Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires carolingiennes

 | 
Cécile Treffort

Cinquième partie. Construire l'Ecclesia

Chapitre 2. Les pierres de la Cité de Dieu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La disparition ou la transformation des édifices carolingiens empêche d’avoir une claire idée du paysage épigraphique qui se présentait à l’œil de l’observateur carolingien. Toutefois, l’analyse archéologique des pièces conservées a montré qu’elles pouvaient prendre place soit dans le cimetière autour de l’église (l’atrium des textes canoniques), soit dans l’édifice lui-même, l’un et l’autre étant sacralisés par des rites ecclésiastiques à l’époque carolingienne1. Plus encore que les plates tombes, comparables au pavimentum, les moellons qui portent les inscriptions obituaires participent physiquement de la construction de l’église terrestre et matérielle. Dans un espace spécifiquement voué au culte, les prières inscrites appellent, pour le défunt, à une oraison directe adressée au Christ2. Dans ce cadre très particulier de la prière épigraphique, ignorée des autres témoignages contemporains, on a l’impression que la médiation du prêtre, en tant que célébrant, n’est nullement requis...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540