Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Première partie. Itinéraires et espaces marchands : expériences de la mobilité, expériences du monde

L’Europe de Bonaventure Carret et de ses associés, marchands lyonnais au xviiie siècles

Françoise Bayard

Texte intégral

  • 1 Archives départementales du Rhône (désormais ADR), 8 Β 730 - 21 (2), 8 mai 1752 : « nous venons d’ (...)
  • 2 Ibid., 19, Analyse du commerce.
  • 3 ADR, B.P 2272, 10 novembre 1779, inventaire après décès de Bonaventure Carret décédé à Liège le 19 (...)
  • 4 Ibid., 13, 30 mars et 2 mai 1765.
  • 5 Ibid., 18, 12 septembre 1776, extrait d’inventaire ; 1er octobre 1776, constitution d’une société.
  • 6 Ibid, 12, 10 décembre 1766.
  • 7 Ibid, 13, 11 novembre 1771.
  • 8 Ibid, 11, 4 avril 1772.
  • 9 Ibid., 21 (2), 2 mai 1772 : « la maison Auriol dont le père est mort qui nous pretoit de l’argent (...)

1Bonaventure Carret est né en 1737. Il se dit « horphelin de la nature » et rend hommage à « la protection de M. Auriol », un industriel — banquier lyonnais, avec lequel il avait sans doute un lien de parenté1, qui lui « a fait étudier les premiers principes », l’a placé « ches des ouvriers honnestes gens » dont il a « succé tous les principes », lui « a fait apprendre a écrire », « l’a placé dans un magasin » où il s’est tenu « tant qu’il (son protecteur) a voulu » l’y laisser2. De 1762 à sa mort, en juillet 17793, il travaille dans trois sociétés : « Carret, Etienne Laine, Martin et compagnie4 » ; « Carret et compagnie » avec Jean Empaire Ferlat et Jean Calas aîné, du 5 mars 1765 au 12 septembre 1776 ; « Molin père et fils et Carret, à dater du 1er octobre 1776, société montée pour six ans5 ». Dans les trois cas, il s’agit d’un « commerce de commission », portant sur des étoffes de soie, des robes, des vestes, des gants et des bas. Bonaventure y est voyageur de commerce. Les années où il exerce sont difficiles et il ne cesse de se plaindre que « les afaires vont lentement », que partout où il passe, « il y a beaucoup de misère6 » et « que nous sommes dans les tems les plus affreux7 ». La mort subite de Monsieur Auriol en avril 17728 le prive de son soutien moral et financier9. La liquidation de la deuxième entreprise est prononcée et la troisième ne peut aller jusqu’à son terme.

  • 10 Particulièrement Cosson à Paris.
  • 11 À Ferlat assez souvent mais la plupart du temps à l’ensemble de ses associés.
  • 12 Leur nombre (recensé dans le tableau 3) interdit d’en donner la liste exhaustive, au demeurant flu (...)

2À la suite de ces revers, ses papiers sont saisis. Ils se trouvent dans les archives du Tribunal de la Conservation aux Archives départementales du Rhône, sous la mention « papiers des commerçants ». Les lettres que Bonaventure envoyait à ses amis10 ou à ses associés11, celles que ces derniers lui adressaient, les copies des courriers expédiés par leur bureau à leurs clients12 ou partenaires ainsi que les notes de frais ou autres papiers personnels permettent de se faire une idée très précise de l’espace européen dans lequel ils se déploient, de la société qu’ils y fréquentent et de la culture qu’ils apprécient.

Un quadruple espace européen

3Les activités de Carret et de ses associés se déroulent dans quatre espaces de plus en plus réduits : ceux de leur commerce, des messageries qu’ils utilisent, des voyages de Bonaventure et de leurs règlements bancaires.

  • 13 Voir les cartes 1 et 2 en fin de chapitre.
  • 14 ADR, 8 Β 730 - 11, 27 mai 1763.
  • 15 Ibid., 11,21 mai 1763.
  • 16 Ibid., 11,17 février et 5 mars 1764.
  • 17 Ibid., 12, 3 avril 1767.
  • 18 Ibid., 22, 15 octobre 1773 ; 11, 18 janvier 1777 : « pour la Russie nous n’y penserons jammais et (...)
  • 19 Ibid., 20, 21 février 1764.
  • 20 Ibid., 11, 26 avril 1764.
  • 21 Ibid, 11, 27 avril 1764.
  • 22 Ibid, 11, 7 février 1767.
  • 23 Ibid, 21 (2), 4 décembre 1769 ; 16 mai 1771. Voir les tableaux 1 et 2.
  • 24 Voir le tableau 3.

4L’espace commercial peut être déterminé à travers le nombre des villes et des clients avec lesquels ils sont en relation et le nombre de lettres qu’ils leur font parvenir. En 1771, cet espace comprend 41 villes et une région (Surinam), 146 correspondants et 417 lettres13. Cette géographie ne concerne que les villes de grande ou de moyenne importance. Elle s’appuie avant tout sur la France (26 villes - 63,4 % ; 81 correspondants — 55,5 % ; 240 missives — 57,5 %). À l’étranger, leur commerce ne porte que sur quatre régions : la Suisse (1 ville, 1 correspondant, 7 lettres), l’Allemagne (4 villes, 11 correspondants, 22 lettres), les Pays-Bas (6, 21, 61) et les Provinces-Unies (4, 31, 86). Globalement parlant, l’Europe du Nord (au nord de la ligne Nantes - Besançon) domine largement (27 villes - 65,8 % ; 111 correspondants — 76 % ; 324 lettres — 77,7 %). Au cours du temps, cet espace et ces prépondérances ne varient guère. À l’étranger, Carret est très tôt tenté par la Grande-Bretagne, mais ses associés s’y opposent14 et il faut attendre 1772 et 1773 pour les voir entrer en relations, non sans réticences et avec quelque déconvenue, avec Robert Board de Londres. Le Portugal apparaît une fois en 1763 pour une commande de rubans15 Il en va de même des Norvégiens sur lesquels ils comptent pour des droguets et des péruviennes16. Ils songent aussi à Cadix17. Ils sont sollicités par Axenty Alexiys Jeffelf de Moscou en 1773 mais renoncent définitivement à ce nouveau marché en 177718. En réalité, le mythe des Provinces-Unies richissimes ne cesse d’opérer. Un des associés de Carret lui répète plusieurs fois qu’il ne faut « pas faire mentir le proverbe qui dit qu’il n’y qu’a aller en Hollande pour faire sa fortune19 ». Les débuts sont décevants : « la Hollande n’a pas donné cette année comme j’apprehendois de ne pouvoir remplir des commissions que nous pourrions y avoir. J’ay toujours été sur mes gardes20 ». Une opposition très nette se dessine entre Carret, pro-étranger, et ses associés, favorables à la province : « vous faites plus dans huit jours dans la province pour les bas que vous n’avez fait dans tout votre séjour » ; « la province nous aurait déjà débarrassé de tout surtout la Normandie et la Bretagne21 ». Mais quand « la province en général ne donne rien à gagner », on estime que Carret fait bien de « se rendre au plutôt en Hollande22 ». Aussi ne tranchent-ils jamais, ne renonçant pas à la France (« je suis déterminé à y passer pour y cultiver des bons correspondants qui commenceraient à se lasser que je n’y étais pas allé depuis 2 ans ») mais privilégiant toujours la Hollande (« toujours nos voyages ont été dirigés du côté de la Hollande23 »). Ils gagnent cependant peu à cette absence de choix : en dehors de l’année 1770 où le nombre des correspondants et les villes où ils demeurent augmentent et de l’année 1772 où les trois données croissent, leur zone commerciale ne cesse de s’étioler au long de leur période d’activité24.

Tableau 1. – La prépondérance française dans l’epace commercial de Carret et de ses associés (1767-1775)

Tableau 1. – La prépondérance française dans l’epace commercial de Carret et de ses associés (1767-1775)

Tableau 2. – La prépondérance de l'Europe du Nord dans l'espace commercial de Carret et de ses associés (1767-1775)

Tableau 2. – La prépondérance de l'Europe du Nord dans l'espace commercial de Carret et de ses associés (1767-1775)

Tableau 3. – L’espace commercial de Carret et de ses associés (1767-1775)

Tableau 3. – L’espace commercial de Carret et de ses associés (1767-1775)
  • 25 ADR, 8 Β 730-21 (1), 10 janvier 1768 ; 21 (2), 23 janvier 1770 ; 9 avril 1770 ; 1er mai 1770 ; 21 (...)

5Le deuxième espace est celui des messageries. Carret et ses associés envoient les marchandises commandées pat leurs clients. Ils passent par des intermédiaires qui utilisent de nombreux moyens de communication : le carrosse de Lyon à Montpellier, la diligence, le coche, les guimbardes entre Lyon et Paris ou les rouliers25. Il leur faut d’abord emballer les objets qui sont très précieux.

  • 26 Ibid., 21 (1), 28 mars 1769.

Nous commençons par coucher la facture sur une main courante ou sont détaillés tous les articles et au moment que nous faisons remplir la caisse nous sommes toujours cinq personnes présentes, trois de notre maison, l’emballeur et le charpentier, un qui prend les paquets séparément et en lit l’inscription ; un qui les ponctue sur la main courante et un autre qui les voit renfermer dans la caisse, l’emballeur et le charpentier, présents26.

  • 27 Ibid, 21 (1), 20 octobre 1767.
  • 28 Ibid., 21 (2), 27 octobre 1770 : « notre douane est fort rigoureuse pour la rentrée des acquits »  (...)
  • 29 Ibid, 21 (2), 9 juin 1770.
  • 30 Ibid, 21 (2), 7 décembre 1770.
  • 31 Ibid, 11, 9 juin 1768.

6L’expédition doit tenir compte des conditions de circulation. En 1767, ils informent Adrian Emery d’Amsterdam « qu’approchant du froid nous ne vous avons pas envoye cette caisse par voye de Rouen parce que la mer est trop dangereuse et que ces articles aurés trop été longtems a vous parvenir27 ». Il leur faut penser aux frais de douane. Généralement, ils font partir les marchandises en temps de foire pour bénéficier de la franchise. Mais il y a partout des règles à respecter28. Les frais de transport sont à la charge du client. Pour Bordeaux, par exemple, Jonas Stahré, nouveau client, est informé qu’on « expédie communément icy pour chez vous dans vos tems de foire par la voye de Limoges et le prix de la voiture jusques chez vous est ordinairement de 21 à 22 livres par quintal29 ». On n’envoie donc pas n’importe quelle marchandise : le prix du transport augmenterait trop le prix de revient d’objets de faible valeur. Monsieur Kenny de Dunkerque commande 9 douzaines de dessus de paires de souliers : « nous croyons devoir suspendre parce que ces objets étant d’un trop petit volume, les frais de transport pat la diligence seraient trop considérables et nous les feroient revenir fort cher30 ». Une solution consiste à inclure de petits colis dans de plus gros, en donnant mission au premier client de les extraire de la caisse et de leur faire poursuivre leur voyage, le deuxième client étant, naturellement informé de ce procédé : « lorsqu’on vous demande un objet trop petit pour partir seul, il faut l’observer au commettant. Il n’y a pas de milieu, il faut lui expédier a droiture ou qu’il consente que nous joignons les marchandises dans l’envoi de quelque amy31 ».

  • 32 Ibid, 11, 30 mai 1778.
  • 33 Ibid, 21 (1), 10 août 1767.
  • 34 Voir la carte 3 en fin de chapitre.
  • 35 ADR, 21 (2), 20 avril 1770, quatre correspondants d’Amsterdam reçoivent le même courrier : « Nous (...)

7Tout étant bien pesé, un itinéraire est choisi (« dans la circonstance actuelle, nous croyons que la voye d’Allemagne est la plus convenable pour les expéditions à La Haye32 ».) et, par voie de conséquence, un service de messagerie qui recevra les colis venus de Lyon et les expédiera à leurs destinataires. Une série de lettres s’ensuit. Le 10 août 1767, Franck de Strasbourg est informé : « nous vous avons de nouveau expédié samedy par la voie ordinaire de MM. Deschaux et compagnie quatre caisses, pour Monsieur Halfmann de Nimègue, Jean-Louis Villemer de Francfort, Corrade Gueringer de Mayence. Nous vous prions les faire suivre contre vos frais ». MM. Villemer, Halfmann et Gueringer reçoivent un courrier les avertissant de ce qu’ils doivent faire. Le colis Villemer est en réalité pour Hellins de Cologne ; celui de Halfmann pour Fremaux de La Haye et ceux de Gueringer pour Gillis de Cologne33. Bien entendu, les messageries sont spécialisées dans certaines directions : la veuve Sancier de Paris expédie les marchandises en Flandre, Petiniau de Limoges, vers Bordeaux, Franck frères, vers l’Allemagne et Amsterdam. Certaines ont fait leurs preuves et sont préférées à d’autres, ainsi Lefrique, directeur des diligences de Flandre à Paris. En observant, sut l’année 1771, les ordres donnés aux différentes messageries, on peut arriver à déterminer l’espace de circulation des marchandises expédiées par Carret et ses associés34. En dehors de l’axe Lyon-Bordeaux et de sa variante Lyon - Limoges - Bordeaux, peu utilisé mais indispensable pour l’Amérique du Nord, l’essentiel du trafic se fait dans un losange délimité par Lyon, Paris, Amsterdam et Francfort. La voie la plus chargée est celle qui relie Lyon à Paris. De là, on peut, éventuellement, rejoindre Sedan, Bruxelles, Gand, Tournai, Douai, Lille et Dunkerque. Ces destinations peuvent, cependant, n’être que des étapes vers Aix-la-Chapelle (Sedan), Rotterdam (Bruxelles), Gand (Tournai ; Lille), Douai (Lille), Tournai (Lille), Anvers (Lille), Amsterdam (Dunkerque). L’axe Lyon - Strasbourg est moins fréquenté. Si les colis ne s’arrêtent pas en Alsace, ils peuvent aller à Francfort et, de là, à Cologne ou, le plus souvent, à Amsterdam qu’on peut aussi atteindre directement. D’Amsterdam, on rejoint La Haye, Rotterdam et Surinam. On peut donc atteindre une même destination par plusieurs voies : pour Amsterdam par exemple, selon les cas, les marchandises passent par l’Est, par l’Ouest ou par le centre. Il reste à espérer que, comme pour la poste35, tout arrivera en temps voulu.

  • 36 Ibid., 21 (1), 8 mai 1769.
  • 37 Ibid, 12, 26 mars 1767.

8Le troisième espace est celui des voyages itinérants annuels de Bonaventure. Chaque déplacement a trois objets : montrer les échantillons de soieries et les objets de mode à leurs clients ; faire rentrer les dettes échues ; contacter les fournisseurs. Il importe donc que Carret parte avant ses nombreux concurrents avec de beaux échantillons récents (« Carret part aujourd’huy avec la plus belle collection d’échantillons36 ») et qu’il soit en relation constante avec ses associés qui lui font passer les traites et à qui il envoie les commandes jour après jour : « je suis debout depuis six heures du matin, j’ai battu le pavé toute la journée et je vous écris dans ce moment à 2 heures après minuit 26 au matin. Je vais à sept heures de nouveau faire quelques autres commissions pour joindre encore ce que je peux37 ». À Lyon, les associés font exécuter les commandes, les expédient quand elles sont prêtes, assurent les paiements, reçoivent les coutriers et y répondenr.

9En théorie, Carret doit suivre un itinéraire fixé par ses associés qui déterminent aussi les moyens de transport à utiliser :

  • 38 Ibid, 11, 14 juillet 1764.

partir aussitôt pour Rennes en Bretagne par chevaux de messagerie passant par Laval, Vitré. De Rennes, vous ires à Saint-Malo et reviendrez à cheval toujours pour aller à Nantes, La Rochelle, Saint-Jean-d’Angély par Rochefort, Saint-Maixant, Poitiers et revenir icy par la voye la plus commode, plus prompte et moins dispendieuse mais sur la routte cy-dessus vous avez toujours des chevaux de messagerie. Si votre porte-manteau est trop gros, laisses a Paris ce qui vous est inutile, l’on vous le faira venit par le coche dans une caisse38.

  • 39 Ibid., 21 (2), 31 juillet 1770.

10Comme tous les voyageurs de commerce, il est remboursé de ses frais de voyage selon un barème établi à l’avance. Toutes ces contraintes ne conviennent pas à Bonaventure. Pour être plus autonome, il achète un cheval puis un cabriolet. Il dépense plus qu’il n’y est autorisé. Il reste des jours et des jours sans écrire (« au nom de Dieu, nattendes pas a lavenir si longtems a nous ecrire, n’eussies vous rien a nous marquer quatre lignes pour nous dire que vous vous portés bien suffiront pour nous tranquiliser et nous empecher de nous livrer a des idées ou des craintes qu’on se forme sur les evenements qui peuvent arriver en voyage39 »). Surtout, il organise son séjour comme il l’entend, ce qui lui attire bien des réflexions de la part de ses amis :

vous êtes parti d’icy mon cher amy le 4 décembre. Vous deviez, disiez-vous, être à Bordeaux le 12 pour n’y tester que 8 jours. Cependant, vous n’y êtes arrivé que le 16 et vous y étiez encore le 15 de ce mois. Voilà une erreur assez considérable et un séjour qui quoique forcé dites-vous ne peut que nous porter préjudice à tous égards et qui m’a fait d’autant plus regretter que vous ayez contre mon avis pris cette route, puisque vous n’y avez pu presque rien faire et que en débutant par la Flandre vous seriez actuellement en Hollande où votre présence seroit beaucoup plus nécessaire pour y travailler et nous procurer la rentrée de quelques fonds dont vous savez que nous avons grand besoin pour le paiement prochain.

  • 40 Ibid., 11,14 août 1764 ; 13, 3 juin 1765 ; 25 janvier 1770 ; 23, Réponses aux objections et rabais (...)

11Plus il vieillit, plus il en fait à sa tête : « ce qu’un voyageur actif peut faire en trois mois, vous y avez employé six et demi40 ». Aussi peut-on affirmer qu’il s’agit bien de son espace volontairement choisi.

12Deux types de sources concourent à l’apprécier. En 1766, 1767 et 1768, il a noté très précisément son itinéraire en portant les jours et heures d’arrivée (mais très peu souvent celles de ses départs). Pour les autres voyages, les lettres qu’il adresse à ses associés et que ces derniers lui font parvenir permettent de retracer grossièrement ses trajets. Carret a effectué 14 voyages de longueurs et d’itinéraires variés. Huit ont duré de quatre (mars 1765 à juin 1765) à six mois (juillet à décembre 1762 ; janvier à juillet 1764 ; janvier à juillet 1766 ; novembre 1767 à avril 1768 ; juillet 1768 à janvier 1769), les deux autres (avril 1763-août 1763 ; mai 1769-septembre 1769) l’ayant retenu cinq mois. Cinq l’ont tenu éloigné sept mois (avril 1774-octobre 1774), huit mois (décembre 1769-juillet 1770), neuf mois (décembre 1770-août 1771) et onze mois (novembre 1766-septembre 1767 ; juin 1771-avril 1772). Un seul a persisté 21 mois (octobre 1776-août 1778).

13Sept voyages comportant trois variantes ont un itinéraire simple. Carret se rend dans une région précise et en revient. Dans le cas le plus élémentaire (1762 et 1765), en passant par Paris, Bonaventure se rend directement à Amsterdam. Il rentre par les villes flamandes (Bruxelles, Gand en 1762 ; Anvers, Bruxelles et Mons en 1765) et par le nord de la France (Dunkerque, Lille, Abbeville en 1762 ; Dunkerque et Lille en 1765) avant de retrouver Paris et d’y rajouter Rouen en 1762. Dans la deuxième variante, il s’arrête dans quelques villes avant d’atteindre sa destination. En 1763, il rejoint Paris puis fait étape à Lille, Bruxelles, Rotterdam avant d’arriver à Amsterdam. Le retour s’effectue par Bruxelles et Lille. En 1764, à l’aller, il passe par Lille, Bruxelles, Anvers, Rotterdam ; au retour par Liège, Bruxelles, Lille, Paris et Rouen. Dans la dernière variante (1767-1768 et 1774) il inclut l’Allemagne dans le circuit : en 1774, après Paris, il atteint Bruxelles et Liège puis se rend à Aix-la-Chapelle et Cologne avant de passer à Utrecht, Amsterdam et La Haye puis de rentrer par Bruxelles et Paris. En 1767-1768, ses étapes sont Paris, Amiens, Arras, Douai, Valenciennes, Lille, Tournai, Courtrai, Gand, Anvers, Malines, Louvain, Bruxelles, Liège, Cologne, Aix-la-Chapelle, Maastricht, Nimègue, Arnhem, Amsterdam, Rotterdam, La Haye, Utrecht, et au retour Bruxelles, Lille et Paris.

  • 41 Voir les cartes 4, 5, 6 en fin de chapitre.

14Dans six autres voyages, sa tournée est plus compliquée. Trois versions sont possibles. Dans la première, Carret se rend essentiellement dans le Nord et y fait des aller et retours internes. Entre juin 1771 et avril 1772, de Paris, il se rend à Lille et à Dunkerque, puis à Tournai, Bruxelles et Liège, à Aix-la-Chapelle, à Amsterdam et Rotterdam. De là, il retourne à Bruxelles et à Tournai, à nouveau à Bruxelles, puis à Gand avant de repasser aux Provinces-Unies pour voir ses clients d’Amsterdam, Rotterdam et La Haye, revenir à Amsterdam, aller à Utrecht, retourner à La Haye et revoir Amsterdam puis Aix-la-Chapelle. Le retour s’effectue par Liège, Bruxelles, Tournai, Lille, Dunkerque, Abbeville et Paris. Le voyage de juillet 1768 à janvier 1769 est de ce type, Rouen étant ajouté au retour : après la Flandre, les Provinces-Unies et l’Allemagne, Carret retourne aux Provinces-Unies et dans les Pays-Bas. Dans les deux autres versions, Carret ajoute un voyage en France à ses visites nordiques. Il peut commencer par la visite française, ainsi en 1766 et en 1769-1770. Bordeaux, Saintes, Nantes, Rennes, Caen, Rouen, Amiens, Arras sont les étapes françaises du voyage de 1766 qui se poursuit en Flandres, aux Provinces-Unies et en Allemagne avant un retour par la Flandre, le Nord et Paris. C’est par Toulouse, Bordeaux, Tours, Paris, Lille qu’il commence son voyage en 1769-1770 avant de rejoindre les Flandres, les Provinces-Unies et l’Allemagne puis de rentrer par la Flandre et le Nord. Il peut aussi terminer par la visite en France : en 1769, c’est en revenant d’Amsterdam (il n’est pas allé en Allemagne), qu’il s’arrête à Rouen, Paris et Bordeaux. Enfin, il peut visiter la province à l’aller et au retour. C’est ce qu’il fait en 1766-176741. En descendant la Loire, il parvient à Tours puis visite Poitiers, Angoulême, Bordeaux, Rochefort, La Rochelle, Nantes, Rennes, Laval, Alençon, Caen, Rouen, Amiens, Arras, Douai, Valenciennes et parvient aux Pays-Bas et aux Provinces-Unies. Au retour, le voyage français repasse par Valenciennes, Douai, Arras mais inclut Lille et la bordure maritime. Sans passer par Amiens, il retrouve Rouen et Caen mais se rend à Saint-Malo avant de retourner à Rennes et à Nantes. Après une étape à Niort, Carret rejoint La Rochelle, Rochefort et Bordeaux. Le reste du voyage est inédit : Toulouse, Montpellier, Ganges, Nîmes puis Lyon par le Rhône. Son séjour en Hollande du 4 mars au 18 mai est aussi très complexe avec d’incessantes allées et venues d’une ville à l’autre.

15Le dernier voyage paraît incohérent. Ses associés lui écrivent à Paris, Lille, Anvers, Amsterdam entre octobre et décembre 1776. En janvier 1777, ils envoient leurs lettres à Bois-le-Duc et à Amsterdam ; en février, à Bruxelles, Nimègue et Liège ; en avril, à Amiens ; en mai, à Lille, Gand, Rotterdam et Amsterdam (jusqu’au 13 juin) ; dans la deuxième quinzaine de juin, ils le joignent à Anvers et à Liège ; en juillet, à Anvers ; en août, à Bruxelles ; en octobre, à Anvers, Lille, Anvers ; en novembre à Rotterdam et Amsterdam ; tout le mois de décembre à Amsterdam et le 30 à Bois-le-Duc où il reste jusqu’au 9 janvier 1778. La fin du mois de janvier le voit à Liège, Bruxelles, Amsterdam, Liège et Bruxelles à nouveau où on lui écrit encore le 7 mars. Milieu mars le courrier part pour Amsterdam, fin mars pour Gand, en avril pour Amiens et Lille, en mai pour Anvers et La Haye, en juin, juillet et août pour Amsterdam. Carret est insaisissable et semble errer entre Pays-Bas et Provinces-Unies. Ses associés songent à se séparer de lui :

  • 42 ADR, 8 Β 730-11,7 mars 1778 ; 12 mai 1778 ; 25 août 1778.

si a compter de la réception de la presente vous ne voulles changer votre mauvaise façon de travailler et faire comme tout voyageur actif et intelligent doit faire, nous sommes determinés a ne plus faire uzage de vos moyens qui jusques icy nous sont prejudiciables au possible soit pat les pertes auxquelles votre peu d’attention nous expose soit par votre molesse a avancer dehors et dedans et par les frais que vous faites dans des sejours inutilles en partie qui nous font acheter par avance le peu des commissions que vous pouvez avoir des bonnes maisons.
nous ne pensions pas quand nous nous sommes liés ensemble que vous soutiendriez si mal votre ancienne réputation de premier de tous les voyageurs de cette ville.
je vous déclare donc que si vous ne revenés au reçu de la présente dont je garde copie, comme je ne vois point clair dans les affaires, je fais signifier sa dissolution42.

16Carret semble être en pleine dépression :

  • 43 Ibid., 11, 25 juin 1778.

il est inutile que vous nous entreteniez des choses inutilles dans vos lettres qui ne sont la plupart remplies que des maux et peines que vous souffres ainsy que de votre bille et non des commissions.
ce ne sera pas en faisant comme vous aves fait depuis que vous etes avec nous jusques a present que vous répareres le passé43.

17Le dernier espace concerne la banque. Carret et ses associés ne sont pas des banquiers :

  • 44 Ibid., 11, 13 septembre 1771 ; 20 janvier 1767.

j’ay reçu une lettre d’un nommé Pierre Proty d’Anvers qui nous dit qu’un amy luy a donné notre adresse et qu’il pourroit dans l’occasion nous demander du papier sur Vienne. Comme la banque n’est pas de notre ressort et qu’il ne convient pas de nous en mêler nous ne luy repondons pas ;
les affaires de banque ne nous conviennent en aucune façon ; il faut les pousser un peu loin pour y gagner quelque chose ; nous n’en avons pas les moyens et d’ailleurs la moindre lente prise à faux emporte tout le beneffice et au lieu d’ajouter a notre inventaire il pourrait fort bien nous arriver le contraire44.

18Cependant, comme ils vendent à crédit à des marchands étrangers et comme ils habitent Lyon qui est une place financière organisée, ils sont contraints d’entrer dans le système bancaire européen. Ils le rappellent régulièrement à leurs correspondants :

  • 45 Ibid., 22, 5 mars 1773 ; 11 décembre 1772 ; 21 mai 1773 ; 21 (2), 24 avril 1772.

nous suivons le cours du change établi sur notre place qui varie selon les circonstances. Nous ne pouvons tirer sur vous en argent de France ni en florins courants. Nous tirons en florins banco sur tous ceux avec lesquels nous travaillons, étant l’usage
nous avons ici un change établi sut Londres
nous vous avons vendu en argent de France et nous devons être payés de même consequement nous ne le pouvons etre que par le moyen du change établi dans notre ville et qui ne se peut réduire qu’en florins de banque. Demandes le a tous les negociants d’Hollande qui entendent les affaires
notre place est diabolique à cet égard parce qu’on ne peut pas reculer d’un jour les paiements45.

  • 46 Ibid, 11, 9 février 1768 ; 21 (1), 23 octobre 1767.
  • 47 Ibid, 21 (2), 11 septembre 1770.
  • 48 Ibid., 22, 28 juin 1772.
  • 49 Ibid, 11,20 janvier 1767 ; 21 (1), 31 décembre 1768 ; 21 (2), 5 mars 1771 ; 11, 6 septembre 1768 ; (...)
  • 50 Ibid, 21 (2), 5 mars 1771 ; 22, 16 juin 1772.
  • 51 Ibid, 21 (1), 23 octobre 1767 ; 21 (1), 12 octobre 1767 ; 21 (1), 20 septembre 1768 ; 22, 3 juille (...)
  • 52 Ibid, 21 (1), 4 octobre 1769 ; 22, 8 septembre 1772.

19Les associés envoient régulièrement le cours des changes à Lyon à Bonaventure, puisque « de place en place, celuy qui tire se conforme au cours de celle où il réside46 ». Apparemment, ils ont trois banquiers : à Lyon, la banque Auriol ; à Amsterdam, la banque Hornecca et Hogguer ; à Bordeaux, Feger frères. Ils leur remettent leurs traites et leurs lettres de change pour créditer leur compte et les banquiers font les retours sur la France et Lyon47. Ils utilisent aussi les services d’agents de change48. Tous les papiers ne sont cependant pas équivalents. En France, Carret et ses associés refusent le papier sur Bordeaux, La Rochelle, Abbeville, Douai, Valenciennes, Boulogne, Lille, Dunkerque, Guibray, Marseille, Beaucaire, Le Puy-en-Velay49. Ils n’acceptent de paiements que sur Lyon et Paris. Ils conseillent donc à tous leurs correspondants français de trouver du papier sur ces deux places50. À l’étranger, ils récusent ceux de Rotterdam, Anvers, Tournai, Bruxelles et de la Flandre en général (« Tout ce papier sur la Flandre est si fort au rebut que je n’ose me flatter à m’en défaire51 »). Amsterdam et parfois Londres52 sont les seules places étrangères avec lesquelles ils traitent. L’espace financier de Carret et de ses associés est donc très réduit, se limitant à un trapèze formé par les villes de Lyon, Paris, Londres et Amsterdam.

  • 53 Ibid., 21 (1), 27 juin 1768 ; 21 (1), 28 mars 1769.
  • 54 Ibid, 22, 10 octobre 1772 ; 13, 9 août 1770 ; 12, 17 juin 1767 ; 12, 27 décembre 1768.
  • 55 Ibid ; 21 (1), 28 février et 13 mars 1769.
  • 56 Ibid, 21 (2), 23 mai 1770 ; 21 (1), 24 mai 1769.

20À l’intérieur de cette zone, les échanges peuvent varier selon les cours des changes. Tantôt le papier abonde sur Paris et Amsterdam, il ne vaut alors plus rien : « le papier sur la Hollande et sur Paris est si commun actuellement qu’il se négocie difficilement » ; « le papier sur Paris est icy en si grande abondance qu’actuellement celuy a vue pert 7/8 pour le payement53 ». À d’autres époques, « le papier sur Paris se trouve actuellement très rare et bien recherché » à Lyon. On a alors intérêt à en posséder car « il gagne54 ». Enfin, il peut s’apprécier à l’étranger et perdre à Lyon : « nous avons appris que les lettres sur Paris gagnent chez vous (Bruxelles) plus 1,5 % et elles perdent icy autant à la négociation55 ». Il s’ensuit des transferts et des itinéraires compliqués auxquels, quoi qu’ils en disent, Carret et ses associés ne perdent pas toujours : « ce retour nous est avantageux et nous vous en remercions56 ».

  • 57 Maurice Garden, « Aires du commerce lyonnais au xviiie siècle », in Aires et structures du commerc (...)

21L’Europe de Bonaventure Carret et de ses associés est donc limitée à la France du Nord, aux Pays-Bas, aux Provinces-Unies, à l’Allemagne rhénane et à Genève. Elle témoigne en cela de l’évolution de la géographie du commerce lyonnais passé, au xviiie siècle, de la domination ibérique à l’ensemble de l’Europe57. Elle est aussi plurielle, selon que l’on considère les différents aspects de leurs activités, ce qui confirme la mise en place de nouvelles méthodes de commerce et l’importance prise par quelques grandes places bancaires à cette époque.

Une société européenne limitée

22À l’intérieur de cet espace, la société que fréquentent Carret et ses associés est assez limitée. Leurs perspectives sont avant tout commerciales, ce qui les conduit à fréquenter leurs pairs et si possible les nobles dont ils mesurent la richesse, l’influence et surtout le rôle politique.

  • 58 ADR, 8 Β 730 - 11, 2 décembre 1768.
  • 59 Ibid, 22, 12 novembre 1772.
  • 60 Ibid, 11, 6 septembre 1769.
  • 61 Ibid., 21 (1), 25 août 1769 ; 26 janvier 1769.

23Le peuple ne les intéresse guère, sauf quand il ne se tient pas convenablement. Les associés de Bonaventure lui rendent ainsi compte de l’émeute de 1768 contre l’École de Chirurgie et le collège des Oratoriens, qualifient, comme il se doit, ses participants de « populace » et le rassurent d’une phrase : « tout est tranquille à présent58 ». Socialement situés au-dessus de la « lie du peuple », les boutiquiers et les artisans ne sont guère appréciés. Quand les premiers refusent de les payer, comme Madame Dehont à Bruxelles, ils s’attirent de sévères remarques : « il ny a rien de si insolant que ses petits miserables boutiquiers qui n’ont aucune éducation. C’est ce qui me dégoûte extraordinairement des voyages davoir de necessité la bassesse doffrir son bien a des miserables de cette espece qui souvent vous l’emportent59 ». Quant aux artisans qui aménagent le nouvel appartement de Carret en son absence, ils sont qualifiés assez durement par Empaire Ferlat : « ces chiens douvriers m’ont donné bien de la tablature pour les avoir60 ». Les ouvriers de la Fabrique sont, de plus, accusés de ne pas vouloir travailler et de faire les prix qu’ils souhaitent : « nous ne sommes absolument pas maîtres des ouvriers qui ne veulent rien faire disant que leurs façons ne sont pas assez payées et qu’ils ne peuvent pas gagner leur vie ». Même les négociants ne trouvent pas grâce à leurs yeux : « les fabricants en général ont actuellement trop de consommation pour pouvoir leur faire la loix. Cest au contraire nous a la subir aujourdhuy61 ».

  • 62 Ibid., 21 (1), 2 décembre 1768 ; 21 (2), 25 mai 1770.
  • 63 Ibid., 21 (1), 17 mai 1768 ; 22, 21 décembre 1773.
  • 64 Ibid, 13, 29 août 1774.
  • 65 Ibid, 22, 21 décembre 1773 ; 9 juin 1775.

24Ils n’ont guère de relations avec les hommes d’Église. Ils font exécuter les commandes d’ornements d’Église ou nécessaires à la célébration de la Fête-Dieu dont ils sont chargés62 mais les donneurs d’ordres sont d’ordinaire des commerçants. Ils entretiennent une correspondance d’affaire avec le Père Chrisosthome, installé à Amsterdam, lui envoient une caisse ou lui demandent son intervention pour le paiement d’une somme qui leur est due63. Il n’est pas impossible non plus qu’il soit « le prêtre de l’église française qui me veut du bien » qui négocie en 1774 une affaire en commandite pour Bonaventure64. Mais les jugements qu’ils portent à son égard sont bien mitigés. Ils lui déclarent ouvertement que « ses désirs sont très agréables à l’éternel pour ne pas être exaucés puisque l’objet de tous (ses) désirs ne tend qu’à soulager l’humanité » et que « c’est par cette conduite » qu’il prépare « une éternité de bénédictions ». Mais Martin Blinvliet reçoit des confidences moins élogieuses : « tous ces gens d’Église sont tous les mêmes. Ils font les officieux pour ne rien effectuer. Je n’ai aucun besoin de ses services ni de ceux du Diable ; comme il sçait faire l’eau bénite luy-même il saura bien en tirer partie ». En revanche le père Théophile est plus apprécié : « c’est un brave et digne homme, moins brillant à la vérité mais beaucoup plus solide et vrai que j’aime de tout mon cœur65 ».

25Seules deux catégories sociales les intéressent : les marchands et les nobles. Avec les premiers, ils sont en totale symbiose et de véritables liens d’amitié se tissent au cours du temps avec leurs clienrs. Les lettres échangées au moment d’un deuil en témoignent, ainsi celle qui parvient à Esaye Gillot d’Amsterdam, pour la mort de sa femme :

  • 66 Ibid., 22, 31 janvier 1775.

les qualités éminentes qu’elle possédoit dans l’intérieur de sa maison, son aménité et les grâces avec l’agrément qu’elle faisoit goûter dans la société la fairont toujours regretter de ceux qui avaient le bonheur de la connoitre. Notre sieur Carret à qui les voyages procuroient l’avantage de jouir quelquefois de sa société en est vivement touché et nous mêlons nos regrets aux votres et à ceux de votre aimable famille qui perd la plus respectable des mères. L’Éternel dans sa Justice frappe souvent ceux qu’il chérit le plus pour les éprouver66.

  • 67 Ibid., 13, 14 juin 1770 ; 2 septembre 1771.
  • 68 Ibid., 11, 23 juillet 1763 : « Notre sieur Martin est actuellement à Beaucaire » ; 21 (1), 9 août (...)
  • 69 Ibid., 13, 4 août 1770.
  • 70 Ibid., 21 (1), 30 octobre 1767.
  • 71 Ibid, 21 (2), 19 août 1770.
  • 72 Ibid, 21 (1), 4 avril 1766.
  • 73 Ibid, 12, 14 novembre 1768.
  • 74 Ibid, 13, 13 octobre 1770.
  • 75 Ibid., 21 (1), 3 mai 1768 ; 22, 2 septembre 1772.

26Tous les marchands vivent selon les mêmes rythmes. Carret mémorise les périodes où ils viennent à Lyon : « voilà le tems que viennent les marchands de la Bretagne, le Languedoc, et autres endroits » ; « voici le tems que Duperret de Caen et d’autres marchands de province ou étrangers viennent à Lyon comme aussi Faye de Moulins et celuy de Nevers67 ». La période des foires est fondamentale. Carret et ses associés achètent leurs soies à Beaucaire et en surveillent attentivement le prix68. Les clients doivent recevoir les marchandises avant leur ouverture : « hâtez-vous de remplir son mémoire, il voudrait l’avoir pour la foire d’Anvers qui commence le 1er septembre et finit le 30. Après cela, ses foires sont finies69 ». C’est en effet l’occasion de nombreuses ventes : « cette femme doit actuellement sortir de votre foire (Amsterdam) et doit avoir de l’argent70 ». Les quatre foires lyonnaises sont aussi l’occasion de faire circuler les marchandises en franchise. Il faut donc en profiter pour les achats comme pour les ventes : « vous trouverez cy-joint », écrivent-ils aux frères Vincent de Saint-Etienne, « un petit mémoire que nous désirerions recevoir à la fin de ce mois pour pouvoir jouir de notre foire et franchise71 ». Expédier des marchandises entre les périodes de foire oblige à des opérations compliquées voire illégales72. C’est également à l’époque des foires lyonnaises que s’effectuent les paiements. Carret et ses associés sont très attentifs à recevoir l’argent venu à échéance et à payer ce qu’ils doivent car manquer les paiements est quasi synonyme d’être en faillite : « je rassemble actuellement des lettres de change acceptées pour nous fournir des fonds pour le payement73 ». Carret et ses amis connaissent aussi le rythme des convois partant pour l’Amérique ou les Indes : « à l’égard des rubans de Gillot, c’est pour Batavia et les vaisseaux partiront au plus tard en mars. Vous sçavez que passée cette occasion, cette marchandise resterait jusques à l’année prochaine et c’est ce qu’il faut bien arrêter74 ». Ils connaissent aussi les kermesses comme celles de La Haye, voire les saisons de cures, notamment à Spa75.

  • 76 Ibid, 21 (1), 28 juillet 1768 ; 23 août 1768 ; 20 septembre 1768 ; 31 décembre 1768.
  • 77 Ibid., 22, 3 août et 10 décembre 1773.
  • 78 Ibid., 21 (2), 8 janvier 1770.
  • 79 Ibid., 21 (2), 8 janvier et 23 mars 1770.
  • 80 Ibid., 21 (2), 26 août 1771 ; 22, 22 août 1772 ; 21 (2), 8 mai 1772.
  • 81 Ibid, 11, 22 et 24 mars 1767.
  • 82 Ibid, 22, 26 mars 1773.
  • 83 Ibid, 21 (2), 2 mars 1771.
  • 84 Ibid, 21 (2), 3 mai 1772.
  • 85 Ibid, 12, 1er mars 1766.

27Entre marchands, règnent la confiance et la solidarité. Les Lyonnais reçoivent des enfants de clients venus faire leur apprentissage à l’étranger76 ou effectuer des repérages pour lancer un nouveau commerce, ainsi celui du cacao pour le fils Kerfbyl77. Ils aident les nouveaux venus dans le métier — « nous nous empresserons de recommander à nos amis qui pourront être dans le cas de tirer des toileries de s’adresser par préférence à M. votre gendre et vous devez être bien assuré qu’il ne dépendra de nous que notre recommandation n’aye tout le succès que nous désirons78 » - et sont heureux lorsqu’on leur rend le même service — « nous ne sommes pas moins sensibles à tous les soins obligeants que vous voulez bien nous donner pour nous procurer des commissions79 ». Cette solidarité s’exprime surtout pat des échanges d’informations sur la solidité de nouveaux ou d’anciens clients. Cambacédès de Gand ayant demandé neuf mois de délai pour le paiement d’une commission, on s’adresse à Reboul, à Lille : « comme nous ne le connaissons point et que notre sieur Carret ne nous en a jamais parlé, vous nous oblige-tés de nous marquer en réponse si cet ami mérite confiance et si nous pouvons lui envoyer cette commission ». Alors qu’ils commercent depuis longtemps avec Ducielle et Motel d’Anvers, ils sollicitent Van Merle, de la même ville, pour savoir « comment ils se conduisent actuellement ; ont-ils de la vente et n’en parle-t-on point mal ? ». Dans tous les cas, le secret est de rigueur : « je nay pas besoin de te recommander le secret, tu en sais toutes les conséquences et je te promet réciproquement le plus inviolable80 ». Tous redoutent les mauvais payeurs : « ceux qui se piquent d’exactitude sont en bien petit nombre81 ». « Or, dans le commerce, on vend pour un terme limité et la loy oblige tout le monde de payer à l’échéance, c’est cette bonne foy qui en est la base82. » Ceux qui ne payent pas en temps voulu reçoivent de sévères lettres de rappel : « l’an dernier, vous me donnattes parole d’honneur qu’avant le mois de mats et juin, vous remettriez le restant de ce que vous nous devez. Avons-nous touché un sol depuis ce moment ? Nous voulons finir et vous conviendrez avec nous très certainement que nous avons attendu assez longtemps83 ». De violentes philippiques s’échangent entre marchands honnêtes : « nous sommes las de ces débiteurs dont on ne peut arracher de l’argent ny compter sut aucune échéance fixe. La concurrence a rendu les affaires très difficiles et très épineuses. On est obligés d’essayer ne pouvant connoitre le fonds du sac et souvant l’expérience prouve qu’on se hazarde daprès ces reflections84 ». Naturellement, les faillites sont redoutées à cause des incidences qu’elles peuvent avoir sur les affaires : « on a reçu une lettre qui aprend une nouvelle bien terrible si malheureusement elle est vraye. On marque que M. de la Borde a manqué de 50 millions. Si cela est vray, veuille le ciel que mon cher protecteur ne s’y trouve pas. On dit aussi que Buffant a manqué de 2 millions. Garre la Fabrique85 ». Plus encore que les mauvais payeurs et les faillis, les escrocs sont honnis. Horrin est ainsi vilipendé :

  • 86 Ibid, 21 (2), 13 mai 1771.

nous ne pouvons consevoir que cet homme que trop malheureusement nous avons toujours cru un honnête homme offre un déficit de 20 000 livres dans ses affaires. Il en devoit faire de bonnes ; il avoit un détail assez considérable ; il ne vendoit surement pas sa marchandise a sacrifice et a perte et n’a pas été exposé à la nature de son détail a essuyer des pertes. Quelle vie quil aye pu mener il na pu depenser a Lille dans deux ans et demi 20 000 livres ni par libertinage ou jeu ni pour son ménage. Ainsy il y a de la coquinerie la dessous86.

  • 87 Ibid., 21 (2), 16 avril 1771.
  • 88 Ibid, 21 (2), 3 juin 1771.

28Carret et ses associés en démontent les mécanismes : « les gens font impunément des banqueroutes frauduleuses pour se former un fond et tous les créanciers comme des imbéciles se trouvent fort heureux de signer aux premières propositions et finissent par ne rien avoir. Ils craignent les homologations et les sauf-conduits mais aussi les cours de parlement et la cour ne devrait pas si aisément faciliter les friponeries87 ». C’est pourquoi ils sont partisans de la plus grande fermeté : « nous aplaudissons beaucoup au parti qu’on a pris de faire tout vendre quoique ce parti augmente notre perte mais il est bon d’ôter à des coquins les moyens de tromper une seconde fois et cet Homme à luy confiant des marchandises par un accord auroit fini par tout emporter88 ».

  • 89 Ibid, 12, 9 mars 1767.
  • 90 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement xviie-xviiie siècle, Paris, Faya (...)
  • 91 ADR, 8 Β 730 - 12, 30 avril 1767.
  • 92 Ibid, 21 (2), 17 mars 1772.
  • 93 Ibid. 12, 9 mars 1767.
  • 94 Ibid., 12, 20 mars, 23 mars, 6 avril, 9 avril, 13 avril 1767.
  • 95 Ibid, 21 (2), 27 septembre 1771.

29Carret et ses associés cherchent beaucoup à fréquenter la noblesse pour deux raisons essentielles. Bien qu’ils se défendent de vendre directement aux particuliers, ils souhaitent d’abord obtenir leur clientèle car les nobles ont de l’argent (ou font semblant d’en avoir), commandent des vêtements « dans le grand riche89 » et sont imités par d’autres90. Le comte et la comtesse Du Bus à Lille sont ainsi des clients réguliers depuis 1768. Aux Pays-Bas, le baron de Tork et le comte de Beintinck, « les plus riches seigneurs de La Haye », « ont beaucoup d’amitié » pour Bonaventure et le « recommandent à tous leurs amis, ce qui peut à la suite nous procurer un grand débouché, les servant bien91 ». Quelques années plus tard, le baron de Goer de Forest, de Liège, réclame des étoffes qu’on lui fait parvenir par la diligence92. Par l’intermédiaire d’Esaye Gillot, ils parviennent à fournir deux habits au Prince d’Orange93, ce qui détermine l’ambassadeur d’Angleterre à s’en acheter un. Gillot espère alors « parvenir à décider la cour en entier et tous les seigneurs et quelques ambassadeurs94 ». En France, c’est à Monsieur Richard, chargé du service de la cour qu’on envoie des échantillons95.

  • 96 Ibid, 11, 5 mai 1763.
  • 97 Ibid, 22, 30 juillet 1772, 29 novembre 1772, 10 mars 1773.

30Les nobles sont aussi des autorités dont on recherche l’aide et la protection. En 1763, à Amsterdam, Monsieur de Lesseps et le Duc de Duras, ambassadeur en Espagne, sont contactés « pour différentes pareilles affaires qui concernoyent les Français qui s’adressoyent à luy lorsqu’il les voyoyt lezez injustement96 ». En 1772, à Aix-la-Chapelle, c’est au Baron de Gheir que Bonaventure adresse ses plaintes : « vous êtes le protecteur des étrangers » ; « nous implorons votre protection pour nous faire rembourser des sommes qui nous sont dues par deux débiteurs97 ».

  • 98 Ibid., 22, 4 septembre 1772, 16 septembre 1772, 14 mars 1773.
  • 99 Ibid, 11, 21 avril 1767.
  • 100 Ibid., 22, 9 décembre 1775.

31Carret met volontiers en avant ses relations avec les nobles français dans ses discussions avec les marchands étrangers. Guillaume Pex d’Amsterdam le charge ainsi de contacter Monsieur de Vigny chez Madame de Polignac au Palais Royal à Paris et le Marquis de Champlois à Lyon ; Clappier de Versois, agissant au nom de Monsieur de Caize, lui envoie une chaise à porteur qu’il doit proposer à Madame de Caze98. Bien des déconvenues les attendent. À Lyon, les associés de Carret reçoivent le Prince de Brunswick et lui font visiter la Fabrique : « il n’a acheté que deux habits qui n’avaient tien de bien fiche ni de bien distingué99 ». A Liège, la Comtesse d’Arberg ne les paie pas. Mais ils sont très indulgents à leur égard. Si la Comtesse « manquait encore de s’executer, nous ne croyons pas qu’il faille recourir à l’extremite de la faire mettre en prison ; c’est un lieu trop malsain et qui n’est point fait pour une dame de qualité ; prenés la par le point d’honneur, la noblesse en doit être susceptible100 ».

  • 101 Ibid, 11, 18 octobre 1762.
  • 102 Ibid., 22, 30 mars 1773.
  • 103 Ibid, 12, 20 février 1766.
  • 104 Ibid, 13, 10 octobre 1773.
  • 105 Ibid, 11, 7 juin 1774.
  • 106 Ibid, 11, 19 mars 1770. Terray opère alors une banqueroute.
  • 107 Ibid, 11, 21 septembre 1762.
  • 108 Ibid, 21 (2), 28 novembre 1769.
  • 109 Ibid, 13, 4 mars 1772.
  • 110 Ibid., 21 (2), 20 avril 1771.
  • 111 Ibid, 21 (1), 7 juin 1768.
  • 112 Ibid, 21 (1), 28 février 1769 ; 21 (2), 8 mai 1770.
  • 113 Ibid, 21 (1), 8 mars 1768.

32Cette déférence vis-à-vis de la noblesse témoigne de leur vision du monde. Leur correspondance parle très peu des événements politiques, sinon de la paix - ainsi en 1762 : « on vient également de m’annoncer que la paix est signée. Dieu le veuille101 » — ou de la guerre, comme en 1773 : « on a parlé ici comme à Paris de guerre dans le tems qu’on en parlait aussi a Bruxelles mais nous tenons de bonne part que le roy s’étoit declaré pour ne point entrer en guerre et qu’il fourniroit au roy de Suede des subsides en argent et non en hommes102 ». Les problèmes internes à la France les retiennent peu sauf les affaires de Bretagne parce qu’elles sont à l’origine de l’exil du négociant Le Boucher de Rennes à qui Carret avait été recommandé103 ou la suppression du Parlement de Douai qui gêne le commerce de leurs correspondants sut place104. Ils portent très peu de jugements sur la politique conduite par les souverains ou leurs ministres sinon en 1774, une opinion générale sur Louis XVI (« les dispositions de notre nouveau monarque inspirent la plus grande confiance et on ne tarit point sur tous les éloges qu’on luy donne105 ») et des critiques sur la politique financière du Contrôleur général Terray en 1770106. Seuls les intéressent les faits qui peuvent leur permettre ou leur interdire de faire des affaires. Ainsi est-il utile de savoir qu’en Bretagne, « c’est une province à laquelle on ne travaille que les années des États. Ils se tiennent présentement, par conséquent, les marchands ont les assortiments pour plus de deux ans excepté quelques taffetas chinés et rayés que vous pourrez y vendre107 ». Les fêtes religieuses ou laïques engendrent nombre d’achats : « voici le Carnaval. Faites-moi le plaisir de chercher à placer les deux deshabillés108 ». Mais elles empêchent aussi le voyageur de travailler : « ces deux derniers jours gras je n’ai pu parler d’affaires a personne parce que chacun s’amusait109 ». Ce sont surtout les événements qui concernent les familles régnantes qui retiennent leur attention. Sont alors considérés comme des circonstances plutôt favorables, leurs visites — celle de la princesse de Savoie à Lyon en 1771110 -, leurs entrées - celle du Prince d’Orange à Amsterdam en 1768111 —, leurs mariages — ceux du duc de Chartres et du Dauphin112 — voire leurs décès : « les lettres de Paris annoncent la Reine fort mal, que les théâtres étaient fermés depuis le 2 et qu’on avoit ordonné les prières des 40 heures. Cela nous annonce qu’elle ne peut aller loin et nous procurera peut-être la vente de nos noirs en magasin113 ». Le plus souvent, pourtant, les deuils comme les maladies qui les précèdent sont plutôt décrits comme des faits défavorables au commerce :

  • 114 Ibid., 12, 7 juin 1767.

vous êtes peut-être déjà instruits de la mort de l’impératrice régnante femme de l’empereur et que l’impératrice douairière a la petite vérolle aussi qui, quoiqu’elle s’annonce bien, ne laisse pas de donner encore à craindre. Le deuil existant est de six mois dans le pais et peut-être plus long en Allemagne, ce qui coupe court ici a touttes les comissions et va sûrement faire un effet à Lyon sur la fabrique114.

33Tout laisse donc penser que Bonaventure Carret et ses associés connaissent très peu la société européenne en dehors de leurs pairs et de leurs riches clients potentiels et qu’ils ne comprennent le monde politique qu’à travers leurs préoccupations professionnelles. Ce faisant, ils se situent au centre d’une nébuleuse, ce qui ne peut manquer d’avoir des répercussions sur leur culture.

Une faible acculturation

34Carret et ses amis ont visiblement bénéficié d’une éducation classique. Bonaventure la complète par des lectures et la fréquentation de lieux de culture divers qui en font incontestablement un homme de son temps voire un libertin. Ses voyages sont avant tout pour lui l’occasion de renforcer ses pratiques lyonnaises mais aussi d’identifier des cultures différentes.

  • 115 Ibid., 22, 21 décembre 1773.
  • 116 Ibid., 11, 8 août 1771.
  • 117 Ibid., 13, 10 juin 1771.
  • 118 Ibid., 20, 25 septembre 1762.
  • 119 Ibid., 11, 26 janvier 1768 : « et croyons comme Candide que tout est pour le mieux ».

35Les lettres expédiées par Carret et ses associés attestent leur culture classique. Se plaint-on d’un père qui ne veut pas régler les dettes de sa fille, il est comparé à « l’avare de Molière115 ». Un cordonnier nommé Bassompierre se fait-il tirer l’oreille pour payer, on le rapproche du célèbre compagnon de Henri IV116. L’inventaire de la bibliothèque de Bonaventure prouve le classicisme de son éducation. Y figurent L’art de traduire le latin en Français et Les Œuvres d’Horace et de Cicéron, la Rhétorique française, les métamorphoses d’Ovide et la Révolution de l’Empire romain. Carret a complété ces ouvrages d’adolescence par des livres très divers, pour la plupart en langue française, mais aussi en Espagnol, auxquels il est très attaché : « j’avais chargé votre fils de retirer un livre du 1er volume de Tom Jones de Madame Guille aux Bernardines. Si elle ne l’a pas rendu, qu’il aille le chercher et le laisse dans mon appartement. Cela me dépareillerait l’histoire117 ». Sa bibliothèque comprend 165 titres formant 234 volumes. Sur les 148 titres qui ont pu être identifiés, trois ensembles apparaissent nettement. Avec 30 romans - dont Bélisaire de Marmontel, la Princesse de Clèves, Gil Blas de Santillane, Robinson Crusoé, Le paysan parvenu — 9 ouvrages de poésie — dont la Pléiade française, la Jérusalem délivrée du Tasse, Le paradis perdu de Milton - 2 livres de théâtre, 2 de rhétorique et 5 de littérature générale, la littérature domine (32 %). Ses amis le complimentent d’ailleurs sur ces lectures : « vous avez lu beaucoup de romans qui ont opéré cette sagacité d’esprit, cette libre douceur qui flatte toujours le beau sexe et qui vous mène quelquefois à l’heure du berger118 ». La philosophie constitue un deuxième pôle (28 titres ; 19 %). L’éloge de la folie d’Érasme voisine avec Montaigne, les Satires de Boileau, les Lettres persanes de Montesquieu et d’autres œuvres moins connues. Voltaire avec quatre titres (De l’esprit ; Lettres au Parnasse ; la Henriade ; Candide) et Rousseau avec cinq (Œuvres choisies ; La Nouvelle Héloïse ; Les pensées ; Emile ou de l’Education ; Lettre à de Beaumont, archevêque de Paris) sont les auteurs les plus présents. Des citations de ces ouvrages apparaissent d’ailleurs dans la correspondance des associés de Carret119. L’Histoire ne vient qu’en troisième position (19 ouvrages ; 13 %) avec des titres portant sur des souverains français — Charles X ; François Ier— ou étrangers — Vie de Sixte Quint ; Histoire de Charles XII ; Gustave Vasa ou Histoire de Suède — des royaumes — Histoire du gouvernement de la France ; Histoire universelle ; Histoire du gouvernement de Venise- des mémoires d’hommes illustres - Mémoires de Bassompierre ; le testament du Cardinal de Richelieu — des événements importants — Histoire du siège de Luxembourg — ou des textes royaux – Lettres de Louis XIV aux princes de l’Europe ; Ordonnances de Louis XIV—. Les 12 (8 %) dictionnaires — dictionnaires hollandois — françois et françois-hollandois ; espagnol-françois et françois-espagnol, — ou grammaires de langue étrangère —grammaires hollandoise et françoise, espagnole, un maître italien, un guidon de la langue italienne — attestent son goût (peut-être forcé) pour les langues. La religion n’est pas absente de ses rayons (11 livres) soit sous la forme de vies de saints — Vie de Saint Bonaventure (son patron) ; la gloire de Sainte Anne à Auray — soit sous des formes polémiques — Les œuvres d’Arnaud ; quatre ouvrages sur les Jésuites — soit des ouvrages généraux sur les formes de la religion : le langage de la religion de Caraccioli ; le jubilé de 1750. Son intérêt pour la politique, surtout étrangère — Œuvres mêlées de l’abbé de Bernis ; Le partage de la Pologne ; Nouvelles intéressantes de l’attentat du Roy de Portugal ; Pensées du Comte Oxenstiern ; Le siècle présent— est évident. Les trois ouvrages de géographie, les deux livrets sur l’explication des peintures et gravures du Salon du Louvre de 1755 et la description de la galerie de Versailles, attestent son goût pour les voyages et l’art. En revanche, l’arithmétique (un livre), le droit (3) et l’économie (2) ne semblent guère le passionner.

  • 120 Ibid., B.P 2272, 10 novembre 1779 ; 8 Β 730 - 20, 21 février 1764.
  • 121 Ibid., 12, 11 décembre 1762.
  • 122 Ibid., 21 (2), 8 novembre 1769.
  • 123 Ibid., 22, 22 avril 1773.
  • 124 Ibid., 22, 30 mars 1773.
  • 125 Ibid., 20, 28 février 1764.
  • 126 Ibid., 22, 23 avril 1773.
  • 127 Ibid., 22, 6 avril 1773. Pour le fils Kerfbyl.
  • 128 Ibid., 20, 30 avril 1769.
  • 129 Ibid., 22, 6 avril 1773.
  • 130 Ibid., 19, quittances de loyers entre 1770 et 1775 ; capitation 1773, 1774, 1775 ; ADR, B.P 2272, (...)
  • 131 Ibid., 20, s.d.
  • 132 Ibid, 19, 14 novembre 1765, compte acquitté de La Fontaine, poulailler ; 26 février 1772 et 15 jui (...)
  • 133 Ibid., 20, s.d., signée Vincent : « un galant homme ne doit pas ignorer que les dettes de jeu sont (...)
  • 134 Ibid., 20, 27 novembre 1770.

36À la lecture, Carret et ses associés ajoutent d’autres formes de culture. Ils possèdent des tableaux et des estampes. Chez Bonaventure, deux tableaux représentent des paysages, deux autres des portraits et seize estampes des portraits et des paysages. Son associé lui demande de lui ramener des estampes enluminées sur l’optique de Hollande120. Ils vont au théâtre (« J’ai été surchargé d’affaires depuis la fin de la comédie à 8 heures121 ») et à l’Opéra (« J’eus l’honneur de vous assurer de mes devoirs à l’Opéra le vendredi 22 septembre122 »). Aussi connaissent-ils les artistes : « Larive joua Œdipe lundi à la rentrée avec le plus grand succès. Cet acteur que je connoissois est intéressant en tout point. Mardi il joua également le Misanthrope. Eugénie débute ce soir dans le Tartuffe. Nous avons Rosalie très bonne actrice depuis bien des années qui ne joue que de la tragédie123 ». Dans le boudoir de son appartement, Bonaventure dispose de livrets d’opéra, de partitions musicales et de pièces de théâtre. Aussi est-il à même de porter des jugements sur ce qu’il voit : « notre spectacle a été bien mauvais mais nous espérons l’avoir meilleur la prochaine124 ». Ils participent aussi à des fêtes et à des bals. Pour le carnaval de 1764, ses associés expliquent à Carret qu’il « s’est fait de magnifiques mariages et il s’est donné un très superbe bal dans la sale de la commédie dont le coup d’œil a été sans pareil125 ». Ils aiment discuter avec des amis : « lorsque je passerai par Paris », écrit Carret à son ami Cosson, « j’irai coucher à votre porte et je vous promets qu’hors les matinées qui ne sont pas à vous et pendant lesquelles je vacquerai a mes affaires, nous ne nous quitterons pas. Je veux a present gouter touttes les douceurs de l’amitié et j’ai en grande partie renoncé au tracas du monde. J’aime la retraitte et il me sera doux de vous donner tous mes moments126 ». Ils leur montrent la ville « qui est assez agréable127 ». Ils les rencontrent dans les cafés : « il vous suffira de vous rendre demain dans l’après midy vers les deux heures au caffé Guillot des Terreaux qui est le rendez-vous convenu128 ». Ils aiment aussi les recevoir chez eux : « faites vous cette année suivant vos projets le voyage de Languedoc avec Madame ? Nous le désirons parce que notre sieur Carret se fera un plaisir de vous recevoir ici [Lyon] où il compte séjourner encore quelque tems129 ». Après avoir vécu dans une chambre à l’angle des rues de L’enfant qui pisse et Tête de mort, Bonaventure s’est installé en 1770 place des Terreaux, au troisième et quatrième étages de la maison Chansay, dans un appartement comprenant un salon, une salle à manger, une chambre, un grenier, une cave et cinq cabinets « en retranchement » pour lequel il paie un loyer de 480 livres annuelles130. Carret l’a fait aménager et l’a meublé. Les nombreux sièges — dont deux sofas et une bergère —, la grande quantité de vaisselle en étain ou en faïence — dont trois cafetières, une théière, une boîte à thé et 21 tasses et soucoupes — l’importance du linge de table et de la cave — 29 chopines de liqueur commune et 50 bouteilles de vin rouge de pays sans compter les 133 bouteilles et 4 barils vides — montrent que les réceptions devaient y être nombreuses. Car Carret aime boite et manger en société. Sa bibliothèque inclut La cuisinière bourgeoise. Ses papiers domestiques rassemblent des recettes de cuisine « pour manger les jambons à la manière de Madame Sarbe », « pour empêcher les jambons de rensir et les faire cuire », « sur la manière des dames de Montfleury pour faire des saucissons à cuire ou mortadelle », « sut la manière d’accomoder le petit salé pour le garder une partie de l’année », « sur la manière d’accomoder une tête de cochon à la bassoire131 ». Dans ses livres de compte figurent de longues notes de traiteurs ou de pâtissiers lyonnais132. Il aime aussi jouer comme le prouvent les deux tables de quadrille, la table de dames et le trictrac de son appartement et une réclamation, pour non paiement d’une dette de jeu133. Ils fréquentent ensemble de nombreuses femmes comme le démontre la correspondance privée de Bonaventure : « quoique vous soyes un peu garçon de votre métier, je me flatte que vous ne l’estes pas assés pour refuser a donner demain mercredy la main a une aimable femme que je me propose de conduire au consert du mariage. La partie sera aussy carrée que votre nom134 ».

37Car Carret est célibataire et grand amateur de femmes. Sa vie sentimentale commence, apparemment, par une intrigue avec une femme mariée, Angélique, avec laquelle il échange des lettres enflammées et parfois désespérées :

  • 135 Ibid., 12, 17 novembre 1762.

tu es ma fortune et mes dieux. Quoique nous soyons séparés pour toujours par un Destin barbare, qu’il nous sera deffendu de nous voir, nos cœurs ne le seront point, ils vivront l’un dans l’autre. Je n’aurai d’autre volonté que la tienne ; tu me dicteras désormais les plaisirs dont tu voudras me faire jouir ; j’ai renoncé au monde ; tout m’y oblige135.

  • 136 Ibid., 20, 31 août 1762.
  • 137 Ibid., 20, 14 août 1771.
  • 138 Ibid., 20, quatre billets sans date.
  • 139 Érica-Marie Benabou, La prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1987, (...)
  • 140 ADR, 8 Β 730 - 20, 5 décembre 1774, Mémoire pour M. Carret.

38Mais l’idylle ne dure pas au-delà de 1768. Ensuite, et sans doute avant, Carret n’écoute pas les conseils de son premier associé qui lui recommande la sagesse en attendant le mariage : « j’ay suivi le conseil de mon père qui me disait tout uniment, si tu ne crainds pas d’offenser Dieu crains du moins la verole. Voilà ma morale136 ». Il rencontre à Lyon de nombreuses femmes. Une bourgeoise lui écrit alors qu’elle part dans sa maison de campagne de Fontaines : « je t’invite d’y venir souper ce soir mercredi et d’y être arrivé à 7 heures du soir. Tu y coucheras si tu veux ou tu reviendras dans la nuit. Si tu veux y aller en batteau, il faut 1 heure 3/4. Il faut se faire débarquer à la pointe de l’isle du roi. Vis-à-vis de cette pointe, tu trouveras dans les bois une petitte porte qui sera ouverte ». De son « cabinet d’amour » — sans doute le boudoir de son appartement — entre onze heures et minuit il écrit à « Fanchon tue du pavé d’Amour, à l’enseigne des enchanteresses » : « il est impossible de vous voir sans vous aimer à la folie » et signe « l’amant parfait ». Sa servante Françoise Tissot l’informe qu’elle est enceinte de lui et lui réclame de l’argent. Une dame Perrin l’implore : « je suis bien fachée que vous me privies du plesir de faire la partie avec vous. J’avois dejà profiter de vos lesson et vous vous dites lassé de m’en donner. Je vous attens si cela vous fée plesir. Cela men feras beaucoud et a toutte l’asemblée137 ». Madame Larguier, née Solicoffre s’étonne auprès de lui qu’il prête des livres à sa fille et le prie de s’éviter ce soin « attendu que cy je veu quelle lise je lui fourniray des livres proportionnés a son âge. Ce n’est pas que je regarde ce livre mauvais car je ne lest pas leu mais tout au moins j’aurois cru que vous m’auriés demandé ma permission. Je suis aussy bien aise de vous dire que sy vous lui en reprêtés ils ne vous serons surement pas fendus138 ». Peut-être s’agit-il d’un des 27 ouvrages que compte la bibliothèque bleue coquine du boudoir dans laquelle figurent par exemple Les délices du sentiment, Les filles célèbres, L’Académie des dames, La gazette de Cithère et la vie de Madame du Barry, Le passe-temps royal ou les amours de Mademoiselle de Fontange ? Pour séduire ces femmes, Bonaventure dispose d’une importante collection d’accessoires (23 paires de bas de soie, 94 cols en mousseline et voile, 40 mouchoirs de poche en coton et en lin, 12 chemises de toile de ménage garnie de mousseline en partie brodée). L’atmosphère qui règne dans son appartement, clos par des rideaux de taffetas ou de damas cramoisi et orné partout de miroirs d’une valeur de 1 346 livres sur un ensemble mobilier évalué à 5 535 livres et dont quatre servent de plafond, est très particulière et non sans évoquer celle des maisons de prostitution parisiennes139. Toutes ces aventures sont à l’origine d’un bubon vénérien qu’il soigne du 6 avril au 30 mai 1771, de juin à novembre 1772 et du 24 octobre au 23 novembre 1773140.

  • 141 Ibid., 12, 19 mars 1763 ; 13, 29 juillet 1771 et 5 décembre 1771 ; 12, 17 avril 1766 ; 13, 11 avri (...)
  • 142 Ibid., 12, 14 juillet 1767 ; 22, 12 janvier 1773.

39Au total, par leurs lectures, leurs goûts pout le théâtre et l’opéra, leur sociabilité, Carret et ses amis sont incontestablement des hommes de leur temps. Peut-on aller au-delà et voir dans Carret, un libertin, ce qui est assez rare chez un commerçant ? Il faut alors limiter le libertinage aux mœurs. Aucun des associés, en effet, ne conteste l’existence de Dieu et ne remet, apparemment du moins, les rites de l’Église catholique en cause. Au début de sa carrière, Carret se place sous la protection de Dieu (« Dieu veuille veiller a la prosperité de notre naissant commerce »). Quand ils se plaignent de la dureté des temps, les uns et les autres lui confient leur destin (« enfin, confions-nous à la Providence » ; « enfin, la volonté de Dieu soit faite ») et trouvent secours dans la religion (« c’est là ce qui achève de m’accabler et me réduit à un désespoir si funeste que sans la religion je ne scais pas ce que je ferais ») voire dans certains rites catholiques (« obligés-moi, mon chef Ferlat samedi 21 courant de donner deux livres de cire et faire dire une messe pour la prospérité de notre commerce à Notre-Dame de Fourvière. C’est un vœu que j’avois oublié de remplir141 »). On trouve dans leur correspondance, une pique contre les Quakers, sous forme de plaisanterie (« vous tremblez quand les gros de hollande sont en route et presqu’autant quand vous les tenez en magasin. Je ne crois pas à la religion des quakers ») et une remise en cause de la transsubstantiation quand il s’adresse à un marchand hollandais (« sa femme qui mange le bon dieu de l’église de France142 »).

  • 143 Ibid., 18, 23 juin 1763. On retrouve ces titres ultérieurement dans sa bibliothèque.
  • 144 Ibid., 21 (1), 24 novembre 1767, « tous nos libraires ici n’ont pu me procurer les livres dont vou (...)
  • 145 Ibid, 21 (1), 28 avril 1768, 29 avril 1768, 24 mai 1768.
  • 146 Ibid., 21 (1), 30 octobre 1767. Il s’agit du Philosophe ignorant, de l’Évangile de la raison, du c (...)
  • 147 Ibid, 12, 20 décembre 1762 ; 13, 26 mai 1765, 16 octobre 1770, 7 juin 1771, 17 avril 1774.
  • 148 Ibid., 23, Articles à mes frais de voyage sur lesquels MM. Calas et Ferlat prétendent faire diminu (...)
  • 149 Ibid, 21 (2), 2 et 5 juin 1772.
  • 150 Ibid, 18, 30 octobre 1777.
  • 151 Ibid, 20, 16 et 11 février 1771.
  • 152 Ibid., 23, 6e voyage, 8 mai-2 octobre 1769.
  • 153 Ibid, 21 (2), 18 mai 1771 ; 13, 18 mai 1769, 16 avril 1774 : « J’ai vu l’ami Rigaud au Palais Roya (...)
  • 154 Ibid, 22, 3 août 1773.
  • 155 Ibid, 13, 22 novembre 1770.
  • 156 Ibid, 13, 10 août 1773.
  • 157 Ibid., 23, Articles, op. cit., « repas donnés à différents amis pour affaires » 1765-1766.
  • 158 Ibid., 19, État de la dépense faite sur l’argent des voyages.
  • 159 Ibid, 12, 19 mars 1767 ; 21 (1), 28 octobre 1769.
  • 160 Ibid., 21 (1), 19 février 1768 et 7 mars 1769 ; 21 (2), 21 novembre 1769 ; 13, 12 février 1770 ; 1 (...)
  • 161 Ibid., 21 (2), 4 octobre 1771.

40Ils trouvent dans l’Europe qu’ils fréquentent un élargissement des champs de leur culture. En voyage, Carret achète des livres pour lui143 ou pour ses clients144. Il se procure aussi des estampes. En 1768, il acquiert pour Esaye Gillot, à son passage à Paris, « la collection des estampes du plafond de la galerie de Versailles par Massé » et la lui envoie « avec la suite des ports de mer par Vernet, celuy de La Rochelle, celuy de Rochefort145 ». Quand il ne trouve pas lui-même, il lance des correspondants sur la piste, ainsi les frères Cramer de Genève pour les quatre livres réclamés par Le Boucher de Rennes146. Les spectacles de Paris, de Flandres et des Provinces-Unies attirent Bonaventure. A Paris, en 1762, il voit « pour la première fois de » sa « vie les trois spectacles de l’Opéra, le Français et les Italiens. Je suis toutte oreille et ouvre de grans yeux » ; il découvre Tauride et y pleure. En 1765, il voit « jouer Crispin rival de son maitre Parenties, bon acteur ». En 1770, il assiste à la représentation d’Ajax remis au théâtre. En 1771, il visite le Colisée, « une petite ville remplie de nimphes et hommes que l’on voit pour 30 sols. Cela semble l’île de Paphos ». En 1774, il ne voit « les soirs que des pièces rebattues au spectacle » sauf « le nouvel opéra d’Hiphigénie en Aulide, musique de M. Glouck renvoyé de mardi dernier a cause d’un rhume survenu a l’arrivée ». « C’est un opéra dont la forte musique metra a bas la voix des acteurs. Ces Allemands ne connoissent pas les poitrines françaises147 ». En Flandre, il offre la comédie à Madame Bossy et à ses filles en 1767, à Unger en 1768, à la famille Gillot en 1769, à Madame de Reus et à ses filles en 1771148. En 1772, il déplore « l’affreux incendie » du théâtre d’Amsterdam149 et ses papiers conservent un billet pour le concert du 30 octobre 1777 à Amsterdam150. Il va au bal à Paris où l’invitent Auriol et de Navier en 1771151. Il s’y rend également en Flandre où il conduit les dames Cot152. Il apprécie aussi « les processions de la Fête-Dieu » à Paris, les « fêtes qu’il passe à Versailles et à Marly153 », les simples promenades dans la capitale dont il recommande « les curiosités innombrables » à Kerfbil154. A Amsterdam, il va au café155. En Flandre, il va passer quatre jours à Spa, « voir cet endroit si fameux et y prendre les eaux156 ». Il rencontre les amis qu’il s’est faits dans ces pays du Nord. Tantôt il les régale157 « pour obtenir leurs mémoires158 », tantôt il est reçu chez eux, comme chez Gillot en 1767 où il a « diné aujourd’hui et bu à votre santé ». Ce sont pour lui des moments qu’il attend : « nous nous consolerons mutuellement, le verre à la main auprès d’un bon feu159 ». Dans le domaine des jeux, les Hornecca leur font connaître les loteries de la compagnie des Indes et de la Généralité160 et Weickenhaen de Wetzlar, la loterie de Grumbach en marchandises161.

  • 162 Ibid, 21 (1), 21 décembre 1767, 20 mai 1768, 27 juin 1768 ; 23, 24 janvier 1769, 24 juillet 1769, (...)
  • 163 Ibid, 20, 31 août 1762.
  • 164 Ibid., 20, 2 septembre 1769, 28 décembre 1771, 20 janvier 1772, 11 août 1772, 16 mars 1777, 6 déce (...)
  • 165 Ibid., 20, 25 août 1771 ; « je vous avertis de faire quitte l’habit d’homme que la dame qui voyage (...)
  • 166 Ibid., 13, 10 juin 1771 ; 20, 16 mars 1777.
  • 167 Ibid, 20, s.d.

41Partout, il fréquente les femmes. À Paris, il rencontre Mademoiselle Emilie, première actrice à Bordeaux, Julie et H.162. Il semble d’abord réticent vis-à-vis des Hollandaises : « vous me surprenez de m’adjouter que les femmes en Hollande n’ont pas les dents belles, j’en ay vu en France qui avoient la plus belle carnation et les dents extrêmement blanches, enfin des venus » répond son associé163. Il se reprend donc. « Sous le secret, j’ai eu pendant mon séjour en hollande une intrigue qui m’a beaucoup amusé. Si tu la vois, dis lui que je l’aime de tout mon cœur et que c’est pour la vie. » Il rencontre aussi « la belle Sophie » et Marion Gros à Bruxelles, Mademoiselle Van Bommel à Amsterdam et bien d’autres encore sans doute qui n’ont pas éprouvé le besoin de lui écrire164. Il voyage avec une femme déguisée en homme, ce qui lui attire une lettre anonyme, ou avec une autre (ou peut-être la même) qu’il fait passer pour son épouse, ce qui entraîne les remarques de ses amies lyonnaises165. Dans tous les milieux, c’est le même succès. Il rencontre Madame Bois à l’Opéra de Paris. « Elle m’envoya chercher le soir et par amitié pour Horneca, je ne pus me dispenser de coucher avec elle quoiqu’il ne se doute pas de l’obligation qu’il me doit ». Quelques années plus tard, Marion Gros lui reprochant son indifférence lui avoue : « je vous diroit encore que de toute les bêtes de Lion, il ni a que la votre qui soit en vie. Ne vous y trompée pas je veut dite votre rossignol qui chante nuit et jour ». Il ne s’attache à aucune : « la perruche que j’avois amené a elle du être166 rendue a Paris le 30 juillet. Je le croi car ces sortent d’animaux quoiqu’ils parlent n’ont pas l’esprit d’ecrire. C’est ce qui m’inquiète fort peu car j’en ai pris tous ce que j’en voulois et j’abandonne volontiers le reste a tous les perroquets de l’univers. C’est une petite saigne a ma bourse de 6 a 7 louis dont j’ai fait mon deuil167 ».

  • 168 Ibid, 12, 17 décembre 1762, 12 décembre 1762.
  • 169 Ibid, 11,3/4 janvier 1765, 20/22 octobre 1766, 28 décembre 1767 ; 21 (2), 21 janvier 1768.
  • 170 Ibid, 12, 15 et 30 décembre 1766.
  • 171 Ibid., 21 (2), 2 mai 1772. Le 9 juillet (22), les confitures sont bien arrivées mais pas le cidre  (...)
  • 172 Ibid., 21 (2), 27 mai 1772. Le 13 juin 1772, le marasquin doit être supprimé car « cette liqueur n (...)
  • 173 Ibid., 22, 19 mai 1773.
  • 174 Ibid., 22, 27 mai 1773.
  • 175 Ibid., 21 (1), 20 octobre 1767.
  • 176 Ibid., 12, 9 décembre 1767 ; 11, 15 décembre 1767.
  • 177 Ibid., 21 (1), 26 avril 1769 ; 28 octobre 1776.
  • 178 Ibid., 21 (1), 7 mars 1769.
  • 179 Ibid., 21 (2), 8 février 1771 ; 22, 29 décembre 1772, 23 décembre 1775.
  • 180 Ibid., 11, 13 avril 1765 ; 13, s.d. Les fromages ne sont pas envoyés « tout le monde m’a assuré qu (...)
  • 181 Ibid, 11, 4 février 1766 ; 21 (1), 14 février 1768.
  • 182 Ibid., 21 (1), 4 octobre 1769.
  • 183 Ibid., 11, 4 mai 1770. « sa commission pour les morilles etoit impraticable nous n’en aurions pas (...)
  • 184 Ibid., 20, 21 décembre 1764 ; 11, 22 avril 1774.
  • 185 Ibid., 18, à Cologne, 8 au 12 mars 1777, 3/4 de vin le 9 et le 12 ; 1/4 le 8 ; 1 pot le 10 ; 3/4 1 (...)

42En matière de gastronomie, Carret connaît les spécialités des régions où il passe et ne résiste pas au plaisir d’en envoyer à ses maîtresses ou à ses amis. En 1762, il fait ainsi parvenir des huîtres de Caen, de Rouen puis de Dieppe auxquelles il ajoute du vin de Champagne168. En 1765, 1766, 1767, c’est un pâté qui part d’Amiens169. En 1766, deux corbeilles de prunes sont expédiées de Tours170. Quand il ne part pas, il réclame des produits qu’il connaît, « 20 à 25 bouteilles en terre de grai de votre excellent cidre mousseux » et « 24 pots de confiture de demi-livre chacune en espèces assorties » à Leborgne de Rouen171, « du vin blanc de Graves et si vous y êtes encore a tems, il vous prie dy joindre 6 pots de la meilleure eau de vie d’Andaye dans un petit baril et deux flacons de marasquin de l’Amérique » à Feger de Bordeaux172, « deux barils d’eau de vie d’Andaye et anisette environ 20 à 30 bouteilles chaque », au même en 1773173, du thé et du café, à Quatrefages à Lorient174. De Lyon partent, à titre de cadeaux, « quatre socissons crus » pour Mademoiselle Émilie175, des marrons pour son ami parisien Cosson, Le Barbier de Nevers176 ou Audibert de Boulogne177, « des truffes noires courbouillonnées beignant dans l’huile » pout Esaye Gillot178, « des truffes sèches à fleurs de bouillon blanc » ou des truffes noires pour Cot et Reboul de Lille179, 50 demi-bouteilles de ratafia, deux demi-bouteilles d’eau de la Cotte et deux douzaines et demi de fromages pour Esaye Gillot en 1765180. De vrais trafics de produits alimentaires s’organisent. En 1766, Gillot réclame 350 demi-bouteilles de ratafia, 400 en 1768181 ; un « amy d’Italie », « deux panniers de 60 bouteilles chaque du meilleur vin de Bourgogne pour essai seulement182 » ; Ducielle d’Amsterdam, des morilles183. Ses associés l’incitent à consommer les mets et les boissons locales : « vous êtes un fripon qui pouvés manger de bonnes huîtres et de bons poissons de mer » ; « vous buvés de l’excellente bière qui vaut mieux que certains vins » ; « allés boire de la bière et manger du beurre184 ». Il est vraisemblable que dans les auberges flamandes ou hollandaises, il mange ce qu’on lui sert. Mais sur les notes qu’il règle, le vin est toujours présent185.

  • 186 Ibid., 11,15 novembre 1762, 28 mai 1764.
  • 187 Ibid., 20, 31 août 1762, « votre récit sur la ville d’Amsterdam et les mœurs et coutumes des habit (...)
  • 188 Ibid., 22, 9 octobre 1772.
  • 189 Ibid., 21 (1), 28 octobre 1767 : « pour aller fumer quelques pipes avec les flegmatiques hollandoi (...)
  • 190 Ibid, 12, 8 mai 1766.
  • 191 Ibid, 13, 23 juin 1774, 16 décembre 1771.
  • 192 Ibid, 12, 15 février 1766.
  • 193 Ibid., 11, 15 novembre 1762, 16 octobre 1762.
  • 194 Ibid., 11, 17 juillet 1771.

43Ils acquièrent, cependant un certain sens de la diversité des caractères, des mœurs, des usages et des goûts des nations. Ils n’apprécient guère les Portugais qui viennent à Lyon en 1762 pour acheter des bas de soie — « j’ay un grand preiugé contre les portugais » — ni les Allemands qui « sont trop longs payeurs186 ». Mais ils ne s’attardent guère sur ces pays et leurs habitants, contrairement à ce qu’ils font pour la Flandre et les Provinces-Unies. On ne trouve pas dans leur correspondance, de descriptions de ces contrées quoique, apparemment, elles aient existé187, mais de petites notations qui, mises bout à bout, donnent une certaine idée de ces régions. Le climat est souvent dénoncé : « l’air et l’humidité d’Amsterdam sont très dangereux188 ». Ils abîment les tissus et les accessoires. C’est sous ces cieux que Carret a appris à fumer la pipe d’où la nécessité, ensuite, de faire venir du tabac à Lyon189. Le sérieux des marchands est apprécié : « on devrait envoyer ses fils en Hollande pour y prendre du goût. C’est ici où l’on voit un enfant de quinze ans penser solidement et mener un commerce avec un sens rassi et réfléchi des affaires190 ». Mais on déplore leur lenteur : « j’éprouve comme pat le passé combien l’Hollandois est comode qui vous traîne quatre à cinq jours puis vous régale d’un "bien obligé" » ; « Laverge est un véritable Hollandois, il luy faut plein de tems pour se déterminer191 ». On redoute aussi leur dureté en affaires : « cette espèce de nation est bien impertinente et injuste. Quand ils demandent, ils voudraient avoir tout pout rien et font mille difficultés. Vendent-ils ? Vous les payeriez davance quils croiroient encore vous faire grâce192 ». Aussi paraissent-ils assez désagréables : « partie des hollandois sont si méfiants qu’ils ne se piquent d’aucunes délicatesses » ; « je ne doute pas que vous vous déplaisiés avec une nation ou la politesse des habitans n’approche pas de celle de France » ; « on est plus glorieux d’avoir pu simpatiser avec leurs manières brusques et rustiques » ; « vous sortez d’un pays où personne n’est affable. Je ne suis pas surpris que vous n’ayez encore reçu de politesse193 ». Surtout, en matière de mode, « nous ne sommes point assurés que le goût des commettants s’accorde avec le notre. C’est une source de difficultés que nous voulons absolument éviter194 ».

  • 195 Ibid., 22, 6 août 1772.
  • 196 Ibid., 12, 14 mars 1767.
  • 197 Ibid., 13, 13 décembre 1770.
  • 198 Ibid., 22, 17 août 1772.
  • 199 Ibid., 22, 1er janvier 1774.

44Cependant, Carret « connoît parfaitement le goût de » ce « pais, il en a fait une étude assés longue depuis le tems qu’il y voyage195 ». Il sait ce que veulent les clients. Dans les Provinces-Unies, lorsque l’on cherche un tissu d’ameublement riche, il faut « un dessin chinois ou champêtre en soyes de plusieurs couleurs » ; « il le faudrait en fonds bleu ou en citron mais pas de fond cramoisi ny vert ny cerise parce que les hollandoises ne mettent pas de rouge et que ces fonds dans un appartement les font paraître trop pâles196 ». Au Surinam, le gris est détesté197. Les vestes parvenues à Dunkerque un peu tard dans la saison feront quand même l’affaire car « elles étaient faites pour un capitaine », « d’autant plus que dans l’étranger ces vestes se portent en toute saison198 ». Certains tissus sont plus appréciés dans la capitale qu’en province : « nous n’avons plus ici ces pièces, les ayant envoyées depuis quelque temps à une maison de Paris à la vente pour notre compte parce que ces étoffes y sont plus recherchées qu’ici199 ».

45Carret et ses associés découvrent donc quelques différences dans les comportements et les goûts des Européens du nord. Mais la plupart du temps, ils transportent, sous d’autres cieux, le genre de vie qu’ils ont adopté à Lyon.

46Commercer et voyager n’entraînent donc pas automatiquement d’acculturation culturelle. Carret et ses associés, fréquentant toujours des milieux identiques au leur, ne perçoivent que les différences qui les gênent ou qu’ils apprécient mais pas la diversité des cultures populaires.

Notes

1 Archives départementales du Rhône (désormais ADR), 8 Β 730 - 21 (2), 8 mai 1752 : « nous venons d’essuyer la perte d’un protecteur respectable et le parent de notre sieur Carret » (Auriol). Pour tous les exemples et toutes les citations provenant des papiers Carret, on ne désignera plus, dans les notes qui suivent, la cote des papiers (8 Β 730) mais uniquement le numéro du carton d’où ils sont extraits.

2 Ibid., 19, Analyse du commerce.

3 ADR, B.P 2272, 10 novembre 1779, inventaire après décès de Bonaventure Carret décédé à Liège le 19 juillet 1779.

4 Ibid., 13, 30 mars et 2 mai 1765.

5 Ibid., 18, 12 septembre 1776, extrait d’inventaire ; 1er octobre 1776, constitution d’une société.

6 Ibid, 12, 10 décembre 1766.

7 Ibid, 13, 11 novembre 1771.

8 Ibid, 11, 4 avril 1772.

9 Ibid., 21 (2), 2 mai 1772 : « la maison Auriol dont le père est mort qui nous pretoit de l’argent à l’occasion ne veut plus nous en preter. Au contraire, elle veut être remboursée ».

10 Particulièrement Cosson à Paris.

11 À Ferlat assez souvent mais la plupart du temps à l’ensemble de ses associés.

12 Leur nombre (recensé dans le tableau 3) interdit d’en donner la liste exhaustive, au demeurant fluctuante dans le temps. A titre d’exemple, à Amsterdam : Isaïe Gillot, Horneca Hogguer, Henri Kerfbyl, Spech et Van Eck, Panchaud et Houles, Isaac Elie Pallairette sont des correspondants réguliers durant toute la période d’activité de Carret et de ses associés.

13 Voir les cartes 1 et 2 en fin de chapitre.

14 ADR, 8 Β 730 - 11, 27 mai 1763.

15 Ibid., 11,21 mai 1763.

16 Ibid., 11,17 février et 5 mars 1764.

17 Ibid., 12, 3 avril 1767.

18 Ibid., 22, 15 octobre 1773 ; 11, 18 janvier 1777 : « pour la Russie nous n’y penserons jammais et la laisserons sans regret a nos confrères ».

19 Ibid., 20, 21 février 1764.

20 Ibid., 11, 26 avril 1764.

21 Ibid, 11, 27 avril 1764.

22 Ibid, 11, 7 février 1767.

23 Ibid, 21 (2), 4 décembre 1769 ; 16 mai 1771. Voir les tableaux 1 et 2.

24 Voir le tableau 3.

25 ADR, 8 Β 730-21 (1), 10 janvier 1768 ; 21 (2), 23 janvier 1770 ; 9 avril 1770 ; 1er mai 1770 ; 21 (2) 8 novembre 1771.

26 Ibid., 21 (1), 28 mars 1769.

27 Ibid, 21 (1), 20 octobre 1767.

28 Ibid., 21 (2), 27 octobre 1770 : « notre douane est fort rigoureuse pour la rentrée des acquits » ; 11, 14 avril 1767 : « j’ai eu bien de la peine pour faire plomber la caisse et empêcher quelle ne fut ouverte a la douane ou aujourd’huy on emballe et visite tout en présence du directeur » ; 21 (1), 8 juin 1768 : « le consul du païs de la Reine nous donne la colique à nouveau » ; 11, 11 mai 1767, « par rapport aux brouilleux de Genève où il faudrait les faire passer ».

29 Ibid, 21 (2), 9 juin 1770.

30 Ibid, 21 (2), 7 décembre 1770.

31 Ibid, 11, 9 juin 1768.

32 Ibid, 11, 30 mai 1778.

33 Ibid, 21 (1), 10 août 1767.

34 Voir la carte 3 en fin de chapitre.

35 ADR, 21 (2), 20 avril 1770, quatre correspondants d’Amsterdam reçoivent le même courrier : « Nous avons tout lieu de craindre que nos lettres envoyées à la poste le 30 mars ne se soient égarées et que celle que nous eûmes l’honneur de vous écrire le même jour ne vous soit pas parvenue. Dans cette incertitude, nous nous empressons de vous confirmer l’avis qu’elle contient. »

36 Ibid., 21 (1), 8 mai 1769.

37 Ibid, 12, 26 mars 1767.

38 Ibid, 11, 14 juillet 1764.

39 Ibid., 21 (2), 31 juillet 1770.

40 Ibid., 11,14 août 1764 ; 13, 3 juin 1765 ; 25 janvier 1770 ; 23, Réponses aux objections et rabais que me voudroient faire MM. Ferlat et Calas sur mes frais de voyage ; 4 février 1777 ; 1er mai 1777.

41 Voir les cartes 4, 5, 6 en fin de chapitre.

42 ADR, 8 Β 730-11,7 mars 1778 ; 12 mai 1778 ; 25 août 1778.

43 Ibid., 11, 25 juin 1778.

44 Ibid., 11, 13 septembre 1771 ; 20 janvier 1767.

45 Ibid., 22, 5 mars 1773 ; 11 décembre 1772 ; 21 mai 1773 ; 21 (2), 24 avril 1772.

46 Ibid, 11, 9 février 1768 ; 21 (1), 23 octobre 1767.

47 Ibid, 21 (2), 11 septembre 1770.

48 Ibid., 22, 28 juin 1772.

49 Ibid, 11,20 janvier 1767 ; 21 (1), 31 décembre 1768 ; 21 (2), 5 mars 1771 ; 11, 6 septembre 1768 ; 21 (1), 22 novembre 1768 ; 21 (2), 10 mars 1770 ; 22, 20 juillet 1773 ; 11, 21 juillet 1768 ; 21 (1), 4 janvier 1769 ; 21 (2), 16 avril 1771 ; 21 (1), 5 mai 1769.

50 Ibid, 21 (2), 5 mars 1771 ; 22, 16 juin 1772.

51 Ibid, 21 (1), 23 octobre 1767 ; 21 (1), 12 octobre 1767 ; 21 (1), 20 septembre 1768 ; 22, 3 juillet 1772 ; 21 (2), 19 mars 1770.

52 Ibid, 21 (1), 4 octobre 1769 ; 22, 8 septembre 1772.

53 Ibid., 21 (1), 27 juin 1768 ; 21 (1), 28 mars 1769.

54 Ibid, 22, 10 octobre 1772 ; 13, 9 août 1770 ; 12, 17 juin 1767 ; 12, 27 décembre 1768.

55 Ibid ; 21 (1), 28 février et 13 mars 1769.

56 Ibid, 21 (2), 23 mai 1770 ; 21 (1), 24 mai 1769.

57 Maurice Garden, « Aires du commerce lyonnais au xviiie siècle », in Aires et structures du commerce français au xviiie siècle, Centre d’Histoire économique et sociale de la région lyonnaise, Lyon, 1973, p. 265-299.

58 ADR, 8 Β 730 - 11, 2 décembre 1768.

59 Ibid, 22, 12 novembre 1772.

60 Ibid, 11, 6 septembre 1769.

61 Ibid., 21 (1), 25 août 1769 ; 26 janvier 1769.

62 Ibid., 21 (1), 2 décembre 1768 ; 21 (2), 25 mai 1770.

63 Ibid., 21 (1), 17 mai 1768 ; 22, 21 décembre 1773.

64 Ibid, 13, 29 août 1774.

65 Ibid, 22, 21 décembre 1773 ; 9 juin 1775.

66 Ibid., 22, 31 janvier 1775.

67 Ibid., 13, 14 juin 1770 ; 2 septembre 1771.

68 Ibid., 11, 23 juillet 1763 : « Notre sieur Martin est actuellement à Beaucaire » ; 21 (1), 9 août 1768 : « les soyes se sont vendues à Beaucaire de 20 à 30 % au-dessous de l’année dernière ».

69 Ibid., 13, 4 août 1770.

70 Ibid., 21 (1), 30 octobre 1767.

71 Ibid, 21 (2), 19 août 1770.

72 Ibid, 21 (1), 4 avril 1766.

73 Ibid, 12, 14 novembre 1768.

74 Ibid, 13, 13 octobre 1770.

75 Ibid., 21 (1), 3 mai 1768 ; 22, 2 septembre 1772.

76 Ibid, 21 (1), 28 juillet 1768 ; 23 août 1768 ; 20 septembre 1768 ; 31 décembre 1768.

77 Ibid., 22, 3 août et 10 décembre 1773.

78 Ibid., 21 (2), 8 janvier 1770.

79 Ibid., 21 (2), 8 janvier et 23 mars 1770.

80 Ibid., 21 (2), 26 août 1771 ; 22, 22 août 1772 ; 21 (2), 8 mai 1772.

81 Ibid, 11, 22 et 24 mars 1767.

82 Ibid, 22, 26 mars 1773.

83 Ibid, 21 (2), 2 mars 1771.

84 Ibid, 21 (2), 3 mai 1772.

85 Ibid, 12, 1er mars 1766.

86 Ibid, 21 (2), 13 mai 1771.

87 Ibid., 21 (2), 16 avril 1771.

88 Ibid, 21 (2), 3 juin 1771.

89 Ibid, 12, 9 mars 1767.

90 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement xviie-xviiie siècle, Paris, Fayard, 1989, 549 pages, p. 177-210.

91 ADR, 8 Β 730 - 12, 30 avril 1767.

92 Ibid, 21 (2), 17 mars 1772.

93 Ibid. 12, 9 mars 1767.

94 Ibid., 12, 20 mars, 23 mars, 6 avril, 9 avril, 13 avril 1767.

95 Ibid, 21 (2), 27 septembre 1771.

96 Ibid, 11, 5 mai 1763.

97 Ibid, 22, 30 juillet 1772, 29 novembre 1772, 10 mars 1773.

98 Ibid., 22, 4 septembre 1772, 16 septembre 1772, 14 mars 1773.

99 Ibid, 11, 21 avril 1767.

100 Ibid., 22, 9 décembre 1775.

101 Ibid, 11, 18 octobre 1762.

102 Ibid., 22, 30 mars 1773.

103 Ibid, 12, 20 février 1766.

104 Ibid, 13, 10 octobre 1773.

105 Ibid, 11, 7 juin 1774.

106 Ibid, 11, 19 mars 1770. Terray opère alors une banqueroute.

107 Ibid, 11, 21 septembre 1762.

108 Ibid, 21 (2), 28 novembre 1769.

109 Ibid, 13, 4 mars 1772.

110 Ibid., 21 (2), 20 avril 1771.

111 Ibid, 21 (1), 7 juin 1768.

112 Ibid, 21 (1), 28 février 1769 ; 21 (2), 8 mai 1770.

113 Ibid, 21 (1), 8 mars 1768.

114 Ibid., 12, 7 juin 1767.

115 Ibid., 22, 21 décembre 1773.

116 Ibid., 11, 8 août 1771.

117 Ibid., 13, 10 juin 1771.

118 Ibid., 20, 25 septembre 1762.

119 Ibid., 11, 26 janvier 1768 : « et croyons comme Candide que tout est pour le mieux ».

120 Ibid., B.P 2272, 10 novembre 1779 ; 8 Β 730 - 20, 21 février 1764.

121 Ibid., 12, 11 décembre 1762.

122 Ibid., 21 (2), 8 novembre 1769.

123 Ibid., 22, 22 avril 1773.

124 Ibid., 22, 30 mars 1773.

125 Ibid., 20, 28 février 1764.

126 Ibid., 22, 23 avril 1773.

127 Ibid., 22, 6 avril 1773. Pour le fils Kerfbyl.

128 Ibid., 20, 30 avril 1769.

129 Ibid., 22, 6 avril 1773.

130 Ibid., 19, quittances de loyers entre 1770 et 1775 ; capitation 1773, 1774, 1775 ; ADR, B.P 2272, 10 novembre 1779.

131 Ibid., 20, s.d.

132 Ibid, 19, 14 novembre 1765, compte acquitté de La Fontaine, poulailler ; 26 février 1772 et 15 juillet 1772, comptes acquittés de Carie, pâtissier.

133 Ibid., 20, s.d., signée Vincent : « un galant homme ne doit pas ignorer que les dettes de jeu sont sacrées et se payent dans les 24 heures. Il y a cependant six mois que vous me devés 18 louis et bien loin de vous executer, lorsque je vous vois chez vous vous faites dire que vous n’y êtes pas ».

134 Ibid., 20, 27 novembre 1770.

135 Ibid., 12, 17 novembre 1762.

136 Ibid., 20, 31 août 1762.

137 Ibid., 20, 14 août 1771.

138 Ibid., 20, quatre billets sans date.

139 Érica-Marie Benabou, La prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1987, p. 196-199 ; 223-232.

140 ADR, 8 Β 730 - 20, 5 décembre 1774, Mémoire pour M. Carret.

141 Ibid., 12, 19 mars 1763 ; 13, 29 juillet 1771 et 5 décembre 1771 ; 12, 17 avril 1766 ; 13, 11 avril 1770.

142 Ibid., 12, 14 juillet 1767 ; 22, 12 janvier 1773.

143 Ibid., 18, 23 juin 1763. On retrouve ces titres ultérieurement dans sa bibliothèque.

144 Ibid., 21 (1), 24 novembre 1767, « tous nos libraires ici n’ont pu me procurer les livres dont vous me donnez la notte » ; 28 avril 1768 : « je n’ay pu trouver la lettre d’un metaphisitien a un materialiste sur lame que m’avoir demandé Lamy Brilly. Si je puis me le procurer dans ma tournée, je le luy porterai avec grand plaisir » ; 8 juin 1768, « nous n’avons aucune occasion pour les luy faire passer ainsi que votre dictionnaire anglois-françois ».

145 Ibid, 21 (1), 28 avril 1768, 29 avril 1768, 24 mai 1768.

146 Ibid., 21 (1), 30 octobre 1767. Il s’agit du Philosophe ignorant, de l’Évangile de la raison, du christianisme dévoilé, de l’examen critique des apologistes de la religion chrétienne.

147 Ibid, 12, 20 décembre 1762 ; 13, 26 mai 1765, 16 octobre 1770, 7 juin 1771, 17 avril 1774.

148 Ibid., 23, Articles à mes frais de voyage sur lesquels MM. Calas et Ferlat prétendent faire diminution.

149 Ibid, 21 (2), 2 et 5 juin 1772.

150 Ibid, 18, 30 octobre 1777.

151 Ibid, 20, 16 et 11 février 1771.

152 Ibid., 23, 6e voyage, 8 mai-2 octobre 1769.

153 Ibid, 21 (2), 18 mai 1771 ; 13, 18 mai 1769, 16 avril 1774 : « J’ai vu l’ami Rigaud au Palais Royal. »

154 Ibid, 22, 3 août 1773.

155 Ibid, 13, 22 novembre 1770.

156 Ibid, 13, 10 août 1773.

157 Ibid., 23, Articles, op. cit., « repas donnés à différents amis pour affaires » 1765-1766.

158 Ibid., 19, État de la dépense faite sur l’argent des voyages.

159 Ibid, 12, 19 mars 1767 ; 21 (1), 28 octobre 1769.

160 Ibid., 21 (1), 19 février 1768 et 7 mars 1769 ; 21 (2), 21 novembre 1769 ; 13, 12 février 1770 ; 11, 13 décembre 1771.

161 Ibid., 21 (2), 4 octobre 1771.

162 Ibid, 21 (1), 21 décembre 1767, 20 mai 1768, 27 juin 1768 ; 23, 24 janvier 1769, 24 juillet 1769, 15 septembre 1769.

163 Ibid, 20, 31 août 1762.

164 Ibid., 20, 2 septembre 1769, 28 décembre 1771, 20 janvier 1772, 11 août 1772, 16 mars 1777, 6 décembre 1777.

165 Ibid., 20, 25 août 1771 ; « je vous avertis de faire quitte l’habit d’homme que la dame qui voyage avec vous porte et la faire habiller en femme car les loix de notre païs font que l’on ne peut se déguiser » ; 20, s.d., « on dit autrement que vous avés mangé avec votre femme chés les correspondants de M. Auriolle. D’autre dise que c’est une fille que vous faite passé pour votre femme et quelle a fait tout le voyage avec vous. On a su que vous aviés logé ensemble dans les oberges ».

166 Ibid., 13, 10 juin 1771 ; 20, 16 mars 1777.

167 Ibid, 20, s.d.

168 Ibid, 12, 17 décembre 1762, 12 décembre 1762.

169 Ibid, 11,3/4 janvier 1765, 20/22 octobre 1766, 28 décembre 1767 ; 21 (2), 21 janvier 1768.

170 Ibid, 12, 15 et 30 décembre 1766.

171 Ibid., 21 (2), 2 mai 1772. Le 9 juillet (22), les confitures sont bien arrivées mais pas le cidre : « il nous auroit fait plaisir de le recevoir actuellement car c’est la saison de le boire ».

172 Ibid., 21 (2), 27 mai 1772. Le 13 juin 1772, le marasquin doit être supprimé car « cette liqueur nous vient icy de l’Italie et a meilleur marché que chez vous ». Le 23 août, il accuse réception des 5 caisses de Grave et du baril d’eau de vie.

173 Ibid., 22, 19 mai 1773.

174 Ibid., 22, 27 mai 1773.

175 Ibid., 21 (1), 20 octobre 1767.

176 Ibid., 12, 9 décembre 1767 ; 11, 15 décembre 1767.

177 Ibid., 21 (1), 26 avril 1769 ; 28 octobre 1776.

178 Ibid., 21 (1), 7 mars 1769.

179 Ibid., 21 (2), 8 février 1771 ; 22, 29 décembre 1772, 23 décembre 1775.

180 Ibid., 11, 13 avril 1765 ; 13, s.d. Les fromages ne sont pas envoyés « tout le monde m’a assuré qu’on n’en-voyoit pas en cette saison et qu’ils arriveraient tous gatés, ainsy il faut différer d’offrir ces cadeaux jusqu’à l’hiver prochain » (29 avril 1765).

181 Ibid, 11, 4 février 1766 ; 21 (1), 14 février 1768.

182 Ibid., 21 (1), 4 octobre 1769.

183 Ibid., 11, 4 mai 1770. « sa commission pour les morilles etoit impraticable nous n’en aurions pas trouvé 30 livres dans toute la ville et on m’a assuré que le moindre prix de cet article étoit 3 livres ou plus ».

184 Ibid., 20, 21 décembre 1764 ; 11, 22 avril 1774.

185 Ibid., 18, à Cologne, 8 au 12 mars 1777, 3/4 de vin le 9 et le 12 ; 1/4 le 8 ; 1 pot le 10 ; 3/4 1/8 le 11.

186 Ibid., 11,15 novembre 1762, 28 mai 1764.

187 Ibid., 20, 31 août 1762, « votre récit sur la ville d’Amsterdam et les mœurs et coutumes des habitants est très bien détaillé ».

188 Ibid., 22, 9 octobre 1772.

189 Ibid., 21 (1), 28 octobre 1767 : « pour aller fumer quelques pipes avec les flegmatiques hollandois », 19 avril 1768 ; 22, 13 septembre 1772, 26 octobre 1772, 21 janvier 1773, 21 mars 1774.

190 Ibid, 12, 8 mai 1766.

191 Ibid, 13, 23 juin 1774, 16 décembre 1771.

192 Ibid, 12, 15 février 1766.

193 Ibid., 11, 15 novembre 1762, 16 octobre 1762.

194 Ibid., 11, 17 juillet 1771.

195 Ibid., 22, 6 août 1772.

196 Ibid., 12, 14 mars 1767.

197 Ibid., 13, 13 décembre 1770.

198 Ibid., 22, 17 août 1772.

199 Ibid., 22, 1er janvier 1774.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – La prépondérance française dans l’epace commercial de Carret et de ses associés (1767-1775)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22715/img-1.png
Fichier image/png, 767k
Titre Tableau 2. – La prépondérance de l'Europe du Nord dans l'espace commercial de Carret et de ses associés (1767-1775)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22715/img-2.png
Fichier image/png, 776k
Titre Tableau 3. – L’espace commercial de Carret et de ses associés (1767-1775)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22715/img-3.png
Fichier image/png, 398k
Titre Carte 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22715/img-4.png
Fichier image/png, 4,8M
Titre Carte 2
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22715/img-5.png
Fichier image/png, 4,6M
Titre Carte 3
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22715/img-6.png
Fichier image/png, 4,1M
Titre Carte 4
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22715/img-7.png
Fichier image/png, 5,4M
Titre Carte 5
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22715/img-8.png
Fichier image/png, 4,4M
Titre Carte 6
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22715/img-9.png
Fichier image/png, 3,3M

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540