Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires carolingiennes

 | 
Cécile Treffort

Troisième partie. La création textuelle

Introduction à la troisième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le discours de l’épitaphe, a l’époque carolingienne, est en effet porte par un texte dont la forme littéraire fait souvent l’objet d’une recherche de perfection poétique, à l’image de celle qui caractérise la calligraphie évoquée précédemment, comme pour refléter la perfection de la vie du défunt.

Les inscriptions funéraires de cette période offrent en général des informations biographiques rares et coulées dans un moule métrique ou rythmique qui les rend obscures pour qui ne connait pas l’histoire personnelle du défunt. Il arrive même que malgré la longueur d’un texte poétique (en plusieurs vers), on n’apprenne rien d’autre sur le personnage inhume que son nom et son caractère vertueux, exprime de manière stéréotypée. Ainsi, dans un manuscrit conserve a Paris, on trouve la copie de l’épitaphe d’un moine nomme Ardo, composée de huit vers dont voici la teneur :

Ici git Ardo, enseveli sous ce tombeau,
Toit d’herbe médiocre pour celui qui fut vil par le mérite.
Ici, il imprégnait les enfan...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540