Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tanguy Prigent

 | 
Christian Bougeard

Première partie. Formation et ascension d'un paysan du Trégor (1909-1936)

Chapitre IV. Un cursus honorum en accéléré (1934-1936)

Texte intégral

1Au début des années 1930, Tanguy Prigent s’immerge dans l’action militante, liant action sur le terrain du syndicalisme agricole et intervention politique. Des luttes contre les ventes-saisies, le militant socialiste va naturellement passer aux élections locales. Cette grande activité militante et un rayonnement croissant conduisent rapidement le jeune homme à se frotter à la légitimité du suffrage universel en se présentant en octobre 1934 aux élections cantonales dans son canton de Lanmeur, puis dans la foulée aux élections municipales dans sa commune de Saint-Jean-du-Doigt en 1935. Et en mai 1936, il devient à 27 ans le plus jeune député de France, élu sous l’égide du Front populaire, en bousculant des notables locaux qui se réclament de la gauche radicale. Cette capacité à brûler les étapes mérite d’être retracée car pendant plus de trente ans Tanguy Prigent va « régner » sur son fief trégorrois.

Le « paôt saout Sant-Yann-ar-Biz1 » à l’assaut des notables radicaux

  • 1 « Le gardien de vaches de Saint-Jean-du-Doigt » sobriquet méprisant d’abord employé par ses advers (...)
  • 2 Mireille Prigent, Ti Kaled, op. cit., p. 296-297.
  • 3 ADF 1 M 230. Mouvements paysans 1924-1939, cité par Yves Le Thoër, Tanguy Prigent (1929-1944). Un (...)
  • 4 Le cultivateur Thomas Parc est le candidat socialiste au conseil d’arrondissement contre le cultiv (...)
  • 5 Témoignage de Gérard Morvan recueilli par Yves Le Thoër en février 1990.

2Dans son autobiographie, Tanguy Prigent laisse entendre qu’il ne souhaitait pas se présenter aux élections cantonales d’octobre 1934 s’estimant trop jeune : « Je passai plusieurs soirées à tenter de convaincre Louis Thomas, cultivateur à Plouézoc’h, plus âgé que moi et très estimé dans la région, d’être candidat. Il refusa2. » Les autorités préfectorales donnent un autre son de cloche. Le militant de Saint-Jean-du-Doigt apparaît très tôt comme le meilleur candidat du parti socialiste, même s’il n’aura pas encore ses 25 ans révolus, âge exigé pour être éligible, à la date du scrutin. Le 1er mars 1934, le sous-préfet de Morlaix écrit en effet : « M. Tanguy Prigent est un militant socialiste très actif, fils d’un conseiller municipal de Saint-Jean-du-Doigt, certains voient en lui un candidat possible lors des prochaines élections3. » Ses qualités de tribun, sa notoriété croissante, l’amitié et l’appui du secrétaire fédéral du parti Guy Le Normand font de ce fils du pays un candidat tout désigné. C’est ce qui advient d’ailleurs officiellement le 3 septembre 1934 « à l’unanimité et par acclamation » selon le sous-préfet4. Son immersion totale dans le milieu rural et son aura vont faire merveille lors de sa première campagne électorale car le jeune homme n’a pas froid aux yeux. Selon le témoignage de Gérard Morvan, Tanguy Prigent fait une grosse impression sur ses auditoires en sachant jouer de ses atouts, de son dynamisme voire de son charme : « Il faisait sensation, tout d’abord parce qu’il était un jeune paysan qui faisait plus jeune qu’il ne l’était en réalité, d’ailleurs. Il avait l’air d’un premier communiant, je ne dirais pas grandi car il n’était pas grand (environ 1,65 m), mais c’était un joli garçon, très souriant, très avenant et puis un jeune paysan qui s’exprimait ainsi parmi tous les autres leaders départementaux et régionaux, c’était vraiment une découverte5. » L’ancien élève de la communale qui a beaucoup lu et beaucoup appris par lui-même sait aussi s’adapter à son auditoire rural et bretonnant : « Il parlait le breton d’une façon aussi parfaite que le français (il y tenait), faisait ses réunions en breton, rencontrait les paysans, “ses frères” comme il disait, en leur parlant breton presque constamment et il était aussi très au courant de leurs revendications et de leur situation. »

  • 6 Jean-Charles Floch, Les Républicains démocrates du Finistère (1911-1940), maîtrise d’histoire, UBO (...)

3Mais pour son coup d’essai électoral, Tanguy Prigent doit affronter un grand notable radical, le Dr Yves Guillemot, enraciné de longue date dans le canton, conseiller général (1910) et maire de Lanmeur (1912), et de surcroît sénateur du Finistère depuis 1927. Oubliant les rudes affrontements des campagnes électorales de 1934 et de 1935, à la fin de sa vie Tanguy Prigent rendait hommage à son adversaire : « homme très estimable et excellent médecin » qui l’avait mis au monde ainsi que son frère et sa sœur. La droite présente elle aussi un candidat, Olivier Berthou, transfuge de la démocratie chrétienne. La fédération des républicains démocrates du Finistère (FRDF), créée avant la Première Guerre mondiale (en 1911), est issue de deux courants : les anciens militants du Sillon et la mouvance catholique sociale et démocrate chrétienne représentée au tournant du siècle par le comte Albert de Mun6. Ce mouvement s’est fondu en 1924-1925 dans le parti démocrate populaire (PDP) qui en Bretagne est lié au quotidien régional rennais L’Ouest-Éclair. Malgré son recul de 1932 face à la poussée radicale, le PDP conserve deux députés solidement enracinés dans le Léon, avec l’avocat Paul Simon, député de Brest 2 depuis 1913 et Pierre Trémintin, à Morlaix 2 depuis 1924, deux anciens militants du Sillon. Olivier Berthou a été un cadre important du PDP dont il a été jusqu’en 1932 rédacteur en chef de l’hebdomadaire départemental, Le Petit Breton. En 1934, « candidat de concentration républicaine » à Lanmeur, il bénéficie de l’appui de toutes les droites catholiques, conservatrice et démocrate chrétienne. Mais la droite est ici dans le petit Trégor en terre de mission et c’est le combat entre la gauche modérée et la SFIO, mais surtout entre deux personnalités opposées, le vieux notable et le jeune militant paysan, qui risque de faire l’événement quelques mois après le choc des émeutes parisiennes du 6 février 1934.

La campagne électorale dynamique du « candidat paysan socialiste7 »

  • 7 Affiche électorale de Tanguy Prigent, octobre 1934.
  • 8 Le Breton socialiste, 28 juillet 1934.

4Prenant soin de cultiver dans ses articles du Breton Socialiste et dans sa propagande électorale, son image de paysan, Tanguy Prigent ouvre le 28 juillet 1934, les hostilités contre les notables radicaux-socialistes en dénonçant une sorte de magouille et « le système D » à finalité électoraliste8. Le Dr Guillemot et un huissier, appuyés par le Dr Mazé, son homologue de Sizun, député radical-socialiste de Morlaix depuis 1932, ont constitué une coopérative agricole qui s’est chargée d’acheter des « blés libres », c’est-à-dire non stockés, puis de les revendre à l’Intendance militaire. Dans une période de crise agraire où les stocks s’accumulent en provoquant une forte baisse des revenus des producteurs, le fondateur de la coopérative de Saint-Jean-du-Doigt dénonce une violation des engagements gouvernementaux privilégiant l’achat prioritaire par l’administration des blés stockés par les coopératives agricoles. Il s’interroge sur la création récente d’une coopérative rivale de la sienne par des notables jusque-là hostiles à l’organisation collective des paysans, et sur les relais politiques et ministériels radicaux qui ont permis ce contrat « par piston ». Cependant, le Breton Socialiste comprend que dans la conjoncture commerciale très difficile, à la veille d’engranger de nouvelles récoltes, des cultivateurs de la région aient pu se laisser tenter par les achats de l’Armée : « Les coupables ne sont pas les vendeurs », il ne faut pas se couper de sa base électorale, mais des notables radicaux.

  • 9 Ar Vro Goz, 2 octobre 1934.
  • 10 La Résistance, 29 septembre 1934.

5La presse de droite s’engage inégalement dans cette campagne électorale au résultat apparemment sans surprise. Ar Vro Goz, l’organe du puissant Office central de Landerneau, au nom d’un apolitisme affirmé, n’intervient qu’à la veille du scrutin mettant en garde ses adhérents contre « ceux qui par leurs actes, leurs discours, leurs écrits, s’efforcent de discréditer vos associations, de semer parmi elles la discorde, parfois de créer des groupements rivaux9 ». Sans le nommer, le fondateur de la coopérative de Saint- Jean-du-Doigt est visé. La conservatrice La Résistance. La Croix de Morlaix appelle clairement à voter pour Berthou, renvoyant dos à dos les deux candidats de gauche et ne croyant pas aux chances de Tanguy Prigent. Mais elle doit reconnaître que « son étoile a grandi au fur et à mesure que pâlissait l’astre du conseiller sortant » et elle s’efforce de le discréditer : « Tanguy Prigent est un arriviste qui a pris le socialisme comme escalier… un escalier sur la marche duquel il trébuchera, nos amis voteront naturellement pour Monsieur Berthou10. »

  • 11 L’Éclaireur du Finistère, « Gauche ou extrême gauche », 6 octobre 1934.

6Les radicaux-socialistes réagissent tardivement à la montée en puissance de Tanguy Prigent dans leur organe morlaisien L’Éclaireur du Finistère. Le rédacteur Louis Le Page préfère agiter le spectre du désordre, de la Révolution, du « grand chambardement » et de l’anticommunisme au travers d’un dialogue fictif entre Per et Yann « deux bons républicains ». Le rédacteur radical reprend la formule didactique employée par Tanguy Prigent dans le Breton Socialiste trois ans plus tôt. Pour ouvrir les yeux de Yann qui ne voit pas de différence entre tous les candidats de gauche, Per lui explique les dangers du front commun que Léon Blum et les « socialistes révolutionnaires » viennent de former avec les « communistes-anarchistes » Marcel Cachin et Vaillant-Couturier. Yann ne voit guère dans les socialistes trégorrois que de dangereux révolutionnaires : « Moi, je vois très bien ce mignon petit Tanguy conduisant ses paysans au Dancing dans sa belle conduite intérieure mais je ne le vois guère avec un fusil chargé, à moins que ce ne soit un fusil de chasse. » Mais Per finit par le convaincre que ce sont « des moutons, mais des moutons qui ont eu le tort de faire alliance avec des loups11 ». Les métaphores traduisent l’opposition entre le radicalisme modéré et centriste de nombreux notables du Finistère face à une SFIO dynamique qui refuse le plus souvent l’alliance à gauche avec les radicaux comme lors des élections législatives de 1924 et surtout après la perte de Brest en 1929. Assuré de son enracinement ancien, le Dr Guillemot mène une campagne bonhomme sans véritable programme ni promesses électorales, se prononçant seulement dans sa profession de foi pour une modification de la loi sur les fermages et sur un soutien accru de l’État à l’exportation des céréales. Ses propositions font pâle figure face au chantre du statut du fermage qui développe depuis plusieurs mois ses propositions, celles de la SFIO et de la CNP.

  • 12 Le Breton Socialiste du 22 septembre 1934. Raymond Huard, « Comment on achetait les électeurs sous (...)
  • 13 Le Breton Socialiste, 29 septembre et 6 octobre 1934.
  • 14 La Résistance citée par Le Breton Socialiste du 13 octobre 1934.
  • 15 Cet argument qui peut faire mouche dans l’électoral rural est suffisamment pris au sérieux par la (...)

7Appuyé par l’appareil et le programme de la SFIO (pacifisme intégral, nationalisations des grandes industries, socialisation du crédit et des assurances, politique de grands travaux pour relancer l’économie, programme agricole détaillé avec création d’offices par produit pour réguler les marchés), Tanguy Prigent engage une nouvelle campagne de terrain en voulant rompre avec les pratiques électorales encore répandues dans les campagnes. Lors d’une réunion à Lanmeur, le fief du sénateur Guillemot, le 9 septembre 1934, devant « une véritable foule » qui l’a « accueilli par une ovation spontanée », le candidat socialiste veut prendre de la hauteur : il entend « se placer au-dessus des questions de personnes, des querelles mesquines, des misérables calomnies ». De même, rompant avec des pratiques des débuts de la Troisième République encore apparemment répandues dans les campagnes bretonnes, il affirme « [qu’] il n’exercera aucune pression d’aucune sorte sur ses électeurs », visant les pratiques des notables, des propriétaires et de Landerneau, et surtout qu’il ne paiera pas à boire12. Pure rhétorique ou pratiques réelles ? De toute façon, le candidat socialiste n’en aurait pas les moyens. Au fil des réunions dans le canton, jusqu’à six certains dimanches, une véritable dynamique électorale s’enclenche, l’enfant du pays attire « paysans, ouvriers, pêcheurs, commerçants13 ». Il ne dédaigne pas contredire l’abbé Creignou, professeur à l’établissement catholique de Lesneven, au Pardon de Plouézoc’h. Furieux, le prêtre répond aux arguments par l’obstruction, ce qui choque même le maire de la commune, le comte Costa de Beauregard. Si on en croit la presse socialiste, ses deux confrontations avec un Dr Guillemot un peu dépassé par la fougue de son contradicteur tournent à son avantage. L’ironie, la rumeur et la calomnie sont des armes plus redoutables maniées par les adversaires de Tanguy Prigent. À la veille du scrutin, La Résistance ironise : « Tel Bébé Cadum, Tanguy Prigent mène sa campagne comme il peut, avec une inexpérience naïve et touchante. Si naïve et si touchante qu’il fait le désespoir de ses amis […]. » Et on se propose de « le renvoyer à ses vaches14… ». En effet, les arguments de l’âge et de l’inexpérience sont sans cesse mis en avant. Plus grave sans doute, les adversaires contredisent l’image du « petit paysan pauvre » en opposant le fait qu’il roule en 5 CV Citroën, à une époque où l’équipement automobile en Bretagne est encore limité15. Signe du goût du jeune homme pour la modernité. En tout cas cette première campagne électorale à Lanmeur qui sera suivie de beaucoup d’autres dans le Finistère n’est pas de tout repos et Tanguy Prigent ne croit sans doute pas beaucoup dans ses chances.

Il manque quatre jours au conseiller général de Lanmeur

  • 16 ADF. 3 M 409. Conseil général. Renouvellement triennal 1934. Cité par Yves Le Thoër, op. cit.

8L’opposition du dynamisme militant et de l’immobilisme du sortant dans une région marquée par le mouvement commence à inquiéter les autorités préfectorales. Si le 15 septembre 1934, le sous-préfet de Morlaix note : « Monsieur le Dr Guillemot semble avoir néanmoins conservé une très forte situation dans ce canton et son succès peut être escompté », le 23 septembre il nuance son propos : « La lutte s’annonce donc comme sérieuse mais je veux croire que la grande influence qu’avait jusqu’à ce jour dans le canton, Monsieur le Dr Guillemot se retrouvera le 7 octobre16. » Il tempère ainsi l’optimisme du préfet du Finistère qui écrivait au ministre de l’Intérieur : « Monsieur le sénateur Guillemot doit aisément triompher du jeune Tanguy Prigent orateur agricole du parti SFIO. » Or, au soir du 7 octobre 1934, le verdict des urnes est quelque peu différent : l’orateur agricole est élu dès le 1er tour.

9En effet, avec 1 497 suffrages, 52,48 % des votants, Tanguy Prigent l’emporte sur le sénateur Guillemot qui n’obtient que 985 voix, 34,63 % et Olivier Berthou, 346 voix soit 12,13 %. La participation de 73,16 % a été forte pour une élection cantonale et la victoire est incontestable. La crise économique et l’usure du notable vieillissant ont assurément joué. Mais, au niveau national, les radicaux qui avaient gagné les élections législatives de 1932 sont aussi sanctionnés pour leur incapacité à répondre à la crise et depuis le 12 février 1934 le rapprochement du PCF et de la SFIO a commencé à changer la donne à gauche. Tanguy Prigent arrive en tête dans six des huit communes du canton, n’étant devancé par le sénateur Guillemot qu’à Lanmeur, sa commune, et à Locquirec, une commune côtière à vocation balnéaire. Le nouveau conseiller général du Finistère recueille 68,2 % des voix à Saint-Jean-du-Doigt et 58,3 % dans la commune voisine de Plougasnou où la Fédération des Paysans du Finistère est déjà bien implantée.

  • 17 Mireille Prigent, Ti Kaled, op. cit., p. 299.

10Lyrique, tout à sa victoire « splendide », Tanguy Prigent peut remercier ses 1497 électeurs pour « leur sympathie et leur confiance à la doctrine socialiste. Merci aux femmes qui sont venues très nombreuses à nos réunions et ont donné une adhésion enthousiaste à notre idéal. Merci à nos adversaires d’avoir su garder une attitude qui a donné à nos réunions une tenue exemplaire ». Et de réaffirmer que ce succès a été acquis sans avoir payé un verre de vin17. Tanguy Prigent va sans doute un peu vite en besogne en voyant dans tous ses électeurs des adeptes du socialisme alors que la Résistance annonce la fin de règne d’un grand notable radical et que L’Éclaireur du Finistère dénonce l’alliance occulte des socialistes avec les réactionnaires.

  • 18 Pierre Brigant, La SFIO à Brest de 1919 à 1939, maîtrise d’histoire, UBO-CRBC, Brest, 1991.

11Bien que trop jeune de quatre jours – il n’aura ses 25 ans que le 11 octobre 1934 –, Tanguy Prigent est proclamé conseiller général de Lanmeur, un siège qu’il va occuper pendant plus de 30 ans si on excepte la période de Vichy. Le jeune homme fait d’ailleurs le 24 octobre une entrée fracassante au conseil général de Quimper, se permettant d’interpeller le président, le sénateur radical Lancien, maire de Carhaix, afin d’obtenir le vote de crédits pour l’entretien d’une route de son canton. Son succès en fait une vedette sollicitée par la presse régionale. Elle met surtout du baume au cœur des militants socialistes qui sont forcés de constater leurs échecs brestois, aggravés par la dissidence du député Émile Goude. Non seulement la SFIO a perdu la mairie de Brest en 1929, mais son déclin électoral dans les cantons brestois se poursuit, ne conservant qu’un siège sur les trois détenus en 1925 et 1928. En 1931, Guillaume Messager a été battu à Brest 1 par le radical Victor Le Gorgeu, élu maire de Brest en 1929, puis sénateur du Finistère en 193018. En 1934, les socialistes perdent aussi le 2e canton : le député Goude subit « une défaite historique » face au PDP Yves Jaouen. La SFIO ne conserve que le 3e canton, l’instituteur retraité de Saint-Pierre-Quilbignon, Jean Julien, est élu dès le premier tour en succédant à Hippolyte Masson, conseiller général depuis 1910. La SFIO ne conserve plus que deux sièges au conseil général du Finistère alors que Pierre Guéguin pour le PCF enlève le canton de Concarneau, seul conseiller général communiste élu en Bretagne avant la guerre. Tanguy Prigent incarne bien la relève des générations au parti socialiste.

12Mais moins d’un mois plus tard, le 5 novembre 1934, l’élection de Tanguy Prigent est invalidée sur décision du Conseil départemental de préfecture : il était trop jeune de quatre jours au moment du scrutin. En le présentant, la SFIO a d’ailleurs pris le risque de cette invalidation. C’est à ce moment que Tanguy Prigent quitte Kervari, la ferme familiale désormais exploitée par sa sœur Soïzic, pour s’installer comme fermier à Pen ar c’hra, à proximité du bourg de Saint-Jean-du-Doigt.

La confirmation dans les urnes

  • 19 Voir Yves Le Thoër, op. cit. et Ti Kaled, op. cit., p. 300-304. Les deux récits de cette affaire s (...)
  • 20 L’Éclaireur du Finistère, 16 février 1935.
  • 21 À la fin de septembre 1944, le nouveau ministre de l’Agriculture convoque ce fonctionnaire dans so (...)
  • 22 L’Éclaireur du Finistère, 2 mars 1935.

13À l’automne 1934, une nouvelle campagne électorale commence dans le canton de Lanmeur dont l’enjeu du véritable duel est de confirmer les résultats du 7 octobre ou de permettre au Dr Guillemot de prendre sa revanche. L’affrontement se durcit lorsque le 1er décembre, une inspection de la coopérative agricole de Saint-Jean-du-Doigt révèle plusieurs infractions graves de fonctionnement sanctionnées par la décision d’annuler le contrat de stockage du blé avec l’État qui permettait de percevoir des subventions proportionnelles au stock et assurait des revenus aux agriculteurs dans cette période de mévente généralisée. Inspection fortuite ou provoquée ? Toujours est-il que dans le canton, les liens du sénateur Guillemot avec le ministre radical de l’Agriculture Henri Queuille ne font guère de doute pour de nombreux électeurs de gauche19. Le sénateur éprouve le besoin de se défendre en niant toute implication dans ce dossier et il contre-attaque en accusant de mauvaise gestion voire de fraude la coopérative dont son adversaire est administrateur20. Selon lui, la coopérative n’a conservé que la moitié (1 000 quintaux) des stocks de blé qu’elle aurait dû avoir et surtout elle a présenté pour la récolte de 1934 une demande de stockage de 18 000 quintaux. Or, au 1er décembre, les engagements de livraison des coopérateurs étaient deux fois moindre (8 979 quintaux). Il y a donc fraude au détriment des deniers publics et favoritisme au détriment des autres agriculteurs honnêtes. De tels arguments peuvent influencer l’électorat rural. Tanguy Prigent est contraint de plaider sa bonne foi. Il a averti les services du ministère que les résultats seraient très inférieurs à la demande mais sa démarche n’a pas été enregistrée. De plus, la demande de prêts au Crédit Agricole du Finistère n’a été faite que pour 9 100 quintaux, ce qui correspondait aux stocks attendus, mais a d’ailleurs été refusée. Enfin, le contrat de stockage a été résilié le 12 décembre 1934. Débat technique et financier ? Il semble qu’un fonctionnaire du ministère de l’Agriculture ait orchestré cette affaire à Paris21. Le sénateur Guillemot confirme à la veille du scrutin le maintien des sanctions contestées par Tanguy Prigent22. Mais Tanguy Prigent est passé outre les notables radicaux finistériens et est allé rencontrer le 5 février 1935 le ministre de l’Agriculture avec lequel il avait négocié directement les achats de stocks de sa coopérative dès 1933 et il obtient une commission d’enquête et l’autorisation d’exporter du blé malgré la résiliation du contrat. Henri Queuille n’a sans doute pas envie de se mettre à dos l’un des leaders de la CNP nationale pour un siège de conseiller général du Finistère… Le 15 mars 1935, le contrat de la coopérative est rétabli avec le versement de 70 500 francs à répartir entre les coopérateurs.

  • 23 Le Breton Socialiste, 23 février 1935.
  • 24 Idem, 2 mars et 12 mars 1935.
  • 25 L’Éclaireur du Finistère, 2 mars 1935.

14À cette mise en cause, le candidat socialiste préfère répondre sur le terrain politique en s’en prenant aux manœuvres de l’entourage du médecin, « cet homme, dont nous nous étions plu à reconnaître publique la loyauté, que nous avions assuré d’une estime qui n’était pas feinte, […]23 ». Dès lors, la presse socialiste publie de virulentes attaques contre le sénateur Guillemot accusé d’être l’initiateur de l’invalidation24. Il riposte en disant qu’il n’y est pour rien – c’est la conséquence de l’application de la loi – et qu’il n’avait d’ailleurs nulle envie de se représenter mais qu’il a dû céder à « l’insistance affectueuse de l’unanimité du congrès républicain » réuni à Lanmeur le 24 février 193525. Dans un grand meeting contradictoire qui rassemble plusieurs centaines de personnes à Lanmeur, il bénéficie du soutien direct du député Mazé et du sénateur Le Gorgeu. Ultime péripétie de cette campagne électorale si on en croit le journal radical, la droite dans La Résistance aurait lâché son candidat Olivier Berthou en préférant apporter son soutien au vieux sénateur radical contre le jeune activiste socialiste. À la veille du scrutin du 3 mars 1935, le préfet ne croit plus à une victoire du vieux notable « malgré l’amélioration de l’état des esprits sur la question du blé ». Les électeurs du canton confirment d’ailleurs cette prévision au premier tour.

15Avec 1 603 voix, 58,3 %, mais une participation inférieure (70,2 %), Tanguy Prigent améliore de plus de 100 voix ses résultats du 7 octobre, alors que le Dr Guillemot avec 1015 suffrages (36,9 %) ne gagne que 30 voix et qu’Olivier Berthou en perd 233 (4,1 %). Des électeurs de droite s’étant portés sur le candidat radical font que Tanguy Prigent n’arrive en tête que dans cinq communes sur huit mais en renforçant ses résultats : 72,5 % à Saint-Jean-du-Doigt (174 voix, plus 6, sur 240 suffrages exprimés), 66,9 % à Plougasnou mais 44 % à Lanmeur (plus 29 voix sur 1934) où le sénateur-maire obtient 52,5 %. La victoire est incontestable pour La Résistance même si les électeurs ont été séduits et trompés par de belles paroles. Quant aux radicaux, c’est la faute de la droite qui a voulu compromettre leur candidat en le soutenant. Désormais le conseiller général de Lanmeur va faire entendre sa voix dans les débats souvent feutrés de l’assemblée quimpéroise.

16Le Breton Socialiste rend régulièrement compte des escarmouches du fermier de Saint-Jean-du-Doigt avec les « aristocrates du conseil général ». Par exemple, en novembre 1935, Tanguy Prigent appuie l’intervention du Dr Mazé qui conteste le président Lancien dans son soutien aux décrets-lois du gouvernement Laval. À l’occasion de votes confus le 15 octobre supprimant des lignes d’autobus sans doute déficitaires, il accuse « Monsieur Lancien-Mussolini » d’être « un président expéditif ». Appuyé dans ses interventions par le communiste Pierre Guéguin, il défend les intérêts des paysans et des services publics départementaux. Partout où il s’exprime, Tanguy Prigent bouscule les notables radicaux ou de droite ainsi que les usages établis.

Le maire de Saint-Jean-du-Doigt (mai 1935)

  • 26 Le Breton Socialiste, 11 mai 1935. Les socialistes ont obtenu de 158 à 196 voix (majorité absolue (...)

17De la contestation, le jeune homme est appelé à passer à la gestion communale en 1935. Pour les élections municipales de mai 1935, le nouveau conseiller général figure naturellement sur la liste présentée par la section socialiste de Saint-Jean-du-Doigt et composée de neuf SFIO et de trois sympathisants radicaux. Il continue ainsi la tradition familiale en prenant le relais de son grand-père, puis de son père conseiller depuis 1925. Un seul opposant se présente en isolé. Le résultat est sans surprise : le 5 mai, au soir du premier tour la liste socialiste est élue en entier. Avec 196 voix (22 voix de plus qu’en mars 1935), Tanguy Prigent arrive en tête26. Le meunier radical Jean Coat est élu maire mais s’estimant trop âgé il refuse cette fonction en proposant le jeune Tanguy, élu à 25 ans par 11 voix et une abstention. Tanguy Prigent va désormais détenir ce fief municipal jusqu’à sa mort en 1970, si l’on excepte sa révocation par Vichy en 1943. À la fin de sa vie, il assurait que c’était la fonction élective qui lui faisait le plus d’honneur et de plaisir.

  • 27 Mireille Prigent, Ti Kaled, op. cit., p. 304-306.

18Le jeune maire socialiste va s’efforcer de moderniser sa commune en rendant compte chaque semaine dans Le Breton Socialiste des polémiques et des résultats. Il doit s’occuper des routes et des chemins, des écoles et des bâtiments publics, de l’électrification en cours et l’amélioration de la qualité de l’eau des fontaines, sans oublier l’adduction d’eau potable en projet en 1938. À peine élu, le maire entreprend la construction d’une route du bourg à la plage de Saint-Jean-du-Doigt, investissement favorable à l’essor touristique de la commune. Mais pour ce faire, il faut empiéter sur le jardin du presbytère et surtout sur le mur du cimetière classé monument historique. Ces travaux et les expropriations nécessaires provoquent naturellement des mécontents. Ensuite, à la fin de l’année 1935, il cherche à obtenir de la municipalité radicale de Plougasnou l’accélération de l’aménagement d’une route rejoignant la plage de Saint-Jean au bourg de cette commune par la côte. Ces réalisations sont données en exemple par le Populaire qui leur consacre une page entière le 28 août 193827. Selon ce reportage qui fleure bon la propagande, la municipalité socialiste de cette commune bretonne de 900 habitants a réalisé pour 200 millions de francs de travaux en trois ans ; le tourisme tourne au maximum (hôtels complets et chambres chez les particuliers toutes louées) ; passage d’une trentaine d’élèves filles de l’école confessionnelle à l’école laïque « sans tapage, sans bluff et surtout sans contrainte » grâce à l’organisation d’une caisse des écoles assurant la gratuité des fournitures pour les garçons comme pour les filles et mise en place de cantines ; fête annuelle des écoles et création d’une fête des Anciens. L’esprit du Front populaire flotte bien sur Saint-Jean-du-Doigt à partir de l’été 1935 d’autant plus que son maire veut en faire une terre avancée du socialisme dans le Trégor finistérien.

La « Commune rouge de Saint-Jean-du-Doigt28 » : un bastion du Front populaire

  • 28 Banderole lors de la fête du 4 août 1935.
  • 29 Le Breton Socialiste, 24 août 1935.
  • 30 Le Breton Socialiste, 25 mai 1935. Il y aurait eu 800 personnes au meeting de Morlaix et presque a (...)
  • 31 ADF. 1 M 219. Parti socialiste et parti socialiste unifié. Importante liasse sur cet événement ave (...)

19Totalement investi dans l’amélioration des conditions de vie de ses administrés, Tanguy Prigent n’en oublie pas qu’il est d’abord un militant socialiste engagé dans la politique de Front populaire de son parti. Aussi, le jeune couple de fermiers fait-il rapidement les frais des mesures de rétorsion des milieux catholiques. Ainsi, alors que ses prédécesseurs livraient le lait à « une colonie de vacances cléricale », le directeur ecclésiastique change de fournisseur quand il apprend qu’il s’agit du maire et conseiller général socialiste29. Il faut dire qu’auparavant la petite commune littorale a attiré l’attention des autorités et conforté les opposants politiques de la région. Le dimanche 19 mai 1935, Paul Faure, le secrétaire général de la SFIO en visite à Morlaix, est accueilli par l’Internationale à Saint-Jean-du-Doigt où se tient un meeting et un banquet30. Une seconde manifestation plus spectaculaire encore est organisée pendant l’été : une journée prolétarienne pour commémorer la nuit du 4 août31.

  • 32 Serge Berstein, « L’affrontement simulé des années 1930 », Les guerres franco-françaises, Vingtièm (...)

20Culture républicaine et culture révolutionnaire irriguent ce « dimanche rouge » sur lequel s’interroge le 3 août La Résistance de Morlaix en se demandant si le député radical socialiste Mazé a été invité et s’il participera à un moment où le parti radical s’apprête à intégrer formellement le Front populaire. Or, le Dr Mazé est un partisan du Front populaire qui était présent au congrès départemental du Front populaire à Châteaulin le 14 juillet 1935. En réalité, c’est la cérémonie d’inauguration du drapeau rouge qui fait problème depuis que Le Breton Socialiste du 27 juillet a appelé « les socialistes, les communistes et les bons républicains de la région » à venir saluer « le Drapeau rouge flottant sur la Mairie de notre petit village et pour manifester notre ferme volonté de barrer la route au fascisme et de créer la véritable République des travailleurs ». Le sous-préfet de Morlaix a d’ailleurs été averti de ce pavoisement par une série de protestations anonymes. Le 27 juillet, le sous-préfet avertit le maire que la loi n’autorise pas d’autres drapeaux sur les édifices publics que le drapeau tricolore. Deux jours plus tard, Tanguy Prigent se plie à cette injonction en modifiant le rituel de la cérémonie envisagée : « Le drapeau rouge du PS de Saint-Jean » ne sera pas présenté par la municipalité mais il sera tenu par un jeune conseiller municipal. Dans cet « affrontement simulé des années 1930 », réduit depuis le 6 février 1934 à un affrontement essentiellement verbal entre le « fascisme et l’antifascisme » assimilé au communisme, les deux camps se mobilisent32.

21En plein été, les colonies de vacances rassemblent sur la commune environ 200 enfants et jeunes gens des patronages catholiques. Selon le souspréfet quelques-uns sont allés chanter la Marseillaise sous les fenêtres du maire « contre lequel ils auraient proféré des menaces ». Et le 4 août, le préfet reçoit plusieurs lettres de protestation dont une de plus d’une centaine de personnes, familles entières de vacanciers résidant à Paris et colons mobilisés par leur directeur. Les hôteliers craignent que cette « journée prolétarienne » fasse fuir leurs clients. Dans le tract « Alerte ! », les organisateurs ripostent : « Nous vous proposons de manifester dans le calme et la dignité, votre volonté farouche de défendre votre droit à la vie », « serrés autour du Drapeau Rouge vous montrerez aux provocateurs qui osent se réclamer du Christ pacifique et bon que le fascisme ne passera pas ». Les autorités ne craignent pas d’incidents mais comme 500 personnes sont annoncées, huit gendarmes sont mobilisés ainsi qu’un commissaire spécial de police. En réalité, il y aura plus de 200 manifestants dont quelques femmes, plus une centaine de curieux, selon la police et non un millier comme l’annonce les socialistes triomphants en tenant compte des fêtes de l’après-midi.

  • 33 Rapport du commissaire de police de Brest. 5 août 1935.
  • 34 Christian Bougeard, Le Choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années (...)
  • 35 Le Breton Socialiste, « Dorgères en déroute à Plouigneau », 11 janvier 1936.

22La cérémonie est animée par des élus socialistes, le député Masson, et communistes, Pierre Guéguin, des responsables socialistes et de la CGPT des Côte-du-Nord comme Augustin Hamon, Philippe Le Maux et le communiste Francis Marzin. Le drapeau rouge frangé d’or de la section PS de Saint-Jean-du-Doigt est présenté à 11 heures par Tanguy Prigent et remis au plus jeune conseiller municipal dans la cour commune de la mairie et de l’école33. Il est barré de l’emblème de la SFIO (les trois flèches pointées vers le bas à gauche reprises du SPD allemand pour recouvrir les affiches nazies). L’estrade dressée sous le préau de l’école porte une banderole reprenant le slogan du Front populaire : « Serrez-vous tous autour du drapeau rouge pour le pain, la paix et la liberté. » Des délégations des « organisations révolutionnaires » du Trégor brandissent leur drapeau : Jeunesse communiste de Trémel et PCF de Lannion (Côtes-du-Nord), PS de Plougasnou. Discours et Internationale en breton et en français se succèdent. Tanguy Prigent fait bien remarquer que le drapeau tricolore flotte à sa place au fronton de la mairie et que « le drapeau tricolore révolutionnaire est devenu rouge, teinté par le sang des ouvriers » tout en appelant à manifester dans le calme et la dignité. La symbolique révolutionnaire est développée par l’intellectuel socialiste Augustin Hamon qui évoque « l’esprit révolutionnaire des paysans bretons en 1788 et en 1789 » notamment lors du la nuit du 4 août. Celui qui oeuvre depuis plus d’un an dans le Trégor des Côtes-du-Nord à l’unité des socialistes et des communistes se réjouit du renforcement du Front populaire34. Pierre Guéguin apporte le salut de PCF et des pêcheurs de Concarneau et Hippolyte Masson celui des paysans rouges des Monts d’Arrée. Trois musiciens jouent « le drapeau rouge » avant le défilé qui s’achève avec le dépôt d’une gerbe rouge au monument aux morts, portant l’inscription « À bas la guerre. » Un premier incident éclate à ce moment-là lorsque : « À l’entrée du cimetière, une dizaine de dames et de jeunes gens portant des rubans tricolores épinglés sur leur poitrine accueillirent le cortège aux cris de “Vive la France”. » Une minute de silence est observée poing levé. Un second incident intervient pendant le banquet : l’inscription est arrachée et la gerbe balancée mais des militants la replace au pied du monument aux morts. L’après-midi une fête populaire attire plus de monde pour les courses de bicyclette, les courses à pied et les concours de tir et de palets. Diverses banderoles politiques accueillent les participants : « Commune rouge de Saint-Jean-du-Doigt, soyez les bienvenus », et proclament : « Guerre au fascisme » et « 4 août 1789-4 août 1935, abolissons les nouveaux privilèges ». Assurément, le jeune maire a l’art d’attirer l’attention sur sa commune en politisant la vie publique et en cherchant à éduquer la population rurale de la région. Dans les mois suivants, il poursuit son combat dans la CNP en faveur de l’unification du syndicalisme agricole de gauche et contre le dorgérisme sur le terrain notamment lorsqu’au début janvier 1936 Dorgères ose tenir un meeting à Plouigneau, en terre bleue et rouge. Il doit rapidement plier bagage35.

La participation au congrès socialiste de Limoges (septembre 1935)

  • 36 Édouard Lynch, op. cit., chapitre V.
  • 37 Le Breton Socialiste, « Le congrès de Limoges », 5 octobre 1935.
  • 38 Le Breton Socialiste, « L’éducation révolutionnaire des paysans », 24 août 1935.
  • 39 Ibidem, 5 octobre 1935.

23La réflexion doctrinale et programmatique sur la question agraire engagée depuis plusieurs années par la SFIO sous la houlette du responsable agricole Georges Monnet aboutit au congrès extraordinaire de Limoges les 28 et 29 septembre 1935. Après la scission néo-socialiste de Marcel Déat et de Jean Renaudel (fin 1933-début 1934), il s’agit d’affirmer un « réformisme révolutionnaire » qui est d’ailleurs développé par Tanguy Prigent dans Le Breton Socialiste36. À quelques mois des élections législatives, c’est l’aboutissement du renouveau socialiste qui confirme le programme socialiste pour les campagnes en l’ajustant. C’est aussi la confirmation à travers les congrès fédéraux de l’enracinement croissant du socialisme dans le monde paysan dont le Finistère est un bel exemple. L’enjeu en est souligné par Tanguy Prigent : « Il faut que ce congrès fasse date dans l’histoire du socialisme et de la paysannerie37. » Et la tâche est lourde pour faire de paysans marqués par le conservatisme des révolutionnaires : « Du paysan, nouveau venu à l’action spécifiquement de classe, nous pouvons faire, par excellence, un révolutionnaire conscient, calme et résolu. Pour cela, nous devons lui rendre familière les principales théories de Karl Marx par des exemples pris dans la vie quotidienne38. » Pour arracher le paysan à l’influence des « chefs de bandes fascistes », il faut le réconcilier avec la politique « parce que ce mot signifie pour lui : ambitions, combines, marchandage, pourriture ; c’est vrai, hélas ! pour les politiciens de la bourgeoisie39 ». Il faut donc lui prouver que la « politique de classe du Socialisme » défend ses aspirations et ses revendications. Ce discours révolutionnaire pour une pratique réformiste a sans doute pour objectif de contrer l’influence communiste qui se développe avec la stratégie de Front populaire notamment dans le Trégor. Elle s’inscrit dans la politique unitaire et mobilisatrice de Tanguy Prigent et Augustin Hamon. Et on peut se demander quelle part le maire de Saint-Jean-du-Doigt a pris dans l’affirmation de ces orientations de la SFIO à Limoges.

  • 40 Ibid., 5 octobre 1935.
  • 41 Ar Vro Goz, « Les socialistes, ennemis des paysans », « Le miroir aux alouettes », « Camouflage », (...)

24Pour la première fois, Tanguy Prigent est délégué par sa fédération au congrès national de son parti et il intervient à la tribune, fort de ses responsabilités syndicales dans la CNP et de ses succès électoraux. Son intervention porte d’abord sur le programme de réalisations immédiates ; il propose que le groupe parlementaire et Le Populaire restent en liaison permanente avec les paysans par le relais de comités régionaux doté d’un secrétaire qui devra répercuter les suggestions de la base paysanne40. Ce congrès accueille cinq authentiques militants paysans dont plusieurs interviennent dans les débats, ce qui est plutôt rare chez les socialistes. Trois d’entre eux, dont Romain Boquen, participent à la commission des résolutions. Le rapport de Tanguy Prigent sur les fermages et les métayages et son projet de bail mobile défendu dans la CNP sont adoptés et deviennent partie intégrante du programme socialiste. Parmi les clauses, citons le bail mobile avec évaluation du fermage en nature et durée de 9 ans au moins avec reconduction tacite ; interdiction pour le propriétaire d’expulser son fermier de bonne foi sauf s’il veut cultiver lui-même ses terres ; propriété culturale et plus value au fermier sortant ; priorité au fermier en cas de vente de la ferme ; interdiction de clauses abusives dans le bail (paiement par le fermier d’impôts du propriétaire ou droit de chasse exclusif). En outre, il a réclamé un moratoire sur les dettes, la création de prud’hommes agricoles, l’interdiction des ventes-saisies et diverses mesures favorables aux fermiers. Il faut croire que ce programme agraire socialiste fait mouche car le leader du parti agraire Fleurant Agricola riposte par une série d’articles dans Ar Vro Goz dans lesquels il dénonce le camouflage marxiste et les risques d’étatisation de l’agriculture41.

  • 42 Édouard Lynch, op. cit., p. 534.
  • 43 Le Breton Socialiste, « Chronique paysanne », 19 janvier 1936.
  • 44 Yves Le Thoër, op. cit., p. 89-96.
  • 45 Le Breton Socialiste, « Pour l’unité paysanne » et « Chronique paysanne », 18. janvier et 10 mai 1 (...)

25La question du statut du fermage n’est donc pas découverte par Tanguy Prigent à la Libération. Dès 1934-1935, il a apporté une contribution décisive à la réflexion. Comme le souligne Édouard Lynch : « Au cours de ce congrès se manifeste une dynamique agricole au sein du PS, confirmée par les élections de 193642. » Députés et militants en position « ascendante » comme Tanguy Prigent élargissent le champ d’activité de la SFIO. Mais dans le cadre du Front populaire le militant socialiste veut aller plus loin. S’appuyant sur son expérience unitaire avec la CGPT et des communistes dans les luttes paysannes en Basse-Bretagne, Tanguy Prigent plaide pour l’unification des deux syndicats agricoles de gauche lors du congrès de Moulins de la CNP les 7 et 8 décembre 1935. Il s’agit d’appliquer au syndicalisme agricole la politique de réunification de la CGT et de la CGTU engagée à l’automne 1935 et couronnée de succès le 25 mars 1936 au congrès de Toulouse de la CGT. Le congrès de Moulins rassemble une centaine de délégués représentant quarante départements. Prenant l’exemple breton, il montre la bonne entente des deux organisations et explique que de nombreux agriculteurs ne comprennent pas « le patriotisme d’organisation » et les divisions43. Il faut une grande CGT paysanne accueillant tous les agriculteurs, non pas sur des bases politiques mais sur des bases professionnelles. Des pourparlers entre des délégations des deux syndicats s’engagent mais ils ne vont pas aboutir. En janvier 1936, une réunion commune se tient à Ploumilliau (Côtes-du-Nord) entre Francis Marzin (CGPT), Tanguy Prigent et Pierre Lintanff (CNP). Marzin publie ensuite dans La Bretagne ouvrière, maritime et paysanne (journal communiste) une lettre à la FPF qui est mal accueillie par Tanguy Prigent44. Regrettant la publication de ce texte, le leader finistérien s’interroge sur la signification de la fusion des deux syndicats en Bretagne avant l’unification nationale des deux confédérations feignant de se demander à laquelle des deux adhérerait cette nouvelle organisation régionale ? Même si ces camarades socialistes jouent un grand rôle dans la CGPT des Côtes-du-Nord, Tanguy Prigent semble craindre un noyautage communiste à la faveur de l’unification. Le processus paraît dès le début bien mal engagé. En attendant, il propose de créer dans chaque village des comités de défense paysanne regroupant les membres de la CNP, de la CGPT, les isolés et ceux de l’Office de Landerneau. Mais les choses n’avancent guère et deux mois plus tard la CNP lance un nouvel appel à l’unité paysanne qui dépasse la seule CGPT et organise le 10 mai 1936 une réunion allant dans ce sens45. En fait comme pour la CGT, les divergences entre socialistes et communistes portent sur leur conception différente du syndicalisme : les socialistes plaident pour l’indépendance des syndicats à l’égard des partis et pour l’incompatibilité des fonctions syndicales et politiques, ce qui n’est pas dans la culture communiste qui fait du syndicat une courroie de transmission du parti. Le 10 mai, après la victoire électorale du Front populaire, les socialistes du Finistère rendent la CGPT responsable de l’échec malgré les concessions qui ont été faites, même si on a prévu des États Généraux de la paysannerie pour le mois de septembre. Après la conquête du terrain sur les dorgéristes et des actions spectaculaires de 1934 à 1936, le conseiller général de Lanmeur s’est imposé comme le principal leader de la gauche paysanne en Bretagne et comme l’un des leaders paysans nationaux de la CNP et de la SFIO.

Vers la députation

  • 46 Mireille Prigent, Ti Kaled, op. cit., p. 307-308. D’après sa lettre du 27 décembre 1935 de remerci (...)
  • 47 Le Breton Socialiste, « Le gueux » par Guy Le Normand, 7 mars 1936. Il reproche à La Résistance de (...)
  • 48 Yves Le Thoër, op. cit.
  • 49 En septembre 1945 Robert Debled sera élu conseiller général de Plouescat en battant Pierre Trémint (...)
  • 50 ArVro Goz, « notre attitude à l’égard des élections », 17 mars 1936.

26Mais Tanguy Prigent songe déjà à un autre combat, celui des élections législatives du printemps 1936 auquel il se prépare depuis quelque temps46. C’est sans doute la chance qui va propulser sa carrière politique au niveau national. En effet, désigné à l’unanimité par la section de Morlaix pour défendre les couleurs de la SFIO comme en 1932, Guy Le Normand propose d’investir son protégé, le petit fermier enfant du pays. Ce que Tanguy Prigent accepte sans rechigner. Il est officiellement désigné comme candidat à Morlaix 1 lors du congrès de Châteaulin le 26 janvier 1936. Hippolyte Masson, député sortant de Carhaix-Châteaulin 2 se représente tandis que le maire de Landerneau Jean-Louis Rolland va tenter de conserver à la SFIO le siège de Brest, occupé par Émile Goude depuis 1910. Le secrétaire fédéral s’est donc effacé volontairement, conscient des atouts de Tanguy Prigent, et il le soutient activement contre les rumeurs propagées par les forces de droite, voire par les notables radicaux47. Il va en effet affronter le Dr Mazé, député sortant de 43 ans, en principe favorable au Front populaire. Tanguy Prigent mène comme toujours sa campagne tambour battant sur des thèmes principalement agricoles48. Il tient son premier meeting le 17 février 1936 lors de la foire de Sizun, fief du député radical-socialiste, utilisant ses talents d’orateur. Il développe inlassablement le programme agraire de la SFIO qu’il a contribué à mettre au point. Comme lors des cantonales de 1934 et 1935, la campagne tourne vite au duel avec Pierre Mazé. Médecin de campagne estimé, notable rural reconnu, le Dr Mazé bénéficie en pleine campagne électorale d’un coup de pouce de ses amis parisiens. En janvier 1936, il est nommé sous-secrétaire d’État aux Travaux publics dans le 2e gouvernement du radical Sarraut (24 janvier-4 juin 1936). Il s’agit certes d’un strapontin dans un gouvernement de transition mais qui peut aider à la réélection du député sortant. Par journaux interposés, la polémique enfle vite entre socialistes et radicaux : l’appui du Dr Mazé et de son parti aux gouvernements modérés qui se sont succédé depuis la crise du 6 février 1934 est dénoncé. L’Éclaireur radical répond vertement aux critiques de Guy Le Normand qui tient la plume dans Le Breton Socialiste mais en se gardant bien de critiquer le candidat de la SFIO, car comme en 1932, le député sortant risque d’avoir besoin des voix socialistes au second tour. Le candidat du PCF, Nédellec, employé des chemins de fer, ne fait guère le poids face à Tanguy Prigent qui peut compter sur les voix d’extrême gauche. La droite, très offensive dans le Finistère, présente un nouveau candidat, l’avocat Robert Debled (URD), adjoint au maire de Plounevez-Lochrist, soutenu par la Fédération républicaine49. Naturellement, La Résistance appelle à voter pour lui, de même qu’Hervé Budes de Guébriant, plus discrètement et sans le nommer50.

  • 51 ADF. 1 M 325. Élections législatives de 1936.
  • 52 Le Breton socialiste, « Morlaix enthousiaste », 2 mai 1936.
  • 53 Dans le canton de Sizun Tanguy Prigent n’obtient que 398 voix contre 1 308 ; dans celui de Lanmeur (...)
  • 54 Christian Bougeard, Le Choc de la guerre, op. cit., t. 2.
  • 55 Jean-Paul Senechal, Images du Front populaire. Finistère 1934-1938, Morlaix, Skol Vreizh, n° 7, av (...)

27Le 26 avril 1936, au soir du 1er tour, Tanguy Prigent arrive nettement en tête avec 43,36 % des suffrages exprimés (6 605 voix) devant Pierre Mazé, 38,65 % (5 888 voix). Le communiste Nédellec n’atteint pas 1 % des suffrages (0,99 %, 151 voix). Même dans le durcissement de l’affrontement gauche-droite qui écrase les sensibilités centristes, le Trégor finistérien reste nettement ancré à gauche. Avec 2586 voix, Robert Debled n’obtient que 16,97 % des suffrages. L’ancrage à gauche de la circonscription de Morlaix 1 avec 83 % des voix pour les trois candidats du Front populaire est clairement confirmé. Mais la surprise vient du résultat de Tanguy Prigent qui dément les prévisions du sous-préfet de Morlaix en faveur de la réélection du député sortant51. Comme dans l’ensemble de la France, la redistribution des voix à gauche se fait au profit de la SFIO et du PCF (mais pas dans le Trégor) et au détriment du parti radical-socialiste. Si Pierre Mazé a maintenu son score de mai 1932 avec un gain de 107 voix, Tanguy Prigent a presque doublé celui de Guy Le Normand (3 508 voix). Même s’il a mordu sur l’électorat du maire et conseiller général de Morlaix François Bourgot, socialiste dissident devenu républicain socialiste, le succès personnel du maire de Saint-Jean-du-Doigt est indéniable. Et au soir du 1er tour, il est déjà porté en triomphe à Morlaix lors d’un défilé aux chants de l’Internationale52. Il devance nettement Pierre Mazé dans quatre des cinq cantons de la circonscription et n’est sérieusement battu que dans celui de Sizun53. La poussée à gauche est aussi sensible dans la circonscription voisine de Lannion où son camarade agriculteur Philippe Le Maux devance le député sortant Yves Le Gac, lui aussi radical-socialiste, et où son beau-frère Marcel Hamon (PCF) fait une percée historique en dépassant les 10 %54. De même, le communiste Pierre Guéguin, arrive en tête de la gauche à Quimper 1, devant le député radical-socialiste, Pierre Pouchus, élu en 1932. Les accords du Comité départemental du Front populaire prévoient que tous les candidats de gauche doivent défendre le programme du Rassemblement ainsi que le désistement en faveur du candidat de gauche le mieux placé au second tour55. Mais tous les radicaux-socialistes du Finistère ne vont pas l’entendre de cette oreille.

Le plus jeune député de France

28Dans le Finistère, la gauche paraît en mesure de conserver ses positions de 1932 (cinq députés radicaux-socialistes, un radical et deux SFIO) à condition de jouer à fond la carte de l’union. Au 1er tour, l’agriculteur Jean Perrot (RS) a été réélu facilement à Quimper 2 tout comme Pierre Trémintin (PDP) et Vincent Inizan (URD) dans le Léon. Les candidats de gauche arrivent en tête dans six des huit circonscriptions en ballottage, mais ils ont perdu 20 000 voix sur 1932. Frappé par la Grande dépression, inquiet du programme de Front populaire, l’électorat centriste a lâché les radicaux-socialistes (moins 18 537 voix). La SFIO recule aussi de 6 493 voix et le député Masson est en difficulté dans la Montagne alors que le PCF tire son épingle du jeu avec un gain de plus de 5 000 voix. Il est vrai qu’à Quimper 1, la SFIO n’avait pas présenté de candidat contre Pierre Guéguin, le maire de Concarneau. Dans ce contexte, le Trégor morlaisien fait figure de bastion de la gauche et le succès de Tanguy Prigent paraît remarquable. Mais trois triangulaires vont venir perturber l’affrontement droite-gauche au second tour.

  • 56 La Dépêche de Brest, « Je ne quitte pas la lutte », 1er mai 1936.
  • 57 L’Éclaireur du Finistère, « Après le premier tour », 2 mai 1936.
  • 58 Le Breton Socialiste, « Votez peuple », 2 mai 1936.

29À Morlaix 1, l’effet de surprise passé, le Dr Mazé qui avait d’abord songé à se retirer de la compétition cède aux insistances des notables de son parti, notamment des 24 maires et adjoints radicaux de sa circonscription, qui réclament son maintien au second tour56. Pierre Pouchus se maintient aussi à Quimper 1-Concarneau dans une triangulaire qui va permettre l’élection d’Hervé Nader (URD) contre Pierre Guéguin. À Quimperlé, c’est le maintien du maire Alain Le Louédec, le fils de l’ancien député et sénateur radical- socialiste contre le successeur de son père, François Cadoret qui permet l’élection de l’agriculteur Louis Montfort (URD). Ces décisions de maintien sont prises contre l’avis de la fédération radicale-socialiste dont le Dr Mazé est pourtant le secrétaire général, ce qui traduit la fragilité du Front populaire dans le Finistère et les relations difficiles entre les radicaux et les socialistes. Pour justifier la position de son champion, L’Éclaireur explique à ses lecteurs que le bon score de Tanguy Prigent est le résultat d’une collusion entre les socialistes, la droite et l’extrême droite57. Des consignes auraient été données à droite provoquant le déplacement de 300 voix en faveur du socialiste. Cette hypothèse est peu probable et elle ne suffit pas à expliquer l’écart de 717 voix entre les deux hommes. Un second événement entre les deux tours vient bouleverser la donne. Alors que René Debled se retire, l’ancien député (1928-1932) François Bourgot entre en lice dans une nouvelle triangulaire. Radicaux et socialistes dénoncent la « combine » ; Tanguy Prigent y ajoute « la trahison » des notables, de l’ancien socialiste au radical-socialiste58. Bourgot peut jouer le trouble-fête d’autant plus que La Résistance appelle le 2 mai à voter contre les deux candidats du Front populaire car « le poing tendu, symbole de haine est le geste de Tanguy Prigent et de Mazé […] ». Chez les catholiques, la Jeune République, partie prenante du Front populaire a appelé à voter pour le socialiste.

  • 59 ADF. 3Z. Sous-préfecture de Morlaix. Dans son adresse de remerciements Tanguy Prigent se déclare p (...)
  • 60 Pierre Brigant, La SFIO à Brest de 1919 à 1939, op. cit., p. 105-110. Le maire de Landerneau, Jean (...)
  • 61 Christian Bougeard, « Les notables de l’Ouest breton (Finistère-Côtes-du-Nord) des années 1930 aux (...)

30Le 3 mai 1936, Tanguy Prigent gagne cette triangulaire avec 43,23 % des suffrages (6 705 voix, un gain de 100 voix). Pierre Mazé n’obtient que 34,16 % (une perte de 600 voix) devant François Bourgot, 22,36 % soit 500 voix de plus que le candidat de la droite au 1er tour. Alors qu’il n’a pas encore 27 ans, le paysan de Saint-Jean-du-Doigt va siéger au Palais- Bourbon avec Philippe Le Maux son collègue de Lannion. C’est la liesse populaire dans les rues de Morlaix où, selon le commissaire de police, de nombreux cortèges se forment, grossis de « plusieurs milliers de paysans venus des communes voisines qui parcourent les rues en hurlant l’Internationale et poussant des cris divers de menaces à l’adresse de Messieurs Mazé, député, et Bourgot », mais sans que les forces de l’ordre aient eu à intervenir59. Le 24 juin, un grand rassemblement sera organisé à Morlaix pour fêter ce succès. Mais la joie et la fête ne doivent pas faire oublier l’échec électoral du Front populaire dans le Finistère et en Bretagne. Dans la région, trente députés de droite dont plusieurs centristes radicaux vont, le 6 juin 1936, voter contre la confiance au gouvernement de Léon Blum qui n’a que quatorze partisans, six radicaux-socialistes et huit socialistes SFIO dont quatre élus en Loire-Inférieure. Les socialistes ont doublé le nombre de leurs élus par rapport à 1932 en Bretagne mais dans le Finistère ils n’ont toujours que deux députés. Jean-Louis Rolland a bien été élu à Brest 1 (57,8 % au second tour) mais Hippolyte Masson, député depuis 1919, a été sévèrement battu par son adversaire habituel Pierre Lohéac (URD) à Châteaulin 2-Carhaix60. Les radicaux-socialistes ne conservent que deux députés : Jean Perrot et Albert Le Bail réélu à Quimper 3. Les droites, Fédération républicaine-URD et PDP qui ont sept élus, prennent leur revanche sur 1932. Ce qui frappe dans le Finistère comme dans les Côtes-du-Nord en 1936, c’est un fort renouvellement des hommes (63,6 %, cinq sortants battus) et des générations avec de jeunes élus (moyenne d’âge 36,5 ans) dont Tanguy Prigent, 27 ans, et Jean Crouan (URD), 29 ans à Châteaulin, mais c’est aussi la présence au Palais- Bourbon de cinq agriculteurs61. Une nouvelle période de la vie de Tanguy Prigent commence, partagée entre son Trégor natal et Paris.

Notes

1 « Le gardien de vaches de Saint-Jean-du-Doigt » sobriquet méprisant d’abord employé par ses adversaires en 1934 pour discréditer un jeune paysan à la seule instruction primaire mais qui est vite repris de manière affectueuse par ses « vieux camarades » et ses amis.

2 Mireille Prigent, Ti Kaled, op. cit., p. 296-297.

3 ADF 1 M 230. Mouvements paysans 1924-1939, cité par Yves Le Thoër, Tanguy Prigent (1929-1944). Un socialiste paysan, op. cit. Nous nous appuyons sur la maîtrise d’histoire d’Yves Le Thoër qui a fort bien analysé les campagnes électorales de Tanguy Prigent en croisant les sources préfectorales avec la presse politique.

4 Le cultivateur Thomas Parc est le candidat socialiste au conseil d’arrondissement contre le cultivateur radical Kerrien.

5 Témoignage de Gérard Morvan recueilli par Yves Le Thoër en février 1990.

6 Jean-Charles Floch, Les Républicains démocrates du Finistère (1911-1940), maîtrise d’histoire, UBO-CRBC, Brest, 1990.

7 Affiche électorale de Tanguy Prigent, octobre 1934.

8 Le Breton socialiste, 28 juillet 1934.

9 Ar Vro Goz, 2 octobre 1934.

10 La Résistance, 29 septembre 1934.

11 L’Éclaireur du Finistère, « Gauche ou extrême gauche », 6 octobre 1934.

12 Le Breton Socialiste du 22 septembre 1934. Raymond Huard, « Comment on achetait les électeurs sous la iiie République », L’Histoire, n° 251, février 2001, p. 52-53.

13 Le Breton Socialiste, 29 septembre et 6 octobre 1934.

14 La Résistance citée par Le Breton Socialiste du 13 octobre 1934.

15 Cet argument qui peut faire mouche dans l’électoral rural est suffisamment pris au sérieux par la SFIO qu’elle se sent obligée de justifier cet achat par les nombreuses activités de son candidat dans Le Breton Socialiste du 29 septembre 1934. La question du financement de cette voiture se pose néanmoins car Gérard Morvan estime que Tanguy Prigent « n’avait certainement pas les fonds personnels » pour cet achat.

16 ADF. 3 M 409. Conseil général. Renouvellement triennal 1934. Cité par Yves Le Thoër, op. cit.

17 Mireille Prigent, Ti Kaled, op. cit., p. 299.

18 Pierre Brigant, La SFIO à Brest de 1919 à 1939, maîtrise d’histoire, UBO-CRBC, Brest, 1991.

19 Voir Yves Le Thoër, op. cit. et Ti Kaled, op. cit., p. 300-304. Les deux récits de cette affaire sont complémentaires.

20 L’Éclaireur du Finistère, 16 février 1935.

21 À la fin de septembre 1944, le nouveau ministre de l’Agriculture convoque ce fonctionnaire dans son bureau de la rue de Varenne pour voir sa tête mais en lui disant qu’il ignorait la rancune. France- Soir, 4 octobre 1944.

22 L’Éclaireur du Finistère, 2 mars 1935.

23 Le Breton Socialiste, 23 février 1935.

24 Idem, 2 mars et 12 mars 1935.

25 L’Éclaireur du Finistère, 2 mars 1935.

26 Le Breton Socialiste, 11 mai 1935. Les socialistes ont obtenu de 158 à 196 voix (majorité absolue 127). Le seul candidat indépendant de droite en a recueilli 80.

27 Mireille Prigent, Ti Kaled, op. cit., p. 304-306.

28 Banderole lors de la fête du 4 août 1935.

29 Le Breton Socialiste, 24 août 1935.

30 Le Breton Socialiste, 25 mai 1935. Il y aurait eu 800 personnes au meeting de Morlaix et presque autant à Saint-Jean-du-Doigt.

31 ADF. 1 M 219. Parti socialiste et parti socialiste unifié. Importante liasse sur cet événement avec les rapports du préfet, du sous-préfet et de police, les échanges de courrier et les pétitions de protestation.

32 Serge Berstein, « L’affrontement simulé des années 1930 », Les guerres franco-françaises, Vingtième Siècle, n° 5, Janvier-Mars 1985, p. 39-53.

33 Rapport du commissaire de police de Brest. 5 août 1935.

34 Christian Bougeard, Le Choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, thèse d’État, Rennes 2, 1986, t. 1 et 2.

35 Le Breton Socialiste, « Dorgères en déroute à Plouigneau », 11 janvier 1936.

36 Édouard Lynch, op. cit., chapitre V.

37 Le Breton Socialiste, « Le congrès de Limoges », 5 octobre 1935.

38 Le Breton Socialiste, « L’éducation révolutionnaire des paysans », 24 août 1935.

39 Ibidem, 5 octobre 1935.

40 Ibid., 5 octobre 1935.

41 Ar Vro Goz, « Les socialistes, ennemis des paysans », « Le miroir aux alouettes », « Camouflage », 9 juillet, 15 octobre, 5 novembre 1935.

42 Édouard Lynch, op. cit., p. 534.

43 Le Breton Socialiste, « Chronique paysanne », 19 janvier 1936.

44 Yves Le Thoër, op. cit., p. 89-96.

45 Le Breton Socialiste, « Pour l’unité paysanne » et « Chronique paysanne », 18. janvier et 10 mai 1936.

46 Mireille Prigent, Ti Kaled, op. cit., p. 307-308. D’après sa lettre du 27 décembre 1935 de remerciement à Guy Le Normand. Il lui confie qu’après 1932 il avait songé à se présenter à Morlaix 2- Saint-Pol-de-Léon.

47 Le Breton Socialiste, « Le gueux » par Guy Le Normand, 7 mars 1936. Il reproche à La Résistance de préférer l’argent à des qualités comme « l’intelligence, le cœur, l’énergie, le dévouement à un idéal […]. C’est à cause d’elles que nous t’aimons, oui, Tanguy Prigent sans le sou, avec les sous des camarades, tu mèneras la campagne avec tous les gueux […] ».

48 Yves Le Thoër, op. cit.

49 En septembre 1945 Robert Debled sera élu conseiller général de Plouescat en battant Pierre Trémintin, ancien député du PDP passé au MRP, conseiller général du canton depuis 1904.

50 ArVro Goz, « notre attitude à l’égard des élections », 17 mars 1936.

51 ADF. 1 M 325. Élections législatives de 1936.

52 Le Breton socialiste, « Morlaix enthousiaste », 2 mai 1936.

53 Dans le canton de Sizun Tanguy Prigent n’obtient que 398 voix contre 1 308 ; dans celui de Lanmeur, il gagne 13 voix sur 1935.

54 Christian Bougeard, Le Choc de la guerre, op. cit., t. 2.

55 Jean-Paul Senechal, Images du Front populaire. Finistère 1934-1938, Morlaix, Skol Vreizh, n° 7, avril 1987.

56 La Dépêche de Brest, « Je ne quitte pas la lutte », 1er mai 1936.

57 L’Éclaireur du Finistère, « Après le premier tour », 2 mai 1936.

58 Le Breton Socialiste, « Votez peuple », 2 mai 1936.

59 ADF. 3Z. Sous-préfecture de Morlaix. Dans son adresse de remerciements Tanguy Prigent se déclare prêt à assumer ses responsabilités nouvelles pour « assurer le succès du socialisme, du Front populaire et de la propreté ». Le Breton Socialiste, 9 mai 1936.

60 Pierre Brigant, La SFIO à Brest de 1919 à 1939, op. cit., p. 105-110. Le maire de Landerneau, Jean-Louis Rolland a toujours soutenu les demandes de réintégration de Goude dans la SFIO et il a été désigné à la candidature contre le Brestois Goasdoué.

61 Christian Bougeard, « Les notables de l’Ouest breton (Finistère-Côtes-du-Nord) des années 1930 aux années 1950 », Élites et notables en Bretagne de l’Ancien Régime à nos jours, Brest, CRBC, Kreiz, n° 10, 1999, p. 243-255.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540