Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires carolingiennes

 | 
Cécile Treffort

Quatrième partie. Rêver l'empire

Chapitre 1. Images d’une aristocratie d’empire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La rareté – relative – des inscriptions funéraires carolingiennes et les personnages concernés, lorsque leur fonction est mentionnée, montrent que nous avons là l’expression d’une élite restreinte, qu’elle soit cléricale ou laïque. Quelle que soit la communauté concernée, tous ses membres ne reçoivent pas d’épitaphe ; il faut que l’affection des survivants (famille charnelle ou spirituelle) ou le rôle social du défunt justifie d’en garder une mémoire localisée et visible par tous. Par rapport à tous les chrétiens, ou même seulement à ceux qui sont commémorés nominalement dans la liturgie grâce aux livres nécrologiques ou aux graffitis sur les tables d’autels, les morts bénéficiant d’une épitaphe forment une infime minorité.

C’est dire si le message qui s’affiche sur la pierre revêt une importance particulière. On pourrait objecter que les inscriptions composées à partir d’un formulaire ou d’emprunts littéraires multiples n’apportant sur le défunt aucun élément biographique précis ne ...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540