Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Commerce, voyage et expérience religieuse

 | 
Albrecht Burkardt
, 
Gilles Bertrand
, 
Yves Krumenacker

Introduction

Albrecht Burkardt

Texte intégral

  • 1 Cf. Nicolaus Muffels Beschreibung der Stadt Rom, éd. Wilhelm Vogt, Stuttgart, Literarischer Verein (...)
  • 2 Pour le grand tour (l'expression elle-même ne se trouve qu'à partir du xviie siècle), voir Antonio (...)
  • 3 Cf. Pierre Monnet, « Ville réelle et ville idéale à la fin du Moyen Âge : une géographie au prisme (...)

1Chez les spécialistes de la vie religieuse et artistique de la Rome du Bas Moyen Âge, le récit de voyage de Nicolas Muffel est fréquemment cité. Celui-ci, en effet, passe pour un témoin tout à fait caractéristique de la réception des trésors de la ville éternelle au xve siècle, des vestiges de l'Antiquité aux loca sancta Urbis1. Or Muffel n'était ni un pèlerin à part entière (encore que collectionneur passionné de reliques), ni un représentant avant la lettre des pratiques du grand tour2. L'auteur devait ses expériences à un voyage dont les objectifs étaient avant tout de nature diplomatico-commerciale : Muffel présidait une légation de sa ville natale de Nuremberg qui, en 1452, accompagnait l'empereur Frédéric III dans la cité des papes ; membre du patriciat, il était issu d'une famille qui devait toutes ses richesses au négoce3.

  • 4 Cf. Nine Robijntje Miedema, Die « Mirabilia Romae ». Untersuchungen zu ihrer Überlieferung mit Edi (...)
  • 5 Sur l'utilisation de telles sources pour la Rome du xve siècle, voir Arnold Esch, « Rom in der Ren (...)

2Si les récits de ce genre ne sont pas légion, le cas de figure que représente Nicolas Muffel n'est pas pour autant exceptionnel. C'est vrai tout d'abord pour les intérêts variés de ce voyageur dont la passion pour les hauts lieux de la Rome chrétienne et les pratiques de piété qui y étaient associées n'empêchait pas l'attention portée aux monuments de l'Antiquité païenne ; cette curiosité « mélangée » correspondait parfaitement aux messages des mirabilia Romae, ce premier « guide touristique » de l'Occident chrétien4. Il peut paraître plus surprenant que ce témoignage nous parvienne de la part d'un homme d'affaires (mêlant ici, il est vrai, vocation marchande et assignation diplomatique). Et pourtant, que les témoignages de voyageurs issus du milieu commerçant puissent constituer des sources utiles, voire précieuses pour bien d'autres sujets que ceux concernant le seul commerce n'est pas une idée particulièrement originale5. Ce qui peut surprendre est bien plutôt la relative retenue avec laquelle les historiens se sont penchés sur le phénomène en tant que tel, c'est-à-dire celui des liens que nouent les hommes d'affaires itinérants avec les faits culturels.

  • 6 Pour la typologie des voyageurs à l'époque moderne, voir Antoni Maczak, Viaggi e viaggiatori nell' (...)
  • 7 Voir, à titre d'exemple, le chef d'œuvre de Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie (...)
  • 8 À la vérité, des connexions de ce type sont nettes même dans le cas de Muffel : le récit de voyage (...)

3À l'époque moderne, les commerçants constituent l'un des groupes les plus marqués par la mobilité, leur métier même l'imposait : alors que la plupart des voyageurs ne se mettaient en route que de façon occasionnelle — (plus ou moins) volontairement (compagnons, pèlerins, adeptes du grand tour) ou forcés par les malheurs du temps -, pour les professionnels de l'échange parcourir les espaces (ou les faire parcourir par collaborateurs ou subordonnés) était une condition sine qua non de leur existence6. Aussi la mobilité des marchands a-t-elle fait l'objet de nombreuses recherches menées par les spécialistes d'histoire économique, notamment en vue d'une meilleure connaissance des réseaux et des modes de fonctionnement du grand commerce7. Il est clair toutefois que l'intérêt que présente l'activité itinérante des marchands ne se limite pas à ces derniers phénomènes ; le commerçant voyageur participe du monde qui l'entoure (et qu'il parcourt) de façon multiple ; le réduire à ses seuls intérêts économiques ne serait-ce pas même prendre le risque de donner une image tronquée de ses expériences, y compris celles touchant au commerce ? En effet, à l'encontre de ce que pourrait suggérer l'exemple de Nicolas Muffel, les rapports que noue le marchand itinérant avec les phénomènes culturels ne sont pas (ou en tout cas pas toujours) juxtaposés à ses activités professionnelles8. Les deux « sphères » entrent facilement en relation, l'une pouvant jouer sur la perception et la pratique de l'autre, d'autant que les « techniques » marchandes sont elles-mêmes, partiellement, des faits relevant d'héritages culturels ; ainsi, à l'étranger, l'organisation en forme de « nations » ; à coup sûr, culture et religion ne sont guère des épiphénomènes de l'activité commerçante, elles l'imprègnent à divers niveaux et peuvent la conditionner au même titre que les données politiques, la conjoncture guerrière ou la pluie et le beau temps. Au lieu d'isoler les motifs ou données économiques, il s'agirait donc de les intégrer dans une histoire culturelle de la pratique en question.

4Toujours est-il que ce défi n'a guère été relevé par la recherche historique. Ce qui n'est pas sans renvoyer aux rapports ambigus qu'ont entretenus, pendant longtemps, voire qu'entretiennent à ce jour, l'histoire économique et l'histoire culturelle et religieuse. Certes, un spécialiste aussi éminent que Carlo Cipolla n'a pas de mal à définir la différence entre les procédés de l'économiste et ceux de l'historien de la même matière par la nécessité, pour ce dernier, de transgresser constamment les limites de ses terres : « afin d'expliquer le fonctionnement et la performance d'une donnée économique, l'historien doit prendre en considération [...] tous les facteurs en jeu », depuis les données structurantes et plus ou moins stables (variables climato-démographiques, institutions juridico-politiques, traditions culturelles et religieuses) jusqu'aux incidents les plus insignifiants,

  • 9 Carlo M. Cipolla, Introduzione allo studio della storia economica, Bologne, Il Mulino, deuxième éd (...)

rationnels ou irrationnels, prévisibles ou imprévisibles [...] et fût-ce le mal de ventre qui empêcha un homme d'affaire à terminer telle opération financière, l'apparition soudaine et imprévisible d'une épidémie, [...] d'une guère, l'action erratique [...] d'un chef fanatique du Moyen Orient sabotant les réapprovisionnements pétroliers. [...] Pour lui, tout fait partie intégrante d'une réalité complexe, et les éléments qui, pour l'économiste, ne font que déranger l'analyse, sont pour l'historien le sel qui détermine la spécificité particulière [...] de cette irréversible situation historique9.

  • 10 Pour ces positions, voir Hartmut Berghoff et Jacob Vogel (éd.), Wirtschaftsgeschichte als Kulturge (...)
  • 11 Cf. CM. Cipolla, « Il ruolo délie spezie (e del pepe in parricolare) nello sviluppo economico del (...)
  • 12 Des tendances contredisant cette optique n'ont évolué que tardivement, en dehors de l'histoire rel (...)
  • 13 Ernest Labrousse, « Introduction », in Id., éd., Histoire sociale - sources et méthodes, Paris, Éd (...)
  • 14 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, vol. II : De (...)

5Il est vrai que, du point de vue d'aujourd'hui, l'idée que se fait Cipolla des procédés en sciences économiques peut paraître quelque peu simpliste ; elle est démentie en tout cas par les tentatives récentes de certains chercheurs d'intégrer le « facteur humain » dans la conceptualisation des processus économiques, au lieu de partit de conduites parfaitement calculables parce que régies d'une rationalité économique sans faille10. De même, et pour revenir à l'histoire, on avouera volontiers qu'il n'y a guère d'historien qui aurait été plus fidèle aux maximes citées que leur auteur lui-même, et non seulement à cause de ses explications savoureuses de la moitié de l'histoire médiévale par les goûts insatisfaits d'un ermite pour le poivre11... Il n'en reste pas moins que, chez la plupart des historiens de l'économie et pendant longtemps, ces mêmes déclarations de principe, sans être déniées, n'ont guère suscité de l'enthousiasme pour leur mise en pratique plus systématique, et ce notamment en ce qui concerne l'intégration des faits culturels et religieux ; pour être honnête, il n'en allait guère autrement dans le sens inverse, chez les spécialistes de ces derniers phénomènes. En caricaturant quelque peu, on pourrait dire que, si les historiens des Églises et des spiritualités notamment ne se sont guère intéressés au monde des affaires - comme si s'en occuper c'était contredire les gestes du Christ chassant les vendeurs du temple12 - l'histoire économique, à son tour, peut paraître la « fille aînée » de la laïcité au sein des sciences historiques : que les chercheurs se soient inspirés ou non d'idées soi-disant marxistes, culture ou religion passaient volontiers pour des entités négligeables, des « superstructures » par rapport à une économie évoluant selon ses règles propres et dont les modifications étaient les principaux agents du changement. Dans cette conception des choses, les données culturelles étaient à la limite ce qui résistait aux nouveautés, à l'instar des « mentalités » - la « chance prodiguée des contre-révolutions », comme disait Labrousse13 -, à l'instar des « civilisations », chères à Braudel, survivant, dans leurs « soubassements », à « mille morts supposées », maintenant « leurs masses immobiles sous le passage monotone des siècles14 ».

6Il est vrai que, dans la Méditerranée, l'analyse de ces derniers phénomènes, n'est pas pour autant négligée : les civilisations font partie intégrante de ces éléments clés structurant, dans la longue durée, dans leur inertie même, l'espace géographico-historique qui fait objet de l'analyse. Néanmoins, au-delà même du fait que cette structure reste assez fidèle à l'architecture traditionnelle — la base aux données économiques, le bel étage à la culture -, c'est bien la conception de ces secteurs en blocs hiératiques, quasiment immuables, qui entraîne, dans ce chef-d'œuvre si influent par la suite, une relative négligence des liens possibles entre les différentes sphères.

  • 15 Cf. Michel Vovelle, « Histoire des mentalités, histoire des résistances, ou les prisons de la long (...)
  • 16 Cf. Roger Chartier, Au bord de la falaise. L'histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, 1998, (...)
  • 17 Voir, outre les articles cités de Roger Chartier, les différentes contributions de Krzysztof Pomia (...)

7Il fallut attendre les années 1970 pour voir se produire, au sein des Annales même, une mise en question de ces cadres conceptuels, sous l'enseigne de ce que l'on a pris l'habitude d'appeler « la nouvelle histoire ». Chercher à sortir de ce que certains désignaient désormais comme les « prisons de la longue durée », ce n'était pas seulement réévaluer l'apport des temps courts, de l'événement, quitte à mieux saisir les mécanismes du changement historique (volontiers négligé, auparavant, au profit des temps longs15) ; c'était surtout s'en prendre à la trop grande raideur avec laquelle les prédécesseurs avaient conçu les rapports entre les différents secteurs « structuraux » d'une société. Au lieu de séparer ces derniers et de les traiter de façon juxtaposée, au lieu de déclarer l'un a priori dépendant de l'autre, il s'agissait d'analyser de plus près interdépendances et interactions ; approche particulièrement nécessaire à l'égard des rapports entre phénomènes économico-sociaux et faits culturels, une histoire culturelle du socio-économique étant tout aussi nécessaire pour la compréhension d'une société qu'une histoire sociale de la culture16. Chemin faisant, celle-ci se concevait autrement, ne se définissant plus, prioritairement, par un certain nombre d'objets de prédilection et le milieu de ceux qui les créaient (artistes, écrivains, philosophes...) mais par l'ensemble des dispositifs permettant à l'homme de donner un sens au monde qui l'entoure ; sans abandonner pour autant les aspects culturels au sens traditionnel, c'était parler, plus généralement, des systèmes de valeur et des représentations, de leurs formes d'articulation (croyances incluses), de leurs supports17.

  • 18 Quant aux connexions avec l'histoire du commerce, et outre les études menées dans le champs de l'h (...)
  • 19 Voir infra, ainsi que l'étude exemplaire de Rita Mazzei, Itinera mercatorum. Circolazione di uomin (...)
  • 20 Daniel Roche, « Introduction », in Franco Angiolini, Daniel Roche (éd.), Cultures et formations né (...)
  • 21 Cf. F. Angiolini & D. Roche, Cultures et formations négociantes, op. cit. ; le statut « avant-gard (...)
  • 22 S'ajoute une dernière partie composée de contributions assez hétérogènes (« Le négociant : informa (...)
  • 23 On avoue volontiers les limites de cette caractérisation, quelques contributions de la troisième s (...)

8Si, depuis un quart de siècle, l'analyse des phénomènes culturels a gagné, par ce biais, une place toujours grandissante dans la production historiographique18, il n'en reste pas moins que, malgré des exceptions notables, cette évolution est loin d'avoir trouvé toute l'attention qu'elle mérite dans le domaine qui nous occupe plus précisément, le commerce à l'intérieur de l'Europe moderne19. Que les monographies consacrées aux marchands se payent le luxe d'un chapitre sur la « culture » de leurs protagonistes est devenu sans doute un fait assez fréquent ; néanmoins, tout aussi souvent les chapitres de ce type gardent cette valeur d'un « supplément d'âme nécessaire » que leur attestait déjà Daniel Roche au début des années 199020 ; aussi l'ouvrage collectif auquel il introduisait par la même occasion passe-t-il à ce jour pour l'une des seules contributions majeures abordant, de façon plus systématique, les liens entre négoce et culture21. Les études rassemblées dans le présent volume s'inscrivent volontiers dans la lignée de ce travail, encore que les perspectives privilégiées ne soient pas les mêmes. En effet, l'ouvrage dirigé par Daniel Roche et Franco Angiolini met l'accent, tout d'abord, sur le statut divergent que détiennent commerce et commerçants au sein des États européens (« Négoce et culture : quelques profils nationaux »), avant d'aborder, dans deux autres parties, les différents types de formation - scolaires (« Le marchand à l'école ») et pratiques (« L'acquisition des compétences négociantes ») — du (futur) marchand22. Les analyses sont ainsi centrées sur les dimensions (politico-)culturelles déterminant l'activité commerçante dès avant le départ, pour ainsi dire : les « conditions d'exercice » offertes au marchand dans sa patrie ; le capital éducatif dont il dispose23. En mettant au centre de l'interrogation la mobilité marchande et les dynamiques culturelles qu'elle suscite, le présent volume pose une problématique différente qui, en un sens, fait retour à Braudel, les contours de bien des questions à poser ayant déjà été tracés dans la Méditerranée.

  • 24 Voir la récente discussion de cette matière par A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchan (...)
  • 25 F. Braudel, La Méditerranée, vol. II, op. cit., p. 488.
  • 26 Ibid., p. 486.
  • 27 Ibid., p. 492 et 499.

9Dans cette œuvre, on le sait, son auteur a bien voulu voir dans les échanges l'élément clé garantissant l'unité de l'espace analysé24. Échanges qui étaient loin de ne concerner que textiles et denrées : « tout s'échange en Méditerranée, les hommes, les pensées, les arts de vivre, les croyances, les façons d'aimer25 ». « Les hommes », en effet, « vont, viennent, indifférents aux frontières des États ou des credos. Il y a les nécessités de la navigation et du commerce, les hasards de la course et de la guerre, les connivences, la trahison des circonstances26 ». Cette conception n'a pas empêché l'auteur, nous l'avons vu, de voir doter d'une inertie remarquable les civilisations concernées. « Il est possible de les mêler en partie, de déplacer de l'une à l'autre telle idée [...], de là à les confondre, le chemin est immense », le problème résidant dans la transgression des espaces : les voyageurs individuels peuvent bien passer d'un pays à l'autre, et il n'en va pas autrement de certaines données culturelles (plus ou moins isolées, toutefois) qui voyagent avec eux ; en revanche, une « civilisation ne se déplace pas avec la totalité de ses bagages27 ».

  • 28 Pour une esquisse des enjeux de recherches consacrées aux tranferts culturels, voir Peter Burke, « (...)

10L'inertie des cultures et la fréquence des échanges entre celles-ci ne constituent donc pas des faits contradictoires mais se situent, bien plutôt, à deux échelles d'analyse différentes. Or c'est la nette priorité que donne l'auteur aux structures de longue durée qui l'empêche d'analyser de façon plus précise les échanges malgré tout possibles dans leurs modes de fonctionnement, les quelques éléments explicatifs que l'on a vu avancer - « les nécessités de la navigation et du commerce, les hasards de la course et de la guerre, les connivences, la trahison des circonstances » — restant bien vagues. En filigrane, ces propos contiennent, en revanche, tout un programme de recherche qui, sans avoir besoin de s'appliquer au seul espace de la Méditerranée, met au centre de l'investigation le commerçant voyageur, notamment celui à longue distance, la figure emblématique des échanges, selon les points de vue mêmes de Braudel. Un programme qui consisterait à analyser de plus près comment s'opèrent - ou se voient bloquer ! — les échanges commerciaux par la « médiation » de facteurs culturels et religieux, et qui, inversement, chercherait à explorer, dans leurs contenus et leurs modalités, les transferts culturels rendus possibles par ce même biais28 ; tâche impossible sans mieux connaître les formes de perception du commerçant voyageur par les populations autochtones, sans mieux connaître, surtout, le protagoniste lui-même, dans ses dimensions culturelles, depuis les conditions et l'expérience du voyage, les « curiosités » rencontrées en route et les formes de sociabilité pratiquées jusqu'aux attitudes et représentations qui caractérisent ses façons de voir et affronter les choses (et qui ne se réduisent pas forcément aux calculs d'une rationalité économique autonome et univoque, « comprise » partout et par tous).

  • 29 Voir la problématisation de ces études par A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands », (...)
  • 30 Cf. la somme de Philip D. Curtin, Cross-cultural trade in world history, Cambridge et New York, Ca (...)
  • 31 Cf. Francesca Trivellato, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, Hindous de Goa. Réseaux march (...)

11La recherche dans ces domaines ne s'est certes pas arrêtée depuis les temps de Braudel, certaines études, non sans lien sans doute avec le tournant vers l'histoire culturelle mentionnée plus haut, ayant exploré des aspects importants des problématiques qui nous concernent. En particulier, elles ont cherché à montrer à quel point le commerce à longue distance avait besoin de tout un ensemble de procédés d'empreinte culturelle, pour rendre possible les affaires là où les institutions garantissant « d'en haut » le bon déroulement des échanges (en l'occurrence celles de l'Etat, les règles d'un code juridique faisant autorité) n'existaient pas29. Dans ce cadre, a été évalué notamment le rôle crucial qu'ont joué, de ce point de vue, les réseaux basés sur les solidarités ethniques et/ou religieuses, à l'instar de la diaspora juive, des marchands arméniens, ou, plus simplement, des « nations » présentes dans les grandes places commerciales30. Plus récemment, l'attention s'est portée également sur des réseaux marchands au sein desquels la confiance nécessaire pour rendre possible l'échange ne s'appuyait même pas sur les solidarités du type que l'on vient d'évoquer (croyances, parenté, origines communes31). Toujours est-il que ces études, fort stimulantes par ailleurs, n'abordent qu'une partie des problématiques qui nous occupent ; étant centrées sur les solidarités internes aux réseaux marchands, elles n'abordent pas forcément, et de façon autonome, la place de ces « étrangers » dans les sociétés d'accueil, les conflits et les accommodements que suscite ce genre de « cohabitations » occasionnelles ou permanentes ; restant inscrites, malgré tout, dans les perspectives d'une histoire économique traditionnelle, l'objectif essentiel étant de comprendre ce que faisait « bouger » le commerce, elles ne portent guère le centre de l'intérêt aux transferts culturels effectués par ce même biais, et moins encore aux expériences du marchand voyageur individuel en tant que telles. Pour la plupart enfin, ces travaux sont centrés sur les terrains d'outremer et négligent donc, nécessairement, les problèmes spécifiques que suscitent les différences culturelles et religieuses à l'intérieur de l'Occident.

  • 32 Il suffit de renvoyer ici aux synthèses désormais classiques de F. Braudel (Civilisation matériell (...)
  • 33 Nous nous limitons, dans cette évocation rapide, à quelques traits touchant de près la mobilité ma (...)
  • 34 Cf. A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands », art. cité, p. 577 ; Louis M. Cullen, « (...)
  • 35 Cf. D. Roche, Humeurs vagabondes, op. cit., p. 286-289.
  • 36 Ibid, p. 289.
  • 37 Cf. Jacques Bottin (éd.), Les étrangers dans la ville : minorités et espace urbain du bas Moyen Âg (...)

12Pour l'Europe de l'époque moderne, en effet, les interrogations esquissées se posent de façon d'autant plus nette que les trois domaines à la croisée desquels se situe notre sujet — en l'occurrence, commerce, voyage et expérience religieuse — sont marqués par des mutations importantes. Inutile de renvoyer ici, tout d'abord, aux conséquences — économiques et « mentales » — qu'entraînent les grandes découvertes des débuts de la période, avec la progressive mise en place d'une « économie monde » mais aussi l'appréhension de civilisations totalement inconnues jusque-là. À l'évidence, ces « nouveautés » ne concernent pas uniquement les liens de l'Occident avec les mondes d'outre mer, mais affectent intimement l'évolution « interne » de l'Europe. En ce qui concerne le commerce, on assiste à l'éclosion du « capitalisme commercial », les entreprises du grand négoce constituant le facteur dynamique principal de l'évolution économique32. Dans ce cadre, et parallèlement au déplacement des centres de l'activité commerciale et financière vers les pays du nord-ouest de l'Europe, évoluent également les formes d'organisation du commerce33, les grands marchands voyageant de moins en moins eux-mêmes, tractations et transactions s'effectuant à travers tout un réseau de relations commerciales avec, dans les points d'interstice sensibles, des comptoirs, dépendances, stations de relais qui ont tendance à se donner des structures plus complexes, ne trouvant plus leur seul ancrage au sein des « nations » traditionnelles (ce qui, à son tour, n'est pas sans analogie avec la relative perte d'importance des grandes entreprises de type patriarcal au profit de sociétés à capital et compagnies de commerce34). Or l'importance des points fixes impliquant des séjours stables de même que la part sans doute grandissante du travail effectué au domicile, par correspondance, ne rendent pas pour autant caduc le sujet de la mobilité marchande, celle-ci restant l'élément clé des échanges, les déplacements s'effectuant bien évidemment toujours (par facteurs ou marchands de taille moyenne qui continuent de bouger eux-mêmes), quoi que les voyages tendent à se raccourcir et à obéir à des objectifs plus circonscrits35. En revanche, l'on s'aperçoit aisément que ce serait forcer les choses que de vouloir exclure des analyses à conduire les séjours de longue durée, voire la « sédentarisation » de marchands en pays étrangers : celle-ci n'est, en un sens, que le point culminant d'une pratique — la mobilité marchande — qui, indépendamment des évolutions modernes, n'est pas concevable sans haltes, sans séjours d'étendue variable : le voyage « peut déboucher sur l'installation définitive ; il est souvent un moment durable avant le retour36 ». L'analyse des dynamiques culturelles ne saurait que s'en enrichir. Des expériences du voyage stricto sensu on passe, toutefois, aux problèmes que pose la présence de minorités étrangères au sein des communautés autochtones37.

  • 38 Les travaux dans ce domaine sont légion ; voir, pour l'une des premières tentatives de synthèse, U (...)
  • 39 Les tentatives de répression du pèlerinage au sein de l'Europe catholique même témoignent de ces t (...)

13Cela dit, les questions que sous-tend cette dernière constellation concernent aussi des enjeux du voyage en tant que tel ; et il s'agit là de l'un de ses traits les plus marquants à l'époque qui nous concerne. Plus que jamais, en effet, le voyage devient un moyen de l'expérience de l'autre et — par là même — de soi, un dépaysement recommandé, par les uns, pour ses qualités formatrices, et combattu par les autres, toute mobilité étant censée entraîner une fragilisation des traditions établies et donc du statu quo. Il est vrai que les études les plus poussées explorant, dans ce cadre, fonctions et fonctionnements de la perception de l'autre de même que contacts et échanges interculturels ont sans doute été consacrées aux terrains d'outre-mer, aspects économiques inclus38. Mais des processus analogues se trouvent aussi sur le vieux continent auquel sont consacrées les contributions de ce volume, la conflictualité des rencontres (mais aussi la récurrence des accommodements) étant garantie(s) par la tension entre l'utilité évidente des échanges, que nourrit tout un discours sur la valeur des voyages et de la curiosité, et le besoin de stabilité qu'éprouvent les États, besoin qui, du moins pendant le premier âge moderne, verse dans le conservatisme et s'oppose, le plus souvent, à la trop libre circulation des hommes et des idées. Tout voyageur est de ce point de vue suspect parce qu'importateur et exportateur potentiel de « nouveautés » et parce qu'il échappe, par sa mobilité même, au contrôle continu des autorités39.

  • 40 Nous empruntons la formule cirée à Jean Delumeau, Naissance et affirmation de la Réforme, Nouvelle (...)
  • 41 Voir, pour le combat des dangers d'importation de la peste, combat fort gênant, occasionnellement, (...)
  • 42 Peter Schmidt, « L'Inquisizione e gli stranieri », in L'Inquisizione e gli storici : un cantiere a (...)

14Le problème se posait particulièrement sur le plan des croyances, la perte de l'unité de la foi chrétienne au xvie siècle étant loin de faire éclore la tolérance. Bien au contraire, « naissance et affirmation » des confessions allaient de pair avec la récupération de celles-ci par les différents États, les convictions religieuses remplissant, à chaque fois, la fonction d'une idéologie unificatrice40. Dans ce cadre, l'intrusion d'idées « hétérodoxes » était tout aussi malvenue que les germes du fléau, et donc combattue, là où c'était possible, avec autant d'élan41. Cela dit, ces tendances n'étaient pas sans contenir des éléments opposés ou faisant obstacle, et l'on s'imagine aisément que les intérêts commerciaux y figuraient en bonne position. L'analyse détaillée de ces tensions dans leurs différentes constellations que présente l'Europe moderne n'a guère été entamée, si l'on met à part les travaux, fondateurs, de Peter Schmidt pour les terrains de l'Inquisition romaine42. Il est clair toutefois qu'il faut compter sur la pluralité des configurations, les républiques (Venise, les Provinces-Unies), dominées par le commerce, fonctionnant différemment des États aux allures absolutistes, ces derniers étant bien entendu marqués eux-mêmes par des « conditions d'exercice » fort hétérogènes ; enfin il est clair qu'à l'intérieur même d'une entité politique la situation n'était pas stable une fois pour toutes mais pouvait varier selon les cas, évoluer selon les circonstances.

  • 43 F. Trivellato, « Juifs de Livourne », art. cité, p. 584.
  • 44 Cf., pour une ébauche du processus global, Michel de Certeau, « La formalité des pratiques. Du sys (...)

15Une évolution assez nette semble certes marquer, de façon générale, le passage du premier au deuxième âge moderne, évolution sans surprise qui voit diminuer l'importance des impératifs religieux au profit du bon fonctionnement des circuits commerciaux ; mais là encore il s'agira de différencier en se gardant de schémas évolutifs manichéens. Même dans les moments de la plus grande rigidité confessionnelle la circulation des marchandises n'était pas nécessairement compromise. Ce qui fait porter l'attention, au-delà des conflits, des « résistances », aux accommodements, aux modus vivendi négociés et, chemin faisant, aux techniques qui les rendent possibles, qui faisaient « régner » la confiance, aux attitudes et valeurs surpassant les données culturelles antagonistes. Or analyser de cette sorte la « tension entre des spécificités culturelles et des processus d'interaction43 » est un objectif qui ne perd pas de sa justification en avançant dans le temps : l'affaiblissement des antagonismes religieux en route pour (voire grâce à) « l'éthique des Lumières » - processus dont la compréhension circonstanciée constituerait par ailleurs un objectif non moins pressant, dans le cadre qui nous concerne, que l'analyse des « résistances » que mobilisent, à certains moments (d'habitude antérieurs), les croyances religieuses44 — ne se confond pas avec la disparition des différences culturelles comme défi des échanges commerciaux.

16Les études de cas rassemblées dans ce volume visent à explorer les problématiques qui viennent d'être esquissées ci-devant en étant regroupées autour de quatre axes. Une première partie est consacrée à la mobilité marchande en tant que telle, par là même à l'expérience du voyage et, dans ce cadre, en particulier à celle « du monde ». Or cette expérience est, tout d'abord, celle d'un espace qui, construit par les intérêts commerciaux et donc, dans une certaine mesure, préalable à tout voyage (J. Hoock), ne prend pourtant vie que par les formes de mobilité permettant de le mettre « en état d'exploitation ». Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, ce rapport dialectique est devenu à tel point digne d'attention qu'il commence à être théorisé ; il trouve ainsi sa place, par exemple, dans la littérature caméraliste des pays germaniques (G. Garner). Dans ce dernier exemple, l'espace en question est celui de l'Etat lui-même, à l'étendue fixe, les auteurs — professeurs d'université et administrateurs, pour la plupart - cherchant à saisir les moyens permettant de « promouvoir le développement du territoire ». L'espace commercial du marchand individuel, quant à lui, est d'une étendue variable — dans le temps mais aussi selon les différents paramètres retenus pour le mesurer, tel la lettre de change ou les messageries (l'envoi des marchandises par le service d'intermédiaires) en ce qui concerne les affaires conclues, tel la correspondance servant à les préparer, tel — à « mi-chemin » — le voyage qui constitue, dans ce cadre, la technique commerciale la plus « exclusive » : peu fréquent, d'habitude, encore que se pratiquant de façon cyclique, il est une occasion précieuse de nouer personnellement les contacts, (faire) voir, (faire) tester sur place les marchandises, gagner, par ces biais, la confiance de clients et partenaires, conclure les affaires en présence des contractants (F. Bayard).

17« Chemin faisant », le marchand individuel participe, partiellement ou de façon intégrale, d'autres espaces commerciaux que l'on peut analyser de façon autonome, tel celui d'une ville, comme le montre l'exemple de Lyon ; à travers les registres d'entrée des portes principales à la fin du xviie siècle, et les lieux d'origine des voyageurs ainsi repérés, se dessinent, en effet, une géographie reflétant la force d'attraction qu'exerce la capitale rhodanienne sur les commerçants « étrangers » (français ou non) ; rayonnement auquel correspond une topographie interne à la ville que permet de saisir la répartition des arrivants à travers les auberges de Lyon (S. Rau et O. Zeller). Mais un espace, moins immédiatement saisissable mais d'autant plus vaste et efficace, se crée aussi par les membres d'un groupe qui, dispersés, forment réseau, ainsi que le montre le cas, célèbre, de la diaspora séfarade. La mobilité étant inscrite dans le sort même du groupe, le commerce, par les va-et-vient qu'il opère, sert ici autant d'appui à la cohésion des communautés que celles-ci fournissent, dans une solidarité qui se fonde sur les croyances et la parenté, les points de contact et stations de relais nécessaires pour le commerçant individuel. Aussi la valeur fondamentale de ce réseau réside-t-elle dans les échanges d'information qu'il rend possible et où, comme le montrent bien les correspondances commerciales, s'imbriquent constamment nouvelles et discussions concernant le négoce, la famille et la communauté religieuse (E. Oliel-Grosz).

  • 45 Pierre Jeannin, « La profession de négociant entre le xvie et le xviiie siècle », in Id, Marchands (...)

18Le cas de la diaspora séfarade a bien des spécificités mais en ce qui concerne le « bric-à-brac » des informations les documents analysés ne sont pas sans analogie avec ceux émanant des commerçants français du xviiie siècle auxquels sont consacrées les contributions de F. Bayard, S. Chassagne et G. Bertrand, à la différence près que les témoignages considérés ici rendent compte, exclusivement, d'expériences du voyage. Là encore, carnets et correspondances concernent, prioritairement, les affaires, mais ne confirment pas pour autant l'idée, fort juste par ailleurs, selon laquelle « les documents d'affaires conservés éclairent habituellement mieux les résultats de l'entreprise que la figure des hommes qui la conduisaient45 ». En effet, à les analyser de près ces matériaux rendent compte de bien d'autres affaires, depuis les expériences quotidiennes du voyage (repas, logements, frais, problèmes de santé, les vicissitudes d'un travail extrêmement prenant) jusqu'aux loisirs, curiosités visitées et formes de sociabilité pratiquées. Ces contenus varient, certes, selon le destinataire et « l'humeur » des expéditeurs. Chez Bonaventure de Carret, célibataire aux affinités libertines, en correspondance avec ses associés, dominent l'exposition et la discussion des actualités politiques ou météorologiques plus ou moins favorables au commerce auxquelles peuvent s'associer un tableau de mœurs et, à coup sûr, une description des loisirs, à commencer par les filles (F. Bayard). Chez Joseph-Marie Guérin, marchand de soie de St-Chamont en correspondance avec sa femme qui gère les affaires pendant l'absence du mari, les nouvelles familiales (le couple a six enfants) tiennent la part belle ; doté parfois de tonalités quasi rousseauistes, cet échange épistolaire montre bien que le voyage n'engage pas uniquement celui qui se met en route mais aussi les proches restés à la maison, et que, dans bien des cas, l'expérience du voyage n'est pas sans celle de la séparation, de l'absence des êtres qui vous sont proches (S. Chassagne). C'est déjà dire à quel point celui-ci peut susciter, chez ces voyageurs commerçants, et peu importe, cette fois, leur état civil, les sentiments d'ennui, voire de mélancolie, d'autant que l'activité itinérante n'est pas forcément de vocation mais qu'elle est, tout d'abord, une nécessité du travail (G. Bertrand). D'où, inversement, l'importance des distractions que ces voyageurs se payent le luxe de vivre, qu'il s'agisse des « curiosités » visitées en route ou des formes de sociabilité auxquelles ils s'adonnent, depuis les repas communs dans les auberges et la fréquentation des tavernes jusqu'aux soirées au théâtre ou à l'opéra. Activités qui, à leur tour, ne sont pas sans utilité pour l'avancement des affaires : elles peuvent créer ou récompenser des liens de fidélité ; elles peuvent servir à nouer ou à consolider les relations commerciales avec des clients ou partenaires (potentiels).

  • 46 Voir, à ce propos, la contribution d'Angela Orlandi.
  • 47 D. Roche, Humeurs vagabonds, op. cit., p. 287.

19Au-delà de ces derniers aspects, qui, à des variantes près, ont des chances d'être valables aussi à d'autres époques46, l'on saisit également les traits d'une culture spécifique de ces marchands de l'époque des Lumières, et non seulement parce qu'ils font partie intégrante de ce public bourgeois auquel s'ouvre alors le monde des spectacles. Les quelques récits de voyage rédigés par des commerçants laissent bien transparaître un goût pour le concret et l'utile qui diffère nettement des voyageurs nobles, adeptes du grand tour, et ils se rapprochent d'autant plus de l'esprit propagé par les philosophes (G. Bertrand). Dans la même veine, et bien au-delà des récits de voyage, les phénomènes religieux tiennent un rang fort marginal dans les témoignages, et pas seulement à propos de cet « espace laïcisé » que constituent les auberges (S. Rau et O. Zeller). C'est sans doute dans ces derniers éléments (esprit de l'utile, absence du religieux) bien plus que dans leur activité commerçante en tant que telle que la pratique de l'espace dont témoignent ces marchands reflète, à sa façon, les modifications que connaissent les conceptions théoriques de cette même dimension au cours du xviiie siècle (telles qu'on les retrouve chez les caméralistes allemands), celles d'un « espace structuré par la logique de la marchandise et, plus généralement, de l'économie47 ».

20Les récits de voyage du premier xvie siècle analysés par Luigi Monga montrent eux aussi un intérêt évident des auteurs pour toutes sortes de curiosités « touristiques » visitées en route, à tel point que les objets religieux eux-mêmes semblent envisagés, prioritairement, dans cette optique. Ceci étant, la contribution nous conduit pleinement dans les problématiques de la deuxième partie, partie consacrée aux possibles rapports que nouent commerce international et affaires religieuses. Or les commerçants voyageurs abordés par Monga témoignent d'une symbiose assez cordiale entre les deux sphères, tout imprégnés qu'ils sont, à l'instar d'un Nicolas Muffel, d'une piété bas-médiévale fortement investie dans le culte des saints ; voyage commercial et pèlerinage semblent ici parfaitement conciliables, même si l'on ne voit pas clairement dans quelle mesure cette conciliation est due à une volonté de récompenser les vicissitudes d'une activité « compromise » par ses aspects « usuriers ». En tout état de cause, les mêmes récits donnent les premiers signes de rapports plus conflictuels, les doutes qu'ils comportent quant à l'authenticité des corps saints visités, en particulier ceux conservés à Santiago de Compostelle et à Toulouse (les reliques de Saint Jacques y figurant, pour ainsi dire, en double exemplaire) renvoyant clairement, à l'heure où l'on est, aux critiques de tels cultes dressées par le mouvement protestant.

21Les conflits, en effet, ne se sont pas fait attendre, au cours du xvie siècle, la critique protestante ne menant pas seulement à une grave crise des pratiques de pèlerinage, mais causant aussi des problèmes sérieux au commerce international ; transgressant les frontières confessionnelles en voie de formation, les marchands étaient les premiers à être soupçonnés de faire circuler, avec leurs marchandises, les idées hérétiques. Les contributions qui suivent cherchent à analyser de plus près les conflits produits par cette constellation, en étant centrées, pour la plupart, sur les pays méditerranéens où les tribunaux de l'Inquisition, chargés de combattre l'hérésie, s'efforcèrent de freiner l'afflux des voyageurs ou, tout au moins, de contrôler méticuleusement les « bagages » qu'ils portaient avec eux. Cela dit, si les cas d'étrangers se déclarant commerçants et mis à mal par le Saint Office ne manquent pas (A. Burkardt), les échanges commerciaux n'étaient pas pour autant et partout compromis. En Italie, la situation variait beaucoup selon les différents États en jeu : parfois, certains commerçants protestants étaient malgré tout tolérés par privilège princier ; dans d'autres cas, comme dans le Milanais, des familles catholiques étrangères faisaient l'intermédiaire entre le territoire concerné et les commerçants transalpins protestants auxquels elles étaient apparentées (J. Zunckel).

22Cela dit, dans les cas où la présence de commerçants protestants était acceptée, la tolérance avait d'habitude, on s'en doute, des limites nettes, comme le montre le cas de la communauté anglaise de Livourne dont l'histoire religieuse équivaut à un combat de longue durée pour l'extension des libertés religieuses (présence d'un pasteur ; création d'un cimetière), combat dont les hauts et les bas, variant en fonction de la conjoncture politique, ne suivent pas intégralement une logique évolutive linéaire. Ce qui, en revanche, n'a pas empêché la communauté de connaître une stabilité religieuse assez ferme dans la fidélité de ses membres, les conversions au catholicisme ayant été extrêmement rares (S. Villani). Le phénomène s'observe également pour une autre aire géographique, le Portugal des xviie-xviiie siècles, mais non sans différenciations importantes ; en centrant l'analyse sur l'ensemble des conversions d'étrangers au catholicisme devant le tribunal inquisitorial d'Evora, M. Janin-Thivos constate, en effet, que si les commerçants sont tout à fait présents parmi ces convertis, le plus souvent l'abandon des anciennes croyances, qui n'est pas forcé parce que les marchands étrangers sont tolérés, à certaines conditions près, depuis 1647, se produit lorsque les marchands vivent de façon relativement isolée, c'est-à-dire loin d'une « nation » puissante ; la conversion offre ainsi la chance d'une meilleure intégration dans la communauté autochtone, et trouve assez souvent son terme dans la naturalisation.

23Dans ces derniers cas, les convictions religieuses semblent se révéler les plus stables là où elles renforcent la cohérence d'un groupe déjà uni par d'autres traits, en particulier les « nations » aux membres d'origine commune et fréquemment alliés, en outre, par les liens de parenté. Liens que les convertis, pour le bien être de leur commerce, souhaitent eux aussi conserver ; d'où, fréquemment, la tentative de dissimuler leur conversion aux parents et compatriotes d'origine. Si, dans ces cas, les rapports familiaux servent à rendre possibles les relations commerciales, tout en se rendant autonomes par rapport aux motivations religieuses, force est de constater qu'existe aussi l'inverse : en confirmation des craintes d'infiltration d'hérésie, telles que les nouaient les inquisiteurs, tout en les variant, le commerce pouvait servir à venir en appui des croyances persécutées, voire abandonnées (en apparence ou non). C'est ce que l'on aperçoit dans le cas des conversos en Espagne, ces nouveaux chrétiens d'origine juive que les marchands appartenant à la diaspora séfarade, restés fidèles au judaïsme et s'aventurant sur les terres de Philippe II et de ses successeurs, cherchent à entretenir dans leur ancienne croyance ou à reconvertir (N. Muchnik) ; mais c'est le cas également des protestants français qui, après la révocation de l'édit de Nantes, dans la clandestinité du désert, trouvent leur appui le plus évident dans les marchands calvinistes étrangers, apparentés ou non, qui continuent de parcourir la France, non concernés comme ils le sont, en principe, par la révocation (Y. Krumenacker).

  • 48 Pour l'héritage médiéval de ce fondement, familial et patriotique, des repères identitaires à l'ét (...)

24Dans l'ensemble de ces cas, les rapports entre intérêts commerciaux et convictions religieuses se montrent les plus variables, mais il est certain que celles-ci ne ressemblent guère à des attitudes figées ni à des dispositifs incontournables. Or la capacité de s'adapter aux circonstances était sans doute d'autant plus vigoureuse dans le monde des marchands que les convictions religieuses semblent concurrencées ici par tout un ensemble de valeurs parallèles. C'est la troisième partie de ce volume qui entend les explorer davantage. Une première référence de ce type est bien celle des liens familiaux, voire « patriotiques ». Or nous avons déjà vu que, bien souvent, ces derniers vont de pair avec une même identité religieuse, comme c'est le cas également de ce jeune Nicolas Woldt qui, au début du xviiie siècle, s'installe à Bordeaux dans le cadre d'une stratégie d'expansion de l'entreprise familiale de Lubeck en s'occupant sur place des échanges commerciaux entre le port de la Gironde et la ville natale, alors qu'à l'occasion, son frère cadet se fait l'intermédiaire « ambulant » entre les deux places ; tous les membres de la famille restent, semble-t-il, attachés aux croyances protestantes (P. Voss). Une impression analogue ressort des testaments laissés, à la fin du xvie siècle, par les marchands florentins expatriés (P-F. Brau). Appartenant aux « nations » florentines installées dans les différents centres du commerce international, ces hommes restent eux aussi, normalement, attachés à leurs anciennes croyances, mais il est vrai que ce comportement est favorisé ici par les enjeux patrimoniaux, les testaments servant à s'assurer d'un héritage lointain, dans la ville natale, et dont la récupération serait exclue dans le cas d'un abandon des convictions religieuses de la patrie ; aussi les conversions, que l'on devine parfois derrière certaines formules, ne sont-elles jamais avouées ouvertement. Là encore, les liens patriotiques et parentaux semblent donc constituer le poids lourd des « héritages », d'autant qu'ils sont « appuyés » par des intérêts matériels évidents ; héritages qui, dans d'autres cas, on l'a vu précédemment, continuent à être fonctionnels, dans la pratique des relations commerciales, même là où les identités religieuses ne sont plus les mêmes48.

  • 49 Voir, en outre, les contributions de François Bayard, Gilles Berrrand er Rira Mazzei.

25Le cas de Giovambattista Botti, marchand florentin lui aussi, ne trahit qu'en apparence les attitudes de ce type. Séjournant à Lyon entre 1555 et 1561, il quitte la ville au début des guerres de religion (A. Orlandi). Or Botti n'a pas la moindre sympathie pour la cause des réformés mais plus encore son aversion concerne les troubles eux-mêmes que suscitent les dissensions religieuses en gênant ainsi le bon déroulement des affaires humaines, à commencer par le commerce. Nous voilà devant une autre attitude, récurrente, de ces marchands, l'opposition aux conflits guerriers qui bloquent les échanges commerciaux49. Les choses vont plus loin, toutefois, en ce qui concerne les questions religieuses. En effet, condamner les conflits violents dans ce domaine pouvait certes aller de pair avec un simple refus des « nouveautés », comme c'était sans doute le cas de Giovambattista Botti ; mais tout aussi envisageables étaient des attitudes de tolérance, voire qui dépassaient les frontières religieuses en vertu d'identités « multiculturelles ». Naturellement, de telles « biotopes » étaient les plus probables là où le bien être du commerce dictait les règles du jeu politique, comme par exemple à Dantzig, au début du xviie siècle, où les inventaires après décès témoignent, pour bien des marchands individuels, d'un mélange des cultures tout à fait considérable qui peut concerner la mode, mais aussi la religion, ainsi que le montrent en particulier les livres en possession des commerçants décédés (M.-L. Pelus-Kaplan).

26On a affaire à une situation assez semblable à Trieste, presque tout au long de la période moderne, où l'on retrouve, tout d'abord, la priorité des valeurs patriotiques et familiales, mais qui est accompagnée ici, avec une netteté presque surprenante, d'une soumission des convictions religieuses aux impératifs de la cohésion sociale et du bien être de l'État. Dans la pratique, la ville se distingue, en effet, par la cohabitation globalement pacifique de tout un ensemble de groupes aux orientations ethniques et religieuses divergentes, ce qui va de pair avec des attitudes qui, frôlant parfois l'idée que le salut se trouve dans toutes les religions, s'accordent sur un idéal d'honnêteté parfaitement adapté aux exigences de l'échange commercial parce que relevant de cette pratique elle-même et « autonomisé » par rapport aux orientations religieuses (G. Paolin). Est-il encore surprenant de voir, déjà à la fin du xve siècle, mais au sein d'un État proche dans ses conceptions politiques autant que du point de vue géographique (la république de Venise), Ambrogio Contarini, marchand et ambassadeur de la cité des Doges, découvrant des civilisations tout autres — les terres de la Perse —, dont il peut certes souligner parfois l'étrangeté sauvage mais dont il apprécie aussi bien des attraits tout en montrant le plus grand respect devant l'altérité des croyances (A. Olivieri) ? C'est que le voyage est ici, aux débuts de la modernité, exaltation de l'expérience - le terme lui-même apparaît à maintes reprises dans le récit laissé par Contarini —, emblème d'une ouverture d'esprit et d'une curiosité que l'on retrouve, dans un tout autre domaine, celui des « sciences occultes », chez les marchands italiens siégeant, dans la première moitié du xviie siècle, en terres transalpines, en particulier à Nuremberg et à Cracovie ; le cosmopolitisme de ces commerçants va alors de pair avec la fréquentation et l'appui de certains des plus grands intellectuels de l'époque, quoique pas forcément des plus orthodoxes... (R. Mazzei.)

27Les valeurs parallèles que l'on rencontre dans le monde des marchands ne paraissent, à bien des égards, qu'une fonction de leur « vocation » à circuler entre les frontières. Mais ces mêmes valeurs ne garantissaient pas pour autant une compréhension sans faille avec les populations autochtones, les commerçants étant par leur mobilité même opposés à celles-ci. Dans ce cadre, les croyances n'étaient pas le seul terrain de conflits potentiels. Même à une époque où les tensions religieuses allaient en s'affaiblissant, comme on le voit au xviiie siècle, les mésententes ne cessaient donc pas, l'enjeu restant celui (des degrés) de l'acceptation ou de l'exclusion de celui qui se distinguait par son altérité, de l'étranger. Le problème se posait en particulier à propos de l'intégration des communautés ou « nations » implantées dans les sociétés d'accueil, sujet de la dernière partie du volume. Là encore, les contributions témoignent d'une diversité des constellations tout à fait considérable. A Venise, la communauté grecque dépasse largement les seuls marchands qui, en revanche, se trouvent à la tête de la « nation », la scuola, cette sorte de lobby qui sert à défendre les intérêts du groupe. Celui-ci détient en effet des privilèges importants (dont la liberté du culte) mais garde aussi, tout au long de l'époque moderne, un statut ambigu. Intermédiaires indispensables au sein d'un empire vénitien centré sur le côté est de la Méditerranée, les Grecs sont bien « internes » à la cité tout en restant à ses marges (M. Grenet).

28Les choses ne vont pas très différemment, somme toute, pour les étrangers à proprement parler, comme ce Jacob Strycker, négociant hollandais qui cherchera en vain, tout au long de sa vie, malgré ses richesses et sa conversion au catholicisme, à s'intégrer de façon statutaire dans la société vénitienne. Le patriciat tout autant que le simple statut de citoyen lui restent inaccessibles, la société vénitienne mobilisant des résistances assez fermes face à une rapide et complète intégration des riches marchands « forestieri » dans l'élite autochtone (A. Cowan). Cela dit, à Venise un homme comme Strycker pouvait mener, malgré tout, une vie parfaitement honorable alors que, dans d'autres États de la péninsule, il arrivait que les commerçants étrangers détiennent un statut bien plus fragile à l'heure même où ils étaient en principe tolérés par les autorités étatiques. Dans le Piémont de la première moitié du xviiie siècle, ils subissent une discrimination assez nette, visible à travers la pratique du droit d'aubaine ; celui-ci excluait, en effet, dans ses versions endurcies des années 1720-1740, les commerçants étrangers du droit de succession ; traitement dont les principaux meneurs du jeu n'étaient pas les dirigeants de l'État mais les marchands autochtones cherchant à écarter, par ce biais, une concurrence pesante dans la situation de crise qui marque alors le métier. Il est vrai que, parmi les critères d'exclusion, l'appartenance religieuse tient un rang éminent mais cela, et voilà le fait remarquable, en tant que garant des origines autochtones bien plutôt, semble-t-il, qu'en défense de la juste foi (S. Cerutti). Il reste que, dans ce dernier cas non moins que dans la plupart des autres, les discriminations des commerçants étrangers trouvaient leur dénominateur commun dans la volonté de limiter l'intégration de ces derniers dans les sociétés d'accueil. En ceci, la situation que présente la Toscane sous le gouvernement des Lorraine offre une exception tout à fait originale. Là encore, en effet, les marchands étrangers, et notamment ceux du port franc de Livourne, ne jouissent guère d'une image favorable. Néanmoins, les dépréciations qui émanent, tout au long du siècle, du gouvernement lui-même déplorent le manque de « sens civique » de ces négociants, leur peu d'intérêt pour le pays, leur contribution limitée à l'utilité publique, en d'autres termes leur intégration non aboutie... (S. Fettah.)

29Même si cette critique témoigne d'un « durcissement du sentiment d'appartenance » du côté des institutions sur place, elle rappelle également que les degrés d'intégration ne dépendent pas uniquement de l'accueil que donnent aux étrangers les populations autochtones mais aussi de la volonté de ces derniers de « prendre racine ». Volonté qui, bien entendu, peut s'articuler de façon assez diversifiée à l'intérieur d'une même communauté. Ce que montre, en guise de conclusion, de ce point de vue, l'exemple de la colonie française de Cadix entre la fin du xviiie siècle et le début du xixe. Celle-ci connaît, face à la crise révolutionnaire, un déclin incontestable, mais tous les Français ne quittent pas pour autant le pays ; se dégage, en effet, toute une palette de réactions entre le départ pur et simple et une naturalisation qui, d'habitude, est loin, toutefois, de signifier rupture totale avec les origines propres (A. Bartholoméi).

30Les contributions de ce volume ont eu pour point de départ le colloque international au titre identique qui s'est tenu, du 27 au 29 mars 2004, à l'École normale supérieure-Lettres, sciences humaines de Lyon. À l'heure de la publication, il convient de rappeler, et de remercier chaleureusement, les institutions et les personnes qui ont rendu possible l'entreprise. Celle-ci a été le fruit d'une collaboration remarquable entre tout un ensemble d'institutions du monde scientifique, en particulier le Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA), UMR 5190, avec ses équipes Religions, Sociétés et Acculturations (RESEA) et Villes et sociétés urbaines ; le Centre de recherches en histoire et histoire de l'art sur l'Italie et les pays alpins (CRHIPA), Université Pierre Mendès France, Grenoble 2 ; l'UMR 6570 — Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée (TELEMME), Université de Provence ; le Centre d'histoire sociale et culturelle de l'Occident, xiie-xviiie siècles (CHSCO), Université Paris X, Nanterre ; le Centre interdisciplinaire d'études et de recherche sur l'Allemagne (CIERA). Le colloque a bénéficié du soutien financier de l'Université Lumière Lyon 2, l'université Jean Moulin Lyon 3, l'École normale supérieure de Lyon-Lettres, Sciences humaines, et l'École française de Rome ; l'édition a été généreusement subventionnée par le CRHIPA, RESEA, le SHADYC (CNRS - EHESS, Marseille) et le conseil régional Rhône Alpes.

31Le projet n'aurait pas pu se réaliser sans la collaboration étroite et amicale d'Anna Bellavitis (CHSCO, Paris X-Nanterre), Guillaume Garner (ENS-LSH), Wolfgang Kaiser (TELEMME-Aix-Marseille I, désormais Paris I), membres du conseil scientifique du colloque au même titre que Gilles Bertrand (CRHIPA, Grenoble II) et Yves Krumenacher (RESEA, Lyon 3) qui, de plus, ont collaboré à l'édition de ce volume, y comprise la relecture critique de l'introduction. Gérard Gayot (Lille III) a été un discutant infatigable à l'heure du colloque. L'auteur de ces lignes doit beaucoup aux discussions avec l'ami Peter Schmidt.

32Pierre Jeannin, historien éminent du commerce à l'époque moderne, et non en dernier lieu dans ses aspects culturels, spiritus rector de bien des intervenants, est mort quelques jours avant le colloque ; quelques semaines après est décédé Luigi Monga, grand spécialiste de l'histoire du voyage, présent à Lyon, qui nous a enchanté par sa science, son ouverture d'esprit et sa chaleur humaine. Ce volume est dédié à la mémoire de ces deux historiens d'exception.

Notes

1 Cf. Nicolaus Muffels Beschreibung der Stadt Rom, éd. Wilhelm Vogt, Stuttgart, Literarischer Verein, 1876 ; pour l'utilisation de la source, voir, à titre d'exemple, Gerd Tellenbach, « Glauben und Sehen im Romerlebnis dreier Deutscher des 15. Jahrhunderts », in Erwin Gatz (éd.), Römische Kurie. Kirchliche Finanzen. Vatikanisches Archiv. Studien zu Ehren von Hermann Hoberg, Miscellanea Historiae Pontificiae 45/46, vol. II, Rome, Univ. Gregoriana Ed, 1979, p. 883-895 ; Arnold Esch, « Antiken-Wahrnehmung in Reiseberichten des 15. und 16. Jahrhunderts », in Rainer Babel (éd.), Grand Tour. Adeliges Reisen und europäische Kultur vom 14.-18. Jahrhundert, Akren der internationalen Kolloquien in der Villa Vigoni 1999 und im Deutschen Historischen Institut Paris 2000, Ostfildern, Thorbecke, 2005, p. 115-127 ; quant aux témoignages concernant les ruines de l'antiquité, le recours au texte de Muffel a été facilité par son édition parrielle dans le monumenral Codice topografico della città di Roma, Roberto Valentini & Giuseppe Zucchetti (éd.), vol. IV, Rome, Tipografia del Senato, 1953, p. 351-373.

2 Pour le grand tour (l'expression elle-même ne se trouve qu'à partir du xviie siècle), voir Antonio Brilli, Quando viaggiare era un'arte, Bologna, Il Mulino, 1995 ; R. Babel, Grand Tour, op. cit., ainsi que le récent bilan de recherche de Jean Boutier, « Le grand tour : une pratique d'éducation des noblesses européennes (xvie-xviiie siècles) », in Association des historiens modernistes des universités (éd.), Le voyage à l'époque moderne, Paris, PUPS, 2004, p. 7-21.

3 Cf. Pierre Monnet, « Ville réelle et ville idéale à la fin du Moyen Âge : une géographie au prisme des témoignages autobiographiques allemands », Annales HSS, mai-juin 2001, p. 591-621, ici p. 612.

4 Cf. Nine Robijntje Miedema, Die « Mirabilia Romae ». Untersuchungen zu ihrer Überlieferung mit Edition der deutschen und niederländischen Texte, Tübingen, Niemeyer, 1996.

5 Sur l'utilisation de telles sources pour la Rome du xve siècle, voir Arnold Esch, « Rom in der Renaissance. Seine Quellenlage als methodisches Problem », Historische Zeitschrift, 261 (1995), p. 337-364, en particulier p. 354-356 ; pour un autre exemple, voir le journal de Lucas Rem, facteur des Welser présent à Rome en 1509, cf. B. Greiff (éd.), Tagebuch des Lucas Rem aus den Jahren 1494-1541. Ein Beitrag zur Handelsgeschichte der Stadt Augsburg, Augsburg, Hartmann, 1861 ; pour une rapide caractérisation du voyage romain, voir Martina Haggenmüller, Als Pilger nach Rom. Studien zur Romwallfahrt aus der Diözese Augsburg von den Anfängen bis 1900, Augsburg, AV-Verlag, 1993, p. 87.

6 Pour la typologie des voyageurs à l'époque moderne, voir Antoni Maczak, Viaggi e viaggiatori nell'Europa moderna, Rome et Bari, Laterza, deuxième édition, 1994, ainsi qu'en dernier lieu Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l'utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003.

7 Voir, à titre d'exemple, le chef d'œuvre de Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle : Lyon et ses marchands (environs de 1520 environs de 1580), Paris, Mouton, 1971, et, en synthèse, Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, vol. II : Les jeux de l'échange, Paris, Armand Colin, 1979, p. 204-231.

8 À la vérité, des connexions de ce type sont nettes même dans le cas de Muffel : le récit de voyage fut rédigé dans le contexte des reproches de corruption auxquelles l'auteur se voyait confronter quelques années après le séjour romain, le texte ayant ainsi la fonction de souligner l'honnêteté des conduites du patricien... (cf. P. Monnet, « Ville réelle et ville idéale », art. cité).

9 Carlo M. Cipolla, Introduzione allo studio della storia economica, Bologne, Il Mulino, deuxième édition, 1993, p. 20-21 : Per spiegare ilfunzionamento e la performance di una data economica, lo storico economico deve prendere in considerazione [...] tutti i fattori in gioco [...]deve includere nella sua analisi le istituzioni giuridiche, le strutture sociali, le caratteristiche culturali, le istituzioni politiche [...]. Deve tener conto delle condizioni geografiche [...] delle variazioni climatiche [...] delle condizioni biologiche delle popolazioni umane [...] non può trascurare neppure tutte le altre più minute variabili et gli accidenti, razionali e irrazionali, previdibili e imprevidibili [...] fosse anche il mal di pancia che impedì ad un uomo d'affari di condurre in porto una certa operazione finanziaria, lo scoppio imprevisto e imprevedibile di una epidemia, lo scoppio di una guerra, l'azione erratica [...] di un fanatico capo medio-orientale nel sabotare rifornimenti petroliferi. [...] Per lui tutto fa parte integrante di una complessa realtà e quelli che per l'economista possono essere elementi di disturbo per lo storico sono il sale che determina la peculiare specificità di quella data e irripetibile situazione storica.

10 Pour ces positions, voir Hartmut Berghoff et Jacob Vogel (éd.), Wirtschaftsgeschichte als Kulturgeschichte. Dimensionen eines Perspektivenwechsels, Francfort s. le Main, Campus, 2004, en particulier l'introduction des éditeurs ainsi que la contribution de Jacob Tanner.

11 Cf. CM. Cipolla, « Il ruolo délie spezie (e del pepe in parricolare) nello sviluppo economico del Medioevo », in Id., Allegro ma non troppo, Bologne, Il Mulino, 1988, p. 11-40.

12 Des tendances contredisant cette optique n'ont évolué que tardivement, en dehors de l'histoire religieuse traditionnelle, notamment au sein des Annales ; on pensera en particulier aux travaux fondateurs de Jacques Le Goff (cf. « Au Moyen Âge : temps de l'Église et temps du marchand », Annales ESC, 1960, p. 417-433 ; Id., La bourse et la vie : économie et religion au Moyen Age, Paris, Hachette, 1986) ; travaux qui ont trouvé leur prolongation, par exemple, plus récemment et en ce qui concerne l'époque moderne, chez Bartolomé Clavero, La grâce du don. Anthropologie catholique de l'économie moderne, Paris, Albin Michel, 1996. On peut également citer, bien que cela concerne surtout les questions financières, deux ouvrages collectifs : Marcel Pacaut & Olivier Fatio (éd.), L'Hostie et le denier, les finances ecclésiastiques, du Haut Moyen Âge à l'époque moderne, Genève, Labor & Fides, 1991, et Michel Aubrun, Gabriel Audisio, Bernard Dompnier & André Gueslin, (éd.), Entre idéal et réalité. Actes du colloque international d'Histoire « Finances et religion », Clermont-Ferrand, Publications de l'Institut d'Études du Massif Central, 1994.

13 Ernest Labrousse, « Introduction », in Id., éd., Histoire sociale - sources et méthodes, Paris, Éditions de l'École normale supérieure, 1967, p. 1-5, ici p. 5 ; pour le « paradigme labroussien » er sa critique, voir Antoine Prost, Douze leçon sur l'histoire, Paris, Seuil, 1996, p. 219-236.

14 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, vol. II : Destins collectifs et mouvements d'ensemble, Paris, Armand Colin, neuvième édition, 1990, p. 506.

15 Cf. Michel Vovelle, « Histoire des mentalités, histoire des résistances, ou les prisons de la longue durée », in Id., Idéologies et mentalité !., Paris, Gallimard, 1982, p. 246-271.

16 Cf. Roger Chartier, Au bord de la falaise. L'histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, 1998, p. 27-66 (« Histoire intellectuelle et histoire des mentalités ») et p. 67-86 (« Le monde comme représentation »).

17 Voir, outre les articles cités de Roger Chartier, les différentes contributions de Krzysztof Pomian in Id., Sur l'histoire, Paris, Gallimard, 1999.

18 Quant aux connexions avec l'histoire du commerce, et outre les études menées dans le champs de l'histoire religieuse (voir supra, n. 12), se sont révélées particulièrement fructueuses les travaux consacrés à l'histoire de la consommation et des goûts alimentaires ; voit en particulier Sidney W. Mintz, Sweetness and power. The place of sugar in modem history, New York, Penguin, 1986 ; Jean Meyer, Histoire du sucre, Paris, Desjonquères, 1989 ; Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement (xviie-xviiie siècle), Paris, Fayard, 1991 ;.ID., Histoire des choses banales : naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (xviie-xixe siècle), Paris, Fayard, 1999.

19 Voir infra, ainsi que l'étude exemplaire de Rita Mazzei, Itinera mercatorum. Circolazione di uomini e beni nell'Europa centro-orientale : 1550-1650, Lucca, Pacini Fazzi, 1999.

20 Daniel Roche, « Introduction », in Franco Angiolini, Daniel Roche (éd.), Cultures et formations négociantes dans l'Europe moderne, Paris, Éditions de l'EHESS, 1995, p. 11-24, ici p. 14.

21 Cf. F. Angiolini & D. Roche, Cultures et formations négociantes, op. cit. ; le statut « avant-gardiste » de l'ouvrage est souligné pat Anthony Molho et Diogo Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l'époque moderne », Annales HSS, 58 (2003), p. 569-579, ici p. 571 (n. 6). À la vérité, il faut associer ce livre à tout un ensemble de travaux plus ou moins contemporains, regroupé autour de l'entreprise d'inventarisation des manuels pour marchands ; cf. Jochen Hoock & Pierre Jeannin (éd.), Ars mercatoria. Manuels et traités à l'usage des marchands, 1480-1820, vol. 1 : 1470-1600, Paderborn, Schöningh, 1991 ; vol. 2 : 1600-1700, Paderborn, Schöningh, 1993 ; J. Hoock, P. Jeannin & Wolfgang Kaiser (éd.), Ars mercatoria. Manuels et traités à l'usage des marchands, 1480-1820, vol. 3 : Analyses, 1470-1700, Paderborn, Schöningh, 2001 ; voir également les études de Pierre Jeannin consacrées à la culture des marchands, rassemblées dans Id., Marchands d'Europe. Pratiques et savoirs à l'époque moderne, Jochen Hoock & Marie-Louise Pelus-Kaplan (éd.), Paris, Éd. Rue d'Ulm, 2002.

22 S'ajoute une dernière partie composée de contributions assez hétérogènes (« Le négociant : information et représentations »).

23 On avoue volontiers les limites de cette caractérisation, quelques contributions de la troisième section abordant voyages, visites de foires et séjours dans les comptoirs en tant que pratiques qui faisaient partie intégrante de l'apprentissage du négociant ; voir en particulier Giorgio Doria, « Comptoirs, foires de changes et places étrangères : les lieux d'apprentissage des nobles de Gênes, entre Moyen Âge et âge baroque » (p. 321-347), et Paul Butel, « Espaces européens et antillais du négociant. L'apprentissage par les voyages ; le cas bordelais » (p. 349-361).

24 Voir la récente discussion de cette matière par A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands », art. cité, p. 571-572.

25 F. Braudel, La Méditerranée, vol. II, op. cit., p. 488.

26 Ibid., p. 486.

27 Ibid., p. 492 et 499.

28 Pour une esquisse des enjeux de recherches consacrées aux tranferts culturels, voir Peter Burke, « Kultureller Ausrauch », in Id., Kultureller Austauch, Francfort s. le Main, Suhrkamp, 2000, p. 9-40 (la publication allemande constitue l'édition originale).

29 Voir la problématisation de ces études par A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands », art. cité, ainsi que les autres contributions à ce sujet (ibid., p. 567-672).

30 Cf. la somme de Philip D. Curtin, Cross-cultural trade in world history, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 1984 ; pour le rôle d'intermédiaire des commerçants juifs et arméniens, voit également la rapide synthèse de F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, op. cit., p. 167-183. Ajoutons que ces études reprenaient à leur tour des réflexions plus anciennes sur les réseaux de négociants protestants, dans le cadre de la discussion de la thèse de Max Weber sur les affinités entre protestantisme et capitalisme ; cf. Herbert Lüthy, La Banque protestante en France, de la révocation de l'Édit de Nantes à la Révolution, Paris, SEVPEN, 1959-1961 ; Id., Le Passé présent, Monaco, Éditions du Rocher, 1965 ; Hugh R. Trevor-Roper, De la Réforme aux Lumières, Paris, Gallimard, 1972. Sur la controverse post-weberienne, Philippe Besnard, Protestantisme et capitalime, Paris, Armand Colin, 1970 ; Hartmur Lehmann, Max Webers « Protestantische Ethik ». Beiträge aus der Sicht eines Historikers, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht, 1996 ; Id. et Günther Roth (éd.), Weber's protestant ethic : origins, evidence, contexts, Cambridge et al., Cambridge University Press, 1995.

31 Cf. Francesca Trivellato, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, Hindous de Goa. Réseaux marchands et échanges interculturels à l'époque moderne », Annales HSS, 58 (2003), p. 581-603.

32 Il suffit de renvoyer ici aux synthèses désormais classiques de F. Braudel (Civilisation matérielle, économie et capitalisme, op. cit.), Carlo M. Cipolla, Before the industrial révolution. European Society and economy, 1000-1700, London : Merhuen, 1976, et Peter Kriedte, Spätfeudalismus und Handelskapital. Grundlinien der europäischen Wirtschaftsgeschichte vom 16. bis zum Ausgang des 18. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1980.

33 Nous nous limitons, dans cette évocation rapide, à quelques traits touchant de près la mobilité marchande.

34 Cf. A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands », art. cité, p. 577 ; Louis M. Cullen, « The evolution of mercantile cultures and values in Western Europe in the seventeenth and eighteenth centuries. The changing status of merchants », in Fiere e mercati nella integrazione delle economie europee secc. xiii-xviii. Atti della « Trentaduesima Settimana di Studi », 8-12 magio 2000 [...], éd. Simonetta Cavaciocchi, Istituto Internazionale di Storia Economica « e Datini », Prato, Serie II — Atti delle « Settimane di Studi » e altri Convegni 32, Florence, Le Monnier, 2001, p. 1001-1038.

35 Cf. D. Roche, Humeurs vagabondes, op. cit., p. 286-289.

36 Ibid, p. 289.

37 Cf. Jacques Bottin (éd.), Les étrangers dans la ville : minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l'époque moderne, Paris, Ed. de la Maison des Sciences de l'Homme, 1999 ; Donarella Calabi & Paola Lanaro (éd.), La città italiana e i luoghi degli stranieri, xiv-xviii secolo, Roma et Bari, Laterza, 1998.

38 Les travaux dans ce domaine sont légion ; voir, pour l'une des premières tentatives de synthèse, Urs Bitterli, Die « Wilden » und die « Zivilisierten » : Grundzüge einer Geistes-und Kulturgeschichte der europäisch-überseeis-chen Begegnung, Munich, Beck, 1976 ; pour une étude exemplaire analysant, dans leur connexion, réseaux marchands et croyances religieuses, voir Nathan Wachtel, La foi du souvenir : labyrinthes marranes, Paris, Seuil, 2001.

39 Les tentatives de répression du pèlerinage au sein de l'Europe catholique même témoignent de ces tendances de façon exemplaire ; voir sur ce point Dominique Julia, « Pour une géographie européenne du pèlerinage à l'époque moderne et contemporaine », in Id. er Philippe Boutry, (éd.), Pèlerins et pèlerinages dans l'Europe moderne. Bibliothèque de l'École française de Rome 262, Rome, 2000, p. 3-126.

40 Nous empruntons la formule cirée à Jean Delumeau, Naissance et affirmation de la Réforme, Nouvelle Clio, 8e éd., Paris, Seuil, 1997. Pour le fonds, voir les travaux consacrés au phénomène de la « confessionnalisation », à commencer par ceux, désormais classiques, de Wolfgang Reinhard, « Gegenreformation als Modernisierung ? Prolegomena zu einer Théorie des konfessionellen Zeitalters », Archiv für Reformationsgeschichte, 68 (1977), p. 226-252 ; Id., « Zwang zur Konfessionalisierung ? Prolegomena zu einer Theorie des konfessionellen Zeitalters », Zeitschrift für HistorischeForschung, 10 (1983), p. 257-277.

41 Voir, pour le combat des dangers d'importation de la peste, combat fort gênant, occasionnellement, pour le déroulement du commerce, Carlo M. Cipolla, Contro un nemico invisibile : epidemie e strutture sanitarie nell'Italia del Rinascimento, Bologne, Il Mulino, 1986 (trad. franc. : Contre un ennemi invisible. Épidémies et structures sanitaires en Italie de la Renaissance au xviie siècle, Paris, Balland, 1992).

42 Peter Schmidt, « L'Inquisizione e gli stranieri », in L'Inquisizione e gli storici : un cantiere aperto. Tavola rotonda nell'ambito della conferenza annuale della ricerca (Accademia Nazionale dei Lincei Roma, 24-25 giugno 1999), Rome, Accademia Nazionale dei Lincei, 2000, p. 365-372 ; Id., « Fernhandel und römische Inquisition. "Interkonfessionelles Management" im konfessionellen Zeitaltet », in Huberr Wolf, éd., Inquisition, Index, Zensur. Wissenskulturen der Neuzeit im Widerstreit, Paderborn et al., Schoeningh, 2001, p. 105-120 ; voir également L. M. E. Shaw, Trade, Inquisition and the English nation in Portugal 1650-1690, Manchester, Carcanet Press, 1989.

43 F. Trivellato, « Juifs de Livourne », art. cité, p. 584.

44 Cf., pour une ébauche du processus global, Michel de Certeau, « La formalité des pratiques. Du système religieux à l'éthique des Lumières (xviie-xviiie siècles) », in Id., L'écriture de l'histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 153-212.

45 Pierre Jeannin, « La profession de négociant entre le xvie et le xviiie siècle », in Id, Marchands d'Europe, op. cit., p. 281-308, pour la citation p. 286 ; voir également, à ce propos, les considérations de Rita Mazzei, « I mercanti e la scrittura. Alcune considerazioni a proposito degli Italiani in Polonia tra Cinque e Seicento », in Gaetano Platania (éd.), La cultura latina, italiana, francese nell'Europa centro-orientale, CESPoM 9, p. 93-122.

46 Voir, à ce propos, la contribution d'Angela Orlandi.

47 D. Roche, Humeurs vagabonds, op. cit., p. 287.

48 Pour l'héritage médiéval de ce fondement, familial et patriotique, des repères identitaires à l'étranger, voir, Arnold Esch, « Viele Loyalitäten, eine Identität. Italienische Kaufmannskolonien im spätmittelalterlichen Europa », Historische Zeittchrift, 254 (1992), p. 581-608.

49 Voir, en outre, les contributions de François Bayard, Gilles Berrrand er Rira Mazzei.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540