'hypothèse. L'axe Écorchebœuf — rue de l'Hôpital permettait de repartir dès l'ouverture de la porte du Rhône, de même qu'il était commode de coucher près du quai Saint-Antoine en évitant l'incommodité des salles d'attente du bureau des coches et des diligences sur le Rhône. Il s'agissait là d'un pôle essentiel de la ville lyonnaise dont la localisation formait un tel enjeu qu'au xviiie siècle, les concessionnaires du service des coches exigeaient que le propriétaire de l'immeuble où ils tenaient leurs bureaux leur garantît la stabilité de leur bail en renonçant expressément à son droit d'éviction73.

  • 74 Jean-François Dubost, « Les étrangers à Paris au siècle des Lumières », in Daniel Roche, (éd.), La (...)

26Il reste que des régularités se relèvent, sous la réserve de significativité qui affecte toujours les petits échantillonnages. Les voyageurs d'Allemagne arrivant par Vaise choisissaient surtout le Port du Temple et la Pomme du Pin ; l'auberge favorite des Flamands était le Port du Temple. Et les Allemands et les Italiens qui arrivaient par le pont du Rhône descendaient surtout au Grand Veneur et à l'Écu de France. Il s'agissait là de ce type de prédilection dont le cas parisien fournit un autre exemple pour le xviiie siècle74. Et qui semble apparaître dans le cas des voyageurs venus de Genève à Lyon, même si la minceur des effectifs interdit de pratiquer des méthodes décisives de statistique analytique.

Tableau 7.- Le logement des voyageurs entrés au pont du Rhône

Tableau 7.- Le logement des voyageurs entrés au pont du Rhône

Cinq conclusions et deux hypothèses

  • 75 Chatenay, Esprinchard, op. cit., p. 238.

27Au terme de cet essai, cinq conclusions se dégagent. D'abord, les faubourgs ne jouaient manifestement qu'un rôle limité à celui de sas, accueillant les voyageurs arrivés trop tôt ou trop tard pour pouvoir franchir les portes. Par exemple, en mars 1598, Esprinchard, venu de Genève via Nantua quitta l'étape de Beynost de si bonne heure qu'il trouva fermée la porte Saint-Sébastien. Il se restaura donc au faubourg de la Croix-Rousse avant de gagner son logis, « chez le chassemarée de Genève chez Jehan Lertet en l'hostellerie de la Maison Peinte vis à vis de la place des Terreaux, ou s'exécutent les criminels75 ».

28Ensuite, la logique spatiale d'hospitalité du voyageur se distingue assez nettement de celle, bien connue, de l'immigrant. Ce seraient des fonctionnalités professionnelles et socio-culturelles qui auraient été assez déterminantes pour induire une forme de spécialisation de deux micro-territoires urbains.

29Par suite, la troisième observation tend à souligner que cette géographie de l'accueil illustre le grand déplacement vers l'Est du centre de gravité démographique et économique de la ville. Alors que la fin du xvie siècle voyait encore fonctionner un véritable pôle d'hospitalité dans le quartier du Port Saint Paul, sur la rive droite de la Saône, le « côté de Fourvière » ne voyait plus descendre que 9 % des voyageurs venus par Vaise, et 4 % seulement de ceux qui étaient entrés par le pont.

  • 76 Olivier Zeller (éd.), Rythmes urbains, xve-xxe siècles, Paris, L'Harmattan, 2007.

30Par ailleurs, les entrées formaient l'une des composantes subtiles des rythmes propres de la cité76. Vaise en 1688 présente une opposition marquée entre le vendredi, le samedi et le dimanche, jours très actifs, et l'atonie relative du mardi au jeudi. Ces rythmes quotidiens n'étaient sans doute que l'écho des rythmes de départ propres aux lieux d'origine des voyageurs, en particulier Paris.

Graphique 2.- Rythmes hebdomadaires d'entrée par Vaise, 1688

Graphique 2.- Rythmes hebdomadaires d'entrée par Vaise, 1688
  • 77 Les patronymes trop répandus (Robert, Perrin, François, Dupuis, Bernard,...) ont été exclus de l'é (...)
  • 78 Locatelli (Vautier [éd.]), Voyage, op. cit., p. 38.
  • 79 Ibid, p. 255.

31Ceci établi, deux questions importantes restent pendantes. D'où deux hypothèses. La première reste celle du mode de détermination du lieu d'accueil, obligatoirement fixé dès l'entrée. Un sondage portant sur 50 voyageurs enregistrés plusieurs fois et conçu avec le souci d'éliminer les identifications hasardeuses et les effets d'homonymie77 a montré que 13 seulement d'entre eux descendirent dans la même auberge. Mais 9 n'avaient effectué que deux séjours, ce qui ne permet pas de discerner avec certitude une véritable fidélisation. Les grands voyageurs qu'étaient les de Broglie (9 passages) descendaient indifféremment aux Trois Rois, à la Pomme de Pin, à l'Écu de France, au Parc, et même à la Guillotière, à l'enseigne de l'Ange. Messieurs Ponsin et de Caderousse, respectivement logés cinq fois consécutives au Port du Temple et à la Pomme de Pin, faisaient figure d'exception. Plusieurs possibilités sont imaginables. Soit le voyageur était dirigé vers une hôtellerie lors de son entrée à Lyon. On ne conçoit l'envoi d'un serviteur chargé de racoler le chaland qu'à l'occasion des arrivées de poste, relativement régulières. Sinon, il est possible de supposer que le commis aux portes s'en chargeait, sans doute motivé par le bakchich promis par l'hôte. Soit le choix résultait de l'action de réseaux extérieurs de recommandation animés par les maîtres de poste, les messagers ou les voituriers. Des relations interurbaines jouaient également et rassemblaient les originaires d'un même lieu. Par exemple, Locatelli descendit « chez M. Natalone, dont M. Martin nous avait donné par écrit le nom et l'adresse, nous y trouvâmes, à notre grand plaisir, notre compatriote l'illustrissime seigneur comte Albert Caprara78 ». Au retour, le même Locatelli refusa les pressantes invitations de l'abbesse de Saint-Pierre afin de pouvoir rejoindre ses compagnons : « j'allai donc à l'Écu d'Or, hôtellerie vraiment d'or pour les voyageurs79 ».

Graphique 3.- Rythme annuel d'entrée par Vaise, 1688-1698

Graphique 3.- Rythme annuel d'entrée par Vaise, 1688-1698
  • 80 Probablement le Tambour ou le Tonneau d'or.
  • 81 Tristan Boffard, La condition juridique des protestants de Lyon de l'Édit de Nantes à sa révocatio (...)
  • 82 ADR BP 2850, Instruction contre Anthoine Barry, juillet à novembre 1668.
  • 83 Chatenay, Esprinchard, op. cit., p. 236.
  • 84 Brackenhoffer, Voyage, op. cit, p. 103.
  • 85 Locatelli (Vautier, [éd.]), Voyage, op. cit, p. 76.
  • 86 Ibid, p. 255-256.

32La deuxième question concerne l'impact réel des enjeux religieux. Tout semble suggérer que l'appartenance religieuse n'avait pas rang de déterminant principal dans le choix du lieu d'hospitalité, et n'était qu'un effet secondaire d'origines géographiques à très fortes connotations économiques. Les nombreux évêques qui transitaient par Lyon descendaient indifféremment dans les diverses hôtelleries, pourvu qu'elles fussent adéquates à leur rang. Et le fait que les arrivants de Genève ne se fussent pas répartis dans les diverses auberges selon des modalités strictement comparables à celle des autres voyageurs venus par le pont du Rhône peut résulter d'autres formes de ségrégation que celles que suggèrerait la religion. À l'époque de la révocation de l'Édit de Nantes, les réformés en route étaient souvent logés chez des coreligionnaires ou dans des auberges connues pour accueillir des protestants à travers leurs réseaux. Dans la ville d'étape les auberges furent surveillées en permanence et visitées régulièrement par des commissaires pour appréhender des fugitifs éventuels. La Sénéchaussée criminelle connut toute une série d'auberges spécialisées en l'accueil des protestants. Plusieurs se trouvaient dans les faubourgs, à la Guillotière et à la Croix-Rousse ; en ville, les auberges connues pour abriter les fugitifs étaient le Puits couvert, la Samaritaine, le Tombeau d'or80, l'hôtel de Malte, le Saint-Pierre, la Corbeille d'or, la Pomme rouge, les sœurs Bazin, la Croix d'or et le Croissant81. En 1668, la Sénéchaussée rattrapa un ministre de la religion réformée qui avait logé pendant plusieurs semaines en différents endroits de la ville, entre autres chez la veuve Rouge et le Sieur Bizot, qui tenaient des pensionnaires et qui étaient, eux aussi, connus pour exercer la « religion prétendue réformée », tel Antoine Barry, prêtre d'origine d'Uzès qui prétendit y enseigner « les mathémathiques et le blazon82 ». Ceci étant, les hôtes accueillant des protestants ne l'étaient pas toujours, mais bien souvent des catholiques ou des nouveaux convertis. Parmi eux se trouvaient des collaborateurs, des philanthropes, mais aussi des simples commerçants, indifférents à la religion dans le cadre professionnel. D'ailleurs, les récits de voyageurs démontrent une sociabilité de voyage à la fois supra-nationale et supra-confessionnelle. En 1598, Esprinchard se rend de Genève à Lyon en compagnie de nobles écossais, anglais et hollandais83. En 1643, entre Grenoble et Lyon, le luthérien Brackenhoffer et le peintre calviniste Apetit portent assistance à leur compagnon de voyage catholique, tellement ivre qu'il avait chu trois fois de cheval et que l'aubergiste, le suspectant du haut mal, refusait de l'accepter84. Lors de son arrivée en France, en 1664, l'abbé Locatelli joua en vain du prosélytisme dans une auberge de l'Arbresle à l'égard de deux jeunes anglais qu'il finit par identifier comme des Calvinistes85. À son deuxième passage à Lyon, le Bolonais s'indigna de ne trouver aucune image pieuse dans les chambres, mais seulement « des tableaux lascifs représentant des nudités ». Pour lui, on se refusait à « exposer au public des tableaux de dévotion de peur qu'ils ne soient insultés par les hérétiques86 ».

33Espace laïque, donc, que les hôtelleries lyonnaises. Ainsi s'expliquerait que les régulations des pratiques d'hospitalité aient été avant tout sociales.

Annexes

Annexes

Annexe 1. - Les mouvements de voyageurs aux portes de Vaise et du pont du Rhône

Annexe 1. - Les mouvements de voyageurs aux portes de Vaise et du pont du Rhône

Annexe 2. - Les provenances des entrants par la porte du pont du Rhône, données brutes

Annexe 2. - Les provenances des entrants par la porte du pont du Rhône, données brutes

Annexe 3.- Les provenances des entrants par la porte de Vaise, données brutes

Annexe 3.- Les provenances des entrants par la porte de Vaise, données brutes

Annexe 4.- Répartition par auberges des voyageurs arrivés par le pont du Rhône, données brutes

Annexe 4.- Répartition par auberges des voyageurs arrivés par le pont du Rhône, données brutes

Annexe 5.- Répartition par auberges des voyageurs arrivés par Vaise

Annexe 5.- Répartition par auberges des voyageurs arrivés par Vaise

Cartes

Carte 1.- Origine géographique des voyageurs arrivés par le pont du Rhône

Carte 1.- Origine géographique des voyageurs arrivés par le pont du Rhône

Carte 2.- Origine géographique des voyageurs arrivés par Vaise

Carte 2.- Origine géographique des voyageurs arrivés par Vaise

Carte 3.- Carte de synthèse des provenances des voyageurs

Carte 3.- Carte de synthèse des provenances des voyageurs

Carte 4.- Localisation des auberges fréquentées par les voyageurs arrivés par le pont du Rhône. (Fond de carte : plan de Boucher, Lyon seconde ville du royaume de France, extr. de Claude Brossette, Histoire abrégée, Lyon 1711.)

Carte 4.- Localisation des auberges fréquentées par les voyageurs arrivés par le pont du Rhône. (Fond de carte : plan de Boucher, Lyon seconde ville du royaume de France, extr. de Claude Brossette, Histoire abrégée, Lyon 1711.)

Carte 5. - Localisation des auberges fréquentées par les voyageurs arrivés par la porte de Vaise. (Fond de carte : plan de Boucher, Lyon seconde ville du royaume de France, extr. de Claude Brossette, Histoire abrégée, Lyon 1711.)

Carte 5. - Localisation des auberges fréquentées par les voyageurs arrivés par la porte de Vaise. (Fond de carte : plan de Boucher, Lyon seconde ville du royaume de France, extr. de Claude Brossette, Histoire abrégée, Lyon 1711.)

Carte 6.- Carte de synthèse des territoires d'hospitalité de Lyon. (Fond de carte : plan de Boucher, Lyon seconde ville du royaume de France, extr. de Claude Brossette, Histoire abrégée, Lyon 1711.)

Carte 6.- Carte de synthèse des territoires d'hospitalité de Lyon. (Fond de carte : plan de Boucher, Lyon seconde ville du royaume de France, extr. de Claude Brossette, Histoire abrégée, Lyon 1711.)

Notes

1 Olivier Zeller, Histoire de l'Europe urbaine, livre III : la ville moderne, Paris, Le Seuil, 2003, tome 1, p. 711-724.

2 Id., « La place des miséreux et des malades à Lyon, de l'Ancien Régime à nos jours », in Anne Gotman (éd.), Villes et Hospitalité, Les municipalités et leurs « étrangers », Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, 2004, p. 79-102.

3 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l'utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, p. 41-43.

4 Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636. Démographie historique et géographie sociale. Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1983, 474 p.

5 Archives municipales de Lyon (AML), FF 42. Jugements de police.

6 AML, FF 43. Jugements de police. Un registre 27cm x 40 cm.

7 Jean-François Dubost, « Naissance de la police des étrangers dans le royaume de France (xvie-xviiie siècle) », in Marie-Claude Blanc-Chaléard et al. (éd.), Police et migrants : France 1667-1939, Actes du colloque organisé à l'université d'Orléans les 28 et 29 octobre 1999, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 33-49, ici p. 39.

8 Dubost, « Naissance de la police », art. cité, p. 40 ; Andrea Iseli, « Bonne police ». Frühneuzeitliches Verständnis von der guten Ordnung eines Staates in Frankreich, Epfendorf, Bibliotheca academica Verlag, 2003, p. 158-166.

9 AML, BB 111, f° 91r°-94v°, 6.4.1583. Delphine Estier nous a donné cette référence. Qu'elle en soit ici remerciée.

10 C’est la porte de Vaise, dite également porte de Pierre-Scize au xvie siècle.

11 Anatole de Montaiglon, « Un voyageur anglais à Lyon sous Henri IV (1608) », Revue du Lyonnais, 1 (1880), p. 326-336 et 408-418, ici p. 329.

12 Élie Brackenhoffer, Voyage en France, 1643-1644, traduit par Henry Lehr, Nancy, Berger-Levrault, 1925, ici p. 104.

13 AML, FF 019, p. 6, 15 novembre 1641.

14 Conférences ecclésiastiques du diocèse d'Angers sur les États tenues par l'ordre de Monseigneur Jean de Vaugirauld, évêque d'Angers ès années 1734 et 1735, Bruxelles, Par la Société, 1743, p. 267.

15 Brackenhoffer, Voyage, op. cit., p. 104.

16 AML, 6 FI 00465, 19 juin 1644.

17 AML, BB 392, p. 37, 30 juin 1679.

18 Jérôme Emanuel, Le Consulat employeur (xviie-xviiie siècles), mémoire de maîtrise, université Lyon II, Centre d'études démographiques, 2004.

19 Catherine Martin, Les compagnies de la propagation de la foi (1632-1685). Paris, Grenoble, Aix, Lyon, Montpellier, Genève, Droz, 2000, p. 248.

20 Eugène Vial, Le chevalier du guet et sa compagnie, Lyon, Librairie ancienne de Louis Brun, 1905, p. 134-135 ; Id., Le capitaine de la ville. La garde et la défense de Lyon, Lyon, Librairie ancienne de Louis Brun, 1907, p. 185-186. À part la milice bourgeoise, Lyon entretenait une garde des conseillers qui était établie au besoin à celles des portes qui paraissent menacées.

21 AML, 6 FI 00738, 1708 ; 6 FI 00 735, 25 juillet 1711 ; 6 FI 00732, 21 juin 1714 ; 23 octobre 1776. Nous nous appuyons ici sur le minutieux travail réalisé par MM. Thierry Argant, Yannick Jambon et Nicolas Lozancic, dans le cadre de l'équipe « histoire des villes et de leurs populations » de l'ex-Centre Pierre Léon.

22 AML, 6 FI 00467. 1781.

23 Natalis de Wailly, Mémoire sur les variations de la livre tournois depuis le règne de Saint-Louis jusqu'à l'établissement de la monnaie décimale, Mémoires de l'Institut impérial de France, XXI, Paris, Imprimerie impériale, 1857, 2e partie.

24 Georges Livet, « Les routes françaises aux xvie et xviie siècles. État des questions et directions de recherches », in L'homme et la route en Europe occidentale au Moyen Age et aux Temps modernes, Centre culturel de l'Abbaye de Flaran. Deuxièmes Journées internationales d'histoire, 20-22 septembre 1980, Auch, Comité départemental du Tourisme du Gers, 1982, p. 138-139 ; Jacques Rossiaud, Dictionnaire du Rhône médiéval. Identités et langages, savoirs et techniques des hommes du fleuve (1300-1550), 2 tomes, Documents d'ethnologie régionale, vol. 23, Grenoble, Centre alpin et rhodanien d'ethnologie, 2002. Les diligences d'eau étaient des bateaux légers qui pouvaient transporter 8 à 10 milliers de marchandises.

25 Annexe 1 : Les mouvements de voyageurs aux portes de Vaise et du pont du Rhône. Voir en fin de chapitre.

26 Pour les années 1522-1526, les carnets de recette du deux deniers par livre montrent qu'en valeur 72,4 % des entrées globales de marchandises se font alors par les portes, contre 19,6 % seulement pour les ports de Saône et 7,6 % pour ceux du Rhône. Les parts respectives des portes du pont du Rhône, des Farges, de Vaise, de la Croix-Rousse et de Saint Georges étaient alors de 34,3 %, 17,4 %, 11,7 %, 8,4 % et 0,6 %. Cf. Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle. Lyon et ses marchands (environs de 1520-environs de 1580), Paris, SEVPEN, 1971, tome 1, p. 143.

27 Il s'agit d'une porte dérobée dans la muraille d'enceinte ou bien d'une « porte de derrière ».

28 Françoise Bayard, « Unité ou pluralité de lieux : la place Bellecour dans la révolte lyonnaise des 17 et 18 mai 1693 », in Les espaces révolutionnaires, Actes du 114e Congrès national des Sociétés savantes (Paris, 1989), Paris, CTHS, 1990, p. 71-80.

29 D'après le dépouillement exhaustif des registres paroissiaux intra-muros (AML).

30 Marc Smith, « Lyon vu par les voyageurs italiens au xvie siècle », in Beaujeu et sa région. Histoire du département du Rhône, Actes des Journées d'Étude 5 (1988), Lyon, Union des sociétés historiques du Rhône, 1990, p. 85-98, ici p. 89. Les italiques sont ici de l'auteur.

31 Jean-Pierre Gutton, Histoire de Lyon et du Lyonnais, Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 45-46 ; Livet, « Les routes françaises », art. cité, p. 107-149, ici p. 137-138 : Le décompte de 360 voyageurs en 1722 entre Paris et Amiens permet de distinguer quatre catégories : les marchands vers les foires, les ouvriers, les officiers et les soldats, les religieux et les pèlerins.

32 Smith, « Lyon », art. cité, p. 91.

33 Après les travaux de Richard Gascon et Jacqueline Boucher cf. maintenant Henry Heller, Anti-Italianism in Sixteenth-Century France, Toronto, UTP, 2002, qui dédie deux chapitres à la ville de Lyon.

34 Gascon, Grand commerce, op. cit., p. 515-519 ; Natalis Rondot, « Les Protestants à Lyon, depuis la promulgation de l'Édit de Nantes jusqu'à sa révocation, 1598-1685 », Revue du Lyonnais, 10 (5e série), 1890, p. 97-115, 169-187, 245-271, 341-366 et 417-458 ; Roland Gennerat, Histoire des protestants à Lyon. Des origines à nos jours, Moins, Éditions Au Jet d'Ancre, 1994 ;et surtout Yves Krumenacker, Des protestants au siècle des Lumières. Le modèle lyonnais, Paris, Éditions Champion, 2002.

35 Gennerat, Histoire des protestants, op. cit., p. 55-58 ; Françoise Bayard, « Les voyages des étrangers installés à Lyon à la fin du xviie siècle », in Par monts et par vaux, migrations et voyages, Festival d'histoire de Montbrison les 28, 29 et 30 septembre 2000, Montbrison, Hôtel de ville, 2000, p. 315-337. Elle soutient, par contre, que cet arrêt n'avait pas son origine dans la persécution des réformés. Certes, les étrangers protestants n'étant pas soumis à la législation anti-protestante français (selon Gennerat, p. 57), les procédures de demande de passeports sont néanmoins un moyen de contrôle - contrôle de liens et de filières possibles entre Lyon et les lieux de « refuge ».

36 Daniel Roche décrit la volonté de mesurer les mouvements, de tenter de les gérer et de les surveiller en fonction d'impératifs sociétaux. Tout comme les autres phénomènes d'expulsion et de fuite qui émaillent l'histoire religieuse de l'époque moderne, la Révocation de l'Édit de Nantes engendra un cercle « contrôle, connaissance, contrôle ; connaissance, contrôle, connaissance », formule résumant la dialectique de la surveillance et de la mobilité transgressive. Celle-ci engendrait à la fois contrôle et résistance, et le renforcement des contrôles frontaliers ne soldait pas nécessairement par une efficacité accrue. Cf. Daniel Roche, Humeurs vagabondes, op. cit., p. 359-383, notamment p. 371-372. Sur l'émigration des Réformés, Lyon comme ville d'étape et les arrestations des fugitifs au pont de la Guillotière et sur le chemin de Genève, cf. Krumenacker, Protestants au siècle des Lumières, op. cit., p. 30-42.

37 Archives départementales du Rhône (ADR), BP 2915 (1687).

38 Krumenacker, Protestants au siècle des Lumières, op. cit., p. 15-16 et 20-23 ; Odile Martin, La conversion protestante à Lyon (1659-1687), Genève, Droz, 1986.

39 Les politiques économiques des villes allemandes s'étaient diversifiées. Des centres de production ou de commercialisation des laines avaient disparu. Les privilèges accordés par le roi de France ne présentaient plus de garantie de renouvellement. Cf. Ingomar Bog, « Oberdeutsche Kaufleute zu Lyon 1650-1700. Materialien zur Geschichte des oberdeutschen Handels mit Frankreich », Jahrbuch für fränkische Landesforschung, 22 (1962), Neustadt Aisch, p. 19-65. Entre 1654 et 1700, on ne trouve plus trace que d'une vingtaine de compagnies allemandes dans le registre tenu à la douane de Lyon (imposition foraine de 5 %).

40 Pierre Léon, Papiers d'industriels et de commerçants lyonnais. Lyon et le grand commerce lyonnais au xviiie siècle, Lyon, Centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1976.

41 La Guillotière.

42 Sébastien Locatelli, « Voyage de France. Mœurs et coutumes françaises (1664-1665) », in Jean Goulemot, Paul Lidsky & Didier Masseau (éd.), Le voyage en France. Anthologie des voyageurs Européens en France, du moyen âge à la fin de l'empire, Paris, Laffont, 1995, p. 135-177. Cf. surtout : Id., Voyage de France. Mœurs et coutumes françaises (1664-1665), relation de Sébastien Locatelli, prêtre bolognais traduite sur Us manuscrits autographes et publiée avec une introduction et des notes par Adolphe Vautier, Paris, Alphonse Picard et fils, 1905.

43 Georges Reverdy, Histoire des routes lyonnaises, Sciences et techniques 7, Lyon, Éditions Ludg, 1994, p. 4 7.

44 Léopold Chatenay, Vie de Jacques Esprinchard rochelais et journal de ses voyages au xvie siècle, Paris, SEVPEN, 1957, p. 239.

45 Cf. Annexe 1.

46 AML FF 43, 3 janvier 1688 [f° 1r].

47 AML FF 43, 3 juin 1693. Il s'agit de Camille de Neuville, lieutenant général. Autre exemple : « Nota que le 2 février 1690 la porte de Vaize a esté fermée et n'a esté ouverte que le mardi 7 dudit a cause des eaux qu'estoient très grandes. »

48 Il s'agit du courrier de la poste, qui partait régulièrement à une heure fixe, arrivait à cette heure-ci à Lyon. Sur l'établissement de la poste à Lyon, cf. Louis Caillet, « Note sur la poste à Lyon à la fin du règne de Louis XI (1481-1482) », Revue d'Histoire de Lyon, 8 (1910), p. 64-67.

49 AML FF 43, 7 janvier.

50 Ibid., [f° 1r.].

51 Eugène Jacquemont, « Relation des séjours de Christine de Suède à Lyon (1656 à 1658). Avec pièces justificatives et comptabilité de l'entrée et des séjours de la Reine tirées des Archives municipales », Revue d'Histoire de Lyon, 11 (1912), p. 118-148, ici p. 122. Elle logeait en compagnie de ses principaux officiers à l'hôtel de l'Archevêque, tandis que le reste de sa suite était réparti dans les hôtelleries de la rive droite de la Saône ; ibid., p. 124.

52 Recueil des lettres de Madame la marquise de Sévigné à Madame de Grignan sa fille, nouvelle édition augmentée, Paris, par la Compagnie des libraires, 1775, tome I, p. 10 à 67. Le sujet des voyageuses à l'époque moderne n'a pas encore été étudié exhaustivement. L'historiographie allemande a défriché le terrain par une bibliographie des récits de voyages féminins : Wolfgang Griep & Annegret Pelz (éd.), Frauen reisen : ein bibliographisches Verzeichnis deutschsprachiger Frauenreisen 1700 bis 1810, Brême, Édition Temmen, 1995.

53 Cf. Annexe 1.

54 Georges Chapier, Histoire de la Poste à Lyon des origines à 1876, Lyon, Éditions Tout-Lyon-Moniteur judiciaire, 1965, p. 95. L'auteur, qui s'adresse manifestement aux philatélistes et aux marcophiles, n'indique que quelques dates fondamentales et ne souffle mot des transports de voyageurs. Une étude plus récente n'écrit cette histoire qu'à partir des messagers, courriers et bureaux : Yvette Mience, Histoire des postes du Rhône, tome 1 : L'Ancien Régime à Lyon, Lyon, Jacques André Éditeur, 1997.

55 Brackenhoffer, Voyage, op. cit., p. 102.

56 Annexe 2 : Les provenances des entrants par la porte du pont du Rhône, données brutes. Voir en fin de chapitre.

57 Carte 1 : L'espace de relation via le pont du Rhône. Voir en fin de chapitre.

58 Olivier Zeller, « A l'enseigne du Chameau. Manières d'habiter, manières de gérer à Lyon au xviiie siècle », Cahiers d'Histoire, 38,1 (1993), p. 25-54, ici p. 29-30 ; Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon et des provinces de Lyonnois, Forez et Beaujolais pour l'année 1774, Lyon, Aimé Delaroche, 1774, p. 197-200 ; cf. Roche, Humeurs vagabondes, op. cit., p. 223, qui parle de ce service étant établi dès les années 1770.

59 Richard Gascon, « La France du mouvement. Les commerces et les villes », in Pierre Chaunu & Richard Gascon, (éd.), Histoire économique et sociale de la France, Paris, Presses Universitaires de France, 1977, t. I, 1, p. 381. Si l'on croit les baux d'affermages du péage par eau et du péage par terre de Saint-Symphorien-d'Ozon, le trafic de la route de terre, qui courait sur la rive gauche du fleuve, était déjà au xvie siècle plus faible que la voie d'eau ; ibid., p. 387.

60 Annexe 3 : Les provenances des entrants par la porte de Vaise, données brutes. Voir en fin de chapitre.

61 Carte 2 : L'espace de relation via la porte de Vaise. Voir en fin de chapitre.

62 Carte 3 : Carte de synthèse des provenances des voyageurs. Voir en fin de chapitre.

63 Carte 4 : Les territoires d'hospitalité des voyageurs entrés par le pont du Rhône. Les adresses des auberges ne figurant pas dans les registres d'entrées, on a pu les reconstruire à peu exceptions près à l'aide des inventaires après décès (ADR), des actes des procédures de la Sénéchaussée (ADR), du Fond Tricou (AML) et du Fond Pointet (AML). Voir en fin de chapitre.

64 Annexe 4 : Répartition par auberges des voyageurs arrivés par le pont du Rhône. Données brutes. Voir en fin de chapitre.

65 Aujourd'hui : partie nord de la rue Édouard Herriot. Lyon Ier.

66 Aujourd'hui : rue Marcel Rivière, Lyon 2e. Les noms de rues ne faisant pas l'objet d'une note ont été heureusement conservés. La localisation de l'auberge « Aux Trois Rois » à la fin du xviie siècle pose toutefois problème, car il y avait deux enseignes portant le même nom. Au xvie et au début du xviie siècle (voir supra, note 11) l'auberge de ce nom était du côté de Saint- Paul, sur la rive droite de la Saône. Dès la fin du xviie siècle elle se trouvait rue de l'Hôpital (voir annexe 5). Or, dans les actes de la Sénéchaussée, en 1741, elle surgit de nouveau sur la rive droite de la Saône, rue des Flandres. N'ayant pas les moyens de décider au cas par cas, nous proposons de tout localiser du côté de Saint-Nizier, d'autant plus que la plupart des voyageurs arrivés par Vaise sont descendus dans les auberges de la Presqu'île ; ce parti-pris revient néanmoins à légèrement surestimer la rue de l'Hôpital.

67 Aujourd'hui rue Port-du-Temple, Lyon 2e.

68 Annexe 5 : Répartition par auberges des voyageurs arrivés par Vaise. Données brutes. Voit en fin de chapitre.

69 Carte 5 : Les territoires d'hospitalité des voyageurs entrés par la porte de Vaise. Voir en fin de chapitre.

70 Carte 6 : Carte de synthèse des territoires d'hospitalité de Lyon. Voir en fin de chapitre.

71 Françoise Bayard, « Le libraire, le lieutenant et l'agent de change : l'impossible collaboration des associés de l'Académie royale de Musique de Lyon (1687-1689) », in Théâtre et spectacles hier et aujourd'hui, Paris, CTHS, 1991, p. 277-292.

72 Yves Krumenacker, « Les Protestants à Lyon au xviiie siècle », Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, tome XXXI, année 2001, Lyon, 2003, p. 85-101.

73 Zeller, « A l'enseigne du Chameau », art. cité, p. 33-37.

74 Jean-François Dubost, « Les étrangers à Paris au siècle des Lumières », in Daniel Roche, (éd.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin xviie -début xixe siècle), Paris, Fayard, 2000, p. 221-288, ici p. 274-288. La répartition spatiale des lieux d'accueil à Paris (env. 1650-1830) a aussi été étudiée : Gilles Chabaud, Vincent Milliot & Jean-Michel Roy, « La géographie parisienne de l'accueil », in ibid., p. 109-171. Leur approche - se repérant sur des enquêtes administratives, des cartes de logements, des recensements, des guides de voyages et des almanachs - témoigne moins d'une construction spatiale à travers les « pratiques » que d'une conception d'un espace dit absolutiste.

75 Chatenay, Esprinchard, op. cit., p. 238.

76 Olivier Zeller (éd.), Rythmes urbains, xve-xxe siècles, Paris, L'Harmattan, 2007.

77 Les patronymes trop répandus (Robert, Perrin, François, Dupuis, Bernard,...) ont été exclus de l'échantillon. Par ailleurs, les distorsions commises par le scribe sont considérables, comme dans tout document transcrivant des indications données oralement. Elles peuvent être repérées quand les noms sont connus, confirmés par l'avant-nom et par l'indication de la présence d'un « train ». Par exemple, les variations importantes d'une orthographe phonétique n'ont pas empêché d'identifier les Noailles ou les de Broglie. En revanche la prudence la plus extrême s'impose dans le cas général : devant un stock patronymique issu de la France entière, voire au-delà, il ne peut être question de décider des rapprochements qui seraient acceptables à l'échelle d'une population étroitement localisée, connue par croisement avec des sources sérielles.

78 Locatelli (Vautier [éd.]), Voyage, op. cit., p. 38.

79 Ibid, p. 255.

80 Probablement le Tambour ou le Tonneau d'or.

81 Tristan Boffard, La condition juridique des protestants de Lyon de l'Édit de Nantes à sa révocation, thèse de droit, Lyon 3, 1997, tome 2, p. 442-444 ; Krumenacker, Protestants au siècle des Lumières, op. cit., p. 40-41.

82 ADR BP 2850, Instruction contre Anthoine Barry, juillet à novembre 1668.

83 Chatenay, Esprinchard, op. cit., p. 236.

84 Brackenhoffer, Voyage, op. cit, p. 103.

85 Locatelli (Vautier, [éd.]), Voyage, op. cit, p. 76.

86 Ibid, p. 255-256.

Table des illustrations

Titre Carte particulière des postes de France, Alexis-Hubert Jaillot : chez le Sr Jaillot, 1690 Bibliothèque nationale de France, Ge DD 2987 (704) B
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Tableau 1.- Les commis aux entrées de Lyon en 1687
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-2.png
Fichier image/png, 291k
Titre Tableau 2.- Répartition des entrants à la porte de Vaise
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-3.png
Fichier image/png, 398k
Titre Graphique 1.- Flux d'entrée à Vaise et conjoncture démographique29
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-4.png
Fichier image/png, 167k
Titre Tableau 3. - Répartition par taille des groupes de voyageurs (courriers exclus)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-5.png
Fichier image/png, 229k
Titre Tableau 4.- Les modes de transport à la porte de Vaise en 1688
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-6.png
Fichier image/png, 208k
Titre Tableau 5. - La sociabilité de voyage : composition des voiturées
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-7.png
Fichier image/png, 146k
Titre Tableau 6.-Les états à la porte de Vaise (1688-1698)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-8.png
Fichier image/png, 186k
Titre Tableau 7.- Le logement des voyageurs entrés au pont du Rhône
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-9.png
Fichier image/png, 365k
Titre Graphique 2.- Rythmes hebdomadaires d'entrée par Vaise, 1688
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-10.png
Fichier image/png, 172k
Titre Graphique 3.- Rythme annuel d'entrée par Vaise, 1688-1698
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-11.png
Fichier image/png, 231k
Titre Annexe 1. - Les mouvements de voyageurs aux portes de Vaise et du pont du Rhône
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-12.png
Fichier image/png, 791k
Titre Annexe 2. - Les provenances des entrants par la porte du pont du Rhône, données brutes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-13.png
Fichier image/png, 393k
Titre Annexe 3.- Les provenances des entrants par la porte de Vaise, données brutes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-14.png
Fichier image/png, 473k
Titre Annexe 4.- Répartition par auberges des voyageurs arrivés par le pont du Rhône, données brutes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-15.png
Fichier image/png, 544k
Titre Annexe 5.- Répartition par auberges des voyageurs arrivés par Vaise
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-16.png
Fichier image/png, 546k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-17.png
Fichier image/png, 220k
Titre Carte 1.- Origine géographique des voyageurs arrivés par le pont du Rhône
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-18.png
Fichier image/png, 197k
Titre Carte 2.- Origine géographique des voyageurs arrivés par Vaise
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-19.png
Fichier image/png, 221k
Titre Carte 3.- Carte de synthèse des provenances des voyageurs
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-20.png
Fichier image/png, 214k
Titre Carte 4.- Localisation des auberges fréquentées par les voyageurs arrivés par le pont du Rhône. (Fond de carte : plan de Boucher, Lyon seconde ville du royaume de France, extr. de Claude Brossette, Histoire abrégée, Lyon 1711.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-21.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Carte 5. - Localisation des auberges fréquentées par les voyageurs arrivés par la porte de Vaise. (Fond de carte : plan de Boucher, Lyon seconde ville du royaume de France, extr. de Claude Brossette, Histoire abrégée, Lyon 1711.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-22.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Carte 6.- Carte de synthèse des territoires d'hospitalité de Lyon. (Fond de carte : plan de Boucher, Lyon seconde ville du royaume de France, extr. de Claude Brossette, Histoire abrégée, Lyon 1711.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22717/img-23.png
Fichier image/png, 1,4M

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.