Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Première partie. Itinéraires et espaces marchands : expériences de la mobilité, expériences du monde

Commerce et mobilité dans la littérature administrative en Allemagne au xviiie siècle

Guillaume Garner

Texte intégral

  • 1 Voir la synthèse de Keith Tribe, Governing Economy. The Reformation of German Economie Discourse 1 (...)

1Cette étude vise à interroger la façon dont les administrateurs allemands ont envisagé les questions du commerce et de la mobilité des hommes, qu'il s'agisse des futurs administrateurs ou des acteurs du commerce. La littérature administrative prend en Allemagne une forme spécifique, celle des sciences camérales ou de caméralisme1. Il s'agit d'une trilogie regroupant l'« économie » (entendue comme science de la gestion de la richesse des personnes privées ou des ménages), la science des finances publiques, et la « science de la police » qui synthétise et organise le savoir universitaire nécessaire à la formation des administrateurs des États territoriaux de l'Empire au xviiie siècle. La création de chaires de caméralisme commence en Prusse en 1727 avant de toucher l'ensemble des territoires de l'Empire au cours du xviiie siècle.

  • 2 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l'utilité des voyages, Paris, (...)

2On peut dire, pour paraphraser Daniel Roche, que le discours caméraliste, qui s'intéresse à la fois à la mobilité des administrateurs et à celles des marchands, oscille entre la « mobilité de l'administration2 » et « l'administration de la mobilité » : ce sont donc ces deux points de vue qui seront ici confrontés, à partir de l'hypothèse selon laquelle les rapports à l'espace des administrateurs et des marchands sont différents, cette différence étant justement la clé permettant de comprendre cette « oscillation » du discours caméraliste. Trois axes d'analyse seront pour cela privilégiés : le plus général concerne la question du commerce dans les sciences camérales, tandis que les deux autres resserreront l'analyse sur le rôle des voyages dans la formation des administrateurs et sur les formes de mobilité spécifiques des marchands.

La question du commerce dans les sciences camérales

La problématique des sciences camérales

3Il importe, pour comprendre le statut du commerce dans les sciences camérales, de rappeler quelques points forts autour desquels s'organise le discours des caméralistes. En premier lieu, ce discours vise à créer les conditions de l'instauration d'une harmonie des intérêts pour la félicité terrestre des individus. A partir des années 1750, les caméralistes soulignent que le but du gouvernement et de la police est de permettre la « félicité temporelle » des sujets, c'est-à-dire de favoriser la satisfaction de leurs besoins matériels. Cette satisfaction des besoins n'est pas, comme chez les physiocrates ou dans l'économie politique anglaise, pensée à l'échelle individuelle, mais elle résulte de l'action réfléchie de l'appareil gouvernemental et administratif, visant à une harmonie, une concordance des félicités individuelles et de la félicité générale. Cette approche donne de plus au discours caméraliste une forte teneur économique puisque la satisfaction des besoins implique la production et l'échange de biens matériels, le rôle des marchands et du commerce dans ce contexte étant d'assurer la circulation des biens et de la monnaie afin de permettre cette satisfaction des besoins.

4Cette harmonie des félicités ne peut cependant s'établir de façon spontanée, en raison notamment du penchant de l'homme à privilégier son intérêt particulier. Les caméralistes développent donc une anthropologie à la fois pessimiste et réaliste, dont les marchands sont justement une « cible » privilégiée, puisque dans le domaine économique, cet égoïsme propre à la nature humaine prend la forme de l'appât du gain. Ce sont ces éléments qui justifient une intervention de l'appareil gouvernemental et administratif dans les processus économiques.

  • 3 Ulrich Engelhardt, « Zum Begriff der Glückseligkeit in der kameralistischen Staatslehre des 18. Ja (...)

5Il convient en second lieu de s'interroger sur l'éventuel caractère sécularisé de cette discipline. La question de la dimension religieuse, théologique ou confessionnelle du discours caméraliste constitue encore un angle mort de la recherche. On peut cependant affirmer que la notion de « félicité » a en grande partie contribué à la sécularisation du discours caméraliste : la félicité terrestre est en effet présentée (notamment chez Justi3) comme la condition préalable indispensable à la « félicité spirituelle », domaine qui est explicitement situé hors du champ de la réflexion sur l'État et la politique.

  • 4 Guillaume Garner, « Caméralisme et territoire. État, espace et économie dans le discours économiqu (...)

6Le discours caméraliste s'organise enfin autour d'une catégorie-clé : le territoire4. Les sciences camérales sont très fortement tournées vers l'État territorial du point de vue institutionnel puisqu'elles visent à former des administrateurs. La nécessité de parachever le redressement démographique et économique entamé depuis la fin de la guerre de Trente ans, la volonté de rattraper le retard économique par rapport à la France, les Pays-Bas et l'Angleterre expliquent le caractère central de la notion de territoire chez les caméralistes. Ils en donnent une définition juridique (celle du droit public allemand) qui le conçoit comme une portion de la surface terrestre soumise à une autorité politique et juridique.

7Cette catégorie joue en particulier un rôle fondamental dans leur appréhension des phénomènes économiques : une stricte distinction est établie entre l'« intérieur » et l'« extérieur », et structure le discours des caméralistes sur les questions économiques, qu'il s'agisse de la circulation ou des échanges commerciaux. Le voyage est d'ailleurs parfois appréhendé par rapport à la problématique du bilan des entrées et sorties de numéraire, ce qui motive le scepticisme des caméralistes envers les voyages accomplis à l'étranger. Ceux-ci adoptent de manière plus générale une approche politisée, territorialisée, des phénomènes économiques, qui explique leur attitude face aux voyages et à la mobilité spécifique des marchands.

Commerce et développement du territoire

8L'essentiel du discours des caméralistes tourne autour du souci de promouvoir le développement du territoire, à la fois par une exploitation optimale des ressources du territoire, à partir d'une complémentarité maximale entre le secteur agricole et l'économie urbaine (artisanat, manufactures et fabriques, commerce) — cette approche réhabilitant donc à la fois le rôle du secteur « primaire » et celui de la sphère productive — et par la double volonté de favoriser la circulation intérieure des biens et de la monnaie, et de contrôler (notamment par des mesures douanières) le commerce extérieur.

  • 5 Ibid.,p. 736-740.

9Le territoire apparaît donc comme le bénéficiaire attendu de ces mesures de politique économique ; mais il en est aussi un outil à travers les propositions d'aménagement que les caméralistes formulent inlassablement5.

  • 6 Voir par exemple Johann Heinrich Gottlob von Justi, Vollständige Abhandlung von den Manufakturen u (...)
  • 7 Ludwig Benjamin Martin Schmid, Lehre von der Staatswirtbschaft. Zu den Vorlesungen aufder Kameral (...)

10Les caméralistes héritent, sur la question du commerce international, de deux traditions en grande partie antagonistes. D'une part, ils reprennent les postulats des mercantilistes, qui font de l'échange entre plusieurs nations un jeu à somme nulle, et en développent par conséquent une conception plus ou moins belliciste6. D'autre part, une seconde tradition, héritée du droit naturel, fait du commerce extérieur une nécessité providentielle, dans la mesure où la répartition hétérogène des ressources et des productions est voulue par la Providence, et où ces échanges développent la sociabilité humaine et participent ainsi aux progrès de la « civilisation7 ».

  • 8 Voir par exemple J. H. G. von Justi, Abhandlung von den Manufakturen, op. cit., vol. 1, p. 210.

11De ces deux visions, c'est la première qui l'emporte dans la mesure où les caméralistes prennent en compte l'existence de l'État comme acteur à part entière des échanges internationaux8, alors que la vision du (« doux ») commerce héritée du droit naturel ne vaut que pour des individus ou des sociétés dans la phase de leur histoire antérieure à l'apparition de l'État. Bien dirigé, le commerce international doit donc permettre un enrichissement absolu du pays ou à défaut un gain de puissance relative par rapport aux pays concurrents.

  • 9 C'est entre autres le cas de Marrin Engelbert Semer, Über die Polizeiverwaltung in Städten, deren (...)

12Le statut et la valeur du commerce intérieur dépendent des objectifs poursuivis, qui varient selon les auteurs. S'il s'agit d'un gain de puissance ou de richesse, sa signification est bien moindre que celle du commerce extérieur. Cependant, certains auteurs accordent la priorité à la recherche de l'indépendance (et non de l'autarcie) du pays, ce qui contribue à réévaluer le rôle du commerce intérieur9. Mais dans les deux cas, la priorité teste la même : il s'agit de structurer le territoire pour permettre son développement économique intérieur (le gain d'une balance commerciale positive ne venant que dans un second temps), ce qui implique à la fois une intensification des échanges — par l'essor des transports, l'abolition des douanes intérieures — et un contrôle, direct ou indirect, de l'activité des producteurs et des marchands.

Les voyages des administrateurs : la mobilité de l'administration

13Place centrale de l'appareil gouvernemental et « policier » dans la mise en place d'une politique économique, rôle cardinal de la notion politico-juridique de territoire dans l'appréhension de l'espace : ce sont ces deux éléments qui permettent de comprendre la façon dont la mobilité des administrateurs est envisagée par les caméralistes.

Voir et connaître

  • 10 Sur ce sujet, voir la synthèse en français de Jochen Hoock, « D'Aristote à Adam Smith : quelques é (...)

14Cette mobilité sert d'abord la connaissance des réalités matérielles et économiques du territoire concerné. Les caméralistes reprennent un topos de la littérature politique occidentale depuis la Renaissance : celle de la nécessaire connaissance par le prince de son État. Ils s'inscrivent de ce point de vue dans la lignée des efforts déployés dans la seconde moitié du xviie siècle dans les universités protestantes d'Allemagne du nord pour mettre en place une science descriptive de l'État, c'est-à-dire notamment de ses ressources humaines, matérielles et économiques, ce qu'on appelle progressivement une « statistique10 ». Parallèlement, le mercantiliste autrichien Schröder souligne la nécessité pour le gouvernement de disposer de statistiques sut la production manufacturière et le commerce extérieur. Ce souci de connaître la situation économique d'un État définit chez Justi la liste des rubriques :

  • 11 J. H. G. von Justi, Staatswirthschaft, oder systematische Abhandlung aller oeconomischen und Camer (...)

Le prince doit [...] parfaitement connaître son pays selon sa superficie, sa situation, ses aspects et sa fertilité naturels, ainsi que les habitants s'y trouvant selon leur nombre, leurs capacités, aptitudes, leur génie, leurs mœurs et leurs passions ; mais il doit en particulier posséder une connaissance et une science suffisantes de l'état de ses sujets quant à leur richesse, leur commerce, manufactures, leur agriculture et autres activités, non moins que quant à leur type de vie11.

  • 12 Hans Haussherr, Verwaltungseinheit und Ressorttrennung vom Ende des 17. bis zum Beginn des 19. Jah (...)

15Cet appel à une statistique territoriale correspond aussi à une volonté d'intégration et d'unification administrative, puisque la collecte des données suppose une unification des unités de mesure, et qu'elle ne peut être réalisée qu'après la mise en place une organisation administrative à la fois centralisée et ramifiée jusqu'à l'échelle locale12.

  • 13 Louise Sommer, Die österreichischen Kameralisten in dogmengeschichtlicher Betrachtung, (1re édit., (...)
  • 14 Johann Albrecht Philippi, Die wahren Mittel zur Vergröβerung eines Staats, Berlin, Haude und Spene (...)
  • 15 Martin Engelbert Semer, Über die Polizeiverwaltung, op.cit., p. 72.

16Ce projet de connaissance des ressources territoriales s'exprime principalement à travers des métaphores ou des expressions empruntées au champ oculaire. Déjà à la fin du xviie siècle, Schröder qualifiait les tableaux statistiques qu'il préconisait de « lunettes d'État13 ». Le prussien Philippi, proche de Frédéric II, fait, lui, l'éloge du prince qui « voit de ses propres yeux et gouverne lui-même ses pays14 ». Chez Sonnenfels ou chez Semer, c'est précisément la police qui est assimilée à l'œil du gouvernement, par exemple à propos de la fraude sur les marchés urbains15.

  • 16 J. von Bielfeld, Institutions politiques. Ouvrage où l'on traite de la Société Civile ; des Loix, (...)
  • 17 Georg Friedrich Lamprecht, Versuch eines vollständigen Systems der Staatslehre mit Inbegriff ihrer (...)

17Le recours à ces métaphores oculaires n'a pas seulement une dimension pratique et gouvernementale, mais également une dimension « épistémologique » dans la mesure où le regard est considéré comme un moyen privilégié de connaissance des réalités économiques. Jakob von Bielfeld souligne ainsi la nécessité d'une éducation préalable du regard pour les futurs ministres : « On connoît toujours mal ce qu'on ne voit pas par ses yeux ; encore faut-il bien voir pour se mettre au fait de tout16. » Cette croyance dans la valeur cognitive du regard postule que le degré de prospérité d'un pays ou d'une région se reflète dans le paysage qui s'offre aux yeux de l'observateur (ce qui peut donner à ce regard une dimension critique évidente, le paysage étant la matérialisation de déficiences gouvernementales, que les caméralistes ne se privent pas de stigmatiser). La beauté des paysages n'a donc pas de valeur esthétique en soi, mais n'a de valeur que dans la mesure où elle est la manifestation de la prospérité économique et du bon gouvernement d'un pays17.

Les voyages des administrateurs : un programme typique de la littérature apodémique

  • 18 Georg Heinrich Zincke, Cameralisten-Bibliothek, Worinne nebst der Anleitung die Cameral-Wissenscha (...)
  • 19 Ibid., p. 91 : wer sonderlich die Cameral-Wissenschaft nicht studiret hat, der wird wie eine Gans (...)
  • 20 Christine Lebeau, Aristocrates et grands commis à la cour de Vienne. Le modèle français, Paris, éd (...)

18Les caméralistes soulignent donc que les voyages sont un complément indispensable à la formation théorique reçue dans les universités du futur officier de police. Georg Heinrich Zincke consacre ainsi un paragraphe de son ouvrage au voyage comme « moyen auxiliaire » des sciences camérales, qui s'ouvre par cette affirmation péremptoire : « un homme politique doit voyager18 ». Le programme élaboré par Zincke comporte trois traits notables : il s'agit d'abord de la nécessité de préparer le voyage par des lectures19. En second lieu, Zincke opère une démarcation polémique par rapport aux voyages des nobles, refusant le voyage guidé par la recherche du plaisir ou l'imitation de modèles culturels étrangers (et notamment français) qui sont moralement corrupteurs et économiquement nuisibles. La géographie des voyages affiche enfin des spécificités : le caméraliste doit d'abord visiter sa patrie, puis prioritairement la France, l'Angleterre et les Provinces-Unies, soit les trois principales puissances économiques de l'Europe. Au milieu des années 1760, la géographie des lieux que l'Autrichien Ludwig von Zinzendorf conseille à son frère Karl de visiter pour achever sa formation d'administrateur est très proche de celle indiquée par Zincke : elle englobe notamment, outre l'Allemagne, le Milanais et les Pays-Bas qui sont « les débouchés naturels des Pays héréditaires », « l'Europe des ports » et « l'Europe des manufactures », soit la France, l'Angleterre et les Provinces-Unies20.

  • 21 Johann Friedrich Pfeiffer, Lehrbegrif sämmtlicher oeconomischer und Cameralwissenschaften, Mannhei (...)

19Le mayençais Pfeiffer élabore dix ans plus tard, dans son premier traité de sciences camérales, un véritable guide du voyage à l'usage du futur administrateur21. Celui-ci doit emmener avec lui des instruments de travail tels que des cartes et des ouvrages de géographie, notamment la Description de la Terre de Busching. Afin d'observer tous les objets dignes d'attention, le voyage doit être accompli à cheval, le futur caméraliste ne pouvant mobiliser le regard s'il est enfermé dans une voiture. Cette pédagogie du voyage de l'observateur-administrateur rappelle que le regard attentif permet de connaître la situation d'une région pour peu que les éléments importants soient observés : l'état des routes, l'aspect des forêts, des champs et des récoltes, des maisons, le degré de propreté des villes. Cette observation préalable déterminera les questions qui devront être posées dans un second temps aux habitants des régions visitées.

  • 22 D. Roche, Humeurs vagabondes, op. cit., p. 70.

20Ces réflexions reprennent un certain nombre de thèmes régulièrement mis en valeur dans la littérature apodémique qui est en plein essor dans l'Allemagne de la seconde moitié du xviiie siècle. En premier lieu, le voyage doit rapporter un gain matériel et/ou intellectuel, c'est-à-dire des connaissances, qui sont au moins autant pratiques (politiques) qu'artistiques ou culturelles. En second lieu, le voyage doit être préparé à la fois par des lectures théoriques, qui permettront au voyageur de déchiffrer ce qu'il verra, et par l'élaboration d'un questionnaire. Enfin, les connaissances emmagasinées au cours du voyage doivent contribuer à l'amélioration de la cité : « L'art apodémique devient alors l'un des instruments de l'action réformatrice de l'absolutisme éclairé22. » Dans la littérature apodémique comme chez les caméralistes apparaît ainsi une épistémologie propre au voyage, fondée sur une approche relativiste de la connaissance qui n'existe qu'à travers les questions que pose l'observateur à la réalité empirique, la capacité de l'« œil expert » (D. Roche) devant être formée.

Une perception de l'espace spécifique

  • 23 J. F. Pfeiffer, Lehrbegrif, op. cit., vol. 2/1, p. 62.
  • 24 Ibid, p. 69-70.

21C'est surtout par une approche spécifique de l'espace que se caractérise cette pédagogie du voyage élaborée par les caméralistes. Pfeiffer préconise ainsi une très grande attention aux paysages ruraux et agricoles : la vision de l'espace n'est plus centrée sur des éléments ponctuels (les villes), la polarisation sur les villes typiques des savants de la Renaissance et de l'époque baroque est abandonnée, puisque Pfeiffer accorde une grande attention aux surfaces, les espaces ruraux n'étant plus simplement traversés, mais également observés pour eux-mêmes. Le voyage à cheval permet justement de se détourner des principales routes, assurant la jonction entre les villes, afin de pénétrer au cœur des territoires : les champs, les forêts, les villages ou les étables23. De simple moyen de rejoindre deux villes, l'itinéraire (linéaire) devient ainsi l'occasion d'embrasser par le regard une surface et d'y lire, non seulement l'état de prospérité de la région traversée, mais aussi d'y trouver éventuellement des éléments pouvant inspirer les réformes à mettre en œuvre à la fin du voyage. Simultanément, Pfeiffer précise que dans les villes, le caméraliste doit visiter les ateliers, les magasins, les fabriques et les manufactures, les savants et les techniciens, mais non les employés de l'État24. De manière significative, il ne dit rien des finalités culturelles ou artistiques du séjour dans les villes.

  • 25 Voir les analyses de Pierre Dockès, L'espace dans la pensée économique du xvie au xviiie siècle, P (...)
  • 26 Voir Joachim Rees, Winfried Siebers & Hilmar Tilgner, « Reise im Erfahrungsraum Europa. Forschungs (...)

22Cette perception de l'espace privilégiant les aires correspond à l'idéal de complémentarité entre les économies urbaine et rurale (Stadtwirtschaft, Landwirtschaft) que les caméralistes souhaitent instaurer à l'échelle du territoire. Elle traduit ainsi un refus de la polarisation urbaine et la volonté de réhabiliter le rôle des campagnes et du secteur agricole qui distingue les caméralistes des mercantilistes anglais des xviie et xviiie siècles25. Il est cependant difficile de savoir exactement quelle traduction réelle cet idéal a trouvé, les voyages des administrateurs des États territoriaux de l'Empire ayant jusque-là été assez peu étudiés26.

23Il reste à examiner la façon dont les caméralistes perçoivent les formes de mobilité spécifiques des marchands, cette perception étant déterminée à la fois par la perception territorialisée de l'espace propre aux sciences camérales et par les objectifs de politique économique qui y apparaissent.

Les caméralistes face aux voyages de marchands

Les marchands : un rapport particulier à l'espace

  • 27 J. von Sonnenfels, Grundsätze, op. cit., vol. 2, p 3 : kaufmännische Handlungswissenchaft – politi (...)

24Les traités de sciences camérales du xviiie siècle affirment de manière récurrente que les marchands obéissent dans leurs pratiques professionnelles à des principes spécifiques, qui peuvent être radicalement différents de ceux d'une « bonne police ». Sonnenfels distingue ainsi une « science marchande » et une « science politique » du commerce et affirme qu'en cas de conflit, le primat doit, conformément au principe d'harmonie des félicités, revenir à la seconde27. Le marchand est en effet guidé par un motif principal sinon exclusif, celui de la recherche du profit maximal ; dans la mesure où son avidité traduit une priorité de l'intérêt particulier sur l'intérêt collectif, elle est condamnable et doit donc être contrôlée par l'État. Le marchand, constamment suspecté de vouloir s'enrichir par des moyens moralement et/ou légalement condamnables, est donc l'objet d'une méfiance certaine de la part des caméralistes.

  • 28 Oliver Volckart, « Einleitung : Obrigkeitlicher Wettbewerb als Faktor der Wirtschaftsenrwicklung » (...)

25De plus, le marchand et le négociant sont, en raison de leur mobilité, constamment soupçonnés de pouvoir faire défection à la communauté politique à laquelle ils appartiennent, puisqu'à tout moment, ils peuvent émigrer avec leurs biens et leur fortune (à la différence des propriétaires fonciers). Ils peuvent notamment, puisqu'ils détiennent des ressources mobiles, être appâtés par des territoires ou des pays concurrents leur offrant des conditions institutionnelles plus favorables pour exercer leur activité28.

  • 29 Voir par exemple J. F. Pfeiffer, Grundsätze der Universal-Cameral-Wissenschaft oder deren vier wic (...)

26Par ailleurs le marchand se caractérise par un rapport particulier à l'espace, lié à l'importance de la monnaie dans son activité. Les caméralistes sont en effet sensibles au caractère abstrait de la monnaie, qui lui permet de surmonter la contrainte de la distance liée à l'espace29 : elle produit donc des effets qui sont bénéfiques, car homogénéisateurs, lorsqu'il s'agit de structurer économiquement le territoire, mais qui peuvent être ravageurs en cas de sorties de numéraire, qui sont alors souvent comparées à des hémorragies. Or le caractère abstrait de la monnaie rend la mobilité spécifique aux capitaux détenus par les marchands difficilement contrôlable ce qui constitue une autre raison de la méfiance exprimée par les caméralistes.

27Outre cette mobilité spécifique, qui peut leur permettre d'échapper au cadre de référence territorial, les marchands s'intègrent également, par leur activité, dans un espace économique spécifique.

L'espace marchand : un espace polarisé sur les villes

  • 30 En français, voir Étienne François, « Négoce et culture dans l'Allemagne du xviiie siècle », in Fr (...)
  • 31 Johann Georg Büsch, Lettres originales de commerce, précédées d'une explication par ordre alphabet (...)
  • 32 J. H. G. von Justi, Abhandlung von den Manufakturen, vol. 1, p. 18 : der Zusammenhang aller Gewerb (...)

28À regarder la façon dont les caméralistes envisagent l'activité marchande, voire les manuels de science du commerce que rédigent certains d'entre eux, comme Büsch — directeur de l'Académie du Négoce et membre actif de la « Société patriotique » de Hambourg30 - ou Beckmann, professeur de technologie et des sciences camérales à Göttingen, on constate que l'activité des marchands est orientée vers les villes, et notamment vers les grandes villes. Cette polarisation urbaine tient d'abord à la nature de l'activité commerciale qui exige des contacts intenses, rapides et faciles avec les clients ou les intermédiaires. Elle s'explique également par la présence en villes d'institutions spécifiques et nécessaires au commerce : tribunaux (de commerce), bourses, banque, ou les consuls31. Elle tient enfin à la nature de la ville : par opposition à l'économie agricole, l'économie urbaine a pour fonction de mettre en contact les différents agents producteurs et les consommateurs. La ville est donc étroitement associée à l'échange et à la circulation, ainsi qu'à la monnaie ; ville et monnaie sont la condition de possibilité l'une de l'autre, et elles sont toutes les deux des principes moteurs de l'économie dans la mesure où elles permettent l'intégration économique des différentes régions d'un territoire : c'est ainsi que les villes sont pour Justi « le lien de toutes les activités dans l'État et les grandes artères radiales, par lesquelles la monnaie ou le sang de l'État circule et donne vie et activité à tout le corps politique32 ».

  • 33 Johann Georg Büsch, Theoretisch-praktische Darstellung der Handlung in deren mannigfaltigen Geschä (...)

29La typologie des villes de commerce fournie par Büsch dans son manuel de commerce permet de mieux cerner les caractéristiques de cet espace propre aux marchands33. Il distingue en effet trois types : les « villes d'entrepôt » (Niederlagen) qui ont principalement des relations avec la zone rurale et agraire les environnant et qui fonctionnent à la manière de lieux centraux, les « villes d'étape » (Stapelstädte) qui assurent les importations et les exportations pour leur région environnante, enfin les « places de marché » (Marktplätze), dont Hambourg est le prototype, qui ont une activité commerciale se déployant à l'échelle européenne, voire mondiale, et qui sont principalement situées sur des façades littorales. Le clivage principal oppose les villes d'entrepôt d'une part, essentiellement vouées au commerce intérieur, aux villes d'étape et places de marché qui pratiquent (dans des proportions variables) le commerce extérieur : tandis que les premières sont situées au cœur d'un « umland », les secondes entretiennent des relations avec un « hinterland ». Or ce sont principalement ces dernières que les marchands, surtout les gros négociants, fréquentent car ils y trouvent les occasions majeures de réaliser des profits importants.

« Espace marchand » vs « espace de l'administrateur » ?

  • 34 François Perroux, L'économie du xxe siècle, Paris, PUF, 1961, p. 127.
  • 35 Voir notamment les réflexions de Pierre Rosanvallon, Le libéralisme économique. Histoire de l'idée (...)
  • 36 D. Roche, Humeurs vagabondes, op. cit., p. 287.

30Cet espace économique propre aux marchands correspond à l'« espace économique » tel que des économistes contemporains, notamment François Perroux, l'ont théorisé. Cet espace économique est défini « par les relations économiques qui existent entre des éléments économiques34 », c'est-à-dire par les « plans d'emploi des ressources économiques et humaines » comme les matières premières, le crédit, la main-d'œuvre, le savoir technologique... F. Perroux oppose justement cet espace économique « abstrait » à l'espace « banal », qui est celui du territoire politique, opposition que des travaux sur l'histoire de la pensée économique au xviiie siècle ont également signalée35 : l'espace marchand se distingue alors du territoire politique et est « défini par la circulation des marchandises dans ses rapports avec d'autres champs de forces, productifs, monétaires et politiques36... ».

  • 37 Johann Christian Förster, Versuch einer Einleitung in die Cameral-, Policey- und Finanzwissenschaf (...)
  • 38 J. von Sonnenfels, Grundsätze, vol. 2, p. 270 ; Johann Heinrich Jung-Stilling, Versuch einer Grund (...)
  • 39 J. von Sonnenfels, Grundsätze, vol. 2, p. 267 : Das Kenntniβ der Länder ist der Grand der Spekulat (...)
  • 40 Johann Beckmann, Anleitung zur Handlungswissenschaft. Vornehmlich zum Gebrauche derer, welche sich (...)

31Les caméralistes reconnaissent à cet « espace économique » marchand une certaine autonomie. Celle-ci apparaît à travers les précisions données sur les connaissances nécessaires aux marchands, qui doivent notamment connaître les marchandises les plus demandées, les lieux de vente les plus avantageux, le cours et la valeur relative des monnaies, l'état du crédit dans les différentes places commerciales ou les relations politiques entre États37. Logiquement, ils insistent sur la nécessité des voyages, notamment pendant la période de formation du marchand, et sur l'utilité de connaissances en géographie38. Un manuel tel que celui de Büsching fournit des informations utiles, qui permettront aux marchands de mettre en œuvre ses spéculations, et de définir un espace (économique) différent de l'espace politisé présent dans un tel manuel : « La connaissance des pays est le fondement de la spéculation39. » Beckmann appelle « connaissance du commerce » (Handelskunde) cette connaissance de l'espace marchand, et la distingue soigneusement de la « science du commerce » (Handelswissenschaft) qui regroupe les connaissances nécessaires à la pratique ou à la compréhension de l'activité marchande40.

32Cet espace est donc largement le résultat des spéculations engagées par les marchands, en fonction d'une logique d'intérêt individuel qui exige une très grande réactivité aux fluctuations de l'offre et (surtout) de la demande. Cette logique implique un rapport spécifique à l'espace et au temps, différent de celui noué par les gouvernements et les administrations. Commentant en 1792 l'interruption du trafic maritime entre Le Havre et Hambourg, Büsch met en exergue cette différence de logique :

  • 41 J. G. Büsch, Theoretisch-praktische Darstellung, vol. 2, p. 290 : Ehemals lieβ der in Krieg geraht (...)

Auparavant l'État en guerre rassemblait ses navires en flottes et les faisait accompagner pat des navires armés. Les bateaux, qui avaient une destination unique, devaient se réunir, et attendre qu'un nombre digne d'une escorte soit prêt à naviguer. Mais ceci n'est plus compatible dans le cours actuel du commerce avec les spéculations du marchand, dans l'exécution desquelles toute perte de temps plonge ce dernier dans l'embarras41.

  • 42 J. H. Jung-Stilling, Versuch einer Grundlehre, op. cit., p. 149-150 ; J. G. Büsch, Theoretisch-pra (...)

33L'espace marchand tend en outre à faire abstraction des frontières politiques puisqu'il est élastique et se dilate dans l'espace selon les variations de l'offre et de la demande, ce qui oblige les marchands à disposer d'un réseau de correspondants dans les différents pays pour recevoir les informations nécessaires42. L'un des outils majeurs de cette dilatation transfrontalière dans l'espace est fourni par la monnaie et le crédit sous ses différentes formes, notamment la lettre de change :

  • 43 L. B. M. Schmid, Lehre von der Staatswirthschaft, vol. 2, p. 556 : Wie die Bürger eines gut-beherr (...)

Comme les citoyens d'un pays bien gouverné se font mutuellement crédit [...] : de même, certains citoyens de plusieurs pays peuvent créer entre eux une société, une sorte de république privée innocente. [...] Dans ce cas, ils sont concitoyens, membres d'une communauté. Ils peuvent grâce à cela s'accorder crédit ou prendre crédit les uns auprès des autres. L'un des principaux genres de ce crédit est la lettre de change43.

  • 44 J. von Sonnenfels, Grundsätze, op. cit., vol. 2, p. 284.

34Pour autant, la reconnaissance de l'autonomie de cet espace marchand ne signifie nullement que ses règles de fonctionnement produisent spontanément des effets bénéfiques. L'enjeu des propositions de politique douanière des caméralistes est justement de définir, en établissant une typologie des cas possibles, des règles permettant de rendre compatibles espace marchand et territoire, en subordonnant le premier aux impératifs du second. Le contrôle et la régulation portent dans ce cadre beaucoup plus sur les marchandises et les valeurs monétaires que sut les personnes, les droits de douane permettant, pour reprendre l'expression de Sonnenfels, d'« orienter la spéculation » de marchands qui tendent, pour les plus importants d'entre eux, à gérer les affaires de leur comptoir et à ne plus se déplacer44.

  • 45 Pour un aperçu, voir Guillaume Garner, « La question douanière dans le discours économique en Alle (...)

35Il importe donc de limiter les effets négatifs de cette mobilité spécifique aux marchands, non pas par des mesures répressives — par exemple, des fouilles à la sortie du territoire — mais plutôt par des mesures de politique économique agissant en amont ou les dissuadant d'agir contre les intérêts de la communauté45.

Conclusion

36L'importance accordée par les caméralistes aux voyages comme mode de connaissance pour l'administrateur, tout comme leur méfiance envers les voyages et les mobilités spécifiques aux marchands ne sont pas contradictoires, mais ont au contraire une raison commune, à savoir un mode de perception de l'espace centré sut la catégorie juridique et politique de territoire. Les conceptions économiques, les programmes de politique économique des caméralistes s'intègrent de ce point de vue dans un « mercantilisme du centre », caractéristique des économies continentales, par opposition à un « mercantilisme de la périphérie », typique des économies maritimes, et dont le hambourgeois Büsch peut être considéré comme le représentant principal en Allemagne. C'est à ce type qu'on peut également rattacher les pratiques marchandes du commerce international, même si l'espace marchand, en se « déterritorialisant » de plus en plus au cours du xviiie siècle, tend dans son fonctionnement concret à se rapprocher de l'« espace de marché » tel qu'il sera théorisé par Smith, puis par ses épigones, particulièrement actifs en Allemagne à partir des années 1790. En abandonnant la conception holiste et territorialisée des réalités économiques, les premiers « libéraux » allemands centreront essentiellement leur discours sur le rapport à l'espace que noue l'individu, en l'occurrence le marchand, et sur les effets bénéfiques de la multiplicité des comportements marchands, l'accent étant par ailleurs porté moins sur les déplacements physiques des marchands que sur les flux de richesses (de marchandises, de monnaie) qu'ils enclenchent par le jeu de leurs spéculations particulières.

Notes

1 Voir la synthèse de Keith Tribe, Governing Economy. The Reformation of German Economie Discourse 1750-1840, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

2 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l'utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, p. 286.

3 Ulrich Engelhardt, « Zum Begriff der Glückseligkeit in der kameralistischen Staatslehre des 18. Jahrhunderts (J. H. G. von Jusri) », Zeitschrift für Historische Forschung, 8 (1981), p. 37-79.

4 Guillaume Garner, « Caméralisme et territoire. État, espace et économie dans le discours économique allemand au xviiie siècle », Revue du Nord, 85 (2003), p. 729-745, ici p. 728-731.

5 Ibid.,p. 736-740.

6 Voir par exemple Johann Heinrich Gottlob von Justi, Vollständige Abhandlung von den Manufakturen und Fabriken, (1re éd., 1758) Berlin, Pauli, 3è éd. (par Johann Beckmann), 1789, p. 170.

7 Ludwig Benjamin Martin Schmid, Lehre von der Staatswirtbschaft. Zu den Vorlesungen aufder Kameral Hoben Schule zu Lautern, Mannheim, Laurern, Verlag der Gesellschaft, 1780, vol. 2, p. 623-624.

8 Voir par exemple J. H. G. von Justi, Abhandlung von den Manufakturen, op. cit., vol. 1, p. 210.

9 C'est entre autres le cas de Marrin Engelbert Semer, Über die Polizeiverwaltung in Städten, deren Bewohner aus verschiedenen Volksclassen bestehen, Mannheim, Schwan und Götz, 1792.

10 Sur ce sujet, voir la synthèse en français de Jochen Hoock, « D'Aristote à Adam Smith : quelques étapes de la statistique allemande entre le xviie et le xixe siècle », in Pour une Histoire de la Statistique, Paris, éditions de l'INSEE, vol. 1, 1977, p. 477-492.

11 J. H. G. von Justi, Staatswirthschaft, oder systematische Abhandlung aller oeconomischen und Cameral-Wissenschaften, die zur Regierung eines Landes erfordert werden, (1re éd., 1755), Leipzig, Breitkopf, 2e éd., 1758, vol. 2, p. 6-7 : Der Regent muβ [...] sein Land nacb seiner Gröβe, Lage, natùrlichen Beschaffenheit und Frucbtbarkeit, sowohl als die darinnen befindlichen Einwohner nacb ihrer Menge, Fäbigkeiten, Geschicklicbkeiten, Génie, Sitten und Leidenschaften vollkommen kennen ; besonders aber muβ er von dem Zustande seiner Unterthanen in Ansehung ihres Reichthums, ihrer Commercien, Manufacturen, Landwirthscbafl und übrigen Gewerbe, wie nicht weniger in Anehung ihrer Lebensart [...] einezureichende Wissenschaft undErkenntni besitzen.

12 Hans Haussherr, Verwaltungseinheit und Ressorttrennung vom Ende des 17. bis zum Beginn des 19. Jahrhunderts, Berlin, Akademie Verlag, 1953.

13 Louise Sommer, Die österreichischen Kameralisten in dogmengeschichtlicher Betrachtung, (1re édit., 1920-1925), (rééd.), Aalen, Scientia, 1970, vol. 1, p. 112 sq.

14 Johann Albrecht Philippi, Die wahren Mittel zur Vergröβerung eines Staats, Berlin, Haude und Spener, 1753, p. 8.

15 Martin Engelbert Semer, Über die Polizeiverwaltung, op.cit., p. 72.

16 J. von Bielfeld, Institutions politiques. Ouvrage où l'on traite de la Société Civile ; des Loix, de la Police, des Forces d'un État ; Et en général de tout ce qui a rapport au Gouvernement, Paris, Duchesne, 1762 (1re éd., 1760), vol. 2, p. 10-11 (citation p. 11). L'utilité de voyages pour les hommes d'État et les administrateurs est également soulignée entre autres par Joseph Von Sonnenfels, Grundsätze der Handlung, Polizey und Finanzwissenschaft, (1re éd., 1765-1771) 3e éd., Kurzbeck, 3 vol., 1777 ; 5e éd., Grundsätze der Polizey, Handlung und Finanz, Vienne, Kurzbeck, 1786-1787, p. 270-271 ; J. H. G. von Justi, Staatswirthschaft, op. cit., vol. 2, p. 7.

17 Georg Friedrich Lamprecht, Versuch eines vollständigen Systems der Staatslehre mit Inbegriff ihrer beiden wichtigsten Haupttheile der Polizei — und Kameral – oder Finanzwissenschaft zum Gebrauch academischer Vorlesungen, Berlin, F. S. Hesse, vol. 1, 1784, p. 742-743.

18 Georg Heinrich Zincke, Cameralisten-Bibliothek, Worinne nebst der Anleitung die Cameral-Wissenschaft zu lehren und zu lernen, ein vollständiges Verzeichniβ der Bücher und Schriften von der Land – und Stadt-Oeconomie, dem Polizey-Finanz – und Cammer-Wesen zu finden, so theils kurz beurtheilet, theils utnständlich vorgestellet worden, Leipzig, Carl Ludwig Jacobi, vol. 1, 1751, p. 91-95 (« Hülfsmittel » ; « Ein politicus muβ reisen »).

19 Ibid., p. 91 : wer sonderlich die Cameral-Wissenschaft nicht studiret hat, der wird wie eine Gans über den Rhein fliegen (« celui qui n'a pas spécialement étudié les sciences camérales volera tel une oie au-dessus du Rhin »).

20 Christine Lebeau, Aristocrates et grands commis à la cour de Vienne. Le modèle français, Paris, éd. du CNRS, 1996, p. 123-139, citations p. 125.

21 Johann Friedrich Pfeiffer, Lehrbegrif sämmtlicher oeconomischer und Cameralwissenschaften, Mannheim, Schwan, 1773-1778, 4 vol., vol. 2/1, p. 56-71.

22 D. Roche, Humeurs vagabondes, op. cit., p. 70.

23 J. F. Pfeiffer, Lehrbegrif, op. cit., vol. 2/1, p. 62.

24 Ibid, p. 69-70.

25 Voir les analyses de Pierre Dockès, L'espace dans la pensée économique du xvie au xviiie siècle, Paris, Flammarion, 1969, pour qui les mercantilistes anglais privilégient la concentration des richesses dans les villes et les circuits économiques longs par opposition aux physiocrates et aux libéraux qui soulignent les avantages de la dispersion et des circuits économiques courts.

26 Voir Joachim Rees, Winfried Siebers & Hilmar Tilgner, « Reise im Erfahrungsraum Europa. Forschungsperspektiven zur Reisetätigkeit politisch-sozialer Eliten des Alten Reichs (1750-1800) », Das achtzehnte Jahrhundert, 26/1 (2002), p. 35-40.

27 J. von Sonnenfels, Grundsätze, op. cit., vol. 2, p 3 : kaufmännische Handlungswissenchaft – politische Handlungswissenschaft ; voir aussi Johann Beckmann, Anleitung zur Handlungswissenschaft. Vornehmlich zum Gebrauche derer, welche sich mit Polizey, Gameralwissenschaft, Geschichte und Statistik beschäftigen wollen. Nebst Entwurf zur Handlungsbibliothek, Gottingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1789, préface (non paginée).

28 Oliver Volckart, « Einleitung : Obrigkeitlicher Wettbewerb als Faktor der Wirtschaftsenrwicklung », in Oliver Volckart (éd.), Frühneuzeitliche Obrigkeiten im Wettbewerb : Institutioneller und wirtschaftlicher Wandel zwischen dem 16. und 18. Jahrhundert, Baden-Baden, Nomos Verlagsgesellschaft, 1997, p. 11-30 ; Id., « Politische Zersplitterung und Wirtschaftswachstum im Alten Reich, ca. 1650-1800 », Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, 86 (1999), p. 1-38.

29 Voir par exemple J. F. Pfeiffer, Grundsätze der Universal-Cameral-Wissenschaft oder deren vier wichtigsten Säulen nämlich der Staats-Regierungskunst, der Policey-Wissenschaft, der allgemeinen Staats-Oekonomie, und der Finanz-Wissenschaft, Francfort-Main, Esslinger, 1783, 2 vol., vol. 1, p. 543, et les analyses de Marcus Sandl, Ökonomie des Raumes. Der kameralwissenschaftliche Entwurf der Staatswirtschaft im 18. Jahrhundert, Cologne, Vienne, Weimar, Böhlau, 1999, p. 174.

30 En français, voir Étienne François, « Négoce et culture dans l'Allemagne du xviiie siècle », in Franco Angiolini & Daniel Roche (éd.), Cultures et formations négociantes dans l'Europe moderne, Paris, éditions de l'EHESS, 1995, p. 29-48, en particulier p. 41-43.

31 Johann Georg Büsch, Lettres originales de commerce, précédées d'une explication par ordre alphabetique de plusieurs termes de commerce de terre, de mer et de banque etc., traduit de l'allemand, Nouvelle édition, La Haye, I.van Cleef, 1801, p. XXIII.

32 J. H. G. von Justi, Abhandlung von den Manufakturen, vol. 1, p. 18 : der Zusammenhang aller Gewerbe in dem Staate und die groβen Pulsadern, wodurch das Geld oder dus Blut des Staats circuliret und dem ganzen Staatskörper Leben und Thätigkeit giebt.

33 Johann Georg Büsch, Theoretisch-praktische Darstellung der Handlung in deren mannigfaltigen Geschäften, Hambourg, Benjamin Gorrlob Hoffmann, 1792, 2 vol, vol. 1, p. 195 sq.

34 François Perroux, L'économie du xxe siècle, Paris, PUF, 1961, p. 127.

35 Voir notamment les réflexions de Pierre Rosanvallon, Le libéralisme économique. Histoire de l'idée de marché, Paris, Seuil, 1989, (1re éd., 1979, Le capitalisme utopique).

36 D. Roche, Humeurs vagabondes, op. cit., p. 287.

37 Johann Christian Förster, Versuch einer Einleitung in die Cameral-, Policey- und Finanzwissenschaft, Halle, C. C. Kummel, 1771, p. 162-163 ; J. von Sonnenfels, Grundsätze, op. cit., vol. 2, p. 267-269. L'autonomie de cet espace marchand apparaît également dans les dictionnaires de commerce et, plus généralement, dans la littérature destinée à l'usage des marchands.

38 J. von Sonnenfels, Grundsätze, vol. 2, p. 270 ; Johann Heinrich Jung-Stilling, Versuch einer Grundlehre sämmtlicher Kameralwissenschaften : zum Gebrauche der Vorlesungen auf der Kurpfälzischen Kameral Hohen Schule zu Lautern, Laurern, Verlag der Gesellschaft, 1779, p. 157 ; J. G. Büsch, Theoretisch-praktische Darstellung, op. cit., vol. 1, p. 137.

39 J. von Sonnenfels, Grundsätze, vol. 2, p. 267 : Das Kenntniβ der Länder ist der Grand der Spekulation.

40 Johann Beckmann, Anleitung zur Handlungswissenschaft. Vornehmlich zum Gebrauche derer, welche sich mit Polizey, Cameralwissenschaft, Geschichte und Statistik beschäftigen wollen. Nebst Entwurf zur Handlungsbibliothek, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1789, p. 2-4. Il précise que certaines parties de la « Handelskunde » sont traitées par les manuels de statistique.

41 J. G. Büsch, Theoretisch-praktische Darstellung, vol. 2, p. 290 : Ehemals lieβ der in Krieg gerahtene Staat seine Schiffe in Flotten sammeln, und durch bewehrte Schiffe sie begleiten. Da muβten dann die Schiffe, welche einerlei Bestimmung hatten, sich sammeln, und abwarten, bis eine der Escortirung wehrte Zahl segelfertig ward. Das aber verträgt sich in den jezigen Gange der Handlung nicht mehr mit den Speculationen eines Kaufmanns, bei deren Ausführung jeder Zeitverlust ihn verlegen macht. (souligné par nous.).

42 J. H. Jung-Stilling, Versuch einer Grundlehre, op. cit., p. 149-150 ; J. G. Büsch, Theoretisch-praktische Darstellung, vol. 1, p. 208.

43 L. B. M. Schmid, Lehre von der Staatswirthschaft, vol. 2, p. 556 : Wie die Bürger eines gut-beherrschten Landes einander Credit geben [...] : eben so können gewisse Bürger mehrerer Länder unter sich eine Gesellschaft, eine Art von unschuldiger Privatrepublik, aufrichten. [...] Diesfalls sind sie also Bürger von einander, Glieder einer Gemeinschaft. Kraft dessen Credit einander geben und von einander nehmen können. Eine von den vornehmsten Gattungen dieses Credits ist der Wechsel.

44 J. von Sonnenfels, Grundsätze, op. cit., vol. 2, p. 284.

45 Pour un aperçu, voir Guillaume Garner, « La question douanière dans le discours économique en Allemagne (seconde moitié du xviiie siècle) », Histoire, Économie et Société, 1 (2004), p. 43-48.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540