Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Première partie. Itinéraires et espaces marchands : expériences de la mobilité, expériences du monde

L'espace marchand : le cas rouennais (1600-1700)

Jochen Hoock

Texte intégral

1Le xviie siècle a donné à la notion de marché un statut théorique. Les propos empiriques sur les réalités économiques d'une place, l'observation des variations saisonnières de la structure des prix et de l'activité commerciale se trouvent désormais associés à des considérations sur les liens entre le nombre des acteurs, l'organisation des voies d'approvisionnement et l'accès au marché pour brosser un tableau de la place de commerce.

  • 1 Gérard de Malynes, Consuetudo vel Lex Mercatoria, or, the ancient Law merchant, Londres, Islip, 16 (...)
  • 2 Gio-Domenico Peri, Il negotiante. Gênes, Calenzano, 1638.
  • 3 Lewes Roberts, The merchants mappe of commerce [...], Londres, R. Mapp, 1638 ; nous cirons d'après (...)

2Le Londonien Gerald Malynes se sert en 1622 de l'image de l'horloge pour rendre plus évidents les rouages du marché monétaire1. Le Génois Gio-Domenico Peri donne en 1638 une description sobre des mécanismes du change aux fiere di Bisanzone à Novi2. La même année paraît à Londres The merchants mappe of Commerce de Lewis Roberts, qui lie à la description des « manières et matières universelles du commerce » (universal manners and matters of trade) une première typologie des places de commerce européennes3.

  • 4 Ibid., chap. III : Of Cities and towns of trade in general.

3La portée pratique de ces premières tentatives systématiques dans la description d'une place reste cependant relativement limitée. Au centre de l'intérêt se trouvent toujours, comme jusque-là, les problèmes concrets de l'organisation du marché et des conditions de transaction. Les tableaux que dresse Roberts des différentes places européennes en sont un bon exemple. La distinction fonctionnelle qu'il fait entre « villes dépendant des campagnes, villes de met, villes dominées par les arts mécaniques et la fabrication textile » (land towns, sea towns, towns of manual arts and fabricks) et des places qui subsistent « par les bienfaits que la nature procure d'elle-même » (by the benefit of nature producing by itself) ne s'écarte en réalité guère des schémas traditionnels définissant la place et ce qui assurait, comme l'écrit Roberts, la « correspondance d'une place convenable avec une autre » (correspondancy from one fit place to another4). Les informations qu'il donne concernent les poids et les mesures, le change et le régime du contentieux local, informations auxquelles s'ajoutent quelques remarques concernant l'accès au marché sur la place. Le marché local à proprement parler n'y apparaît guère. La structure d'ensemble du marché local et régional se ramène dans ces descriptions à la perspective particulière d'un groupe de participants au marché.

  • 5 Karl Polanyi, The great transformation, Boston, Beacon Press, 1971, p. 56 : Markets are not instit (...)

4Cette forme de représentation des relations commerciales correspondait bien aux routines commerciales du marché institutionnalisé. « Les marchés », comme le note Karl Polanyi, « ne sont pas des institutions qui, pour l'essentiel, fonctionnent à l'intérieur d'une économie mais en dehors de celle-ci5 ». Cette observation plonge au cœur de la représentation traditionnelle de la « place », qui reflète son rôle dans la médiation d'économies partielles extrêmement différentes. Elle nous donne une première idée des stratégies qu'exige du « marchand » la dynamique particulière de marchés locaux, dont le fonctionnement dépend largement de facteurs que nous qualifierons d'« extra-économiques ». Ceci dit, la formule cesse au début du xviie siècle d'être aussi performante que par le passé. Ce que Karl Polanyi a analysé comme une « désintégration » progressive (disembedment) relève, en effet, en grande partie d'une nouvelle forme de « présence au marché » pour laquelle les marchands néerlandais ont donné le modèle. Le changement des techniques commerciales, l'irruption des pouvoirs étatiques dans la structure des places interfèrent avec la constitution traditionnelle des marchés.

L'espace rouennais et normand

  • 6 L. Roberts, op. cit., chap. CXXIV : Of Rouen and the trade thereof.

5L'espace rouennais se caractérise au xviie et au xviiie siècle par une triple intégration régionale, interrégionale et internationale. Cette superposition n'est pas sans poser problème ; mais elle est une des caractéristiques fondamentales de la métropole normande. Roberts, qui séjourne en 1614 en tant que facteur de marchands londoniens à Rouen, rapproche la place du type des « villes dominées par les arts mécaniques et la fabrication textile » (towns of manual arts and fabricks) en la comparant à Florence et Nuremberg6. S'y ajoute la fonction d'« étape » de la place.

  • 7 Cf. A. Smith, The Wealth of Nations, Book III, chap. IV.

6Dans la longue durée c'est sans doute la position régionale de la place qui la caractérise le mieux. Adam Smith a été un des premiers à signaler la proximité des modèles de répartition spatiale dans les Flandres, le Sud de l'Angleterre et le Nord-Ouest de la France7. Ses observations se rattachent à une conception de la répartition des facteurs économiques qui présuppose leur disponibilité comme le permet une économie de marché moderne. La Normandie du xviie siècle ne correspondait que très partiellement à une telle vision. Les « flux régionaux » s'organisaient en fait en des réseaux complexes que l'on ne saisit qu'imparfaitement en les assimilant à une structure de circulation plus ou moins atomisée.

  • 8 Cf. A. Usher, The history of the grain-trade in France, 1400-1710, Cambridge, Harvard University P (...)
  • 9 Cf. Histoire de la Normandie, Michel Boüard (éd.), Toulouse, Privat, 1970, p. 302, er Jean-Claude (...)

7La répartition des marchés réguliers à travers la province est un premier indicateur pour cette structure. Elle fait apparaître de forts contrastes dans un paysage économique qui s'est mis très tôt à pratiquer une division du travail infra-régionale. Cette répartition recoupe les régions rurales que l'historien anglais Abott Usher a identifiées dans son étude sur le commerce des blés en France entre 1600 et 1710 comme constituant des aires de marché autonomes8. La zone de grande densité de marchés locaux entre Vernon et Bolbec près du Havre, autour de Neuchâtel au nord et Lisieux et Verneuil au sud, correspond à l'aire d'approvisionnement immédiat de Rouen. La dispersion croissante au sud-ouest marque les bassins céréaliers plus ou moins isolés autour de Vire, Mortagne, Avranches, Valogne, Carentan, Saint-Lô et du bocage normand9.

L'armature urbaine de la Normandie

8Il est difficile, faute de données statistiques, de préciser le rôle exact de l'armature urbaine de la Normandie avant le début du xviiie siècle. Les premières données démographiques fiables remontent à la dernière décennie du xviie siècle. Elles font apparaître un semis qui souligne le rôle des villes dans la structuration diocésaine et administrative de la province. Caen et Alençon sont depuis 1636 siège d'une intendance. Avranches, Coutances, Bayeux, Lisieux, Sées et Rouen font fonction de siège épiscopal. Seules Dieppe, Saint-Valéry-en-Caux, Fécamp et Harfleur sur la côte, Pont-Audemer, Lyons ou Vire et Falaise à l'intérieur des terres, Carentan et Valognes dans le Cotentin, doivent leur importance relative à des fonctions spécifiquement économiques. Ce sont des fonctions portuaires pour les villes de la côte, des fonctions de marché pour Vire et Falaise, tandis que Lyons-en-Forêt se distingue comme un centre important de la métallurgie normande. Le Havre, Cherbourg et Granville doivent leur croissance à l'intervention politique de la couronne, car toutes trois devenaient à partir de 1664 des ports d'attache de la Royale.

  • 10 Cf. J.-C. Perrot, op. cit., t. 1, p. 179.
  • 11 Cf. Rapport du chevalier de Clerville (1664), BNF, Paris, Ms Les cinq cent de Colbert, col. 122 qu (...)

9Il reste que depuis 1600 le réseau des villes connaît de profonds changements que l'on ne peut ignorer. Seules des places comme Caen, Dieppe et le petit port de Harfleur à proximité du Havre de Grâce ont connu avant la fin du xvie siècle un rôle relativement autonome. Caen a à cette époque vraisemblablement 25 000 ou 30 000 habitants10. Les activités industrielles de la ville sont dominées par la draperie. Caen a une franchise de foire qui se voit confrontée à la foire de Guibray à proximité de Falaise, à une trentaine de kilomètres à peine à l'intérieur des terres. Dieppe, dont la franchise de foire ne date que de 1696, devait son importance au premier chef au courage de ses marins11. L'importation d'alun et de graines de lin lie ce port très tôt aux deux branches de l'activité textile de la province. Harfleur donne au Pays de Caux accès à la mer et au réseau fluvial de la Seine. Mais son importance diminue au fur et à mesure que grandissait celle du Havre de Grâce.

10Cette répartition brièvement esquissée reflète jusqu'au milieu du xviiie siècle les conditions de circulation extrêmement diverses en Normandie. Aux conditions très favorables de la vallée de la Basse-Seine s'opposaient dans la plus grande partie de la Normandie des situations plutôt difficiles. La longueur de la côte normande offre, estuaire de la Seine excepté, peu d'accès à l'intérieur des terres qui aurait pu soulager les routes de transport par terre. La situation dans le triangle entre Argentan, l'Aigle et Alençon est plus particulièrement difficile. Les voies d'eau dans le réseau de l'Eure, qui, elle, relie Dreux au réseau fluvial de la Seine, et celui de la Sarthe, qui mène du Mans à la Loire, ne conviennent guère à une circulation lourde et importante. Le réseau des chemins de postes évite le bocage jusqu'à la construction des chaussées royales dans la deuxième moitié du xviiie siècle. Les chemins se perdent entre les haies et dans les mares des chemins creux. Encore au début du xviiie siècle le roulage par terre s'arrête en Basse-Normandie entre Toussaint et Pâques. Les chemins du Cotentin passent au début de l'hiver régulièrement sous l'eau. La situation n'est pas meilleure dans les parties marécageuses près de la Dives et de la Touque. Seule au nord la route de Rouen à Dieppe, avec des bifurcations vers Amiens et Pontoise, ouvre le plateau cauchois au grand trafic routier.

  • 12 Pierre Dardel, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au xviiie siècle, Paris (...)

11Le couloir de la Seine, mis à part le système fluvial, n'offrait guère d'alternatives. D'après la description de Voysin de la Noiraye, à côté de l'Orne, qui porte des bateaux de haute mer jusqu'à Caen, seules la Dives, la Toucques et la Rille sont sur 30 à 40 km navigables pour des bateaux jusqu'à 40 tonneaux. Le long de la Seine se forme, en effet, un couloir étroit que seule l'Eure élargit en amont de Rouen. Mais même sur la Seine les conditions de navigation étaient loin d'être simples12.

12Rien n'illustre du reste mieux la position de contrôle de la métropole normande. Adossée à la rive droite d'une boucle de la Seine la ville domine à environ 120 km de l'embouchure du fleuve l'endroit même où la marée montante et le débit fluvial se tiennent en équilibre. Un tirant d'eau de 22 pieds permet à des navires de haute mer jusqu'à 300 tonneaux d'aborder les quais sous les murs de la ville. Le Havre ne dispose, à titre de comparaison, jusqu'au milieu du xviiie siècle que d'un bassin portuaire de 17 pieds et 1/2. Rouen était donc accessible, malgré les difficultés à la remontée, à des bateaux qui correspondaient au type moyen des transporteurs de haute mer européens. Étant donné la position de la ville par rapport au réseau fluvial de la Haute Seine et de l'Oise, et au réseau routier reliant la Picardie au Maine et à l'Orléanais, le rôle d'étape de la place devient aisément compréhensible.

L'espace marchand et l'organisation du marché

  • 13 À propos de la notion de « structure d'organisation », cf. Douglass C. North and Robert Paul Thoma (...)
  • 14 Rapport du chevalier de Clerville, BNF, Ms les Cinq Cents de Colbert, col. 122, f° 34v.

13Il est tentant de comparer la structure d'organisation d'une place comme Rouen à celle d'une place réputée particulièrement performante comme Amsterdam13. La comparaison se solde par un seul point négatif : ce qui manque à Rouen c'est une banque générale, qui aurait facilité le change sur la place, comme le souhaitent d'ailleurs en 1664 les interlocuteurs du chevalier de Clerville14. Mais cela n'est nullement une tare. Lewis Roberts limite les institutions d'une place de commerce accomplie (compleat city of trade) à « cinq lieux particuliers, qui seuls ont une raison d'être et une influence sur le commerce » (five particular places, that only have a being and dependency upon the Trade thereof), c'est-à-dire

  • « la bourse » (the burse or exchange) ;
  • « le bureau des douanes » (the custom-house, dattio or commercio) ;
  • « la vicomté » (Kings-beam, Domme or Vicont) ;
  • « le bureau des mesures » (the met-house, where the measures are kept15).
  • 16 Ibid., chap. CXXIV : these had formerly many Immunities and Privileges, and were accounted as half (...)

14Dans sa description de Rouen, Roberts souligne le rôle de la bourse et de la vicomté, comme instance de décision en cas de litige à propos des poids et des mesures, la fonction des halles et de la douane. Pour le change il renvoie à Paris et à Londres. Il relève le rôle important du Parlement pour constater à propos des privilèges des marchands anglais qu'« autrefois, ces derniers avaient beaucoup de privilèges et immunités, étant comptés quasiment parmi les citoyens ; mais les guerres civiles en France, l'insolence des habitants et la grande autorité du Parlement soumettent chaque jour à de nouvelles modes et à de nouvelles lois les marchands anglais résidant ici16 ». Roberts ne parle pas de la juridiction consulaire. Il met par contre l'accent sur le pouvoir d'intervention du corps de ville lors des foires. De fait, cela correspond assez bien à la vision que devait se faire un facteur étranger, et surtout anglais, de la structure institutionnelle d'une place, s'il voulait prendre connaissance des coûts d'information, de transaction et de réalisation des gains auxquels il fallait s'attendre. Dans la perspective du marchand sur la place cet ensemble d'institutions s'élargit cependant à d'autres acteurs institutionnels qui n'influençaient en réalité pas moins la structure de la place. Un observateur contemporain comme Farin, dont l'Histoire de Rouen combine l'intérêt pour les antiquités de la ville à un almanach urbain, nous donne dans l'ordre de leur préséance la liste complète de ces institutions. Rouen possède en fait

  • 17 François Farin, Histoire de la ville de Rouen, Rouen, J. Hérault, 1668, p. 57-58.

Cours de Parlement, Chambre des Comptes, Cours des Aydes, Bureau des Finances, Jurisdiction de l'Amirauté au Siège général de la Table de Marbre du Palais, des Eaux et des Forêts, du Siège Présidial et de la Vicomte, Vicomte de l'Eau. Esleus, Gabelles, des Prieurs et Consuls, de la Monnaye [et] plusieurs hautes, moyennes et basses Justices tantôt dedans, tantôt dehors : Saint-Ouen, Saint Gervais du Près, de la Fontaine Jacob, de l'Hostel Dieu, du Chapitre Notre Dame et Hautes Jours17.

15Suivent les sept marchés de la semaine, les halles et les foires, les institutions urbaines, le gouverneur et ses gens et les principales familles nobles résidant à Rouen. Les halles, qui mettent en évidence les fonctions commerciales de la place, sont l'objet d'une description détaillée.

  • 18 Cf. Archives municipales de Rouen (AM Rouen), Délibérations de la ville de Rouen, série A, Journau (...)
  • 19 Henri Lafosse, La juridiction consulaire de Rouen, 1556-1791, Rouen, H. Defontaine, 1922, p. 201 s (...)
  • 20 Cf. Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d'arts et métiers et des confréries (...)

16Elles forment avec la bourse découverte le lieu d'échange qui, à quelques pas du fleuve, constitue avec 300 pieds carrés le véritable centre de la ville marchande hors temps de foire. Comme dans la plupart des villes, elles sont tout autant lieu de transaction, de chargement et de contrôle douanier. La ville est le maître de ces lieux, qui donne d'année en année les surfaces utiles en bail aux différents métiers. Pour l'exercice 1641-1642 le bail s'élevait à un peu plus de 8 000 livres18. Cela correspond au double des entrées de l'assurance maritime de la communauté des marchands entre 1649 et 165119. Un personnel nombreux, composé de porteurs et charretiers, est à la disposition des marchands20. La fonction de transaction et de transbordage des halles est facilitée par la présence à proximité, sous le mur des Espagnols, des métiers de transports lourds et du relais de la poste.

  • 21 Voir par exemple, pour une place continentale, Peter Hertner, Stadtwirtschaft zwischen Reich undFr (...)
  • 22 Grâce à la libération des merciers-grossiers de cette contrainte.
  • 23 Cf. AM Rouen, Délibérations de la ville de Rouen, série A, journaux A 52 (17 septembre 1642).

17Il n'empêche que l'on voit apparaître dès la deuxième moitié du xviie siècle une certaine polarité entre les halles et des institutions plus proches du port extérieur. En réalité, la fonction principale des halles, qui était liée à l'assurance contre le feu et le vol, se confondait, comme partout, avec une fonction de contrôle typique pour les places d'étape21. La fonction de contrôle la plus importante a été celle des gardes des métiers, bien qu'elle ne fût apparemment jamais véritablement efficace à Rouen22. D'ailleurs certains métiers n'y figuraient que symboliquement23.

  • 24 La plupart des merciers-grossiers possédaient leur propre presse dans leurs magasins.

18Cela était particulièrement vrai pour les merciers-grossiers, qui — comme ils étaient libérés de toute inspection - se contentaient de louer un petit espace pour 34 livres, une contribution qui contrastait fortement avec celle des marchands-drapiers. En réalité, beaucoup de marchandises prenaient le chemin direct des magasins privés sans être soumises au contrôle à la halle24. Mais les protestations répétées du corps de ville soulignent le caractère récent et plus ou moins précaire de cette nouvelle pratique. Ainsi voit-on en avril 1617 les échevins demander

  • 25 Délibérations de la ville de Rouen. AM Rouen, série A (14 avril 1617).

que nul marchand étranger et forain ne puisse acheter aucunes marchandises en ceste ville, hors le temps des foires, si ce n'est par les bourgeois et cas de contravention seront leurs marchandises confisquées ; qu'il ne soit permis aux étrangers forains ny commissionnaires apportans ou faisans venir des marchandises en ceste ville hors le temps desd. foires, les vendre en gros et en détail, hors le temps d'icelles foires à d'autres étrangers et forains pareillement que nul étranger ny forain ne puisse vendre en détail à quelques personnes que ce soit aucune sorte de marchandises, n'y avoir aucuns poix ny mesures, armoires, placet brelans, ny veue à faux jours, mais seulement les vendre ausd. bourgeois en gros, balles souzs cordes, c'est à dire en serpillières, sacs et balles entières en tel état que lesd. marchandises seront apportées en lad. ville, sans qu'on puisse faire aucune séparation ou division d'icelles25.

  • 26 Cf. Jacques Savary-Desbruslons, Dictionnaire universel du commerce […], Paris, J. Estienne, 1723, (...)
  • 27 Lafosse, op. cit., p. II.
  • 28 Cf. Enquête sur les marchés et foire de la Normandie, ASM, série C, 182.

19Des observations analogues s'imposent pour les foires et marchés. Temps de foire et congés régulaient depuis longtemps à Rouen, comme dans d'autres places, les relations entre les marchands privilégiés de la place et les horsains, qui n'étaient pas seulement des étrangers. Leur vitalité est attestée à Rouen jusqu'au xviiie siècle. Les foires de printemps, de la Chandeleur et de Pentecôte duraient chacune quinze jours. La foire de Saint Romain en octobre ne fut pas moins importante, bien qu'elle accordât traditionnellement une plus grande importance au marché des chevaux et du bétail26. Le privilège de foire donnait aux bourgeois de Rouen l'occasion de faire usage de leur droit de préemption. Pour les marchands étrangers elles offraient l'occasion de ventes et d'achats aussi libres que possible. La juridiction de la foire était l'affaire de la ville27. Dans l'ensemble l'importance du commerce de foire ou du commerce à terme reste pour Rouen difficile à reconstituer. Les contrats sur foire que l'on rencontre dans les actes notariés à la fin du siècle recouvrent sans doute le plus souvent des affaires de crédit. Les enquêtes qui essayent de comprendre les usages locaux accordent à l'assortiment et à ses contraintes propres une importance qui expliquerait le déclin des foires. Leur fonction était sans doute plus spécifiquement urbaine que commerciale28.

Conclusion

  • 29 Christian Grataloup, Lieux d'histoire. Essai de géographie systématique, Montpellier, Reclus, 1996
  • 30 Rudolph Stichweh, Der früderne Staat und die europäsche, Universität. Zur interaktion von Politik (...)

20L'espace marchand se concrétise au xviie siècle par un dispositif spatial, institutionnel et social qui se résume par une pratique de lieux inscrite dans une réalité topographique d'une relative stabilité. L'espace marchand renvoie de ce fait à une forme de rationalité économique qui dès le xviie siècle cède progressivement la place aux « lois du marché » que vante le discours libéral du milieu du xviiie siècle. L'attaque de Turgot contre les foires et marchés vise autant ce dispositif urbain que d'autres formes de régulation qui paraissent désormais à la disposition du législateur. Cette vision fait manifestement fi des pratiques sociales dont relève le marché et l'activité marchande, lesquelles, en les enracinant dans l'espace, les avaient rendues « praticables » au sens étymologique du terme. Le cas rouennais ne fait qu'illustrer cette problématique qui fait apparaître la ville comme « un condensateur de l'espace et des temps sociaux » (Christian Grataloup29). L'analyse systématique de ces fonctions urbaines reste à faire. Un modèle pourrait être constitué par les travaux de Rudolf Stichweh qui, bien que concernant un tout autre domaine, celui des universités, tracent de façon assez convaincante les grandes lignes de la démarche à adopter30.

Notes

1 Gérard de Malynes, Consuetudo vel Lex Mercatoria, or, the ancient Law merchant, Londres, Islip, 1622, p. 151.

2 Gio-Domenico Peri, Il negotiante. Gênes, Calenzano, 1638.

3 Lewes Roberts, The merchants mappe of commerce [...], Londres, R. Mapp, 1638 ; nous cirons d'après la troisième édition de l'ouvrage (Londres, R. Mapp, 1677).

4 Ibid., chap. III : Of Cities and towns of trade in general.

5 Karl Polanyi, The great transformation, Boston, Beacon Press, 1971, p. 56 : Markets are not institutions functioning mainly within an economy but without.

6 L. Roberts, op. cit., chap. CXXIV : Of Rouen and the trade thereof.

7 Cf. A. Smith, The Wealth of Nations, Book III, chap. IV.

8 Cf. A. Usher, The history of the grain-trade in France, 1400-1710, Cambridge, Harvard University Press, 1913.

9 Cf. Histoire de la Normandie, Michel Boüard (éd.), Toulouse, Privat, 1970, p. 302, er Jean-Claude Perrot, Genèse d'une ville moderne, Caen au xviiie siècle, 2 vol., Lille, Service de reproduction des thèses de l'Université, 1974, t.1, p. 220.

10 Cf. J.-C. Perrot, op. cit., t. 1, p. 179.

11 Cf. Rapport du chevalier de Clerville (1664), BNF, Paris, Ms Les cinq cent de Colbert, col. 122 qui donne une description de l'ensemble des ports de Normandie.

12 Pierre Dardel, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1963, p. 241 sq.

13 À propos de la notion de « structure d'organisation », cf. Douglass C. North and Robert Paul Thomas, The Rise of the Western World. A new économie history, Cambridge Mass., Cambridge University Press, 1973.

14 Rapport du chevalier de Clerville, BNF, Ms les Cinq Cents de Colbert, col. 122, f° 34v.

15 L. Roberts, op. cit., p. 12.

16 Ibid., chap. CXXIV : these had formerly many Immunities and Privileges, and were accounted as half Citizens ; but the Civil Wars of France, the Insolency of the Inhabitants and the great Authority of the Parliament daily give new fashions and new Laws the English Merchants here resident.

17 François Farin, Histoire de la ville de Rouen, Rouen, J. Hérault, 1668, p. 57-58.

18 Cf. Archives municipales de Rouen (AM Rouen), Délibérations de la ville de Rouen, série A, Journaux A 52 ; 17 septembre 1642.

19 Henri Lafosse, La juridiction consulaire de Rouen, 1556-1791, Rouen, H. Defontaine, 1922, p. 201 sq.

20 Cf. Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d'arts et métiers et des confréries religieuse de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe frères p. 357 sq.

21 Voir par exemple, pour une place continentale, Peter Hertner, Stadtwirtschaft zwischen Reich undFrankreich Wirtschaft und Gesellchaft Straβburgs, 1650-1714, Köln, Wien, Böhlau, 1973, p. 83 sq.

22 Grâce à la libération des merciers-grossiers de cette contrainte.

23 Cf. AM Rouen, Délibérations de la ville de Rouen, série A, journaux A 52 (17 septembre 1642).

24 La plupart des merciers-grossiers possédaient leur propre presse dans leurs magasins.

25 Délibérations de la ville de Rouen. AM Rouen, série A (14 avril 1617).

26 Cf. Jacques Savary-Desbruslons, Dictionnaire universel du commerce […], Paris, J. Estienne, 1723, art. Foire.

27 Lafosse, op. cit., p. II.

28 Cf. Enquête sur les marchés et foire de la Normandie, ASM, série C, 182.

29 Christian Grataloup, Lieux d'histoire. Essai de géographie systématique, Montpellier, Reclus, 1996.

30 Rudolph Stichweh, Der früderne Staat und die europäsche, Universität. Zur interaktion von Politik und Erziehung im Prozess ihrer Ausdifferenzierung (16.-18. Jarhundert), Francfort sur le Main, Suhrkamp, 1991.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.